Aller au contenu
BANGKOK 25 June 2019 02:41

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 183
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    35

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Le chef de l'immigration thaïlandaise, le général Sompong Chingduang, a annoncé l'arrestation d'une femme ouzbèke de 62 ans recherchée dans son pays d'origine pour avoir dirigé un réseau de prostitution et de traite d'êtres humains. Sayora Melikova a été arrêtée dans un appartement sur Rama 9, dans le district de Huay Kwang à Bangkok. Elle était recherchée sur une notice rouge d'Interpol émise en Ouzbékistan en 2011. Elle se cachait en Thaïlande depuis sept ans. Trois femmes travaillant volontairement comme prostituées étaient avec elle. Le général Sompong a déclaré que Melikova serait renvoyée en Ouzbékistan. Le destin des trois prostituées n'était pas mentionné dans le rapport de police. https://forum.thaivisa.com/topic/1105200-wanted-uzbekistan-mama-san-arrested-in-bangkok-along-with-three-prostitutes/
  2. Le chef de l'immigration "ne s'inquiète pas pour lui-même" alors que la Thaïlande fait face à une enquête sur la corruption liée au plan biométrie. Alors que la Thaïlande envisage de déployer son projet de biométrie de plusieurs milliards de bahts, la Commission nationale anti-corruption (CCNA) va enquêter sur des actes présumés illicites. L’affaire a été commentée hier par le chef de l’immigration, le général Sompong Chingduang. Il occupe le poste de responsable du bureau de l'immigration depuis quelques mois après que le célèbre général Surachate Hakparn a été brusquement démis de ses fonctions. Aucune raison n'a jamais été donnée pour la mutation de Big Joke, bien que les spéculations soient légion. Un communiqué aurait mis fin aux rumeurs qui vont redoubler avec cette affaire. TNA MCOT raconte de manière voilée qu'un "remaniement" a été effectué en coulisse. Les journalistes racontent qu'un avocat appelé Sittra Biabangkert avait déposé une plainte auprès de la CCNA pour enquêter sur le projet biométrie. Le plan consiste à mettre en place une technologie liée aux empreintes digitales et à la reconnaissance faciale aux frontières et aux aéroports d'ici le mois prochain. On ne sait pas si le projet de plus de deux milliards de bahts commencera à la date prévue du 1er juillet, comme annoncé. La société étrangère qui travaille avec les Thaïlandais sur la mise en œuvre de cette technologie fera face à des amendes quotidiennes si elles ne respectent pas les délais. Hier, le lieutenant-général Sompong a déclaré que le bureau coopérerait pleinement avec la CCNA et qu'il n'était personnellement pas "inquiet" des conclusions. En ce qui le concerne, il a déclaré que le projet biométrie avait été mis au point plus de deux ans avant son entrée en fonction. Il a dit qu'il n'avait rien à cacher, mais il a déclaré qu'il ne pouvait garantir qu'il n'y avait pas eu malversation (sous entendu avant son arrivée). Ce sera à la CNLA de s’en assurer. https://forum.thaivisa.com/topic/1105222-immigration-chief-not-worried-about-himself-as-thailand-faces-corruption-investigation-over-biometrics-plan/
  3. BANGKOK, 7 juin 2019 (NNT) - En dépit de la guerre commerciale (entre la Chine et les États-Unis), l’emploi des travailleurs thaïlandais a augmenté en raison de l’expansion continue des projets d’investissement du secteur public au cours du premier trimestre de cette année. Le Secrétaire général du Conseil du développement économique, Thossaphorn Sirisamphan, a déclaré que l’emploi avait augmenté de 0,9% au premier trimestre de cette année par rapport à la même période de l’année dernière. L'emploi dans le secteur non agricole a augmenté de 3,2%, l'emploi dans le secteur de la construction a augmenté de 10,5% en raison des grands projets d'investissement, tandis que l'emploi dans le secteur industriel a augmenté de 1% face au ralentissement économique mondial. L'emploi dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration a légèrement diminué en raison d'une baisse du nombre de touristes étrangers. Le taux de chômage est resté faible à 0,9%, ce qui représente environ 350 000 personnes sans emploi. Cependant, les employeurs recherchent deux fois plus d'employés qu'il n'y a de demandeurs d'emploi. Les Thaïlandais qui ne travaillent pas sont donc inaptes au travail car le pays est obligé d'importer 3 millions de migrants pour faire tourner l'économie. Dans le même temps, la dette des ménages au quatrième trimestre de l’année dernière a augmenté de 6%, représentant 78,6% du PIB. La dette en crédits individuels fournis par les banques commerciales a augmenté de 10,1%, son niveau le plus élevé en cinq ans, en raison principalement de l’augmentation des achats de logements et d’automobiles. https://forum.thaivisa.com/topic/1105335-employment-rises-in-q1/
  4. Le chef du parti Bhumjaithai, Anutin Charnvirakul, affirme que son parti ne cédera pas les portefeuilles ministériels des transports, de la santé publique ou du tourisme au parti Palang Pracharat (celui de Chan-o-cha). Dans une publication sur Facebook samedi soir, il a écrit: «Les ministères sont conçus pour que les gens y travaillent et non pour être échangés. Point final." Dans le message suivant, il écrivait: "Les transports, la santé publique et le tourisme ne sont pas négociables." Les déclarations de M. Anutin constituent la réponse au revirement du parti Palang Pracharat dans l’attribution de sièges au gouvernement aux deux partis «faiseurs de roi», Bhumjaithai et Démocrate. Le vice-Premier ministre Somkid Jatusripitak pourrait ne pas rejoindre le cabinet du général Prayut Chan-o-cha si le parti Palang Pracharat ne contrôlait pas ces ministères économiques clés, promis aux démocrates et à Bhumjaithai. Le chef du parti Palang Pracharat, Uttama Savanayana, et le secrétaire général du parti, Sotirat Sontijirawong, ont été chargés de renégocier, avec les deux partenaires de la coalition potentiels, le retour des trois ministères économiquement importants en échange de l’éducation et de l’énergie. https://forum.thaivisa.com/topic/1105358-bhumjaithai-rejects-palang-pracharat’s-demand-for-return-of-transport-ministry/ Tout ceci rappelle étrangement ce qui se passait au 20e siècle. Les coalitions ne duraient jamais bien longtemps. Chan-o-cha pourrait à terme perdre son poste sur une mention de censure votée par certains Bhumjaithai ou Démocrates qui se sentiraient lésés. En effet, la cohorte de sénateurs nommés par la junte qui a fomenté un coup d'état en 2014 ne votent pas pour les mentions de censure et ne pourraient pas sauver l'armée. Anutin
