Toute l’activité

Ce flux se met à jour automatiquement     

  1. Today
  2. Les internautes ont vu rouge après qu'un fournisseur Internet a bloqué un site Web pour adultes Un fournisseur Internet qui a admis avoir bloqué un site Web de vidéos pour adultes populaires a rapidement rétropédalé et restauré l'accès au site après que des internautes thaïlandais exaspérés ont fait souffler le vent de la tempête en ligne. Le drame s'est déroulé après qu'une femme a demandé au fournisseur Internet (anonyme) sur Twitter s'il avait bloqué le célèbre site de vidéos pour adultes Pornhub. Le fournisseur a d'abord dit qu'il avait simplement limité la vitesse du débit Internet, puis a également reconnu avoir bloqué l'accès au site Web en raison de son «contenu inapproprié». Thaivisa en français rappelle que ce genre de sites est hors la loi en Thaïlande. Les internautes ont rapidement exprimé leur colère et leur frustration, faisant valoir qu'ils avaient le droit de regarder des vidéos sur Pornhub sans être surveillés et exigeants sans équivoque que l'accès soit rétabli immédiatement. Le fournisseur s'est rétracté par la suite et annoncé que ses clients ont désormais accès au site Web et à d'autres sites pour adultes. https://forum.thaivisa.com/topic/1165830-netizens-get-hot-under-the-collar-after-internet-provider-blocks-adult-website/ On notera que l'accès à de très nombreux sites d’informations étrangers qui violent les lois thaïlandaises de manière flagrante reste possible. De toute façon, il existe de nombreux moyens de contourner un éventuel blocage.
  3. Taweesin explique la nécessité de prolonger l'état d'urgence Ce Mardi 26 mai, le Cabinet a décidé de prolonger l'état d'urgence jusqu'à la fin juin. Mercredi, un panel présidé par le secrétaire général du Conseil de sécurité nationale, le général Somsak Rungsita, se réunira pour discuter de la troisième phase du déconfinement et de l'allègement possible du couvre-feu. La troisième phase du déconfinement devrait entrer en vigueur le 1er juin. Lors d'une conférence de presse tenue ce mardi 26 mai, le porte-parole l'administration en charge d Covid-19 (CCSA), le Dr Taweesin Visanuyothin, a expliqué la nécessité de prolonger l'état d'urgence. Il a déclaré que lorsque le virus s'est manifesté pour la première fois dans le pays, les autorités thaïlandaises n'avaient comme outil que la loi sur les maladies transmissibles, ce qui signifie que les ministères ont du respecter des procédures lentes ce qui a entraîné des problèmes tels que des pénuries de masques. Ce problème a empiré lorsque certains ont commencé à stocker pour revendre à prix d'or, jusqu'à ce que le ministère du Commerce déclare finalement les masques comme un produit contrôlé. Cependant, une fois l'état d'urgence mis en place, plus de 40 lois, dont celle sur les maladies contagieuses, pouvaient se combiner pour permettre une application rapide. Il a déclaré que la crise de Covid-19 se poursuit depuis plusieurs mois maintenant, et que les autorités devaient travailler de concert sous l'autorité du CCSA pour prévenir la propagation du virus. «Tous les secteurs, privés et gouvernementaux, doivent travailler ensemble et personne ne peut s'en attribuer le mérite car c'est un travail d'équipe. Le gouvernement doit être strict, tandis que le secteur privé doit rester fort. Les gens doivent être protégés d'abord, ce n'est qu'ensuite que la nation et le reste du monde surmonteront la situation et iront de l'avant », a conclu Taweesin. https://forum.thaivisa.com/topic/1165825-thailand-under-state-of-emergency-until-june-30/ https://forum.thaivisa.com/topic/1165839-taweesin-explains-the-need-to-extend-state-of-emergency/
  4. Vingt-cinq des 399 Thaïs qui sont rentrés au pays lundi 26 mai en provenance du Japon, de la Corée du Sud et des Maldives souffraient d'une forte fièvre et ont été emmenés rapidement à l'hôpital, a déclaré le directeur de l'aéroport de Suvarnabhumi, Kittipong Kittikachorn. Les Thaïlandais sont arrivés sur cinq vols à l'aéroport. "Les 175 arrivant du Japon sont pour la plupart des étudiants et du personnel de l'ambassade du Japon en Thaïlande, sont arrivés de Tokyo sur le vol All Nippon Airways NH847, le vol THAI TG643 et le vol Japan Airlines JAL31", a déclaré Kittipong. "Le dépistage préliminaire a révélé que 14 passagers avaient une forte fièvre et ils ont été transportés d'urgence à l'hôpital, tandis que les 161 autres ont été transportés vers les installations de quarantaine du gouvernement à Bangkok et Pathum Thani." 78 autres Thaïlandais bloqués aux Maldives sont arrivés de Colombo, au Sri Lanka, sur le vol Q2-9350 de Maldivian Airlines. Le personnel d'immigration a constaté que l'un d'entre eux avait une forte fièvre, de sorte que la personne a été immédiatement envoyée dans un hôpital de la province de Samut Prakan, tandis que les autres ont été transportés vers des installations de quarantaine à Chon Buri. L'autre groupe de Thaïlandais est arrivé de Corée du Sud, atterrissant à l'aéroport de Suvarnabhumi à 21h45. "Parmi 150 passagers qui sont rentrés de Séoul, 10 se sont révélés avoir une forte fièvre et ont été envoyés à l'hôpital, tandis que les autres ont été envoyés dans trois hôtels à Bangkok pour la quarantaine obligatoire de 14 jours", a ajouté Kittipong. Au 25 mai, le Japon avait notifié 16 550 cas confirmés de Covid-19 avec 820 décès, tandis que la Corée du Sud avait signalé 11 206 cas et 267 décès. Ces deux pays ont été félicités par la communauté internationale pour avoir géré efficacement l'épidémie. Les Maldives ont signalé un nombre relativement faible de cas confirmés - seulement 1 078 et quatre décès. La Thaïlande avec environ 3000 cas et 57 décès a, pour l'instant, réussi a contenir la pandémie avec succès. Les rapatriés reviennent relativement souvent avec le COVID-19 et il est parfois difficile de les garder 14 jours en quarantaine. https://forum.thaivisa.com/topic/1165778-25-of-almost-400-thais-who-returned-home-rushed-to-hospital-with-high-fever/
