Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 733
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Cette fois, c'est juré! La police va faire respecter les règles de la circulation Comme tous les deux mois, la police annonce qu'elle va sévir! Point numéro un qui tient à cœur du premier ministre : fini les courses illégales sur la route (on a vu récemment que ce n'était pas l’apanage des jeunes en mobylettes, des adultes en pick-up le font aussi). Ensuite : Téléphoner au volant sera sévèrement puni. Puis viennent : Excès de vitesse Rouler à contre sens Ne pas s'arrêter au feu rouge Rouler sans permis Rouler en état d'ivresse. La population est invitée à dénoncer les comportements déviants en appelant le 191 ou le 1599. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914857-thai-police-to-strictly-enforce-10-traffic-laws/
  2. Les véhicules étrangers autorisés en Thaïlande sous condition - Annonce officielle dans la Royal Gazette L'annonce faite maintenant indique qu'elle entrera en vigueur fin juin. Le Dept des Transports terrestres autorise les étrangers à entrer sur le territoire thaïlandais même si leur véhicule vient d'un pays avec lequel il n'existe pas d'accord formel en la matière. Les voyageurs qui veulent apporter leur véhicule doivent faire connaitre leurs intentions 10 jours avant leur arrivée au bureau des transports de la ville par laquelle ils entreront en Thaïlande. Ils ne pourront pas rester plus de 60 jours à chaque voyage et ne pourront circuler que dans les provinces limitrophes des pays voisins, enfin les conducteurs devront respecter les règles de circulation en vigueur dans le pays. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914856-dlt-declaration-to-allow-foreign-vehicles-into-thailand-taking-effect-in-june/
  3. Impressionnante amélioration du service de bus attendue d'ici septembre Omsin Chivapruek , vice ministre des transports a assisté à un cérémonie de remise en service de 3 bus rénovés et surtout à la présentation des plan de la BMTA, Bangkok Mass Transit Authority. TOUS ses bus seront rénovés et il y en a 672. 489 nouveaux bus fonctionnant au gas seront achetés ainsi que 200 bus électriques. Cout total : 4,3 milliards de thb. Les 3 bus rénovés qui ressemblent à des bus neufs peuvent être vus sur les lignes 168, 73 K et 36 K. Après approbation par le conseil des ministres, le MBTA va confier ses bus, 40 à la fois, pour rénovation, ce qui prendra 2 mois, et ne perturbera pas le service. En septembre, tout sera terminé et les utilisateurs verront une nette amélioration. http://englishnews.thaipbs.or.th/content/162116
  4. Image: Manager Online Hua Hin : Les jeunes qui faisaient des courses de mobylettes illégales condamnés On se souvient que la police était parvenue à encercler le groupe d'une centaine de jeunes qui faisaient des courses sur la route entre Hua Hin et Cha-A. D'habitude, la plupart parviennent à s'échapper. Dans la nuit de samedi à dimanche la police a réussi son coup de filet : 87 jeunes mâles arrêtés. 28 avaient plus de 20 ans et ont été condamnés à 1 mois de prison ferme. 59 avaient moins de 18 ans et ont été condamnés à 3 jours d' "ajustement de l'attitude routière" et 3500 thb d'amende. Soit aucun d'entre n'avaient 19 ans, soit la police s'est un peu emmêlée dans les comptes. La police a saisi 78 scooters. Ceux qui appartiennent aux parents ou à des loueurs pourront être récupérés sur présentation des documents et après accord au cas par cas de la police. La police pourraient aussi les vendre si les contrevenant ne se plient pas aux injonctions de la cour. Les parents des mineurs pourraient faire face à des poursuites car ils ont permis à leurs progéniture de mal se comporter, de même la police s’entretiendra avec les loueurs de scooters de Hua Hin au sujet de la location de deux-roues à des fins illégales. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914833-street-motorbike-racers-jailed-in-swift-hua-hin-justice/
  5. Un maroquinier chinois commercialisant une gamme de produits baptisée «Iphone» a annoncé avoir gagné à Pékin un procès en propriété intellectuelle intenté par le géant américain Apple, le tribunal jugeant qu'il avait déposé sa marque avant l'arrivée en Chine des smartphones du même nom. L'entreprise chinoise, Xintong Tiandi, qui vend des sacs à main et autres sacoches frappés du sigle «IPHONE» en lettres majuscules, avait demandé en septembre 2007 l'enregistrement de cette marque pour la catégorie des produits en cuir. Il avait cependant été poursuivi en justice en 2012 par Apple, qui avait déposé dès 2002 en Chine sa marque de smartphones,mais pour la seule catégorie des produits électroniques, selon le quotidien juridique Fazhi Bao. (photo AFP) http://www.liberation.fr/direct/element/chine-un-maroquinier-commercialisant-des-sacs-iphone-gagne-son-proces-contre-apple_36498/
