Aller au contenu
BANGKOK 26 June 2019 07:27

Leaderboard


Popular Content

Showing content with the highest reputation since 27/04/2016 in all areas

  1. 2 points
    Nous parlons ici du visa O-A retraité. Si vous faites la demande de visa en Thaïlande, il vous faut 800 000 Baht sur un compte d'une banque thaïlandaise ou la preuve d'un revenu mensuel équivalent à 65 000 Baht ou la combinaison des 2 (voir mon message du 25 janvier). Les 800 000 Baht (ou toute autre somme en cas de combinaison) doit être sur un compte (où les fonds sont accessibles à tout moment sans délai) depuis 2 mois lors de la demande de visa et depuis 3 mois lors du renouvellement annuel. Je peux vous affimer que la solution du revenu mensuel ou la combinaison du revenu mensuel et le compte en banque est acceptée en Thaïlande. Cependant, la combinaison n'est acceptée que pour le visa "retraité". Pour le visa marriage (conjoint thaï), c'est soit l'un, soit l'autre (mais les montants sont plus bas). Dans mon poste du 25 janvier, j'ai oublié l'attestation de domicile en Thaïlande. J'ai demandé au modo de l'ajouter à la liste. Si je peux me permettre de vous donner un conseil, vérifiez toujours sur les sites officiels tout ce que vous lisez sur les blogs, pages perso ou autres sites touristiques et de promotion, on y raconte souvent n'importe quoi... Site officiel du Ministère des Affaires Etrangères thaïlandais sur le visa OA (si vous faites la demande dans une Ambassade) : http://www.mfa.go.th/main/en/services/4908/15385-Non-Immigrant-Visa-"O-A"-(Long-Stay).html Site officiel du Bureau d'Immigration (si vous faites votre demande en Thaïlande) : Critères pour l'obtention du visa OA : http://www.immigration.go.th/nov2004/doc/temporarystay/policy777-2551_en.pdf Documents à fournir : http://www.immigration.go.th/nov2004/doc/temporarystay/policy305-2551_en.pdf Sur les 2 documents, les points 2.22 sont ceux qui vous intéressent. Ne soyez pas étonné de la date de ces documents (2009), ils ont été actualisés l'an dernier. tout ce que vous lise sur les blogs, pages perso et autres sites
  2. 2 points
    L'obtention du visa retraité est possible directement à une Ambassade de Thaïlande. Les documents à fournir sont 3 à 4 fois plus nombreux que ceux demandés directement en Thaïlande... Par contre, si vous êtes déjà en Thaïlande avec un visa touristique (60 jours), vous pouvez directement demander un visa O-A retraité. Le visa O n'est pas nécessaire ! Documents requis pour le visa O (si vous y tenez absolument...) : Passeport valable au moins 6 mois - Attention, pour le visa O-A retraité, le passeport doit avoir une validité d'au moins 18 mois ! Justificatif de domicile en Thaïlande 3 photos d'identité récentes Le formulaire de demande Documents nécessaires pour le visa O-A : Trois formulaires de demande de visa 3 photocopies de votre passeport Trois photos d’identité récentes (format 4 x 6 cm) Une attestation de revenus confirmée par votre Ambassade. Le montant des revenus doit être supérieur à 65 000 bahts par mois, ou 800 000 bahts par an. Justificatif de domicile en Thaïlande ou photocopie de votre livret bancaire avec un montant de minimum 800 000 bahts depuis au moins 2 mois (Attention, pour l'extension après 1 an, ce montant devra avoir séjourné sur votre compte au minimum 3 mois) + original ou une combiaison des 2 pour un montnat de minimum 800 000 bahts (par exemple : un revenu de 1000€/mois = ~450 000 bahts + 350 000 bahts sur le compte) . Si vous choisissez une des 2 options avec un livret de banque, il vous faudra une lettre de confirmation de la banque (original) Certains bureau d'immigration demandent également les documents suivants : Extrait de casier judiciaire datant de moins de trois mois. Certificat médical datant de moins de trois mois. Une photocopie de votre acte de naissance, Prenez le temps de faire une visite au bureau d'immigration avant d'entamer les démarches, il vous fourniront la liste des documents nécessaires et le nombre de copies. Ils pourront également vous conseiller sur la procédure à suivre (une éventuelle extension de visa pour vous permettre de réunir tous les documents). Vous pouvez faire les demandes une semaine à l'avance. Cela vous laisse le temps de compléter votre dossier s'il vous manque des documents... N'oubliez pas que c'est vous qui avez besoin de l'immigration et pas l'inverse... donc ne pas les contrarier et rester calme et respectueux est la meilleure tactique pour obtenir ce que vous demandez. Certains bureaux sont très stricts sur la tenue vestimentaire. Bonne chance
  3. 2 points
    Après chaque période de mauvais temps le problème est récurent et c'est l'affaire de tous !!! les actes de malveillance viennent autant des populations à terre que des usagers de la mer ( pécheurs plaisanciers bateaux industriels ) qui considèrent l'océan comme une poubelle. nous sur le continent avons pris contact avec les élus et maires locaux afin qu'ils mettent à disposition le matériel nécessaire et nous Farangs nous sommes réunis toutes nationalités confondues pour aider les employés à ramasser les détritus sur les plages et abords. seul problème, les déchets enfin ramassés !!!restent sur la plages et devraient comme les déchets ménagers être incinérés... la cela relève des autorités provinciales et de financements importants qui doivent etre validés par les ministères responsables. a suivre....
