Aller au contenu
BANGKOK 24 April 2019 03:14

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    13 863
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    34

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Ce jeudi, Chiang Mai est encore et toujours la ville la plus polluée du monde mais l'écart se resserre. Au-delà des dommages causés à la santé humaine par les feux de forêt qui embrasent le nord, des préoccupations sont apparues concernant la faune et la flore, dont des plantes rares; sur les pentes de Doi Luang Chiang Dao à Chiang Mai. La montagne est le seul endroit en Thaïlande où la «végétation subalpine» se développe. Entre temps, les restes carbonisés de singe, de coqs sauvages et de paons ont été retrouvés dans les cendres des incendies de forêt. Les pompiers ont éteint deux incendies majeurs sur Doi Luang Chiang Dao cette semaine, à Tham Chiang Dao et à Doi Sam Phi Nong, mais pas avant que 400 rai d’arbres ont été brûlés. Alors que les spécialistes s'apprêtent à inspecter les dommages causés à la végétation et à la faune, le chef de la réserve de Chiang Dao, Pakasit Rawiwan, a déclaré qu'un autre incendie s'était déclaré à Doi Nang, à proximité. Teerawat Thongma, du groupe d'agriculture biologique de Chiang Dao, a déclaré hier que les incendies de forêt qui brûlaient à Doi Luang Chiang Dao depuis le 27 mars constituaient une grave menace pour la végétation subalpine et la protection de la faune. Actuellement, des flammes sur Doi Luang Chiang Dao ont été maîtrisées, mais une fumée blanche continue de s'élever à plusieurs endroits. Pendant ce temps, les autorités construisent des coupe-feu autour du réservoir de Salung, près du sommet de Doi Luang, pour permettre aux animaux sauvages de trouver refuge. La faune en péril à Doi Luang comprend le goral - une créature ressemblant à une chèvre qui réside dans les régions montagneuses escarpées, qui fait partie des 15 espèces protégées par la loi thaïlandaise et la CITES en raison de son statut de quasi-extinction. Selon une enquête menée en 2017, il n'y a que 90 spécimens à Doi Chiang Dao, dont 65 adultes, 17 jeunes et huit petits. https://fr.wikipedia.org/wiki/Nemorhaedus Eau, sources de nourriture touchées On trouve aussi le goral en Thaïlande, à Doi Mon Jong dans le sanctuaire de la faune sauvage d’Omkoi, Doi Liam et Doi Chiang Dao - tous situés à Chiang Mai, ainsi que dans le parc national de Mae Ping, à Tak. Le vétérinaire en chef du Département des parcs nationaux, Pattarapol “Dr Lot” Manee-on, a déclaré que, à cause des incendies de forêt, les animaux qui se déplacent lentement peuvent mourir asphyxiés ou brûlés vifs et ceux qui se déplacent rapidement comme le goral peuvent tomber et se blesser ou pire. Il a appelé les gens à appeler la ligne directe 1362 s'ils repèrent des animaux sauvages blessés. Il a également déclaré que les incendies avaient un impact négatif sur l'eau et les sources de nourriture des animaux. Des situations similaires existent ailleurs plus au nord, où les incendies de forêt naturels ou délibérément allumés en plein air totalisent 793 départs de feu. On ne sait pas si cela englobe aussi les pays voisins. L'Agence des technologies spatiales a déclaré que Mae Hong Son comptait 372 départs de feu, dont 161 à Chiang Mai et 112 à Chiang Rai. https://forum.thaivisa.com/topic/1093200-northern-fires-killing-off-wildlife-protected-plants/?tab=comments#comment-14007298
  2. suite de cette affaire Thanatorn dont le parti est arrivé en 3e position aux élections est accusé de sédition pour avoir, possiblement, aidé des manifestants anti-junte en 2015. L'inculpation de sédition arrive juste après les résultats encourageants du FF aux élections par le plus grand des hasards. BANGKOK - Rangsiman Rome, candidat du Future Forward, a réfuté les accusations selon lesquelles le chef du parti, Thanathorn Juangroongruangkit, l'avait aidé à fuir un poste de police à la suite d'une manifestation anti-coup d’État en 2015. Rangsiman, alors étudiant en droit de quatrième année à l'université Thammasat, a déclaré qu'il s'était rendu au poste de police de Pathum Wan en juin 2015 pour déposer une plainte car lui et de nombreux autres étudiants avaient été agressés physiquement par la police et des agents de sécurité lors d'un rassemblement contre la junte à l'extérieur du centre d'art et de culture de Bangkok. Rangsiman a déclaré que pendant qu'il attendait un taxi pour rentrer chez lui, l'homme d'affaires Thanathorn s'est présenté à bord d'un minibus et lui a offert de le raccompagner. «Je n'ai pas fui. Je ne pensais pas avoir fui », a déclaré Rangsiman au téléphone jeudi. Rangsiman a estimé que Thanathorn ne pouvait pas penser qu’il fuyait une accusation pénale, parce que lui-même n’a appris que par la suite qu’il avait été accusé d’avoir violé l’interdiction de rassemblement (de plus de 5 personnes). Cette explication intervient après que Thanathorn a révélé hier qu'il était accusé de sédition. Selon le colonel Burin Thongprapai, juriste de la Junte, l'accusation a été portée parce que Thanathorn a aidé Rangsiman et une vingtaine d'autres personnes à fuir le poste de police en juin 2015. Ils s'étaient rendus d'eux mêmes au poste de police pour porter plainte. Le chef de la police adjoint, le général Srivara Rangsibrahmanakul, a démenti mercredi le fait que l'accusation était motivée par des raisons politiques. Si elle n'arrive que quatre ans après les faits, c'est parce que l'affaire a changé de mains à plusieurs reprises. "Rien à voir avec les élections. On ne veut discréditer personne, a déclaré Srivara, ajoutant qu'il y avait suffisamment de preuves pour juger Thanathorn. Srivara a exhorté les partisans de Thanathorn à ne pas enfreindre la loi s'ils prévoient de se présenter samedi au poste de police. Rangsiman a déclaré que le récit (de la police) était faux et que ses camarades activistes et lui-même n'étaient au courant d'aucun mandat d'arrêt contre eux cette nuit-là. Ils ne fuyaient donc pas. L’avocat de Thanathorn, Krisadang Nutcharut, a insisté sur le fait que son client n’a aidé personne à fuir. Il a déclaré par téléphone jeudi qu'il présenterait une preuve écrite samedi, lorsque son client comparaîtra sur convocation de la police pour entendre les accusations de sédition. Il sera prouvé que Rangsiman et ses camarades militants se sont rendus au poste de police pour porter plainte. "La police a également dit qu'ils pouvaient rentrer chez eux [cette nuit-là]", a déclaré Krisadang. S'il est reconnu coupable de sédition, Thanathorn pourrait être condamné à sept ans de prison. http://www.khaosodenglish.com/politics/2019/04/04/thanathorn-did-not-aid-anti-coup-protesters-rangsiman/ Les défenseurs des droits de l'homme accusent la junte de s'en prendre à ses opposants de manière injustifiée et pour des raisons politiques. https://forum.thaivisa.com/topic/1093282-junta-gets-flak-for-sedition-charge-against-thanathorn/
  3. Les fêtards de Songkran seront autorisés à s'éclabousser sur Khao San à Bangkok, mais il n'y aura pas de spectacle organisé, a déclaré Piyabut Jiramonaikul, président de l'association des commerçants de Khao San. Dans la lettre annonçant l'annulation des célébrations de Songkran sur Khao San, l'association a déclaré que cette année était particulière pour les Thaïlandais, la cérémonie de couronnement de Sa Majesté le Roi Maha Vajiralongkorn se déroulant sur 3 jours du 4 au 6 mai. Le quartier Rattanakosin dans le district de Phra Nakhon est une zone importante pour les activités du couronnement, indique la lettre. La zone est en cours de nettoyage et d'embellissement pour la cérémonie. L'association, qui organise des manifestations de Songkran depuis plus de 40 ans, a décidé d'annuler le festival Songkran 2019 pour permettre au gouvernement de préparer le couronnement. Les badauds peuvent toujours jouer avec de l'eau pendant Songkran sur Khao San, a déclaré l'association. Pour sa part, Pakaporn Sanguansak, du bureau du district de Bang Rak, a déclaré que les gens pouvaient s'éclabousser pour célébrer Songkran sur Silom Road du 13 au 15 avril, mais qu'il n'y aurait pas de fête organisée ni de vendeur. https://forum.thaivisa.com/topic/1093254-khao-san’s-songkran-entertainment-axed-for-coronation-preparation/
  4. Dtac a présenté sa Sim Go Inter pour les personnes qui voyagent au départ de la Thaïlande avec une SIM thaïlandaise. Il existe la Sim Asie, Australie et Amérique pour 399 thb, offrant 5 Go de données pendant 10 jours. La Sim valable dans le monde entier (il semble que ne concerne que 67 pays dont la France et autres pays européens) coûte 899 thb avec 4 Go de données pendant 15 jours. Ceux qui achètent avant le 31 mai reçoivent 2 Go de données gratuits. La Sim Go Inter Plus à 499 thb offre une assurance voyage gratuite de 10 jours avec une couverture allant jusqu’à 600 000 Bt et 30 minutes d'appels gratuits vers les numéros Dtac pendant 30 jours. Dtac propose des forfaits complémentaires pour les clients gros consommateurs de données. https://forum.thaivisa.com/topic/1093251-dtac-launches-global-sim-deals/ http://www.dtac.co.th/gointer/
