Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Today
  2. Le Modérateur

    De Cauchemar en Cuisine à Koh Samui

    Une franco-thaïe bien connue de Marseille aux cuisines d’un restaurant au centre de Lamai Depuis mai, le restaurant « Chez Madame » de Lamai fait sa rénovation, pour cela le patron a recruté une cuisinière franco-thaie qui a subi les critiques de l’exigent chef étoilé Philippe Etchebest. C’est Yuphawadee Sueprae (Mam) qui a pris la tête du restaurant « Chez Madame » situé en plein cœur de Lamai Beach. Bien que Mam soit originaire de Chiang Mai, son cœur a vibré pour Marseille où elle a notamment porté à bout de bras le restaurant marseillais de sa nièce. C’est notamment dans ce cadre, qu’elle a participé l’année dernière à l’émission « Cauchemar en cuisine » où l’exigeant chef Philippe Etchebest... lire la suite https://zonesamui.com/2018/08/mam-cauchemar-en-cuisine-chez-madame-lamai/ "Mam" au restaurant "Chez Madame", le 1er aout 2018 / Photo : ZoneSamui
  3. La Thaïlande devrait exporter 11 millions de tonnes de riz cette année, volume nettement supérieur aux 9,5 millions de tonnes prévues par l’Association thaïlandaise des exportateurs de riz (TREA), a annoncé lundi 13 août un responsable gouvernemental. Riz en vente dans un marché de Bangkok. Photo: AFP/VNA/CVN Adul Chotinisakorn, directeur général du Département du commerce extérieur du ministère thaïlandais du Commerce, a déclaré que 6,7 millions de tonnes de riz avaient été exportées au cours de sept premiers mois de 2018, pour 116,28 milliards de bahts (environ 3,42 milliards de dollars), en hausse de 9,8% sur un an. Les exportations thaïlandaises de riz sont en hausse grâce à la demande croissante sur le marché mondial. L’Indonésie a augmenté de 679% ses commandes de riz thaïlandais, la Malaisie, de 53%, et les Philippines, de 25%. M. Adul a indiqué que la Chine devrait négocier avec la Thaïlande l'achat d'un 2e lot d’un million de tonnes d'ici la fin du mois. Selon TREA, les exportations thaïlandaises de riz pour le reste de l’année devraient rester à la hausse. Cependant, de nombreux exportateurs craignent que les prix élevés du riz Hom Mali n'encouragent les agriculteurs thaïlandais à cultiver davantage cette variété, ce qui entraînerait une augmentation de l'offre et donc une pression sur les prix. https://lecourrier.vn/la-thailande-devrait-exporter-11-millions-de-tonnes-de-riz-cette-annee/517638.html
  4. Le Premier ministre utilise les pleins pouvoirs octroyés par l'article 44 pour transférer le chef de l'AMLO, Romsit, au bureau du Premier ministre (un placard). Le Premier ministre général Prayut Chan-o-cha a signé une ordonnance au titre de l'article 44 pour évincer le général de division Romsit Wiriyasan de son poste de secrétaire général du Bureau de lutte contre le blanchiment d'argent (AMLO) deux mois après sa nomination. Romsit est nommé "inspecteur spécial au bureau du Premier ministre", poste spécial mis en place pour les agents faisant l’objet d’une enquête. L’ordonnance, publiée mardi dans la Gazette royale, partait du principe qu’il était «urgent de procéder à un ajustement approprié des ressources humaines dans certaines agences gouvernementales pour prévenir les dommages». Le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam, chargé de superviser AMLO, a refusé de donner des détails sur ce que sous-tendait cette décision car il n'avait pas assisté à la réunion du Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO) afférente. Wissanu a suggéré que le prochain secrétaire général d'AMLO, une organisation gouvernementale indépendante, ne soit pas nommé grâce aux pleins pouvoirs de la junte en vertu de l'article 44. "Si le nouveau nom n’est pas mentionné dans une telle ordonnance, cela signifiera que le candidat sera recherché selon le processus habituel", a-t-il déclaré. La mutation de Romsit a été annoncée quelques heures après une réunion du NCPO dirigé par Prayut. Le Premier ministre a brièvement évoqué la réunion du NCPO sur le thème "s’assurer que tous les agents sont transparents et efficaces avant les élections". Romsit a été nommé par le Cabinet à la tête d'AMLO en février et a officiellement pris ses fonctions en juin. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052820-pm-uses-article-44-power-to-shift-amlo-head-romsit-to-pm’s-office/
  5. Selon la junte, un politicien pro-junte n'est pas un politicien. Toute activité politique est interdite en Thaïlande. BANGKOK - Un chef de la junte a déclaré mardi qu'un groupe de politiciens en tournée au nom d'un parti pro-junte ne violait pas l'interdiction des activités politiques. Malgré la réunion de groupe avec de nombreux politiciens pour les inciter à se joindre à leur parti, le numéro 2 de la junte, Prawit Wongsuwan, a déclaré que le groupe, appelé "les 3 amis", n'était pas un parti politique enregistré et donc soumis à des restrictions. "Qui sont les trois amis? Sont-ils un parti politique? ", A plaisanté le général Prawit. "Pour autant que je sache, ce n'est pas un parti." Le groupe se compose de trois anciens poids lourds d'un ex-parti pro-Thaksin passés à la junte : Somsak Thepsuthin, Suriya Jungrungreangkit et Anoocha Nakhasai. Ces derniers mois, ils ont voyagé du nord au sud, ont tenu des réunions avec des députés Pheu Thai pour les convaincre de quitter leur parti pour le parti Palang Pracharat, qui soutient le chef de la junte Prayuth Chan-ocha. Bien qu'ils insistent publiquement sur leur neutralité politique, ils sont largement perçus comme un parti pro-junte. Lorsqu'on lui a demandé si l'activité des Trois Amis était politique, Prawit reste évasif. "Je ne sais pas quel genre d’activité politique ils ont fait. Le gouvernement et le NCPO ne définissent pas l'activité politique ", a déclaré M. Prawit, en utilisant l'acronyme de la junte. Anusorn Iamsa-ard, porte-parole de Pheu Thai, a immédiatement accusé le gouvernement de "2 poids, 2 mesures". "Comment le gouvernement et le NCPO peuvent-ils rester les bras croisés?", A déclaré Anusorn aux journalistes mardi. "Comment pourraient-ils prétendre ne rien voir ou rien savoir, alors que ce groupe qui a visité le pays dit aider le gouvernement." Il a poursuivi: "Combien de temps laisserez-vous la nation vivre sous un double standard comme celui-ci?" Le porte-parole du gouvernement, M. Sansern Kaewkamnerd, a suggéré que la Commission électorale pourrait examiner "les trois amis" et décider s’ils ont enfreint l'interdiction de faire campagne. Depuis le coup d'Etat de 2014, les activités politiques de toute nature sont interdites et le gouvernement militaire est régulièrement critiqué pour ne l'appliquer qu'à ses adversaires. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052847-pro-junta-politicians-can-campaign-because-they-are-not-politicians-junta/ les 3 mais le 22 juillet à Korat
