Aller au contenu
BANGKOK 22 July 2019 21:07

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 300
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    35

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Vous avez raison mais il aurait été impoli de ma part de modifier le texte publié par l'ambassade.
  2. ALLEZ-Y !!!!! Chasseur de temples en Thaïlande, une démarche UNIQUE. Conférence mercredi Passionné par l’idée de faire découvrir le patrimoine historique, cultuel et culturel de Thaïlande au-delà des sentiers battus, Loris Curtenaz a parcouru les contrées siamoises en scooter pendant 14 mois. Au cours de son périple, il aura visité 1500 temples pour enrichir son site internet, la plus grande base de données sur les temples du royaume (temple-thai.com). Venez à la rencontre de Loris Curtenaz à la médiathèque, il vous racontera son aventure et évoquera en photo ses découvertes les plus étonnantes aux quatre coins du pays. Mercredi 19 Juin 19:00 Alliance française de Bangkok Entrée libre
  3. Alors que le public thaïlandais et la communauté étrangère continuent de partager une chanson virale critiquant le gouvernement du pays, on apprenais hier dans la journée la possibilité de poursuites. Channel 7 a rapporté que des journalistes avaient pris contact avec le département des affaires juridiques du Conseil national pour l'ordre et la paix (junte) et la police de la technologie thaïlandaise. Ces deux organisations ont conclu que le contenu de la chanson ne conduirait pas à une action officielle. Mais la voie a été laissée ouverte pour que quelqu'un puisse engager des poursuites à titre privé. On pense ici aux activistes ultra pro-junte qui portent plainte sans arrêt contre tous ceux qui critiquent la junte. Les médias thaïlandais ont déclaré que la chanson avait provoqué beaucoup de rires d'autant plus que le chanteur était un étranger et qu'il parlait très couramment thaï dans la chanson. La chaîne 7 a cité Pol Gen Burin Thongpraphai, de la division juridique du NCPO, selon lequel la chanson n’incitait ni ne divisait la société, ce qui pourrait la rendre répréhensible. La vidéo a été faite uniquement pour des générer des clics et des likes, dit-il. Bien qu'il ait laissé la voie ouverte à une éventuelle poursuite. La police a souscrit à cette analyse en affirmant que la vidéo ne pouvait faire l’objet d’une action officielle. Mais les officiers ont également dit qu'une poursuite privée pourrait être intentée. La chanson de Yan Marchal postée sur Facebook et YouTube s'approchait les 2 millions de vues hier. Yan n'a pas répondu aux demandes de commentaires de Thaivisa ni de Thaivisa en français ([email protected]), bien qu'il ait écrit qu'il était surpris par le succès de sa chanson. Selon un article publié sur sa page Facebook, deux policiers ont rendu visite à Yan Marchal et lui ont demandé de retirer la vidéo. Yan a accepté et s'est excusé pour la publication de la vidéo. Il a signé un document promettant de ne plus partager de vidéos de cette nature. https://forum.thaivisa.com/topic/1106027-farang-escapes-serious-punishment-for-anti-govt-song-apologises-removes-video/ https://www.facebook.com/marchal Mieux connaître Yan Marchal
  4. Stupéfiants La Thaïlande a durci sa lutte contre le trafic des méthamphétamines en provenance du Laos communiste. Au crépuscule, sur les rives du Mékong, un jeu du chat et de la souris débute entre les gardes-frontières thaïlandais et les gangs de la drogue au Laos. Alors que les premiers sont armés de fusils M4 et de lunettes à vision nocturne, les seconds sont aidés par des drones pour échapper à leur surveillance. Le Laos communiste, enclavé, très secret, aux frontières difficilement contrôlables, est une plaque-tournante pour le trafic des méthamphétamines: le «yaba», «la drogue qui rend fou», et l'«ice», vendue sous forme de cristaux qui se fument. Les trafiquants du pays s'approvisionnent dans les laboratoires clandestins de la Birmanie puis acheminent ces drogues de synthèse vers la Thaïlande, le Vietnam ou le Cambodge, avant qu'elles n'envahissent les autres pays d'Asie du Sud-Est et l'Australie. En Thaïlande, la drogue est «une menace nationale. Elle arrive de là-bas», relève Sumnuan Kamdee, capitaine de la marine thaïlandaise en désignant l'autre rive du Mékong, qui marque la frontière avec le Laos. Multiplication des itinéraires Son unité fouille les vedettes rapides qui naviguent sur le fleuve dans la province de Nakhon Phanom, l'une des plus pauvres du royaume. Mais la frontière est longue et impossible à contrôler dans sa totalité. Le durcissement de la lutte antidrogue en Thaïlande a fragilisé la voie d'acheminement la plus rapide, qui traversait le pays du nord au sud. Du coup, les itinéraires à travers le Laos se sont multipliés. Les gangs laotiens sont bien équipés et renseignés. «Ils envoient des drones qui survolent le fleuve pour détecter s'il y a des forces de l'ordre», raconte à l'AFP Phoomsak Kampoo, un responsable local. Ils ont aussi «des éclaireurs qui surveillent les points de contrôle» côté thaïlandais, ajoute-t-il. Les petites quantités de drogue sont acheminées en Thaïlande par des pêcheurs qui, à la faveur de la nuit, coupent leur moteur et se laissent dériver vers la rive thaïlandaise où des passeurs les attendent. Les acheminements beaucoup plus importants, d'une valeur de plusieurs millions de dollars, deviennent de plus en plus fréquents via des embarcations sur le Mékong. Explosion des saisies Le Laos a pendant longtemps nié le problème. Mais, l'arrestation très médiatisée en 2017 à Bangkok du millionnaire Xaysana Keophimpa, parrain laotien de la drogue, a été saluée comme une nouvelle ère de collaboration entre les police thaïlandaise et laotienne. Le pays doit encore «vraiment s'améliorer en matière de lutte contre le crime organisé, le trafic de drogue et le contrôle de ses frontières», souligne Jeremy Douglas de l'Office des Nations unies contre la drogue et le crime (UNODC). Côté thaïlandais, les saisies se multiplient. Le 31 mai, l'unité de la police du Mékong a mis la main sur 133 kilogrammes de méthamphétamines dans la province de Mukdahan, également