  5. Le département du port de Pattaya admet que son excellent plan pour améliorer la plage avait fait flop. Suite à une tempête, une grande partie du sable apporté pour le projet de nouvelle plage, d'une valeur de 400 millions de bahts, a été emportée. Les travaux de cette belle plage venaient d'être terminés. Ekkarat Khantharo a déclaré qu'il s'agissait d'une crise et qu'il était extrêmement préoccupé par la situation. Le Pattaya News a déclaré que près de 200 mètres de la plage dans une douzaine d’endroits avaient été emportés par la mer. Ekkarat explique que cela prendrait une semaine, des tractopelles et du matériel lourd pour draguer le sable de la mer et le remonter sur la plage. Si tant est que cette opération soit possible. Il a dit aux médias que la nature était à blâmer et que le département du port a toujours su que de tels phénomènes pouvaient se produire. Maintenant, les autorités prévoient de dépenser 105 millions de bahts supplémentaires au cours de la prochaine année. Cette fois, on améliorera le drainage pour que le sable reste en place. Plus tôt dans la semaine et avant les orages, une vidéo de TNAMCOT avait salué le projet colossal visant à résoudre le problème de l'érosion du sable sur une distance de 2,8 km du nord au sud de Pattaya. Le projet de nouvelle plage avait finalement été achevé le mois dernier. Le seul problème sur le sable magnifique était le manque de touristes. Maintenant, le sable a été emporté par les tempêtes et le projet historique de belle plage à Pattaya est ruiné. Non seulement il y a peu de touristes, mais il n'y a presque plus de sable. https://forum.thaivisa.com/topic/1093356-pattaya-in-crisis-400-million-baht-beach-washed-into-the-sea/
  6. BANGKOK - Une menace juridique grave frappe le chef du parti Future Forward, cette fois une accusation de sédition. Thanathorn Juangroongruangkit a publié en ligne mercredi une photo d'un document légal montrant que la police de Pathum Wan l'avait convoqué pour entendre des accusations de "troubles et de désobéissance publique" susceptibles d'entraîner "des actes de rébellion". "Quand le pouvoir obscurantiste va-t-il laisser Future Forward tranquille ? ", écrit Thanathorn dans son message. "Il est clair maintenant que le jeu politique de la vieille école ne se termine pas après les élections, mais s'intensifie, car ils ont peur de Future Forward." "Ils ont peur de nos victoires qui dépassent les attentes de beaucoup, craignant une politique basée sur la confiance et le soutien du public, sans argent ni autoritarisme. Ils ont peur des 6,3 millions de personnes qui soutiennent Forward Party, poursuit-il. Thanathorn a ajouté qu'il rencontrerait les enquêteurs de la police samedi, comme prévu. On ignore encore sur quoi l’accusation est fondée. S'il est reconnu coupable, il encourt une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à sept ans. Il s’agit du dernier cas de poursuites pénales et de l’inculpation la plus grave jamais portée contre Future Forward, un parti aux politiques progressistes prisé des jeunes. Le bureau du procureur examine également une affaire de cybercriminalité contre Thanathorn et deux membres du parti exécutif, qui implique des critiques en ligne de la junte au pouvoir. Sur Twitter, #savethanathorn est devenu le sujet le plus populaire en Thaïlande mercredi matin, un peu après que Thanathorn a publié son message. De nombreux utilisateurs ont promis leur soutien et ont accusé le gouvernement militaire d'essayer de détruire le parti, qui est devenu une force avec laquelle il faut compter. Bien que Future Forward ait commencé modestement, sa position unique opposé à la fois la politique militaire et la politique thaïlandaise à l'ancienne lui a permis de terminer troisième des élections, derrière les géants politiques Pheu Thai et Phalang Pracharath, soutenu par la junte. Cette accusation a été révélée un jour après que le chef de l’armée, le général Apirat Kongsompong, a lancé un avertissement à ceux qui s’opposaient au système de monarchie constitutionnelle du royaume. Étaient visés certains universitaires soutenant Future Forward qui avaient autrefois plaidé pour une réforme de la sévère loi sur lèse-majesté. http://www.khaosodenglish.com/politics/2019/04/03/future-forward-leader-hit-with-sedition-charge/ Human Rights Watch, basé à New York, a exhorté mercredi les autorités thaïlandaises à enquêter sur de nouvelles attaques contre Ekachai Hongkangwan, éminent militant pour la démocratie, et d'autres. La voiture d’Ekachai a été incendiée lundi soir après avoir appelé publiquement à la destitution de membres de la Commission électorale. Ekachai a accusé les membres de la CE de chercher à s'assurer que le chef de la junte, le général Prayut Chan-o-cha, reste en fonction en tant que Premier ministre après les élections du 24 mars. Dimanche, deux assaillants non identifiés ont fait irruption dans la maison du militant Anurak Jeantawanich, à Samut Prakan, et l'ont roué de coups. «L’environnement pour les militants pro-démocratie thaïlandais semble s’aggraver», a déclaré Brad Adams, directeur du département Asie de Human Rights Watch. https://forum.thaivisa.com/topic/1093166-world-rights-body-warns-of-‘turn-for-the-worse’/
  7. Le chef de l'immigration, le général Surachate Hakparn, et ses enquêteurs ont annoncé l'arrestation d'un footballeur camerounais qui a joué pour trois clubs de football en Thaïlande. Mais ce n'était qu'une couverture. Etoundie Pie Claude, 32 ans, participait à des escroqueries par courrier électronique, obtenant ainsi des millions de bahts. Plusieurs complices thaïlandais, dont son épouse thaïlandaise Aicha Jarataku, âgée de 38 ans, sont également en détention. Deux autres sont recherchés après la délivrance de mandats d'arrêts. Saengdao Atliang, 26 ans, a également été arrêté. Des livrets de banque, des cartes ATM et une voiture ont été saisis. Laksana Moontha, 33 ans, et Surirat Kanket sont toujours en fuite. L'équipe d'enquêteurs a déclaré à la presse que les arrestations découlaient d'une affaire récente dans laquelle le gang avait prétendu représenter un collège situé à l'étranger. Ils ont contacté par courrier électronique un parent d'élève de ce collège qui a dû payer 600 000 bahts pour les frais de scolarité. L'argent est allé sur le compte de l'un des escrocs à Chiang Mai et a ensuite été retiré du compte. Surachate a déclaré que le Camerounais et ses complices thaïlandais avaient été impliqués dans des fraudes pour plus de 10 millions de baht avec au moins dix victimes. Etoundie est en Thaïlande depuis 13 ans et est marié à Aicha. Il a d'abord enseigné le football aux enfants de Pathum Thani et de Sakon Nakhon. Plus tard, il a été enrôlé pour jouer dans la ville de Chiang Rai en 2017 et à Sisaket United en 2018 et est actuellement licencié du club semi-professionnel du Sakon Nakhon FC. C'est un défenseur. Le rôle relativement mineur du Camerounais, a-t-il dit, était de travailler avec son épouse pour convaincre les jeunes participant à des camps de football d'ouvrir des comptes bancaires avec cartes ATM que les bandits utilisent par la suite pour leurs crimes. https://forum.thaivisa.com/topic/1093177-big-joke-gives-red-card-to-cameroonian-defender-nabbed-for-scamming/
  8. Le numéro deux de la police métropolitaine, le major-général Jirasan Kaewsaeng-ek, a avoué à Thai Rath que certains agents de la circulation avaient été mutés à d'autres fonctions, faute de connaître le code de la route. Ils dirigeaient le trafic et imposaient des amendes, mais ils n'avaient suivi aucun cours et ne savaient pas ce qui était réellement autorisé ou pas. L'aveu - qui ne surprendra pas beaucoup de résidents de Bangkok - intervient au moment où la police métropolitaine entame une vaste campagne de sensibilisation visant à former tous les agents aux fonctions de la circulation. En février, il avait été décidé de proposer des modifications au code de la route de 1979, qui devraient être confirmées après un délai de 120 jours. Cela signifie que les nouvelles règles seront en place à partir de la fin juin environ. Les conducteurs de la capitale espèrent que les agents de la circulation apprendront ces nouvelles règles d'ici là. Les nouvelles mesures incluent la possibilité de payer les amendes n'importe où, pas seulement au commissariat où l'agent qui vous a verbalisé est basé. Les permis de conduire ne peuvent plus être confisqués et un système de permis à points sera mis en place. https://forum.thaivisa.com/topic/1093182-bangkok-traffic-police-revelation-they-dont-even-know-the-law/ photo thairath. Jirasan ?
