Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement

  1. Dernière heure
  2. Le Pape François a nommé l’Américain Mgr Peter Bryan Wells nonce apostolique en Thaïlande et au Cambodge, ainsi que délégué apostolique du Laos, mercredi 8 février. Mgr Wells était jusqu’à présent nonce apostolique en Afrique du Sud, Botswana, Lesotho, Namibie et Eswatini. Né aux États-Unis à Tulsa dans l'Oklahoma le 12 mai 1963, Peter Bryan Welles entreprend des études de philosophie au séminaire de l'abbaye de Saint-Meinrad dans l'Indiana. Il suit ensuite des études de théologie au Collège pontifical nord-américain situé sur la colline du Janicule à Rome. En 1992, il décroche une licence canonique en théologie à l’Institut pontifical Jean-Paul II d’études sur le mariage et la famille. Il est ordonné prêtre le 12 juillet 1991 pour le diocèse de Tulsa, sa ville natale, et nommé vicaire à la cathédrale de la Sainte-Famille de Tulsa, puis secrétaire de l'évêque de Tulsa et vicaire épiscopal à l'éducation religieuse. En 1998, Peter Bryan Welles devient licencié en droit canonique de l'Université pontificale grégorienne et en reçoit le doctorat dans la même matière l'année suivante. Il étudie parallèlement à l'Académie pontificale ecclésiastique qui forme les futurs diplomates du Saint-Siège.
  3. Today
  4. Près de 300 mineurs thaïlandais ont été inculpés à la suite des manifestations de grande ampleur qui ont éclaté en 2020 réclamant plus de démocratie, a annoncé mercredi 8 février Amnesty International qui s'inquiète des «graves répercussions» pour leur avenir. «Des enfants ayant toute la vie devant eux connaissent désormais de graves répercussions pour avoir simplement participé à des manifestations pacifiques», a déclaré Chanatip Tatiyakaroonwong, spécialiste sur la Thaïlande pour l'ONG. Certains militants âgés de moins de 18 ans risquent de passer «des dizaines d'années derrière les barreaux», a-t-il précisé. Plus de 200 mineurs font toujours face à des accusations, selon Amnesty. Au plus fort du mouvement, en 2020, des dizaines de milliers de personnes ont pris part aux manifestations organisées par les étudiants, réclamant la démission de l'actuel premier ministre Prayut Chan-O-Cha et une réforme de la puissante monarchie. Les protestations ont ensuite faibli en raison des restrictions sanitaires liées au coronavirus, et de la répression judiciaire à l'encontre de leurs dirigeants. Selon Amnesty International, quelque 17 mineurs ont été accusés du crime de lèse-majesté, qui est passible de peines allant jusqu'à 15 ans de prison, et dont l'usage a été détourné pour étouffer toute contestation politique selon ses détracteurs. La majorité des mineurs inculpés l'ont été en vertu des mesures spéciales limitant les rassemblements publics, qui visaient initialement à lutter contre la pandémie. La personne la plus jeune à avoir été arrêtée durant les manifestations avait onze ans, selon le rapport. L'ONG s'inquiète des violences ayant ciblé certains mineurs lors de protestations, et des techniques d'intimidation employées par la police, comme faire pression sur les parents. «Outre les poursuites, certains manifestants mineurs risquent par ailleurs d'être reniés ou maltraités par leurs propres parents en raison des pressions que les autorités exercent sur ces derniers», a déclaré Chanatip Tatiyakaroonwong. La procédure judiciaire manque de transparence, en l'absence d'observateurs indépendants, a également souligné Amnesty. La Thaïlande se prépare à des élections législatives en mai.
  5. Sept touristes français ont été arrêtés et condamnés à une amende par la police de Phuket hier soir (mercredi) pour avoir causé des nuisances envers les automobilistes, résidents et autres touristes dans la zone de Patong. La police de Patong a décidé d'agir après avoir reçu des plaintes de voisins et de conducteurs selon lesquelles le groupe ou horde sillonnait fréquemment les rues du quartier de Patong à moto et faisait parfois rugir leurs moteurs, entraînant un bruit insupportable et émettant des gaz d'échappement excessifs. Le colonel Pol Suchin Nilbodi, le surintendant de la police de Patong, a déclaré hier soir que les motocyclistes avaient été arrêtés et chacun d'eux condamné à une amende pour avoir causé des nuisances. Il a également appelé les services de location de motos à avertir leurs clients de s'abstenir de causer des nuisances, ajoutant que la police renforcera la discipline de la circulation pour maintenir l'image de Phuket. Sur les vidéos on les voit rouler de front lentement en klaxonnant, en gênant la circulation et en criant. Un peu comme s'ils avaient gagné la coupe du Monde. Le "groupe" est nombreux et compact.
  6. Une famille de cinq personnes - dont un bébé de trois mois - a été retrouvée abattue (arme à feu) et poignardée à mort (arme blanche). Thai Rath a rapporté ce que le journaliste a qualifié de meurtre sauvage d'une famille entière dans la province de Tak, dans le nord-ouest de la Thaïlande. Le chef de la police de Wang Chao, Pol Col Wasan Sirikankamon, a été contacté par le phu yai ban (maire) de Ban Srireerak après la découverte de cinq corps en décomposition sur des terres agricoles près du ruisseau Nakheeree à dix kilomètres du village. Les instituteurs s'étaient inquiétés du fait que les enfants ne venaient plus à l'école et ont demandé au maire de s’enquérir, d'où la macabre découverte. Morts sur les lieux par balles et coups de couteau ont été identifiés un mari et une femme Hmong et trois enfants qui portaient le nom de famille du père. On ne sait pas s'ils étaient apatrides ou de nationalité thaïlandaise. Ils s'appelaient Chaow Manpattanakan, 46 ans, Jia Saengsawang, 34 ans, deux garçons appelés Phiphiboon, 10 ans et Ekkaphon, 7 ans, et une petite fille de trois mois nommée Waranya. Une douille de 9 mm a été retrouvée sur les lieux. Des sacs noirs utilisés pour la cueillette du gingembre ont également été retrouvés. Plus de détails sur ce qui s'est passé devraient être publiés aujourd'hui mais selon la presse thaïlandaise, le règlement de compte entre Hmongs est peu probable. En revanche, cette famille aurait pu voir des trafiquants de drogue ou plus certainement d'êtres humains en pleine action, sans le vouloir. Et il fallu les faire taire.
