Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 868
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Le secrétaire du gouvernement, Kobsak Pootrakool, a promis de régler les problèmes liés au TM30 dans les deux prochains mois. TM30 est la question litigieuse pour les étrangers qui doivent indiquer où ils se trouvent dans les 24 heures qui suivent leur arrivée à une destination si ce n'est pas leur adresse habituelle. Des amendes et le refus de prolonger les visas sont les conséquences du défaut de cette déclaration qui est du ressort du propriétaire mais que les propriétaires thaïlandais ont du mal à faire, faute de temps, de connaissance et d'outil informatique qui fonctionne. Kobsak, qui a assisté à des réunions de haut niveau la semaine dernière dans le but de résoudre ces problèmes, a indiqué à Daily News. Des réflexions sont en cours sur cette question. C'est devenu une priorité depuis que les investisseurs et les opérateurs du secteur touristique ont appelé le TM30 "un obstacle". Il a déclaré avoir parlé avec le ministère du Tourisme et que d'autres réunions au niveau ministériel avec toutes les parties concernées seraient organisées pour résoudre le problème TM30. L'annonce de la fin du formulaire TM6 et une nouvelle application efficace pour effectuer le TM 30 ont mis le feu à la toile cette semaine, note Thaivisa. https://forum.thaivisa.com/topic/1124400-tm30-government secretary promises-action-within-two-months/
  2. Un Birman tué par un autobus sur un passage clouté Un bus n’a pas réussi à s’arrêter à un passage clouté à Samut Prakan - Bang Plee, percutant et tuant un homme originaire du Myanmar jeudi soir, a annoncé la police. La police a déclaré que l'accident avait eu lieu à 21 heure sur la route King Kaew Klong Khud devant le lotissement Bang Plee Niwet. La victime a été identifiée comme étant Poi Wai Aung 26 ans. Son corps a été traîné le long de la route avant que le bus ne s’arrête. Le bus transportant des employés était conduit par Supoj Promnil, 62 ans, qui fait face à une accusation de conduite imprudente ayant entraîné la mort. Supoj a déclaré avoir vu l'homme traverser la route au passage pour piétons et avoir ainsi ralenti l'autobus, anticipant qu'il traverserait la rue avant que son autobus n'arrive au passage. Mais Supoj a déclaré que l'homme avait hésité et s'était arrêté, puis avait couru devant le bus. Supoj n'a pas pu stopper le bus à temps. Il a freiné et donné un coup de volant. L'autobus a heurté les barrières de sécurité, mais a quand même percuté l'homme, a déclaré le conducteur à la police. https://forum.thaivisa.com/topic/1124393-myanmar-man-killed-by-bus-at-zebra-crossing/ La presque totalité des conducteurs thaïlandais ne respecte pas la priorité (en tous temps et en tous lieux) des piétons sur les véhicules à moteur. Certains considèrent que les automobilistes, étant riches, ont plus de valeurs que les piétons. D’autres n'ont aucune idée de ce que contient le code de la route. Il n'y a pas de réel examen pour obtenir le permis de conduire. Des études montrent qu'une proportion importante et inquiétante de policiers de la route ne connaît pas le code de la route. Dans le meilleur des cas, les conducteurs ne souhaitent pas écraser le piéton mais ils refusent de s'arrêter, ils vont, comme c'est le cas ici, essayer de deviner la trajectoire de l'homme qui marche. Dans ces conditions, tenter de traverser une rue en Thaïlande relève d'une pratique à risques. Les piétons et les travailleurs migrants paient un lourd tribu aux automobilistes thaïlandais. Un piéton travailleur migrant est donc fort exposé.
  3. La Chine envoie une équipe d'experts en pandas en Thaïlande pour enquêter sur la mort de Chuang Chuang, un panda âgé de 19 ans qui est décédé subitement. Chuang Chuang s'effondra soudainement dans son enclos peu après la fin d'un repas de feuilles de bambou. Le personnel du zoo a déclaré que cet ours géant noir et blanc ne présentait aucun signe de maladie ou de blessure et qu'il avait récemment passé un bilan de santé. Il est arrivé au zoo de Chiang Mai en 2003 avec Lin Hui, un panda géant, avec un prêt de dix ans qui a ensuite été prolongé d'une décennie. Les deux pandas ont eu un tel succès que, pendant des années, un flux vidéo de 24 heures a retransmis leur quotidien : faire la sieste à midi, grignoter des feuilles de bambou et se rouler. Pour créer une étincelle romantique entre les deux, Chuang Chuang a même visionné des vidéos de l'accouplement de pandas. Finalement, le couple a produit un petit, Lin Ping, en 2009 – mais avec l’aide d’une insémination artificielle. La mort de Chuang Chuang a provoqué un tollé en Chine, où on craint de ne pas savoir s'il a reçu les soins appropriés en Thaïlande. Un commentaire publié par un agrégateur de nouvelles sur le décès de Chuang Chuang a reçu 6 000 commentaires exprimant un mélange de colère et de chagrin. https://news-24.fr/la-chine-envoie-une-equipe-pour-enqueter-sur-la-mort-dun-panda-dans-un-zoo-thailandais-accuse-de-soins-mediocres/
  4. L'Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) a renforcé ses plans de marketing pour le dernier trimestre de cette année dans le but de stimuler le tourisme national et d'atteindre l’objectif de 170 millions de voyages fixé pour 2019. Les touristes visitent Phukhet, en Thaïlande. Photo : iStock/CVN Le gouverneur de l'Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT), Yuthasak Supasorn, a déclaré que deux nouvelles campagnes seraient mises en œuvre après avoir reçu l'aval du Cabinet la semaine prochaine : "Visit Thailand with 100 Baht" (Visiter la Thaïlande avec 100 bahts) et "Shocking Weekday Travel" (Voyage choquant pendant les jours de la semaine). Selon lui, les touristes bénéficieraient de rabais importants et d'offres sur les services touristiques dans le cadre de ces campagnes, qui se poursuivront jusqu'à la fin de l’année. L’offre de 1.000 bahts et le remboursement de l’argent sont parmi des mesures de relance économique, qui pourraient encourager chaque mois au moins 20 millions de Thaïlandais à voyager dans le pays, cela aiderait à atteindre l’objectif de 170 millions de voyages intérieurs, a déclaré Yuthasak Supasorn. Le tourisme représente environ 20% de l’économie thaïlandaise. Cependant, en raison des tensions géopolitiques et de la stagnation économique, le service tertiaire thaïlandais a connu une croissance lente au cours des huit premiers mois de l'année. En effet, le tourisme intérieur n’a progressé que de 1,3% sur un an, avec 103,53 millions de voyages, tandis que le nombre d'arrivées internationales était estimé à 26,5 millions, en hausse de 2,6%. Compte tenu de la situation morose, le ministère