Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 106
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Le Modérateur last won the day on August 29 2019

Le Modérateur had the most liked content!

Réputation sur la communauté

64 Excellent

À propos de Le Modérateur

  • Rang
    Premier

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. suite de cette affaire L'ancien chef de l'immigration, Surachate, reçoit un avertissement sévère du Premier ministre Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a averti l'ancien chef de l'immigration, le (ou ex) lieutenant-général Pol Surachate Hakparn, de respecter strictement le code d'éthique et la discipline attendus de tous les fonctionnaires. Dans un document envoyé aujourd'hui par le Premier ministre, le lieutenant-général Pol Surachate, qui travaille actuellement en tant que fonctionnaire attaché au cabinet du Premier ministre, a reçu l'ordre de ne rien faire qui pourrait être considéré comme une faute grave : malhonnêteté intellectuelle, faux témoignage , contourner son supérieur, abuser de son autorité, être négligent dans l'exercice de ses fonctions, abandonner son poste ou faire quoi que ce soit qui pourrait être considéré comme du harcèlement d'autrui. Surachate a également été invité à respecter les règles de manière transparente, à passer son temps au service du gouvernement, à protéger les secrets officiels, à être poli, à aider les autres fonctionnaires et à s'abstenir de déléguer son travail aux autres. L'ancien chef de l'immigration est actuellement impliqué dans un conflit avec son ancien patron, le chef de la police nationale Pol Gen Chakthip Chaichinda, au sujet de l'achat d'un système d'identification biométrique de deux milliards de bahts pour le bureau de l'immigration. Surachate essaie de se faire passer pour un chevalier blanc lanceur d'alerte et sous entend qu'il existe de la corruption au plus haut niveau de la police sans apporter de preuves. La commission anti corruption s'est saisie de l’enquête qui, pour l'instant, a fait pschitt. Un "allié" de Surachate dans son supposé combat contre la possible corruption dans la police était Veerachai, lui aussi épinglée par le pouvoir. Le transfert brutal de Pol Gen Veerachai Songmetta, chef adjoint de la police nationale, à un poste inactif au cabinet du Premier ministre, a été déclenché par la fuite sur les réseaux sociaux d'un clip audio d'une conversation privée entre Veerachai et le chef de la police nationale, Pol Gén Chakthip Chaijinda. Interrogé par les journalistes pour savoir si le transfert soudain de Veerachai avait quelque chose à voir avec l'enregistrement, le général Pol Chakthip a répondu sèchement «Oui!» Le document sonore divulguait une récente conversation téléphonique entre Chakthip lorsque, lors d'un voyage à l'étranger, il a appelé Veerachai, qui était alors le chef de police par intérim, pour parler de la fusillade contre la voiture du Pol Lt-Gen Surachate Hakparn. Veerachai s'est rendu sur les lieux du crime et a pris en charge l'enquête, contournant la police métropolitaine, compétente à Bangkok. Dans le clip, un homme, censé être Chakthip, est entendu ordonnant à l'autre homme, supposément Veerachai, de rester en dehors de l'affaire et de s'abstenir de parler aux médias. Veerachai, cependant, a défié l'ordre de Chakthip et, le même jour a signalé qu'il était allé au Forensic Science Office avec des balles récupérées dans la voiture de Surachate pour examen, afin de retrouver l'arme utilisée lors des tirs. Après le retour de Chakthip de son voyage à l'étranger, Veerachai a été évincé de l'enquête et n'a plus été vu en public. Des sources policières informées ont déclaré qu'il avait été suspendu pendant 15 jours par Chakthip. La fusillade de la voiture de Surachate serait liée au projet d’acquisition du système d’identification biométrique de deux milliards de bahts de la police royale thaïlandaise pour le Bureau de l’immigration. Surachate, alors le chef de la police de l'immigration, a rejeté le projet et a porté le projet à l'attention de la Commission nationale anti-corruption, le mettant directement en confrontation avec Chakthip, qui a approuvé le marché. https://forum.thaivisa.com/topic/1145048-ex-immigration-chief-surachate-given-stern-warning-by-pm/ https://forum.thaivisa.com/topic/1145050-police-chief-chakthip-confirms-audio-clip-leak-triggered-veerachai’s-transfer/