  5. Un chercheur thaïlandais envisage un vaccin contre les coronavirus abordable et accessible pour l'Asie du Sud-Est BANGKOK (Reuters) - Un chercheur à la tête des efforts de la Thaïlande pour fabriquer un vaccin contre le coronavirus dit que son objectif est de le rendre rentable et accessible à l'Asie du Sud-Est, et de contribuer à prévenir une pénurie d'approvisionnement à l'échelle mondiale. Le gouvernement thaïlandais a annoncé la semaine dernière son intention de disposer d'un vaccin prêt à être déployé l'année prochaine. Des chercheurs de l'Université Chulalongkorn de Bangkok mènent avec succès des essais sur des souris. "Nous ne visons pas à gagner de l'argent. Ce n'est pas une question d'argent mais une question d'accessibilité", a déclaré Kiat Ruxrungtham, en charge du projet. Les tests du vaccin expérimental thaïlandais utilisant des singes ont commencé samedi. Il s'agit de l'un des 100 vaccins potentiels en cours de développement dans le monde. Le groupe de Kiat s'est associé à des scientifiques et à des sociétés de biotechnologie en Amérique du Nord et souhaite produire en masse le vaccin en Thaïlande, à un prix plus abordable qu'aux USA pour les marchés voisins comme l'Indonésie, la Malaisie, le Laos, le Vietnam et le Myanmar. Avec un peu plus de 3 000 cas et 57 décès, la Thaïlande a réussi à contrôler la propagation du coronavirus et a commencé à assouplir certaines restrictions. Kiat dit qu'il était important de ne pas compter uniquement sur les pays riches pour développer et fabriquer des vaccins contre les coronavirus, sinon il pourrait y avoir des goulots d'étranglement. "Comment une seule entreprise pourrait-elle fabriquer des millions ou des milliards de doses?" il a dit. "Donc, dans un -petit- pays comme le nôtre, nous devons intensifier nos efforts et fabriquer nous-mêmes". -- REUTERS
  6. "Nous ne rentrerons pas chez nous car nous ne pouvons pas nous le permettre" - les tarifs des bus doublent (presque) en raison des réglementations relatives à la distanciation sociale De nombreux Thaïlandais se sont exprimés sur les réseaux sociaux après qu'un citoyen a publié un message sur son voyage en bus de Pattaya à Nong Khai, dans le nord-est. Il a dit que le tarif normal était de 500 bahts mais qu'on lui avait facturé 910 bahts parce qu'un siège sur deux était laissé libre au nom de la distanciation sociale. Il a dit que ce n'était pas un gros problème pour lui mais que ce serait problématique pour beaucoup d'autres et il a appelé le gouvernement à faire quelque chose. Les commentaires ont été nombreux et beaucoup d'internautes se sont plaints des nouvelles règles du gouvernement. Beaucoup ont dit qu'ils ne retourneraient tout simplement pas dans leur ville natale à ces prix-là, tandis que d'autres ont partagé des expériences similaires. https://forum.thaivisa.com/topic/1165799-we-wont-go-home-we-cant-afford-that-bus-fares-almost-double-because-of-social-distancing-regulations/
  7. Pattaya: la police arrête un Allemand et une Thaïlandaise pour extorsion. Arrestation prochaine du cerveau du gang : un Français Un Allemand et une Thaïlandaise ont été arrêtés pour extorsion et falsification de documents. Un troisième homme originaire de France, soupçonné d'être à la tête de l’entreprise de racket extorquant de l'argent à des étrangers. Le gang accusait les étrangers d'infraction aux lois sur la drogue et les permis de travail et passeport. Le Français est activement recherché. Les arrestations interviennent après que l'avocat d'un Australien accusé d'infraction aux lois sur la drogue a déclaré que le gang avait extorqué 1 242 370 bahts à son client. Les membres du gang ont affirmé qu'ils pouvaient faire disparaître ou effacer les accusations en raison de leurs liens avec l'immigration. Une Thaïlandaise Mallika ou "Yui", 33 ans, de Bang Plee a été arrêtée devant un concessionnaire de voitures d'occasion à Sukhumvut Road Soi 77. Frank W., 54 ans, un Allemand, a été arrêté à Pattaya, Moo 10. Tous deux figuraient sur des mandats délivrés par le tribunal le 16 mai pour extorsion (sous de faux prétextes). Ils ont admis lors d'interrogatoires séparés par la police qu'ils se connaissaient mais ont nié les accusations. Ils sont détenus et leur mise en liberté sous caution a été refusée. Hervé Christian Robert Leonard, un Français, serait le cerveau du gang, a rapporté Pattaya Eastern News. Thaivisa en français rappelle qu'Il est toujours présumé innocent. On pense qu'il est toujours en Thaïlande et son arrestation est attendue prochainement. Le Français et l'Allemand seraient également impliqués dans une tentative d'extorquer 100 000 bahts à une Thaïlandaise nommée uniquement par son petit nom : «O» dans un autre cas fabriqué de toute pièce relatif à de la drogue. Les médias ont déclaré que Hervé était mêlé à la fourniture de faux documents pour les permis de travail et la résolution de problèmes liés aux passeports. Il aurait fait cela depuis dix ans et aurait fait de nombreuses victimes. Un site Web affirme que l'Allemand a sévi il y a quelques années aux Philippines. Ce n'est pas la première fois que des affaires d'extorsion se déroulent à Pattaya, d'habitude, c'est la police thaïlandaise qui est montrée du doigt. Ce n'est pas la première fois qu'un Français est accusé de possible extorsion à Pattaya. photo du Français en suivant le lien https://forum.thaivisa.com/topic/1165795-pattaya-police-arrest-german-and-thai-woman-on-extortion-charges-arrest-of-french-mastermind-soon/
  8. L'agriculture, le tourisme et les dépenses publiques contribueront au redémarrage de l'économie aux troisième et quatrième trimestres, selon le vice-Premier ministre thaïlandais Somkid Jatusripitak. Bangkok (VNA) - L'agriculture, le tourisme et les dépenses publiques contribueront au redémarrage de l'économie aux troisième et quatrième trimestres, a déclaré le vice-Premier ministre thaïlandais Somkid Jatusripitak, cité par le quotidien Bangkok Post. Selon Somkid Jatusripitak, ce mois-ci, la Banque d'État pour l'agriculture et les coopératives agricoles (BAAC) met en œuvre un programme visant à apporter des technologies pour aider les communautés locales et les petites et moyennes entreprises (PME) dans le secteur agricole. La BAAC veut aider 100 000 collectivités locales et 10 000 PME à l'échelle nationale chaque année. Le vice-Premier ministre thaïlandais a déclaré que le gouvernement s’attendait à autoriser le tourisme intérieur dans les provinces sans cas de coronavirus d'ici le troisième trimestre pour aider les entrepreneurs liés au tourisme. Selon lui, le plan du gouvernement visant à injecter 1 billion de bahts (plus de 31 milliards