  5. Agence nationale de presse pro gouvernementale Prayut Chan-o-cha est un homme de paradoxe, et le dernier en date, c'est lorsque le Parlement a élu l'ancien chef qui a fomenté un coup d’État au poste de Premier ministre chargé de superviser le retour de la Thaïlande à un «régime civil». La voie à suivre sera de plus en plus périlleuse. De quelqu'un qui promettait une réconciliation nationale, il est devenu lui-même une source majeure de discorde. En plus de cela, la politique stable qu'il avait promise après son coup d'État de 2014 entre dans sa phase la plus imprévisible. Et il a abandonné les formidables pouvoirs d'après coup d'état pour un «mandat démocratique» extrêmement fragile qui pourrait être de courte durée. Après cinq années passées à la tête de la Thaïlande grâce aux pleins pouvoirs, acquis après un coup d’État contre le gouvernement élu de Yingluck, Prayut a réussi à prolonger son statut de Premier ministre. Mais de justesse. La route devant nous est parsemée de pièges mortels, dont certains pourraient causer des dommages considérables dès que la composition du gouvernement sera dévoilé. Pour résumer: ses alliés clés sont prêts à se retourner contre lui à tout moment. Son mandat à la Chambre des représentants est mince, et amis et ennemis pourraient en profiter. L’opposition est forte et déterminée à s'attaquer à ce qu’elle perçoit comme son point faible: le lien avec l'armée et l’image de quelqu'un qui a renversé de force un gouvernement élu. Le général Prayut, qui présidait le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), a décidé de ne plus être un "arbitre" pour devenir lui-même un joueur. La tâche politique difficile de Prayut consiste à prouver qu’il existe un lien entre «démocratie» et «dictature». Un sénateur a d'ailleurs affirmé souhaiter pour la Thaïlande une dictature démocratique. Le coup d’État de l’ancien chef de l’armée en 2014 a mis fin à la violence politique généralisée. Il était largement admiré à cette époque, mais cinq années ont réduit à néant une grande partie de sa popularité, et sa détermination à rester en place a suscité un scepticisme considérable parmi les opposants. Par ailleurs, en cinq ans, les Thaïlandais ont vieilli de 5 ans. Des personnes âgées soutenant les dictatures sont mortes et ont été remplacées par des jeunes avides de vraie démocratie. Prayut est populaire, à en juger par le résultat du Palang Pracharat obtenu aux élections du 24 mars. Les admirateurs l'adorent et les détracteurs le détestent à cause de son caractère entier, son nationalisme exacerbé, son style agressif avec les médias et son "esprit de décision" qui parfois frise l'imprudence. Malgré sa promesse de réconciliation après le coup d’État, Prayut est lui-même devenu partie intégrante du conflit politique. Ceux qui se trouvaient en dehors du camp de Thaksin se sont également battus contre lui, notamment Abhisit Vejjajiva, du parti démocrate. Prayut, âgé de 65 ans, a exercé les pleins pouvoir au cours des cinq dernières années, mais il devra maintenant respecter les règles parlementaires habituelles. Les critiques affirment que des vestiges de son coup d’État sont encore visibles dans les 250 sénateurs qui ont été nommés par la junte et qui ont tenu ses adversaires à distance dans la course au poste de Premier ministre. Les sénateurs ne peuvent pas l’aider dans certains cas devant les députés, par exemple durant les motions de censure, c’est pourquoi son gouvernement pourrait désormais avancer sur un fil. Le général Prayut est né le 21 mars 1954 dans la province de Nakhon Ratchasima, dans le nord-est du pays. Son père était un colonel de l'armée et sa mère, une enseignante. Il a deux frères et une sœur: un frère, général de l'armée et la sœur, générale de l'armée de l'air. https://forum.thaivisa.com/topic/1104988-prayut-steps-from-solid-ground-to-shaky-one/ Le chef du parti démocrate, Jurin Laksanavisit, a déclaré aujourd'hui qu'il croyait que le parti Palang Pracharat tiendrait sa promesse quant à l'attribution des ministères aux démocrates. Mais, Somsak Thepsutin, une figure clé du groupe Sam Mitr (au sein du parti pro-junte), a déclaré que si le groupe ne recevait pas le poste de ministre de l’Agriculture, toutes les promesses faites à la population pendant la campagne électorale seraient sérieusement affectées. Tout en refusant de commenter davantage la répartition des portefeuilles du cabinet, M. Somsak a déclaré que la décision finale reviendrait au comité exécutif du parti et que son groupe avait déjà clairement exprimé ses souhaits. Somsak lui-même aspire à devenir le ministre de l'Agriculture. Lui et Suriya Juangroongruangkit, un autre chef du groupe Sam Mitr, ont joué un rôle clé dans la mobilisation d'anciens députés (traîtres à leur parti précédent qui doivent donc être remerciés) pour rejoindre le parti Palang Pracharat. Jurin, cependant, insiste sur le fait que la question du quota du parti démocrate est déjà réglée et estime que Palang Pracharat ne reviendra pas sur sa promesse faite aux démocrates. Un membre de la coalition a averti que le gouvernement de coalition fonctionnerait avec de grandes difficultés si le parti Palang Pracharat (pro-junte) ne tenait pas les promesses qu'il avait faites aux démocrates. https://forum.thaivisa.com/topic/1104990-palang-pracharat-warned-government-in-trouble-if-cabinet-seat-promises-not-kept/ De très nombreuses voix sont maintenant un peu acide envers Chan-o-cha et son parti mais Thaivisa en français qui publie les articles de médias pro-gouvernementaux ne les relaiera pas.
  6. Le programme Pavillon Bleu pour les hôpitaux «aidera toutes les parties» Un nouveau système aidera les patients à identifier des options abordables, déclare l'association. L’association THE PRIVATE Hospitals Association apporte son soutien à l’idée d’identifier lesquels de ses membres offrent des services à coût raisonnable. Cette initiative est considérée comme un effort visant à minimiser l'impact de la décision importante prise par le gouvernement de contrôler les prix des médicaments. "Si elle est mise en œuvre, cette idée profitera à toutes les parties", a déclaré hier le Dr Aurchat Kanjanapitak, en sa qualité de conseiller de l'association. «Les patients sauront dans quels hôpitaux ils devraient aller et prendront des décisions en fonction de leurs besoins et de leurs préférences.» Il a pris la parole en réponse à des informations selon lesquelles le Département du commerce intérieur avait proposé d’accorder un symbole «Pavillon bleu» (label bleu) à des institutions privées peu coûteuses. «Si les patients en ont les moyens, ils peuvent recourir aux services médicaux de luxe ou optionnels fournis par certains hôpitaux privés. «S'ils n'en ont pas les moyens, ils peuvent se rendre dans les établissements sous pavillon bleu», a expliqué Aurchat. Il a ajouté qu'avec la catégorisation claire basée sur les prix, le gouvernement ne devrait pas non plus avoir le problème pour traiter les plaintes relatives aux supposés surcoûts. Sous entendu, les patients n'ont qu'à consulter les prix avant. Aurchat est confiant dans le fait que de nombreux hôpitaux privés accepteront de rejoindre le projet pavillon bleu. Preeyanan Lorsermwattana, qui dirige le Réseau des victimes de fautes professionnelles médicales, a déclaré hier qu'elle n'était pas encore au courant des détails concernant le plan "hôpital pavillon bleu", mais qu'elle était d'accord avec son principe. "C'est une bonne idée. Mais je dois souligner que nous aurons besoin d’une bonne mise en œuvre », a-t-elle déclaré. Un peu plus tôt cette année, le gouvernement a pris des mesures concrètes pour contrôler les prix des médicaments, y compris les médicaments et les services médicaux, après que de nombreux patients se sont plaints des coûts élevés imposés par les hôpitaux privés. Par exemple, un patient a récemment dû payer 30 000 Bt pour le traitement d'une diarrhée basique. Par ailleurs, une source bien informée a déclaré que le Département du commerce intérieur convoquera quelque 70 hôpitaux privés pour qu'ils expliquent pourquoi ils fixent des marges bénéficiaires aussi élevées pour les médicaments. "Certains médicaments sont vendus jusqu'à 8 766,79% de plus que les prix d'achat", a déclaré la source. Dans certains endroits, les patients cancéreux paient 400 000 Bt pour les médicaments dont le prix de revient est de 140 000 Bt. Les hôpitaux qui ne sont pas en mesure de justifier correctement la majoration de prix seront passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à sept ans et / ou d’une amende de 140 000 Bt. https://forum.thaivisa.com/topic/1104982-blue-flag-scheme-for-hospitals-‘will-help-all-sides’/ Aurchat
