Aller au contenu
BANGKOK 19 December 2018 22:24

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    13 213
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    32

Le Modérateur last won the day on July 3

Le Modérateur had the most liked content!

Réputation sur la communauté

58 Excellent

À propos de Le Modérateur

  • Rang
    Premier

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Des experts s'interrogent sur la nouvelle agence créée pour lutter contre la pauvreté dans le cadre du plan national à 20 ans Alors que la pauvreté sévit toujours dans la société en dépit des 800 milliards de bahts investis dans l’économie de base, le gouvernement a décidé hier de créer un bureau chargé de mobiliser les ressources et les agences pour lutter contre le problème, a déclaré le ministre auprès du Premier ministre, Kobsak Pootrakul. Le bureau relèvera du Conseil national de développement économique et social (NESDB) et comprendra deux comités - pour la politique et pour la mise en œuvre, a-t-il déclaré. Le Premier ministre présidera le comité politique, a ajouté Kobsak. «La création du bureau et des comités constituera un tournant important dans la lutte contre les disparités sociales et la pauvreté», a-t-il déclaré. «La question a longtemps été discutée mais rien de concret n'a été fait. Nous avons maintenant pour objectif de nous y attaquer sur les 20 ans qui viennent dans le cadre de la stratégie nationale. ” Le comité sera autorisé à élaborer des stratégies, des politiques, des directives, des plans d'action et leur mise en œuvre pour lutter contre les inégalités et la pauvreté dans le pays, a-t-il déclaré. L’inégalité a dominé le débat national récemment, des rapports d’instituts nationaux et internationaux indiquant qu’une toute petite élite de milliardaires contrôlait la plus grande partie de la richesse de la Thaïlande. Selon le Credit Suisse Global Wealth Report 2018, publié en octobre, la Thaïlande est le pays le plus inégalitaire au monde, puisque 1% des plus riches possèdent 66,9% de la richesse du pays. Le gouvernement a affirmé que le rapport était basé sur des chiffres obsolètes et inexacts, pourtant le rapport cite les chiffres de 2016. Kobsak a affirmé que le nombre de Thaïlandais vivant dans la pauvreté était tombé de 34,1 millions en 1991 à 6,2 millions. Le planificateur gouvernemental, le NESDB, a indiqué que la situation s'était améliorée puisque le nombre de personnes vivant sous le seuil de pauvreté - avec des revenus mensuels inférieurs à 2 686 BTB - était de 5,3 millions l'an dernier, contre 5,8 millions en 2016. La question étant de savoir si ceux qui gagnent 3000 thb par mois ne sont pas pauvres eux aussi. Le ministère des Finances a annoncé hier que le programme gouvernemental d'aide sociale avait touché 14,5 millions de citoyens, dont 8,3 millions gagnaient moins de 30 000 Bt par an. Ils reçoivent quelques centaines de bahts par mois. Malgré cela, la disparité des revenus reste un problème majeur, a reconnu Kobsak. "L'inégalité reste élevée, nous avons donc besoin de mécanismes pour régler le problème", a-t-il déclaré. Avec de tels mécanismes, le gouvernement serait en mesure d'utiliser efficacement le budget de 800 milliards de Bt alloué aux pauvres, a-t-il déclaré. Somchai Jitsuchon, directeur de recherche à l'Institut de recherche sur le développement de la Thaïlande (TDRI), a déclaré que les solutions proposées par le Cabinet pouvaient potentiellement réduire l'écart de revenu entre les groupes à revenu moyen et les groupes à faible revenu, mais qu'il était peu probable que cela affecte les super riches. D'autant qu'aucune solution concrète n'a été suggérée. Somchai a déclaré que les efforts pour résoudre le problème dépendront en grande partie de la volonté politique et des actions décisives du Premier ministre en tant que président du comité politique. Il a exprimé des doutes sur le fait que le ministre Kobsak prenne des mesures susceptibles de nuire aux intérêts des super-riches, affirmant que celui-ci n'avait jamais discuté de la réforme de la structure politique qui, selon les scientifiques, est un obstacle majeur à la redistribution de la richesse. Somchai a proposé que le gouvernement augmente le