Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    12 387
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    32

Le Modérateur last won the day on July 3

Le Modérateur had the most liked content!

Réputation sur la communauté

58 Excellent

À propos de Le Modérateur

  • Rang
    Premier

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Une équipe thaïlandaise sera la première en provenance d'Asie à explorer le pôle Nord dans le cadre d'une mission d'exploration sous-marine étudiant l'impact des micro-plastiques sur la vie marine. Le voyage d'exploration se déroulera du 24 juillet au 12 août. Les chercheurs clés de l'équipe sont Voranop Viyakarn et Suchana Chavanich, qui enseignent à la faculté des sciences de l'Université Chulalaongkorn (UC). "L'équipe comprend 13 membres, y compris des candidats au doctorat et des experts en plongée", a déclaré hier Pomthong Malakul Na Ayudhaya, vice-président de la CU. Le voyage d'étude a été organisé à l'initiative de SAR la Princesse Maha Chakri Sirindhorn. La princesse a déjà visité le pôle Nord et le pôle Sud. Voranop Viyakarn, qui dirige l'équipe de recherche, a déclaré que ce qui s'est passé au Pôle Nord dans un passé lointain serait un indicateur de ce qui pourrait arriver au reste du monde. Bien que le pôle Nord se trouve à des milliers de kilomètres de la Thaïlande, les deux endroits sont étroitement liés d'un point de vue écologique, a-t-il dit. Vegard Holmelid, chargé d'affaires de l'ambassade de Norvège, a déclaré: "Il est important pour les Thaïlandais d'explorer le pôle Nord, car un endroit affecte d'autres endroits." Il a expliqué que le Svalbard norvégien est comme un «laboratoire naturel» et «l'endroit où il faut être» pour «mesurer, créer les données, acquérir plus de connaissances et trouver une solution» aux problèmes environnementaux. Voranop a déclaré que les chercheurs du monde entier surveillaient de près les pôles pour voir les effets du changement climatique. «Les gaz à effet de serre sont libérés dans l'atmosphère et les micro-plastiques sont rejetés dans l'océan tous les jours. "Cependant, aux pôles, il y a peu d'activités et les terres sont pures, mais ces terres sont grandement affectées par le changement climatique", a-t-il expliqué. «Une augmentation de température de 1 degré Celsius ne nous affectera peut-être pas en Thaïlande, mais dans l'Arctique, cela peut entraîner une fonte de la glace et une partie de la vie marine vulnérable en quête d'eau froide plus profonde dans l'océan. Les chercheurs ont déclaré que les changements climatiques affectaient le pôle Nord et le pôle Sud de différentes manières. Donc, pour obtenir des données complètes sur les effets du changement climatique et des micro-plastiques, les chercheurs doivent regarder les deux endroits. Mme Suchana a indiqué que son équipe s'attaquerait au pôle Sud lors du prochain voyage. L'équipe devra faire face à de multiples défis, y compris les températures extrêmement basses et le haut niveau de compétence requis pour plonger dans des combinaisons étanches. Et puis il y a les animaux sauvages, comme les ours polaires. "Pour cette raison, nous avons besoin que les 13 personnes se surveillent les unes les autres", a déclaré Voranop. En plus de recueillir des informations, l'équipe de Voranop filmera des vidéos pendant le voyage. "Nous allons publier un livre et produire un court documentaire sur l'exploration plus tard", a-t-il dit. Leur travail pourrait aider à sensibiliser le public aux impacts de la pollution par micro-plastiques sur les écosystèmes marins, qui sont essentiels pour maintenir la vie sur la planète, y compris dans l'industrie de la pêche thaïlandaise. http://www.nationmultimedia.com/detail/national/30350348
  2. GOOGLE Thaïlande a lancé hier une série d'initiatives, notamment le Wi-Fi public haut débit gratuit, pour permettre à plus de consommateurs et d'entreprises thaïlandaises de participer à la croissance de l'économie numérique. Les initiatives ont été annoncées lors du premier événement Google - Thaïlande, organisé à Bangkok sur le thème «Leave no Thai behind» (ne laissons aucun Thaïlandais derrière nous), visant à promouvoir l'égalité de l'accès numérique. Ben King, directeur national de Google Thaïlande, a déclaré lors de l'événement que les initiatives de Google couvriraient les quatre piliers: l'accès, l'éducation, le contenu et les petites et moyennes entreprises (PME). "Ils ont été conçus pour faire en sorte que tous les Thaïlandais aient des opportunités et un savoir-faire pour accéder à