Aller au contenu
BANGKOK 18 November 2019 23:41

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 852
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Niyom Termrisuk, du Bureau de contrôle des stupéfiants (ONCB) a déclaré jeudi 24 octobre que son agence s'apprêtait à livrer 122 kg de marijuana saisie à des agences médicales à utiliser pour la recherche. «Sur cette quantité, 119 kg de cannabis seront livrés à l'Institut de recherches sur les plantes, tandis que 3 kg iront au Bureau des stupéfiants. Les deux relèvent du département des sciences médicales », a-t-il déclaré. "Le cannabis a déjà été testé pour le cadmium et les résidus de pesticides : il est sans danger pour la recherche et la consommation." Depuis juillet de l'année dernière, l'ONCB a livré plus de 1 862 tonnes (erreur ? kg ?) de marijuana saisie à des hôpitaux et à des agences de recherche, notamment à l'hôpital Chaophraya Abhaibhubejhr, à l'hôpital Phra Ajarn Fan Ajaro, au département des sciences médicales thaïlandaises et aux médecines alternatives, ainsi qu'à Chulalongkorn, Kasetsart et Maha. Universités de Sarakham. Ces agences ont utilisé la marijuana à des fins de recherche et ont produit au moins 800 000 (?) bouteilles d’huile de cannabis à des fins médicales, qui est utilisé pour traiter plusieurs maladies, notamment les maladies de Parkinson et de Crohn. Niyom a révélé que des agences de recherche et des hôpitaux avaient déjà soumis des demandes pour plus de 3 tonnes de marijuana saisie à l'ONCB, mais il a ajouté que la marijuana saisie est généralement contaminée par de fortes concentrations de métaux lourds et de pesticides. «La marijuana qui n’est pas sûre sera détruite conformément à la réglementation de l’ONCB», a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1130447-oncb-to-deliver-122-kg-of-seized-marijuana-for-medical-research/
  2. Le ministre de l'Agriculture a informé la presse thaïlandaise de l'augmentation de ses objectifs pour lutter contre les chats et les chiens errants du pays. Thai Rath affirme qu'il y a 2,6 millions de chiens errants en Thaïlande et un million de chats errants. L'année dernière, 160 445 chiens et 122 400 chats ont été stérilisés. L'objectif de cette année est de 600 000 animaux, a déclaré Chalermchai Sri-On. Le ministre espère que cela contribuera à lutter contre la rage et à protéger les animaux contre les abus. Les opérations sont effectués par le Département vétérinaire en utilisant les budgets du gouvernement. https://forum.thaivisa.com/topic/1130460-thailands-soi-dogs-and-cats-600000-to-be-sterilized-in-the-next-year/
  3. Le département de l'agriculture des États-Unis appelle à un report de l'interdiction du glyphosate, car elle va perturber les importations thaïlandaises de soja, de blé, de café, de pommes, de raisins et d'autres produits agricoles américains, d'une valeur de 51 milliards de Bt par an. Cela fait suite à l’interdiction par la Thaïlande des trois produits chimiques agricoles, le paraquat, le glyphosate et le chlorpyrifos, qui, selon les environnementalistes et de nombreux défenseurs de la santé, sont toxiques. Ted McKinney, du département de l'Agriculture des États-Unis, a écrit au Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha et à neuf autres ministres, demandant au gouvernement de reconsidérer l'interdiction du glyphosate. Il a également déclaré que le Comité national des substances dangereuses n'avait pas pris sa décision sur la base de preuves scientifiques. La lettre est datée du 18 octobre. Dans le même temps, l'ambassade américaine à Bangkok a également écrit au ministre de l'Industrie, Suriya Juangroongruangkit. L’ambassade expliquait l'impact de l'interdiction sur les agriculteurs thaïlandais et les exportations américaines vers la Thaïlande. Suriya a répondu en affirmant que le gouvernement devait mener une étude approfondie sur les produits chimiques de substitution, car de nombreuses parties seraient touchées, ajoutant que la question ne devrait pas être politisée, car cela créerait de nouveaux problèmes. Dans sa lettre, McKinney a demandé que l'interdiction du glyphosate soit reportée jusqu'à ce que l'on puisse en discuter lors de sa visite en Thaïlande. Les États-Unis affirment également que leur agence de protection de l'environnement (EPA) a constaté que le glyphosate ne pose aucun risque significatif pour la santé humaine lorsqu'il est correctement utilisé. Par ailleurs, la lettre de l'ambassade dit que l'interdiction coûterait aux agriculteurs entre 75 et 115 milliards de Bt, car ils devront acheter autre chose, plus cher. Si aucun produit de remplacement approprié n'est trouvé, les agriculteurs devront alors engager de la main-d'œuvre pour arracher les mauvaises herbes, ce qui coûtera 128 milliards de Bt. «La principale préoccupation des États-Unis et des autres partenaires commerciaux de l'agriculture thaïlandaise est l'interruption immédiate du commerce de soja, de blé, de café, de pommes et de raisins (sous entendu, contenant du glyphosate) avec des perturbations dans les importations thaïlandaises pouvant atteindre 1,7 milliard de dollars [5 milliards de bahts] par an », lit-on dans la lettre de l'ambassade. Ces coûts ne tiennent pas compte des entreprises telles que les boulangeries et les fabricants de nouilles instantanées, qui dépendent à 100% du blé importé comme matière première (valeur de 40 milliards de Bt par an). Le 22 octobre, le Comité national des substances dangereuses a voté en faveur de l'interdiction des trois produits agrochimiques toxiques. Les agriculteurs, en particulier les producteurs de canne à sucre, menacent de poursuivre en justice pour obtenir un report ou une annulation. https://forum.thaivisa.com/topic/1130395-us-urges-thailand-to-delay-ban-on-pesticide-as-it-will-affect-bt51-bn-of-imports/
