Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 208
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Des centaines de seringues et tubes d'échantillons sanguins trouvés dans la mer au large de Sattahip Une enquête est en cours à Sattahip, Chonburi, après que plus de 500 seringues et tubes de prélèvements de sang ont été trouvés flottant dans la mer à Samaesan. Les autorités ont été alertées après une publication sur un site populaire appelé "Mor Lab Panda" sur Facebook. Des craintes ont été exprimées selon lesquelles les objets en question pourraient être infectés par des maladies. Quoiqu’il en soit, la mer n'est pas l’endroit où des déchets hospitaliers doivent être jetés. Les journalistes se sont entretenus avec l'autorité locale, le phoo yai Natthapong, qui a déclaré qu'il avait contacté les autorités sanitaires et les opérateurs de hors-bord pour venir récupérer la masse de matériel médical. Le chef du canton, M. Adul, a déclaré que "c'est rare" - la région est connue pour avoir un joli bord de mer propre, a-t-il déclaré. On pense que les articles provenaient d'une clinique de chirurgie esthétique ou d'un petit hôpital privé "normal". Une enquête est en cours pour tenter de déterminer comment ces détritus se sont retrouvés dans la mer.https://forum.thaivisa.com/topic/1148660-hundreds-of-syringesblood-tubes-found-dumped-in-the-sea-off-sattahip/
  2. La Marine et l'Air Force devraient restituer des terres de l'État Le ministère des Finances a demandé à la Royal Thai Navy et à la R. Air Force de suivre l'armée et de restituer les terres appartenant à l'État, a déclaré un haut responsable. On ne sait pas comment ces forces armées se sont trouvées en possession de ces terrains. "Nous avions discuté avec l'armée il y a plusieurs mois de la restitution des terres de l'État au ministère des Finances", a déclaré à The Nation Yuttana Yimgarund, du département du Trésor. Cette décision n'est pas le résultat de la tragique tuerie de masse à Nakhon Ratchasima la semaine dernière, mais le drame ne peut qu'accélérer le processus, a-t-il déclaré. Le département a essayé pendant de nombreuses années de récupérer les terres de l'État. En vain. L'armée contrôle le pays depuis 90 ans. Le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, a déclaré au public après la fusillade sanglante que l'armée restituerait les terres de l'État et certaines entreprises exploitées par l'armée au ministère des Finances. Il y a 40 entreprises, dont un stade de boxe thaï, un terrain de golf et un hôtel. Yuttana a déclaré que le département avait également envoyé des lettres à la marine et à l'armée de l'air leur demandant de restituer les terres domaniales qu'elles occupent. Il a cité l'exemple de la marine royale thaïlandaise acceptant de restituer des terres à Samae San à Sattahip, un bord de mer, couvrant plus de 10 000 rai. Cependant, environ 3 000 personnes occupent illégalement le terrain, a-t-il dit. Par ailleurs le département discute avec l'armée de l'air de la restitution de terres à Ubon Ratchathani et Udon Thani, et à Chiang Mai, ces terres couvrent environ 3000 à 4000 rai, a-t-il déclaré. Plus d'un million de rai de terres de l’État "préemptées" par des "agences" doivent être restitués au ministère, dont les militaires représentent environ 50%, le ministère de l'Agriculture et des Coopératives 25% et le ministère de l'Éducation 10%. Les hôpitaux publics détiennent également des terrains. Selon la loi, seul le Département du Trésor peut louer des terres d'État à la population; les autres agences d'État ne sont pas autorisées à le faire, a-t-il dit. Dans le passé, les agences d'État utilisaient les terres pour créer de petites entreprises afin de fournir des services sociaux au personnel militaire ou aux fonctionnaires. Mais à mesure que le pays s'est développé, ces petits magasins ou hôtels ont également offert leurs services à tout le monde. En clair, les hôtels pour le personnel sont devenus des hôtels pour touristes. Les agences gardent les bénéfices dont on ne connaît pas la destination finale. Les agences étatiques pourraient maintenir les activités des petites entreprises à caractère social des forces de sécurité ou des fonctionnaires, mais elles ne peuvent, selon la loi, gérer des entreprises privées à part entière, a-t-il déclaré. Pour les activités commerciales, l'armée, la marine thaïlandaise, l'armée de l'air et d'autres agences de l'État doivent consulter le contrôleur général sur la façon de les gérer et de "partager" les revenus avec les caisses de l'État et les programmes sociaux, a-t-il déclaré. Le partage des revenus pourrait être de 30% pour les "œuvres" des agences et de 70% pour les caisses de l'État. https://forum.thaivisa.com/topic/1148537-navy-air-force-also-asked-to-return-state-land/ Tout le monde s'accorde sur le fait que l'armée a besoin d'être réformée, Apirat le premier, mais s'il veut s'en occuper seul, Le Future Forward considère que l'armée ne peut être juge et partie et que la réforme ne peut pas être menée à bien par l'armée. Le Future Forward pourrait être dissout dans la semaine. Le Future Forward est très populaire chez les jeunes et les urbains qui critiquent le gouvernement et l'armée à longueur de temps sur les réseaux sociaux. https://www.khaosodenglish.com/politics/2020/02/16/army-reform-cannot-be-left-to-the-military-thanathorn-tells-rally/
  3. Pattaya: un Belge âgé décède après une dispute avec des voisins au sujet du bruit de sa pompe La police de Nong Prue et les secouristes de Sawang Boriboon ont trouvé hier soir un Belge de 65 ans mort près de sa piscine au complexe AD House à Khao Talo. Le propriétaire de la maison numéro 63/39 s'appelait Willem B. Son corps a été emmené à l'hôpital Bang Lamung. 77kaoded raconte que juste avant la découverte du corps, la police avait été contactée à cause d'un différend entre voisins concernant le bruit provenant de la pompe (du Belge semble-t-il). La victime serait allée chez un ami, puis serait revenue chez lui alors qu'au même moment une patrouille de police était en route pour régler le problème. Les médias ont déclaré qu'il était étrange que lorsque la patrouille a trouvé le corps, le personnel médical de l'hôpital Bang Lamung n'a pas été appelé. Une autopsie est en cours à l'hôpital de police pour déterminer ce qui s'est passé. https://forum.thaivisa.com/topic/1148657-pattaya-elderly-belgian-man-dies-after-argument-with-neighbors-over-noise-from-his-pump/
  4. BANGKOK (Reuters) – Advanced Info Service Pcl de Thaïlande (ADVANC.BK) a remporté 23 licences pour la 5G aux enchères dimanche, tandis que True Pcl (TRUE.BK) en a remporté 17, a indiqué le régulateur des télécommunications du pays. Le régulateur thaïlandais des télécommunications a levé plus de 100 milliards de bahts (3,21 milliards de dollars) pour 48 licences pour les services 5G dimanche, avant le déploiement commercial prévu plus tard cette année. Total Access Communication Pcl ou DTAC (DTAC.BK), a remporté deux licences. Deux opérateurs publics, CAT Telecom et TOT, ont respectivement remporté deux et quatre licences.
  5. La Thaïlande recrute 10 000 enseignants étrangers pour améliorer les capacités en anglais des enfants thaïlandais. Le ministre thaïlandais de l'Éducation a lancé un appel aux ambassades étrangères et à d'autres organisations pour l'aider à trouver 3 000 enseignants étrangers supplémentaires pour aider les écoles à enseigner l'anglais et d'autres matières en anglais. Après une réunion avec les ambassades et d'autres groupes, Natapol Teepsuwan a déclaré que 64 millions de bahts étaient provisionnés pour le projet. Il a dit qu'il y a actuellement 7 000 enseignants étrangers dans le royaume. Il a dit que ce n'était pas suffisant pour son plan d'améliorer le niveau. Il veut que le nombre de profs passe à 10 000. Il a besoin de professeurs étrangers pour enseigner aux enfants thaïlandais et aussi aux professeurs thaïlandais d'anglais. Natapol a utilisé le terme "jao khong phasa" pour désigner les enseignants qu'il veut. Cela signifie des locuteurs natifs. Thaivisa note que dans les histoires de cette nature, le diable est dans les détails. L'article du Daily News en manquait. Il n'a pas été mentionné dans le Daily News d'où ces enseignants pourraient provenir. La Thaïlande a fait face à des critiques dans le passé pour avoir embauché des professeurs d'anglais dans d'autres pays asiatiques, tels que les Philippines, bien qu'aucune mention n'ait été faite de cette question par Daily News. Le ministre de l'Éducation estime que si les professeurs étrangers qu'il embauche enseignent aux Thaïs à être de meilleurs professeurs d'anglais, alors d'ici trois ans, il n'aurait plus besoin d'autant d'étrangers pour enseigner dans les écoles thaïlandaises. Thaivisa en français précise que Ceux qui vivent en Thaïlande depuis des années ont lu cette annonce des dizaines de fois or le niveau des enfants thaïlandais en anglais baisse sans cesse. Est-ce que les professeurs, souvent des amateurs, sont mauvais ? Est-ce que le nombre d'heures est insuffisant ? Ceux qui ont des enfant dans le système scolaire local savent que de plus en plus de temps est dévolu à des "activités" (sportives, ludiques, religieuses, de type militaires, etc.) et, par conséquent, les heures d'enseignements sont réduites. Thaivisa en français ajoute qu'un autre détail a son importance : le salaire des professeurs étrangers. A 500 / 800 €, on ne peut pas espérer séduire un enseignant professionnel mais simplement un locuteur natif sans emploi qui fera office de professeur. Par ailleurs, former des professeurs d'anglais thaïlandais est une autre tâche où la science de l’éducation / la pédagogie est fondamentale, il faut être prêt à payer de tels professionnels (des milliers d'euros par mois). https://forum.thaivisa.com/topic/1148496-thailand-to-recruit-10000-foreign-teachers-to-boost-english-standards-of-thai-kids/
