Aller au contenu
BANGKOK 18 November 2019 23:30

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 852
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Il n'y a rien de nouveau, si ce n'est que cette pratique est maintenant devenue une loi. Les étrangers bénéficiant d'un traitement médical ou de services dans un hôpital public thaïlandais peuvent payer beaucoup plus que les citoyens thaïlandais et ceux des pays voisins en vertu de nouvelles directives. Selon les directives publiées au Journal officiel le 30 août, une nouvelle base de tarification à plusieurs niveaux entrera en vigueur à partir du 30 septembre. La tarification sépare les patients étrangers en trois groupes: Étrangers des pays voisins (y compris le Laos, la Birmanie, le Cambodge et le Vietnam) Étrangers travaillant ou étudiant en Thaïlande (non B, ED, M) Retraités et touristes étrangers (non O, TR, VOA) Ainsi, les étrangers des pays voisins ont une parité relative avec les ressortissants thaïlandais en ce qui concerne le montant de leur traitement. Cependant, les étrangers qui travaillent ou étudient en Thaïlande risquent de payer plus, alors que les retraités et les touristes devront payer encore plus que tout autre groupe. Les prix seraient, en moyenne (ça dépend des traitement) : 50 % de plus pour les étudiants et employés étrangers, 100 % de plus pour les retraités et touristes. Cela reste, malgré tout, moins cher que dans certains hôpitaux privés. Les nouvelles directives ont été publiées dans la Gazette du gouvernement: http://www.ratchakitcha.soc.go.th/DATA/PDF/2562/E/218/T_0004.PDF Une traduction en anglais des quatre premières pages est disponible en suivant le lien Thaivisa. Le document suggère que les prix sont finalement déterminés par chaque hôpital. Les nouvelles directives semblent donner aux hôpitaux la possibilité légale de faire payer aux patients étrangers plus que les citoyens thaïlandais ou ceux des pays voisins pour le même traitement. C'était déjà le cas. Quelques exemples relevés par le média Coconuts Un simple dépistage d'anticorps coûte 130 thb aux ressortissants thaïlandais et de l'ASEAN. La plupart des expatriés paieront 190 THB tandis que les retraités et les touristes paient le double - 260 THB. Test VIH. Les 160 THB facturés aux ressortissants thaïlandais et de l'ASEAN montent à 240 THB pour les expatriés actifs et à 320 THB pour les retraités / touristes. Le tourisme médical en Thaïlande a rapporté environ 18,4 milliards de bahts (600 millions de dollars) de bahts en 2018, mais la plupart des étrangers se font soigner dans des hôpitaux privés. En haut de l'échelle, une IRM de la colonne vertébrale coûtant 18 700 THB aux Thaïlandais et à leurs voisins s'élève à 23 375 THB pour les expatriés actifs et à 28 050 THB pour les retraités / touristes. https://forum.thaivisa.com/topic/1121702-dual-pricing-retirees-and-expats-may-be-charged-more-at-thai-govt-hospitals/
  2. Mardi 3 septembre, le Cabinet a donné son feu vert à un budget de dépenses de 3 200 milliards de thb pour l'exercice 2020, en hausse de 6,7% par rapport à l'exercice précédent, a déclaré la porte-parole du gouvernement Narumon Pinyosinwat. Le budget de dépenses est divisé en sept parties conformément aux sept stratégies nationales. 1. 13,4% du budget de dépenses, soit 428 milliards de bahts, sont affectés à la sécurité nationale. Le budget de la sécurité nationale pour l'exercice précédent était de 321,78 milliards de Bt, en augmentation de près d'un tiers. 2. 11,8%, soit 380 milliards de Bt, ont été alloués à l'amélioration de la compétitivité nationale; 3. 17,9%, soit 570 milliards de Bt, sont alloués au développement des ressources humaines; 4. 23,9%, soit 766 milliards de Bt, seront consacrés à la promotion de l'égalité sociale; 5. 3,7%, soit 118 milliards de Bt, favoriseront la qualité de la vie; 6. 15,8%, soit 500 milliards de Bt, sont alloués à l'amélioration de la gestion de l'État; 7. 13,5%, soit 431 milliards de Bt, sont réservés à des dépenses imprévues dans le futur, telles que la gestion des urgences et de la dette. Le déficit budgétaire a augmenté de 4,2% en un an pour atteindre 469 milliards de Bt. Le ministère de l'Éducation obtient l'allocation la plus élevée avec 368 milliards de Bt, le ministère de l'Intérieur, 353 milliards, le ministère des Finances, 249 milliards, le ministère de la Défense, 233 milliards, le ministère de l'Énergie, 2 milliards et le ministère de l'Industrie, 5 milliards. Sur le budget central, 400 milliards de Bt sont destinés aux retraites et aux frais médicaux des fonctionnaires, a déclaré le directeur général du Bureau du budget, Dechapiwat na Songkhla. Le budget relevant du Premier ministre a été maintenu à 100 milliards de Bt, soit le même montant que lors de l'exercice précédent, a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1121559-national-security-spending-up-as-bt32-trillion-spending-budget-gets-cabinet-nod/ Narumon
  3. La police royale thaïlandaise a réagi à un clip vidéo montrant 30 dauphins capturés dans un chalut de pêche dans les eaux malaisiennes. De nombreux mammifères sont morts au cours de ce processus. Le clip leur a été transmis par le Centre de commandement pour la pêche illégale (CCCIF). Le Premier ministre thaïlandais a ordonné une enquête immédiate qui a permis de découvrir que le bateau dans la vidéo s'appelait autrefois «S.Pornthepnawee 9», un bateau thaïlandais vendu à un acheteur malaisien il y a deux ans. Le bateau avait été déplacé dans les eaux malaisiennes et porte le nom «KNF 7779». Bien que le bateau ne soit plus un bateau immatriculé en Thaïlande, il y avait 2 pêcheurs thaïlandais âgés de 56 et 49 ans à bord du bateau au moment de l'enregistrement de la vidéo. Les deux Thaïlandais travaillaient comme pêcheur en chef et comme assistant. Conformément à l'ordonnance royale sur les pêches, les deux hommes ont désormais un mandat d'arrêt émis à leur nom. L'article 66 interdit la pêche de mammifères marins ou d'animaux marins en voie de disparition. Ils pourraient recevoir une amende de 300 000 à 3 000 000 de bahts. Les deux hommes ont avoué avoir travaillé sur le bateau. Il leur incombait de donner l'ordre de remonter les 30 dauphins sur le bateau. Ils ont dit aux enquêteurs qu'arrivés sur le pont, 4 dauphins ont été transformés en «hachis de dauphin» et les autres ont été rejetés à la mer. On ignore combien de dauphins sont morts quand ils ont été rejetés. Il est possible que certains aient survécu. Si les hommes sont incapables de payer les amendes, ils peuvent être emprisonnés jusqu'à deux ans. https://forum.thaivisa.com/topic/1121618-thai-fisherman-admit-to-killing-up-to-30-dolphins/
  4. suite de cette affaire PHUKET: Roger Bullman, un Norvégien âgé de 53 ans inculpé d'homicide involontaire pour le meurtre du touriste britannique Amitpal Bajaj dans une hôtel de Phuket le mois dernier, a fait l'objet d'un mandat d'arrestation après avoir omis de se présenter à la cour provinciale le 2 septembre, d'après la police de Karon. Cependant, l'officier responsable de l'affaire, le major Techin Deethongon de la police de Karon, a déclaré au Phuket News qu'il était en contact avec Bullman et qu'il ne craignait pas que le Norvégien fuit l'île. «Il savait qu’il devait venir au tribunal, mais il n’est pas venu parce qu’il ne se sentait pas en sécurité. Il a ajouté qu'il était suivi par des journalistes qui envahissaient sa vie privée », a déclaré le Maj Techin. Quand on lui a demandé où se trouvait Bullman, le Maj Techin a refusé de répondre. Quand on lui a demandé s’il pensait que Bullman fuirait avant le procès, le major Techin a répondu: «Je ne le pense pas. Il est toujours autour de Phuket. Il n'a pas son passeport en main. La Cour provinciale de Phuket est désormais l'autorité responsable de lui. ” Bullmam a été libéré sous caution par la Cour provinciale de Phuket. Depuis, il est libre de parcourir l’île. Les médias avaient fait remarquer que, d'habitude, les étrangers n'ont pas droit à une liberté sous caution en cas d’homicide et personne n'est surpris que Bullman ne se soit pas présenté à l'audience. Bullman fait face à une accusation de violation de propriété pour acte de violence qui, s’il est reconnu coupable, sera passible d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans ou d’une amende pouvant aller jusqu’à 10 000 thb, ou des deux. Il a également été inculpé d'homicide involontaire. S'il est reconnu coupable, M. Bullman encourt une peine de trois à quinze ans d'emprisonnement. Le major Techin a confirmé aujourd'hui que Bullman était maintenant poursuivi pour un nouveau chef d'accusation car il ne s'est pas présenté au tribunal. Bullman a avoué avoir étouffé M. Bajaj au cours d'une bagarre qui avait éclaté car Bullman faisait trop de bruit dans sa chambre d'hôtel du Centara Grand Resort le 21 août, mais maintient que l'assassinat de M. Bajaj était accidentel. https://forum.thaivisa.com/topic/1121545-norwegian-fails-to-appear-in-court-for-charge-over-killing-british-tourist/