budget d'aide sociale en le faisant passer de 7,8% du produit intérieur brut actuellement à 10% - soit une augmentation de 350 milliards de Bt. Il a également conseillé d'augmenter le taux de la taxe sur la valeur ajoutée (7% actuellement). Le budget militaire devrait être réduit afin d'augmenter les budgets d'aide sociale, a-t-il ajouté. Kobsak a déclaré que les onze agences gouvernementales qui s'occupent de la protection sociale vont signer aujourd'hui un accord au siège du gouvernement afin de s'unir pour lutter contre l'inégalité sociale et la pauvreté. Sous le thème «Le bonheur pour tous: le bien-être de l’État», ils organiseront également une exposition pour montrer comment la population bénéficierait des mesures du gouvernement. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073809-thai-govt-launches-two-pronged-attack-on-inequality/ kobsak
  2. Une femme belge âgée qui a été blessée dans accident suivi d'un délit de fuite à Chiang Mai a demandé à l'automobiliste qui l'a percutée de venir s'excuser. Le colonel Piyaphan Pattharapongsin, de la police de Chiang Mai, a déclaré mardi que la police essayait toujours de localiser le conducteur de la voiture noire qui avait blessé Gabriele Maria Elle (translitération aléatoire), âgée de 78 ans le 9 décembre. Gabriele a été percutée devant un 7-Eleven sur la route Hang Dong-Samerng à Nong Kwai, dans le district de Hand Dong. Elle a eu la jambe droite cassée et des contusions à la joue droite et à de nombreuses autres parties du corps. La voiture a fui les lieux après l'accident. Gabriele a dit qu'elle traversait la route après avoir vérifié qu'aucun véhicule ne venait, quand une voiture est arrivée de nulle part et l'a percutée, la projetant au sol. Elle a dit que le conducteur n'était pas sorti pour vérifier si elle allait bien et avait simplement accéléré. Parlant de son lit à l'hôpital de Chiang Mai, la Belge a dit qu'elle espérait que le chauffeur viendrait lui rendre visite et montrerait ainsi un peu d'humanité. Thassanalai Thiansanti, un représentant de l’assurance qui s’occupe du cas, a exhorté les témoins de l'accident à se manifester. Elle a déclaré qu'une caméra de vidéosurveillance située à l'extérieur du 7-Eleven avait été incapable d'enregistrer clairement la plaque d'immatriculation de la voiture. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073785-elderly-belgian-urges-motorist-who-hit-her-to-come-forward/
  3. Dans la nuit du 17 au 18 décembre 1993, avec la mise sur orbite du satellite Thaicom 1 par le lanceur européen Ariane 4, la Thaïlande devenait un acteur des télécommunications spatiales. Au cours des années 60, les satellites de télécommunication font leur apparition (Echo 1 en août 1960, Courier 1B en octobre 1960, Telstar 1 en juillet 1962, Syncom 1 en février 1963, Early Bird en avril 1965…). Ils sont d’abord un enjeu national pour certaines grandes et moyennes puissances, comme les Etats-Unis, l’Union soviétique ou le Canada. D’autres nations suivent, en Europe (France, Royaume-Uni, Allemagne, etc.), mais aussi en Asie, avec des pays émergents (Inde, Indonésie) qui se dotent d’un système satellitaire national afin de résoudre le problème du sous-équipement et celui d’une géographie compliquée (taille, émiettement du territoire). A la fin des années 1980 et au début des années 1990, d’autres nations – pour plupart en voie d’émergence – souhaitent se constituer un réseau de télécommunication, afin d’accéder à un statut régional en maîtrisant d’abord un système national. L’objectif consiste alors à développer des capacités d’échanges à différents niveaux d’échelle (national, régional, international). C’est notamment le cas de la Thaïlande. Avant de pouvoir disposer de son propre réseau, celle-ci a d’abord utilisé le Palapa indonésien. Néanmoins, l’ambition nationale pousse les Thaïlandais à vouloir leur propre système, d’autant plus que Palapa s’est révélé comme un système « national étroitement contrôlé par le gouvernement indonésien », comme le soulignait en 1997 le géographe Fernand Verger. Le programme Thaicom. L’aventure des télécommunications spatiales thaïlandaises commence surtout le 11 septembre 1991, lorsque le Ministère des transports et des