  7. Les autorités de Phuket enquêtent après avoir reçu moult plaintes selon lesquelles de nombreux étrangers louent des voitures pour proposer des services de taxi illégaux. Une équipe de fonctionnaires du Bureau des transports terrestres de Phuket (Phuket PLTO) et du Bureau provincial de l'emploi de Phuket a mis en place le 8 février un barrage à l'intersection de Si Kor à Kathu, où de nombreux véhicules se dirigent vers la colline de Patong. Le chef du Phuket PLTO, M. Atcha Buajan, a déclaré au Phuket Express avoir reçu des tas de plaintes selon lesquelles de nombreux étrangers à Phuket louaient des voitures et jouaient aux chauffeurs de taxi illégaux. Des barrages sont mis en place à Phuket en particulier dans les zones où il y a beaucoup de touristes. Les policiers continueront également à contrôler les voitures pour tenter de mettre fin à ce problème. Si quelqu'un remarque des chauffeurs de taxi étrangers présumés illégaux, il faut appeler la hotline 1584. Chauffeur de taxi en Thaïlande est une occupation réservée aux citoyens thaïlandais et les étrangers n'ont en aucun cas le droit d'effectuer ce travail. A ce stade, on ne sait pas si ces étrangers travaillent en maraudant ou grâce à une application. On ne sait pas de quelle nationalité seraient les chauffeurs.
  8. Les cas de Covid chutent encore de 30% et seulement 4% des arrivées chinoises sont testées positives La situation du Covid-19 en Thaïlande montre une amélioration constante, avec une baisse de 30 % des hospitalisations et des décès. Selon le Department of Disease Control, le nombre moyen d'admissions à l'hôpital et de décès est tombé à 90 et six respectivement entre le 15 et le 21 janvier. Le Dr Tares Krassanairawiwong, le directeur général de la DDC, a déclaré que 627 patients Covid-19 ont été admis dans les hôpitaux la semaine dernière, avec une moyenne de 90 cas par jour. Parmi ces cas, 277 souffraient d'infections pulmonaires, dont 179 nécessitaient des respirateurs. Au cours de la semaine écoulée, le nombre de morts est tombé à 44, ce qui représente une moyenne de six cas par jour, et une baisse de 32,3 % par rapport à la semaine précédente. Cette année, il y a eu 2 593 admissions à l'hôpital et 167 décès.Pour un pays de 77 millions d'habitants, c'est anecdotique et pas plus grave que n'importe quelle autre maladie. En ce qui concerne les touristes étrangers, huit ont été infectés entre le 8 et le 21 janvier, un seul a été hospitalisé. Les huit cas se composent de trois touristes chinois et un du Cambodge, du Japon, du Myanmar, de la Corée du Sud et du Royaume-Uni. Le département des sciences médicales a constaté que la majorité des infections en Thaïlande sont la sous-variante Omicron BA.2.75. Les tests PCR effectués sur des passagers au départ de Thaïlande pour les pays nécessitant de tels tests ont trouvé entre 300 et 400 cas, y compris des Thaïlandais et d'autres nationalités, avec seulement 10 ressortissants chinois, représentant 4% de toutes les arrivées chinoises. Malgré l'amélioration de la situation de Covid-19, le Dr Tares a conseillé aux Thaïlandais de ne pas baisser la garde et de continuer à porter des masques dans les endroits surpeuplés, de se laver fréquemment les mains avec du gel désinfectant et de passer des tests antigéniques rapides s'ils développent Symptômes liés au Covid. En revanche, les masques en extérieur n'ont pas de justification.
  9. Yesterday
  10. Des milliers de cadets de l'armée thaïlandaise, des étudiants et une poignée de volontaires ont battu lundi le record du monde Guinness de participants à une cérémonie de boxe thaïlandaise, Muay Thaï "wai khru". Organisé dans la station balnéaire de Hua Hin, à environ 200 kilomètres au sud-ouest de Bangkok, le rassemblement a pulvérisé le précédent record de 250 participants en réunissant 3.660 personnes. Vêtus d'uniformes rouges avec des bandeaux Mongkhon blancs, ainsi que de cordes blanches de Muay Kard Chuek -- les bandages de chanvre que les combattants portaient avant les gants -- ils ont exécuté à l'unisson les mouvements de "wai khru", témoignage d'avant-match de respect pour l'entraîneur, en suivant les commandes du célèbre combattant de Muay Thaï, Sombat "Buakaw" Banchamek. Pieds nus, les participants -- cornaqués par l'Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT), l'Armée royale thaïlandaise et les ministères de la Culture et des Sports -- se sont produits dans un parc devant le Premier ministre Prayut Chan-o-Cha. "Félicitations, vous êtes officiellement incroyables", a déclaré un consultant officiel du Guinness World Records, confirmant que le record avait été battu. "Je suis vraiment fier", a déclaré un des participants, Phukrit Purimchaithanat, 27 ans, ajoutant que lui et ses camarades s'étaient préparés pendants des mois pour cette cérémonie. Un mélange d'habitants perplexes et de touristes passant par la station balnéaire populaire ont regardé le spectacle depuis quelques gradins métalliques, se rassemblant sur les côtés de la zone clôturée où la cérémonie s'est déroulée. "C'est époustouflant, c'est fou", s'est exclamé Siena Cruz, 32 ans, une habitante de Hua Hin, venue voir le spectacle avec des amis. "J'aime regarder, mais la boxe fait peur", a dit June Rubyung, qui avait emmené son petit-fils voir le spectacle. "J'estime qu'ils sont bons", a conclu cette habitante de Hua Hin, âgée de 50 ans.
