Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 341
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Les restrictions dans les écoles, les transports publics, les événements sportifs doivent être levées Les restrictions existantes liées aux virus dans les établissements d'enseignement, les transports publics et les événements sportifs seront levées à partir de demain (13 août), a annoncé aujourd'hui l'administration en charge de Covid. Voici quelques détails: 1) Les établissements d'enseignement du pays seront autorisés à rouvrir pour dispenser l'enseignement et l'apprentissage comme par les autres années. Cependant, cette mesure est volontaire et pourra être appliquée ou pas en fonction de la situation et de la décision des responsables de l'école. 2) Les transports publics - terrestres et fluviaux - peuvent revenir à leur capacité normale, ce qui permettra d'accueillir le nombre maximum de passagers autorisé. 3) Les événements sportifs en extérieur ou en salle seront autorisés avec une assistance plus importante dans les stades, mais pas à 100 %. Les stades devront toujours avoir un nombre de spectateurs limités pour éviter que la situation ne devienne incontrôlable. https://forum.thaivisa.com/topic/1177392-restrictions-on-schools-public-transport-sports-events-to-be-lifted/
  2. Des autorités saisissent 30 millions de bahts de nettoyeurs haute pression après la mort d'un homme en train de laver une voiture Les agents des normes commerciales ont été photographiés avec 30 millions de bahts d'outils venant de l'étranger (euphémisme pour dire Chine ?). Les nettoyeurs étaient de mauvaise qualité. Les fonctionnaires ont saisi des pompes, des sprays haute pression et une foule d'autres équipements importés de l'étranger et vendus sur Facebook. Ces équipements ne répondent pas aux normes et exigeances de la Thaïlande. Des mandats de perquisition ont été émis et les autorités ont fouillé 3 lieux. L'intervention faisait suite à l'électrocution et à la mort d'un homme à Nonthaburi alors qu'il utilisait l'un des sprays haute pression sur un véhicule. Les enquêtes se poursuivent avec la possibilité que les importateurs encourent une peine de prison de 6 mois et / ou une amende de 100 000 bahts. On ne sait pas, à ce stade, si les outils ont pu entrer dans le pays alors qu'ils étaient défectueux. https://forum.thaivisa.com/topic/1177333-officials-seize-30-million-bahts-worth-of-pressure-washers-after-man-dies-washing-car/
  3. Le procureur général adjoint Nate Narksook, qui a approuvé la décision du parquet de ne pas poursuivre l'héritier de Red Bull Vorayuth Yoovidhya pour conduite imprudente causant la mort, a présenté sa démission. Nate est très contesté et se trouve au centre de toutes les attentions venant de toutes part. Il avait jugé bon de ne pas se présenter aux audiences des commissions d'enquête. On ne sait pas si, après sa démission, il acceptera de donner sa version des faits. Une déclaration du Bureau du Procureur général (OAG), rendue publique aujourd'hui, a indiqué qu'il avait soumis sa lettre de démission au Procureur général, M. Wongsakul Kittipromwong, pour prouver son honnêteté dans le traitement de l'affaire Vorayuth. Il n'a pas expliqué en quoi sa démission est une preuve d'honnêteté. La démission prendra effet une fois qu'elle aura été approuvée par le procureur général. Dans déclaration, Nate Narksook insiste sur le fait qu’il s’est acquitté de ses fonctions comme il lui a été assigné et qu’il avait approuvé la décision des procureurs au nom de M. Songsakul qui, à l’époque, travaillait pour d’autres affaires. Le procureur général adjoint devait prendre sa retraite à l'âge de 65 ans, le 30 septembre, mais, selon la loi sur les procureurs publics, il pouvait demander une prolongation de ses fonctions jusqu'à l'âge de 70 ans, pour devenir procureur principal. https://forum.thaivisa.com/topic/1177303-deputy-attorney-general-in-red-bull-heir-case-quits/
  4. Le procureur général adjoint Nate Narksook, qui a approuvé la décision du parquet de ne pas poursuivre l'héritier de Red Bull Vorayuth Yoovidhya pour conduite imprudente causant la mort, a présenté sa démission. Nate est très contesté et se trouve au centre de toutes les attentions venant de toutes part. Une déclaration du Bureau du Procureur général (OAG), rendue publique aujourd'hui, a indiqué qu'il avait soumis sa lettre de démission au Procureur général, M. Wongsakul Kittipromwong, pour prouver son honnêteté dans le traitement de l'affaire Vorayuth. Il n'a pas expliqué en quoi sa démission est une preuve d'honnêteté. La démission prendra effet une fois qu'elle aura été approuvée par le procureur général. Dans déclaration, Nate Narksook insiste sur le fait qu’il s’est acquitté de ses fonctions comme il lui a été assigné et qu’il avait approuvé la décision des procureurs au nom de M. Songsakul qui, à l’époque, travaillait pour d’autres affaires. Le procureur général adjoint devait prendre sa retraite à l'âge de 65 ans, le 30 septembre, mais, selon la loi sur les procureurs publics, il pouvait demander une prolongation de ses fonctions jusqu'à l'âge de 70 ans, pour devenir procureur principal. https://forum.thaivisa.com/topic/1177303-deputy-attorney-general-in-red-bull-heir-case-quits/