  2. Coups de feu tirés à Pattaya : la guerre contre la drogue fait une nouvelle victime innocente alors que le piège de la police tourne mal Un citoyen complètement innocent est décédé et deux autres ont été grièvement blessés après qu'un traquenard -dans une affaire de drogue- mené par la police de Bang Lamung s'est soldé par un désastre. La police avait tenté d'arrêter le trafiquant de drogue de 40 ans Thanongsak ou "Kwang" qui était arrivé sur les lieux de la souricière avec sa femme Supatra. Mais le suspect s'est méfié et a pris la fuite seul dans son pickup Mitsubishi Triton. Il a été poursuivi à travers Pattaya par des policiers qui tiraient à balles réelles. Ils ont tiré sur l'un de ses pneus arrière, ce qui a fait perdre le contrôle du véhicule à Kwang près d'une clinique dans le quartier Moo 8 de la ville. Percutant moult voitures et motos, le Triton a fini par s'écraser contre une devanture de magasin et une moto avec side-car utilisée pour vendre des boulettes de viande. Kwang s'est alors enfui à pied avant d'être arrêté avec 300 grammes de drogue d'une valeur de 500 000 bahts. On a retrouvé Mort sur les lieux, le conducteur de la moto, Prasert, 66 ans. Son passager -un proche- a été blessé. Plus loin sur la route, un autre motocycliste innocent était blessé, il a été transporté à l'hôpital avec une jambe cassée, a rapporté Siam Chon News. Les victimes ont été percutées par le pickup incontrôlable après qu'un pneu a éclaté à l'issue de la fusillade. La police de Nong Prue était sur les lieux pour enquêter sur ce désastre alors qu'une foule importante s'est rassemblée sur les lieux après l'épilogue de cette course poursuite vers 19 heures. https://forum.thaivisa.com/topic/1144899-pattaya-shots-fired-war-on-drugs-claims-another-innocent-life-as-police-sting-goes-wrong/ Kwang est assis par terre en T shirt jaune
  3. BANGKOK (Reuters) - Le nombre d'arrivées de touristes étrangers en Thaïlande a augmenté de 2,48% en décembre par rapport à l'année précédente, après une augmentation de 5,92% le mois précédent, a indiqué vendredi le ministère du Tourisme dans un communiqué. En décembre, 3,93 millions de touristes au total ont dépensé environ 193 milliards de bahts (6,35 milliards de dollars), en baisse de 2,25% par rapport à l'année précédente. En 2019, le nombre de touristes étrangers a augmenté de 4,24% pour atteindre un record de 39,8 millions et ils ont dépensé environ 1930 milliards de bahts. Le tourisme est un moteur clé de la croissance thaïlandaise, les recettes touristiques étrangères représentant environ 12% du produit intérieur brut. -- REUTERS REUTERS/Jorge Silva Krabi le 22 octobre 2019. Quelques touristes à Koh Poda
  4. PHUKET: Un Français de 36 ans a été placé en garde à vue à l'atterrissage à Phuket tôt mardi après avoir allumé une cigarette dans les toilettes de l'avion pendant son vol au départ de Doha. Le maj Ekkachai Siri de la police touristique de Phuket a déclaré à The Phuket News que le Français, Sadik Radoine, était sur le vol QR842 de Qatar Airways, direct de Doha à Phuket. «L'avion a atterri à 6 h 49. La sécurité de l'aéroport international de Phuket est montée à bord de l'avion pour arrêter Radoine avant d'autoriser les autres passagers à débarquer », a déclaré le maj Ekkachai. «On nous a dit que Radoine avait allumé une cigarette dans les toilettes pendant le vol. Il a été emmené dans une zone sécurisée et condamné à une amende, et le commandant de bord lui a parlé, puis le Français a été autorisé à quitter l'aéroport », a déclaré le maj Ekkachai. Le maj Ekkachai a déclaré qu'il n'avait pas été informé du montant de l'amende infligée à Radoine avant de pouvoir continuer ses vacances. Le personnel du bureau de Qatar Airways à l'aéroport de Phuket a refusé de commenter l'incident. Cet incident anodin est rapporté ici pour rappeler aux lecteurs qu'ils auront des ennuis s'ils ne respectent pas les règles en avion.