la technologie et l'utiliser pour créer des moyens de subsistance", a-t-il déclaré. King a déclaré que l'économie numérique de la Thaïlande est en pleine expansion. Il parle d'opportunités économiques numériques en Thaïlande d'une valeur de 37 milliards de dollars US, alors que les opportunités en Asie du Sud-Est ne sont que de 200 milliards de dollars US en tout. De plus, la Thaïlande est le numéro 5 pour la vitesse moyenne de connexion de pointe, soit 106 Mo par seconde. Le premier est Singapour, suivi de Hong Kong, de la Corée du Sud et du Qatar, selon Akamai Technologies. La Thaïlande arrive en deuxième position pour l'adoption de l'Internet mobile en Asean, avec 90% de la couverture 3G / 4G à travers le pays. L'événement a également été suivi par le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha, qui a prononcé un discours sur le rôle essentiel que la technologie numérique jouera dans la réalisation du plan stratégique national sur 20 ans. Cependant, il a exhorté les internautes à apprendre à utiliser les avantages de la technologie numérique, mais de ne pas en être esclave. L'un des points forts lancé hier a été Google Station, un programme Wi-Fi public haut débit en Thaïlande, en partenariat avec CAT Telecom, sponsorisé par Unilever. Google Station va démarrer dans 10 sites à Bangkok et dans deux provinces, Pichit et Loei, et sera étendu à d'autres parties du pays dans les mois à venir, permettant à plus de Thaïlandais d'accéder à une connexion Internet gratuite et fiable, a déclaré Anjali Joshi président de la gestion des produits. Actuellement, les emplacements disponibles pour les services Wi-Fi gratuits à Bangkok comprennent la gare de Hualamphong et le centre commercial Megabangna. Pour s'inscrire, les utilisateurs doivent se connecter au système Wi-Fi FreeGoogleStation-CAT et entrer leur numéro de téléphone mobile et leur nom. La Thaïlande est le quatrième pays à avoir Google Station, après l'Inde, l'Indonésie et le Mexique. King a également annoncé la construction de l'Académie Bangkok - Un Google Space, un centre de formation numérique au True Digital Park à Bangkok. Il ouvrira plus tard cette année et sera un nouveau lieu de formation pour les participants du programme Google Ignite, un cours de formation en marketing numérique de deux mois qui prépare les étudiants à des carrières dans des entreprises thaïlandaises. Google a également introduit une nouvelle fonctionnalité, le mode moto, pour Google Maps en Thaïlande. Krish Vitaldevara, chef de produit pour Google Maps, a déclaré que cette nouvelle fonctionnalité aidera les 20 millions de motocyclistes thaïlandais à planifier leurs itinéraires en tenant compte des raccourcis et des routes étroites que seules les motos et les scooters peuvent emprunter et offrir des temps de déplacement plus précis. Mukpim Anantachai, directeur de YouTube Thaïlande, a déclaré que la société relancerait l'espace YouTube Pop-Up à Bangkok en novembre afin de permettre aux créateurs thaïlandais d'accéder à des installations de production ultramodernes. . Lors de l'annonce, Mukpim a également dévoilé un nouveau plan de partage de données en partenariat avec AIS. Il offrira des packs de données illimités à Bt59 par mois pour YouTube Go, une application qui permet aux internautes de regarder et de partager des vidéos YouTube même avec une connexion Internet lente ou inexistante. Enfin, Google Thaïlande a annoncé une collaboration avec Siam Commercial Bank pour les PME. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1049100-google-thailand-offers-free-public-wi-fi/
  3. La marine royale thaïlandaise a été appelée le 18 juillet pour ramener une soixantaine de touristes au port de haute mer de Phuket après une autre journée de vents forts et de mer démontée. Vers midi (18 juillet), le maire de Rawai Aroon Solos a été informé qu'une soixantaine de touristes étaient bloqués à Koh Racha Yai car ils ne pouvaient pas quitter l'île à cause du vent et des vagues. Ils étaient attendus à l'aéroport de Phuket. . Le maire Aroon dit: «Nous avons contacté les officiers de la Royal Thai Navy pour ramener les touristes à Phuket." https://www.thaivisa.com/forum/topic/1049023-60-tourists-stuck-at-koh-racha/
