Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Yesterday
  2. Malgré les appels lancés aux producteurs d'huile de palme par le ministère du Commerce pour maintenir leur prix départ usine entre 65 et 68 bahts par bouteille d'un litre, le prix de l'huile de palme a grimpé à plus de 70 bahts le litre sur la plupart des marchés. Une enquête aléatoire, menée par des reporters thaïlandais de PBS, montre que le prix de détail de l'huile de palme en bouteille varie de 70 à 76 bahts sur certains marchés et, alors que le prix reste à 68 bahts/bouteille ou moins dans les hypers, chaque client ne peut acheter que six bouteilles à la fois. Le prix de l'huile largement utilisé au quotidien pas les consommateurs thaïlandais a quasiment doublé. Une épicière a déclaré qu'elle devait augmenter le prix de détail car le pack de 12 bouteilles chez le grossiste coûte environ 800 bahts et, si elle doit les vendre à 70 bahts pièce, elle ne peut gagner qu'environ 3 bahts par bouteille. Pour contourner l'appel du ministère du Commerce, certains producteurs utilisent des bouteilles plus petites afin de faire plus de profit et tenter de flouer le consommateur. Les prix de l'huile de palme brute sur le marché mondial ont considérablement augmenté après que l'Indonésie, un important producteur, a imposé une interdiction d'exportation le 28 avril, dans le but de garantir un approvisionnement suffisant pour la consommation intérieure. Le ministère thaïlandais du Commerce hésite à déclarer l'huile de palme comme un produit contrôlé, car la plupart des producteurs de palmiers à huile se trouvent dans les provinces du sud, une base du Parti démocrate, allié au pouvoir. En raison des prix à l'exportation attractifs, les producteurs d'huile de palme ont augmenté leurs exportations d'huile de palme brute pour prendre des bénéfices. En mars, 112 000 tonnes d'huile de palme brute (CPO) ont été exportées, contre 15 887 tonnes en février et ce sont les consommateurs thaïlandais qui endurent ces hausses de prix très importantes sur le marché intérieur. Les producteurs d'huile de palme affirment que le prix de l'huile de palme en bouteille devrait être de 77 à 78 bahts par litre de bouteille, en raison des coûts de production élevés. Par exemple, le prix des graines de palmier à huile est passé à 13 bahts/kg contre un prix garanti de 4 bahts/kg. Le gouvernement n'évoque pas de mesures pour subventionner l'huile afin que les citoyens ne soient pas pénalisés.
  3. "Un ami proche" tue un copain autour du "verre de trop" dans le sud de la Thaïlande Thai Rath a rapporté qu'un homme a tiré cinq coups de feu sur un ami proche lors d'une soirée arrosée devant une maison de ville (compartiment) à Pak Phraek, province de Nakhon Sri Thammarat, dans le sud de la Thaïlande, jeudi soir. Winai Paeklang, 40 ans, de Korat, avait des blessures au visage, à l'épaule et au dos et a été déclaré mort à l'hôpital. Le tireur est un homme du nom de Nothachai Petchyoi, 30 ans, qui a fui les lieux dans un véhicule non précisé et est toujours en liberté. La police de Thung Song a trouvé du sang sur les lieux et des preuves que plusieurs coups de feu ont été tirés à partir d'une arme de 9 mm. Les médias ont rapporté qu'environ cinq personnes avaient beaucoup bu lorsqu'une dispute a éclaté entre les "amis proches". Les autres "amis" ont couru dans tous les sens pour échapper à la fusillade avant de revenir pour aider leur ami et l'emmener à l'hôpital. Nakhon Sri Thammarat est statistiquement la province la plus violente du pays. Il n'est pas rare, toutes provinces confondues, que des amis se tirent dessus en Thaïlande lors de soirées arrosées mais les étrangers ne risquent rien.
  4. Covid-19 ne sera pas déclaré comme maladie endémique le 1er juillet, a déclaré vendredi le ministre de la Santé, malgré ses déclarations antérieures. Les autorités proches du gouvernement ont déclaré ses deux derniers mois que Covid pourrait être déclaré comme maladie endémique en juillet sans fournir de critères spécifiques. Le ministre de la Santé s'est contredit hier. "Personne n'a dit qu'il serait déclaré endémique le 1er juillet", a déclaré Anutin Charnvirakul aux journalistes. Anutin a déclaré que la baisse actuelle du nombre de décès quotidiens de Covid devrait inciter à ce que la maladie soit annoncée comme endémique. Cependant, le processus implique le rezonage des provinces durement touchées avant d'assouplir les restrictions. Ce samedi, on ne compte que 37 morts et moins de 500 malades sous respirateurs. Anutin a déclaré que l'obligation du port des masques faciaux en public n'est qu'une recommandation, se contredisant une nouvelle fois car il a précédemment dit vouloir que la population porte le masque en permanence même après la fin de l'épidémie. Il a déclaré que certaines provinces ont émis leur propre ordonnance d'obligation sur les masques faciaux avec des amendes à la clé, mais que les condamnations sont rares. "Il n'est pas nécessaire de l'appliquer strictement car les gens coopèrent", a-t-il déclaré.