frontalière avec le Laos. Entre le 31 mai et le 4 juin, les autorités ont saisi dans tout le pays trois tonnes d'«ice» et près de cinq millions de comprimés de «yaba», dont une partie avait été acheminée via le petit pays communiste. Quelques jours plus tard, l'Australie a annoncé la prise record de 1,6 tonne d'«ice» à Melbourne. La drogue, d'une valeur marchande estimée à 840 millions de dollars (833 millions de francs), était dissimulée dans une cargaison de haut-parleurs expédiée de Thaïlande. Prix en chute Ces quantités considérables mettent en lumière l'explosion du trafic dans la région, alors que la Birmanie est l'un des plus gros producteurs de drogues de synthèse dans le monde, d'après les experts. «Si un seul envoi sur dix parvient à passer, [le trafiquant, ndlr] récupérera tout de même son argent», relève un haut responsable thaïlandais de la lutte antidrogue. Conséquence de cette explosion de l'offre, les prix de vente des drogues de synthèse sont en chute libre en Thaïlande. Dans certaines régions proches de la Birmanie notamment, un comprimé de «yaba» coûte désormais à peine 30 bahts (moins d'un dollar) contre encore quelques dollars il y a deux ans, d'après des responsables thaïlandais de la lutte antidrogue. Un kilogramme d'«ice» est vendu 4800 dollars au Laos et environ 11'000 dollars à Bangkok. Le gramme se revend plusieurs centaines de dollars dans les rues australiennes. (ats/nxp) https://www.tdg.ch/monde/le-trafic-de-methamphetamines-inonde-la-thailande/story/29919900
  5. BANGKOK (Reuters) - Un bateau de pêche transportant plus de 60 musulmans Rohingya a été retrouvé échoué mardi sur une île du sud de la Thaïlande, ont annoncé les autorités. Les passagers - 28 hommes, 31 femmes et cinq enfants - sont bloqués sur l'île Rawi, dans le parc national de Tarutao, dans la province de Satun, dans le sud de la Thaïlande, après que le bateau a eu des problèmes de moteur, a déclaré un responsable du parc à Reuters. Des dizaines de Musulmans Rohingya ont embarqué dans des bateaux au cours des derniers mois pour tenter de gagner la Malaisie. Les autorités craignent qu'il s'agisse d'une nouvelle vague de clandestins par voie maritime comme celle qui a entraîné la répression de la traite des êtres humains en 2015. Un responsable du gouvernement de Satun a déclaré que les naufragés seraient transférés sur le continent. "Chaque personne fera l'objet d'une enquête afin de déterminer si elle est victime de trafic d'êtres humaines ou s'il s'agit d'immigration clandestine", a déclaré le responsable qui a refusé d'être nommé. Selon les agences américaines, plus de 700 000 Rohingyas ont traversé la frontière bangladaise pour se réfugier au Bangladesh en 2017, fuyant la répression menée par l'armée dans l'État de Rakhine, au Myanmar. Le Myanmar considère les Rohingya comme des clandestins du sous-continent indien et a confiné des dizaines de milliers de personnes dans de vastes camps à Rakhine depuis le début des violences dans la région en 2012. Les troubles ont poussé des dizaines de milliers de Rohingyas à fuir le Myanmar par voie maritime. L'exode a atteint son point culminant en 2015, alors qu'environ 25 000 personnes ont traversé la mer d'Andaman en direction de la Thaïlande, de la Malaisie et de l'Indonésie, beaucoup se noyant dans des bateaux dangereux et surchargés. https://forum.thaivisa.com/topic/1105844-police-to-investigate-if-rohingya-were-trafficked-to-rawi-island/?tab=comments#comment-14235625
  6. Un utilisateur de Facebook, Yan Marchal, qui a posté une vidéo où il chante en thaï, se moquant (gentiment) du gouvernement, a déclaré qu'il était surpris que sa vidéo soit devenue virale. Dans un autre article de sa page Facebook, il affirme avoir écrit les paroles en thaï. La chanson a été vue plus d'un million et demi de fois avec plus de 50 000 interactions. Appelé "Junta Anthem Update", "Actualisation de l'hymne de la junte" la chanson contient des lignes traduites en anglais suggérant que le NCPO (Conseil national pour la paix et l'ordre, la junte) "briserait ses promesses" et devrait rester en place "beaucoup plus longtemps". Il a affirmé que le "système dictatorial" continuerait et qu'ils (les militaires) "agiraient délicatement". Il a dit que les gens devaient être "crédules" et avoir les yeux fermés pour que (sous entendu les militaires) puissent "dévorer l'argent de leurs impôts". M. Marchal semblait très fier de son exploit, même si de nombreux commentaires lui conseillent de faire attention et craignent clairement pour lui. Thaivisa a demandé à M. Marchal s’il craignait une arrestation mais, il n'a pas répondu. Thaivisa en français fait la même demande. Yan, écrivez nous à [email protected] Son profil Facebook indique qu'il vit à Bangkok et travaille pour "Sanuk Games". Il aurait étudié à Paris et diverses photos laissent à penser qu'il est Français. Voici le texte de son dernier commentaire sur sa page Facebook: "1 million. Je ne pouvais pas imaginer qu'une simple parodie de l'hymne de la junte obtiendrait ce nombre de vues en une journée! À l'heure actuelle, Facebook contient plus de notifications que je ne pourrais même en lire si je le faisais à temps plein. J'ai reçu plus de 1 000 demandes d'amis (peut-être plusieurs milliers mais Facebook cesse de compter après 1 000), ce que je ne peux pas accepter à cause du nombre limité d'amis, mais aussi parce que je n'ai aucun moyen de savoir qui a de mauvaises intentions. Bien que la très grande majorité des interactions sont enthousiastes, une minorité significative désapprouve. J'ai aussi eu quelques insultes dans des messages privés. Ce n'est pas une grande surprise, car ma vidéo était une taquinerie et ne correspond pas au sens de l'humour de tout le monde. https://www.facebook.com/marchal https://forum.thaivisa.com/topic/1105918-expat-takes-a-musical-pop-at-thai-government-gets-a-million-views-and-counting/ Hier une ONG publiait un rapport dans lequel il est clairement dit que la Thaïlande n'est pas un pays libre. Thaivisa en français conseille de ne jamais critiquer les militaires, le gouvernement et bien évidemment la monarchie même sur le mode humoristique.