  6. La police a arrêté une habitante d'Udon qui a réussi à escroquer des dizaines de millions de thb sur Facebook Image: Thairath Tawanna (or Na) Traosan a réussi à extorquer 40 millions venant de 40 personnes différentes et 17 millions avec un autre système appelé le "Romance scam" qui consiste à devenir très proche de personnes -trouvées au hasard- sur Facebook au point de pouvoir prétendre un gros ennui et un besoin d'argent pressant. L'autre schéma implique des transferts d'argent frauduleux vers la Malaisie. Na ne travaille pas seule mais fait partie d'un gang organisé par trois personnes "dont la peau est de couleur foncée" et qui résident à l'étranger. L'enquête continue pour tenter de trouver d'autres membres du gang. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914802-police-arrest-udon-woman-involved-in-multi-million-baht-facebook-scam/
  7. Birmanie: un incendie ravage un camp de rohingyas Un immense incendie a ravagé mardi une partie d'un camp en Birmanie où vivent des milliers de rohingyas, minorité musulmane persécutée dans le pays, laissant sans toit quelque 450 familles. D'après la police locale, le feu, d'origine accidentelle, est parti d'une cuisinière et s'est rapidement propagé dans un camp fait de huttes de bois, balayé par des vents violents. Dans l'ouest de la Birmanie, en Etat Rakhine, plus de 100.000 rohingyas s'entassent toujours dans des camps de déplacés depuis des violences inter-communautaires entre bouddhistes et musulmans qui ont fait plus de 200 victimes en 2012, notamment musulmanes. Début mars, l'ONU avait lancé un signal d'alarme concernant cette minorité apatride, qui est en Birmanie exclue du marché du travail, du système éducatif, de santé... En mai 2015, la découverte d'un bateau à la dérive transportant 300 migrants rohingyas avait jeté la lumière sur leurs terribles conditions de vie. http://www.bfmtv.com/international/birmanie-des-milliers-d-habitations-d-un-camp-de-rohingyas-detruites-dans-un-incendie-971554.html
  8. DavidNataf Les rebelles du TNLA n’hésitent plus à tirer sur les convois en direction de Mogok : résiliants malgré l’arrivée au pouvoir de la ligue démocratique d’Aug San Suu Kyi, ils veulent à toute force devenir majoritaire dans l’état Chan aux dépends des 100 autres ethnies dont les chrétiens Lisu et Karen, les Kuki… Le nouveau gouvernement, quant à lui, semble toujours rechercher la ligne politique de moindre résistance face au géant chinois entre protectionnisme nécessaire, nationalisme impossible et libre-échange impensable. Les ambitions nucléaires de la junte n’ont pas décrues et la découverte d’uranium, à Mogok au coeur du paradis minéral de la vallée des rubis, renforce la détermination de la junte de se doter de l’énergie nucléaire certainement et de l’arme nucléaire très probablement. Des lois nouvelles se fondent sur la protection de l’environnement pour chasser les mineurs de Mogoks et les contraindre à s’établir en dehors de la ville mais réservent aux seuls citoyens birmans le bénéfice des concessions minières afin d’en écarter les chinois. L’on ne saurait être plus vertueux en bonnes intentions. En effet, car la pollution des nappes phréatiques causée par certaines exploitations minières privent effectivement les villageois d’un accès permanent à l’eau potable ; mais depuis 2000 ans d’excavations de rubis « Sang de Pigeon », de saphirs « bleu royal » de Mogok, quel gouvernement s’est-il jamais soucié d’étancher la soif des birmans ? Rien de nouveau sous le soleil démocratique de Mogok. Les villageois frappent toujours le même marbre déposé par les mines pour en extraire des rubis. Les courtières en pierres précieuses, le plus souvent népalaises, s’y fournissent à bon compte et s’appliquent un généreux coefficient de 10 au prix d’achat. Les mines licites du gouvernement voisinent les filons alluviaux et privés ; on creuse même sous les maison, dans les jardins, partout où Napidaw n’ira prélever sa dîme. suit de ce passionnant article ici http://citizenkane.fr/2016/05/chasse-aux-tresor-en-birmanie-rubis-et-saphirs-de-mogok/