  5. La dernière semaine
  6. À partir du 1er juin, les Thaïlandais de retour en Thaïlande n'auront plus besoin de demander un "Thailand Pass", mais les étrangers sont toujours tenus de le faire, cependant le processus d'entrée des étrangers en Thaïlande sera facilité, tandis que la quarantaine pour les arrivées par voie aérienne et terrestre sera supprimée, selon l'administration en charge de Covid (CCSA), ce vendredi. Il n'y aura plus aucune exigence de quarantaine pour ceux qui ne sont pas complètement vaccinés arrivant par voie aérienne ou terrestre, mais ils doivent soit passer un test rapide d'antigène, administré par un professionnel de la santé, dans les 72 heures avant le départ ou à l'arrivée. L'exigence de couverture d'assurance reste de 10 000 USD. Aucun résultat de test COVID-19 ne sera requis avant le voyage pour les arrivées internationales qui sont entièrement vaccinées. Rien de nouveau, ici. On ne peut donc pas dire que la Thaïlande est complètement rouverte puisque les impétrants doivent toujours s'inscrire sur Internet et contracter une assurance. Le CCSA a également décidé d'autoriser la réouverture des pubs, bars et karaokés dans les zones "Bleue", ou "bac à sable", et "Verte", jusqu'à minuit, à compter du 1er juin, mais avec certaines restrictions. Le partage de verres non lavés (sic !) et la promotions de l'alcool sont interdits mais la vente d'alcool est autorisée. Un "contact étroit" entre les clients et les employés est autorisé, mais ils doivent porter des masques faciaux. Actuellement, certains de ces lieux sont autorisés à fonctionner comme des «restaurants»,. Les nouvelles mesures annoncées aujourd'hui signifient que les restrictions ont été assouplies et que ces établissement seront autorisés à «rouvrir complètement» une fois qu'ils ont reçu le feu vert des autorités sanitaires locales. Les prestataires de services dans les lieux de divertissement (par exemple les musiciens), doivent être complètement vaccinés, avec rappels, et le personnel doit prendre sa température tous les jours et passer des tests ATK tous les sept jours ou s'il développe des symptômes ou s'il est cas contact. Tous sont tenus de se conformer aux mesures spéciales. Les clients doivent prouver qu'ils ont été entièrement vaccinés, y compris le rappel, et se conformer aux mesures. Ces établissements sont déconseillés aux plus de 60 ans, à ceux souffrant de maladie chronique ou aux femmes enceintes. Pour rouvrir, les lieux de divertissement doivent demander l'approbation du comité provincial des maladies, y compris Bangkok. Seuls les sites dûment enregistrés seront autorisés à rouvrir. Les tables doivent être distantes d'au moins un mètre et la salle doit être bien aérée. Les opérateurs doivent contrôler le statut vaccinal de leurs clients. Le CCSA modifier les zones des provinces. Maintenant il en existe 17 "Bleues", 46 "Jaunes" et 14 "Vertes". Comme les vertes et les bleues sont concernées par la réouverture des bars, cela signifie que 31 provinces sont "libérées".
  7. agence gouvernementale de presse La police a arrêté 24 suspects chinois et thaïlandais qui escroquait des hommes grâce à des stratagèmes liés aux sentiments. Ils se trouvaient dans un hôtel de villégiature de la province de Chiang Mai et ils auraient trompé de nombreuses victimes japonaises. La police de Chiang Mai et la police de l'immigration ont arrêté 22 hommes et deux femmes dans un hôtel du village de Ban Nong Yao, district de Fang et ont saisi un grand nombre d'ordinateurs et de téléphones portables. Le gang avait loué l'hôtel entier et l'avait transformé en base criminelle. Les escrocs présumés ont utilisé les faux profils de belles femmes dont les photos ont été "empruntées"sur Internet. Grâce à des applications de rencontres et à l'application LINE, les suspects ont approché des hommes japonais, ont noué des relations et les ont incités à investir via une application frauduleuse. Beaucoup de Japonais sont tombés dans le panneau. Les suspects ont été inculpés de rassemblement illégal et d'escroquerie. Habituellement les victimes sont des femmes thaïlandaises isolées affectivement et les délinquants sont des Africains isolés eux aussi, aidés par leurs compagnes thaïlandaises. Les nouveautés à Fang, c'est que les victimes sont des hommes Japonais et que les délinquants font partie d'un gang supposément commandé par des criminels chinois. Le Cambodge est totalement gangrené par de nombreux gangs chinois qui ont créés des centres d'appels, embauchant parfois des Thaïlandais. Il faudra surveiller pour savoir si d'autres gangs chinois se sont installés dans le Nord de la Thaïlande.
  8. La Food and Drug Administration (FDA) a précisé jeudi que les gens seraient libres de cultiver de la marijuana et du chanvre après l'entrée en vigueur d'une directive du ministère de la Santé publique le 9 juin. Le Dr Withit Saritdeechaikul, de la FDA, faisait référence à la directive du ministère de la Santé publique de retirer la ganja (marijuana) et le chanvre de la liste des stupéfiants de catégorie 5. Cela dit, une fois que la directive entrera en vigueur, aucune partie de la ganja et du chanvre, à l'exception de la substance extraite contenant plus de 2 % de THC (tétrahydrocannabinol), ne sera considérée comme un stupéfiant. En creux, le THC (le produit qui "défonce") restera formellement interdit. On ne sait pas comment les autorités pourront s'assurer que les plans sont incapables de produire du THC. Les gens (étrangers aussi ?) peuvent cultiver du chanvre et de la ganja sans avoir à demander la permission. Ils sont uniquement tenus d'informer la FDA du nombre de plantes de ganja ou de chanvre qu'ils cultivent via une application appelée "Pluke Gan" ou "culture de ganja", a ajouté Withit. Les mêmes règles seront appliquées à ceux qui souhaitent cultiver du chanvre et de la marijuana à des fins commerciales, a déclaré Withit. Mais le chef adjoint de la FDA a déclaré que les personnes souhaitant importer des graines ou d'autres parties de chanvre et de ganja devront demander une autorisation conformément à la loi sur les végétaux BE 2518 (1975). Il a noté que l'importation de produits alimentaires à base de chanvre et de marijuana devra se baser sur la loi sur le transport aérien et les colis internationaux. Il a ajouté que la FDA rédige toujours sa réglementation précise. Celle-ci visera à promouvoir les producteurs et fabricants locaux d'herbes, a déclaré Withit, ajoutant que la FDA devrait réviser sept réglementations sur la question. Attention, la brigade des Stups' plutôt opposée à ces projets pourraient mettre des bâtons dans les roues du ministère de la santé et de la FDA en interprétant différemment la loi.