  7. A Ao Nang, la police de Krabi a été appelé mardi au sixième étage d'un hôtel de luxe car un touriste allemand de 40 ans était mort dans le lit. La tête de Christopher Faust était recouverte d'un sac rouge et il y avait du ruban adhésif vert qui liait le cou au nez. Le rouleau de ruban adhésif était toujours attaché. Il était mort depuis un ou deux jours dans la chambre qui a sa propre piscine privée. Il n'y avait aucun signe de lutte ou de vol. Des objets tels qu'un ordinateur portable, de l'argent, des cartes de crédit et un passeport étaient toujours là, a déclaré Thai Rath. La police penche pour un suicide. https://forum.thaivisa.com/topic/1105892-german-tourists-head-bound-with-duct-tape-thai-police-suspect-suicide/ Un retraité allemand âgé de 78 ans a été électrocuté alors qu'il tentait de réparer une pompe chez lui, dans le quartier de Nong Samrong à Udon Thani, dans le nord-est de la Thaïlande. La police a déclaré qu'il n'avait pas débranché la pompe. M. Werrer (nom translittéré du thaï) a été trouvé près de la pompe et d'un réservoir d'eau de 2 000 litres. Sa main droite avait des brûlures et il y avait une clé à molette et une pince près du corps. Warunee, 56 ans, sa femme a déclaré que son mari avait décidé de réparer la pompe cassée depuis deux jours. Elle a dit qu'il aimait faire des petits boulots à la maison. Un peu plus tard, elle le retrouva mort et alerta ses voisins. La police a déclaré qu'il n'avait pas débranché la pompe avant de tenter des réparations et qu'il avait probablement été électrocuté. Une autopsie a été ordonnée. https://forum.thaivisa.com/topic/1105905-udon-thani-german-pensioner-electrocuted-trying-to-do-his-own-pump-repairs/ Un motard allemand est décédé sur les lieux après être entré en collision avec un pickup descendant la colline de Patong à Phuket. La police de Kathu a été informée de l'accident lundi soir sur la route de Phra Baramee, du côté de Kathu de la route notoirement dangereuse de la colline Patong. La police et les secouristes sont arrivés pour trouver la moto endommagée. À proximité, ils ont retrouvé le corps d'un étranger que la police a identifié plus tard comme étant Michael Erwin, un ressortissant allemand âgé de 58 ans. R Ketsamut, 25 ans, le chauffeur du pick up, attendait la police sur les lieux. Un test d'alcoolémie a été réalisé sur lui. Négatif. Des témoins ont déclaré à la police que le motard avait tenté de doubler un autre véhicule mais était entré en collision avec le pick up qui roulait correctement dans la direction opposée. https://forum.thaivisa.com/topic/1105906-german-motorbike-driver-dies-on-patong-hill-phuket/
  8. suite de cette affaire Le magnat de la construction Premchai Karnasutra a été condamné à un an de prison mardi après avoir été reconnu coupable de tentative de corruption de fonctionnaires alors qu'il a été arrêté dans le sanctuaire de faune de Thung Yai Naresuan à Kanchanaburi au début de l'année dernière. Le tribunal pénal chargé des affaires de corruption a acquitté Yong Dodkhruea, un assistant de Premchai. La peine d'un an de prison du puissant richissime, pourtant bien connecté, président de la société ital-thaï sera ajoutée à la peine de 16 mois de prison qui lui a été infligée par la cour provinciale de Thong Pha Phum le 20 mars pour braconnage. Dans ce procès, Premchai avait pris six mois pour avoir porté des armes à feu en public sans autorisation, huit mois pour «avoir aidé des tiers à chasser du gibier dans une réserve faunique sans autorisation» et deux mois pour avoir possédé la carcasse d'une espèce protégée - un faisan Kalij - sans autorisation. Yong a été condamné à 13 mois pour possession d'une arme et possession illégale de la carcasse d'un léopard noir. Deux autres accusés, le chauffeur et le cuisinier qui travaillaient tous deux pour Premchai, ont également été reconnus coupables d'infractions connexes. Premchai et Yong sont en liberté sous caution dans l'attente d'un éventuel appel. En mai, le Département des litiges a fait appel de la décision du premier procès, affirmant que Premchai aurait également dû être puni pour "chasse" et non "aide à la chasse". https://forum.thaivisa.com/topic/1105755-premchai-convicted-of-bribery-in-poaching-case-handed-another-year-in-jail/
  9. UN AUTRE dirigeant du parti Future Forward pourrait être poursuivi au pénal. La députée Pannika Wanich, membre du Parlement, est dans le collimateur des autorités et des ultra-royalistes pour son attitude présumée anti-monarchique remontant à près de dix ans. L’allégation de lèse-majesté a fait surface car des photos et des messages de Pannika sur Facebook datant d’une dizaine d’années ont été découverts au cours du week-end. Les amis de la députée sur les photos, accusés également de manquer de respect à la monarchie, ont été bombardés d’insultes par des internautes furieux de ce qu’ils ont décrit comme des poses inappropriées. Le lieutenant-général Piya Uta-yo, chef de la police nationale, a déclaré que la police était également préoccupée par le contenu des messages ainsi que par d'autres similaires. La police a déjà commandé trois groupes de travail : la division de la répression de la criminalité technologique, le service juridique de la police et le "bureau spécial" - pour examiner la question. Piya a déclaré que le groupe de travail enquêterait sur le fait de savoir si Pannika et ses amis avaient enfreint la loi sur la criminalité informatique ou la loi sur la sécurité. Les autorités ne peuvent pas immédiatement établir la culpabilité et attendent que toutes les preuves soient rassemblées, a-t-il ajouté. Répondant à la question de savoir si l’affaire était politiquement motivée compte tenu de l'appartenance de Pannika au parti Future Forward opposé à la junte, Piya a assuré que la police n’établissait pas de discrimination à l’encontre de groupes particuliers mais passait au crible toutes les personnes qui avaient violé la loi. L'activiste Srisuwan Janya, qui a déposé plusieurs plaintes contre Future Forward et d'autres partis, devrait présenter aujourd'hui une motion à la Commission nationale anticorruption (NACC) afin de déterminer si Pannika aurait pu enfreindre les normes éthiques appliquées à toutes les autorités de l'État. Les normes éthiques de la Thaïlande prescrivent que les agents de l’État défendent les institutions principales - la nation, la religion et la monarchie - ainsi que le régime démocratique avec une monarchie constitutionnelle. Pannika a expliqué que la photo avait été prise en 2010 après le coup d'État de 2006, lorsque les allégations de lèse-majesté pour des raisons politiques étaient répandues. La photo était censée refléter la tragédie de la politique thaïlandaise, a-t-elle déclaré. La photo ne sera pas visible pour des raisons évidentes. La députée a présenté ses excuses à ceux qui étaient troublés par la photo, mais les a exhortés à prendre conscience de la façon dont les jeunes avaient grandi avec des questions sur l'exploitation de la monarchie pour détruire leurs ennemis politiques. Pannika est l’une des personnalités les plus en vue de Future Forward et se trouve sous les feux de la rampe ces derniers jours. Avant l’affaire Pannika, le jeune