  6. Des parents de Chine tiennent à inscrire leurs enfants dans des écoles internationales mais rechignent à payer des frais exorbitants dans leur propre pays et se tournent désormais vers la Thaïlande – une tendance qui est en train d’insuffler un regain dans le marché de l'immobilier local. La mère d’une fille de dix ans et d’un garçon de six ans est une de ces parents qui entendent déménager à Chiangmaï, où les frais annuels sont de 60 000 yuan (8 232 $us / 270 000 thb), soit le quart d’une école internationale bilingue en Chine. « Les enseignants de l’école de Beijing changent fréquemment, mais en Thaïlande les enseignants ont leurs familles sur place, si bien que le personnel est stable , affirme cette mère. En Chine, mes enfants doivent prendre des cours supplémentaires d’anglais en l’absence d’un environnement de langue anglaise, mais ce n’est pas le cas en Thaïlande ». Elle prévoit envoyer ses enfants à Bangkok quand ils seront plus grands, où les frais annuels seront d’environ 100 000 yuan par an (483 000 thb). Pour s’y préparer, elle a déjà acheter un appartement de 31 m² pour 650 000 yuan en plus d’une villa où elle vit à Chiangmaï et d’un appartement à Pattaya. Cette mère fait partie d’un groupe croissant de parents chinois déçus par les coûts des écoles internationales en Chine et cherchent en Thaïlande une destination pour l’éducation et l’investissement. Selon le site web d’investissement Chinese International , le volume de demandes pour des propriétés thaïes excède pour le semestre dernier celui de toute l’année 2017, la Thaïlande se hissant au premier rang des destinations des acheteurs chinois. On a vendu pour 962 millions de $us depuis le début de l’année. A l’école internationale de Shanghai les frais mensuels sont de 2 744 $us , les plus élevés du monde. Beijing vient en second lieu avec 2 515$us par mois. Par comparaison les frais à Bangkok et à Bahrain sont respectivement de 1 032$us et de 422$us. L’éducation est un facteur conduisant les Chinois à investir dans des propriétés dans les pays étrangers. L’inquiétude sur le rétrécissement de la santé monétaire du yuan, un taux important d’inflation et une réduction des investissements viables sont d’autres raisons. Après les investissements traditionnels vers les USA, le Canada et l’Australie, la Thaïlande a ses avantages – la proximité géographique et le coût de la vie assez bas. Un homme d’affaires de Nankin qui voyage entre Chine et USA a acheté un appartement de 25m² au centre de Bangkok pour 1 million 300 yuan. Il prévoit d'inscrire sa fille de deux ans dans une maternelle et ensuite au primaire. Il désire que ses enfants grandissent dans un milieu cosmopolite. Même certains Chinois qui peuvent assurer les frais de scolarité (exorbitants) en Chine préfèrent envoyer leurs enfants ailleurs en s'expatriant eux-mêmes. https://www.scmp.com/property/hong-kong-china/article/2159400/mainland-chinese-parents-buy-education-and-properties Dans les universités de Bangkok, les Chinois sont légion mais ce n'est pas forcément lié à un investissement immobilier des parents. photo d'archives
  7. Les autorités surveillent de près les barrages déjà trop pleins. LA TEMPÊTE TROPICALE "Bebinca" est dernière menace pour la Thaïlande, car elle devrait entraîner de fortes pluies dans de nombreuses régions du pays jusqu'à demain. "Avec cette tempête qui survole le Vietnam les 15 et 16 août [aujourd'hui et demain], les précipitations augmenteront également en Thaïlande. Les barrages et les principaux fleuves du nord, du nord-est et de l'est du pays devront faire face à un volume d'eau plus important », a déclaré Somkiat Prajamwong, secrétaire général du Bureau des ressources en eau nationales (ONWR). Le 2 août, le gouvernement a créé une cellule de crise pour traiter la situation des inondations en Thaïlande. "Nous publierons une mise à jour quotidienne lorsque la situation sera normale, mais des mises à jour seront publiées toutes les trois heures pour les barrages qui débordent", a expliqué Somkiat hier, ajoutant que des mises à jour constantes aideront les gens à agir rapidement. Les pluies torrentielles entraînent des crues soudaines, des inondations et des glissements de terrain, et dans les cas graves, ces catastrophes ne causent pas seulement des dégâts mais aussi la mort. À la fin du mois dernier, plusieurs personnes sont mortes dans la province de Nan en raison des glissements de terrain provoqués par la pluie. Les trois grands barrages - Kaeng Krachan dans la province de Phetchaburi, Nam Oun à Sakon Nakhon et Vajiralonglorn dans la province de Kanchanaburi - sont étroitement surveillés. Le barrage de Kaeng Krachan est rempli à 102% et a déversé 13,66 millions de mètres cubes d’eau hier; Nam Oun était rempli à 103% et libérait 6,23 millions de mètres cubes d'eau; Vajiralongkorn était rempli à 86% et rejetait 42,65 millions de mètres cubes d'eau. Dans la province de Chiang Rai, la digue de Huai Khrai a été submergée lundi soir à cause des fortes pluies et les habitants des zones basses ont passé toute la nuit à déplacer leurs biens en hauteur. Parallèlement, le Département de la prévention des catastrophes a mis en garde les habitants des provinces de Surat Thani, Ranong et Phang Nga contre les éventuels glissements de terrain et coulées de boue. À Ranong, un glissement de terrain a partiellement bloqué plus de 100 mètres de la route de Phetkasem. Lundi, les eaux du parc national de Khao Yai ont inondé les zones en aval, bloquant de nombreux touristes et une équipe de tournage. Le gouverneur de Nakhon Nayok, Nuttapong Sirichaichana, a convoqué une réunion d'urgence suite à l'incident. Un avertissement a été lancé à 21 villages situés le long de la rivière Nakhon Nayok. Bien que les inondations à Nakhon Nayok se soient apaisées sans qu'aucune victime n'ait été signalée, le barrage de Khun Dan Prakarn Chon a maintenant été fermé pour empêcher la rivière de déborder. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052838-tropical-storm-bebinca-set-to-bring-heavy-downpours/
  8. La Birmanie a demandé au Bangladesh d'arrêter de fournir de l'aide humanitaire à 6000 Rohingyas bloqués à la frontière entre les deux pays. La Birmanie a demandé au Bangladesh d'arrêter de fournir de l'aide humanitaire à 6.000 Rohingyas bloqués à la frontière entre les deux pays après qu'une vague de violence a provoqué l'exode de cette minorité musulmane l'année dernière, selon la diplomatie bangladaise. Ce groupe de Rohingyas est coincé dans un "no man's land" entre les deux pays après avoir refusé d'entrer au Bangladesh voisin lors de leur fuite des exactions commises par l'armée birmane qui ont jeté 700.000 personnes sur les routes depuis un an. la suite gratuitement chez Paris Match https://www.parismatch.com/Actu/International/La-Birmanie-demande-au-Bangladesh-d-arreter-l-aide-a-des-Rohingyas-1568442
  9. Yesterday