  4. La Thaïlande a annoncé son "Jour J" dans la guerre contre les déchets sauvages. C'est le 21 juillet lorsque le ministre de l'Environnement, le Gen Surasak Kanjanarat, déclarera la guerre aux sacs en plastique. Dans la première partie de la bataille, les autorités thaïlandaises mèneront une offensive de charme pour empêcher les commerçants et le public d'utiliser trop de sacs en plastique sur les marchés de produits frais du pays. Gen Surasak a déclaré hier que le pays utilise 45 milliards de sacs par an. Ce qu'il qualifie de "stupéfiant". Quarante pour cent d'entre eux sont utilisés sur les marchés de produits frais. Soit environ 18 milliards de sacs. Ainsi il a décidé de lancer une campagne appelée : "Du fond du cœur. On prend moins, on donne moins, moins de sacs en plastique". On comprend que les consommateurs doivent prendre moins de sacs et les commerçants moins en donner. Des affiches seront apposées dans 7 000 marchés à l'échelle nationale. L'objectif est de réduire l'utilisation de sacs en plastique de 20% ou 3,6 milliards de sacs sur les marchés d'ici l'année prochaine. L'objectif est également de réduire l'utilisation des barquette en styromousse de 10% d'ici 2019. Thai Rath a également déclaré que quelque 400 000 magasins de proximité à l'échelle nationale représentent 30% de l'utilisation des sacs en plastique soit 13,5 milliards de sacs par an. Le gouvernement ne semble pas pressé de s'attaquer à ces magasins. Thaivisa anglais note que le terme "sai thung" (mis dans un sac) est l'une des premières expressions que les gens apprennent en essayant de maîtriser la langue thaïlandaise. Puissions-nous suggérer que les gens apprennent "may (tong) sai thung" (pas besoin de sac) pour aider la campagne! Thaivisa français joute que les 7Eleven des pays avancés comme Hong Kong ne donnent plus de sachets et que, en Thaïlande, les mentalités changent. Auparavant lorsqu'on disait "may sai thung" (sans sac) on passait pour un étranger snob (ce qui est peut-être vrai) mais que maintenant, les caissiers sont moins étonnés lorsqu'on refuse leurs sachets. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1049117-thai-environment-minister-declares-war-on-plastic-bags-at-markets-d-day-july-21st/
  5. Juste à temps: une Française sauvée après avoir menacé de sauter du toit d'une maison d'hôtes de Phetchaburi La police de Phetchaburi a réussi à mettre en sécurité une Française de 61 ans qui est montée au troisième étage d'une guest house menaçant de sauter. L'équipe de sauveteurs est parvenue à porter D M (nom exact ou approximatif dans le lien) en bas des escaliers puis dans une ambulance en attente. La Française a pleuré de façon incontrôlable durant le trajet jusqu'à l'hôpital. Le directeur de la maison d'hôtes de Soi Bandai, dans le sous-district de Ban Mor, a déclaré que la touriste était arrivée seule à la fin du mois de juin. Rien de particulier à dire sur cette femme jusqu'à ce qu'elle monte sur le toit, où se trouve un jardin, hier et menace de se jeter dans le vide. Incapable de maitriser la situation, le propriétaire a appelé la police. La police a trouvé des médicaments pour un problème de thyroïde dans la chambre de la touriste. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1049120-just-in-time-french-woman-saved-after-threatening-to-jump-from-phetchaburi-guest-house-roof/
  6. Chiang Rai (Thaïlande) - Les douze enfants et leur entraîneur de football sauvés au terme d'une périlleuse opération de secours internationale dans une grotte de Thaïlande ont décrit le "miracle" d'avoir été retrouvés au bout de neuf jours, lors d'une conférence de presse inédite mercredi. "C'est un miracle", a décrit Adul Sam-On, 14 ans, l'enfant qui avait répondu, en anglais, aux plongeurs britanniques les ayant découverts au bout de neuf jours sans contact avec l'extérieur. "Mon cerveau ne fonctionnait pas très bien" après tant de jours sans nourriture, a-t-il ajouté. Les rescapés n'ont rien mangé, buvant seulement de l'eau de pluie durant neuf jours. Vêtus tous d'un T-shirt orné d'un sanglier, en référence au nom de leur club de foot des "Sangliers sauvages", ils se sont tous présentés individuellement, après avoir échangé quelques balles sur un terrain de football improvisé dans la salle de presse. Sur un registre plus léger, ils ont aussi expliqué avoir regardé la finale de la Coupe du monde dimanche soir à l'hôpital. "Il s'agit de permettre aux médias de poser leurs questions et de permettre ensuite leur retour à la vie normale sans que les médias ne viennent les embêter", avait auparavant déclaré à l'AFP le porte-parole du gouvernement thaïlandais, Sunsern Kaewkumnerd. Ils sont sortis un jour plus tôt qu'initialement annoncé de l'hôpital où ils ont passé plus d'une semaine, d'abord équipés de lunettes de soleil pour se réhabituer à la lumière du jour après plus de deux semaines sous