Aller au contenu
BANGKOK 23 February 2019 18:02

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    13 551
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    34

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. La marijuana, ou «ganja», comme on l'appelle en Thaïlande, peut désormais être cultivée légalement et utilisée dans des applications médicales et scientifiques avec le consentement des autorités concernées. La loi sur les stupéfiants B.E. 2562, qui vise à modifier des dispositions de la loi sur les stupéfiants de 1979 afin de permettre l'utilisation de la marijuana pour le traitement de patients, les études, la recherche et le développement ainsi que pour des utilisations agricoles, commerciales et industrielles à des fins médicales, a été publié dans le Gazette royale. Cependant, l'usage légal de la marijuana sera placé sous le contrôle d'un comité dirigé par le secrétaire permanent à l'agriculture et composé de responsables de plusieurs départements médicaux, industriels, etc. La loi autorise également l'utilisation légale du «kanchong», ou chanvre, avec le consentement du comité. La loi permet maintenant d'importer et d'exporter de la marijuana en quantités suffisantes. Un traitement médical est désormais possible, mais une ordonnance doit être délivré par un médecin agréé. Toutefois, l'importation ou l'exportation de plus de 10 kg de marijuana n'est pas autorisée, car cela sera considéré comme un trafic de stupéfiants. C'est la première fois en Thaïlande que la marijuana peut être utilisée légalement à des fins médicales ou scientifiques, en dépit du fait que la plante possède depuis longtemps des qualités médicinales. L'utilisation contrôlée de la marijuana à des fins médicales et scientifiques est considérée comme une étape initiale qui conduira à une utilisation plus large et à d'autres fins. Le parti thaïlandais Bhumjai a utilisé le débat sur la marijuana comme stratégie principale de sa campagne, promettant une utilisation légale plus facile et diversifiée. https://forum.thaivisa.com/topic/1085164-law-to-legalize-marijuana-for-medical-purposes-takes-effect/
  2. Texte rédigée par la députée Mme Genetet J’ai récemment porté en hémicycle une réforme qui concerne particulièrement les Français à l’étranger et la mobilité internationale, celle de la Caisse des Français de l’étranger (CFE). Cette réforme consensuelle a été votée à l’unanimité des groupes politiques aussi bien au Sénat qu’à l’Assemblée Nationale. C’est assez rare pour être souligné car elle permet la pérennité d’un organisme essentiel pour nombre d’entre vous ! La CFE : un organisme de protection sociale Il s’agit d’un organisme privé poursuivant une mission de service public. Il se finance lui-même et ne peut en aucun cas refuser à un Français de s’affilier. La CFE permet également à ses affiliés de faire le lien avec le système de sécurité sociale français en cas de retour en France. Créée initialement pour accompagner les expatriés de grandes entreprises françaises dans leur mobilité, la CFE ne s’était pas adaptée aux nouvelles formes de mobilités internationales, particulièrement le fait que les Français vivant à l’étranger partent de moins en moins dans le cadre d’une expatriation. Nous comptons de plus en plus d’étudiants, de retraités, d’entrepreneurs, de travailleurs indépendants, ou de salariés employés en contrat local. Une caisse peu attractive Cotiser à la CFE n’est en rien obligatoire. Beaucoup de Français vivant à l’étranger (notamment en Europe) sont affiliés au régime de retraite et de sécurité sociale du pays dans lequel ils vivent et travaillent. D’autres encore, souscrivent à une assurance privée, parfois moins chère qu’une affiliation à la CFE. Certains ne sont pas couverts par aucun organisme. Or, la CFE n’était pas attractive pour beaucoup de Français, notamment pour les jeunes. D’une part par son prix mais aussi pour la complexité de son offre, comprenant plus de 600 tarifs différents ! Une nouvelle offre plus claire Pour gagner en attractivité, la réforme de la CFE propose une offre plus juste, plus lisible et plus souple. La condition de nationalité française pour l’adhésion a été supprimée, afin d’attirer de nouveaux clients. La caisse passe d’une logique de catégories d’adhérents (salariés, travailleurs indépendants, pensionnés, étudiants, chômeurs…) à une logique de risques couverts (maladie-maternité, invalidité, accidents du travail et maladies professionnelles). Un nouveau régime de cotisation simplifiée est mis en place. A partir de 2019, les tarifs seront basés sur deux critères principaux : l’âge (réparti en huit tranches) et la composition de la famille. Il sera possible de contracter des contrats individuels ou pour toute la famille de l’adhérent. » Depuis le 8 janvier 2019, la CFE commercialise quatre produits à destination des particuliers : A partir de 71 € par mois – MondExpat Santé couvre tous les frais de santé des expatriés de plus de 30 ans qui vivent et travaillent à l’étranger et de leurs ayants droit partout dans le monde y compris en France ; A partir de 30 € par mois – JeunExpat Santé en est la déclinaison pour les moins de 30 ans ; A partir de 121 € par mois – RetraitExpat Santé couvre tous les frais de santé, à l’étranger, des retraités du système de retraite français expatriés dont les soins en France sont pris en charge par la Sécurité sociale, ainsi que de leurs ayants droits ; A partir de 20 € par mois – FrancExpat Santé couvre tous les frais de santé, réalisés uniquement en France, lors de séjours temporaires, des expatriés. Pour les personnes déjà affiliées à la CFE, elles ne subiront pas de changement à compter du 1er avril : Si le nouveau tarif est inférieur au tarif pratiqué antérieurement, elles bénéficieront du nouveau tarif ; Si le nouveau tarif est supérieur au tarif pratiqué antérieurement, ce dernier sera majoré de 5% maximun, sans pouvoir excéder le nouveau tarif applicable ; Les retraites au forfait pourront demander à bénéficier de la catégorie aidée. Si leur dossier est validé avant fin 2019, un avoir de la différence entre le tarif actuel majoré de 5% et 201€ leur sera accordée sur la cotisation du 1er trimestre 2020. Les personnes déjà affiliées devraient prochainement être informés de ces évolutions par un courrier qui leur sera adressé le 28 janvier. À compter de cette date, une plateforme téléphonique de renseignement sera activée. De nouveaux droits La nouvelle CFE offrira également de nouveaux droits à ses adhérents dès cette année : La rétroactivité des cotisations, due en cas d’adhésion tardive après le départ de France est définitivement supprimée ; L’option « Soin France » couvrant les soins en France de 3 à 6 mois sera désormais incluse dans le tarif de base; Les conjoints actifs, Français ou non, pourront être couverts dans le cadre d’un contrat famille. Garantir la pérennité de la CFE En 2016, 183 467 personnes avaient souscrits à la CFE au titre de la maladie ou maternité, 46 958 au titre de la vieillesse et 38 369 au titre des accidents du travail – maladies professionnelles. Elle couvrait 43 000 salariés par l’intermédiaire de 5 000 entreprises. C’est très peu comparé à de grands assureurs privés qui entrent en concurrence avec la CFE. Si la CFE doit se rendre attractive, c’est qu’elle est financièrement autonome. Jusqu’ici réservée à une population uniquement française (et vieillissante), sa survie était menacée. L’objectif de cette réforme est d’attirer vers la CFE un maximum de clients de tous âges afin de garantir sa pérennité financière et la solidarité entre ses membres. Du nouveau dans la gestion de la CFE Autre point important de la réforme : la refonte de la gestion de la Caisse des Français de l’Étranger. Les Chambres de Commerce seront désormais représentées au conseil d’administration de la CFE. La base électorale des représentants s’élargit et est désormais ouverte à l’ensemble des conseillers consulaires et des délégués consulaires. La parité est également instituée dans la constitution des listes de candidature à l’élection des représentants des assurés. Retrouvez toutes les informations sur la Caisse des Français de l’étranger : https://www.cfe.fr/ https://annegenetet.fr/reforme-de-la-cfe-assurer-la-perennite-de-la-caisse/
  3. Un Slovène de 54 ans résidant à Kalasin, s'est retrouvé en difficulté avec les autorités ce week-end pour avoir découpé huit affiches électorales. La raison ? sa petite amie thaïlandaise a manqué leur rendez-vous pour la Saint-Valentin, au cours duquel il avait prévu de la demander en mariage. Ce soir là, elle était occupée à faire campagne. Le suspect Zvonimir Nard (orthographe non officielle) a été arrêté dans un appartement après que des images de vidéosurveillance du Soi Pimpanit Pattana ont capturé un étranger à moto qui lui ressemblait en train de détruire une affiche électorale dans la nuit du 16 février. Après son arrestation, au cours de laquelle la police a confisqué le couteau qu'il avait utilisé lors des actes de vandalisme, le Slovène a avoué qu'il avait utilisé un couteau pour détruire huit affiches du candidat du parti Palang Pracharath de la circonscription de Kalasin, Chalong Maralert, dont une affiche sur laquelle Chalong est photographié avec le général Prayut Chan-o-cha. Le front du premier ministre dans l’affiche est également troué, comme par une blessure par balle, mais il s’est avéré que cela avait été causé par une pierre lancée sur l’affiche. Le suspect a déclaré qu’il était en colère parce que sa petite amie, qui fait partie de l’équipe de campagne de Chalong, était occupée à travailler pendant la Saint-Valentin et a donc manqué le rendez-vous avec lui. Il était particulièrement enragé car il avait prévu de lui offrir un cadeau et de lui demander de l'épouser pendant le dîner. Samedi, après avoir tenté en vain de la contacter par téléphone, il s'est saoulé et a décidé de partir à moto pour détruire les affiches, afin de soulager sa colère. L’homme a initialement été accusé d’avoir endommagé une "propriété", mais lorsque le candidat a abandonné la plainte, la police lui a donné un avertissement et l’a libéré. Lors de la conférence de presse, le Slovène est arrivé avec une guirlande de fleurs pour présenter ses excuses à Chalong, qui a ensuite affirmé qu'il avait pardonné à l'étranger. https://forum.thaivisa.com/topic/1085042-slovenian-finds-himself-in-hot-water-after-girlfriend-puts-politics-before-romance/ L'histoire est idiote mais permet de rappeler que les étrangers ne doivent pas interférer dans la politique thaïlandaise. Les médias en Thaïlande (comme nous) s'autocensurent et ne critiquent jamais l'armée. Si vous voulez de vraies analyses, il faut lire par exemple Channel News Asia (pourtant média d'un pays aussi peu libre que la Thaïlande : Singapour) qui a publié un article puissant ce matin. Il vaut mieux ne pas parler de politique avec les Thaïlandais car le pays est terriblement divisé et vous pourriez critiqué le parti favori de votre interlocuteur et, surtout, sans le savoir, commettre un crime de lèse-majesté.