  9. La police de Nong Prue a déclaré hier qu'un Thaïlandais âgé de 35 ans avait reconnu l'agression brutale d'une professeur russe près du réservoir de Mabprachan dans la région de Pattaya. Elena Y., 38 ans, a été brutalement agressée alors qu'elle faisait du jogging dans la nuit de mercredi, déclenchant une chasse à l'homme immédiate. Certains ont émis l'hypothèse que l'attaque était sexuellement motivée ou provoquée par le conflit en Ukraine, mais cela semble sans fondement. La police de Nong Prue et la police touristique de Pattaya ont découvert qu'un pick-up blanc avait été utilisé par l'agresseur et il a été facile de retracer ses déplacements grâce aux caméras de vidéosurveillance. Le véhicule venait d'un lotissement à seulement un kilomètre du poste de police de Nong Prue. Le pick-up Mazda BT 50 garé Soi Nern Plap Wan a été utilisé par un homme qui a refusé de donner son nom et qui a été placé en garde à vue la nuit dernière. Thai Rath a rapporté qu'il a admis l'agression en disant qu'il était stressé et que ça le soulageait d'attaquer les gens. Cet argument est plutôt utilisé lors d'agressions sexuelles. Une reconstitution du crime - une caractéristique commune aux enquêtes thaïlandaises - et un point de presse sont attendus aujourd'hui.
  10. Les médias thaïlandais continuent de rendre compte des retombées de l'affaire du "Saint-Père" dans le nord-est de la Thaïlande, un mystique qui préconisait que ses disciples mangent ses sécrétions corporelles. Phra Bida, affirmait que cela favoriserait la santé des fidèles de sa secte. Il fait face à de nombreuses accusations pour avoir dirigé une secte sur des terres appartenant à un parc naturel. Finalement, on ne peut lui chercher noise que sur ce point car profiter de la crédulité de ses contemporains n'est pas forcément un délit, moult religions sont basées sur ce concept. Hier, le porte-parole adjoint de la police royale thaïlandaise (RTP), Pol Col Siriwat Deephor, a déclaré que la police respectait la religion et les personnes ayant des croyances superstitieuses. Mais lorsqu'il s'agit de protéger la santé publique, les officiers sont obligés d'agir. Il a noté que des cultes et des religions loufoques existent partout dans le monde, entraînant des suicides de masse, des attentats à la bombe et d'autres crimes. La RTP agira lorsque la population sera menacée. Dans le cas présent, les membres de la secte buvaient de l'urine ce qui n'est pas forcément mortel mais, en revanche, l'ingestion d'excréments (les siens "propres" et ceux du gourous) peuvent être dommageables pour la santé. On ne sait pas si la conservation de 10 cadavres dans la secte était légale ou pas.
  11. Thai AirAsia X a déposé son bilan auprès du tribunal central des faillites de Bangkok, a annoncé la compagnie aérienne jeudi 19 mai. La compagnie aérienne a déclaré que son dossier avait été accepté mercredi après sa présentation au tribunal mardi. "L'objectif est de réorganiser l'administration de l'entreprise et de restructurer ses dettes, offrant une plus grande efficacité et une plate-forme solide pour une croissance future robuste post pandémie de COVID-19", lit-on dans un communiqué de l'entreprise. "Le processus n'aura aucun impact sur les passagers car les opérations se poursuivront comme d'habitude et Thai AirAsia X se prépare à réintroduire des vols vers la Corée du Sud et le Japon à partir de juin 2022". Thai AirAsia X (international depuis la Thaïlande) est une joint-venture entre Thai AirAsia et AirAsia X de Malaisie qu'il ne faut pas confondre avec Thai Air Asia (domestique en Thaïlande), ni avec Air Asia (maison mère malaisienne) ou avec Air Asia X (maison mère malaisienne vols internationaux). M. Patima Jeerapaet, directeur général de Thai AirAsia X, la décision de la compagnie aérienne de se restructurer a été prise pour améliorer la gestion de la dette de la société impactée au cours des deux dernières années de pandémie. "Thai AirAsia X fait la démarche au bon moment avec reprise du tourisme et réouverture du pays. Nous assurons que ce processus n'aura aucun impact sur nos services aux passagers ou sur les plans de vol. Les passagers qui ont déjà réservé pourront voler vers la Corée du Sud et le Japon à partir de juin 2022. Thai AirAsia X a également d'autres plans d'expansion et ajoutera des fréquences de vol et de nouvelles routes en fonction de la demande, », a déclaré M. Patima.
  12. Les tentatives du Comité national thaïlandais des substances dangereuses de revoir (et peut-être renverser) l'interdiction des herbicides paraquat et glyphosate et de l'insecticide chlorpyrifos ont été contrecarrées par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha. Le Premier ministre a ordonné au ministre de l'Industrie Suriya Jungrungreangkit, qui préside le comité, de retirer immédiatement de son ordre du jour la révision prévue de l'interdiction des substances et de ne plus soulever la question. Cette réaction éclair a été prise après que le vice-ministre de l'Agriculture, Mananya Thaiset, a informé le Premier ministre de l'examen (pour renverser la loi) prévu par le comité. Le ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, a déclaré mardi que le problème avait été résolu fin 2019, lorsque la Thaïlande a interdit l’importation et l'utilisation des substances, à compter de juin 2020, pour des raisons de santé. Il a affirmé que toutes les parties concernées se sont adaptées à l'interdiction et il ne comprend pas pourquoi il y a encore des tentatives pour renverser la décision ajoutant que le ministère de la Santé publique s'opposera à toute tentative d'autoriser à nouveau l'utilisation de l'un des trois produits chimiques. Il y a cependant eu des tentatives, notamment de la part d'agriculteurs, pour faire lever l'interdiction. Ils affirment que les substances alternatives ne sont pas aussi efficaces. En décembre 2020, une demande d'extension de l'utilisation du paraquat et du chlorpyrifos a été rejetée. De nombreux autres pays ont déjà interdit les deux substances. En France le paraquat et le chlorpyrifos sont interdits mais le glyphosate est autorisé malgré les promesses du gouvernement.