  6. L'armée va rendre trois installations de loisirs au ministère des Finances L’Armée rendra trois projets récréatifs occupant des milliers de rai au Département du Trésor du ministère des Finances dans le cadre de la réforme. Un protocole d'accord sera signé avec le ministère des Finances le 17 février pour la première phase, le retour de trois projets récréatifs: l'hôtel Suan Son Pradipat, le parcours de golf Ramindra du Royal Thai Army Sports Centre et le stade de boxe Lumpinee. Samedi, après la tuerie de masse de Nakhon Ratchasima, le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, a décidé d’abandonner les entreprises commerciales détenues unilatéralement par les unités militaires dans les trois mois. Les «entreprises de casernes» seront remises lundi au Trésor Une nouvelle règle stricte - mais non applicable à Prayut et à quelques autres qui garderont leurs maisons gratuites. Les militaires s'apprêtent à rendre toutes les propriétés foncières appartenant à l'État Le chef de l'armée cherche à mettre fin aux accords commerciaux militaires Les détails de ces 3 projets récréatifs sont les suivants: L'hôtel Suan Son Pradipat est situé sur Ban Nong Kae dans le district de Hua Hin dans la province de Prachuap Khiri Khan avec une superficie d'environ 1 065 rai. Le Royal Forest Department a transféré la zone à l'armée pour l'utiliser comme commandement, mais il a maintenant été converti en un lieu de loisirs pour les officiers militaires tout en permettant aux étrangers de louer les installations. Cet hôtel de luxe en bord de mer avec 160 chambres se compose de bungalows près de la plage, d'installations telles que piscines, spas, bâtiments polyvalents, salles de conférence et une salle de banquet, tandis que le centre sportif royal de l'armée thaïlandaise Suan Son Pradipat possède un parcours de golf près de la mer. Le parcours de golf Ramindra du Royal Thai Army Sports Centre est situé sur la route Ram-Indra dans le quartier de Bang Khen à Bangkok avec une superficie d'environ 500 rai. Ce centre se compose de deux terrains de golf de 36 trous. Le premier terrain de golf avec 18 trous a été construit en 1963 lorsque le maréchal Thanom Kittikachorn était le chef de l'armée, utilisant la zone de l'armée derrière le 11th Infantry Regiment, King's Close Bodyguard, tandis que le deuxième terrain de golf du côté est avec 18 trous a été construit en 1983 lorsque le général Arthit Kamlang-ek était chef de l'armée. Installations comprenant un practice, des piscines, un centre de fitness, une salle de massage thaï et une salle de banquet pour les mariages, les rassemblements, les conférences et les séminaires. Le stade de boxe du Lumpinee est situé à l'intérieur du centre sportif royal de l'armée thaïlandaise Ram-Indra à Bangkok avec une superficie d'environ 6 rai et 2 ngan, à l'origine situé sur Rama IV Road. Le stade de boxe a été ouvert en 1956 par le major-général Praphas Charusathien alors qu'il était commandant de la 1re division, la garde du roi. Maintenant, le stade a déménagé à Ram-Indra Road, Km2 sous le Département social de l'armée. Il se compose d'un stade de boxe, d'un immeuble de bureaux et d'un parking de cinq étages. Ce stade de boxe organise divers tournois de boxe thaïlandais et internationaux. Selon les informations disponibles, le Lumpinee Boxing Stadium peut percevoir des droits d'entrée jusqu'à 3 millions de bahts par soirée. On ne sait pas où est allé cet argent depuis tout ce temps. Les installations comprennent une capacité d'accueil de plus de 5000 personnes, un musée de boxe thaï, une salle de réunion, une pièce VIP, un parking de cinq étages, des restaurants, un sauna, des magasins de massage thaïlandais, un centre culturel et une salle de formation de boxe thaï. https://forum.thaivisa.com/topic/1148535-army-to-return-three-recreational-facilities-to-finance-ministry/ L'armée est présente à tous les niveaux de l’économie soit en tant que telle (chaînes de télévision) soit parce que les entreprises appartiennent à des militaires.
  7. Événement historique ! Ce samedi 15 février, à Brest, le buste en bronze de Kosa Pan a été inauguré, près de la station de téléphérique, à deux pas de la célèbre rue de Siam. Elle est ainsi nommée en mémoire de cet ambassadeur du royaume de Siam et de sa délégation qui ont tant marqué les Brestois il y a plus de trois siècles ans. Événement historique ! Ce samedi 15 février, à Brest, à 10 h 45, une importante délégation thaïlandaise – 200 personnes – a assisté l’inauguration du buste en bronze de Kosa Pan, à Brest, à l’angle des rues Ducouédic, Louis-Pasteur et Jean-Moulin (près de la station de téléphérique). À deux pas de la célèbre rue de Siam, ainsi nommée en mémoire de cet ambassadeur du royaume de Siam et de sa délégation qui a tant marqué les esprits brestois il y a 333 ans. Le nom de Siam est aujourd’hui indissociable du nom de Brest. « Tous les marins de toutes les marines, un peu comme de franchir le Cap Horn, rêvent, ou tout au moins rêvaient, de « faire » une fois dans leur vie, la rue de Siam », assure Fortune Pellicano, adjoint en charge des jumelages. Ambassadeur du royaume de Siam, Kosa Pan a débarqué dans la cité du Ponant en juin 1686, avant d’aller rencontrer Louis XIV à Versailles. Une rencontre de civilisations qui a fondé les relations diplomatiques entre la France et la Thaïlande (ex-royaume de Siam). L’installation de cette statue commémorative a pour but de célébrer ces 333 ans d’amitié. Ce samedi, en jaune, rouge, bleu ou violet, les danseuses et musiciennes thaïlandaises en tenue traditionnelle ont fait aussi forte impression dans la rue de Siam. On n’oubliera pas de sitôt leur voix, leur énergie et leur bonne humeur venues de Thaïlande, surnommée le pays du sourire… https://www.ouest-france.fr/bretagne/brest-29200/video-333-ans-plus-tard-brest-une-statue-pour-l-ambassadeur-de-siam-6738703
  8. - 15 février 2020 - ============================================================================ Les informations et sujets du moment sont présentés dans cette nouvelle lettre périodique : Education, CFE et changement climatique sont abordés mais c’est aussi le moment de commencer à présenter son bilan de Conseiller Consulaire sur notre circonscription Thaïlande-Birmanie. Education Pour les bourses scolaires des enfants fréquentant les écoles françaises agrées (Le LFI de Bangkok, l’Ecole françaises internationale de Pattaya, l’école française internationale Jungle Samui, le BCIS Phuket international school et la Petite école de Bangkok), il est rappelé que l’obtention de bourses scolaires n’est pas automatique, elle doit absolument être renouvelée chaque année. Les dossiers de demande pour l’année scolaire 2020-2021 doivent être déposés ou envoyés à la section consulaire de l’ambassade de France à Bangkok au plus tard le 21 février 2020. Caisse des français de l’étranger (CFE) De nombreux adhérents de la CFE se plaignent des difficultés à joindre notre caisse pour obtenir des informations (réponses par émail dépassant un délai d’un mois, contact téléphonique quelques fois impossible dans un temps raisonnable …). Le conseil d’administration conscient de ces disfonctionnements a décidé de nommer des référents pour une première série d’une dizaine de pays. Je suis heureux de vous annoncer que notre référent Thaïlande serait en place en juin prochain. Nous jugerons le moment venu de l’efficacité de cette mesure. A suivre … La question de l’attestation d’assurance obligatoire pour le renouvellement des visas retraités de type OA préoccupe à juste titre mes compatriotes concernés. Je peux vous assurez qu’il ne se passe pas une semaine avant que je m’inquiète auprès du président de la CFE ou de son vice-président de l’avancée des pourparlers entre d’une part notre caisse et d’autre part les autorités thaïlandaises et les assurances locales agrées. Les différentes parties sont -m’assure-t-on- en négociations fréquentes pour parvenir à un accord que nous souhaitons tous le plus prochain possible. Le temps presse à trouver une solution ! Changement climatique Nous nous réjouissons de l’engagement de l'Ambassade de France en Thaïlande en partenariat avec l'Institut National de Recherche pour le Développement Durable IRD en Asie et l'Alliance Française de Bangkok, pour avoir initié la première édition de la Nuit des Idées à Bangkok le 30 janvier 2020 en présence de Monsieur l’Ambassadeur, de Monsieur Fabien Forni attaché culturel et Pascale Favre Directrice de l’Alliance française. L’animation du débat étaient assuré par Carol Isoux journaliste et correspondante du Monde et de Libération. Des scientifiques renommés ont participé aux exposés et au débat ( Dr Xavier Marie, biochimiste et océanographe de l’Institut Français de recherche et de développement basé à Hanoï, le Professeur Siwatt Pongpiachan Directeur du Centre de Recherche et Développement de la Prévention des Catastrophes et de la Gestion à l’Institut National d’Administration du Développement ,Monsieur Kraichat Tantrakarnapa de la faculté de médecine tropical de Mahidol University) mais aussi Warisa Sihirunwong, membre de GreenPeace. Depuis 2015, l'événement "Night of Ideas" se déroule simultanément sur les cinq continents et rassemble des invités d'horizons divers autour d'un thème commun afin de dégager des idées nouvelles dans le but de réduire la pollution de l’air. "Etre vivant" est le thème choisi pour cette année 2020. Après un exposé sur les risques de la pollution et les moyens de se protéger, le débat s’est orienté sur les moyens possible à mettre en œuvre pour diminuer et ramener la pollution à un niveau acceptable vu les dépassements significatifs constatés sur Bangkok dernièrement. Force est de constaté que pour le moment à en croire nos experts Thai ou Français, les solutions à mettre en place se heurtent aux « réalités » du monde économique et qu’ils sont réduits à nous dire :« la seule chose à faire actuellement, est de se protéger !» fin de citation… Il faudra voir tout de même si les dispositions prises récemment par les autorités conduisent à une amélioration progressive des conditions respiratoires à