  4. Le projet ferroviaire reliant des aéroports thaïlandais, d'une valeur de 7 milliards de dollars, sur les rails après des mois de conflit BANGKOK (Reuters) - La Thaïlande envisage une nouvelle ligne ferroviaire à grande vitesse d'une valeur de 7,4 milliards de dollars entre Bangkok et la ville touristique de Pattaya. Le projet a été lancé jeudi, après des mois de négociations empreintes d'acrimonie en public. Le gouvernement thaïlandais a annoncé avoir signé jeudi un accord pour commencer les travaux avec un consortium dirigé par le conglomérat Charoen Pokphand et comprenant la China Railway Construction Corporation. Certaines banques japonaises ont également accepté de fournir une partie du financement de la ligne, qui s'étendra sur 220 kilomètres et devrait commencer à fonctionner en 2023. Le gouvernement a approuvé un investissement de 119 milliards de bahts, tandis que le secteur privé investira 117 milliards de bahts. Après une période de 50 ans, tous les actifs seront transférés au gouvernement. Les autres termes de l'accord n'ont pas été rendus publics. Le groupe CP et 12 autres sociétés ont été sélectionnés pour ce projet par l’ancien gouvernement issu d'un coup d'état militaire. CP négocie avec les agences de l’État depuis l’arrivée au pouvoir du nouveau gouvernement après les élections de mars, mais des différends ont surgi au sujet des expropriations, de l'utilisation des terrains qui borderont la ligne et des risques financiers. Début octobre, le vice-Premier ministre Anutin Charnvirankul, dont le parti est en charge du portefeuille des transports, a fixé une échéance pour la signature de l'accord, menaçant de mettre le consortium sur la liste noire s'il n’obtempérait pas. Le président de CP, Dhanin Chearavanont, l'homme le plus riche de Thaïlande, a critiqué l'approche du gouvernement à cet égard. Toutefois, en signe de bonne foi, CP a signé le 24 soit un jour plus tôt que la date limite. Le projet reliera l’aéroport principal de Bangkok, Suvarnabhumi, à l’aéroport Don Muang - un autre aéroport de Bangkok utilisé par des compagnies low-cost - et l’aéroport U-Tapao de Pattaya, permettant aux trains de circuler à une vitesse maximale de 250 km / heure, selon le site Web du projet. "Ce projet amènera des investissements et de l'emploi pour une valeur totale de plus de 200 milliards de bahts", a écrit Anutin sur Facebook. https://forum.thaivisa.com/topic/1130343-thailands-7-billion-airport-rail-project-off-the-ground-after-months-of-dispute/
  5. La Mamie qui "est revenue à la vie" était morte depuis le début, dit le directeur de l'hôpital Le directeur de l'hôpital Soon Udon Thani, dans le nord-est de la Thaïlande, a déclaré que la femme de 70 ans qui, selon ses proches, est revenue à la vie, était morte depuis le début. Des proches ont été choqués lorsque Phinit Sophajorn, 70 ans, a ouvert les yeux et a semblé respirer. Son mari, âgé de 73 ans, lavait le visage de Phinit lors d'un dernier rituel avant que le cercueil ne soit scellé pour être incinéré. La cérémonie a été annulée et Phinit a été ramenée à la maison. Maintenant, il semble que Phinit soit réellement morte. Le Dr Narong Thadadech, directeur de l'hôpital, a déclaré que la patiente avait été transférée de l'hôpital de Nong Han le 7 octobre avec une artère bloquée menant à des problèmes de cerveau et de thyroïde. Elle a reçu de l'oxygène et a été placée sous respirateur. Le 20 octobre, elle avait peu de chance de se rétablir / réveiller et sa famille a décidé de la ramener chez elle pour y mourir. Le Docteur a ajouté que la femme était morte depuis deux ou trois jours mais que ses yeux se sont peut-être rouvert à cause du réflexe de certaines cellules induit par le froid d'un cercueil refroidissant. Il n'y avait plus de pouls et le corps était mou indiquant qu'elle était morte plusieurs jours auparavant. Après la période de rigor mortis, le corps se relâche. Le docteur a répété que la mort cérébrale, la fonction cardiaque et la respiration avaient été contrôlées - si ces signes vitaux ne sont plus perceptibles, le patient est déclaré mort. Les médecins effectuent généralement ce type de contrôle après un accident ou une mort subite, mais à la maison, cela peut être vérifié par des proches. Ils peuvent toujours faire appel à des médecins pour obtenir une confirmation, a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1130440-granny-who-came-back-to-life-was-dead-all-along-says-hospital-director/
  6. Les médias thaïlandais rapportent qu'au moins trois hommes sont responsables de l'agression au couteau d'un Sud-coréen dans une partie tranquille du Soi Talo, à Pattaya, aux premières heures de ce matin. Il a été poignardé dix-sept fois et 400 000 bahts en espèces ont été laissés sur le tableau de bord d'une BMW. Un chauffeur de taxi a été le premier à arriver sur les lieux dans une ruelle menant à une usine de transformation de porc, a déclaré Pattaya News Archive (PNA). Wichian, 33 ans, a vu une BMW blanche à plaques rouges (véhicule neuf) avec la porte arrière ouverte. Un homme couvert de sang avec l'abdomen ouvert appelait au secours dans une flaque de sang devant le véhicule. Wichian a appelé la police après avoir retrouvé son calme. À 2 heures du matin, les enquêteurs de Nong Prue et la police touristique ont découvert Park Jinhyung, 28 ans, blessé à l'arme blanche à 17 reprises. Il a été transporté à l'hôpital et y serait dans le coma. Dans la BMW x5 blanche, ils ont trouvé des taches de sang sur la banquette arrière ainsi qu'un gant et un couteau taché de sang. Sur le tableau de bord se trouvaient une clé / commande à distance Mercedes Benz et 400 000 bahts. Les personnes impliquées n’étaient pas intéressées par cet argent, a déclaré Thai Rath dans son titre. La police a déclaré que cela ressemblait à un conflit commercial. Les officiers ont dit qu'il semblait y avoir au moins trois assaillants. Plus tard, la petite amie de la victime - Ampha, 31 ans - s'est rendue à l'hôpital après avoir été contactée par le personnel. Elle a déclaré qu'elle n'avait pas eu de contacts avec son petit ami après minuit. Elle ne sait pas pourquoi ce drame est arrivé. Elle a dit que son petit ami n'avait aucun conflit avec quiconque. Les enquêtes continuent. https://forum.thaivisa.com/topic/1130232-pattaya-south-korean-in-a-coma-after-savage-knife-attack-400k-left-in-car/
  7. Mauvaise qualité de l'air de retour à Bangkok et dans les banlieues pour le reste du mois d'octobre Il est conseillé aux habitants de Bangkok et des régions avoisinantes de se préparer à une nouvelle vague de pollution atmosphérique menaçant la santé pendant le reste du mois d'octobre, en raison de l'augmentation prévue des particules de poussière PM2,5 dans l'atmosphère, selon les prévisions du Département de météorologie. À Bangkok (mercredi), le Département de lutte contre la pollution a annoncé que le niveau de particules de poussière PM2,5 à Bangkok et alentour avait augmenté depuis le matin et est resté élevé pendant le reste de la journée en raison du manque de vent qui entraîne mauvaise circulation d'air et accumulation de poussière. A 7 heures on a relevé des concentrations de particules de PM2.5 comprises entre 31 et 69 (microgrammes / mètre cube) dans 15 stations de surveillance, dont Kanchanapisek Road dans le district de Bang Khun Thian, le long de la route Din Daeng dans le district de Din Daeng. les districts de Bung Gum, Bang Phlad, Khlong San, Bang Khun Thian, Wang Thong Lang, Pathumwan, Sathorn, Bang Khor