  7. L'ex-Premier ministre en fuite, Thaksin Shinawatra, a été condamné aujourd'hui par contumace à deux ans de prison ferme, après avoir été reconnu coupable par la chambre criminelle "pour les politiques" de la Cour suprême, pour avoir autorisé une loterie nationale à deux et trois chiffres d’août 2003 à septembre 2006. Le tribunal a jugé que M. Thaksin avait ignoré les avertissements selon lesquels l'émission de billets pourrait être illégale, car aucune loi ne l'étayait, et il a alors ordonné au vice-ministre des Finances et directeur du Bureau des loteries du gouvernement (GLO) de poursuivre le projet. Selon le tribunal, le GLO a entraîné une perte d'exploitation d'environ 1,6 milliard de bahts. Le tribunal a également noté que le projet illégal de loterie avait incité le GLO à retirer 20 milliards de bahts de la caisse d'épargne du gouvernement en tant que réserves pour le projet de loterie. La cour a déclaré que M. Thaksin était pleinement conscient des risques, mais qu’il n’avait pris aucune précaution pour les atténuer. Quarante-sept personnes, dont des ministres et des fonctionnaires du gouvernement, qui participaient au projet illégal de loterie, avaient déjà été jugées et condamnées par la Cour suprême. Certains d'entre eux ont été condamnés à des peines de prison avec sursis, tels que l'ancien vice-ministre des Finances, Warathep Rattanakorn, l'ancien secrétaire permanent des Finances, Somjainoek Engtrakul et l'ancien directeur du GLO, Chaiwat Pasokpakdi. En avril de cette année, Thaksin a été condamné à trois ans de prison pour le prêt de 4 milliards de bahts accordé par la Thai Exim Bank au gouvernement du Myanmar pour le développement des télécommunications. La majeure partie du prêt a toutefois été utilisée pour acheter du matériel et des services à Shin Satellite Company, une filiale de Shin Corp, qui appartenait à Thaksin et à sa famille à l’époque. Il a également été condamné à deux ans d'emprisonnement pour conflit d'intérêts dans le cadre d'un contrat foncier sur la route de Ratchadapisek, qui a été acheté par son épouse, Khunying Potjaman. https://forum.thaivisa.com/topic/1104989-thaksin-gets-two-years-in-prison-over-2-and-3-digit-lottery-project/ Voici l'explication de cette histoire de loterie : L’affaire de la loterie impliquait la mise en place en 2003 d'une loterie nationale imitant la loterie clandestine illégale, un jeu flexible dans lequel les gens pouvaient choisir des numéros à deux et trois chiffres et miser de petites sommes, système plus populaire que le système officiel de billets de loterie à numéros fixes qui offre moins d'opportunités de gains. La loterie illégale est extrêmement populaire et le stratagème de Thaksin était de détourner une partie de l’argent joué dans la loterie illégale vers les coffres du gouvernement. Le tribunal a estimé que M. Thaksin avait ignoré les pratiques administratives habituelles lors du lancement de la nouvelle loterie, qui avait été abandonnée après un coup d'état contre lui.
  8. Le Russe a utilisé un stylo pour changer la date de son visa après avoir "perdu la notion du temps" avec sa petite amie thaïlandaise Un Russe qui a été arrêté au poste de contrôle frontalier de Klong Leuk en se rendant au Cambodge a déclaré à l’immigration qu’il avait changé la date sur le tampon avec son propre stylo. Dmitril Ignatov, 32 ans, était allé en Thaïlande pour rendre visite à sa petite amie et tentait de sortir par le Cambodge. Lorsque l'officier de l'immigration a vérifié son passeport dans le système, il s’est avéré qu’il était resté trois jours de plus. Un tampon sur la page 15 de son passeport avait été modifié au stylo. Il a dit qu'il avait perdu la notion du temps alors qu'il était avec sa petite amie. https://forum.thaivisa.com/topic/1105023-russian-used-pen-to-change-his-visa-stamp-after-losing-track-of-the-time-with-thai-girlfriend/ L'intérêt de cet article, c'est de rappeler qu'il est inutile de jouer avec son Tippex, sa gomme et son stylo, l’ordinateur se souvient de tout. Par ailleurs, on aimerait bien savoir si le Russe sera pardonné, expulsé ou condamné.
  9. Une première en Thaïlande: quatre députés transgenres ont fait leur entrée, ce jeudi, au Parlement. Un geste de façade progressiste qui cache une réalité plus sombre. Pour la première fois dans le pays, quatre élus transgenres ont fait leur entrée dans l'hémicycle à l'issue des législatives de mars. Une révolution dans le royaume, réputé tolérant envers la communauté LGBT+, même si des discriminations perdurent. Mercredi, ils ont voté, aux côtés de 745 parlementaires pour choisir le futur Premier ministre. Leur candidat, le patron de Future Forward, le parti d'opposition sous l'étiquette duquel ils concouraient, a perdu la bataille face au chef de la junte, Prayut Chan-O-Cha. "Je ne suis pas là pour faire de la figuration, je veux écrire une nouvelle page de l'histoire" de la Thaïlande, assure Tanwarin Sukkhapisit, 45 ans, symbole d'une nouvelle génération de politiques, dont plusieurs parlementaires ouvertement homosexuels, à avoir émergé lors de ce scrutin. "Quand je suis arrivée habillée en femme au Parlement, cela a créé des débats parfois virulents sur les réseaux sociaux. C'est ce que je veux car je veux voir une vraie démocratie émerger dans mon pays", assure-t-elle. Du militantisme à la politique Née dans la province pauvre de l'Issan, Tanwarin ne veut pas être enfermée dans une identité sexuelle particulière. "Je n'entre dans aucune des deux cases. La société ne devrait pas nous imposer un genre", estime la députée actuellement à l'affiche d'une pièce de théâtre, Trans, I Am (Trans, Je Suis). Son désir de politique est venu plus tard. Réalisatrice sur la communauté LGBT+, un de ses films, Insects in the Backyard (Insectes sur cour), diffusé à l'international, a été censuré en Thaïlande pour avoir "offensé la morale". Ce n'est qu'après une bataille juridique de cinq ans et la suppression d'une scène de nudité de trois secondes que le long-métrage a pu être diffusé. "J'ai compris que faire des films n'était pas suffisant. Il fallait entrer en politique pour que les lois changent", relève-t-elle. Victime de critiques au cours de la campagne électorale, Tanwarin reconnaît que le chemin sera long. Une tolérance qui cache une réalité plus sombre Par rapport à de nombreux pays, la Thaïlande s'est bâtie une réputation de tolérance à l'égard de la diversité sexuelle. Mais cette apparente intégration cache une réalité plus sombre. Les personnes transgenres "sont régulièrement victimes de discriminations dans leur emploi, ce qui oblige bon nombre d'entre (elles) à se lancer dans des professions faiblement rémunérées", note Kyle Knight, spécialiste des questions LGBT pour Human Rights Watch. Beaucoup sont rejetées par leur famille et, même si aucune estimation officielle n'est disponible, elles travaillent souvent dans l'univers du divertissement, notamment dans l'industrie du sexe, relèvent plusieurs ONG. Beaucoup espèrent que l'entrée au Parlement de Tanwarin et de ses trois collègues marque un changement. La junte a approuvé un texte qui, s'il est adopté, fera de la Thaïlande le deuxième pays d'Asie après Taïwan à légaliser le mariage entre personnes de même sexe. Mais la députée trouve qu'il ne va pas assez loin car il ne prévoit notamment pas le droit d'adoption. Tanwarin Sukkhapisit veut aussi permettre le changement de genre sur les documents officiels et améliorer l'éducation dans les écoles. La notion de diversité de genre devrait d'ores et déjà bientôt être intégrée aux manuels scolaires. Aude Solente https://www.bfmtv.com/international/thailande-entree-historique-dedeputes-transgenres-au-parlement-1706644.html