Future Forward avait déjà fait l’objet de nombreuses poursuites judiciaires. Malgré de nombreuses accusations, aucun des membres du parti n'a été accusé d'avoir violé l'article 112 (lèse majesté). Son chef Thanathorn Juangroongruangkit et son secrétaire général Piyabutr Saengkanookul sont des cibles récurrentes. Les ultra-royalistes semblent considérer Future Forward comme anti-monarchiste, même si le parti a toujours nié ces allégations. Lors des récents débats parlementaires, des députés et des sénateurs ont exprimé leur soutien au régime dirigé par des militaires, car "les juntes sont loyales à la monarchie". Ce concept a été développé par un général - sénateur qui parle de dictature démocratique. Cependant, Future Forward et Pannika semblent avoir le soutien d'Internet. #SavePannika est le premier hashtag de Thaïlande sur Twitter, avec des dizaines de milliers d’utilisateurs qui envoient leur soutien moral à la députée. La société civile sur Internet et les jeunes expriment de manière très crues leurs idées opposées à la junte et à Chan-o-cha. Les concerts de rap sont des happenings anti-gouvernementaux et la jeunesse thaïlandaise soutient le FF. Depuis le coup d’État de 2006, les observateurs ont toujours exprimé leur préoccupation face à l’exploitation de la loi sur lèse-majesté à des fins politiques. Ils soulignent le recours fréquent à la loi draconienne pour détruire les rivaux politiques plutôt que pour protéger la monarchie. Le roi Rama 10 n'a, cependant, jamais eu recours à cette loi. https://forum.thaivisa.com/topic/1105675-another-future-forward-mp-comes-under-scrutiny/
  10. Le roi de Thaïlande a approuvé le chef de la junte Prayut Chan-O-Cha au poste de Premier ministre alors que l'opposition s'interroge sur sa légitimité à gouverner à l'issue des législatives de mars. «Je vais promouvoir un environnement pacifique pour une société unifiée fondée sur l'amour, l'unité et la compassion», a déclaré mardi le général de 65 ans après la lecture du décret royal. Après s'être incliné devant le portrait du roi Maha Vajiralongkorn, il a également promis «d'écouter les voix du peuple» et de protéger la monarchie. Au pouvoir depuis le coup d'Etat de mai 2014, Prayut Chan-O-Cha a été élu la semaine dernière par le Parlement à la tête du gouvernement. Sa victoire était pratiquement acquise car la nouvelle Constitution, adoptée en 2017, octroie à l'armée la nomination des 250 sénateurs. Face à lui, le jeune milliardaire Thanathorn Juangroongruangkit, fondateur du nouveau parti d'opposition Future Forward et à la tête d'une coalition anti-junte, n'avait pas pu faire le poids. Plébiscité notamment par la jeunesse, son mouvement avait pourtant créé la surprise aux législatives du 24 mars en devenant la troisième force politique du pays. Depuis, les ennuis judiciaires, dénoncés comme politiques, se sont accumulés pour le charismatique homme d'affaires de 40 ans, suspendu temporairement de son mandat de député. Prayut-Chan-O-Cha ne dispose que d'une courte majorité à la Chambre basse du Parlement et l'opposition s'interroge sur sa légitimité à gouverner. Le général est perçu par ses défenseurs comme un gage de stabilité pour défendre l'unité du pays et l'empêcher de replonger dans les fréquentes crises politiques qu'il a connues. Mais ses détracteurs soulignent que, depuis 2014, il a échoué à réformer le royaume, à moderniser l'économie et à réduire les inégalités. http://www.lefigaro.fr/flash-actu/thailande-le-roi-approuve-prayut-chan-o-cha-au-poste-de-premier-ministre-20190611
  11. Photo: Internet Bangkok (VNA) – Le gouvernement thaïlandais a interdit la pêche dans ses eaux du golfe de Thaïlande entre juin et septembre pour protéger de la surpêche les organismes aquatiques. L’interdiction absolue sera appliquée dans la région au Nord du golfe de Thaïlande, y compris les zones maritimes des provinces de Prachuap Khiri Khan, Phetchaburi, Samut Songkhram, Samut Sakhon, Samut Prakan, Chachoengsao, Chon Buri et de la capitale Bangkok. Cette interdiction sera en vigueur du 15 juin au 15 août dans les zones maritimes des provinces de Prachuap Khiri Khan, Phetchaburi, Samut Songkhram, Samut Sakhon tandis que celles des provinces de Samut Prakan, Chachoengsao, Chon Buri et de la capitale Bangkok seront fermées du 1er août au 30 septembre. La Commission européenne a retiré le 8 janvier le "carton jaune" qu'elle avait infligé à la Thaïlande pour pêche illégale, reconnaissant ainsi les efforts réalisés par Bangkok. L'avertissement contre la Thaïlande avait été lancé en avril 2015, première étape d'un processus qui aurait pu conduire à une interdiction totale de ses produits de la pêche dans l'Union européenne. -VNA https://fr.vietnamplus.vn/la-thailande-interdit-la-peche-en-mer-pour-trois-mois/121750.vnp
  12. La Compagnie ferroviaire de Thaïlande (SRT) envisage de dépenser 90 milliards de bahts (près de 3 milliards de dollars) pour moderniser en double voie les lignes ferroviaires à simple voie reliant les provinces au Sud. Une gare ferroviaire de Thaïlande. Photo: RT/CVN Ce projet fera partie des projets de modernisation du chemin de fer à double voie à Chumphon, contribuant à faciliter le déplacement des passagers vers les provinces méridionales telles que Surat Thani, Songkhla, et le bourg de Padang Besar de Malaisie. Concrètement, SRT allouera un budget de 24 milliards de bahts (près de 800 millions de dollars) à la 2e phase du projet de chemin de fer au Sud pour construire une voie ferrée à double voie reliant Chumphon à Surat Thani, 57 milliards de bahts pour améliorer la ligne ferroviaire à simple voie reliant Surat Thani à Songkhla, et 8 milliards de bahts pour moderniser celle entre Hat Yai et Padang Besar. Selon les statistiques de SRT, 90% des passagers utilisant les trains de Bangkok à Chumphon, sont des touristes étrangers. Si les lignes ferroviaires susmentionnées sont modernisées, le nombre d'arrivées touristiques dans les villes situées le long de la côte du Sud de la Thaïlande augmentera considérablement. https://www.lecourrier.vn/la-thailande-investit-dans-la-modernisation-des-lignes-ferroviaires-au-sud/607363.html
