Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Today
  2. Les compagnies aériennes internationales restituent 80% de leurs créneaux aéroportuaires en Thaïlande pour les cinq prochains mois Les compagnies aériennes internationales ont restitué jusqu'à 80% de leurs créneaux aéroportuaires dans les six aéroports internationaux de Thaïlande pour la période du 31 octobre 2021 au 26 mars 2022, ce qui indique leur incertitude quant à une reprise du secteur de l'aviation, selon Nitinai Sirisamatthakarn, directeur général d'Airports of Thailand. (AOT) Société cotée en bourse. AOT exploite les aéroports internationaux de Suvarnabhumi, Don Muaeng, Phuket, Hat Yai, Chiang Mai et Mae Fah Luang de Chiang Rai. Il a révélé que le point le plus bas pour l'industrie aéronautique en Thaïlande a été atteint de juillet à septembre, cette année, après que le gouvernement thaïlandais a suspendu tous les vols réguliers par mesure de précaution pour contenir la pandémie de COVID-19, au cours de laquelle les arrivées quotidiennes moyennes aux six vols internationaux n'était que de 50 passagers. La situation s'est améliorée depuis que la Thaïlande a assoupli les restrictions de voyage en octobre 2021, avec une moyenne de 30 000 arrivées par jour. Les compagnies aériennes ont abandonné 100% de leurs créneaux à l'aéroport de Don Muaeng et environ 70% de ceux de Suvarnabhumi, a déclaré Nitinai. AOT a subi 11 milliards de bahts de pertes opérationnelles au cours des neuf premiers mois de cette année et environ 10 milliards de bahts pour l'ensemble de l'année, a-t-il déclaré, ajoutant que l'activité au cours des deux prochaines années se redressera progressivement. Penyos Pibulsongkhram, de la compagnie aérienne Vietjet, a déclaré que l'industrie aéronautique est toujours en crise, bien que la situation s'améliore. Les créneaux d'aéroport représentent l'autorisation accordée à une compagnie aérienne par le propriétaire d'un aéroport d'utiliser les installations de l'aéroport pour l'atterrissage et le décollage.
  3. Le « passeport des vaccins » peut désormais être demandé via l'application Mor Prom L'Institut des maladies infectieuses de Bamrasnaradura a annoncé qu'il ouvrait un nouveau canal pour demander le certificat de vaccination pour les voyages internationaux. Ceux qui souhaitent acquérir le « passeport vaccin » peuvent s'inscrire via l'application Mor Prom à partir du 18 octobre. Après s'être inscrits dans l'application, les utilisateurs choisissent leur préférence de livraison, comme suit : retrait en libre-service, livraison postale ou e-mail pour une copie numérique du certificat. Le paiement peut être effectué en espèces pour un retrait en libre-service ou par paiement électronique avec les services bancaires en ligne via un code QR. Selon les données du 19 avril au 16 octobre 2021, 31 340 personnes dans tout le pays se sont présentées pour demander le passeport vaccinal auprès des organisations désignées par le Département de contrôle des maladies. Pour réduire l'encombrement et faciliter la vie du public, l'institut propose désormais une plateforme en ligne de demande de passeport vaccinal. Pour plus d'informations, veuillez contacter la hotline DDC au 1422. On ne sait pas si la délivrance est réservée aux personnes qui ont déjà un billet d'avion pour voyager ou pour tout le monde, par précaution. A priori il s'agit bien du livret homologué par l'OMS et donc valable partout mais une confirmation serait la bienvenue.
  4. Empêchés de vendre de l’alcool en période de Covid-19, les bars de Bangkok ont peut-être trouvé leur salut avec la dépénalisation du kratom, une plante tropicale aux effets stimulants, utilisée dans des cocktails sans alcool de plus en plus prisés. Autrefois légendaire, la vie nocturne de Bangkok, la capitale thaïlandaise, est en sommeil depuis de nombreux mois et l’interdiction de servir de l’alcool pour lutter contre la propagation du coronavirus. La Thaïlande a enregistré à ce jour environ 1,7 million de cas, l’essentiel depuis le mois d’avril lorsqu’un foyer né dans le quartier de la nuit s’est propagé à tout le pays, conduisant les autorités à baisser le rideau sur les boîtes et bars de nuit. Sans aide publique, certains patrons d’établissements ont fait fi de l’interdiction, en servant discrètement de l’alcool dans de simples tasses à café ou des canettes de soda. D’autres ont dû faire preuve de créativité, comme au Teens of Thailand, un bar populaire avant la pandémie pour ses cocktails à base de gin. Le kratom, dépénalisé en août Aujourd’hui il propose des mocktails (cocktails sans alcool) à base de kratom, plante de la même famille que le café qui stimule les mêmes récepteurs cérébraux que la morphine mais avec des effets beaucoup plus légers.Des feuilles de kratom, une plante largement utilisée en Asie, dont la consommation a été dépénalisée en août en Thaïlande. | AFP / JACK TAYLOR La plante, utilisée depuis des siècles en Asie du Sud-Est, a été retirée de la liste des produits interdits par le gouvernement thaïlandais en août dernier. Quatre dollars le verre, contre onze pour un Gin tonic : Nick Anuman-Rajadhon, le patron du bar, y trouve quand même son compte. Nous n’avons pas le choix, 15 à 20 % des revenus suffisent à payer l’équipe, à payer le loyer. C’est tout, a-t-il déclaré à l’AFP. La Thaïlande s’apprête à rouvrir timidement ses frontières, un besoin criant pour le royaume, où le tourisme représentait avant la pandémie près de 20 % de son économie. Mais le marché des boissons alcoolisées fait toujours grise mine car la vente d’alcool reste interdite dans les bars, restaurants et hôtels du pays. Thanakorn Kuptajit, président d’une association qui regroupe les professionnels du secteur, s’attend à une baisse de 50 % du chiffre d’affaires du secteur qui représentait avant l’interdiction quelque 9 milliards de dollars. Retour de l’alcool début décembre Le monde de la nuit attend tout de même beaucoup du retour des touristes, comme Chris Wise, patron du WTF Gallery Cafe, qui a dû se séparer ou baisser le salaire de quatre salariés. Fermé depuis avril, le lieu rouvre cette semaine avec une exposition d’art local et un menu de tapas et début décembre, il sera de nouveau autorisé à vendre de l’alcool. Mais la vie sanook (profiter), mai pen rai (pas de soucis), sa bai dee (détendue) qu’ont les Thaïlandais ne reviendra pas avant longtemps estime Chris Wise. C’est un désastre. Nous avons perdu l’artisanat, nous avons perdu la main-d’œuvre de l’industrie. Nous avons perdu de bons bars, de bons restaurants à cause de la mauvaise gestion du gouvernement, explique Nick Anuman-Rajadhon. Alors que l’heure de la réouverture du pays approche, les clients du Teens savourent leurs boissons au kratom. Un client boit une concoction de mangue et de citron vert surmontée d’une mousse au miel, servie dans une tasse en cire d’abeille, le léger goût amer des feuilles de kratom étant équilibré par la douceur fruitée. Au bout du bar, Pord, 40 ans, essaie son premier Tiger Ear, boisson à base de kratom, d’eau gazeuse et de citron vert. afp
  5. La police thaïlandaise, dont Big Joke, annonce l'arrestation d'un gang de passeurs et suspecte la mort de Rohingyas Le Grand Flic thaïlandais bien connu, le lieutenant-général Surachate Hakpan ou Big Joke, s'est joint à la police du bien-être humain, à la marine et à des homologues en Malaisie pour annoncer plusieurs arrestations dans deux cas très médiatisés, a rapporté Daily News. Le premier concerne les plaintes d'un groupe de Thaïlandais qui ont été secourus à Sihanoukville au Cambodge après qu'un gang chinois les a dupés dans une affaire de travail illégal là-bas. Environ 15 à 20 personnes ont été retenues prisonnières après qu'on leur a promis un travail légitime au Cambodge, mais ont été forcées d'escroquer leurs compatriotes en travaillant dans un centre d'appels. Des mandats d'arrêt ont été émis contre dix personnes - quatre ressortissants chinois, quatre Cambodgiens et deux Thaïlandais. A Chiang Mai, une Thaïlandaise appelée Ubonrat, 22 ans, et une Chinoise du nom de Thienfong ont été arrêtées en lien avec le racket. La police a déclaré que les victimes avaient été détenues dans des conditions épouvantables avant de réussir à demander de l'aide en ligne. La police cambodgienne est venue les délivrer. Huit autres sont toujours recherchés. Dans l'autre cas, Surachate a annoncé l'arrestation d'un homme du nom de Jepa, 54 ans, recherché pour trafic de migrants illégaux entre la Thaïlande et la Malaisie depuis 2015. Un mandat malais était lancé contre lui depuis 2016. On ne sait pas pourquoi la police ne l'a pas arrêté avant. Il fait partie d'un gang plus large impliqué dans la disparition de migrants rohingyas qui ont été fouettés à mort. La police malaisienne a trouvé les tombes de 30 de ces personnes dans leur pays. Cela rappelle le cas du général Manas Kongpan qui avec d'autres officiers de l'armée thaïlandaise, des Birmans et des civils était à la tête d'un immense trafic de Birmans et Rohingyas qui a fait des dizaines de morts dans le sud du royaume. Condamné à une très longue peine de prison, Manas est mort en détention cette année. Surachate qui médiatise ses actions n'a pas que des amis au sein de la police et il a été placardisé plusieurs années. On ne sait pas s'il est plus efficace et moins corrompu que ses collègues ou juste meilleur communiquant.