  13. Hier 18 mai, le chef du Thai Local Power Party, Chutchawan Kong-u-dom, a soumis un projet d'amendement à la loi sur les jeux permettant la légalisation des casinos et des jeux d'argent en ligne. Chutchawan, connu sous le nom de "Chat Taopoon", et les membres de son parti ainsi que 20 représentants de petits partis ont soumis le projet d'amendement au président de la Chambre Chuan Leekpai. Chutchawan a déclaré que le projet d'amendement visait à légaliser les casinos en ligne pour générer des revenus dans le pays en pleine crise économique. Il a déclaré qu'il visait également le jeu en ligne et le commerce hors taxes. Kovit Puangngam, un député du même parti, a déclaré que la légalisation des casinos en ligne permettra aux autorités de percevoir des taxes, ainsi que de condamner les opérateurs de casino illégaux. Sur les recettes fiscales perçues auprès des titulaires de licence, 10 % seront envoyés au ministère des Finances, tandis que 90 % financeront les initiatives de protection sociale de l'État, notamment l'allègement de la dette dans le secteur agricole, les prêts étudiants et le développement professionnel, a déclaré Kovit. Le pays devrait générer et gagner 1500 milliards de baht grâce aux casinos en ligne selon Kovit. En outre, le parti a proposé d'exploiter un casino réel dans chacune des quatre régions de Thaïlande les plus touristiques a-t-il déclaré. Ces casinos généreront au moins 400 à 600 milliards de baht chaque année, a déclaré Kovit. Outre les casinos, le parti proposera également de légaliser les loteries clandestines grâce auxquelles le pays pourrait gagner au moins 150 milliards de baht chaque année, a-t-il déclaré. "Le projet d'amendement à la loi sur les jeux de hasard pour légaliser les casinos et les loteries clandestines est destiné à générer des revenus alors que le pays fait face à une dette nationale massive", a-t-il déclaré. Kobboon Tangsawatdikun, du même parti, affirment que les jeunes accèdent aux jeux de hasard en ligne très facilement, ce qui est préoccupant. Cependant, la légalisation des casinos en ligne permettra de vérifier les données des joueurs en ligne, ce qui peut également aider à prévenir les crimes associés aux activités de jeu, a-t-il déclaré.
  14. L'invasion russe de l'Ukraine devait se terminer rapidement par une victoire de Moscou. Mais les approvisionnements en armes de l'ouest et la résistance acharnée des Ukrainiens voient le conflit s'éterniser. Les Ukrainiens se défendent et ont en fait repoussé les Russes sur plusieurs fronts. Mais Moscou ne cède pas, peut-être parce qu'il n'existe aucune porte de sortie honorable, et affirme à sa population que cette lutte pour dénazifier l'Ukraine est un conflit de longue haleine. Une telle rhétorique indique un conflit sans issue. Les pourparlers directs entre l'Ukraine et Moscou n'ont pas abouti. Les ouvertures des dirigeants de l'OTAN, dont le français Emmanuel Macron et le turc Recep Erdogan, n'ont pas non plus réussi à convaincre le président russe Vladimir Poutine de la nécessité d'un retrait ou de trouver une issue. La médiation des dirigeants israéliens, n'a pas non plus abouti à un résultat tangible. Il est clair que tout accord de paix doit impliquer non seulement les deux parties en conflit, Ukraine et Russie, mais aussi l'UE et, plus important encore, les États-Unis. Les Américains, volontairement ou par les gaffes du président Joe Biden, ont mis de l'eau sur le feu, allant jusqu'à appeler à un changement de régime en Russie. Moscou a répondu en accusant Washington d'essayer de déclencher la Troisième Guerre mondiale et en parlant de sa dissuasion nucléaire. Les deux parties ont refusé de se rencontrer. Et c'est là que la Thaïlande entre en jeu. En tant qu'hôte du sommet de l'APEC, qui se tiendra en novembre 2022, la Thaïlande a un rôle unique à jouer dans la diplomatie mondiale si elle choisit de se lancer dans cette voie. Bien entendu, cela obligerait le ministère des Affaires étrangères à modifier son attitude effacée et à être plus proactif en matière de diplomatie. Mais l'APEC reste bien la seule opportunité où la Russie et les États-Unis enverront de hauts dirigeants à une conférence majeure depuis le début du conflit. Biden et Poutine seront invités, selon des sources au sein du MAE thaïlandais. Même si les deux dirigeants déclinent l'invitation, ils seront représentés à un haut niveau. Pour les Russes, c'est l'occasion de chercher un soutien alors qu'ils se retrouvent de plus en plus isolés. Pour les États-Unis, l'APEC est important pour contrer la Chine et demander davantage de sanctions contre les Russes. Les présidents américains se rendent régulièrement aux réunions de l'APEC qui se tiennent à Bangkok. Avec tant d'enjeux, la médiation thaïlandaise dans la crise peut sembler farfelue, mais si les hommes et les femmes du MAE pouvaient rêver assez grand, c'est une opportunité de victoire diplomatique qui ne se présente pas très souvent.
