Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 866
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Agence de presse du gouvernement Le ministre du Travail, Chatumongol Sonakul, a révélé aujourd'hui que le ministère avait fixé à 100 000 le nombre de travailleurs thaïlandais envoyés à l'étranger en 2020, ce qui devrait permettre de générer des revenus de 140 milliards de baht dans le pays. Les travailleurs sont encouragés à s’inscrire sur le site Web de TOEA pour des raisons de commodité et de rapidité. Le directeur général du Dpt de l’Emploi, Suchat Pornchaiwiseskul, a déclaré aujourd’hui que le ministre du Travail avait pour politique d’envoyer les travailleurs thaïlandais à l’étranger, "avec fierté". En 2020, le département a fixé l'objectif de 100 000 travailleurs thaïlandais se rendant à l'étranger dans des pays à fort potentiel tels que Taiwan, le Japon, la Corée du Sud et Israël. Ils pourront améliorer leurs compétences qui leur seront utiles en Thaïlande (à leur retour). Le ministère a calculé que si cet objectif était atteint, il générerait au moins 140 milliards de baht de revenus envoyés en Thaïlande chaque année. Au cours des dix premiers mois de cette année, de janvier à octobre 2019, la Thaïlande a envoyé 97 597 travailleurs à l'étranger, Taiwan accueillant le nombre le plus élevé avec 27 226 travailleurs. «Nous demandons aux travailleurs thaïlandais de travailler légalement à l’étranger, ce qui peut être fait par le biais d’agences, du ministère de l’Emploi pour les programmes parrainés par le gouvernement, de programmes de stages proposés par les employeurs." Le ministère de l'Emploi propose tous les services administratifs indispensables sur la plate-forme électronique http://toea.doe.go.th, qui offre plus de commodité, de rapidité et réduit le temps et les coûts pour contacter les bureaux du gouvernement. Le site Web est disponible à tout moment, n'importe où. Vous pouvez obtenir plus d’informations sur le processus auprès de n’importe quel bureau provincial de l’emploi ou en appelant la hotline 1506, poste 2 du ministère du Travail pour accéder au Département de l’emploi ", a déclaré M. Suchat. https://forum.thaivisa.com/topic/1134024-labour-ministry-sets-100000-overseas-worker-target-for-2020/
  2. D'Où Patpong tire-t-il son nom? Cela remonte en fait à un immigrant chinois appelé Luang Patpongpanich. Il a acheté le terrain alors qu’il s’agissait d’une plantation de bananes. L’histoire raconte que pendant la Seconde Guerre mondiale, le fils et héritier de Patpongpanich, Udom, a étudié aux États-Unis, où il a collaboré avec le «Bureau des services stratégiques», devenu la CIA. Tout cela est mis en lumière dans le nouveau musée Patpong qui vient d'ouvrir. Plus qu'une balade effrénée dans l'histoire des spectacles de balles de ping-pong, le musée retrace la contribution beaucoup plus fascinante du quartier à la guerre du Vietnam, la guerre secrète de la CIA en Indochine et les "vacances" à Bangkok des soldats américains. Comment a-t-il évolué depuis ces débuts agricoles pour devenir l’un des quartiers chauds les plus célèbres du monde, avant Soi Cowboy et Nana Plaza? Le conservateur du musée est Michael Messner. Il dit avoir fondé l’espace pour documenter la riche histoire du quartier, au-delà des bars à filles et du divertissement paillard. Il dit avoir inclus de nombreux détails inconnus qui ont contribué à la prospérité de la zone commerciale et touristique. Le roi Prajadhipok, Rama VII, attribue un titre honorifique à Poon Pat, dont la famille a quitté la Chine dans les années 1880. Il devient Luang Patpongpanich en 1930. Luang a fondé 'Siam Cement en 1921, son fils a suivi une formation dispensée par l'Office des services stratégiques de Fort Benning en Géorgie en 1945, puis la famille Patpongpanich a acheté une bananeraie dans Bangkok en 1946 pour le compte de l'État américain. 3000 $. Dans les années 1950, la famille Patpongpanich a construit des bureaux à cet endroit qu'elle a baptisé «Patpong». Au cours des années 1950, Patpong devint une base pour plusieurs membres de la CIA, fournissant des armes à divers groupes anticommunistes. Tout cela, est détaillé dans le musée. Et ce ne sont pas seulement les Américains qui ont afflué à Patpong. Michael Messner se rappelle comment l'un des plus populaires bars a été ouvert par un ancien soldat japonais. Il n’était pas le seul à l’aimer. C’est au milieu des années 1960 que de nombreuses troupes américaines, épuisées par leurs missions, se rendaient à Patpong pour "se changer les idées". La demande a rencontré l'offre et Patpong est devenu un lieu de soulagement et de détente. Parmi les autres locataires de Patpong au cours de ces années, citons la bibliothèque du service d’information des États-Unis «un lieu sûr de la CIA» où des responsables à la retraite de la CIA auraient apparemment bu et rencontré des amis. Mais ce n’est qu’au début des années 1970 que Patpong a commencé à attirer une plus grande foule de touristes. Le musée de 300 mètres couvre à peu près tous les aspects de ce coin fascinant de Bangkok, même les spectacles de ping-pong. Incontournable d'après Messner. Musée Patpong • Bâtiment 5, 2ème étage au-dessous du Black Pagoda Bar, Patpong Soi 2 Ouvert tous les jours de 10h à 23h; 091 887 6829 • Les billets coûtent 350 bahts pour et comprennent des écouteurs offrant une narration / visite en français. • Le prix d'entrée comprend une bière ou une boisson gazeuse gratuite • Des souvenirs sont en vente, y compris des balles de ping-pong https://forum.thaivisa.com/topic/1134016-prostitution-the-cia-david-bowie-and-patpong-–-undercover-in-bangkok-infamous-red-light-district/
  3. Cela fait plusieurs mois que vous êtes nombreux à me solliciter concernant la réforme de la politique de visas voulue par les autorités thaïlandaises. À cet égard, il y a eu beaucoup de rumeurs et d’incompréhensions au sein de la communauté française. Les Thaïlandais souhaitent désormais que tous les retraités qui vivent sur leur territoire puissent subvenir à leurs besoins en matière de santé en souscrivant systématiquement à une assurance. Dans ce cadre, dès le printemps 2019, j’ai sollicité la Caisse des Français à l’étranger afin de m’assurer qu’elle puisse répondre aux attentes administratives des autorités thaïlandaises, particulièrement via la production d’une attestation en anglais. Cette demande avait d’ailleurs été acceptée par la CFE. Puis quelques jours avant la date du 31 octobre soit la mise place du nouveau dispositif, j’ai appris par la presse que les nouvelles règles en matière d’immigration obligeaient à recourir à une assurance « thaïlandaise », c’est-à-dire reconnue par la Thai Insurance Association (a minima avoir une structure juridique et un bureau en Thaïlande). Pour des raisons évidentes, la CFE n’a pas vocation à créer une structure en Thaïlande. Je rappelle que la CFE est une offre unique au monde puisqu’il s’agit d’une branche de la Sécurité Sociale française sous la forme d’une structure privée avec une mission de service public. Ce n’est donc pas une multinationale. Face à l’inquiétude d’une partie de notre communauté, j’ai tout de suite sollicité Monsieur l’Ambassadeur de Thaïlande à Paris, Sarun Charoensuwan. Vous pouvez retrouver le courrier ici Il a aussitôt souhaité organiser une rencontre pour échanger sur ce sujet. Je tiens à le remercier pour sa célérité et son efficacité. Monsieur l’ambassadeur a tenu à me rassurer