  6. Yesterday
  7. quarantaine de 7 jours pour les voyageurs vaccinés L'Ambassade du Cambodge reprend la délivrance des visas et e-visas touristiques avant le départ. Les voyageurs vaccinés doivent toujours observer une quarantaine de sept jours à leur arrivée dans le pays. L'Ambassade du Cambodge à Paris a confirmé à l'agence RapideVisa qu'elle avait repris la délivrance des visas et e-visas touristiques avant le départ. Les visas et e-visas sont délivrés sans conditions particulières. En revanche le visa à l'arrivée reste suspendu jusqu'à nouvel ordre. Seules les arrivées par avion à Phnom Penh sont possibles. Les voyageurs vaccinés avec 2 doses (il faut 2 doses même si vous avez eu le covid) sont soumis à une quarantaine de 7 jours dans un des 5 hôtels agrées. Les non-vaccinés devront eux effectuer une quarantaine de 14 jours et sont soumis au motif impérieux pour quitter la France. À l’embarquement, avec le passeport et visa ou e-visa, il faut présenter un résultat de test PCR négatif, imprimé en anglais, avec prélèvement moins de 72h ou 48h (selon la compagnie aérienne) avant l'entrée dans le pays, indiquant le numéro de passeport, signé et tamponné par le laboratoire. Il faudra également être en possession de l'original d’un certificat médical daté de moins de 72h ou 48h (selon la compagnie aérienne) avant l’entrée dans le pays, certifiant la négativité au Covid-19 (document rédigé en français et en anglais, signé par un médecin et tamponné), d'une réservation d'hôtel agrée pour la quarantaine et d'une attestation d'assurance en anglais, aux dates de du séjour, couvrant les frais médicaux incluant le Covid-19 pour des frais de 50 000 USD, à souscrire sur la plateforme [FORTE.]iurlblank:https://www.forteinsurance.com/covid-19-insurance Il est recommandé de lire également les conseils aux voyageurs délivrés par le Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères. La France a classé en orange le Cambodge. Les voyageurs doivent produire un motif impérieux pour se rendre dans un pays/territoire de la zone orange s’ils peuvent justifier d’un parcours vaccinal complet avec un vaccin reconnu par l’Agence européenne du médicament. https://www.tourmag.com/Cambodge-reprise-de-la-delivrance-des-visas-touristiques-avant-le-depart_a110814.html
  8. Environ 70 écoles privées en Thaïlande ont fermé au cours des neuf derniers mois, en raison des impacts de COVID-19, et environ 100 autres devraient leur emboîter le pas, dont 10 qui ont déjà informé le Bureau de l'enseignement privé de leur décision de fermer. La dernière en date, après plus de 80 ans d'activité, est la célèbre école Amnuaysilpa Thonburi à Bangkok, invoquant un problème de trésorerie. La ministre de l'Éducation, Kanokwan Wilawan, a déclaré qu'elle était pleinement consciente du problème et qu'elle consulterait Pornsak Rattana, du Bureau de l'enseignement privé, sur la manière de résoudre le problème. Pendant ce temps, le Dr Supaset Khanakul, président de l'Association of Private EducationCommittee, a souligné que, depuis l'ouverture du nouveau semestre, de nombreuses écoles privées n'ont pas été en mesure de percevoir les frais de scolarité des parents, totalisant environ un milliard de bahts, entraînant des problèmes de trésorerie. Par ailleurs, il a précisé qu'un certain nombre d'élèves avaient quitté leurs écoles avant leur réouverture pour le second semestre, soit parce que leurs parents n'ont pas les moyens de payer les frais, soit parce qu'ils ont déménagé. Bien que les écoles puissent être en mesure de collecter les frais de scolarité auprès de certains parents, elles sont toujours confrontées à des problèmes de trésorerie car elles devront payer leurs enseignants, dont beaucoup ont "volontairement accepté" un réduction de moitié de leurs salaires pour alléger le fardeau financier des écoles et de sauver leurs emplois. Le Dr Supaset a déclaré que l'association avait proposé que le ministère de l'Éducation fournisse gratuitement des kits de test d'antigène rapide aux écoles, afin que les enseignants et les étudiants puissent être testés avant le début du deuxième semestre pour permette un apprentissage normal sur place. Pendant ce temps, le Dr Jate Prapamontripong, de la chaîne d'écoles Prapamontree, a souligné que la pandémie de COVID-19 n'est pas le seul problème auquel la plupart des écoles privées sont confrontées, ajoutant que le faible taux de natalité de la Thaïlande au cours des 5 à 10 dernières années a contribué à réduire le nombre de potentiels élèves Bien que les écoles privées fassent économiser à l'État, estimé à environ six milliards de bahts par an, il s'est plaint que de nombreuses personnes ont une idée fausse des écoles privées, les accusant d'être axées sur les affaires et de se concentrer uniquement sur les bénéfices versus l'enseignement. Il est cependant exact que les écoles sont parfois situées sur des terrains que les propriétaires pourraient vendre pour y construire des condominiums. Ces spéculateurs devront étudier quelle activité leur rapporte le plus.
  9. Un Américain de 63 ans accusé de fraude a été arrêté à Hua Hin après avoir passé quinze ans en cavale. La police a déclaré que l'homme, que l'on connaît uniquement sous le nom de M. Tom, avait créé un site Web où il incitait les gens à soumettre leurs informations d'identification bancaires en ligne. L'homme aurait ensuite transféré de l'argent des comptes des victimes sur son propre compte. La police a déclaré que l'homme, qui nie toutes les allégations, avait lancé l'escroquerie en 2006. Deux de ses complices ont été arrêtés en 2007, dont l'un aurait désigné M. Tom comme suspect. M. Tom a été arrêté plus tard cette année-là mais a disparu après avoir été libéré sous caution. La police n'avait pas pu le retrouver depuis, jusqu'à ce qu'il soit de nouveau arrêté jeudi (22 octobre) 2021 dans un hôtel de Soi 88. La police a déclaré que l'homme avait été arrêté juste la veille du délai de prescription, ce qui aurait signifié qu'il aurait été un homme libre. Et voilà M. Tom à la case prison.
  10. La dernière semaine
  11. Le niveau de bonheur en Thaïlande a diminué au cours des dernières années, selon un certain nombre d'indices. Avec la pandémie de COVID-19 qui pèse sur l'économie du pays, la population vit dans l’incertitude, alors que les dépenses quotidiennes restent très élevées. À l'échelle mondiale, la Thaïlande est classée 48e sur 149 pays, selon The World Happiness Report 2021, une baisse significative par rapport à 2017-2019, lorsque le pays était classé 44e. Le rapport est principalement basé sur les niveaux de PIB, l'espérance de vie, la générosité, le soutien social, la liberté et la corruption. Une autre enquête, menée en mai 2021 par la Chambre de commerce thaïlandaise, montre que l'indice de « bonheur » parmi les Thaïlandais est de 27,7, le plus bas depuis la première enquête effectuée en 2006, et en baisse par rapport à 30,6 en avril. L'enquête indique que le niveau de bonheur s'est détérioré à cause des incertitudes, en particulier concernant la pandémie qui a fait des ravages sur l'économie thaïlandaise. Les gens risquent de perdre leur emploi et ont plus de mal à gagner leur vie. En raison de la situation économique actuelle, les gens sont découragés de dépenser, y compris d'acheter des biens, comme une nouvelle maison, une nouvelle voiture ou même de dépenser de l'argent pour voyager. On sait que l'économie des ménages restera fragile pour le reste de l'année, selon un autre rapport de la Kasikorn, en raison des inondations, de la hausse des prix de l'énergie et de l'incertitude concernant COVID. Selon les banques, il faut 33032 bahts pour vivre à Bangkok chaque mois en moyenne, ce qui est très élevé contrairement au salaire moyen des habitants de la capitale, qui est de 26 502 bahts par mois. Alors que Bangkok est 2e derrière Singapour en terme de coût de la vie en ASEAN, le salaire moyen de Singapour est beaucoup plus élevé que les dépenses quotidiennes. Le salaire mensuel moyen de Singapour est de 118 075 bahts, tandis que 76 770 bahts suffisent pour y vivre. De même, les habitants de la capitale malaisienne, Kuala Lumpur, gagnent en moyenne 34 209 bahts par mois pour un coût de la vie de 24 566 bahts. La situation à Bangkok n'est cependant pas unique parmi les villes de l'ASEAN, où les frais de subsistance sont supérieurs aux salaires mensuels moyens. Le coût de la vie à Ho Chi Minh-Ville est de 25 396 bahts par mois, tandis que les gens gagnent en moyenne 15 071 bahts par mois. Le coût de la vie à Jakarta est de 26 305 bahts par mois, tandis que les salaires moyens sont de 14 922. Le coût de la vie à Manille sont également élevés, à 32 570 bahts par mois, tandis que les salaires mensuels moyens ne sont que de 12 277 bahts. Le Dr Thanawat Pholvichai, recteur de l'Université de Thaïlande, affirme «Je pense que pour les Thaïlandais qui ont des salaires de plus de 30 000 bahts par mois économisent au moins 20%. Alors que les personnes à revenu plus faible économisent 5 à 10 %. C'est peu. » Lorsqu'on lui a demandé comment on pourrait amélioré la qualité de la vie dans le royaume, le Dr Thanawat a suggéré que le gouvernement devrait non seulement stimuler les activités économiques après la pandémie, mais également lutter contre les inégalités de revenus et réduire la pauvreté.