  11. L'indice des prix à la consommation de la Thaïlande s'est établi à 108,18 en janvier, l'inflation globale ayant augmenté de 5,02 % par rapport à l'année précédente, selon le ministère du Commerce du pays. Ce chiffre est inférieur aux prévisions de 5,12 % d'un sondage Reuters et a été modéré par rapport à la hausse de 5,89 % enregistrée en décembre 2022. Le ministère du commerce a attribué ce ralentissement à la détente des prix de l'énergie et des denrées alimentaires. Le gouvernement thaïlandais prévoit une nouvelle baisse de l'inflation cette année, l'inflation globale ayant atteint son plus bas niveau en neuf mois en janvier. La croissance de l'inflation globale devrait être inférieure à 5% en février, aidée par la croissance de la demande intérieure due au boom du tourisme, a déclaré le directeur général adjoint du Bureau de la politique et de la stratégie commerciales du ministère, Wichanun Niwatjinda. Le ministère s'attend également à ce que la croissance de l'inflation globale se situe entre 2 et 3% cette année, a-t-il ajouté. En 2022, l'inflation globale a atteint un sommet en 24 ans de 6,08 %, avec un taux sous-jacent de 2,51 %.-
  12. Une agence de voyage de Phuket a vu sa licence suspendue pendant 6 mois et pourrait être condamnée à une amende de 500 000 bahts après qu'une de ses employées a agressé un touriste chinois avec un couteau. L'agression était le résultat d'une querelle au sujet d'un acompte pour un voyage aux îles Similan. Une famille chinoise avait réservé une excursion d'une journée de 9 000 bahts aux îles Similan par l'intermédiaire de l'agence. On devait vernir les prendre à leur hôtel. Lors de la réservation, la famille a versé un acompte de 5 000 bahts. Le matin du voyage, le guide ne s'est pas présenté à l'hôtel à 5h50, comme convenu. La famille a passé une heure à essayer de contacter le voyagiste. Finalement, il est apparu que le guide s'était trompé d'hôtel et à ce stade, la famille a décidé d'annuler le voyage et a demandé normalement le remboursement de son acompte. C'est à ce moment-là que les choses ont mal tourné, l'agence de voyage refusant de rembourser l'acompte. La famille a porté plainte à la police de Karon, des agents les accompagnant au bureau de l'agence. Plus tard, L'agence a remboursé 3 000 bahts mais a refusé de restituer le montant total de l'acompte. Lorsque la famille a insisté sur le fait qu'elle voulait récupérer tout son argent, une employée de l'agence de voyage, identifiée uniquement comme Mme Wiree, âgée de 44 ans, a blessé l'un d'eux avec un couteau. Les Chinois ont à nouveau porté plainte à la police de Karon, qui a interrogé Wiree et a confisqué un couteau trouvé sous un siège de moto. Wiree a admis l'agression mais affirme qu'il s'agissait de légitime défense et qu'elle craignait que le touriste chinois ne la blesse. Les autorités ont suspendu la licence de l'entreprise pour 6 mois et le porte-parole Napadol Arwutthakamprecha a averti que le pire était à venir. «La licence de l'agence est suspendue pendant 6 mois à compter de ce mardi. Par ailleurs, comme un voyagiste ne doit rien faire qui nuise à l'industrie du tourisme, il pourrait être condamné à une amende pouvant aller jusqu'à 500 000 bt. Le montant de l'amende a été effectivement fixé à 500 000 bahts ce mercredi à 11 heures. Depuis Un vice-consul chinois s'est déplacé à Phuket pour rencontrer le gouverneur de Phuket à la suite de cette affaire. Le gouverneur Naroong s'est excusé pour l'incident et a informé le vice-consul des actions en justice intentées contre Wiree. Un rapport de police a également été déposé contre le voyagiste au sujet de l'incident et d'autres poursuites judiciaires sont à venir, selon le gouverneur. Le vice-consul chinois, M. Li Chenglong, a déclaré au gouverneur et aux médias thaïlandais : « Nous sommes satisfaits de la conclusion rapide de cet incident par les autorités et les remercions. On ne sait pas si, comme c'est souvent le cas, les réseaux sociaux chinois vont s'emparer de cette affaire qui, ajoutée à tant d'autres, pourrait nuire à la réputation de la Thaïlande. vice consul et gouverneur
  13. suite de cette affaire Le tribunal pénal thaïlandais a accordé la libération temporaire à deux très jeunes femme, grévistes de la faim mardi, à la demande du directeur de l'hôpital universitaire de Thammasat, affirmant que leur état de santé s'était détérioré à un niveau potentiellement mortel en raison de taux élevés de cétone sanguine et d'une réduction de la fonction rénale. Des demandes distinctes de libération temporaire de Tantawan Tuatulanon, alias « Tawan », et Orawan Phuphong, alias « Bam », ont été soumises au tribunal pénal par le directeur de l'hôpital. Toutes deux sont soignées à l'hôpital depuis plus de deux semaines maintenant, mais elles sont toujours, techniquement, en détention provisoire après avoir volontairement révoqué leur propre liberté sous caution et ont été d'abord envoyées en prison. Le directeur de l'hôpital a déclaré dans la demande de libération que les grévistes de la faim sont dans un état critique et qu'ils ne sont pas assez fortes physiquement pour continuer à être détenues. Elle font face à de multiples mises en examen pour crime de lèse-majesté. Une loi qu'elles contestent. Les deux grévistes de la faim ont exprimé leur surprise face à l'ordre du tribunal de les libérer sans caution, car elles ne voulaient pas être libérées au départ, mais exigeaient, par leur grève de la faim, la libération des autres prisonniers politiques, selon un communiqué du groupe de protestation Taluwang. Les deux femmes se sont engagés à ne signer aucun document judiciaire concernant leur libération. Dans leur propre camp, nombreux sont ceux qui considèrent que leur grève de la faim et leur éventuel décès ne servent pas leur cause. Entre-temps, le tribunal correctionnel a rejeté les demandes de libération sous caution de huit détenus du groupe de protestation Talugas, affirmant qu'ils étaient accusés d'infractions graves impliquant l'utilisation d'explosifs et qu'ils pourraient tenter de "disparaître" s'ils devaient être libérés sous caution.