  9. Illumination du Nouvel An et corruption : le gouverneur à nouveau sous le feu des projecteurs Cette histoire n'est pas nouvelle mais la procédure suit son cours. Sukhumbhand Paribatra, gouverneur de Bangkok (élu sous le pavillon Démocrate mais depuis rejeté par son propre parti) et 8 des officiels de la ville vont peut-être devoir rendre compte de leurs actes. Rappel : la municipalité a créé un tunnel de lumière au moment des célébration du Nouvel An. Après enquête par l'auditeur général, Phisit Leelawachiropart, on a eu la confirmation que la municipalité avait utilisé un "budget d'urgence" normalement dévolu aux catastrophes naturelles. Illégal. Ensuite, une entreprise a été favorisée lors d'un appel d'offre qui ne semble pas clair. Illégal. Enfin, le projet a couté près de 40 millions de thb alors que son cout réel a dû être de 29 millions. Illégal. L'auditeur général va donc en référer au ministre de l’intérieur et lui proposera la création d'une commission d'enquête qui pourrait décider de mesures disciplinaires contre le gouverneur et ses 8 acolytes. Mr Wasant Meewong, le secrétaire personnel du gouverneur Sukhumbhand ne s'inquiète pas car "le cas n'est pas encore terminé". http://www.thaivisa.com/forum/topic/914736-bangkok-governor-faulted-for-misusing-central-fund-to-launch-the-motif-of-light-project/
  10. Le service de la Santé publique de Songkhla (sud du pays) met en garde : ne mangez pas de la vache enragée Les autorités (Sanphong Rittiraksa des services de santé) déclare que des bovins ont pu être infectés par la rage, mordus qu'ils auraient été par des chiens ou des chats enragés eux-mêmes. Si vous voyez un bœuf mourir de façon étrange, le distribuez pas autour de vous et ne le mangez pas et prévenez les autorités. Ndm : étrange communiqué, si vous habitez Songkhla mangez des légumes et puis c'est tout! http://thainews.prd.go.th/CenterWeb/NewsEN/NewsDetail?NT01_NewsID=WNSOC5905030010056
  11. Les autorités annoncent aux fermiers "n'espérez plus rien de l'irrigation et attendez la pluie" Le Royal Irrigation Department a expliqué qu'il ne restait plus que 8% d'eau utilisable dans les 4 retenues Sirikit, Bhumibol, Kwae Noi Bamrungdaen et Pasak Chonlasit. Ces 8% seront utilisés pour la consommation des ménages et la conservation de l'écologie d'ici juillet, partant, on conseille aux fermiers du bassin du Chao Phraya de compter sur la pluie pour leurs cultures. Cependant la météorologie nationale se veut rassurante, la saison des pluies c'est maintenant (ou presque) : 3ème semaine de mai. Malheureusement, les pluies pourraient cesser en juin pour rependre en juillet http://englishnews.thaipbs.or.th/content/162008
  12. Image: Daily News Le beau-père qui a "donné une leçon" à la fillette de 2 ans en la tuant est arrêté Anucha (Noi) Kaewbandit , l'homme de 34 ans que la presse anglaise et thaïlandaise appelle "la bête" et qui est parvenu même à choquer les policiers aguerris a expliqué qu'il voulait juste "donner une leçon" à la fillette de deux ans, l'enfant de sa compagne, car elle avait renversé du talc par terre. Il l'a tuée à coups de manche à balai. Outre des raisons pédagogiques, il s'exonère en disant qu'il était drogué à ce moment-là. La presse raconte à nouveau comment "la bête" a ignoré les prières de l'enfant mais nous n'iront pas plus loin dans la description de l'ignominie. Il a été retrouvé par la police chez un ami à Phan Thay Norasingh où il s'est drogué encore davantage au yaba. Il avait menacé la maman -elle aussi régulièrement battue- de mort, si elle témoignait contre lui. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914728-quick-arrest-of-step-father-beast-who-mercilessly-beat-two-year-old-to-death/
  13. Vous aimez la bonne grosse cuisine qui tâche, et plus particulièrement les spécialités thaïlandaises, alors vous serez sans doute ravis de découvrir cette assiette très spéciale. En effet, cette invention qui s’appelle AbsorbPlate dispose d’un design tout particulier, qui lui permet d’absorber les graisses des plats que vous mangez ! Mise au point par la fondation Thaï Health, elle permet de retirer le surplus d’huile dans les plats grâce à 500 petits trous. A l’image d’une éponge qui absorbe l’eau, cette nouvelle assiette peut absorber jusqu’à 7ml de graisse. Notons que la graisse est un problème de santé majeur en Thaïlande qui arrive au deuxième rang au niveau du taux d’obésité en Asie du Sud-Est. Cette innovation a été bien accueillie et s’avère être une bonne idée pour réduire la consommation en graisse sans pour autant changer les habitudes culinaires. La Thaïlande http://pureactu.com/videos/12008.html/