Laem, Phasi Chaoren, Bang Sue, Lak Si et Phra Pradaeng et Muang, dans la province de Samut Prakan. Les enfants, les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes en mauvaise santé sont priés d'éviter les activités de plein air et, s'ils doivent sortir dehors, ils devraient porter un masque facial par mesure de précaution. Selon le site Internet Airvisual (impartial), Thaivisa en français note que Bangkok n'est pas outrageusement pollué ce jeudi à 10h30. La moyenne de concentration de particules y est de 76. Moins pollué que Londres, Berlin et Milan, au même niveau que Bruxelles mais bien plus que Paris. En Thaïlande, le niveau de sécurité pour les particules de PM2,5 dans l’atmosphère est fixé à 50 microns. Toutefois, le niveau de sécurité fixé par l’Organisation mondiale de la santé est de 25 microns, des taux que seules les villes de Norvège, du Japon et du Canada peuvent atteindre. Le professeur Sirima Panyamethikul, de l'université de Chulalongkorn, a déclaré à Thai PBS que la faculté prévoyait d'installer davantage de dispositifs de surveillance dans tous les parcs publics de Bangkok, afin que la population puisse être avertie deux à trois jours à l'avance de la mauvaise qualité de l'air. https://forum.thaivisa.com/topic/1130139-poor-air-quality-to-return-to-bangkok-and-suburbs-for-remainder-of-october/
  8. Un Italien a été arrêté après la découverte d’une grande quantité de pilules d’ecstasy cachées dans un colis qui lui avait été envoyé par la poste depuis les Pays-Bas. La police a déclaré que l'arrestation avait eu lieu après que les douaniers ont inspecté un colis adressé à l'Italien. À l'intérieur, ils ont trouvé 500 pilules d'ecstasy cachées dans des paquets de nouilles instantanées. Un mandat a ensuite été obtenu pour fouiller la maison de l’homme à Koh Phangan, où il vivait avec son épouse et sa fille de 5 ans. Au cours de la perquisition, la police a découvert 15 grammes de méthamphétamine. L’homme fait face à des accusations de possession de drogues illégales dans l’intention de distribuer ou vendre. Il est actuellement détenu au poste de police de Koh Phangan dans l'attente de poursuites judiciaires. https://forum.thaivisa.com/topic/1130104-italian-expat-on-koh-phangan-arrested-after-500-ecstasy-pills-sent-to-him-in-the-post/ Ce qu'il faut retenir de cette affaire, c'est que si quelqu'un vous veut du mal, il lui suffit de vous envoyer un colis contenant de la drogue. Il faut donc être très prudent en acceptant un colis. Dans le cas présent, il est possible que l'Italien ait commandé le colis. Par ailleurs, toujours se souvenir que faire entrer de la drogue en Thaïlande est passible de peines incroyablement sévères même pour une petite quantité.
  9. Sa Majesté le Roi a limogé six hauts responsables du palais attachés aux unités de la Garde royale et au Bureau de la maison royale, les dépouillant de leur rang et leur ôtant leurs insignes royaux. Il a invoqué des fautes disciplinaires graves et les a accusé d'avoir exploité leur poste à des fins personnelles. Les révocations ont été annoncées dans deux ordonnances royales, publiées mercredi 23 octobre par la Gazette royale (journal officiel). La première annonce que le lieutenant-général Sakolket Chantra, du Royal Household Bureau, est révoqué et déchu de son rang et de ses décorations royales, affirmant qu'il avait agi de manière déplorable en abusant de son poste au service de l'État pour lui et pour le compte d'autrui, et qu'il avait manqué à son devoir, bafouant les règlements, causant de graves dommages à l'état. L'ordonnance a pris effet rétroactivement au 1er septembre. La deuxième ordonnance également datée du 23 octobre, annonce le renvoi de cinq responsables de l’État, qui ont également été déchus de leur grade militaire et de toutes décorations royales. Il s'agit du major général Khun Tharinee Rodson, de Khunying Thidarat Thamraksa, du major général Warinporn Kanisornsophon, du lieutenant Peera Mongkolchairerk et du lieutenant Chayanan Pangsang, tous rattachés à des unités de la garde royale. L'ordonnance mentionne leur conduite déplorable, contraire aux règles de discipline. À l’instar du lieutenant-général Sakolket, ils ont abusé de leurs fonctions officielles pour leur propre bénéfice et celui d'autres personnes et n’ont pas respecté les réglementations, causant de graves dommages à l’État. La décision a pris effet rétroactivement au mardi. Plus tôt dans la semaine, Sa Majesté a déchu Sineenat Wongvajirapakdi de son titre de "Chao Khun Phra" ou noble consort ainsi que de son rang militaire, en raison de son "comportement indésirable" en tant que serviteur royal et déloyale envers la famille royale. Selon le communiqué, Sineenat était contre la nomination de la reine Suthida et a donné des ordres au nom de Leurs Majestés pour son bénéfice personnel. Elle aurait également mené des activités sans l’approbation de Sa Majesté, ce qui aurait semé la confusion parmi le public. https://thethaiger.com/news/six-top-officials-sacked-on-kings-orders
  10. Le Modérateur

    De pauvres ruraux manifestent à Bangkok

    Nous ne partirons pas tant que nos demandes ne seront pas satisfaites, affirment des centaines de ruraux pauvres qui campent à Bangkok Ils campent et lavent leur linge sur le même trottoir depuis 18 jours. Ils s’excusent pour tout inconvénient et disent qu'ils ne veulent pas être ici. Cependant, ce qui «oblige» les membres d’une coalition des pauvres ruraux de Thaïlande à supporter ce désagrément est l’absence de toute autre option permettant de faire entendre leurs revendications, qu’il s’agisse de récupérer des terres perdues, de recevoir une indemnisation après une expropriation ou d’être aidés après les récentes inondations. Interrogé sur la volonté de camper non loin de la tribune du gouvernement, des centaines de pauvres Thaïlandais de tout le royaume, accompagnés d'enfants, ont déclaré que l'issue dépendait du gouvernement. "La durée de notre séjour ici dépendra de la qualité des réunions", a déclaré Arrisara Kwanwian, ajoutant que l'assemblée des pauvres ne prévoyait pas de partir avant que leurs demandes, certaines datant de plusieurs décennies, aient été prises au sérieux. Après la dernière réunion Arrisara a déclaré qu'aucune décision n'avait été prise. Parmi les pauvres se trouve Seurt Tanmark, âgé de 74 ans, assis sur le trottoir de Ratchadamnoen Nok Road, dans le district de Dusit, à Bangok, parmi des tentes érigées par différents voyageurs venus de plusieurs provinces. «Nous nous battons sur cette question depuis plus de 10 ans. … Je ne quitterai pas Bangkok tant que le problème ne sera pas résolu », a-t-il déclaré. Arrisara a