  13. BANGKOK, 10 juin 2019 (NNT) - Après avoir constaté que certains hôpitaux privés de Thaïlande facturaient leurs patients à des prix 16 000% plus élevés que les prix recommandés, le ministère du Commerce a annoncé qu'il superviserait la situation afin d'aider les patients. Le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha, a déclaré aujourd'hui que la résolution de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) était conforme à la politique du gouvernement visant à garantir des prix équitables pour les médicaments, les fournitures médicales et les services médicaux. Le porte-parole du gouvernement, le lieutenant-général. Werachon Sukondhapatipak, a ajouté que le Premier ministre Prayut avait pris acte de la résolution du 28 mai de l’OMS visant à améliorer la transparence des prix sur le marché des médicaments, vaccins et autres produits. La résolution encourage ses pays membres à afficher clairement les prix réels des médicaments et des fournitures médicales, à accroître la transparence en matière de brevets et à permettre à l'OMS de suivre la situation de manière régulière. Le Premier ministre a déclaré que la résolution de l’OMS montrait que les mesures mises en œuvre par le gouvernement étaient conformes aux normes internationales. Ces mesures comprennent un règlement obligeant les hôpitaux privés à afficher clairement les prix des médicaments. Les hôpitaux privés sont également tenus de fournir une estimation des coûts aux patients avant de fournir des services médicaux. En outre, des sous-comités ont été mis en place à Bangkok et dans d'autres provinces pour recevoir les plaintes concernant des traitements extrêmement coûteux. Le Premier ministre a appelé tous les secteurs à veiller à ce que chaque citoyen ait accès aux services de santé de manière juste et efficace. Cependant, des études ont montré que certains hôpitaux faisaient des marges sur leurs médicaments et leurs traitements de 300 à 16 000%. Le ministère du Commerce organisera une réunion des organismes compétents pour résoudre le problème, https://forum.thaivisa.com/topic/1105558-pm-prayut-orders-fair-prices-for-medicines-and-medical-services/
  14. Un homme originaire d'Udon Thani a réussi à sauver deux adolescents de la noyade sur une plage de Sattahip, Chon Buri dimanche soir, pour ensuite se noyer, a annoncé la police. La police a déclaré que Wutthichai Charoentham s'était précipité à la mer après avoir vu deux adolescents appeler au secours vers 16 heures, mais il a été à son tour renversé par une grosse vague et s'est noyé. Un membre de la famille de Wutthichai, cité par la police, a déclaré avoir vu les deux adolescents emportés par la mer à cause d'une grosse vague. Wutthichai a plongé dans l'eau après avoir entendu leurs appels au secours. Wutthichai a réussi à ramener les deux adolescents vers la plage, mais une autre grosse vague l'a frappé et, épuisé par ses efforts, il a été emporté en mer et s'est noyé. Les deux survivants ont été identifiés comme étant Singha Wangprai, 15 ans, et Suthang Wangprai, 15 ans. La police a déclaré que Wutthichai, un résident de Udon Thani, avait emmené sa femme et leur enfant à la plage. Des plongeurs du Sawang Rojanatham Sathan Sattahip ont trouvé le corps de Wutthichai sur les fonds marin à environ 200 mètres de la plage. https://forum.thaivisa.com/topic/1105507-sattahip-udon-thani-man-drowns-after-saving-two-teens/
  15. PHUKET: La police enquête sur la mort d'un Australien âgé de 33 ans qui a été retrouvé tôt dimanche matin en bas d'un hôtel de Patong, après une chute présumée alors qu'il tentait de pénétrer dans l'hôtel depuis l'extérieur. Les officiers ont été appelés à l'hôtel C & N au 200 Pi Rd Rat-U-Thit vers 2 h 15, a rapporté le lieutenant-colonel Patiwat Yodkwan, de la police de Patong. Au moment où la police est arrivée, des secouristes avaient déjà transporté l'homme à l'hôpital de Patong, où il a été déclaré mort, a déclaré le colonel Patiwat dans son rapport. L'homme (dont le nom n'est pas communiqué car ses proches ne sont pas encore prévenus) séjournait dans une chambre du quatrième étage. Il est arrivé à l'hôtel seul le jeudi 6 juin et devait partir le 10 juin. Un témoin a rapporté avoir vu l'Australien grimper sur un balcon à l'arrière du bâtiment. L’homme a glissé et est tombé sur une berline Nissan garée derrière l’hôtel. Le col Patiwat dit que ses officiers n’avaient pas encore fouillé la chambre d’hôtel de l’homme, mais que des témoins avaient signalé que l’homme buvait beaucoup depuis son arrivée à l’hôtel jeudi. https://forum.thaivisa.com/topic/1105467-australian-dies-after-fall-from-patong-hotel/
  16. Un sondage Dusit indique que 73,65% des personnes interrogées pensent que le gouvernement de coalition dirigé par Palang Pracharat ne durera pas plus d'un an, tandis que 44,11% des répondants à un sondage Nida estiment que le gouvernement survivra à son mandat de quatre ans. Le sondage de l’Université Suan Dusit a demandé l’avis de 1 128 personnes entre le 6 et le 8 juin, tandis que l’Institut national de l’administration du développement (Nida) a échantillonné 1 265 personnes les 6 et 7 juin. Nida affirme que 26,77% des personnes interrogées sont heureuses que le pays puisse désormais aller de l'avant après que le Parlement a élu le général Prayut Chan-o-cha comme Premier ministre, contre 24,75% qui se disent déçus, car l'économie du pays pourrait rester au point mort quelque temps. 15,6% déclarent que le général Prayut n'est pas apte à être premier ministre dans les circonstances actuelles. 44,11% pensent que son gouvernement durera quatre ans, alors que 18,47% pensent qu'il durera jusqu'à deux ans et 16,56% qu'il n'en durera qu'un. Le sondage Dusit montre que 63,32% sont déçus que le parti démocrate ait rejoint la coalition Palang Pracharat, mais 24,24% croient que le parti veut les postes de ministre. Les résultats du sondage affirment également que 61,79% des répondants sont d’accord avec les conditions préalables du parti démocrate avant de rejoindre la coalition. Parmi les répondants de l'échantillon, 58,20% ont déclaré que le parti Bhumjaithai avait rompu sa promesse électorale en rejoignant le Palang Pracharat, alors que 26,32% estiment que l'adhésion profitera au parti. 72,77% des personnes interrogées pensent que les partis de la coalition cherchent simplement à contrôler des ministères clés au nom de leurs propres intérêts. 73,65% pensent que le gouvernement ne durera qu'un an, 34,07% estiment qu'il durera au plus six mois et 20,02% estiment qu'il ne durera pas plus de deux ans. https://forum.thaivisa.com/topic/1105465-nida-and-suan-dusit-polls-give-conflicting-results-on-the-government’s-life-span/ Un autre sondage, de Super Poll, celui-là affirme que Plus de 89% des Thaïlandais pensent que les discussions en cours sur la formation du gouvernement entre les partenaires de la coalition n'est qu'une manière de se diviser le gâteau, 10,7% seulement estiment que les responsables politiques ont à l’esprit le bien-être public. https://forum.thaivisa.com/topic/1105452-public-disillusioned-with-self-serving-politicians-poll/
  17. Un pickup transportant sept personnes est entrée en collision dimanche avec un camion-grue à six roues à un carrefour de la province de Prachuap Khiri Khan, faisant six morts et trois blessés. L'accident a eu lieu à 11 heures, l'inspecteur de Prachuap, le colonel Panasit Ritthirong, a conduit les secouristes sur les lieux où la route Bo Nok-Dan Singkhon coupe la route Petchkasem (Ban Nong Sua) à Ao Noi. Ils ont trouvé six corps et une femme enceinte gravement blessée pris au piège dans le pickup Toyota Vigo totalement détruit. Les secouristes ont dû utiliser des outils de grande taille pour la désincarcérer. À proximité, ils ont trouvé le camion-grue renversé dont le conducteur non identifié et son épouse ont également été grièvement blessés. L'enquête initiale de la police a révélé que le camion-grue revenait après avoir livré des métaux sur un site de construction d'un barrage, situé à deux kilomètres du lieu de l'accident, alors que les occupants du pickup revenaient d'un marché et rentraient chez près de Hua Hin. La cause de l'accident fait l'objet d'une enquête, mais la police soupçonne le chauffeur du pickup de ne pas connaître la route car à l'intersection il existe un angle mort pour les deux véhicules qui ne permet pas de voir l'autre à temps pour ralentir, (sous entendu, si on n'est pas du coin, on risque l'accident car ce n'est pas signalé). https://forum.thaivisa.com/topic/1105458-six-killed-three-injured-in-pickup-crane-collision-in-prachuap-khiri-khan/