  5. La banque centrale thaïlandaise dit qu'elle ne résistera pas aux forces du marché alors que le baht grimpe BANGKOK (Reuters) - La banque centrale thaïlandaise ne peut pas maintenir le baht à des niveaux qui vont à l'encontre des forces du marché, a déclaré mardi une gouverneur adjoint, alors que la devise thaïlandaise se renforçait. La fixation des taux de change à certains niveaux ouvrirait la porte à la spéculation sur les devises et affecterait l'économie globale, a déclaré Chantavarn Sucharitakul dans un communiqué. Les marchés financiers mondiaux seront probablement plus volatils à l'avenir et les entreprises liées au commerce devraient prêter attention à la gestion du risque de change, a-t-elle déclaré après une réunion entre la banque centrale et le Thai National Shippers 'Council. Le baht a augmenté à 31,06 pour un dollar mardi après avoir atteint un point haut la semaine dernière. L'association des exportateurs a déclaré la semaine dernière que le baht à 33 - 34 pour un dollar aiderait les exportations. Le baht en est loin. -- -- REUTERS
  6. Un touriste s'est noyé et un homme de 63 ans est toujours porté disparu, présumé noyé, après qu'un bateau d'excursion a chaviré lors d'un orage soudain dans la baie de Thong Nian, au large du district de Khanom à Nakhon Si Thammarat hier. Le drame s'est produit vers 15 heures quand une tempête soudaine a renversé le bateau. Tout le monde s'est retrouvé à l'eau. La recherche a été rapidement organisée après que la police a appris le chavirement. Le capitaine du bateau d'excursion et 6 des 8 touristes ont été retrouvés et ramenés à terre, humides mais en sécurité. Les touristes secourus sont un homme de 34 ans, 2 femmes âgées de 27 et 40 ans, 2 garçons de moins de 10 ans et une fillette de 8 ans. Le corps d'un homme de 54 ans, Manas Hadkaew, a été retrouvé. Mort. Yongyuth Jaisabai, 63 ans, est toujours porté disparu. Le gouverneur de la province Siripat Patkul a déclaré que le bateau emmenait les touristes voir des dauphins roses. Presque chaque matin, on peut observer un groupe d'environ 10 dauphins roses de 2 mètres dans la baie de Thong Nian. Ils nagent à côté des bateaux de pêche. La recherche se poursuit pour l'homme disparu. On suppose que les touristes sont tous Thaïlandais.
  7. Le département des Transports terrestres ne révoquera pas les permis de conduire permanents BANGKOK (NNT) - La semaine dernière, des articles annonçaient que le département des transports terrestres révoquerait les permis de conduire permanents et que les titulaires de permis devront subir à nouveau le test. Cela ne concerne pas les personnes qui doivent refaire leur permis tous les 5 ans. Cela concerne principalement les seniors dont les capacités cognitives ne sont plus au maximum et qui obtenu, il y a longtemps, un permis "à vie". Le département vient de préciser qu’il n’y aura pas de révocation, mais qu’il cherche un moyen de s'assurer que les conducteurs titulaires d’un permis permanent conduisent en toute sécurité. Le département des Transports terrestres a écrit sur sa page Facebook qu'il confirme qu'il n'y aura pas de révocation des permis de conduire permanents ni de nouvel examen du permis de conduire, contredisant ainsi des rumeurs largement diffusées sur les réseaux sociaux. Cependant, pour la sécurité de tous les usagers de la route, le département trouvera un moyen d'écarter ceux qui n'ont plus la capacité de conduire ou qui ont une maladie affectant leurs performances au volant en matière de sécurité. https://forum.thaivisa.com/topic/1177143-department-of-land-transport-will-not-revoke-permanent-driving-licenses/ Cette mesure était anecdotique puisque les vieux ne sont pas responsable du carnage routier mais elle montrait que les autorités cherchaient à réduire le nombre extravagant d'accidents. A contrario, l'abandon de cette mesure montre que les autorités ne sont pas pugnaces dans leur lutte conter l'insécurité routière. image d’archive
  8. L'activité de livraison de nourriture est en plein essor pendant l'épidémie de Covid-19 Depuis le confinement (maintenant levé) obligeant les gens à rester chez eux, les activités de livraison de nourriture sont en plein essor au cours des quatre derniers mois. Pas moins de 20 000 petits et moyens restaurants ont rejoint les plates-formes de livraison de nourriture au premier semestre de cette année, le nombre de livraisons de nourriture augmentant de 150% par rapport à la même période l'an dernier. De plus, de nombreux nouveaux opérateurs sont entrés sur le marché de la livraison de nourriture, qui était dominé par quatre grands acteurs - Foodpanda, Lineman, Grab Food et GET Food. Le centre de recherche de Kasikorn prévoit une concurrence intense dans le secteur de la livraison de nourriture au second