Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    17 495
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Le Modérateur last won the day on August 29 2019

Le Modérateur had the most liked content!

Réputation sur la communauté

64 Excellent

À propos de Le Modérateur

  • Rang
    Premier

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Attention les nouvelles concernant la vaccination changent plusieurs fois par jour et varient selon l'interlocuteur (le ministère des affaires étrangères qui cherche à aider les étrangers, le ministère de la santé adepte du "Les Thais d'abord", le premier ministre, etc.) Natapanu Nopakun, porte-parole au ministère des Affaires étrangères, a révélé samedi plus d'informations concernant l'inoculation des expatriés en Thaïlande. M. Natapanu a déclaré qu'un système d'enregistrement, similaire à la plate-forme Mor Prom utilisée par les Thaïlandais pour s'inscrire au vaccin, est actuellement en cours de développement spécifiquement pour les étrangers. Cependant, il a déclaré qu'en principe, les expatriés en Thaïlande pourront recevoir le vaccin dans l'un des nombreux centres sans rendez-vous qui seront mis en place dans tout le pays. M. Natapanu a déclaré que les centres sans rendez-vous qui fonctionnent actuellement font partie d'une ouverture en douceur ou d'un essai . «Pour les services de vaccination sans rendez-vous, toutes les provinces qui sont prêtes à fournir les vaccins peuvent commencer leurs opérations immédiatement», a déclaré M. Natapanu. Il a également déclaré que le déploiement du vaccin auprès du grand public se produirait probablement beaucoup plus tôt que prévu. En effet, l'approvisionnement en vaccins se fait plus tôt que prévu. Par conséquent, le programme sans rendez-vous débutera officiellement la semaine prochaine, plutôt qu'en juin comme prévu initialement. Cela signifie qu'en principe, les étrangers pourront utiliser les services de vaccination en simplement s'y présentant dès qu'ils seront opérationnels et que les emplacements seront confirmés. Une fois qu'une annonce officielle est faite pour signaler l'ouverture du programme de vaccination sans rendez-vous, les étrangers, en principe, pourront utiliser le service sans rendez-vous, a déclaré M. Natapanu. Des discussions sont également en cours pour créer des centres sans rendez-vous séparés pour les étrangers, qui seront animés par des anglophones, afin d'éviter tout problème de communication concernant les vaccinations. Cependant, il serait préférable que les étrangers s'inscrivent à la vaccination à l'aide de l'application mobile, une fois qu'elle est disponible, car cela permet d'éviter l'attente et c'est plus efficace. Tout au long de son intervention en anglais de samedi, M. Natapanu concède la nature changeante, au cours d'une même journée, de la situation et avoue que les informations qu'il donne peuvent être caduques très rapidement. Il a cependant dit que les expatriés en Thaïlande peuvent être assurés qu'ils sont dans les plans du gouvernement concernant le vaccin COVID-19. Thaivisa en français rappelle que le seul vaccin disponible actuellement est le Sinovac qui n'est pas (encore) homologué par l'OMS. L'AstraZeneca thaïlandais est attendu courant juin et le Moderna en octobre. Par ailleurs, les mesures draconiennes concernant les restaurants pourraient être partiellement levées. Les provinces sont encore classées par code couleur mais seul le Grand Bangkok reste en "écarlate".
  2. Sanook a rapporté que le capitaine de la police de Lopburi, Suwit Luangchai, et les enquêteurs se sont précipités dans un salon de beauté du sous-district de Khao Sam Yod, Lopburi, après avoir eu connaissance d'un meurtre. Jatuporn, 28 ans, avait reçu plusieurs coups de couteau et gisait dans une mare de sang. Sur une table se trouvait un pistolet de 9 mm. Le personnel du salon a déclaré que Jatuporn avait des disputes fréquentes avec son ex petit ami. Ils s'étaient séparés et elle avait un nouvel amoureux, mais l'ex refusait de laisser Jatuporn vivre sa vie. La police étudie la vidéosurveillance en ce début de l'enquête. Sanook n'a donné aucun autre détail, sauf pour dire que la jalousie était le motif probable. La police de Songkhla, dans le sud de la Thaïlande, recherche un homme de 66 ans appelé Adul ou "Khiaw", considéré comme responsable du meurtre d'une proche et aussi voisine. Prachuap, soixante-quatorze ans, a été retrouvée morte avec des blessures à la tête et au bras dans un fossé. Elle avait été traînée à une dizaine de mètres du lieu de son meurtre dans une zone humide situées à 50 mètres des maisons des protagonistes. Des preuves capillaires ont prouvé le déplacement de la victime. Les deux personnes avaient un différend de longue date sur les limites de leurs propriétés respectives. Adul a pris la fuite, il a été vu dans les collines locales mais est toujours recherché. Il n'a pas d'autres parents, pas de téléphone, pas de véhicule et on pense qu'il se cache. Le fils de la victime Chawaphon a déclaré qu'il était allé chercher sa mère et son père pour les emmener chez sa sœur vendredi dernier mais que sa mère avait décidé de ne pas y aller. Après avoir échoué à la contacter pendant plusieurs jours, le fils est revenu. Il n'a pas trouvé sa mère et a décidé d'organiser une équipe de recherche qui a trouvé le corps au bout de deux heures. On pense qu'un «miit phra» ou un grand couteau à hacher ou une faux est l'arme du crime.