  18. SISAKET, 8 juin 2019 (NNT) - Différentes armes de guerre ont été découvertes mercredi dans un canal de la province de Sisaket. Ces armes ne sont pas utilisées par l'armée thaïlandaise. Le porte-parole de la deuxième zone d'armée a refusé de préciser s'il pouvait éventuellement impliquer un groupe politique. Le numéro deux de la police nationale, Pol. Le général Srivara Ransibrahmanakul s'est rendu au poste de police de Khukhan dans la province de Sisaket et a inspecté les lance-grenades RPG et M-79, les fusils AK-47, la poudre à canon et les gaz lacrymogènes découverts dans le canal du district de Khukhan. Les armes de guerre n’ont pas été fabriquées en Thaïlande et seraient venues de Russie. Les armes semblaient être prêtes à l'emploi. En outre, les sacs d'engrais dans lesquels les armes ont été trouvées affichent des symboles et des signes qui ne sont pas utilisés en Thaïlande. Pol. Le major général Thawatchai Mekprasertsuk de la police scientifique a déclaré que les fusils AK-47, les lance-grenades M-79 et RPG étaient les mêmes types d'armes qui auraient été utilisées plus de 50 fois au cours de manifestations à l'extérieur du siège du Gouvernement et de l'hôtel Dusit Thani entre 2010 et 2014. Le commandant de la deuxième armée, le major général Akradej Boonthiam, a déclaré que des armes de guerre avaient été trouvées dans la zone frontalière (avec le Cambodge) près de l'autoroute 24. La deuxième armée ne possède pas de telles armes vieilles de plus de 40 ans. L’unité de renseignement n’ont pas encore identifié les propriétaires des armes de guerre. Les autorités n'ont pas encore déterminé si ces armes pourraient être vendues sur le marché noir ou utilisées par un groupe politique du pays. https://forum.thaivisa.com/topic/1105333-deputy-police-chief-inspects-war-weapons-in-sisaket-province/ Il y a 40 ans les armes de guerre étaient en vente libre au Cambodge pour une bouchée de pain et elles circulaient facilement au delà des frontières. Il y en avait tellement que, la plupart du temps, elles n'étaient jamais utilisées.
  19. Le chef de l'immigration thaïlandaise, le général Sompong Chingduang, a annoncé l'arrestation d'une femme ouzbèke de 62 ans recherchée dans son pays d'origine pour avoir dirigé un réseau de prostitution et de traite d'êtres humains. Sayora Melikova a été arrêtée dans un appartement sur Rama 9, dans le district de Huay Kwang à Bangkok. Elle était recherchée sur une notice rouge d'Interpol émise en Ouzbékistan en 2011. Elle se cachait en Thaïlande depuis sept ans. Trois femmes travaillant volontairement comme prostituées étaient avec elle. Le général Sompong a déclaré que Melikova serait renvoyée en Ouzbékistan. Le destin des trois prostituées n'était pas mentionné dans le rapport de police. https://forum.thaivisa.com/topic/1105200-wanted-uzbekistan-mama-san-arrested-in-bangkok-along-with-three-prostitutes/
  20. Le chef de l'immigration "ne s'inquiète pas pour lui-même" alors que la Thaïlande fait face à une enquête sur la corruption liée au plan biométrie. Alors que la Thaïlande envisage de déployer son projet de biométrie de plusieurs milliards de bahts, la Commission nationale anti-corruption (CCNA) va enquêter sur des actes présumés illicites. L’affaire a été commentée hier par le chef de l’immigration, le général Sompong Chingduang. Il occupe le poste de responsable du bureau de l'immigration depuis quelques mois après que le célèbre général Surachate Hakparn a été brusquement démis de ses fonctions. Aucune raison n'a jamais été donnée pour la mutation de Big Joke, bien que les spéculations soient légion. Un communiqué aurait mis fin aux rumeurs qui vont redoubler avec cette affaire. TNA MCOT raconte de manière voilée qu'un "remaniement" a été effectué en coulisse. Les journalistes racontent qu'un avocat appelé Sittra Biabangkert avait déposé une plainte auprès de la CCNA pour enquêter sur le projet biométrie. Le plan consiste à mettre en place une technologie liée aux empreintes digitales et à la reconnaissance faciale aux frontières et aux aéroports d'ici le mois prochain. On ne sait pas si le projet de plus de deux milliards de bahts commencera à la date prévue du 1er juillet, comme annoncé. La société étrangère qui travaille avec les Thaïlandais sur la mise en œuvre de cette technologie fera face à des amendes quotidiennes si elles ne respectent pas les délais. Hier, le lieutenant-général Sompong a déclaré que le bureau coopérerait pleinement avec la CCNA et qu'il n'était personnellement pas "inquiet" des conclusions. En ce qui le concerne, il a déclaré que le projet biométrie avait été mis au point plus de deux ans avant son entrée en fonction. Il a dit qu'il n'avait rien à cacher, mais il a déclaré qu'il ne pouvait garantir qu'il n'y avait pas eu malversation (sous entendu avant son arrivée). Ce sera à la CNLA de s’en assurer. https://forum.thaivisa.com/topic/1105222-immigration-chief-not-worried-about-himself-as-thailand-faces-corruption-investigation-over-biometrics-plan/
  21. BANGKOK, 7 juin 2019 (NNT) - En dépit de la guerre commerciale (entre la Chine et les États-Unis), l’emploi des travailleurs thaïlandais a augmenté en raison de l’expansion continue des projets d’investissement du secteur public au cours du premier trimestre de cette année. Le Secrétaire général du Conseil du développement économique, Thossaphorn Sirisamphan, a déclaré que l’emploi avait augmenté de 0,9% au premier trimestre de cette année par rapport à la même période de l’année dernière. L'emploi dans le secteur non agricole a augmenté de 3,2%, l'emploi dans le secteur de la construction a augmenté de 10,5% en raison des grands projets d'investissement, tandis que l'emploi dans le secteur industriel a augmenté de 1% face au ralentissement économique mondial. L'emploi dans le secteur de l'hôtellerie et de la restauration a légèrement diminué en raison d'une baisse du nombre de touristes étrangers. Le taux de chômage est resté faible à 0,9%, ce qui représente environ 350 000 personnes sans emploi. Cependant, les employeurs recherchent deux fois plus d'employés qu'il n'y a de demandeurs d'emploi. Les Thaïlandais qui ne travaillent pas sont donc inaptes au travail car le pays est obligé d'importer 3 millions de migrants pour faire tourner l'économie. Dans le même temps, la dette des ménages au quatrième trimestre de l’année dernière a augmenté de 6%, représentant 78,6% du PIB. La dette en crédits individuels fournis par les banques commerciales a augmenté de 10,1%, son niveau le plus élevé en cinq ans, en raison principalement de l’augmentation des achats de logements et d’automobiles. https://forum.thaivisa.com/topic/1105335-employment-rises-in-q1/