  5. BANGKOK (Reuters) - La Thaïlande a retiré des extraits de cannabis et de chanvre de sa liste des stupéfiants, ont annoncé lundi des responsables pour la promotion de produits à base de marijuana à des fins médicales. La Thaïlande, qui utilise depuis longtemps le cannabis pour soulager la douleur et la fatigue, a légalisé la marijuana à des fins médicales et a mené des recherches pour augmente les revenus agricoles. "L'intention est de permettre l'utilisation d'extraits dans les médicaments, les cosmétiques et les aliments et de soutenir le chanvre en tant que culture", a déclaré à la presse le secrétaire général de la Thai Food and Drug Administration, Tares Krassanairawiwong. Jusqu'à présent, seuls les hôpitaux et les instituts de recherche étaient autorisés à demander des licences pour développer des extraits médicaux de cannabis, mais maintenant les entreprises y voient une opportunité. Ishaan Shah, membre de la famille de milliardaires Shah, a fondé le groupe Ganja à Bangkok envisage de fournir du cannabis à des fins médicales au groupe pharmaceutique de la famille, Megalife. "Nous travaillons à l'extraction du cannabidiol (CBD), c'est notre objectif à court terme", a déclaré Shah à Reuters. Le marché thaïlandais du cannabis devrait atteindre 660 millions de dollars d’ici 2024, selon la société d’analyse Prohibition Partners. Des extraits de cannabis et de plantes de chanvre, tels que du CBD pur, des produits à base de CBD et des produits contenant moins de 0,2% de THC, l'ingrédient psychoactif du cannabis, ont été retirés de la liste des stupéfiants de la catégorie 5, a déclaré le régulateur. Les licences ne sont pas encore disponibles pour les entreprises. Les drogues de la catégorie 5 sont passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 15 ans et d’une amende pouvant aller jusqu’à 1,5 million de bahts (49 019,61 dollars). Le gestionnaire de fonds de capital-risque en phase de démarrage, Expara, espère collecter 30 millions de dollars d’ici à décembre de cette année afin d’investir dans une technologie liée au cannabis, a déclaré le directeur général, Douglas Abrams. "Nous pensons que l'évolution de la réglementation est un indicateur de la croissance rapide de ce nouveau secteur", a-t-il déclaré à Reuters. La production, la culture et la vente de cannabis sont limitées aux producteurs thaïlandais agréés pour une période de cinq ans afin de protéger l'industrie nationale, a déclaré Tares. Selon le site Web de la FDA, quelque 334 permis ont été délivrés à ce jour, principalement à des hôpitaux et à des agences de santé. La Thaïlande a livré son premier lot de 10 000 bouteilles d’extrait d’huile de cannabis aux patients le mois dernier. https://forum.thaivisa.com/topic/1121535-thailand-drops-cannabis-extracts-from-narcotics-list-firms-eye-investments/ Ce qu'il y a de nouveau c'est que précédemment des universités pouvaient cultiver le cannabis mais il restait sur la liste des drogues interdites. Maintenant, certains produits issus du cannabis ne sont plus sur la liste des produits interdits, on peut donc -en théorie, attention il faut rester prudent- en avoir chez soi. Les produits légalisés ne "défoncent" pas.
  6. Absent lors du jugement, l’ancien président de la compagnie aérienne thaïlandaise One-Two-Go a été condamné à 4 ans de prison, 12 ans après le crash du MD-82 qui a coûté la vie à 90 personnes, dont 9 Français. La justice l’a jugé coupable d'« homicides involontaires aggravés » et « blessures involontaires aggravées. » Douze ans après le crash d’un avion de la compagnie aérienne thaïlandaise One-Two-Go à Phuket, dans lequel étaient mortes 90 personnes dont neuf Français, l’ancien président de la compagnie a été condamné mardi en son absence à Paris à quatre ans de prison. Le tribunal correctionnel, qui a jugé Udom Tantiprasongchai coupable d'« homicides involontaires aggravés » et « blessures involontaires aggravées », l’a aussi condamné à 75 000 € d’amende et a maintenu le mandat d’arrêt international qui le vise. Cette peine est conforme à celle demandée par le parquet lors du procès, qui s’était tenu sur deux jours en juin.Le procureur avait demandé au tribunal « d’envoyer un message extrêmement fort », au terme de ce procès inédit contre un dirigeant de compagnie dans un crash s’étant déroulé à l’étranger. Des « erreurs » commises par les pilotes L’homme d’affaires thaïlandais, dirigeant à l’époque de la compagnie à bas coût One-Two-Go et de sa maison-mère Orient Thai, n’a jamais répondu aux convocations des juges et n’était pas représenté à l’audience. Le 16 septembre 2007, le McDonnell Douglas 82 de sa compagnie, en provenance de Bangkok et transportant 130 personnes, s’était écrasé à l’atterrissage sur l’aéroport de Phuket, haut lieu touristique en Thaïlande, balayé par le vent et la pluie. Dans sa décision, le tribunal a pointé les « erreurs » commises par les deux pilotes, décédés dans le crash. Mais surtout la responsabilité de la compagnie, l’équipage n’étant « pas en capacité de réagir correctement » aux mauvaises conditions météorologiques « au regard de son état de fatigue et de stress ». Les dépassements de temps de travail maximaux des pilotes « étaient manifestement quelque chose de commun, de connu voire d’imposé par les responsables, au premier rang desquels figure le prévenu », ont jugé les magistrats. « Les faits reprochés à Udom Tantiprasongchai sont parfaitement établis malgré ses dénégations apparaissant seulement lors d’un reportage » de la télévision australienne de novembre 2007, a estimé le tribunal, qui a conclu que « l’impératif économique l’a manifestement emporté sur celui de la sécurité ». L’enquête avait aussi pointé des manquements dans le recrutement des pilotes, leur formation et la maintenance des appareils. « Vous n’êtes pas intouchables hors de nos frontières » Après douze ans marqués par une coopération minimale des autorités thaïlandaises et les atermoiements de l’instruction française, Gérard Bembaron, qui a perdu son frère dans la catastrophe, a salué « une décision hors normes […], qui adresse un avertissement sérieux aux compagnies qui ont des pratiques douteuses même si elles ne desservent pas la France ». « Le seul lien avec la France, c’est la nationalité des victimes », a-t-il rappelé. « Ça veut dire : Vous n’êtes pas intouchables hors de nos frontières ». Et le mandat d’arrêt visant Udom Tantiprasongchai signifie qu'« une menace pèse sur lui dès qu’il quittera les frontières de la Thaïlande », a-t-il ajouté. En raison du décès des pilotes, l’affaire avait été classée en Thaïlande. « C’est le seul procès au monde pour cet accident. C’est aussi un signal pour les familles » de victimes d’autres nationalités, a estimé David Bembaron, dont le père est décédé dans le crash. One-Two-Go et Orient Thai ont depuis cessé d’opérer. Un seul des dix Français à bord avait survécu. Assise à ses côtés dans l’avion, sa fiancée avait péri. Devant le tribunal, il avait livré un récit déchirant : « Quand je me réveille, l’avion est en feu […] Je cherche Laetitia partout ». https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/crash/crash-de-phuket-en-2007-l-ancien-president-de-la-compagnie-one-two-go-condamne-4-ans-de-prison-6503208
  7. Les restes d'un militant écologiste, disparu il y a plus de cinq ans en Thaïlande, ont été retrouvés dans un parc national au sud de Bangkok, a-t-on appris ce mardi 3 septembre auprès de la police qui confirme son décès pour la première fois. Les autorités ont découvert en avril dans une étendue d'eau du parc national de Kaeng Krachan, dans la province de Petchaburi (ouest), un baril de 200 litres contenant un morceau d'os en partie calciné, a indiqué lors d'une conférence de presse le lieutenant colonel Korawat Panprapakorn du Département des enquêtes spéciales (DSI) du ministère de la Justice. Les analyses ADN ont confirmé qu'il s'agissait bien de l'activiste Por Cha Lee Rakcharoen, a-t-il ajouté. D'autres os humains ont été découverts dans cette zone, mais les enquêteurs n'ont pas précisé à ce stade s'ils appartenaient ou non au militant. Ils ont en revanche indiqué avoir établi «une liste de suspects», sans donner davantage de précisions. Por Cha Lee Rakcharoen, connu sous le nom de «Billy», avait disparu le 17 avril 2014, après avoir été arrêté par les autorités locales à un poste de contrôle du parc de Kaeng Krachan. Motif officiel: être en possession de miel récolté illégalement. Mais le militant devait ce jour-là rencontrer des villageois, membres comme lui de la minorité ethnique karen, pour les aider à préparer une action en justice contre des autorités locales, accusant ces dernières d'avoir détruit les maisons de 20 familles dans le parc en 2011. Cette année-là, un autre activiste appartenant au réseau de Billy avait été tué par des tireurs non identifiés après avoir dénoncé des abus contre des villageois karen dans le même parc. D'après l'ONG Human Rights Watch, plus de 30 militants de la société civile ont été tués depuis 2001 en Thaïlande. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/thailande-les-restes-d-un-militant-ecologiste-disparu-retrouves-dans-un-baril-d-essence-20190903