  14. L'absence de quorum a contraint mardi l'ajournement de la séance conjointe du Parlement thaïlandais avant un vote sur le projet de loi sur l'éthique des médias, largement contesté par les professionnels des médias qui craignent qu'il ne restreigne leur liberté. Cette loi a été rédigée il y a 7 ans par la junte militaire de Prayut. Les députés de l'opposition ont soulevé de vives objections au projet de loi, qui vise à mettre en place un conseil d'éthique des médias, dont les partisans pensent qu'il garantira l'indépendance des médias tout en promouvant l'éthique des médias. Ils ont fait valoir que le projet de loi n'était pas en phase avec le paysage médiatique et politique actuels. Le projet de loi a été approuvé par le Cabinet au début de l'année dernière, classé comme un "urgent" et nécessite une délibération lors d'une session parlementaire conjointe. "Le projet de loi prétend promouvoir la liberté de la presse mais, au contraire, il conduira essentiellement au contrôle des médias", a déclaré Natthawut Buaprathum du parti Move Forward. Jirayu Huangsap, du parti Pheu Thai, a déclaré que le projet de loi avait ses racines dans l'agenda du Conseil national pour la paix et l'ordre, la junte militaire qui a pris le pouvoir en 2014. Le conseil aujourd'hui disparu a lancé une série de réformes dans le cadre de ses « urgences », qui comprenaient les médias. Les organisations professionnelles des médias se sont également prononcées contre le projet de loi, qui exige que tous les médias soient enregistrés auprès du conseil et respectent les normes éthiques. Définies par la junte ? Bien que le conseil n'ait aucun pouvoir légal pour sanctionner les professionnels qui enfreignent le code de déontologie, il peut émettre des réprimandes et imposer certaines formes de sanctions. Le sénateur, nommé par la junte, Somchai Sawangkarn, cependant, a exprimé son soutien au projet, qui, selon lui, aidera à faire respecter l'éthique des médias. "Nous devons admettre que les médias ont des problèmes d'éthique et doivent être tenus pour responsables", a déclaré Somchai, lui-même ancien journaliste. En défendant le projet de loi au nom du Cabinet, le ministre du Cabinet du Premier ministre Thanakorn Wangboonkongchana a insisté sur le fait que le gouvernement n'avait aucune intention d'interférer avec les médias. "Le projet de loi n'est pas conçu pour ouvrir la voie à l'ingérence dans les médias, mais pour promouvoir l'éthique des médias", a-t-il déclaré. Les médias thaïlandais utilisent actuellement un système d'autorégulation pour faire respecter l'éthique, mais son efficacité est souvent remise en question. Dans leur débat, les députés de l'opposition ont appelé à reporter le vote sur le projet de loi pour permettre un débat public à ce sujet. Le président du Parlement, Chuan Leekpai, a cependant dû ordonner l'ajournement de la session car il n'y avait pas de quorum. C'était la quatrième fois cette année qu'une session de la Chambre est ajournée faute de quorum. On ne sait toujours pas quand ou si le Parlement demandera un vote sur le projet de loi au cours de sa session en cours qui, selon un décret royal approuvé par le Cabinet aujourd'hui, se terminera le 1er mars . On peut se demander pourquoi le pouvoir et les sénateurs veulent faire passer cette loi, qui de facto restreindra encore plus une liberté de la presse déjà largement entamée, juste avant les élections.
  15. Les sauveteurs ont réussi à extraire une fillette de 19 mois originaire du Myanmar d'un puits artésien de 15 mètres de profondeur, où elle était piégée depuis plus de 17 heures. Des acclamations de joie ont éclaté lorsque l'enfant, portée par des sauveteurs, est sorti du trou, a été placée sur une civière et transportée d'urgence à l'hôpital du district de Phop Phra pour évaluation et traitement. L'équipe de secours a atteint la fille vers 8 heures du matin mardi, mais ils n'ont pas pu la sortir immédiatement car elle semblait avoir subi des blessures à la jambe en tombant. L'enfant est tombée accidentellement dans le puits alors qu'elle jouait sur un monticule de terre. Les parents de la fillette ont déclaré aux médias qu'ils avaient emmené leur enfant travailler avec eux dans une ferme de tapioca du village 13 de Khiri Rat dans la province de Tak, ajoutant qu'ils l'avaient placée sous un arbre, à côté du monticule de terre. Ils ont dit ne plus la voir lorsqu'ils ont fait une pause et qu'ils ont commencé à la chercher. Ils ont entendu des cris émanant du trou et se sont immédiatement précipités pour chercher de l'aide. Kittisak Boonchan, chef de l'unité de secours de la commune de Tha Sai Luat, a déclaré que l'équipe avait utilisé une pelleteuse pour creuser une fosse d'environ 10 mètres de profondeur à côté du puits, puis creusé plus avant à la main, pour accéder à la fillette piégée. Il a expliqué que la pelleteuse ne pouvait pas être utilisée pour creuser plus profondément de peur que la paroi du trou ne s'effondre et ne mette en danger l'enfant. Les secouristes, qui se sont tous avérés de grands professionnels, ont descendu une caméra vidéo dans le puits et ont trouvé l'enfant piégée à une profondeur d'environ 15 mètres mais toujours en vie. De l'oxygène était envoyé dans le trou tout le temps, pour permettre à l'enfant de respirer. Des responsables de la Mirror Foundation, des policiers et des autorités locales, soutenus par des chiens renifleurs et des plongeurs, poursuivent leur recherche d'un petit garçon de 8 mois, qui a disparu de son domicile dans le district de Bang Len de la province de Nakhon Pathom depuis dimanche. La mère du bébé, âgée de 16 ans, Pilaiporn, aurait déclaré aux responsables de la fondation et à la police qu'elle soupçonnait que son fils avait été enlevé à son domicile par quelqu'un portant une chemise jaune. Elle a dit qu'elle était à moitié éveillée, mais qu'elle avait l'impression que quelqu'un, qui aurait pu être un de ses proches, avait emmené le bébé "faire une promenade" à l'extérieur. Pilaiporn a été escortée mardi au poste de police du district de Bang Luang pour un interrogatoire plus approfondi. Les habitants du même quartier ont déclaré à la police qu'ils n'avaient vu aucun étranger ni personne tenant un bébé dans le coin dimanche. Il y avait quatre personnes dans la maison, une petite épicerie communautaire, le jour où le bébé a disparu. Il s'agissait du bébé, des parents et d'une nièce de 12 ans. Le colonel Pol Pallop Suriyakul Na Ayutthaya, commandant adjoint de la police de Nakhon Pathom, a déclaré hier que la police avait interrogé tous les membres de la famille du bébé, ainsi que quelques voisins, mais il a refusé de donner plus de détails. Les recherches, dans des canaux à proximité, n'ont trouvé aucune trace du bébé disparu. Au dernières nouvelles, les enquêteurs se demandent pourquoi les toilettes de la salle de bain possèdent un mortier neuf. Mae Sot
  16. La dernière semaine
  17. La police thaïlandaise de l'immigration a arrêté une femme et saisi de l'équipement utilisé pour fabriquer des visas contrefaits, lundi, lors d'un raid dans un condo du quartier de Khannayao à Bangkok. L'arrestation de la femme, identifiée uniquement comme "Angsana", et la saisie de faux passeports et de matériel de contrefaçon comme de l'encre et des tampons, a été organisée par la police de l'immigration après qu'un certain nombre d'étrangers ont été trouvés avec de faux visas alors qu'ils quittaient la Thaïlande. Angsana est accusée d'avoir conspiré avec d'autres personnes pour falsifier des visas. Une enquête a révélé que les faux visas provenaient probablement de la même source, une entreprise de la région de Bueng Kum, qui fournit un service de visas pour les étrangers. Armée d'un mandat, la police de l'immigration a perquisitionné les locaux de l'entreprise et a trouvé 700 passeports, certains cachés dans un faux plafond du bureau du premier étage. 124 faux passeports contenaient de faux visas. On ne sait pas si les autres passeports étaient également faux. Un employé de l'entreprise a également été interpellé. La possibilité de complicité au sein de la police de l'immigration n'a pas été évoquée. La police de l'immigration a déclaré que les étrangers en overstay en Thaïlande avaient demandé de l'aide à des agences qui elles contactaient les faussaires spécialisés dans les visas. ASEANNOW en français ne saurait trop mettre en garde contre les agences et autres prestataires de service qui apposent de faux visas dans les passeports. Un jour ou l'autre, l'étranger se fait prendre.