semestre, maintenant qu'il y a plus d'acteurs locaux et étrangers. En outre, de nombreux opérateurs thaïlandais suivent un tout nouveau modèle commercial, tel que maintenir les prix bas en ne collectant pas les frais de service des restaurants, en ajoutant des fonctionnalités supplémentaires à leurs applications et même en donnant aux clients la possibilité de comparer les prix. Kasikornn, cependant, estime que le boom des activités de livraison de nourriture pourrait se calmer au second semestre, à moins qu'il n'y ait une deuxième vague d'infections à Covid-19. Kasikorn a estimé que l'industrie de la livraison de nourriture augmentera de 17% au second semestre par rapport à la même période l'année dernière, mais ce nombre pourrait augmenter de façon exponentielle pour atteindre 78 à 84% si les infections à Covid-19 reprennent. https://forum.thaivisa.com/topic/1177095-food-delivery-business-booms-amid-covid-19-outbreak/
  9. Thai Rath annonce que 3 000 enseignants étrangers originaires de nombreux pays avaient demandé à venir en Thaïlande pour enseigner dans des écoles privées. Le secrétaire de la Commission de l'enseignement privé, Akkaraphon Treuktrong, a déclaré que les enseignants seraient en poste dans des écoles internationales et autres dans tous le pays. Tous devront se soumettre à des contrôles de santé dans leur pays d'origine avant d'être autorisés à voler et ils subiront ensuite une quarantaine de 14 jours en Thaïlande pour laquelle ils devront se payer eux-mêmes. Il n'y aura pas d'exceptions et toute personne qui ne passe pas les tests et qui ne respecte pas les règlements stricts sera expulsée. Des enseignants étrangers ont déjà commencé à arriver. Les médias ont déclaré que 165 enseignants philippins sont arrivés sur un vol Philippines Air Asia ce week-end. Ils ont été mis en quarantaine dans les installations de quarantaine alternative de l'État (ASQ) à Bangkok et dans les environs avant de pouvoir se rendre dans leurs écoles. Ils faisaient partie du flux de rapatriés thaïlandais et d'étrangers qui ont été autorisés à entrer dans le royaume par les aéroports de Don Muang et Suvanabhumi ces derniers jours. Un vol - KL875 - a convoyé 109 étrangers arrivant du Brésil, d'Australie et de nombreux pays européens. Les étrangers sont pour la plupart du personnel d'ambassade, des hommes d'affaires basés en Thaïlande et des personnes recherchant des soins médicaux. Tous sont mis en quarantaine. Hier Trois Thaïlandais rapatriés ont été testés positifs au coronavirus, une arrivant d'Indonésie et deux étudiants d'Arabie saoudite. https://forum.thaivisa.com/topic/1177166-three-thousand-foreign-teachers-waiting-to-return-to-thailand-165-filipinos-arrived-at-weekend/
  10. Bangkok (VNA) - L'Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) vient de présenter trois scénarios pour la reprise du secteur touristique thaïlandais en 2021. Le chef du TAT, Yuthasak Supasorn, a déclaré que dans le scénario le plus pessimiste pour 2021, le pays accueillerait seulement 6,14 millions de touristes étrangers, dont la plupart seraient originaires d'Asie. Les revenus provenant des visiteurs internationaux en 2021 diminueraient à seulement 296 milliards de bahts (environ 9,5 milliards de dollars américains). Le nombre de sièges sur les vols internationaux ne représenterait que 15% de la capacité pré-pandémique. Le pire des scénarios pour le marché intérieur est un verrouillage à l'échelle nationale qui ferait chuter la croissance économique de 8% d'une année sur l'autre, entraînant 68,4 millions de voyages pour toute l'année, générant 380 milliards de bahts. Le scénario de base est que le tourisme amorcerait une trajectoire de reprise au troisième trimestre de cette année, la Thaïlande accueillant des touristes des pays voisins. Les touristes européens devraient revenir progressivement pendant les vacances d'été de juillet-août 2021, avant de rebondir pleinement en fin d'année prochaine. Dans ce scénario, le Royaume recevrait 12,5 millions de voyageurs internationaux qui généreraient 618 milliards de bahts de recettes, le nombre de sièges passagers atteignant 30% de la capacité pré-pandémique. Dans le meilleur des cas, les recettes totales provenant des touristes étrangers atteindraient 1,52 billion de bahts, la reprise atteignant son rythme le plus rapide au deuxième trimestre de l'année prochaine. Ce scénario envisage une capacité de sièges des compagnies aériennes à 50% des niveaux d'avant la propagation du COVID-19 et un total de 20,5 millions de touristes, venus principalement d'Asie et d'Europe. Même si l’épidémie représente un défi majeur pour le secteur, l’image positive du système de santé publique thaïlandais renforcera la confiance des touristes, a déclaré Yuthasak Supasorn. Au cours du premier semestre de cette année, 6,69 millions de touristes étrangers se sont rendus en Thaïlande, soit une chute de 66% par rapport à la même période de l’année dernière. La TAT prévoit que leur nombre chutera à 7 millions cette année, contre un record de 39,8 millions en 2019, si la Thaïlande ferme toujours ses portes aux vols internationaux au quatrième trimestre 2020. -VNA https://fr.vietnamplus.vn/thailande-les-arrivees-etrangeres-en-2021-pourraient-etre-aussi-faibles-que-61-millions/143129.vnp image d'archives REUTERS