  4. 2 points
    Ah ! ThaiVisa en français a une page Facebook ? Je me suis inscrit sur Expat.com il y a plus de 2 ans et n'y vais que trèèèèèès rarement. Les 5 ou 10 premières réponses sont chaque fois des commentaires déplacés ou des remarques désobligeantes et il faut "scroller" beaucoup avant de lire une réponse correcte et constructive. Ce forum, dirigé par les quelques habitués aux milliers de messages et experts en matière de visa, n'est, à mon humble avis, pas convivial pour un sou... Ceci dit, je trouve également dommage que TVF ne soit pas plus commenté. Les infos qu'on y trouve sont diversifiées et beaucoup ne sont pas reprises sur TVAnglais. Merci pour les compliments... Je ne suis dans aucune de ces catégorie !
  5. 2 points
    Qu'est-ce qu'un mec de 32 ans en vacances fait avec autant de cash dans sa chambre ?
  6. 2 points
    Très bonne initiative... à condition de ne pas garder les mêmes chauffeurs !
  7. 2 points
    C'est malheureux pour le chien mais peut être qu'un Husky de Sibérie n'est pas l'animal le mieux adapté pour le climat thaïlandais. Les propriétaires de chien devraient y songer avant de vouloir se faire plaisir.
  8. 1 point
  9. 1 point
    Concernant EXPAT.COM, je suis bien d'accord avec vous. C'est la salle de jeu de quelques vieux expats qui s'ennuient. J'ajouterai que la censure y est permanente : il ne faut pas parler de politique, de religion, de ceci ou de cela... au gré des animateurs et modérateurs. Malheureusement, grace à un bon référencement et un design accrocheur, ils drainent une grande quantité de candidats français à l'expatriation.
  10. 1 point
    La compagnie attend qu'un véhicule touche ce poteau qui tombera en entraînant les autres (qui sont également attaqués à la base) et elle aura trouvé quelqu'un pour payer le remplacement de toute la rue !
  11. 1 point
    Plus d'infos tout en sourire sur le pangolin : ICI... pour ceux qui aiment Pierre Desproges
  12. 1 point
    Pour sa défense, l'homme va dire que la lumière du phare l'a réveillé et que comme il n'avait pas encore toute sa tête, il ne savait pas ce qu'il faisait...
  13. 1 point
    Je ne suis pas Québécois mais j'aime bien émailler mes textes de mots québécois, cela les rend plus francophone. Une fois.
  14. 1 point
    Les touristes trouvent ça amusant mais pour les habtants de Lopburi, c'est plus une plaie qu'autre chose. L'an dernier, la municipalité a attrappé des centaines de macaques et les a relâchés dans la nature à ds centaines de km de la ville. L'article parle de centaines de singes mais en réalité, c'est par milliers qu'ils saccagent la ville !
  15. 1 point
    Il faut espérer que TOUS les fermiers ne vont pas se mettre à cultiver le soja... comme il est dans les moeurs ici en Thaïlande de faire le même que son voisin !