  14. En cette 23ème journée mondiale de la liberté de la presse, Reporters sans frontières (RSF) dénonce la censure de la junte à l’encontre des médias et de l’information en ligne, depuis le coup d’Etat en 2014. Après avoir empêché le journaliste Pravit Rojanaphruk de se rendre à Helsinki pour célébrer la journée mondiale, RSF relaie la voix du journaliste et soutient son droit fondamental à exprimer une opinion en toute liberté. Le 5 avril dernier RSF promettait à la junte un « effet Streisand » des propos du journaliste de Khaosod Pravit Rojanaphruk. L’organisation se satisfait de voir un nombre important de médias relayer les informations sur à son interdiction de quitter le territoire pour de se rendre en Finlande et y célébrer la journée mondiale de la liberté de la presse. RSF relaie à son tour l’article publié le 30 avril dernier sur le site de Khaosod, en y adjoignant une traduction en thaï. « Il est aujourd'hui certain que davantage d’informations autour de cette violation des droits d’un journaliste indépendant et de ses opinions circulent que s’il avait effectivement pu se rendre à Helsinki, déclare Benjamin Ismaïl, responsable du bureau Asie-Pacifique de Reporters sans frontières. Les autorités doivent comprendre que chaque tentative de réprimer une information peut déclencher un ‘effet Streisand’. Elles doivent surtout réaliser que la critique et les opinions diverses sont vitales pour l’amélioration d’une société. » Interrogé par RSF, Pravit Rojanaphruk a rappelé que l’un des plus grands tabous de la junte, qui a peur de perdre le contrôle du pays en autorisant la critique à son encontre, est la « remise en cause de sa légitimité ». « Huit net-citoyens ont été inculpé pour sédition alors qu’ils ne posaient aucune menace pour la sécurité nationale, mais seulement pour le sentiment d’insécurité de la junte. Malgré l’échec de la majorité des médias pour s’assurer que la junte rende des comptes, des citoyens ordinaires, des internautes, expriment des opinions profondes et critiques sur les réseaux sociaux. Si certains finissent en prison, il paraît improbable que la junte parvienne à emprisonner un million d’entre eux. » Au cours des dernières semaines, le Conseil National de la Paix et l’Ordre (NCPO) a malheureusement continué de réprimer la liberté d’expression et d’information, notamment sur Internet, seul espace de liberté pour certaines voix critiques. Le référendum sur la constitution constitue un sujet sensible et les critiques à son sujet peuvent se révéler très dangereuses. Une commission électorale a récemment interdit à quiconque (excepté la junte) d’appeler à voter pour ou contre la Constitution. Depuis le coup d’Etat militaire de mai 2014, la liberté de la presse est sévèrement réprimée en Thaïlande, classée 136e sur 180 pays au Classement mondial de la liberté de la presse 2016. Le 12 novembre dernier, Reporters sans frontières a publié un rapport d’enquête dressant un état des lieux. Intitulé « Thaïlande : coup d’Etat permanent contre la presse», ce rapport appelle notamment les autorités thaïlandaises à mettre un terme à l’instrumentalisation du crime de lèse-majesté et à abroger les lois et articles de lois répressifs tels que l’article 112, la loi sur la diffamation criminelle et le Computer Crime Act (CCA), en proie à une révision inquiétante. En moins d’un mois, plusieurs articles ont été consacrés à l’interdiction de mouvement du journaliste Pravit Rojanaphruk. RSF apporte son soutien aux organisations de défense de la presse (telle que la TJA) et aux médias qui défendent la liberté de la presse. L'organisation relaie ici les publications en ligne relative à la censure de la junte ainsi que les récentes prises de parole du journaliste : http://www.voaindonesia.com/content/wartawan-kawakan-thailand-dicekal-militer/3311948.html http://www.voanews.com/content/no-celebration-in-thailand-for-world-press-freedom-day/3311275.html http://www.voanews.com/content/media-monitors-report-decline-in-global-press-freedom/3312922.html http://www.bangkokpost.com/opinion/opinion/957069/streisand-effect-reaches-out-for-ncpo-chief