  11. Trois motards tués dans un accident sur l'autoroute de Suphanburi Le commissariat de police de Sriprajan à Suphanburi a été informé d'un accident dimanche 9 août sur la route n ° 340 Chai Nat - Suphan Buri, à Wangnamsub. Ronnachai Wongsudin, 20 ans, et Warakorn Intharajorn, 22 ans, sont morts sur le coup tandis que la troisième victime, Apirak Phoreun, 29 ans, a été transportée d'urgence à l'hôpital de Sriprajan, mais a ensuite succombé à ses blessures. Des témoins auraient déclaré aux autorités que les victimes étaient des motards faisant partie du groupe de motards appelé «Two-Wheel Lady». Les motards rentraient chez eux après une excursion qui avait pour but de prier dans un temple de la province de Sing Buri. On ne connaît pas la cylindrée des motos. «Les trois motos ont accéléré pour passer au vert à l'intersection de Sam Koh, lorsqu'un camion à six roues, qui remorquait un bus, a croisé leur chemin», a déclaré un témoin. «Le câble de remorquage était assez long et les motards ont peut-être été incapables de le voir de loin. Ils ont donc heurté violemment le câble, ce qui les a fait valdinguer dans les airs avant de retomber lourdement sur la route." Sakon Wutthichai, 48 ans, le chauffeur du camion, aurait déclaré aux policiers qu'il conduisait le camion d'Ang Thong à Ayutthaya, tout en remorquant le bus qui transportait les employés d'une usine, car il était à court d'essence. La police examine les images de vidéosurveillance pour déterminer la cause de l'accident. En d'autres termes si quelqu'un a grillé le feu rouge. Le carnage routier en Thaïlande ne cesse pas mais on n'en parle pas tous les jours pour ne pas donner l'impression de critiquer. Cependant, il faut régulièrement rappeler que les routes du pays sont bien plus dangereuses que Covid. https://forum.thaivisa.com/topic/1177023-three-bikers-killed-in-accident-on-suphanburi-highway/
  12. Les universitaires et les politiciens de l’opposition ont averti les institutions politiques thaïlandaises d’accepter les revendications des manifestants pro-démocratie et de se réformer pour éviter une aggravation du conflit actuel. L'arrestation et la libération des principaux dirigeants de la manifestation est une tactique d'intimidation adoptée par le gouvernement parrainé par l'armée, visant à ralentir l'élan des manifestations en faveur de la démocratie, a déclaré Titipol Phakdeewanich, doyen de la faculté de sciences politiques de l'Université Ubon Rathchathani à The Nation dimanche (9 août). Il a fait ce commentaire en réponse à la libération sous caution d'Anon Nampha, un éminent activiste et avocat, et de Phanuphong Chatnok, un leader clé du mouvement de la jeunesse libre, samedi. Anon lui-même avait remercié samedi le tribunal correctionnel, affirmant qu'il avait confiance dans le tribunal, qui ne suivait pas la ligne excessive imposée par la police contre les manifestants. Titipol a déclaré qu'il n'y aurait peut-être pas de changement politique significatif immédiatement. Les institutions n'ont pas été réformées depuis le coup d'État militaire de 2014, fomenté par le général Chan-o-cha. Ces "institutions" ne font que diriger le pays dans leur propre intérêt, a-t-il soutenu. Il pense que les manifestations en cours donnent matière à réflexion et incitent aux réformes. «Les institutions politiques ne peuvent plus utiliser la propagande politique comme un outil efficace pour faire taire les voix dissidentes, car les gens ont accès aux informations», a-t-il souligné. Pour éviter la confrontation, les "institutions" doivent accepter les revendications des manifestants et se réformer », a-t-il dit en précisant qu'il visait l'armée et ses alliés. Les manifestants dirigés par des jeunes exigent que le gouvernement dissolve le Parlement, cesse d'intimider les citoyens et réécrive la Constitution. Suite à un flash mob dans centre-ville de Bangkok samedi soir et à des rassemblements politiques dans d'autres provinces dimanche, les manifestants prévoient d'organiser un grand rassemblement le 16 août au Monument de la démocratie à Bangkok. Certains universitaires favorables à la démocratie, dont Pavin Chachavalpongpun, professeur thaïlandais à l'Université de Kyoto en exil au Japon, et Somsak Jeamteerasakul, un éminent historien en exil en France, ont blâmé via Facebook des politiciens et d'autres institutions pour ne pas avoir fait suffisamment d'efforts pour réponse aux demandes des manifestants. Teerajchai Phunthumas, député du parti Move Forward, a déclaré à The Nation que son parti mettait souvent en évidence les nombreuses lacunes de la Constitution lors des débats parlementaires, soulignant le manque de participation des citoyens au processus de rédaction. «En ce qui concerne la