  18. La police et les services de secours de Pak Kret à Nonthaburi sont intervenus après qu'un homme a été abattu à la suite d'un différend concernant le stationnement et l'accès à un soï. La police s'est rendue au lotissement de maisons mitoyennes de Lan Thong à 21h45 sur Tiwanon Road Soi 13. Dans une maison de ville à deux étages dont le rez-de-chaussée est utilisé comme petit restaurant vendant du curry se trouvait le corps sans vie de Weera Prasitthong, 54 ans. Il avait été abattu avec une arme .38; une douille a été retrouvée. La victime tenait toujours une hache. Son pick-up se trouvait dans le soi et avait reçu un impact de balle sur la droite. Un autre véhicule se trouvait également dans le soï. Le tireur responsable est un voisin de 65 ans appelé Wisit qui attendait sur les lieux pour se rendre à la police. La fille de Wisit, Khwanruthai, 29 ans, a déclaré que plus tôt dans la soirée, son père déchargeait son véhicule et bloquait la route lorsque Weera a voulu rentrer chez lui. Une dispute s'en est suivie alors que Wisit disait qu'il déplacerait son véhicule une fois le déchargement terminé. Un peu Plus tard, Weera est revenu et cette fois il tenait une hache et a agressé Wisit. De peur, selon sa fille, Wisit a couru dans la maison et a saisi une arme à feu. Il est ressorti et a tiré trois fois. Une balle a touché le pick-up et deux ont touché le voisin - dans la poitrine et dans les côtes. Wisit a été emmené pour être interrogé au poste de police de Pak Kret, a rapporté 77kaoded . Alors ? Légitime défense ou surréaction ?
  19. Une nouvelle Full Moon Party Covid a eu lieu avant-hier à Koh Pha-ngan et a été un "énorme succès" avec environ 20 000 participants. L'événement a eu lieu à Hand Rin, comme chaque mois, et a présenté la variété habituelle de concerts, de feux de joie et de grandes quantités d'alcool (et peut-être d'autres substances). Le chef du district, Wijarn Chunthwichit, affirme que la majorité des touristes venaient des îles voisines, Koh Samui et Koh Tao. Il a également souligné l'importance de la sécurité lors de l'événement et les mesures prises comme le déploiement d'employés pour garder un œil sur les pickpockets et les bagarres potentielles, ainsi que pour demander aux opérateurs de hors-bord de fournir des gilets de sauvetage à leurs passagers. Cette année, Koh Pha ngan a prévu un total de 12 Full Moon Parties, les 7 mars, 5 avril, 4 mai, 4 juin, 2 juillet, 3 et 31 août, 29 septembre, 30 octobre, 27 novembre et 27 décembre (et une en bonus le 31 décembre). La Full Moon Party de ce week-end s'est révélée un "coup de pouce indispensable" à l'industrie touristique de l'île après des années de ralentissement dû à la pandémie. Les chiffres rapportés d'environ 20 000 sont un peu en baisse par rapport au pic de fréquentation qui pouvait atteindre jusqu'à 30 000 fêtards dans le passé. "Avec les mesures appropriées et l'île remplie de touristes, l'événement s'est avéré un énorme succès et un indicateur d'un avenir radieux pour l'industrie touristique de Koh Pha ngan." La Full Moon Party a lieu depuis plus de 30 ans. La fête a été lancée par un petit groupe de routards sur l'île dans les années 1980 et est depuis devenue une attraction touristique majeure, attirant des milliers de visiteurs chaque mois. La Full Moon Party a généralement lieu la nuit de la pleine lune, les fêtards se rassemblant sur la plage de Haad Rin pour danser, boire et faire la fête. Au fil des ans, la Full Moon Party s'est fait connaître pour son atmosphère électrique et bohème, sa musique intense et sa culture unique de la fête. Malgré sa réputation, selon certains, de consommation de drogue et de comportement hystérique dû l'alcool, l'événement continue d'attirer des foules de jeunes du monde entier. Ces dernières années, le gouvernement thaïlandais a pris des mesures pour réglementer (ou essayer de réglementer) la Full Moon Party et améliorer la sécurité, notamment en renforçant la présence policière et en s'efforçant de limiter la consommation de drogue. Malgré tout, la fête reste un incontournable de l'industrie touristique thaïlandaise et continue d'attirer des milliers de visiteurs chaque année.