sur la volonté de la Thaïlande de continuer à accueillir dans les meilleures conditions des Français retraités ou non. Il semblerait que nos inquiétudes soient excessives et qu’il serait tout à fait possible de souscrire à une assurance étrangère pour obtenir son visa retraite. Lors de la demande, il est nécessaire de remplir le formulaire ici suivant. J’ai demandé à l’ambassade de Thaïlande en France de communiquer sur l’obtention des visas retraite et de rassurer notre communauté sur place. L’équipe de son excellence Monsieur Sarun Charoensuwan doit maintenant faire le point sur cette situation avec les services du ministère des affaires étrangères à Bangkok et revenir vers moi pour me confirmer cette procédure. Dans les jours qui viennent, je vais discuter avec la CFE pour que tout soit fait pour que les adhérents puissent remplir ce formulaire sans difficulté et donc obtenir leur visa. Toutefois, je veux préciser ici que la Thaïlande est un pays souverain et quand que tel nos concitoyens doivent accepter et respecter les règles et les lois mises en œuvre par les autorités thaïes. Je suis législateur pour ce qui concerne la législation française et comme vous je n’accepte aucune ingérence étrangère sur les décisions prises dans notre pays. Je n’ai donc pas de marge de manœuvre en dehors du fait d’informer les autorités thaïlandaises de vos difficultés. Je vous tiendrai au courant de la suite de ma démarche. D’ores et déjà, l’ambassade de Thaïlande a communiqué auprès du Petit Journal. Je vous invite à me faire savoir si vous connaissez des difficultés à obtenir ou à renouveler votre visa en raison de votre assurance santé. https://annegenetet.fr/visa-retraite-en-thailande-un-point-sur-la-situation/ très clairement tout le monde est de bonne volonté, reste à la CFE à faire preuve de souplesse et rédiger le certificat tel que demandé par les autorités thaïlandaises
  4. Des images horribles sur le site de 77kaoded montrent les conséquences d'un accident sur l'autoroute Petchkasem près du demi-tour "Meuan Fan" dans le district de Pak Thor à Ratchaburi. C'est arrivé vers 5h45 hier matin. Un pick-up Isuzu dont le toit a été arraché par le choc gisait dans le fossé central, dans le mauvais sens. Il avait heurté un lampadaire au centre de la route avant de pivoter. Trois jeunes sont morts sur les lieux. Sur le siège arrière se trouvait une femme de 19 ans. Deux hommes de 23 et 17 ans ont été éjectés hors du véhicule dans l'eau mélangée avec du carburant. Tous deux venaient de Ratchaburi. La police a déclaré que le pick-up était équipée d'une caméra de bord mais qu'on ne la retrouvait pas. Les officiers ont cherché la caméra dans l'eau du fossé et espèrent que les images expliquent exactement ce qui s'était passé. Les accidents sur les routes thaïlandaises peuvent légitimement être qualifiés de carnage, note Thaivisa. L'OMS estime que 24 000 à 26 000 personnes meurent chaque année sur les routes du pays, ce qui fait en fait l'un des plus dangereux du monde. Les autorités avancent aussi des chiffres catastrophiques mais un peu en deçà, tout en avouant, off the record, que l'OMS a probablement raison. Bangkok est la province la plus sûre. https://forum.thaivisa.com/topic/1133928-thailand-road-carnage-horror-accident-leaves-three-dead-in-ratchaburi/
  5. La Commission nationale anti-corruption (NACC) accuse quatre hauts responsables locaux qui auraient exigé un pot-de-vin de 20 millions de bahts d'une entreprise japonaise qui construisait une centrale électrique à Nakhon Si Thammarat, en échange d'autoriser des navires surdimensionnés à accoster dans le Port. L'enquête de l'agence anti-corruption a également trouvé des éléments de preuve permettant de poursuivre en justice le Sino-Thai Engineering and Construction Plc (STEC) et deux de ses dirigeants pour avoir aidé les quatre responsables à recevoir le pot-de-vin. L'organisme de lutte contre la corruption transmettra ses conclusions au procureur général afin d'inculper les sept accusés. Warawit Sukboon, secrétaire général du NACC, a déclaré hier que le comité d'enquête était certain que les 4 responsables s'étaient concertés pour exiger le pot-de-vin des représentants de Mitsubishi Hitachi Power Systems Ltd (MHPS), engagés pour la construction de la centrale de Khanom. Le CNAC a nommé les quatre corrompus comme étant le Capt Sathit Chinnavorn, directeur du bureau de la marine à Nakhon Si Thammarat; Khanin Muangduang, maire adjoint de la municipalité de Thong Nian; Apichart Sawasdirat, chef du village Moo 8, Thong Nian; et le lieutenant colonel Santipong Phansawat, inspecteur de la police maritime 4. Le CNAC a commencé son enquête en 2017, recueillant des preuves ici et au Japon. La société a découvert qu'un consortium composé de la société japonaise et de STEC avait été chargé de construire une centrale à cycle combiné dans le district de Khanom, à Nakhon Si Thammarat, en 2013. La centrale électrique appartient à Khanom Electricity Generating Co (Kegco), qui est exploitée par Electricity Generating Plc (Egco). Elle produit et vend de l'électricité à l'autorité thaïlandaise d'électricité (Egat). La corruption a eu lieu en février 2015, après que trois navires surdimensionnés utilisés pour livrer du matériel n'ont pas été autorisés à accoster au port. Les responsables de l'Etat auraient alors réclamé un pot-de-vin de 20 millions de bahts aux représentants de Mitsubishi - Hitachi (MHPS) pour autoriser les navires surdimensionnés à accoster, a déclaré M. Warawit. Les dirigeants de MHPS étaient obligés de payer pour récupérer leur matériel car il auraient reçu une amende de 11 millions de bahts par jour en cas de retard dans la construction. L’enquête a également révélé que STEC et deux de ses dirigeants - Pakpoom Srichamni et Rakesh Kalia - avaient aidé les quatre représentants de l’État à préparer un contrat prévoyant que STEC soit intermédiaire dans le versement du pot-de-vin. Le contrat prévoyait le versement de l'argent au district de Khanom et par la suite distribué aux quatre représentants de l'État, a déclaré le "l'agence anti-corruption". La commission d'enquête de la NACC a accusé le Capf Sathit, M. Khanin, M. Apichart et le lieutenant colonel Santipong d'avoir réclamé ou reçu un pot-de-vin de tiers, ce qui constitue un acte de malversation en violation des articles 149 et 157 du Code pénal. Le CNAC a recommandé que M. Khanin soit démis de ses fonctions de maire adjoint de la municipalité de Thong Nian et que les trois autres responsables fassent l'objet de graves sanctions disciplinaires. On ne parle donc pas de poursuite au pénal pour eux. L'entreprise de construction et ses deux dirigeants devraient faire face à des poursuites pénales pour avoir aidé et encouragé la corruption, a-t-il ajouté. image MITIHOON