terre pour certains. Ils ont été jusqu'ici protégés de l'intense intérêt médiatique suscité par leur histoire, avec plus d'un millier de journalistes venus du monde entier, des tweets de Donald Trump et de stars du ballon rond à leur sujet. Depuis leurs évacuation spectaculaire, endormis sur des civières tirées pendant des heures par des plongeurs professionnels, les autorités sanitaires ont publié au compte-gouttes des photos et vidéos d'eux à l'hôpital, disant leur soulagement et rendant hommage au plongeur ayant perdu la vie lors de l'opération de secours. Les autorités thaïlandaises ont préféré organiser une conférence de presse afin d'éviter les sollicitations en ordre dispersé des enfants, qui doivent reprendre une vie normale au plus vite selon les psychiatres. Des psychiatres ont passé en revue les questions avant la conférence de presse pour s'assurer de leur caractère non-traumatisant. Les enfants ont assuré qu'ils savaient tous nager et, sans expliciter immédiatement les raisons pour lesquelles ils s'étaient rendus dans la grotte, ont assuré ne pas y être allés pour fêter l'anniversaire de l'un d'entre eux, Pheeraphat, surnommé "Night", qui a eu 16 ans le 23 juin. - En direct à la télévision - La conférence de presse, officiellement baptisée "Renvoyer les Sangliers sauvages à la maison", a été diffusée en direct à la télévision. "Ils devraient rentrer à la maison dans la foulée", a précisé le porte-parole du gouvernement. Le chef de la junte militaire au pouvoir en Thaïlande depuis un coup d'Etat en 2014, le général Prayut Chan-O-Cha, a mis en garde les journalistes contre la tentation de poser "des questions sans importance". Les recommandations des médecins de tenir les enfants à distance de tout contact avec les médias pendant un mois risquent d'être difficiles à respecter vu l'intérêt suscité par l'histoire, jusqu'auprès de sociétés de productions hollywoodiennes ayant repéré le bon scénario. La saga a été marquée par les frasques du milliardaire Elon Musk qui avait apporté en personne un prototype de sous-marin censé permettre l'évacuation des enfants. Un des spéléologues britanniques au coeur de l'opération de sauvetage, Vernon Unsworth, avait dénoncé un "coup de pub", ce qui lui avait valu d'être traité de pédophile par Musk qui s'est excusé mercredi. Les familles des enfants tentent elles aussi de tenir les médias à distance et de se concentrer sur l'heureux événement. "C'est le plus beau jour de ma vie", s'enthousiasmait mercredi, interrogée par l'AFP, Khameuy Promthep, la grand-mère de Duangphet, plus connu sous le sobriquet de "Dom", le capitaine de l'équipe de football, âgé de 13 ans. L'équipe des "Sangliers sauvages" était restée bloquée, à partir du 23 juin et pour certains jusqu'au 10 juillet, dans la grotte de Tham Luang, une des plus grandes de Thaïlande. Ils avaient été découverts par des plongeurs britanniques neuf jours plus tard, à quatre kilomètres de l'entrée, sur un promontoire rocheux, prisonnier des eaux, montées soudain en raison des pluies de mousson. Leur évacuation, extrêmement difficile, par des boyaux étroits envahis d'une eau boueuse, avait pris trois jours et s'était achevée le 10 juillet. https://www.lexpress.fr/actualites/1/monde/thailande-les-jeunes-rescapes-de-la-grotte-donnent-une-conference-de-presse_2026294.html
  7. suite de cette affaire Un Australien, ancien propriétaire d'une boîte de nuit à Soi Nana est condamné à une longue peine de prison après avoir été reconnu coupable de traite des êtres humains et proxénétisme. Le tribunal correctionnel de Bangkok a condamné mercredi Michael Pearl, originaire du Soudan, à 19 ans de prison, tandis que Ghassan Wakej, 36 ans, de nationalité syrienne, une Marocaine et deux Thaïlandais ont été condamnés à 16 ans de prison pour avoir forcé quatre Marocaines à se prostituer à Bangkok entre 2016 et 2017. Le tribunal a entendu comment Pearl, qui possédait la Dream Disco située au quatrième étage de l'hôtel Zenith à Soi Nana, a promis aux victimes des emplois bien rémunérés en tant que serveuses. Au lieu de cela, on leur a confisqué leurs passeports et elles ont été forcées à travailler comme prostituées. Pearl a été arrêté en août dernier à l'aéroport de Suvarnabhumi alors qu'il tentait de prendre l'avion pour fuir le pays. Sa complice marocaine n'a jamais été nommé, ni en 2017, ni aujourd'hui. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1049036-australian-man-and-former-nana-nightclub-owner-found-guilty-of-human-trafficking/ La photo, à l'évidence, date de l'an passé.