Bangkok et dans les autres grandes villes concernées. Les participants ont pu également apprécier les expositions de plusieurs ateliers : « Le carbone noir », « le côté obscur de l'activité humaine" par l'IRD en Asie, « le sens de la vie" d'Adana Legros, " Transmutation de la ville, la photographie comme alchimie" par Thierry Facon ou « comment faire de la nourriture sans déchet ? " Notre rôle de Conseiller dans ce domaine ne peut pas être une intervention directe auprès des autorités thaïlandaises. Par contre nous sommes tout à fait dans notre fonction quand nous rapportons les problèmes, voire que nous entreprenions de faire pression sur nos diplomates et les organismes français concernés pour inciter à coopérer avec les acteurs de notre pays d’accueil pour aider à prendre à bras le corps ces problèmes d’environnement. La bataille d’une priorité absolue contre le changement climatique ne peut avoir de frontière et des propositions devront être mise en place à tous les niveaux de la société. Nous pouvons y contribuer ! Un peu d’historique et le sens de mon engagement Après le départ de Hervé BELLIOT, il m’est revenu cette tâche importante d’être aux services de mes concitoyens. Résidant et travaillant en Thaïlande depuis plus de 20 ans ma connaissance du pays m’a bien aidé à prendre à bras le corps ma nouvelle responsabilité. Assez rapidement je me suis rendu compte du besoin d’écoute de résidents français en Thaïlande. Au-delà des attributions officielles du conseiller consulaire dans le domaine des bourses scolaires, d’aide sociale … il apparaît indispensable que l’élu soit disponible pour répondre aux sollicitations nombreuses et très diverses des français résidant dans notre grande région. Tisser des liens avec l’administration consulaire, les élus nationaux et les responsables d’organismes sociaux s’impose vite si l’efficacité de l’action constitue une priorité. Bien entendu pour moi cette évidence ne signifie absolument pas à renoncer à mes convictions de solidarité, d’équité et de respect des droits humains fondamentaux qui ont toujours guidé mes engagements. La détermination est une qualité indispensable pour faire avancer nos droits et les revendications légitimes ! Je présenterai et nous débattrons de mes pratiques pour vous entendre au quotidien (pourquoi « La Lettre de Conseiller Consulaire », répondre aux sollicitations aux quotidien, donnez la parole partout dans toutes les régions, aider à la naissance de nouvelles associations et aider les associations existantes, proposer une action de démocratie directe comme les pétitions). Toutes mes actions au service de notre communauté pourront être mises sur la table (bourses scolaires, moyens attribués aux écoles françaises et aide à la naissance de nouveaux établissements, CFE, aides sociales, subventions aux associations, équité fiscale, le changement climatique, enclencher la concertation pour favoriser l’emploi et la formation professionnelle de nos concitoyens résidents en Thaïlande, faciliter l’exercice de la citoyenneté en demandant l’ouverture de nouveaux bureaux de vote…) N'hésitez pas si vous le pouvez à participer aux prochaines assemblées publiques que je proposerai dans les trois prochains mois. La première de ces réunions aura lieu le mercredi 19 février à 18H (HOTEL IBIS HUA HIN) Salle de réunion D’autres suivront à Bangkok, Pattaya, Koh Samui, Phuket, Chiangmai et Khon Kaen mais aussi éventuellement dans d’autres localités si un groupe de nos concitoyens m’en fait la demande. Elections consulaires 2020 – Inscriptions sur les listes électorales consulaires Français résidant hors de France, vous avez l’intention de voter lors des prochaines élections consulaires qui auront lieu le 17 mai 2020, mais vous n’êtes pas inscrit ou vous avez oublié de renouveler votre inscription alors pour pouvoir voter lors des élections consulaires du mois de mai, vous avez encore la possibilité de vous inscrire sur la liste électorale consulaire jusqu’au 10 avril 2020, dernier délai. Je suis à votre écoute Claude Bauchet Conseiller Consulaire THAILANDE – BIRMANIE Email : [email protected] Tel : 08 1844 77 47
  9. Le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, a confié vendredi 14 février au lieutenant général Thanya Kiatisan, commandant de la deuxième armée, la responsabilité de l'enquête militaire sur la tuerie de masse de samedi dernier à Nakhon Ratchasima par un sergent-major. Il a également nommé le général de division Rachit Arunrungsee, chef du service social de l'armée, pour examiner toutes les entreprises à but lucratif dans lesquelles l'armée est impliquée, y compris ses propres programmes sociaux et les entreprises gérées en partie ou en totalité par des unités militaires. Le chef de la direction du personnel, le lieutenant-général Ayuth Sriwiset, a reçu l'ordre de s'occuper des officiers qui détiennent une participation dans des entreprises exploitées depuis une caserne. Rachit a déjà informé Apirat que plus de 40 entreprises étaient exploitées dans des casernes ou sur des terres domaniales occupées par l'armée, y compris des hôtels, des stades de boxe et des terrains de golf. Apirat a déclaré qu’il signerait un accord officiel par lequel certains des biens fonciers et des entreprises commerciales seraient transférés lundi au département du Trésor du ministère des Finances. Le même jour, a-t-il déclaré, il rendra compte des progrès réalisés dans ses réformes et ouvrira un centre d'appels où les soldats de rang inférieur pourront déposer des plaintes concernant les abus de leurs supérieurs. https://forum.thaivisa.com/topic/1148398-‘barracks-businesses’-to-be-handed-over-to-treasury-on-monday/ Voici maintenant ce qu'écrit Sanitsuda Ekachai ancienne éditorialiste au Bangkok Post. Elle travaille sur les droits de l'homme, le genre et le bouddhisme thaïlandais. Le texte est intéressant car dans un pays où toute critique des institutions est interdite, il illustre bien ce pense une frange de plus en plus importante de la population ; des critiques qui s'exprime de plus en vertement sur les réseaux sociaux. L'armée thaïlandaise est un système fermé régi par un autoritarisme féodal qui engendre la corruption et l'abus de pouvoir. Ce n'est pas nouveau. Grâce au chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, nous savons maintenant que l'armée est également une institution sacrée et, en tant que telle, au-dessus des critiques. "Ne blâmez pas l'armée", a-t-il plaidé en essuyant ses larmes pour défendre l'armée contre la colère du public face au manque de sécurité choquant de l'armurerie qui a conduit à la tragédie de Korat. "Tout au long de l'incident, il n'y a eu que des critiques de l'armée. Je veux que vous sachiez que l'armée est une organisation de sécurité nationale, une organisation sacrée. Ne blâmez pas l'armée. N'insultez pas les soldats. "L'armée est une organisation sacrée de sécurité nationale", a-t-il répété. "Si vous voulez blâmer quelqu'un, blâmez-moi. Moi, le Gén Apirat Kongsompong, j'accepte tout le blâme parce que je suis le chef de l'armée." Les larmes. La pause dramatique pour montrer son émotion. La voix qui craque de tristesse. Le chef de l'armée voulait montrer son chagrin. Mais cela s'est retourné de façon spectaculaire contre lui. Quelle que soit son intention, la tristesse du chef de l'armée est apparue comme un apitoiement sur soi. Ce n'est pas ce que le public veut voir des dirigeants militaires. Ils ne veulent pas non plus que le Gén Apirat coupe court à la tragédie qui a coûté tant de vies simplement en versant des larmes ou en déclarant "Blâmez-moi, pas l'armée" et faites en sorte que cela ressemble à un énorme sacrifice de ma part. Un pays en état de choc n'a pas besoin d'une telle dramatisation. Les gens ont besoin d'une démonstration de responsabilité. Ils veulent que les défaillances de sécurité des militaires dans les casernes soient réparées de toute urgence pour éviter de futures tragédies. Ils veulent mettre fin à la corruption interne et aux abus de pouvoir de longue date des militaires. Les gens en ont assez. Ils sont en colère. Tant de scandales dans les camps militaires, tant de morts de conscrits et d'officiers subalternes alors que ces crimes ont simplement été balayés sous le tapis. Maintenant, 29 personnes ont été tuées par la folie d'un soldat et la négligence et le laxisme de l'armée. La dernière chose que les citoyens veulent entendre, c'est qu'ils devraient être reconnaissants envers les militaires et garder le silence car l'armée est une institution "sacrée". Le public veut que le chef de l'armée réponde à ces questions. Pourquoi est-il si facile de voler des armes dans un camp militaire? Pourquoi diable le tireur a-t-il pu quitter la caserne sans être arrêté? Pourquoi l'armée n'a-t-elle pas immédiatement suivi le soldat fou? Il a fallu près de trois heures au tireur pour arriver au Terminal 21 où il a commencé la tuerie. Près de trois heures. N'était-ce pas assez pour l'arrêter ? Pourquoi cela ne s'est-il pas produit? Au lieu de cela, les citoyens ont eu droit à une conférence sur la façon dont la société est redevable aux sacrifices de l'armée pour sauver et servir le pays. Le chef de l'armée a également rejeté les critiques concernant la manière dont l'armée avait traité la tuerie de masse de l'un de ses hommes. "Au moment où il a appuyé sur la gâchette, il est devenu un criminel, et non plus un soldat", a déclaré le chef de l'armée, expliquant pourquoi les militaires ont laissé la police gérer la violence. Le public est furieux de ce qu'il considère comme une excuse boiteuse et un manque total de responsabilité. L'insensibilité du Premier ministre Gen Prayut Chan-o-cha lorsqu'il s'est rendu à Korat après la tuerie de masse a enragé la population thaïlandaise. Et si le chef de l'armée voulait calmer la colère du public, il a fini par l'attiser davantage. Avait-il des regrets? Le lendemain, le général Apirat s'en est pris aux critiques. "Même les chiens militaires sont reconnaissants envers l'armée." Cela