  10. BANGKOK (NNT) - Le secteur des exportations de la Thaïlande a fait part de ses préoccupations face à la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, qui entraîne une diminution du volume des cargaisons exportées de Thaïlande. La croissance des exportations de cette année a été réduite à 1% par rapport aux prévisions antérieures de 3%. De nouveaux marchés d'exportation sont recherchés et les exportateurs s'entretiendront prochainement avec le ministère du Commerce. Kanyaphak Tantiphiphatphong, président du Conseil national des exportateurs thaïlandais, a déclaré que le secteur des exportations thaïlandaises avait généré au total 18,5 milliards de dollars en avril, soit une baisse de 2,6% par rapport à la même période l'an dernier. Cela est dû à la guerre commerciale américano-chinoise et au ralentissement économique mondial. Les exportations thaïlandaises vers les marchés chinois ont largement diminué pendant quatre mois consécutifs depuis janvier. Le Conseil national des exportateurs thaïlandais a réajusté la croissance des exportations de cette année à 1%, contre 3% précédemment. C’est évidemment inférieur à la croissance prévue par le Ministère du commerce. Bien que les exportations thaïlandaises de marchandises vers la Chine aient chuté, celles destinées aux États-Unis ont augmenté, à la suite de la hausse des taxes américaines sur les marchandises chinoises. La Thaïlande cherche de nouveaux débouchés tels que l'Inde. Le Conseil national des exportateurs thaïlandais a prévu de discuter avec le Ministère du commerce des mesures pour encourager les exportations. https://forum.thaivisa.com/topic/1104807-commerce-ministry-export-drops-due-to-trade-war/
  11. "Les déchets plastiques sont un problème environnemental majeur car il faut des centaines d'années pour qu'ils se dégradent." Hier, c’était la Journée mondiale de l’environnement, une journée idéale pour rappeler à la Thaïlande son combat pour la réduction des plastiques, après la première année complète de campagnes visant à réduire les plastiques à usage unique. Le Département de la lutte contre la pollution (PCD) a déclaré que les efforts de la Thaïlande avaient porté leurs fruits après avoir bénéficié de la coopération générale du secteur des affaires du pays. Selon PCD, parmi les réalisations, il y a eu une réduction massive de 80% des petits colliers en plastique qui faisaient autrefois partie des bouchons de bouteilles d'eau, grâce à la coopération de cinq grandes entreprises de conditionnement de bouteilles d'eau. Pendant ce temps, la Food and Drugs Administration prépare une législation visant à interdire l'utilisation de microbilles - des particules de plastique presque microscopiques utilisées dans certains produits cosmétiques. Selon des recherches, les Américains mangent, boivent et respirent entre 74 000 et 121 000 particules de microplastique par an, en fonction de leur âge et de leur sexe. Ceux qui boivent exclusivement de l'eau en bouteille plutôt que de l'eau du robinet peuvent ajouter jusqu'à 90 000 particules de plastique à leur total annuel estimé, selon l'étude publiée mercredi dans la revue Environmental Science & Technology. Les Thaïlandais ne boivent pratiquement jamais l'eau du robinet. Des recherches ont montré que certaines particules sont assez petites pour pénétrer dans nos tissus, où elles peuvent déclencher une réaction immunitaire ou libérer des substances toxiques et des polluants absorbés par l'environnement, y compris des métaux lourds. La feuille de route pour la gestion des déchets plastiques 2018-2030 comprend un plan ambitieux pour la Thaïlande : n'utiliser que du plastique recyclé à 100% d'ici 2027 sous différentes formes, notamment en transformant les déchets en énergie. Paradorn Chullachart, président de la Plastic Industries Association, a déclaré que la première année de campagne concertée avait marqué un tournant décisif pour la Thaïlande dans la réduction des déchets plastiques. "Beaucoup de Thaïlandais ont clairement changé d'avis et de comportement et commencent maintenant à comprendre l'impact de l'utilisation du plastique." «Le secteur privé collabore avec les organismes publics pour étudier les flux de matières plastiques.» Mais vous remarquerez toujours les défis à relever lorsque vous vous promènerez en Thaïlande : vous verrez les vendeurs de café glacé en bordure de route - dans un gobelet en plastique, avec un couvercle en plastique, avec une paille en plastique dans un sac en plastique. Nous (Thai tiger) donnerons à la Thaïlande un score de «D» pour la première année, en dessous de la moyenne. La deuxième année, il faudra plus d’actions concrètes et moins de discussions. https://forum.thaivisa.com/topic/1104828-first-year-report-card-for-thailand’s-battle-against-plastics/ Thaivisa en français ajoute que les mentalité changent. Il y a u an, refuser un sac plastique était considéré comme insultant, puis les vendeuses s'en sont moins étonné et maintenant même des Thaïlandais refusent aussi les sacs en plastiques inutiles. Cependant, au lieu de se battre contre les sacs en plastique pourquoi ne pas interdire carrément ce matériau et n'autoriser que des sacs biodégradables ? Dans les hypermarchés, il est maintenant possible d’acheter des sacs poubelles verts clairs qui sont supposés se dégrader rapidement. Il suffit alors d'interdire les sacs poubelles noirs. Une plage thaïlandaise
  12. La dernière épidémie de dengue en Thaïlande est «la pire en cinq ans» avec plus de 22 000 patients - dont 30 sont décédés - signalés à ce jour, a annoncé hier le directeur du Département du contrôle des maladies, le Dr Suwanchai Wattanayingcharoenchai. Treize autres décès sont actuellement à l'étude afin de déterminer s'ils ont été causés par le virus. Bangkok (1 678), Nakhon Ratchasima (1 420), Nakhon Si Thammarat (1 050), Ubon Ratchathani (948) et Chon Buri (800), a indiqué Suwanchai. «Le problème le plus grave se situe dans le nord-est, en particulier dans les provinces de Nakhon Ratchasima, Chaiyaphum, Buri Ram, Surin, Mukdahan, Yasothon, Si Sa Ket, Ubon Ratchathani et Amnat Charoen, où l'on déplore plusieurs décès liés à la dengue », a-t-il déclaré. Il a affirmé que l'Est et le Grand Bangkok comptaient également un nombre élevé de patients atteints de dengue, ajoutant que le nombre de patients au cours des cinq premiers mois de 2019 était le double du nombre de cas de dengue de l'année dernière. L’infection virale saisonnière transmise par les moustiques est causée par quatre sérotypes - DENV 1, DENV 2, DENV 3 et DENV 4 - et la plupart des patients thaïlandais souffrent de la souche la plus grave DENV 2, a déclaré Suwanchai. Par conséquent, a-t-il dit, les personnes devraient consulter un médecin si elles ont une forte fièvre pendant deux à cinq jours ou d’autres symptômes tels que maux de tête, douleurs oculaires, vomissements, toux sèche ou éruption cutanée. Il a également appelé les cliniques et les pharmacies à ne pas prescrire de médicaments anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) aux personnes ayant une forte fièvre, afin de prévenir le risque de complications mortelles. Il a également exhorté les organismes concernés à détruire les zones d'incubation de larves de moustiques. Le rapport du Département de lutte contre la maladie indique qu'entre janvier et le 22 mai, il y avait eu 22 203 patients atteints de dengue et 28 décès, soit le double du nombre de l'année précédente, (11 704 patients et 16 décès). Il y avait 11 062 patients et 19 décès en 2017; 17 614 patients et 16 décès en 2016; et 16 171 patients et 10 décès en 2015. Cette année, 1 513 patients étaient dans le groupe d’âge des 0 à 4 ans avec quatre décès; 8 988 patients âgés de 5 à 14 ans avec 10 décès; 8 310 personnes âgées de 15 à 34 ans avec 10 décès, 2 747 personnes âgées de 35 à 59 ans avec quatre décès; et 645 au-dessus de 60 sans aucun décès, dit le rapport. https://forum.thaivisa.com/topic/1104798-dengue-cases-already-double-total-of-last-year/