  8. Projet Mega à Trang visant à transformer radicalement la vie marine en Andaman Le plan ambitieux de Trang visant à transformer Koh Libong en un modèle asiatique pour la conservation du dugong mais aussi pour les herbiers marins, les coraux, la vie marine, les ressources côtières et les modes de vie traditionnels a suscité un soutien unanime, notamment du département des ressources marines et côtières, de la Fondation Andaman et des représentants des pêcheurs traditionnels. Le gouverneur de Trang, Luechai Charoensap, qui a présidé mardi une réunion sur le projet, a déclaré qu'il était d'accord avec le projet, qui allait de pair avec le plan de développement provincial visant à prendre systématiquement en charge les dugongs, les herbiers et la vie marine rare. Il a déclaré que le projet devait concerner les membres de la communauté et que les lois connexes devaient être soigneusement étudiées, tandis qu'un plan de gestion devait également être clairement formulé. Une fois que les détails de ce méga projet auront été finalisés et approuvés par le conseil des ministres, le projet sera présenté à la Conférence mondiale sur les dugongs à Trang l'année prochaine, a-t-il ajouté. Les représentants de la réserve faunique de Koh Libong, qui a proposé le plan, ainsi que ceux de l'Université Mongkut à Bangkok et du campus Srivijaya Trang de l'Université de Rajamangala, en leur qualité de conseillers du projet, ont déclaré à la réunion que les 200 rai du sanctuaire ( 32 hectares située dans la baie de Thung Chin) seraient transformés en un «monde maritime asiatique» comprenant des installations telles qu'un centre / musée d'apprentissage en écotourisme, un hôpital et une crèche pour espèces marines rares. Le projet vise à faire de Koh Libong un modèle pour les pays de l’Asean dans la lutte contre les menaces pesant non seulement sur les dugongs et les espèces marines rares, mais également sur les ressources côtières. Ceci survient alors que la population de près de 200 dugongs de Trang est en danger critique: cette année, plus de 10 d’entre eux sont déjà morts. Les dugongs ont besoin d'herbiers marins pour survivre. Le plan prévoit des vétérinaires internes et des équipements modernes pour prendre soin des dugongs malades ou blessés et des espèces marines rares telles que les tortues et les dauphins, ainsi que la coopération avec des experts étrangers originaires de régions ayant des populations de dugongs, telles que l'île Moreton à Brisbane, Australie, et Orlando et Sarasota dans l’état américain de la Floride. Le projet réunira cinq ministères thaïlandais, six provinces de la côte Andaman (Satun, Trang, Krabi, Phang Nga, Phuket et Ranong) et des organismes connexes. Koh Libong, la plus grande île de Trang avec une biodiversité impressionnante, compte la plus grande population du pays, soit 180 dugongs et 18 000 rai d’herbes marines. La réserve faunique de 400 000 rai Koh Libong et le parc national adjacent de Hat Chao Mai ont été déclarés l'un des 14 sites Ramsar de Thaïlande et seront proposés l'année prochaine comme site du patrimoine asiatique. La province de Trang pose un acte fort avant d'être envahie par les touristes quitte à perdre des opportunités d'enrichissement. https://forum.thaivisa.com/topic/1121486-mega-trang-project-to-bring-about-sea-change-in-andaman-marine-life-survival-coastal-resources/
  9. BANGKOK, 3 septembre 2019 (NNT) - À partir du 1er octobre, le Comité national de sécurité sanitaire autorisera quatre groupes de patients chroniques à recevoir les médicaments prescrits par leurs médecins dans des pharmacies proches de leur domicile afin de réduire les "embouteillages" dans les hôpitaux. Au stade initial, 50 hôpitaux coopéreront avec 500 pharmacies. Le vice-Premier ministre et ministre de la Santé publique, Anutin Charnvirakul, qui préside par ailleurs le Comité national de sécurité sanitaire, a annoncé aujourd’hui que le panel avait approuvé cette proposition pour que les patients reçoivent des médicaments prescrits dans les pharmacies afin de réduire la congestion dans les hôpitaux. Il n'y aura pas plus de 50 hôpitaux et 500 pharmacies rejoignant la phase initiale du projet, mais d'autres établissements seront concernés dans les années à venir. On suppose qu'il s'agit d'hôpitaux publics. Les quatre groupes de patients atteints de maladies chroniques susceptibles de recevoir des médicaments prescrits dans des pharmacies plutôt que dans des hôpitaux sont ceux atteints de diabète, d'hypertension artérielle, d'asthme ou de maladies mentales. On demandera au patient s’il est disposé à recevoir des médicaments dans les pharmacies. On suppose que 30% de ces patients accepteront. Les médicaments dans les pharmacies seront les mêmes que dans les hôpitaux et ne donneront lieu à aucun frais supplémentaires. https://forum.thaivisa.com/topic/1121512-patients-to-receive-prescribed-medicine-at-drugstores-from-october-1/
  10. Le nombre croissant de visiteurs indiens à Phuket au cours des sept premiers mois de 2019 a propulsé l'Inde dans le Top 5 des pays d'origine des touristes pour la première fois. Les arrivées en provenance de l’Inde de janvier à juillet, par rapport à la même période en 2018, ont augmenté de 354%, pour un total de 186 360. Les chiffres des arrivées des Chinois de la partie continentale continuent de chuter avec une baisse de 18% d'une année sur l'autre Les arrivées de touristes russes ont également chuté de 3% et les Australiens de 1%. Ces trois pays forment le TOP 3. La Corée du Sud complète le top 5 des pays source avec un gain de 3%. Parmi les pays dont le nombre de ressortissants croit, la Malaisie a doublé ses chiffres d'arrivées en Thaïlande par rapport à l'année précédente. Et malgré un baht fort, les touristes britanniques sont plus nombreux de 36% et les Allemands de 7%. Sur l’ensemble des arrivées de passagers à l’aéroport international de Phuket pour les sept premiers mois de cette année et par rapport à la même période en 2018, les arrivées ont chuté de 5%. Il ne fait aucun doute que le «casse-tête chinois» reste au cœur de l'équation touristique de Phuket, car le nombre global en baisse indique un peu plus de 1,2 million d’arrivées en sept mois, contre plus de 1,4 million l’année dernière. Tous les regards sont tournés vers l'Inde, mais en réalité, Phuket n'est pas le seul marché de l'Asie du Sud-Est à exploiter cette source, car Bali et le Vietnam connaissent une croissance rapide dans la région. https://forum.thaivisa.com/topic/1121493-indian-visitors-to-phuket-surge-whilst-total-numbers-drop/
  11. Les infographies ci-dessous sont le fruit du travail du Conseil Économique et Social Pour résumer, par tableau 1- sécurité routière Toujours pays le plus dangereux de l'ASEAN. 9e au monde. Les deux roues toujours les plus à risque. 50 % des accidents sont dus à des erreurs de conduite. Les 15 - 24 ans sont les principales victimes. 4 morts sur 5 sont des hommes. Accidents - 10 % Le Conseil propose 6 mesures dont : faire respecter le code de la route. 2- emploi Voir article Thaivisa en français afférant, ce matin Endettement des ménage + 6 % 3- Problème sociétaux Alcool + 7 % Tabac + 1 % Cambriolages - 7 % Drogue + 22 % Agressions - 3 % 4- Consumérisme Plaintes dans le secteur du commerce +114 % Plaintes dans le secteur des télécoms - 19 % 5- Lecture 79 % des Thaïlandais lisent chaque jour environ 80 minutes 14 millions ne lisent jamais Le Conseil suggère des mesures comme "proposer aux enfants des livres de qualité" 6- Grosses des adolescentes Lire les nombreux articles que Thaivisa en français a déjà consacrés à ce sujet 23 % des jeunes mères continuent d'étudier mais seulement 5 % arrivent au bout du cursus. 7- Trafic des êtres humains Pour la seconde année consécutive, la Thaïlande se trouve en catégorie 2 (donc un progrès par rapport à son classement précédent mais pas encore aux normes internationale). Budget alloué à ce problème + 5 % Mesures prises dans les domaines de la prévention, de la protection, de l'assistance et du respect des lois. https://forum.thaivisa.com/topic/1121334-thailand-still-ranks-no1-in-region-in-road-accidents-national-think-tank-see-infographics/
