Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 365
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Un homme de 69 ans raide (mort) après une séance avec TROIS filles dans un hôtel de passe Image: Thairath La scène se passe à Pak Chong, Korat où un homme a pris une chambre dans un "resort" pour une courte durée "short time". Il était accompagné de 3 jeunes filles (sans doute des nièces puisque la prostitution est interdite en Thaïlande). Après que les filles soient parties depuis plusieurs heures, les employés de l’hôtel sont allés aux nouvelles pour découvrir l'homme décédé. La police a été appelée. On a retrouvé un condom usagé près du corps (au moins il aura eu du plaisir une dernière fois). Pas de trace de lutte. Mort depuis 3 ou 4 heures. Corps déjà en train de se raidir. Cet homme d'affaires bien connu, âgé de 69 ans avait des intérêts au marché Ban Pa Mai de Pak Chong. Il est arrivé à midi, a loué la chambre, puis 3 filles sont arrivées en mobylettes. la première période de 3 heures passées, une autre période de 3 heures, puis les filles sont partie et deux heures après (nous sommes donc à 20 heures), le personnel de l'hôtel s'est dit qu'il était temps d'aller voir. La police recherche les filles pour recueillir leur témoignage. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929740-sixty-nine-year-old-thai-man-found-stiff-after-sleeping-with-three-girls-at-short-time-hotel/
  2. Une autre victime de Lady Kai libérée. L'avocat des filles menacé Image: Daily News L'affaire qui enflamme le pays "La riche dont on dit qu'elle est noble contre les pauvres" connait de nouveaux développements. Mme Kai avait l'habitude de proposer à ses employées de se rendre à Hong Kong pour gagner beaucoup d'argent. Devant le comportement chelou de la dame, les filles refusent. La dame prétend alors que les filles ont volé. Comme elle est riche, la police et la justice la croit et les filles se retrouvent en prison jusqu'à ce que la dernière, Koi, après avoir purgé sa peine ne se rebiffe. Comme toutes les accusation de Mme Kai ont été démontées, l'une de ses victimes encore en prison sera libérée bientôt. il s'agit de la mère d'une des filles, Sukanya Sirimuang, 54 ans L'avocat, militant des droits de l'homme, qui défend les filles, Songkan Atchariyasap, a reçu des menaces par téléphone. Rumeur : à Nakhon Sawan, une dame qui ressemble à Mme Kai a tenté de vendre du faux or en le faisant passer pour du vrai. L'avocat pense que les images de la télésurveillance devrait incriminer Mme Kai. La police criminelle (CSD) ainsi que le commissariat de Prachacoeun travaillent sur le cas. Dans un tout dernier développement, la Cour Criminelle a refusé une demande de la police -qui prétend avoir des preuves pour l’incriminer de trafic d'êtres humains- pour arrêter Mme Kai, en revanche elle peut se rendre à la Police Criminelle pour entendre les charges portées contre elle et ne sera pas arrêtée. Noblesse oblige. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929807-lady-kai-latest-lawyer-receives-phone-threats-woman-jailed-for-theft-set-to-be-released http://www.thaivisa.com/forum/topic/929860-thai-court-rejects-arrest-warrant-for-ying-gai/
  3. On parle maintenant de 100 cas de Zika en Thaïlande mais aucun de microcéphalie (rappel : le Zika lui-même n'est pas grave, si l'on est pas enceinte, c'est la microcéphalie qui provient de cas de Zika chez la femme enceinte qui est grave) Amnuay Gajeena, du ministère de la santé avoue que c'est un souci mais qu'on est loin du nombre de cas détectés au Brésil (1600 microcéphalie donc des centaines de milliers de Zika). Le Zika st présent dans 61 pays. http://asia.nikkei.com/Politics-Economy/Policy-Politics/Thailand-wary-as-Zika-cases-soar-close-to-100
  4. Vous avez aimez la décharge et les câbles de Samui, vous adorerez ses toilettes Image: CH3 Facebook Remarque liminaire : si les médias sont si sévères avec Samui (pas pire que le reste de la Thaïlande), c'est parce que c'est l'endroit du pays le plus "occidentalisé" donc certains espèrent y trouver les mêmes standards qu'en occident. La chaine de télévision 3 a envoyé ses reporters aux toilettes pour y vérifier ce que disent les réseaux sociaux locaux. Il s'agit de toilettes publiques situées près de la plage de Chaweng. En plus de déjections et de l'odeur, on trouve des condoms (sans doute usagés), des seringues, du matériel pour se droguer donnant une impression de danger. La municipalité avoue être au courant mais dit qu'il est difficile de surveiller les toilettes qui sont devenues un lieu de rendez-vous pour les ados la nuit. Les portes étaient fermées à clé la nuit mais elles ont été cassées et tout ce qui se trouvait à l’intérieur a été cassé ou volé. Bonne nouvelle : un nouveau bâtiment est prévu et il sera mieux situé. Les réseaux sociaux thaïlandais confirment que le problème n'est pas "propre" à Samui, c'est partout pareil en Thaïlande. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929857-thai-public-toilets-what-a-load-of/ NdM : on le voit partout dans le monde (et en particulier dans les centres commerciaux thaïlandais, très propres), s'il n'y a pas quelqu'un qui passe toutes les 10 minutes, c'est vite ingérable.