  9. PRAYUT VEUT que les responsables LOCAUX obtiennent DES RÉSULTATS Il sera écouté car l'écobuage se déroule traditionnellement du 1er mars jusqu'à Songkran. Ensuite, comme il n'y a plus rien à brûler, la pollution cesse naturellement jusqu'au mois de mars suivant. Cet aspect des choses n'a pas été évoqué hier. Le PREMIER MINISTRE, le général Prayut Chan-o-cha, a adressé un message clair aux autorités compétentes du Nord à propos de la crise actuelle de pollution : coordonnez vos efforts et obtenez des résultats visibles en une semaine. "Je m'attends à ce que la situation s'améliore d'ici sept jours", a déclaré Prayut lors de son voyage de travail à Chiang Mai, une ville touchée par la fumée. Il a chargé les gouverneurs de province de contrôler de près le travail des kamnans et des chefs de village. «S'ils ne parviennent pas à prévenir ou à résoudre les problèmes, punissez-les. Vous pouvez les renvoyer, dit-il. Prayut a également demandé des rapports sur la situation au quotidien. «Je soumettrai également ces rapports au roi», a-t-il déclaré. Selon lui, SM le roi Maha Vajiralongkorn est préoccupé par la crise et suit de près l'évolution de la situation. La princesse Sirindhorn qui survolait la région récemment en hélicoptère a dit avoir été malade à cause des fumées. Prayut a fait un court voyage dans le nord hier face aux plaintes grandissantes concernant la fumée qui recouvre les provinces du nord et menace la santé de la population locale depuis des mois déjà. Avant la visite de Prayut, plusieurs critiques se sont demandé si cette visite avait un sens. Prayut tente cependant de prouver que sa visite fera la différence. Hier, il s'est entretenu avec les gouverneurs de neuf provinces du nord et les représentants des autorités compétentes à Chiang Mai. "La mesure urgente consiste à réduire le nombre de départs d'incendie. ", a-t-il déclaré. Les incendies d'origine agricole, sont la cause majeure de la grave pollution de l'air dans le Nord. "Nous avons déjà arrêté plusieurs contrevenants", a-t-il déclaré. Interrogé sur les plantations de maïs qui sont maintenant largement critiquées dans les médias sociaux en tant que gros pollueurs, M. Prayut a déclaré que le ministère de l'Agriculture les avait contrôlées. «Nous allons également étudier si les investisseurs encouragent les agriculteurs à empiéter sur les zones forestières et montagneuses pour les plantations de maïs. Nous ne permettrons pas l’achat de maïs provenant de plantations qui empiètent sur des forêts. », a déclaré Prayut. La fumée de ces incendies ne provient toutefois pas uniquement des agriculteurs locaux, mais également de ceux vivant, à l'étranger, près des frontières de la Thaïlande. "La Thaïlande, en tant que présidente de l'Asean, soulèvera le problème avec nos voisins", a-t-il déclaré. Prayut a déclaré qu'il y aurait des plans à moyen terme pour les deux prochaines années, ainsi que des plans à long terme. Il n'a pas expliqué quels pourraient être ces plans. Pendant le voyage, le Premier ministre a présenté du matériel de lutte contre les incendies de forêt, des masques de protection lors d'une cérémonie qui s'est déroulée au camp de Kawila. Une centaine de policiers, de soldats et de pompiers forestiers ont assisté à l'événement. Le Premier ministre a salué les sacrifices consentis par les responsables opérationnels et les volontaires pour la lutte contre les incendies de forêt et leur a demandé de veiller à leur sécurité. Prayut et la plupart des personnes présentes à l'événement ne portaient pas de masque. Au cours de la cérémonie, des représentants d'une association communautaire indienne (Inde) basée à Chiang Mai ont fait don d'eau potable et de masques pour le visage aux pompiers forestiers. Dans le même temps, le site Internet du Centre d’indexation de la qualité de l’air (CMAQHI) de Chiang Mai (cmaqhi.org) indique que les concentrations de PM2,5 dans les huit stations de Chiang Mai ont encore éclaté les records avec un indice de plus de 500 (maximum ONU : 25, maximum Thaïlande : 50). Ce mercredi matin, Chiang Mai était toujours la ville la plus polluée du monde mais avec un indice en baisse plus proche des villes réputées pour leur pollution endémique. https://forum.thaivisa.com/topic/1093018-pm-wants-smog-problem-resolved-in-seven-days/page/5/?tab=comments#comment-14004272
  10. Hanoï, 3 avril (VNA) - Le chef de l'armée thaïlandaise, le général Apirat Kongsompong, a mis en garde mardi 2 avril contre les manifestations après des élections. Le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-O-Cha (à gauche) et le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong (à droite), lors de l'exercice d'intervention d'urgence à Lopburi le 14 février 2019. Photo: AFP/VNA S’adressant à la presse, il a déclaré que l'armée resterait neutre lors des élections. Son prédécesseur en tant que chef de l'armée, Prayuth Chan-ocha, cherche à rester au pouvoir en tant que Premier ministre élu, cinq ans après sa prise de pouvoir par un coup d'Etat. "Le général Prayuth doit suivre sa propre voie et l'armée doit se retirer. Nous ne pouvons pas nous mêler de politique", a déclaré M. Apirat. Dans le même temps, il a précisé que l'armée ne permettrait pas une répétition des manifestations de masse organisées dans la rue qui ont paralysé Bangkok pendant des mois. "Je ne peux plus laisser les Thaïlandais régler leurs différends dans la rue", a déclaré M. Apirat, ajoutant que les vainqueurs et les perdants des élections devaient régler leurs différends devant le parlement. Selon la Commission électorale thaïlandaise (CE), les résultats officiels de l’élection du 24 mars ne seront pas publiés avant le 9 mai, car les agences concernées ont besoin de temps pour régler les plaintes, qui s’élèvent pour l’instant à 186. Le 25 mars dernier, la CE a reporté sans explication l'annonce des résultats préliminaires des élections législatives, les premières en Thaïlande depuis le coup d'État militaire de 2014. -VNA https://fr.vietnamplus.vn/thailande-le-chef-de-larmee-met-en-garde-contre-les-manifestations/119035.vnp
  11. Trois femmes et un homme ont été arrêtés pour avoir prétendument trompé une victime pour un montant de 233,91 millions de Bt dans une arnaque au faux héritage d'un milliard de bahts. Le commandant de la Crim', le général Pol Jirapop Phuridej, a annoncé l'arrestation des quatre suspects lundi dans les provinces de Ratchaburi, Pathum Thani et Suphan Buri. Les suspects ont été identifiés: Supit Nimitniwat, 61 ans, Phanita Namrotpairin, 52 ans, Chaichaina Jantra, 45 ans et Marisa Somebankruay, 42 ans. Jirapop a déclaré que les quatre suspects avaient inventé l'histoire selon laquelle un médecin, qui s'était porté volontaire pour travailler dans la province de Yala, avait été tué dans un attentat à la bombe et avait laissé un héritage de 1 milliard de Bt pour Phanita. On ne sait pas si le médecin existait. Supit a approché la victime en 2016, lui disant qu'elle aiderait Phanita à gérer le processus judiciaire pour réclamer l'héritage de 1 milliard de Bt à l'armée. Supit a tout d'abord emprunté 500 000 Bt à la victime, affirmant que cela était nécessaire pour la procédure judiciaire. Quatre jours plus tard, elle a emprunté 520 000 Bt supplémentaires à la victime. Supit a laissé deux chèques à la victime mais lui a dit de ne pas les encaisser pour le moment. La victime est devenue méfiante et était sur le point de porter plainte auprès de la police lorsque Chaichaina et Marisa, se faisant passer pour deux officiers de l'armée, l'ont appelée et ont affirmé que le legs existait bel et bien. Supit a ensuite organisé une réunion entre la victime, Phanita et les deux faux officiers de l'armée dans un temple de la province de Nonthaburi. Cette fois, elle a été convaincue qu'elle obtiendrait le pactole une fois que l'armée aurait confié l'héritage à Phanita. Avant que la victime ne se rende compte qu'elle était dupée, elle avait déjà transféré 232,91 millions de Bt au gang en 597 transactions. Les quatre personnes ont été arrêtés en vertu d’un mandat délivré par le tribunal de Nakhon Pathom le 21 mars. https://forum.thaivisa.com/topic/1093031-four-arrested-over-bt1-billion-legacy-scam/