  10. Quatre buffles sont morts de la rage dans le même district de Surin, dans le nord-est de la Thaïlande. Et les autorités tentent maintenant de retrouver environ 200 personnes qui ont mangé les animaux. Les villageois auraient pu contracter la maladie en ingérant la viande. Dans le district de Kapcherng une lettre a été émise par le chef du district, Sutthirot Charoenthansak, et le maire de la ville pour avertir la population de ne pas manger de viande de vache et de buffle morts mystérieusement. Quatre animaux sont morts de la rage. L'un d'eux a été mordu par des chiens il y a trois mois et est décédé samedi. Trois autres cas ont été retrouvés par la suite dans deux villages. Jusqu'à présent, plus de 100 personnes ont été vaccinées, mais une centaine d'autres personnes qui ont ingéré de la viande sont recherchées alors que la panique s'empare de la région. Thaivisa note que tous les mammifères peuvent contracter la rage. Les chauves-souris sont les seuls mammifères à ne pas présenter de symptômes. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052744-panic-in-surin-buffaloes-dead-from-rabies-and-villagers-eat-the-meat/
  11. Aspen Anray Solian (orthographe officieuse), 28 ans, a été retrouvé mort sur le siège du conducteur rue Thaweerat Phakdee à Tambon Maret, dans le district de Koh Samui. Le corps ne montre aucun signe de violence. Un médecin a dit qu'il était mort environ une ou deux heures plus tôt. Un employé de la boulangerie a déclaré que le touriste se rendait souvent au magasin pour déguster ses produits et prendre un verre. Lundi, lorsque le touriste est arrivé vers 16h30, il est resté dans sa voiture avec les fenêtres fermées. L'employé s'est demandé pourquoi le touriste ne sortait pas de sa voiture après plus d'une heure et a frappé à la fenêtre. L'employé a voulu parler au touriste mais il n'a pas répondu. L'employé a donc cherché de l'aide auprès d'un serveur du bar voisin et ils ont découvert que le Norvégien était mort. Le serveur a dit qu'il connaissait bien le touriste car il séjournait plusieurs mois chaque année à Koh Samui. Cette année, le touriste est arrivé avec un ami il y a trois semaines mais l'ami est reparti. Une autopsie est pratiquée à l'hôpital de Surat Thani. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052721-mystery-as-norwegian-tourist-28-found-dead-on-koh-samui /
  12. Le 12 août 2018 au soir, M. Gilles Garachon, Ambassadeur de France en Thaïlande, accompagné de son épouse, Mme Isabelle Garachon, a été reçu en audience par Sa Majesté le roi Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun à la Résidence Amphorn Sathan, pour lui faire ses adieux à l’occasion de la fin de sa mission. Le nouvel ambassadeur de France sera M Jacques Lapouge Il est né le 13 octobre 1957. Il est diplômé de l’ESSEC (Ecole Supérieure de Sciences Economiques et Commerciales) et de l’ENA (Ecole Nationale d’Administration). M. Lapouge a débuté sa carrière diplomatique à Addis-Abeba en Ethiopie, puis travaillé quelques années à la direction de l’Union Européenne à Paris. Après avoir servi à la représentation permanente de la France aux Nations-Unies, il fut nommé directeur des Nations-Unies au ministère des Affaires Etrangères, puis ministre-conseiller à l’Ambassade de France à Tokyo. En 1999, il est nommé conseiller aux affaires européennes du Président de la République, puis ambassadeur en Malaisie. Il revient à Paris en 2005 en tant queDirecteur des Affaires Economiques et Financières, puis est nommé en 2007 conseiller diplomatique du Premier Ministre. Ambassadeur de France en Afrique du Sud de 2009 à 2012, il fut Ambassadeur pour les négociations sur le changement climatique en janvier 2013 puis, finalement ambassadeur en Suède.
  13. suite de cette affaire Le réseau de défense de la forêt Doi Suthep et ses alliés organiseront un important rassemblement à Chiang Mai le 26 août pour exiger la démolition des bâtiments de la forêt vierge de Doi Suthep. Le groupe a décidé de tenir une manifestation après que des fonctionnaires du tribunal ont emménagé dans des résidences construites sur les terres contestées, a déclaré le coordinateur du réseau, Teerasak Rupsuwan. Le réseau Doi Suthep Forest Reclamation Network espère que ce rassemblement fera pression sur le gouvernement pour démolir les 45 maisons et les 9 condominiums construits au pied de Doi Suthep. Le groupe a déclaré que certains responsables avaient déjà occupé ces maisons, même après que Le gouvernement a promis que les terres contestées seraient sanctuarisées, a déclaré Teerasak. Le 26 août, les manifestants exigeront une réponse claire sur la manière dont le gouvernement traitera ces propriétés. Si le gouvernement est incapable de fournir une réponse satisfaisante, la manifestation sera prolongée de trois jours et cette fois-ci, le groupe a déclaré qu’il utiliserait la magie noire et invoquerait les mauvais esprits. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052687-major-rally-on-aug-26-to-reclaim-doi-suthep/
  14. Wanchai n'est que l'un des 25 000 Thaïlandais qui meurent chaque année sur la route. Il mérite cependant un hommage car on parle souvent des deux-roues comme des scooters mais il ne faut pas oublier que les cyclistes ne sont pas mieux traités par les automobilistes. Le conducteur d'un Toyota Fortuner SUV neuf a perdu le contrôle de son véhicule sur Kanchanapisek Road dans le quartier Phasi Charoen de Bangkok lundi matin, écrasant et tuant instantanément un cycliste âgé tout en endommageant sept poteaux électriques en bordure de route. Après l'accident, à 7h30 du matin, le capitaine Pol Supon Tronganthat s'est précipité sur les lieux, près du garage Siam Dern Rod Co, avec des secouristes. Ils ont trouvé le Fortuner sur le bord de la route, après s’être écrasé sur un stand près de sept poteaux électriques gravement endommagés. À proximité se trouvait une bicyclette détruite et le corps de Wanchai Sodsathungkhan, 67 ans. Les trois personnes à bord du SUV - identifiées comme Jarukit Sutthiwongwanich, Weerawuth Sinkra-art et Sarayuth Sae-eung, toutes 25 ans - avaient été blessées et ont été transportées à l'hôpital Kasemrat Bangkhae. L'accident a également provoqué un grave embouteillage dans la zone, les poteaux électriques endommagés ayant bloqué la route, laissant une seule voie pour les véhicules. Le voisinage ayant également subi une panne de courant, des agents de la Metropolitan Electricity Authority ont été dépêchés sur place. La police a par la suite identifié Jarukit comme le conducteur du SUV et l'a initialement accusé de conduite imprudente, causant la mort d'une autre personne et conduite imprudente causant des dégâts matériels, a indiqué M. Supon. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052649-elderly-cyclist-dies-driver-charged-after-out-of-control-suv-crashes-in-phasi-charoen/