  4. Les médecins de Nong Bua Lamphu, dans le nord-est de la Thaïlande, ont averti les habitants de ne pas manger de cigales crues. Ils ont dit que de tels insectes devraient toujours être cuits. Neuf villageois ont été hospitalisés pour des douleurs à l'estomac, des vomissements et de la diarrhée après avoir mangé les insectes crus dans les plats locaux tels que le "laab" et le "koy". Le Dr Surapong Padungwiang a déclaré que des toxicologues étaient en train d'analyser des échantillons de selles et de sang des personnes atteintes. Il a dit que les personnes qui achètent les insectes ne peuvent pas savoir d'où ils viennent. Ils pourraient être contaminés donc devraient toujours être cuits. Daily News est même allé jusqu'à dire que certains des patients ont frôlé la mort après avoir mangé les insectes crus. Pendant ce temps, le directeur du Chaithawat Niamsiri de l'hôpital de Nong Bua Lamphu a été vu en train d'assister à une cérémonie religieuse locale appelée Bun Khao Jee Yai, au cours de laquelle il s'est régalé d'un "laab cigales" - mais elles étaient cuisinées. https://forum.thaivisa.com/topic/1085142-insect-eating-nine-villagers-fall-sick-after-eating-raw-cicadas/
  5. Voici l’histoire d’un expatrié qui vit en Thailande depuis plusieurs années et il y a quelques mois a vu sa vie a basculer. Difficile de comprendre ce traitement pour de la paperasse incorrecte !!! Et en plus sans être ni propriétaire, ni associé, ni actionnaire… Je vis en Thaïlande et y travaille en toute légalité depuis plus de 12 ans. Il y a 4 ans j’ai été recruté et employé légalement pour diriger un petit hôtel de charme à Pattaya. L’hôtel a un total de 19 chambres en location journalière. Le patron de cet hôtel a confirmé que depuis des années, il n'a pas besoin d'avoir une licence d'hôtel en tant que telle, seulement une licence d’appartements à louer. J'ai un permis de travail, un visa et tous les papiers sont à jour depuis le début de cette activité. Le "resort" emploie 4 personnes Thaïlandaises et moi. Cette entreprise a un fonctionnement parfaitement légal depuis de nombreuses années, paye tous ses impôts et redevances requis et est conforme à toutes les autres réglementations dont le propriétaire est responsable. Fin Avril 2018, j’étais assis à la réception de l’hôtel à Pattaya et c’est une douzaine d’agents de la police touristique qui se sont précipités de tous les côtés. Ils attrapaient et touchaient tout, demandant à voir "bayanuyat". J'ai désigné le mur ou les licences sont affichées, celle de l’hôtel avait été renouvelée il y a quelques mois, comme tous les ans. Ils n'ont pas accepté la mienne comme une licence d'hôtel valide. Ils ont commencé à collecter les réservations de sociétés, la liste de prix, les reçus et tout ce qu'ils pouvaient emporter. Sans même pouvoir prendre un sac, j’ai été immédiatement emmené au quartier général de la police touristique, où l’on m'a mis dans une grande salle avec 7 ou 8 autres personnes. J'ai vite appris que c'étaient d'autres propriétaires et directeurs d'hôtels qui avaient été ramassés lors des mêmes raids / inspections. De 10 heures à 20 heures environ, nous y avons été détenus pendant que les officiers remplissaient des papiers, prenaient des photos, des empreintes, etc. Sans pourvoir boire ni se restaurer. En fin de compte, on nous a dit que nous étions tous en état d'arrestation pour avoir exploité illégalement une entreprise et que nous allions maintenant être emmenés au poste de police pour y être accusés. Une fois arrivés au poste de police, nous avons été jetés en prison. Pas seulement dans la salle d'attente mais effectivement enfermés dans les cellules. Le lendemain en fin de matinée, nous avons été emmenés au tribunal pour y être jugé. Le procureur en chef a suggéré que je ne demande pas de traducteur et que je parle directement au tribunal. Seul devant le juge, sans avocat, ni traducteur, on m’a dit que je pouvais rester dans le système et que je devais m’occuper de mettre les papiers de l’hôtel à jour. On m'a ensuite proposé de payer une caution de 40,000 thb et de me présenter au tribunal tous les 6 jours. Je n'ai reçu aucune ordonnance du tribunal et aucun document d'accusation, ni quoi que ce soit. Est-ce que je peux opérer ou non? je ne dois pas accepter les réservations quotidiennes, mais je n'ai pas reçu de document disant quoi que ce soit. Nous avons donc décider de fermer l’hôtel le temps de mettre les papiers a jour, et alors avec notre comptable nous avons chercher un moyen rapide d’obtenir une licence d’hôtel, mais c’est tout simplement impossible, l’hôtel est situé trop près de la route et entouré d'autres bâtiments. En gros, aucune chance de se conformer à la réglementation. 2 jours plus tard, nouvelle visite des autorités (l'armée ?), ils ont exigés ma signature au dos d’un papier vierge avant de le remplir… Je ne sais pas ce qui a été écrit et ils ont refusés de m’en remettre une copie. 3 jours plus tard, la veille de me présenter au tribunal (comme prévu tous les 6 jours), a nouveau une quinzaine de type sont arrivés, l’on m’a dit que mon visa avait été annulé, que j’étais en état d’arrestation et que l’on me transférait au IDC (Immigration Detention Center) de Bangkok. J’ai été embarqué sans pouvoir prendre d’effets personnels, amené au bureau de l’immigration de Pattaya, questionné, puis transféré a Bangkok en fourgon de prisonniers grillagé. Au IDC de Bangkok, on m’a fait signer des papiers de force, qui m’accusaient d’être en « Over Stay ». J’ai passé 3 semaines enfermé (c’était un enfer). Mon amie Thaïlandaise s’est débattue et a fait des pieds et des mains, puis elle a réussi à me faire libérer sous caution, la somme de 100 000 thb a été réunie par ses soins (elle a dû vendre son collier d’anniversaire et emprunter le reste de la somme à sa famille et à des amis). Je suis sorti de prison très affaibli, amaigri et malade et j’ai dut me soigner durant plusieurs semaines. L’immigration a gardé mon passeport et nous avons dû faire le trajet Pattaya-Bangkok tous les 10 jours pour remplir des documents et être prit en photo. Cette situation a durée de mai a novembre (6 mois). Avec interdiction de sortir du pays et de travailler. Durant tout ce temps, j’ai vécu avec la peur au ventre et avec un stress énorme. Ma santé générale s’est fortement dégradée et mon moral a été très affecté. J’ai raté des emplois saisonniers qui m’auraient permis de m’en sortir financièrement. Au terme de ces 6 mois, l’immigration m’a rappelé pour m’annoncer que ma libération sous caution venait d’être annulée, j’ai du me rendre à nouveau à l’IDC de Bangkok où l’on m’a de nouveau enfermé en prison. Rapidement on m’a dit que je pouvais récupérer mon passeport et devais quitter la Thaïlande. Je suis donc parti dans mon pays d’origine, puis suis revenu 2 semaines plus tard pour honorer un rendez-vous au bureau du procureur. 3 semaines plus tard, j’ai reçu un appel m’annonçant que j’étais disculpé et non coupable. Mais aucun document officiel ne m’a été envoyé… A ce jour, je ne peux plus travailler en Thaïlande. Je suis ruiné et endetté, j’ai dû me séparer de ma voiture et de mon scooter. J’ai dû quitter mon logement et déscolariser mon fils de son école internationale. Je viens de quitter La Thaïlande et suis retourné vivre et travailler dans mon pays d’origine (ou je n’ai plus rien). J’ai été obligé de laisser en Thaïlande mon fils de 8 ans et mon amie Thaïlandaise, ainsi que sa fille de 12 ans que j’ai adoptée il y a 10 ans. ---------------------------- Compléments : Après quelques mois de travail, nous avions effectivement constatés que la licence ne semblait pas tout a fait adaptée à l’activité. Nous avons plusieurs fois alerté le propriétaire et sa secrétaire Thaïe et associée (tous les 2 vivants en France). La réponse était toujours la même : La licence est bonne, seulement dire en cas de contrôle que nous n’avons que 9 appartements (sur les 19 en location !). Le propriétaire du Resort est arrivé a Pattaya le lendemain de ma 1ere arrestation et a commencé les démarches pour faire une demande de licence adéquate… Le 3 Mai, des autorités militaires sont venues contrôler l’établissement et on demander de déloger les clients et de fermer complètement l’établissement. La veille j’avais déjà mis un panneau « hôtel fermé ». Le 8 Mai a à nouveau débarqué une équipe de l’immigration, Police, City Hall, m’annonçant que mon visa avait été annulé et que je devais les suivre au bureau de l’immigration. Ils ont aussi demandé si le propriétaire était là, mais j’ai dit non ! (j’ai menti pensant qu’il était en meilleure position en étant libre pour démêler cette histoire). Toute cette scène s’est passée en présence de mon fils de 7 ans et aussi la veille de son anniversaire. Dans l’après-midi, j’ai été transféré au IDC de Bangkok et y ai été enfermé 22 jours. Pendant mon ce temps, mon amie Thaï s’est débattue seule pour faire une demande de libération sous caution et pour rassembler la somme demandée. J’ai été libéré sous caution le 30 Mai. En sortant je me suis retrouvé sans emploi, sans logement et sans passeport. Sans emploi car le Resort était fermé et sans logement car j’étais logé dans ce même Resort. Quelques jours après ma sortie, j’ai rencontré mon patron qui revenait de France avec sa secrétaire. Il m’a dit que sa secrétaire Thaïe allait plaider coupable, qu’il ne me laisserait pas tomber, qu’il allait m’aider financièrement, etc, etc… Ensuite, il a refusé de m’avancer le montant versé pour la caution, j’ai dû emprunter à des proches pour la rendre aux "préteurs" de mon amie Thaï. Mon amie et moi avons constaté que nous avions été licenciés le 30 avril (sans aucun préavis), et donc aussi avant mon arrestation et accusation ! Pendant 5 mois j’ai été dans l’attente d’un jugement, avec l’obligation d’aller pointer à l’IDC de Bangkok tous les 10 jours (à mes frais), avec interdiction de sortir du royaume de Thaïlande et de travailler. Le propriétaire de ce Resort ne nous a apporté aucune aide financière et juridique, malgré ses promesses. P.
