Aller au contenu
Thai Visa Francais

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    11 268
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    31

Le Modérateur last won the day on February 16

Le Modérateur had the most liked content!

Réputation sur la communauté

55 Excellent

À propos de Le Modérateur

  • Rang
    Premier
  1. BANGKOK - Le gouvernement militaire a annoncé mardi qu'il avait retiré son plan d'étude et de construction d'une centrale électrique au charbon dans le sud de la Thaïlande après plus d'une semaine de manifestations et une grève de la faim. La nouvelle reculade est intervenue à la dernière minute, avant que les manifestants ne commencent à marcher vers le siège du gouvernement de la junte mardi matin. Les dirigeants de la campagne ont appelé cela une victoire et ont accepté d'annuler la protestation. L'un d'entre eux, Prasitchai Nunuan, a déclaré qu'il croit que la junte honorera sa parole et qu'elle ne recourra pas au pouvoir absolu pour renier l'accord. "Le gouvernement sait que s'il pousse dans la direction de mesures dictatoriales, il ne pourra pas rester au pouvoir", a déclaré M. Prasitchai. Dans un accord signé par les représentants des manifestants, le ministère de l'Énergie et l'autorité nationale de l'électricité, le gouvernement s'est engagé à annuler son projet de centrale à charbon dans les provinces de Krabi et Songkhla immédiatement. Le document, examiné par Khaosod English, affirme également que tout plan futur de construction d'une centrale électrique dans la région devrait être étudié par des parties indépendantes. Wunnisa Sarad, originaire de la province de Krabi, a déclaré qu'elle n'avait pas rejoint la grève de la faim pour sa communauté mais pour la nation entière. "Nous voulions sauver le paysage et la mer magnifique de chez nous", a déclaré Wunnisa. "Et c'est pour le pays en entier, aussi." Un autre manifestant, Wirat Hambot, a déclaré qu'il ne s'opposait pas aux centrales électriques mais aux effets néfastes de l'électricité issue du charbon. "Ils devraient utiliser l'énergie solaire et la biomasse", a déclaré Wirat. "Je ne suis pas contre toutes sortes de centrales électriques." https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025888-govt-halts-coal-power-plant-plan-protest-called-off/ Ce n'est pas le première fois que le gouvernement dit qu'il abandonne ces projets mais les militants ne l'avaient pas cru jusqu'à la signature de cet accord, ce matin. Ces derniers jours, la junte était devenue extrêmement nerveuse car les micro-manifestations interdites se multipliaient. Céder aux militants anti-centrale au charbon va sans doute rendre plus légitime la répression contre les militants pro-"élections en 2018".
  2. Un riche Japonais a remporté mardi le droit de garde de 13 enfants nés de mères porteuses en Thaïlande, dernier rebondissement d'un scandale ayant mis en lumière les zones grises du marché des mères porteuses en Thaïlande. «Pour le bonheur des treize enfants nés de mères porteuses (...) le tribunal a décidé qu'il seraient légalement ceux du plaignant», a annoncé le tribunal pour enfants de Bangkok. Six mères porteuses s'étaient trouvées au coeur d'une tempête médiatique en 2014 en Thaïlande suite à la découverte, dans un appartement de Bangkok, de leurs bébés nés d'un même père japonais. Les mères, qui vivaient avec leurs bébés dans cet appartement loué par leur riche client japonais, avaient porté plainte contre l'Etat afin de récupérer leurs enfants, remis aux services sociaux. Le commerce des mères porteuses s'est développé en Thaïlande depuis plusieurs années, grâce à un flou juridique, mais le scandale autour de ces bébés a suscité l'émoi et une loi interdisant cette pratique pour les étrangers. Outre ces enfants nés de ce même Japonais -lequel n'est pas revenu en Thaïlande pour s'expliquer devant les enquêteurs-, un couple d'Australiens a fait scandale au même moment en abandonnant leur bébé trisomique à sa mère porteuse thaïlandaise. http://www.tvanouvelles.ca/2018/02/19/un-japonais-remporte-le-droit-de-garde-de-13-enfants-nes-de-meres-porteuses