  5. La population en âge de travailler connaîtra une baisse sensible, passant de 43,2 millions à 36,5 millions, avec un taux de nouveau-nés de -0,2%, a indiqué l'Office national de développement économique et social (NESDB). Le NESDB prévoit que la population thaïlandaise passera de 66,5 millions à 67,2 millions d'ici 2028, mais diminuera ensuite de 0,2% chaque année, pour une population de 65,4 millions en 2040. Des instituts étrangers parlent d'une baisse de la population beaucoup plus drastique. Le nombre d'enfants (de 0 à 14 ans) montre une tendance à la baisse. En 2020, les enfants représenteront 11,2 millions, soit 16,9% de la population totale. En 2040, ils représenteront 8,4 millions, soit 12,8% de la population totale. Les personnes âgées (60 ans ou plus) représenteront 12 millions, soit 18% de la population totale en 2020. La NESDB prévoit que la population âgée atteindra 20,42 millions, soit 31,28% de la population totale en 2040 Le nombre de personnes en âge de travailler (15-59 ans) verra également une diminution - de 43,26 millions, ou 65%, en 2020 elle passera à 36,5 millions, ou 56% en 2040, tandis que le rapport entre actifs et personnes âgées diminuera, passant de 3,6 travailleurs pour 1 retraité en 2020 à 1,8 / 1 en 2040. En 2020, les femmes auront une espérance de vie moyenne de 80,4 ans et les hommes de 73,2 ans, et en 2040, la moyenne pour les femmes et les hommes passera à 83,2 ans et 76,8 ans, respectivement, ce qui fera que les femmes seront plus nombreuses que les hommes en raison de la longévité. On prévoit qu'en 2040, le rapport hommes-femmes âgés sera de 71 hommes pour 100 femmes de 60 ans et plus et de 41 hommes pour 100 femmes de 80 ans et plus. Compte tenu du nombre importants de mort violente d'hommes jeunes cette espérance de vie importante signifie que le système de santé thaïlandais est excellent. Bangkok aura la plus forte proportion de population en âge de travailler, tandis que la région du Nord aura la population la plus âgée, mais le Sud devrait voir une proportion plus élevée de jeunes que les autres régions. La région orientale a la plus forte croissance démographique à 5,3% par an, en particulier les trois provinces de Chachoengsao, Chon Buri et Rayong, qui font partie de la zone de développement spéciale du corridor économique oriental. On ne sait pas si la baisse de la population active sera compensée par un afflux de travailleurs étrangers, actuellement 3 millions qui devrait alors passer à 5 / 8 millions. https://forum.thaivisa.com/topic/1143345-working-age-population-decreasing-nesdb/
  6. Selon les universitaires, le gouvernement devrait s'attaquer à la pollution atmosphérique plus sérieusement Le gouvernement doit proposer des vraies mesures pour lutter contre la poussière ultra-fine PM2,5. Son programme national sur la gestion de la pollution n'a pas progressé au cours de l'année écoulée, ont déclaré des étudiants. "La pollution saisonnière est revenue", a déclaré Omthip Koetphon, étudiant en quatrième année à l'Université de Chulalongkorn, qui a conduit hier 20 autres étudiants pour porter plainte au siège du gouvernement. Les étudiants ont également exhorté le gouvernement à adopter de meilleures mesures telles que l'installation de plus de détecteurs de poussière et à prendre des mesures plus drastiques telles que l'interdiction des incendies en plein air ou même la fermeture d'usines polluantes pour limiter la poussière à sa source. Sonthi Kotchawat, expert en environnement à la Chambre sur la pollution de l'air, a déclaré que les travaux du gouvernement contre la pollution de l'air étaient entravés par des "problèmes structurels". "La Thaïlande n'a pas d'agence pleinement habilitée à lutter contre des activités polluantes. Nous avons besoin d'une agence omnipotente comme l'Environmental Protection Agency des États-Unis qui peut ordonner l'arrêt de toutes les activités générant de la pollution", a déclaré M. Sonthi, qui occupe également un poste élevé. au ministère de l'Environnement. Ni le Département de la lutte contre la pollution, ni le ministère de l'Environnement n'ont le pouvoir d'ordonner aux usines d'arrêter de polluer ou d'empêcher les camions d'entrer en ville, a-t-il dit. Le smog dû aux PM2,5 enveloppe la capitale depuis la semaine dernière. "Nous voulons que le gouvernement arrête immédiatement les activités qui émettent de la poussière", a déclaré Mme Omthip. «Les autorités devraient également maintenir le prix des masques faciaux à un niveau bon marché car peu de gens peuvent se permettre de les acheter.» L'administration a placé la lutte contre la pollution atmosphérique au sommet de son agenda le 12 février 2019, lorsque Bangkok et de nombreuses provinces voisines ont été touchées par une pollution dangereuse. Pourtant, malgré toutes ces promesses, le niveau de pollution