déclaré aujourd'hui qu'il s'agissait de la quatrième série de réunions avec des représentants du gouvernement depuis leur arrivée, le 5 octobre. Arrisara a déclaré que les réunions, jusqu'à présent, ont été décevantes. Les ruraux pauvres se rassemblent à Bangkok pour demander une indemnisation et mettre un terme aux expulsions futures «Ils sont venus dans l’espoir de parler à différents ministres en personne. Mais au lieu de cela, ces ministres se disent trop occupés et envoient des représentants d'échelons inférieurs sans véritables pouvoirs ni autorité pour prendre des décisions », a-t-elle déclaré. "Les pauvres sont donc déçus, mais ils ne sont pas découragés ni moins déterminés." Parmi les principaux problèmes des membres du groupe figurent les demandes de compensation de longue date après avoir été expropriés pour des barrages construits à la hâte et parfois illégalement. Des familles ont été déplacées il y a plusieurs décennies, parfois sans processus judiciaire. Cela concerne des infrastructures telles que le Pak Mun, le Hua Na et le barrage Tasae. Leur construction a suscité une telle opposition dans les communautés touchées que la Thaïlande n'a plus été en mesure de construire de nouveaux barrages. Chaluay Janchuang se trouve à Bangkok venant de la province de Chumphon, dans le sud du pays, pour s’opposer à la construction d’un réservoir dans le district de Tha Sae. Elle campe au bord du canal depuis le 5 octobre. Elle affirme que le gouvernement cherche à construire le projet depuis 1995 mais qu’il ne peut faire aucun progrès en raison de la résistance des communautés locales. Malgré tout, le gouvernement tente de relancer la construction chaque année. «Le barrage forcera plus de 700 ménages à se déplacer. C'est des milliers et des milliers de personnes », a-t-elle déclaré. «Ce n’est pas comme si ce barrage améliorait tout. Cela n’aidera en rien la météo, les inondations ou la sécheresse - cela ne fera rien pour aider les gens lors de catastrophes naturelles. " Elle reproche des intérêts financiers d’avoir poussé à la construction du barrage. "Ce n’est pas comme si nous voulions être ici, nous sommes rassemblés dans les rues parce que notre mode de vie a été détruit par les politiques de l’État", a déclaré une autre femme de la province de Si Sa Ket, sans donner son nom. Seurt, âgé de 74 ans et habitant dans la province de Trang, qui campe sur le site depuis le 5 octobre, conteste une nouvelle loi sur les parcs nationaux qui prévoit le déplacement de sa maison. «Je dors, mange sur le trottoir et je prends ma douche ici dans les toilettes mobiles qui nous ont été aménagées», a-t-il déclaré, ajoutant qu’il n’avait pas l’intention de rentrer chez lui.
  11. Sept personnes tuées dans une collision à Ubon La Thaïlande tient à rester dans le top 3 des pays dont les routes sont les plus meurtrières du monde. Cet accident et l'absence de mesures de la part des autorités le prouvent. Sept passagers d'un mini-bus ont été tués et quatre autres, dont le conducteur, gravement blessés lorsque le véhicule est entré en collision avec un camion à six roues sur une autoroute du district de Warin Chamrab de la province d'Ubon Ratchathani, dans le nord-est de la Thaïlande, mercredi. Selon des témoins oculaires, le minibus avec une plaque d'immatriculation de Chon Buri, roulant apparemment à grande vitesse, serait devenu incontrôlable. Il aurait traversé le terre-plein central pour arriver sur la voie opposée et aurait heurté de plein fouet un véhicule à six roues. L'impact de la collision a complètement détruit le minibus, tandis que le camion s'est couché sous la force de l'impact. Deux moines, deux femmes et trois autres hommes voyageant dans le minibus ont été tués sur le coup. Quatre autres personnes, le chauffeur inclus, dont l'identité n'était pas connue actuellement, ont été grièvement blessées et ont été conduites dans des hôpitaux voisins par des secouristes. https://forum.thaivisa.com/topic/1130111-seven-people-killed-in-van-truck-collision-in-ubon/
  12. Une petite poire ? Une petite prune ? Ou un petit crapaud ? Évitez les boissons au crapaud ou à la grenouille, conseille un expert de la santé de Chonburi Ce spécialiste affirme qu'il ne faut pas boire d'alcool spiritueux contenant de l'extrait de crapaud. Deux personnes sont décédées dans la région de Samet après avoir bu du Ya Dong (alcool médicinal) avec cet additif inhabituel. Beaucoup sont tombés malades. Winai, 47 ans, est la dernière victime présumée. Il a été retrouvé étendu mort près de vieux bureaux. Sa plus jeune sœur Aranya, 43 ans, a déclaré qu'elle ne le voyait plus beaucoup, mais que c'était très triste. Il avait bu avec des proches. La préparation alcoolisée a été concoctée par un homme appelé "Nat". Worasak, qui travaille dans une clinique de la région, a mis en garde contre de tels breuvages. Grenouille ou crapaud est le terme en argot thaï remplaçant le mot "route" - utilisé dans l'expression (anglaise / française) "encore un pour la route" soit "prendre un verre de plus", note Thaivisa. https://forum.thaivisa.com/topic/1130068-alcohol-laced-with-toad-extract-kills-two-in-chonburi-stay-well-clear-warns-health-expert/
  13. La police de l'immigration à Koh Lipe, dans le sud de la Thaïlande, a procédé à l'arrestation d'un Britannique âgé de 57 ans après qu'un informateur a rapporté qu'il avait pris un ferry pour la jetée de Pak Bara située sur cette île. L’homme - qui fait le geste "V pour la victoire" pour les photos de Naew Na - était en overstay de plus de cinq ans. Il est arrivé en Thaïlande le 17 juin 2014 et aurait dû quitter le territoire avant le 16 juillet de la même année. Il n'est jamais parti. Il a déclaré à la police de l'immigration qu'il travaillait comme instructeur de plongée à Koh Phi Phi, Krabi et qu'il était à Koh Lipe pour rendre visite à un ami. Dans une autre affaire, un homme âgé de 30 ans - également britannique - a été arrêté par la police de l’immigration d’Ayuthaya dans le sous-district de Ban Krathum, Sena. Il était en overstay de 22 jours. Naew Na a déclaré que cette arrestation avait été ordonnée par le chef de l'immigration, le général Sompong Chingduang, dans le but de sévir contre les étrangers qui enfreignaient la loi en Thaïlande. Cette dernière arrestation signifie qu'on ne peut plus se dire qu'on reste en overstay pendant quelques semaines et qu'on paiera l'amende en quittant le pays. La police répète qu'il faut composer le 1178 pour signaler les infractions commises par les étrangers. https://forum.thaivisa.com/topic/1130031-informant-led-to-brit-dive-instructors-arrest-on-koh-lipe-he-overstayed-5-years/