  5. Pas de peine de mort pour les violeurs - meurtriers mais l'argument du gouvernement est spécieux NATNICHA CHUWIRUCH, Associated Press Le ministère de la justice ne demandera pas que les violeurs qui tuent leur victime soient exécutés car cela inciteraient les futurs violeurs à achever leurs victimes... Le raisonnement est le suivant : si un violeur risque la peine de mort, il tuera sa victime qui est aussi un témoin afin qu'elle ne parle pas à la police. Sauf que l'on pensait bien à des violeurs - tueurs, et non des violeurs. La suite de l'argumentation est plus solide : le numéro 3 du ministère, Tawachai écrit "Ne serait-il pas mieux de convaincre les violeurs de suivre un programme de réhabilitation et de les aider afin qu'ils ne recommencent pas?". Cela rejoint l'argument du premier ministre "La pression sociale (leur faire honte?) devrait être plus dissuasif que la peine de mort." Cette polémique arrive au lendemain de la tentative de viol et le meurtre d'une jeune prof de 27 ans par un homme qui avait déjà été condamné à 2 ans de prison pour viol. Les voisins et la famille de la victime auraient souhaité que le meurtrier soit exécuté. En Thaïlande on peut être exécuté pour 35 raisons dont "meurtre qui suit un viol" donc il est passible de la peine de mort mais si le gouvernement dit "non", on peut penser que les juges suivront. Les ONG considèrent que le viol est largement non rapporté à la police et donc non puni, en partie car les autorités ne prennent pas les plaintes au sérieux. La police reçoit 4000 plaintes par an et procèdent à 2400 arrestations d'après le Thailand Development Research Institute qui compile les données du ministère de la justice mais on estime que 30 000 viols par an ne sont pas apportés à la police. Un tous les quarts d'heure. NdM : il y a peut-être un juste milieu entre la quasi impunité actuelle (le meurtrier de vendredi avait fait 2 ans de prison pour viol) et la peine de mort. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929862-thai-justice-ministry-rules-out-death-penalty-for-rapists/
  6. Toyota licencie entre 800 et 900 employés en CDD Comme en France, on peut travailler chez Toyota depuis 10 ans et ne pas avoir de CDI, on appelle cela ici des " temporary staff". Du temporaire qui dure. La crise économique oblige Toyota Thaïlande à se séparer de 800 à 900 personnes à Samrong, Gateway et Bangchan mais l'entreprise veut faire cela à l'occidentale ou à a japonaise, c'est à dire de manière assez douce. On proposera un programme de démission volontaire appelé "Adieux avec le cœur". Le programme a commencé lundi et dure une semaine. Ceux qui signent ont droit à des indemnités en fonction du nombre d'années passées dans l'entreprise., un bonus spécial et l'assurance d'être ré-embauchés en priorité à la fin de la crise. L'entreprise craint quand même des protestations. http://englishnews.thaipbs.or.th/toyota-shed-800-900-jobs-among-temporary-staff/
  7. La guérilla bonze - DSI continue. Les disciples qui ont empêché les officiers de faire leur travail seront poursuivis La police provinciale de Pathum Thani va poursuivre les disciples du temple Dhammakaya pour avoir empêché les officiers du DSI d'entrer dans le temple et, éventuellement, arrêter Dhammachayo le 16 juin. Pol Maj-Gen Thavorn Khaosa-ard, commandant de la police de Pathum l'a annoncé mardi. Certains des disciples seront poursuivis après que le DSI ait officiellement porté plainte auprès du commissariat de Pathum. 9 personnes sont concernées pour 3 chefs d'inculpation : obstruction de route publique, possession de matériel militaire (dans le cas présent fil de fer barbelé coupant), rassemblement illégal dans le but d'empêcher des officiels de faire leur devoir. La police prévient les disciples qu'ils ne doivent pas recommencer lors de la prochaine tentative du DSI pour déloger le moine que l'on pense toujours caché dans le temple. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929858-police-to-take-legal-actions-against-dhammakaya-followers-for-obstructing-dsi-officials