  12. La Thaïlande détient le record du le taux de décès dus aux accidents de moto le plus élevé au monde et les mauvaises routes font partie du problème, a déclaré le groupe de sécurité routière ThaiRAP. Le directeur de ThaiRAP, Kasem Choocharukul, a déclaré jeudi que trois routes sur quatre étaient dangereuses pour les motocyclistes. Les trous dans les routes et les voies principalement conçues pour les voitures expliquent le nombre élevé d'accidents de moto, a déclaré M. Kasem, de l'université Chulalongkorn. "Les routes en Australie, en France, en Angleterre et aux États-Unis sont principalement conçues pour les voitures car il y a proportionnellement plus de voitures que de motos, mais c'est l'inverse en Thaïlande", a-t-il déclaré. Les voies pour les motos sont à gauche en Thaïlande, comme celles pour les camions. Cela entraîne des accidents mortels. Les objets sur le bord de la route - tels que les poteaux électriques ou les arbres - sont également un facteur majeur d'accidents. Les barrières en Thaïlande sont conçues pour les voitures plutôt que pour les deux-roues, contrairement à d'autres pays qui ont pris en compte les motos. Les gouvernements composés d'automobilistes n'ont jamais considéré les conducteurs de deux-roues comme des citoyens à part entière. Lors de la conception ou l'amélioration des routes, une voie pour les deux roues devrait être créée pour éviter, par exemple, que les camions frôlent les scooters car cela entraîne ce dernier à glisser sous le poids-lourd. En Thaïlande, les deux-roues sont juste tolérées sur des routes conçues pour les voitures. "Si le gouvernement injecte 0,1-0,2 % du PIB chaque année, soit environ 15 milliards de bahts dans le réseau routier, cela évitera à des milliers de jeunes de mourir d'un accident de la route chaque année", a-t-il déclaré. Le rapport mondial sur la sécurité routière 2018 de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a indiqué que plus de 22 000 Thaïlandais sont morts dans des accidents de la route en 2016. "La majorité de ces décès concernent des personnes âgées de 15 à 29 ans", indique un communiqué accompagnant le rapport. "Le rapport 2018 montre également que 74% des décès dus aux accidents de la route en Thaïlande sont des conducteurs de 2 roues motorisés." En général, 20 000 décès sur les routes est le chiffre annuel reconnu. Le Dr Chamaiphan Santikan, ancien conseiller de l'OMS, a déclaré que le nombre de motocyclistes en Thaïlande augmentait d'environ un million chaque année. Il a déclaré que 21 millions de scooters ont été légalement enregistrés, mais il a ajouté que quelque 11 millions de conducteurs n'avaient pas de permis de conduire, ce qui augmente le risque sur les routes. Les types de deux roues les plus populaires chez les adolescents, avec des jantes larges et des pneus étroits, ont également le taux d'accidents le plus élevé, a-t-il déclaré. Dans certains pays, la largeur des pneus est régentée pour obliger les conducteurs à rouler sur des pneus larges moins dangereux. Rien n'est fait dans ce sens en Thaïlande. "Au cours des 18 dernières années, le nombre annuel de décès dus à des accidents de moto a été supérieur au nombre de décès dus à Covid-19 l'année dernière ou cette année", a-t-il déclaré. "Mais le gouvernement n'a mis en place aucune mesure pour faire face à ce problème. Une proposition a été soumise au Premier ministre mais est restée lettre morte." ThaiRAP - une agence du Programme international d'évaluation des routes - a proposé au Premier ministre Prayut Chan-o-cha une série de mesures concernant la sécurité des motos qui incluent des normes de performance et l'amélioration du système de permis.
  13. LA LETTRE DE VOS CONSEILLERS DES FRANCAIS DE L’ÉTRANGER CLAUDE BAUCHET et THATSANAVANH BANCHONG >Vendredi 22 Octobre 2021<- Troisième invitation pour un RENDEZ-VOUS EN LIGNE Fidèle à notre engagement d’être à votre écoute et dans l’attente de pouvoir à nouveau vous rencontrer lors de réunions dans toutes les régions de notre circonscription Thaïlande-Birmanie, nous poursuivons nos entretiens personnels en ligne. Nous vous proposons donc dès aujourd’hui de réserver votre rendez-vous privé en ligne pour le SAMEDI 30 OCTOBRE entre 13H00 et 16H00. Si vous souhaitez nous poser une question, présenter un problème, une suggestion… il suffit de vous inscrire dès maintenant via le lien ci-dessous : _votre rendez-vous privé en ligne pour le SAMEDI 30 OCTOBRE A très bientôt, CLAUDE BAUCHET ET THATSANAVANH BANCHONG SOMMAIRE 1/ ECHOS DU DERNIER CONSEIL CONSULAIRE SUR LES BOURSES 2/ LE DEFENSEUR DES DROITS ET FRANCAIS DE L’ETRANGER 3/ SIX NOUVEAUX SENATEURS NOUS REPRESENTENT 4/ VACCINATION ET PASSES SANITAIRES 5/ DERNIERE MINUTE : NOUVELLE REGLEMENTATION POUR LES VISAS RETRAITES OA ET O POUR UN RETOUR EN THAÏLANDE. 1/ ECHOS DU DERNIER CONSEIL CONSULAIRE SUR LES BOURSES Ce Conseil diffère du 1er conseil consulaire des bourses (CCB1) qui s’est tenu au printemps de cette année. Cette fois les enfants doivent être effectivement scolarisés à la rentrée pour bénéficier d’une bourse en seconde commission des bourses (dite CCB2). Quelles étaient les familles éligibles à cette seconde campagne ? - Les familles qui ont présenté un dossier en première campagne et dont les dossiers ont été ajournés et qui peuvent apporter un complément d’information. - Les familles dont les dossiers ont été rejetés en premier examen - Les familles qui souhaitent faire modifier la quotité accordée à la suite d’une aggravation de leur situation. Les demandes de révision exprimées par les familles dont la situation financière s’est dégradée depuis le premier Conseil Consulaire des bourses scolaires. Également celles qui contestent la décision de rejet de l’agence après avis de la première commission nationale des bourses (CNB) et qui apportent des informations complémentaires probantes par rapport au dossier présenté devant le premier Conseil consulaire des bourses scolaires. - Les familles qui n’avaient pas déposé de dossier de demande de bourses lors de la première commission car elles se sont installées dans la circonscription après la commission du printemps ou bien celles déjà installées dans la circonscription dont la situation sociale s’est aggravée. Nous avons tenu à ce que cette nouvelle disposition, plus que jamais utile en raison des effets économiques de la pandémie soit bien prise en compte. En effet certaines familles dont la situation en début d’année ne justifiait pas à leurs yeux une demande de bourse scolaire ont pu voir leur situation se dégrader au fil des mois ce qui les rendaient éligibles au dispositif pour ce dernier examen. En Thaïlande, lors du Conseil précédent nous avons proposé 261 dossiers avec un avis favorable. Ceux-ci ont tous été validés par la commission nationale. Nous rappelons que les crédits alloués pour l’ensemble des bourses attribués pour l’année scolaire 2020-2021 se montaient à 1 484 540 EUROS. Pour la campagne 2021-2022 nous sommes sur un budget d’environ 2 170 000 € soit une augmentation de plus de 45%. Cette évolution montre le niveau d’aide de l’Etat français aux familles mais aussi à quel point la situation sociale de nombre de celles-ci s’est détériorée. Lors de cette seconde commission nous avons examiné 165 dossiers dont plus des 2/3 ont été jugés éligibles. Les avis de notre Conseil Consulaire seront examinés par la Commission Nationale des bourses à mi-décembre et la décision définitive transmise aux familles vers la fin de cette année. Pour la Birmanie le prochain Conseil consulaire pour les bourses se tiendra dans quelques jours. 