revient à dire que les détracteurs de l'armée sont pires que les animaux. De toutes les déclarations scandaleuses du chef de l'armée, la plus révélatrice et la plus dangereuse a été sa déclaration selon laquelle l'armée est une institution "sacrée". Il a utilisé le mot thaï sak sit, les pouvoirs surnaturels qui exigent le respect et la soumission totale. Il va sans dire que le manque de respect de cette sainteté entraînent des sanctions sévères, pouvant aller jusqu'à la mort. Cette perception de soi - ou cette auto-illusion - est-elle à l'origine de l'intervention persistante des militaires en politique et de la violence sans retenue contre les dissidents qu'ils considèrent comme «pires que les animaux»? Malheureusement, l'armée n'est pas la seule organisation en Thaïlande à fonctionner comme un État féodal sans freins et contre-pouvoir. Comme les militaires, le clergé dirige un système fermé et autoritaire avec une hiérarchie féodale stricte. Une différence: lorsque le clergé ne peut plus contrôler la foi publique, son pouvoir diminue. Mais l'armée a des armes pour maintenir sa puissance brutale. Les forces de police, comme les militaires, fonctionnent également avec un système de castes. Au niveau le plus bas de la hiérarchie se trouvent les sous-officiers qui sont souvent traités comme des déchets. Ceux qui sont diplômés de la police ou des académies militaires sont les maîtres et eux seuls peuvent atteindre le sommet. Est-ce une coïncidence si ces trois organisations autocratiques sont aux prises avec la corruption, l'abus de pouvoir et la violence? Est-ce pour cela qu'ils résistent farouchement à la surveillance extérieure et aux appels publics à une réforme pour protéger leur pouvoir? L'armée promet de réviser l'attribution de logements militaires et punir les fonctionnaires corrompus. Bien. Mais Punir les individus tout en protégeant le malaise structurel équivaut à de l'hypocrisie. La tuerie de masse à Korat et la façon dont les militaires s'en occupent devraient nous inciter à examiner les répercussions de la culture militaire et de la dictature militaire sur notre société. Censure, soumission au pouvoir, système d'ancienneté, conformité, bizutage et autres formes de violence comme punition et sexisme - tout cela fait partie de la culture militaire qui imprègne tous les aspects de notre vie. Ne placez aucun espoir dans le système éducatif pour le changement car c'est le principal mécanisme étatique pour endoctriner la société avec sa culture militaire et son autoritarisme. Depuis le coup d'État de 2014, l'emprise militaire est plus forte que jamais dans l'appareil d'État avec la montée de l'ultranationalisme. L'embrigadement militaire - et la peur des soldats - commence dès l'école primaire. Les enseignants adoptent volontiers ces méthodes de pouvoir et la discipline militaire pour maintenir les élèves sous leur joug. La bureaucratie continue de déployer des lois draconiennes pour renforcer son pouvoir et faire taire la population tandis que l'armée continue de faire reculer la décentralisation et de punir les dissidents. Pendant ce temps, la politique dirigée par les militaires enfreint continuellement les normes éthiques et adopte les doubles standards, fermant les yeux sur ce qui est bien et ce qui est mal. Les commentaires racistes et sexistes des hommes en vert sont fréquents. Et malgré les difficultés économiques, la frénésie des dépenses militaires se poursuit sans relâche. Beaucoup de citoyens croient que la fureur publique refoulée (pas si refoulée que ça sur les réseaux sociaux) est une bombe à retardement. Le général Apirat pense que ceux qui critiquent l'armée et le gouvernement pro-militaire ne sont pas patriotes. C'est aussi faux que la croyance que l'armée est une institution sacrée. L'armée - ou le régime militaire sous l'apparence fragile de la démocratie électorale - n'est pas la nation. Et vice versa : la nation n'est pas l'armée. Critiquer l'armée n'est pas antipatriotique. C'est, au contraire, le devoir des citoyens actifs qui se soucient du pays. L'armée a le droit d'être fière de son travail. Mais c'est toujours une profession, pas une incarnation de la sainteté à laquelle les contribuables doivent se soumettre et risquer d'être punis pour désobéissance, comme à l'époque féodale. C'est le 21e siècle. Comme toute organisation coincée dans des traditions dépassées, l'armée doit évoluer. Respecter les gens est un bon début. Il est également crucial de rendre l'armée transparente et responsable si la Thaïlande veut avoir la moindre chance de mettre fin à l'autoritarisme et de réaliser l'égalité. Faire face à la corruption dans le clergé et les forces de police est un autre grand défi pour la Thaïlande. Cela ne prendra pas fin si ces organisations continuent d'être militarisées. Mais il y a un espoir de changement si les militaires prennent l'initiative de la transparence car les moines et la police suivront et tous se remettront au service du peuple. C'est cela le patriotisme. En revanche, L'avenir de la Thaïlande est sombre si les personnes au pouvoir croient qu'elles sont sacrées, au-dessus de la critique, oppriment les petits et traitent les citoyens critiques comme des ingrats pires que les animaux. Sanitsuda Ekachai
  10. La «voiture intelligente», une BMW de l'immigration, a débusqué un retraité australien - il pensait que se cacher dans un village de campagne le garderait en sécurité Les médias thaïlandais ont rapporté l'arrestation d'un retraité australien de 63 ans. Il se cachait dans un village de campagne tranquille du nord-est rural de la Thaïlande. Mais M. Daniel, âgé de 63 ans, avait été dénoncé par d'autres villageois. Le "kangourou caché" (dixit les médias) a déclaré aux agents qu'il espérait qu'en gardant un profil bas, il éviterait d'être détecté. Les médias ont déclaré que l'immigration de la région 4 avait reçu une information selon laquelle un étranger vivait dans la région de Khanun à Sisaket, bien que l'informateur ne connaissait pas l'adresse exacte de l'homme. La voiture de patrouille intelligente BMW a été envoyée pour enquêter et un homme identifié plus tard comme M. Daniel a été vu marchant dans le village de Ban Na Sai. Une vérification de son passeport a montré qu'il avait un tampon d'extension datant du début de l'année dernière et qu'il était maintenant en overstay de 356 jours. Il aurait reconnu ses actes répréhensibles. Il a dit qu'il espérait qu'en se cachant dans un petit village rural il passerait inaperçu. https://forum.thaivisa.com/topic/1148410-immigrations-bmw-smart-car-nabs-snitched-on-overstaying-australian-pensioner-he-thought-hiding-in-a-country-village-would-keep-him-safe/ Les agents d'immigration de Chonburi ont fièrement posé pour des photos à côté d'un Belge qui venait d'être arrêté pour overstay. Jeudi, les policiers ont trouvé ce Belge de 57 ans marchant avec un déambulateur derrière l'hôpital Burapha de Bang Saen. Ils l'ont contrôlé et ont découvert qu'il était en overstay de 85 jours. On ne sait pas pourquoi un homme en déambulateur près d'un hôpital de Bang Saen a été contrôlé alors que les étrangers ne sont -presque- jamais contrôlés dans la rue. Naew Na a rapporté que le chef de l'immigration de Chonburi, le colonel Pol Col Naren Khreuangsanuk, avait envoyé ses hommes pour assurer la sécurité de la Thaïlande et inspirer confiance aux Thaïlandais et aux touristes étrangers. Tout cela fait partie de la stratégie du lieutenant-général Sompong Chingduang, chef de l'Immigration, pour débarrasser la Thaïlande des étrangers qui enfreignent la loi. Naew Na a exhorté le public à continuer d'appeler le 1178 pour signaler les infractions. https://forum.thaivisa.com/topic/1148409-european-with-zimmer-frame-arrested-by-chonburi-police-on-overstay/
  11. 220 000 SPECTATEURS ONT ASSISTÉ AU SACRE DE MARQUEZ EN 2019 On sait ce qu’il en est pour le GP de Chine de F1, annulé. Le virus qui ravage la région de Wuhan, plus de 1500 morts et 60 000 cas d’infection, est un truc d’autant plus malsain qu’il est terriblement volatile, contagieux et sans vaccin, donc gros danger. Il y eu des cas d’infection dans d’autres pays, proches (Vietnam) la Thaïlande est touchée aussi, déjà 30 cas constatés (dont un critique) la proximité géographique est évidemment un danger. Du coup le MotoGP de Thaïlande sera peut être déplacé, il est prévu le 22 mars ce qui est une bonne idée, quand on part du Qatar on a déjà fait un gros bout de chemin vers l’Extrême-Orient. Dommage, le GP de Buriram est celui qui a décroché le plus de public en 2019 ! 226 655 spectateurs sur trois jours, 20 000 de mieux que Le Mans ! Aucun risque d’épidémie au Qatar, il est vrai qu’un virus ça n’aime pas le désert… Donc Losail a lieu le 8 mars comme prévu. Carmelo Ezpeleta, le boss de Dorna, organisateur du championnat du monde, dit ceci à nos confrères espagnols de « As » : “Nous avons questionné le gouvernement thaïlandais et nous sommes en attente de ses réponses. Sur la base de ce qu’ils nous diront, nous déciderons d’y aller ou pas ». En fait, initialement le GP de Thaïlande à Buriram était prévu en octobre puis a été avancé au 22 mars, il est donc possible de le disputer à une autre date. Durant les essais de Sepang, il ya déjà eu une mise en place de mesures de précautions hygiéniques et sanitaires, mais depuis, l’épidémie fait desravages considérable. On en, est même à se demander ce qu’il sera des GP du Japon et de Malaisie en fin d’année. Ezpeleta affirme que les autorités de santé mondiales sont en train de mettre un vaccin au point, il espère que ce sera chose faite au moment où le MotoGP met le cap à l’est… Ce qui est sûr, c’est que l’Institut Pasteur est en train de créer un détecteur de virus par voie respiratoire. L’imperial College de Londres pour sa part est en phase de test d’un vaccin sur les souris, qui serait au mieux opératoire à la fin de l’année. Pas vraiment rassurant, ce qui est surtout démentiel c’est la rapidité de l’expansion du virus en Chine. Les mesures de quarantaine sont en vigueur partout mais il est évident que le MotoGP ne pourra pas prendre le risque de rassembler des centaines de milliers de personnes avec le paddock des courses dans une région menacée, même si Buriram est à plus de 2000 km de Wuhan. A suivre donc, le GP de F1 en Chine était prévu le 19 avril. Ultime information et précision, les concurrents de vingt nationalités dont de nombreux Francais en sport automobile du Championnat d’endurance de l’Asian Le Mans Series se trouvent actuellement ce week-end en Malaisie sur le circuit de Sepang à côté de Kuala Lumpur. Et la semaine prochaine, ils seront pour la cinquième et dernière manche de la saison sur celui de Chang à Buriram près de Bangkok en Thailande. Et parmi les journalistes présents sur place, se trouve notre rédacteur-en -chef, Gilles Gaignault qui couvre l’événement sur place! Auparavant, Gilles se trouvait à Singapour ou il a constaté comme cette semaine en Malaisie, une activité normale ! Jean Louis BERNARDELLI http://www.autonewsinfo.com/2020/02/14/motogp-2020-le-coronavirus-menace-le-gp-de-thailande-320259.html