  8. La Cour Militaire libère les 7 militants pro-démocratie La Cour Militaire de Bangkok a rejeté une requête des officiers de police qui voulaient que les 7 membres du Mouvement pour la Nouvelle Démocratie soit détenus pour une nouvelle période de 12 jours en attendant leur jugement. Leurs noms : Rangsiman Rome, Korakot Saengyenphan, Anan Lokate, Thirayuth Nakhananrum, Yutthana Dasri, Somsakul Thongsuksai and Nantyhapong Panmas. A la cour ils sont été rejoints par leurs 6 collègues libérés sous caution et qui se sont présentés libres : Rakchart Wong-athichart, Panthip Saeng-arthit, Peemak Rathwongsa, Toenjai Wangkham, Kornchanok Thankoon and Worawut Bootmat. La police a besoin de davantage de temps pour préparer le cas contre les suspects et donc demandaient qu'ils restent en prison. la Cour a considéré qu'ils avaient des adresses permanentes et qu'ils n'avaient aucune raison de fuir (sous entendu vers l'étranger). Ainsi, ils sont toujours poursuivis -pour avoir distribué des tracts contre le projet de constitution- mais sont en liberté. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929735-7-new-democracy-members-in-court-for-the-extension-of-their-detention/#entry10930348
  9. Elle harcelaient les maquignons pour leur proposer des gâteries. Ils se plaignent à la police qui les arrête Image: Daily News La police de Khon Kaen a encerclé le marché -Kho - Krabeu- aux bovins , principalement des buffles, afin d’arrêter une vingtaine de jeunes femmes qui offraient des services sexuels aux maquignons (marchands de bovins). La police a saisi des preuves : une collection de matelas, d'oreillers et de couverture. Irréfutable, n'est-il pas! Les officiers leur ont expliqué que c'était mal et les ont laissé partir après paiement d'une mande de 100 thb. Ce sont les maquignons qui se sont plaints d'être harcelés par ces femmes vénales ou en mal d'affection. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929716-twenty-girls-arrested-for-offering-special-favors-to-buffalo-traders-in-khon-kaen/
  10. Décès d'un Britannique dans la maison qu'il louait à Samui Image: Daily News Eddie James Wynne 50 ans était mort depuis 3 ou 4 jours lorsque son corps a été retrouvé chez lui. Il était enfermé et il n'y a pas de trace de lutte. La mort naturelle semble évidente. C'est son propriétaire à Bo Phut qui s'est inquiété de ne pas l'avoir vu depuis quelques jours. Il a fallu forcé la porte.. Il était arrivé le 9 mai. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929662-british-tourist-found-dead-in-rented-house-in-koh-samui/
  11. Dans la série "les animaux sauvages ne sont pas des peluches", un cornac broyé par son éléphant à Krabi Phuket Gazette Photo: Kritsada Mueanhawong L'éléphant de 26 ans, Plai Khai, était en rut et enchainé depuis 2 jours à un arbre. Son cornac Sawai Lantee, 64 ans, vient voir si les liens sont solides. L'éléphant l'attrape avec sa trompe puis le fait tomber et le broie. Un collègue est arrivé et a tenté de frapper l'éléphant pour qu'il lâche sa proie. Lorsque l'animal s'est tourné vers le second cornac avec des intentions belliqueuses, ce denier s'est enfui pour sauver sa peau. Il a fallu, 10 cornacs, des piqures calmantes et 3 heures pour venir à bout de l'éléphant et récupérer le corps, en pièces, de Sawai. L'éléphant est maintenant enfermé sous supervision en attendant la fin du rut. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929705-raging-bull-elephant-tears-apart-owner/
  12. Comment pouvait-on être Indochinois ? À propos de : Christopher E. Goscha, Indochine ou Vietnam, Vendémiaire par Blaise Truong-Loï , le 4 juillet Il est aujourd’hui incongru d’imaginer un Vietnamien se définir comme « Indochinois ». Pourtant, le territoire colonial a longtemps servi de cadre à l’expression de l’identité nationale Viet. Ce phénomène n’illustre pas tant l’efficacité de l’éducation dispensée dans les écoles de l’Empire français que le caractère négocié de la colonisation en Asie. Retour sur un classique. Recensé : Christopher E. Goscha, Indochine ou Vietnam, Paris, Vendémiaire, 2015, traduit de l’anglais par Agathe Larcher (première édition en langue anglaise en 1995), 188 p., 18 €. En 1945, un groupe communiste du Sud-Vietnam expliquait que les cinq pointes de l’étoile ornant le drapeau du Viet-Minh figuraient « les cinq pays de la Fédération Indochinoise libérés sous la direction de la nation vietnamienne ». L’anecdote n’a pas seulement le goût suranné propre à l’atmosphère fiévreuse de la décolonisation. Elle illustre, pour Christopher Goscha, la force performative qu’eurent