  6. Les médias thaïlandais ont rapporté que les Russes arrivent en Thaïlande par des vols charters spéciaux. Parmi les bénéficiaires, figurent Pattaya, Koh Samui et les îles voisines après que des dizaines de vols charters russes exclusivement ont déjà atterri ou sont attendus pour le Nouvel An et Songkran. Naew Na a indiqué que les jardins de Nong Nuch présentait un grand "Nobro pozhalovat 'v Tailand" (bienvenue en Thaïlande) aux Russes. Il s'agit d'un son et lumière (en russe ?) autour de la culture thaïlandaise. Mais ce n'est qu'un début. Les Russes - qui avait renoncé aux voyages à l'étranger, y compris en Thaïlande, en raison de l'effondrement du rouble - sont maintenant de retour en masse. Ils contribueront à assurer les 40 millions de visiteurs par an après d'autres nouvelles positives concernant les visiteurs chinois et indiens. On ne sait pas si les 40 millions sont pour 2019 ou 2020. Ailleurs, il a été rapporté que 32 vols charters d'une seule compagnie amèneraient 12 760 touristes russes dans la province de Surat Thani entre le 27 décembre et le 22 avril. Nongyao Jirandorn - directrice de Samui TAT - en contact avec ses homologues à Moscou assure que les touristes arriveront par charter : 440 à la fois avec un B777-200 se dirigeant directement vers le sud. Les touristes russes resteraient entre 11 et 12 jours chacun et participeraient à des visites à Koh Samui, Koh Phangan et Koh Tao. Le gouverneur de Surat Thani, Wichawut Jinto, a déclaré aux médias thaïlandais que les Russes donneraient un nouvel élan à la scène touristique locale et qu'il était ravi de les récupérer. https://forum.thaivisa.com/topic/1133893-thai-tourism-joy-as-the-russians-come-back-in-their-thousands/
  7. D'horribles images de vidéosurveillance venant du nord-est de la Thaïlande montrent le moment où une femme a été électrocutée par un câble électrique de 22 000 volts à l'extérieur d'un marché de produits frais. Elle a survécu mais a accumulé un million de bahts de factures d'hôpital depuis le drame. Malinee était avec un enfant qui n'a pas été blessé. Ils étaient sur le point de monter sur une moto. On peut voir un premier éclair et on entend du bruit avant que Malinee ne soit touchée par ce qui ressemble à un éclair. Les chauffeurs de taxi moto se précipitent à son secours alors qu'un autre éclair éclate. Ils sont considérés comme des héros dans les médias thaïlandais. L'accident s'est produit en dehors du marché Sikhio de Nakhon Ratchasima le 3 septembre. Ce n'est que mardi que le mari de la victime en a parlé sur Facebook pour demander de l'aide afin de payer ses factures d'hôpital et d'obtenir une indemnisation adéquate. Il a également demandé un avocat. Il a accusé la compagnie de l'électricité de traîner les pieds après que sa femme a reçu des factures de 970 000 bahts à l'hôpital. Elle est maintenant à la maison et se remet lentement, mais elle a toujours besoin de changer de pansement à l'hôpital et de faire de la physiothérapie. Elle souffre de ses blessures et a de la difficulté à marcher. Un directeur de la compagnie d’électricité appelé Natthawat a nié que l'agence n’a pas assumé la responsabilité. Il a déclaré qu'un paiement d'un million de bahts avait été convenu pour couvrir ses frais médicaux. Mais il ne dit pas quand ce paiement arrivera. Et d'autres discussions sont en cours concernant d'autres compensations. Sanook a indiqué que les autorités s'étaient rendues sur zone pour remédier au problème (du câble qui pendait). https://forum.thaivisa.com/topic/1133880-video-shocking-footage-as-woman-felled-by-22000-volt-wire-outside-thai-market/ vidéo suivre ce lien https://youtu.be/2ZcKTtROAfk
  8. BANGKOK (Reuters) - La banque centrale thaïlandaise (BOT) abaissera ses prévisions de croissance économique pour cette année et l'année prochaine, a déclaré mercredi un vice-gouverneur, tout en conservant une marge de manœuvre quant à la politique monétaire pour soutenir l'économie, malgré la baisse record de son taux directeur. La deuxième économie de l'Asie du Sud-Est n'est pas en crise, les fondements économiques et les banques du pays restant solides, a déclaré le gouverneur de la Banque adjoint de Thaïlande, Mathee Supapongse. La banque centrale reverra ses prévisions de croissance économique pour 2019 et 2020 - actuellement de 2,8% et 3,3%, respectivement - lors de sa prochaine réunion de politique monétaire le 18 décembre. "Ils vont probablement baisser, mais de combien ? cela dépendra des dernières données économiques à ce moment", a déclaré Mathee à Reuters. Les exportations thaïlandaises ont été touchées par les tensions commerciales mondiales et la force du baht - la devise la plus performante de l'Asie cette année - , alors que l'économie repose sur le commerce. La semaine dernière, le comité de politique monétaire (MPC) de la BOT a réduit son taux directeur de 25 points à 1,25%, un niveau record jamais enregistré. "La politique monétaire dépend des données. Nos prévisions suggérant une croissance et une inflation moins importantes que prévu, le comité a donc estimé que la politique monétaire devrait être assouplie davantage", a déclaré Mathee. Il a ajouté que le MPC avait "pris les devants" en agissant avant que les données officielles du produit intérieur brut (PIB) du troisième trimestre soient publiées lundi prochain. Bien que la croissance attendue entre juillet et septembre soit inférieure aux prévisions, elle devrait être supérieure au 2,3% enregistré au deuxième trimestre, qui était le plus faible depuis près de cinq ans, a-t-il déclaré. . La réduction des taux de la semaine dernière, la deuxième en trois mois, a incité les banques commerciales à réduire leurs coûts d'emprunt. Mathee a déclaré que cela devrait aider l'économie, le pouvoir d'achat et l'inflation atones. Bien que le taux directeur se situe actuellement à un minimum record de 1,25%, il est encore possible d'aider l'économie si nécessaire, a déclaré Mathee, ajoutant que la Thaïlande n'avait pas besoin de réduire le taux directeur à zéro. La BOT est toujours préoccupée par la force du baht, bien qu'il n'y ait aucune preuve de spéculation sur la devise, a-t-il déclaré. Le baht s'est affaibli après la réduction du taux et les nouvelles mesures d'assouplissement de la BOT visant à encourager les sorties de capitaux. Mais il a quand même progressé de 7,6% par rapport au dollar depuis le début de l'année. La BOT va également réduire ses prévisions d'inflation globale pour cette année et l'année prochaine, actuellement de 0,8% et 1,0%, respectivement, a déclaré Mathee, bien que la Thaïlande ne devrait pas faire face à une déflation. L’inflation globale n’était que de 0,11% en octobre, son plus bas niveau en 28 mois et bien en deçà de la fourchette cible de 1 à 4% de la BOT, qui est en train d’être revue. https://forum.thaivisa.com/topic/1133865-thailand central-bank-to-lower-growth-outlook-still-has-scope-to-support-economy/ en bleu, l'inflation en orange le taux directeur de la BOT la croissance en gris
  9. Un buste du diplomate siamois du 17ème siècle, Kosa Pan, sera inauguré à Brest, en France, le 15 février, pour commémorer le 333e anniversaire de sa visite dans ce pays. L'Association des professeurs de langue française de Thaïlande, placée sous le haut patronage de Son Altesse Royale la Princesse Maha Chakri Sirindhorn, a chargé Ajarn Watchara Prayoonkham de sculpter «Kosa Pan : Le buste» et organise son installation dans la rue de Siam à Brest. . Le buste commémorera l’arrivée de Kosa Pan en 1686 et rendra hommage aux relations franco-thaïlandaises et à son Altesse Royale la regrettée Princesse Galyani Vadhana, fondatrice de l’association (des professeurs de français). La professeur agrégée Thida Buntham a déclaré que le buste rappelait la remise par Kosa Pan d’une lettre et de cadeaux du roi Narai le Grand à Louis XIV au château de Versailles. La délégation siamoise a été accueillie avec enthousiasme et le monarque français a été ravi de l’esprit de Kosa Pan, qui a inauguré des relations solides et durables entre les pays. En 1742, Brest - le port où Kosa Pan a débarqué - a changé le nom de sa rue principale, rue de Saint-Pierre en rue de Siam. Tour Tanguy, le musée de la ville, conserve encore une maquette de l'évènement, avec des figurines en costume siamois de l’époque. Au cours des siècles, la Thaïlande et la France ont entretenu des relations étroites dans les domaines de la diplomatie, du commerce, du tourisme et de l’éducation. La princesse Galyani, sœur de Sa Majesté feu le roi Bhumibol, s'est rendue à Brest en 1989 pour étudier le système éducatif - dont le FLE - et pour honorer la ville qui a des relations avec le Siam depuis la période d'Ayutthaya. L’association prévoit également de publier un livre sur la rencontre initiale «333 ans, du palais de Narai à Versailles», avec le texte de l’écrivain Suphot Lohawatsat et illustré d’aquarelles d’Ajarn Krirk Buramnak. Pour mémoire, la rue où se trouve l'ambassade de France à Bangkok s'appelle rue de Brest. https://forum.thaivisa.com/topic/1133866-sculpture-bound-for-france-to-honour-early-siam-envoy/