2/ LE DÉFENSEUR DES DROITS ET LES FRANÇAIS DE L’ÉTRANGER. LE DÉFENSEUR DES DROITS : UNE INSTITUTION TROP MÉCONNUE Le Défenseur des droits est une institution essentielle au sein de notre République pour la garantie des droits et libertés des citoyens. Son champ de compétence est très large : • Défenses des usagers des services publiques • Défense et promotion des droits de l’enfant • Lutte contre les discriminations ; promotion de l’égalité • Respect de la déontologie des professionnels de la sécurité • Orientation et protection des lanceurs d’alerte Ainsi par exemple, à l’occasion de la journée internationale des personnes âgées, la Défenseure des droits, Claire Hédon a présenté un état des lieux actualisé des discriminations fondées sur le grand âge et des difficultés rencontrées par les personnes âgées dans plusieurs domaines de la vie quotidienne. Nous aurons l’occasion de revenir sur ce thème dans les prochaines semaines. Depuis le 1 mars 2016, Mme Brigitte Bonnaud a été nommée déléguée du Défenseur des Droits en charge des Français de l’Étranger. Vous trouverez toutes les précisions utiles sur le site du défenseur des droits :www.defenseurdesdroits.fr . Vous avez la possibilité de saisir le Défenseur des Droits en remplissant un formulaire de saisine en ligne : [Formulaire.defenseur des droits.fr](https://formulaire.defenseurdesdroits.fr/defenseur/code/afficher.php?) Vous pouvez également téléphoner au +33 9 69 39 00 00 (du lundi au vendredi de 8h00 à 20h00 heures françaises) ou adresser un courrier à : Madame Brigitte Bonnaud, Déléguée aux Français de l’Étranger - Défenseur des droits - 7 rue Saint-Florentin - 75409 Paris Cedex 08 Il n’en demeure pas moins que cette institution ne prend pas suffisamment en compte les problèmes des Français établis hors de France. Nous nous félicitons donc de l’intervention récente de notre sénatrice Mme Hélène Conway-Mouret auprès de la Défenseure des Droits Mme Claire Hédon. 3/ SIX NOUVEAUX SÉNATEURS NOUS REPRESENTENT. Le 26 SEPTEMBRE dernier 6 sénateurs des Français de l’étranger ont été élus ou réélus. Nous félicitons donc Mme Mélanie VOGEL et Mme Samantha CAZEBONE, Messieurs Jean-Pierre BANSARD, Christophe-André FRASSA, Olivier CADIC et Yan CHANTREL pour leur élection. Nous ne manquerons pas de les solliciter pour que les problèmes des Français résidents hors de France soient réellement pris en compte. Nous les inciterons à se mobiliser contre les reculs sociaux concernant la protection sociale pour les retraités, une fiscalité injuste (en particulier pour les résidents vivant en dehors de l’Union Européenne), et l’affaiblissement des moyens alloués à l’activité consulaire et au rayonnement culturel français à l’étranger. Nous souhaitons également que nos représentants nationaux contribuent par leurs propositions à faire évoluer les mandats des élus de proximité pour une plus grande efficacité. Nous saluons particulièrement l’arrivée à la Haute Assemblée de Yan CHANTREL qui travaillera en étroite collaboration avec les deux autres sénateurs Français du Monde ; Hélène CONWAY-MOURET et Jean-Yves LECONTE. Yan Chantrel dès son arrivée dans l’hémicycle s’est indigné de la politique du gouvernement actuel responsable de « la dégradation forte de toutes les politiques publiques, des services publiques…» Notre nouveau sénateur veut ramener « la réalité vécue par nos compatriotes » au cœur des débats. Comme nous l’avons développé lors des dernières élections des Conseillers des Français de l’étranger nous le soutiendrons activement pour placer en bonne place la démocratie participative au sein des institutions, et notamment de la Seconde Chambre. « Il faudrait que cette institution soit ouverte à la parole citoyenne … C’est un axe important pour moi. La vie politique est parfois un peu déconsidérée par les citoyens, et il faut les réimpliquer en leur permettant d’ouvrir les espaces », insiste notre nouveau sénateur qui siégera par ailleurs à la commission de la culture, de l’éducation et de la communication. 4/ VACCINATION ET PASSES SANITAIRES Nous avons constaté que le système de réservation de la première campagne de vaccination orchestrée directement par l’Ambassade avait fonctionné parfaitement. Le gouvernement français a décidé de confier la gestion de cette nouvelle campagne à une compagnie privée et nous sommes nombreux à avoir déploré que les débuts de celle-ci aient été quelque peu chaotiques. Nous devons à l’intervention rapide de notre consulat vers la société ISOS une amélioration du dispositif. Ainsi depuis plusieurs jours des nouvelles dates de rendez-vous sont rajoutés régulièrement sur la plate-forme en ligne. Si vous souhaitez recevoir ce vaccin voici le rappel du lien pour vous enregistrer : VACCINATION : lien pour vous enregistrer L’inscription au portail ISOS pour la vaccination Moderna étant parfois difficile pour nos anciens et les personnes qui ont des difficultés à s’inscrire au portail, nous les invitons à contacter par téléphone le numéro thaïlandais suivant 02 205 78 25 (de 8h à 18h30 heure française, 7 jours sur 7) ouvert aux horaires de Paris. Une adresse mail est également à leur disposition pour toute question relative à cette vaccination : [email protected] Pour obtenir votre Passe sanitaire thaïlandais vous devez transcrire les données de votre vaccination sur l'application du gouvernement thaï «Mor Prom ». Attention ! il est impératif que votre centre de vaccination ou hôpital inscrive votre numéro de téléphone sur lequel un code OTP vous sera envoyé pour finaliser votre inscription. En cas de problème, vous pouvez envoyer un e-mail à l’adresse suivante : [email protected] ou téléphoner au numéro de ce service : 02 7922 333 Nous vous rappelons que pour obtenir ensuite votre Passe Sanitaire français vous pouvez suivre la démarche simplifiée. Connectez-vous sur le lien suivant pour remplir le formulaire en ligne : LIEN: obtenir ensuite votre Passe Sanitaire français ; démarche Demarches-simplifiees. Passe-sanitaire - francais de L'étranger 5/ DERNIERE MINUTE : NOUVELLE REGLEMENTATION POUR LES VISAS RETRAITES OA ET O POUR UN RETOUR EN THAÏLANDE. Vos deux élus Conseillers des Français du Monde se sont engagés dans une démarche commune avec leurs deux autres collègues du Conseil Consulaire pour interroger la CFE sur ses projets de réponses aux nouvelles exigences incluant de nouvelles règles au niveau des assurances pour les retraités désirant s’installer dans le pays mais aussi à ceux partis quelque temps de Thaïlande et voulant reprendre le chemin de leur domicile dans le Royaume. En effet suivant l’information officielle parue le 14 octobre dernier sur le site de l’Ambassade de Thaïlande à Paris les personnes retraitées âgées de plus de 50 ans souhaitant obtenir pour la première fois un visa retraité de type OA d’un an ou un visa O de 90 jours ont l’obligation de souscrire à une assurance maladie générale incluant les soins du COVID 19 pour un montant minimum de 3 Millions de bahts. Cette obligation de présenter une assurance avec une couverture d’au moins 3 Millions de bahts est étendue aux personnes retraitées momentanément hors de Thaïlande et qui souhaitent revenir dans le royaume sur le lieu de leur expatriation. Ceux-ci disposent déjà de leur visa retraite (OA ou 0) avec une autorisation de retour « re-entry ». Cette assurance, est-il précisé, doit être thaïe ou exercer en Thaïlande. Nous précisons cependant que cette mesure ne s’applique pas à ce jour à nos retraités renouvelant leur visa ici en Thaïlande. Les détenteurs de visas 0 n’ont donc toujours pas d’obligation de présenter une attestation d’assurance alors que nos compatriotes titulaires d’un visa OA doivent toujours fournir une assurance Thaïlandaise (40 000 bahts soin ambulatoire et 400 000 bahts en cas d’hospitalisation). Cette assurance correspond donc toujours aux exigences actuelles des autorités locales. Si l’idéal est bien toujours la reconnaissance de la CFE par les autorités thaïlandaises, l’urgence de la situation a amené les élus des Français de l’étranger à se tourner vers la CFE afin que celle-ci essaie de trouver une solution avec ses partenaires actuels ou d’autres assureurs thaïs reconnus par les autorités de notre pays d’accueil. Monsieur ERIC PAVY directeur de la CFE nous a immédiatement assuré que la CFE a pris en compte ces nouvelles règles et s’est tournée vers son partenaire APRIL THAILANDE pour qu’il prépare un nouveau produit avec LMG avec une couverture plus étendue pour répondre à la nouvelle réglementation. Compte tenu du nouveau montant à couvrir, la grille tarifaire sera logiquement plus élevée. Des tarifs préférentiels réservés aux adhérents de la CFE seront proposés et devront toutefois apparaître plus avantageux que les prix pratiqués sur le marché. Nous attendons donc la publication de ces propositions précises pour en juger. Nous ne manquerons pas de revenir vers nos compatriotes sur cette question centrale de santé et de solidarité. TOUJOURS À VOTRE ÉCOUTE Et si vous souhaitez nous poser une question, présenter un problème, une suggestion… n’hésitez pas à nous écrire ou à nous téléphoner ! Nous vous proposons également dès aujourd’hui de réserver votre rendez-vous privé en ligne pour le SAMEDI 30 0CTOBRE entre 13H00 et 16H00. Il suffit de vous inscrire dès maintenant via le lien ci-dessous : votre rendez-vous privé en ligne pour le SAMEDI 30 OCTOBRE