atmosphérique n'a pas bougé. De nombreuses régions de la province de Lampang ont connu une situation pénible pendant neuf jours consécutifs tandis que d'autres provinces comme Chiang Mai commencent à en subir les conséquences. Le général Prayut, quant à lui, supplie la société de comprendre pourquoi le gouvernement n'est pas en mesure de prendre des mesures drastiques. "Si la pollution de l'air s'aggrave, le gouvernement peut ordonner aux camions et aux véhicules de ne pas entrer dans la ville. Ma question est de savoir qui sera le plus durement touché par des mesures aussi drastiques? Au lieu de cela, nous devrions nous entraider à surmonter ce problème", a-t-il déclaré pour confirmer que le gouvernement n'appliquera aucune mesure tant qu'il sera premier ministre. À Bangkok, le trafic est la principale source de pollution, représentant 72,5% des poussières, suivi de 17% par les usines, a déclaré le Premier ministre. Les camions seraient les plus gros pollueurs. Le ministre de l'Environnement, Varawut Silpa-archa, a déclaré hier que le comité de lutte contre la pollution s'apprêtait à proposer des mesures strictes pour mieux faire face à la pollution, mais n'a pas précisé. "Je préfère demander si la société peut vraiment accepter ces mesures si elles entrent en vigueur", a-t-il dit. Sa question rhétorique mérite cependant d'être sérieusement posée. Les Thaïlandais ne sont peut-être pas aussi peu soucieux de leur santé qu'il le pense. M. Varawut a également déclaré que la pollution n'était pas si grave parce que le gouvernement a lancé de nombreuses mesures, notamment des mesures pour limiter les véhicules polluants sans vraiment appliquer ces mesures. Il a déclaré que le niveau de PM2,5 est inférieur à celui de la même période l'an dernier. Cependant, la qualité globale de l'air en Thaïlande empire, selon le Département de la lutte contre la pollution qui a rendu public hier son rapport sur la pollution 2019 et contredit ainsi le gouvernement. Le nombre de feux de broussailles dans le nord a augmenté de 54 % en 2019 et les premiers cas d’écobuage ont déjà été enregistrés en 2020. Quant aux autres types de polluants, le rapport a constaté que la quantité de déchets a augmenté de 3% par rapport à 2018 pour atteindre 28,7 millions de tonnes. Le gouvernement avait listé un certain nombre de mesures le 12 février 2019 mais aucune n'a vraiment été appliquée - immobilisation des véhicule dégageant de la fumée - arrestation des personnes qui pratique l’écobuage - arrestation des patrons d'usines polluantes - accélération des travaux des métros et autres voies de chemin de fer - réduction du nombre de feux de broussailles dans 9 provinces du nord - mise en service de 2075 bus au B20 (à évaluer, alors que des milliers bus très polluants roulent encore) - l'air ne doit pas être pollué plus de 5 % des 365 jours de l'année soit 18 jours. Cela pose le problème de la norme (25, 35 ou 50 mg) et de l'organisme de contrôle (local ou international).
  7. Des villageois qui avaient l'habitude de violer une adolescente voient leur peine à perpétuité confirmée en appel La Cour d'appel a confirmé hier la décision d'un tribunal de premier instance d'infliger des peines de prison sévères à 11 hommes dans une affaire de viol impliquant une jeune fille de 14 ans dans la province de Phangnga. Le 28 octobre 2018, le tribunal avait condamné Worachit Khongbut, Chatchai Sirat, Bunphot Nonsi, Chaloem Samin, Suchip Sumen, Thawatchai Thao-ku et Natthawut Butnoi à la réclusion à perpétuité pour leur implication dans des viols à répétition d'une jeune fille en mai 2016. Kirati Sumen, le huitième prévenu, a été condamné par le tribunal de première instance à 45 ans de prison, tandis que Sayan Sumen et Nawik Charuek ont chacun été condamnés à 15 ans et Rangsan Chailiang à 20 ans et quatre mois. La Cour d'appel n'a pas statué que le cas de Suchip décédé au cours du processus d'appel. La Cour d'appel a déclaré qu'elle était d'accord avec la décision du tribunal inférieur parce que tous les témoignages et autres preuves étaient solides et prouvaient que les hommes avaient commis des viols, qui ont eu lieu dans au moins trois endroits différents à Ban Koh Rat dans le district de Takua Thung. L'équipe psychiatrique et médicale qui a examiné l'état physique et mental de la victime l'avait également jugée crédible, a déclaré la décision de la Cour d'appel. Sanphet Thipmonthian, un avocat bénévole représentant les accusés, a déclaré se préparer maintenant à faire appel de cette décision devant la Cour suprême. Cette affaire avait fait grand bruit car tout le village, tous les hommes et leurs familles, s'était ligués contre la victime qui leur servait quasiment d'esclave sexuelle. Le courage de sa mère et d'un militant des droits de l'homme avaient réussi à faire éclater le scandale.