de dollars), en particulier 400 milliards de bahts destinés à la relance socioéconomique par le biais de projets de création d'emplois, de renforcement des communautés et de construction d'infrastructures, contribuera également à stimuler l'économie locale aux troisième et quatrième trimestres. Le mois dernier, le gouvernement a lancé un plan de 1.900 milliards de bahts (plus de 59 milliards de dollars), marquant la plus grande mesure de secours jamais réalisée, pour atténuer les impacts économiques de l’épidémie de COVID-19. Lundi 25 mai, la Thaïlande a signalé deux nouveaux cas de nouveau coronavirus, portant le nombre total à 3 042. Un décès supplémentaire a été enregistré, portant le nombre de morts à 57. Plus de 96% des patients, soit plus de 2 900 personnes, se sont rétablis. Actuellement, 57 sont toujours en cours de traitement. Des chercheurs thaïlandais prévoient de recruter 5 000 volontaires pour un essai humain d'un vaccin contre le COVID-19 qui devrait commencer en fin d’année, à la suite d'un test en cours de trois mois sur des singes. Les tests sur les animaux dureront trois mois et les résultats sont attendus fin août. Si l'essai réussit, l'équipe de recherche utilisera les meilleurs anticorps viables des primates pour produire 10 000 doses de vaccin pour les essais sur l'homme, a déclaré le 24 mai Kiat Rakrungtham, directeur du Centre d'excellence en recherche et développement sur les vaccins de l'Université Chulalongkorn.-VNA https://fr.vietnamplus.vn/thailande-trois-secteurs-pour-la-reprise-economique-aux-deux-derniers-trimestres/138819.vnp
  9. Yesterday
  10. L'enquête initiale indique que le vieillard serait tombé alors que l'autobus Mahachai - Victory Monument # 140 repartait, rue Suksawat à Bangkok. Il est mort instantanément. La police de Ratburana enquête. Les autobus ne s'arrêtent jamais complètement à Bangkok. Il faut quasiment sauter pour sortir du bus. Il n'est donc pas étonnant qu'un vieillard tombe durant cette manœuvre. La sécurité des passagers n'est pas la priorité des chauffeurs qui obligent parfois à slalomer entre les voitures pour monter ou descendre. Les pétions paient un lourd tribu aux accidents de la route en Thaïlande. https://forum.thaivisa.com/topic/1165629-ninety-one-year-old-passenger-crushed-to-death-under-wheels-as-he-gets-off-the-bus/
  11. Quarantaine d'État à Pattaya : rétrocommissions possibles de 40%, selon des sources. Quand l'état donne 1000, 600 vont aux hôtels et 400 aux -possibles fonctionnaires- présumés innocents. Des personnalités éminentes du tourisme et des affaires ont déclaré aux médias thaïlandais à Pattaya que des personnalités obscures - peut-être du personnel de l'État - gagnent des millions de bahts grâce aux mises en quarantaine des rapatriés Thaïlandais suite à Covid-19. Sophon Cable TV a indiqué qu'environ 10 000 chambres ont été attribuées dans de grands hôtels de Pattaya pour mettre les Thaïlandais en quarantaine pendant 14 jours. Les hôtels réquisitionnés reçoivent 1000 bahts par personne et par jour du gouvernement, ce qui, d'après les initiés de l'industrie, est à peine suffisant pour couvrir trois repas par jour et nettoyer 24 heures sur 24. En outre, le personnel de ces établissements n'est pas éligible aux allocations de l'État de 5 000 bahts. Mais ce n'est pas tout. Il y a une corruption généralisée dans l'attribution des chambres. Le leader de l'industrie du tourisme, Thanet Supharothatrangsee, a affirmé que les agents qui prétendent travailler pour l'État prenaient 40% pour eux-mêmes afin de donner la préférence à certains hôtels. Cela signifie que les hôtels ne reçoivent que 600 à 700 bahts par personne, ce n'est en aucun cas suffisant pour rendre l'hébergement des rapatriés rentable. On pense que 7 000 à 8 000 Thaïlandais sont mis en quarantaine par l'État à Pattaya. Les bénéfices pour les -possibles fonctionnaires- corrompus sont énormes, atteignant 100 millions de bahts. Ekkasit Ngamphichet, du bureau du tourisme de Pattaya, a déclaré que les mesures de contrôle de la qualité étaient également contournées. Les hôtels sont censés avoir au moins 200 chambres avec leur propre climatisation. Les établissements dotés de la climatisation centralisée devaient être rejetés. Maintenant, il semble que les normes importent peu - il s'agit simplement de savoir qui peut se permettre de payer un pot de vin de 400 bahts par jour et par personne. Le Premier ministre Prayut Chan-ocha serait en train de réfléchir à une enquête alors que la corruption présumée est rendue publique. https://forum.thaivisa.com/topic/1165653-state-quarantine-in-pattaya-shadowy-figures-creaming-40-off-the-top-of-government-fees-to-hotels-claim-insiders/ photo Sophon
  12. Fumeurs, méfiez-vous : vous serez condamnés à une amende de 5 000 bahts si vous êtes surpris en train de vous en griller une dans les gares routières (arrêts de bus ?) et les marchés du pays Les fumeurs ont été avertis de s'ils allumaient une cigarette dans les lieux publics les autorités en charge de la lutte contre Covid-19 les sanctionneraient malgré le déconfinement. Les autorités thaïlandaises ciblent les gares routières et les marchés. Le média INN a indiqué que les fumeurs ne portaient évidemment pas de masques puisqu'ils ont la clope au bec, et représentent un risque de propager le virus maintenant que de nombreuses personnes retournent dans les gares routières et les marchés. Le Dr Chaiyanan Sitthibut et son équipe ainsi que des groupes anti-alcool étaient à la gare routière de Mo Chit 2 à Bangkok hier où 11 personnes ont été condamnées à une amende. Les fumeurs encourent jusqu'à 5 000 bahts d'amende et les responsables des lieux où l'infraction se déroule risquent une amende de 50 000 bahts. Thaivisa note que fumer dans de tels endroits est interdit depuis des années mais n'est pas souvent appliqué. La lutte contre la pandémie devrait changer cela car une moindre tolérance est montrée aux fumeurs. https://forum.thaivisa.com/topic/1165637-smokers-beware-youll-be-fined-5000-baht-if-caught-lighting-up-in-bus-stations-and-markets-nationwide/