  14. BANGKOK, 21 octobre (Xinhua) -- Les constructeurs automobiles thaïlandais ont produit 140 038 véhicules en septembre, en baisse de 6,43% par rapport à l'année précédente, a annoncé jeudi la Fédération des industries thaïlandaises (FTI). Les ventes d'automobiles sur le marché intérieur ont chuté de 19,1% en glissement annuel en septembre à 56 871 unités. Cependant, les ventes d'automobiles sur le marché d'exportation ont augmenté de 15,47% pour atteindre 73 831 unités en raison de l'assouplissement du semi confinement et de la reprise économique internationale, selon la FTI. Sur une base mensuelle, cependant, la production automobile a augmenté de 34,47 % par rapport au mois d'août, soutenue par la demande croissante sur les marchés internationaux, car de nombreux pays ont commencé à assouplir leurs mesures de confinement. Au cours des neuf premiers mois de cette année, la production automobile du pays a totalisé 1,21 million d'unités, soit une augmentation de 25,93 % par rapport à la même période de l'année dernière. La Thaïlande est une base régionale de production et d'exportation automobile. Au cours de la période janvier-septembre, elle a exporté 699 682 véhicules finis, en hausse de 37,38% en glissement annuel et équivalent à 57,73 % de sa production totale, selon les données de FTI.
  15. agence gouvernementale de presse BANGKOK (NNT) - Le gouvernement a approuvé une proposition visant à subventionner le prix du diesel afin de maintenir le prix de détail à 30 bahts. Le vice-Premier ministre et ministre de l'Énergie, Supattanapong Punmeechaow, a déclaré que la subvention proviendrait du Fonds pour l'énergie de 9,2 milliards de bahts afin de maintenir le prix de détail du diesel à 30 bahts par litre, car l'augmentation du prix du pétrole brut a fait grimper le prix de détail actuel en Thaïlande au-dessus de ce seuil. Le conseil a également approuvé un plan d'urgence pour demander un prêt de 20 milliards de bahts pour soutenir le Fonds pour l'énergie en cas de faible liquidité, ou si le prix du pétrole brut à Dubaï dépasse 87,5 dollars le baril. Le ministre de l'Énergie a déclaré que le gouvernement pourrait réduire la taxe d'accise sur le pétrole pour aider à faire baisser le prix de détail, ce qui est un levier utilisé par les gouvernements précédents. Pendant ce temps, les prix du GPL continueront d'être plafonnés à 318 bahts par bouteille de 15 kilogrammes pour aider les vendeurs et empêcher l'augmentation des prix des biens de consommation. Le ministre a également indiqué que les entreprises de transports affectées par la situation actuelle ont droit à des prestations spéciales de sécurité sociale fournies par le ministère du Travail. Chaque opérateur peut recevoir 3 000 bahts par employé, avec un montant maximum plafonné à 200 employés.
  16. BANGKOK (Reuters) – La Thaïlande permettra aux visiteurs vaccinés de 46 pays d'éviter la quarantaine COVID-19 à partir du mois prochain, a déclaré jeudi le Premier ministre Prayuth Chan-ocha. Le pays d'Asie du Sud-Est est sur le point d'introduire les nouveaux arrangements de voyage sans quarantaine le 1er novembre alors qu'il cherche à relancer son industrie touristique vitale. Les 46 pays comprennent la Suisse, la Belgique, le Canada et la France mais aussi la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Chine, Singapour, l'Allemagne et l'Australie, selon le ministère des Affaires étrangères. Prayuth a déclaré que les visiteurs pouvaient ignorer la quarantaine obligatoire tant qu'ils arrivent par voie aérienne, ont été entièrement vaccinés et ont un document prouvant qu'ils sont testé négatifs au virus. La Thaïlande rouvrira la capitale Bangkok et d'autres destinations touristiques clés, dont Hua Hin et Pattaya, où les couvre-feux seront levés à la fin du mois, selon la Royal Gazette publiée jeudi soir. Des exigences d'entrée strictes et des mesures de quarantaine ont aidé à maîtriser les épidémies de coronavirus en Thaïlande jusqu'à ces derniers mois, mais les restrictions ont vu le nombre d'arrivées chuter de 40 millions de visiteurs en 2019 à presque rien. La Thaïlande a perdu environ 50 milliards de dollars de revenus touristiques l'année dernière, soit une chute de 82%. Tout a commencé par une réouverture pilote le 1er juillet sur son île la plus populaire, Phuket, qui a vacciné la plupart de sa population locale. Seulement 100 000 visiteurs étrangers sont attendus cette année, selon l'Autorité du tourisme de Thaïlande. Les détails de la réouverture du pays le 1er novembre et de la création de 17 zones tampon ont été publiés dans la Gazette royale. Le couvre-feu sera annulé dans ces zones mais les restaurants ne peuvent toujours pas servir d'alcool La liste des 17 comprend les 15 provinces ci-dessous plus Phuket et Surat Thani (Koh Samui, Koh Phangan et Koh Tao) Certaines restrictions, dont le couvre-feu, seront levées dans ces lieux. En résumé, vous avez 3 options 1- vous n'êtes pas vaccinés, c'est la quarantaine de 10 jours et deux tests. 2- vous êtes vaccinés mais d'un pays non éligible, c'est la zone tampon dans l'une des 17 provinces mentionnées et deux tests. 3- vous êtes vaccinés et venez d'un des 46 pays éligibles, vous passez une nuit dans un hôtel sécurisé pour attendre le résultat de votre test. Dans tous les cas, vous devez montrer la preuve que votre assurance couvre 50000 $. Arriver d'un pays éligible signifie y avoir séjourné au cours des 15 derniers jours.
  17. Les ministères de l'Éducation et de la Santé ont déclaré qu'ils étaient prêts à ouvrir des écoles pour l'apprentissage sur place. Mais ce ne sera toujours pas général à partir du 1er novembre. Cela dépendra de la région et du nombre de vaccinations effectuées. Pour de plus amples détails il faut attendre la réunion du CCSA la semaine prochaine. Il ne reste que dix jours avant le début du second semestre avec 50% des élèves du secondaire désormais vaccinés, a rapporté PPTV36. A une dose. Amporn Phinasa, du ministère de l'éducation, a déclaré que plus de 30 000 écoles étaient prêtes, mais qu'on ne rouvrirait pas toutes les écoles dans toutes les régions. La réouverture des écoles serait progressive en fonction de leur zone et du nombre de vaccinations effectuées. Le CCSA aura le dernier mot la semaine prochaine. Les enfants non vaccinés pourront toujours aller à l'école, a confirmé le ministre de l'Éducation Trinuch Thienthong, sans qu'on sache ce que cela signifie. Le ministre de la Santé Anutin Charnvirakul a déclaré que 1,3 million de doses de vaccin avaient été administrées aux enfants. Quatre millions étaient éligibles dans la tranche d'âge de 12 à 17 ans. On n'est donc pas à 50 % à une dose et on est à 0 % à deux doses. La vaccination dans un lycée bien connu de la capitale a été organisée le 6 octobre puis reportée au 26 et maintenant au 28. Tous les Bangkokiens ont reçu leur premier vaccin contre le Covid-19, tandis que 70% ont reçu leur deuxième injection, ce chiffre devant atteindre 80% d'ici la fin octobre, a déclaré mercredi le vice-gouverneur de Bangkok. Le vice-gouverneur de l'Administration métropolitaine de Bangkok (BMA), Sophon Pisutthipong, a déclaré qu'à partir des données recueillies lundi, la première dose du vaccin contre le virus avait été administrée à 105,63 %, soit 8 132 826 habitants de Bangkok. La deuxième dose a été administrée à 5 437 553 Bangkokiens, soit 70,63 % et devrait atteindre 80 % le 30 octobre. C'est évidemment faux, nous connaissons des Bangkokiens pas vaccinés du tout.