  12. Un homme Chinois aurait fui dans son pays après avoir tué son épouse thaïlandaise à leur domicile de Wat Jan, à Pitsanulok, ce week-end. Nanphika Ketthong, âgée de quarante et un ans, a été retrouvée poignardée à la tête, les mains liées par un cordon de nylon et les pieds attachés par des menottes. Le cadavre ensanglanté était à moitié vêtu dans un lit et enveloppé dans une couverture. Le mari Yee Ee sai ou "Liang", 41 ans, de nationalité chinoise avait disparu ainsi que le véhicule du couple. La police de l'immigration a découvert qu'il avait quitté la Thaïlande via l'aéroport de Suvarnabhumi dimanche à 10h08. Il a pris un vol pour la Chine. Un mandat d'arrêt a été lancé et des contacts ont été pris avec Interpol. Lorsque les équipes de police locale et de police scientifique sont arrivées au bungalow lundi, il était évident que Nanphika était morte depuis environ 48 heures. La décomposition avait déjà commencé. Les voisins ont déclaré avoir entendu une dispute et la victime a crié au secours, mais personne n'a voulu intervenir dans un conflit familial. Phitsanulokhotnews a rapporté que la victime et son mari tenaient un magasin de lait de soja. C’était une femme sympathique qui donnait du lait à des voisins âgés, mais l'homme est colérique et renfermé. Il avait déjà agressé sa femme. https://forum.thaivisa.com/topic/1121409-phitsanulok-hunt-on-for-chinese-husband-after-brutal-slaying-of-thai-wife/
  13. Attendez-vous des pertes d'emplois en raison de la contraction des exportations et du ralentissement du tourisme: NESDC Le chômage devrait augmenter dans un contexte de contraction des exportations et de ralentissement du tourisme, a averti lundi le Conseil national de développement économique et social (NESDC). Le groupe de réflexion d’État a déclaré que, malgré un taux de chômage très bas et l’augmentation des revenus, le marché du travail doit être surveillé de près en raison du ralentissement de l’économie. Au deuxième trimestre de l’année, 37,8 millions de personnes étaient employées, soit une baisse de 0,3% par rapport à la même période de l’année dernière, selon le rapport publié lundi. L’emploi dans le secteur agricole a diminué de 4,0% en raison des conditions météorologiques défavorables et du manque d’eau pour l’agriculture, tandis que l’emploi dans les secteurs non agricoles a augmenté de 1,5%. Les secteurs qui ont connu une augmentation de l'emploi comprennent le transport et le stockage, la construction, l'éducation et les hôtels et restaurants - une augmentation de 7,2%, 6,2%, 3,1% et 1,1%, respectivement, a déclaré le secrétaire général de la NESDC, Thosaporn Sirisumphand. Les secteurs de la vente en gros et au détail et de la fabrication ont enregistré une réduction de l’emploi de 0,4% et de 0,5% respectivement, ce qui est conforme au ralentissement des exportations. Le taux de chômage était de 0,98, en légère hausse par rapport à 0,92 au trimestre précédent, mais il était inférieur au taux de 1,07% enregistré au deuxième trimestre de l’année dernière. Pour mémoire, la Thaïlande attire 5 millions d'étrangers qui font tourner l’économie du pays qui se trouve toujours en situation de plein emploi. On parle de plein emploi lorsque le taux de chômage est compris (suivant les économistes) entre 1 et 5 %. «Les salaires réels dans le secteur privé ont augmenté de 4,7% et dans le secteur agricole de 5,4%, tandis que les salaires dans le secteur non agricole ont augmenté de 3,7%. La productivité globale du travail a augmenté de 2,6% », a déclaré Thosaporn. Anusorn Tamajai, économiste à l'Université de Rangsit, a déclaré que le faible taux d'inflation avait contribué à la hausse des revenus. "Nous devrons peut-être revoir la méthode de calcul de l'inflation afin qu'elle reflète fidèlement les conditions économiques, car les gens se plaignent de la hausse du coût de la vie", a-t-il suggéré. Le groupe de réflexion d'État s'inquiète des perspectives du marché du travail. Le riz, le caoutchouc, le manioc et le sucre, les produits en caoutchouc, les pièces de matériel informatique, les circuits intégrés, les pièces de voitures particulières, les machines, les produits chimiques et les produits pétroliers sont les produits exportés qui ont connu une contraction importante au premier semestre. Cette contraction devrait toucher environ 5,1 millions de personnes au total. Par ailleurs, le nombre de touristes va probablement diminuer, ce qui pourrait affecter le secteur des services et les industries connexes. Le ministre du tourisme continue de prétendre que le nombre de touristes augmente, s'il a raison, il n'y aura pas de licenciement dans ce secteur. Le gouvernement a déjà approuvé des mesures pour atténuer les effets du ralentissement économique. L'une d'entre elles consiste à soutenir les nouveaux modèles commerciaux en forte croissance (uberisation), par exemple les services de livraison express tels que Lineman, Grab, Foodpanda, etc. qui font partie du secteur du transport / stockage. L'emploi dans ce secteur a augmenté de 7,2% et devrait continuer à croître parallèlement à la croissance du commerce en ligne. Les agences gouvernementales doivent revoir les réglementations pour protéger les employés des entreprises des plateformes en ligne comme ceux des autres secteurs, a déclaré le NESDC. https://forum.thaivisa.com/topic/1121320-expect-more-job-loses-as-exports-contract-tourism-slows-nesdc/ Thosaporn
  14. L’indice des prix à la consommation, ou inflation, a augmenté de 0,52% en août par rapport au même mois de l’année dernière. C'est inférieur au taux de 0,98% observé en juillet de cette année, a annoncé lundi le ministère du Commerce. L’inflation au cours des huit premiers mois de cette année atteint 0,87% par rapport à la même période de l’année dernière, a annoncé le ministère. Une augmentation de 5,15% du prix des produits frais - principalement du riz gluant, du porc, des œufs, des fruits et des légumes - est la principale raison de l'inflation en août. Cependant, les coûts énergétiques ont diminué de 5,16% à la suite d'une baisse des prix mondiaux, a indiqué le ministère. Alors que l’économie mondiale, y compris celle du pays, connaît une légère croissance, le ministère affirme que l’inflation sera cette année comprise entre 0,7% et 1,3%. https://www.nationthailand.com/business/30375707
  15. Voci le message in extenso de l'une de nos lectrices. pourriez-vous m'aider à faire passer mon message afin que d'autres ne se fassent pas piégé ?! on est plus d'une dizaine à ce jour et on a pas encore ou contacter tout le monde : A vous tous amis et amis d'amis (faites partager svp), quand vous vous dites que cela vous arrivera pas ou jamais, malheureusement un jour ou l'autre on se fait escroquer! Pour ma part par un Suisse, établi en Thailande, a qui j'ai demandé des renseignements via une page de FB pour les démarches à effectuer pour s'y établir et comment pouvoir trouver un job! Il m'a fait croire pendant plus d'un an que l'on était ami (cela s'appelle un manipulateur pervers narcissique). A aucun moment vous pouvez émettre des doutes, c'est pas vraiment dans la nature de chacun de se méfier de tout être humain, mais j'aurais dû ! Il m'a fait croire des tas de choses et je n'ai pas été la seule, création d'entreprise immobilière, vie tranquille, revenu intéressant.... Le piège s'est refermé sur moi, j'y ai laissé des plumes psychologiques (l'amitié c'est precieux) et surtout financières... J'ai été éditrice de la page ci-dessous, j'y ai mis mon cœur pour vous faire découvrir des lieux en Thaïlande mais tout ceci était un peu plus pour m'arnaquer ! Dès lors, pour votre bien quitter, si vous ne vous êtes pas déjà fait virer, les pages : - Suisse en Thaïlande - Suisse en Thaïlande les petites annonces - Suisse en Thaïlande les locations En fait dès qu'il y a Suisse : méfiez-vous! Et si vous entendez ou voyez le nom de : - Yann Enzinger - Nicolas Trader - Keyava Ledoyen - Parinya Basisri - Lilearose Hong, etc.... Faites le moi savoir et ne vous faites pas prendre au piège svp! C'est grâce à nos rêves qu'il s'enrichit en Thailande ! Oui nous avons déposé des plaintes ici et en Thailande, mais bon vous savez comment ça marche ! J'ai également le plaisir même si cela ne se fait pas mais plus rien à perdre de vous mettre sa photo avec sa ... vous voyez quoi... c'est en Thaïlande ! A bon entendeur, si cela ne sera pas vous le prochain, peut-être un membre de votre famille, un de vos amis J'allais oublier ce M. se dit aussi trader et vous fait miroiter des x 2, x? afin que vous investissez! A part ça il doit le faire mais vozs verrez plus jamais rien du tout. Il a été dans le poker, avec tournoi, ça dû être son déclencheur : toujours plus! Donc vous côtoyez également ce milieu Merci de m'avoir lu jusqu'au bout! Prenez soin de vous, de votre entourage et de tout ce qui vous entoure la vie est un cadeau.