  12. Avec un nombre de sans-abri estimé à au moins 30 000 personnes en Thaïlande (200 000 en France, estimation), neuf agences se sont associées pour tenter de confirmer leur nombre exact et de mieux leur apporter une aide. L’enquête, menée ces temps-ci, permettra de déterminer le nombre de personnes sans abri dans 70 communes de 45 provinces, a déclaré le général Anantaporn Kanjanarat, du ministère du Développement social (MSDHS). La Homeless Association estime que seulement 1 200 personnes sur le total des sans-abri de la Thaïlande se trouvent dans la capitale, bien que d’autres responsables annoncent un chiffre de 3 000. Anantaporn a présidé hier à Bangkok la signature du protocole d'accord avec certaines des agences impliquées, notamment le département du développement social, le ministère de l'Intérieur, la Thai Health Promotion Foundation et la Homeless Association. Cette initiative fait suite à un précédent projet visant à atténuer les souffrances des sans-abri, par lequel le ministère et ses partenaires avaient construit des centres d'hébergement à Bangkok, Chiang Mai et Khon Kaen, dotés d'un budget total de 118 millions de Bt pour prendre en charge 698 personnes sans abri. Anantaporn a souligné qu'il y avait beaucoup plus de personnes sans abri qui n'avaient pas la possibilité d'améliorer leur condition de vie et dormaient actuellement dans des espaces publics, d'où la nécessité de collecter des données afin de leur fournir des abris et d'autres aides. Le président de l’Association des sans-abri, Suchin Aimin, a déclaré que de nombreux sans-abri de Bangkok avaient testé des hébergements gérés par l’État, mais que la réglementation, notamment les restrictions imposées aux entrées et aux sorties, leur donnait l’impression de manquer de liberté. En outre, beaucoup gagnent leur vie en ramassant des ordures ou des objets usagés, or il leur est interdit de les emporter dans les abris, ce qui oblige les SDF à partir et à dormir à nouveau dans la rue. Il a par conséquent exhorté les organismes publics à être un peu plus indulgents en ce qui concerne leurs règles. Auparavant, a-t-il dit, beaucoup de sans-abri étaient des personnes âgées, mais il y en a maintenant dès 30 ans et donc encore assez jeunes pour rêver d'un avenir radieux avec leur propre maison. Cela contraste avec l'époque où la plupart des sans-abri étaient âgés, peu scolarisés, manquaient de compétences professionnelles et avaient abandonné leur rêve de posséder une maison parce qu'ils savaient qu'ils ne pourraient pas payer des traites, a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1092911-homeless-to-be-helped-by-launch-of-‘census’/ illustration, on ne sait pas si ce jeune homme est SDF
  13. Une enquête policière au plus haut niveau a révélé qu'un capitaine de la police de Lumpini avait été renvoyé après avoir donné de l'alcool à un homme d'affaires sud-coréen au commissariat. Kon Il Hwang, un courtier de 28 ans, avait été arrêté le 2 février pour indécence et incarcéré dans une cellule du commissariat de police du centre-ville de Bangkok. Un officier de police a "eu pitié" de lui et lui a fourni de l'alcool. Le Sud-Coréen est mort. Des drogues ont également été trouvées dans le corps de l'homme lors de l'autopsie - des proches et l'ambassade veulent savoir si cela a contribué à sa mort et d'où vient la drogue. Le numéro deux de la polie de la ville Pol Maj-Gén Chaiyaporn Panichatra a rencontré hier le chef du commissariat de Lumpini Pol Col Kamphon Ratanaprateep et d’autres officiers. Le major-général Chaiyaporn a déclaré à Sanook qu'il s'agissait d'une mort suspecte en détention. Après son arrestation, l'interpelé était stressé, incapable de dormir et montrant des signes indiquant qu'il pourrait tenter de se suicider. Il avait demandé un interprète et un volontaire a été trouvé. Ce dernier a dit que Hwang ne voulait pas manger mais qu'il voulait boire de l'alcool. Un capitaine de police l'a autorisé à sortir de cellule et à prendre un verre dans une salle d'interrogatoire. Bien que ses intentions soient bonnes (sic), a déclaré Chaiyaporn, il s'agissait d'un grave manquement aux règles de la police. Le Coréen est rentré en cellule à 4 heures du matin. Dans la matinée, il a été retrouvé inconscient et a été transporté à l'hôpital, où il a été déclaré mort. À l'autopsie, on a trouvé qu'il avait été victime d'une crise cardiaque, mais des membres de sa famille ont affirmé qu'il n'avait aucun antécédent de maladie cardiaque. En outre, de la méthamphétamine a été trouvée dans l'estomac et dans le sang, ce qui indique qu'il avait ingéré la drogue par voie orale. Les membres de sa famille veulent savoir où il a obtenu la drogue et si celle-ci est la cause de sa mort. Le major-général Chaiyaporn a déclaré que le capitaine de police dans l'affaire avait été renvoyé de la force publique. La police continuera à travailler avec les proches et l'ambassade de Corée du Sud pour résoudre les questions en suspens. Le nom du capitaine de police n'a pas été révélé. https://forum.thaivisa.com/topic/1092940-lumpini-police-captain-sacked-after-giving-alcohol-to-korean-man-who-died-in-the-cells/
  14. Le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha, s'est rendu mardi à Chiang Mai pour examiner la crise provoquée par l'épaisse couche de fumée et les niveaux toxiques de poussière de PM2.5 qui étouffent le nord de la Thaïlande depuis plusieurs semaines. Lors de sa visite, l’indice de la qualité de l’air de la ville était le pire du monde. Les autorités thaïlandaises accusent l'écobuage, ainsi que les incendies de forêt dans un climat de sécheresse et de chaleur accablante. Chiang Mai a mis en place une soi-disant zone de sécurité pour les résidents dans un centre de congrès, tandis qu'une université de Chiang Rai a annulé les cours lundi et mardi. "La brume disparaît habituellement en une semaine ou deux, mais elle persiste cette fois-ci - c'est la pire période de pollution jamais vue", a déclaré Khuanchai Supparatpinyo, de l'université de Chiang Mai. Le nord de la Thaïlande est une destination populaire pour les visiteurs lors du Songkran à la mi-avril, mais le smog risque de faire réfléchir à deux fois les vacanciers. Début 2019, le gouvernement militaire a été ému par un pic de pollution atmosphérique saisonnière à Bangkok, exacerbée par les émanations des véhicules, les émissions industrielles et les poussières dues aux constructions. Jusqu’à présent, les épisodes de smog n’ont pas nui au tourisme, mais l’aggravation de la situation pourrait poser un défi à une industrie essentielle à la croissance économique. Le gouvernement n'a pris aucune mesure depuis le début de la crise, ni à court terme, ni à long terme. L'air a été qualifié d'insalubre dans la ville voisine de Chiang Rai, où des représentants des ministères des Finances et des banquiers centraux des pays de l'Asie du Sud-Est, ainsi que de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud se rencontreront de mardi à vendredi. La Banque de Thaïlande a annoncé qu'elle remettrait des masques anti-pollution aux médias couvrant l'événement. Les banquiers ne s'aventureront pas à l'extérieur. De son côté, le roi s'est aussi ému des niveaux de pollution dangereux pour la santé dans le nord. ce 2 avril au matin