  13. Un Japonais arrêté en Thaïlande en overstay depuis près de 19 ans L’immigration de Phetchabun et la police de Lomsak ont arrêté un retraité japonais hier. Takahiro Nakahara, âgé de 76 ans, vivait dans le royaume depuis l'an 2000 avec un visa de tourisme qu’il n’avait prolongé qu’une fois. Il avait dépassé son droit de rester en Thaïlande de... 6 734 jours. Il sera expulsé. Il a été arrêté hier après-midi dans une maison de Nam Kor. Il est arrivé en Thaïlande le 29 septembre 2000 et a, par la suite, prolongé son visa de tourisme jusqu'au 27 décembre de la même année. Il n'a plus jamais été vu par l'immigration. On n'a pas de détails personnels sur M. Nakahara - il a simplement été livré à la police de Lomsak et risque l'expulsion. L'immigration de Phetchabun continue à rechercher des immigrants et travailleurs clandestins et des propriétaires de maison ou des hôtels ne signalant pas que des étrangers séjournaient chez eux. Le numéro 1178 permet aux bons citoyens de signaler les transgressions des lois sur l'immigration. https://forum.thaivisa.com/topic/1104826-japanese-man-arrested-on-nearly-19-year-overstay-in-thailand/
  14. Le général Prayut Chan-o-cha a été élu par les parlementaires thaïlandais mercredi soir. La Constitution restait clairement favorable aux militaires. Sans surprise, le chef de la junte militaire au pouvoir en Thaïlande depuis le coup d’Etat de 2014, Prayut Chan-o-cha, a été élu mercredi 5 juin par les parlementaires au poste de premier ministre. Le général de 65 ans a obtenu 500 voix contre 244 pour son unique rival, un milliardaire à la tête d’une coalition antijunte, d’après un décompte retransmis à la télévision. La victoire de Prayut Chan-o-cha était pratiquement acquise, car la nouvelle Constitution, adoptée en 2017, octroie à l’armée la nomination des 250 sénateurs. Il n’avait donc besoin que de 126 voix parmi les 500 députés pour conserver son poste de premier ministre. Le contexte : Thaïlande : le parti des militaires rafle la majorité des voix aux élections Un seuil atteint facilement mercredi soir après deux mois d’intenses tractations du Palang Pracharat, parti des militaires, qui a obtenu le ralliement de plusieurs mouvements conservateurs, au premier rang desquels le Parti démocrate. Face à Prayut Chan-o-cha, le milliardaire Thanathorn Juangroongruangkit, fondateur du nouveau parti d’opposition Nouvel Avenir, n’a pas pu faire le poids. « Aujourd’hui ne marque pas une fin mais un début, a-t-il déclaré après l’annonce de sa défaite. Nous allons travailler encore plus dur pour l’avenir de nos enfants. » Plébiscité notamment par la jeunesse, son mouvement avait créé la surprise aux législatives du 24 mars en devenant la troisième force politique du pays. Depuis, les ennuis judiciaires, dénoncés comme politiques, se sont accumulés pour l’homme d’affaires de 40 ans, suspendu temporairement de son mandat de député et à qui il était interdit d’entrer dans l’hémicycle. lire la suite gratuitement sur le site de Le Monde https://www.lemonde.fr/international/article/2019/06/05/en-thailande-le-chef-de-la-junte-militaire-conserve-son-poste-de-premier-ministre_5472026_3210.html
  15. A Singapour 14 personnes, 13 étudiants et un enseignant de l'École des arts (SOTA) de Singapour ont contracté une infection à virus Chikungunya transmise par les moustiques alors qu'ils se trouvaient en voyage d'apprentissage à l'étranger dans la province thaïlandaise de Ratchaburi. Après avoir été soignés à l'hôpital provincial, certains étudiants ont été transférés dans un hôpital de Bangkok où le diagnostic de chikungunya a été posé. La Thaïlande a connu une augmentation des cas de chikungunya en 2019, le Bureau of Epidemiology a rapporté 3 379 cas dans 23 provinces jusqu'au 13 mai 2019. Rappel sur le virus Chikungunya : Le chikungunya est une maladie virale transmise par des moustiques décrite pour la première fois à l'occasion d'une flambée dans le sud de la Tanzanie en 1952. Le virus responsable est arbovirus ((virus transmis par les arthropodes), un Alphavirus de la famille des Togaviridae. Il est transmis d'un être humain à l'autre par les piqûres de moustiques femelles infectées. Les moustiques incriminés sont le plus souvent Aedes aegypti et Aedes albopictus, susceptibles de piquer pendant la journée, bien que leur activité maximale se situe surtout tôt le matin et en fin d'après-midi. Les deux espèces piquent à l'extérieur, mais Ae. aegypti le fait aussi volontiers à l'intérieur des bâtiments. La maladie se manifeste généralement entre quatre et huit jours après la piqure par un moustique infecté. Elle est fortement invalidante et se caractérise par l'apparition brutale de fièvre souvent accompagnée de douleurs articulaires intenses concernant principalement les petites ceintures articulaires (poignets, doigts, chevilles, pieds), de douleurs musculaires et de céphalées. La plupart des patients se rétablissent complètement, mais dans certains cas l'arthralgie peut persister pendant plusieurs mois ou même plusieurs années. On a signalé des cas occasionnels de complications oculaires, neurologiques et cardiaques, ainsi que des douleurs gastro-intestinales. Les personnes les plus à risque sont les malades chroniques, les enfants en bas âge et les femmes enceintes. Rarement, surtout chez les enfants, elle peut causer une méningite. La prise en charge médicale est purement symptomatique, reposant sur des traitements antidouleurs et anti-inflammatoires. Conseils aux voyageurs Aucun vaccin n'est disponible contre le chikungunya. Il est conseillé aux voyageurs de se protéger des piqûres de moustique. Il convient de respecter les mesures habituelles de lutte anti-vectorielle : de réduire le temps passé à l'extérieur pendant les heures de pointe du moustique (entre le crépuscule et l'aube) ; de porter des vêtements de couleur claire avec des manches longues, pantalons et chaussettes dans les zones où les moustiques sont présents ; de se protéger des piqûres de moustiques en utilisant un insectifuge contenant du DEET ; de nettoyer les gouttières et vider régulièrement les bains d'oiseaux et autres objets susceptibles de recueillir de l'eau ; de s'assurer que les barils de pluie sont recouverts de moustiquaires ou qu'ils sont étroitement scellés autour du tuyau de descente des eaux de pluiesd' ; d'améliorer l'aménagement paysager pour empêcher l'eau stagnante autour de la maison. Les personnes qui utilisent un écran solaire doivent appliquer le répulsif 20 minutes après l'écran solaire. Source : Outbreak News Today. https://www.mesvaccins.net/web/news/13910-infections-a-virus-chikungunya-a-singapour-chez-des-etudiants-au-retour-de-thailande