  3. Le projet du ministre des Transports, Saksayam Chidchob, d'augmenter la limite de vitesse sur certaines routes thaïlandaises a été un "succès retentissant" lors d'un essai. Les critiques en ligne et les guerriers du clavier avaient dit que cela signifierait plus de carnage et que les Thaïlandais et la vitesse étaient incompatibles. Ils craignaient encore plus de morts ajoutés aux statistiques qui classent déjà les routes de Thaïlande parmi les plus dangereuses au monde, note Thaivisa. Mais une visioconférence entre le ministre et des experts sur le terrain hier a montré tout le contraire. Aucun problème n'a été signalé aux autorités routières, a rapporté le Daily News. Peut-être que les automobilistes roulaient déjà à 120 km / h avant le 1er avril. Maintenant, Saksayam est sur le point de déployer la nouvelle limite de vitesse sur de nombreuses autres routes. L'essai s'est déroulé sur un tronçon de 45,9 km entre Ayutthaya et Ang Thong sur l'autoroute Asia. C'est une route à quatre voies et la voie extérieure peut être utilisée pour rouler à 120 km / h. L'essai a été lancé en grande pompe par le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha le 1er avril. Beaucoup pensaient que la journée du poisson d'avril était appropriée, mais maintenant ils sont obligés de manger leur chapeau. Les Thaïlandais peuvent conduire à "grande vitesse" et ne pas se retrouver dans le fossé. D'ici août, il y aura 138,22 km sur 6 autres routes ayant la nouvelle limite, dont un autre tronçon de la même autoroute, une section à Pathum Thani, la route 2, la route 304 et la route 34. Six autres seront ajoutés, soit 88 km d'ici la fin de l'année. De 2022 à 2028, le plan est d'avoir la limite de 120 km / h sur des tronçons de 47 routes supplémentaires. L'année prochaine également, la première route sous les auspices du département des routes rurales verra 37,6 km avec la même limite. Thaivisa en français note qu'une voiture roulant à 120 km/h sur la voie de droite d'une autoroute est évidemment moins dangereuse qu'un camion à 60 km/h sur cette même voie ou qu'une moto qui fait un demi tour sur une route banale.
  4. Les responsables du Centre Anti-Fake News du gouvernement thaïlandais ont été chargés d'intensifier leurs efforts pour prévenir et réprimer les fausses informations, jugées préjudiciables. Le centre devra alerter le public sur les fake news et informer le public des faits avérés. L'instruction a été émise par le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, en charge des affaires de sécurité, lors de sa visite d'inspection au centre vendredi. Il attache une importance particulière aux fausses nouvelles liées aux vaccins COVID-19 et à la propagation de la maladie qui, a-t-il dit, ont provoqué une grande confusion dans le public et doivent donc être rapidement supprimées. Selon l'Anti-Fake News Center, qui est une opération conjointe entre la police royale thaïlandaise et le ministère de la Société numérique, les autorités ont examiné 3 857 190 messages sur les réseaux sociaux entre le 7 avril et le 11 mai et en ont trouvé 788 qu'ils ont jugés être de fausses nouvelles, liées à la santé et aux questions politiques. Au cours des 475 jours, entre le 25 janvier de l'année dernière et le 11 mai de cette année, environ 73,8 millions de messages ont été trouvés liés à COVID-19, mais seuls 6791 d'entre eux ont été considérés comme contenant de fausses informations, avec seulement 3376 dignes d'enquête. Parmi ceux-ci, 2 242 messages concernaient des questions de santé, 1 011 concernaient des politiques gouvernementales. Un hashtag en thaï a été tendance monde sur Twitter cette semaine avec 5,5 millions de messages concernant une fausse nouvelle liée à Covid.