  3. DES PREUVES SUGGÈRENT Des fonctionnaires de l'État dans au moins cinq provinces ont détourné des fonds publics destinés aux indigents. "Il existe des preuves solides de corruption à Khon Kaen, à Chiang Mai, à Bueng Kan, à Nong Khai et à Surat Thani", a déclaré hier Korntip Daroj de la Commission anti-corruption du secteur public. (PACC) Il fait référence aux résultats d'une enquête sur les centres de protection pour les démunis à travers le pays. L'enquête a commencé après qu'une étudiante de l'université, Panida Yotpanya, a dénoncé des irrégularités présumées au centre de protection de Khon Kaen où elle était stagiaire. Vendredi dernier, une équipe du PACC a interviewé des gens à Bueng Kan et a constaté que seulement quatre personnes sur 36 dans un village local avaient reçu de l'argent du Centre de Protection pour les démunis malgré le fait que 36 noms figuraient sur la liste. Pol Lt-colonel Wannop Somjintanakul du PACC, a déclaré hier à Chang Sai, district de Kanchanadit de Surat Thani que plus de 200 personnes avaient reçu une aide financière de 2 000 bt du Centre de protection de Surat Thani pour les démunis au lieu des 3 000 Bt prévus. Les fonctionnaires gardant 1000 thb par pauvre. Wijan Nurak, un chef de village, a déclaré que son nom figurait sur la liste des personnes recevant une aide financière du gouvernement, mais qu'il n'en avait jamais reçu. "Je ne suis pas démuni. Je n'ai pas besoin d'une telle aide ", a-t-il dit. Il soupçonne que son nom avait été utilisé après qu'il a soumis sa signature sur des documents pour suivre un programme de formation en installation de fils électriques. Selon Korntip, il y a 70 centres de protection pour les indigents à travers le pays. Le PACC prévoit d'enquêter sur 31 centres avant la fin du mois de mai, ceux qui ont reçu un budget de plus de 1 million de bahts chacun (tant pis pour les pauvres des petites provinces). Il a déjà mis en place 15 équipes pour enquêter sur ces centres. Le Centre de protection des personnes démunies de Chiang Mai a été l'un des plus gros bénéficiaires du budget, ayant reçu 8,58 millions de Bt. L'équipe d'enquête a constaté que 20 personnes dont les noms figuraient parmi les bénéficiaires de l'aide financière du centre de Chiang Mai n'avaient pas reçu d'argent et que les signatures sur les bordereaux n'étaient pas les leurs. L'article ne fait référence à aucune sanction ni administrative, ni judiciaire. On ne sait même pas si les voleurs vont devoir rendre l'argent aux pauvres. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025821-destitute-fund-probe-reveals-‘solid-evidence’-of-fraud-at-five-centres/
  4. Le nombre de personnes qui se sont déclarées parents adoptifs potentiels a été multiplié par près de sept entre 2011 et 2016. Les dossiers du ministère de l'Intérieur montrent que 9 339 personnes ont été enregistrées il y a deux ans, une augmentation considérable par rapport à 1 389 en 2011. "Les problèmes d'infertilité sont un facteur", a déclaré Boonruang Triruangworawat, directeur général du Département de la santé mentale. Une enquête de santé de 2014 a révélé que 9,8% des personnes âgées de 15 à 59 ans souffrent de problèmes d'infertilité. Bangkok a enregistré le plus grand nombre de parents adoptifs potentiels en 2016, avec 1 224 résidents souhaitant officiellement adopter des enfants, a indiqué Boonruang. Chon Buri est arrivé deuxième avec 419 parents adoptifs potentiels enregistrés, suivi par Nakhon Ratchasima avec 280 inscriptions, et Chiang Mai avec 264. Le chef de l'agence a offert beaucoup de conseils aux personnes qui cherchent à adopter un enfant. "Il est préférable d'adopter des enfants de moins de six mois", a-t-il déclaré. Il a expliqué que l'éducation des bébés dès leur plus jeune âge permettait un lien profond, car les enfants adoptés ne se souviendraient que d'eux par opposition à leurs parents biologiques. "Si vous adoptez des enfants âgés entre trois et quatre ans, ils peuvent considérer que vous les éloigniez de ce qu'ils croient être leur famille", a-t-il expliqué. Il