  16. Un Britannique âgé de 49 ans, enseignant dans un institut de langues, a été retrouvé mort dans son appartement. Ses collègues ont trouvé étrange que l'homme ne soit pas venu travailler et ne réponde pas aux appels sur son téléphone. Ils ont demandé aux services de sécurité du bâtiment de se renseigner et son corps a été retrouvé à l'intérieur de l’appartement près de la porte. Il avait saigné du nez et de la bouche et des restes de nourriture se trouvaient autour de sa bouche. Sur la table se trouvait un repas inachevé et son téléphone et son portefeuille étaient intacts. Il n'y avait aucun signe de lutte ou d'actes délictueux Il est décédé dans un appartement situé à Cherng Nern, Rayong. Sanook a signalé qu'il souffrait d'hypertension artérielle, mais qu'il ne prenait aucun médicament. On sait qu'il était rentré chez lui à 23 heures après le travail comme d'habitude. Lorsqu'il ne s'est pas présenté au travail le lendemain, ses collègues se sont alarmés. La police pense qu'il s'est étouffé avec sa nourriture. Il travaillait à l'institut de langues depuis deux ans. https://forum.thaivisa.com/topic/1121210-british-man-found-dead-in-his-condo-in-rayong/
  17. Article de REUTERS dont Thaivisa est client et qui est une agence de presse des plus sérieuses. PHNOM PENH / RAYONG, Thaïlande, 30 août (Fondation Thomson Reuters) - Lorsque Leng Lyda a abandonné le Cambodge pour un village de pêcheurs en Thaïlande dans l'espoir de trouver un emploi dans l'industrie des produits de la mer, il était prêt à travailler dur. Mais il n'était pas préparé à attendre ni à s'endetter. Le jeune homme de 22 ans a décroché un emploi dès son arrivée au début de l'année mais sans avoir le droit de travailler, il a passé trois mois à vivre durement sur les quais et à accumuler des dettes pendant que son employeur s'occupait des papiers officiels. "Tout ce que je peux faire, c'est attendre", a déclaré Lyda, assis dans un café délabré alors que les Cambodgiens traînaient des filets géants sur des chalutiers derrière lui. "Après, je n'aurai pas d'autre choix que de travailler pour ce patron jusqu'à ce que je rembourse la dette", a-t-il déclaré, expliquant qu'il commencerait son travail avec une dette de 30 000 bahts thaïlandais (980 dollars) à son employeur en raison des frais (visas, permis de travail, etc.). "Mon destin est entre ses mains." Des millions de travailleurs migrants du Cambodge, du Myanmar et du Laos travaillent dur dans les secteurs peu qualifiés de la Thaïlande, où un contrôle limité de la part de l'État et des pratiques peu scrupuleuses des employeurs rendent beaucoup de personnes vulnérables à l'exploitation et à l'esclavage moderne, selon les activistes. L’année dernière, le pays de l’Asie du Sud-Est a entamé une refonte du processus d’enregistrement des travailleurs migrants en leur accordant les mêmes droits que les employés locaux, y compris l’accès aux soins de santé gratuits, aux cotisations de retraite et aux allocations familiales. Au cours de la première phase de la refonte, le gouvernement veut que deux millions de travailleurs migrants légaux soient à nouveau enregistrés - un processus qui doit être mené par les employeurs mais que les migrants doivent payer alors qu'ils ne gagnent que 10 000 bahts par mois. Visas, permis de travail et contrôles de santé - documents obligatoires - coûtent au total environ 6 700 bahts. Cependant, des migrants et des militants syndicaux ont déclaré que les employeurs, les intermédiaires et les courtiers gonflaient les coûts et imposaient aux travailleurs de nouvelles dettes - coinçant de nombreuses personnes sur leurs lieux de travail de manière abusive dans le but qu'ils remboursent leurs dettes. La servitude pour dettes est l'une des formes d'esclavage moderne les plus répandues dans le monde. Elle touche 610 000 personnes en Thaïlande, indique le Global Slavery Index du groupe de défense des droits Walk Free Foundation. Des dizaines de travailleurs migrants de la province de Rayong, dans l'est du pays, ont déclaré à la Fondation Thomson Reuters que leurs employeurs avaient facturé jusqu'à 25 000 bahts les documents pour être enregistrés selon le nouveau système, soit près de quatre fois les coûts fixés par le gouvernement. "Les travailleurs (migrants) (en Thaïlande) obtiennent principalement leurs informations des employeurs et des courtiers qui les exploitent et en profitent en ponctionnant un pourcentage de leur salaire", a déclaré Sa Saroeun à la Raks Thai Foundation, une organisation caritative d'aide juridique. "Les travailleurs migrants vivent à la périphérie de la société, craignant de se mettre dans l'illégalité, alors, quoi que leur dise leur chef, ils vont payer", a ajouté Saroeun, qui travaille pour informer les migrants de leurs droits. Le ministère du Travail informe les travailleurs migrants des coûts réels liés à l'enregistrement dans le nouveau système et les encourage à signaler les employeurs qui appliquent des tarifs plus élevés, a déclaré Suwan Duangta, du ministère. "Les travailleurs ne sont pas en mesure de soumettre eux-mêmes des demandes", a-t-il déclaré à la Fondation Thomson Reuters. "Si les employeurs facturent davantage, les travailleurs peuvent déposer une plainte auprès du ministère, qui demandera à l'employeur de restituer l'argent." Pourtant, les organisations caritatives qui aident les travailleurs migrants ont déclaré avoir peu confiance dans le message de l'État. La Thaïlande compte trois millions de travailleurs migrants, mais l'agence des Nations unies pour la migration (OIM) estime qu'il y en a au moins deux millions de plus qui travaillent illégalement dans le pays. Ce qui ferait 5 millions de travailleurs migrants qui font tourner l'économie thaïlandaise. Mais cette refonte ne devrait pas inciter les travailleurs sans papiers ou les nouveaux arrivants à la recherche d’un emploi à régulariser, a déclaré Reuben Lim, porte-parole de l’OIM en Thaïlande. Les frais informels, les visites fastidieuses dans les agences gouvernementales et la confusion entourant les procédures judiciaires dissuadent depuis longtemps les migrants d’obtenir un emploi légitime, ont déclaré les militants et les travailleurs. "De nombreux travailleurs migrants continuent de penser que le processus fastidieux ne vaut pas la rapidité, la flexibilité et la rentabilité des canaux illégaux", a déclaré M. Lim de l'OIM. Quand environ 30 travailleurs d'usine cambodgiens ont été informés du nouveau système lors d'un atelier à Rayong en juin, seuls six d'entre eux ont déclaré qu'ils seraient en mesure de couvrir les coûts d'enregistrement à l'avance. Les autres ont déclaré à la Fondation Thomson Reuters que la seule option était de demander à leurs patrons de payer les frais en leur nom, puis de s'endetter envers eux et de subir des retenues sur leur salaire. Ce qui est la définition de l'esclavage moderne. D’après les militants syndicaux la nouvelle loi augmente les dettes des travailleurs migrants sans garantie que les conditions de remboursement soient transparentes ou équitables. "Il n'existe toujours pas de mécanisme permettant de garantir que la déduction sera légale", a déclaré Chonticha Tangworamongkon, directrice de la Fondation pour les droits de l'homme qui fournit une aide juridique aux migrants. À l'instar de nombreux autres migrants en Thaïlande, Mao Malis, ouvrier cambodgien dans le secteur de la construction, n'a aucune idée du montant qu'elle doit à son patron - ni du temps qu'il faudra pour effacer sa dette. "Pour l'instant, il est impossible de changer d'employeur", a déclaré Malis, dont l'employeur à Ban Phe, une ville de pêcheurs située à 200 km au sud de la capitale, Bangkok, prend environ 15% de son salaire de 11 000 bahts par mois pour se rembourser. "Il a investi en moi, alors je suis coincé ici jusqu'à ce qu'il reconnaisse que j'ai tout remboursé." Thomson Reuters Foundation, la branche caritative de Thomson Reuters, qui couvre les actualités humanitaires, les droits des femmes et des LGBT +, la traite des êtres humains, la traite des êtres humains droits de l’homme et le changement climatique. Visitez http://news.trust.org https://forum.thaivisa.com/topic/1121165-new-rules-new-debts-slavery-fears-rise-for-migrant-workers-in-thailand/