  12. La banque centrale craint que l'impact du virus n'induise une croissance à moins de 2% L'économie thaïlandaise pourrait être durement touchée si la nouvelle épidémie de coronavirus (Covid-19) se prolonge, a déclaré Don Nakornthab, directeur de la Banque de Thaïlande, jeudi 13 février. L'économie est déjà empêtrée dans le retard du vote du budget et la sécheresse. Les retombées économiques du coronavirus chinois se multiplient à travers le monde La Tourism Authority of Thailand estime que le nombre de touristes étrangers cette année pourrait baisser de 5 millions, ce qui entraînerait une perte de revenus de 250 milliards de BTB, en raison du Covid19. «Si tel est le cas, l'impact sur l'économie sera important et réduira le taux de croissance de 1,5 %. Précédemment, la banque centrale avait prévu un taux de croissance de 2,8%. L'impact du virus pourrait réduire la croissance à seulement 1,3% », a-t-il averti. Le secteur du tourisme représente 20% du produit intérieur brut (PIB) et l'emploi dans les entreprises connexes, notamment l'hôtellerie, la restauration, la vente au détail et la logistique, représente 40% de la population active. Le secteur agricole représente 40 pour cent de la main-d'œuvre, mais le secteur fait face à une grave sécheresse cette année. Le seul espoir pour l'économie passe par les dépenses publiques, mais le budget annuel pour l'exercice 2020 a été retardé suite à la décision de la Cour constitutionnelle, a-t-il déploré. Le pays dépend trop des touristes chinois, qui représentent 27% du total des visiteurs. La Chine étant devenue l'épicentre de l'épidémie de virus, la Thaïlande doit trouver d'autres nids de touristes, a-t-il déclaré. Si le pays fait face à une forte baisse du nombre de touristes, l'excédent du compte courant cette année sera beaucoup plus faible. Les investisseurs peuvent ne plus voir le baht comme une monnaie refuge comme par le passé, a-t-il ajouté. Somjai Phagaphasvivat, un politologue, a déclaré que le gouvernement doit travailler dur dans des circonstances défavorables afin de soutenir la croissance économique entre 2 et 2,2%, contre 2,5% l'année dernière. La dette des ménages thaïlandais équivaut à 79% du PIB, le plus élevé de l'ASEAN et le deuxième en Asie, ce qui érodera le pouvoir d'achat des consommateurs, a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1148304-central-bank-worries-virus-impact-could-drag-growth-below-2-per-cent/ Don
  13. Plafond tarifaire à 25 bt pour le service de train Airport Link en heures creuses Un comité des chemins de fer nationaux de Thaïlande a approuvé un plafond tarifaire maximum de 25 Bt par personne et par voyage en heures creuses sur le train aérien de liaison ferroviaire de l'aéroport de l'aéroport de Suvarnabhumi aux gares de Bangkok jsuqu'à Phayathai. Les heures creuses sont de 5h30 à 7h, de 10h à 17h et de 20h à minuit Le directeur général du Département des transports terrestres, Jirut Wisaljitr, a déclaré que le comité qu'il préside avait approuvé la mesure, qui vise à réduire l'utilisation des voitures personnelles pour lutter contre les PM2,5 et la pollution de l'air. La proposition sera envoyée au bureau de chemin de fer Airport Link la semaine prochaine. La mesure devrait commencer entrer en vigueur en mars. https://forum.thaivisa.com/topic/1148305-bt25-fare-ceiling-for-airport-link-train-service-in-off-peak-hours/
  14. Le gouvernement pourrait prolonger le festival de Songkran pour stimuler l'économie nationale. Selon une source gouvernementale, il est proposé de prolonger les vacances pendant Songkran de deux jours - les 16 et 17 avril - ce qui, avec les week-ends, donnerait des vacances du 10 au soir au 20 avril au matin. Les agences concernées devraient proposer des mesures de relance économique telles que "manger, acheter, dépenser, phase 4". Des incitations à dépenser devraient aider l'économie qui fait face à de nombreux problèmes tels que l'épidémie du coronavirus, la sécheresse, le retard dans l'exécution du budget, plus les fusillades de masse de Korat, qui ont eu un impact énorme sur l'industrie du tourisme. Le vice-Premier ministre Somkid Jatusripitak, mercredi 12 février, a également évoqué l'idée d'un congé prolongé à Songkran. Somkid a déclaré qu'il était prêt à proposer au Cabinet de prolonger les longues vacances, car les gens retourneront dans leur ville natale, ce qui stimulera le tourisme et aidera l'économie. À cet égard, il se coordonne avec le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam, pour envisager d'ajouter des jours fériés spéciaux au premier et au deuxième trimestres de l'année pour encourager les Thaïlandais à voyager dans pays pour atténuer l'impact de l'épidémie de virus. https://forum.thaivisa.com/topic/1148167-government-considering-extending-songkran-holidays-to-lift-economy/ Le virus divise le nombre de touristes par deux, selon le ministre Le ministre du Tourisme, Phiphat Ratchakitprakarn, s'attend à ce que les arrivées de touristes chutent de 50% au premier semestre de cette année en raison du coronavirus COVID-19. Il a largué la bombe lors d'une réunion gouvernement-secteur privé jeudi 13 où des mesures d'atténuation ont été discutées. Le nombre de touristes du 1er au 9 février a baissé de 43,47%, a-t-il dit, et parmi les visiteurs chinois, de 86,55%. "Nous nous attendons à ce que la situation se redresse en avril", a déclaré Phiphat. "Il faut aussi compter avec la collision de hors-bords à Phuket au cours de laquelle plusieurs touristes ont été tués, nous voulons donc mettre la priorité sur la sécurité des touristes." Il prévoit de proposer au Cabinet une exemption des frais de visa pour les visiteurs chinois et indiens comme moyen de stimuler le tourisme et a demandé au secteur privé son soutien. "Nous pourrions également proposer que le Cabinet autorise les entreprises du divertissement à rester ouverts jusqu'à 4 heures du matin, mais nous devons d'abord interroger les opérateurs et les touristes pour obtenir leur avis." Une réduction de 50% du nombre de touristes au premier semestre signifierait que "L'Autorité du tourisme de Thaïlande devra travailler plus fort au second semestre pour compenser le premier", a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1148206-virus-shaving-tourism-in-half-minister-says/
  15. Un plâtrier du Shropshire qui a percuté un homme de 77 ans et l'a tué alors qu'il conduisait sa moto en Thaïlande demande de l'aide pour payer ses frais juridiques afin qu'il puisse rentrer chez lui. Clive Everall, 54 ans, de Shrewsbury, enseignait l'anglais dans une école du pays. Il a déclaré que les autorités thaïlandaises avaient reconnu qu'il n'était pas responsable de l'accident, mais lorsqu’il a tenté de retourner au Royaume-Uni, il a été arrêté et a depuis été "invité" à verser une indemnité à la famille de l’homme. M. Everall faisait du bénévolat dans le pays depuis quatre mois lorsqu'il a percuté l'homme de 77 ans le 29 janvier. Il enseignait l'anglais au lycée d'Uttaradit le matin du drame et dit qu'il était parfaitement sobre. Il conduisait en toute sécurité mais «n'a pas pu éviter» l'homme. La police lui a dit qu'il n'était pas en faute. Il a déclaré: "La police a dit:" Ne vous inquiétez pas, c'était un accident ", et j'étais soutenu par l'agence pour laquelle je travaillais. «J'ai assisté aux funérailles, j'ai tenu la main de l'homme dans son cercueil et j'ai étreint toute sa famille et je suis allé à la crémation. «J'ai fait tout ce que je pouvais pour être respectueux. «Puis lundi dernier, j'ai reçu un message me demandant d'aller au poste de police.» Au poste, on lui a dit qu'il devrait verser une indemnité à la famille, bien qu'aucune accusation n'ait été portée. M. Everall a déclaré à la police qu'il n'avait que 20 000 bahts mais les proches du défunt voulaient 10 fois ce montant. «La police m'a dit de rentrer chez moi pour collecter des fonds, revenir et renégocier avec la famille», a déclaré M. Everall. «J'ai signé un papier puis on m'a dit que j'étais libre de partir.» Il s'est rendu à l'aéroport de Chiang Mai pour embarquer sur un vol retour vers le Royaume-Uni, ne sachant pas qu'un mandat d'arrêt avait été lancé contre lui. Il a été arrêté par des agents de l'immigration et ramené à Uttaradit. M. Everall a dit qu'il ne savait pas ce qui se passait. Il a déclaré: «Le lendemain, je suis allé au commissariat avec un avocat thaïlandais et un interprète qui n'était pas très bon. J'ai refusé de signer tous les papiers de la police car tout était en thaï. «Je suis allé au palais de justice et le juge a dit qu'on me mettrait un bracelet électronique à la cheville.» M. Everall ne sait pas ce qui se passera lors de sa prochaine comparution devant le tribunal, mais craint qu'il ne soit emprisonné s'il ne peut pas trouver l'argent. Il plaide maintenant auprès des autorités thaïlandaises pour qu'il soit autorisé à rentrer chez lui, où il pourra travailler pour payer la somme réclamée. «Je veux juste rentrer à la maison», a-t-il dit. «Je veux négocier un plan de paiement avec la famille et d'être autorisé à quitter le pays. J'ai du travail à mon retour. Je veux faire ce qui est bien mais je ne peux rien faire pour eux si je suis enfermé. «J'essaie de rester fort et de garder la tête haute. Je suis un homme attentionné et j'étais venu ici pour faire quelque chose de bien. » M. Everall a lancé une levée de fonds (lien en suivant les liens) et a jusqu'à présent récupéré 1 800 £ pour l'indemnisation et ses frais juridiques. Un porte-parole du ministère des Affaires étrangères et du Commonwealth a déclaré: «Nous fournissons une assistance consulaire à un Britannique arrêté en Thaïlande et restons en contact avec sa famille." https://forum.thaivisa.com/topic/1148252-british-man-launches-go-fund-me-page-to-help-with-legal-bills-after-fatal-traffic-accident-in-thailand/