thaïlandais du Tourisme et des Sports a revu à la baisse ses prévisions concernant les arrivées étrangères. Ces dernières sont estimées pour l'heure à 39-39,8 millions cette année, contre 40,2 millions auparavant. L'Autorité du tourisme de Thaïlande est convaincue que l'objectif est réalisable, étant donné que la haute saison du tourisme approche et que davantage de campagnes seront lancées pour stimuler le marché. Auparavant, la Thaïlande a supprimé les frais de visa à l'arrivée de 2.000 bahts pour les citoyens en provenance de 19 pays, dont la Chine et l'Inde, et cette décision est valable jusqu'à la fin d'avril prochain. Comme la durabilité est devenue une tendance mondiale, Yuthasak Supasorn a déclaré que l'Autorité du tourisme de Thaïlande considérera le tourisme responsable comme un projet phare de la prochaine année fiscale qui commencera le mois prochain. La TAT organisera plusieurs campagnes de sensibilisation auprès des touristes, telles que l'initiative "Upcycling the Oceans" (Recycler les océans) dans le but de réduire l'impact du tourisme sur l'environnement. VNA/CVN https://www.lecourrier.vn/la-thailande-renforce-la-promotion-du-tourisme-pour-la-croissance-economique/633534.html
  5. Le Bureau de la politique budgétaire du ministère des Finances a annoncé mercredi 18 septembre qu’il disposait de fonds suffisants pour venir en aide aux victimes des inondations dans tout le pays, le gouvernement disposant de plus de 500 milliards de Bt dans ses réserves. Il a également déclaré que la campagne de dons organisée par le gouvernement ne signifiait pas qu’il était à court d’argent. Elle visait uniquement à servir de canal pour accroître l’aide, promouvoir la générosité et faciliter les donations des citoyens. L’agence a ajouté que, conformément à la réglementation du ministère, chaque gouverneur de province possède un budget - provision de 20 millions de Bt en cas de catastrophe naturelle. «Au mois d’août, la réserve du Trésor s’élevait à 512,2 milliards de Bt, ce qui est suffisant pour l’exécution des projets de l’État», a confirmé le Bureau de la politique budgétaire. https://forum.thaivisa.com/topic/1124130-there’s-enough-money-to-help-flood-victims-finance-ministry/
  6. suite de cette affaire Le PM refuse de clarifier la question du serment incomplet Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a quitté le Parlement avant la fin du débat initié par l'opposition -mercredi- pour se rendre à une cérémonie religieuse royale au palais Dusit, sans répondre aux questions des députés de l'opposition concernant l'affaire du serment incomplet, affirmant qu'il avait le droit de ne pas répondre. Avant de quitter le Parlement peu avant 16 heures, le Premier ministre a déclaré aux médias qu'il avait chargé le Vice-Premier ministre, Wissanu Krea-ngarm, de répondre en son nom. Il a déclaré qu'il ne reviendrait pas au Parlement aujourd'hui, ajoutant que, d'ici la clôture de la cérémonie royale, vers 21 heures, le débat de l'opposition serait terminé. Concernant toutes les questions formulées par les députés de l'opposition au cours du débat, le Premier ministre a déclaré qu'elles avaient été acceptées et qu'un mandataire avait été désigné pour fournir des réponses au parlement. Au même moment, on apprenait que la Cour Constitutionnelle avait décidé que M Chan-o-cha avait bien le droit d'être nommé premier ministre car il n'était plus fonctionnaire. Lors du débat de l'opposition, le chef du parti Seri Ruam Thai, Seripisut Temiyavet, a déclaré que, la Cour Constitutionnelle n'ayant pas statué sur la question de savoir si le Premier ministre avait prêté serment correctement, il incombait à l'opposition d'obtenir la vérité. L'ancien chef de la police, Seripisut, a déclaré qu'il se demandait si le Premier ministre méprisait inconsciemment la démocratie et la Constitution et s'il complotait un autre coup d'État. Il faisait référence au fait que M Chan-o-cha avait promis d'obéir à tout sauf à la constitution lors de sa prestation de serment tronquée. Terminant son discours, Seripisut a appelé le Premier ministre à démissionner. https://forum.thaivisa.com/topic/1124176-pm-refuses-to-clarify-the-incomplete-oath-issue/
  7. suite de cette affaire La Cour provinciale de Pattaya a condamné mercredi à la peine de mort l’ex-propriétaire de bar de Phuket, Panya «Sia Auan Bangla» Yingdang, pour le double meurtre d’une ancienne reine de la beauté et de son partenaire, mais a commué la peine en réclusion criminelle à perpétuité. Pavena Namuangrak et son partenaire Anantachai Jaritram ont été abattus dans le parking de la montagne Khao Chijan Buddha, une attraction touristique de Pattaya, le 29 juillet 2018. Kiattisak Surangsaengmeeboon, qui a conduit Panya sur les lieux du meurtre, a également été condamné à mort, commué en perpétuité. Le tueur à gage, Narong Warintarawet, a été condamné pareillement. Un quatrième accusé, Sayan Srisk, qui a désigné les victimes (au tueur), a été condamné à la réclusion à perpétuité, réduite à 50 ans. Jirasak Unaibun, le deuxième chauffeur du gang, et le garde du corps de Panya, Krissana Srisuk, seront emprisonnés pendant 16 ans. Le tribunal a également ordonné aux six hommes de verser une indemnité combinée de 7,32 millions de thb à la famille d’Anantachai et de 7,312 millions de Bt à la famille de Pavena. Wanpen Namuangrak, la mère de Pavena, s’est dite satisfaite de la décision mais a refusé de rendre le «wai» que Panya lui a offert lorsqu’elle est entrée dans la salle d’audience pour entendre le jugement. Après le meurtre d'une extrême violence perpétré en plein jour devant des touristes, la police a compris que Panya avait agi par jalousie. Il a affirmé que le jeune couple l'avait convaincu qu'ils n'étaient que ses amis au cours des trois années pendant lesquelles il avait courtisé Pavena, une période au cours de laquelle il avait donné un total de 7 millions de Bt à elle et à ses proches. Panya s'était enfui au Cambodge, a été appréhendé par la police cambodgienne et renvoyé en Thaïlande pour y être poursuivi. Lui et les cinq autres accusés étaient en détention depuis leur arrestation distincte en 2018 et n'avaient jamais été libérés sous caution. https://forum.thaivisa.com/topic/1124119-life-sentence-for-murderer-of-young-couple-at-buddha-mountain/