manifestation actuelle, nous voulons laisser les manifestations étudiantes se dérouler naturellement», a-t-il déclaré. La manifestation actuelle présente plus de similitudes avec le premier soulèvement étudiant en 1973 qu'avec les manifestations ultérieures menées par les mouvements des chemises rouges et jaunes planifiées par des groupes politiques, et non d'étudiants, a-t-il expliqué. Des politiciens du côté gouvernemental, tels que Suporn Atthawong, vice-ministre du Cabinet du Premier ministre, ont exprimé leur opposition au grand rassemblement prévu le 16 août. Il a fait valoir que le Premier ministre Prayut Chan-o-cha avait déjà promis de modifier la Constitution. Mais Teerajchai a contré l'affirmation de Suporn, affirmant que la promesse du gouvernement n'était qu'une manœuvre pour gagner du temps. Toutes les promesses de réforme de Chan-o-cha, comme celle de la police sont restées lettres mortes. «Le gouvernement peut réécrire la Constitution tout de suite, car il existe un consensus sur le fait que la Constitution actuelle comporte de nombreux défauts; par exemple, le système de 250 sénateurs nommés par l'armée est antidémocratique et constitue un outil qui permet aux militaires de maintenir leur pouvoir autoritaire », a-t-il déploré. Pendant ce temps, Chaturon Chaisang, un éminent politicien de l'opposition, a écrit dimanche sur sa page Facebook que pour sortir de la crise politique actuelle, il faut d'abord une réécriture partielle de la Constitution, abolissant les sénateurs, suivie de la dissolution du Parlement et la tenue d’élections générales. Puis une refonte totale de la dite constitution par les élus. https://forum.thaivisa.com/topic/1176977-heeding-demands-of-pro-democracy-protesters-only-way-out-of-current-political-impasse/ La situation s'est considérablement détériorée ces dernières heures : Plusieurs manifestations dans différentes villes du pays. Des groupes de loyalistes ont l'intention de contre-manifester. C'est ce genre d'action qui justifie les coups d'état à répétition que connaît la Thaïlande depuis près de 100 ans. Les intimidations se multiplient. Huit dirigeants ont été détenus 8 heures par des officiers qui n'ont pas dit pour quelle agence ils travaillaient (police, armée, autre). Les jeunes se font plus précis quant à leurs revendications vis à vis des "institutions". La censure ne permet pas d'en parler. Le premier ministre est accusé de ne pas avoir tenu sa promesse de ne pas pourchasser les manifestants.
  13. Il est peu probable que la Thaïlande rouvre ses frontières aux touristes internationaux cette année, a prédit un vice-gouverneur de la Tourism Authority of Thailand (TAT). S'exprimant lors d'un webinaire organisé par le bureau du tourisme du Mékong et TravelMole, Chattan Kunjara Na Ayudhya, vice-gouverneur de TAT, a déclaré qu'il n'y avait pas eu de discussion ou de calendrier pour la réouverture du pays aux voyages d'agrément. Il a ajouté que dans le cadre de l'approche «très, très prudente» du gouvernement pour rouvrir les frontières, il ne s'attend pas à ce que la Thaïlande accueille les visiteurs de loisir (touristes) avant 2021. Na Ayudhya ajoute : «Je ne vois aucun signal du gouvernement selon lequel le pays ouvrira cette année. Cela met beaucoup de pression sur l’industrie du tourisme. La période de Noël, généralement la haute saison, est en danger et même le Nouvel An chinois en février s'annonce mal. Malheureusement, ce n’est pas une image optimiste. » Il a ajouté que les discussions sur la création de bulles de voyage ont également été interrompues. Na Ayudhya précise : «Le mois dernier, il a été question de créer des bulles de voyage. Cette discussion ne s'est pas poursuivie en raison d'épidémies dans de nombreux pays dont nous espérions attirer des touristes, y compris le Vietnam. Cependant, la liste des groupes autorisés à entrer en Thaïlande en vertu de mesures strictes a été élargie pour inclure des diplomates, des fonctionnaires de l'ONU, ainsi que des hommes d'affaires et des investisseurs, les équipes de tournage et le personnel des expositions. Ceci ne s'applique qu'aux visiteurs du Japon, de Corée du Sud, de Singapour, de Chine et de Hong Kong. Chaque arrivant doit passer 14 jours en quarantaine. La Thaïlande s'ouvrira également à certains pays pour le tourisme médical. Na Ayudhya a ajouté que des plans sont en cours d'élaboration concernant des bulles de voyage si tous les visiteurs passent au moins 30 jours dans le pays. Ce serait dans des zones désignées - probablement des îles, telles que Koh Samui ou Phuket. Cela signifie que les touristes passeraient 14 jours en quarantaine et 14 jours dans l’île en question, sans pouvoir bouger. La clientèle pour ce genre de tourisme est restreinte. «À l'heure actuelle, cela n'avance car le gouvernement adopte une attitude attentiste. Les autorités veulent voir comment les équipes de tournage et les diplomates s'en sortent. Il y a encore beaucoup de nervosité », dit-il. Avec les incertitudes entourant la réouverture des