  15. Le groupe de réflexion économique cite un écart de revenu énorme entre les riches et les pauvres. Au moins 1,2 million de Thaïlandais sont désespérément pauvres - dans la misère et ont besoin d'une aide urgente du gouvernement, a déclaré le Conseil national de développement économique et social (NESDB). L’agence nationale de planification économique a annoncé son intention d’inciter le gouvernement à venir en aide aux personnes en détresse financière dans le cadre des efforts visant à réduire l’énorme écart de revenu entre les riches et les pauvres du pays. "Il y a environ 1,2 million de très pauvres qui ont vraiment besoin de l'aide du gouvernement et la NESDB prévoit de proposer au gouvernement de soutenir ce groupe en premier", a déclaré Thosaporn Sirisumphand, le nouveau secrétaire général de la NESDB. Il a indiqué que 6 à 7 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté, gagnant moins de 30 000 Bt par an, mais une enquête menée par le Ministère du développement social a révélé que 1,2 million de personnes pouvaient être considérées comme des pauvres parmi les pauvres. Des fonds pourraient être alloués pour les soutenir au cours de l’exercice 2020, a-t-il déclaré. La NESDB mettra également en place un groupe de travail chargé d'étudier l'inégalité des revenus. Interrogé sur les raisons pour lesquelles la NESDB prévoit de cibler 1,2 million de personnes alors que le ministère des Finances a fourni des fonds pour soutenir 11,4 millions de personnes dans le cadre du programme de protection sociale, le chiffre du conseil provient d’une enquête. le programme gouvernemental est largement entaché par la corruption des services en charge de la distribution de ces fonds. Les universitaires ont remis en question le ministère des Finances et les personnes bénéficiant du plan de développement économique et ne nécessitant pas d’aide de la part du gouvernement. La Thaïlande figure parmi plusieurs pays gravement touchés par l'inégalité des revenus. Selon une étude de l'économiste de l'université de Thammasat, Duangmanee Laovakul, en 2013, les 20 % principaux propriétaires terriens du pays possédaient 80% des terres totales du pays, tandis que les 20 % derniers propriétaires ne détenaient que 0,3% des terres. Et parmi ceux qui ont des dépôts bancaires, 0,1% des comptes bancaires détenaient 49% du total des dépôts bancaires. La plupart des pauvres se trouvent dans le secteur agricole. En vertu du plan stratégique de la junte sur 20 ans, le gouvernement promet de soutenir 25 millions d'agriculteurs, soit environ 38% de la population du pays. Dans une table ronde distincte animée par Krungthep Turakij, un journal du groupe The Nation, Chao Kengchon, directeur général du Centre de recherche Kasikorn, a déclaré que de nombreux gouvernements précédents n'avaient pas réussi à aider les agriculteurs à avoir une vie meilleure. Les coopératives agricoles seraient un meilleur outil pour les aider à réduire les risques liés à la culture ou à l'élevage, mais jusqu'à présent, elles n'ont pas encore réussi à concurrencer les entreprises privées. "La vie à Bangkok est un contraste frappant, où les restaurants de luxe sont réservés plusieurs mois à l'avance, mais les stands de rue ont du mal. Les personnes à faible revenu sont toujours prudentes quant à leurs dépenses car elles n’ont pas bénéficié de la croissance économique », a déclaré Pipat. Un problème pour le groupe à faible revenu est que son salaire n'augmente pas beaucoup parce que le pays importe des travailleurs étrangers qui réduisent les salaires, restant un peu plus de 300 Bt par jour. Les récentes augmentations du revenu des agriculteurs proviennent en grande partie du volume vendu et non des prix plus élevés, a-t-il déclaré. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052685-government-urged-to-help-12m-desperately-poor-thais/ Thosaporn Sirisumphand
  16. Les responsables de Nakhon Nayok réagissent à la noyade tragique d'une adolescente dans une attraction touristique privée Un haut responsable de la province de Nakhon Nayok a visité lundi une attraction touristique privée à Tambon Hin Tang, pour inspecter la scène où une touriste thaïlandaise s'était noyée dimanche après avoir été entraînée dans une rivière. Le responsable, Khomthat Tantiyamas, a déclaré qu’il appellerait bientôt les opérateurs de la région et les agences concernées à une réunion pour discuter des mesures visant à empêcher que ne se reproduise un événement aussi tragique. Soraya Thornpap, 19 ans, de Nakhon Pathom qui ne savait pas nager, jouait dans une rivière avec trois autres parents et amis tout en s’accrochant à une bouée dans un grand arbre. Elle a lâché la bouée et s'est noyée dimanche après-midi. Le gouverneur de Nakhon Nayok, Natthapong Sirichana, a alors ordonné aux ouvriers du barrage de Khun Dan Prakan Chon d’arrêter de relâcher de l'eau pour aider les secouristes à récupérer le corps de l’adolescente. Une amie de la victime, identifiée uniquement sous le nom de "Jinda", a déclaré qu’avant d’aller jouer dans la rivière, le personnel de l’attraction ne les avait prévenus d’aucun risque potentiel et qu’on ne leur avait pas dit de porter des gilets de sauvetage, disponibles avec un supplément. Elle a déclaré que cela était contraire à ce que les membres du personnel avaient dit au gouverneur, à savoir que les visiteurs devaient obligatoirement porter des gilets de sauvetage. Jinda a déclaré que son groupe avait décidé de jouer dans l’eau parce qu’ils avaient déjà vu de nombreux visiteurs utiliser uniquement des bouées. De plus, aucun sauveteur ne surveillait les différents endroits de l’attraction, a-t-elle ajouté. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052643-nakhon-nayok-officials-react-to-tragic-drowning-of-teen-at-privately-run-tourist-attraction/ Article The Nation. Photo ? Comment une personne qui ne sait pas nager irait ce baigner dans un tel endroit ?
  17. Les étrangers en visite en Thaïlande devraient être tenus de souscrire à une assurance voyage, selon les personnes qui ont répondu à un sondage mené par Thaivisa. Plus de 1 800 personnes ont voté lors du sondage, qui a été publié dimanche sur la page Facebook de Thaivisa. 69% des personnes ont voté «oui» à l'idée que l'assurance voyage devrait être obligatoire pour les étrangers en visite en Thaïlande. 31% ont voté «non», indiquant qu'ils étaient opposés à l'idée d'une assurance voyage obligatoire. Les personnes qui ont commenté le sondage ont partagé leurs propres idées concernant l’assurance voyage obligatoire. "J'ai eu un accident vasculaire cérébral en Thaïlande en 2016, j'ai eu de sérieux problèmes sans une assurance voyage. La facture de l'hôpital Bumrungrad était supérieure à 50 000 $ australiens. On ne devrait pas être autorisé à quitter son port d'attache sans cela ", a écrit l'utilisateur de Facebook Steve Fry. "Non. Je viens en Thaïlande depuis 30 ans. Je paierai pour un traitement de base dans un hôpital public si quelque chose n'allait pas », a écrit Robert Horley "Je viens en Thaïlande chaque année depuis 1997, je n'ai jamais pris d'assurance voyage. Quand j'ai besoin de voir un médecin ou un traitement dans un hôpital privé en Thaïlande, je suis heureux de payer de ma poche! C'est bon marché, pas comme en Australie, où les services médicaux sont trop élevés. Je ne conduis pas de scooters ou de motos. N'utilisez pas de taxi ou de tuk tuk. Je conduis une voiture. Je recommande à tous les touristes qui veulent visiter l’Australie de souscrire une assurance voyage obligatoire car l’Australie va vous coûter dix fois plus que la Thaïlande », a écrit Dale Atkins. Ted Daniels a écrit: "Est-ce que le pays ne pourrait pas améliorer la sécurité (des touristes)?" Ou est-ce vraiment trop demander?" Alors que Carter Jenkins a déclaré: "La Thaïlande a augmenté de 300 Bahts la taxe d’arrivée et de départ pour les étrangers, ceci afin de payer pour tout farang qui pourrait avoir besoin de soins médicaux suite à un accident. 