  16. La Chambre des représentants a adopté, en troisième lecture, le projet de loi de finances de 3200 milliards de bahts pour l'exercice 2020 avec 257 voix pour, 1 contre et 3 abstentions. Les six partis d'opposition, dirigés par le parti Pheu Thai, ont boycotté les débats, bien qu'ils aient maintenu leur présence pour permettre le quorum et le déroulement de la réunion. Le député du Pheu Thai Chirayu Huangsap a déclaré que les partis d'opposition resteraient à l'écart afin de permettre aux députés du gouvernement d'examiner le projet de loi comme ils le souhaitent. L'adoption du budget a pris un retard extravagant puisque l'année fiscale a débuté en octobre 2019. Le dernier report a résulté de votes par procuration interdits de la part de 2 députés de la majorité absents lors de la 2e lecture. https://forum.thaivisa.com/topic/1148245-house-passes-32-trillion-baht-budget-bill/
  17. Ce navire de croisière américain a été rejeté par cinq ports asiatiques par peur du virus. À bord se trouvent 1 455 touristes de Hongkong. Aucun cas d'infection au Covid-19 n'a pourtant été détecté à bord, selon la compagne Holland America Line. Le paquebot de croisière américain Wasterdam est arrivé jeudi 13 février au Cambodge, après avoir passé 10 jours en mer et essuyé le refus de plusieurs pays (le Japon, Taïwan, les Philippines, l'île américaine de Guam et la Thaïlande), par crainte de la nouvelle souche du coronavirus. À bord, 1 455 touristes ont embarqué à Hongkong, ville où près de 50 cas de Covid-19 ont été détectés. Le navire devait se rendre ensuite au Japon. Mercredi, le Premier ministre cambodgien Hun Sen a décidé d'autoriser le navire à débarquer dans le port de Sihanoukville (Sud) pour « mettre un terme à la maladie de la peur qui sévit dans le monde ». Le Cambodge est un proche allié de Pékin qui a investi des milliards de dollars dans le royaume et Hun Sen s'est rendu en Chine la semaine dernière pour apporter son soutien au pays en pleine crise sanitaire. Aucun symptôme Des médecins sont montés jeudi à bord du paquebot, ancré pour le moment au large de Sihanoukville. Une vingtaine de passagers sont malades. Leurs échantillons seront envoyés à l'Institut Pasteur de Phnom Penh pour tester une éventuelle contamination, a indiqué à l'AFP le ministre cambodgien des Transports. « Ils ne présentent aucun symptôme au Covid-19. Nous voulons juste nous assurer que tout va bien », a-t-il ajouté. Le navire devrait ensuite être autorisé à accoster vendredi matin. Des bus sont déjà alignés sur la jetée prêts à conduire les passagers à Phnom Penh d'où ils seront rapatriés en avion chez eux. « On commence à manquer de pays où nous pouvons essayer de débarquer [...], j'espère que cela marchera », a relevé Stephen Hansen, un touriste du Canada présent à bord et joint par l'AFP. La Thaïlande voisine, qui a bloqué le navire américain, a accepté deux autres bateaux de croisière. Les passagers et l'équipage « sont européens, ce qui est différent du Westerdam où il y a des Chinois et des Hongkongais », s'est justifié le vice-ministre thaïlandais des Transports, Atirat Ratanasate, sur Facebook. https://www.lepoint.fr/monde/coronavirus-apres-10-jours-d-errance-un-paquebot-rallie-le-cambodge-13-02-2020-2362553_24.php
  18. C’est une affaire qui fait beaucoup parler d’elle en Thaïlande. Mardi, le corps sans vie d’un homme a été retrouvé au large, à 400 mètres seulement du rivage de la plage de Koh Larn, dans la très touristique station balnéaire de Pattaya. Détail troublant : l’homme avait un rocher de 8 kilos attaché au cou. D’après le journal local The Pattaya News, l’homme est un "étranger" dans la cinquantaine. Il portait une veste grise, un short en jeans ainsi que des tongs. Une mort très mystérieuse Cet homme était-il un simple touriste ? Un résident ? Une personne impliquée dans une forme de banditisme ? Plusieurs médias évoquent simplement "un étranger occidental" mais pour l’instant, l’enquête de la police commence seulement et on ignore la nationalité de la personne et les circonstances exactes de son décès. Les officiers en charge de l’enquête n’excluent pas qu’il ait été poussé à la mer avec ce rocher autour du cou même si toutes les thèses sont envisagées, y compris un éventuel suicide. Le capitaine Nakhonrat Nontseelard, de la police de Pattaya, cité par le journal britannique Daily Mail, a déclaré "Nous ne savons pas comment cet homme est mort mais l’autopsie devrait nous donner une meilleure idée de la cause". "S’il a été poussé à l’eau et n’était pas en mesure de nager. Ce serait alors un meurtre" a-t-il précisé. "Si quelqu’un a connaissance d’un touriste qui aurait disparu en Thaïlande, qu’il n’hésite pas à contacter la police". Pas de trace de lutte Plusieurs autres détails pourraient faire avancer l’enquête. La police de Pattaya confirme que le corps ne présentait pas de trace de lutte. Selon The Pattaya News, la police croit aussi que la personne était déjà décédée depuis 24 à 48 heures quand le corps a été retrouvé à moitié immergé. Sur les images de la scène captées par les agences locales en Thaïlande, on voit aussi clairement qu’un sac à dos a été retrouvé à côté du corps. Selon plusieurs médias locaux ce sac en cuir noir contenait notamment un chargeur de smartphone, une ceinture et un petit oreiller pour le cou utilisé par les personnes qui voyagent. https://www.rtbf.be/info/monde/detail_thailande-un-etranger-retrouve-mort-en-mer-pres-de-la-plage-un-rocher-attache-au-cou?id=10431751
  19. Cinq femmes thaïlandaises ont été payées pour être des mères porteuses illégales et un Chinois a été arrêté dans une grande maison à Bangkok lors d'une série de descentes de police jeudi matin. Plus de 200 policiers et fonctionnaires d'autres agences ont été impliqués dans des opérations ciblant 10 locaux à Bangkok et dans d'autres provinces peu avant l'aube. La police a déclaré qu'un total de neuf personnes, un couple chinois et sept Thaïlandais, avaient été arrêtées sur mandat de justice lors de descentes dans les provinces de Bangkok, Pathum Thani et Sukhothai. Les suspects chinois sont Ran Zhao, 37 ans et son épouse Su Yingting, 48 ans. Cinq femmes thaïlandaises ont été arrêtées - Wilasinee Su, 50 ans, Lah Khantiyo, 43 ans, Siyaporn Sawadipan, 30 ans, Wiyada Chuechan, 35 ans, et Saibua Jaemmee, 44 ans - et deux hommes - Nikhom Simarat, 48 ans, Thammanoon Panjasangkhom, 40 ans. Un dixième suspect est toujours en fuite. Les raids ont fait suite à une enquête de la police sur un groupe de ressortissants chinois qui avaient engagé des femmes thaïlandaises comme mères porteuses, ce qui est illégal. Dans une grande maison sur Nakniwas Road dans le quartier de Lat Phrao à Bangkok, les policiers ont trouvé six femmes thaïlandaises, un bébé de 30 mois et un Chinois. La plupart des femmes étaient des mères porteuses, selon la police. Les femmes et l'homme chinois ont été placés en garde à vue pour poursuites judiciaires. L'enfant a été confié aux soins de services sociaux. Le Gén. Worawat Watnakornbancha, chef de la Division de lutte contre la traite des personnes, a déclaré que la police suivait ce réseau de maternité de substitution à des fins commerciales. Il fournissait des services de maternité de substitution illégaux depuis 2012. Ses agents approchaient des femmes thaïlandaises, leur offrant de l'argent pour être mères porteuses. Ils payaient les femmes 400 000 à 600 000 bahts chacune. Si une femme avait des jumeaux, elle était payée plus, a déclaré le Gén. de division Pol Worawat. Après l'adoption de la loi de 2015 sur la protection des enfants nés de technologies de procréation assistée, interdisant la maternité de substitution, le réseau a pris des dispositions pour que les femmes soient imprégnées du sperme du donneur dans un pays voisin, puis retournent en Thaïlande. À l'approche de la date de la naissance, les femmes étaient transportées par avion en Chine pour y accoucher. Ensuite, elles retournaient seules en Thaïlande, a déclaré le chef de l'ATPD. Le bureau de la police royale thaïlandaise travaillera avec les autorités chinoises pour trouver où se trouvent les bébés, a-t-il ajouté. Le major-général Pol Torsak Sukvimol, du Bureau des enquêtes, a déclaré qu'au moins 100 femmes à travers le pays avaient été embauchées par le gang pour devenir mères porteuses. Des enquêteurs avaient auparavant interrogé huit femmes à Pathum Thani qui avaient été embauchées pour ce travail et avaient constaté que 15 bébés nés de technologies de procréation assistée avaient été déclarés. L'enquête a également révélé qu'au moins 50 bébés nés de mères porteuses avaient été emmenés hors du pays. La police a ensuite obtenu des mandats pour l'arrestation de 10 membres du gang. Neuf d'entre eux ont été capturés. Les autorités ont également saisi les actifs des neuf suspects, dont 16 véhicules d'une valeur combinée de 15 millions de bahts, une maison et une entreprise dans la région de Lat Phrao d'une valeur d'environ 20 millions de bahts, a déclaré le major-général Gen Torsak. Le gang possède également d'autres actifs d'une valeur d'environ 100 millions de bahts, a déclaré le chef adjoint du CIB.