frontières aux voyages internationaux, les opérateurs touristiques thaïlandais proposent un nouveau plan de tourisme local, appelé Safe and Sealed. Le programme est conçu pour aider les entreprises touristiques à éviter les licenciements cette année, si les frontières thaïlandaises restent fermées aux visiteurs internationaux. Lors d'une réunion conjointe du ministère du Tourisme et du secteur privé présidée par le ministre Phiphat Ratchakitprakarn, des acteurs du tourisme ont proposé d'autoriser les touristes à entrer en Thaïlande au 4e trimestre. Par rapport au système de bulles de voyage, le plan prévoit des procédures de dépistage plus sûres et plus flexibles pour de nombreux pays, a-t-il ajouté. Selon le plan, a expliqué Vichit Prakobgosol, président de l'Association des agents de voyages thaïlandais, seuls les visiteurs arrivant de destinations / villes avec zéro infection depuis au moins 30 jours seront sélectionnés, et ils pourront voyager et séjourner dans les hôtels et provinces désignés. La clientèle pour ce genre de tourisme est également restreinte. D'autres protocoles de sécurité comprendront un certificat médical 72 heures avant les vols, ainsi que des assurances et des tests à l'arrivée. Vichit affirme que même si la Thaïlande autorise l'entrée de certains groupes d'étrangers, ils seront moins de 100000, ce qui est insuffisant pour soutenir l'industrie du tourisme. Il faudrait attirer au moins 500 000 touristes en Thaïlande et générer 50 milliards de bahts de revenus. Le gouverneur du TAT, Yuthasak Supasorn, a déclaré le chômage dans le secteur pourrait atteindre 2,5 millions de personnes. https://forum.thaivisa.com/topic/1176983-tat-deputy-governor-dashes-hopes-of-2020-reopening-for-thailand’s-international-borders/
  14. Le CCSA a accepté de permettre aux écoles de rouvrir normalement, provisoirement le 13 août, sans avoir besoin de distanciation sociale, mais les élèves seront tenus de tenir un registre quotidien de l'endroit où ils vont après l'école. L'Office of Basic Education Commission (OBEC) a proposé la réouverture normale de 4500 écoles sous sa supervision au CCSA, maintenant que la situation de COVID-19 en Thaïlande s'est améliorée, sans une seule infection locale depuis plus de deux mois. Lors du déconfinement, les écoles ont été partiellement rouvertes, les élèves fréquentant les classes un jour ou une semaine sur deux, afin de réduire le nombre d'élèves dans les écoles. Le ministre de l'Éducation, Nuttapol Teepsuwan, qui a assisté à la réunion du CCSA, a déclaré avoir confiance dans la gestion de la sécurité publique par les professionnels de la santé thaïlandais. Il a rappelé aux enseignants, aux élèves et à leurs parents la nécessité pour les élèves de tenir des registres quotidiens de leurs déplacements après l'école. Thaivisa en français note qu'il n'est pas besoin d'une application spéciale ni de noter sur un cahier, Google nous suit en permanence et peut rédiger des rapports sur nos déplacements. En ce qui concerne le format et le contenu de l'enseignement, M. Nuttapol a déclaré qu'en raison des circonstances inhabituelles, ils doivent être ajustés afin que le temps que les élèves passent en classe soit réduit au minimum. Le ministre de l'Éducation a noté que, puisque la réouverture normale des écoles, telle qu'approuvée par le CCSA, est un essai, elle n'a pas besoin de l'approbation formelle du CCSA, juste du consentement du premier ministre Prayut Chan-o-cha, attendu ce lundi. En raison de l'accès inégal à l'enseignement en ligne, M. Nuttapol a déclaré que l'évaluation uniforme de l'apprentissage ne peut pas être appliquée. L'enseignement en ligne, même pour les écoles et élèves bien équipés n'aura pas été une grande réussite. https://forum.thaivisa.com/topic/1176980-schools-tentatively-set-to-reopen-as-normal-on-august-13th/
  15. Le procureur adjoint ne se présente pas à une audience indépendante sur l'abandon des accusations de Vorayuth À l’audience d’hier sur l’abandon de l’accusation de «conduite imprudente causant la mort» de Boss Yoovidhya, l’homme qui a approuvé l’abandon des charges n’a même pas pris la peine de se présenter. Un panel, dirigé par un juriste important, Borwornsak Uwanno, a convoqué le sous-procureur général Nate Naksuk pour qu'il donne sa version devant le comité indépendant pour déterminer ce qui a conduit à l'abandon des charges. Mais il ne s'est pas présenté aux audiences. Nate est dans le collimateur de tous les Thaïlandais ils ne comprennent pourquoi il a abandonné les charges au risque de déstabiliser le pays. Les manifestants anti-gouvernementaux s'appuient sur ce cas pour prouver l’injustice qui, selon eux, prévaut, dans le pays. Le porte-parole du Bureau du Procureur général, Prayuth Phetkhun, ainsi qu’un groupe de procureurs impliqués dans l’affaire, ont assisté à l’audience d’hier qui a duré environ 5 heures. Trois principaux comités ont été créés pour examiner l’abandon de la plus grave des accusations portées contre Boss, l’accusation de «conduite imprudente causant la mort». En tout, huit commissions travaillent sur le cas. La décision, qui n'a pas été initialement rendue publique en Thaïlande mais publiée dans un article sur CNN.com, a suscité l'indignation du public. Le premier comité a été mis en place par le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha. Les deux autres ont été lancés par le bureau du procureur général et la police royale thaïlandaise pour examiner leurs rôles dans l'imbroglio. Borwornsak Uwanno dit qu'il s'assurera que le procureur adjoint se présente pour clarifier son rôle dans la question. Il n’a fourni aucun commentaire sur les raisons pour lesquelles Nate n’a pas assisté à l’audience. «Il devra comparaître devant le panel un jour ou l'autre.» 