  18. Les inondations dans huit provinces du nord et du nord-est se sont atténuées et les niveaux d'eau ont diminué progressivement. Dans le même temps, 16 autres provinces sont toujours inondées, a déclaré dimanche la porte-parole du gouvernement, Mme Narumon Pinyosinwat. Elle a noté que, tandis que de nombreuses provinces du nord et du nord-est étaient inondées par la tempête Podul, 13 provinces, situées dans la même région, restaient victimes de la sécheresse et avaient besoin d'eau. L’autoroute de l’amitié, dont deux kilomètres avaient été inondés vers Kiatsin - Ban Keong dans le district de Ban Phai à Khon Kaen, est maintenant ouverte normalement. Podul, qui a été déclassé en dépression au moment de toucher la terre ferme dans le nord-est de la Thaïlande et a permis de reconstituer plusieurs réservoirs asséchés. Mme Narumon a déclaré que la quantité totale d'eau dans les réservoirs de la Thaïlande était maintenant estimée à 40,2 milliards de mètres cubes, avec seulement 16,7 milliards de mètres cubes utilisables. La quantité totale d'eau dans les réservoirs est toujours inférieure à celle de l'année dernière et les réservoirs peuvent encore contenir 30,7 milliards de mètres cubes d'eau supplémentaires. Dans la province de Phitsanuloke, dans le nord du pays, des autorités ont ordonné la fermeture temporaire du parc national Thung Salaeng Luang samedi aux touristes, après que celui-ci a été touché par des crues soudaines. Dans le district de Wang Thong à Phitsanuloke, un important ruissellement d’eau venant de la montagne s'est déversé dans la rivière Wang Thong et l’a fait déborder, ce qui a inondé la zone commerciale du district. La route 11, de Phitsanuloke à Sak Lek, est inondée aujourd'hui, mais elle est encore praticable par de petits véhicules. Environ 150 maisons à Ban Din Thong sont sous 1,2 mètre d'eau. Des secouristes ont déjà été envoyés dans le village pour évacuer les personnes âgées. Le corps d'un homme de 45 ans, qui aurait été emporté par des courants violents vendredi, a été retrouvé par les secouristes. https://forum.thaivisa.com/topic/1121174-floods-ease-in-eight-n-and-ne-provinces-but-16-others-remain-flooded/
  19. Le Modérateur

    Un lagon - égout à Jomtien

    À la suite de plaintes de la part de riverains et de touristes, le gouverneur de Chonburi, Pakarathorn Thienchai, s'est déplacé avec une équipe de fonctionnaires le 26 août pour inspecter un bassin d'eau polluée par des égouts qui s'était formé sur une plage de Najomtien. Le gouverneur et son équipe ainsi que des volontaires tentent de résoudre cette pollution en envoyant 1 000 ballons EM (micro organismes efficaces) dans les eaux accumulées sur la plage de Saikao, dans le but d’éliminer tous les agents pathogènes dangereux qu’ils contiennent. Lors de la première inspection, l’eau était de couleur noire et boueuse dégagent une odeur pestilentielle. https://fr.wikipedia.org/wiki/Micro-organisme_efficace Les micro-organismes efficaces désignent principalement les micro-organismes aérobies et anaérobies mélangés, commercialisés en agriculture, pour le traitement de l'eau et comme suppléments nutritionnels et médicinaux. La technologie EM est développée pour contribuer aux pratiques d'agriculture durable, améliorer la santé et l’hygiène humaine, le compost et le traitement des déchets, le traitement de l'eau et la gestion des catastrophes naturelles, notamment des procédés de nettoyage (inondations de Bangkok en 20114, tsunami de 2004 dans l'océan Indien, séisme de 1995 de Kobe, et l'Ouragan Katrina). Les fonctionnaires locaux ont expliqué que les eaux usées étaient généralement rejetées en mer (sic !) mais qu'en raison des fortes vagues et des vents forts des deux dernières semaines, le sable avait formé une petite dune qui avait créé un lagon. L'eau s'accumulant dans une mare devenant étang - lagon de plus en plus désagréable. Le gouverneur a déclaré qu'il souhaitait que des mesures soient mises en place pour résoudre ce problème de manière permanente et éviter que les eaux usées non traitées des maisons et des établissements commerciaux voisins se déversent directement dans l'océan, ce qui pourrait endommager l'écosystème local. Il ne donne aucune piste de mesures possibles. https://forum.thaivisa.com/topic/1120933-governor-checks-polluted-pond-at-na-jomtien-beach/
  20. L'association des chambres de commerce étrangères en Thaïlande (JFCCT) a proposé hier un réexamen approfondi des exigences draconiennes appelées TM30 concernant les étudiants étrangers, les retraités et les expatriés actifs en raison de ses effets négatifs, et a préconisé une réforme approfondie à moyen et à long terme. Alors que la majorité des étrangers qui entrent en Thaïlande en tant que touristes ne sont pas concernés, la plupart de ceux qui sont en possession de visas de long séjour doivent signaler tout changement d'adresse dans les 24 heures. Cela s'applique même s'ils visitent d'autres provinces lors de courts séjours ou s'ils reviennent en Thaïlande après des vacances ou des voyages d'affaires à l'étranger. Stanley Kang, président de la JFCCT, a déclaré: "Le formulaire d'immigration TM30, ou rapport 24 heures sur 24, impose aux propriétaires [Thais ainsi qu'aux étrangers] de signaler les mouvements d'étrangers. Dans la presse, les exigences du TM30 suscitent beaucoup de mécontentement, tant des étrangers que des Thaïlandais, ce qui a malheureusement donne une image négative de la Thaïlande, à la fois comme lieu d'investissement et de "commerce" et comme destination touristique. " Le TM30 se réfère à une ancienne loi qui est en vigueur depuis des décennies, mais à compter du 25 mars de cette année, les autorités de l'immigration l'ont appliquée avec une vigueur renouvelée, y compris au point où un TM30 correctement rempli est une condition préalable au renouvellement des visas à long terme. Cela a provoqué la colère de nombreux étrangers qui séjournent depuis longtemps dans la région. Même si c'est le propriétaire qui est responsable du TM30, les étrangers ont tendance à supporter le fardeau car, en pratique, ce sont eux qui paient les amendes, qui vont de 800 à 2 000 bahts par infraction. Le règlement, qui a été imposé dans la loi sur l'immigration de 1979, vise apparemment à renforcer la sécurité nationale. En plus des risques croissants de terrorisme, le bureau a indiqué qu'il avait également rencontré de nombreux cas de criminels étrangers effectuant des séjours prolongés dans le pays; d'où la répression. Dans cette note, M. Kang a déclaré: "La facilité de faire des affaires est la marque de l’attractivité de toute nation pour le commerce, les investissements et le tourisme. Nous félicitons le gouvernement pour les mesures positives qui ont été prises pour" faciliter les affaires ". Le TM 30 ruine tous ces efforts. Les pays voisins n'ont pas d'exigence aussi draconiennes. " M. Kang a également déclaré: "Bien que personne ne souhaite supprimer les outils permettant de prévenir efficacement les comportements criminels, le TM30 ne semble pas être le meilleur moyen de le faire, car il repose sur l'auto-déclaration (sous entendu, les criminels ne vont pas s'auto-dénoncer) . Nous avons donc formulé des recommandations concernant la révision de cette mesure (à court terme). " M. Kang a également déclaré: "Nous préconisons une réforme de la réglementation à moyen et long terme."