communications accorde une concession pour déployer un réseau de télécommunication à l’entreprise Shinawatra Satellite Co (créée le 7 novembre 1991), du groupe Shinawatra Computer & Communications Co Ltd, appartenant à l’homme d’affaires et homme politique influent Thaksin Shinawatra (qui deviendra Premier ministre de 2001 à 2006). Précisons que la compagnie changera de nom à plusieurs reprises, en Shin Satellite Plc (2 août 1999), puis en Thaicom Public Company Limited (21 avril 2008). Quant aux satellites appelés à constituer le réseau, ils reçoivent le nom de Thaicom qui, décerné par le roi Rama IX (Bhumibol Adulyadej), symbolise le lien entre le pays et les communications modernes (Thai Communications). Toutefois, la Thaïlande ne dispose pas de compétences technologiques suffisantes pour construire et lancer ses satellites. De ce fait, elle fait appel au groupe américain Hughes Space Aircraft pour fabriquer les deux premiers Thaicom. D’une hauteur de 3,48 m pour une masse de 629 kg (1 080 kg au lancement), ils sont équipés de dix répéteurs en bande C, ainsi que de deux répéteurs en bande Ku. L’énergie est fournie par des panneaux solaires cylindriques placés autour des satellites. Stabilisés sur trois axes et positionnés sur une orbite géostationnaire, ils ont alors la capacité de couvrir une zone allant de la Thaïlande au Japon. Thaicom 1 est lancé dans la nuit du 17 au 18 décembre 1993 par une Ariane 44L européenne, depuis le Centre spatial guyanais. Le second Thaicom suit le 7 octobre 1994, placé sur orbite par le même type de lanceur. En mai-juin 1997, Thaicom 1 est déplacé sur une autre orbite (renommé à cette occasion Thaicom 1A), puis sur une « orbite cimetière » le 12 janvier 2010 où, après 16 ans de bons et loyaux services, il cesse de fonctionner ; Thaicom 2 connaît le même destin le 30 octobre 2010. Diffuser, fournir, étendre. Dans les années qui suivent, d’autres Thaicom plus performants sont construits par les Américains (Thaicom 4, 6, 7 et 8), mais aussi par la France (Thaicom 3 et 5) et la Chine (qui prépare la construction et assurera le lancement de Thaicom 9). Aujourd’hui, la flotte de satellites (Thaicom 4 à 8) permet à la compagnie thaïlandaise d’être un acteur de premier plan. De plus, en créant des filiales (IPSTAR Autralia Pty Ltd, Lao Telecommunications Company Ltd, etc.), celle-ci tisse d’ambitieux partenariats régionaux fournissant des prestations variées. En effet, le système offre en plus de la télécommunication, des services étendues au numérique et à l’internet à haut débit pour une quarantaine de pays d’Asie-Pacifique (dont l’Australie), mais aussi pour l’Afrique (Thaicom 6 ou Africom 1) et l’Europe (Thaicom 5) ! Par ailleurs, avec Thaicom 4, construit par Space System Loral et placé sur orbite le 11 août 2005 par un lanceur Ariane 5, la Thaïlande devient le premier pays à disposer d’un satellite conçu pour faire tout spécialement des services IP (Internet Protocol) - d’où son second nom IPSTAR 1 - capable de desservir jusqu’à deux millions d’utilisateurs ou près de 30 millions d’abonnés à la téléphonie mobile dans toute la région Asie-Pacifique. En 2008, la Thaïlande est ainsi le pays qui a le taux le plus élevé d’abonnés mobiles utilisant internet au sein des pays de la région Asie-Pacifique. Une fierté nationale. Sur son site, la société Thaicom Public Company Limited (TPCL) présente fièrement son réseau de satellites comme « une connectivité fiable et sécurisée pour des services de données et vidéo de qualité. Notre vaste réseau de satellites en Asie, en Océanie et en Afrique permet aux radiodiffuseurs de diffuser quotidiennement le dernier contenu télévisé numérique, aux opérateurs de télécommunication de fournir des réseaux haut débit dans les régions isolées de l’Asie-Pacifique et aux administrations gouvernementales d’étendre leur portée à l’échelle nationale ». L’exemple thaïlandais illustre la complexité de l’aventure spatiale qui, désormais, a des implications au quotidien pour les populations, y compris pour celles des pays du sud. Pour en bénéficier, il n’est pas indispensable de posséder un lanceur, ni même d’avoir les capacités nationales pour fabriquer les satellites. En revanche, pour la gestion du