  8. La Skytrain Blue Line entrera en opération non officielle le 29 septembre et sera initialement gratuite. Elle transportera des passagers à destination et en provenance de Petchkasem, Phasi Charoen, Bang Khae et Lak Song (côté Thonburi). L’autorité thaïlandaise de transport en commun rapide et la Bangkok Expressway and Metro (BEM) renoncent à faire payer permettant de présenter aux voyageurs le service étendu entre Tao Pun et Tha Phra, bien que la ligne ne soit officiellement ouverte que le 31 mars 2020. Il est conseillé aux passagers se rendant à Chinatown de débarquer via la sortie 1 de la station Wat Mang Korn et de se rendre à Yaowarat via Charoen Krung Soi 16. L'utilisation de billets prépayés rendra votre expérience plus agréable. A l'autre extrémité de la ligne (Tao Poon actuellement), il existe une correspondance pour la ligne violette qui se rend jusqu'à Klong Bang Pai, soit la station qui suit celle du Ikea Bang Yai. https://forum.thaivisa.com/topic/1124108-four-stations-opening-soon-on-skytrain-blue-line/ https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_bleue_du_métro_de_Bangkok Sur ce plan, Richard Barrow indique les stations qui ouvrent ces jour-ci
  9. L’hôpital Chaophraya Abhaibhubejhr a organisé mardi 17 septembre un cours intitulé «L’agriculture biologique du cannabis à des fins médicales pour les agriculteurs et le grand public» sur son campus de Prachin Buri à Bang Decha. La formation était dirigée par le Dr Namphol Danpipat qui a noté que la culture du cannabis à des fins médicales en Thaïlande est relativement nouvelle. L’hôpital travaille avec le cannabis médical depuis plusieurs années et est prêt à partager son savoir-faire avec le grand public. «Cette formation comprend à la fois des cours magistraux et des séances pratiques dans des parcelles agricoles fermées», a déclaré Namphol. «Notre objectif est de fournir aux étudiants des techniques de culture optimales qui produiront du cannabis de la meilleure qualité à des fins médicales. «Plus important encore, toutes les méthodes de culture et de transformation du cannabis présentées dans ce cours sont pleinement conformes à la loi», a-t-il ajouté. En plus de partager des techniques de culture, l’hôpital Chaophraya Abhaibhubejhr a fourni des informations sur des sujets tels que l’utilisation du cannabis à des fins médicales, les maladies des plantes et les animaux nuisibles, ainsi que la réglementation à suivre par ceux qui souhaitent faire pousser du cannabis médical avec l’approbation des organismes gouvernementaux concernés. https://forum.thaivisa.com/topic/1124054-prachin-buri-hospital-hosts-cannabis-growing-class-for-the-public/
  10. Citant la surpopulation à Bangkok, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré que le déplacement de la capitale était une possibilité. Il a fait cette remarque lors du séminaire "Connecter la Thaïlande au monde", organisé par le Conseil de développement économique à Muang Thong Thani ce mercredi, et s'est également engagé à prolonger la date limite d'inscription au système social pour les personnes à faible revenu. «Il existe deux approches pour déplacer la capitale», a déclaré Prayut. «Soit trouver une ville qui n’est ni trop loin ni trop chère. Soit décentraliser la zone urbaine vers l’extérieur de Bangkok afin de réduire la surpopulation. ” La deuxième approche préserverait les points de repère importants de Bangkok, a-t-il déclaré, tandis que les installations gouvernementales et commerciales pourraient être déplacées vers la périphérie, réduisant le nombre de personnes et les déplacements en centre-ville, réduisant ainsi les embouteillages. Déplacer la capitale n'est qu'une idée et cela nécessiterait des études approfondies sur les impacts économiques et sociaux, a déclaré Prayut, mais c'est une possibilité sous son administration. «Les gouvernements précédents n'ont jamais réussi à résoudre ce problème, craignant que cela ne provoque des conflits irréparables dans la société», a-t-il déclaré. "La priorité est maintenant d'établir une compréhension mutuelle entre les citoyens afin de s'assurer qu'ils soient sur la même longueur d'ondes que le gouvernement." Plus tôt cette année, le président indonésien a annoncé que la capitale du quatrième pays le plus peuplé du monde serait déplacée de Jakarta sur l'île principale de Java, vers un nouvel emplacement qui n'a pas encore été choisi. M. Prayut a également déclaré lors du séminaire que 14,6 millions de citoyens s'étaient inscrits en tant que personnes à faible revenu pouvant prétendre à l'aide sociale, bien que ce nombre devrait être plus élevé. "Certains ont raté la date limite d'inscription, alors le gouvernement la prolongera indéfiniment pour s'assurer que personne ne soit laissé pour compte", a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1124084-pm-floats-idea-of-moving-thailands-capital/
  11. BANGKOK - Un haut responsable gouvernemental a annoncé mardi que les visiteurs étrangers n'auraient bientôt plus besoin de remplir les formulaires d'arrivée et de départ «TM6». Kobsak Pootrakool, secrétaire général adjoint du Premier ministre, a également vanté une application mobile en préparation pour un suivi 24 heures sur 24 (des expatriés) lié au TM30. Cette procédure a été source de controverse ces derniers mois car les applications de l'immigration n'ont jamais marché. Kobsak a déclaré que les deux nouveautés sont conçues pour attirer plus de visiteurs et faciliter la vie de ceux qui habitent déjà dans le royaume. «Nous avons pris la décision vendredi dernier. Dans deux ou trois mois, la vie sera beaucoup plus facile [pour les touristes étrangers et les expatriés] », a déclaré Kobsak. Il a pris la parole lors d'un dîner de gala célébrant le cinquième anniversaire du magazine Elite Plus dans un hôtel de Bangkok mardi soir, auquel assistaient des ambassadeurs d'une dizaine de pays. Pour expliquer la décision du gouvernement, M. Kobsak a déclaré que les formulaires d’arrivée et de départ, appelés TM6, avaient entraîné des problèmes de stockage. Le gouvernement prévoit un total de 40 millions de visiteurs en Thaïlande cette année. "[La police de l'immigration] doit disposer d'un énorme entrepôt pour stocker ces papiers", a déclaré Kobsak, ajoutant que la police examinait rarement les informations contenues sur les formulaires, qui ne sont stockées qu'au "cas où." Il a également déclaré que le gouvernement et la police de l'immigration avaient accepté vendredi dernier de rationaliser d'autres procédures. Les étrangers seront en mesure de signaler leur localisation en seulement «quatre clics» sur un smartphone afin de respecter les réglementations qui les obligent à informer les autorités de l'immigration tous les 90 jours. Mais, cerise sur le gâteau, il semble que la police est en train de développer une application de téléphonie mobile pour le fameux formulaire TM30, qui demande aux résidents étrangers et à leurs propriétaires thaïlandais de déposer un rapport à la police chaque fois qu'un étranger passe une nuit en dehors de sa province. Les touristes