  5. Naew Na, un média proche de la police, a signalé que 50 travailleurs illégaux du Myanmar - 31 hommes et 19 femmes - avaient été arrêtés par une force d'intervention et les autorités locales après avoir traversé une frontière naturelle à plusieurs kilomètres du poste frontière de Sinkhorn à Prachuap Khiri Khan. Le groupe devait être hébergé dans une zone d'attente pour une quarantaine de 14 jours, bien qu'aucun ne présente un risque élevé de Covid. Ils seront ensuite remis à la police pour poursuites. Ils avaient tous parcouru les chemins de montagnes pendant deux jours et deux nuits et devaient se rendre dans une conserverie de poisson à Samut Sakhon ainsi qu'à Hua Hin, Surat Thani, Bangkok et Krabi. Des sources proches du média Naew Na ont déclaré que ce groupe de personnes avait été organisé par l'intermédiaire d'un propriétaire de station-service à Samut Sakhon qui trafique les travailleurs migrants connu sous le surnom de "Mimingae". Cet individu serait de mèche avec un ancien haut fonctionnaire de Prachuap Khirikhan et d'autres fonctionnaires locaux qui fournissent de faux documents aux migrants qui ont passé frauduleusement la frontière. Ces fonctionnaires ont évité toute sanction pendant dix ans en raison de "contacts de haut niveau". Mais leur système présente un risque considérable. La source (sans aucun doute policière) suggère qu'on est là en présence de trafic d'êtres humains, ce qui signifie de longues peines d'emprisonnement DANS LE CAS où ils seraient poursuivis. Les travailleurs migrants paient les honoraires des trafiquants 50 bahts par jour via les employeurs et les agents. Des centaines d'autres Birmans seraient en attente de pénétrer en Thaïlande à des endroits proches de celui mentionné hier. Ainsi les migrants, victimes du trafic d'êtres humains, ont été arrêtés mais la police ne parle pas de poursuites contre les fonctionnaires corrompus protégés. Pour mémoire, on doit à ces fonctionnaires la 2e vague de Covid en Thaïlande. La 3e vague étant due aux VIP des bars dispendieux de Thonglor. https://forum.thaivisa.com/topic/1217095-officials-linked-to-10-year-people-trafficking-operation-in-prachuap-khiri-khan/
  6. BANGKOK (Reuters) - L'économie thaïlandaise s'est probablement contractée au premier trimestre de cette année, d'après une évaluation réalisé par Reuters, alors que les épidémies de coronavirus au début de 2021 ont nui à la consommation et au tourisme, ralentissant le rythme de la reprise économique. La deuxième économie d'Asie du Sud-Est, qui dépend fortement du tourisme, s'est probablement contractée de 3,3% au premier trimestre par rapport à l'année précédente, selon l'estimation médiane de 11 économistes de renom. Il avait chuté de 4,2% au dernier trimestre de 2020. Sur une base trimestrielle, le produit intérieur brut (PIB) a probablement reculé de 0,8% désaisonnalisé au cours du trimestre janvier - mars après avoir affiché une croissance de 1,3% au quatrième trimestre de l'année dernière. La dernière épidémie de coronavirus, qui a débuté en avril et représente plus des deux tiers du total des infections en Thaïlande, a ralenti l'activité intérieure à un moment où le pays dépendant du tourisme se préparait à rouvrir plus largement aux visiteurs étrangers. Les économistes prévoient une croissance annuelle de 2,1% en 2021, après une contraction de 6,1% en 2020. Les analystes ont réduit leurs prévisions ces derniers mois en raison des épidémies et du lent déploiement des vaccins. Ils envisageaient 3% sur l'année en janvier. L'économie pourrait reculer à nouveau au deuxième trimestre par rapport au trimestre précédent, car la plupart des indicateurs restent faibles, a déclaré Takit Chartchredsak, économiste d'Asia Plus Securities. L'augmentation des exportations, un moteur clé de la croissance, et les récentes mesures de relance ont toutefois apporté un certain soutien. Le cabinet thaïlandais a approuvé un programme de secours économique supplémentaire d'une valeur de 255 milliards de bahts (8,13 milliards de dollars) au début du mois pour aider les personnes touchées par la dernière épidémie. "Une nouvelle poussée des dépenses et une reprise des exportations aideront à compenser une partie de l'impact, mais le rythme du redressement cette année sera plus lent qu'on ne le pensait auparavant", a déclaré l'économiste de la DBS Radhika Rao. En février, le Conseil national de développement économique et social, qui compile les données du PIB, prévoyait une croissance du PIB 2021 de 2,5% à 3,5%. Il donnera de nouvelles projections lundi.