réseau, il est nécessaire d’avoir un personnel qualifié, souvent formé auprès des nations du nord. Références. Un article : Alain Prestat, « Télévision de demain, l’Asie est déjà dans la course », in Les échos, 7 mars 1994. Un atlas : Fernand Verger, Atlas de géographie de l’espace, Belin, Paris, 1997. Le site officiel de Thaicom Public Company Ltd Une vidéo sur la construction et le lancement de Thaicom 4 / IPSTAR par Space Systems Loral, 2005 Philippe Varnoteaux est docteur en histoire, spécialiste des débuts de l’exploration spatiale en France et auteur de plusieurs ouvrages de référence. http://www.air-cosmos.com/il-y-a-25-ans-la-thailande-se-lancait-dans-les-telecommunications-spatiales-118365
  4. Le Département des transports a annoncé avec fierté une innovation technologique ce samedi. Un système nommé le « permis numérique ». À partir de la mi-janvier, les automobilistes thaïlandais n’auront plus besoin du permis de conduire. Ils pourront simplement montrer leurs permis « virtuel » via une nouvelle application pour smartphone. Les policiers seront en mesure de vérifier les détails – tel les amendes ou les interdictions en cours – en scannant un QR code. lire la suite https://zonesamui.com/2018/12/le-permis-numerique-arrive-en-thailande-en-janvier/
  5. Lundi, l'armée thaïlandaise a annoncé la saisie de plus de 18 millions de cachets de méthamphétamine. Plus de 18 millions de cachets de méthamphétamine ont été saisis en Thaïlande, a annoncé l'armée lundi, dans le cadre d'une lutte antidrogue intensifiée ces derniers mois dans cette région proche du "Triangle d'Or", entre Birmanie et Laos. Les sacs contenant les précieux cachets ont été saisis à bord de deux voitures, dans la province de Chiang Rai, frontalière de la Birmanie et du Laos. Montrés lors d'une conférence de presse, les sacs portaient le numéro "999", utilisé par les trafiquants de drogue du groupe des Wa, rébellion ethnique birmane, au coeur du trafic du Triangle d'Or. Le trafic s'accélère Début décembre, dans le cadre de la même opération, les policiers thaïlandais ont saisi 15 millions de cachets de méthamphétamine et tué un trafiquant dans la partie thaïlandaise du "Triangle d'or". Chaque semaine, des cargaisons de méthamphétamine d'une valeur de plusieurs millions de dollars arrivent en Thaïlande depuis la Birmanie voisine. Selon les experts, le trafic s'accélère, en particulier depuis la région de l'est de la Birmanie tenue par le groupe ethnique rebelle des Wa, accusé de financer sa guérilla par le trafic de drogue. "La drogue qui rend fou" Produite dans le Triangle d'or, cette drogue de synthèse est écoulée dans des pays de plus en plus éloignés de son lieu de production, jusqu'à l'Inde et l'Australie. Et la Thaïlande a saisi cette année des quantités record de comprimés, connus dans la région sous le nom de "yaba" - "la drogue qui rend fou", et d'"ice", version plus puissante et addictive sous forme de cristaux qui se fument. La production est soutenue par l'arrivée récente de nouveaux "précurseurs" moins coûteux, comme le cyanure de sodium, pour fabriquer ces drogues de synthèse. https://www.bfmtv.com/international/thailande-saisie-de-plus-de-18-millions-de-cachets-de-methamphetamine-1590330.html
  6. Il y a trois ans le héros thaïlandais, Chat Ubonjinda, avait sauvé un couple norvégien âgé de la boue au bord d'une rivière à Krabi. Chat, maintenant âgé de 47 ans, est devenu célèbre dans le monde entier après avoir permis au couple de rejoindre la terre ferme quand ils ont eu des ennuis dans la boue près d'un barrage où ils observaient les oiseaux. Il avait offert son corps allongé comme "passerelle" pour permettre au couple de s'extraire et de traverser la boue. Voir vidéo. C'était il y a trois ans, le 16 décembre, et la vie de l'ancien pêcheur a radicalement changé depuis. Après que l'adulation publique, les cadeaux et la reconnaissance ont cessé - il reçut les honneurs de la famille royale et du Premier ministre - il ne restait plus que Chat, tout seul. Dès le premier jour, il a eu mal au dos et cela a empiré malgré le traitement médical et les médicaments. Un point noir sur sa colonne vertébrale est probablement le résultat direct du jour où il a sauvé les touristes. Il a dû quitter son travail de pêcheur et ne peut plus porter de lourdes charges. Il est limité à de petits travaux pour obtenir entre 200 et 300 bahts par jour. Il dit que sa famille est désespérée maintenant. Les médecins lui ont dit que la douleur était liée aux muscles qui ne s'étaient pas rétablis. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073665-three-years-on-thai-hero-has-severe-back-pain-after-helping-norwegian-tourists-in-krabi/