n'en souffrent pas car les formulaires sont envoyés par les hôtels. Le commandant adjoint de l’immigration, Nattapon Sawaengkit, a confirmé la décision mercredi, mais a chargé un autre officier d'en expliquer les détails. L’agent, qui a refusé de donner son nom, a donné peu d’informations. Il ajouté que des codes QR seraient vraisemblablement utilisés. «Les applications ne sont pas encore terminées. Les codes QR seront probablement utilisés, mais ce n’est pas encore concret. Ce sera probablement sur smartphone », a déclaré l'agent. Dans l'état actuel des choses, il n'y a donc aucune modification et rien ne dit que l’application fonctionnera. S'adressant aux journalistes mardi soir, M. Kobsak a déclaré que la loi serait toujours en vigueur, mais s'est engagé à mettre fin au mécontentement des étrangers vis-à-vis du formulaire. Il a également reconnu que le gouvernement devrait faire plus pour attirer les investissements et la main-d'œuvre (qualifiée) étrangère. http://www.khaosodenglish.com/news/business/2019/09/18/govt-to-scrap-arrival-cards-for-foreigners-introduce-tm30-app/
  12. Le mardi 17 septembre, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a défendu la décision du bureau spécial de la police de rassembler les informations personnelles des étudiants (thaïlandais) de confession musulmane, affirmant que ce n'était pas discriminatoire, mais simplement une compilation de données. Il a déclaré que la Thaïlande n’avait jamais eu de «Big Data» et que cette action n’était pas censée violer la vie privée de quiconque, ajoutant: « Vous ne devez jamais vous inquiéter de la collecte d'informations personnelles si vous n’avez pas l’intention de faire quelque chose d’illégal.» La Fédération des étudiants musulmans de Thaïlande a récemment publié une déclaration dans laquelle elle remettait en question la demande officielle de la police à toutes les universités qui doivent fournir des informations personnelles sur leurs étudiants musulmans. Prayut a déclaré que des informations sur les étudiants musulmans étaient nécessaires pour créer une base de données qui serait utile aux services de renseignement de la police. Il ne dit pas en quoi ces données personnelles seront utiles ni comment elles seront exploitées. https://forum.thaivisa.com/topic/1123966-thai-pm-defends-police-monitoring-of-muslim-university-students/?tab=comments#comment-14580027 Reuters (dont Thaivisa est client) explique longuement dans son article pourquoi les associations d’étudiants musulmans de nationalité thaïlandaise s'inquiète. https://forum.thaivisa.com/topic/1123966-thai-pm-defends-police-monitoring-of-muslim-university-students/
  13. Les détenteurs de cartes magnétiques doivent passer à la carte à puce Siritida Panomwon Na Ayudhya, sous-gouverneur de la Banque de Thaïlande, a déclaré que la banque centrale, en coopération avec les banquiers thaïlandais exhortaient les détenteurs de cartes magnétiques à changer de carte et à prendre des cartes à puce, afin renforcer la sécurité dans l'utilisation des cartes de crédit et de débit et prévenir la fraude et les cartes contrefaites. A date, 47 millions de cartes magnétiques ont déjà été converties en cartes à puce, il reste donc 20 millions de cartes magnétiques. Un titulaire de carte magnétique peut se présenter gratuitement dans toutes les succursales de sa banque avec sa carte d'identité, sa carte magnétique existante et son livret bancaire. Après le 15 janvier 2020, toutes les cartes magnétiques seront inopérantes. https://forum.thaivisa.com/topic/1123905-magnetic-card-holders-told-to-make-the-switch-to-chip-card/
  14. La nouvelle génération dépense trop. C’est ce que le gouverneur de la Banque de Thaïlande, Veerathai Santiprabhob, a tenté de faire comprendre au séminaire "Initiative royale : une immunité pour la structure économique thaïlandaise", qui s’est tenu lundi à Bangkok. Veerathai a déclaré que la dette des ménages augmentait considérablement, en partie à cause de la politique de la première voiture et de la concurrence sur les prêts à la consommation à zéro pour cent. Un examen du comportement des Thaïlandais a révélé qu’ils dépensaient plus d’argent et contractaient des dettes plus lourdes. C'est particulièrement le cas pour la nouvelle génération, qui vient d'obtenir son diplôme et commence à travailler, mais dépense trop et achète en ligne, a-t-il déclaré. Les taux d'intérêt bas depuis un certain temps n'incitent pas à épargner, a déclaré Veerathai. La banque centrale essaie donc d'encourager davantage d'épargne en prenant des mesures concernant les cartes de crédit personnelles, comme le ratio prêt / valeur et en ouvrant des "cliniques" contre le surendettement. Par ailleurs (et en écho à l'article d'hier qui disait que les gens, excédés par les inégalités, ne cessent de demander de l'argent au premier ministre) plus de 40% des agriculteurs sont toujours (très) pauvres, avec un revenu mensuel moyen de 4 750 Bt. Ceci les incite à s’installer en ville. Il est temps de croire en l’approche de "l’économie de suffisance", qui doit être suivie immédiatement, a déclaré Veerathai. Il s'agit d'une référence aux idées du roi Rama 9. La dette des ménages est actuellement élevée à 12,9 milliards de Bt, soit 78,7% du produit intérieur brut, selon la banque centrale. https://forum.thaivisa.com/topic/1123924-young-people-spending-beyond-their-means-bot-governor/
  15. Une association représentant les entreprises européennes en Thaïlande a appelé le gouvernement thaïlandais à supprimer les exigences controversées liées aux TM.30 et TM.28. L’Association européenne des entreprises, qui se décrit comme «la voix des entreprises européennes en Thaïlande», a appelé à la fin des exigences des TM.30 et TM.28, ajoutant que ces tracasseries avaient eu un impact négatif sur la facilité de faire des affaires dans le pays. Dans un communiqué de presse, M. Jan Eriksson, président de la EABC, a déclaré: «Le formulaire d'immigration TM.30, ou rapport 24 heures sur 24, oblige les propriétaires et les bailleurs (tant thaïlandais qu'étrangers) à signaler les mouvements d'étrangers (dans le pays). "Tant les citoyens thaïlandais que les étrangers trouvent cela difficile et inutile, ce qui a malheureusement suscité des critiques négatives contre la Thaïlande, à la fois comme lieu d’investissement et de "commerce" et comme destination touristique. Ce n'est pas bon." Un TM.30 correctement complété est maintenant une condition préalable pour obtenir un visa. Dans la pratique, il est impossible de remplir les formulaires facilement et rapidement (en ligne). M. Eriksson a également déclaré: «Nous prévoyons que les discussions en vue d’un accord de libre-échange