  8. Article de THE NATION Il n’y a pas que les deux rescapés de la grotte et leur entraîneur qui méritent la citoyenneté thaïlandaise. Le dramatique sauvetage des Sangliers d’une grotte inondée de Chiangraï a jeté soudainement un éclairage sur le statut légal d’apatride pour deux garçons et leur entraîneur. On espère que la vague de sympathie de la part des Thaïs augmentera leurs chances d’obtenir leur citoyenneté. Ces trois cas sont parmi le demi-million de membres de minorités ethniques et autres, résidant dans le nord et l’ouest de la Thaïlande, qui n’ont pas de pays qu’ils pourraient invoquer, bien que (et c’est le cas d’un grand nombre d’entre eux) ils soient nés sur le territoire thaïlandais. Autant que ces trois cas mis en lumière et méritant la citoyenneté, il faut trouver une solution rapide et satisfaisante pour tous les autres. Pour l’instant, pour calmer la réaction internationale, le gouvernement a promis de conférer au trio de la grotte une assistance légale dans la vérification de leur statut ; si rien ne complique leur dossier personnel, ils seront citoyens thaïlandais dans six mois. Les apatrides en Thaïlande doivent subir des limitations à maints aspects de leur vie. Ils n’ont pas les droits et facilités dont bénéficient les citoyens ordinaires. Les demandes de naturalisation peuvent être longues, parfois en termes de décennies. Les impétrants doivent faire la preuve qu’au moins un de leurs parents est thaïlandais et établir les circonstances de leur naissance. Les vérifications sont particulièrement lentes et compliquées en raison de l’engorgement des administrations locales dans le traitement des demandes et des procédures fastidieuses requises par le grand nombre de dépositions. Trop souvent le processus pour obtenir la citoyenneté est considéré par les candidats comme une loterie ; ils sont à la merci du responsable de leur cas, qui souvent travaille dans le noir. Tout ce temps perdu représente des chances perdues pour leur vie. L’un des garçons, 14 ans, a franchi la frontière du Myanmar dans l’espoir d’être proprement scolarisé et y avoir un meilleur avenir. Il parle couramment l’anglais, le birman, le mandarin et le thaï. C’est lui qui servait d’interprète entre les sauveteurs étrangers lorsqu’ils s’adressaient à ses camarades. Il est intelligent, altruiste, toujours prêt à aider les autres et a beaucoup de courage. Il ferait un citoyen de premier ordre. La Thaïlande a une longue et trouble histoire dans ses rapports avec ses réfugiés et autres immigrants. Il existe une grande méfiance de la population à leur égard, soutenue par des nationalistes qui craignent que les étrangers s’emparent de leurs maisons et de leur gagne-pain. Les nouveaux venus assez fortunés pour payer leur citoyenneté sont bienvenus dans leur demande d’embrasser la vie thaïe, la langue et les coutumes. Mais il y aussi des requins qui exploitent les apatrides le long de la frontière. Les membres des tribus des montagnes sont une grande attraction touristique, présentés comme Thaïs dans les brochures et sur les cartes postales. Mais les autres, moins exotiques, sont exploités comme de la main d’œuvre à bon marché. Tout cela doit changer. Le gouvernement et la population thaïlandais doivent adopter des comportements plus humains dans les demandes de citoyenneté. Il faut commencer par respecter les droits inaliénables de tous les êtres humains et procéder à partir de là. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048783-it’s-not-just-the-two-boys-and-the-coach-plucked-from-the-cave-who-deserve-to-be-thai-citizens/
  9. La police de Chaiyaphum a arrêté un ancien moine recherché après la mort d'une jeune fille de 18 ans. Le moine -dans les ordres au moment des faits- aurait donné à la fille une potion magique pour la guérir. La mère de la fille était convaincue que c'était la réponse aux maux de sa fille. Mais la fille a vomi et est morte rapidement. C'était en avril. Le moine a disparu mais a refait surface hier et a été arrêté sur mandat. Opas Srisanga, 43 ans, a déclaré qu'il avait volontairement quitté le monastère suite à l'accident et qu'il était parti dans le sud pour travailler sur un chalutier opérant à partir de Krabi. Mais quand la mousson est arrivée, il a décidé de rentrer à