  18. La Thaïlande devrait entrer dans la saison froide la semaine prochaine et les périodes de temps froid dureront plus longtemps, 5 à 7 jours à chaque fois au lieu de seulement 3 ou 5 jours comme les années précédentes, selon le département météorologique thaïlandais. Le chef du département météorologique, Somkuan Tonjan, a déclaré mercredi que, les 17 et 18 octobre, un front froid a couvert les régions du nord et du nord-est de la Thaïlande, faisant chuter le mercure à 21-22°C pour un temps limité. Avant le début de la nouvelle saison la semaine prochaine, cependant, il a déclaré que la plupart des régions du pays connaîtront des tempêtes et des vents forts, en raison de l'arrivée d'un front froid qui heurtera des masses chaudes, après quoi la température chutera à en dessous de 23°C, saluant l'arrivée de la saison froide. En décembre et janvier, les températures à Bangkok devraient chuter à 21°C-23°C tandis que, dans les régions montagneuses, elles pourraient descendre jusqu'à 5°C.
  19. Vive émotion au temple lors de la crémation d'un garçon de huit ans horriblement torturé par son cruel beau-père Daily News a rapporté un horrible cas d'abus dans une famille thaïlandaise à Saraburi, dans le centre de la Thaïlande, perpétré par un beau-père cruel. Wirat Sae-heng, 37 ans, a été arrêté à Kuiburi, Prachuap Khirikhan, alors qu'il tentait de s'enfuir chez lui à Songkhla. Il avait agressé son beau-fils de huit ans. Il l'avait attaché à une poutre et l'avait fouetté avec un cordon électrique jusqu'à ce qu'il perde connaissance. Il avait également nourri le petit garçon avec sa propre urine qu'il avait gardée dans une bouteille et l'a finalement tué à coups de pied. L'enfant a été transporté à l'hôpital mais a été déclaré mort. La mère et sa sœur de 16 ans de la victime se sont rendues hier à la police de Nong Khae, Saraburi, qui leur a promis une protection après que le beau-père a menacé de les tuer si elles s'adressaient aux autorités. Les deux femmes se sont rendues ensuite au temple où le garçon attendait la crémation, le corps ayant été rendu après l'autopsie. Le frère cadet de la mère l'a agressée et injuriée en lui demandant pourquoi elle avait laissé son nouveau mari tuer le garçon. « Pourquoi ne l'as-tu pas protégé ? a-t-il demandé. Les voisins ont également attaqué verbalement la sœur de 16 ans en lui demandant pourquoi elle n'avait pas protégé son frère qui l'aimait. A date, la police ne semble pas inquiéter la mère et la sœur clairement coupables de non-assistance à personne en danger. Un petit enfant qui plus est. De leur sang. Les médias ont rapporté que ce meurtre a laissé tout le monde en larmes.
  20. Cinq importants officiers de la police du commissariat de Lumpini ont été "repositionnés" par la police royale thaïlandaise dimanche 17 octobre, après avoir prétendument laisser faire la vente illégale de boissons alcoolisées dans un restaurant du centre-ville de Bangkok qui a fait l'objet d'une descente dimanche. Cela fait suite à des raids quasi quotidiens à travers le pays, en particulier à Bangkok et à Pattaya, ciblant des lieux vendant illégalement de l'alcool, ce qui reste contraire aux règles du CCSA. Les bars et les lieux de divertissement sont fermés dans tout le pays depuis avril de cette année et les restaurants n'ont pas le droit de vendre de l'alcool, à l'exception de Phuket, Samui et Khao Lak qui bénéficient d'exemptions pour les seuls restaurants. Les règles sont extrêmement impopulaires et conduisent de plus en plus de propriétaires d'entreprises à les enfreindre ces dernières semaines. De même, certains policiers « regardent ailleurs ». Le CCSA continue de s'en tenir à ses déclarations selon lesquelles les bars et la vie nocturne sont des « super diffuseurs » de Covid-19. La police royale thaïlandaise, quant à elle, déclare qu'elle "ne fait que son travail en appliquant la loi, et qu'il ne lui appartient pas de décider quelle est cette loi" en réponse aux critiques des raids et arrestations de clients et de touristes. La révocation ou mutation des cinq officiers supérieurs de la police a été proposée par le général de la police Sophon Sarapat, après que 116 fêtards thaïlandais et étrangers présumés ont été arrêtés au restaurant XOXO sur Sukhumvit. Un comité d'enquête a été mis en place afin de déterminer si les policiers du commissariat de quartier (Lumpini) avaient manqué à leur devoir. Les 5 fonctionnaires mutés sont le surintendant Chakkrit Chosoongnoen; Chayachai Nathanakan, surintendant adjoint du contrôle de la criminalité ; surintendant adjoint d'enquête Prachya Boonyuen; l'officier Ekkarat Malawanno ; et l'inspecteur enquêteur Sittisak Sudhom. Le lieutenant-général de police Samran Nuanma, chef de la police métropolitaine, a révélé que les arrestations d'exploitants d'établissements et de clients surpris en train de boire ensemble continueront grâce à la police de Bangkok. «La police poursuivra ses investigations et surveillera de près les établissements suspects. Les contrevenants dans tous les cas doivent être poursuivis en vertu de la loi, sans exception, cela inclut les clients et les étrangers car nous avons été très clairs sur les règles. Prétendre qu'on ne connaît pas les règles n'est pas une excuse. a-t-il conclu. Les officiers de police du commissariat de Lumpini sont souvent mutés. Dans 95 % des cas, les policiers mutés ne sont pas punis et retrouvent leur poste après un mois. On ne sait jamais si le policier a fermé les yeux moyennement finance ou simplement par incompétence. On ne sait pas non plus si les policiers possèdent des intérêts financiers, directement ou directement, dans les établissements concernés. Certains experts médicaux pensent que la Thaïlande doit la terrible vague de Covid qui a commencé en avril aux policiers de Thong Lor (Bangkok) qui ont fermé les yeux devant des "lieux de plaisirs" qui auraient dus être interdits.
  21. La Thaïlande énonce sept conditions pour les étrangers qui veulent arriver en Thaïlande sans quarantaine À partir du 1er novembre, les touristes étrangers arrivant en Thaïlande, sans être obligés de se mettre en quarantaine, doivent remplir sept conditions, selon le Département de contrôle des maladies. Les arrivants étrangers doivent : Venir de pays spécifiés par le ministère thaïlandais de la Santé publique comme étant à faible risque et arriver par avion. Avoir des certificats pour confirmer qu'ils ont reçu deux doses d'un vaccin COVID-19 reconnu. Avoir des résultats COVID-19 négatifs aux tests RT-PCR effectués dans les 72 heures avant l'arrivée en Thaïlande. Avoir une couverture d'assurance maladie d'au moins 50 000 $ US. Avoir une confirmation écrite/électronique des réservations d'hôtel en Thaïlande. Télécharger et installer une application spécifiée à votre arrivée à l'aéroport et passer des tests RT-PCR dans les 24 heures suivant votre arrivée. Avoir des résultats de test négatifs aux tests réalisés en Thaïlande avant de se balader dans le pays sans quarantaine. On ne connaît pas "la liste" des pays mentionnés dans le 1-. Pour obtenir le point 7- il faut donc passer une nuit dans un hôtel ad-hoc La politique gouvernementale de réouverture du pays aux voyageurs étrangers repose sur trois modèles. Le premier est que les touristes arrivants, qui ne sont pas complètement vaccinés, devront être isolés pendant 7 à 14 jours selon les cas. Soit une quarantaine. Le second est le modèle « bac à sable » / zone tampon, qui sera à l'essai dans 17 provinces Et le troisième c'est "pas de quarantaine" pour les touristes qui remplissent les sept conditions fixées par le gouvernement thaïlandais. On suppose que bac à sable concerne les pays qui ne font pas partie de "la liste". Bien que les étrangers puissent entrer en Thaïlande avec le moins de restrictions possible, le gouvernement attache de l'importance à la sécurité du peuple thaïlandais et du système de santé du pays, qui doit être capable de faire face au nouveau défi, a déclaré le département.