  6. BURIRAM La police s'est opposée lundi à la libération sous caution d'un Thaïlandais de 30 ans qui aurait ouvert le feu à deux reprises sur un groupe de jeunes, alors qu'il voulait simplement les menacer. Une balle perdue tiré par cet homme a tué une écolière de Mathayom 2 (4e) à Buri Ram, District de Lam Plai Mat samedi après-midi. La police s'est opposé à la libération sous caution de Pichit Maneeterm et a demandé sa détention. Le suspect aurait avoué avoir une arme à feu et des munitions en sa possession sans autorisation et avoir porté une arme à feu dans un lieu public, a déclaré le tribunal. Cependant, Pichit a insisté sur le fait qu'il n'avait pas eu l'intention de se débarrasser de l'arme non enregistrée. Son père lui avait confié cette arme pour menacer ceux qu'il a qualifiés de "rivaux", qui, selon lui, portaient également des armes à feu. Il a refusé la reconstitution de son crime de peur d'être lynché par une foule en colère, a déclaré l'inspecteur de Lam Plai Mat, le Capitaine Pol Reungsak Saengkham. En demandant une ordonnance du tribunal pour une période de détention initiale de 12 jours, les officiers se sont opposés à la libération sous caution de Pichit au motif qu’il s’agissait d’un crime grave qui avait terrifié le public. Par ailleurs, le suspect aurait pu manipuler des preuves et des témoins ou fuir. Pichit a été arrêté en possession du pistolet .38 qu'il aurait utilisé pour tirer sur un groupe de jeunes gens sur le pont Nong Krathum-Kwang Ngoei, alors qu'il se rendait à moto dans une foire de temple locale samedi. La balle perdue a touché l’œil d’une fille de 14 ans, passagère de l’une des cinq motos des jeunes gens. La balle est ressortie par l’arrière de son oreille. Elle a succombé à la terrible blessure. https://forum.thaivisa.com/topic/1085039-police-oppose-bail-after-man’s-‘stray’-bullet-kills-14-year-old-girl-in-buri-ram/
  7. Les patients des hôpitaux privés ont le droit d'acheter des médicaments ailleurs après avoir obtenu une ordonnance de leur médecin, selon le Département des services de santé (HSSD). Cependant, le département ne prévoit pas d'obliger les hôpitaux privés à informer leurs patients de ce droit par le biais d'affichettes dans leurs établissements. "Les patients ont depuis longtemps le droit d'acheter des médicaments en dehors des hôpitaux", a déclaré hier le Dr Nattawuth Prasertsiripong, directeur Du HSSD. Il a en parlé publiquement car certains craignent que la dernière résolution du Medical Facilities Committee (MFC) n'empêche les patients de produire une ordonnance et de se procurer les médicaments dont ils ont besoin dans les pharmacies. Jeudi dernier, le MFC a décidé que les médicaments devaient être traités comme des services médicaux relevant de la responsabilité des médecins. Si le MFC a reconnu que les patients avaient le droit d'acheter des médicaments à l'extérieur, il a également dispensé les hôpitaux privés de l'obligation d’informer leurs patients de ce droit. De nombreuses ONG se plaignent depuis longtemps du prix des médicaments dans les hôpitaux privés (entre 5 et 100 fois plus cher que dans les pharmacies). Dans un cas extrême, une facture médicale dépassait 23 millions de Bt. «Il y a beaucoup de plaintes concernant les frais dans les hôpitaux privés. Dans un cas extrême, la facture a dépassé 23 millions de Bt. Un chirurgien, par exemple, facture environ 170 000 Bt par opération », a récemment déclaré le secrétaire général de la Fondation pour les consommateurs, Saree Ongsomwang. https://forum.thaivisa.com/topic/1085071-private-hospital-patients-‘free-to-buy-medicines-outside’/ Les médecins honnêtes des hôpitaux privés ne vous vendent votre traitement que pour une semaine au prix fort, charge à vous de renouveler l’ordonnance dans une pharmacie au prix normal.
  8. article du pro-armée The Nation En colère contre les politiciens proposant une réduction du budget de la défense, le chef de l'armée, Apirat Kongsompong, a ordonné que la chanson d'ultra extrême droite «Nak Phaendin» soit diffusée chaque jour sur 160 stations de radio de l'armée à travers le pays. Il a, plus tard, annulé l'ordre. La chanson, également jouée quotidiennement dans les camps militaires et au siège de l'armée, devait être diffusée deux fois par jour - à 7 heures et à midi - avant qu'Apirat ne change d'avis. La chanson est jouée dans toutes les casernes de l'armée à l'heure du déjeuner. Le chef de l'armée avait expliqué plus tôt que la diffusion de cet hymne à la haine avait pour but d'inciter chacun à prendre conscience de ses devoirs et de ses responsabilités envers le pays. «Certaines personnes ont critiqué et déformé la vérité pour créer un malentendu sur le travail du gouvernement et de l'armée. Ainsi, l'armée doit clarifier le problème en utilisant ses propres médias », a déclaré Apirat. Hier, par ailleurs, les hauts gradés de l’armée ont demandé à des politiciens, notamment Khunying Sudarat Keyuraphan du Parti Pheu Thai, qui ont proposé une réduction du budget de la défense, d’écouter la chanson. Cette chanson n'est pas anodine, c'était l’hymne des milices d'extrême droite qui ont massacré les étudiants de Thammassat en 1976. Au lieu d'être oubliée ou censurée, cette chanson reste l’hymne des Thaïlandais d'extrême droite. Demander aux politiciens qui veulent réduire le budget de l'armée d'écouter la chanson peut être vu comme de l'intimidation. Plusieurs partis politiques au cours de la campagne électorale ont proposé des politiques qui affectent les forces armées. Bien que l'armée se soit renforcée au cours des cinq dernières années sous le gouvernement installé par l'armée elle-même, elle a également perdu de sa popularité en raison de la montée des sentiments négatifs du public face à l'augmentation du budget de la Défense et à la controverse liée au service militaire. La chanson, intitulée "Nak Phaendin", signifie "fardeau pour le pays" et dit que celui qui "ne vaut rien" ou "est ennemi de la nation" doit être éliminé. La chanson a été composée en 1975 par un officier de l'armée et faisait partie de la grande propagande utilisée contre le mouvement communiste en Thaïlande. La chanson contient des paroles qui condamnent tout acte de trahison, y compris l'ingratitude envers la monarchie, l'instigation d'un conflit entre Thaïlandais et la traîtrise. Lors du tristement célèbre massacre d'étudiants du 6 octobre 1976 à l'université de Thammasat, «Nak Phaendin» a souvent été utilisé pour justifier les tueries ainsi que pour renforcer le courage des membres de l'extrême-droite qui s'étaient engagés à éliminer la prétendue menace. Les principaux membres de l’Armée et les dirigeants de la junte au pouvoir ont également défendu les intérêts de l’Armée en s’opposant à la proposition visant à réduire le budget de la défense. Le chef de la Junte et Premier ministre, Prayut Chan-o-cha, a averti hier les hommes politiques qu'ils feraient mieux de faire attention à ce qu'ils disent pendant la campagne électorale. S'ils ne tenaient pas compte de la réalité et de l'intérêt national, ils devraient assumer les conséquences de leurs actes un jour ou l'autre. Le général Prayut, qui a renversé un gouvernement élu lors du coup d'État de 2014 et est maintenant candidat pour un parti pro-junte Phalang Pracharat, a souligné que l'armée avait apporté une contribution énorme au pays. Outre la protection de la souveraineté nationale, les militaires ont également joué un rôle dans d'autres domaines tels que les secours en cas de catastrophe et le contrôle des trafics de drogues, a-t-il déclaré. Le n°2 de la junte et ministre de la Défense, le général Prawit Wongsuwan, a déclaré brièvement mais fermement: «Écoutez la chanson mentionnée par le chef de l'armée. Écoute la." Hier, des experts ont exprimé leurs inquiétudes, suggérant que l'invocation de l'hymne était le signe d'une situation périlleuse. Paul Chambers, de l'Université de Naresuan, a déclaré hier à The Nation que l'allusion du chef de l'armée à la chanson était extrêmement dangereuse car il laissait entendre que ces hommes politiques étaient des ennemis de l'État ou qu'il était prêt à fomenter un autre coup d’État comme on lui en a prêter l'intention récemment. Anusorn Unno, doyen de l’Université de Thammasat, a déclaré qu’Apirat tentait de détourner le public des critiques concernant l'énormité du budget de l’Armée et du service militaire. "En mentionnant cette chanson, le général Apirat transforme facilement les critiques de l'armée en ennemis de l'État", a déclaré l'expert. «Mais il faut bien comprendre que l'armée n'est qu'un appareil d'État chargé de protéger la souveraineté. L'armée n'est pas l'État lui-même". L'armée est au service de l'état et non l'inverse. Anusorn a déclaré que ce que faisait le chef de l'armée était dangereux. Appeler indirectement les critiques de l'armée «Nak Phaendin» revient à inciter à la haine, alors que le pays est déjà en proie à des divisions politiques. https://forum.thaivisa.com/topic/1084988-army-chief-tells-media-to-listen-to-“nak-paendin”-ultra-nationalist-song/?tab=comments#comment-13858595