  13. Selon le Kasikorn Research Center, le secteur du tourisme thaïlandais devrait subir une baisse de ses revenus, estimée à 1690 milliards de bahts cette année, en raison de la pandémie de COVID-10 et du faible pouvoir d'achat des touristes (locaux ). Il a également déclaré que, bien que le secteur du tourisme thaïlandais puisse commencer à se redresser l'année prochaine, il lui reste encore un long chemin à parcourir pour revenir au niveau pré-coronavirus, car plusieurs mesures de verrouillage resteront en vigueur pour la sécurité publique, telles qu'un dépistage strict des voyageurs à l'arrivée et au départ et une distanciation sociale qui annule tout le plaisir qu'on peut avoir à voyager. La Kasikorn pense que les opérateurs touristiques doivent adapter leurs offres et se concentrer sur la sécurité dans les hôtels, dans les villes touristiques et lors des voyages. Il faut proposer des enregistrements en ligne, des tests de température et empêcher les contacts avec les autres. Les opérateurs touristiques doivent adopter une approche proactive, en tendant la main à leurs clients potentiels et en offrant leurs meilleurs services et produits, au lieu de laisser leurs clients venir à eux. En ce qui concerne les voyages organisés, le centre de recherche a suggéré que les opérateurs touristiques thaïlandais collaborent avec les compagnies aériennes pour offrir des services complets du point d'arrivée à l'aéroport, y compris le trajet vers les hôtels et les visites jusqu'à leur départ. Les souvenirs et autres produits fabriqués localement devraient être exposés dans les hôtels, afin que les touristes puissent choisir et acheter en ligne sans avoir à magasiner, a déclaré le centre de recherche. https://forum.thaivisa.com/topic/1165597-thailand-tourism-to-contract-by-169-trillion-baht-this-year-–-kasikorn-research/ Cependant, on ne voit pas très bien ce qui pourrait inciter des touristes à dépenser beaucoup et à voyager loin pour vivre de telles vacances de type quasi-carcéral.
  14. La proposition de financer un projet de monorail à Pattaya a fait un grand pas en avant avec l'annonce d'une étude de faisabilité de 70 millions de bahts qui étudiera la coordination avec le train à grande vitesse qui reliera les aéroports de Bangkok à U-Tapao, le corridor économique oriental (CEE) et les ports en eau profonde à Laem Chabang et Rayong. L'idée d'un monorail à Pattaya a été évoquée pour la première fois lors de la campagne électorale pour les municipales de 2008, mais il n'y a eu aucun progrès jusqu'à l'année dernière. Les autorités de la ville de Pattaya ont désormais alloué un budget de 70 millions de bahts à une étude de faisabilité qui se concentrera sur l'avenir de Pattaya plutôt que sur son passé. Les autorités croient que le profil touristique de la ville évolue rapidement alors que la dépendance à l '«éthique de la rue piétonne» - soit la dépendance aux bars et aux clubs - fait place à une Pattaya dominée par des hôtels cinq étoiles, des centres commerciaux et des restaurants de classe dans un environnement plus familial. Pattaya se veut déjà une métropole reconnue internationalement comme centre de conférences et de salons professionnels. Le maire adjoint Manote Nongyai a déclaré: «Il est nécessaire de réduire l'utilisation des voitures privées tout en évoluant vers les transports publics comme un monorail électrique pour promouvoir le tourisme.» Il a expliqué que le monorail de neuf kilomètres circulerait depuis la gare de Pattaya, North Pattaya Road et Second Road, couvrant alors la plupart des lieux de shopping et de divertissement les plus connus avant de rejoindre à la jetée de Bali Hai. Un monorail est préféré à un tram au niveau du sol ou à un système souterrain car il serait à la fois moins cher et moins perturbateur pendant la phase de construction. Les monorails sont silencieux et tirent généralement leur énergie de la structure de la voie et non de lignes électriques aériennes et de poteaux disgracieux. Il existe des critiques au projet de monorail de Pattaya, bien qu'ils aient été mis en sourdine récemment. Les chauffeurs de taxis collectifs, dont on connaît la capacité de nuisance, craignent pour leurs moyens de subsistance et les voyagistes soupçonnent que les voitures et les autocars seront interdits en centre-ville. De nombreux commerçants craignent de perdre une grande partie de leurs clients piétons. Mais la plupart des observateurs pensent que le projet ira de l'avant cette fois, ne serait-ce que parce que Pattaya n'est plus une destination touristique isolée mais partie intégrante du corridor économique de l'est composé de trois provinces. L'ensemble du projet coûtera probablement environ 30 milliards de bahts et sera financé dans le cadre d'un modèle de partenariat public-privé largement utilisé dans les projets de la CEE. Un porte-parole de la mairie a déclaré: «Les principales autoroutes ont déjà été construites, ce qui était la première phase. Les phases deux et trois sont le monorail de Pattaya et la construction de l'ambitieux réseau de trains à grande vitesse reliant toute la région à Bangkok. Un système de transport en commun qui fonctionne est la clé de l’avenir de Pattaya. Cela ne se fera pas du jour au lendemain. En 2030, la transformation spectaculaire sera terminée. » https://forum.thaivisa.com/topic/1165588-proposed-pattaya-monorail-paints-a-radical-future-by-2030/
  15. La dernière semaine
  16. Le Gouvernement thaïlandais réduit la participation dans Thai Airways à moins de 51% dans le cadre du plan de restructuration BANGKOK (Reuters) - Le gouvernement thaïlandais a abaissé sa participation dans Thai Airways International à moins de 51% en vendant 3,2%, dans le cadre du processus de structuration du transporteur national en difficulté. Le ministère thaïlandais des Finances a transféré 69,2 millions d'actions à un fonds commun de placement géré par la société d'État Krung Thai Bank, a indiqué vendredi le ministère des Finances auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). "On" n'a pas révélé le prix de vente. La vente a réduit la participation du gouvernement thaïlandais dans Thai Airways à 47,86% contre 51,03%, mettant ainsi fin au statut "d'entreprise d'État" de la compagnie aérienne. C'est l'une des étapes du plan de restructuration du transporteur national. En vertu de la loi thaïlandaise, les entreprises publiques sont régies par un ensemble de réglementations en matière de gestion et de travail plus rigides et restrictives que les entreprises privées. Le cabinet thaïlandais a approuvé cette semaine un plan de restructuration des finances de la compagnie par le biais d'une faillite après avoir rejeté un énième plan de renflouement de l'entreprise par des prêts d'urgence. La compagnie aérienne continuera de fonctionner comme d'habitude pendant la restructuration. Thai Airways a connu des difficultés financières avant même l'apparition du coronavirus, car elle a enregistré des pertes chaque année à partir de 2012, sauf en 2016. -- -- REUTERS