  7. BANGKOK (Reuters) - Les Thaïlandais achèteront un million de voitures en 2018, une deuxième année de suite de ventes record, mais une dette croissante des ménages et une hausse prévisible des taux d'intérêt - potentiellement mercredi - devraient entraîner un ralentissement de l'un des principaux moteurs économiques du pays. Le secteur de l’automobile, qui représente un dixième de la production thaïlandaise, est un atout dans une économie touchée par la chute des exportations de matériel informatique vers la Chine suite au différend commercial sino-américain et par la chute du nombre de visiteurs chinois après le naufrage de Phuket en juillet. "Les ventes de voitures sont si fortes que nous avons revu à la hausse l'objectif deux fois de cette année", a déclaré Surapong Paisitpattanapong de la division automobile de la Federation of Thai Industries. "Nous devrions voir un million de voitures cette année." Mais les analystes doutent que cela durera. Les ménages thaïlandais sont parmi les plus endettés d'Asie - avec quelque 77,5% du produit intérieur brut - et la banque centrale semble prête à relever ses taux demain ou la semaine prochaine. Récemment, les prêts pour l’achat de voitures ont fait un bond, aidés par les offres de certaines sociétés de financement qui approuvent des prêts dans un délai d’une heure. En juillet-septembre, les prêts automobiles ont augmenté de 12,5% par rapport à l'année précédente, soit le rythme le plus rapide enregistré depuis 2012. Mais les incidents de paiement sont élevés aussi. À la fin de septembre, 7,32% des prêts-auto en cours étaient en retard de remboursement de un à trois mois. Les créances douteuses pourraient augmenter en cas de hausse des taux d’intérêt. L'unité de recherche de Kasikornbank prédit que les ventes de voitures augmenteront de 18% cette année, puis diminueront de 2 à 5% en 2019. Il y a des ajustements dans la stratégie. Les constructeurs s'orientent vers la production de véhicules électriques hybrides, le gouvernement prévoyant des incitations fiscales pour les voitures les plus respectueuses de l'environnement. Toyota Motor Thailand envisage de commencer la production de batteries HEV à la mi-2019 pour son modèle C-HR. Le Board of Investment de Thaïlande a également approuvé les projets de véhicules électriques de Mercedes-Benz, BMW, Nissan Motor et Honda. Globalement, cette année, le leader du marché, Toyota - avec environ un tiers du marché automobile thaïlandais - prévoit une croissance de ses ventes de 31%, tandis que son concurrent Mazda s’attend à 27%. Toutefois, la confiance des consommateurs, tombée à son plus bas niveau en six mois en novembre, n’est pas de bon augure, selon les concessionnaires automobiles. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073661-thailands-car-sales-in-high-gear-but-bumps-seen-ahead/
  8. La commission électorale a décidé de limiter les dépenses électorales des candidats à deux millions de bahts et à 70 millions de bahts pour les partis politiques. Une source bien informée dans la CE a déclaré que les détails des dépenses électorales sont inclus dans un règlement qui doit être finalisé avant d'être présenté aux partis lors d'une réunion mercredi. En ce qui concerne les dépenses électorales de chaque parti, la source a indiqué que la limite était fixée en fonction du nombre de candidats que chaque parti avait décidé de présenter, sur la base d'un maximum de 10 millions de bahts pour 50 candidats. Cela signifie que si un parti présente 51 à 100 candidats, la limite maximale de dépenses est de 20 millions de bahts; 30 millions de bahts pour 101-150 candidats; 50 millions de bahts pour 201-250 candidats; 251-300, 60 millions de bahts, 70 millions de bahts pour 301-350 candidats. Il y a en tout 