  15. Une nouvelle polémique post-électorale apparaît après que plusieurs formules de calcul ont été citées pour déterminer le nombre de députés de chaque parti, alors que les autorités semblent réticentes à livrer la "formule" de calcul. Le politologue Stithorn Thananithichot a averti que cette confusion pouvait donner lieu à des dépôts de plainte, ce qui compliquerait davantage la situation post-électorale. Dans une émission en direct de l'université Chulalongkorn, Stithorn a expliqué qu'actuellement, au moins deux formules peuvent être utilisées pour calculer le nombre de députés auxquels chaque parti a droit. Une formule permet à plusieurs petits partis d'obtenir chacun un siège à la Chambre basse, tandis que l'autre attribue des sièges aux grands partis en fonction du nombre de voix remportées. L'incertitude, résultant d'interprétations différentes de la loi, affectera les partis disposant de quotas suffisants pour obtenir des députés à la proportionnelle, a expliqué l'expert. Il a ajouté que Pheu Thai ne sera pas affecté car il avait déjà gagné plus de députés que prévu dans les circonscriptions et ne gagnera aucun siège à la proportionnelle. Mais quelle que soit la formule que la Commission électorale (CE) décide d'utiliser, il y aura des gagnants et des perdants. Stithorn a déclaré qu'il était possible que certains partis ou candidats s'adressent à la Cour constitutionnelle, un processus qui retardera le processus post-électoral. Pour mémoire, les résultat devraient être connus le 9 mai et le prochain gouvernement formé peu après. Les résultats définitifs sur le nombre de députés de chaque parti sont cruciaux pour la formation d'une coalition. Les camps pour et contre la junte sont maintenant au coude à coude et ont tous deux près de 250 députés, nécessaires pour former un gouvernement légitime. L'adjectif "légitime" souligne que si la junte forme un gouvernement grâce aux 250 sénateurs qu'elle a nommés, il sera légal mais pas légitime. Si la CE approuve le calcul qui permettra à plus de 10 députés de différents petits partis de siéger au Parlement, on suppose qu'ils soutiendront le camp de la junte ce qui désavantage le camp pour la démocratie. Bien que l'agence ait gardé le silence et insisté pour finaliser le dossier en mai conformément au délai fixé par la loi, Somchai Srisuthiyakorn, ancien membre du CE, a averti que cet enjeu pourrait être vital pour les commissaires et le pays tout entier. Dans une telle situation gagnant-perdant, les partis politiques vont certainement s'adresser au tribunal, a déclaré Somchai. S'il est prouvé que les commissaires ont choisi une formule plutôt que l'autre pour favoriser un parti particulier, ils pourraient être condamnés à de l'emprisonnement, a ajouté l'ancien commissaire. Suite à cette confusion, les politiciens et les citoyens ont demandé hier à l'agence de divulguer la méthode de calcul qui sera utilisée pour attribuer les sièges de députés. Cela a été ajouté à la demande de divulguer les résultats de chaque bureau de vote et d'expliquer les divergences entre les chiffres. Pheu Thai, bien que n'étant pas directement concerné par le calcul, a publié une déclaration demandant que la CE révèle la formule à utiliser, de manière à prévenir toute exploitation politique. Avec plus de 10 petits partis ayant maintenant la possibilité d'obtenir un siège avec un très petit nombre de voix, Pheu Thai a indiqué que la CE devrait prendre en compte la stipulation interdisant aux partis d'obtenir des sièges auxquels ils n'auraient pas droit. Bombardée de critiques acerbes depuis le jour des élections, la CE a obtenu un répit hier lorsqu'un groupe d'une dizaine de partisans s'est présenté à leur bureau et leur a offert des fleurs pour montrer leur soutien. Par ailleurs, le chef de la junte, le général Prayut Chan-o-cha, a déclaré que le public devrait écouter les explications de l'agence. Il a demandé à tout le monde de rester calme et de ne pas semer le chaos. A l'inverse les étudiants et d'autres voix demandent au parti démocrate ne pas s'allier à junte. Requête qui semble vaine. De plus, la révocation des décorations de Thaksin par le palais royal pourrait dissuader des partis hésitants comme le Bhumjaithai à s'allier avec le Pheu Thai. Enfin le chef des armées, Apirat, qui n'exclut pas d'avoir recours à un coup d'état après la proclamation des résultats a mis en garde les étudiants qui obtenaient des bourses à l'étranger et dont l'esprit pourrait être pollué mais, d'un autre côté, il reconnaît, peut-être pas sérieusement, que toutes les armes en sa possession sont moins puissantes que les réseaux sociaux. https://forum.thaivisa.com/topic/1092907-ec-under-pressure-to-reveal-formula-for-calculation-of-mps/
  16. Des sacs de riz stockés dans une usine à Bangkok. Photo: AFP/VNA Bangkok, 1er avril (VNA) - Les exportations de riz thaïlandaises ont diminué tant en volume qu’en valeur en février 2019 en raison de prix élevés comparés à ceux des concurrents et du renchérissement du baht. Charoen Laothammatas, président de l'Association thaïlandaise des exportateurs de riz (TREA), a déclaré que les expéditions de riz du pays totalisaient 687.560 tonnes en février, en baisse de 27,7% sur un an, pour 11,69 milliards de bahts (plus de 368,5 millions de dollars), en baisse de 23,5% en glissement annuel. Selon M. Charoen, le cours du riz vietnamien était de 40 à 50 dollars de moins par tonne par rapport au riz thaïlandais, ce qui a attiré des clients philippins et malaisiens. M. Charoen a déclaré que malgré la chute des exportations en février, les exportateurs misent toujours sur un rebond en mars pour atteindre 700.000 à 800.000 tonnes. Les exportateurs maintiennent l'objectif de 9,5 millions de tonnes en 2019, a-t-il déclaré, ajoutant que la situation de cette année dépendra de la sécheresse. La Thaïlande a exporté 11,09 millions de tonnes l'année dernière, en baisse de 5% par rapport aux 11,67 millions en 2017, mais en hausse par rapport à 9,91 millions en 2016. Les exportations thaïlandaises ont augmenté de 8,3% l'an dernier à 5,61 milliards de dollars, contre 5,18 milliards en 2017 et 4,4 milliards en 2016. -VNA https://fr.vietnamplus.vn/thailande-chute-des-exportations-de-riz-en-fevrier/118961.vnp
  17. L'agence nationale de presse (TNA) a rappelé aux Thaïlandais que les propriétaires d'immeubles, par exemple de condos, risquent une amende de 2 000 bahts s'ils se font prendre à louer un appartement à un étranger sans le signaler à l'immigration. L'amende va jusqu'à 10 000 bahts pour les hôtels en faute. L'avertissement intervient alors qu'un comité ministériel envisage des sanctions encore plus sévères pour lutter contre la criminalité transnationale. Dans cas récent, TNA a expliqué qu'un ressortissant malaisien appelé Lasman Das Sundra Shah, âgé de 68 ans, qui avait été renvoyé dans son pays d'origine pour faire face à deux accusations de fraude, avait réussi à s'infiltrer à nouveau en Thaïlande. Shah avait été renvoyé en Malaisie pour faire face à des accusations de fraude pour un montant de 334 000 Ringgit, soit environ 2,68 millions de bahts. Il a été retrouvé dans un appartement situé dans le quartier de Rama 3 à Bangkok. Le propriétaire de la copropriété n'avait pas indiqué que Lasman s'y trouvait et fait face à des accusations de non-déclaration d'étranger et de complicité de crime. TNA a déclaré que l’immigration avait activement contrôlé les hôtels, les condos, les guests houses, les maisons, les appartements et autres immeubles locatifs à la fin de la semaine dernière. TNA affirme que 260 endroits avaient été contrôlées sans donner de détails. https://forum.thaivisa.com/topic/1092767-thai-media-warns-condo-owners-face-a-2000-baht-fine-if-you-fail-to-report-a-guest/ L'objectif est de savoir en temps réel où séjourne chacun des millions de touristes et d'expatriés en Thaïlande. L'idée d'une puce téléphonique spéciale pour tracer les étrangers est, pour l’instant, écartée.