entre la Thaïlande et l’UE reprendront. Cet accord devrait avoir une valeur supérieure (au TM30) et ne pas être gêné par des mesures prises contre la "facilité de faire des affaires". Nous félicitons le gouvernement d’avoir pris des mesures positives pour «faciliter les affaires» dans le passé. Mais maintenant, nous pensons que TM.30 annule ces bonnes mesures ». M. Eriksson a également déclaré: «Certains ont recommandé le retrait de TM. 30 dans l’intérêt de l’économie thaïlandaise et de la facilité de faire des affaires. Cela semblerait être la meilleure solution. Il est difficile de voir en quoi une mesure de sécurité reposant sur l’auto-déclaration peut être utile », a expliqué M. Eriksson. Sous entendu : les délinquants étrangers ne s'auto-déclareront pas. La nouvelle intervient après que le général Sompong Chingduang, chef de l'immigration, a déclaré à la BBC Thai que des améliorations étaient nécessaires concernant l'application de TM.30. BBC Thai a indiqué que des mesures sont en cours pour adapter et moderniser le TM.30, âgé de quarante ans. Des discussions sur les TM.30 et TM.28 devaient également avoir lieu lors de la réunion ministérielle de vendredi dernier (13 septembre). Également vendredi dernier, l’Immigration a publié une déclaration quelque peu déroutante concernant ses exigences. Bien que certains aient cru, à tort, que cela signifiait la fin des TM.30 et TM.28, la déclaration ne contenait en réalité aucune information nouvelle et ne confirmait en réalité que la section 37 de la loi sur l'immigration concernant les obligations de déclaration des étrangers séjournant en Thaïlande aux fins de de tourisme, de sport, d’affaires, d’investissements, d’éducation, de compétences spécialisées et non d’expatriés en retraite ou en mariage. https://forum.thaivisa.com/topic/1124000-group-representing-european-businesses-in-thailand-calls-for-tm30-and-tm28-to-be-abolished/
  16. Les Thaïlandais se sont réveillés mardi matin en apprenant la mort au zoo de Chiang Mai (nord) du panda géant Chuang Chuang, âgé de 19 ans, dont la vie sexuelle – ou plutôt son absence – les a captivés pendant des années. Chuang Chuang avait été prêté par la Chine en 2003 en compagnie d’une femelle, Lin Hui. Ils vivaient tous les deux dans un enclos climatisé où, sous l’oeil des caméras, tout était fait pour favoriser leur accouplement. Mais l’appétit sexuel quasi-inexistant du panda mâle était devenu un sujet d’intrigue dans le pays. Chuang Chuang avait été mis au régime, et des films montrant des pandas en train de pratiquer l’acte étaient montrés au couple dans l’espoir de stimuler sa libido. C’est par insémination artificielle que Lin Hui avait finalement donné naissance à un petit, Linping, en 2009. Un événement que les internautes pouvaient suivre en direct 24 heures sur 24. La « diplomatie du panda » Prêté par la ville chinoise de Chengdu dans le cadre de la «diplomatie du panda», Chuang Chuang, comme sa femelle, était assuré pour un demi-million $. Il devait être rendu à la Chine en 2023. Les pandas géants sont connus pour la faiblesse de leur appétit sexuel et sont parmi les espèces les plus menacées au monde. Leur espérance de vie varie de 15 et 20 ans dans la nature, mais ils peuvent atteindre l’âge de 30 ans en captivité, selon le WWF. https://fr.metrotime.be/2019/09/17/must-read/la-thailande-pleure-son-panda-geant-chaste-et-adore/ https://news.thaivisa.com/article/40107/chiang-mais-giant-panda-chuang-chuang-dies-at-19
  17. Un représentant du ministère thaïlandais du Tourisme et des Sports a déclaré à la presse thaïlandaise que le projet visant à obliger les visiteurs en Thaïlande à souscrire une assurance ont été mis en veilleuse. Chote Trachu a déclaré à Bangkok Biz News que les propositions ministérielles faites en mai de cette année devraient attendre 2020 ou à un "moment plus opportun dans le futur". Il a déclaré que le tourisme en Thaïlande traversait une période difficile en raison de la stagnation de l'économie mondiale, de la valeur élevée du baht et de la faible valeur du yuan. Il a dit qu'il valait mieux attendre et que changer les choses maintenant pourrait causer plus de problèmes que cela ne valait la peine. Il a déclaré qu'exiger des touristes une assurance était une question "sensible" qui pouvait "effrayer" les touristes à ce moment-là. Il était évident que la Thaïlande était sur la bonne voie pour recevoir plus de 40 millions de visiteurs chaque année et que ce n'était pas le bon moment pour adopter de nouvelles réglementations, note Thaivisa. Thaivisa en français ajoute que cette histoire devrait rester anecdotique même si le principe est justifié. Le gouvernement est obligé de débourser 300 millions de Bahts chaque année pour payer les factures d'hôpital des étrangers qui n'ont pas d'assurance ou dont l'assurance ne veut pas payer. 300 millions est une goutte d'eau dans le budget global de la Thaïlande et le ministère du tourisme a déjà un cagnotte prévue à cet effet. Par ailleurs, la somme ne serait que de 10 ou 20 bahts par personne, c'est beaucoup de stress infligé aux touristes pour un montant ridicule. La levée de cet impôt pourrait coûter plus cher qu'il ne rapporte. Si les autorités demandaient 100 bahts / personne cela permettrait de couvrir les hospitalisation et au gouvernement d'engranger 80 bahts de plus par touriste soit plus de 3 milliards de bahts, cela aussi, c'est une goutte d'eau. https://forum.thaivisa.com/topic/1123824-compulsory-insurance-shelved-ministry-dont-t-want-to-spook-tourists-at-sensitive-time/
  18. La police de Buriram a été appelée dans un hôtel situé près de la gare routière du centre-ville après qu'un étranger s'est pendu dans une chambre du troisième étage. La victime australienne, pendue à une corde de nylon, était morte depuis trois heures. Une note expliquant le suicide accompagnée de 3 000 bahts était attachée au mur. Il n'y avait aucun signe de lutte ou de quelque chose de suspect. La police a appelé le dernier numéro sur son téléphone et une Thaïlandaise de 29 ans est arrivée. Elle a déclaré qu'elle était allée à Pattaya en voyage avec son mari et ses deux enfants et qu'elle avait rencontré l'Australien qui était désespéré. A priori, ils ne se connaissaient pas auparavant. Il disait qu'il avait perdu son passeport et ses biens, mais que la police de Pattaya n'était pas intéressée par son dépôt de plainte. Elle a offert de l'aider et a donné son numéro de téléphone. Un don des services de secours de Pattaya a été remis à l'homme pour qu'il se rende à Buriram. Il semble qu'il ait simplement voulu suivre cette gentille Thaïlandaise car on ne sait pas où il habitait. La Thaïlandaise l'a aidé ensuite à se rendre à la police de Buriram pour y déposer une plainte qui a été acceptée. Mais il a tout de même mis fin à ses jours en indiquant que de nombreux facteurs l'avaient amené à mettre un terme à sa vie. Les noms dans l'article ne sont pas révélés. https://forum.thaivisa.com/topic/1123819-australian-pensioner-hangs-himself-after-pattaya-police-fail-to-take-missing-passport-report/