  15. La Commission des poursuites publiques a décidé de licencier mercredi l'ancien procureur général adjoint Nate Naksuk, reconnu coupable de négligence dans le traitement de l'affaire très médiatisée de délit de fuite dans laquelle un héritier de Red Bull , Vorayuth Yoovidhya, est impliqué. Le président de la Commission, Patchara Yutithamdamrong, a déclaré que ses collègues et lui avaient jugé que Nate avait été imprudent dans l'affaire de manière à causer de graves dommages à l'État. Nate a été accusé de ne pas avoir poursuivi l'affaire contre Vorayuth devant le tribunal. Patchara a déclaré que 14 membres de la commission se sont réunis mercredi, avec un absent et huit qui ont voté contre Nate plus six abstentions. Il a expliqué que la commission n'avait trouvé aucune preuve d'irrégularités, juste un manquement et une négligence dans l'exercice de ses fonctions, ce qui constitue une grave faute. Comme Nate n'avait commis aucune violation disciplinaire auparavant, la commission a décidé de simplement le révoquer, a déclaré Patchara, ajoutant qu'il s'agissait de la conclusion du processus disciplinaire. Il a ajouté, cependant, que Nate peut faire appel de la décision de la commission devant le tribunal administratif. L'affaire du délit de fuite remonte au 3 septembre 2012, lorsque Vorayuth, au volant d'une Ferrari a percuté un policier, Wichian Klanprasert, alors qu'il conduisait une moto, le tuant avant de le traîner sous le véhicule. De multiples accusations ont été portées contre lui, notamment pour excès de vitesse, conduite imprudente causant la mort, délit de fuite. La plupart des accusations ont finalement été abandonnées, principalement car prescrites. Deux chefs d'accusation sont toujours en suspens - l'abus de drogue qui doit expirer le 3 septembre 2022 et la conduite imprudente causant la mort, qui doit expirer le 3 septembre 2027. L'affaire a provoqué l'indignation des citoyens thaïlandais contre les autorités du pays, la police et les procureurs, pour avoir permis au suspect d'échapper à la justice, perpétuant la croyance largement répandue en Thaïlande selon laquelle les riches et les puissants peuvent s'en tirer même s'ils sont coupables. Vorayuth vit actuellement à l'étranger.
  16. Une agricultrice spécialisée dans l'eucalyptus qui s'occupait de ses arbres est devenu la troisième victime des éléphants sauvages dans la zone de la réserve faunique protégée de Khao Ang Rue Nai à Chachoengsao, dans l'est de la Thaïlande. L'endroit n'est qu'à 90 km de Chonburi et moins de 200 km de Bangkok. Yuphin Nasidaeng, 52 ans, avait quitté normalement son domicile de Ban Nang Ngam à 7 heures du matin pour se rendre dans son verger. Lorsqu'elle n'est pas revenue à la tombée de la nuit, une équipe de recherche a été constituée. La police de Sanamchaikhet a été appelée à 20h30 lorsque son corps a été retrouvé. Le cadavre avait d'horribles blessures au visage, à la tête et au corps indiquant une attaque par un éléphant. Son téléphone a été récupéré près du corps, a rapporté Thai Rath. Les autorités locales tentent d'inciter le nombre toujours croissant d'éléphants sauvages de la région à rester à l'écart des habitats humains en promouvant les ressources alimentaires et hydriques dans les aires protégées. Certains médias thaïlandais affirment que le nombre de paysans tués par les éléphants sauvages est bien plus élevé que ce que les autorités déclarent, sans en apporter la preuve.
  17. La police touristique de Phuket rapporte qu'elle a été informée du drame à 22h00 hier 17 mai. Le touriste australien de 21 ans M. Billy James Simmons est venu à Phuket avec 11 amis. Il s'est enregistré à l'hôtel le 14 mai et devait retourner en Australie le 28 mai. Aucun signe de lutte ou d'altercation n'a été trouvé dans la chambre de la victime, selon la police touristique de Phuket. Le touriste séjournait seul, ont indiqué le personnel de l'hôtel et la police. Plusieurs bouteilles de whisky ont été retrouvées sur une table, certaines semblant avoir été à moitié consommées, ont précisé les enquêteurs. Un ami de la victime, a déclaré à la police touristique de Phuket que le père de la victime avait déjà été informé et prévoyait de s'envoler d'urgence pour Phuket ce 18 mai. Un agent de sécurité de l'hôtel, M. Wongthasatham Santi a trouvé le corps. Il a déclaré à la police : « Je marchais pour utiliser les toilettes situées sur le côté du bâtiment quand j'ai vu le corps sur le sol. Il était couché sur le dos et il semble être tombé tête la première. Personne ne l'a vu ni entendu tomber. À ce stade, la police de Phuket pense que le touriste pourrait être tombé de sa chambre 1107 par accident après consommation d'alcool. Cependant, l'enquête continue pour déterminer le déroulé exact des événements et s'entretiendra avec le père de la victime à son arrivée à Phuket.
  18. Le cabinet thaïlandais a décidé mardi de réduire la taxe d'accise sur le diesel de 5 bahts/litre pendant deux mois, à compter du 21 mai, pour alléger le fardeau financier des consommateurs. Le gouvernement avait précédemment réduit la taxe d'accise sur le diesel de 3 bahts/litre, une mesure qui doit expirer le 20 mai. Les prix du diesel à la pompe sont actuellement plafonnés à 32 bahts/litre, soit une augmentation de deux bahts depuis la fin du mois dernier. Des décisions sont prises sur une base hebdomadaire concernant l'augmentation progressive de 1 baht/litre jusqu'à atteindre un nouveau plafond de 35 baht/litre, après quoi le ministère de l'Énergie examinera ce qu'il faut faire, en tenant compte des prix mondiaux du pétrole. Après la réunion du cabinet mardi, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré aux médias que le gouvernement voudrait subventionner tous les carburants, pour aider tous les consommateurs, mais qu'il devait prendre en considération le budget national. Il a révélé que les subventions pétrolières ont, jusqu'à présent, coûté aux contribuables environ 70 milliards de bahts, y compris la dernière réduction des droits d'accise sur le diesel. Il a également déclaré que le Fuel Fund, qui servait à subventionner les prix du pétrole, est dans le rouge et que le gouvernement a dû obtenir un prêt pour financer le programme de subventions pétrolières. La dernière réduction de la taxe d'accise sur le diesel coûtera à l'État environ 20 milliards de bahts en manque à gagner.