pendant longtemps dans le Sud-Est asiatique les catégories forgées par plusieurs décennies de colonisation française, au premier rang desquelles le concept même d’Indochine. Les indépendantistes, qu’ils soient nationalistes ou communistes, n’étaient en effet pas nécessairement hostiles au référent indochinois, allant jusqu’à parfois en faire le cadre territorial privilégié de leur futur État autonome. Plus encore, si certains colonisés voyaient bien leur statut d’indochinois comme une infamie marquée du sceau de l’impérialisme, d’autres en firent un élément central de leur identité, qu’ils revendiquèrent avec fierté. Le contemporain habitué à considérer le Vietnam comme l’incarnation d’une entité politique et culturelle précoloniale ayant résisté à l’agression d’une force extérieure est ainsi amené à se demander : mais comment pouvait-on donc être indochinois ? Professeur à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et spécialiste reconnu de l’histoire contemporaine du Vietnam, Christopher Goscha ne cherche pas au travers de cette question à « entreprendre une énième diatribe idéologique ou mémorielle pour ou contre le bien-fondé de la ‘colonisation française’ ou du ‘communisme vietnamien’ » (p. 157-158). Cette persistance d’un référent colonial en discordance avec la mémoire officielle de la période de sujétion mène davantage l’auteur de la Penguin History of Modern Vietnam à revenir sur « la complexité de la rencontre coloniale [et à la décortiquer] sur la base d’un travail d’historien » (ibid.). L’usage que firent certains indépendantistes vietnamiens du référent indochinois n’est en effet que le point de départ d’une brève mais passionnante enquête consacrée au caractère négocié de la domination française en Asie du Sud-Est. Indochine ou Vietnam, dont les « interactions coloniales » (p. 7) constituent l’objet d’étude central, était l’une des premières œuvres de C. Goscha. S’il a fallu attendre tout juste vingt ans pour en obtenir une (excellente) traduction, le propos n’a rien perdu de sa force. Il parvient à rendre concrets des propos trop souvent abstraits, tant sur « l’agency » (i.e. la « capacité d’agir ») des colonisés que sur la récupération par les colonisateurs de certaines configurations régionales à des fins d’expansion impériale. L’Indochine, une création commune à géométrie variable Pour assurer la pérennité de leurs conquêtes en Asie du Sud-Est, les administrateurs français des années 1880 durent rapidement convaincre les populations locales que la création indochinoise se faisait dans leur plus grand intérêt. Dans cette région marquée par une forte tradition bureaucratique et où le projet d’une colonie de peuplement ne fut jamais sérieusement envisagé, les colonisateurs durent, plus qu’ailleurs, s’attacher les faveurs des indigènes. Pour que les emplois subalternes de l’administration ne restent pas vacants, les Français s’appuyèrent notamment sur le dynamisme de la nation Viet. En forte expansion depuis le début du XIXe siècle, cette dernière s’était toutefois trouvée entravée au nord par le dédain chinois et à l’ouest par la résistance siamoise. Les Français eurent alors beau jeu d’insister sur le fait que l’Union Indochinoise, créée en 1887, « marquait moins une rupture avec le passé qu’une continuité avec l’avenir impérial du Dai Nam [« État impérial du Sud », nom donné par les Nguyen à leur empire en 1838] » (p. 22). Objets de rivalités entre Hué et Bangkok pendant des décennies, le Laos et le Cambodge n’étaient-ils pas enfin rattachés à un grand ensemble unifié, où les Viets jouaient un rôle de premier plan ? Arrivé à ce stade, l’ouvrage de Christopher Goscha ne se contente pas d’une étude des discours coloniaux vantant auprès des indigènes les mérites de l’association franco-annamite. Il montre comment cette dernière se construisit sur le terrain, par un ensemble de dispositifs particulièrement concrets. En Annam, les nombreuses projections de films sur le patrimoine cambodgien et les cours d’histoire dispensés dans les écoles coloniales pour valoriser l’attachement séculaire des peuples Laos et Khmers aux Viets contribuèrent à créer une identité d’échelle indochinoise. Dans ce processus, les mobilités spatiales jouèrent également un rôle crucial. Sur les routes construites par le colonisateur