Chaiyaphum. Il a nié avoir fait quelque chose de mal et a trouvé une longue liste d'excuses. Il a dit que la potion était composée uniquement de cire de bougie (sic!) et d'eau pure. Il n'a jamais forcé la fille ou quelqu'un d'autre à la boire. Il n'a jamais demandé à être payé pour le service - mais il acceptait de l'argent si un patient était assez aimable pour en donner. Les personnes ont toujours été averties à l'avance (des risques). En outre, a-t-il dit, les gens n'étaient pas censés prendre toute la potion d'un seul coup, mais petit à petit. La police a écouté les excuses mais n'a pas été convaincue, Opas est incarcéré pour homicide par négligence. Les autres personnes impliquées dans ce décès se sont rendues à la police à l'époque. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048964-chaiyaphum-former-monk-arrested-after-feeding-magic-potion-to-18-year-old-girl-who-died/
  10. Les ENSEIGNANTS rejettent les accusations venant de certains hauts fonctionnaires qui suggèrent qu'ils ne veulent pas rembourser leurs emprunts. Le groupe d'une centaine d'enseignants a rétorqué que le malheur d'être surendettés les avaient poussés à lancer la campagne exigeant que le gouvernement intervienne dans leur cas. Des termes déraisonnables dans les contrats de l’organisme de prêts pour les enseignants les empêcheraient de rembourser rapidement ce qu'ils doivent. "Les gens (hauts fonctionnaires) devraient étudier les détails avant de proférer de telles accusations", a déclaré le président du Réseau professionnel des enseignants de Thaïlande, Auychai Watha. «Les enseignants ne refusent pas de rembourser les prêts, mais nous voulons que le gouvernement planifie des mesures pour régler le problème de quelque 500 000 enseignants surendettés". "Beaucoup d'entre nous n'ont pas obtenu un traitement équitable de la part du programme d'aide de la Banque d'épargne du gouvernement (GSB) parce que le taux d'intérêt était incorrect", a déclaré M. Auychai. M. Auychai a déclaré qu'il devait encore 1,1 million de baht après avoir payé plus de 7 000 bahts / mois au cours des sept dernières années pour rembourser les 1,2 million de baht qu'il a empruntés. Cela signifie qu'il a remboursé 7000 x 12 mois x 7 ans = 588 000 thb mais que sa dette n'a baissé que de 100 000 thb. Le représentant enseignant a déclaré que le groupe voulait simplement l'aide du gouvernement pour résoudre les problèmes, tout comme il avait aidé les agriculteurs avec un moratoire sur les remboursements de la dette et un plan de restructuration de la dette. Les enseignants demandent également aux autorités de vérifier si la banque GSB a "profité" du système de prêt, a-t-il déclaré. Le groupe de 100 personnes avait demandé samedi à 450 000 autres enseignants surendettés de cesser de rembourser les dettes dès le 1er août afin de faire pression sur le gouvernement et la GSB pour obtenir un moratoire de six mois sur les remboursements. Ils ont également demandé que le taux d'intérêt annuel tombe à 1 pour cent (contre les taux actuels de 5 et 7 pour cent). Les enseignants ont également exigé que l'Assemblée législative nationale et le gouvernement mettent en place un comité spécial pour trouver des solutions au surendettement des enseignants. Toutefois, le président de la GSB, Chatchai Payuhanaveechai, a déclaré qu'aucune mesure d'assistance supplémentaire ne serait mise en place pour les débiteurs enseignants. Il a déclaré que la banque avait déjà lancé plusieurs mesures pour aider, y compris la restructuration de la dette, un moratoire de trois ans sur le montant du prêt en capital et un prêt à faible taux d'intérêt pour le refinancement de l'ancienne dette. En mai, GSB avait signé un protocole d'accord avec le fonds de prévoyance pour permettre la restructuration de la dette avec une réduction de 1% des intérêts sur les prêts. GSB compte actuellement 433 000 débiteurs enseignants pour environ 406 milliards de Bt. soit environ un million en moyenne par enseignant. Le secrétaire permanent adjoint du ministère de la Justice, Thawatchai Thaikhiew, a averti le groupe des enseignants qu'ils risquent gros s'ils cessent de rembourser leurs dettes, en particulier pour ceux qui doivent plus de 1 million de Bt. Thawatchai a déclaré qu'ils pourraient être contraints à la faillite personnelle ce qui les disqualifieraient de facto pour des postes dans la fonction publique conformément à la loi de 2004 sur les enseignants. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048940-teachers-push-back-in-thai-govt-loan-dispute/