  7. Une porte-parole du Premier ministre, Traisuree Traisarankun, a donné des détails sur la manière dont la Thaïlande s'ouvrira au tourisme étranger. Il semble que les Thaïlandais soient sur la bonne voie malgré la vague dévastatrice actuelle de Covid-19 qui prévaut dans le pays, a rapporté Siam Rath. Elle a expliqué qu'il y avait quatre étapes (appelés Timelines par Siam Rath selon le dernier mot à la mode). # 1 nous sommes en plein dedans. Du 30 avril au 30 juin et cette étape permet aux touristes étrangers qui ont une preuve de vaccination d'entrer mais ils doivent se mettre en quarantaine selon les exigences du CCSA (comité Covid). 14 jours actuellement. Comme tout le monde. # 2 du 1er juillet au 30 septembre et s'appelle le "Phuket Sandbox" - cela s'applique aux étrangers qui ont une preuve de vaccination qui peuvent ensuite rester dans cette province sans avoir besoin de se mettre en quarantaine. Après la période "sandbox" (que l'on pourrit traduire par zone tampon), une ou deux semaines, ils peuvent aller ailleurs en Thaïlande. La quarantaine est toujours exigée pour les touristes qui débarquent de l'étranger ailleurs qu'à Phuket. # 3 du 1er octobre à la fin de l'année où des "sandbox" sont possibles dans 10 provinces dont Phuket - Bangkok, des parties de Krabi et Chiang Mai, Chonburi, Phetchaburi, Prachuap Khiri Khan, Surat Thani, Phangnga et Buriram . Les touristes vaccinés peuvent y arriver et y rester sans quarantaine pendant une ou deux semaines puis aller ailleurs. # 4 c'est en 2022 que tout commence à revenir à la normale. TOUTE la Thaïlande sera ouverte aux touristes étrangers qui ont une preuve de vaccination. Traisuree a déclaré que la vaccination à 70% de la population locale dans les zones touristiques est l'objectif avant la fin de l'année. Les dix provinces mentionnées représentaient 80% des recettes touristiques du pays en 2019, soit 1,5 billion de bahts au total. Siam Rath n'a pas donné de délai précis mais a déclaré que 3,5 millions d'étrangers viendraient dépenser 298 milliards de bahts. Pipat Ratchakitprakarn, ministre thaïlandais du tourisme, a déclaré que 200 000 doses de vaccin avaient été administrées à Phuket jusqu'à présent. Il a dit que 740 000 à 750 000 seront administrés à temps pour l'ouverture du "sandbox" le 1er juillet. Avec une capacité de 15 000 injections par jour, il y a assez de temps pour atteindre l'immunité collective de 70%, a-t-il déclaré.
  8. Un père de la province de Yasothon, au nord-est de la Thaïlande, a raconté qu'il n'avait pas pu sauver deux de ses enfants de la noyade. Hier, trois enfants se sont noyés dans la rivière Chee à cause des courants, dans le sous-district de Cheuang Khan, Yasothon. Aucun d'eux ne savait nager. Une quatrième enfant a survécu parce qu'elle savait nager, a rapporté le Daily News. La police du district de Muang et les secouristes sont arrivés après qu'un Phoo Yai Ban appelé Jirasak et des villageois ont aidé à récupérer les corps. La sœur Kanya, 8 ans, et son frère Thitichote, 11 ans, sont morts. Une autre fille appelée Anuthida, 11 ans, est également décédée. Ils fréquentaient tous la même école locale. Le père de Kanya et Thitichote, Panya, a raconté comment ses enfants et deux amis étaient allés chercher des crustacés tôt hier matin. Ils sont revenus plus tard et ont demandé à aller avec lui à la rivière qui à ce moment-là coulait avec des courants. Ils semblent être tous entrés dans l'eau, père et enfants. Panya, 35 ans, a raconté comment il avait réussi à attraper le bras de sa fille de 8 ans et que les deux autres enfants l'attrapaient par le cou. Ses derniers mots ont été: "Papa, je ne peux plus tenir" avant qu'elle ne lâche la main et que les trois enfants soient emportés vers la mort devant le père désemparé. Une autre amie, une fille, a réussi à nager jusqu'à un banc de sable et à se sauver. La police n'a porté aucune accusation à la suite de la tragédie. Les écoles publiques de Thaïlande n'enseignent pas à nager aux enfants. https://forum.thaivisa.com/topic/1217072-father-tells-harrowing-tale-of-how-two-of-his-children-were-washed-away-three-dead-in-ne-river/