http://www.theguardian.com/world/2016/apr/05/thail... http://www.theguardian.com/commentisfree/2016/apr/... http://news.thaivisa.com/thailand/tja-calls-for-pr... https://asiancorrespondent.com/2016/05/world-press... Article de Pravit Rojanaphruk publié le 30 avril 2016 sur le site de Khaosod : Press Freedom Isn’t Free A political cartoon by Stephane 'Stephff' Peray created days after the May 2014 coup d'etat for The Nation, a daily English-language newspaper in Thailand. The Nation did not publish the cartoon. By Pravit Rojanaphruk Senior Staff Writer Press freedom isn’t free, and the price is especially high under a dictatorship. People must fight to maintain it, as they must freedom in general. We cannot maintain freedoms of press and expression if we are not willing to pay the price in the face of threats and tyrannies. I paid the price by being detained twice without charge for a total of 10 days since 2014. Today, I was to fly to Helsinki to attend the World Press Freedom Day celebration, an event co-organized by UNESCO and the government of Finland, under the invitation of the latter. I won’t be there Tuesday, however, as Thailand’s military regime has banned me from leaving the country. Those are small prices to be paid, as journalists elsewhere face long-term detention or even assassination. In Thailand, it is worth sticking it out against the junta, which prefers the much nicer name of “National Council for Peace and Order,” because freedom of the press is indispensable not just for a free-thinking society, but for any society wanting its people to coexist on the basis of rational thinking, mutual understanding and dignity. There can be no deliberation or empathy if society cannot publicly communicate and deliberate. Journalists defending free expression are thus not only defending their rights, their indispensable tools of their trade but also the broader rights of society to think, express, articulate and debate publicly. As I write these words, the crackdown on expression is spreading online. On Thursday, eight Facebook and social media users were charged with sedition for defaming junta leader Prayuth Chan-ocha, the general who led the coup in May 2014. Three of these eight netizens are now also charged of violating the draconian lese majeste law, which prevents people from speaking and writing critically about the monarchy under threat of long prison terms. Dictators of all stripes try to suppress press freedom and free expression as they see a threat to their autocratic existence. Prayuth has ruled Thailand, deliberately turning it into Juntaland, by making his desires into law through the exercise of Article 44 of his junta’s interim constitution, a set of laws also written by the coup makers after they overthrew civilian rule. He now wields absolute power. Thailand’s military dictatorship is squeezing the public sphere, on the streets and online. The junta is fearful of voices speaking freely – for free and critical thinking are antithesis to military unthinking, where orders must be unquestioningly obeyed. Dictatorships seek to rule over a docile and unthinking population no longer aware of its rights as individuals. The dictator would say: These are the laws, these are the orders, but you won’t go to prison if you don’t break them. Nothing is said about whether the law and the order are legitimate. Nor is it asked, as most media in Thailand have treated this regime like just another elected and legitimate administration. That enables dictatorship, which does not tolerate such questioning because it doesn’t have legitimate answers. Dictators around the world censor because they fear reasoning. Questioning and reasoning undermine the coercion and fear fundamental to maintaining dictatorial rule. A free press and questioning public are threats to dictatorial rule because rational thinking is the opposite of dictator unthinking. It’s through free thought that the might of dictatorial rule becomes naked and illegitimate. Expecting people to be silent and afraid of unjust punishment is unsustainable and runs against human nature, however. The thirst for freedom, including press freedom, cannot be suppressed, for freedom to think and express are what makes us fully human. My duty as a journalist is to continue to scrutinize and criticize the powers that be, dictatorial or not. My duty is also to defend the limited press freedom and freedom