  20. Le Département des douanes a annoncé une nouvelle politique pour faciliter l'ouverture du pays aux touristes étrangers. Les douaniers ne fouilleront pas ni n'embêteront les touristes possédant des produits de marque Phanthong Loykulnan, un directeur du Département des douanes, a révélé que ce Département vient d'annoncer une politique visant à faciliter l'accueil des touristes dans le pays maintenant plus "ouvert". Les douaniers ne fouilleront pas les touristes qui entrent dans le pays même si on repère un article de grande valeur La politique visant à faciliter l'entrée des touristes dans le pays est celle de Patchara Anantasilp, directeur général du Département des douanes qui souhaite faciliter la vie et non créer plus de tracas pour les touristes voyageant en Thaïlande Par conséquent, les douaniers ne fouilleront pas les touristes entrant en Thaïlande. Même si ce touriste porte un sac de luxe coûteux valant des centaines de milliers de bahts ou une montre de luxe qui vaut des millions de bahts si elle est réservée à un usage personnel, comme donner l'heure. Les douaniers rappellent quand même que l'importation de produits de luxe dans le but de revente reste interdit. On comprend donc que les Thaïlandais.e.s qui financent leurs voyages en Europe en rapportant plusieurs sacs Chanel ou Vuitton AVEC les boîtes, pour la revente, resteront dans le collimateur des douanes. Normalement les taxes sur les produits de luxe sont extrêmement élevées, raison pour laquelle, il est plus avantageux de faire ses courses à Dubaï. On peut se demander si, à l'avenir, et dans le but d'attirer les étrangers aisés, la Thaïlande ne sera pas amenée à baisser ces fameuses taxes.
  21. Plus de 100 agents de la police de l'immigration, dont trois généraux, ont été reconnus coupables d'avoir délivré illégalement des visas à des visiteurs étrangers, a déclaré lundi le général Pol Surachate Hakparn, le Grand Flic maintenant numéro deux de la police nationale. Ces 110 policiers ont été accusés de malversations dans l'exercice de leurs fonctions et d'avoir accepté des pots-de-vin, a-t-il déclaré, ajoutant qu'il s'attend à ce que l'affaire soit transmise aux procureurs cette semaine. L'enquête sur le scandale des visas, dans lequel des agents de la police de l'immigration et plusieurs responsables de l'administration locale sont impliqués, est le prolongement d'une enquête sur la conduite d'une poignée d'agents de la police de l'immigration, qui auraient été impliqués dans la délivrance de visas à l'homme d'affaires chinois Chaiyanat Kornchayanant et à d'autres hommes d'affaires chinois impliqués dans des entreprises « grises » en Thaïlande. Chaiyanat et des dizaines de ses associés sont actuellement en détention provisoire pour de multiples chefs d'accusation, dont trafic de stupéfiants, blanchiment d'argent et implication dans le crime transnational organisé. Il arrive parfois que la police de l'immigration "se venge" de ses propres déboires sur les innocents d'autres pays que la Chine. On verra si l'obtention d'extensions de visa devient plus difficile ou non.
  22. Deuxième et pas second tant nous espérons un troisième tome ! Stephff est le plus célèbre et meilleur dessinateur d'actualité de Bangkok, capable en quelques traits de crayons d'expliquer les situations les plus compliquées en Thaïlande, en Asie et ailleurs dans le monde. Tout cela en restant drôle. Si vous le suivez sur les réseaux sociaux, vous le savez bien. Il peint aussi des tableaux aux accents contemporains qu'il vend à l'occasion. Profitez-en lorsqu'il en propose. Ses derniers bébés sont les albums "Farang Affairs" qui croquent avec une lucidité, parfois incisive, mais aussi avec affection les travers des occidentaux en Thaïlande et des Thaïlandais au contact des occidentaux. Mais Farang Affairs n'est pas un énième traité de "Culture shock" cher aux anglo-saxons. Français, Stéphane, maîtrise aussi bien l'humour anglais, que l'irrévérence à la française et le sourire thaïlandais. Stephff est tout sauf un faignant, Farang Affairs 2 offre 160 pages de véritables tableaux très esthétiques et tout en en couleur dans lesquels chaque détail mérite l'attention, plusieurs lectures s'imposent. De même plusieurs niveaux de lecture s'offrent à vous tant les croquis peuvent s'avérer subtils. Celui qui affirme ne pas se reconnaître dans certaines caricatures manque cruellement de recul. Farang Affairs 2 est disponible en contactant directement l'auteur, [email protected] Au prix de 1400 bahts, c'est une affaire.
  23. L'été (saison la plus chaude) en Thaïlande devrait commencer fin février, 1 à 2 semaines plus tard que la normale, mais les températures moyennes seront plus élevées que l'an dernier, atteignant 40 à 43 °C dans certaines régions de la mi-mars à la mi-avril. Selon le département météorologique thaïlandais, la température maximale moyenne cet été devrait être de 35,5°C dans le nord du pays, ce qui est proche de la normale, mais supérieur aux 34°C de l'an dernier. Le nord et le nord-est de la Thaïlande seront frais le matin, de fin février à mi-mars, mais chauds pendant la journée. Les températures pourraient atteindre 43 °C dans certaines régions, ce qui entraînera des orages estivaux de la mi-mars à la mi-avril. Des conditions météorologiques instables, avec de fortes averses dans certaines régions, sont prévues de la mi-avril à la mi-mai, lorsque la saison sèche devrait se terminer. On attend Plus de pluie dans le sud jusqu'à la mi-avril, avec de fortes vagues dans la mer d'Andaman et le golfe du Siam jusqu'à la mi-avril. Des cyclones pourraient se former dans la mer d'Andaman fin avril.