  9. Actuellement, deux marques de vaccins COVID-19 sont disponibles dans le cadre du déploiement gratuit du gouvernement thaïlandais, AstraZeneca et Sinovac, mais les bénéficiaires ne peuvent pas choisir celui qu'ils reçoivent. Par ailleurs AstraZeneca est, à tort ou à raison, controversé et en voie d'abandon en occident. Quant à SINOVAC, il n'est toujours pas homologué par l'OMS et ses résultats ne sont, de l'aveu même des Chinois, pas les meilleurs. A ce stade, on ne sait pas si une vaccination avec SINOVAC serait compatible avec un passeport vaccinal mondial. Ceux qui souhaitent sélectionner une marque différente devront attendre que des «alternatives vaccinales» commerciales arrivent sur le marché. Au départ, le gouvernement voulait que tout le monde soit vacciné avec Sinovac mais la Chine a fait pression pour vendre son Sinovac puis l’inquiétude quant à la capacité de livraison d'AstraZeneca Thaïlande a incité le gouvernement à demander à d'autres marques de se positionner sur le marché thaïlandais. L'Association des hôpitaux privés travaille actuellement avec le gouvernement dans le but de présenter aux Thaïlandais (et autres ?) des alternatives et obtenir à terme l'immunité collective. Le président de l’association, le Dr Chalerm Harnphanich, a déclaré que les marques de vaccins proposées par le secteur privé seront probablement différentes de celles du gouvernement (gratuites). Les choix possibles incluent les marques Moderna, Novavax, Sinopharm et Bharat Biotech. Pfizer est toujours illégal et n'a déposé aucune demande d'homologation. Le vaccin Moderna COVID-19 de Zuellig Pharma a été approuvé en Thaïlande jeudi 13 mai. Le vaccin Moderna mRNA-1273 a été approuvé pour une utilisation d'urgence chez les personnes âgées de 18 ans et plus par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Développé par Moderna, une entreprise dirigée par le Français Stéphane Bancel, le vaccin est efficace à environ 92% contre COVID-19 à partir de 14 jours après la 1e dose. Surtout, son efficacité ne diminue pas contre de nouveaux variants du SRAS-CoV-2, y compris la souche britannique (B117) qui a fait des ravages en Thaïlande. Le vaccin Novavax développé par une société de biotechnologie américaine du même nom est toujours en attente d'approbation pour une utilisation d'urgence aux États-Unis. Le dépôt a été reporté au moins au 1er juillet. Cependant, Novavax a déjà été inclus dans le portefeuille COVAX de l’OMS pour une distribution équitable de vaccins dans les pays les plus pauvres du monde entier. Le portefeuille COVAX comprend également Moderna. Novavax s'est avéré efficace à 96,4% contre les symptômes légers, modérés et sévères causés par la souche COVID-19 originale dans un essai de phase 3 au Royaume-Uni. Son taux d'efficacité tombe à 86,3% par rapport à la variante B117. Le vaccin de Sinopharm (à ne pas confondre avec Sinovac) a été approuvé pour une utilisation d’urgence par l’OMS après que des essais ont montré qu’il était efficace à 79% dans la prévention de COVID-19 symptomatique à partir de 14 jours après la deuxième dose. Cependant, la Food and Drug Administration (FDA) de Thaïlande n’a pas encore reçu la demande d'homologation de Sinopharm / China National Pharmaceutical Group. En revanche, l'Indien Bharat Biotech attend l'enregistrement de son Covaxin en Thaïlande après avoir déposé des documents auprès de la FDA. Le dernier essai montre que ce vaccin a une efficacité de 100% contre les symptômes sévères du SRAS-CoV-2, évitant ainsi l'hospitalisation. Les quatre vaccins nécessitent deux doses pour une inoculation complète. Combien coûteront les vaccins alternatifs? Chalerm insiste sur le fait que les 400 hôpitaux privés de son association ne se concentreraient pas sur les bénéfices lorsqu'ils proposeront des vaccins COVID-19, affirmant que tous factureraient les mêmes prix. «Nous ne pouvons pas encore déterminer de prix car nous ne connaissons toujours pas le coût final du vaccin», a-t-il déclaré. Les estimations suggèrent qu'une vaccination COVID-19 dans un établissement privé coûtera environ 3 500 Bt, frais de service et assurance compris. Quand les doses seront-ils disponibles? Tout est fait pour s'assurer que les Thaïlandais auront le choix en ce qui concerne les marques de vaccins COVID-19. Cependant, jusqu'à présent, personne ne peut dire quand des marques alternatives seront mises à disposition via le secteur privé. «À l'heure actuelle, les fabricants de vaccins ne peuvent que nous dire qu'ils livreront le plus rapidement possible», a déclaré Chalermchai. "Il n'y a pas de calendrier précis." Intérêt marqué pour les alternatives Bien qu'elles n'arriveront pas avant des mois, la demande augmente déjà pour les marques alternatives. Au 28 avril, plus de 2 629 entreprises avaient exprimé leur intention de payer des doses pour que leurs 921 817 employés soient vaccinés. City Life Chiang Mai a rapporté que des lots spéciaux de vaccins contre le Covid-19 sont achetés pour les résidents étrangers de Chiang Mai. On espère que tous les étrangers résidant dans la province seront vaccinés dès juin. Dans la déclaration la plus claire à ce jour concernant les étrangers se faisant vacciner en Thaïlande, le porte-parole de l'administration métropolitaine de Bangkok a déclaré que cela allait certainement arriver. Pongsakorn Kwanmuang a déclaré que les étrangers devraient s'inscrire à partir d'août. Pour mémoire tout ceci est basé sur des doses non encore livrées, à part quelques millions de Sinovac.