350 circonscriptions et chaque parti ne peut présenter qu'un seul candidat par circonscription. En ce qui concerne le temps d'antenne gratuit que la CE mettra en place sur les chaînes de télévision publiques, chaque parti se verra attribuer un spot de 30 secondes (deux fois) plus un temps d'antenne de 10 minutes pour l'annonce de sa politique (trois fois). Toutefois, les chaînes de télévision et de radio peuvent inviter les représentants des partis à participer à leurs programmes afin de présenter leurs visions ou organiser des tables rondes sur des questions de politique générale, à la condition que le contenu ne profite ni ne nuise à d’autres candidats ou partis. Les chaînes de télévision et de radio peuvent diffuser leurs commentaires politiques "comme d'habitude", mais "en toute impartialité". La campagne sur les réseaux sociaux est autorisée, mais les chefs de parti doivent en informer préalablement le CE et la campagne peut être poursuivie jusqu'à 18 heures, le 23 février la veille du scrutin. Les partis qui participeront aux débats publics seront divisés en trois groupes en fonction du nombre de candidats qu’ils présenteront à l’élection: un groupe de partis de 300 à 350 candidats chacun; le deuxième groupe de 100 à 299 candidats et le troisième groupe de moins de 200 candidats. Les règles concernant les affiches de campagne sont en cours d'élaboration et, jusqu'à présent, il n'y a pas d'interdiction d'utiliser des photos d'anciens premiers ministres qui ne sont pas des chefs de parti (allusion à Thaksin ?), a déclaré le secrétaire général de la CE, Charoongvit Pumma. La règle de la CE fixant le plafond des dépenses de campagne à 2 millions de bahts pour un candidat et à 70 millions de bahts pour un parti qui présente des candidats dans les 350 circonscriptions électorales vise à empêcher l'achat de voix qui sévissait lors des élections précédentes. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073647-ec-sets-limits-on-election-spending-for- and-parties/
  9. Luke Ramage, âgé de 31 ans aurait été assassiné, il était arrivé en Thaïlande quelques heures plus tôt. Luke Ramage a été trouvé avec des ecchymoses autour des épaules et des jambes et ses valises encore pleines à côté du lit Il a été retrouvé étendu sur son lit. Ses bagages étaient intacts et le coffre-fort de la chambre était ouvert. Il n'y avait plus d'objets de valeur à l'intérieur et des paquets de cigarettes étaient éparpillés sur le sol. La police a déclaré qu'un ami de Luke, de Consett, dans le comté de Durham, avait donné l'alerte à l'hôtel Bavana - avant de disparaître. Luke, qui travaille pour une entreprise de nettoyage, avait prévu d'assister à une fête de la pleine lune à Phuket et devait également se rendre en Malaisie, au Cambodge, au Vietnam et au Laos. Une source a déclaré: «La réceptionniste a retrouvé le corps. Elle a dit qu'un ami séjournant dans une autre chambre avait dit que Luke avait un problème. «Elle est allée vérifier et quand elle est redescendue, l'ami avait disparu. Luke était mort quand la police est arrivée. Il y a des signes d'une bagarre. «Le coffre-fort avait été ouvert, un vol est suspecté. Il ne restait que des cigarettes. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073497-brit-thai-murder-brit-found-dead-in-bangkok-red-light-district-hotel-room-with-‘the-safe-ransacked’/
  10. Selon la dernière enquête sur le coût de la vie publiée par ECD International, Bangkok a gagné / perdu 32 places et fait maintenant partie des 100 villes les plus chères du monde pour la première fois. «Au cours des cinq dernières années, Bangkok a grimpé de plus de 80 places. La capitale thaïlandaise occupe maintenant la 90ème place dans notre classement du coût de la vie. Le baht s'est renforcé ces dernières années, parallèlement à l'expansion de l'économie et à la stabilisation du paysage politique. "Cela signifie que la Thaïlande coûte désormais beaucoup plus cher aux expatriés que par le passé", a déclaré Quane, directeur régional pour l'Asie. Kuala Lumpur est aussi plus chère qu'avant. Singapour est revenue dans le top 20 mondial des destinations les plus chères pour les expatriés en tant que 18ème ville la plus chère du monde pour les travailleurs expatriés. En Asie, Singapour est neuvième ville la plus chère. ECD International est un important fournisseur d'informations et de logiciels pour l'affectation d'employés dans le monde entier. 90e ville la plus chère, cela signifie "encore bon marché". https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073600-bangkok-rises-to-90th-most-costly-location-for-expats-survey/