2 autres personnes impliquées dans l’affaire de l’héritier Red Bull ont pu fournir des témoignages précieux. • Somjai Tosukolwan a occupé le poste de chef adjoint du Département du contentieux du sud de Bangkok lorsque l'affaire a été portée devant le parquet. • Nipaporn Rujanawong a recommandé d’abandonner l’examen de la demande de M. Vorayuth qui souhaitait un "traitement équitable" (comprendre "indulgent"). M. Borwornsak a déclaré que l’affaire délictueuse avait révélé les faiblesses dans les processus judiciaire du procureur général du pays. À la suite de la procédure, il a été constaté que Yoovidhya, par l’intermédiaire de ses avocats, avait utilisé la «demande d'un traitement équitable» pour bloquer les comparutions de Boss devant un tribunal. Boss a demandé plus de 10 fois un «traitement équitable». Le comité d'enquête indépendant a recueilli des informations sur le lieu et la manière dont ces demandes ont été soumises. L'affaire serpente dans le système judiciaire depuis septembre 2012, lorsque la Ferrari grise, conduite par Vorayuth 'Boss' Yoovidhya a percuté l'arrière d'une moto conduite par un policier de 47 ans qui a été tué après avoir été traîné sur des centaines de mètres à Thong Lor, Bangkok. Boss a pu se soustraire à sa comparution devant le tribunal pour faire face à une série d’accusations une dizaine de fois en invoquant des «réunions d’affaires» et en remettant en question son «traitement équitable». Il a finalement quitté le pays en 2017 en utilisant le jet privé de la famille, s'envolant pour Singapour, abandonnant l'avion puis se rendant au Royaume-Uni. Il a été vu dans des soirées VIP Red Bull depuis - les médias ont pu le retrouver à plusieurs reprises et prendre des photos. Les audiences se poursuivront sur la décision d'abandonner les charges contre Boss aujourd'hui et demain. https://forum.thaivisa.com/topic/1177016-deputy-ag-fails-to-show-up-at-an-independent-hearing-into-the-dropping-of-‘boss’-charges/
  16. Un motocycliste a été assassiné à Bangkok la nuit dernière pour un collier d'un poids d'un baht d'or qu'il portait autour du cou. Un homme qui allait récupérer sa petite amie à Pahonyothin Soi 54/1 a déclaré que deux hommes à moto l'avaient accosté près du pont Duang Manee mais qu'il avait réussi à s'échapper. Malheureusement, la personne qui le suivait à moto n'a pas eu cette chance. Les motocyclistes ne se connaissaient pas. La victime a été poignardée dans le dos et le bras et les bandits ont volé son collier. Les médias ont rapporté que la victime a été transportée à l'hôpital mais est décédée. Les 2 malfrats roulaient sur une Honda Wave sans plaque. Ils étaient tous deux vêtus de noir avec un pantalon long. Le passager portait un casque vert. Les médias ont déclaré que le prix de l'or est élevé en ce moment et que les gens ne devraient pas porter de bijoux lorsqu'ils sortent. Après la pandémie, le prix du baht d'or à Bangkok est désormais d'environ 30 000 bahts, note Thaivisa, contre environ 23 000 bahts en février. La police Sai Mai dans le nord de Bangkok mène une enquête. https://forum.thaivisa.com/topic/1177003-price-of-gold-is-high-price-of-death-is-one-necklace-motorcyclist-murdered-in-bangkok/
  17. TOKYO / BANGKOK - Pour l'opérateur de magasins de proximité FamilyMart, le signe de problèmes en Thaïlande peut être attribué à son déploiement de marmites à ragoût japonaises dans les magasins qui rebutent les clients qui ne connaissent pas. L'offre de ce plat, très populaire sur le marché domestique, n'a jamais gagné beaucoup de terrain à l'extérieur. «Je n'ai jamais essayé cela auparavant», a déclaré un client sortant du magasin. "Je n'aime pas l'odeur du poisson", a commenté un autre. Avec des résultats médiocres FamilyMart a transféré en mai sa participation de 49% dans sa joint-venture thaïlandaise à son partenaire Central Group, actant une sortie effective. Ce retrait n'est que le dernier problème sur les marchés asiatiques. Pourtant, alors que le marché japonais vieillissant continue de se contracter, FamilyMart doit se tourner vers les marchés étrangers pour une croissance à long terme. "Malheureusement, le match est perdu en Thaïlande", a déclaré un cadre de FamilyMart. Les magasins conserveront toujours le nom de l'entreprise. Mais il s'agit