  9. L’Organisation thaïlandaise pour la lutte contre la corruption (ACT) s’inquiète du manque de transparence possible de deux projets majeurs à l’aéroport international de Suvarnabhumi. Dans une déclaration publiée dimanche, l'association anti-corruption a également appelé les médias et le public thaïlandais à surveiller de près la société appelant à soumissionner pour les deux projets, soit Airports of Thailand. Les deux projets sont l’agrandissement de la deuxième aérogare pour un montant de 6,6 milliards de bahts et l’attribution d’une concession pour l’exploitation de boutiques hors taxes dans les aéroports de Suvarnabhumi, Phuket, Chiang Mai et Hatyai. L'organisation anti-corruption a noté que le Conseil national du développement économique et plusieurs associations d'ingénieurs thaïlandais, s'étaient opposés au projet d'agrandissement du terminal, affirmant qu'il était inutile et constituait un gaspillage de l'argent des contribuables, puisque les trois aéroports Suvarnabhumi, Don Meuang et U-tapao, qui peuvent accueillir de 100 à 120 millions de passagers par an, seront bientôt reliés par un train à grande vitesse. L’ACT craint que, alors que l’attention du gouvernement, des médias et du public est concentrée sur les élections générales du 24 mars, le conseil d’administration de l’AOT puisse octroyer rapidement les deux projets controversés en ajoutant que le gouvernement et les autorités concernées seront tenus responsables. En octobre dernier, 12 organisations d'ingénieurs et d'architectes et l'ACT ont demandé au Premier ministre Prayut Chan-o-cha d'exercer ses pleins pouvoirs, en vertu de l'article 44 de la constitution actuelle, pour mettre un terme au projet d'agrandissement du terminal passagers. Les contrats de concession des duty-free des aéroports de Suvarnabhumi, Phuket, Chiang Mai et Hat Yai devraient expirer en 2020. En raison des enjeux élevés liés aux duty-free, quatre nouveaux acteurs, en plus de l'opérateur actuel King Power (qui a pu acheter le club de football anglais de Leicester et des gratte-ciels à Bangkok), ont décidé d'enchérir. Les quatre nouveaux acteurs sont le consortium DFS central, Lotte Duty-Free (Thaïlande), Bangkok Airways Holdings et les grands magasins Central. https://forum.thaivisa.com/topic/1084963-anti-graft-body-calls-for-scrutiny-of-two-major-projects-at-suvarnabhumi-airport/
  10. BANGKOK (Reuters) - En 2018, l'économie thaïlandaise a enregistré sa plus forte croissance en six ans, le quatrième trimestre dépassant les prévisions grâce à une demande intérieure plus forte et des arrivées record de touristes. L’agence de planification de l’Etat a abaissé lundi ses prévisions pour 2019 en matière d'exportation, principal moteur de la croissance, mais a maintenu la prévision de croissance économique entre 3,5 à 4,5%. Les données publiées lundi sont les dernières avant les élections du 24 mars - les premières depuis un coup d’État militaire de 2014 - qui pourraient créer une incertitude politique. Kobsidthi Silpachai, responsable de la recherche sur les marchés financiers à Kasikornbank, a déclaré: "Il est trop tôt pour réviser les prévisions étant donné la pléthore de variables pouvant avoir un impact sur les estimations, à savoir les tensions commerciales sino-américaines, les élections générales en Thaïlande ou le Brexit." En octobre-décembre, l'économie a enregistré une croissance corrigée des variations saisonnières de 0,8% par rapport aux trois mois précédents, selon les données du Conseil national pour le développement économique et social. C'est plus que prévu. Le Conseil a estimé que la croissance en 2018 a été de 4,1%, son niveau le plus élevé depuis 2012. La croissance pour 2017 a été révisée à 4%, contre 3,9%. "Le principal risque pour les perspectives est la possibilité de troubles si la population considère que les élections ne sont pas libres et équitables". Le gouvernement a abaissé ses prévisions de croissance des exportations pour 2019 de 4,6% à 4,1%. Les exportations thaïlandaises, qui représentent environ les deux tiers de l'économie, ont augmenté de 7,7% en 2018, c'est un ralentissement par rapport à la hausse de 10% observée en 2017. La croissance totale de l'économie thaïlandaise fondée sur le commerce s'est accélérée au cours des dernières années grâce à la reprise économique mondiale. Mais l'économie ne fonctionne toujours pas à plein régime, avec une importante surcapacité industrielle. La croissance reste fortement tributaire des exportations dans le contexte de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, alors que la reprise de la consommation privée a été entravée par l’endettement élevé des ménages. Au cours des trois derniers mois de 2018, les arrivées de touristes ont augmenté de 4,3% par rapport à l'année précédente, contre 1,9% le trimestre précédent, alors que le nombre de visiteurs chinois - qui avait diminué après un naufrage qui a fait 47 morts - a rebondi. https://forum.thaivisa.com/topic/1084954-thai-economic-growth-strengthens-in-fourth-quarter-but-election-could-impact-2019-pace/
  11. Les fonctionnaires de diverses agences et soldats se sont joints à des responsables du point de contrôle des animaux sauvages de Mukdahan pour la confiscation de 182 paniers contenant 2 730 élaphes et cobras - d'une valeur totale de 1 million de Bt - sur le point d'être passés en contrebande au Laos. Élaphe est un genre de serpents de la famille des Colubridae. Les espèces de ce genre se rencontrent en Eurasie, jusqu'à la Chine et le Japon. Les espèces de ce genre sont des couleuvres au corps élancé mais robuste pouvant dépasser les 250 cm. Leur tête est carrée et leur ventre extrêmement plat. Après avoir appris qu'un grand nombre de serpents devaient être emportés vers le Laos par un pick-up empruntant la jetée de Ban Bang Sai Noi, dans le district de Wan Yai, à Mukdahan, Sathit Pisaisawat, a dirigé une équipe de différentes forces en charge du Mekong à Mukdahan les militaires ont saisi les serpents dimanche à 20h30. Les fonctionnaires ont découvert que trois ou quatre personnes déplaçaient des paniers en plastique à couvercle fermé d'une camionnette à l'embarcadère pour les transporter dans un bateau à longue queue. Les suspects ont couru dans toutes les directions lorsqu'ils ont vu les autorités s'approcher. Les fonctionnaires ont trouvé 15 serpents vivants dans chaque panier et les ont récupérés, ainsi que le véhicule, comme preuves à transmettre au commissariat de police de Wan Yai pour enquête et (possible) arrestation des coupables. Ils seront accusés d'avoir en leur possession des animaux sauvages sans autorisation et d'importer / exporter des animaux sauvages sans autorisation en vertu de la loi de 1992 sur la protection des animaux sauvages. Les autorités soupçonnent qu'une fois au Laos, les serpents devraient être vendus à des investisseurs chinois pour fabriquer une boisson alcoolisée produite en infusant des serpents entiers dans de l'alcool de grain. Ce breuvage aurait des effets bénéfiques sur la santé et servirait d'aphrodisiaque. https://forum.thaivisa.com/topic/1084996-more-than-2000-snakes-seized-in-border-sting/ Ces animaux proviennent sans doute d'élevage et ne sont pas aussi protégés que les éléphants ou les tigres par exemple, on peut imaginer que les peines encourues ici sont moindre.