of expression that society still has. The junta probably expected that, after two detentions, euphemistically called “attitude adjustments,” and the travel ban, I would keep quiet. I cannot for so much is at stake for Thai society, and it would be tantamount to abandoning my duties as a journalist and citizen to merely watch Thailand turn into Juntaland. I try not to let fear triumph over faith and reason and hope that I will be able to have enough fortitude. Life is too short to be cowed. Today I am supposed to be flying to Helsinki, but the Thai military dictatorship is afraid of scrutiny and criticism, so they banned me from traveling as punishment for speaking out and calling them for what they are – an illegitimate regime. No amount of illegitimate power can change my mind or make them legitimate, however. Others in Thai media have over the decades accrued sufficient love for free expression to resist continued attempts at censorship. I know I am not alone in the struggle for liberty in Thailand. For my part, I will continue to resist the normalization of censorship and dictatorial unthinking, however. Writer’s Note: This column will also be published by Paris-based Reporters Without Borders on World Press Freedom Day as part of its campaign against the curbing of press freedom by Thailand's military regime. Pravit Rojanaphruk can be reached at [email protected] and @PravitR. Follow Khaosod English on Facebook and Twitter for news, politics and more from Thailand. To reach Khaosod English about this article or another matter, please contact us by e-mail at [email protected] Read the article in Thai : ประวิตร โรจนพฤกษ์: เสรีภาพสื่อมิใช่ของฟรี read more https://rsf.org/fr/actualites/rsf-denonce-la-censure-par-la-junte-de-toutes-les-voix-critiques-son-encontre
  15. L’artiste américaine Illma Gore a été tabassée par un partisan de Donald Trump. La raison ? Une toile où elle a représenté le candidat nu et affublé d’un micropénis… DR/Illma Gore Instagram « Si j’encourage la passion, les opinions et l’émotion, en particulier à travers l’art, je pense que la violence est répugnante. » Sur les réseaux sociaux, l’artiste américaine Illma Gore a raconté comment un partisan de Donald Trump l’avait brutalement attaquée… La jeune femme s’était attiré les foudres du candidat républicain, et celles de ses fans, en peignant une toile sur laquelle Trump apparaissait nu et affublé d’un micropénis. Ironiquement baptisée « Make America Great Again » (« Rendre sa grandeur à l’Amérique »), en écho au slogan de campagne du présidentiable, l’œuvre, censurée aux États-Unis, avait trouvé refuge à la Maddox Gallery de Londres. DR/Illma Gore Facebook Malheureusement pour Illma Gore, la distance n’a pas atténué la fureur d’un partisan de Trump… « Aujourd’hui, j’ai été frappée au visage par un homme qui est sorti de sa voiture en criant ‘Trump 2016 !’ à Los Angeles, seulement quelques jours après mon retour de Londres, et non loin de mon domicile », raconte l’artiste sur les réseaux sociaux. Les photos accompagnant son post témoignent de la violence de la scène. DR/Illma Gore Instagram « Ce genre de violence donne l'impression que nous vivons dans un monde où notre création n'est pas sûre, poursuit-elle. Je suis triste que ce soit l'état de notre Amérique à l'heure actuelle. Je suis triste que Trump et beaucoup de ses partisans, ne parviennent pas à trouver assez de mots pour exprimer leurs opinions... » Illma Gore a porté plainte auprès de la police de Los Angeles. http://www.lesoir.be/1199623/article/soirmag/actu-soirmag/2016-05-03/une-artiste-agressee-pour-avoir-peint-trump-avec-un-micropenis
  16. Bangkok (VNA) - Le ministre japonais des Affaires étrangères Fumio Kishida, en visite en Thaïlande, a rendu public lundi un plan d'aide de 7 milliards de dollars d'ici à 3 ans pour le soutien du développement des pays de la sub-région du Mékong, le Vietnam, le Laos et la Thaïlande. Il a particulièrement apprécié l'importance de la croissance économique de l'Asie du Sud-Est pour son pays. Ce plan devrait améliorer la connectivité entre le Japon et les pays du sud-est asiatique. Le Japon considère toujours l'ASEAN comme un partenaire important et s'engage à devenir son partenaire irremplaçable, a affirmé Fumio Kishida. S'agissant de la Mer Orientale, le chef de la diplomatie japonaise a appelé à nouveau à l'élaboration rapide du Code de conduite en Mer Orientale. On ne peut aboutir qu'à la prospérité si la région est en paix et en stabilité, dit-il. M. Fumio Kishida a indiqué que l'ASEAN devait relever plusieurs défis dont le terrorisme, l’extrémisme, ou encore la garantie de la liberté et de la sécurité du transport maritime. Il a appelé les pays à coopérer pour relever ces défis et maintenir la stabilité dans la région. -VOV/VNA http://fr.vietnamplus.vn/le-japon-devoile-le-plan-daide-pour-la-subregion-du-mekong/75016.vnp