a également recommandé que les couple vérifient la santé physique et les antécédents familiaux des enfants qu'ils vont adopter. (sous entendu : les autorités ne le font pas ???) «Après avoir adopté des enfants, vous devriez leur parler de l'adoption quand ils sont encore jeunes, par exemple lorsqu'ils ont trois ou quatre ans», a-t-il dit, ajoutant: «Aussi, assurez-vous de montrer votre amour et votre attention quand vous parlez de l'adoption. " Sarutabhandu Chakrabhandu Na Ayutaya, directeur de l'Institut Galya Rajanagarindra, a déclaré que les personnes cherchant à adopter doivent passer des tests de dépistage liés à leurs émotions, leur gestion du stress et leur personnalité, car les autorités doivent s'assurer que les candidats sont aptes au rôle parental. Les "parents de sang" sont un groupe important de parents adoptifs, prenant officiellement la garde d'une nièce, d'un neveu ou d'un petit-fils, a-t-il ajouté. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025839-big-rise-in-thais-seeking-to-adopt-a-child/ Cet article est parcellaire car il ne donne pas le nombre d'enfants adoptables par an. Il ne fait pas remarquer qu'il existe des enfants adoptables dans les poubelles, jetés qu'ils sont par des mamans adolescentes. Il n'explique pas que les mamans adolescentes devraient pouvoir abandonner tranquillement et sans honte afin que des parents en mal d'enfants puissent adopter, élever et aimer les bébés qui finissent dans les ordures. Boonruang
  5. Le chef de la police de Rayong a été muté à des tâches administratives pendant 30 jours en attendant une enquête sur la façon dont un concours de tatouages a été autorisé dans un centre commercial du centre-ville. Cette histoire est sortie hier mais est restée relativement anecdotique et ne méritait pas tant d'attention. Cependant, toutes ces fesses un samedi après midi devant les familles faisant leurs courses a dû choquer. Il ne s'agit pas spécifiquement de fesses : tout le corps était concerné mais ce que les gens ont retenu ce sont les fesses des hommes en string et les femmes qui cachaient leurs seins avec leurs mains. Le concours mettait en vedette de nombreux jeunes hommes et femmes qui ont dû se déshabiller pour montrer leurs tatouages alors que les enfants se mêlaient à la foule. Cependant, un couple d '«arbres magiques» à l'extérieur du poste de police serait la cause réelle de la mutation. Bien que de nombreux internautes ont jugé le concours de tatouage amusant beaucoup de gens ont considéré qu'il était très inapproprié dans un espace public dans la Thaïlande conservatrice et pudibonde. Les propriétaires du centre commercial - Laemthong, maintenant renommé Passion Shopping Destination selon Thai Rath - ont dit qu'ils étaient terriblement désolés pour tout cela. La police a infligé des amendes de 5 000 bahts à quatre organisateurs, ce qui est la peine maximale pour l'infraction à l'article 388, qui concerne les manifestations publiques obscènes. Mais la police elle-même est également impliquée. Le chef provincial Traisoon Niamsap a ordonné lundi que le chef de la police de Rayong soit transféré pour 30 jours en attendant une enquête. Une commission d'enquête a été mise en place pour savoir comment et pourquoi les policiers ont permis ce "comportement obscène en public" dans leur juridiction. Mais voici le fin mot de l'histoire d'après Thai Rath qui ajoute une couche intrigante de "Thai-ness" (thaïtude) au drame : le transfert du chef pourrait être lié à la coupe d'un couple d'arbres aux troncs entrelacés devant le poste de police de Rayong. La dernière fois - il y a 20 ans - qu'un figuier des pagodes (Bo) a été taillé, le chef a été transféré. Ce n'est qu'après s'être prosterné et excusé publiquement devant le Bo qu'il a pu retourner à ses fonctions où il est resté jusqu'à la retraite. Le Bo est considéré comme magique en Thaïlande. Bo ou Figuier des pagodes : https://fr.wikipedia.org/wiki/Figuier_des_pagodes https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025849-police-chief-put-on-inactive-duty-in-fallout-from-obscene-tattoo-contest-in-rayong-mall/