  16. Les cinq suspects arrêtés pour le meurtre d'un médium dont la dépouille a été retrouvée samedi feront l'objet d'un nouvel interrogatoire par la police aujourd'hui (5 juin), à la suite de la révélation lors d'une conférence de presse tenue hier que le meurtre avait été perpétré avec une batte de baseball. La police a révélé hier que Sathaporn ‘Tek’ Yindee, le médium en lien avec des esprits âgé de 24 ans, avait été battu à mort avec une batte de baseball. Le suspect Sukolrapong “Beach” Kaewsuwan, 27 ans, a été arrêté lundi, a déclaré le chef de la police de Wichit, le colonel Nikorn Somsuk, à la presse hier. Les autres suspects Sukaray “Chuk” Jitnaree, 27 ans, Peerawat “Sam” Saewong, 28 ans, et Naruebeth “Low” Petchmak, 20 ans, ont tous été arrêtés hier, a-t-il ajouté. Les arrestations ont fait suite à la découverte samedi dernier de restes largement décomposés dans la jungle, le long de la route côtière Ao Yon - Khao Khad. Les restes ont rapidement été identifiés par les parents de la victime comme étant ceux de Sathaporn «Tek» Yindee, âgé de 24 ans, bien connu de ses amis comme étant un médium spirituel participant au festival végétarien annuel de Phuket. "Tous les quatre ont révélé qu'ils avaient planifié l'assassinat", a déclaré hier à la presse le colonel Witoon Kongsudjai, commandant en chef de la police provinciale de Phuket. Le chef de la police de Wichit, le colonel Nikorn, a ajouté que le meurtre était dû à un conflit entre Sathaporn et les quatre suspects. Les suspects ont prétendu que Sathaporn avait menacé de tuer l'un d'entre eux et qu'ils avaient donc agi préventivement. «Ils ont admis qu'une batte de baseball avait été utilisée pour battre Sathaporn à mort. Ils ont utilisé une Hyundai H-1 noire pour transporter le corps et le déposer près de la route dans la nuit du 16 mars », a-t-il déclaré. L'un des suspects qui s'était lié d'amitié avec Sathaporn l'avait emmené chez lui à moto et l'avait conduit dans une maison à Chalong, où il avait été attaqué et battu à mort avec une batte de baseball, ont expliqué les policiers. Ils lui ont ensuite ligoté les mains et les pieds avec une corde de nylon rouge et ont jeté son corps le long de la route d'Ao Yon. Le col Nikorn a refusé de révéler d'autres détails sur l'affaire et a refusé de répondre aux questions de la presse sur l'endroit où le meurtre avait été commis ou sur ce qui avait déclenché le conflit. Les suspects sont détenus au poste de police de Wichit et doivent être soumis à un autre interrogatoire. "En outre, la Hyundai noire a été saisie comme preuve", a-t-il déclaré. Le Capt Chatree Chuvichian de la police de Wichit a déclaré que les suspects seraient interrogés en présence de leur avocat. https://forum.thaivisa.com/topic/1104562-four-men-charged-with-murder-following-discovery-of-decomposed-body/?tab=comments#comment-14214176 3 des 4 criminels
  17. Le Col Anotai Jindamanee a présidé la réunion sur le projet intitulé «Being Good Host», soyons de bons hôtes, à laquelle ont assisté des officiels et des entrepreneurs locaux, dont Preechawut «Prab» Keesin, chef des entreprises Pisona et fils de l'ancien maire de Patong. Le Col Anotai a déclaré au Phuket News aujourd’hui: «L’objectif principal du projet est de traiter les problèmes qui ont une incidence sur le tourisme à Patong et de rétablir rapidement l’image de la région. «L’image négative de Patong se reflète dans la baisse du nombre de touristes et de ses revenus», a souligné le Col Anotai. «Des vidéos et des histoires de chauffeurs de taxi et de tuk-tuk arnaquant et agressant les touristes ont circulé sur les médias sociaux, ce qui a un effet néfaste sur les personnes qui essaient de gagner leur vie ici.» Une vidéo de ce type qui a été mise en ligne en mars a beaucoup attiré l'attention lorsque six personnes, comprenant des conducteurs de tuk-tuk et au moins un chauffeur de taxi moto, ont été filmées battant méchamment deux touristes des Emirats Arabes Unis devant Malin Plaza à Patong. L’incident a amené un commandant de l’armée royale thaïlandaise à demander au chef de l’Office des transports terrestres de Phuket (PLTO) d’organiser une séance d’information ou «ajustement de l’attitude» à l’intention des chauffeurs de taxi et de tuk-tuk de Patong. En plus des infractions liées au tourisme, les chauffeurs de taxi de Phuket sont connus pour s’attaquer les uns les autres. Le 7 mars, un chauffeur de taxi en a abattu un autre à mort en plein jour dans une station de taxis à Patong à la suite d'une dispute. Et plus récemment, une «blague» entre deux chauffeurs de taxi à Thalang le matin du 26 mai s’est terminée par un coup de couteau à la poitrine. Le Col Anotai a parlé de l'importance de convaincre les représentants des entreprises locales d'exprimer leurs opinions sur les solutions possibles au problème. «J'ai besoin de l'appui des entreprises locales. Je pense que le projet débutera très bientôt. Les détails pratiques seront dévoilés en temps voulu », a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1104556-patong-taxi-tuk-tuk-drivers-asked-to-stop-cheating-beating-tourists/
  18. Rangoun (AFP) - Sept civils ont été tués par des tirs d'artillerie qui ont frappé un monastère dans lequel ils avaient fui des combats entre l'armée birmane et les rebelles arakanais, ont rapporté mardi des témoins. La région, théâtre du drame rohingya, connaît depuis plusieurs mois une recrudescence des combats entre les militaires birmans et les insurgés de l'armée d'Arakan (AA), qui lutte pour obtenir plus d'autonomie en faveur de la population bouddhiste (dite rakhine ou arakanaise). Le régime de Rangoun a déployé des milliers de soldats dans l'Etat Rakhine. Ces affrontements se déroulent dans la même région de l'ouest de la Birmanie que celle où l'armée birmane avait chassé plus de 740.000 musulmans rohingyas en août 2017, les forçant à fuir vers le Bangladesh, des violences qualifiées de "génocide" par les enquêteurs de l'ONU. Selon un témoin, Myo Kyaw, le chef du village de Sapa Htar, dans le nord de l'Etat Rakhine, les habitants ont dû se réfugier dans un monastère bouddhiste local en raison de tirs d'artillerie lundi. Ces bombardements ont touché le monastère, faisant 7 morts et autant de blessés, a-t-il témoigné, sans préciser l'origine des tirs. La plupart des 800 villageois ont tenté de s'enfuir mais ils ont été bloqués par un barrage d'artillerie. Un porte-parole de l'armée birmane n'a pas confirmé ces décès mais il a fait porter la responsabilité des victimes civiles sur l'Armée d'Arakan. De son côté, un porte-parole des rebelles a accusé les militaires birmans d'avoir "su que des villageois se trouvaient dans le monastère". Plus de 30.000 personnes ont fui leurs foyers ces derniers mois à cause des combats dans la région. La semaine dernière, Amnesty International a accusé l'armée birmane de "crimes de guerre", d'"exécutions extra-judiciaires" et de "tortures" à l'encontre des rebelles de l'Etat Rakhine. Amnesty a dit disposer de "nouvelles preuves" montrant que l'armée birmane est actuellement coupable de "crimes de guerre et d'autres violations des droits de l'homme" contre l'ethnie rakhine. https://www.nouvelobs.com/monde/20190604.AFP7887/birmanie-tirs-sur-un-monastere-7-morts-dans-l-etat-rakhine.html