  11. La police de Bangkok a arrêté un Britannique qui enseigne dans un institut de langues à Bang Khae. Des images obscènes d'enfants ont été trouvées sur son ordinateur et son téléphone. La police allègue qu'il publiait des annonces et partageait les images sur Craigslist (un site où, normalement, on vend sa voiture ou cherche un appartement). Anthony James Bennett nie les accusations disant que les images pornographiques étaient juste pour son "utilisation" personnelle. Il est détenu au poste de police de Bang Khun Thian dans le district de Phasi Charoen hier. La police, DSI et CSD, a suspecté quelque chose en surveillant Craigslist. Les officiers disent que M. Bennett a publié une annonce à la recherche de partenaires féminines, mères d'enfants de douze ans. Les policiers ont envoyé un email - piège et en réponse ont reçu des images indécentes d'enfants. Ils considèrent cet individu comme potentiellement dangereux ce qui nécessitait son arrestation. Cela a conduit à la délivrance du mandat d'arrêt et à la fouille la chambre du suspect à Mind Mansion, Soi Therdthai 66, Phasi Charoen, Bangkok. Un ordinateur portable et un téléphone ont été trouvé comme preuve. La police a dit qu'il y avait beaucoup d'images indécentes d'enfants sur les deux. M. Bennett a nié l'annonce et la propagation de la pédopornographie en disant que les images étaient pour son usage personnel. La police a déclaré que le suspect est un professeur de langue à Bang Khae. Thaivisa anglais précise : Thai Rath a déclaré que le site impliqué était "carcklist.co.th" ce que nous traduisons par Craigslist. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048955-dangerous-british-teacher-arrested-on-child-porn-charges-in-bangkok/
  12. Le ministre du Tourisme et des Sports, Weerasak Kowsurat, a exhorté hier les agences gouvernementales à régler une série de problèmes avant d'envoyer un message convaincant au monde affirmant que la Thaïlande est toujours une destination sûre pour les touristes. Il ne parle pas ici des possibles agressions et vols qui sont bien moins nombreux en Thaïlande que dans certains pays occidentaux. Weerasak faisait référence à l'accident du bateau Phoenix qui a tué 47 touristes chinois au début du mois au large de l'île de Phuket. Il y a beaucoup de questions que les autorités devraient examiner et rectifier pour aider à améliorer la confiance des touristes dans la Thaïlande, a dit Weerasak dans une entrevue au Nation. Primo selon lui, les autorités devraient payer toutes les indemnisations dues aux proches des victimes et renvoyer les corps dans leur pays. Secundo, Les autorités devraient essayer de comprendre ce qui est arrivé au bateau en récupérant l'épave pour inspection. Les organismes concernés devraient collecter des statistiques à l'échelle nationale sur les accidents de bateaux et étudier les normes internationales applicables aux bateaux d'excursion. Tertio, Il a également exhorté les autorités à ne pas mettre l'accident sur le dos des "zéros dollars tours" ou les prêtes-noms dans le tourisme. Il s'agit d'une pique au numéro deux de la junte Prawit qui a dit que l'accident était la faute des Chinois, avant de s'excuser. "[Les gens] ne devraient pas généraliser. Nous devrions avoir de la sympathie pour ceux qui ont perdu leurs proches. L'argent ne peut pas les ramener ", a dit le ministre. Il a également exhorté les autorités à accélérer l'achèvement d'un manuel de normes de sécurité pour améliorer la confiance. "Si nous réglons tous ces problèmes, nous pourrons alors envoyer un message convaincant au monde, aux Chinois et aux populations locales et leur demander de nous faire confiance", a-t-il déclaré. Le nombre de touristes chinois à Phuket a fortement diminué à la suite de la tragédie. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048938-thailand-not-seen-as-safe-tourist-destination-until-it-fixes-problems-weerasak/ Le ministre évoque ici la sécurité en mer mais ses réfections sont valables aussi pour la sécurité routière.