600 X 32 millions, c'est beaucoup de revenus levés chaque année, où est passé cet argent ? " Le mois dernier, il a été signalé que les responsables du tourisme envisageaient encore une fois de rendre obligatoire l’assurance voyage pour les touristes étrangers en Thaïlande. L’idée était l’une des nombreuses mesures suggérées lors d’un séminaire sur les voyages tenu à Bangkok le 25 juillet. Le séminaire a dit que cette exigence contribuerait à alléger le fardeau des caisses de l’État et que la Thaïlande a été contrainte de verser 64 millions de bahts en compensation aux familles des 47 victimes et survivants du bateau Phoenix qui a coulé au large de Phuket en juillet. . L’importante indemnisation a fait que le fonds d’indemnisation est en train de s’épuiser et serait à zéro si un autre accident majeur se produisait. Le séminaire qui s’est tenu à Bangkok n’était pas la première occasion où des fonctionnaires ont évoqué l’idée d’une assurance obligatoire. En juillet 2017, une proposition a été présentée au ministère du Tourisme, qui aurait exigé que les touristes étrangers soient assurés avant leur arrivée en Thaïlande. Il a même été proposé que des distributeurs automatiques d’assurances soient installés dans les aéroports et les postes frontaliers de toute la Thaïlande afin que les personnes sans assurance puissent acheter peu après leur arrivée sur le sol thaïlandais. La proposition était considérée comme un moyen d'aider à réduire le fardeau des hôpitaux thaïlandais contraints de traiter un nombre croissant d'étrangers non assurés. Cependant, les propositions n’ont jamais abouti et ont été largement critiquées par les opérateurs touristiques, en particulier le secteur privé, qui a déclaré que cette exigence risquait de rallonger les files d’immigration dans les aéroports et les postes frontaliers. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052640-foreign-tourists-to-thailand-should-be-made-to-have-insurance-poll/ Thaivisa en français rappelle que posséder une assurance ne sert souvent à rien puisque celle-ci peut très bien refuser de payer. Le cas le plus fréquent est l'accident de deux-roues. Les assurances des pays anglo-saxons ne remboursent plus les victimes des accidents de deux-roues. La sécurité sociale française (pour les touristes) et la CFE (pour les expats) semblent rembourser, sous certaines conditions, les soins après un accident de deux-roues. Thaivisa en français rappelle que le gouvernement thailandais propose une assurance http://thailandtravelshield.tourismthailand.org/ à un prix très raisonnable. Comme il s'agit d'une initiative locale, on peut imaginer qu'elle rembourse les accidents les plus fréquent localement, c'est à dire les accidents de deux roues. Bien évidemment, le plus simple et le plus indolore serait que la Thaïlande assure (accident et non maladie) d'office tous les touristes en prélevant une taxe. Des chercheurs avaient calculer que 30 thb / personne arrivant à l'aéroport suffirait (pas loin d'un milliard de thb !).
  18. La dernière semaine
  19. Enquête spéciale: Les exploitants de bateaux de pêche sont contrariés par les mesures prises par le gouvernement pour améliorer les conditions de travail des marins. LES PLAINTES CONTINUENT, alors qu'une grave pénurie de main d’œuvre persiste. L'industrie de la pêche en Thaïlande, connue pour ses conditions de travail difficiles et souvent brutales, souffre d'une grave pénurie de main-d'œuvre. Pourtant, les propriétaires de navires de pêche sont furieux que le gouvernement envisage de ratifier une convention qui exigera des conditions de travail nettement meilleures (quoique inacceptables pour des Européens). Par exemple, la convention C188 sur le travail dans la pêche garantira que les travailleurs à bord des navires bénéficient d'au moins 10 heures par jour ou d'un minimum de 77 heures de repos par semaine. 10 heures par jour de repos signifie 14 heures de travail. Et ce 7 jours sur 7. Ces nouvelles normes ne font que remplacer l'esclavage dur par un esclavage soft. Une fois que la Thaïlande aura ratifié la C188, il est probable que les équipages des navires de pêche auront accès au système de sécurité sociale. La nouvelle liste d'"avantages" pour l'équipage des navires de pêche est longue et perturbe les opérateurs de pêche. Le point de discorde le plus important est l'exigence d'une cabine et des toilettes pour quatre travailleurs (actuellement, les travailleurs n'ont pas d'endroit particulier pour dormir, de toute façon, ils ne dorment que très peu). La convention exige également que chaque navire comprenne une bibliothèque, une salle de remise en forme et une salle de loisirs. "Il sera difficile de reconfigurer tous les bateaux de pêche lorsque ces exigences entreront en vigueur. Je dois vous dire qu'un mauvais ajustement intérieur pourrait faire couler un bateau », a averti le président de l'Association nationale des pêches de Thaïlande, Mongkhon Sukcharoenwattana. Il a dit qu'il avait agrandi ses navires de pêche qui, depuis, ne peuvent plus faire face au vent. Mongkhon a souligné que la ratification de la C188 pourrait très bien détruire l'industrie de la pêche du pays. "Le gouvernement doit penser qu'il sera facile pour nous de faire des ajustements. Mais en réalité ce n'est pas le cas. Outre les problèmes techniques, nous avons également des problèmes de budget. La reconfiguration demandera beaucoup d’argent ", a-t-il déclaré. En réponse à la nouvelle, les pêcheurs de 22 provinces du bord de mer ont menacé de faire grève et de cesser de pêcher. "Le ministre du Travail nous assure maintenant qu'il n'y a pas de plan pour ratifier la convention de sitôt", a déclaré Mongkhon. ce qui signifie que la Thaïlande restera sur la ligne de la maltraitance des travailleurs.. Plus de 16 000 navires de pêche sont affiliés à son association. L'industrie s'efforçant de recruter 53 000 nouveaux travailleurs, l'association de Mongkhon pousse le gouvernement à les laisser embaucher des migrants illégaux et à les enregistrer plus tard afin de réduire la pénurie de main-d'œuvre. Le ministre du Travail, le général Adul Sangsingkeo, a toutefois déclaré que seuls quelques 11 000 travailleurs seraient autorisés à renouveler leur permis de travail entre le 20 août et le 30 septembre, à condition d’exprimer leur intention de continuer à travailler dans le secteur. "Nous tenterons ensuite de pourvoir les postes vacants en important des travailleurs par le biais de nos protocoles d’accord avec le Myanmar, le Laos, le Cambodge et le Vietnam", a-t-il déclaré. Les Thaïlandais n'acceptent pas ces conditions de travail qualifiées d'esclavage moderne. Sompong Srakaew du Réseau de promotion des droits du travail (LPN) a déclaré que les pays voisins étaient généralement prudents quant à l'envoi de leurs travailleurs en Thaïlande pour des emplois sur des bateaux de pêche. "Ils s'inquiètent de leur bien-être", a-t-il déclaré. Les cas de décès "étranges" et de travailleurs non-payés sont communs sur les bateaux thailandais. Sompong a expliqué que l'industrie de la pêche en Thaïlande ne serait pas confrontée à une pénurie de main-d'œuvre si de bonnes conditions de travail étaient fournies. Même si certains protocoles d'accord ont été signés pour l'industrie de la pêche, les travailleurs migrants choisissent généralement de travailler dans d'autres domaines en raison de meilleures conditions de travail. Sompong a déclaré avoir entendu beaucoup d'histoires sur l'exploitation dans l'industrie de la pêche. "De nombreux travailleurs se sentent sous-payés", a-t-il déclaré. Selon le LPN, les travailleurs des navires de pêche ne gagnaient que 5 000 Bt par mois en 2011 et obtenaient rarement la commission de 1% par prise promise. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que les capitaines de navires de pêche payaient souvent des gardes pour attaquer ceux qui désobéissaient à leurs ordres et même abandonnaient des travailleurs désobéissants sur de petits îlots en guise de punition. Parfois les patrons pêcheurs emploient les marins illégalement, les font travailler puis, au moment de les payer, appellent la police qui les expulsent vers leurs pays sans salaire. Le président de l'Association thaïlandaise de surveillance maritime, Bunjong Nasae, a également déclaré que de graves violations des droits de l'homme avaient été commises contre des navires de pêche. "Il est bien connu que certains travailleurs ont été forcés de travailler comme des esclaves", a-t-il déclaré, ajoutant que la ratification du projet de loi C188 serait une bonne chose car cela aiderait à résoudre les problèmes du secteur. "Je pense que seuls les grands opérateurs sont opposés à la ratification car ils pourraient craindre de perdre leurs avantages si des mesures plus strictes sont prises pour empêcher l'exploitation des travailleurs. Ils exploitent les travailleurs depuis trop longtemps », a déclaré Bunjong. Le C188 est conforme à la décision du Département de la protection de la main-d'œuvre visant à garantir que les emplois sur les navires de pêche sont bons. Sompong a déclaré "Ces dernières années, les patrons pêcheurs ont été poussés à se conformer à plusieurs règles car les autorités ont pris des mesures sévères contre la pêche illégale, non déclarée et non réglementée ". L'Union Européenne, tout en reconnaissant un début de volonté du gouvernement, n'a pas ôté la carton jaune infligé à la Thaïlande. L'attitude actuelle des patrons pêcheurs va plutôt dans le sens d'un retour aux pratiques d'un autre âge qui, au final, nuit à l'industrie puisqu'elle incite au boycott des occidentaux. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052590-special-report-fishing-boat-operators-irked-by-govt-move-to-improve-working-conditions/
  20. Pour de nombreuses personnes, il y a de bonnes raisons de douter que les élections attendues se déroulent dans les délais promis par la junte militaire. Un nouveau facteur est apparu et pourrait retarder les élections promises en février 2019. L’incertitude découle d’une décision prise récemment par un groupe de 36 membres de l’Assemblée législative nationale nommée par la junte de modifier la loi organique relative à la Commission électorale, notamment la nomination de 616 inspecteurs électoraux provinciaux pour toutes les provinces, dont Bangkok. Le détail de la mesure proposée par ces députés peut être trouvé en anglais ici : http://englishnews.thaipbs.or.th/election-in-february-debate-over-election-inspectors-raises-more-doubts/ Les critiques voient la démarche des membres de l'assemblée nommée par la junte comme une tentative de retarder l'élection. Aux termes de la Constitution, les prochaines élections générales ne pourront avoir lieu qu'après l'entrée en vigueur de toutes les lois relatives aux élections. Le vice-président de l'ALN, Surachai Liangboonlertchai, a tenté de dissiper une telle crainte, affirmant que cela ne compromettrait en rien la feuille de route politique. Mais il a insisté sur le droit des membres de l'ALN de demander des amendements à la loi. Le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan a également déclaré qu'il pensait que la feuille de route politique ne serait pas affectée par les amendements proposés. Les élections ont cependant été déjà reportées de nombreuses fois. Mais l'ancien député du Pheu Thai Worachai Hema n'est pas convaincu. Il a déclaré qu'il soupçonnait que la tentative d'amender la loi soit une tactique pour retarder l'élection de peur que les partis politiques alliés de la junte militaire ne gagnent pas les élections. Et c'est l'une des rares questions sur laquelle les deux anciens opposants politiques - Pheu Thai et démocrates - partagent une position commune. Le leader adjoint démocrate Nipit Intharasombat a également protesté. Il a déclaré qu'il croit que les membres de l'ALN agissent au nom de certains groupes de personnes (sic!) qui souhaitent que les élections soient reportées. Par ailleurs, M. Somchai Sawaengkarn, secrétaire du comité extraordinaire de l'ALN", a déclaré que les membres de l'ALN sont encore en train de recueillir les avis de toutes les parties prenantes sur les amendements proposés encore à L'agenda de l'ALN. Il a noté que le processus de modification d’une loi organique aussi importante pouvait prendre jusqu’à un an, compte tenu de la nécessité d’organiser des audiences publiques comme le requiert la Constitution. Et le mandat de l'ALN aura expiré au moment de l'adoption des amendements.
  21. Le Modérateur

    Cinq policiers importants de Samut Sakhon mutés

    Le surintendant de la police du district de Krathum Baen, province de Samut Sakhon, et quatre autres officiers de police supérieurs ont reçu l'ordre de quitter la province à la suite d'une descente dans un pub où 123 clients ont été testés positifs à la drogue. Pol Col Krisana Pattanacharoen, du bureau de la police royale thaïlandaise, a déclaré samedi que des responsables de l’administration locale avaient effectué une descente vendredi soir dans le quartier de Tambon Om-noi, dans le district de Krathum Baen. De plus, certains clients avaient moins de 18 ans, a-t-il déclaré, ajoutant que le nom du pub ne correspondait pas à celui enregistré auprès des autorités. Le propriétaire du lieu a été accusé d’avoir fait fonctionner le pub et de vendre de l’alcool au-delà des heures légales, autorisant les jeunes de moins de 20 ans à entrer et à consommer de la drogue dans les locaux. Le lieutenant-colonel Kittipong Ngaomook, commissaire de la 7e Région du bureau de police de la province, a ordonné au commissaire de police, à son adjoint et à trois autres inspecteurs de quitter le district pour des postes inactifs. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052467-5-senior-policemen-in-samut-sakhon-moved-to-inactive-posts/ On ne sait pas précisément ce qu'on reproche aux 5 policiers : simplement de l’incompétence ou ?