  8. Le Premier ministre Chan-o-cha veut empêcher les manifestations politiques, pour ou contre lui Dans une démarche qui sera certainement perçue comme une tentative d'étouffer les rassemblements, les protestations et les débats de l'opposition, le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha exprime sa préoccupation face aux rassemblements politiques organisés par l'opposition, ou par ses partisans. «Cela Mènera à de nouveaux conflits». Hier, le Premier ministre a déclaré à la presse "qu'il a demandé aux autorités de trouver des moyens d'empêcher de telles activités à l'avenir". Le général Prayut a déclaré aux journalistes qu'il ne voulait pas voir la population se diviser. «La population ne devrait pas se diviser en fonction des idées ou des générations. Cela ne profitera en rien au pays. Nous devons trouver des moyens de coopérer », aurait déclaré le Premier ministre. "Peu importe qui veut me soutenir ou me chasser, je ne veux rien qui puisse conduire à la violence." Le vice-premier ministre Prawit Wongsuwon a également déclaré qu'il désapprouvait une course anti-Prayut prévu à Chiang Mai le 2 février. Il a déclaré que l'événement "ne ferait qu'aggraver les divisions sociales". Pendant ce temps, Tanawat Wongchai, l'organisateur de la «Course contre Prayut» tenue à Chatuchak dimanche dernier, affirme que la course de Chiang Mai se poursuivrait, malgré les menaces du Premier ministre. Un événement, pour montrer le soutien à Prayut et au gouvernement, appelé "Dern Cheer Lung", s'est également tenu dimanche au parc Lumpini, dans le centre de Bangkok. Des manifestations antigouvernementales ont également eu lieu dans d'autres provinces - Buri Ram, Phayao, Chiang Mai, Nakhon Ratchasima et Nakhon Pathom. La police métropolitaine a confirmé que 14 178 personnes ont participé à "courir contre la dictature» à Bangkok. Diverses estimations des polices des autres provinces parlent de plus de 2 500 personnes ayant marché contre Prayut en dehors de Bangkok. Un député du Future Forward Party, porte-parole de la commission des droits de l'homme, et activiste antigouvernemental, Rangsiman Rome, affirme que certains participants à l'événement anti-Prayut de dimanche dernier à Buri Ram avaient été convoqués par la police pour «Reconnaître des accusations de violation de la loi sur les réunions publiques». Le colonel Pol Pramote Uthakit, du commissariat de police de Nakhon Phanom, a déclaré aux journalistes que les organisateurs du rassemblement "n'avaient pas demandé à l'avance la permission à la police". https://thethaiger.com/news/bangkok/thai-pm-says-he-wants-to-prevent-political-protests-from-either-side
  9. Sale, dangereuse, malhonnête, perverse, il faut agir rapidement pour sauver Pattaya, affirme des Thaïlandais Pattaya Watchdog, une association qui s'exprime en thaï, a critiqué la ville qui ne fait rien pour améliorer ses infrastructures et son image. Les membres du groupe ont dit qu'il était peut-être déjà trop tard pour sauver Pattaya, mais une action est nécessaire maintenant. Ils ont publié une longue liste de raisons pour lesquelles les touristes ne viennent plus à Pattaya. Les touristes avertis par les médias sociaux choisissent d'aller ailleurs pour des vacances à la plage comme le Cambodge et le Vietnam, et même Bali. Ce n'est pas qu'une question de prix, ont-ils déclaré sur Facebook, comparant Pattaya à une tasse de café prise au Starbucks. Même si c'est plus cher que la concurrence, les gens continueront de venir s'ils aiment la qualité, la saveur, la propreté et l'atmosphère de Starbucks. Mais visiblement, Pattaya n'est pas le Starbuck de l'Asie. Ils ont ensuite énuméré une litanie de problèmes qui se sont accumulés à Pattaya au fil des ans; problèmes qui découragent les touristes, ont-ils déclaré. Le message est clair : Pattaya n'a pas suffisamment de qualités pour attirer les touristes malgré son cout élevé Les reproches, par ailleurs souvent évoqués dans les médias, sont : Arnaques dans le transport local (moto taxi, taxi collectifs, taxis traditionnels). Plages sales Prostituées et vagabonds effrayants qui traînent partout Embouteillages épouvantables, y compris les bus touristiques créant un danger en circulant dans les sois étroits Déchets partout depuis les litiges concernant la collecte des ordures en 2016-2017 Trous dans les trottoirs inégaux jonchés de briques et de parpaings - donc blessures fréquentes de touristes Une vidéosurveillance qui ne fonctionne pas, ce qui rend l'arrestation des criminels problématique Un système de transport mal fichu dont les song taew aux comportements mafieux depuis 50 ans Cette association considère que la vie à Pattaya n'est pas pratique pour le touriste (mais l'est peut-être pour les prestataires de service). Pas assez d'argent n'a été dépensé pour obtenir de bons services publics - et lorsque l'argent est dépensé, c'est à minima pour des services bas de gamme. Pattaya était connu pour être bon marché mais que se passe-t-il quand d'autres endroits s'avèrent moins chers ? L'association a déclaré qu'une action était nécessaire MAINTENANT pour sauver Pattaya tout en ajoutant qu'il était peut-être déjà trop tard. Mais tout le monde doit au moins essayer de se rassembler dans un esprit de coopération pour résoudre les problèmes. https://forum.thaivisa.com/topic/1143400-action-needed-now-to-save-filthy-dangerous-rip-off-vice-ridden-pattaya-says-watchdog/ Les maires de Pattaya sont rarement choisis pour leurs compétences.