  10. Le service de streaming de Disney, Disney +, sera lancé en Thaïlande le 30 juin, a annoncé la société. Les abonnés pourront accéder à plus de 600 films et 7 000 épisodes de séries émanant des marques de divertissement emblématiques de Disney, notamment Disney, Pixar, Marvel, Star Wars, National Geographic. Les 29 saisons des Simpsons pourrait également être disponibles. L'annonce a été faite dans un communiqué aux investisseurs et analystes le jeudi 13 mai. En plus de son lancement en Thaïlande, Disney + sera également lancé en Malaisie le 1er juin. Bien que les prix ne soient pas encore confirmés, le coût d'un abonnement mensuel devrait être comparable à celui de son rival Netflix et commencer dans la fourchette de 200 à 300 bahts par mois.
  11. L'Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) poursuit son plan pour attirer les touristes étrangers sur l'île balnéaire de Phuket, sans mise en quarantaine obligatoire, à partir du 1er juillet de cette année, avec des promotions sur les vols intérieurs comme incitation. Ce plan offre la première option sans quarantaine pour les arrivées internationales en Thaïlande depuis le début de la pandémie l'année dernière, afin d'aider l'industrie du tourisme paralysée. La TAT vise à attirer 129000 visiteurs en Thaïlande au troisième trimestre de cette année, à travers le projet «Phuket Sandbox», c'est un objectif extrêmement modeste, donc réalisable. Sandbox signifie que les touristes entièrement vaccinés et testés négatifs au COVID-19, pourront visiter Phuket pendant une période minimale de sept jours, avant de se rendre dans d'autres provinces dotées d'aéroports, a déclaré jeudi le gouverneur de la TAT, Yuthasak Supasorn. Pour les vols intérieurs (à la Thaïlande), la TAT prévoit de payer les billets aller simple, dans la limite de 2 000 bahts, tandis que d'autres détails sont encore en discussion. Le projet veut attirer les touristes de pays lointains, tels que les États-Unis, les pays de l'UE et le Royaume-Uni qui, selon la TAT, permettront à leurs citoyens de se rendre à l'étranger à partir de ce lundi 17 mai. Des discussions sont en cours pour voyager de Phuket vers les zones voisines, tandis que Bangkok, Krabi, Phang Nga, Surat Thani, Chiang Mai, Chonburi, Buriram, Phetchaburi et Prachuap Khiri Khan devraient ouvrir pour des arrivées sans quarantaine, suivant le modèle de Phuket, en Octobre. https://forum.thaivisa.com/topic/1216995-phuket-to-open-to-fully-vaccinated-covid-19-free-foreign-tourists-without-quarantine-in-july/?
  12. La police et les secouristes de Sawang Boriboon ont été appelés après qu'une motocyclette est entrée en collision avec un pick-up près de la sortie sud de Pattaya sur Sukhumvit Road tard dans la nuit. Une foule de badauds s'est rassemblée, a rapporté Siam Chon News. Songkiat, 30 ans, qui se trouvait à l'arrière d'une moto a été gravement blessé et emmené à l'hôpital Bangkok Pattaya. Morte sur les lieux et couverte d'un drap blanc, la conductrice - une femme de 25 à 30 ans qui avait subi de multiples blessures et un traumatisme crânien. Une Honda Zoomer-X était en morceaux. L'avant d'un Toyota Revo a été endommagé. Le chauffeur, Angkhan, 38 ans, a dit qu'il se dirigeait vers Chonburi pour faire une livraison de Khanom Jeen (beignets). Il a dit qu'il avait traversé l'intersection alors que les feux clignotaient en vert et qu'il n'avait pas vu la moto traverser devant lui. Les images de la caméra de bord d'un autre véhicule suggèrent que la motocyclette a traversé de manière illégale, à l'arrache. La police étudie la vidéosurveillance à l'intersection. La police de Pak Kret et les secouristes de Ruam Kathanyu appelés pour un accident sur Sisaman Road en face de Robinson ont trouvé hier une moto Ducati coupée en deux. Le morceau principal de la moto se trouvait sur la route et le reste était dans le terre-plein central. Le corps sans vie d'un instructeur de fitness de 27 ans, Sithikorn, de Thawee Wattana, se trouvait sur la chaussée. Il a apparemment heurté le trottoir dans un virage, puis a été propulsé contre un poteau métallique de la réserve centrale. Le Daily News pense que l'homme ne connaissait pas la route. Trois suspects emmenés en prison ont eu la chance de ne pas être brûlés vifs après une collision entre un petit fourgon cellulaire et un camion à dix roues à Rayong, dans l'est de la Thaïlande, hier. L'accident s'est produit à un carrefour de la route Sai Nong Laork Nikhom Pattana à Bang Khai, a rapporté le Daily News Les pompiers ont mis 30 minutes pour éteindre l'incendie qui s'est produit après la collision. Le sous-lieutenant Pol Sumit Saraphat de la police de Phe a déclaré qu'il transportait trois accusés de sexe masculin à la prison centrale de Rayong lorsque le camion à dix roues s'est retrouvé devant lui. Il a dit qu'il roulait à grande vitesse en descente et qu'il n'a pas pu freiner à temps. On ne comprend pas bien qui est responsable. Les trois suspects ont été précipitamment sortis du fourgon cellulaire et soignés sur les lieux pour blessures avant d'être transportés à l'hôpital. Sumit a déclaré que, par miracle, l'incendie, celui du moteur de son propre véhicule de police, ne s'est pas propagé au réservoir d'essence du camion. Cependant pendant le faux confirment actuel, le nombre de morts sur les routes est en forte baisse car la circulation est en forte baisse.