  19. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré aujourd'hui (lundi) qu'il était gêné parce que, partout où il se rendait, des gens lui demandaient constamment de l'argent, des affectations budgétaires ou des augmentations de salaire. «Si j'étais riche ou si la Thaïlande était riche, je leur en donnerai. Je ne les blâme pas parce qu’ils n’ont pas d’argent », a déclaré le Premier ministre, ajoutant que les autorités locales devaient préciser à la population que le gouvernement ne pouvait tout simplement pas donner de l’argent, mais qu’il devait suivre les règles et être transparent en ce qui concerne les fonds publics. Dans son allocution d’ouverture lors d’un séminaire intitulé "Stratégie nationale en action", organisé par le Bureau de la fonction publique à l’intention des représentants du gouvernement, le Premier ministre a souligné qu’il importait que ceux-ci fassent comprendre au public les rôles et responsabilités du gouvernement. Citant une question soulevée par certaines personnes sur la raison pour laquelle le gouvernement n’a pas simplement donné 5 000 bahts à chaque famille touchée par les inondations, il a déclaré que les responsables locaux devaient expliquer à la population pourquoi cela n’était pas possible, à cause des règles et des procédures. «Aujourd'hui, nous n'avons pas que des problèmes bureaucratiques et politiques. Nous avons également un problème avec les gens, car beaucoup d’entre eux ne connaissent pas les règlements », a déclaré le Premier ministre. Il a dit que, chaque jour, il continuait à réfléchir à ce qu'il fallait faire pour résoudre les problèmes de la population. S'agissant de la question de l'égalité, qui est souvent soulevée par des groupes de défense des droits de l'homme (les milliardaires thaïlandais continuent de s'enrichir de manière exponentielle alors que les salaires stagnent), le Premier ministre a insisté sur le fait que c'est la même chose partout dans le monde. Il s'est défendu contre les allégations selon lesquelles son gouvernement soutiendrait les grandes entreprises aux dépens des pauvres. Pour s'attaquer au problème de l'inégalité, il a déclaré que le gouvernement interviendrait pour venir en aide aux pauvres, notamment en leur fournissant de l'aide sociale par le biais de la carte de protection sociale tout en prenant soin de ne pas nuire aux personnes à revenus moyens et élevés, qui paient l'essentiel de l'impôt sur le revenu, ni aux investisseurs qui prennent des risques dans le pays. https://forum.thaivisa.com/topic/1123769-pm-prayut-embarrassed-by-people-asking-for-cash-handouts-everywhere-he-goes/
  20. PHUKET: Le chef de l’immigration de Phuket, le colonel Kathathorn Kumthieng, a expliqué au Phuket News un "décret" publié par le Bureau de l’immigration annonçant que certains visiteurs en Thaïlande n’avaient plus besoin de signaler leur changement d’adresse. L’avis, publié le vendredi 13 septembre, était libellé comme suit: «Lors de séjours en Thaïlande, à des fins de tourisme sportif, d’affaires, d’investissement, d’éducation, de pratique d’artisanat spécialisé, les étrangers ne sont pas obligés d’en informer les autorités s'ils déménagent. " Le Col Kathathorn a admis ce matin que l’annonce pourrait être source de confusion. "La notification annonce des exceptions au TM28 imposant aux étrangers de signaler leur localisation dans les 24 heures qui suivent leur arrivée à destination", a-t-il déclaré. «Plus précisément, il exempte les étrangers qui entrent en Thaïlande à des fins touristiques (visas« TR » et les touristes qui entrent en Thaïlande), les visas sportifs (S), les visas d’affaires (B), les visas d’investissement (IM, IB). ), les visas d’éducation (ED, RS) et les visas d’artisans ou de spécialistes (EX). «Ces personnes sont désormais dispensées de déposer un TM28 indiquant où elles se trouvent», a-t-il déclaré. Cependant, le Col Kathathorn a souligné que seules les personnes séjournant dans le pays avec ce type de visa sont exemptées. "L'exigence TM28 s'applique toujours à toutes les autres personnes", a-t-il déclaré. «Ces personnes exemptées n’ont plus besoin de déposer un TM28 car elles sont couvertes par le TM30 de leur propriétaire. Le TM30 oblige les propriétaires d’immeubles à signaler toute présence étrangère à leur domicile», a-t-il expliqué. "Ainsi, les informations sur la localisation de l'étranger seront enregistrées par le TM30", a-t-il déclaré. «Mais les autres étrangers séjournant dans le pays à des fins non mentionnées dans la note doivent continuer de signaler où ils se trouvent en tout temps (par le TM28)», a répété le Col Kathathorn. Ainsi les détenteurs de visas O et OA doivent continuer à remplir des TM28 dès qu'ils dorment dans une autre province. Le Col Kathathorn a expliqué que le changement des règles d'immigration fait suite à une réunion tenue lundi 9 septembre. Interrogé sur l’entrée en vigueur des exemptions, il a répondu "la mesure est déjà entrée en vigueur." Le Col Kathathorn a également noté que la règle de déclaration de 90 jours pour tous les étrangers séjournant dans le pays reste en vigueur. “C'est toujours nécessaire. Les étrangers doivent toujours se présenter à l'immigration une fois tous les trois mois », a déclaré le colonel Kathathorn. Même si l'immigration sait déjà où ils dorment grâce au TM28. Ligne directe de l'immigration : 1178. https://forum.thaivisa.com/topic/1123672-phuket-immigration-clarifies-tm28-24-hour-reporting-‘exceptions’/ C'est un retour en arrière. En privé, les officiers affirmaient qu'ils ne seraient pas trop sévères si les O et OA étaient pris à dormir chez des amis vivant dans une autre province. Clairement, il faut toujours signaler si on découche dans une autre province. Malheureusement, il n'existe toujours pas d'outil permettant de le faire facilement. On ne sait pas s'il faut se rendre au commissariat, au bureau de immigration de la dite province ou si on peut envoyer un courrier. Il semble, en revanche, que l'immigration pourrait ne pas punir les expatriés si leur propriétaire n'a pas rempli de TM30. A suivre. L'immigration se bat sur deux tableaux : obliger les expatriés O et OA à dire où ils dorment (TM28) et, plus compliqué, obliger les propriétaires à faire le tour de leurs logements pour indiquer quels étrangers y dorment chaque nuit (TM30).