  19. Une collégienne de 14 ans, fréquentant une école de la province de Phatthalung, dans le sud de la Thaïlande, s'est suicidée après avoir été expulsée par son professeur pour ne pas s'être présentée le premier jour de la rentrée scolaire le 9 mai et pour avoir prétendument omis de payer les frais de scolarité. Pour information, les parents qui ne paient ou qui paient avec retard sont légion depuis le début de la crise Covid en Thaïlande. Ils ne sont jamais expulsés sauf dans le cas présent.. Le cas tragique de l'élève qui était sur le point de commencer Mathayom 3 (3e) est devenu viral sur les réseaux sociaux, avec de nombreux commentaires critiquant l'enseignante et la direction de l'école. Le dernier rapport indique que le directeur du bureau de l'éducation de Phatthalung, Somchai Ronglua, se rendra à l'école pour enquêter. Une camarade de la victime, a déclaré que la jeune fille était très déprimée après avoir appris qu'elle était expulsée. Elle a dit qu'elle venait d'un foyer brisé et qu'elle vivait chez des proches dans la province de Songkhla depuis qu'elle était toute petite. Elle a affirmé que la victime se préparait à se rendre à Phatthalung depuis Songkhla pour aller à l'école, mais qu'il n'y avait pas de transport en commun pour l'emmener à la gare routière ce jour-là. Son professeur l'a appelée le lendemain matin, lui demandant pourquoi elle ne s'était pas présentée. L'adolescente lui en a donné la raison. L'enseignante l'aurait alors réprimandée et expulsée de l'école, a déclaré la camarade. "Pas d'argent, pas de parents. Donc impossible de retourner à l'école pour retrouver ses camarades (et trouver une solution). Triste. », a déclaré la camarade dans l'un de ses messages sur Facebook. Un parent a déclaré qu'il ne comprenait pas pourquoi l'enseignant n'avait pas aidé l'élève en détresse, d'autant que les jeunes impécunieux sont nombreux. "Où est l'éthique de l'enseignant?". Preechakorn Molika, du réseau de la société civile pour Nakhon Si Thammarat et Phatthalung, a déclaré que la victime fréquentait l'école depuis Mathayom 1 (5e), alors il se demande pourquoi la direction de l'école pouvait ignorer les antécédents de la victime et ne l'a pas aidée. "Vos actions ont entraîné la mort d'une enfant. Vous devez en assumer la responsabilité. Peu importe que les frais de scolarité s'élèvent à des centaines de milliers de bahts ou à des millions, il existe des budgets publics qui peuvent aider des enfants comme celle-ci », a déclaré Preechakorn en dénonçant les directions de l'école et de l'éducation. D'autres internautes accusent les parents, qui auraient tous deux refusé de payer les frais de scolarité de la fille. Une conversation divulguée montre la mère disant à sa fille d'abandonner l'école parce que sa demande de prêt n'a pas été approuvée.
  20. Daily News a rapporté que le propriétaire d'un hôtel quatre étoiles à Koh Samui, dans le sud de la Thaïlande, a été unanimement salué car il offre des chambres pour seulement 200 bahts la nuit à la plupart des Ukrainiens touchés par la guerre en cours dans leur pays. Suphachai Pongchababpha compte environ 70 Ukrainiens séjournant au tarif réduit au Kala dans le Moo 4. Beaucoup continuent de travailler à distance bien qu'ils soient bloqués en Thaïlande et font du sport pour rester actifs et s'occuper. La femme de ménage Wanee Samruam a déclaré que les touristes ukrainiens étaient tous adorables et faciles à vivre et qu'ils aimaient les fruits. Certains habitants ont offert des bananes "kluay nam wa" pour les aider. Le chef de district Chayaphol Intharasupha a salué l'initiative en disant qu'elle reflète bien l'image de Samui. L'hôtel travaille en collaboration avec le centre de crise déjà établi sur l'île de vacances de la province de Surat Thani. Les touristes se réunissent tous les jours pour discuter des derniers développements dans leur patrie martyrisée, ont indiqué les médias.
  21. Le ministère thaïlandais de la Santé publique a décidé de ne pas proposer la redéfinition de Covid-19 comme une maladie endémique au conseil des ministre tant qu'il n'aura pas l'approbation finale de l’administration en charge de Covid (CCSA) Satit Pitutecha, vice-ministre de la Santé publique, a révélé le 17 mai, que le ministère n'avait pas encore présenté la proposition à la réunion du Cabinet malgré le fait que la situation de Covid-19 en Thaïlande s'améliore quotidiennement avec une baisse du nombre de décès. Le nombre de cas est anecdotique car moult citoyens qui se découvrent positifs par un test ATK ne préviennent pas les autorités. Plus significatif, le nombre de malades sous respirateur ne cesse de baisser. "Le plan pour déclarer Covid-19 maladie endémique est toujours en cours mais le ministère attend l'approbation du CCSA avant de proposer au Cabinet l'étape suivante", a déclaré le vice-ministre. « La poussée d'infection attendue après les vacances de Songkran en avril ne s'est pas non plus concrétisée, donc le plan de transition vers la phase endémique est toujours sur la bonne voie. Nous n'avons tout simplement pas encore la date exacte », a-t-il déclaré. "En outre, nous surveillons également de près la situation de l'infection en Corée du Nord, ce qui pourrait affecter le monde entier. Le ministère se coordonne avec l'Organisation mondiale de la santé pour obtenir les dernières mises à jour, en particulier concernant la possibilité que le virus mute et se propage en raison d'un manque de vaccinations complètes." Covid endémique et non épidémique signifierait la fin de la plupart des contraintes. Le CCSA doit se réunir ce vendredi 20 mai, mais rien ne garantit qu'il donne son approbation pour redéfinir Covid-19 comme endémique.