  6. Les habitants du nord de la Thaïlande sont mis en garde contre d'importantes turbulences de mercredi à samedi, avec tempête de pluie et vent fort pendant la période initiale suivie d'une baisse des températures de 2 à 4 degrés Celsius. M. Wanchai Sak-udomchai, directeur général du département de météorologie thaïlandais, a déclaré que le temps perturbé provenait d'une vague de froid issue de Chine couvrant la région nord-est et la mer de Chine méridionale. Il a dit que les habitants de la région du nord-est connaîtront d'abord la zone de tempête qui se déplacera vers les régions du nord, du centre et de l'est ainsi qu'à Bangkok. Il demande à la population de rester à l'écart des espaces ouverts et sous les grands arbres (risque de foudre ?) ou près des panneaux d'affichage surdimensionnés et mal fixés qui pourraient s'envoler pendant la tempête. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025827-turbulent-weather-before-temperature-drop-later-this-week/
  7. Canal+ se lance en Birmanie

    Canal+ vient de se lancer en Birmanie, où il vise un million d'abonnés d'ici 4 à 5 ans, et veut poursuivre sa forte croissance en Afrique, sans écarter d'éventuelles acquisitions, ont annoncé lundi des responsables du groupe français de télévision payante. Ce lancement s'inscrit dans la stratégie du groupe pour accélérer sa croissance à l'international, alors que son nombre d'abonnés en France a encore reculé l'an dernier, en raison d'une baisse des abonnements directs (hors opérateurs). Lancé début février, grâce à des coentreprises créées avec le groupe local Forever Group, "Canal+ Myanmar" compte déjà environ 100.000 abonnés, hérités des activités de son partenaire birman dans la télévision payante. Un chiffre qu'il espère faire grimper rapidement, dans un pays de près de 55 millions d'habitants mais qui compte seulement 5,3 millions de foyers équipés d'une télévision, et où les bouquets payants sont très peu développés. "Notre ambition, c'est dans les 4 - 5 ans qui viennent, d'arriver rapidement à un chiffre d'un million d'abonnés", a affirmé à des journalistes Jacques du Puy, président de Canal+ International. Canal+ Birmanie devrait atteindre la rentabilité dans la même période, a-t-il ajouté. http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/02/19/97002-20180219FILWWW00160-canal-se-lance-en-birmanie.php
  8. Deux illégaux nigérians et un chauffeur de taxi thaïlandais ont été arrêtés à la suite d'une course poursuite spectaculaire depuis la frontière. Ils ont forcé 5 barrages. Les Africains ont finalement été coincés dans une plantation de canne à sucre en essayant de retourner au Cambodge. Le drame a commencé vers 8 heures du matin quand un policier a vu deux hommes noirs passer au-dessus d'un mur dans le parking du marché de Rong Klua (frontière avec le Cambodge). Ils avaient sauté pour fuir le Cambodge (sous entendu illégalement). Ils ont sauté dans un taxi en attente et les trois hommes (donc avec le chauffeur thailandais), ont démarré en trombe. Les autorités policières et militaires ont été rapidement informées alors que le taxi prenait la route de Sri Phen qui longe la frontière. Au total, ils ont forcé 5 barrages avant que les autorités ne parviennent à endommager suffisamment le taxi pour qu'il s'arrête. À ce moment-là, les deux Africains ont quitté le taxi et ont disparu dans un champ de canne à sucre. Alors qu'ils essayaient de repasser au Cambodge, ils ont été arrêtés. Un sac dans le coffre du taxi contenait leurs passeports : ils sont Nigérians, Reginald Uzoho, 27 ans, et Chinaka Ibemere, 31 ans. Ils ont dit à la police qu'ils se trouvaient au Vietnam avant de passer par le Cambodge. Ils ont dit qu'ils se dirigeaient vers Pratunam à Bangkok pour voir un ami. Quand on leur demande pourquoi ils n’ont pas de tampon de sortie du Vietnam, ils restent bouche cousue, ce qui incite la police à penser qu'ils ont quelque chose à se reprocher. Le chauffeur de taxi Wan Thongkhan, 57 ans, a déclaré à la police qu'il avait été engagé par des Cambodgiens pour 3 000 bahts pour conduire deux hommes à Bangkok. Il a dit qu'il avait été forcé par les Nigérians à forcer les checkpoints. La police ne croit pas à cette histoire car il avait beaucoup d'occasions d'arrêter et de laisser tomber. La police enquête se demandant ce que ces hommes voulaient cacher, peut-être de la drogue ? https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025793-nigerians-and-thai-taxi-driver-arrested-after-dramatic-chase-in-aranyaprathet/