  11. Les personnes qui ont l'habitude de rester en Thaïlande avec uniquement des visas de tourisme ou grâce à des aller-retours à la frontière font face à une surveillance accrue de la part des agents d'immigration. Si l'on habite en Thaïlande, on n'est pas un touriste, on ne peut donc pas rester avec un visa de touriste. Selon une note apparemment affichée sur le tableau devant l'ambassade de Thaïlande à Vientiane, au Laos, ce matin, des agents du consulat rappellent qu'ils refuseront les demandes de visa de tourisme à ceux qui, selon les agents, utiliseraient des visas de touristes pour rester en Thaïlande à long terme. L'avis, dont une photo a été partagée sur Facebook lundi, dit ceci : "La Thaïlande accueille toujours" de vrais "touristes". «Cependant, les autorités thaïlandaises ont demandé à l'ambassade d'observer l'historique des visas sur chaque passeport avec précaution. «L’ambassade tient à informer qu’elle se réserve le droit de ne recevoir aucune demande de visa de touriste pouvant constituer un abus de visa de touriste (par exemple: travailler illégalement en Thaïlande en faisant une demande de visa de tourisme à plusieurs reprises, etc. «C’est un rappel amical afin d’éviter des nuits inutiles à Vientiane et se voir refuser un visa l’après-midi suivant.» Exigences actuelles pour un visa de touriste - passeport ou document de voyage d'une validité d'au moins 6 mois - Formulaire de demande de visa (rempli) - Une photo récente du demandeur - Billet d'avion ou billet électronique aller-retour (payé en totalité) - Preuve de moyens financiers (20 000 bahts par personne) https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073532-thai-embassy-in-vientiane-issues-warning-to-visa-runners/
  12. La police interroge une étranger après la mort de son épouse thaïlandaise âgée de 39 ans dans un hôtel de Khao Phitak à Hua Hin hier soir. Jenjira, de Bangkok, a été retrouvée avec des traumatismes au cou et à la tête dans le parking du célèbre hôtel. Elle était venue à l'hôtel avec son mari étranger et séjournait avec lui dans la chambre 411 au quatrième étage. Sanook a déclaré que des témoins avaient vu le couple se disputer avant la disparition de sa femme. Elle a ensuite été retrouvée morte. Un accident, un suicide et un meurtre sont tous envisagés par la police de Hua Hin qui enquête. La nationalité de l'étranger et le nom de l'hôtel n'ont pas été mentionnés dans l'article de Sanook. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073247-foreign-husband-under-investigation-as-thai-wife-falls-to-her-death-at-hua-hin-hotel/ On ne ait ps si étranger signifie occidental photo sanook
  13. Google a annoncé jeudi avoir lancé un programme d’intelligence artificielle en Thaïlande afin de dépister une maladie oculaire liée au diabète qui entraîne une cécité permanente. Le programme de dépistage ophtalmologique « Google AI » en Thaïlande fait suite à un programme similaire en Inde. Il met en exergue les efforts déployés par les grandes entreprises de technologie pour montrer les avantages des nouvelles technologies d’IA au service de tous. «En tant que société, nous avons la responsabilité d’utiliser l’intelligence artificielle de la meilleure façon possible», a déclaré jeudi Kent Walker, vice-président directeur des affaires internationales de la société, lors d’un événement organisé par Google à Bangkok. lire la suite https://zonesamui.com/2018/12/en-thailande-google-lance-un-service-de-sante-pour-le-depistage-dune-maladie-oculaire-liee-au-diabete/