  18. SAMUI Un Russe a été arrêté dimanche pour avoir prétendument volé un appareil photo numérique et être entré illégalement dans le royaume. La police de Bophut a arrêté Kiirti Svami, 31 ans, après qu’un magasin d’appareils photo numériques haut de gamme installé au centre commercial « Central Festival » l’ait repéré revenant au magasin. Un appareil photo numérique Sony vendu au prix de 99 990 bahts avait été volé dans la boutique le 22 mars dernier et le personnel a constaté que Svami ressemblait beaucoup au suspect saisi par une caméra de sécurité. lire la suite ici https://zonesamui.com/2019/04/revenu-sur-le-lieu-du-vol-il-tente-de-sechapper-a-la-nage/
  19. Des dizaines de manifestants se sont rassemblés près du monument de la victoire pour manifester contre la commission électorale, l'accusant de ne pas avoir rendu compte des résultats du vote de manière transparente, et ce, même une semaine après les élections. LA COMMISSION ÉLECTORALE (CE) est toujours dans le collimateur et des manifestations ont eu lieu pour fustiger son travail. Le nombre de personnes exigeant la démission de ses membres avoisine le million. L’ancien commissaire Sodsri Satayathum a appelé l’agence à régler toutes les questions immédiatement avant que les citoyens n’engagent un processus de destitution, tout en prévenant que la révocation des commissaires pourrait retarder l’approbation des résultats du vote final. Des étudiants et d’autres citoyens ont exprimé leur impatience devant l’incapacité de la CE à annoncer le décompte complet et crédible une semaine entière après les élections. Les divergences dans les chiffres communiqués par la CE ont suscité des suspicions et elle n’a pas été en mesure de fournir des explications crédibles pour apaiser la frustration du public. La CE n’a pas non plus réussi à lutter contre les fausses nouvelles et les malentendus diffusés sur Internet. Chaque déclaration publiée sur sa page Facebook n'a rencontré que plus de cynisme. Plus de 820 000 personnes ont signé une pétition sur change.org pour destituer les sept commissaires. Les étudiants à travers le pays ont défié les responsables de l'État en installant des tables afin de recueillir des signatures pour des pétitions réclamant la destitution. Les manifestants à Bangkok se sont rassemblés hier sur la passerelle au-dessus du monument de la Victoire et autour de l'intersection de Ratchaprasong pour protester contre le manque de transparence allégué lors des élections et le médiocre travail de la CE. Cependant, la critique du public pourrait n’avoir aucun impact juridique réel, selon les experts de iLaw. La Constitution actuelle rejette les pétitions publiques contre des agences, a déclaré iLaw, ajoutant que les plaintes devraient plutôt être portées devant la Commission nationale anticorruption (NACC), qui pourrait déterminer s'il y avait lieu de soumettre l'affaire à un tribunal. Alors que le public est en pleine effervescence et veut que la CE soit tenue pour responsable de son inefficacité perçue et de son manque de transparence, l'ancien commissaire Sodsri doutait que la destitution soit une option judicieuse à ce stade. "Il est possible pour les gens de porter l'affaire devant la NACC", a déclaré Sodsri. "Si la NACC accepte l'affaire et l'envoie au tribunal, les commissaires pourraient être suspendus." L'enquête pourrait prendre un temps considérable avant que la NACC et le tribunal ne parviennent à leurs conclusions, a-t-elle ajouté. L’experte a déclaré que l’affaire n’aurait peut-être pas pour effet d’annuler les élections, mais le délai pourrait interrompre l’approbation des résultats finaux et retarder d’autres processus post-électoraux. Face à la pression croissante du public sur la CE, Sodsri s'est dite préoccupée par le fait que cela pourrait devenir un problème politique supplémentaire. Certains partis pourraient exiger de nouvelles élections. D'autres pourraient appeler à des manifestations de rue dans le but de justifier un énième coup d'état. Il serait préférable que la CE s'explique clairement à propos de tous les problèmes évoqués, a déclaré Sodsri. Dans les circonscriptions où les résultats sont en cause, l'agence devrait rouvrir les urnes (au sens propre) et dissiper tous les doutes, a-t-elle suggéré. Sodsri a averti que la destitution des commissaires bloquerait les activités post-électorales et que la junte continuerait à détenir les rênes du pouvoir pour un temps indéterminé. https://forum.thaivisa.com/topic/1092733-public-anger-wells-up-over-ec’s-failures /
  20. BANGKOK (Reuters) - Le roi de Thaïlande Maha Vajiralongkorn a annulé les décorations royales décernées à l'ancien Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra, a révélé un document publié samedi dans la gazette royale. L’ordonnance du roi intervient moins d’une semaine après que le parti politique Pheu Thai, le principal groupe d’opposition, se soit opposé à un parti pro-junte militaire au pouvoir lors d’élections nationales controversées. Les officiels n'ont pas encore publié les résultats complets. Révoquer publiquement les décorations royales de Thaksin pourrait le discréditer, et peut-être aussi son parti affilié, aux yeux de nombreux Thaïlandais, car la monarchie est largement révérée dans la culture thaïlandaise. La monarchie est au-dessus de la politique en Thaïlande, mais cette tradition a été mise à l’épreuve le mois dernier lorsque la sœur du roi a accepté la nomination en tant que candidate Premier ministre d’un autre parti pro-Thaksin. Le roi déclara rapidement que sa candidature était «inappropriée» et la princesse et le parti furent disqualifiés. Le commandement royal de samedi de révoquer les décorations de Thaksin a été pris en raison de sa condamnation pour corruption en 2008 et de sa fuite du pays pour échapper à une peine de deux ans d'emprisonnement, indique le document. «Le roi Maha Vajiralongkorn Bodindradebayavarangkun a émis une ordonnance royale visant à révoquer les décorations royales, parce que Thaksin Shinawatra a été condamné à une peine d'emprisonnement par la chambre criminelle chargée des fonctions politiques, ainsi que de nombreuses autres accusations concernant son comportement », lit-il. Le palais n'était pas immédiatement disponible pour d'autres commentaires. Une semaine après le vote du 24 mars, les résultats des élections en Thaïlande restent incertains et pourraient ne pas être connus avant la déclaration officielle du 9 mai. Pheu Thai et le pro-militaire Palang Pracharat prétendent tous deux mais évidemment séparément avoir assez de soutien pour former un gouvernement. L'élection "malpropre" survient après près de 15 ans de troubles, durant lesquels la Thaïlande a connu deux coups d’État militaires en 2006 et 2014, qui ont respectivement renversé Thaksin et sa soeur Yingluck. Thaksin vit en exil volontaire depuis sa fuite du pays en 2008 pour éviter de purger une peine pour corruption qui, selon lui, avait une motivation politique. Il a été reconnu coupable par contumace et condamné à deux ans de prison. Bien qu’il vive à l’étranger, Thaksin est resté une figure qui divise dans la politique thaïlandaise. Les partis pro-Thaksin ont remporté toutes les élections depuis 2001, même après son éviction. L’ordre du roi intervient après une série d'attitudes de Thaksin qui pourraient être considérées comme un défi à la monarchie. Deux jours avant le vote dimanche, Thaksin a assisté au mariage de sa plus jeune fille à Hong Kong en présence de la sœur aînée du roi, la princesse Ubolratana Rajakanya Sirivadhana Barnavadi, qui a choqué le pays le mois dernier en acceptant la nomination au poste de candidate Premier ministre. Le lendemain quelques heures avant l'ouverture des bureaux de vote, le roi fit une déclaration inattendue et énigmatique, rappelant un commentaire de son père sur le besoin de mettre «de bonnes personnes» au pouvoir et d'empêcher les «mauvaises personnes de créer le chaos». https://uk.reuters.com/article/uk-thailand-king/thailands-king-revokes-royal-decorations-of-ousted-ex-pm-thaksin-shinawatra-idUKKCN1RB0B5