  24. Depuis le 1er février, la compagnie propose 3 vols par jour entre Doha et Phuket. Qatar Airways a lancé des vols supplémentaires vers la Thaïlande avec l'introduction d'un troisième vol quotidien entre Doha au Qatar et Phuket, à partir du 1er février prochain. Avec cette fréquence quotidienne supplémentaire, la compagnie opèrera jusqu’à 7 vols par jour vers la Thaïlande : 3 vols quotidiens vers Phuket et 4 vols quotidiens vers Bangkok. Smaïl Boudjennah, Regional Manager Western Europe de Qatar Airways, déclare : "Nous sommes ravis d'étendre notre présence en Thaïlande avec l'introduction de ces vols supplémentaires. Il s'agit d'une étape importante vers notre engagement continu envers le marché thaïlandais et nous sommes fiers de servir nos passagers en toute sécurité et avec une excellente connectivité mondiale. Nous sommes impatients d'accueillir encore plus de voyageurs à bord de nos vols." Horaires des vols (en heures locales) : Paris > Phuket via Doha (vols quotidiens) : QR 040 CDG – DOH Départ à 15h20 – arrivée à 23h45 QR 840 DOH – HKT Départ à 02h15 (J+1) – arrivée à 12h45 (J+1) QR 038 CDG – DOH Départ à 22h05 – arrivée à 06h30 (J+1) QR 978 DOH – HKT Départ à 09h30 (J+1) – arrivée à 20h00 (J+1) QR 042 CDG – DOH Départ à 08h25 – arrivée à 16h50 QR 842 DOH – HKT Départ à 21h15 – arrivée à 07h45 (J+1) Phuket > Paris via Doha (vols quotidiens) QR 979 HKT – DOH Départ à 09h45 – arrivée à 12h50 QR 037 DOH - CDG Départ à 15h20 – arrivée à 20h30 QR 843 HKT – DOH Départ à 20h20 – arrivée à 23h25 QR 041 DOH - CDG Départ à 01h30 (J+1) – arrivée à 06h40 (J+1) QR 841 HKT – DOH Départ à 22h30 – arrivée à 01h35 (J+1) QR 039 DOH - CDG Départ à 08h40 (J+1) – arrivée à 13h50 (J+1) Paris > Bangkok via Doha (vols quotidiens) QR 040 CDG - DOH Départ à 15h20 – arrivée à 23h45 QR 834 DOH – BKK Départ à 01h45 (J+1) – arrivée à 12h05 (J+1) QR 040 CDG - DOH Départ à 15h20 – arrivée à 23h45 QR 836 DOH – BKK Départ à 02h20 (J+1) – arrivée à 12h40 (J+1) QR 038 CDG - DOH Départ à 22h05 – arrivée à 06h30 (J+1) QR 832 DOH – BKK Départ à 08h05 (J+1) – arrivée à 18h25 (J+1) QR 042 CDG - DOH Départ à 08h25 – arrivée à 16h50 QR 830 DOH – BKK Départ à 20h15 – arrivée à 06h35 (J+1) Bangkok > Paris via Doha (vols quotidiens) QR 837 BKK – DOH Départ à 01h50 - Arrivée à 05h15 QR 039 DOH - CDG Départ à 08h40 – arrivée à 13h50 QR 831 BKK – DOH Départ à 08h05, Arrivée à 11h30 QR 037 DOH - CDG Départ à 15h20 – arrivée à 20h30 QR 835 BKK – DOH Départ à 19h30, Arrivée à 22h55 QR 041 DOH - CDG Départ à 01h30 (J+1) – arrivée à 06h40 (J+1) QR 833 BKK – DOH Départ à 20h25, Arrivée à 23h50 QR 041 DOH - CDG Départ à 01h30 (J+1) – arrivée à 06h40 (J+1) David Dagouret pour Aeroweb
  25. L'indice de démocratie de la Thaïlande s'est considérablement amélioré par rapport à 2021, bondissant de 17 places à la 55e place sur 167 pays, selon le porte-parole du gouvernement Anucha Burapachaisri, citant le travail de l'Economist Intelligence Unit. Il a déclaré que le classement était basé sur des évaluations du processus électoral et du pluralisme, du fonctionnement du gouvernement, de la participation politique, de la culture politique et des libertés civiles. La Thaïlande a obtenu respectivement 7,42, 6,05, 8,33, 5,63 et 5,88 points. En moyenne, la Thaïlande a marqué 6,67 points l'an dernier, contre 6,04 points en 2021. L'indice de 2022 place la Thaïlande au 4e rang des pays de l'ASEAN, après la Malaisie (40e sur l'indice mondial), les Philippines (52e sur l'indice mondial) et l'Indonésie (54e sur l'indice mondial). Anucha a déclaré que l'augmentation moyenne de la Thaïlande de 0,63 point, l'une des plus significatives dans le monde, représente une preuve tangible de la détermination du gouvernement à développer la démocratie en Thaïlande et à respecter les points de vue divergents. C'est 2023 qui représentera le vrai test avec les élections et surtout ensuite la désignation du premier ministre avec la possible intervention du sénat nommé par la junte.
  26. Un étranger a subi des brûlures après qu'un incendie a ravagé un condo dans la région de Pattaya tandis que quatre autres personnes ont été rendues malades par inhalation de fumée. Les pompiers de la ville de Pattaya ont été informés de l'incendie à 1 h 30 (le 4 février ) au Amazon Residence Condominium, Soi Wat Boon Kanjanaram 5 à Nongprue, Banglamung. Les pompiers avec plusieurs camions, la police de Pattaya, la police touristique et le Pattaya News sont arrivés sur les lieux peu de temps après les premiers appels téléphoniques des gardiens aux réflexes rapides. Environ 200 personnes vivent dans la copropriété et la plupart d'entre elles sont des étrangers. De nombreux habitants ont été vus s'échapper par les cages d'escalier lorsque les secouristes sont arrivés. Les pompiers ont constaté que l'incendie se localisait dans un logement au 8e étage du deuxième bâtiment du complexe. Quatre personnes ont été considérées blessées par la fumée. Un étranger non identifié a également été blessé par des brûlures et un traumatisme crânien. Il a été transporté d'urgence dans un hôpital voisin. Les agents de sécurité de la copropriété ont déclaré au Pattaya News qu'ils avaient été informés par les résidents qu'un incendie s'était déclaré au huitième étage avant d'aider les autres à s'échapper du bâtiment pour des raisons de sécurité et d'appeler à l'aide. Les gardes ont été félicités par les secouristes et les pompiers pour leur réponse rapide en aidant les résidents à évacuer. Au date, la cause exacte de l'incendie fait toujours l'objet d'une enquête de la part des autorités compétentes.