  14. Le gouvernement prolonge la suppression des frais de visa à l'arrivée pour six mois supplémentaires afin d'accroître le nombre de touristes étrangers dans le Royaume. Ceci ne concerne pas les pays francophones, sauf peut-être Andorre. Les exemption de visa ont toujours été gratuites pour nous et les visas obtenus dans les ambassades sont toujours payants. Seuls les ressortissants de pays tels que la Chine et l'Inde sont concernés par les visas à l'arrivée qui ne sont pas des exemptions de visa. La porte-parole du gouvernement, Traisulee Traisoranakul, a annoncé le 22 octobre que le Cabinet avait approuvé une prolongation de six mois de la mesure jusqu'à la fin du mois d'avril de l'année prochaine. La dispense des frais de visa est en vigueur depuis novembre 2018 et devait expirer à la fin du mois. La suppression des frais de 2 000 Bt a depuis entraîné une augmentation de 120% du nombre d'arrivées de touristes, alors que la mesure a coûté au gouvernement 10,76 milliards de Bt en manque à gagner. Cependant, la perte est insignifiante comparée aux 144,7 milliards de Bt de dépenses touristiques, a-t-elle déclaré. Cette décision fait partie des mesures prises par les pouvoirs publics pour stimuler l’économie locale dans tous les domaines, notamment des incitations financières pour les touristes nationaux et internationaux, des prêts à taux réduit et une réduction des frais de transaction pour le secteur de l’immobilier. Le gouvernement a également accepté d'augmenter de 500 à 2 000 par an le quota des Australiens entrant en Thaïlande avec des visas de travail et de vacances (WHV). Le Cabinet a également alloué 19 milliards de Bt pour stimuler le tourisme local, dont 10 milliards représentent des dépenses imprévues pour l'autorité du tourisme de la Thaïlande. https://forum.thaivisa.com/topic/1129975-waiver-of-visa-on-arrival-fee-to-run-until-end-of-april/
  15. Le président de Thai Airways International, Sumeth Damronchaitham, a admis pour la première fois que le transporteur national était en pleine crise financière, au point de devoir mettre la clé sous la porte à moins que tous les membres du personnel ne s'unissent pour travailler plus dur. Il a également ajouté qu'il restait peut-être encore du temps, mais pas beaucoup, pour sauver l'entreprise "sinon la faillite de THAI se matérialisera et il est possible que nous atteignions ce stade". Dans son discours, emprunt de franchise, devant les dirigeants de THAI au siège de la compagnie mardi, M. Sumeth a déclaré que la concurrence des compagnies aériennes à bas coûts sur les routes intérieures du nord du pays était féroce alors que les routes européennes ont été affectées par les problèmes liés au baht trop fort et au Brexit. Il a ajouté que la compagnie aérienne était perturbée par la concurrence acharnée dans le secteur de l'aviation, la fermeture de l'espace aérien par certains pays, les coûts élevés du carburant et l'immobilisation au sol des avions pendant la maintenance. Il ne dit pas que la fermeture de l'espace aérien indo-pakistanais n'a duré que 3 jours et qu'il n'a affecté que la THAI qui n'avait pas anticipé. Il ne dit pas non plus que les autres compagnies doivent aussi assurer la maintenance de leurs appareils. M. Sumeth a révélé que la compagnie aérienne avait enregistré des pertes d’environ 6 milliards de bahts au premier semestre de cette année. Elles devraient atteindre 10 milliards de bahts d’ici la fin de l’année. Les pertes accumulées au cours des cinq dernières années s’élèvent à 36 milliards de bahts. Bien que la situation semble sombre, il a déclaré qu'il n'abandonnerait pas et a exhorté les membres du personnel à relever leurs manches et à travailler sérieusement «car il nous reste peu de temps. Nous n'avons pas de marge et nous serons tous morts si le navire coule. " https://forum.thaivisa.com/topic/1129980-tg-president-warns-airline-on-brink-of-collapse-staff-must-work-harder/ La THAI a toujours été le théâtre de gabegie généralisée entre le personnel, la gestion approximative, le fait que les Thaïlandais importants ne paient jamais leurs billets de première classe, etc.
  16. La Thaïlande a décidé mardi d’interdire le glyphosate et deux autres pesticides dangereux à compter du 1er décembre, malgré les protestations des agriculteurs locaux. L’agriculture emploie 40 % de la population thaïlandaise. Le pays d’Asie du Sud-Est est un des plus gros exportateurs mondiaux de riz et de sucre mais aussi un des plus gros consommateurs de pesticides, de plus en plus souvent interdits ou progressivement éliminés à travers le monde à cause de leur toxicité. La commission thaïlandaise des substances dangereuses a voté l’interdiction du glyphosate, du chlorpyrifos et du paraquat. « L’interdiction entrera en vigueur le 1er décembre », a déclaré à la presse le président de la commission, Panuwat Triangjulsri, représentant du ministère de l’Industrie. Le paraquat, un herbicide jugé « hautement toxique » par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies, est interdit dans l’Union européenne depuis 2007. Quant au chlorpyrifos, des études ont établi un lien entre ce pesticide et des retards de développement chez des enfants. Le glyphosate, lui, est jugé cancérigène. Des associations d’agriculteurs et l’industrie chimique militent pour que le glyphosate, vendu sous le nom Roundup par Monsanto, filiale de Bayer, continue d’être utilisé. Plus de 13 000 procès sont en cours aux États-Unis, où le produit est largement utilisé et les plaignants l’accusent de leur avoir donné le cancer. Le groupe Bayer a déjà perdu plusieurs procès. L’Autriche fut le premier membre de l’Union européenne à interdire toute utilisation du glyphosate en juillet. Des restrictions ont été décidées en République tchèque, en Italie, aux Pays-Bas et en France. Le Vietnam a interdit tous les herbicides contenant du glyphosate peu après les procès aux États-Unis. Cette décision a été vivement dénoncée par le département américain de l’Agriculture, selon qui elle va diminuer la production agricole mondiale. Le ministère thaïlandais de la Santé a salué l’ » héroïque » décision de mardi sur sa page Facebook. Les agriculteurs thaïlandais sont très critiques, évoquant des augmentations de leurs coûts de production. « Si nous n’avons pas de produits chimiques pour éliminer les mauvaises herbes, nous devrons employer plus d’ouvriers », a déclaré Charat Narunchron, d’une association de fermiers de la province de Chanthaburi (est), qualifiant l’interdiction d’« injuste ». Le Réseau de vigilance sur les pesticides de Thaïlande, qui militait de longue date pour l’interdiction, a remercié le gouvernement et indiqué qu’il allait aider les agriculteurs à apprendre d’autres méthodes pour leurs cultures. https://www.journaldemontreal.com/2019/10/22/la-thailande-va-interdire-le-glyphosate-et-deux-autres-pesticides