  22. François Duclos La réouverture partielle des frontières de la Thaïlande aux touristes vaccinés le 1er novembre a poussé la compagnie aérienne Thai Airways à relancer une partie de ses vols réguliers internationaux, vers l’Europe dont Paris en particulier mais aussi vers l’Asie-Pacifique. A partir du 31 octobre 2021, la compagnie nationale thaïlandaise va progressivement relancer 36 liaisons internationales régulières depuis sa base à l’aéroport de Bangkok-Suvarnabhumi, en réponse à la décision du gouvernement de rouvrir le royaume aux touristes vaccinés sans quarantaine (pour l’instant seulement depuis l’Allemagne, le Royaume-Uni, la Chine, Singapour et les USA). Ces liaisons sont à ce jour programmées jusqu’à la fin de la saison hivernale fin mars 2022. Une partie de ces lignes vise directement l’aéroport de Phuket, l’île testant depuis juillet des mesures sanitaires allégées pour les visiteurs vaccinés. Thai Airways proposera ainsi début novembre à Bangkok des vols triangulaires vers Paris-CDG les mardis et jeudis, vers Londres-Heathrow les mercredis, vendredis et dimanche, vers Francfort les mardis, jeudis et samedis, vers Zurich le vendredi, ainsi que vers Munich, Copenhague et Stockholm. La capitale sera d’autre part reliée en direct par la compagnie de Star Alliance à Paris le dimanche, à Bruxelles-Zaventem le mercredi et le vendredi et à Zurich (lundi et mercredi), ainsi qu’à Londres (mardi, mercredi, vendredi et dimanche), Francfort (lundi, mercredi, vendredi et dimanche), Munich (dimanche), Copenhague (mercredi et dimanche), Stockholm (mardi et jeudi) et Milan-Malpensa (jeudi et samedi à compter du 1er janvier). En Asie-Pacifique, les avions de Thai Airways décolleront de Bangkok vers l’aéroport de Sydney le mercredi et le dimanche. Tokyo, Osaka, Nagoya, Manille, Singapour, Jakarta, Taipei, Séoul, Hong Kong, Delhi, Mumbai, Bangalore, Hyderabad, Chennai, Dhaka, Karachi, Lahore et Islamabad seront de nouveau desservis, avec des fréquences allant d’un vol par semaine à une rotation quotidienne Quasiment clouée au sol depuis le début de la pandémie de Covid-19, Thai Airways avait dévoilé en août dernier un bénéfice semestriel net de 11,1 milliards de bahts (285 millions d’euros), marquant les premiers effets de la restructuration approuvée en mai par les actionnaires et contrastant avec la perte de 28 milliards de bahts enregistrée à la même époque l’année dernière. Le chiffre d’affaires au S1 était en baisse de 74,8%, tandis que les dépenses avaient reculé de 58,2%. Thai Airways expliquait alors que la majorité des profits provennait de la réduction des dépenses, via la vente d’actifs immobiliers, d’actions de sa filiale Nok Air et de sa participation dans Bangkok Fuel Aviation Services ; et via des ajustements des avantages sociaux accordés aux employés. La compagnie aérienne a en outre annoncé le mois dernier avoir réduit sa dette de 1,26 milliards de bahts. Le directeur général pas intérim Suvadhana Sibunruang a en outre précisé que Thai Airways avait jusqu’à présent renégocié un total de 20 contrats de location d’avions et de maintenance de moteurs dans le cadre d’une nouvelle politique de réduction de la flotte – qui compte actuellement 66 avions hors Thai Smile, dont 22 loués aurès de dix sociétés de leasing (les vingt A320 de la filiale sont également loués). https://www.air-journal.fr/2021-10-20-thai-airways-repart-vers-leurope-entre-autres-5231111.html
  23. Un tueur professionnel abat le prêteur "Sia Piak" sous une pluie de balles à Saraburi, centre de la Thaïlande Thai Rath a rapporté la mort d'un homme appelé "Sia Piak" - un ancien directeur de banque devenu homme d'affaires - prêteur sur gages. Il a reçu 14 balles alors qu'il faisait de l'exercice près de chez lui de quelqu'un qui serait un tueur professionnel. La police de Saraburi a été informée de la fusillade à 21h30 hier dans le Soi 19 de Phichai Ranarong Songkhram Road en ville. Somphen Punnarattanakul (Sia Pak), 58 ans, qui vivait à proximité a été retrouvé mort sur la route en tenue de sport. Il avait de nombreuses blessures par balles de 11 mm dans la poitrine, l'abdomen, les bras et les jambes. 14 douilles se trouvaient près du corps. Une parente appelée Pornphimon, 36 ans, a déclaré que Somphen avait pris sa retraite prématurément de la banque où il était directeur et s'était lancé dans l'achat et la vente de biens immobiliers et dans le secteur des prêts. Il est devenu plutôt riche, a-t-elle observé, avec dix millions de bahts en banque. Son ex-femme étant décédée, il en avait une nouvelle. Il aimait le skateboard et sortait souvent pour faire de l'exercice et jouer avec des amis. Il avait joué au basket-ball, avait dîné puis était sorti se promener dans le soi isolé. Elle a entendu les coups de feu alors qu'elle prenait une douche, a-t-elle déclaré. Puis quelqu'un est venu lui dire que son oncle avait été abattu. Elle a dit qu'elle n'avait aucune idée de pourquoi quelqu'un pourrait faire cela car son oncle n'avait aucun problème connu avec qui que ce soit. C'était un homme qui parlait fort, aimait boire et ne trompait pas sa nouvelle femme, selon la nièce. Sa nouvelle épouse venait de rentrer en Isaan car son père était malade à l'hôpital. Pol Col Chetchai Chetsiri, chef de la police de Saraburi, a refusé d'expliquer pourquoi la fusillade avait eu lieu, affirmant qu'il rassemblait toujours des preuves et parlait à des témoins. Il a quand même admis que la mort était probablement liée aux "intérêts commerciaux" du défunt.
  24. suite de cette affaire Environ 130 millions de bahts ont été mystérieusement retirés de 10 700 comptes bancaires par le biais de paiements par carte de crédit et de débit entre le 14 et le 17 octobre, selon le président de l'Association des banquiers thaïlandais (TBA) Payong Srivanich. Les mystérieux retraits, principalement des paiements de biens ou de services par des commerces enregistrés dans des pays étrangers, font l'objet d'une enquête approfondie de la Banque de Thaïlande, de la TBA, de la police et du ministère de l'Économie. M. Payong a déclaré que les cybercriminels utilisaient les informations des cartes de crédit ou de débit pour passer de nombreuses petites commandes, qui ne nécessitent pas l'utilisation d'un mot de passe à usage unique (OTP) ajoutant que les banques rembourseront les personnes concernées dans un délai de cinq jours, s'il peut être prouvé qu'ils n'ont rien commandé en ligne pendant la période. Quant aux cartes de crédit, il a déclaré que les banques annuleraient toutes les transactions douteuses. Une gouverneur adjoint de la Banque de Thaïlande, Siritida Panomwon Na Ayudhya, a déclaré que la banque centrale augmentera la surveillance des transactions fréquentes de petits montants, ajoutant que les cartes seront immédiatement suspendu et les clients concernés notifiés si l'activité inhabituelle est détectée. Elle a révélé que la banque centrale et la TBA ont élaboré un ensemble de mesures supplémentaires pour prévenir cette forme de cybercriminalité : Les banques renforceront la surveillance des transactions fréquentes et de faible valeur et, si quelque chose d'inhabituel est trouvé, les cartes de crédit ou de débit concernées seront immédiatement annulées et leurs propriétaires avertis. Les clients seront avertis à chaque transaction par SMS, e-mail ou système bancaire mobile. Les clients des cartes de débit seront remboursés dans les cinq jours suivant la découverte de la violation de leurs comptes. Pour les titulaires de carte de crédit, les transactions inhabituelles seront annulées. La banque centrale et la TBA consulteront les fournisseurs de services de cartes de crédit, tels que Visa MasterCard, pour exiger l'utilisation d'OTP pour les transactions avec les magasins en ligne. Parallèlement, il est conseillé au public de vérifier régulièrement les transactions, en particulier celles qui impliquent l'utilisation de cartes de débit sur des plateformes à haut risque, telles que les jeux d'argent en ligne ou sur des plateformes ne nécessitant pas d'OTP.