  17. BANGKOK, 03 mai (Yonhap) -- L'application de messagerie mobile LINE de Naver cherchera à devenir un «portail intelligent» en Thaïlande, a fait savoir ce mardi le directeur général de LINE Thaïlande. «LINE renaîtra en tant que portail intelligent afin d'offrir des services utiles et innovants au peuple thaïlandais», a déclaré Ariya Banomyong, directeur général de LINE Thaïlande, devant des journalistes sud-coréens en voyage en Thaïlande. LINE va étendre ses services TV, de paiement mobile et commerciaux au-delà de la plate-forme de messagerie, a ajouté Banomyong. La Thaïlande est un marché important pour LINE. Environ 40 millions de Thaïlandais utilisent des services mobiles et ce nombre devrait augmenter à 50 millions en 2018, soit 73% de la population totale. Parmi eux, 33 millions utilisent l'application de messagerie mobile LINE, selon l'entreprise. Les Thaïlandais utilisent l'application 83,7 minutes par jour en moyenne. Plus de 8 millions de téléchargements ont été effectués sur LINE TV et plus de 7 millions sur LINE Music. LINE mettra également l'accent sur ses nouveaux services tels que Rabbit LINE Pay et LINE Man, a fait savoir Banomyong. http://french.yonhapnews.co.kr/techscience/2016/05/03/0700000000AFR20160503003200884.HTML
  18. Faut-il invoquer les pleins pouvoirs de l'armée pour accélérer la construction d’infrastructures? C'est la question que pose ce long article publié par Bloomberg (suivre les liens) L'article 44, appelée la loi "On fait ce qu'on veut" permet à l'armée de se lancer dans des projets d'infrastructures sans études préalables, ni demander l'avis à la population. Ainsi une troisième piste pourrait être construite rapidement à l'aéroport de Suvarnabhumi. le ministre des transports déclare que l'article 44 va accélérer le processus concernant l'enquête environnementale (en réalité avec les pleins pouvoirs, l'armée n'a même plus besoin d'étude environnementale pour se lancer dans les projets). Outre cette nouvelle piste à l'aéroport, les projets qui pourraient être mis en œuvre rapidement concernent des lignes de chemin de fer à double voies que les Chinois et les Japonais sont prêts à supporter. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914573-a-do-what-we-want-law-in-thailand-may-enable-new-airport-runway/
  19. Un faux chauffeur de taxi mais vrai escroc et une vraie arrestation Une hôtesse de l'air un peu pressée est montée dans un taxi, à Don Muang, qui ne possédait ni compteur, ni carte d'identification. On peut raisonnablement penser qu'il s'agissait d'un faux taxi. Heureusement, il a promis à l'hôtesse de lui charger le prix normal. Elle allait tout près : Chaeng Watana (moins de 100 bahts) mais, à l'arrivée, le type demande 1200 thb. Elle paie mais demande un reçu sur lequel il mentionne un nom et un numéro de téléphone afin qu'elle puisse à nouveau bénéficier de ses excellents mais couteux services. Il pousse même le bouchon en lui demandant son numéro à elle . Elle n'a pas donné son numéro de téléphone mais a confié l'affaire à sa sœur car elle retournait travailler. Le nom mentionné sur le reçu était faux mais le numéro était réel, enregistré au nom de Wachara Thanoi, 31 ans, a résidant à Lat Krabang, La police a obtenu sa photo, a demandé à l'hôtesse de confirmer qu'il s'agissait de lui et lorsqu’il s'est présenté à nouveau à Don Muang en quête d'un autre pigeon, la police l'a arrêté même s'il a tenté de fuir. Son "taxi" a été saisi comme preuve. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914571-bangkok-taxi-driver-only-has-himself-to-blame-after-being-caught-fleecing-air-hostess-passenger/
  20. Un Américain retrouvé mort dans sa chambre Perry Boomershine, 66 ans, a été découvert dans son condo, Huay Kaew road, après que les voisins se soient plaint de l'odeur nauséabonde qui s'en échappait et que l'administrateur du bâtiment n'ait ouvert la porte, fermée de l'intérieur Il a été retrouvé à plat vendre sur son lit. Il vivait seul.