  9. L'orthographe changeante de Phuket vous est offerte par Reuters Infos Reuters La province thaïlandaise de Phuket discute avec Siemens et Bombardier de la construction d'une liaison ferroviaire reliant la ville de Pukhet à l'aéroport, rapporte lundi 19 février 2018, le Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Bombardier et Siemens discutent d'un projet ferroviaire en Thaïlande. L'objectif serait de relier la ville de Pukhet à l'aéroport avec une ligne directe. L'investissement d'un tel projet pour une des destinations les plus touristiques du pays pourrait s'élever à plus d'un milliard de dollars (806 millions d'euros), ajoute le quotidien financier, citant les propos de Phadet Jinda, président de la commission du développement de Pukhet. Le contrat sera attribué cette année et le chantier commencera en 2019, poursuit le FAZ. "Dans trois ans, [le train] devrait circuler", a déclaré Phadet Jinda. Personne chez Siemens et chez Bombardier n'était disponible dans l'immédiat pour commenter ces informations. Le tourisme représente 12% de l'économie thaïlandaise et 37,55 millions de personnes devraient se rendre cette année en Thaïlande, soit 6,1% de plus qu'en 2017. Pour Reuters, Maria Sheahan, Catherine Mallebay-Vacqueur et Wilfrid Exbrayat https://www.usinenouvelle.com/article/siemens-et-bombardier-discutent-d-un-contrat-en-thailande.N655344
  10. Ils boivent du sang de cobra par solidarité Thaïlande Pour renforcer leurs liens, des soldats américains et thaïlandais ont bu du sang de cobra à même l'animal. Un stage de survie dans la jungle pas comme les autres. Des soldats américains et thaïlandais ont scellé, ce lundi, de façon particulière la réussite de Cobra Gold, l'un des plus importants exercices militaires d'Asie avec quelque 7000 GI. Plusieurs dizaines de Marines américains ont bu du sang de cobra. Ils ont pris part à un stage de survie dans la jungle thaïlandaise: celui-ci culmine, chaque année, avec l'exercice consistant à avaler le sang de cobra. Des geckos et des tarentules aussi «C'est la première fois que je bois du sang de serpent... Ce n'est pas quelque chose qu'on fait trop souvent en Amérique», a expliqué à l'AFP le sergent Christopher Fiffie. «Je pense que je serai capable de tenir ici» désormais, ajoute-t-il. Les soldats ont également été amenés à manger des geckos, des tarentules et des scorpions vivants, après avoir appris auprès d'officiers thaïlandais comment retirer leur venin. Ceux-ci leur ont aussi appris comment se procurer de l'eau dans la jungle, dans les troncs des bananiers, et comment y identifier les plantes comestibles. Shoulder To Shoulder! Thailand, Republic of Korea and U.S. militaries participated in an amphibious assault exercise during Exercise #CobraGold2018 at Hat Yao Beach, Thailand. pic.twitter.com/7Mw9MHkoLP — Exercise Cobra Gold (@ExerciseCG) 17 février 2018 Effectif en augmentation Cette année, pour la 37e édition de Cobra Gold, quelque 7000 soldats américains participaient à l'exercice, un effectif en hausse par rapport aux années précédentes: la voilure de Cobra Gold avait été revue à la baisse côté américain après le coup d'Etat militaire de 2014 en Thaïlande. «Les effectifs sont le reflet de l'engagement américain dans la région», a souligné le porte-parole de l'ambassade américaine à Bangkok, Stephane Castonguay. Depuis l'élection de Donald Trump, les relations se sont réchauffées entre Washington et son allié traditionnel en Asie, ancienne base arrière de l'armée américaine pendant la guerre du Vietnam. ICYMI Republic of Korea, Royal Thai and U.S Marines conducted Helocast training together during #CobraGold. Helocasting is a method of inserting reconnaissance and surveillance teams in support of small boat operations. pic.twitter.com/Ns2Bqppw7o — Exercise Cobra Gold (@ExerciseCG) 19 février 2018 Cobra Gold, qui en est à sa 37e édition, y est organisé tous les ans, avec des milliers de soldats venus des Etats-Unis, de Thaïlande et d'autres pays d'Asie (Indonésie, Japon, Malaisie, Corée du Sud et Singapour). Ces derniers sont réunis pendant dix jours sur une base navale dans la province de Chonburi, à trois heures de Bangkok. (ats/nxp) https://www.tdg.ch/monde/Ils-boivent-du-sang-de-cobra-par-solidarite/story/16543770
  11. Par RFI Une cérémonie au temple Dhammakaya, au nord de Bangkok, qui est dans le viseur des autorités pour de nombreuses malversations financières présumées. Photo by David Longstreath/LightRocket via Getty Images En Thaïlande, une série de scandales financiers a secoué le clergé bouddhiste ces dernières semaines : détournements de fonds, absence de transparence financière, commercialisme à outrance de la religion, entre autres. Plus récemment, une douzaine de temples auraient détourné un million et demi d’euros. Autant d’incidents qui soulèvent l’inquiétude de l’opinion publique, mais aussi celle des autorités, car le clergé bouddhiste est sous l’autorité de l’Etat et est financé par ce dernier. Avec notre correspondant à Bangkok, Arnaud Dubus. Les détournements de fonds constituent le plus gros de ces affaires qui entachent les tuniques des moines. En Thaïlande, le clergé bouddhiste est sous l’autorité de l’Etat et est financé par lui. Chaque année, le gouvernement donne environ 110 millions d’euros aux 40 000 temples du pays, notamment pour la rénovation des bâtiments et pour la promotion des activités religieuses. Il a été révélé récemment qu’une douzaine de temples auraient détourné un million et demi d’euros de cette somme, avec la complicité de hauts-fonctionnaires. L’enquête est en cours, mais ce n’est pas la seule affaire, loin de là. La principale manne financière vient des donations : un peu plus de 3 milliards d’euros par an. Et il y a très peu de transparence financière sur l’utilisation de ces donations ; ainsi certains moines les ont par exemple utilisées pour s’offrir des voitures de luxe ou même des avions privés. Un plus grand contrôle des donations ne fait pas l’unanimité La loi thaïlandaise demande en principe aux temples d’envoyer au gouvernement un rapport financier annuel. Mais dans la plupart des cas, celui-ci est fait par des proches des abbés des temples, de manière non professionnelle. Et ces rapports sont le plus souvent inutilisables. Des politiciens ont proposé des projets de loi visant notamment à ce que des audits professionnels aient lieu systématiquement pour l’ensemble des temples du royaume. Pour l’instant, ces propositions n’ont pas abouti, même la junte est prudente sur le sujet. La grande majorité des 300 000 moines bouddhistes du pays sont très réticents à ce que les rentrées massives d’argent provenant des donations soient examinées par les autorités. Certains temples ont en effet bâti des fortunes colossales grâce à ces donations, comme le célèbre temple Dhammakaya, au nord de Bangkok, qui est dans le viseur de la junte au pouvoir. Les temples en concurrence, le marketing comme arme Le rapprochement entre le bouddhisme et l’argent s’est considérablement accéléré dans les années 1970 et 1980, quand la Thaïlande est entrée de plain-pied dans l’ère du consumérisme. Dans le bouddhisme thaïlandais, le fait de donner de l’argent au temple, par exemple pour la construction de bâtiments, permet au donateur laïc d’acquérir des mérites pour une vie future, dans un système qui peut être comparé au système d’indulgences qui régnait en Europe au Moyen-Âge. Les temples jouent habilement là-dessus en lançant de grands projets, par exemple la construction de statues géantes du Bouddha, pour attirer les donations. Quand on circule en province, on est frappé par les affiches commerciales installées par ces temples, qui promeuvent tel ou tel projet, avec des messages