circulaient en effet les différents Annamites associés à la bonne marche de l’Union. Travailleurs des plantations d’Hévéa en Indochine du Sud, employés des bureaux administratifs de Phnom-Penh ou instituteurs des écoles laotiennes : tous utilisaient le nouveau réseau ferré ou routier qui contribuait à faire de l’économie et de l’administration indochinoises des systèmes cohérents. Et tous appréciaient nouvellement les distances de ces trajets grâce aux bornes kilométriques, dispositifs d’objectivation modifiant le rapport à l’espace. Il n’est donc pas si étrange de concevoir que des Annamites purent se penser Indochinois et aller, en 1938, jusqu’à demander aux autorités françaises d’accélérer le développement du Laos pour l’ouvrir plus encore à la « colonisation annamite ». N’était-ce pas le Dai Nam qui trouvait là une réalité tangible ? Dans le sillage d’un Benedict Anderson, C. Goscha met ainsi au jour une culture matérielle coloniale propice à la formation d’une communauté imaginée à l’échelle de l’Indochine. Cet horizon commun n’était pas, loin s’en faut, l’apanage des collaborateurs vietnamiens du colonisateur français. Preuve en est son utilisation, au lendemain de la Première Guerre mondiale par les différents acteurs demandant une inflexion de la politique française vers davantage d’autonomie interne. Les Revendications du peuple Annamite d’Ho-Chi Minh, publiées en 1919, en sont l’exemple type. Elles commençaient ainsi : « Le peuple de l’Ancien Empire d’Annam, aujourd’hui l’Indochine Française, présente aux nobles gouvernants… » lire la suite et acheter le livre http://www.laviedesidees.fr/Comment-pouvait-on-etre-indochinois.html Blaise Truong-Loï, « Comment pouvait-on être Indochinois ? », La Vie des idées , 4 juillet 2016. ISSN : 2105-3030. URL : http://www.laviedesidees.fr/Comment-pouvait-on-etre-Indochinois.html
  13. Sofitel, marque haut de gamme du groupe Accor, fait part du lancement en avril dernier de son nouvel hôtel phare à Luang Prabang, ville du Laos classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Correspondant à l'ancienne résidence du gouverneur, le Sofitel Luang Prabang propose 25 suites. Couvertes d'un toit en argile, allant de 46 à 120 mètres carrés, chacune jouit d'un jardin particulier, d'une baignoire large et d'une piscine privée. Dotée d'installations comme les écrans plats, le Wi-Fi ou encore la literie signature Sofitel MyBed, cette adresse abrite une collection d'art indochinois et une bibliothèque, hébergeant une des plus grandes collections de livres de la province de Luang Prabang. Le SoSPA propose des traitements et thérapies associant des techniques ancestrales de guérison laotienne avec des produits bios locaux et les toutes dernières technologies en matière de soins de la peau. Enfin, le 'Governor's Grill' propose de la haute gastronomie occidentale ainsi que des spécialités laotiennes traditionnelles. http://www.zonebourse.com/ACCOR-4602/actualite/Accor-lancement-d-un-Sofitel-au-Laos-22624579/
  14. L'adolescent a été pris au piège et assassiné dans le stade des Milles, à Aix-en-Provence. © Capture d'écran Google Street view. Fait divers. Un adolescent de 17 ans est tombé dans un guet-apens particulièrement violent, samedi soir, à Aix-en-Provence. Pour "un motif futile", il a été poignardé à mort par trois individus, a relaté La Provence. Deux coups de couteau en plein cœur. C'est la punition qu'a reçue un jeune homme, samedi soir, pour un différend qui portait sur "un motif futile", près d'Aix-en-Provence. Trois adolescents, suspectés d'être les agresseurs, ont été placés en garde à vue le lendemain dans les locaux de la brigade criminelle de la sûreté départementale, précise la Provence. Vers 18 heures, une fille et deux garçons ont tendu un guet-apens à la victime, dans un stade de la commune des Milles. Leur victime arrive, ils la frappent à coups de bâton, avant de la poignarder mortellement. Selon le journal local, leur contentieux concernait la vente d'un scooter. http://www.valeursactuelles.com/societe/aix-en-provence-un-adolescent-coince-battu-et-poignarde-a-mort-par-trois-individus-63253