  17. Une femme a été arrêtée pour empoisonnement présumé de son fils de deux ans et fraude. Elle a sollicité des dons en ligne pour soigner son fils. Supatcha Sutthiphol, du ministère du Développement social, a déclaré que la police criminelle avait arrêté une femme de 29 ans le 18 mai pour fraude et blessures graves sur un enfant chez elle à Don Muang Bangkok. "La suspecte avait fait admettre son garçon de deux ans dans un hôpital, affirmant qu'il avait une réaction allergique aux fruits de mer", a-t-elle déclaré. "Les médecins n'ont trouvé aucune allergie, mais ont détecté des traces d'un produit chimique corrosif dans la bouche, l'estomac et les intestins du garçon qui vomissait violemment." Les employés de l'hôpital ont recherché dans leurs dossiers et découvert que la femme avait déjà amené une fillette de quatre ans à l'hôpital, affirmant que c'était sa fille et qu'elle était malade avec des symptômes similaires à ceux du garçon. Lorsque la fillette est finalement décédée, les autorités ont découvert que la femme n'était pas sa vraie mère, car le certificat de naissance de la fille indiquait un autre couple comme ses parents biologiques. "Le personnel de l'hôpital a donc demandé à voir le certificat de naissance du garçon. La femme suspecte était bien la mère mais il n'y avait pas de nom de père", a ajouté Supatcha. "Les employés ont demandé à la femme de faire un test ADN mais elle a refusé, alors ils ont appelé la police qui l'a placée en détention jusqu'à ce qu'on puisse vérifier sa relation avec le garçon." "L'enquête préliminaire a révélé que la femme avait changé de nom quatre fois dans le passé et avait posté sur les réseaux sociaux pour demander de l'argent pour soigner son enfant malade", a expliqué Supatcha. "Le garçon, qui est maintenant stabilisé, restera sous la garde du département pendant au moins six mois." On ne sait pas si elle a été poursuivie à la suite du décès de la fillette de 4 ans. On ne sait pas si elle a tué ou tenté de tuer d'autres enfants car lorsqu’on change de nom légalement, c'est pour "recommencer une nouvelle vie". https://forum.thaivisa.com/topic/1165412-woman-arrested-for-allegedly-poisoning-son-2-and-fraud/
  18. Le secteur des exportations reste légèrement dans le rouge Les exportations au deuxième trimestre tendent vers le négatif en raison de la lenteur des transports car de nombreux marchés sont toujours bloqués, a déclaré Pimchanok Vonkorpon, du ministère du Commerce. Elle a déclaré que le bureau évaluera à nouveau la situation le mois prochain. En supposant que les exportations au deuxième semestre de cette année s'élèvent à 20,5 milliards de dollars par mois, le secteur connaîtra une croissance de 0%, a-t-elle ajouté. En avril, les exportations de produits agricoles ont augmenté de 4% par rapport à 2019, tandis que les exportations de riz ont augmenté de 23,1%. Les expéditions vers les marchés clés ont également augmenté, en particulier vers la Chine et le Japon où la situation de Covid-19 s'est améliorée. En avril, les exportations vers la Chine ont bondi de 9%, principalement en ce qui concerne les fruits frais, séchés et congelés. https://forum.thaivisa.com/topic/1165380-export-sector-still-slightly-in-negative-territory/
  19. Les ressortissants étrangers mariés à des citoyens thaïlandais bloqués à l'étranger en raison de l'interdiction des vols entrants implorent le gouvernement de les laisser revenir afin qu'ils puissent être avec leur famille. Certains ont même contacté le journal The Nation (partenaire de Thaivisa) pour demander de l'aide. S'adressant à The Nation par téléphone, Sopa a déclaré que son mari était coincé en France depuis avril, lorsque la Thaïlande a arrêté tous les vols entrants par crainte d'importer des cas Covid-19. Elle a dit qu'elle pouvait rester en contact avec lui en ligne, mais c'est un pis-aller. Un Britannique, Alan Cheetham, qui est coincé au Royaume-Uni, a déclaré qu'il souhaitait retrouver sa famille dans la province du nord-est d'Udon Thani. La semaine dernière, Cheetham a créé une page Facebook intitulée «Thai Expats coincés à l'étranger en raison des restrictions de voyage de Covid-19» et près de 150 personnes dans la même situation l'ont rejoint jusqu'à présent. Des ressortissants étrangers mariés à des Thaïlandais ont créé un deuxième groupe Facebook similaire pour partager des informations dans le cadre de leurs efforts pour réunir les familles. Michael O’Halloran, qui est piégé en Irlande, a déclaré qu'il voulait être avec ses trois filles, âgées de 13 ans, 9 ans et 20 mois, qui vivent avec sa femme à Chonburi. Alan Edwards, un autre expatrié qui se trouve dans une situation similaire, a déclaré qu'il était injuste que les familles soient séparées pendant cette période difficile simplement parce que l'un des conjoints n'est pas thaïlandais. «Je comprends qu'en ces temps difficiles, de nombreuses décisions délicates doivent être prises par le gouvernement thaïlandais, mais les préjugés contre les familles mixtes doivent-ils perdurer? Est-il juste que les familles soient séparées car l'un des membres n'est pas thaïlandais? " Il a demandé. Rob Kennedy, qui est pris au piège à Brunei, a déclaré que l'ambassade de Thaïlande lui avait été utile, mais les fonctionnaires de Bangkok ne manifestent que peu d'intérêt pour son cas. Il a dit qu'il était prêt à payer l'hébergement de sa quarantaine s'il était autorisé à revenir. Kennedy appartient au groupe Facebook «Farangs Stranded Abroad due to Lockdown in Thailand», qui compte 300 membres. Un autre expatrié, qui a une famille à Phuket, a déclaré sous couvert d'anonymat qu'il avait quitté Phuket en mars et ne pouvait plus retourner en Thaïlande. Il a un fils de quatre ans qui a un problème de santé. Mam, une résidente de Chiang Mai qui n'a pas souhaité révéler son vrai nom, a déclaré à The Nation que son mari était coincé