  20. Préambule Il n'y a pas de presse d'opposition en Thaïlande mais certains médias sont plus indépendants que d'autres. The Nation, indépendant, soutient l'armée. Thai PBS est l’agence nationale de presse de la Thaïlande. Mais NBT est officiellement l'organe du gouvernement. Cet article émane de NBT. Voici donc le point de vue du gouvernement. Le National News Bureau de Thaïlande (NBT) a écrit sur Facebook que les récents incidents violents avec utilisation d'armes à feu ont suscité des questions sur la Thaïlande et ses lois concernant les armes à feu. NBT veut remettre les pendules à l'heure avec quelques faits et statistiques. Ceux-ci sont exprimés dans une série de diapositives claires en anglais. NBT rappelle que les lois thaïlandaises sur les armes à feu sont en vigueur depuis 1947. Les citoyens peuvent acquérir des permis de port d'armes à des fins de légitime défense, de protection des biens, de sports et de chasse. Depuis une modification de la loi en 2017, seuls les citoyens thaïlandais peuvent posséder des armes à feu dans le pays. Il nous est donc interdit d'en posséder, si tant est qu'on en ait eu l'idée. La Thaïlande ne fait PAS partie des 25 premiers pays au monde en termes de possession légale d'armes à feu par habitant. Le taux est officiellement similaire à celui de la France où l'on compte de nombreux chasseurs d'animaux. Cependant, NBT admet que la Thaïlande a des problèmes avec des achats officieux, soit un marché noir "florissant" des armes à feu. Voire un marché gris (pseudo légal). Ainsi si on ajoute armes détenues légalement et illégalement, la Thaïlande se classe au 13e rang mondial en termes de possession d'armes à feu détenues par des civils, en chiffres absolus. Il y a plus d'armes à feu par habitant qu'aux Philippines, en Égypte et en Iran, des pays réputés violents. On ne sait pas pourquoi NBT a choisi ces 3 pays. En 2016, il y a eu 3830 décès liés à des armes à feu en Thaïlande, classant le pays au 11e rang. Le 1er rang étant le pire. Des pays pires que la Thaïlande sont par exemple le Brésil, les États-Unis et l'Inde, d'après NBT qui ne précise pas si on parle en proportion ou en chiffre absolu (l'Inde est 20 fois plus peuplée que la Thaïlande). De nombreuses personnes en Thaïlande s'interrogent sur la disponibilité des armes à feu à la suite de la tuerie de masse de Korat. Thaivisa en français s'inquiète plus pour les crimes et accidents quotidiens qui font plus de victimes que les tueries de masse. 3830 décès par an, revendiqués par le gouvernement, c'est 10 par jour !
  21. Le pays fait tout pour sauver son tourisme, malgré une période délicate pour tout le continent asiatique. Les chinois sont absents et nous connaissons la raison. Les autorités thaïlandaises prévoient cependant que le nombre global de touristes sera à nouveau en hausse en 2020. La période est un peu mouvementée Il est inutile d’en rajouter sur le coronavirus qui reste encore modéré à ce jour dans le pays. Il est dommage que ministre thaïlandais de la santé publique ait perdu son sang-froid concernant le port du masque facial. Il avait indiqué « que les étrangers devaient être expulsés s’ils refusaient de porter le masque ». Ce qui, d’ailleurs, ne sert à rien sauf si on a des soupçons d’être contaminé. Quelques heures après il a présenté ses excuses. Par ailleurs, la fusillade qui a eu lieu dans un centre commercial (Terminal 21) était située loin de la capitale. A ne pas confondre avec le centre Terminal 21 sur Sukhumvit au centre de Bangkok. Nous sommes malheureusement habitués à voir de tels événements partout dans le monde. La Thaïlande va se concentrer sur d’autres marchés L’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) s’attend à recevoir 2 millions de touristes chinois de Chine Continentale en moins cette année. Au global, le pays a reçu, courant 2019, 39,8 millions de touristes. Malgré la baisse du nombre de visiteurs chinois, les autorités maintiennent leur objectif de recettes touristiques à 3 160 Milliards THB (environ 92 milliards d’euros) pour l’année, grâce à des mesures visant à augmenter le nombre de touristes d’autres pays. TAT prévoit toujours que le nombre de touristes atteindra 40,8 millions en 2020, soit une augmentation de 2,5 %. La croissance économique la plus faible depuis 5 ans Selon « les Brèves de l’Asean » : « Le ministère des finances de Thaïlande a abaissé sa prévision de croissance du PIB pour 2020, de 3,3 % à 2,8 %, prenant en compte en particulier l’impact du coronavirus et des retards dans l’adoption du budget 2020. La prévision de croissance des exportations a par ailleurs été réduite de +2,6 % à +1,0 % (après –3,2 % en 2019), et celle des importations de 3,4 % à 1,7 % (après –5,4 % en 2019). Le ministère a également mis à jour le chiffre de la croissance du PIB pour 2019, de 2,8 % à 2,5 % (après +4,1 % en 2018), soit la croissance la plus faible depuis cinq ans ». Il est intéressant de lire régulièrement les publications du Ministère des Finances en France : www.tresor.economie.gouv.fr/Articles/2020/01/10/breves-de-l-asean-semaine-2-2020 Le marché indien devrait bondir de 30 % L’Inde est la troisième source de touristes de la Thaïlande après la Chine et la Malaisie. Le nombre de touristes indiens devrait bondir de plus de 30 % cette année. Plus de 2 millions d’indiens ont visité la Thaïlande en 2019. Selon Chairat Triratanajaraspon, président du Conseil du tourisme de Thaïlande : « Ils viennent principalement ici pour organiser des mariages et des lunes de miel » … « Nous devons donc cibler ce marché avec un pouvoir d’achat plus élevé ». La Thaïlande devrait rendre le visa gratuit le visa pour les touristes venant d’Inde. Le marché russe est résilient Le marché russe est l’un des cinq plus importants pour le tourisme thaïlandais. TAT espère attirer plus de touristes en atteignant de nouvelles villes telles que Vladivostok, Irkutsk, Iekaterinbourg et Novossibirsk via des vols charters d’ici l’année prochaine. En 2019, ce sont tout de même 1,47 millions de touristes russes qui ont passé leurs vacances dans le royaume. Les touristes devraient bénéficier comme les indiens d’un visa gratuit, ce qui devrait inciter davantage de russes à visiter le pays. Le marché européen est en berne sauf au départ de France Curieusement, les allemands ont été moins nombreux à visiter la Thaïlande en 2019. Le marché français résiste mais ne progresse pas fortement. L’Office du tourisme se serait fixé comme objectif pour l’année 2020 d’accroître de 10 % les revenus liés au tourisme en misant sur une stratégie de communication à long-terme consistant à cibler les visiteurs « de qualité » en proposant des destinations moins connues, à l’écart du tourisme de masse. Les européens attendent des destinations moins polluées Bangkok ou le nord du pays sont connus pour avoir des pics de pollution. Les touristes font désormais davantage attention au tourisme durable. Les voyagistes continuent de proposer des destinations relativement connues comme Phuket, Krabi ou Koh Samui. Il faudrait voir davantage de nouvelles destinations, encore faut-il que celles-ci proposent un hébergement de qualité. On voit de plus en plus de séjours ou circuits incluant par exemple la Thaïlande et le Laos ou la Malaisie et Thaïlande. C’est une façon de visiter deux pays bien différents et pourtant très proches. La période que la Thaïlande va traverser sera difficile mais c’est sûrement une occasion unique d’être plus inventif. Serge Fabre https://www.laquotidienne.fr/pourquoi-cest-le-moment-de-partir-en-voyage-en-thailande/
  22. PHUKET: Le directeur du bureau maritime de Phuket, Wiwat Chitchertwong, a confirmé qu'au moins 17 navires de croisière viendront à Phuket dans les prochains mois. Quatre navires de croisière remplis de touristes arrivent à Phuket cette semaine. Un total de 4 068 touristes et membres d'équipage et du personnel arrivent à Phuket sur deux paquebots de croisière ce 13 février, a révélé M. Wiwat lors d'un point de presse tenu hier au bureau de l'OPSP dans la ville de Phuket. Le Seabourn Ovation arrivant de Hong Kong, a dû accoster à 7 h du matin avec 719 personnes, dont 487 touristes. Le MV Quantum of the Seas en provenance de Singapour a dû arriver à Patong à 10 heures avec 3 149 personnes à bord, comprenant 1 530 passagers et 1 619 membres d'équipage, a expliqué M. Wiwat. Vendredi (14 février), le Celebrity Constellation arrivera juste après midi, et samedi le Star Clipper arrivera à 5h30, a déclaré M. Wiwat. Le chef de l'Office de santé publique de Phuket (PPHO), Thanit Sermkaew, a déclaré que des agents de santé seront sur place pour filtrer tous les touristes qui choisissent de débarquer pendant que les navires sont à Phuket. «Comme nous le faisons toujours», a-t-il déclaré. «Les agents de l'OPSP ont suivi de près la situation à Wuhan. Les officiers contrôlent toujours la température corporelle à l'aéroport international de Phuket, aux terminaux de bus, aux jetées autour de l'île et à d'autres endroits », a déclaré le Dr Thanit. Le chef Thanit a ajouté que, selon les informations fournies par le filtrage des arrivées de touristes à Phuket, le nombre de personnes soupçonnées d'être infectées "continue de diminuer", mais a refusé de développer davantage, sans même mentionner le nombre de personnes à Phuket actuellement sous observation. M. Wiwat a assuré: «Il n'y a aucun rapport confirmé de personnes infectées par le virus à bord, comme certains le pensent. C'est un bateau de croisière différent. » La référence aux paquebots de croisière «différents et infectés» fait suite aux déclarations du ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, qui a ordonné aux autorités de ne laisser aucun passager ou équipage du navire de croisière Westerdam en provenance du Japon débarquer au port de Laem Chabang. Ce navire est arrivé à Sihanoukville au Cambodge. Aucun de ses passagers ne serait malade. https://forum.thaivisa.com/topic/1148087-officials-assure-virus-screening-of-thousands-of-tourists-as-cruise-liners-come-to-phuket/