  22. Le ministère de la Santé publique thaïlandais a annoncé la semaine dernière que trois types d’huile de cannabis avaient été ajoutés à la liste nationale des médicaments essentiels de Thaïlande, (NLEM). Maintenant que le cannabis figure sur la liste des « médicaments essentiels », les hôpitaux publics peuvent librement prescrire de l’huile d’extrait de cannabis aux patients dans certaines circonstances, selon l’Organisation pharmaceutique gouvernementale de Thaïlande (GPO). Le premier type d’huile de cannabis contient un pourcentage plus élevé de tétrahydrocannabinol, ou THC. Le deuxième type a un taux plus élevé de CBD, ou cannabidiol. La troisième solution présente des niveaux égaux de THC et de CBD, selon le Dr Nathakan Suwanpiddokul, pharmacien pour le GPO. L’huile sera principalement utilisée par les patients atteints de cancer, notamment ceux qui souffrent des effets secondaires des traitements de chimiothérapie, comme les nausées et les vomissements. L’huile sera également utilisée pour soulager la douleur des patients en phase terminale, en particulier ceux qui ont du mal à dormir ou à manger. L’ajout de l’huile de cannabis au NLEM rendra également ce médicament beaucoup plus accessible en Thaïlande, le gouvernement couvrant les coûts pour toute personne à qui l’on prescrit de l’huile de cannabis dans un hôpital public. À l’échelle nationale, les médecins de 893 hôpitaux publics peuvent désormais prescrire de l’huile de cannabis aux patients. Au total, il existe désormais 1 173 dispensaires de cannabis en Thaïlande, selon le ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul. Anutin a déclaré que l’utilisation du cannabis à des fins médicales est l’une des politiques les plus importantes du ministère de la Santé. Le pays a d’ailleurs récemment annoncer donner gratuitement 1 million de plants de cannabis à ses citoyens pour contribuer à l’effort national de production. « Il est gratifiant que les trois formulations d’huiles d’extraits de cannabis médical aient été incluses dans le NLEM. Le 14 mai, cela permettra non seulement d’offrir aux patients davantage d’options en matière de soins de santé, mais aussi de renforcer la médecine du pays. Cela réduit également le coût de l’importation de médicaments coûteux de l’étranger.» Aurélien BERNARD, NEWSWEED
  23. Le gouvernement thaïlandais a révisé mardi à la baisse les prévisions de croissance économique du pays pour 2022, en raison des inquiétudes suscitées par les retombées de la guerre russo-ukrainienne et la situation de l'épidémie de Covid-19 en Chine. Le Conseil national de développement économique et social, l'unité de planification gouvernementale, a abaissé ses perspectives de croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Thaïlande à 2,5 - 3,5 %, contre 3,5 - 4,5 % en février. "L'économie thaïlandaise est vulnérable à la guerre prolongée en Ukraine, qui entraîne la hausse des prix mondiaux de l'énergie et de l'inflation", a déclaré le secrétaire général du NESDC, Danucha Pichayanan, lors d'un point de presse. "Il existe toujours les risques liés au surendettement des ménages, en particulier aux créances impayées", a noté Danucha. Il a également déclaré que la situation de l'épidémie en Chine aura probablement un impact sur les exportations thaïlandaises. Malgré la réduction des perspectives pour l'année complète, le NESDC signale une croissance du PIB meilleure que prévu à 2,2 % en glissement annuel au 1er trimestre 2022, grâce à l'assouplissement des restrictions Covid-19. La croissance trimestrielle a dépassé l'estimation de Bloomberg à 1,7%. Par rapport au trimestre précédent, le PIB a également augmenté de 1,1 %. Alors que le taux d'inflation de la Thaïlande a atteint un sommet en une décennie, le NESDC a relevé sa projection d'inflation pour 2022 à 4,2 - 5,2 %, un bond important par rapport à 1,5 - 2,5 % en février. Suite à ces annonces, l'indice de la Bourse de Thaïlande (SET) a progressé de 14 points à près de 1 600 ce matin.
  24. Le ministère du Commerce doit inclure les sièges auto dans sa liste de "produits sous surveillance" pour éviter la spéculation de certains marchands, après que la loi a rendu obligatoire pour les enfants de moins de 6 ans ou de moins de 135 cm d'être assis dans des sièges de sécurité avec une ceinture à partir du 5 septembre. Les contrevenants seront passibles d'une amende pouvant aller jusqu'à 2 000 bahts. L'inscription sur la liste des « produits sous surveillance » signifie que les autorités surveillent les prix et l'approvisionnement des produits répertoriés sur une base bihebdomadaire. Le Département des douanes envisage également de réduire la taxe à l'importation sur les sièges auto, actuellement fixée à 20 %. La mesure sera proposée au ministère des Finances. Les importateurs de ces sièges peuvent toutefois demander au Département des douanes une exonération de la taxe à l'importation s'ils sont importés dans le cadre d'un accord de libre-échange. Le porte-parole du Département des douanes, Chaiyuth Kamkhun, a déclaré que les douanes devront consulter la Fédération des industries thaïlandaises au sujet de la réduction de la taxe à l'importation sur les sièges auto, afin de garantir que les fabricants locaux ne seront pas affectés tandis que les consommateurs bénéficieront de prix plus bas. Certains commerçants ont cependant déjà augmenté les prix des sièges auto après l'annonce du fait qu'ils seront obligatoires très bientôt.