  17. La police de l'immigration a annoncé mardi l'arrestation d'un Allemand en lien avec le décès d'une Allemande retrouvée morte dans la province de Chonburi. Le lieutenant-colonel Sompong Chingduang, de la police de l'immigration, a identifié la femme décédée comme étant Margund Schaefer, âgée de 77 ans, qui aurait exploité un bar à bière à Pattaya avec l'homme arrêté. La police a ouvert son enquête après avoir été contactée par les autorités allemandes, lesquelles ont été contactées par des membres de la famille qui ne parvenaient pas à joindre Mme Schaefer. Dans le cadre de cette enquête, la police a retrouvé un Allemand de 52 ans, identifié uniquement sous le nom de M. Richard. Il appert que son visa avait expiré en juin 2017. La police a découvert par la suite que cet homme avait été inculpé pour fraude dans son Allemagne natale après avoir escroqué des femmes âgées de plus de 6 000 euros. La petite amie thaïlandaise de l’Allemand a déclaré à la police que Mme Schaefer était morte après être tombée dans sa salle de bain en janvier. Elle a ajouté que l’Allemand avait mis le corps de Mme Schaefer dans un cercueil de fortune, l’avait chargé sur le side-car d’une moto empruntée et l’avait jeté dans un canal dans le quartier de Saensuk à Chonburi. La petite amie a également dit à la police que l’Allemand avait accès à la pension retraite de Mme Schaefer, qu’il utilisait pour ses dépenses quotidiennes. La police a déclaré que le corps de Mme Schaefer avait été retrouvé le 12 janvier de cette année. Un mandat d'arrêt a ensuite été lancé contre l'Allemand qui a finalement été arrêté dans une maison louée, le 18 octobre. L’Allemand nie toute implication. Le lieutenant colonel Sompong, commissaire de la police de l'immigration, a déclaré que les résultats des tests ADN contribueraient à confirmer le décès de Mme Schaefer. L'enquête se poursuit. https://forum.thaivisa.com/topic/1129878-german-man-arrested-in-chonburi-for-allegedly-dumping-woman’s-body-in-canal/
  18. A Phuket, hôteliers, restaurateurs et tenanciers de go-go bars sont inquiets alors que la saison s'apprête à démarrer. Ce joyau touristique de la Thaïlande est boudé par les Chinois et les locaux comptent sur les Indiens pour relancer les affaires. La perle de la mer d'Andaman (sud), ravagée par le tsunami de 2004, s'est métamorphosée pour accueillir un tourisme de masse. Elle est aujourd'hui la deuxième destination du pays après Bangkok et les Chinois figurent à la première place des visiteurs étrangers. 2,2 millions d'entre eux se sont entassés en 2018 dans les innombrables hôtels de l'île, attirés par la nature et l'intense vie nocturne. 2019 pourrait marquer un essoufflement. "On a eu 1,4 million de visiteurs chinois sur les huit premiers mois de l'année, soit une baisse de plus de 18% par rapport à la même période l'année dernière", relève à l'AFP Kongsak Khoopongsakorn, vice-président de l'association des hôtels de Thaïlande. Le sujet reste sensible dans le pays où le tourisme représente plus de 18% du PIB et où certains lieux comme Phuket en tirent la très grande majorité de leurs revenus. Mais chez les professionnels, le constat est unanime. "D'habitude, les Chinois étaient présents même en saison basse, on remplissait nos hôtels. Cela a été moins le cas cette année", déplore Claude de Crissey, consul honoraire de France à Phuket et propriétaire d'un établissement d'une quarantaine de chambres. "Nous avons baissé nos prix de 30 à 50%". Près de la plage de Patong, haut-lieu de la vie nocturne, les bars à bière, go-go bars et salons de massages font grise mine. "Les filles s'ennuient, les pourboires ne sont pas gros", déplore Poan, manager d'un bar tandis que trois danseuses se déplacent sans conviction au milieu de tables vides. Les Chinois boudent l'île depuis le naufrage d'un bateau qui a tué 47 de leurs ressortissants en juillet 2018 à Phuket. La guerre commerciale entre Washington et Pékin les incite aussi à moins voyager, tandis que le taux de change est moins favorable, le bath thaïlandais ne cessant de s'apprécier face au yuan. "Cela représente vite 10% de pouvoir d'achat en moins", commente Claude de Crissey. Conséquence: les tours opérateurs chinois, qui appâtaient les clients à Phuket avec des séjours à des prix défiants toute concurrence, ont augmenté leurs tarifs pour s'assurer encore des bénéfices. Et les Chinois moins argentés, voyageant par dizaines dans d'immenses autocars, ont déserté. Surcapacité Face à cela, l'île, qui souffre aussi de la concurrence du Vietnam ou du Cambodge, a peut-être vu trop grand. Les capacités d'accueil ne cessent de flamber. D'après Bhummikitti Ruktaengam, président de la Phuket Tourism association, on compte aujourd'hui 150.000 hébergements sur l'île, soit près de deux fois plus que la capacité hôtelière de Paris intra-muros. 3.000 chambres supplémentaires sont en construction. "Sur le plan des affaires, ce n'est pas bon (...) Comment les remplir si le nombre de visiteurs est en déclin?", s'inquiète Kongsak Khoopongsakorn, également directeur du Vijitt Resort, un complexe de villas haut de gamme bradées actuellement à moins 70%. "Nous comptons sur les Indiens pour nous relancer". Multiplication des vols directs, exemption de visas, expansion rapide de la classe moyenne: les arrivées en Thaïlande en provenance d'Inde ont bondi de 25% sur un an sur les sept premiers mois de 2019. Et 10 millions d'Indiens devraient affluer dans le royaume chaque année d'ici 2028. Une bonne nouvelle pour le pays car ils dépensent plus que la moyenne, d'après des experts du secteur, et consomment beaucoup plus que les Chinois, baptisés par les locaux "touristes zéro dollar" car ils se déplacent en circuit fermé. Les Russes et les ressortissants du monde arabe devraient aussi être très présents cette année à Phuket, tandis que le marché européen reste incertain à cause des inquiétudes liées au Brexit. Au final, les autorités restent optimistes. "Nous devrions atteindre notre objectif de 39,8 millions de visiteurs étrangers" cette année sur l'ensemble de la Thaïlande, assure Yuthasak Supasorn, président de l'autorité thaïlandaise du tourisme. Soit une faible progression par rapport à 2018 loin des fortes augmentations des années précédentes. Le baht fort "n'affecte pas le nombre de touristes étrangers mais les dépenses qu'ils vont effectuer", ajoute-t-il. Le pays devrait concentrer ses efforts sur les voyageurs plus aisés, moins pénalisés par l'appréciation de la monnaie, et les séjours plus écolo. https://weekend.levif.be/lifestyle/voyage/destination-touristique-phare-en-thailande-phuket-en-perte-de-vitesse/article-normal-1205645.html?cookie_check=1571706404