au Canada. "Ma fille de deux ans demande souvent:" Où est papa "?" elle a dit. Daniel Nolan est coincé en Australie depuis près de trois mois maintenant et ne peut pas retourner auprès de sa femme et de son enfant. Il a dit qu'il était allé en Australie pour assister aux funérailles de son père en mars et n'a pas été autorisé à reprendre le vol pour Bangkok. Son épouse, Chonpiti Duangsangaram, a déclaré à The Nation que leur enfant n'avait que 7 mois. «Mon mari n'est plus là pour m'aider à m'occuper du bébé. Maintenant, je dois déménager chez mon père pour que quelqu'un puisse m'aider à prendre soin de ma petite fille », a-t-elle déclaré. Chonpiti a déclaré qu'elle avait parlé aux responsables de l'immigration à l'aéroport international de Suvarnabhumi au sujet du retour de son mari, mais ils ont dit que cela échappait à leur autorité. Pour Jaco Willem Kotze, la raison de la séparation est différente. Lui et sa femme et sa fille ont quitté la Thaïlande pour des vacances en Afrique du Sud le 25 février. Cependant, quand ils sont revenus le 25 mars - il avait tous ses documents attestés par l'ambassade de Thaïlande à Pretoria - les fonctionnaires de l'aéroport l'ont forcé à repartir en Afrique du sud parce qu'aucun étranger n'était autorisé à entrer en Thaïlande malgré un visa de long séjour et un certificat de mariage. "Maintenant, ma femme et ma fille sont en Thaïlande et je suis en Afrique du Sud", a-t-il déclaré. L'Autorité de l'aviation civile de Thaïlande a interdit tous les vols de passagers entrants depuis le 4 avril et a prolongé l'interdiction à plusieurs reprises. La dernière extension court jusqu'au 30 juin. Le gouvernement s'inquiète du fait que des personnes introduisent de nouveaux cas de Covid-19 en Thaïlande car le taux d'infections est encore assez élevé dans de nombreux pays. Cependant, les autorités autorisent les ressortissants thaïlandais bloqués à l'étranger à rentrer chez eux en nombre limité en fonction de la capacité des centres de quarantaine et des hôpitaux publics. Récemment, le gouvernement a décidé de faire travailler ensemble les hôtels et les hôpitaux pour organiser des quarantaines confortables pour les personnes qui peuvent payer. Ce modèle pourrait également s'appliquer aux touristes étrangers. https://forum.thaivisa.com/topic/1165374-tears-and-heartbreak-as-flight-ban-keeps-farang-thai-families-apart/
  20. Par The Nation (pro-armée) S'exprimant à l'occasion de l'anniversaire du coup d'État de 2014, le professeur Anusorn Tamajai, directeur de l'Université Rangsit, a déclaré qu'il n'y avait eu aucune preuve concrète de réformes dans le pays au cours des six dernières années. La junte qui a fomenté le coup d'État de 2014 dirigée par le chef de l'armée de l'époque, Prayut Chan-o-cha, a promis de mettre en œuvre des changements qui mettraient fin à la corruption et combleraient le fossé politique. Le professeur Anusorn, qui est également un militant pro-démocratie, a déclaré que le gouvernement devrait utiliser la crise actuelle pour réformer la nation et rétablir l'harmonie car la Constitution de 2017 n'est pas écrite pour faire de la Thaïlande un pays démocratique développé. Il a déclaré que la Constitution est censée être une institution qui apporte l'harmonie, la fraternité et la paix à la société. La crise de Covid-19 a mis à nu l'énorme fossé social qui existe en Thaïlande, a-t-il ajouté. Le confinement a révélé de graves problèmes d'endettement des ménages, de manque d'épargne et d'insécurité sociale, que le système semi-démocratique engendré par la junte - Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO) n'avait rien fait pour résoudre. Les faiblesses de l'économie ont été progressivement révélées par le ministère des Finances, a déclaré le professeur Anusorn, tandis que la perte de 8 à 10 millions d'emplois dans la crise du virus créait les conditions d'une catastrophe sociale. Après la levée de l'état d'urgence, le gouvernement subira probablement des pressions politiques de la part des partis de la coalition et de l'opposition car il n'aura pas suffisamment de budget pour résoudre tous les problèmes. Le gouvernement devrait accorder plus de poids aux décisions prises au Parlement puisque la Chambre des représentants a été élue par le peuple pour représenter ses intérêts, a-t-il déclaré. La tension entre les partis de la coalition au sujet d'un remaniement ministériel à venir pendant la crise pourrait voir les ministres s'emparer de gros morceaux du budget national, ce qui signifie que le gouvernement doit contrôler la corruption. Anusorn a déclaré qu'en dépit d'une gestion réussie de la crise du virus grâce à la coopération citoyenne et à la structure de santé publique bien organisée depuis longtemps, les difficultés économiques pourraient entraîner la société dans une autre phase d'instabilité. L'esprit de générosité dans les secteurs public et privé ne suffira pas à faire face à un niveau de chômage massif, a-t-il déclaré, ajoutant que le gouvernement doit plutôt instituer un État providence. Pour résoudre la crise, tous les partis - gouvernement et opposition, progressistes et conservateurs, autoritaires et pro-démocratiques - doivent mettre la souffrance du peuple au premier plan et cesser d'utiliser cette souffrance comme un outil pour gagner du pouvoir politique, a déclaré Anusorn. L'état d'urgence doit être utilisé pour limiter la pandémie plutôt que les droits fondamentaux. Le gouvernement doit également étudier les conséquences des mesures de verrouillage dans d'autres pays pour trouver un compromis avec les citoyens, a-t-il ajouté, et employer des personnes bien informées, capables et honnêtes lors du déconfinement. Les autorités devraient également être plus ouverte aux opinions de l'opposition sur la résolution de la crise économique, tandis que l'establishment ne devrait pas chercher à centraliser le pouvoir avec un nouveau coup d'État ou d'autres moyens, car cela ajouterait une crise politique à la crise écnomique et conduirait à une catastrophe nationale. Anusorn a également exhorté le gouvernement à lancer des réformes guidées par l’esprit participatif et démocratique de la «Constitution populaire» de 1997. La Constitution de 2017 doit être modifiée pour autoriser l'Assemblée nationale à se lancer dans la rédaction d'une constitution provisoire, a-t-il déclaré. Ensuite, la Chambre des représentants devrait être dissoute et de nouvelles élections devraient être organisées afin que puisse être rédigée une nouvelle constitution définitive qui serait soumise à un référendum public. La nouvelle Constitution représenterait l'intérêt mutuel de tous les citoyens, permettant à la Thaïlande de devenir une nation démocratique développée où la qualité de la vie et l'état de droit pourraient se renforcer, a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1165378-covid-plus-lack-of-democracy-‘spells-disaster’-for-thailand/