  21. Suite de ce drame Ce drame a beaucoup ému la communauté expatriée et les francophones en particulier. Nous avons toujours exprimé notre soutien à M. Borel. Voici les autres articles consacrés à ce drame Un frère et une sœur fuyant leur «mère violente» pris en charge par les services sociaux. La police a récupéré dimanche un frère et une sœur -ayant la double nationalité suisse et thaïlandaise- âgés de 11 et 12 ans, qui s'étaient enfuis de leur domicile à Bangkok depuis le 29 mars. Ils ont été remis aux soins du ministère du Développement social. Les deux enfants avaient fui leur domicile après avoir été apparemment réprimandés et battus par leur mère thaïlandaise âgée de 37 ans. Les enfants s'étaient égarés après avoir parcouru 20 kilomètres à pied pour tenter de localiser la résidence de leur père. Les deux enfants sont les survivants d'un drame qui s'est produit en mai dernier lorsque toute la fratrie (deux garçons et deux filles) sont tombés d'une sorte de balcon de l'appartement de leur mère où ils étaient laissés sans surveillance en pleine nuit. Les deux plus jeunes âgés de 5 et 7 ans, sont décédés. Les fugueurs ont dit à la police qu'ils ne voulaient pas retourner chez leur mère. Ronnasit Proeksayajiva, fondateur de la Fondation Ronnasit pour les enfants et les femmes victimes de la violence, a conseillé aux enfants de faire appel à la police. Il semble donc que les enfants aient été en contact d'abord avec la fondation puis avec la police ensuite. On ne sait pas comment s'est établi le contact entre les enfants fugueurs et la fondation. Les enfants ont affirmé que leur mère les avait grondés et battus. Ils ont alors voulu rechercher le domicile de leur père Soi Ramkhamhaeng 160 dans l'espoir de rester avec lui, a déclaré le colonel Pol, Jirakit Jarunapat, responsable de la protection des enfants et des femmes. La police a découvert que leur père était à l'étranger. Il a été contacté. Dimanche, la police a appris que le père ferait une demande auprès du ministère pour récupérer les enfants le 8 avril. Malgré de nombreux indices qui laissent penser que la maman et ses propres parents sont défaillants, M Borel, qui semble être un papa aimant et attentionné, n'a jamais pu obtenir la garde des enfants de la part de la justice thaïlandaise. Conformément à la procédure de protection de l’enfance, les enfants ont été confiés au ministère du Développement social dans l’attente d’une enquête. Le ministère continuera à s'occuper des deux enfants jusqu'à ce qu'un parent qui en aurait la garde légale les reprenne, a déclaré Jirakit. La mère s'est présentée à 20h40 le samedi et a déclaré à la police qu'elle n'avait jamais agressé ni menacé les deux enfants. https://forum.thaivisa.com/topic/1092759-thai-swiss-siblings-fleeing-abusive-mother-taken-under-ministry-care/
  22. Voici ce que l'immigration de Chonburi exige pour le TM30 et les extensions de visa de retraite. Cela peut être différent dans les autres provinces. L'immigration de Chonburi a clarifié ce qui est exactement requis en ce qui concerne les rapports TM30 et les exigences financières pour ceux qui demandent ou renouvellent un visa de retraite. S'adressant à Tommy Dee sur Fabulous 103FM, Khun Pichai, qui signe toutes les extensions de séjour pour les étrangers à l'immigration de Jomtien, répond aux questions concernant le formulaire TM30 et les extensions de visa de retraite. En ce qui concerne le formulaire TM30, les étrangers séjournant en Thaïlande grâce à une extension de visa annuelle ne sont pas tenus de présenter un formulaire TM30 chaque fois qu'ils séjournent en dehors de la province. Remplir le formulaire TM30 une fois est suffisant pour ceux qui habitent en Thaïlande grâce à une extension de visa, a déclaré Khun Pichai à Fabulous 103FM. Étant donné que les étrangers bénéficiant d'une extension soumettent un rapport tous les 90 jours, ils n'ont pas besoin de soumettre un formulaire TM30 chaque fois qu'ils reviennent d'un voyage à l'extérieur de la province. Cependant, vous devez compléter un nouveau TM30 si vous changez d'adresse. Pour les personnes séjournant avec des visas de tourisme, leur hôte doit informer l'immigration que l'étranger réside à cette adresse. Pour les hôtels ou assimilés, cela se fait lorsque vous remettez votre passeport à l'enregistrement. Mais si vous avez un ami étranger ou un membre de votre famille chez vous pendant la nuit, vous devez informer l’immigration que cette personne séjourne à votre adresse. Sinon vous êtes passible d’une amende. Pichai ne dit pas ce qui se passe si votre ami étranger décide, très tard le soir, de dormir chez vous pour des raison dues à l'alcool ou à l'affection. Faut-il rapidement se rendre à la police pour l'en informer ? Précédemment, l'immigration acceptait un jour de latence et il fallait déclarer votre ami s'il restait deux jours. En ce qui concerne les extensions de visa de retraite, Khun Pichai a déclaré que les nouveaux impétrants devaient être en mesure de justifier d'au moins deux mois de revenus provenant de l'étranger ou pouvant être rattachés à une source imposable en Thaïlande. Pour le renouvellement des extensions de retraite (anciens impétrants), le demandeur doit être en mesure de prouver un revenu sur les 12 derniers mois provenant de l'étranger ou d'une source imposable en Thaïlande. Le demandeur doit également pouvoir montrer que le revenu transféré dans une banque thaïlandaise arrive à peu près au même moment chaque mois. Comme ces règles sont nouvelles, on ne sait pas si elles s'appliquent en 2019 (donc rétroactivement avec des transferts datant de 2018) ou en 2020 (avec des transferts effectués en 2019). Pour ceux qui utilisent la méthode de la somme forfaitaire, 800 000 bahts doivent être sur le compte bancaire thaïlandais deux mois avant la date de la demande et toujours en banque 90 jours plus tard. Après cela, jusqu'à 400 000 bahts peuvent être retirés, mais le même compte doit conserver un solde de 400 000 bahts pour le reste de l'année avant de revenir à 800 000 bahts deux mois avant la prochaine demande. L'article n’indique pas quelles pénalités les étrangers encourent si le solde de leur compte bancaire tombe sous la barre des 400 000 bahts. On ne sait pas si cela concerne surtout les ressortissants des pays anglo-saxons (privés du certificat de revenus du consulat) ou bien si les francophones dont les consulats délivrent toujours le certificat doivent s'y plier. Thaivisa en français et ses lecteurs seraient très reconnaissants à ceux qui ont obtenu une extension de visa en mars 2019 de raconter comment cela s'est déroulé et quels documents ils ont dû fournir en précisant la province. [email protected] Khun Pichai a également expliqué à Fabulous 103FM qu'une nouvelle base de données utilisée par l'immigration, la police et la police touristique permet aux autorités de retrouver plus facilement les criminels étrangers séjournant en Thaïlande. https://forum.thaivisa.com/topic/1092651-explainer-here’s-what-is-required-by-chonburi-immigration-for-tm30-and-retirement-extensions/ Interview de l'officier Pichai