  10. La souscription d’une assurance santé devient obligatoire dans le cadre des demandes de visa non-immigrant de type OA. Êtes-vous concerné ? Faisant suite à une proposition du ministère de la santé publique, le gouvernement thaïlandais a approuvé le 2 avril 2019 l’ajout d’une condition de souscription d’assurance santé obligatoire par les étrangers sollicitant un visa non-immigrant de type OA (long séjour d’un an au plus – retraités). Le dispositif est entré en vigueur le 31 octobre 2019. Une conférence de presse s’est tenue le 9 octobre 2019 au ministère de la santé pour en présenter les grandes lignes (voir le détail ICI). I. Qu’est-ce qu’un visa non immigrant de type OA ? Le visa non-immigrant OA est destiné aux personnes retraitées et âgées de plus de 50 ans. La première demande se fait auprès des services consulaires thaïlandais à l’étranger. Il ne permet pas de travailler et donne le droit de rester en Thaïlande pour un an avec de multiples entrées. Lors de chaque entrée, si le séjour dépasse 3 mois, le titulaire doit se présenter au service de l’immigration.Il peut également faire prolonger ce même visa auprès des services de l’immigration en Thaïlande. En savoir plus sur le visa OA :https://www.thaiembassy.fr/fr/visa-rdv/les-types-de-visa-et-les-documents-necessaires/visa-o-long-stay/ En savoir plus sur l’extension de ce visa en Thaïlande : https://www.immigration.go.th/content/service_22 II. Qu’est-ce qui change dans le nouveau dispositif ? 1. Un contrat d’assurance santé, présenté à l’appui de la demande, doit être obligatoirement souscrit avec des garanties minimales de couverture : 400 000 THB au moins pour les frais d’hospitalisation ; 40 000 THB au moins pour les frais de médecine ambulatoire. 2. Une attestation spécifiant ces montants doit être également signée par la compagnie et présentée lors de la demande. Le formulaire est mis à disposition par les autorités thaïlandaises ici :https://longstay.tgia.org/document/overseas_insurance_certificate.pdf 3. Une liste d’assurances thaïlandaises reconnues par les autorités a été rendue publique (14 établissements). III. Où trouver le détail de cette nouvelle réglementation ? Services de l’immigration : Décret de la police royale thaïlandaise n°548/2562 du 27 septembre 2019 Version thaïlandaise et anglaise Décret de la police royale thaïlandaise n°300/2562 du 27 septembre 2019 Version thaïlandaise et anglaise Lettre du bureau de l’immigration n°0029.161/Vor 4603 du 27 septembre 2019 Version thaïlandaise et anglaise Ministère de la santé publique Call center : +662 193 7999 Courriel : [email protected] / [email protected] Site internet : www.thailandmedicalhub.net Document d’information générale : http://www.hss.moph.go.th/fileupload_doc/2019-10-18-1-19-50192312.pdf Brochure d’information grand public : Cliquez ici. Plateforme dédiée Site internet :https://longstay.tgia.org/ Ces informations sont données à titre purement indicatif et ne sauraient engager l’Ambassade de France en Thaïlande, s’agissant d’une réglementation locale susceptible d’évolutions. Pour davantage de précisions, vous êtes invités à consulter les sites officiels de l’administration thaïlandaise. Consciente des difficultés rencontrées par la communauté française en Thaïlande depuis l’entrée en vigueur de ces nouvelles règles, cette ambassade a effectué plusieurs démarches auprès du ministère des Affaires étrangères thaïlandais et du ministère de la Santé publique (direction des affaires internationales). Cette page sera mise à jour régulièrement. Vous êtes invités à nous tenir informés des difficultés que vous rencontreriez dans l’application de ces dispositions. https://th.ambafrance.org/Assurance-sante-obligatoire-et-demande-de-visa-OA
  11. suite de cette tuerie Dans l'affolement hier, le porte parole de la police a commis de nombreuses erreurs dans son rapport. Par exemple, il n'y a que deux morts. Le major-général Pol Thanin Chantharatip, qui a tiré sur un avocat à la Cour de justice avant d'être abattu par la police, est décédé des suites de ses blessures, a déclaré le gouverneur de Chanthaburi, Withurat Srinam. Thanin était impliqué dans un différend de longue date avec une autre partie concernant 3800 rais de terrain d'une valeur totale de 300 millions de Bt dans les districts de Makham, Khao Khitchakut et Tha Mai de la province, a annoncé le gouverneur. Les deux parties se disputent devant les tribunaux depuis plus de dix ans, a-t-il ajouté. « Le tireur était sous pression car il se sentait désavantagé », a déclaré le gouverneur. "Il a pris le pistolet caché dans ses documents et a tiré sur l'avocat, ce qui a incité la police à l'abattre, entraînant sa mort à l'hôpital". Des images de surveillance ont montré comment le major-général Thanin Chantharatip, qui a tué un avocat et blessé quatre autres personnes, a réussi à introduire une arme à feu dans le bâtiment. Sarawut Benjakul, du Bureau de la magistrature, a montré aux journalistes des images de caméras de vidéosurveillance. Celles-ci montrent que Thanin arrive tôt au tribunal et attend à la porte principale. Alors que les gardes de sécurité se mettent au garde à vous pour l'hymne national, il franchit la barrière de sécurité. https://forum.thaivisa.com/topic/1133568-two-dead-in-courtroom-shooting-in-chantaburi/page/3/?tab=comments#comment-14760694
  12. PHUKET: Un barman et un agent de sécurité sans emploi ont été arrêtés pour le cambriolage avec violence qui a vu un expatrié allemand de 72 ans recevoir une entaille de 12 cm à l'avant-bras gauche. Les bandits l'ont ligoté sur une chaise puis ont menacé sa femme avec une épée et un long couteau. Le chef de la police provinciale de Phuket, le major-général Rungrote Thakurapunyasiri, a annoncé les arrestations le 12 au soir. Sofian Aba, 25 ans, originaire de Yala, a été arrêté à Koh Kaew mardi matin, tandis que Munaddeedee Doloh, 27 ans, de Narathiwat, a été arrêté dans le district de Thapae, dans la province de Satun, lundi soir, a expliqué le général Rungrote. Sofian et Munaddee se sont rendus jeudi 7 novembre dans la maison de Wilhelm Schrei, ressortissant allemand âgé de 72 ans, à Moo Baan Srisuchat 3, a déclaré le général Rungrote. «Les deux suspects portaient des gants et une cagoule, ce jour là. Avec des armes et un couteau, ils sont entrés par effraction dans la maison et ont agressé la victime, l'obligeant à donner ses biens », a-t-il déclaré. «Mais il y a eu une bagarre et l'Allemand a été blessé. Les