  21. Des peintures d’une étudiante thaïlandaise dans lesquelles la tête de bouddha campe sur le corps d’Ultraman, super-héros japonais, ont fait naître de vives polémiques. Selon Reuters, ces quatre tableaux exposés dans un centre commercial étaient sous le feu des critiques pour leur blasphème. La jeune Thaïlandaise a alors dû s’excuser au moine du plus haut rang de sa province. Cependant, une association bouddhique rigoriste a décidé de porter plainte contre cette femme et les responsables de l’exposition. Dans ce pays, un sacrilège est passible de sept ans de prison au maximum. D’après un collectionneur qui a acheté ces œuvres controversées, une d’entre elles a déjà été vendue pour 600 000 Bahts, soit 17 800 euros. Il a annoncé faire un don d’une partie importante des profits réalisés à un hôpital afin de suivre l’intention de l’étudiante, qui voulait décrire le bouddha comme un héros à travers ses peintures. http://world.kbs.co.kr/service/contents_view.htm?lang=f&menu_cate=world&id=&board_seq=370906
  22. Le gouvernement thaïlandais appliquera à partir du mois prochain un système de garantie des prix du riz. Les agriculteurs se verraient payer la différence lorsque le prix tomberait sous un seuil prédéterminé, a déclaré le vice-Premier ministre et ministre thaïlandais du Commerce, Jurin Laksanawisit. Des riziculteurs thaïlandais. Photo : VNA/CVN Le vice-Premier ministre et ministre thaïlandais du Commerce, Jurin Laksanawisit, s'exprimait alors qu'il dirigeait une délégation de représentants de l'Association thaïlandaise des exportateurs de riz pour expliquer le programme aux agriculteurs des cinq provinces du Nord-Est que sont Roi Et, Si Sa Ket, Surin, Yasothon et Maha Sarakham. Les premiers paiements commenceraient le 15 octobre, a-t-il déclaré, ajoutant que le système de garantie des prix, applicable jusqu'en octobre 2020, serait renouvelé chaque année pour la totalité du mandat de quatre ans de ce gouvernement. Auparavant, le gouvernement thaïlandais avait approuvé le 27 août un budget de 59 milliards de bahts (2 milliards d'USD) pour garantir aux agriculteurs un prix raisonnable pour leur riz et leur huile de palme. Sur ce montant, 13,3 milliards de bahts seront destinés aux familles de riziculteurs, 21,4 milliards seront réservés aux familles de planteurs de palmier à huile et les 25 milliards restants au financement des coûts de production des riziculteurs. Couvrant cinq types de riz, le système de garantie des prix du riz sera géré par la Banque de l'agriculture et des coopératives agricoles (BAAC). Pour être éligibles, les producteurs de riz doivent s’inscrire auprès du Département de la vulgarisation agricole et l’argent sera déposé directement sur leur compte BAAC. Le vice-Premier ministre thaïlandais a déclaré qu'actuellement environ 4,1 millions d'agriculteurs se sont inscrits pour participer au programme. VNA/CVN https://www.lecourrier.vn/thailande-le-systeme-de-garantie-des-prix-du-riz-sera-mis-en-œuvre-en-octobre/633392.html
  23. Bangkok - "Je suis une enfant en guerre". Lilly, 12 ans, sèche l'école, grimpe sur son paddle et pagaye au milieu d'un canal de Bangkok embouteillé de détritus qu'elle ramasse avec précaution. Son combat: le plastique en Thaïlande, sixième plus gros contributeur mondial à la pollution des océans. En juin, l'adolescente américano-thaïe a remporté une première victoire: aider à convaincre un grand distributeur à Bangkok, Central, de ne plus délivrer de sacs à usage unique dans ses supermarchés une fois par semaine. Dans la foulée, d'autres groupes de distribution implantés en Thaïlande, dont l'opérateur de la chaîne japonaise 7-Eleven omniprésente dans le royaume, se sont engagés début septembre à cesser d'en donner à partir de janvier 2020. "Ça va dans la bonne direction", sourit Lilly, en enfonçant sa pagaie pour s'approcher d'un sac rempli de cannettes rouillées et de bouteilles éventrées. "Au début, je me trouvais trop jeune pour militer, mais Greta (Thunberg) m'a donné confiance. Quand les adultes ne font rien, c'est à nous les enfants d'agir." Ralyn Satidtanasarn, dit Lilly, ne sera pas à New York au côté de la jeune Suédoise égérie de la lutte contre le réchauffement climatique, pour le défilé organisé le 20 septembre quelques jours avant la conférence de l'ONU sur le climat. Elle manifestera à Bangkok. "Ma place est ici. La lutte doit se faire aussi en Asie du Sud-Est", estime-t-elle. Récemment, plusieurs pays de la région - la Thaïlande, le Cambodge, les Philippines, la Malaisie, l'Indonésie - sont montés au créneau, refusant d'être "la poubelle" de l'Occident, et ont renvoyé des conteneurs entiers de déchets plastiques directement à l'envoyeur. Mais ils continuent d'en générer des quantités astronomiques sur leur territoire. En Thaïlande, le sac plastique est omniprésent pour emballer les centaines de milliers de repas servis dans les cantines de rue, les boissons apportées au travail... Un Thaïlandais en utilise en moyenne huit par jour, soit près de 3.000 par an, d'après les données du gouvernement, 12 fois plus que dans l'Union européenne. Et la Thaïlande est le 6e plus gros contributeur à pollution des océans, selon l'ONG de défense de l'environnement Greenpeace. - Sit-in - La récente mort d'un bébé dugong - une espèce menacée de mammifère marin - qui avait ingurgité trop de résidus plastiques a enflammé les réseaux sociaux. Les autorités thaïlandaises ont alors de nouveau évoqué une fin du sac à usage unique d'ici 2022, conformément à une feuille de route ambitieuse élaborée en début d'année. Mais certains doutent de son efficacité. "Aucun mécanisme juridiquement contraignant n'est prévu et sensibiliser le public ne sera pas suffisant", met en garde Tara Buakamsri, directeur local de Greenpeace. Dans la lignée du mouvement initié par Greta Thunberg, Lilly a d'abord fait des sit-in devant le siège du gouvernement. Elle a aussi sollicité un rendez-vous avec le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha. Sans succès. "Je me suis dit que si le gouvernement ne m'écoutait pas, il fallait parler directement à ceux qui distribuaient les sacs plastiques pour les convaincre d'arrêter", explique-t-elle. La jeune fille peut compter sur le soutien de sa mère qui aide à écrire ses discours devant des responsables de l'ONU, d'ambassades... "Au début, j'ai cru à une lubie d'enfant. Mais elle s'est accrochée", raconte la maman, Sasie, elle-même ex-militante écologiste. "Sa force est d'être une petite fille sans intérêt privé à défendre." - "Lobbies ultra-puissants" - Lilly a commencé à militer à l'âge de huit ans après des vacances sur une plage du royaume "couverte de plastiques". Depuis, même si parfois elle a "envie de s'arrêter pour aller jouer", elle participe aux sessions de nettoyage organisées par l'association Trash Hero (Les héros des