  10. Le chef d'un petit parti propose la légalisation des bordels et des sex-shops pour faire baisser le nombre de viols Mongkolkit Suksintharanont, Le leader du "parti civilisé thaïlandais" et membre de la commission parlementaire qui étudie les moyens de réduire la fréquence des viols et autres agressions sexuelles, a proposé que la Thaïlande autorise les maisons closes et les sex-shops réglementés comme moyen de résoudre le problème. Le député controversé pro-gouvernement a déclaré mercredi dans son article sur Facebook qu'il ferait part de sa proposition aux membres du comité lors de leur première réunion, ces jours-ci. Expliquant la logique derrière son idée, Mongkolkit a déclaré qu'il faut comprendre que les humains, par nature, sont nés pour se reproduire. Toutes les lois et normes culturelles sur l'activité sexuelle sont venues plus tard, ce qui rend les humains différents des autres animaux. Il a affirmé que la plupart des cas de viol étaient perpétrés par des hommes pour libérer leurs tensions sexuelles. Il rappelle que les crimes sexuels sont commis dans les familles, sur les lieux de travail entre collègues et dans les écoles entre camarades de classe. Les viols signalés à la police ne sont qu'une petite fraction de ceux réellement commis, a déclaré Mongkolkit. Il a affirmé que son idée de bordels et de sex-shops supervisés par l'État suivait le modèle suisse, ajoutant que cela aiderait à réduire le viol et la corruption parmi les autorités chargées de lutter contre la prostitution qui profite bien de ce commerce. https://forum.thaivisa.com/topic/1143628-thai-civilized-party-leader-proposes-legal-brothels-and-adult-shops-to-reduce-rape/
  11. Trafic de faux visas et de permis de travail dans une prestigieuse école de Bangkok La police de l'immigration a arrêté une femme responsable des visas dans une école et une collègue qui travaillait dans la même grande école privée de Bangkok. Rudee ou "Yaya" utilisait son école comme façade pour gérer une agence illégale de visas et de permis de travail offrant de faux documents à 50 étrangers. Son travail officiel était d'obtenir des visas pour les étrangers de l’école, professeurs et étudiants, mais a profité de ses connaissance pour vendre des visas à des personnes qui n'avaient rien à voir avec l'école. Yaya, 40 ans, facturait entre 20 000 et 50 000 bahts par tête, a rapporté la chaîne de télé Channel 7 et le média en lien avec l'Immigration Naew Na. Elle a été arrêtée au complexe gouvernemental de Chaeng Wattana. La police avait reçu des informations du consulat thaïlandais de Savannakhet au Laos selon lesquelles des étrangers avaient présenté de faux documents. Des enquêtes ont conduit jusqu'à elle et à Theerapong ou "Ton" qui a également été arrêtée et qui travaillait aussi à l'obtention de visas à l'école. Naew Na a déclaré que Yaya trouvait les étrangers et Ton falsifiait les documents. Ensemble, elles ont travaillé sur des questions telles que les contrats et les vérifications des antécédents criminels. Elles utilisaient l'école comme façade pour gérer une agence de visas. Aucun des étrangers détenant de faux documents au consulat de Savannakhet n’avait rien à voir avec l’école qui a, depuis, porté plainte contre ses employées. Un agent d'immigration a déclaré à Channel 7 que les dommages occasionnés à l'école et à l'État étaient considérables. De faux tampons et signatures figuraient sur les documents. Une cinquantaine de personnes ont fait appel à ces services entre mars 2018 et septembre de l'année dernière. La chaîne 7 a montré que l'agent organisant les visas avait été arrêtée à Chaeng Wattana. L'école a été nommée uniquement parle la lettre "A". Le chef de l'immigration, le lieutenant-général Sompong Chingduang, et des adjoints ont présenté hier les détails de l'affaire au siège de l'immigration de Suan Phlu. https://forum.thaivisa.com/topic/1143572-fake-visas-and-work-permits-visa-officer-and-associate-at-top-bangkok-school-arrested/