  13. Le ministre thaïlandais de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, a approuvé mercredi des centres de vaccination COVID-19 sans rendez-vous dans toutes les provinces, dans l'espoir d'inoculer au moins 70% de la population. L’approbation est intervenue alors que le comité gouvernemental de gestion de la vaccination contre COVID-19 s’est réuni pour la deuxième fois cette année. L'aménagement des installations sans rendez-vous doit être géré par chaque autorité provinciale et sera l'une des options pour les personnes qui souhaitent se faire vacciner. Les autres canaux se font via l'application Mor Prom ou le compte officiel LINE. Cela aidera ceux qui n'ont pas de smartphone à accéder au programme, a déclaré le directeur du département de contrôle des maladies, le Dr Opart Karnkawinpong. On ne sait pas si les étrangers auront accès à ces points de vaccination sans rendez-vous. Opart a néanmoins exhorté les gens à s'inscrire pour la vaccination via l'application, afin que des suivis, liés aux effets secondaires, puissent être effectués, pour les rendez-vous de 2ème dose et pour la certification de vaccination. Il a expliqué que les vaccinations ne se limiteront pas aux zones à haut risque. Chaque province devra assumer la responsabilité de son territoire. Le Dr Opart a également exhorté les gens à ne pas s'inquiéter, car il a assuré que toutes les marques de vaccins sont sûres, ajoutant que les médecins détermineront quel vaccin est sans danger pour chaque personne et que toutes les inoculations sont effectuées sous la supervision d'un médecin. Lors de la réunion de mercredi, le plan d'achat de 50 millions de doses supplémentaires l'année prochaine a également été approuvé, ouvrant la voie à l'inoculation de toute la population, avec un total de 150 millions de doses. 100 millions de doses devraient être achetées cette année mais actuellement seules très peu de doses sont arrivées. Le comité discutera également, avec les producteurs, de vaccins qui permettront de freiner les mutations possibles du virus. L'idée est d'injecter la première dose dès que possible. Jusqu'à présent, sur 2 millions de doses administrées, il a déclaré qu'il n'y avait encore eu aucun rapport de décès ou de rejet. Par ailleurs, Le ministère de la Santé publique défend les taxes et les frais imposés aux hôpitaux privés qui cherchent à importer leurs propres vaccins contre le coronavirus. «Ce sont les frais normaux pour l'importation de vaccins», a déclaré le ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul. «Cela comprend la livraison et le contrôle de la qualité et d'autres taxes qui doivent être payées et il n'y a aucun bénéfice. », a-t-il déclaré. Cependant, les hôpitaux privés se sont plaints du fait qu'ils ne sont autorisés à importer les vaccins que par l'intermédiaire de l'Organisation pharmaceutique gouvernementale et que le GPO leur facture 14% en plus. Le Dr Boon Vanasin, président du groupe Thonburi Healthcare, s'est plaint du taux et a déclaré que cela ferait augmenter les coûts pour les consommateurs. Le groupe Thonburi Healthcare et d'autres hôpitaux privés cherchent à introduire le vaccin Moderna qui devrait être approuvé par la Food and Drug Administration dans les deux prochaines semaines. On ne sait pas pourquoi l'homologation de Moderna prend tant de temps. "Ils factureront également 14% pour les 10 à 15 millions de doses de vaccins Pfizer, a déclaré Boon". Thaivisa en français rappelle que Pfizer n'a pas déposé de dossier d’homologation. Le Premier ministre thaïlandais Prayuth Chan-ocha, son ministre de la Santé Anutin Charnvirakul, le ministre de l'Intérieur Anupong Paojinda et le gouverneur de Bangkok Aswin Kwanmuang ont visité une unité vaccinale à Bangkok hier. L'équipe visitait l'un des 14 centres de vaccination de la capitale thaïlandaise [le centre commercial Central Ladprao à Chatuchak sous les auspices de l'hôpital Ramathibodi.] qui s'apprête à se lancer dans la campagne vaccinale la plus ambitieuse de Thaïlande à ce jour : piquer les habitants de la capitale. Et les non-Thaïlandais n'ont pas été oubliés. Spring News a cité le Premier ministre en disant que les étrangers travaillant en Thaïlande seraient de la partie "des migrants aux employés des ambassades". Il a confirmé que le vaccin produit en Thaïlande serait efficace. Il a annoncé 14 lieux à Bangkok qui seront des centres de vaccination avec onze autres en préparation. Chacun des centres travaillera avec un hôpital. Il n'a pas dit quand ces centres ouvriront avec des doses disponibles. On espère que le modèle sera utilisé en province. Chaque centre pourra vacciner entre 1 000 et 3 000 personnes par jour, 50 000 par jour étant l'objectif global à Bangkok. Les experts font remarquer que 50 000 par jour est très peu pour une population de 10 millions d'habitants. D'ailleurs, Les centres devraient rester opérationnels pendant les sept mois restants de l'année après le démarrage en juin.