  25. Le débordement de la rivière Lam Takhong et le ruissellement d'eau venant des districts de Soong Nern et Kham Talay Sor ont inondé la ville de Nakhon Ratchasima, au nord-est de la Thaïlande, pour la deuxième fois en moins d'un mois. La route de contournement, l'artère principale vers les autres provinces du nord-est, était si fortement inondée mardi que les petits véhicules en provenance de Bangkok devaient emprunter un itinéraire alternatif : la voie surélevée See Kiew vers le district de Chok Chai. Dans l'autre sens, Il est conseillé aux véhicules se dirigeant vers Bangkok via Nakhon Ratchasima d'emprunter la route Sai Chor en passant par Jor Hor en direction du district de Chok Chai et sur la route surélevée See Kiew. Il a fallu déplacer le matériel médical du rez-de-chaussée vers les étages de l'hôpital Maharat Nakhin Ratchasima. Des sacs de sable ont été utilisés pour construire un mur anti-inondation devant l'hôpital. D'énormes pompes à eau ont également été installées, au cas où le mur anti-inondation s'effondrerait. Le gouverneur Wichian Chantharanothai, a déclaré qu'un volume excessif d'eau des districts de Soong Nern et Kham Talay Sor, en raison de la tempête Kompasu la semaine dernière, se déverse dans la rivière Lam Takhong au lieu de dans la rivière Boriboon car l'écluse de Kok Kruat, censée détourner l'eau dans la rivière Boriboon, est inutilisable. Le département météorologique thaïlandais a mis en garde contre des crues soudaines et des inondations dans le sud de la Thaïlande et de fortes pluies isolées dans la plupart des régions du pays jusqu'au 24 octobre.
  26. Les étrangers qui demandent des visas de non-immigrant (O-A) pour des séjours en Thaïlande d'une durée maximale d'un an sont désormais tenus d'avoir une police d'assurance maladie avec une couverture minimale de trois millions de bahts pour les frais d'hospitalisation, au lieu des 400 000 bahts comme c'était le cas précédemment. Le vice-ministre de la Santé publique, Sathit Pitutecha, a déclaré mardi que la nouvelle règle vise à garantir que ces personnes recevront un traitement médical approprié s'ils tombent malades pendant leur long séjour dans le pays. Selon le Bureau de l'immigration thaïlandais et le Département des affaires consulaires, 3 768 étrangers ont obtenu des visas de non-immigrant l'année dernière et cette année. Les polices d'assurance peuvent être achetées en Thaïlande ou dans le pays d'origine, mais le montant de la couverture des polices émises à l'étranger doit être égal à la somme stipulée dans les polices émises en Thaïlande. On ne sait pas si cette règle concerne également les extensions de visa.
  27. Les ambassades thaïlandaises demandent toujours aux voyageurs étrangers qui souhaitent entrer en Thaïlande après le 1er novembre de réserver des hébergements de quarantaine, ont déclaré plusieurs sources à Thai Enquirer, malgré les déclarations du gouvernement affirmant que le pays s'ouvrait partiellement. Le Premier ministre Prayut Chan-ocha a déclaré plus tôt ce mois-ci dans un discours télévisé que la Thaïlande ouvrirait ses portes aux voyageurs vaccinés de dix pays « sûrs » à partir du 1er novembre. Le Premier ministre a déclaré qu'il était temps que le pays rouvre progressivement conformément aux plans de son gouvernement. Prayut a déclaré que la décision avait été prise pour aider l'économie, même si des répercussions sanitaires sont probables. Les États-Unis, le Royaume-Uni, la Chine, Singapour et l'Allemagne ont été mentionnés par Prayut. Il a déclaré que davantage de pays seraient annoncés dans quelques jours, mais jusqu'à présent, il n'y a rien d'officiel. Selon plusieurs voyageurs cherchant à entrer dans le royaume, les ambassades thaïlandaises à l'étranger ont déclaré aux demandeurs de visa qu'elles n'avaient reçu aucune instruction du ministère des Affaires étrangères à Bangkok concernant la levée des restrictions pour les voyageurs vaccinés. "L'ambassade nous a dit que nous aurons toujours besoin d'un certificat d'entrée et que nous devions toujours réserver des hébergements de quarantaine", a déclaré un voyageur étranger cherchant à entrer en Thaïlande depuis les États-Unis. Un autre touriste a partagé un e-mail de l'ambassade de Londres qui dit : "Nous n'avons pas encore été officiellement informés de ce qui se passera novembre. Si vous prévoyez de voyager bientôt en Thaïlande, préparez-vous comme si vous alliez dans un hôtel de quarantaine. » Le touriste a déclaré qu'il était impossible d'obtenir un visa sans réserver un logement en quarantaine. Les questions adressées au ministère des Affaires étrangères n'ont pas reçu de réponse. On ne sait pas pourquoi une communication clé délivrée par le Premier ministre à la nation n'a pas été transmise aux ambassades à l'étranger. Avec la réouverture imminente du 1er novembre, Bangkok prépare des protocoles pour tester les touristes à l'extérieur de l'aéroport, dans les hôtels ou les « hubs d'écouvillonnage » pour éviter les embouteillages à l'arrivée. Les voyageurs seront transférés via des limousines d'hôtel vers des hôtels SHA Plus qui ont des hôpitaux partenaires ou des centres d'écouvillonnage . Les hubs Swab, organisés par la Thai Hotels Association (THA), seront dédiés aux clients des petits hôtels. Les hubs peuvent être des hôpitaux ou des installations de quarantaine alternatives. En attendant le résultat, tous les arrivants sont tenus de rester dans leur chambre d'hôtel pendant la première nuit. Mme Thapanee de la TAT a déclaré que plus de 300 hôtels attendaient l'approbation SHA Plus. Le TAT aidera à tester les procédures opérationnelles standard à l'aéroport de Suvarnabhumi le 25 octobre. Au 18 octobre, le taux de vaccination à Bangkok était de 68,74 %, soit 7,9 millions de personnes entièrement vaccinées, selon le ministère de la Santé publique. Le taux d'occupation des hôtels de Bangkok devrait passer de 20 % ce mois-ci à 30 % en novembre.
  28. Les camionneurs organisent un rassemblement pour exiger une fixation du prix du diesel à 25 bahts par litre Des centaines de camions et leurs chauffeurs, affiliés à la Fédération des transports terrestres de Thaïlande, se sont rassemblés mardi sur six routes principales dans différentes régions du pays, dans une démonstration du « pouvoir des camions » pour faire valoir leur demande d'un prix du diesel fixé à 25 bahts/litre pour une période d'un an. La fédération a toutefois assuré au public que les camions n'entreront pas à Bangkok, pour éviter des désagréments aux automobilistes et autres citoyens. Les six principaux itinéraires concernés sont : Rama II reliant la route Kanchanapisek, commençant à Ratchaburi, passant par le carrefour de Pak Tho, Samut Songkhram, Samut Sakhon et se terminant à la périphérie de Bangkok Routes Borommaratchachonnani et Kanchanapisek, à partir du terminal de fret sur Buddha Monthon, vers Kanchanapisek, par le pont Mall Bang Khae et demi-tour à Buddha Monthon 6 Road Autoroute asiatique reliant Bang Pa-in dans la province d'Ayutthaya L'autoroute Bang Na-Trat, section ouest de la route Kanchanapisek à Samut Prakan. Sukhumvit Road dans le district de Si Racha à Chon Buri, du port de Laem Chabang au district d'Ao-udom Province d'Ubon Ratchathani Le président de la fédération, Apichat Prairoongruang, a déclaré que les chauffeurs avaient soumis plusieurs pétitions au gouvernement pour qu'il les aide à faire face à la hausse constante des prix du diesel, mais en vain. Il a affirmé que le prix du diesel de qualité supérieure a dépassé les 30 bahts/litre, ce qui a augmenté les coûts de transport de 10 %. La fédération a proposé que le gouvernement réduise la taxe d'accise de 5 baht/litre, afin que le prix du diesel puisse être maintenu à pas plus de 25 baht/litre. Apichat a affirmé qu'il existe actuellement 6,7 millions de camions, de différentes tailles, de quatre roues à 22 roues, qui sont correctement enregistrés, ajoutant qu'il y en a 400 000 affiliés à la fédération. Les prix actuels des différents types de carburant diesel sont les suivants : diesel premium, 34,26 baht/litre ; B20 diesel, 29,24 bahts/litre ; et B7 diesel, 29,49 baht/litre. Le directeur du Bureau de la politique fiscale, Pornchai Thiravech, a expliqué que la perception de la taxe d'accise n'est pas destinée à stabiliser les prix de l'énergie, mais à être utilisée pour des causes environnementales.
  1. Charger plus d’activité
BANGKOK 24 octobre 2021 22:56
Sponsors