  15. La Kwai Pride ou exposition "Sauver le buffle thaï", 9 - 15 juillet Yenakat Villa, Yanawa, Silom 9 au 15 juillet, 09:00 - 18:00 Exposition du travail de Maitree Siriboon. "Sauvons les buffles thaïs et série de nouvelles mosaïques" Les animaux ne seront pas là physiquement mais en photos. Maitree dit qu'il a acheté ces animaux à un abattoir et les a peints dans des styles qui rappellent Picasso ou Warhol ou Klee ou Klimt. Il a utilisé des poudres de couleur popularisées par la fête indienne de Holi. Il veut modifier la perception qu'ont les Thaïlandais des buffles considérés comme des animaux stupides. Titre "Kwai Pride" emprunté à Dom Torrens, d'ailleurs l'artiste thaïlandais aurait été bien inspiré de choisir ce titre plutôt que "sauvons etc.". http://bangkok.coconuts.co/events/classic-artwork-reproduced-buffalo-save-thai-buffalo-exhibition-friday
  16. Sud : un mort, deux blessés à Yala à cause de grenades Les deux grenades M79 ont été lancées sur le commissariat de Bannang Sata, Yala mais ont raté leur cible, ce sont donc des civils qui ont été tué (un homme de 65 ans) ou blessés (un homme de 20ans et un garçon de 11 ans). Ils quittaient la prière du soir à la mosquée. Dans le même temps, les militants séparatistes ont fait bruler des pneus sur la route 418 entre Yala et Pattani, et détruit des poteaux de télécommunication de TOT et DTAC sur la route 409 entre Yala et Ban Nieng causant ainsi des dommages aux câbles. Les secours se sont rendus sur place mais avec beaucoup de précautions craignant un piège comme c'est arrivé très souvent. http://englishnews.thaipbs.or.th/one-died-and-two-injured-in-m79-shelling-at-police-station-in-yala/
  17. L'Union Européenne serait satisfaite par les efforts déployés par la Thaïlande en matière de lutte contre la pêche illégale et non-documentée Le département des douanes annonce que les efforts de la Thaïlande pour combattre la pêche illégale "ont progressé de 70 à 80 %". Kulit Sombatsiri, des douanes a expliqué que des officiers de l'UE sont venus en Thaïlande la semaine dernière pour collecter des renseignements et voir où en étaient les progrès. Kulit a expliqué que des erreurs de calcul dues à la différence de fuseau horaire ont été corrigées. Kulit répète que l'UE est satisfaite et que ses équipes sont prêtes à travailler avec l'UE pour éviter de recevoir le carton rouge. Il faut attendre la version de l'UE sur cette visite récente. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929606-eu-satisfied-with-thailands-fight-against-iuu-fishing/
  18. Ministère des Affaires Étrangères : consignes de sécurité concernant la Birmanie Sur son site de Conseils aux voyageurs, le ministère des Affaires étrangères (MAE) met en garde les ressortissants français voyageant en Birmanie contre "les affrontements persistants dans le district de Mansi". Le MAE estime qu’"il convient d’éviter la route entre Myitkyina et Bhamo", dans le sud de l’état Kachin, près de la frontière avec la Chine. Par ailleurs, le site indique qu’"il est formellement déconseillé de se rendre dans les zones situées au nord de l’axe Mandalay-Lashio et au-delà de Lashio, dans le nord de l’État Shan. Les accrochages et les tensions entre groupes ethniques armés ainsi qu’avec l’armée y restent fréquents. Après quelques semaines d’accalmie, les affrontements ont repris courant mai. La présence d’engins explosifs sur les routes et les chemins a été signalée. Si la route principale de Mandalay à Lashio reste ouverte, il est déconseillé de l’emprunter, sauf pour raison impérative et uniquement de jour, en observant la plus grande vigilance, notamment entre Kyaukme et Lashio. Les excursions dans ces zones sont formellement déconseillées, notamment au départ de la ville de Hsipaw". Enfin, le MAE ajoute que "les affrontements entre l’Arakan Army et l’armée ont diminué en intensité ces dernières semaines mais quelques accrochages se sont poursuivis fin mai dans le district de Rathedaung. Il est formellement déconseillé de se rendre dans le nord de l’Etat d’Arakan (Rakhine), notamment dans les districts de Rathedaung et Buthidaung près de la frontière avec le Bangladesh et dans le district de Kyauktaw près de l’Etat Chin". http://www.tourhebdo.com/actualites/detail/94822/birmanie-japon-et-georgie-le-mae-actualise-ses-recommandations.html