  25. La police de Mae Ramad, dans la province de Tak, dans le nord-ouest de la Thaïlande, a été appelée après que deux personnes sont mortes et qu'une femme a été grièvement blessée, a rapporté Thai Rath. De nombreux parents et badauds étaient massés devant une maison où s'est déroulé le drame. Près de la porte, avec une balle dans le cou se trouvait la première victime, La, elle avait 78 ans. Thanaphat, 48 ans, la fille de La, était couchée sur le cadavre. Elle était grièvement blessée par des balles dans le bras et la poitrine. Ses pieds avaient été attachés par des menottes de police. Elle a été emmenée dans un hôpital local puis transférée à Mae Sot où elle demeure dans un état critique. A proximité dans le salon se trouvait Wichian, 64 ans, mort d'une balle dans la tempe. Un fusil de chasse a été récupéré. Wichian était le mari de Thanaphat qui elle-même est la fille de La et Kaew. Ce dernier âgé de 82 ans a déclaré que Wichian était un ancien flic qui a pris sa retraite il y a quelques années. Wichian et sa femme étaient mariés depuis longtemps et élevaient un fils dans la maison voisine. Ce dimanche, ils avaient bu à une ordination. Les ordination et les funérailles sont des occasions de beuverie pour qui veut s'alcooliser. Kaew a dit que son gendre avait eu des sautes d'humeur récemment et soupçonnait que sa jolie femme avait une liaison. Quand ils sont revenus de l'ordination, Wichian a menotté les jambes de son épouse. La belle-mère a tenté d'intervenir, mais dans la dispute elle a été abattue par Wichian qui a ensuite tiré sur sa femme avant de retourner l'arme contre lui-même afin de s'assurer que leur enfant soit orphelin. La police a accepté cette version des événements. INN a fait état d'une fusillade mortelle devant un salon de coiffure dans le quartier de Choke Chai à Nakhon Ratchasima, dans le nord-est de la Thaïlande. Nuwat Khuanhat, un ouvrier de 35 ans chez Cargill Meats est mort, abattu avec un fusil de chasse par un homme du nom de Saharak. Sahrak est garçon coiffeur. Son patron lui a dit de s'assurer que les règles de stationnement étaient respectées, a rapporté INN. On ne sait pas quelles sont ces règles. On suppose que personne ne devait se garer devant le salon. Un vendeur de nouilles a signalé que deux coups de feu avaient été tirés, ajoutant que le tireur avait ensuite jeté l'arme à la poubelle en face du salon et s'était assis sur un mur en attendant l'arrivée des policiers. Sahrak a été inculpé de meurtre et d'infractions liées aux armes et est détenu.
  26. Les sièges d'avion et les chambres d'hôtels à Phuket ont été presque entièrement réservés par les touristes thaïlandais et étrangers au cours du long week-end de quatre jours, montrant des signes significatifs de reprise du tourisme, selon le porte-parole du gouvernement Thanakorn Wangboonkongchana. Il a révélé que 44,46 % des 70 000 chambres disponibles dans les hôtels de Phuket avaient été réservées du 13 au 16 mai. Et 60 à 80% des réservations concernaient les destinations touristiques populaires, telles que les plages de Patong, Kamala, Surin, Kata, Karon, le centre-ville de Phuket etc. On notera que 44 % ne signifie pas "plein". 4 000 personnes/jour sont arrivés par 27 vols internationaux. Environ 100 vols de sept compagnies aériennes nationales, transportant environ 15 000 passagers / jour ont atterri à l'aéroport de Phuket. Les visiteurs, tant thaïlandais qu'étrangers, auraient généré un revenu de 1 826,19 millions de bahts pendant le long week-end de 4 jours. Le porte parole a conclu : "Le Premier ministre a ordonné à la police et aux agences connexes des destinations touristiques de surveiller strictement la sécurité des touristes, tant thaïlandais qu'étrangers, et a demandé au peuple thaïlandais de contribuer à maintenir une bonne image afin de stimuler l'économie et de générer des revenus pour le pays à l'avenir ». On ne sait pas ce que cela signifie.
  27. Le Dr Sarawut Boonsook du ministère de la Santé a précisé qu'aucune classe ou école ne sera fermée si un élève, un enseignant ou un membre du personnel scolaire s'avère infecté par COVID-19 ni même pour un cas contact alors que la rentrée scolaire se déroule en ce moment même (17 au matin). Le Dr Sarawut a déclaré que, dans le cas où un élève, un enseignant ou un autre membre du personnel serait infecté, la direction de l'école et les autorités sanitaires élaboreront conjointement des mesures, comme l'isolement dans l'école même. Si l'élève infecté ne présente aucun symptôme ou seulement des symptômes légers, il peut assister aux cours mais doit être assis à au moins deux mètres des autres élèves et exclu des activités de groupe. La salle de classe doit être bien aérée et désinfectée, a-t-il dit. Pour un cas à haut risque, qui n'est pas vacciné, qu'il présente des symptômes ou non, il est conseillé à l'étudiant d'être mis en quarantaine à domicile pendant cinq jours, avec cinq jours supplémentaires sous observation, a-t-il déclaré. Pour un cas à haut risque complètement vacciné et qui présente des symptômes, il peut assister aux cours, a-t-il ajouté.- Le secrétaire permanent de la santé publique, le Dr Kiattibhoom Vongrachit, a conseillé aux enseignants, aux élèves, à leurs parents etc. qui ont voyagé pendant le long week-end de se tester avec un test ATK car ils ont pu être exposés sans le savoir.. Il a également déclaré, cependant, que ces tests ne sont pas obligatoires, mais juste une recommandation, ajoutant que les tests ATK hebdomadaires pour les étudiants et les enseignants, ne sont pas non plus obligatoires. Il a déclaré que les mesures de sécurité de base, telles que la distanciation sociale, le lavage régulier des mains, le port permanent de masques faciaux et l'évitement des rassemblements (dont le lever aux couleurs ?) seront strictement appliquées dans les écoles, tandis que les rappels de vaccins sont recommandés pour les élèves âgés de 12 à 17 ans de même que la la vaccination des enfants de 5 à 11 ans. La fermeture des écoles pendant quasi deux ans ajoutée à des cours en ligne médiocres ont fait perdre énormément aux élèves thaïlandais, jusqu'à l'habitude même de l'apprentissage.
  1. Charger plus d’activité
BANGKOK 22 mai 2022 08:25
Sponsors