loin d'être très nuancés comme : « si vous faites une donation, la fortune vous sourira à l’avenir. » Les temples sont en concurrence agressive les uns avec les autres sur ce marché des donations, utilisant toutes les ficelles du marketing. Ce qui peut sembler un peu étrange si l’on se réfère à l’idéal de simplicité et de dénuement du bouddhisme originel. http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20180219-thailande-temples-bouddhistes-auraient-detourne-15-million-euros Une cérémonie au temple Dhammakaya, au nord de Bangkok, qui est dans le viseur des autorités pour de nombreuses malversations financières présumées. Photo by David Longstreath/LightRocket via Getty Images
  12. Des affaires récentes très médiatisées en Thaïlande rappellent le fléau de la traite des êtres humains. Wasamon Audjarint du Nation raconte comment cela se passe dans les villes américaines de Houston et Los Angeles où des réseaux de trafic sexuel impliquent des Thaïlandaises. Elles travaillent souvent dans des salons de massage apparemment légitimes mais il s'agit de prostitution déguisée. A Houston, dans un «spa de jour» on a découvert six travailleuses du sexe thaïlandaises, victimes de la traite des êtres humains. "Elles n'ont jamais pu se rendre compte qu'elles étaient des victimes", a déclaré Samantha Hernandez, directrice d'une ONG locale. Sans les conseils de Hernandez, il serait impossible de savoir que certains des bâtiments - maisons closes, autrement indiscernables de leurs voisins, ont été fermés. D'autres fonctionnent toujours. Le bâtiment de son ONG abrite aussi une exposition et une réplique du Angela Day Spa (le salon de massage), montrant les conditions dans lesquelles les victimes thaïlandaises ont été forcées de vivre. Derrière les vitres teintées, les apparences d'un bordel sont plus plus évidents. Un ATM est installé sur les lieux, car les maisons closes n'acceptent pas les cartes de crédit. La suite est à l'avenant. "Le proxénète était un coréen et il faisait partie d'un grand réseau de trafic sexuel", a déclaré Hernandez. "Ses méthodes de contrôle étaient très efficaces. La découverte d'entreprises illégales comme celle dont parle Angela n'expose toutefois que la pointe de l'iceberg car l'industrie du sexe est souterraine par nature. Étant donné que l'Asie est le point d'origine des personnes envoyées aux États-Unis, il n'est pas surprenant que les maisons closes asiatiques soient surreprésentées dans le paysage de Houston. "Nous voyons beaucoup de travailleurs du sexe parlant le mandarin, thaïlandais et coréen, et aussi vietnamien", a-t-elle dit. Cette démographie des victimes ne s'applique pas seulement à Houston. Même chose à Los Angeles - Hollywood. "La plupart des salons de massage fonctionnent ici légalement. Mais vous ne saurez pas ce qui se passe dans les coulisses ", a déclaré l'avocate Panida Rzonca alors qu'elle effectue une tournée dans le quartier thaï de Los Angeles. Les six pâtés de maisons de la ville thaïlandaise d'East Hollywood, connus pour l'authentique cuisine thaïlandaise, y compris le durian, sont également un point d'appui pour les victimes de la traite thaïlandaise. Panida, l'avocat principal de l'organisation, a récemment aidé les victimes d'un réseau de trafic sexuel qui a été dénoncé au Minnesota l'année dernière. Environ 1 000 femmes thaïlandaises étaient contraintes de se prostituer. Le travail du CDC thaïlandais consiste à fournir un abri temporaire, à aider les anciennes victimes à demander un visa «T», permettant à certaines victimes de la traite et à leurs familles de rester et de travailler temporairement aux États-Unis. La plupart des anciennes victimes finissent par travailler dans des restaurants ou des salons de massage légitimes. "La plupart des victimes choisissent de continuer à gagner de l'argent aux Etats-Unis, non seulement pour les opportunités économiques, mais aussi parce qu'elles ont peur pour elles et leur famille si elles rentrent en Thaïlande. Les trafiquants souhaitent souvent se venger, faire des exemples ou faire taire.", a déclaré Panida. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025671-thai-victims-exposed-in-us-human-trafficking /