  19. Bruit assourdissant + fumée à la station MRT de Suthisan = panique, mais il ne s'agissait que d'un court-circuit dans une rame L'incident est arrivé à 08:00 ce matin et dès 09:00 tout était rentré dans l'ordre. Dès que les portes du train en panne ont pu s'ouvrir, des Scènes de panique bien compréhensible s'en sont suivies. Un passager a été légèrement blessé. Un train vide a été envoyé pour remorquer celui qui a été victime du court-circuit puis encore un autre pour récupéré les passagers abandonné sur le quai. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929648-loud-bang-smoke-forces-hundreds-of-morning-commuters-running-out-mrt-train-at-sutthisan/
  20. Un kamikaze circulant en moto a attaqué mardi un commissariat de police dans la petite ville indonésienne de Solo mais n'a pas fait d'autre victime, rapporte la chaîne MetroTV en citant un porte-parole de la police. "Il est entré dans la cour et il s'est fait exploser", a déclaré le porte-parole. Un policier a été légèrement blessé par la déflagration, a-t-il ajouté. L'Indonésie est en état d'alerte maximale depuis que des militants affiliés à l'organisation djihadiste Etat islamique ont revendiqué en janvier une attaque qui a fait quatre morts dans la capitale Djakarta. Les quatre assaillants avaient été tués. (Fransiska Nangoy; Tangi Salaün pour le service français) ) http://www.zonebourse.com/actualite-bourse/Attentat-suicide-contre-un-commissariat-de-police-en-Indonesie--22628250/
  21. La Sécurité Sociale canadienne est d'accord pour payer l'opération de changement de sexe mais pour aller plus vite, "elle" voudrait venir le faire en Thaïlande Danica Rain sur son Facebook Danica Rain, 33 ans, né garçon a toujours été une fille et doit se faire opérer pour éviter dépression et suicide. Elle prend des hormones et possède des implants mammaires. La sécurité sociale canadienne est d'accord pour l'opération. “Durant la dernière année fiscale, le ministère de la santé a payé 158 opérations de changement de sexe pour une somme de 3 millions de dollars" a déclaré M Mac Larnon, du ministère. Il a ajouté que 10 d'entre eux avaient été faits aux USA. Le problème est que Danica habite l'Ontario où il n'existe pas d’hôpitaux sachant faire cela. Il faut aller au Centre Metropolitain de Chirurgie à Montréal or, d'une part celui-ci a été victime d'une tentative d'incendie criminel et d'autre part la liste d'attente est longue. Danica voudrait donc que le ministère lui paie l’opération en Thaïlande. C'est le même prix qu'au Canada, 20 000 dollars (700 000 thb), on peut imaginer qu'il s'agit là d'un établissement aux standards internationaux. Elle paierait elle même le billet d'avion et l'hôtel. En Thaïlande, elle a trouvé un établissement qui pourrait la prendre en février 2017. Elle attend le feu vert du ministère. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929609-long-wait-list-has-canadian-woman-considering-thailand-for-gender-reassignment-surgery/
  22. La police a bon espoir d'arrêter le "violeur des toilettes" bientôt Une étudiante a été violée dans des toilettes publiques à Bangna ce week-end. Le chef de la police métropolitaine Pol Lt-Gen Sanit Mahathavorn annonce que l'enquête avance et espère l'arrestation du criminel dans les deux jours à venir. Il a expliqué que, comme ce cas pose un problème de sécurité public (il veut dire que le criminel court toujours), il a donné ordre à ses enquêteurs de procéder à l’arrestation au plus tôt. En attendant, il conseille aux femmes d’éviter d'utiliser des toilettes désertes car, dit-il, c'est là que les violeurs agissent. Dans le même temps, Pol Maj-Gen Somprasong Yentuam, un commandant de police dit qu'il a trouvé un suspect qui correspond à la description du violeur de ce week-end. En tous cas, plus personne ne se fera violer dans ces toilettes de Bangna car elles ont été scellées et seront détruites bientôt. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929597-thai-police-optimistic-that-a-rapist-will-soon-be-arrested/