malfrats ont ensuite attendu que l'épouse, Mme Juthaporn Chudam, revienne à la maison. "Ils ont forcé Mme Juthaporn à remettre des biens, à savoir des cartes ATM et les codes permettant de retirer de l'argent, avant de s'échapper", a-t-il ajouté. Le général Rungrote a expliqué que Mme Juthaporn avait été contrainte de remettre environ 2 000 thb en espèces. Toutefois, les criminels n'ont pas pu retirer plus de 5 100 thb des comptes, le reste de l’argent ayant déjà été transféré. Le Gén Rungroj a souligné: «La victime est un étranger retraité à Phuket. Après s'être battu avec des criminels, il a été légèrement blessé et a été admis à l'hôpital. Le général Rungrote a également déclaré: «Le jour de l'incident, la victime a transféré de l'argent sur un autre compte, ainsi les bandits se sont retrouvés avec une carte ATM d'un compte vide." Les deux hommes, arrêtés en vertu de mandats délivrés par la Cour provinciale de Phuket, font maintenant l'objet d'accusations de vol commis avec violence, causant des blessures, et port d'armes dans un lieu public, a ajouté le Gen Rungrote. "La motivation pour le crime était que les types sont au chômage. Ils sont primo-délinquants", a-t-il déclaré. «L'un des suspects était un barman à Patong, mais le bar a fermé, le laissant sans travail, et l'autre était un agent de sécurité. Son contrat a pris fin et se retrouve au chômage », a-t-il ajouté. «Le commandant de la police de la région 8 a ordonné l'arrestation des auteurs de ce crime dès que possible car Phuket est une province touristique importante. Nous devons empêcher de tels événements dans les zones touristiques », a déclaré le général Rungrote. https://forum.thaivisa.com/topic/1133729-jobless-patong-bartender-security-guard-arrested-for-house-robbery-attack-on-german-expat/
  13. L’immigration thaïlandaise a annoncé l’arrestation d’un Thaïlandais âgé de 25 ans qui agissait en tant qu’agent fournissant de faux documents aux étrangers. Un panneau au siège de l'immigration a expliqué comment Anan fournissait de faux rapports de 90 jours. L'affaire a été mise au jour après qu'un ressortissant du Myanmar a présenté, de bonne foi, un document qui n'était pas dans le système lorsqu'il est allé faire un rapport de 90 jours en juillet. Il a admis qu'avant, pour gagner du temps et ne pas prendre de congé, un ami lui avait conseillé de faire appel à un agent. Cela a conduit à la délivrance d'un mandat et à l'arrestation de cet "agent" Anan à l'aéroport de Suvarnabhumi. Une perquisition de son appartement Soi On Nut 53 a permis de trouver huit éléments de preuve, dont des faux tampons. Il a admis avoir facturé 60 bahts pour des rapports de 90 jours et 300 bahts pour des rapports en retard. Depuis juin, il a eu entre 300 et 400 clients. Cette histoire s'écarte de celles habituellement rapportées par Naew Na à propos d'étrangers qui enfreignent la loi. https://forum.thaivisa.com/topic/1133748-boot-on-the-other-foot-immigration-announce-thai-tricking-foreigners/ A l'évidence, il ne faut jamais passer par un agent pour effectuer des formalités. Non seulement, ce n'est pas gratuit mais c'est dangereux pour vous. Par ailleurs, effectuer un rapport de 90 jours en retard coûte 2000 bahts mais il est très possible que pour les migrants des pays voisins, les amendes soient moins élevées.
  14. suite de cette affaire Le DSI insiste sur le fait que Billy n'a jamais été libéré après son arrestation Le colonel Paisit Wongmuang, chef du Département des enquêtes spéciales (DSI), a déclaré mardi que l'activiste des droits des Karen, Porlajee "Billy" Rakchongcharoen, n'avait jamais été libéré après son arrestation, comme le prétendaient ceux qui l'avaient appréhendé. Aucune preuve officielle ne prouvant qu'il avait été libéré ne peut être trouvé. Il a insisté sur le fait qu'il avait de solides arguments contre M. Chaiwat Limlikhit-Akson, ancien chef du parc national de Kaeng Krachan dans la province de Phetchaburi, et contre Boontaen Busarakham, Thanaseth Chaemthet et Krisanapong Chitthet, citant des preuves médico-légales, des images de systèmes de vidéosurveillance, des enregistrements de communication et des informations recueillies en plus des témoignages de plus de 100 témoins. Il a déclaré que les résultats de l'enquête DSI étaient conformes aux conclusions initiales de la Commission anti-corruption, qui avait montré que Chaiwat et ses hommes avaient arrêté Billy, mais rien ne prouvait qu'il avait été relâché par la suite ", ce qui est une question importante. ”. Le chef de la DSI a révélé que des responsables du parc, dirigés par Chaiwat, étaient en conflits avec des membres de la tribu Karen vivant dans le parc, ce qui avait entraîné la mort de certains de leurs dirigeants et l'incendie de maisons. Une affaire d'incendie criminel, dont les coupables se seraient trouvés au sein du Département des parcs nationaux, a été portée devant le tribunal administratif, puis devant la Cour administrative suprême, qui a condamné le département à indemniser les Karens touchés par ses actes. Pol Col Paisit a également démenti catégoriquement une allégation selon laquelle la DSI aurait intimidé Chaiwat et ses hommes, ajoutant que la DSI n’avait pas encore conclu qu’il n’y avait pas d’autre personne impliquée dans la disparition et le meurtre de ce militant. https://www.thaipbsworld.com/dsi-insists-billy-was-never-released-following-his-arrest/ Par ailleurs, L'ancien directeur du parc national de Kaeng Krachan, Chaiwat Limlikhitaksorn, et trois «complices» se sont rendus au Département des enquêtes spéciales (DSI) mardi 12 novembre dans l'affaire du meurtre de l'activiste Karen Porlajee "Billy" Rakchongroroen . Billy a été vu pour la dernière fois dans parc national de Kaeng Krachan, Phetchaburi, le 17 avril 2014, lorsqu'il a été appréhendé par Chaiwat et trois de ses hommes pour avoir prétendument collecté du miel d'abeilles sauvages illégalement. Un morceau de crâne prouvé appartenir à Billy a été retrouvé dans un baril de pétrole près du barrage de Kaeng Krachan en avril 2019, ce qui a entraîné la délivrance de mandats d'arrêt à l'encontre des quatre. Hier, Les quatre hommes ont immédiatement été conduits dans la salle d’enquête de la DSI après leur arrivée. Avant de rencontrer l'enquêteur, Chaiwat a déclaré à la presse que ses hommes et lui allaient combattre l'accusation dans l'affaire du meurtre et qu'ils n'avaient aucune intention de prendre la fuite. «Je suis un fonctionnaire du gouvernement qui consacre ma vie à la protection du parc national», a-t-il déclaré. «Cependant, cette allégation a terni mon nom et a sérieusement affecté ma famille, alors que les médias ont fait de moi un méchant sur les réseaux sociaux. Par conséquent, je me battrai contre tous ceux qui m'accusent, peu importe qui ils sont. " https://forum.thaivisa.com/topic/1133454-dsi-to-request-arrest-warrant-for-suspects-in-billy’s-murder/?tab=comments#comment-14756020 Chaiwat