  12. Le gouvernement facilite l'achat des médicaments Trois mille types de médicaments auront bientôt un QR code sur l'emballage permettant aux acheteurs de comparer le prix de détail dans les pharmacies indépendantes à celui proposé dans les hôpitaux privés. Whichai Phochanakij, du Département du commerce, a déclaré ce jeudi qu'il avait demandé à l'Association des pharmacies thaïlandaises de demander aux grandes pharmacies de soumettre leurs listes de prix. Au départ c'est un panel de 3 000 médicaments dont les prix seront disponibles en ligne sur www.dit.go.th sous Universal Coverage for Emergency Patients. "Les personnes qui consultent le site Web ou qui scannent le code pourront décider d'acheter à la pharmacie si c'est moins cher ou à l'hôpital", a déclaré Whichai. https://forum.thaivisa.com/topic/1143641-govt-making-it-easier-to-decide-where-to-buy-medication/ Le site web ne semble pas d'un usage aisé
  13. Le CEE, projet phare du gouvernement compromis par la sécheresse et la "guerre pour l'eau" Les experts avertissent que le projet phare du gouvernement, le Corridor économique de l'est (CEE), risque d'être entravé par la sécheresse et les conflits liés à l'eau. Des signes de guerres de l'eau entre les habitants du corridor et des projets industriels sont déjà apparus. "La CEE a déjà ressenti les effets de la pénurie d'eau", a déclaré le défenseur de l'environnement Somnuck Jongmeewasin, membre du comité chargé du suivi du projet CEE. "Le gouvernement a déjà construit des réservoirs dans les provinces de Chanthaburi et Sa Kaeo pour alimenter en eau les projets de la CEE. "Pourtant, les populations locales ont commencé à protester contre le fait que les ressources en eau de leur région ne sont allouées qu'au secteur industriel et c'est ainsi que les conflits liés à l'eau se produisent", a déclaré M. Somnuck. Le Royal Irrigation Department aurait alloué un budget de 15 milliards de bahts pour créer des réserves pour alimenter la CEE en eau. Jusqu'à présent, le gouvernement a récupéré plus de 200 000 rai de terres dans la province de Chanthaburi pour construire quatre réservoirs afin de fournir 300 millions de mètres cubes d'eau. M. Somnuck a déclaré que la sécheresse, qui entraînera une augmentation de la demande en eau dans les secteurs agricole, touristique, domestique et industriel, posera "de gros problèmes pour la CEE". "Bien sûr, le secteur industriel essaie de faire face aux pénuries d'eau en utilisant la technologie pour réutiliser l'eau", a déclaré M. Somnuck, un ancien ingénieur en environnement. "Pourtant, le secteur doit encore partager l'approvisionnement en eau brute des réservoirs avec les agriculteurs et les ménages. Alors, que faire pendant les sécheresses annuelles, lorsque les maisons, les fermes de durian, les usines et le secteur du tourisme veulent de l'eau en même temps et alors que l'approvisionnement n'est pas suffisant ? "Le problème de la pénurie d'eau dans cette région va dégénérer en guerres de l'eau." M. Somnuck a averti que la pénurie d'eau cette année pourrait être encore pire que la crise que la région a connue en 2005. "Le vrai problème, c'est que la grave sécheresse deviendra la "nouvelle norme" pour cette région", a-t-il déclaré. Seree Suparatid, ingénieur en hydrologie de l'Université Rangsit, a déclaré que la Provincial Waterworks Authority devait acheter de l'eau brute au secteur privé pour produire de l'eau du robinet car les ressources de la rivière Chao Phraya en amont étaient rares. Un autre approvisionnement en eau, la rivière Bang Pakong, est faible et touché par l'intrusion d'eau de mer. M. Seree a averti que les conflits liés à l'eau dans la région orientale vont s'intensifier en mars et avril lorsque les producteurs de cultures à fort besoin d'eau comme le durian et le riz voudront irriguer. L'eau de quatre réservoirs existants à Chon Buri contient environ 200 millions de mètres cubes, ce qui devrait être suffisant pour les secteurs agricole, industriel, domestique et touristique pendant quatre mois. Le secteur industriel se préparerait à éviter des conflits liés à l'eau similaires à ceux observés en 2005 lorsque les secteurs industriel et agricole se disputaient l'eau de quatre grands réservoirs de la région. Jirayut Rungsrithong, président d'Eastern Water Resources Plc (EW), un fournisseur d'eau industriel, a déclaré que la société avait préparé des mesures pour les usines pendant la sécheresse. "EW modernisera les stations de pompage sur la rivière Bang Pakong dans la province de Chachoengsao pour y augmenter le volume d'eau à usage industriel", a-t-il déclaré.