  23. Le gouvernement l'assure : les centres de maintien de la paix n’influenceront pas la décision des citoyens le jour du référendum Le vice premier ministre Minister Wisanu Kruea-ngarm assure que ces centres n'ont pas pour but d'intimider la population ou empêcher les différentes opinions de s'exprimer mais il informe que les autorités ont reçu des renseignements tentant à prouver que des troubles pourraient être organisés avant ou le jour du référendum et que ces centres de maintien de la paix seront là pour maintenir la paix. Le ministre de l'intérieur Gen. Anupong Paochinda explique que les gouverneurs et chefs de districts vont faire en sorte que le référendum se passe bien et il répète que ces centres de maintien de la paix serviront à empêcher les votants d'être influencés et prévenir toute interférence dans le déroulement des opérations. Mecchai Ruchuphan qui a rédigé le projet voit dans ces centres de maintien de la paix un moyen d’empêcher la dissémination d'information erronée au sujet de ce référendum. Il reconnait quelques difficultés lorsqu'il s'agit d'expliquer le détail du projet au public surtout au moment de la distribution des documents à la population. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929598-dr-wisanu-assures-peace-keeping-centres-are-meant-to-support-enforcement-of-referendum-law/ http://www.thaivisa.com/forum/topic/929605-new-peace-keeping-center-vows-not-to-influence-peoples-referendum-decisions/
  24. Les autorités s'attaquent au problème du manque de taxis à Don Muang Le Dept des transports terrestres veut éviter que les taxis ne profitent de la pénurie pour escroquer les passagers, surtout pendant les heures de pointe. Nanthapong Cherdchu du Dept considère que cela vient du fait que de nombreux vols arrivent à la même heure (07:00 - 09:00 puis 14:00 - 20:00, ça fait quand même 8 heures par jour). Ainsi des passagers sont obligés d'aller sur la quasi-autoroute de Vibhavadi Rangsit pour héler un taxi ou bien de tenter leur chance à l'étage des départs, partant, ils empruntent des taxis qui ne sont pas enregistrés à l'aéroport. Ainsi, certains chauffeurs refusent de mettre leur compteur ou choisissent leur passagers. Depuis hier les autorités vérifient tous les taxis qui se présentent à Don Muang pendant ces heures de pointes. Cependant il n'est pas expliqué comment faire pour qu'il y ait assez de taxis dans cet aéroport le matin et l'après midi. A Suvarnabhumi, 4 chauffeurs ont reçu une amende de 1000 thb lors d'une campagne similaire qui a commencé le mois dernier. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929546-dept-of-land-transport-ensures-efficient-taxi-service-at-don-mueang-international-airport/#entry10927021
  25. Peine de mort pour les violeurs, conscription pour les voyous armés, le premier ministre dit "non" La junte qui excelle dans le contrôle des opposants politiques et qui inflige (via le système judiciaire) des peines de plusieurs dizaines d'années de prison pour de simples messages sur Internet, ne s'en sort pas avec les violeurs, les criminels, les bandes de jeunes qui ne sont pas tous issus des écoles techniques. La population est à bout et des voix se font entendre pour la peine de mort en cas de viol et la conscription systématique pour les voyous (jeunes qui possèdent et utilisent des armes à feu). Ainsi, le chef de la police veut envoyer les étudiants des écoles techniques qui se battent en pleine rue (et donc font des victimes collatérales) dans l'armée dans le sud du pays. "S'ils ont envie de se battre, qu'on leur donne une arme et qu'ils fassent l'armée dans le sud, ainsi, ils deviendront de bons citoyens." http://www.thaivisa.com/forum/topic/929600-thai-police-chief-supports-idea-of-conscripting-brawling-students-into-military-service/ S'agissant de la peine de mort pour les violeurs, le vice premier ministre Prawit, ne veut pas donner son avis mais il dit qu'il faut prendre en compte celui de la population et des experts et qu'ensuite cela dépendra de l'assemblée nationale. Sur ces deux problèmes,; le premier ministre Prayut Chan-o-cha se veut plus libéral car "la Thaïlande doit respecter les principes des droits de l'homme et les lois internationales". Il ajoute que la peine de mort n'a jamais rien résolu et que de nombreux pays l'ont abandonnée. Il considère qu'il n'y a pas de loi plus sévère que l'article 44, pleines pouvoir pour lui, et que, "même cela ne décourage pas les criminel endurcis". A la place, il préconise qu'on expose les criminels (violeurs) à la pression sociale afin de les décourager de récidiver. http://www.thaivisa.com/forum/topic/929607-pm-prayut-sentencing-rapists-to-death-not-sustainable-solution/ http://www.thaivisa.com/forum/topic/929596-pm-prayut-disagrees-with-forced-conscription-of-brawling-students/