  22. Dans la série "On ne peut pas se cacher en Thaïlande", Un Suisse a été arrêté samedi matin à Sattahip - Chon Buri à la demande du gouvernement suisse pour avoir prétendument trompé une compagnie d'assurance dans son pays. La fraude s'élève à 600 000 francs, soit environ 20 millions de Bt. La Crim' a arrêté Zumbach Christoph, âgé de 68 ans, dans un centre de villégiature de Ban Sareh, en vertu d'un mandat d'arrêt émis par le tribunal pénal le 17 juillet. Le ministère des Affaires étrangères thaïlandais a requis un mandat d’arrêt à la demande de l’ambassade de Suisse, qui souhaitait que l’homme soit extradé pour faire face à des accusations de fraude. L'ambassade de Suisse a déclaré au ministère des Affaires étrangères que cet homme était un ancien instructeur d'auto-école dans son pays d'origine. Il aurait simulé un accident afin d'obtenir frauduleusement une indemnisation de 600 000 francs auprès d'une compagnie d'assurance. La société a par la suite eu des doutes quant à la réclamation, a lancé une enquête et a conclu à la fraude. La police a déclaré que Christoph séjournait dans le district de Sattahip à Chon Buri depuis le 15 avril. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052420-swiss-man-arrested-in-chonburi-accused-of-cheating-insurance-firm-out-of-600000-francs/
  23. Un conseiller privé du Roi a proposé que le gouvernement prenne une attitude « médicale » devant le problème de la drogue plutôt que de le considérer comme une affaire criminelle. « Mettre des drogués derrière les barreaux ne veut pas dire qu’ils cesseront d’en consommer », a dit le général Paiboon ministre de la justice avant d’être nommé au conseil privé en 2016. Un séminaire, organisé par le bureau des projets de la princesse Barakitiyabha, s’adressait aux agents concernés par les problèmes de la drogue pour encourager les parties à explorer des solutions à la lumière du passé. 200 000 personne sont derrière les barreaux pour des offenses relatives à la drogue. « Nous devons trouver moyen de sortir ces gens de prison et les aider à contribuer de manière constructive à leur famille et à la société. » Selon un porte-parole du ministère de la justice, il y avait en Thaïlande il a six décennies environ 6 000 prisonniers, ils sont passés à 75 000 en 1977 avant d’atteindre le nombre de 356 000 à présent. La Thaïlande vient au 6e rang dans le monde pour le nombre de prisonniers (pour un pays de taille moyenne). Le général Paiboon dit avoir personnellement pris part à de nombreuses arrestations de drogués quand il était en poste aux frontières du pays. « Néanmoins mon attitude envers eux a changé avec le temps. Les drogues illicites sont comme l’alcool et la cigarette, qui endommagent peut-être encore plus la population. » ll a révélé que lorsqu’il était ministre de la justice, il a poussé à une modification des plusieurs lois de façon que le problème de la drogue puisse devenir une affaire médicale. Il a cité des études américaines qui montrent que l’addiction était une maladie, non une faute morale. Un professeur de médecine préventive, de psychologie et de travail social de l’université de Californie a dit en 2017 que la drogue n’était pas le seul désordre de notre monde d’aujourd’hui. De même un professeur canadien a révélé à ce séminaire qu’il fallait aussi s’occuper des autres formes d’addiction (comme le téléphone). https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052176-look-at-drug-abuse-from-a-medical-perspective-paiboon/
  24. Jean-Raphaël Chaponnière Accepter des crédits chinois pour financer des infrastructures, puis tout perdre à cause de la dette générée ? De la Birmanie au Pakistan en passant par la Malaisie, plusieurs pays se méfient de plus en plus des « Nouvelles Routes de la Soie ». De là à prendre un autre chemin ? Le précédent sri-lankais d’Hambantota Traditionnellement, le Sri Lanka a toujours entretenu d’excellentes relations avec la Chine. Elles se sont intensifiées à la fin de la décennie 2000 lorsque l’Europe a condamné le traitement des Tamouls par le gouvernement de Rajapakse. L’influence chinoise s’est renforcée et Eximbank a financé la construction d’un port à Hambantota, ville natale du président sri-lankais. Inauguré à l’occasion de son soixantième anniversaire, ce port a été sauvé de la faillite par de nouveaux prêts chinois plus onéreux. L’argent de la Chine a également financé la construction d’un aéroport international, d’un stade de cricket et d’une autoroute. En dépit du soutien prodigué par Pékin, Rajapakse a perdu les élections face à Maithripala Sirisena. Ce dernier a hérité d’une situation financière dégradée : la dette publique en devises a augmenté de 30 milliards de dollars dont un cinquième provient de la Chine. Le port et l’aéroport d’Hambantota se sont révélés autant d’éléphants blancs incapables de faire face aux échéances de remboursement. Aussi le gouvernement sri-lankais s’est-il résigné à céder le port et 6000 hectares de terrain pour la construction d’une zone industrielle à une société mixte détenue à 80 % par China Merchant pendant 99 ans. Si la rentabilité de ce port concurrencé par celui de Colombo est incertaine, son intérêt stratégique pour la Chine est indiscutable car il lui permet de contrôler les voies maritimes vers l’Inde. Faire crédit à ses voisins pour financer des infrastructures que ses entreprises construisent permet à Pékin de se faire des amis en obtenant des revenus supérieurs à ceux tirés de ses placements en Bons du Trésor. Cependant, en imposant au Sri Lanka de signer un bail emphytéotique – qui rappelle celui imposé par le Royaume-Uni à la Chine pour les Nouveaux Territoires hongkongais après les guerres de l’opium – la Chine n’a pas mesuré l’impact de cette décision. Les autres pays de la région ont découvert la face cachée des crédits chinois ! Le précédent d’Hambatota explique ainsi les réticences qui s’expriment en Birmanie, en Malaisie et au Pakistan. Le projet Kyaukpyu revu à la baisse en Birmanie Les sanctions occidentales avaient précipité le régime birman dans les bras de la Chine, son principal soutien jusqu’en 2011. La suspension par le gouvernement de Naypyidaw de la construction du barrage de Myitsone a accéléré la levée des sanctions de l’Occident, sans nuire aux échanges avec la Chine. Au contraire, ils sont intensifiés après la mise en service d’un gazoduc et d’un pipeline de 770 kilomètres entre Kyaukpyu sur l’Océan Indien et la province chinoise du Yunnan. lire la suite https://asialyst.com/fr/2018/08/09/nouvelles-routes-de-la-soie-pourquoi-defiance-monte-en-asie/ ABONNEZ-VOUS A ASIALYST
  25. Narathiwat Une mère et une fille ont été tuées samedi matin par des insurgés présumés dans la province de Narathiwat La police a déclaré que le tireur sur le siège arrière de la moto avait fui avec la moto des victimes après les avoir abattuse sur la route Paluka Samoh-Ton Sai dans le village de Ban Paluka Samoh à Tambon Paluka Samoh dans le quartier Bacho à 6h50. La police a déclaré que Nitaya Kaenruang, âgée de 40 ans, avait été tuée de deux blessures par balle, l'une à la poitrine et l'autre au-dessus de l'oreille droite. Sa fille, Atchariya Kaenruang, âgée de 18 ans, a reçu une balle dans le dos et une autre au-dessus de son oreille droite. Des témoins ont déclaré à la police que la mère conduisait sa motocyclette avec la fille derrière elle quand elles ont rattrapé une motocyclette. Le passager leur a tiré deux fois dessus, faisant tomber leur motocyclette. Le passager a alors marché vers les deux femmes et les a abattues à bout portant avant de s'enfuir avec leur moto. La mère et la fille rentraient chez elles après le marché du matin, a indiqué la police. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052411-drive-by-shooting-kills-mother-daughter-in-narathiwat/