  21. Le commerce électronique thaïlandais, à l'exclusion de la connexion entre des entreprises B2B (business to business), devrait augmenter de 35% pour atteindre 220 milliards de bahts en 2020. Bangkok (VNA) - Le commerce électronique thaïlandais, à l'exclusion de la connexion entre des entreprises B2B (business to business), devrait augmenter de 35% pour atteindre 220 milliards de bahts (près de 7 milliards de dollars) en 2020. Thanawat Malabuppha, directeur général du site Web de comparaison de prix Priceza et président de l’Association thaïlandaise du commerce électronique (Thailand e-Commerce Association), a dit que post-COVID-19, la chaîne en ligne et le commerce électronique deviendraient une option inévitable. Les revenus du commerce électronique B2C - Entreprise à consommateur et C2C – Consommateur à consommateur, devraient atteindre 220 milliards de bahts en 2020, soit 4 à 5% du total des ventes au détail. Thanawat Malabuppha a estimé que le commerce électronique pourrait atteindre 25% du total des ventes au détail en Thaïlande, comme en Chine, dans 5 à 10 ans. En 2019, les revenus des ventes au détail par le biais du commerce électronique étaient évaluées à 163 milliards de bahts (plus de 5,1 milliards de dollars), soit 3% du total des ventes au détail. La valeur des transactions commerciales via des marchés électroniques représentaient 47% du commerce électronique, avant les médias sociaux avec 38% et les sites Web des marques avec 15%. –VNA https://fr.vietnamplus.vn/le-commerce-electronique-en-thailande-devrait-augmenter-de-35-cette-annee/138727.vnp
  22. L'extension de 25 kilomètres de l'autoroute numéro 7 (Bangkok - Ban Chang) a ouvert ses barrières aujourd'hui (22 mai). Elle relie l'aéroport d'U-Tapao à la zone industrielle de Map Ta Phut et sera gratuite jusqu'à septembre. Les véhicules ne pourront pas rouler sur L'autoroute à quatre voies à plus de 120 kilomètres à l'heure. Le tronçon entre Pattaya et Map Ta Phut devrait être la principale route utilisée pour développer les zones industrielles de la côte est. Au moins 36 000 véhicules devraient l'utiliser chaque jour. L'itinéraire sera entièrement ouvert en septembre 2020, lorsque des péages seront collectés tout au long de l'itinéraire de Bangkok au péage d'U-Tapao. Les voitures paieront de 25 à 130 thb, les véhicules à six-roues 45 - 210 thb et les véhicules plus gros 60 - 305 thb.
  23. The Nation, pro armée L'armée a le devoir d'intervenir pour prévenir les conflits, selon un ancien chef d'état major qui a pris la parole à l'occasion de l'anniversaire du coup d'État de 2014 fomenté par le général Chan-o-cha alors chef d'état major et d'autres officiers. L'armée n'a pas besoin d'être "polie" pour prendre des mesures politiques, a déclaré le général Chettha Thanajaro, un ancien chef de l'armée, à l'occasion du sixième anniversaire du coup d'État de 2014. Il a déclaré vendredi 22 mai que même si les questions politiques ne relevaient pas de l'armée, la protection du pays était son devoir. "L'armée n'a pas besoin d'être polie pour prendre des mesures politiques car elle doit prévenir les conflits dans le pays", a-t-il déclaré. «Je crois que l'armée doit porter la Thaïlande à bout de bras et lorsque des conflits surviennent, elle doit intervenir et partir lorsque le pays est pacifié.» Il a ajouté qu'il était compréhensible que l'armée soit critiquée (lors d'un coup d'état). Il a ajouté également que la population, au départ rétive, changeait d'avis au fil du temps lorsqu'elle se rendait compte que l'armée a pris ses responsabilités. Il a déclaré que l'actuel chef de l'armée, Apirat Kongsompong, faisait un excellent travail en ce qui concerne les affaires intérieures. Souvent interrogé sur le sujet, Apirat, n'a pas écarté la possibilité d'un nouveau coup d'état si la situation le justifiait. https://www.nationthailand.com/news/30388320 Chettha et Apirat
  24. L' Administration pour le Covid (CCSA) a approuvé vendredi 22 mai la prorogation de l'état d'urgence pour un mois jusqu'au 30 juin, comme proposé par le Conseil de sécurité nationale (NSC). Le NSC a fait des propositions relatives à l'état d'urgence ainsi qu'à la prochaine phase du déconfinement et du couvre-feu au CCSA. Il a invité des représentants d'organismes concernés tels que la sécurité nationale, la santé publique et l'économie à tenir une réunion afin de discuter de l'état d'urgence, qui est en vigueur depuis le 26 mars. Le NSC proposera le plan retenu au Cabinet mardi prochain. La troisième phase du déconfinement entrera en vigueur le 1er juin, a annoncé le CCSA vendredi 22 mai. Le Dr Taweesin Visanuyothin, porte-parole du CCSA, a déclaré qu'auparavant, il conviendrait de rassembler des informations. «Les autorités se réuniront les 25 et 26 mai et, le 27 mai pour déterminer si le verrouillage doit être assoupli ou non.» La décision sur la troisième phase sera prise lors de la réunion du CCSA le 29 mai et sera appliquée le 1er juin, a-t-il déclaré. Taweesin a ajouté que les commerces qui seraient autorisés à rouvrir dans la 3e phase, n'ont pas été déterminés, mais il ne s'agira pas des boîtes de nuit jugées trop dangereuses. Les entreprises qui restent fermées sont les zoos, les parcs d'attractions et aquatiques, les centres de jeux, les salles de spectacle et de cinéma, les centres d'exposition, les écoles, les marchés aux amulettes, les spas, les salons de massage, les tatouages et les camps de boxe. https://forum.thaivisa.com/topic/1165303-third-phase-of-lockdown-easing-likely-from-june-1/ https://forum.thaivisa.com/topic/1165297-ccsa-approves-extension-of-emergency-for-a-month/