  19. Saksayam Chidchob, ministre des Transports, a ordonné au Dpt des Transports terrestres d'étudier la mise en place du GPS obligatoire sur tous les véhicules (moto / auto / etc.) Il a dit que le projet réduirait les accidents de la route et la criminalité. Saksayam déclaré à Springnews que le coût du GPS le meilleur marché, de l'ordre de 3 000 bahts pour un coût d'exploitation de 300 bahts ne cessera de diminuer. Il a ajouté qu'il serait ainsi possible de surveiller les vitesses. Et la localisation de tous permettrait d'arrêter les criminels plus rapidement. Le ministre déclaré que les citoyens seraient consultés et qu'il faudrait assurer que les droits de l'homme sont respectés. Il faudrait ensuite décider s’il s’agit d’un règlement ou d’une loi ministérielle. Il a déclaré que des discussions auraient lieu au cours de l'année prochaine mais que si la mesure était mise en œuvre, la Thaïlande serait le premier pays au monde à se doter d'une telle législation. A moins que la Chine ne dégaine la première. Il aurait ajouté que si la mesure avait des des impacts négatifs sur les citoyens, ces derniers l'accepteraient si c'est pour le bien commun. Le ministre sera inévitablement critiqué pour être un "Big Brother" qui surveille les allées et venues de tous, note Thaivisa. Mais Thaivisa en français considère que ces mesures de suivi en temps réel pourraient être utilisées par l'immigration, peut-être couplé au téléphone pisté. Ainsi, les étrangers n'auraient plus besoin de déclarer où ils se trouvent chaque jour. Puisque notre localisation en temps réel est obligatoire autant qu'elle soit réalisée par les autorités thaïlandaises. https://forum.thaivisa.com/topic/1129792-proposal-for-all-cars-and-motorcycles-to-have-gps-by-law-big-brother-storm-brewing/
  20. Naew Na a signalé qu'un contingent important de policiers de l'immigration, de la police touristique et de celle de Bo Phut, Surat Thani avait procédé à l'arrestation d'un retraité français âgé de 72 ans à l'aéroport international de Koh Samui. Les officiers - dont beaucoup sont nommés dans l'article - ont investi le hall des arrivées de l'aéroport de l'île. Le Français était cité dans un mandat délivré par le tribunal de Koh Samui établi le 25 septembre dernier. On suppose qu'il a été arrêté à sa descente d'avion. Le mandat allègue qu'il travaillait sans permis. Naew Na a déclaré que tout cela avait été fait sous les ordres du général de division Sompong Chingduang, chef de l'immigration, afin de s'attaquer aux délinquants étrangers violant la loi en Thaïlande. Le public peut appeler le 1178 pour signaler les contrevenants, rappelle la police. https://forum.thaivisa.com/topic/1129797-large-contingent-of-police-waiting-to-arrest-no-work-permit-french-pensioner-in-samui/ https://www.naewna.com/local/448860 Dans l'état actuel des choses, cette information émanant d'un média proche de l'immigration n'a pas de sens. On ne sait pas de quel "travail" il s'agit et la convocation de nombreux policiers pour l'arrestation d'une personne âgée n'est pas très logique non plus. On attend donc des compléments de la part de la police ou de Français vivant à Samui (écrivez à [email protected]).
  21. Don Muang Tollway Public Company Limited, exploitant de l’autoroute surélevée Uttaraphimuk, alias Don Muang Tollway, a annoncé lundi 21 octobre que la société augmentera les droits de péage au cours des cinq prochaines années, du 22 décembre 2019 au 21 décembre 2024. Les augmentations seront introduites progressivement, par exemple, pour la section Dindaeng - Don Muang qui augmentera de 10 Bt, il s'agira de 2 bht par an. Les nouveaux tarifs à chaque point de contrôle seront les suivants: https://forum.thaivisa.com/topic/1129780-tollway-fees-to-go-up-for-the-first-time-in-5-years/
  22. Meurtre à Khon Kaen et triangle amoureux : un homme d'affaires thaïlandais jaloux tire sur son rival italien dans le dos Un homme d'affaires thaïlandais - entrepreneur en bâtiment et usurier - a reconnu l'assassinat d'un Italien qui entretenait une liaison avec une femme qu'il fréquentait aussi. Suchin ou "Sia Chin", 45 ans, a conduit sa Toyota Fortuner dans un motel situé au bord de la route à Nong Ko, dans le district de Kranuan, dimanche soir. Il a ensuite tiré sur Mario Ferrari qui roulait à moto dans le Sai 1. L'Italien a été touché à l'arrière de la tête et au dos avec un revolver .32. Les deux hommes avaient une liaison avec Sumitra ou "Mem", âgée de 32 ans, a déclaré INN. Sanook et Daily News ont rapporté que Suchin lui avait acheté une moto Honda Scoopy-i et la connaissait depuis un an. Mais elle s'est ensuite engagée avec l'Italien. Après le meurtre, Suchin s'est rendu dans une salle de combat de coqs et a pris un verre, a déclaré le chef de la police de Kranuan, Pol Col Khajornrit Wongrat. Il a ensuite déposé son arme chez un ami à Huay Mek, Kalasin, et a appelé la police pour lui dire qu'il se rendrait. Il a été arrêté avant d'avoir eu l'occasion de se rendre. Il a été accusé de meurtre et d'avoir une arme à feu et des munitions dans un lieu public. Il est détenu sans liberté sous caution, a rapporté Sanook. Les médias ont déclaré que Suchin, qui résidait à Kranuan depuis environ 8 ans, est un usurier. Ceci avait amené le chef du district de Kranuan, Kraisorn Kongchalart, (maintenant gouverneur de Surin) à ouvrir une enquête. Sanook a déclaré qu'il était, depuis, devenu entrepreneur en bâtiment mais prêtait toujours de l'argent à ses clients. D'après les médias locaux, il représentait un "bon parti" pour les femmes mais la victime italienne était aussi convoité en raison de son nom de famille. INN dit qu'il s'appelait Mario Ferrari. Les médias ont déclaré que l'Italien était connu dans la région pour ses relations avec les femmes. De nombreuses photos ont été prises lors de la reconstitution du crime par une équipe dirigée par Pol Col Sutthipong Pekthong, de la police de Khon Kaen déclaré Sanook. Suivre le lien pour les voir. https://forum.thaivisa.com/topic/1129789-murder-in-khon-kaen-jealous-thai-businessman-shoots-italian-love-rival-in-the-back/