  23. Article du pro militaire The Nation Les critiques sont sceptiques quant à l'engagement du chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, de réformer l'armée, à moins que l'armée n'autorise des organisations indépendantes à se pencher sur ses maux, comme la corruption. "Ce n'est que du spectacle", a déclaré Titipol Pkadeewanich, de l'Université Ubon Ratchathani, en réponse à la promesse d'Apirat de réformer l'armée après la tuerie de masse à Korat ce week-end. Apirat a tenu une longue conférence de presse pour présenter ses excuses pour le drame. Apirat a concédé qu'il existe de nombreuses entreprises privées dans l'armée dans lesquelles certains officiers supérieurs ont profité de leurs subordonnés. L'enquête suggère que le sergent-major Jakrapanth Thomma a tué son commandant en raison d'un conflit sur un accord immobilier, avant de se lancer dans une fusillade qui a tué 29 personnes et blessé de nombreuses autres. Il a ensuite été abattu par les forces de sécurité. Apirat s'est également engagé à mettre fin au droit de posséder de nombreuses armes pour le personnel militaire. Apirat a également déclaré que les fonctionnaires retraités doivent quitter les propriétés résidentielles militaires pour faire place aux jeunes officiers. Titipol a déclaré qu'Apirat était venu présenter ses excuses au public parce que l'armée avait subi beaucoup de pression après le drame, ajoutant qu'il ne pensait pas qu'il y aurait des changements importants concernant ses promesses de réforme. La corruption est un problème non seulement dans l'armée de terre mais aussi dans la marine et l'armée de l'air. Le public sait depuis longtemps que les fonctionnaires à la retraite refusent de quitter leurs résidences dans les locaux militaires. C'est un acte de corruption que la Commission nationale anti-corruption n'a jamais combattu, a-t-il noté. «Une réforme militaire est indispensable, mais a été refusée par le gouvernement et l'armée», a déclaré Titipol. Le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha, se plaint depuis longtemps des problèmes dus aux politiciens, mais il n'a jamais reconnu les problèmes dans l'armée. Tandis que des universitaires et des politiciens qui critiquaient l'armée étaient attaqués par la police et les militaires, a souligné Titipol. "Je ne pense pas que les promesses seront tenues et elles s'évaporeront lorsque l'intérêt du public pour l'événement tragique diminuera", a-t-il ajouté. Pendant ce temps, Mana Nimitmongkol, directeur de l'Organisation anti-corruption de Thaïlande, a déclaré que c'était un bon signe que le chef de l'armée avait admis que ces problèmes devaient être résolus rapidement. Il a toutefois laissé entendre que l'armée avait besoin d'une aide extérieure pour que la réforme soit efficace. Aide que l'armée a toujours refusé. Il a également souligné que la Commission nationale de lutte contre la corruption (NACC) doit renforcer son évaluation de la transparence. La NACC a récemment nommé l'armée comme l'agence la plus transparente du pays dans le cadre de son évaluation de l'intégrité et de la transparence. Cet examen n'était que du vent, car la NACC n'a pas examiné les pratiques de corruption de nombreux officiers de l'armée. La NACC doit réaliser une vraie évaluation, a-t-il déclaré. Apirat qui promet des changements mais ceux-ci iraient à l'encontre des intérêts acquis dans l'armée (ce qui est inimaginable), a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1148076-army-chiefs-reform-pledge-draws-skepticism/ Voici le plan courageux évoqué par Apirat Le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, a annoncé que le personnel militaire abandonnerait certains de ses intérêts commerciaux privés dans un délai de trois mois. Il a reconnu que l'armée était impliquée depuis longtemps dans diverses activités permettant aux hommes enrôlés d'acheter des maisons à bas prix, mais a déclaré que cela prendrait fin. "Dans trois mois, les officiers du grade de général et colonel n'auront plus d'emploi à l'extérieur et si ça énerve certains, je m'en fiche", a-t-il déclaré. «C'est le début de la résolution des problèmes de longue date de l'armée.» Apirat a déclaré qu'il avait annulé les achats prévus de "pistolets / aide sociale". Il laisse également des officiers vivre sans loyer dans leurs maisons militaires pendant des décennies afin qu'ils puissent économiser de l'argent pour acheter leur propre maison après leur retraite et il veut que des officiers à la retraite quittent leurs maisons pour faire place à de jeunes officiers sans logement. "Je continuerai à apporter des améliorations jusqu'à mon dernier jour en tant que chef de l'armée et je suis convaincu que le prochain commandant fera de même", a déclaré Apirat. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a nommé séparément des responsables pour enquêter sur l'attribution de terrains pour construire des maisons à vendre au personnel militaire. https://forum.thaivisa.com/topic/1148031-mass-shooting-puts-thai-army-officers-side-deals-under-scrutiny/?tab=comments#comment-15054335 Le problème est que l'armée est juge et partie en concentrant tous les pouvoirs depuis 90 ans. Pouvoir qui s'est encore renforcé avec un sénat nommé par elle et une constitution écrite par elle. Les gouvernements militaires et civils récents n'ont pas réussi à s'attaquer à la corruption dans la police (par exemple la nomination des officiers), les universitaires n’imaginent pas comment les militaires renonceraient à leurs pratiques coupables. De plus, les internautes sont particulièrement critiques vis à vis de l'armée. La Thaïlande est le pays du monde qui a connu le plus grand nombre de coups d'état militaires.
  24. La Thaïlande risque de perdre sa place de deuxième exportateur mondial de riz cette année à cause d'une compétitivité plus faible et d'un manque de variétés de riz pour répondre à l'évolution du marché. Charoen Laothamatas, président de la Thai Rice Exporters Association, a déclaré que dans un contexte de forte concurrence, de coûts de production plus élevés que ses rivaux comme le Vietnam, de change de devises volatiles et de sécheresse intense, la Thaïlande risque de tomber au troisième rang cette année, le Vietnam occupant la deuxième place derrière l'Inde. "La Thaïlande expédie les mêmes variétés de riz depuis 30 ans et ne développe pas de nouvelles variétés pour faire face à l'évolution des demandes du marché et des consommateurs", a déclaré M. Charoen. "Cette année, l'association a fixé un objectif d'exportation de riz de 7,5 millions de tonnes, le même objectif que le ministère du Commerce, d'une valeur de 4,2 milliards de dollars." Il y a peu la Thaïlande exportait plus de 10 millions de tonnes. L'objectif est le plus bas depuis 2013, lorsque la Thaïlande a exporté 6,6 millions de tonnes de riz. La Thaïlande a expédié 7,58 millions de tonnes en 2019, atteignant 131 milliards de bahts, en baisse de 32% et 25%, respectivement par rapport à 2018. Le plus grand marché d'exportation était le Bénin, qui a importé 1,07 million de tonnes de riz thaïlandais, suivi par l'Afrique du Sud avec 725 461 tonnes, les États-Unis avec 559 957 tonnes et la Chine avec 471 339 tonnes. Il a déclaré que la Chine va écouler ses énormes stocks de 120 millions de tonnes de riz. L'an dernier, la Chine a exporté près de 3 millions de tonnes. Chookiat Ophaswongse, de l'association également, a déclaré que les principaux facteurs de risque pour l'exportation de riz de la Thaïlande sont le baht fort, la sécheresse intenses, les stocks énormes de la Chine et le développement continu des variétés de riz au Vietnam, en particulier le riz parfumé et le riz blanc à texture douce. On ne sait pas ce qui empêche la Thaïlande de diversifier sa production de riz. De plus, le Vietnam réussit à exporter du riz à des prix moins chers que la Thaïlande et à exploiter davantage les marchés importants tels que la Chine, Hong Kong, les Philippines et la Malaisie. D'autres facteurs de risque comprennent l'accord de libre-échange euro-vietnamien et l'accord global de partenariat transpacifique (CPTPP), qui permettraient au Vietnam d'élargir ses marchés d'exportation vers l'UE et les membres du CPTPP. La riziculture, comme le tourisme, était vecteur de devises vers la Thaïlande. Dans ces deux secteurs, le Vietnam, s'en sort mieux grâce à un rapport qualité prix plus avantageux pour les étrangers.
  25. Le cabinet a approuvé un projet de loi ministérielle sur la construction alors qu'il intensifie ses efforts pour réduire les niveaux nocifs de particules ultra-fines de poussière. La loi actuelle, datant de 1983, est trop ancienne pour être appliquée aux méthodes de construction modernes et à leurs normes de sécurité et d'environnement, a déclaré mardi la porte-parole du gouvernement, Rachada Dhnadirek. "La nouvelle loi vise à renforcer la sécurité et à protéger l'environnement", a-t-elle déclaré. En vertu de la nouvelle loi, des mesures appropriées sont nécessaires pour la construction de structures de plus de 10 mètres de haut, telles que les recouvrir de matériaux spéciaux ou mélanger le ciment à l'intérieur. Les chantiers de construction produisent des particules de poussière PM10 mesurant moins de 10 micromètres de diamètre. Selon le porte-parole de la ville, Pol Capt Phongsakon Kwanmuang, environ 60% à 70% des polluants fins à Bangkok sont des PM10, donc contrôler les chantiers de construction aidera certainement à purifier l'air. Cependant, la circulation est plus préoccupante car environ 64% des particules de PM2,5 dans l'air de Bangkok proviennent des transports, selon des autorités. Rien n'est prévu contre ce fléau. Il y a 22 millions de véhicules, dont certains très vieux, qui sillonnent les rues de Bangkok et ses environs, a déclaré mardi l'économiste de l'Université Kasetsart Witsanu Attavanich lors d'un séminaire. "Le nombre de vieilles voitures dans les rues, en particulier celles de plus de 15 ans, continue d'augmenter", a-t-il dit, ajoutant que la capitale et ses provinces voisines sont également menacées par la pollution causée par les incendies volontaires dans les champs. De nombreux agriculteurs se préparent encore pour la prochaine récolte en mettant le feu aux broussailles, même si le gouvernement l'interdit, sans pour autant l'empêcher. Depuis le début de cette année, des niveaux élevés de PM2,5 se sont abattus sur la capitale et de nombreuses provinces, ce qui coûte aux résidents : achat de masques et frais médicaux. Cela nuit à l'image de la ville, donc au tourisme et aussi, bien évidemment, à la santé de ses habitants. "Les PM2,5 sont blâmés pour avoir augmenté le taux de décès par d'autres maladies de 18%", a déclaré Sirirat Anutrakulchai de la Faculté de médecine de l'Université de Khon Kaen. Les autres maladies comprennent les troubles cardiaques, l'emphysème, le cancer du poumon, les accidents vasculaires cérébraux et les dysfonctionnements rénaux. image ambassade de France