  23. Des distributions similaires ont été organisées dans tout le pays. La junte aura lutté avec conviction pour récupérer les avoirs acquis indûment par les usuriers même si les arrestations ont été peu nombreuses. PHUKET: La police de la région 8 de Phuket a organisé vendredi 29 mars une cérémonie au cours de laquelle plus de 33 millions de titres de propriété ont été rendus aux victimes de dettes informelles. Ces titres leur avaient été confisqués par les usuriers pour défaut de remboursements . La dette informelle - dette contractée par des particuliers envers des créanciers non membres d’institutions financières ou d’organismes publics - constitue depuis longtemps un problème financier majeur en Thaïlande. Vivre dans la pauvreté et travailler dans le secteur économique informel sans une protection sociale adéquate maintient les intéressés dans le cycle de la dette informelle avec des taux d'intérêt extrêmement élevés, allant de 5 à 20% par mois. Pourtant l'usure est interdite en Thaïlande. Le général de division Chalit Thinthanee, de la police de la région 8, a présidé la cérémonie avec le vice-gouverneur de Phuket, Supoj Rotreuang Na Nongkhai, à l'auditorium Chaijinda, Mai Khao. Le Maj Gen Chattawat a déclaré: «La politique du gouvernement exige que le problème de la dette informelle, qui est majeur dans le pays, soit résolu le plus rapidement possible. La police royale thaïlandaise a été chargée du dossier. " La police de la région 8 - 14 provinces du sud de la Thaïlande: Phuket, Phang Nga, Krabi, Ranong, Chumporn, Surat Thani et Nakhon Sri Thammarat - a restitué à cinq reprises des titres de propriété à des personnes endettées pour une valeur totale de 285 millions de bahts. Les actifs totaux sur la région comprenaient 871 rai de terrain, 98 voitures et 461 motos appartenant à 396 personnes. https://forum.thaivisa.com/topic/1092611-over-b33mn-of-title-deeds-returned-to-creditors-of-informal-debt/ Bien souvent les personnes qui récupèrent leur bien avaient déjà remboursé la dette et les intérêts normaux mais pas encore l'usure (entre 60 et 360 % par an au lieu de 15 ou 20 %).
  24. Agence gouvernementale BANGKOK (NNT) - La Banque de Thaïlande (BOT) a indiqué que l’ensemble de l’économie de la Thaïlande avait connu une croissance soutenue en février -sans donner de chiffres-, grâce à la consommation privée et à la remontée des prix agricoles. Le directeur de la BOT, Don Nakornthab, a déclaré que, même si le nouveau gouvernement n'a pas encore été formé, l'administration actuelle est pleinement habilitée à mobiliser de grands projets d'investissement, y compris dans l'est. Il pense que que la situation politique actuelle n'aura pas d'impact économique. M. Don a déclaré que l'économie thaïlandaise avait progressé dans toutes les secteurs en février, parallèlement à une consommation privée accrue grâce à un pouvoir d'achat des consommateurs et des agriculteurs plus important. Les prix de l'huile de palme, du caoutchouc et du riz blanc ont augmenté. Aucun chiffre n'a été communiqué. Les dépenses du secteur privé consacrées aux grosses machines et les dépenses publiques ont augmenté en février par rapport au mois précédent, mais les dépenses publiques se sont contractées d'une année sur l'autre. En ce qui concerne le tourisme, le nombre de visiteurs chinois a légèrement diminué. Cependant, la Thaïlande a enregistré une augmentation du nombre de visiteurs en provenance d'autres régions d'Asie, telles que la Malaisie, la Corée du Sud et le Japon. Don ne donne pas de chiffres. Don a ajouté que le pays continuait de ressentir les effets du différend commercial entre la Chine et les États-Unis, les exportations thaïlandaises ayant diminué de 1,7% en février par rapport au même mois de l'année dernière, mais prévoit une reprise au second semestre 2019, car on s'attend à ce que la guerre commerciale entre les deux superpuissances s'apaise. Les exportations de cette année devraient augmenter de 3%. https://forum.thaivisa.com/topic/1092641-bot-reports-economic-expansion-in-feb/
  25. Ce dimanche, Chiang Mai est encore et toujours la ville la plus polluée du monde. Le plus inquiétant est que ses "suivantes" ne sont jamais les mêmes. Actuellement, Koweït, Cracovie, Oulan-Bator. Un universitaire a appelé le gouvernement à déclarer l'état d'urgence étant donné que Chiang Mai et la plupart des provinces du nord font face à des niveaux «désastreux» de pollution dû aux PM2,5. Il est conseillé aux habitants du Nord de rester dans des bâtiments climatisés et d'éviter toute activité en plein air. Certaines zones de Chiang Mai enregistraient des niveaux de PM2,5 dépassant les 700 microgrammes par mètre cube d'air samedi matin, ce qui est inconcevable et jamais vu dans le monde. Pour mémoire les limites sont de 25 mg pour les normes internationales souhaitables et 50 mg pour la Thaïlande. Witsanu Attavanich, de l'université Kasetsart, a déclaré qu'avec de tels niveaux mortels de pollution dans l'air (plus de 500 microgrammes), la capacité des autorités locales de faire face à la situation était dépassée et que le gouvernement central devait intervenir maintenant et déclarer l'état d'urgence. "Un tel niveau catastrophique de PM2.5 est probablement le plus haut niveau jamais enregistré en Thaïlande", a déclaré Witsanu. «Respirer seulement 100 microgrammes de PM2,5 est considéré comme très nocif pour la santé des personnes en bonne santé.» Plus tôt en janvier, toutes les écoles de Bangkok avaient été temporairement fermées alors que le niveau de PM2,5 n'était que de 70 à 120 microgrammes. Les habitants du nord se sont parfois émus du fait que la pollution à Bangkok était considérée comme grave alors que celle de Chiang Mai n'intéresse jamais les autorités. Mais jusqu'à présent, à l'exception de la préparation de zones de sécurité (dans le centre des conférences de Chiang Mai), aucune mesure n'a été mise en place par les autorités provinciales de Chiang Mai. Samedi, Onairvisual.com a annoncé que Chiang Mai était la ville la plus polluée au monde à 11 heures du matin, avec un indice de qualité de l'air (AQI) de 532 et 549,4 mcg de PM2,5, loin devant le deuxième, Delhi (215 et 164,2 mcg ). Encore plus grave : pour de nombreux endroits des sept régions du nord, AQI affichait le message "Au-delà de la capacité de lecture des testeurs". Le professeur Kwanchai Suparatpinyo, de l'Université de Chiang Mai, a déclaré que la situation était critique ajoutant que la fumée transfrontalière provenant des pays voisins est également un facteur. Il a exhorté les gens à rester à l'intérieur et à s'abstenir de toute activité en plein air - en particulier des enfants en bas âge, des personnes âgées et des femmes enceintes ainsi que des personnes souffrant de maladies chroniques telles que les allergies et les maladies cardiaques. https://forum.thaivisa.com/topic/1092515-state-of-emergency-urged-as-air-pollution-hits-disastrous-levels-in-north/
×