  21. Le Comité de rédaction du projet de constitution s'est adressé aux diplomates étrangers en Thaïlande en affirmant que ce projet tenait compte de la culture du pays et de la situation présente. C'est le porte parole du CDC Norachit Singhaseni qui a pris la parole devant 47 diplomates étrangers et 6 représentants d'organisations internationales. Il a expliqué le processus du référendum. Un débat était prévu mais on ne sait pas ce qu'il s'y est dit et on ne sait pas quels pays étaient représentés (47, c'est fort peu) ni de quel niveau étaient les diplomates présents. http://www.thaivisa.com/forum/topic/914596-cdc-spokesman-explains-charter-referendum-to-foreign-diplomats-in-thailand/
  22. Et une nouvelle étape achevée avec succès pour Solar Impulse. L’avion expérimental à énergie solaire et son pilote suisse André Borschberg ont atterri à Phoenix, en Arizona, hier soir, achevant la 10e étape de leur tour du monde pour promouvoir les énergies renouvelables. Cette 10e étape était bien plus courte que la précédente, au cours de laquelle l’autre pilote de l’avion, le Suisse Bertrand Piccard, avait tenu les commandes durant environ 60 heures entre Hawaï et San Francisco. CSolar Impulse fonctionne grâce à des batteries se rechargeant grâce à plus de 17.000 cellules photovoltaïques installées sur ses ailes qui captent l‘énergie solaire. Le gigantesque avion est parti le 9 mars 2015 d’Abou Dhabi. Dans les semaines qui viennent, c’est une grande traversée de l’Atlantique qui attend cet aéronef d’exception. http://fr.euronews.com/2016/05/03/solar-impulse-poursuit-sans-encombre-son-tour-du-monde
  23. Trafic de drogue : l'opération de police tourne mal, le malfrat est tué Cette nuit à 03:00 la police, sous couverture, avait rendez-vous avec un trafiquant de 55 ans, Somchai Yumpanya pour lui "acheter" 8 paquets de drogue soit 16 000 pilules. Cependant Somhcai s'est méfié, a compris qu'il était piégé et a ouvert le feu sur les policiers en civil avant de tenter de fuir dans son pick-up. La police a répondu et a tiré, le pick-up s'est arrêté, Somchai en en est sorti en tombant,. Mort. Somchai avait déjà purgé des peines de prison pour trafic de drogue et meurtre lié à un trafic de drogue. Il était d'ailleurs dans un processus judiciaire au moment de cette opération de police (donc en liberté sous caution...). http://www.thaivisa.com/forum/topic/914595-drug-dealer-killed-by-police-in-failed-drug-sting-operation/
  24. Des habitants d'un village isolé en Indonésie ont un temps pensé à une bénédiction après la découverte sur une plage de ce qu'ils croyaient être un ange tombé du ciel mais s'est finalement révélé être un jouet sexuel. La nouvelle, qui s'était répandue comme une traînée de poudre, a fait l'objet d'une enquête de police dont les conclusions ont été décevantes pour ceux qui croyaient à l'histoire. "Quand nos officiers sont arrivés, ils ont vu que +l'ange tombé+ était tout simplement une poupée, un jouet sexuel", a déclaré mardi à l'AFP Heru Pramukarno, chef de la police de Banggai, village de l'île des Célèbes, dans le centre de l'Indonésie. Un villageois, Pardin, a découvert la poupée en mars pendant qu'il était en train de pêcher au large de l'île de Banggai, selon la même source. Cette découverte le lendemain d'une éclipse totale de soleil dans cette région, une expérience profondément spirituelle dans le pays musulman le plus peuple au monde, a fait croire à des villageois superstitieux que les deux événements étaient liés. Pardin avait ramené la poupée en partie gonflée dans son village à Kalupapi. Sa mère avait habillé la poupée assise sur une chaise, et elle lui changeait tous les jours ses habits et le foulard couvrant sa tête. L'enthousiasme suscité par "l'ange" a inquiété la police qui a ouvert une enquête, disant redouter de possibles troubles. "Nous avons entendu beaucoup d'histoires, telle 'l'ange tombé' pleurait quand il a été découvert", a raconté M. Pramukarno. Il semble que l'isolement du village ait contribué à entretenir l'histoire: "ils n'ont pas internet, ils ne savent pas ce qu'est un jouet sexuel", a ajouté le policier. Au terme des investigations, les enquêteurs ont confisqué la poupée et l'ont ramenée au poste de police, ce qui a permis selon eux de mettre un terme à la propagation de fausses rumeurs. http://www.lorientlejour.com/article/984015/indonesie-des-habitants-ont-pris-un-jouet-sexuel-pour-un-ange-tombe-du-ciel.html La poupée gonflable au commissariat, vous n'êtes pas sérieux là....
  25. PHNOM PENH, Cambodge – Le Cambodge a retranché une heure à la durée des classes en raison d’une canicule qui a poussé le mercure jusqu’à 42 degrés Celsius. Le ministre de l’Éducation Hang Chuon Naron a entériné la mesure lundi. Celle-ci demeurera en vigueur jusqu’au début de la saison des pluies, à la fin du mois de mai ou plus tard. La plupart des écoles cambodgiennes ne sont pas climatisées. La nouvelle règle ampute de 30 minutes l’entrée en classe et le retour à la maison. Les autorités scolaires ont été sensibilisées aux problèmes de santé causés par la chaleur. Les écoliers cambodgiens seront en congé entre les mois d’août et d’octobre. Plusieurs pays d’Asie du Sud-Est rissolent sous une canicule que les météorologues attribuent notamment au phénomène El Nino. http://journalmetro.com/monde/957149/cambodge-1h-de-moins-pour-les-ecoliers/