  21. Le 30 août, la division chargée des personnalités politiques à la Cour suprême a acquitté l'ancien chef du gouvernement, Thaksin Shinawatra pour l'une des affaires qui lui sont reprochées. Il était accusé d'avoir influé sur l'approbation d'un important prêt de la Krungthai Bank (KTB) au géant immobilier Krisda Mahanakorn. Le tribunal a également annulé le mandat d'arrêt (lié à cette affaire) visant le fugitif âgé de 70 ans. Thaksin a été inculpé en 2012 au titre de l'article 157 de la Cour pénale régissant les institutions financières. Pour ce qui est de l'acquittement de Thaksin, le tribunal cite une absence de preuves, affirmant que deux personnes anonymes ont été vaguement mentionnées, ce qui devint une allusion sans fondement à Thaksin et à son épouse Potjaman dans une affaire déposée à la commission de lutte contre la corruption et au bureau du procureur général. Le terme «grands patrons» aurait été cité lors d'une réunion de cadres de la KTB. Il aurait été suggéré de donner une somme d'argent au «grand patron» en échange de l'approbation d'un prêt de 99 milliards de Bt à Krisda Mahanakorn , qui n'était déjà pas qualifié pour recevoir une telle somme car emprunteur à haut risque. Dans cette affaire, 27 personnes, dont Thaksin et Viroj Nualkhair, ancien directeur général de KTB, ont été inculpées et poursuivies. Viroj a brièvement purgé une petite partie de sa peine de 18 ans de prison avant d'être libéré récemment en raison de son mauvais état de santé et de son âge. https://forum.thaivisa.com/topic/1120866-thaksin-acquitted-in-7-year-old-krungthai-loan-case/ Thaksin est toujours condamné dans d'autres affaires contre lui. Comme il ne veut pas se retrouver en prison, il reste donc en exil volontaire.
  22. BANGKOK - Le chef de l’immigration de Bangkok n’est pas un bleu. Il travaille depuis 35 ans, mais les protocoles d’immigration en vigueur sont en vigueur depuis encore plus longtemps. «À l'époque, les choses étaient très différentes», a déclaré le général Patipat Suban na Ayudhaya. «Tout d’abord, il n’y avait pas beaucoup de résidents étrangers. Donc, le système ne créait pas autant de problèmes. » "Quand il n'y avait pas beaucoup de monde, c'était facile", a-t-il déclaré. Patipat et son adjoint Thatchapong Sarawanangkul ont accordé une interview d'une heure à Khaosod, en réponse à la confusion croissante et aux plaintes concernant l'application soudaine de règles d'immigration vieilles de plusieurs décennies. La réglementation oblige les expatriés à se présenter aux autorités chaque fois qu'ils quittent leur adresse pendant plus de 24 heures, même pour des vacances. Les règles, inscrites dans la loi sur l'immigration de 1979, qui n'a pas été révisée ni mise à jour depuis, ont été longtemps appliquées de manière laxiste. Le major-général Patipat a dit comprendre que beaucoup ne sont pas satisfaits de la loi, mais que la police n'a d'autre choix que de la faire appliquer «Certaines règles ne sont peut-être pas modernes, mais nous essayons de l'être maintenant. Nous ne serons pas toujours des tortues d'un million d'années », a déclaré Patipat. «Mais en termes de loi, nous n'avons aucun pouvoir pour la changer. Ce n’est pas de notre autorité ... si vous voulez changer, vous devez changer la loi. " Les expatriés vivant en Thaïlande sont soumis à une litanie de réglementations. Les plaintes principales portent sur les formulaires TM30, qui doivent être soumis par les résidents étrangers ou leurs propriétaires thaïlandais aux bureaux de l'immigration locaux chaque fois qu'ils quittent leur résidence pendant 24 heures (et quand ils reviennent). Les formulaires doivent également être présentés en plus des passeports ou des cartes d'identité, ainsi que des livrets d'enregistrement de la maison (dans le cas de maisons), ou des titres de propriété ou des preuves de vente (dans le cas de condominiums). C'est évidemment inapplicable. Bien que le formulaire puisse être rempli en ligne, de nombreux étrangers se plaignent qu'il faut des semaines, voire des mois, pour obtenir un nom d'utilisateur et un mot de passe. Patipat a déclaré que même son fils a dû attendre deux semaines lorsqu'il a essayé de signaler des clients séjournant dans son AirBnb («il s'en est plaint à moi!»). Thaivisa en français ajoute qu'aucun site de l'immigration n'a jamais fonctionné correctement. Rien ne dit que celui dédié au TM30 fonctionne un jour. Cependant, son adjoint, le directeur général Thatchapong, a déclaré qu'un nouveau système avait été mis en place récemment et qu'il réduirait les temps d'attente à une semaine environ. Mais il ne donne aucune preuve de son affirmation. Thatchapong a déclaré que les problèmes découlent d'informations manquantes. Contrairement aux demandes de visa en ligne, aucune "carton rouge» n’alerte lorsqu'on omet de compléter certaines informations ou de joindre les documents requis. Les agents d'immigration doivent alors se renseigner pour plus d'informations. On ne sait pas pourquoi les informaticiens de l’immigration ne résolvent pas ce problème, digne d'un lycéen en informatique. Les deux hommes insistent également sur le fait que les informations déposées par les étrangers et leurs propriétaires sont uniquement stockées dans les registres d'immigration et ne sont transmises à aucun autre organisme, par exemple un contrôleur des impôts. Invité à confirmer si, par exemple, des hôtes Airbnb pourraient avoir des ennuis après avoir rempli un TM30, Patipat a répondu: «Pourquoi les arrêterions-nous? Ce n’est pas notre travail. Nous voulons seulement nous occuper des visiteurs étrangers. " La devise du bureau de l’immigration selon laquelle «les bons restent, les méchants dehors » n’a pas convaincu tout le monde lors d’une récente table ronde («Nous avons été vexés», a déclaré Thatchapong.) Pourquoi obliger les "bons" à se conformer à une bureaucratie kafkaïenne alors que les "méchants" ne se donneront jamais la peine de déposer des TM30 ? Patipat a reconnu que des criminels tels que les fraudeurs de «centres d'appels» entrent rarement dans le processus. Toutefois, les règles pourraient obliger les propriétaires à vérifier les passeports de leurs résidents et à les soumettre aux autorités afin de dissuader les malfaiteurs. "Si tout le monde respecte les règles, il sera difficile pour eux de baser leurs opérations en Thaïlande", a déclaré le major général. "Mais quand les règles sont laxistes, les criminels se passent le mot." Thatchapong a également déclaré que ces mesures garantissent que les autorités savent où se trouvent les étrangers en cas d’urgence. Les deux hommes admettent que les problèmes résident dans les procédures. «Je pense que tout le monde comprend nos raisons», a déclaré le général Patipat. "Si nous faisons en sorte que la loi soit facile à respecter, alors tout le monde le fera." Mais le bureau pourrait simplement être trop submergé pour répondre aux besoins d'une communauté d'expatriés en expansion rapide et à la complexité des voyages modernes. Si chacun respecte la loi et remplit des TM30, il est évident que l'immigration ne pourra pas traiter les formulaires (en ligne ou papier). Il y a environ 5 000 agents d'immigration en Thaïlande, qui accueillent chaque année plus de 35 millions de visiteurs. Environ 250 de ces agents sont affectés à la Division 1 de l’immigration qui supervise l’ensemble de la population expatriée et touristique de Bangkok, ainsi que des travailleurs migrants des pays voisins du Royaume. Patipat estime qu’il existe une disparité criante entre la priorité du gouvernement consistant à attirer davantage de touristes et les ressources qu’il alloue à ceux qui encadrent ces visiteurs. Par exemple, les autorités aéroportuaires n’ont pas élargi le canal de l’immigration à l’aéroport de Suvarnabhumi depuis des années, malgré