  14. Le Département thaïlandais des affaires pénitentiaires a signalé un total de 2 835 infections au COVID-19 parmi les détenus des prisons à travers le pays, mais il est convaincu que la situation est sous contrôle. Le département a déclaré, dans sa déclaration publiée mercredi, que le coronavirus s'est propagé à l'intérieur des prisons en raison de l'admission de nouveaux prisonniers et du fait que les personnes en détention provisoire doivent être escortées vers et depuis les audiences du tribunal. Certains d'entre eux auraient pu avoir contracté le virus à l'extérieur de la prison. Le département a toutefois déclaré qu'il avait imposé des mesures préventives, notamment l'isolement des nouveaux arrivants pendant au moins 21 jours, au cours desquels ils sont soumis à deux tests avant d'être transférés dans des cellules avec d'autres prisonniers. Sur toutes les infections découvertes dans les prisons, le Département des affaires pénitentiaires a déclaré que 1 040 cas avaient été trouvés dans la prison pour femmes et 1 795 cas dans la maison d'arrêt de Bangkok, qui sont toutes deux utilisées pour des suspects en détention provisoire, en attendant les enquêtes du procureur et les audiences du tribunal. Tous les infectés ont été admis dans des dortoirs ou dans l'hôpital de la prison, mais les cas graves seront envoyés dans des hôpitaux en dehors du système pénitentiaire. Par ailleurs, la configuration d'une prison est proche de celle des travailleurs birmans de Samut Sakhon en janvier. Par nature, ils ne peuvent pas contaminer la population, si les gardiens font attention et la plupart d'entre eux ne sont pas âgés, aussi Covid n'est pas grave pour eux. Pendant ce temps, dans la province de Chiang Mai, le centre local du CCSA a signalé un nouveau cluster au Central Chiang Mai Memorial Hospital, où 12 personnes ont été testées positives pour le virus, dont deux patients, deux membres de la famille des patients et huit médecins. Il est rapporté que les deux patients atteints de Covid-19 ne savaient pas qu'ils étaient déjà infectés lors de leur admission à l'hôpital. Chiang Mai a enregistré 3 944 infections depuis le 1er avril. Le bilan des morts s'élève à 14. https://forum.thaivisa.com/topic/1216938-thai-corrections-dept-confident-it-can-control-covid-19-spread-as-2835-prisoners-infected/
  15. L'abbé du temple de Bang Muang, dans la province de Nonthaburi, qui offre des services de crémation gratuits pour les victimes COVID-19, a révélé que les fondations de secours amenant les corps au temple pour incinération demandent de l'argent à la famille du défunt. Selon le Phra Samu Boonkerd Thanuttaro, le temple a appris, de la famille d'une victime COVID-19, dont le corps avait été envoyé au temple la semaine dernière par une telle fondation, qu'on leur avait demandé 28000 bahts pour le "service", à l'insu du temple. On suppose que "service" signifie la crémation et pas seulement le transport d'un hôpital à la pagode. Une autre fondation, qui s'est occupé du corps d'un mort par COVID-19 dimanche 9 mai, a demandé 18000 bahts à la famille. L'abbé exhorte les familles des morts à contacter directement le temple, pour empêcher les fondations de se livrer à de tels actes. «Je voudrais exhorter toutes les fondations à cesser de faire cela. », a déclaré Phra Samu Boonkerd Thanuttaro, ajoutant: «Il n'y a pas de frais pour la crémation et le temple appartient au peuple. Je ne veux pas entendre d’affirmations selon lesquelles nous demandons de l’argent. » En temps normal, une crémation dans un temple peut coûter très cher. https://forum.thaivisa.com/topic/1216924-abbot-claims-thai-rescue-foundations-asking-for-money-from-families-of-covid-19-fatalities/