  22. Le chef du parti Bhumjaithai, Anutin Charnvirakul, affirme que son parti ne cédera pas les portefeuilles ministériels des transports, de la santé publique ou du tourisme au parti Palang Pracharat (celui de Chan-o-cha). Dans une publication sur Facebook samedi soir, il a écrit: «Les ministères sont conçus pour que les gens y travaillent et non pour être échangés. Point final." Dans le message suivant, il écrivait: "Les transports, la santé publique et le tourisme ne sont pas négociables." Les déclarations de M. Anutin constituent la réponse au revirement du parti Palang Pracharat dans l’attribution de sièges au gouvernement aux deux partis «faiseurs de roi», Bhumjaithai et Démocrate. Le vice-Premier ministre Somkid Jatusripitak pourrait ne pas rejoindre le cabinet du général Prayut Chan-o-cha si le parti Palang Pracharat ne contrôlait pas ces ministères économiques clés, promis aux démocrates et à Bhumjaithai. Le chef du parti Palang Pracharat, Uttama Savanayana, et le secrétaire général du parti, Sotirat Sontijirawong, ont été chargés de renégocier, avec les deux partenaires de la coalition potentiels, le retour des trois ministères économiquement importants en échange de l’éducation et de l’énergie. https://forum.thaivisa.com/topic/1105358-bhumjaithai-rejects-palang-pracharat’s-demand-for-return-of-transport-ministry/ Tout ceci rappelle étrangement ce qui se passait au 20e siècle. Les coalitions ne duraient jamais bien longtemps. Chan-o-cha pourrait à terme perdre son poste sur une mention de censure votée par certains Bhumjaithai ou Démocrates qui se sentiraient lésés. En effet, la cohorte de sénateurs nommés par la junte qui a fomenté un coup d'état en 2014 ne votent pas pour les mentions de censure et ne pourraient pas sauver l'armée. Anutin
  23. Agence nationale de presse pro gouvernementale Prayut Chan-o-cha est un homme de paradoxe, et le dernier en date, c'est lorsque le Parlement a élu l'ancien chef qui a fomenté un coup d’État au poste de Premier ministre chargé de superviser le retour de la Thaïlande à un «régime civil». La voie à suivre sera de plus en plus périlleuse. De quelqu'un qui promettait une réconciliation nationale, il est devenu lui-même une source majeure de discorde. En plus de cela, la politique stable qu'il avait promise après son coup d'État de 2014 entre dans sa phase la plus imprévisible. Et il a abandonné les formidables pouvoirs d'après coup d'état pour un «mandat démocratique» extrêmement fragile qui pourrait être de courte durée. Après cinq années passées à la tête de la Thaïlande grâce aux pleins pouvoirs, acquis après un coup d’État contre le gouvernement élu de Yingluck, Prayut a réussi à prolonger son statut de Premier ministre. Mais de justesse. La route devant nous est parsemée de pièges mortels, dont certains pourraient causer des dommages considérables dès que la composition du gouvernement sera dévoilé. Pour résumer: ses alliés clés sont prêts à se retourner contre lui à tout moment. Son mandat à la Chambre des représentants est mince, et amis et ennemis pourraient en profiter. L’opposition est forte et déterminée à s'attaquer à ce qu’elle perçoit comme son point faible: le lien avec l'armée et l’image de quelqu'un qui a renversé de force un gouvernement élu. Le général Prayut, qui présidait le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO), a décidé de ne plus être un "arbitre" pour devenir lui-même un joueur. La tâche politique difficile de Prayut consiste à prouver qu’il existe un lien entre «démocratie» et «dictature». Un sénateur a d'ailleurs affirmé souhaiter pour la Thaïlande une dictature démocratique. Le coup d’État de l’ancien chef de l’armée en 2014 a mis fin à la violence politique généralisée. Il était largement admiré à cette époque, mais cinq années ont réduit à néant une grande partie de sa popularité, et sa détermination à rester en place a suscité un scepticisme considérable parmi les opposants. Par ailleurs, en cinq ans, les Thaïlandais ont vieilli de 5 ans. Des personnes âgées soutenant les dictatures sont mortes et ont été remplacées par des jeunes avides de vraie démocratie. Prayut est populaire, à en juger par le résultat du Palang Pracharat obtenu aux élections du 24 mars. Les admirateurs l'adorent et les détracteurs le détestent à cause de son caractère entier, son nationalisme exacerbé, son style agressif avec les médias et son "esprit de décision" qui parfois frise l'imprudence. Malgré sa promesse de réconciliation après le coup d’État, Prayut est lui-même devenu partie intégrante du conflit politique. Ceux qui se trouvaient en dehors du camp de Thaksin se sont également battus contre lui, notamment Abhisit Vejjajiva, du parti démocrate. Prayut, âgé de 65 ans, a exercé les pleins pouvoir au cours des cinq dernières années, mais il devra maintenant respecter les règles parlementaires habituelles. Les critiques affirment que des vestiges de son coup d’État sont encore visibles dans les 250 sénateurs qui ont été nommés par la junte et qui ont tenu ses adversaires à distance dans la course au poste de Premier ministre. Les sénateurs ne peuvent pas l’aider dans certains cas devant les députés, par exemple durant les motions de censure, c’est pourquoi son gouvernement pourrait désormais avancer sur un fil. Le général Prayut est né le 21 mars 1954 dans la province de Nakhon Ratchasima, dans le nord-est du pays. Son père était un colonel de l'armée et sa mère, une enseignante. Il a deux frères et une sœur: un frère, général de l'armée et la sœur, générale de l'armée de l'air. https://forum.thaivisa.com/topic/1104988-prayut-steps-from-solid-ground-to-shaky-one/ Le chef du parti démocrate, Jurin Laksanavisit, a déclaré aujourd'hui qu'il croyait que le parti Palang Pracharat tiendrait sa promesse quant à l'attribution des ministères aux démocrates. Mais, Somsak Thepsutin, une figure clé du groupe Sam Mitr (au sein du parti pro-junte), a déclaré que si le groupe ne recevait pas le poste de ministre de l’Agriculture, toutes les promesses faites à la population pendant la campagne électorale seraient sérieusement affectées. Tout en refusant de commenter davantage la répartition des portefeuilles du cabinet, M. Somsak a déclaré que la décision finale reviendrait au comité exécutif du parti et que son groupe avait déjà clairement exprimé ses souhaits. Somsak lui-même aspire à devenir le ministre de l'Agriculture. Lui et Suriya Juangroongruangkit, un autre chef du groupe Sam Mitr, ont joué un rôle clé dans la mobilisation d'anciens députés (traîtres à leur parti précédent qui doivent donc être remerciés) pour rejoindre le parti Palang Pracharat. Jurin, cependant, insiste sur le fait que la question du quota du parti démocrate est déjà réglée et estime que Palang Pracharat ne reviendra pas sur sa promesse faite aux démocrates. Un membre de la coalition a averti que le gouvernement de coalition fonctionnerait avec de grandes difficultés si le parti Palang Pracharat (pro-junte) ne tenait pas les promesses qu'il avait faites aux démocrates. https://forum.thaivisa.com/topic/1104990-palang-pracharat-warned-government-in-trouble-if-cabinet-seat-promises-not-kept/ De très nombreuses voix sont maintenant un peu acide envers Chan-o-cha et son parti mais Thaivisa en français qui publie les articles de médias pro-gouvernementaux ne les relaiera pas.