  27. L'affirmation récente du ministre du Tourisme Phiphat Ratchakitprakarn que les touristes étrangers ne peuvent pas être arrêtés pour une vapoteuse est en contradiction avec l'affaire de l'actrice de taïwanaise Charlene An ou An Yu Qing et surtout avec les coups de menton de la police, ces derniers jours, qui va faire payer aux fumeurs l'humiliation publique dont elle a été victime après l'extorsion dont elle s'est montrée coupable. Les médias en anglais rappellent maintenant L'histoire choquante de la Française Cecilia Cornu en février 2019 à Phuket que nous avons mentionnée récemment. C'est un récit édifiant pour les étrangers en Thaïlande sur ce qui peut arriver lorsque les visiteurs se retrouvent du mauvais côté de la loi. Le ministre de l'Économie, Chaiwut Thanakhamanusorna appelé vendredi à la légalisation des vapoteuses à la suite de l'extorsion de la part de la police dont a été victime l'actrice taïwanaise. Il a déclaré qu'une décision de légaliser cette pratique aiderait à collecter des taxes pour le gouvernement et à éliminer un terreau favorable à la corruption de la police. Son point de vue semble contredire les sentiments exprimés par le vice-Premier ministre Anutin Charnvirakul, le ministre thaïlandais de la Santé publique qui a légalisé le cannabis en Thaïlande de manière controversée l'année dernière. Anutin a déclaré lors d'une conférence en août 2022 que les cigarettes électroniques devraient rester interdites en tant que menace pour la santé publique bien qu'elles soient utilisées régulièrement par des centaines de milliers de Thaïlandais et alors qu'elles sont parfaitement légales dans la plupart des pays. Un ministre et membre du parti Palang Pracharat a promis que si son parti restait au pouvoir après les élections générales de cet été, il procéderait à la légalisation du vapotage et des cigarettes électroniques. Mais, Pol. Le lieutenant-général Trairong Phiewphan, Un officier supérieur de la police thaïlandaise du département juridique a déclaré que toute personne surprise en train de transporter des cigarettes électroniques peut être condamnée à une amende pouvant aller jusqu'à 500 000 bahts et à une peine de prison maximale de cinq ans. On peut craindre que la police se déchaîne contre les vapoteurs en particulier étrangers dans les prochains jours comme pour dédouaner les ripoux. Elle voudra faire des exemples. Cependant il faut savoir que si le gouvernement thaïlandais a mis en place un certain nombre de mesures pour restreindre l'activité, toute personne souhaitant vapoter en Thaïlande peut obtenir une licence du ministère de la Santé. La licence n'est accordée qu'aux majeurs et exige que le demandeur passe un examen médical et fournisse une déclaration écrite de consentement de son médecin. Bien que l'achat d'équipement de vapotage en Thaïlande soit techniquement encore possible, il est fortement conseillé aux voyageurs d'éviter de se promener avec une vapoteuse. Il est également important que les agents de voyages avertissent leurs clients Bien sûr, il est illégal de vapoter dans les lieux publics, tels que les bureaux, les écoles, les hôpitaux, les aéroports et les transports en commun. Les contrevenants peuvent être envoyés en prison jusqu'à 30 jours. Les voyageurs qui apportent avec eux tout type d'équipement de vapotage, ainsi que les vendeurs de vapoteuses peuvent être condamnés à 10 ans de prison au lieu de 5, car il s'agit d'importation. En général, les ambassades étrangères mettent en garde sur leur site.
  28. suite de cette affaire Un Français a été arrêté pour extorsion après avoir prétendument arnaqué des expatriés à Pattaya. Il affirmait fièrement avoir des liens étroits avec des officiers supérieurs de la police, y compris le numéro deux de la police nationale thaïlandaise et Grand Flic Surachate. Pol. Le général Surachate Hakparn a annoncé lui-même l'arrestation d'Hervé Léonard, 58 ans (certains parlent de 59 ans), le jeudi 2 février. Le suspect français a été arrêté mercredi 1er février dans un condo de Phahon Yothin Road, dans le quartier de Chatuchak à Bangkok, sous l'accusation d'extorsion de nombreux expatriés à Pattaya. Surachate a déclaré que Leonard avait extorqué de l'argent à des expatriés en échange de sa "protection", c'est à dire de manière mafieuse, affirmant qu'il connaissait de nombreux officiers supérieurs de la police thaïlandaise, dont Surachate lui-même. Le suspect a profité du fait qu'il était auparavant bénévole en soutien de la police locale pour prendre des photos de lui avec des hauts responsables de la police et les utiliser pour étayer ses affirmations, a expliqué Surachate. Leonard était recherché sur cinq mandats d'arrêt pour extorsion, fraude et coercition délivrés par le tribunal provincial de Pattaya. Il était également recherché par Interpol. Le suspect séjournait dans le royaume depuis 868 jours avant son arrestation mercredi, en overstay depuis le 15 septembre 2020. Le Français changeait régulièrement de lieu toutes les 2 à 3 semaines entre Pattaya, Hua Hin et Bangkok pour éviter d'être arrêté. Le suspect mentait aux hôteliers en disant qu'il avait perdu son passeport, affirme Surachate. Leonard a été arrêté une fois en février 2022 mais a disparu après avoir été libéré sous caution et il était en cavale jusqu'à mercredi dernier. L'opération de recherche du fugitif français a commencé il y a quatre mois. Comme nous l’écrivions déjà il y a un an : quand Certains étrangers se targuent d'avoir des amis policiers thaïlandais, ce n'est jamais bon signe. Et comme nous le rappelons toujours aux délinquants : une cavale en Thaïlande est vouée à l'échec.
  29. Les prix des terrains à Bangkok, capitale de la Thaïlande, ont grimpé de 75 % ces dernières années en raison du développement des infrastructures et de l'urbanisation galopante entraînée par l'expansion des transports en commun. Saenphin Sukhee, directeur général du promoteur résidentiel Frasers Property Home (FPH), a déclaré que les prix des terrains à Bangkok ont continué de croître malgré la pandémie de COVID-19, avec une augmentation moyenne de 70 à 75 % en 2020-2022. Le Centre d'information sur l'immobilier (REIC) a récemment publié l'indice des prix des terrains vacants dans le Grand Bangkok au quatrième trimestre 2022 à 381,4 points, soit une augmentation de 12,5 % par rapport à la même période en 2021 et une hausse de 3,4 % par rapport au troisième trimestre 2022. Le directeur général par intérim du REIC, Vichai Viratkapan, a déclaré que les prix des terres vacantes continuaient d'augmenter, mais que les augmentations restaient inférieures à la moyenne quinquennale pré-pandémique de 14,8 % en glissement annuel et de 4,1 % en glissement trimestriel de 2015 à 2019. Il a déclaré que la croissance plus faible était due au ralentissement économique mondial dû à la pandémie, au conflit russo-ukrainien et à la perception normale de la taxe foncière et de construction en 2021-2022. Pendant ce temps, les terrains situés en banlieue de Bangkok ont connu une augmentation des prix, car les prix y sont encore bas, ce qui est une bonne option pour les citadins peu fortunés désireux de construire des maisons de faible hauteur à des prix abordables.
  1. Charger plus d’activité