  19. Jean-Noël Legalland,(Boursier.com) — Suez va réaliser la construction d'une usine de recyclage des déchets plastiques en polymères recyclés, à Bang Phli, près de Bangkok. Cette usine contribuera à l'objectif du gouvernement thaïlandais de recycler d'ici 2030 100% des plastiques collectés. Ce nouveau projet renforce la présence de Suez en Asie du Sud-Est et confirme sa position d'expert dans le recyclage des plastiques au niveau mondial. L'usine convertira chaque année 30.000 tonnes de films polyéthylène collectés localement, en plastique recyclé post-consommation (PCR) de haute qualité. Elle fournira ainsi des matières premières secondaires de qualité à l'industrie du plastique. De plus, l'installation sera équipée d'un système de traitement de l'eau performant, permettant de réduire les consommations d'eau nécessaires au recyclage, et répondra aux normes environnementales les plus strictes en vigueur localement. L'usine sera en partie alimentée par des panneaux solaires situés sur le toit. Les travaux de construction seront finalisés d'ici mi-2020. https://www.boursier.com/actions/actualites/news/suez-assiste-la-thailande-dans-le-recyclage-des-dechets-plastiques-797255.html https://www.boursier.com/actions/actualites/news/suez-assiste-la-thailande-dans-le-recyclage-des-dechets-plastiques-797255.html
  20. Un homme armé tire sur un chef de village et le tue dans la mosquée Narathiwat Un homme armé est entré dans une mosquée et a abattu dimanche soir un chef de village à Ra Ngae, Narathiwat. Des balles perdues ont également blessé un homme en prière près du chef du village à la mosquée. Le colonel de police, Kamol Narong, de Ra Nage, a déclaré que Pakruding Tohdeng, chef du village de Ban Arwar Mareubotok, avait été tué à l'intérieur de la mosquée. Il a été blessé par balle à deux reprises, l'une à la tête et l'autre dans le dos. Mayudee Arbu, 43 ans, a également été blessé à la cheville et à la jambe droite par des balles perdues. Selon des témoins, l'homme armé est arrivé à la mosquée en moto avec un autre homme et est entré sans attirer l'attention avant d'ouvrir soudain le feu sur le chef de village. Il a ensuite rapidement quitté la mosquée pour retourner à la moto et a quitté les lieux. La police tente de déterminer si la fusillade résultait d'un conflit personnel ou était liée aux troubles persistants dans le grand sud. https://forum.thaivisa.com/topic/1104343-gunman-shoots-dead-village-head-in-narathiwat-mosque/
  21. Les arrivées de touristes russes dans la région Asie-Pacifique s’envolent en raison de l’augmentation substantielle de la capacité en sièges aériens, en particulier au Vietnam et en Thaïlande. Entre mai 2018 et avril 2019, les arrivées russes dans la région Asie-Pacifique ont augmenté de 54,5%, dépassant de loin la croissance totale des arrivées internationales de 3,8% dans la région, selon ForwardKeys. Cela fait de l'Europe la première source de croissance pour la région Asie-Pacifique (+ 6,3% en glissement annuel), suivie par les Amériques (+ 4,2%) et la région Asie-Pacifique (+ 3,9%). Les arrivées en provenance du Moyen-Orient et d'Afrique en Asie-Pacifique ont chuté de 1,5% au cours de cette période. Le Vietnam est devenu une véritable alternative à la Thaïlande, un repaire russe de longue date. L'augmentation de la capacité s'accompagne de beaucoup plus de chambres au Vietnam, ce qui signifie un hébergement moins cher. De plus, le Vietnam est une nouveauté par rapport à la Thaïlande et le temps de vol est à peu près le même pour les deux. «Le Vietnam connaît une croissance phénoménale sur le marché russe», a déclaré Stephan Roemer, PDG de Diethelm Travel Group. «Le pays attire les visiteurs en raison de sa situation géographique et de la grande variété d’expériences culturelles qu’il peut vivre - il est si différent du nord au sud - et offre de superbes vacances à la plage, indispensables à la plupart des voyageurs russes. «Il y a des ouvertures continues de nouveaux hôtels et de propriétés de qualité dans tout le pays, couvrant différents budgets. Plus précisément, Phu Quoc est devenue une destination très prisée, ce qui fait immédiatement apparaître le nombre d'arrivées. ” En comparaison, la Thaïlande n'est plus perçue comme une destination «bon marché», notamment avec le renforcement du baht thaïlandais, a ajouté Roemer. "Le Vietnam a bien sûr tout le potentiel pour continuer à augmenter le volume et le nombre de touristes russes, mais je pense que la Thaïlande restera le pays clé en termes de volume", a-t-il déclaré. L'année dernière, le Vietnam a reçu 15,5 millions d'arrivées, dont 606 637 touristes russes, soit 4% du total des arrivées. La Thaïlande a reçu 38,3 millions d'arrivées, dont 4% de Russes (soit 1,5 million). La Russie est le sixième marché source du Vietnam, la Chine en tête, suivie de la Corée du Sud, du Japon, de Taïwan et des États-Unis. https://forum.thaivisa.com/topic/1104416-will-vietnam-overtake-thailand-as-asian-playground-for-russians/
  22. L’hôpital Siriraj a annoncé mardi que son traitement des carences en cellules souches de la cornée et des brûlures de la surface oculaire par le biais de trois traitements à base de cellules souches, en particulier la «simple greffe d’épithélium limbal» (SLET), avait connu un succès retentissant et que les patients se rétablissaient rapidement. Ces traitements offrent également d’énormes économies sur les frais médicaux. Siriraj a également annoncé poursuivre ses recherches en ophtalmologie au profit des Thaïlandais. Le professeur Dr Prasit Watanapa, doyen de l'hôpital Siriraj de la faculté de médecine de l'université Mahidol, a déclaré que l'équipe d'ophtalmologistes Siriraj avait déjà mis en œuvre avec succès trois traitements à base de cellules souches. Il s'agissait de CLET (greffe d'épithélium du limbe cultivé) en 2007; COMET (greffe d'épithélium de muqueuse buccale cultivée) en 2008 et SLET en 2014. Maintenant, a-t-il dit, les médecins ont trois options pour traiter les patients souffrant de brûlures de la surface oculaire. Le professeur agrégé Pinnita Tanthuvanit, chef du département de cornée du département d’ophtalmologie de Siriraj, a déclaré que Siriraj avait mis au point une «technique Siriraj» spéciale. Selon cette technique, les ophtalmologistes donneront la priorité à la SLET (utilisant les cellules souches du patient ou celles d’un membre de la famille du sang) pour traiter une carence en cellule souche de Limbus de la cornée avant d’examiner les deux autres options. Jusqu'à présent, 75 patients ont été traités à l'hôpital Siriraj - 24 yeux ont été traités à l'aide de l'option CLET et 27 à l'aide de COMET, a-t-elle déclaré. CLET et COMET reposent tous deux sur la culture cellulaire et affichent un taux de réussite de 70%. Les 35 yeux restants ont été traités avec SLET, avec un taux de réussite de 83%, a-t-elle ajouté. Le Dr Ngamkae Ruangvaravate, professeur associé au département d'ophtalmologie de Siriraj, a déclaré que la carence en cellules souches de Limbus dans la cornée était provoquée par d'autres complications, telles que l'exposition à des produits chimiques dangereux, le syndrome de Stevens Johnson, une inflammation ou une infection de la cornée, une déficience innée en cellules souches, une tumeur ou une infection grave. ptérygion (croissance de la membrane muqueuse). https://forum.thaivisa.com/topic/1104543-siriraj-successful-in-ground-breaking-stemcell-treatment/