le récent essor des arrivées. «De plus en plus de gens utilisent l’aéroport, mais les autorités ne nous donnent pas plus de guichets, alors bien sûr, les queues sont plus longues. Et à qui la faute? L'Immigration ", a déclaré Patipat avec émotion dans une diatribe qui semble viser le gouvernement. Il a ajouté que le nouveau terminal de Suvarnabhumi en construction rencontrerait probablement des problèmes similaires. "L'immigration est toujours la dernière chose à laquelle pensent les autorités", a-t-il déclaré. Interrogé sur ce que le gouvernement peut faire pour aider, le commandant en charge de l'immigration à Bangkok a déclaré qu'une infrastructure plus stable était nécessaire pour un service efficace et sans heurts. "Cela, et un peu de compréhension", a déclaré Patipat. http://www.khaosodenglish.com/news/crimecourtscalamity/2019/08/30/immigration-bosses-say-tm30-fix-underway-plead-for-understanding/ Thaivisa en français comprend que les officiers sont de bonne foi. Ils sont peinés mais ils ne cèdent pas. Il veulent que le gouvernement, soit change la loi digne des dictatures soviétiques, soit leur donne plus de moyens. La promesse de procédures plus simples n'est pas sérieuse. Avec une telle loi et si peu de moyen, il n'y a aucune amélioration à espérer. Ils pourraient avoir envie de faire du zèle, par exemple refuser l'extension de visa à qui n'aura pas de TM30 en règle et cela signifiera un exode massif des expatriés. Maj. Gen. Patipat Suban na Ayudhaya, et Col. Thatchapong Sarawanangkul, interrogés par Khaosod
  23. Le général Apirat Kongsompong, commandant en chef de l’armée thaïlandaise, a exprimé sa profonde préoccupation face à la diffusion de fausses informations, dont certaines semblent destinées à discréditer le gouvernement et les forces armées. Bien qu'il ne veuille pas qualifier l'utilisation de fausses nouvelles de "manipulation mentale", il a observé que certaines personnes, exposées à de multiples reprises à de fausses informations, en étaient progressivement influencées et finissaient par croire ces fausses informations. Outre la police chargée d'enquêter sur les fausses informations, le général Apirat a déclaré que le ministère du Numérique était en train de mettre en place un centre consacré aux fausses informations et que l'armée avait pris des mesures pour surveiller tout cela. Il a souligné que, bien que le gouvernement et l'armée ne disposent plus des pleins pouvoirs en vertu de l'article 44 de la constitution provisoire pour traiter les fausses informations, l'armée peut avoir recours aux lois sur la sécurité nationale pour résoudre le problème. Interrogé par un journaliste sur sa thèse sur «l’influence des médias sociaux et le changement de comportement politique de la population dans la société thaïlandaise», le chef de l’armée a déclaré qu’il avait terminé sa thèse qui sera bientôt diffusée, mais il craint que cela ne cause des soucis à "quelqu'un". Lorsqu'on lui a demandé qui pourrait avoir des soucis, il a refusé de commenter et est parti. https://www.thaipbsworld.com/army-chief-voices-concern-over-the-spread-of-fake-news/
  24. Deux Laotiens qui travaillaient dans une plantation d'hévéas à Udon Thani ont été retrouvés morts dans une forêt où ils étaient allés chasser les sangliers, a annoncé la police. Le poste de police de Nam Soam, Udon Thani, a été alerté jeudi à 17 heures quand on été découverts des corps de deux hommes dans une vallée boisée bordant le district de Pak Chom à Loei. Les deux hommes avaient été abattus. Les autorités ont dû parcourir environ cinq kilomètres à pied pour retrouver les corps des habitants de Luang Prabang, Boon Kaewwilai, 24 ans, et Ken Wilanee, 25 ans. Ken avait été blessé par balle à la tête tandis que Boon a été touché au-dessus de l'œil droit et à la main gauche avec des munitions provenant de fusils de chasse artisanaux. Les corps ont été retrouvés gisant l'un à côté de l'autre. Des villageois ont déclaré à la police que ces deux amis du Laos étaient venus travailler en Thaïlande dans une plantation d'hévéas et qu'ils allaient souvent dans la forêt pour chasser le sanglier. Les deux hommes sont partis mardi et comme ils ne sont pas revenus, les villageois sont allés les chercher et ont retrouvé les corps jeudi après-midi. La police soupçonne les deux hommes, qui possédaient chacun un fusil de chasse artisanal, de s'être séparés pour chercher des sangliers. Puis l'un d'eux aurait tiré sur l'autre, pensant avoir entendu un sanglier. Lorsqu'il a découvert qu'il avait tiré sur son ami, il aurait retourné l'arme contre lui-même. Toutefois, le meurtre n’a pas été exclu et les corps ont été envoyés à l’hôpital Srinakharin pour y être autopsiés. https://forum.thaivisa.com/topic/1120760-two-laotians-shot-dead-while-hunting-wild-boars-in-udon-thani/
  25. Le ministre du Tourisme, Phiphat Ratchakitprakarn, a déclaré que son ministère dépenserait quelque 120 millions de thb pour promouvoir et stimuler le tourisme, avec pour objectif une croissance d'au moins 7% du nombres d'étrangers cette année, ce qui serait énorme. M. Phiphat a déclaré que les 120 millions de thb seront consacrés à des projets de relance et s'ajoutent à la distribution de 1 000 thb aux touristes Thaïlandais, qui est une mesure du ministère des Finances. Phiphat a déclaré que le budget serait consacré à au moins trois mesures. Une mesure concerne un projet intitulé «Visite toutes les régions de la Thaïlande pour 100 bahts». Le projet sélectionnera au hasard 10 000 personnes chanceuses les 9 septembre, 10 octobre, 11 novembre et 12 décembre, qui recevront un forfait touristique pour lequel elles ne devront payer que 100 Bt (on imagine que la valeur du forfait se situera à au moins 10 000 bahts). On ne sait pas comment sera assurée l'impartialité de la sélection. Dans une autre mesure, le ministère du Tourisme développera une application de porte-monnaie électronique. Les touristes qui l'utiliseront pour leurs dépenses lors de leurs voyages recevront une ristourne de 15%. On ne sait pas si tous les commerçants accepteront ce mode de paiement. Dans la troisième mesure, les touristes seront encouragés à voyager en semaine au lieu des week-ends et des vacances prolongées. Ils recevront alors toute une gamme de privilèges et de réductions, a déclaré Phiphat. Il a précisé que les détails de la troisième mesure n'avaient pas encore été définis. Le ministre a ajouté qu'il continuerait à réclamer une exemption de visa d'entrée pour les touristes chinois et indiens, bien que le gouvernement l'ait déjà rejetée. Il a ajouté que son ministère étudie de nouveau la proposition et qu'il la soumettra une seconde fois au Cabinet. Même si le gouvernement rejette à nouveau la proposition, Phiphat est confiant que le tourisme connaîtra une croissance d'au moins 7%, ce qui est inférieur aux prévisions de 9,5% de l'Autorité du tourisme de Thaïlande mais ce qui serait, malgré tout, un grand succès. Phiphat s'est dit confiant que l'objectif de 40 millions de touristes étrangers visitant le royaume cette année serait atteint. Il a ajouté que les touristes étrangers dépenseraient environ 3 370 milliards de baht dans le royaume. Dans le cadre des mesures de promotion du tourisme pour les visiteurs étrangers, le gouvernement fera de la Thaïlande une plaque tournante des expositions internationales et s’efforcera de maintenir son statut de première destination touristique de l’Asean. "Je voudrais dire aux touristes étrangers que la Thaïlande est à nouveau une démocratie et qu'ils ne doivent pas hésiter pas à visiter le pays", a déclaré Phiphat, ajoutant que les "touristes de qualité" originaires des pays occidentaux avaient cessé de visiter le royaume depuis plus de cinq ans. https://forum.thaivisa.com/topic/1120708-govt-to-spend-bt120-million-to-stimulate-tourism/
×