ordures). La dernière en date a eu lieu au coeur de Bang Krachao, un quartier connu comme "le poumon vert de Bangkok", jonché par endroits d'une multitude de pailles, de bouteilles et d'emballages rejetés par le fleuve Chao Praya. Beaucoup croient en la force de conviction de cette toute jeune adolescente. "Il est très difficile d'ignorer un enfant lorsqu'il demande pourquoi nous détruisons la planète sur laquelle il doit vivre", souligne Kakuko Nagatani-Yoshida, du Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE). Mais, en Thaïlande, "les lobbies sont puissants et cela rend tout changement difficile", tempère Nattapong Nithiuthai, un militant écologiste qui a monté une entreprise de recyclage de tongs échouées sur les plages pour les transformer en sandales flip-flops design. Obstacle majeur, la pétrochimie, dont l'un des principaux débouchés est le plastique et qui représente 5% du PIB thaïlandais et des dizaines de milliers d'emplois. AFP https://www.nouvelobs.com/topnews/20190916.AFP4709/lilly-12-ans-la-greta-thunberg-de-thailande-en-guerre-contre-le-plastique.html
  24. Trois morts et neuf blessés dans l'accident de Saraburi Trois personnes ont été tuées et neuf autres blessées lorsqu'un minibus transportant une troupe d'opéra chinoise s'est retrouné lundi dans un district de Saraburi : Chalerm Phrakiart. Le poste de police de Chalerm Phrakiart a été alerté à 4 h 10 du matin de l'accident sur Phaholyothin à destination de Bangkok, dans le village de Huay Bong. La police a déclaré que le conducteur ainsi que huit autres passagers avaient été blessés et transportés à l'hôpital de Saraburi. Un passager non identifié a été éjecté du minibus par l'impact et a été tué sur le coup. Deux passagers sont décédés à l'intérieur du véhicule et ont été identifiés comme étant Jariya Sae-heng, 61 ans, et Porsianghai Sae-ugng, 65 ans. Selon des policiers cités par les survivants, le minibus ramènerait une troupe d'opéra chinois de leur spectacle dans le district de Lomsak, à Phetchabun, vers Bangkok lorsque l'accident s'est produit. On ne sait pas ce qu'il s'est passé. https://forum.thaivisa.com/topic/1123613-three-killed-nine-injured-in-saraburi-crash/
  25. Le rapport annuel sur les Français de l'étranger est paru. A consulter ici https://www.diplomatie.gouv.fr/IMG/pdf/rapport_2019_-_version_finale_pdf_cle8dfb23.pdf 1 800 000 Français sont établis à l’étranger en baisse de 1 %. 13 321 Français sont inscrits au poste consulaire de Bangkok. En Asie, Deux pays connaissent des taux d’accroissement supérieurs à 6%, il s’agit du Sri Lanka (+6,5%) et du Bangladesh (+7%). La Birmanie, la Nouvelle-Zélande et la Thaïlande connaissent un taux de croissance supérieur à 2%. Le Cambodge et Taiwan ont une croissance inférieure à 1%. Le nombre d’inscrits diminue dans 16 des 26 pays de la zone. Cette diminution est particulièrement marquée en Afghanistan(-22,7%), aux Fidji(-15,3%), au Brunei (-9,7%), en Malaisie et au Népal(-7%), en Indonésie et en Papouasie-Nouvelle-Guinée(-5%). En Inde, le nombre d’inscrits baisse de 4,1%. Tous les postes de ce pays enregistrent une baisse, assez marquée pour Bangalore et Pondichéry (-4%) ainsi que New-Delhi(-6,7%). En Chine, la communauté française diminue de manière importante (-4,6%):16,7% à Wuhan, 15,8% à Canton, 9,1% à Shanghai et 5,3% à Pékin. Autres extraits La protection des Français à l’étranger est au cœur des missions régaliennes du ministère de l’Europe et des Affaires étrangères. Une direction dédiée exerce cette mission prioritaire : le Centre de crise et de soutien (CDCS).Le CDCS est chargé de la veille, de l'anticipation, de l'alerte et de la gestion des crises se déroulant à l'étranger et nécessitant soit une réaction à un événement menaçant la sécurité des ressortissants français à l'étranger, soit une action humanitaire d'urgence. Il est également chargé du soutien à la stabilisation post-crise. Il est compétent à l'égard de la sécurité des Français établis ou de passage à l'étranger. Il traite notamment les questions relatives aux décès, aux disparitions inquiétantes et aux prises en otage de Français à l'étranger. Il coordonne l'action des départements ministériels en matière de sécurité des Français à l'étranger. Ce rôle du CDCS au profit de la sécurité des Français à l’étranger se décline en quatre grandes fonctions: la veille et l’alerte; l’information et la prévention; la préparation et la réponse aux crises consulaires; le traitement des affaires individuelles les plus sensibles (morts violentes, disparitions inquiétantes et prises d’otages à l’étranger) La Thaïlande st le 3e pays du monde est terme de morts violentes de Français derrière l’Espagne et la Côte d'ivoire qui comptent beaucoup plus de Français. En revanche, la Thaïlande ne fait pas partie des pays criminogènes. Les morts violentes sont donc, probablement, dues à des accidents. Le dispositif électoral était constitué de 565 bureaux de vote répartis sur 403 sites de vote (+18% du nombre de bureaux par rapport au scrutin de 2014) pour permettre aux 1,3 M de ressortissants français inscrits sur les listes électorales consulaires d’exercer leur droit de vote le jour du scrutin. Comme les Français établis sur le territoire national, les Français de l’étranger ont pu voter à l’urne ou par procuration lors des élections européennes. La participation s’est élevée à 18,3%, en nette hausse par rapport aux précédentes élections européennes de 2014 (11%) .La liste «Renaissance», tête de liste Nathalie Loiseau est arrivée en tête avec 36,8% suivie de la liste «Europe écologie» de Yannick Jadot avec 20,5%, en troisième, la liste «Union de la droite et du centre» de François-Xavier Bellamy avec 8,3% , en quatrième, la liste «prenez le pouvoir» de Jordan Bardella avec 7,1%, en cinquième la liste «envie d’Europe écologique et sociale» de Raphaël Glugcksmann avec 6,8% et en sixième la liste de la France insoumise de Manon Aubry avec 5,1% des voix. Thaivisa en français note le particularisme des expatriés de Pattaya et de Phuket qui ont voté à 50 % pour la liste de Jordan Bardella. La France est le seul pays en Europe à avoir développé en direction de ses communautés expatriées un système d’aide sociale aussi avancé, au-delà des secours d’urgence et des rapatriements. Malgré les contraintes croissantes pesant sur le budget de l’État, une gestion rigoureuse des crédits permet de préserver le principe d’une solidarité nationale à l’égard des Français de l’étranger les plus démunis. En 2018, la Mission de l’Aide à la Scolarité et de l’Action Sociale (MASAS) a été dotée de 16 749 853 € soit, après réserve de précaution de 3%, 16 247 357 € de crédits disponibles. Ces crédits se répartissent selon deux types de dépenses: celles effectuées par les postes (crédits déconcentrés) et celles effectuées en administration centrale.