  14. La dette accumulée par les enseignants à l'échelle nationale s'élève à 1100 milliards de bahts, soit environ 16% de la dette publique, chaque enseignant devant en moyenne 3 millions de bahts. Ce chiffre a été donné jeudi, Journée nationale des enseignants, par Samkhan Jongkoyen, d'un centre de coordination créé pour résoudre les problèmes d'endettement des enseignants. Il a parlé de crise de la dette des enseignants. Les statistiques ont montré qu'environ 400 000 enseignants, soit environ 80% du total national, étaient surendettés - pour une moyenne d'au moins 3 millions de bahts. Leurs dettes proviennent du fonds de protection sociale des enseignants, les programmes de prêts funéraires et la Teacher Savings Cooperative (TSC), pour un total de 1100 milliards de bahts. Cela représente environ 16% de la dette publique du pays, a déclaré M. Samkhan. L'énorme dette contractée par le personnel enseignant a été attribuée à l'augmentation du coût de la vie, aux charges familiales et au manque de discipline financière des enseignants et des institutions financières auprès desquelles ils ont emprunté, a déclaré M. Samkhan. Le centre de coordination a essayé d'aider, a-t-il dit. Il prévoit de poursuivre le gouvernement pour des décisions prises en 2010, ainsi que la Banque d'épargne du gouvernement, le Bureau de la protection sociale pour les enseignants et Dhipaya Insurance Co, qui établissent des contrats inéquitables, a déclaré M. Samkhan. Le centre demanderait aux tribunaux d'annuler ces contrats et ensuite de nouveaux contrats plus équitables pourraient être rédigés, a-t-il dit. Il a conseillé aux nouveaux enseignants de respecter les principes d'une vie sage et durable et d'être plus prudents que leurs pairs plus âgés. S'ils ont besoin d'emprunter, ils doivent respecter une discipline financière, a-t-il déclaré.
  15. Big C intéressé par le rachat de TESCO (LOTUS) Asie Le grand patron de Big C a reconnu que sa société souhaitait acquérir les activités de Tesco en Asie et a fait part de son intention de soumissionner. Aswin Techajareonvikul, directeur général de la société, a déclaré que le modèle commercial de Big C et Tesco sont différents en termes de produits et d'emplacements. "Nous exploitons des magasins dans une soixantaine de provinces, alors que Tesco a des magasins dans certaines provinces que nous ne couvrons pas", a déclaré M. Aswin. "Nous pensons que si nous ajoutons Tesco à notre portefeuille, cela contribuera à étendre nos activités de vente au détail." Big C doit étudier attentivement le prix de l'accord, les problèmes juridiques et l'impact sur toutes les parties prenantes, a-t-il déclaré. On ne sait pas si parmi les problèmes juridique figure la situation de monopole dans laquelle se trouverait BIG C - LOTUS. "Les facteurs clés sont un prix approprié, la concurrence et la loi", a déclaré M. Aswin. «Nous sommes intéressés parce que Tesco est solidement implanté en province et possède divers formats commerciaux qui aideront à renforcer les activités de Big C.» Selon le Financial Times, Central Group et TCC Group envisagent également cette acquisition. PTT (pétrôle) thaïlandaise, prévoit également de faire une offre, selon Reuters. Les soumissions étaient attendues le 15 janvier. Mais le PDG de PTT Plc a démenti que la filiale PTT Oil and Retail (PTTOR) soumissionnait pour les activités de Tesco, affirmant que l'activité de vente en supermarché ne fait pas partie des compétences de base du groupe. M. Aswin a déclaré que, bien que la concurrence dans le secteur de la vente au détail en Thaïlande soit féroce, l'entreprise jouit toujours d'une forte compétitivité et a accumulé une grande expérience qui lui permet de rivaliser avec les entreprises internationales. Big C via tous les formats de magasins a une surface de vente de 800 000 à 900 000 mètres carrés. Au 15 janvier, la société gérait 1 231 magasins dans tout le pays dont environ 150 hypermarchés, 1 018 succursales sous l'enseigne Mini Big C et d'autres formats. Pattaphong Iamsuro, directeur commercial de Big C Supercenter, a déclaré qu'en attendant les résultats de l'appel d'offres pour Tesco, la société ne prévoyait pas d'ouvrir de nouveaux grands magasins au premier semestre 2020. Au cours du second semestre, la société ouvrira trois magasins Big C Supercenter, a déclaré M. Pattaphong. "Le pouvoir d'achat des consommateurs en 2020 est fragile", a-t-il déclaré. "La faible croissance et la sécheresse inciteront l'ensemble des consommateurs à être prudents quant à leurs dépenses. Cependant, nous espérons toujours que les mesures de relance du gouvernement contribueront à stimuler les dépenses des consommateurs." La société prévoit également de multiplier des initiatives de marketing pour attirer les clients.