  15. Le gouverneur de Bangkok, le général Pol Aswin Kwanmuang, a donné des détails à la presse après le nettoyage effectué par son personnel dans trente quartiers de la capitale où Loy Krathong a été autorisé. Il a dit qu'il y avait moins de déchets cette année et que davantage de produits naturels avaient été utilisés pour fabriquer les krathongs. Mais il restait encore une montagne de plastique à récupérer, hors krathongs. À 6 heures du matin hier, les agents de nettoyage municipaux avaient récupéré 502 024 krathongs, dont 96,3% étaient fabriqués à partir de matériaux naturels et biodégradables. Quelque 18 760 krathongs, soit 3,7%, étaient en polystyrène expansé. L'année dernière, 841 000 krathongs ont été récupérés. Cette année, il y en a eu plus de 40% en moins à collecter. L'utilisation de matériaux naturels a augmenté de 94,7% l'an dernier à 96,3 % cette année, a déclaré le général. La proportion de polystyrène a diminué de 5,3% à 3,7 %. Un journaliste de Thaivisa qui a assisté à Loy Krathong à l'Université Kasetsart, dans le nord de Bangkok, a indiqué que la grande majorité des krathongs flottant dans le grand lac étaient fabriqués à partir de produits naturels et de pain. Tous les observateurs, comme Thaivisa en français ont constaté la même tendance en faveur du pain. Les Thaïlandais ont interrogé les vendeurs sur leurs produits et se félicitaient du respect de l'environnement. Cependant, si les krathongs étaient bio, l'environnement restait sale. Après la soirée, Il restait des montagnes d'ordures partout autour des plans d'eau. Les poubelles toujours en nombre insuffisant débordaient et contenaient des sacs en plastique utilisés pour transporter de la nourriture et des gobelets en plastique, des pailles en plastique et des bouteilles en plastique. Comme il n'y avait que très peu de poubelles, de nombreuses personnes avaient décidé de laisser leurs objets en plastique n'importe où sur le campus (de Kaset en l’occurrence). Thaivisa note que ce ne sont pas seulement les Krathongs eux-mêmes qui représentent le plus de déchets après un tel événement. https://forum.thaivisa.com/topic/1133611-loy-krathong-clean-up-less-trash-more-natural-stuff-says-governor-but-plastic-still-everywhere/
  16. Deux restaurants de cuisine traditionnelle thaï ont décroché deux étoiles Michelin, une première pour la gastronomie de ce pays asiatique réputée dans le monde entier. Sorn et R-Haan, situés à Bangkok, ont remporté le précieux sésame dans la troisième édition du Michelin en Thaïlande, dévoilée mardi dans la capitale thaïlandaise. C'est la première fois dans l'histoire du guide que des établissements proposant de la gastronomie thaï rejoignent le club fermé des deux étoiles. Dirigé par deux jeunes chefs, Sorn célèbre les techniques et les recettes traditionnelles du sud du pays, où il s'approvisionne auprès d'un réseau de petits producteurs. Aux commandes de R-Haan, le chef Chumpol propose de son côté une cuisine inspirée de la tradition royale à base de produits venus de toutes les régions du royaume. Aucun établissement n'a décroché de trois étoiles dans cette édition 2020, mais trois autres en conservent deux: les restaurants français le Normandie et Mezzaluna, ainsi que celui des frères jumeaux allemands Sühring. Cette année, dix-neuf établissements ont reçu des étoiles dans le pays, et Chiang Mai, la grande ville du nord, a été intégrée dans la sélection, qui montre "la riche diversité de la Thaïlande et la haute qualité des produits locaux", a commenté Gwendal Poullennec, directeur international des guides Michelin. Michelin couvre en Asie Tokyo, Hong Kong et Macao, Shanghai, Séoul, Singapour, Taïwan et Bangkok. Malgré les critiques et les polémiques dont il fait régulièrement l'objet, le guide rouge, créé en 1900, reste une référence dans le monde de la gastronomie. Sur environ 20.000 restaurants listés dans le monde, seuls une centaine ont obtenu la distinction suprême des "trois étoiles". https://www.lalibre.be/economie/entreprises-startup/la-gastronomie-thai-decroche-deux-etoiles-au-michelin-une-premiere-5dca7c87f20d5a0c46c43bcd R Haan
  17. Des projets sont en cours pour transformer la ville endormie de Hua Hin en une plaque tournante du tourisme international et national. Le ministère des Transports a approuvé l'idée de construire un nouveau terminal aéroportuaire, pour doubler le nombre d'avions pouvant atterrir et tripler le nombre de passagers pouvant être gérés par l'aéroport. Un politicien local a présenté au gouverneur de la province de Prajuab Khiri Khan des demandes de relance touristique et économique, dont la transformation de l'aéroport en une installation entièrement internationale. Hua Hin pourrait ainsi devenir le centre de la "Riviera thaïlandaise" tant vantée par les autorités. Hier, le vice-ministre des Transports, Athirat Rattanaset, s'est rendu dans la ville située à environ 220 km au sud de Bangkok. Il a rencontré tous les personnages importants de la zone. Le ministre a décrit les plans du Département des Aéroports (de Thaïlande) pour améliorer les installations avec un achèvement prévu en 2022. À l’heure actuelle, la piste a une longueur de 2 100 mètres - elle sera prolongée de 45 mètres. Le parc de stationnement pour avions sera considérablement élargi à partir de sa superficie actuelle de 160 x 80 m. À l'heure actuelle, deux B 737 peuvent se garer. Une fois les améliorations apportées, cinq B 737 pourront stationner à la fois. Un nouveau terminal sera construit. La structure actuelle ne peut traiter que 300 passagers par heure, on passera à 900 personnes à l'heure. Le sous-ministre a déclaré que si les plans devenaient une réalité, l'aéroport serait en mesure de gérer beaucoup plus de vols et deviendrait une importante infrastructure du tourisme national et international. Cette visite intervient après qu'un membre du parti Palang Pracharat (Prayut) a présenté au gouverneur de Prajuab des propositions visant à stimuler le tourisme et l'économie dans la province. Cela passe par un aéroport vraiment international. À l'heure actuelle, il n'y a qu'un vol, quatre fois par semaine entre Hua Hin et la Malaisie. Thaivisa note que tout ceci fait probablement partie des mesures visant à développer l'ensemble de la région allant de Hua Hin jusqu'à Chumphon en "Riviera thaïlandaise" - une alternative aux zones touristiques plus établies telles que Phuket au sud et Pattaya sur le littoral oriental. Thaivisa en français note que les autorités cherchent par tous les moyens à désengorger les aéroports de Bangkok, surchargés. https://forum.thaivisa.com/topic/1133532-hua-hin-new-airport-terminal-more-flights-treble-air-passengers-in-massive-tourism-expansion/
  18. Une jeune fille de 14 ans a été tuée par balle à Nakhon Si Thammarat au cours d’une dispute entre deux hommes adultes au sujet d’une boisson sans alcool. Le père de la fille, Wichai Yisoonsaem, s’est mis en colère lorsque son voisin, Anusak Daengdet, âgé de 27 ans, s’est servi une boisson non alcoolisée (sous entendu dans le réfrigérateur de Wichai), et l'a donnée à boire au chien de la famille. Un média rapporte que M. Wichai a donné un coup de pied à M. Anusak à la suite de l'incident. Les hommes auraient été de bons voisins qui ne se seraient jamais fâchés auparavant, mais plus tard dans la soirée, M. Anusak, en colère, a commencé à tirer des coups de feu dans la maison de Wichai. M. Wichai était à la maison en train de regarder la télévision avec sa fille Sasiprapha Yisoonsaem, âgée de 14 ans, lorsque plusieurs coups de feu ont été tirés sur la propriété. La jeune fille a été touchée à la tête et est décédée le lendemain. Anusak était avec quatre autres hommes quand il a commencé à tirer sur la maison. Watchara Wannamas, âgé de 26 ans, a été arrêté tout comme Anusak alors que trois autres sont toujours en fuite. Anusak a déclaré regretter d'avoir tué la jeune fille mais affirme qu'il était incapable de se contrôler (à ce moment-là). https://thethaiger.com/news/south/argument-over-soft-drink-ends-in-death-of-14-year-old-girl