  25. Une zone commerciale bondée de Bangkok menacée de fermeture Les magasins et les étals d'un quartier très fréquenté de Bangkok ont été menacés de fermeture à moins qu'ils ne se conforment aux mesures de distanciation sociale pour arrêter la propagation de Covid-19. L'avertissement est venu après que les autorités du district de Ratchathewi ont contrôlé les commerces de Pratunam le 21 mai et constaté que beaucoup ne mettaient pas en œuvre des mesures pour se prémunir contre la maladie. Les marchands de Phetchaburi Soi 21, au marché du matin, continuaient de bafouer les règles d'hygiène après avoir été autorisés à rouvrir le 17 mai dans le cadre de la deuxième phase d'assouplissement. Le chef du district de Ratchathewi, Rujira Arin, a averti que les commerçants devaient se conformer à la directive sur la distanciation sociale, sinon les autorités ordonneraient la fermeture de leurs magasins et de leurs étals. Le chef de district a ajouté que Phetchaburi Soi 21 était une artère avec une variété de vendeurs et avait tendance à être bondée. Il y a un problème de gestion du nombre de personnes entrant dans la zone, de sorte que les magasins et les étals locaux pourraient être invités à adopter la plate-forme avec QR code ThaiChana pour réduire l'encombrement. Cette plateforme est systématiquement utilisée dans les malls, centres commerciaux, hyper-marchés, grands magasins, etc. Les vendeurs de la zone doivent se conformer aux règles ce vendredi 22. Ceux qui ne le feraient pas devraient fermer boutique, a déclaré Rujira. https://forum.thaivisa.com/topic/1165194-crowded-bangkok-shopping-area-threatened-with-closure/
  26. Le ministère thaïlandais de la Santé publique s'est coordonné avec le ministère de l'Éducation pour préparer la rentrée scolaire à l'échelle nationale le 1er juillet, afin d'assurer la sécurité des élèves pendant la pandémie de COVID-19. Le Dr Panpimon Wipulakorn, du Département de la santé, a déclaré que les élèves courent un plus grand risque d'infection dans les écoles que les clients des centres commerciaux, car ils passent 5-6 heures ensemble pendant la journée. Elle a admis qu'il est difficile de s'assurer que les élèves respectent les conseils de santé, tels que le port permanent de masques faciaux à l'école, le lavage régulier des mains et la distanciation. Selon les statistiques, 3,8% de toutes les infections COVID-19 concernent des jeunes âgés de 10 à 19 ans, et ils contractent généralement la maladie d'autres membres de la famille. Le Dr Panpimon a déclaré que, bien que les enfants infectés ne présentent pas toujours de symptômes et que leur état devienne rarement grave, ils sont toujours des porteurs qui peuvent infecter leurs pairs à l'école. Un manuel a été distribué à toutes les écoles sur la façon de se comporter et de se protéger contre l'agent pathogène. Le Dr Panpimon a demandé aux parents de ne pas s'inquiéter outre mesure, mais d'éduquer leurs enfants sur la façon de se protéger contre le virus et de communiquer en ligne avec les autres parents et enseignants. https://forum.thaivisa.com/topic/1165232-public-health-and-education-ministries-prepare-to-reopen-schools-on-july-1st/
  27. suite de cette histoire Airbus a démenti les informations publiées par les médias thaïlandais selon lesquelles l'entreprise française avait notifié à Thai Airways International (THAI) les dettes que le transporteur en difficulté doit pour 30 avions loués. Airbus a déclaré dans un communiqué qu'il n'avait loué aucun avion à THAI. Selon des informations publiées le 20 mai, le vice-ministre des Transports, Thaworn Senneam, a déclaré que les dettes de THAI avaient été contrôlées le 15 mai, lorsque des documents ont montré qu'Airbus tentait de recouvrer des dettes pour la location de 30 avions à l'approche de la date d'échéance. On peut imaginer que le ministre a confondu "location" et "leasing" fréquent dans l'industrie aérienne ou "location" et "traites d'un crédit" car il semble que le gouvernement a contrôlé soigneusement les finances de THAI avant de se lancer dans l'opération "faillite" et que THAI doit bien de l'argent à AIRBUS. https://forum.thaivisa.com/topic/1165196-airbus-denies-renting-out-jets-to-thai/
  28. Après la pandémie, il faudra jusqu'à trois ans pour que la Thaïlande revienne à des conditions économiques normales similaires à 2019. Bangkok (VNA) – Après la pandémie, il faudra jusqu'à trois ans pour que la Thaïlande revienne à des conditions économiques normales similaires à 2019, a estimé jeudi l'Institut thaïlandais de recherche pour le développement (TIRD en anglais). S'exprimant lors d'un séminaire organisé par la Chambre de commerce thaïlandaise (TCC), Somkiat Tangkitvanich, président de l'Institut thaïlandais de recherche pour le développement, a déclaré que cette crise économique déclenchée par la pandémie de COVID-19 était plus importante que la crise financière mondiale de 2008. "On ne sait pas si cette crise sera plus grave que la Grande Dépression des années 30", a-t-il dit. Selon M. Somkiat, la Thaïlande est dans une période de transition, les mesures de confinement commençant à être relâchées et de nombreuses entreprises étant autorisées à rouvrir. Cependant, des mesures de contrôle strictes sont encore nécessaires pour freiner une deuxième vague de l'épidémie, a-t-il souligné. Pour aider à atténuer l'impact économique de la pandémie ainsi que les mesures de distanciation sociale, la Banque de Thaïlande a abaissé son taux directeur de 0,75% à un niveau record de 0,50%, Il s'agissait de la deuxième baisse depuis le début de cette année alors que l’économie thaïlandaise avait connu une baisse plus forte que prévu. Cette décision entre en vigueur après être approuvé avec un vote 4-3 par le comité de politique monétaire (MPC) de la Banque de Thaïlande lors de la réunion tenue mercredi, a fait savoir Titanun Malikamas, secrétaire du MPC. L'économie thaïlandaise se dirige vers la récession après avoir reculé de 1,8% par rapport au premier trimestre 2019, la baisse la plus profonde depuis le quatrième trimestre 2011 où le pays avait été ravagé par les inondations. Plus tôt, la Banque de Thaïlande avait prévu que l'économie atteindrait le creux de la vague au deuxième trimestre, avant de rebondir aux troisième et quatrième trimestres. -VNA https://fr.vietnamplus.vn/thailande-leconomie-pourrait-necessiter-trois-annees-pour-se-retablir-apres-le-covid19/138682.vnp
  1. Charger plus d’activité