  14. article de la presse française La Thaïlande ne plaisante pas en matière de pornographie. Les contenus pour adultes sont en effet considérés comme illégaux et les autorités appliquent une politique de tolérance zéro en la matière. Elles viennent d’ailleurs de le prouver une nouvelle fois en procédant à l’arrestation d’un étudiant de 17 ans accusé d’avoir gagné de l’argent avec plusieurs pages spécialisées dans les contenus érotiques et pornographiques. L’étudiant en question, dont l’identité n’a pas été communiquée, a été arrêté plus tôt dans la semaine à son domicile de Khian Niwat Alley, dans le district de Phra Nakhon. Il diffusait des contenus pour adultes sur des groupes et pages privées L’enquête remontait cependant à l’été dernier. D’après les déclarations de Pol Col Jirakroit Jarunpat, le commandant de la division en charge de la protection de la femme et de l’enfant, tout aurait commencé suite à une enquête menée sur les réseaux sociaux. En croisant les données en provenance de plusieurs plateformes comme Line, Facebook ou encore VK, les autorités ont en effet repéré un compte distribuant des contenus pour adultes très épicés par le biais de groupes et de pages privées. Intrigués, les enquêteurs ont poursuivi leurs investigations et ils ont alors réalisé que ce compte avait mis en place une formule d’abonnement pour rentabiliser la diffusion de ces contenus. Certaines photos et vidéos étaient ainsi distribuées gratuitement, mais d’autres étaient uniquement accessibles en échange d’une somme comprise entre 300 et 800 bahts, soit entre 8 et 22 €. Les autorités ont rapidement remonté la piste du propriétaire de ces pages et elles ont alors réalisé que ces dernières appartenaient toutes à un étudiant thaïlandais âgé de seulement dix-sept ans. 500 000 bahts en trois mois La police est donc intervenue à son domicile pour procéder à son arrestation et elle a également profité de l’occasion pour saisir son ordinateur de bureau et son téléphone. Après une fouille minutieuse, les enquêteurs ont découvert environ trois cent mille fichiers pornographiques montrant des femmes et des filles en petites tenues, pour un total de 860 Go. Le suspect, de son côté, a reconnu les faits et il a indiqué avoir agi seul. D’après son témoignage, ce contenu proviendrait de différents sites spécialisés et il se serait de son côté chargé de les organiser au travers de plusieurs pages et groupes privés. Des pages et des groupes comprenant en tout plus de trente mille membres… dont 1 000 abonnés à son service premium. Toujours selon les autorités, en trois mois, l’étudiant aurait gagné environ cinq cent mille bahts, soit 13 000 €. Il aurait ensuite dépensé cette somme dans divers produits de luxe. Le jugement aura lieu dans ces prochaines semaines et notre étudiant risque de passer un long moment en prison. http://www.fredzone.org/banghok-un-etudiant-de-17-ans-arrete-pour-avoir-diffuse-des-contenus-pornos-887
  15. Des raids coordonnés à l'échelle nationale visent des services illégaux de diffusion en continu de football et de films Sanook a annoncé une opération conjointe du Département des enquêtes spéciales, de la police technique, de la Commission nationale de la radiodiffusion et des télécommunications (NBTC) et d'autres agences effectuée dans 19 localités de Thaïlande hier. Une force de 120 officiers a visité des endroits à Bangkok, Nonthaburi, Pathum Thani, Suphanburi, Chiang Mai et Lampang. Les raids ont eu lieu à la suite de plaintes pour diffusion en streaming illégal de football anglais, de films et de pornographie. Les pertes sont estimées à 4 milliards de bahts, avec 25 millions de personnes regardant des films sur divers sites Web chaque mois. Le site Web principal était sakkarinsai8.com, qui diffusait en continu sur doo4k.tv, movie2free et big.app.tv. Parmi les autres sites Web, mentionnés on trouve warpfootball.com, goal24hd.com, live.sbobet.club et duballfun.com. Plusieurs sites comportaient également des liens vers des sites de paris illégaux. Le QG de l'opération se trouvait dans une maison située sur Rachada Soi 36 à Bangkok, d'où des signaux étaient envoyés. Thaivisa en français rappelle que pour ce qui est des grands championnats européens, BEIN est légal, fonctionne très bien et est quasiment gratuit en Thaïlande. Netflix Thaïlande est un peu plus cher mais offre un choix intéressant, souvent en français qui plus est. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1073128-coordinated-raids-nationwide-target-illegal-football-and-movie-streaming-services/
×