  13. Tous les jours des autocars sont accidentés en Thaïlande mais on n'en parle pas pour ne pas donner l'impression de critiquer. Aujourd'hui, les victimes ne sont ni des écoliers, ni des Chinois, mais des Français, cela mérite donc quelques lignes. Vingt-cinq touristes français et un guide thaïlandais ont été blessés, 4 ou 5 d'entre eux dans un état grave, après que l'autocar dans lequel ils voyageaient s'est renversé sur une route secondaire dans le district de Mae Lao de la province de Chiang Rai mardi. Les secouristes ont déclaré que la plupart des touristes avaient subi des contusions et avaient été libérés après avoir reçu des premiers soins à l'hôpital du district de Mae Lao. L'accident s'est produit à Ban Huey Sarn Yao à Tambon Dong Mada, dans le district de Mae Lao, alors que le bus circulait entre Chiang Mai et Chiang Rai. Le conducteur de bus, M. Natthapol Klinchuen, qui est indemne a attendu la police sur les lieux de l'accident. Il aurait déclaré à la police qu'il avait perdu le contrôle de l'autobus lorsqu'il est arrivé dans une courbe rendue glissante par la pluie. Le bus a ensuite percuté une borne kilométrique puis s'est écrasé dans les buissons avant de se renverser, a précisé le chauffeur, ajoutant qu'il n'avait pas accéléré et qu'aucune voiture ne lui avait fait une queue de poisson ce qui aurait pu provoquer l'accident. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048960-french-tourists-injured-in-bus-accident-in-chiang-rai/
  14. Tham Luang Nang-Khun Le parc de Nam Nang a été fermé indéfiniment en raison de dommages importants causés à l'environnement du parc au cours des récentes opérations de sauvetage dramatiques. Les responsables forestiers ont déclaré que la forêt nécessite une réhabilitation et une restauration massives. M. Tunya Nititham, directeur général des parcs nationaux, a déclaré aujourd'hui que la grotte de Tham Luang, qui était le point central des opérations de sauvetage, avait subi d'importants dégâts qui n'ont pu être évalués. Il a révélé que plusieurs équipements et matériels utilisés pour les opérations de sauvetage, tels que des fils électriques avaient été laissés dans la grotte, ajoutant que les zones environnantes avaient été percées de trous pour drainer les eaux souterraines et d'autres zones ont été pavées pour faire atterrir des hélicoptères et des murs percés ou construits pour détourner le flux d'eau. Il a dit qu'il a ordonné que le parc forestier soit fermé indéfiniment et interdit à toutes les personnes non autorisées jusqu'à ce que les travaux de restauration du parc lui permette de retrouver son état naturel, ce qui peut prendre des mois ou des années. Des plans de réhabilitation comprenant des plans à court terme, à moyen terme et à long terme sont en cours d'élaboration avant d'être soumis au ministre de l'environnement, accompagnés d'une demande de financement pour examen. Le plan à court terme couvrira les mesures de sécurité qui comprennent l'installation de systèmes de vidéosurveillance dans la grotte et dans d'autres attractions touristiques de la région ainsi que l'amélioration de l'éclairage à l'intérieur et à l'extérieur de la grotte. Interrogé sur la proposition de transformer le parc forestier de Tham Luang en parc national, M. Tunya a déclaré que des audiences publiques seraient nécessaires pour évaluer les opinions des personnes qui vivent autour du parc forestier. Il a averti que, une fois transformé en parc national (comme en France, il existe différents types de parcs), d'autres restrictions devront être imposées, y compris le nombre de visiteurs de la grotte. Mais il a dit qu'il n'y avait aucune urgence pour cela. Le TAT a un autre avis car, qui dit touristes, dit argent frais. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048784-tham-luang-forest-closed -indefinitely-due-to-heavy-damage/
  15. Une Française a porté plainte mardi auprès de la police de Surat Thani, affirmant que 350 euros en espèces avaient été volés dans son sac à bord d'un bus reliant Bangkok à Koh Pha Ngan. Nadia (aucun nom de famille disponible), 23 ans, a porté plainte au poste de police de Surat Thani à 6h du matin ce mardi. Elle dit s'être voler 350 € dans un autocar. Elle a déclaré à la police que son argent avait été volé à bord du bus Tour 30 de Monthanathip And Travel Co Ltd, qui a quitté Khao San Road à Bangkok à 18h30 lundi. La touriste a dit que quand elle est descendue du bus pour prendre un bateau ferry à destination de Koh Pha Ngan mardi matin, elle a trouvé que son argent avait disparu. Elle a dit avoir vu un employé travaillant dans l'autobus fouiller les sacs des passagers tard dans la nuit alors que la plupart d'entre eux dormaient, mais ne pouvaient pas se souvenir de quel employé il s'agit. La police convoquera le chauffeur de bus et ses assistants pour un interrogatoire. https://www.thaivisa.com/forum/topic/1048819-french-tourist-says-350-euros-stolen-on-koh-pha-ngan-bound-bus/ Nadia, si vous voulez ajouter quelque chose, veuillez nous contacter à [email protected] Par ailleurs, quel que soit le pays (dont la France), on garde ses sous et son passeport sur soi.