  24. Le programme Pavillon Bleu pour les hôpitaux «aidera toutes les parties» Un nouveau système aidera les patients à identifier des options abordables, déclare l'association. L’association THE PRIVATE Hospitals Association apporte son soutien à l’idée d’identifier lesquels de ses membres offrent des services à coût raisonnable. Cette initiative est considérée comme un effort visant à minimiser l'impact de la décision importante prise par le gouvernement de contrôler les prix des médicaments. "Si elle est mise en œuvre, cette idée profitera à toutes les parties", a déclaré hier le Dr Aurchat Kanjanapitak, en sa qualité de conseiller de l'association. «Les patients sauront dans quels hôpitaux ils devraient aller et prendront des décisions en fonction de leurs besoins et de leurs préférences.» Il a pris la parole en réponse à des informations selon lesquelles le Département du commerce intérieur avait proposé d’accorder un symbole «Pavillon bleu» (label bleu) à des institutions privées peu coûteuses. «Si les patients en ont les moyens, ils peuvent recourir aux services médicaux de luxe ou optionnels fournis par certains hôpitaux privés. «S'ils n'en ont pas les moyens, ils peuvent se rendre dans les établissements sous pavillon bleu», a expliqué Aurchat. Il a ajouté qu'avec la catégorisation claire basée sur les prix, le gouvernement ne devrait pas non plus avoir le problème pour traiter les plaintes relatives aux supposés surcoûts. Sous entendu, les patients n'ont qu'à consulter les prix avant. Aurchat est confiant dans le fait que de nombreux hôpitaux privés accepteront de rejoindre le projet pavillon bleu. Preeyanan Lorsermwattana, qui dirige le Réseau des victimes de fautes professionnelles médicales, a déclaré hier qu'elle n'était pas encore au courant des détails concernant le plan "hôpital pavillon bleu", mais qu'elle était d'accord avec son principe. "C'est une bonne idée. Mais je dois souligner que nous aurons besoin d’une bonne mise en œuvre », a-t-elle déclaré. Un peu plus tôt cette année, le gouvernement a pris des mesures concrètes pour contrôler les prix des médicaments, y compris les médicaments et les services médicaux, après que de nombreux patients se sont plaints des coûts élevés imposés par les hôpitaux privés. Par exemple, un patient a récemment dû payer 30 000 Bt pour le traitement d'une diarrhée basique. Par ailleurs, une source bien informée a déclaré que le Département du commerce intérieur convoquera quelque 70 hôpitaux privés pour qu'ils expliquent pourquoi ils fixent des marges bénéficiaires aussi élevées pour les médicaments. "Certains médicaments sont vendus jusqu'à 8 766,79% de plus que les prix d'achat", a déclaré la source. Dans certains endroits, les patients cancéreux paient 400 000 Bt pour les médicaments dont le prix de revient est de 140 000 Bt. Les hôpitaux qui ne sont pas en mesure de justifier correctement la majoration de prix seront passibles d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à sept ans et / ou d’une amende de 140 000 Bt. https://forum.thaivisa.com/topic/1104982-blue-flag-scheme-for-hospitals-‘will-help-all-sides’/ Aurchat
  25. L'ex-Premier ministre en fuite, Thaksin Shinawatra, a été condamné aujourd'hui par contumace à deux ans de prison ferme, après avoir été reconnu coupable par la chambre criminelle "pour les politiques" de la Cour suprême, pour avoir autorisé une loterie nationale à deux et trois chiffres d’août 2003 à septembre 2006. Le tribunal a jugé que M. Thaksin avait ignoré les avertissements selon lesquels l'émission de billets pourrait être illégale, car aucune loi ne l'étayait, et il a alors ordonné au vice-ministre des Finances et directeur du Bureau des loteries du gouvernement (GLO) de poursuivre le projet. Selon le tribunal, le GLO a entraîné une perte d'exploitation d'environ 1,6 milliard de bahts. Le tribunal a également noté que le projet illégal de loterie avait incité le GLO à retirer 20 milliards de bahts de la caisse d'épargne du gouvernement en tant que réserves pour le projet de loterie. La cour a déclaré que M. Thaksin était pleinement conscient des risques, mais qu’il n’avait pris aucune précaution pour les atténuer. Quarante-sept personnes, dont des ministres et des fonctionnaires du gouvernement, qui participaient au projet illégal de loterie, avaient déjà été jugées et condamnées par la Cour suprême. Certains d'entre eux ont été condamnés à des peines de prison avec sursis, tels que l'ancien vice-ministre des Finances, Warathep Rattanakorn, l'ancien secrétaire permanent des Finances, Somjainoek Engtrakul et l'ancien directeur du GLO, Chaiwat Pasokpakdi. En avril de cette année, Thaksin a été condamné à trois ans de prison pour le prêt de 4 milliards de bahts accordé par la Thai Exim Bank au gouvernement du Myanmar pour le développement des télécommunications. La majeure partie du prêt a toutefois été utilisée pour acheter du matériel et des services à Shin Satellite Company, une filiale de Shin Corp, qui appartenait à Thaksin et à sa famille à l’époque. Il a également été condamné à deux ans d'emprisonnement pour conflit d'intérêts dans le cadre d'un contrat foncier sur la route de Ratchadapisek, qui a été acheté par son épouse, Khunying Potjaman. https://forum.thaivisa.com/topic/1104989-thaksin-gets-two-years-in-prison-over-2-and-3-digit-lottery-project/ Voici l'explication de cette histoire de loterie : L’affaire de la loterie impliquait la mise en place en 2003 d'une loterie nationale imitant la loterie clandestine illégale, un jeu flexible dans lequel les gens pouvaient choisir des numéros à deux et trois chiffres et miser de petites sommes, système plus populaire que le système officiel de billets de loterie à numéros fixes qui offre moins d'opportunités de gains. La loterie illégale est extrêmement populaire et le stratagème de Thaksin était de détourner une partie de l’argent joué dans la loterie illégale vers les coffres du gouvernement. Le tribunal a estimé que M. Thaksin avait ignoré les pratiques administratives habituelles lors du lancement de la nouvelle loterie, qui avait été abandonnée après un coup d'état contre lui.
×