  19. PHANG NGA: Un Thaïlandais âgé de 30 ans fait face à une accusation de conduite imprudente ayant causé la mort après que sa moto a percuté une Suédoise traversant la route de Khao Lak, au nord de Phuket, samedi soir (9 novembre). L’accident s’est produit vers 19 heures, a déclaré le chef de la police de Khao Lak, Suwat Kaewprom, au Phuket News. La touriste suédoise âgée de 64 ans et originaire d'Enskede, près de Stockholm, a été percutée par un scooter Honda Fino alors qu'elle traversait Phetkasem Rd, à l'extrémité sud de la plage, a expliqué le Col Suwat. La femme a subi de graves blessures à la tête et a été transportée à l'hôpital de Takaupa. "Elle est décédée à 22h55 ce soir-là", a déclaré le Col Suwat. Le conducteur de la moto, Tossapon Phusakun, 30 ans, a été blessé à la clavicule, à la tête et au corps, a noté le col Suwat. "Il est toujours à l'hôpital Takaupa", a-t-il déclaré ce matin (12 novembre). "Il n'était pas ivre, comme l'a confirmé un test sanguin effectué à l'hôpital", a déclaré le Col Suwat. «Il ne peut pas être interrogé pour le moment. Je dois attendre que son état s'améliore. Je pourrai alors l'interroger », a déclaré le col Suwat. "Il sera accusé de conduite imprudente ayant causé la mort", a confirmé le colonel Suwat. La police de Khao Lak ajoutera des mesures supplémentaires de sécurité routière dans l’espoir de prévenir de tels accidents. «Nous contrôlerons plus rigoureusement la limitation de vitesse », a déclaré le Col Suwat. «Nous voulons avertir les touristes que la route principale traversant Khao Lak est large et mal éclairée. S'il vous plaît soyez prudent lorsque vous traversez la route », a-t-il ajouté. «J'ai informé le gouverneur de Phang Nga, Chamreon Tipayapongthada, de la dangerosité de cette route. "Il dirigera une réunion sur les mesures de sécurité qui pourraient être mises en œuvre vendredi prochain (22 novembre)", a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1133611-loy-krathong-clean-up-less-trash-more-natural-stuff-says-governor-but-plastic-still-everywhere/ Comme en France et dans la plupart des autres pays, les piétons ont TOUJOURS la priorité en Thaïlande, quel que soit l’endroit où ils traversent. Les conducteurs doivent TOUJOURS s'arrêter pour les laisser passer. Il a fallu des décennies pour que les Français le comprennent, il est donc possible que les Thaïlandais respectent un jour cette règle. En attendant, les piétons doivent considérer qu'il sont en très grand danger partout en Thaïlande.
  20. La police de Chantaburi s'est précipitée au tribunal ce mardi 12 novembre à 9 h 05, après avoir été informée d'une fusillade au cours d'une audience. Ils y ont découvert cinq blessés, quatre hommes et une femme, y compris le tireur. Ils ont tous été emmenés à l'hôpital Prapokklao Chanthaburi, où deux des victimes masculines sont décédés. Un autre est mort plus tard. Le porte-parole de la police, Kritsana Pattanacharoen, a déclaré qu'un homme avait tiré sur la partie adverse lors de l'annonce du verdict sur l'héritage d'un domaine familial. Kritsana a déclaré que la police avait arrêté le suspect et enquêterait sur la manière dont il avait réussi à faire entrer le pistolet dans la salle d'audience. Les détails connus plus tard complète très largement ce qu'a raconté Kritsana. Un officier de police à la retraite qui a ouvert le feu dans une salle d'audience de Chanthaburi est décédé mardi après-midi après avoir été abattu par un avocat de la partie adverse, et la police tente de comprendre comment autant d'armes ont pénétré à l'intérieur. L’ancien officier de police Tanin Jantarahip, âgé de 67 ans, est décédé des suites de ses blessures après avoir ouvert le feu avec un pistolet automatique. Le litige qui opposait les deux parties durait depuis 10 ans. «Trois personnes sont décédées jusqu'à présent, dont deux avocats et le tireur. Deux personnes sont toujours dans un état critique », a déclaré le commandant de la police régionale, Jarun Jitjuenjoon. Parmi les victimes figurent Tanin, le policier à la retraite, et son ennemi juré, Bancha Parameesanaporn, un avocat qui avait porté plainte contre Tanin. Un des avocats de Bancha, identifié comme étant Wijai Sookrom, a également été tué. Supaporn Parameesanaporn, épouse de Bancha, ainsi que Wichai Udomthanaphat, un autre avocat représentant Bancha sont dans un état grave. Le major-général Jarun a déclaré que Tanin avait été abattu par un avocat également armé représentant Bancha dans l'affaire contre Tanin. Il n'a pas dit qui était ce second tireur. Interrogé sur les raisons pour lesquelles Tanin et d’autres personnes ont été en mesure d’apporter des armes dans la salle d’audience, Jarun a répondu qu’il ne le savait pas encore, à 15h30. Bancha était un avocat célèbre dont les clients comprenaient des personnalités telles que l'ancien chef de la police nationale et l'ancien Premier ministre Yingluck Shinawatra. Les détails du conflit foncier qui a conduit au bain de sang d’aujourd’hui n’ont pas encore été divulgués. La fusillade de masse a eu lieu peu après 9 heures du matin dans la salle d'audience, où Tanin et les autres parties étaient arrivées pour entendre le dernier jugement dans leur longue bataille juridique. Auparavant, ils se seraient disputés verbalement en arrivant à la salle d'audience provinciale de Chanthaburi. C'est à ce moment-là que Tanin a soudainement sorti un pistolet et tiré sur ses adversaires Mais visiblement la partie adverse a aussi dégainé et Tanin est mort. Les photos (non publiées ici) de la salle d'audience montrent des corps empilés les uns sur les autres. Une image montre un homme allongé dans une mare de sang sous un bureau. https://forum.thaivisa.com/topic/1133568-two-dead-in-courtroom-shooting-in-chantaburi/
  21. Selon le ministère de l'Industrie, 1 339 usines employant 34 569 personnes et représentant un investissement total d'environ 56,9 milliards de Bt, ont été en vente ou en faillite depuis le début de l’année. Les usines ont été classées en 21 catégories comprenant le traitement des récoltes, les aliments, les boissons, les vêtements, le travail du bois, le papier, les produits chimiques, les machines, les appareils électroniques et les automobiles. Les entrepreneurs craignent que la situation économique difficile de la Thaïlande en 2019 ne perdure en 2020. Le directeur général de Thai Plastic Industrial, Teerachai Teerarujinon, a déclaré que l'avenir de l'industrie était incertain et que le risque était encore élevé. La Thaïlande s’inquiète d'un possible retour dans leurs pays des trois millions de migrants qui font tourner l'économie. https://forum.thaivisa.com/topic/1133479-over-1300-factories-were-up-for-sale-or-out-of-business-in-first-10-months-of-2019/ Cet article du Nation n'est pas assez précis pour s'alarmer. On ne sait pas combien d'usines ont ouvert pendant le même temps. Par ailleurs, 35 000 pertes d'emploi c'est un chiffre ridiculement bas alors que 3 millions d'emplois actuellement occupés par des migrants pourraient l'être par des Thaïlandais. Hier à Kanchanaburi, le ministre du travail, Chatu Mongol Sonakul , a confirmé que le chômage des Thaïlandais ne dépassait pas 1 %. Il a aussi affirmé que le salaire minimum ne devait pas être augmenté car il était à un bon niveau. Le parti issu de la junte a fait un bon résultat aux élections sur la promesse d'un salaire minimum à 400 bahts.