  26. « Qu’est-ce que c’est ? », demandent des amis en montrant un kanom piak poon sur le menu. « Un dessert thaï », répond-on. Ils montrent alors un kanom thuay foo et un kanom naam dokmai à la suite. « Ce sont aussi des desserts thaïs. » Ceux qui en ont assez d’être à court de mots pour expliquer la cuisine thaïe, ou qui sont confus des explications contradictoires de ce qu’ils mangent peuvent maintenant se tourner vers leur smartphone. Thai Food Terms est une application avec 1 600 entrées en anglais, français, allemand, italien, espagnol, chinois et japonais, produites par des professeurs de la Faculté des Arts de l’université Chulalongkorn. Il suffit de chercher les termes en thaï ou dans une autre langue pour trouver la traduction correspondante. Les entrées sont aussi regroupés par catégories de cuisine. « Certains mots étaient plus difficiles à traduire, tels certains types d’assortiments thaïs », avoue David Guinterrez professeur d’espagnol qui a lui-même traduit plusieurs termes en espagnol. « En espagnol nous n’avons qu’un mot : cesta. Si bien que j’ai dû décrire à quoi ça ressemble, l’appeler pequena cesta, grande cesta, ancha cesta et ainsi de suite.» L’application et ses traductions ont été faites par des experts linguistes au Chalermprakiat Center of Translation and Interpretation. Certains mots sont translittérés (p.e. tom yam koong), d’autres carrément traduits (kratong thong devient « coupe d’or »), quelques menus sont décrits en français (kai hor baytoey devient « poulet cuit dans des feuilles de pandanus »), alors que de nouveaux mots ont dû être créés n’ayant pas de traduction élégante (kang kao puek devient « taro du Triangle d’or » plutôt que « taro de chauve-souris »). Poh-taek peut être dit « soupe épicée de fruits de mer", mais une option plus esthétique est disponible : « poisson de cages éclatées ». Non seulement les noms des plats et boissons sont traduits dans toutes ces langues, mais aussi les légumes locaux, les fruits, les épices et les fleurs comestibles. Les termes de cuisine et ustensiles sont nommés pour laisser moins de confusion dans la cuisine. Des images des ingrédients, de même qu’un audio en thaï et dans les langues, accompagnent chaque entrée. « L’application sera utile aussi bien pour le grand public que pour les professionnels, des traducteurs et interprètes aux étudiants d’université, guides touristiques, employés des lignes aériennes, personnel d’hôtel, opérateurs de commerces reliés à la nourriture thaïe, de même qu’aux touristes et visiteurs du pays », a affirmé la doyenne de la Faculté. L’application Thai Food Terms en sept langues, version gratuite ou payante, sera bientôt disponible. Celles qui sont actuellement disponibles gratuitement sur IOS sont les versions espagnole, japonaise et allemande, et, versions payantes : anglais, chinois, japonais et allemand. Les sept versions linguistiques sont disponible en téléchargement sur Google Play Store, avec version complète par achat. Les versions gratuites n’ont que le dixième des 1 600 termes, alors que la version complète coûte 99 bahts. http://www.khaosodenglish.com/culture/2018/08/09/translate-your-next-meal-with-new-app/
  27. Le Bureau national des ressources en eau a mis en garde huit provinces du nord-est, de l'est et du sud du pays contre les crues subites et les glissements de terrain dus aux pluies de ces sept derniers jours. Les huit provinces sont Sakhon Nakhon et Muk Daharn dans le nord-est, Prachin Buri, Trat et Chanthaburi à l'est et Ranong, Phang-nga et Surat Thani au sud. Le secrétaire général du Bureau national des ressources en eau, Somkiart Prachamwong, a déclaré qu'une bonne coopération de 38 agences compétentes dans gestion de l'eau a permis d'empêcher les inondations dans d'autres zones. Il a indiqué qu'il existe huit grands barrages dont le niveau d'eau justifie une surveillance étroite, à savoir Lampao, Chulabhorn, Ubonrat, Vajiralongkorn, Pran Buri, Nam Oon et Kaeng Krachan. De ces huit barrages, deux d’entre eux, Nam Oon et Kaeng Krachan, sont déjà à une capacité de plus de 100 %.. M. Somkiart a déclaré que le niveau d'eau dans la rivière Phetchaburi a tendance à descendre à environ 69 cm des rives du fleuve en raison du drainage des eaux du barrage de Kaeng Krachan vers les systèmes d'irrigation des deux côtés de la rivière. L'arrivée d'eau dans le barrage de Kaeng Krachan est en baisse, mais pourrait augmenter la semaine prochaine en raison de nouvelles pluies, a-t-il ajouté. Pendant ce temps, le Département météorologique a prédit de nouvelles pluies continues dans tout le pays, avec de fortes averses isolées jusqu'en octobre. http://englishnews.thaipbs.or.th/8-provinces-warned-to-brace-for-flash-flood-and-landslide/
  28. Le tribunal pénal a approuvé la libération sous une caution de 2 millions de bt de l'acteur Jiratpisit Jaravijit, qui serait impliqué dans une escroquerie au Bitcoin de 800 millions de bt. Par ailleurs, le bureau de lutte contre le blanchiment d’argent (Amlo) a gelé les comptes bancaires de 51 suspects dans le cadre de la fraude à la monnaie numérique. En outre, Amlo a saisi des titres de propriété de 15 terrains d'une valeur totale de 176 millions de Bt, car ils auraient été achetés grâce à des gains mal acquis. Selon les enquêteurs, Jiratpisit, son frère et d'autres suspects auraient participé à l'arnaque d'un Finlandais basée sur des Bitcoins d'une valeur de près de 800 millions de Bt. Les unités numériques ont été transférées dans les portefeuilles électroniques de sept personnes qui ont ensuite converti les unités en bahts thaïlandais déposés dans plusieurs comptes bancaires. Le frère aîné de Jiratpisit, Parinya, qui est toujours en fuite, possède un compte en banque de 111,9 millions de thb, tandis que sa sœur aînée, Supitcha, possède un compte bancaire de 140,1 millions de thb. Les autres comptes bancaires appartiennent à Jiratpisit (21,6 millions de Bt), une personne nommée Tor (146,3 millions de Bt), une personne nommée Chor (162,9 millions de Bt), une personne nommée Chat (96,1 millions de Bt) et une personne portant le nom de code. Por (66,5 millions de Bt). Au total, 745,7 millions de Bt ont été transférés sur plusieurs comptes bancaires tandis que le plaignant a déclaré à la police qu’un montant total de 797,4 millions de Bt avait été volé. Jiratpisit a déclaré aux enquêteurs qu'il était innocent et que son compte en banque avait été utilisé par son frère aîné en fuite. Pol Colonel Charkit Sawasdee, chef adjoint du Bureau de répression du crime, a déclaré que Supitcha avait contacté la police et voulait parler aux enquêteurs. Prasit Srisuwan, l'un des suspects, s'est également présenté à la police hier et a nié tout acte répréhensible. Il a été constaté que Parinya avait ouvert plusieurs sociétés en Thaïlande et à Hong Kong dans le cadre de cette affaire. Le propriétaire finlandais des Bitcoins, Aarni Otava Saarimaa, a été incité à transférer des Bitcoins d'une valeur de près de 800 millions thb à des suspects thaïlandais pour investir dans des titres thaïlandais et autres ainsi que dans les casinos de Macao. Par ailleurs, la Securities and Exchange Commission (SEC), la bourse, a déclaré dans un communiqué que tous les investisseurs devaient faire preuve de prudence lorsqu'ils envisageaient d'investir dans des actifs numériques, tout en publiant la liste des sociétés pouvant demander des licences avant le 14 août. Le secrétaire général de la SEC, Rapee Sujaritkul, a déclaré qu'il y avait eu des escroqueries impliquant des actifs numériques et entraînant des dommages importants. Un décret sur la réglementation des actifs numériques est désormais en vigueur, obligeant les courtiers à obtenir une licence appropriée pour minimiser les risques des investisseurs. La SEC a déclaré qu'aucun émetteur d'ICO, ou Initial Coin Offerings, ou ICO portails en Thaïlande n'a été autorisé à ce jour. La SEC travaille également avec d’autres autorités sur l’enquête en cours. En raison de la popularité croissante des Bitcoins et des autres monnaies numériques, des gangs peu scrupuleux ont attiré des investisseurs innocents dans des arnaques. Cependant, les autorités ne veulent pas interdire complètement toutes les cryptomonnaies, car la nouvelle technologie a un large éventail d'applications utiles pour stimuler l'économie numérique. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1052352-actor-gets-bt2m-bail-for-alleged-role-in-bt800m-bitcoin-scam/
  1. Charger plus d’activité
BANGKOK 15 août 2018 17:45
Sponsors