  23. Mise en garde contre les pénuries d'eau dans 22 provinces Les personnes vivant dans 22 provinces du nord, du nord-est, de l'est et du sud de la Thaïlande sont invitées à se préparer à une pénurie d'eau pour leur consommation au cours de la prochaine saison sèche. La saison sèche doit commencer le 1er novembre et peut durer jusqu'à huit mois. L’avertissement a été lancé aujourd’hui par l’Office national des ressources en eau, citant les faibles niveaux d’eau dans les réservoirs, qui sont les principales sources d’eau du robinet pour 42 usines de traitement de l’eau dans 22 provinces. Les zones à risque, identifiées par l'Office des ressources en eau, sont 19 districts à Chiang Mai, Lampang, Phayao, Chiang Rai, Nakhon Sawan, Phichit et Phetchabun dans la région nord; 32 districts des provinces du nord-est de Nakhon Ratchasima Roi-et, Maha Sarakham, Chaiyaphum, Khon Kaen, Udon Thani, Nong Bua Lamphu, Loei, Sakhon Nakhon et Buriram; Pattaya dans la province de Chon Buri et quatre districts à Phang Nga, Phuket, Nakhon Si Thammarat et Surat Thani. On ne sait pas quels districts de Phuket sont touchés et si Koh Samui (Surat Thani) le sera également. Plusieurs mesures ont été adoptées par des organismes chargés de remédier aux pénuries d’eau. Celles-ci incluent le dragage des canaux pour permettre à de plus grandes quantités d’eau de se déverser dans les réservoirs, le forage de puits souterrains, l’agrandissement des bassins de stockage et l’achat d’eau pour alimenter ceux qui en ont un besoin urgent. Le département royal d'irrigation a déclaré qu'il sera demandé d'utiliser l'eau avec parcimonie. Il y a actuellement environ 6 milliards de mètres cubes d'eau utilisable dans les réservoirs de Bhumibol, Sirikit, Kwae Noi Bamrong Daen et Pasak Cholasit, 5 milliards de mètres cubes étant réservés à la consommation et à la préservation de l'environnement, ne laissant que 1 milliard de mètres cubes à l'agriculture. Cela signifie que les agriculteurs du bassin de la rivière Chao Phraya dans les plaines centrales pourraient ne pas être en mesure de faire pousser une deuxième récolte de riz. https://forum.thaivisa.com/topic/1129759-warning-of-water-shortages-in-22-provinces/
  24. Grâce à un système biométrique avancé, la police de l'immigration, dans 16 aéroports internationaux thaïlandais, a identifié plus de 1 000 personnes figurant sur des listes noires et environ 700 personnes sont sous le coup d'un mandat d'arrêt, a déclaré lundi le chef de la police de l'Immigration Sompong Chingduang. Par ailleurs 45 000 personnes ont été découvertes en overstay. On ne sait pas si la biométrie a aidé dans ce cas puisque la date de l'autorisation de séjour figure sur le passeport. Le système biométrique peut également traduire les informations contenues dans une puce d'un passeport et les comparer aux caractéristiques faciales en utilisant les UV et l'infrarouge pour déterminer s'il s'agit d'un faux passeport. En l'espace de trois jours seulement, le système a aidé la police à arrêter 8 000 clandestins, de détenteurs de faux passeport, des voyageurs ayant séjourné trop longtemps et des délinquants sous mandat d'arrêt. On ne sait pas comment on arrive à ce total élevé de 8 000 en trois jours (près de 3000 / jour). Thananat Siripiyaporn, un "infâme faux milliardaire" qui a abandonné sa fiancée sans avoir payé ses factures de mariage, a été arrêté à l'aéroport Don Mueang après son retour de Hong Kong. Il était également recherché dans une accusation de chèque frauduleux depuis 1991. Un système biométrique est principalement un système d’observation du corps et du comportement permettant d’identifier des caractéristiques physiologiques à l’aide d’empreintes digitales, empreinte palmaire, voix, reconnaissance faciale, ADN, reconnaissance de l’iris, rétine et signatures, qui sont utilisés par la US Central Intelligence Agency (CIA). le Federal Bureau of Investigation (FBI) depuis 25 ans. Toutefois, la maîtrise de ce système dépend de la collaboration des agences gouvernementales, notamment la police, le bureau de l’immigration et le ministère de la Justice, pour mettre à jour et partager leurs bases de données afin de s’assurer que le système puisse identifier un suspect même après qu’il a changé d’identité. https://forum.thaivisa.com/topic/1129663-airport-biometric-systems-catch-45000-overstayers-1000-on-blacklists/
  25. Maha Vajiralongkorn, roi de Thaïlande, n’approuve pas l’ambition démesurée d’une de ses concubines. Cette dernière a été déchue de tous ses titres. Le roi de Thaïlande, Maha Vajiralongkorn, a déchu lundi sa concubine de 34 ans de tous ses titres en raison de sa « déloyauté » et de son « ambition » de prendre la place de la reine, moins de trois mois après l’intronisation de l’intéressée. L’ancienne garde du corps royale Sineenat Wongvajirapakdi, connue sous le surnom de « Koi », avait obtenu ce titre le 28 juillet, pour le 67e anniversaire du roi Maha Vajiralongkorn. C’était la première fois en presque un siècle qu’un monarque thaïlandais prenait une concubine. Quelques jours plus tard, le palais royal avait diffusé des photos de Koi, cheveux courts, en treillis de combat, utilisant des armes, pilotant un chasseur, sautant en parachute ou tenant la main du roi. Il s’agissait d’un rare aperçu de la vie privée du puissant, richissime et impénétrable monarque, connu sous le nom de Rama X de la dynastie Chakri. « Noble concubine » Mais lundi soir, la télévision nationale a annoncé la chute de Sineenat Wongvajirapakdi. Elle a été déchue de son rang de Chao Khun Phra - ou « noble concubine » - pour « déloyauté envers le roi », selon un communiqué royal, ainsi que pour avoir « agi contre la position de la reine » Suthida « en vue de servir ses propres ambitions ». Ses actions « montrent qu’elle n’a pas fait honneur au roi et ne comprend pas la tradition royale », ajoute le communiqué, précisant qu’elle avait tenté de s’élever au même rang que la reine.Son comportement, « irrespectueux » envers la couronne a « provoqué des divisions parmi les courtisans et des malentendus au sein du peuple », selon la même source. Elle a également été déchue de tous ses titres militaires et de toutes ses décorations.Née le 26 janvier 1985, Sineenat Wongvajirapakdi est sortie diplômée de l’Université militaire royale d’infirmières à 23 ans. Elle a également suivi une formation de pilote en Thaïlande et à l’étranger et servi dans l’unité des gardes du corps du roi. En mai, elle avait obtenu le grade de général de division. La monarchie thaïlandaise est protégée par de très sévères lois contre la diffamation, ce qui rend presque impossible d’en parler pour le public et les médias établis dans le royaume. Depuis son accession au trône en 2016, Rama X a radicalement renforcé son autorité, plaçant l’immense richesse du trône sous son contrôle direct et restructurant des unités clés de l’armée. https://www.ouest-france.fr/monde/thailande/thailande-le-roi-juge-sa-concubine-deloyale-il-lui-retire-tous-ses-titres-6575412
×