  23. Un homme est décédé au centre commercial Central World de Pathumwan, Bangkok. Selon le site d'informations thaïlandais Daily News, l'homme a sauté du 6ème étage du centre commercial jeudi après-midi. Un clip partagé sur les médias sociaux montrait des agents de sécurité du centre commercial se rendant sur les lieux et couvrant rapidement le corps de l’homme. Daily News a annoncé que la police de Pathumwan enquêtait sur le drame. Il s'agit du dernier "accident" tragique de ce genre survenu dans des centres commerciaux en Thaïlande. Le mois dernier, un étranger est mort au Central Festival à Pattaya. En janvier, un Français est décédé après une chute d’un escalator dans le centre commercial Terminal 21 de Bangkok. https://forum.thaivisa.com/topic/1104505-man-falls-to-his-death-at-central-world-bangkok/
  24. Le bloc anti-junte a décidé de nommer Thanathorn Juangroongruangkit, chef du parti Future Forward, comme candidat au poste de Premier ministre contre le chef de la junte et actuel Premier ministre, Prayut Chan-o-cha, à l'élection de mercredi. Et ce malgré la suspension actuelle des fonctions de député de Thanathorn dans l’attente du résultat du procès intenté contre lui par la Cour constitutionnelle. Le parti Pheu Thai, leader du bloc avec le plus grand nombre de députés a cédé la place au deuxième acteur du bloc, dans le but d'obtenir un vote alternatif du parti démocrate, au cas où. Si le candidat avait été un Pheu Thai, il est peu probable que des députés extérieurs au bloc l'aurait soutenu. En outre, le secrétaire général de Pheu Thai, Phumtham Wechayachai, a déclaré mardi que la candidate du parti, Khunying Sudarat Keyuraphan, avait déjà annoncé qu'elle ne prendrait aucune position dans un nouveau gouvernement - et qu'elle tiendrait parole. https://forum.thaivisa.com/topic/1104528-thailands-opposition-alliance-to-nominate-rising-star-thanathorn-as-pm/ BANGKOK (AP) - Un haut responsable en charge des affaires juridiques de la junte a insisté mardi pour dire que le chef de la junte, le général Prayuth Chan-ocha, n’a pas besoin de se présenter demain lorsque le Parlement se réunira pour élire un nouveau Premier ministre. Il n’existe aucun règlement exigeant que Prayuth soit présent, alors même qu’il est candidat au poste de Premier ministre, a insisté le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam. Cette déclaration a eu lieu après que Prayuth a refusé de répondre aux requêtes de partis rivaux lui demandant de s’adresser au parlement pour présenter son programme en tant que candidat au poste de Premier ministre du parti Phalang Pracharath. Le vice-Premier ministre Wissanu a également précisé mardi aux médias que M. Prayuth et le reste de la junte resteraient en poste jusqu'à ce qu'un nouveau cabinet se présente pour sa première journée de travail. Cette clarification est venue en réponse à une question de savoir si Prayuth démissionnerait de son poste de chef de la junte avant le vote de demain. http://www.khaosodenglish.com/politics/2019/06/04/no-need-for-prayuth-to-attend-pm-vote-deputy-pm/ Wissanu .
  25. Il va de soi que cette tendance n'est pas propre à la Thaïlande. Avec le retard dans la formation du nouveau gouvernement, près de 76% de personnes se disent «plus fatiguées» de la politique thaïlandaise Un sondage récent a révélé que la plupart des gens en ont assez des politiciens qui se disputent les ministères au moment de former un gouvernement de coalition. Aucun camp politique n'a été en mesure de former une coalition au cours des deux mois écoulés depuis l'élection générale du 24 mars. Plus de 76% des répondants au sondage Suan Dusit ont déclaré qu'ils en avaient assez de la politique à la thaïlandaise à cause des négociations pour le pouvoir. Les résultats de l'enquête ont été publiés hier. 19,4% sont «aussi fatigués qu'avant» et 4,3% «moins fatigués qu'avant». La plupart des personnes interrogées - 67,4% - reprochent aux politiciens d'être incapables de s'entendre sur la formation du gouvernement. 28,3% constatent que les chefs de parti n’avaient pas abouti à un accord, et 19% considèrent le chaos comme un jeu politique. L'Université Suan Dusit a interrogé 1 137 personnes dans toutes les régions du pays entre le 28 et le 1er. Interrogés sur ce qu'ils souhaitaient que les parties fassent en ce qui concerne la formation d'un nouveau gouvernement, la plupart des répondants ont déclaré que les 2 plus grands partis Phalang Pracharat et Pheu Thai devraient garder à l'esprit les intérêts du pays et du public. Une majorité a également suggéré que les partis de taille moyenne Future Forward, Democrat et Bhumjaithai tiennent leurs promesses électorales et ne mentent pas à la population. Un autre sondage d’opinion réalisé par l’Institut national de l’administration du développement (Nida) a demandé quelles étaient les raisons de la défaite du Parti démocrate dans de nombreuses circonscriptions lors des élections. Près de 33% des personnes interrogées ont déclaré que les électeurs en avaient assez du parti. Plus de 17% ont déclaré que les politiciens démocrates parlaient bien mais agissaient de manière médiocre. D'autres ont dit qu'ils n'aimaient pas les candidats démocrates et le chef du parti de l'époque, Abhisit Vejjajiva. Près de 12% ont indiqué qu'Abhisit, tout en faisant campagne, avait annoncé qu'il ne soutiendrait pas le général Prayut Chan-o-cha pour rester au poste de Premier ministre. Un leader démocrate Alongkorn Ponlaboot a déclaré hier que l'opinion publique, qu'elle soit positive ou négative, pourrait servir de bon miroir au parti. Il a ajouté que la réunion du comité stratégique du parti aujourd'hui exposerait une nouvelle vision et de nouvelles stratégies pour le plus ancien parti politique du pays. «Les résultats des sondages d’opinion seront pris en compte», a déclaré Alongkorn. Hier également, Phalang Pracharat - le chef de file de la coalition - a déclaré qu'il "se mettait à fond" pour former le prochain gouvernement le plus rapidement possible. Sontirat Sontijirawong, son secrétaire général, a déclaré que Phalang Pracharat (la junte) s'était adressé à tous les alliés de la coalition et attendait leur décision. «Nous espérons avoir les réponses bientôt. Nous remercions tous les partis politiques qui ont annoncé leur décision de rejoindre une coalition Phalang Pracharat », a-t-il déclaré. "Nous espérons que les négociations seront conclues et que le gouvernement de coalition sera bientôt formé." Sontirat a déclaré qu'une coalition dirigée par Phalang Pracharat intégrerait les plates-formes politiques de tous ses partis membres. Même si d'autres partis ont annoncé leur intention de rejoindre Phalang Pracharat, les démocrates n'ont pas encore annoncé de décision. Par ailleurs, Thanathorn Juangroongruangkit, dirigeant du parti Future Forward, a déclaré hier que son parti estimait que la politique devrait intéresser tout le monde, pas seulement les personnes influentes, les familles politiques et les puissants financiers. Il parlait au Future Arena Stadium de Pathum Thani après un match amical de futsal opposant des politiciens de Future Forward et une équipe locale. Un groupe dirigé par le militant anti-militaire Sirawich Serithiwat a organisé hier une manifestation au Centre d'art et de culture de Bangkok, appelant les sénateurs nommés par la junte à ne pas voter pour que le général Prayut redevienne premier ministre. Le groupe, appelé Start-up People, prévoit d'envoyer des lettres de plus de 5 000 personnes aux 250 sénateurs avant la réunion parlementaire qui se tiendra mercredi à l'auditorium TOT. Les lettres appellent les sénateurs à s'abstenir lors du vote du Premier ministre. La plupart des sénateurs devraient voter en faveur du général Prayut, candidat au poste de Premier ministre du parti Phalang Pracharat. https://forum.thaivisa.com/topic/1104228-people-sick-of-politicians-haggling-for-posts-poll/
×