  12. TEXTE DE MME GENETET, DÉPUTÉE Si des personnes opposées à Mme Genetet ou au pouvoir en place en France veulent faire paraître des textes, envoyez les à [email protected] et nous les publieront. À l’issue des débats parlementaires sur le budget, je tiens à vous faire part des dernières actualités sur la question de la fiscalité mais également de la CSG-CRDS. Vous êtes nombreux à me solliciter sur ces questions. Si globalement, je crois que nous allons dans le bon sens car plusieurs avancées ont été obtenues, il n’en demeure pas moins vrai que je me suis opposée à plusieurs mesures voulues par le Gouvernement et que je peux pas être pleinement satisfaite de la situation. Les propositions de mon rapport Dans le cadre de la mission parlementaire qui m’avait été confiée par la Premier ministre, j’avais fait en septembre 2018 un certain nombre de propositions visant à introduire plus de justice fiscale pour les Français résidant à l’étranger. Notamment : supprimer la CSG-CRDS sur les revenus immobiliers qui leur étaient indûment prélevées ; introduire un barème progressif pour l’impôt sur le revenu, afin que les Français résidant à l’étranger puissent, tout comme leurs concitoyens en France, participer à l’effort national à la hauteur de leurs possibilités. CSG-CRDS : un premier pas insuffisant Soutenue par les autres députés des Français à l’étranger de la majorité, nous avons obtenu certaines avancées, notamment la suppression de la CSG pour les Français résidant dans l’espace économique européen soit 2/3 des contribuables concernés. Cependant, je regrette vivement que le Gouvernement n’ait lu mon rapport qu’à moitié, et entende opposer les Français à l’étranger vivant en Europe et les autres. Une nouvelle fois en 2019, je ferai de la suppression totale de la CSG-CRDS pour tous, une priorité! Fiscalité sur les revenus de source française La question de l’imposition des non-résidents a également fait l’objet de nombreuses discussions. Le gouvernement souhaitait initialement de relever de 20 à 30% le taux d’imposition forfaitaire appliqué lorsque les Français à l’étranger ne déclarent que leurs revenus de source française. La philosophie défendue était qu’un relèvement substantiel de ce taux inciterait d’avantage les Français à l’étranger à déclarer leurs revenus français et étrangers. Ainsi, les non-résidents qui ne déclarent que leurs revenus de source française se voient appliquer ce taux forfaitaire. Depuis 1975, ils ont également la possibilité de déclarer leurs revenus de source française ET étrangère : dans ce cas, leurs revenus français seront imposés selon un « taux moyen », calculé sur l’ensemble des revenus déclarés. Le barème progressif et le système du quotient familial s’appliqueront, comme pour un résident en France). Je me suis fermement opposée au relèvement de ce taux de 20 à 30%, et l’ai fait savoir à plusieurs reprises notamment dans l’hémicycle. D’une part, cela aurait constitué une double peine pour certains Français établis hors de l’Union Européenne, particulièrement dans notre circonscription, puisqu’ils n’auraient pas été exemptés de CSG sur leurs revenus immobiliers en contrepartie. D’autre part, cela rompait avec la philosophie que je souhaitais encourager à travers mon rapport. En 2019, une disposition pour protéger les revenus modestes Pour tenter de pallier à cela, nous, députés des Français de l’étranger de la majorité, avons fait adopter une nouvelle disposition, prévoyant une modulation de l’impôt sur les revenus de source française : le taux d’imposition pour les non-résidents qui déclarent leurs revenus de source française sera maintenu à 20 % pour la fraction du revenu inférieure à 27 086 euros ; et un taux de 30 % sera appliqué à la fraction du revenu supérieur à ce seuil. Ce seuil de 27 086 euros est le seuil de passage à la tranche à 30% pour les résidents. Il s’agit donc d’une mesure d’équité. Cette solution de compromis est une première étape vers la réforme qui sera mise en place en 2020 à savoir l’instauration du taux progressif pour les non-résidents dont les seuls revenus sont de source française, exactement comme en France. Pour en savoir plus, je vous invite à relire : Fiscalité ce qui va (vraiment) changer Je ne suis bien évidemment pas pleinement satisfaite de la situation actuelle, mais j’estime avoir obtenue quelques améliorations. Je reste fermement engagée et force de proposition pour faire émerger une réelle justice fiscale pour tous les Français dont les non-résidents. https://annegenetet.fr/csg-impot-revenu/
  13. L’INCERTITUDE sur la situation politique en Thaïlande ne semble pas être partagé par les investisseurs français du secteur aéronautique, qui ont exprimé leur confiance dans la volonté du Royaume de devenir une plaque tournante régionale pour la maintenance, la réparation et la révision d’aéronefs (MRO, sigle souvent employé dans cet article). Le constructeur aéronautique européen Airbus, qui s’est installé pour la première fois en Thaïlande il y a plus de 40 ans, a déclaré que le secteur des MRO offrait un potentiel énorme pour les années à venir. Airbus et la compagnie nationale thaïlandaise Thai Airways International ont lancé en juin dernier une joint-venture pour les installations de MRO de l'aéroport d'U-tapao, dans le cadre d'un accord signé en France par le chef de la junte Prayut Chan-o-cha. L’installation de MRO d’U-tapao fait partie de la stratégie du corridor économique de l’Est du gouvernement militaire et bénéficie du ferme soutien du monde des affaires, qui a appelé à sa poursuite après les élections du 24 mars. «Nous sommes impatients car la Thaïlande a un potentiel important pour le développement de l’industrie aéronautique, compte tenu de sa chaîne d’approvisionnement éprouvée dans les industries automobile et électronique», a déclaré Sihasak Phuangketkeow, ancien ambassadeur de Thaïlande en France, dans un entretien avec The Nation. Sihasak a participé à la conclusion de l’accord l’année dernière et est désormais conseiller du projet CEE. Le MRO constituera un élément clé de l'industrie aéronautique dans l'Asean, étant donné que de nombreuses compagnies aériennes ont renforcé leur flotte avec de nouveaux avions et que ces avions ont besoin de maintenance, a déclaré Cédric Post, de l'Association française de l'industrie aérospatiale. . Les compagnies aériennes à croissance rapide comme AirAsia et Vietjet continuent d’acquérir des avions, ce qui nécessitera des travaux de maintenance et des révisions dans les prochaines années, a ajouté Post. Les flottes en service dans la région Asie-Pacifique passeront de 6 900 avions à plus de 20 000 au cours des 20 prochaines années, selon Airbus. Alors que d'autres membres de l'Asean, dont Singapour, sont présents sur le marché de la MRO depuis longtemps, la Thaïlande a aussi sa place en raison de son expérience en matière automobile et électronique, a déclaré Post. Singapour manque de terrain et coûte cher, tandis que l’aéroport thaïlandais U-tapao est suffisamment grand pour desservir les opérations et son agrandissement est en cours, a-t-il déclaré. Le centre de MRO d'U-tapao sera l'un des plus modernes et des plus étendus de la région, a déclaré Joost van der Heijden, responsable du marketing chez Airbus. «Nous intégrerons les dernières technologies numériques, des ateliers de réparation spécialisés et un centre de formation à la maintenance», a-t-il ajouté. «Pour Airbus, notre protocole d’entente avec THAI est une occasion d’innover et de montrer la voie dans le secteur de l’aérospatiale.» Lorsqu'il sera pleinement opérationnel, le centre de MRO d'U-tapao offrira une maintenance lourde et systématique à tous les types d'avions gros-porteurs. Airbus et THAI travaillent toujours sur les derniers détails de la transaction, tout en s'associant déjà pour répondre aux exigences de la MRO. En janvier, Airbus et le Centre de formation à l’aviation civile thaïlandaise (CATC) ont signé un protocole d’accord relatif à des projets de développement et de mise en œuvre de formations à la maintenance et de cours de formation de pilotes dans le pays. L’objectif est de soutenir le développement de l’industrie aéronautique du pays en contribuant à assurer une formation constante de pilotes, ingénieurs et mécaniciens pour les compagnies aériennes et les centres de MRO de Thaïlande. Airbus a commencé à travailler avec le CATC sur des cours de formation de base à la maintenance, qui pourraient être étendus et inclure également des cours de formation au pilotage. «Le principal défi [pour le secteur aéronautique] est de faire face à la croissance et de former tous les techniciens et ingénieurs requis. Airbus est convaincu que le CATC, avec l'aide et la coopération d'Airbus, sera en mesure de relever ce défi », a déclaré van der Heijden. https://forum.thaivisa.com/topic/1084881-airbus-poised-for-take-off-in-thailands-mro-hub/
  14. Une Portugaise de 24 ans a été retrouvée morte dimanche matin après être tombée ou avoir sauté d'un espace ouvert (toit ?) situé au sixième étage d'un hôtel de Bangkok. L'inspecteur de la police de Bang Rak, Thanapat Suwannak, a déclaré que le corps de la touriste étrangère, Maceiras Rijo Vera, avait été retrouvé empêtré dans une clôture de barbelés au pied de l'hôtel à 8h. La police a déterminé qu'elle partageait une chambre d'hôtel au troisième étage avec sa sœur aînée. Les officiers soupçonnent qu'elle s'est suicidée. Les images de vidéosurveillance auraient montré qu'elle s'était rendue sur l’espace ouvert du 6e étage pour pratiquer le yoga vers 5 heures du matin. Le corps a été envoyé à l'hôpital général de la police pour autopsie. https://forum.thaivisa.com/topic/1084877-portuguese-tourist-falls-to-death-at-bangkok-hotel/