  22. Le nombre de touristes thaïlandais et étrangers s'étant rendu à Chiang Mai depuis le 1er janvier 2019 est resté inchangé, tandis que le nombre d'hôtels est passé de 2 200 / 2 300 en 2017 à 4 000, offrant 10 000 chambres de plus pour un total de 60 000, a déclaré La-Iad Bungsrithong, président de la Northern Thai Hotel Association. La plupart des nouveaux hôtels sont de petits locaux situés dans la vieille ville et sur Nimmanhemin Road. Ils utilisent des plateformes en ligne telles que Airbnb pour promouvoir un hébergement de courte durée. Ils ont entraîné une augmentation des dépenses touristiques dans le segment premier prix du marché. Onze millions de touristes thaïlandais et étrangers devraient se rendre à Chiang Mai cette année, soit une augmentation de 4% par rapport aux 10,5 millions enregistrés l’an dernier, les étrangers représentant 60% du total. Les touristes en provenance de Chine continentale représentent jusqu'à présent 30% des visiteurs étrangers dans la province. En ce qui concerne les touristes thaïlandais, les réservations d’hôtels restent timides en raison du ralentissement économique et du renforcement du baht, ce qui pousse les Thaïlandais à se rendre à l’étranger dans des pays tels que la Corée du Sud et le Japon, qui deviennent moins chers que par le passé. Pour le festival Loy Krathong, un événement majeur à Chiang Mai, les réservations d’hôtel ont augmenté seulement le jour de Loy Krathong (le 11 novembre), alors que l'an passé les réservations avaient augmenté durant 3 jours. https://forum.thaivisa.com/topic/1133456-flat-growth-in-tourist-arrivals-to-chiang-mai/
  23. Au milieu du défaitisme ambiant, le conseiller consulaire, M Bauchet prend le problème par le bon bout. Thaivisa en français le soutien dans cette démarche. PROTECTION ET ACTION SOCIALE Information importante concernant la CFE et le Visa O-A Lors du dernier Conseil Consulaire en format Protection et Action Sociale, CCPAS, j’avais demandé et obtenu de Madame la Consule de mettre à l’ordre du jour la question de la CFE et de l’assurance médicale désormais exigée pour obtenir un visa OA. Le Conseil Consulaire a adopté à l’unanimité ma proposition d’intervenir auprès de notre caisse d’assurance maladie pour qu’une délégation de la CFE se déplace de Paris à Bangkok pour discuter avec les autorités thaïlandaises. Trois actions sont nécessaires pour que cette visite atteigne son objectif : - La CFE doit tout d’abord s’appuyer sur l’expérience de français établis en Thaïlande, et notamment de médecins qui travaillent avec les hôpitaux et les compagnies d’assurances établies en Thaïlande ainsi qu’auprès des français qui travaillent avec les services de l’immigration en Thaïlande. - La CFE doit être en capacité au Ministère de la Santé ainsi qu’aux services de l’Immigration de prouver que l’assurance médicale de la CFE couvre les conditions requises, à savoir 40 000 bahts pour les soins ambulatoires 400 000 bahts pour l’hospitalisation - La CFE doit aussi se rendre auprès de l’Association des Assurances thaïlandaises, TGIA sur le Soi 64/1 de Sukhumvit, pour présenter et expliquer l’originalité de la CFE par rapport aux modes de remboursement plus traditionnels des autres compagnies d’assurance. Là, elle pourrait trouver un partenaire local pour être reconnue comme établissement ayant une base dans le royaume. Je reviendrai sur cette question très prochainement lors de ma prochaine lettre. A votre disposition pour toute question par mail [email protected] ou par téléphone au 08 1 844 77 47
  24. agence gouvernementale BANGKOK (NNT) - À Pak Khlong Talat, les vendeurs ont commencé à vendre des matériaux adaptés à la fabrication des Krathong. Cette année, l'accent est mis sur des matériaux respectueux de l'environnement. Les matériaux populaires comprennent les troncs et les feuilles de bananier, divers types de fleurs ainsi que des bâtons d'encens et des bougies. Les Krathongs sont vendus à des prix allant de 10 à 1 000 bahts. Ils sont fabriqués à partir de pain, de feuilles de palmier, de maïs, de jacinthe d’eau etc. Les vendeurs fabriquent également des Krathong à la demande des clients. Leur prix est fonction de leur beauté et de leur taille. Les "vaisseaux" prêts à l'emploi populaires sont fabriqués à partir de matériaux naturels qui se dégradent facilement après l'événement. Les plus populaires représentent des personnages de dessins animés. Les vendeurs ont déclaré que chaque pièce était faite d’un matériau respectueux de l’environnement afin de créer un nouvel environnement du festival de Loy Krathong, exempt de styromousse, avec la plus petite quantité de déchets possible. Les personnes qui achètent des matériaux pour fabriquer les Krathong eux-mêmes déclarent cette année qu’elles s’attachent à les fabriquer en matériaux naturels facilement dégradables, conformément à la politique du gouvernement, et en utilisant un seul Krathong par famille ce qui permettra de réduire le problème des déchets obstruant les voies navigables. https://forum.thaivisa.com/topic/1133401-krathong-baskets-made-from-environmentally-friendly-materials-popular-this-year/
  25. PHUKET: La police a arrêté quatre suspects pour avoir exploité des enfants, certains âgés de 10 ans. Ils devaient travailler toute la nuit à vendre du lait de coco dans des bars et des restaurants. Sinon, ils se faisaient tabasser. Le lieutenant-général Jaruwat Waisaya, de la police thaïlandaise, s'est rendu à Phuket pour annoncer les arrestations lors d'une conférence de presse tenue au poste de police de Patong le 10 novembre. Le Gén Jaruwat a désigné les quatre suspects arrêtés sous les noms de M. Wanthakan Aramsri, Mme Khemika Upakarnkaew, M. Pornthep Upakarnkaew et M. Vachira Poonchuay. Tous les quatre ont été arrêtés chez eux à Nakhon Sri Thammarat (province la plus violente du pays). Les quatre arrestations ont été effectuées en vertu de mandats d'arrêt délivrés par la Cour provinciale de Phuket. L’opération a été portée à l’attention des autorités lorsque le 28 octobre, le général Palad de Phuket et son adjoint ont vu des enfants de 10 à 13 ans porter et vendre du lait de noix de coco dans un lieu nocturne, a expliqué le Gén Jaruwat. Les enfants étaient maigres et vêtus de haillons. Les policiers ont demandé aux enfants pourquoi ils n'allaient à l'école. Ils ont répondu qu'ils étaient obligés de vendre du lait de coco. Les enfants ont expliqué que s'ils ne le faisaient pas, ils seraient battus, a ajouté le général. «Cette nouvelle a fait la une, et le Premier ministre Prayut Chan-ocha et le Vice-Premier ministre, le général Prawit Wonguwan, s'y sont intéressés. Des officiers supérieurs ont été envoyés de Bangkok pour mener l'enquête », a expliqué le général Jaruwat. Il en a résulté l'arrestation de quatre suspects pour trafic d'êtres humains et exploitation d'enfants de moins de 15 ans. "Actuellement, la police est en train de ramener les suspects pour une procédure judiciaire à Phuket", a-t-il déclaré. «Ce genre de trafic ne peut être toléré. Nous allons poursuivre jusqu'à au bout », a déclaré aujourd'hui le général Jaruwat. «Ces enfants ont été forcés de travailler plus de 10 heures par jour et parfois, ils sont giflés et battus», a-t-il déclaré. «Certains de ces enfants devaient porter jusqu'à 10 noix de coco à la fois. Ils devaient gagner 400 bahts par jour. S'ils revenaient tard ou étaient incapables de vendre, ils étaient punis », a-t-il ajouté. Le Gén Jaruwat a conclu la conférence de presse avec un ordre direct pour la police locale. «Les gangs de trafic d'enfants à Phuket doivent être éradiqués d'ici un à deux jours. », a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1133344-phuket-child-hawking-gang-busted-for-human-trafficking-child-exploitation/