  16. 1 point
    1200 THB, c'est cher ! Une famille avec 2 enfants, ça fait 10 000 THB pour l'aller-retour !
  17. 1 point
    Image: tnamcot Ce magnifique bâtiment ("sala" thaïe traditionnelle) est quasiment terminé sur le réservoir de Khao Tao à Hua Hin. Le maire de la commune Noppaporn Wuthikun explique que cette "sala" édifiée pour commémorer et rendre hommage à Sa Majesté le Roi Bhumibol Adulyadej sera inaugurée lorsqu'elle sera tout à fait terminée. Cette retenue d'eau fait partie d'un projet Royal national pour fournir de l'eau potable mais l'endroit a aussi un intérêt touristique car l'environnement et la "sala" mériteront le voyage. http://www.thaivisa.com/forum/topic/950315-pavilion-in-honor-of-his-majesty-to-be-opened-in-hua-hin-reservoir/
  18. 1 point
    © epa. Le SPF Affaires étrangères a adapté jeudi après-midi l'avis de voyage pour la Thaïlande après le décès du roi Bhumibol. "Les autorités locales ont décrété un deuil national. Il convient de respecter ce deuil et de suivre les consignes des autorités en la matière", est-il indiqué sur le site des Affaires étrangères. "La population thaïlandaise observe le plus grand respect pour la famille royale thaïlandaise, toute remarque ou geste déplacé peut être ressenti comme très offensant. De plus, il existe une règlementation sévère à l'égard des crimes de lèse-majesté. En cette période de deuil, il est important d'adopter un comportement adéquat en ces circonstances particulières." L'ambassade conseille aux ressortissants belges de se tenir informés en consultant les médias locaux, les agences de voyages ou les compagnies aériennes. En cas de crise l'ambassade utilise le compte Twitter "BEinThailand". autre source Suite au décès du roi Bhumibol de Thaïlande ce jeudi, le ministère des Affaires étrangères adapte son avis de voyage pour ce pays sur son site. "Il convient de respecter ce deuil et de suivre les consignes des autorités en la matière", conseille le site. Les Affaires étrangères rappellent que "la population thaïlandaise observe le plus grand respect pour la famille royale thaïlandaise, toute remarque ou geste déplacé peut être ressenti comme très offensant". Et insiste : "Il existe une réglementation sévère à l’égard des crimes de lèse-majesté. En cette période de deuil, il est important d'adopter un comportement adéquat en ces circonstances particulières". http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/2919832/2016/10/13/Les-Affaires-etrangeres-ajuste-l-avis-de-voyage-pour-la-Thailande.dhtml
  19. 1 point
    François Hollande, à son retour : "Un communiqué ? Non... je ne l'ai pas lu...et il disait quoi, ce communiqué ?.. Ah bon ! Ben, je l'ai pas lu !.. C'est dommage car si je l'avais lu, vous pensez bien qu'on aurait refusé de vendre des Airbus !"
  20. 1 point
    Le bureau de la Famille Royale a annoncé ce lundi que Sa Majesté n'avait plus de fièvre avec des pulsations, une tension et une respiration normales après avoir reçu un traitement par hémofiltration (continuous renal replacement therapy) D'après le 33ème bulletin de santé, le bureau de la Famille Royale annonce que l'infection sérieuse mentionnée récemment a quasiment disparue mais une radio des poumons montre qu'il existe toujours un peu de liquide. Par ailleurs, urine en quantité insuffisante. Les médecins continuent d’administrer des traitements à base d’antiseptique et d'hémofiltration. http://news.thaivisa.com/thailand/thailand-live-monday-5-sep-2016/152962/
  21. 1 point
    J'ai rien compris à ce qu'elle raconte (pour moi, c'est du chinois)... mais elle a raison !
  22. 1 point
  23. 1 point
    En attendant d'y aller en "live", une adresse pour un visite virtuelle : http://ngm.nationalgeographic.com/2009/07/angkor/angkor-animation
  24. 1 point
    17 septembre 2014. PHOTO Kaicho20 / PIXABAY / CC Expatrié à Shanghai, John Harold Armstrong signe un article au vitriol sur la communauté étrangère installée dans la mégapole chinoise, qui se réfugie dans l’alcool plutôt que de découvrir la culture locale. S’il y a une chose que j’ai remarquée chez les expatriés de Shanghai, c’est qu’ils sont davantage portés sur la boisson et les “modes de vie alternatifs” que s’ils n’étaient pas partis en Asie pour prendre part au miracle économique chinois. On rencontre généralement des membres aguerris de la “communauté expat” dans n’importe quel endroit qui sert de l’alcool, des bars à bière artisanale de Yongkang Road aux clubs surtaxés du Bund [artère chic de Shanghai]. Mais ce qui me frappe le plus, et qui me semble unique dans le spectacle hédoniste offert par les étrangers de Shanghai, c’est l’absence de joie. Il y a bien une jovialité, mais elle est forcée : la crispation de leur mâchoire et leurs traits tirés trahissent des nuits blanches