  15. Une chance sur deux pour que cette année soit la deuxième plus chaude de tous les temps. Il faut s’attendre à une chaleur extrême dans les jours à venir, puisqu’un été extraordinairement chaud et aride est prévu pour la Thaïlande à partir de jeudi, alors que sept provinces du Nord et de l’Ouest devraient subir une chaleur accablante de 40 à 44 degrés Celsius. La planète entière aura un climat plus chaud que d’habitude cette année, ont prévenu les plus grands climatologues du monde. Ils ont ajouté qu'il y avait 50% de chances que la température moyenne de la planète en 2019 batte le record de l'année précédente et devienne la deuxième année la plus chaude de l'histoire. En raison des prévisions de chaleur caniculaire en Thaïlande cet été, la Dr Chantana Padungtod, du Département de la lutte contre la maladie, a exhorté la population à faire preuve d'une plus grande prudence en matière d'exposition à la chaleur et à rester hydraté afin d'éviter un coup de chaleur. «Les travailleurs en plein air font partie des groupes les plus exposés aux maladies dues à la chaleur, car beaucoup d'entre eux, comme les ouvriers du bâtiment ou les soldats, doivent effectuer des travaux pénibles pendant de longues heures sous le soleil brûlant. Les employeurs devraient prendre en compte la santé et le bien-être de leurs travailleurs en réduisant leurs heures de travail par temps caniculaire », a suggéré Chantana. «Les personnes âgées sont également susceptibles d'être touchées par la canicule, en particulier celles qui vivent seules dans des condos, car la plupart des immeubles en hauteur manquent de circulation d'air et peuvent être dangereusement chauds pendant la journée. Les membres de la famille ne doivent pas laisser les personnes âgées seules », a-t-elle suggéré. Elle a également exhorté les gens à toujours manger des aliments propres et à maintenir un mode de vie hygiénique afin de prévenir les diarrhées et autres, qui sont des maladies infectieuses courantes en été. Le directeur général du Département de météorologie, Phuwieng Prakhammintara, a déclaré lors d'une conférence de presse à Pattaya samedi que l'été commencera officiellement en Thaïlande le 21 février (sic) et que le temps dans toutes les régions du pays deviendra très chaud et aride au cours des prochains mois, jusqu'à l'arrivée de la saison des pluies en mai. Phuwieng a averti que les habitants du nord de la Thaïlande seraient soumis à des températures exceptionnellement chaudes en mars et avril de cette année, avec plus de 40 degrés Celsius pendant plusieurs jours, ce qui serait plus chaud que l'an dernier de 1 à 2 degrés Celsius. Il a ajouté que Mae Hong Son, Lampang, Uttaradit, Sukhothaï, Tak, Nakhon Sawan et Kanchanaburi seraient exposés à une chaleur extrême atteignant les 44 degrés Celsius au plus fort de l'été. Cependant, il a dit qu’il était peu probable que la température de cette année brise le record de la Thaïlande qui est de 44,6 degrés Celsius, mesurée à Mae Hong Son le 28 avril 2016. Plus tôt ce mois-ci, le Centre de climatologie du Département de météorologie prévoyait que la température maximale moyenne dans le nord du pays pourrait atteindre 35 à 37 degrés Celsius. «Nous nous attendons à des niveaux de température plus élevés que d'habitude dans toutes les régions du pays cette année, mais il convient également de faire preuve de prudence face aux pénuries d'eau, car les précipitations cet été devraient également être inférieures à la moyenne et nous devrons donc utiliser l'eau à bon escient. », a déclaré Phuwieng. Il a également averti la population de prendre garde aux tempêtes d'été, feux de forêt et les cyclones tropicaux dans la mer d'Andaman. Selon les températures enregistrées cet hiver, le pays a eu plus chaud que la moyenne, en particulier dans la région centrale et dans la région métropolitaine de Bangkok, qui n'a connu que quelques jours de froid. Les températures enregistrées par le Département de météorologie en décembre dernier montre que Bangkok a connu 22 jours de chaleur extrême, atteignant 32 degrés Celsius. Il y eu 11 jours en janvier où les journées étaient extraordinairement plus chaudes que la moyenne. Le centre climatologique a expliqué que le climat inhabituel en Thaïlande et dans la région Asie-Pacifique résultait en partie de l'influence d'El Nino dans l'océan Pacifique . Selon des travaux universitaires sur le réchauffement planétaire en 2018, les changements climatiques ont également entraîné des phénomènes météorologiques extrêmes. Berkeley Earth, un organisme de recherche à but non lucratif basé en Californie, a révélé que la température moyenne annuelle de la Thaïlande avait augmenté de 0,7 degrés Celsius depuis le 19ème siècle. Selon des scientifiques de l’Institut Goddard pour les études spatiales (GISS) de la NASA à New York, la température moyenne à la surface de la Terre en 2018 a été de 0,83 degrés Celsius supérieure à la moyenne de 1951 à 1980. Le directeur du GISS, Gavin Schmidt, a déclaré que la température mondiale en 2018 se situait seulement derrière celles de 2016, 2017 et 2015, de sorte que les cinq dernières années ont été, collectivement, les années les plus chaudes de la période moderne. Schmidt a souligné que le réchauffement préoccupant avait été provoqué en grande partie par l'augmentation des émissions dans l'atmosphère de dioxyde de carbone et d'autres gaz à effet de serre causés par les activités humaines. «Les effets du réchauffement climatique à long terme se font déjà sentir : inondations côtières, vagues de chaleur, précipitations intenses et changements dans les écosystèmes», a-t-il prévenu. https://forum.thaivisa.com/topic/1084871-scorching-summer-coming-experts-warn/
  16. Attention, ce qui est vrai à Phuket ne l'est pas forcément ailleurs. PHUKET: L'immigration de Phuket a clarifié cette semaine les nouvelles règles concernant les demandes de visa de retraite, confirmant ainsi un seul changement majeur: pour ceux qui utilisent des fonds sur un compte bancaire thaïlandais pour soutenir leur demande, un minimum de 400 000 bahts doit être conservé sur le compte tout au long de l'année. Cela ne concernerait que ceux qui demandent l'extension avec une somme de 800 000 bahts bloquée pendant 5 mois sur leur compte en banque. L'article ci-dessous ne mentionne que très peu le certificat de revenus car il a été écrit par des anglo-saxons qui n'ont plus le soutien de leurs ambassades. Les francophones bénéficient toujours du certificat de revenus délivrés par leurs consulats donc, on suppose que le 1er mars, un francophone qui se rendra avec son seul certificat de revenu pourrait obtenir l'extension. Il est très important que les lecteurs qui demanderont une extension de visa en mars nous fassent part de leur retour d'expérience. Faudra-t-il venir avec un relevé des transferts reçus durant l'année écoulée ? Les autres «nouvelles» dispositions sont déjà utilisées depuis longtemps, a expliqué le lieutenant-colonel Archeep Jaroensuntisuk, de l'immigration à Phuket. «Phuket Immigration a reçu l'ordre d'introduire les nouvelles règles. L'ordre a été émis le 18 janvier et les nouvelles règles entreront en vigueur le 1er mars », a-t-il déclaré. En vertu des nouvelles dispositions, les candidats à une extension de visa dans le pays avec un visa de non-immigrant pour les retraités - doivent être âgés d'au moins 50 ans, a précisé le Col Acheep. . "Ils doivent être entrés dans le pays avec un visa valide de non-immigrant et être actuellement autorisés à rester en Thaïlande.", a-t-il déclaré. La confusion au sujet des exigences financières, qui a été soulignée par le Col Acheep, ne concerne qu'une seule catégorie. Dans l’ensemble, les trois principales catégories financières possibles obligent le demandeur à prouver que toutes les sommes - perçues tout au long de l’année ou en banque, ou une combinaison des deux - totalisent au moins 800 000 thb. 1 «En vertu de l'exigence de revenu, les candidats doivent recevoir au moins 65 000 thb par mois», a expliqué le Col Acheep, car 65000 x 12 = 780 000. Comme certaines ambassades ne fournissent plus d'affidavits certifiant le revenu, ce document n'est plus nécessaire, a-t-il déclaré [mais il ne dit pas que ce document n'est plus accepté], notant que les lettres des gouvernements et des fournisseurs de fonds de pension seraient acceptées, ainsi que tous documents permettant de prouver le revenu. "Bien sûr, tous les relevés de compte des banques et les copies des livrets prouvant les revenus perçus doivent être fournis", a-t-il déclaré. [cette phrase tendrait à prouver que le certificat de revenus délivré par nos consulats doit être accompagné d'un relevé de la banque qui prouve que des transferts pour un montant de 12 x 65 000 bahts ont bien été effectués] 2 Les demandeurs peuvent également montrer qu’ils ont 800 000 bahts sur un compte bancaire thaïlandais. "Selon les nouvelles règles, les 800.000 bahts doivent être sur le compte au moins deux mois avant de demander l'extension de visa et doivent rester sur le compte au moins trois mois après la délivrance du visa", explique Col Acheep . Encore une fois, les états financiers de la banque concernée et des copies du livret de banque sont nécessaires pour prouver que les fonds sont réellement sur le compte, a-t-il ajouté. «Après trois mois, l’étranger peut commencer à retirer du compte, mais en vertu des nouvelles règles, le solde du compte ne doit pas descendre au-dessous de 400 000 bahts durant l’année», a expliqué le Col Acheep. Interrogé sur le sort des personnes dont le solde du compte passe momentanément en dessous de 400 000 thb, le Col Acheep a répondu: «Ne le faites pas. Gardez-les 400 000 bahts. " 3 La troisième option consiste à avoir 400 000 bahts sur un compte bancaire thaïlandais et à recevoir des fonds tout au long de l’année qui totalisent au moins 800 000 bahts. Col Acheep a expliqué que les mêmes relevés, lettres et copies de livret bancaire, nécessaires pour les deux premières options, sont requis pour postuler à cette option. RÈGLE DE GRANDFATHER ou antériorité ou droits acquis [important car, c'est la première fois que l'immigration en parle] Étonnamment, en vertu des nouvelles mesures, les personnes qui vivaient déjà en Thaïlande avec un visa de retraité le 21 octobre 2008 peuvent toujours bénéficier des règles appliquées à cette époque. En vertu de cette «règle des droits acquis», les demandeurs âgés de plus de 60 ans doivent prouver qu’ils ont soit 