  13. La police n'a pas exclu le meurtre comme raison de la mort d'un homme de 24 ans qui était le fils aîné d'un businessman possédant sept hôtels sur l'île de vacances de Koh Samet. Patchara Pornpattanasawai est tombé du troisième étage d'un immeuble du quartier de Thonburi à Bangkok hier. La police du district de Samre interroge les personnes présentes sur la propriété de Soi Charoen Nakorn, rue Krung Thonburi, district de Klongsan. Les officiers ne peuvent pas dire si Patchara avait trébuché et était tombé ou s'il avait été poussé. Ils ont dit que beaucoup de membres de la même famille vivent au cinquième étage de la propriété. Certains étaient partis pour le Nouvel An chinois alors que d'autres étaient en bas, rapporte Daily News. Daily News a ajouté que la victime - retrouvée dans une mare de sang - est le fils aîné de Komol Pornpattanasawai qui a le surnom de "Jao Phor Koh Samet" où il possède sept propriétés de villégiature. Les enquêtes se poursuivent. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025711-murder-considered-in-death-plunge-of-eldest-son-of-godfather-of-koh-samet/
  14. La croissance à 3,9 % en 2017

    L'économie thaïlandaise a progressé de 4% en glissement annuel au cours du dernier trimestre de 2017, tandis que la croissance annuelle a été de 3,9%, contre 3,3% en 2016, a déclaré Porametee Vimolsiri, secrétaire générale du National Conseil de développement économique lundi. Corrigé des variations saisonnières, l'économie au quatrième trimestre a progressé de 0,5% en rythme trimestriel, suggérant une poursuite de la croissance, a-t-il déclaré. La consommation privée a augmenté de 3,5% en glissement annuel, en grande partie grâce à l'achat de biens durables par les consommateurs, tandis que l'investissement privé a augmenté de 2,4% en glissement annuel, en légère baisse par rapport aux 2,5% du troisième trimestre. L'investissement public a baissé de 6% en glissement annuel, en raison du ralentissement des dépenses budgétaires, a-t-il noté, tandis que les exportations de biens en dollars ont augmenté de 11,6% en glissement annuel. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025722-thai-economy-continues-strong-growth-in-fourth-quarter/
  15. Un Britannique de 67 ans a été arrêté ce lundi à Bangkok pour avoir possiblement volé et drogué un compatriote dans sa chambre d'hôtel. John Lane, qui a une femme thaïlandaise et vit à Saensuk, Chon Buri depuis 40 ans, a été arrêté à 1h15 du matin à l'entrée du Soi Sukhumvit 4. Selon la police de Lumpini, un touriste britannique, Michael Travers, 69 ans, a déposé une plainte auprès de la police le 12 février, disant qu'il avait été volé et drogué dans sa chambre d'un hôtel de luxe dans la zone de Ploenchit. Travers a dit à la police qu'il rentrait dans sa chambre au 25ème étage à 1h du matin après avoir bu au bar du hall au rez-de-chaussée et a rencontré Lane dans l'ascenseur. Il a dit que Lane marchait derrière lui et, après avoir ouvert la porte de sa chambre, Lane l'a poussé à l'intérieur, lui a attaché les mains et a couvert son visage avec un masque. Selon M. Travers, une montre Panerai d'une valeur de 200 000 Bt et 19 autres articles ont été volés pour une valeur totale de 420 000 bahts. Il a dit que Lane l'avait forcé à révéler le code de sa carte ATM, que Lane avait également dérobé, puis lui a fait boire quelque chose qui l'a fait s'endormir. Il s'est réveillé à 3h50 du matin et est descendu pour rapporter l'histoire au personnel. La police a reconnu Lane sur les images de vidéosurveillance (comment ? quel outil ?) et a obtenu un mandat d'arrêt contre lui. Ils disent Lane a nié les accusations, mais il a été identifié par la victime. La police croit que Lane pourrait également être responsable du vol de plusieurs autres touristes âgés dans des hôtels de luxe dans les quartiers de Lumpini et de Thonglor. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1025708-briton-67-arrested-for-robbery-at-luxury-bangkok-hotel/
×