agitées, des dégustations de vin à répétition et des soirées dans les villas cossues [des quartiers] de Jinqiao et de Hongqiao. C’est comme si l’impact conjugué du choc culturel, de l’ennui, du mal du pays et du cafard susceptibles de frapper tous les étrangers installés en Chine se mesurait directement à la quantité d’alcool qu’ils ingurgitent. Explosion de la consommation d’alcool La multiplication des bars et des clubs en construction à travers la ville est directement liée à l’explosion de la consommation d’alcool. Dans les magazines de loisirs destinés aux expats, par exemple, les rares articles vaguement informatifs sur la culture chinoise sont noyés depuis belle lurette par des articles à rallonge sur les nouveaux bars et des publicités pour des boîtes de nuit. Et ce ne sont plus seulement les célibataires mâles qui sortent en ville. On dénombre de plus en plus de femmes dans les rangs des cadres supérieurs affectés à l’étranger. Le cliché de l’épouse qui se morfond toute la sainte journée dans une villa déserte en éclusant des bouteilles de pinot grigio se décline aujourd’hui aussi au masculin, et touche toutes les nationalités et professions. Ce qui n’a pas changé, en revanche, c’est la tendance des étrangers qui vivent dans les banlieues de Shanghai à conjurer l’isolement et l’ennui en buvant plus que de raison. Certes, il n’est pas rare, dans la plupart des sociétés de ce monde, que les employés de bureau aillent siroter quelques cocktails à la fin d’une semaine de travail pour décompresser. Mais c’est une pratique particulièrement ancrée dans la vie sociale des expatriés, y compris dans des situations où l’on peut se demander si elle est bien appropriée. Dans quelle autre ville les familles d’expatriés se servent-elles de leurs indemnités pour organiser tous les dimanches de fastueux brunchs au champagne qui se transforment en six heures de cuite, au terme desquelles les parents ont une attitude encore plus puérile que leur petit dernier ? En famille ou en solo, toujours le même cafard Malgré ses infrastructures dernier cri, Shanghai manque toujours de lieux autres que les débits de boisson pour les étrangers. Entravés par la barrière de la langue, les expatriés n’ont aucun autre endroit où aller dépenser leur argent de poche. C’est ainsi qu’on peut voir 40 vice-présidents de divers départements Asie sifflant ensemble des bouteilles sur le Bund tous les vendredis soir pendant que leurs épouses, à Hongqiao, s’alcoolisent dans les jardins de leurs résidences. Les enfants se retrouvent seuls à la maison avec leurs bataillons d’ayi [nourrices] à se demander pourquoi papa et maman ne passent plus de temps avec eux depuis qu’ils sont installés à Shanghai. L’ironie veut que les cadres qui ont laissé leur petite famille au pays cafardent également et qu’on les retrouve eux aussi dans les bars. J’ai rencontré un jour un industriel bulgare qui n’avait pas quitté son tabouret de bar en six ans. Miné par le mal du pays, se languissant de sa femme et de ses enfants, il passait tout son temps en dehors du bureau à écluser de la bière et du whisky. Des applis pour trouver de la marijuana Pour l’anecdote, malgré la législation draconienne de la Chine en matière de consommation et de trafic de stupéfiants, le pourcentage d’étrangers qui en consomment en Chine est à peu près le même que dans les pays occidentaux. Les gens qui prennent des drogues récréatives à Shanghai, par exemple, sont les mêmes que ceux qui consomment des drogues à Madrid, Boston ou Leeds. Il suffit de se promener sur Yongkang Road ou de passer devant les bouis-bouis qui jalonnent Hengshan Road pour voir des trafics de tous types de substances au grand jour, généralement vendues par des Shanghaïens à des hipsters reconnaissables à leur col relevé et à leur fedora. La marijuana fait un tel tabac parmi les légions d’étrangers désœuvrés de Shanghai que des applis ont été créées pour les aider à s’en procurer. Un phénomène absurde dans une ville qui a tant à offrir. Au lieu de végéter dans leur villa toute la journée, les expatriés de Shanghai devraient peut-être essayer autre chose, par exemple sortir et partir à la découverte de cette culture passionnante. Il suffit pour cela de grimper dans un bus et de descendre à un arrêt au hasard. Il y a des tas de quartiers, comme Songjiang, Yangpu ou Baoshan, dans lesquels les étrangers ne mettent pour ainsi dire jamais les pieds. Croyez-le ou non, mais il y a une vie en dehors des bars à vin de Jing’an [quartier central de Shanghai] et des brasseries de Hongqiao. Auteur John Harold Armstrong http://www.courrierinternational.com/article/chine-expats-shanghai-tous-alcooliques
  25. 1 point
    Il lui en a fallu du courage... pour creuser un trou de 1m80 (6 pieds) de profondeur !
Sponsors
×