200 000 bahts dans une banque thaïlandaise, soit un revenu d’au moins 20 000 bahts par mois. [cette règle très étrange méritera d'être expérimentée ; d'après les experts de Thaivisa en anglais, l'officier de l'immigration ou le journal s'est trompé, la date n'est pas 2008 mais 1998] De même, les demandeurs âgés de 55 à 60 ans qui ont la même règle de grandfather (droits acquis) peuvent présenter une demande indiquant qu’ils ont 500 000 bahts sur un compte bancaire thaïlandais ou un revenu de 50 000 bahts par mois. [comment quelqu'un de 55 ans en 2019 pourrait-il avoir déjà eu un visa de retraité en 2008 ?] Le Col Acheep a expliqué que pour ces personnes, il n’était pas possible de fournir une combinaison de fonds pour atteindre un objectif particulier. Ils doivent avoir l’argent à la banque ou recevoir le revenu mensuel requis; ils ne peuvent pas les additionner pour essayer d’atteindre un chiffre particulier, a-t-il déclaré. Toutefois, aucun solde minimum n’est requis sur un compte bancaire thaïlandais, a-t-il noté. OPTIONS de VISA L'ordonnance du 18 janvier, émise par le général Sarayut Sangonpokai, du Bureau de l'immigration, a également souligné que les nouvelles dispositions ne s'appliquent pas spécifiquement aux: - personnes qui ont des familles thaïlandaises - Personnes soutenant des familles thaïlandaises - Personnes dont le conjoint est décédé (récemment) En ce qui concerne les exceptions pour les personnes qui ont ou soutiennent des familles thaïlandaises, le Col Acheep a expliqué que le visa de retraite n’était peut-être pas la meilleure option pour elles. «Il existe d'autres visas de non-immigrant mieux adaptés à ces personnes. », a-t-il déclaré. "Si vous pensez être concerné par l'un de ces autres visas (soutien de familles thaïlandaises), alors venez nous voir afin que nous puissions vous expliquer quels visas sont disponibles et ce qu'il faut faire pour y avoir droit.", a-t-il déclaré. En ce qui concerne l’exception pour «les personnes dont le conjoint est décédé», le Col Acheep a admis: «Nous ne savons toujours pas exactement ce que cela signifie. Nous attendons que Bangkok nous le précise. " Cependant, il a de nouveau souligné: "Si vous pensez que cette clause s’applique à vous, il est préférable de venir nous expliquer votre situation afin que nous puissions vous présenter les options de visa disponibles." https://forum.thaivisa.com/topic/1084655-holding-the-balance-phuket-immigration-clarifies-new-rules-on-retirement-visas-to-start-march-1/
  17. Prayut Chan-o-cha est actuellement en tête de la liste des candidats au poste de Premier ministre, mais le parti thaïlandais pro-Thaksin Pheu Thai est en avance, selon le dernier sondage NIDA (Institut national de l'administration du développement). L'enquête a relevé les opinions de 2 091 personnes âgées d'au moins 18 ans et ayant des professions et des formations variées entre le 4 et le 7 février. Parmi les dix candidats favoris au poste de Premier ministre, Prayuth Cha-o-cha est en tête avec 26,06% des suffrages. Sudarat Keyuraphan, du parti Pheu Thai, se classe deuxième avec 24,01%. Le chef du parti démocrate Abhisit Vejjajiva, 11,43% et Thanathorn Jungroongruangkit du parti Future Forward avec 5,98%. Pol Gen Seripisut Taemeeyavej, M. Chadchart Sitthipant du Pheu Thai et Mme Kanchana Silpa-archa de Chart Thai Pattana, arrivent ensuite. Dans la course des partis, le sondage indique le Pheu Thai (pro Thaksin) à 36,49%; le Palang Pracharat (pro junte) à 22,57%; Démocrate à 15,21%; Future Forward à 8,18%; Seri Ruam Thai, 4,97%; Chat Thai Pattana, 1,39%; Pheu Chart et Bhumjai Thai, 0,91%; et Thai Raksa Chart, 0,43%. 54,85% des personnes interrogées citent leur niveau de vie et leur endettement comme les principales priorités du nouveau gouvernement, suivies de 27,93% pour les prix des produits agricoles; 4,26% pour l'enseignement gratuit jusqu'au niveau universitaire et 2,7% pour la lutte contre la corruption. 98,13% des répondants ont déclaré qu'ils voteraient aux élections générales, tandis que 0,96% ont déclaré qu'ils ne le feraient certainement pas. https://forum.thaivisa.com/topic/1084583-prayuth-most-favoured-pm-candidate-while-pheu-thai-party-leads-–-nida-poll/ Les analystes ont sans doute raison, Prayuth sera premier ministre grâce aux 250 sénateurs qu'il a nommés. Pendant 5 ans il n'a eu à faire face à aucune critique ni des partis ni des médias et pourtant il s'énervait. Que se passera-t-il si une opposition se manifeste ?
  18. Projet d'interdire l'alcool pendant le nouvel an thaïlandais. Aucune boisson alcoolisée ne sera vendue le 13 avril, jour du Nouvel An thaïlandais traditionnel, si la proposition du Comité de contrôle des alcools (ACC) est approuvée. Le CAC a adopté une résolution visant à interdire la vente de boissons alcoolisées lors de la "fête nationale", mais il devra obtenir le feu vert du Comité pour la politique en matière d’alcool avant son application. "Nous le présenterons au Comité de la politique en matière d'alcool le mois prochain", a déclaré le vice-président du CAC, le Dr Sukhum Karnchanapimai, qui est également secrétaire permanent de la Santé publique, à l'issue de la réunion. Il a ajouté que le CAC avait adopté une résolution car les statistiques montrent que les victimes de la route sont les plus touchées chaque jour. Le 13 avril marque le Nouvel An thaïlandais traditionnel et fait partie des longues vacances de Songkran, au cours desquelles des millions de personnes empruntent les routes pour des visites familiales et vacances dans leur province d'origine. Les fêtards célèbrent souvent Songkran avec de l'alcool. En Thaïlande, la conduite en état d'ébriété est une cause majeure d'accidents de la route. «Les statistiques montrent qu'entre 50 et 60% des adultes prennent le volant, même après avoir bu. Le pourcentage est encore plus élevé chez les moins de 20 ans », a déclaré Sukhum. Il a ajouté que le CAC fait pression en faveur de l'interdiction de la vente d'alcool pour empêcher les personnes de conduire en état d'ébriété. «Même si nous ne conduisons pas ivres, il y a un risque que les autres le soient." a-t-il déclaré. Il a ajouté que l'interdiction de la vente d'alcool pendant cinq fêtes religieuses importantes s'avère efficace pour réduire les accidents de la route. Ces jours sont le Makha Bucha, le jour de Visakha Bucha, le jour d’Asharnha Bucha, le jour du Carême bouddhiste et le jour de la fin du Carême bouddhiste. «La dernière résolution… s'applique au 13 avril 2019 seulement. Mais si l’évaluation donne de bons résultats, nous proposerons l’interdiction de la vente d’alcool le 13 avril de chaque année », a déclaré Sukhum. https://forum.thaivisa.com/topic/1084547-plan-to-ban-alcohol-on-thai-new-year/ On imagine déjà que les gens feront des stocks le 12 et boiront chez eux. Cela dit : boire chez soi évite d'avoir à prendre le volant ensuite.
  19. Fermeture annuelle du golfe de Thaïlande - du 15 février au 15 mai CHUMPORN, 15 février 2019 (NNT) - Le Département des pêches a annoncé que la zone centrale du golfe de Thaïlande serait fermée jusqu'en mai, affectant ainsi Prachuapkirikan, Chumporn et Surat Thani, afin de permettre la régénération de la vie marine. L'annonce a été faite au ministère de l'Agriculture, par Niwat Suthimeechaikul, lors d'une cérémonie dans la province de Chumporn. La fermeture doit durer du 15 février au 15 mai. C'est la reconnaissance que la vie marine essentielle à la reproduction et à la ponte du golfe de Thaïlande a besoin d'une période de calme. La fermeture limite les types d'équipements de pêche pouvant être utilisés dans la zone centrale du golfe de Thaïlande, couvrant une zone de 27 000 km 2. La violation de la fermeture peut entraîner des amendes allant de 5 000 à 30 millions de bahts, en fonction du type d’équipement de pêche utilisé et de la valeur de la vie marine affectée. Les violations importantes de cette mesure peuvent donner lieu à des poursuites pénales. https://forum.thaivisa.com/topic/1084521-annual-closure-of-the-gulf-of-thailand-feb-15-may-15/
  20. BANGKOK - En tant que Pinit Ngarmpring, il était un PDG et un promoteur sportif bien connu dans le monde du football thaïlandais. Maintenant, sous son nouveau nom, Pauline Ngarmpring, cherche à devenir le premier Premier ministre transgenre du pays. Agé de 52 ans, il est l’un des trois candidats proposés par un parti politique aux élections générales du mois prochain. Chaque parti a le droit de déposer 3 noms. Elle dit qu'elle veut que sa nomination apporte de l'espoir aux marginalisés et ouvre un espace politique aux futures générations de personnes LGBT. A plus d’un mois du scrutin, elle a fait campagne cette semaine dans l’un des quartiers les plus tristement célèbres de Bangkok. De nombreuses personnes vulnérables ou exploitées travaillent dans cette zone crépusculaire de go-go bars, d’hôtels économiques et de salons de massage. C’est exactement la circonscription que le parti Mahachon cherche à représenter et elle a hâte d’entendre leurs préoccupations. «Notre bien-être, principalement. La santé », explique la masseuse Wassana Sorsawang, alors qu’elle se tient devant son échoppe. Elle se plaint de ce que ses collègues et elle-même travaillent souvent à double vacation (soit 16 heures), ce qui nuit à leur santé. Le parti Mahachon présente 200 candidats à la Chambre des représentants, qui compte 500 membres. Environ 20 des candidats sont ouvertement LGBT. Pauline se trouve être une pionnière politique, un symbole unique de la lutte pour l'égalité. «Nous ne disons pas que nous sommes meilleurs que les hommes ou les femmes», a-t-elle déclaré. "Nous voulons juste dire que nous sommes égaux." Jusqu'à il y a trois ans, Pauline était Pinit: un père de deux enfants, un journaliste devenu homme d'affaires qui s'est fait connaître en fondant une association de supporters de football qui a acquis une grande influence dans les milieux sportifs. Depuis sa transition sexuelle, elle s’est donnée pour mission d’éduquer la société. Son nouveau rôle politique lui donne la plate-forme idéale. "De nos jours, les gens disent:" Oh, vous êtes transgenre? Vous voulez devenir notre premier ministre. Ça va être drôle, ça va être une histoire très étrange », a-t-elle dit. "Mais je ne pense pas de cette façon", dit-elle. Le parti espère que son programme fondé sur les droits de l’homme attirera tout particulièrement l’importante population de personnes LGBT et de travailleurs du sexe du pays. Une de leur proposition consiste à légaliser la prostitution. Selon Pauline, le parti pourrait obtenir jusqu'à 10 législateurs au Parlement, grâce à un nouveau système électoral qui attribue une partie des sièges par représentation proportionnelle. Ce serait une grande victoire. Mais, même si le pays accepte traditionnellement la "fluidité sexuelle", elle sait qu’elle n’est pas destinée à diriger le pays. «Je ne serai pas Premier ministre. Mais ce n’est pas grave. Cela prendra du temps et ce ne sera pas la fin du monde après les prochaines élections », a-t-elle déclaré. http://www.khaosodenglish.com/politics/2019/02/15/party-fields-transgender-candidate-for-prime-minister/ Pauline
  21. Une agence fournissant des visas à Laksi (donc près de l’Immigration officielle), à Bangkok, a été neutralisée par l’immigration pour avoir fraudé la dite immigration en émettant de faux visas et des tampons de 90 jours (les étrangers "normaux" n'ont pas de tampon de 90 jours mais une feuille volante, on comprend que les migrants ont un tampon) Le site d'immigration sur Facebook a indiqué que leur chef, le général Gen Surachate Hakparn, avait personnellement dirigé une rafle sur CBS World Co Ltd, une société qui organisait le transfert de travailleurs migrants en Thaïlande. L'agence semblait s'occuper de ressortissants du Myanmar. Un Thaïlandais, Surawut Sinthawachiwa, 60 ans, et Namfon, 42 ans, de nationalité birmane, ont été arrêtés. 489 passeports et 29 tampons contrefaits ont été saisis comme preuve. Les passeports ne sont pas forcément faux, il s'agit de vrais passeports avec de faux tampons. Le site d'immigration a déclaré que les deux hommes avaient reconnu avoir dirigé l'entreprise pendant 10 ans et facturé entre 1500 et 2000 bahts à chaque fois pour les faux. Los officiers de l'immigration ont dit qu'un membre du public les avait alertés sur les faux tampons. INN a signalé que les arrestations avaient eu lieu après un "contact" avec les bureaux de l'immigration à Prajuab Khiri Khan et Nakorn Sawan, où des irrégularités ont été découvertes dans des tampons de 90 jours. https://forum.thaivisa.com/topic/1084464-big-joke-busts-company-issuing-fake-visas-and-90-day-stamps/
  22. Appel des travailleurs pour un salaire minimum journalier de 360 bahts Alors que les ouvriers réclamaient le salaire minimum journalier de 360 bahts au niveau national, le secrétaire permanent du ministère du Travail, Jarin Chakkaphark, a annoncé jeudi que le Comité central des salaires fixerait le nouveau taux avant le 30 mars, avec application le 1er avril. Tous les comités salariaux provinciaux ont déjà soumis leurs recommandations au Comité central des salaires afin de déterminer l'augmentation la plus appropriée. Aucune conclusion n’a été atteinte jusqu'à présent, a-t-il déclaré, car il convient d'étudier divers facteurs, tels que le salaire actuel, l'indice du coût de la vie, l'inflation moyenne, le coût moyen de la vie, le coût de production des biens et des services, la capacité de production des entreprises, et le produit intérieur brut (PIB). Demander un salaire minimum journalier 360 bahts est le droit des travailleurs, mais les autorités examineront soigneusement l'augmentation réelle des salaires sur la base des faits et garantiront l'équité tant pour les employeurs que pour les travailleurs, a déclaré Jarin. «Le salaire minimum journalier diffère d’une province à l’autre en raison des différences de coût de la vie et de quatre ou cinq facteurs. Nous sommes toujours en train d’examiner les taux appropriés et le Comité central des salaires définira les nouveaux salaires en mars, " il a dit. L'année dernière, le salaire minimum quotidien a augmenté de 5 à 22 bahts dans 7 provinces. Phuket, Chon Buri et Rayong affichent le salaire le plus élevé, à 330 thb par jour. À l'heure actuelle, la Thaïlande applique sept taux de salaire minimum quotidiens: 308 Bt (dans les trois provinces frontalières les plus au sud, Yala, Pattani et Narathiwat), 315 Bt (dans 22 provinces), 315 Bt (dans 21 provinces), 318 Bt (dans sept provinces) et 320 Bt (dans 14 provinces, dont Khon Kaen et Ubol Ratchathani), 325 Bt (dans sept provinces, Bangkok et Samut Prakan) et 330 thb. Le salaire minimum moyen est de 315,97 thb. https://forum.thaivisa.com/topic/1084375-workers-call-for-bt360-daily-minimum-wage/ On ne sait pas si la décision d'augmenter le salaire minimum sera prise avant les élections (24 mars) et donc on ne sait pas si cet élément entrera en ligne compte dans les isoloirs.
  23. LES AUTORITÉS prennent des mesures concrètes pour accorder l’amnistie aux personnes qui utilisent ou qui ont du cannabis en leur possession si elles en informent les autorités dans les délais impartis. Le Comité de la drogue a approuvé hier trois projets de loi d'amnistie. Si ces projets deviennent des lois, même les possesseurs de cannabis, qui ne sont ni des malades ni des unités de recherche, seront pardonnés. «Nous avons déjà adopté le projet de loi, mais il reste encore de nombreuses étapes. La Food and Drug Administration [FDA] devra soumettre ces projets à des auditions publiques et recueillir des avis pour un examen plus approfondi », a déclaré hier le secrétaire général de la FDA, Tares Krassanairawiwong. Il parlait après avoir présidé une réunion avec le Comité antidrogue, au cours de laquelle le feu vert a été donné à plusieurs projets de loi. Les projets visent à accorder l'amnistie à des agences gouvernementales, des entreprises privées, des entreprises communautaires, des praticiens de la médecine traditionnelle thaïlandaise, des organismes de recherche, des patients et tous les autres utilisateurs et consommateurs de cannabis. "Ils doivent se présenter (à la police) dans les 90 jours suivant l'annonce", a expliqué Tares. En vertu de la législation thaïlandaise, le cannabis est une drogue illicite et sa possession ou son utilisation est punie d’une amende et / ou d’une peine de prison. Cependant, le Royaume est en train d'autoriser l'utilisation de la marijuana à des fins médicales et plusieurs projets de législation liée sont en cours de préparation pour en faciliter l'application. Selon le plan, les patients qui consomment de la marijuana pour des raisons médicale pourront continuer à en prendre après s'être inscrits pour bénéficier de l'amnistie et jusqu'à l'introduction du système de traitement médical de la marijuana. On pense que la marijuana est utile pour les patients aux prises avec la maladie de Parkinson, la maladie d’Alzheimer, le stress, la douleur chronique et les nausées liées à la chimiothérapie. https://forum.thaivisa.com/topic/1084426-amnesty-underway-for-users-possessors-of-cannabis/ Cette annonce semble montrer que les autorités cherchent un moyen de plus être obligées d'emprisonner des consommateurs de cannabis dans des geôles surchargées (plus de 300 000 détenus en Thaïlande).
  24. Le Modérateur

    Attention aux touristes - voleurs à Krabi

    Sanook a déclaré que les vols commis par des étrangers était un problème croissant à Krabi. Que ce soit des vêtements, des bikinis, des sacs ou des portefeuilles, les voleurs continuent à venir et à sévir. Il y a eu quelques arrestations, mais, dans la plupart des cas, dès que la police a trouvé dans quelle direction enquêter, les étrangers avaient déjà quitté le pays, ont déclaré les médias thaïlandais. Les zones touristiques comme Ao Nang et l'île de Phi Phi sont des lieu de prédilection pour les touristes - voleurs. Le dernier cas en date est le vol d'un sac appartenant à un membre thaïlandais du personnel sur un bateau de plaisance. Un étranger en t-shirt et short blanc a été filmé à bord par un système de vidéosurveillance en train d'embarquer un sac appartenant à Saharat, 21 ans. Ce dernier a ensuite signalé la perte du sac à la police. Il contenait sa carte d'identité thaïlandaise, un téléphone, une carte ATM et 5 000 bahts, entre autres. Sanook a déclaré que la vidéosurveillance donnait une image claire de l'étranger qui n'a pas été identifié. Les voleurs ne s'attaquent pas qu'aux Thaïlandais, tout le monde doit rester sur ses gardes. https://forum.thaivisa.com/topic/1084258-light-fingered-foreigners-on-the-rampage-in-krabi/
  25. L'histoire de Madame Cécile n'est que l'une des nombreuses anecdotes racontées dans le livre de Jean-Marie Colonna, célèbre expatrié de Bangkok, dont le titre est "Insensé, Cocasse et bouleversant". Le Prince Colonna nous offre ici la suite de ses mémoires dont le premier tome était paru sous le titre : Passeport Numéro Un. Toujours aussi amusant, l’alerte nonagénaire nous raconte de nouvelles anecdotes insensées et cocasses. Comme dans l’opus précédent, Philippe Jean-Marie nous emmène en Polynésie. Il nous parle d’un faux curé et de son vieil ami Paul-Émile Victor. Il continue avec son Asie bien-aimée et l’arbre à bites de Bangkok ou la traversée risquée du Laos et les toilettes chinoises. Le périple passe aussi par la France, ses mines de charbon et ses dîners mondains. Mais cet ouvrage est enfin l’occasion de brosser les portraits de femmes hors du commun : la richissime comtesse d’Uribarene, puis la sulfureuse mère maquerelle francophone de Bangkok, madame Cécile et l’aventurière absolue, Marga d’Andurain surnommée la reine de Palmyre. Pour conclure, le Prince Colonna rend un hommage bouleversant à Consuello qui est restée sa plus fidèle amie pendant plus de 60 ans. Philippe Jean-Marie Colonna est né à Paris en 1925. Il vit actuellement à Bangkok, en Thaïlande. Pour en savoir plus sur Madame Cécile et la prostitution enfantine chez les riches expatriés des années 60, il faudra lire l'ouvrage. Il est en vente à Carnets d'Asie / Alliance ou par correspondance auprès de l'éditeur [email protected] au prix de 240 bahts.
×