en fait d'un retrait complet du marché. FamilyMart a ouvert son premier magasin de proximité thaïlandais en 1993. Mais pendant les décennies suivantes, la chaîne s'est heurtée à des barrières culturelles locales. La chaîne de magasins de proximité japonaise Seven-Eleven, le plus grand rival de FamilyMart, a finalement pris le dessus en Thaïlande en s'associant à Charoen Pokphand, le premier conglomérat du pays. Aujourd'hui, les magasins 7-Eleven sont omniprésents dans le pays avec environ 12 000 points de vente disséminés partout. Seven-Eleven a tiré parti de la taille monstrueuse de Charoen Pokphand dans l'approvisionnement alimentaire et la logistique. En revanche, FamilyMart n'est pas allé au delà d'environ 1 000 magasins de proximité. «Parce que [FamilyMart] n'a pu installer que partiellement l'entreprise, il n'a pas pu capter un large public », a déclaré Kenichi Shimomura, du cabinet de conseil allemand Roland Berger. En Chine, la société a ouvert 2 800 emplacements après s'être installée en 2004. Cette échelle a valu à FamilyMart la distinction de plus grand opérateur étranger de magasins de proximité, surpassée seulement par quatre rivaux locaux. A Taiwan, FamilyMart a intenté une action juridique en 2018 pour dissoudre son partenariat avec le groupe Ting Hsin. En Corée du Sud, FamilyMart avait réussi sa plus grande implantation à l'étranger avec 8 000 sites. Mais cela est parti en fumée en 2014 lorsque la société a quitté le partenariat avec BGF Retail, de Séoul, car leurs liens se sont détériorés. «Une relation avec un partenaire local est l'aspect le plus important à l'étranger», a déclaré un cadre d'une chaîne japonaise rivale. En septembre 2016, le président de FamilyMart, Takashi Sawada, a annoncé l'objectif ambitieux d'avoir plus de 10 000 sites à l'étranger d'ici 2021. Mais le décompte n'est plus que d'environ 8 000 sur sept marchés asiatiques. Le leadership d'Itochu, nouveau partenaire prioritaire de Family Mart, jouera un rôle crucial pour déterminer si le changement stratégique à l'étranger de FamilyMart porte ses fruits. https://forum.thaivisa.com/topic/1176984-familymart-looks-to-halt-asia-losing-streak-after-thailand-retreat/
  18. La Thaïlande fait partie des sept pays et territoires classés dans le dernier avis aux voyageurs américains comme étant à faible risque d'infection au COVID-19. Le professeur Dr Nop Siriruek Songsivilai, secrétaire général du Comité national de recherche, a déclaré dimanche que l'inclusion de la Thaïlande dans la liste des pays à faible risque était une information importante et une bonne nouvelle pour le pays. Les autres endroits à faible risque de la liste sont la Nouvelle-Zélande, les Fidji et des îles des Caraïbes dont Bonorae, Saba et Saint Barthélemy. L'avis de voyage a été préparé par le Département d'État américain et les Centers for Diseases Control (CDC) sur la base d'évaluations périodiques des infections, des incidents de voyage, d'infrastructures de santé de base et de professionnels de la santé, ainsi que de la gestion du contrôle des maladies dans chaque endroit. Sur les 241 pays et territoires du monde, 207 appartiennent au groupe à haut risque, 13 au groupe à très faible risque qui comprend le Brunei, le Laos, Macao, Taiwan, le Timor-Leste. Certains territoires ne sont pas classés car les informations sont insuffisantes pour permettre leur évaluation. https://forum.thaivisa.com/topic/1176930-thailand-listed-in-us-travel-advisory-as-one-of-seven-covid-19-low-risk-locations/
  19. agence gouvernementale - Le Thailand Development Research Institute soutient le projet qui obligeraient les personnes âgées de nouveaux tests de conduite si elles ont un permis de conduire à vie, en particulier les automobilistes âgés de 70 ans et plus, dans un souci de sécurité publique. Le problème ne se pose pas pour les plus jeunes puisqu'ils n'ont pas de permis de conduire à vie et doivent passer un test tous les 5 ans. Sumet Ongkittikul, directeur de recherche de TDRI a déclaré que l’idée du Département des transports terrestres de rappeler les permis de conduire à vie était un sujet de discussion parmi les universitaires depuis longtemps car elle concerne la sécurité routière. La délivrance de permis de conduire à vie s'est arrêtée dans le monde entier. Rappeler les permis "à vie" est aussi une politique des pays qui avaient délivré des permis de conduire à vie, y compris le Japon qui est une société vieillissante, comme la Thaïlande, a-t-il dit. Lorsque les conducteurs japonais sont vieux, ils sont encouragés à rendre leur permis de conduire pour la sécurité publique. Les personnes âgées perdent leurs compétences de conduite et souffrent également de maladies chroniques susceptibles d'entraver la conduite et de provoquer des accidents, a déclaré M. Sumet. Il a suggéré que la nouvelle politique soit d'abord appliquée aux personnes âgées de 70 ans et plus puis évaluée avant d'être étendue aux personnes âgées de 65 ans et plus. Il a déclaré que les conducteurs de moins de 60 ans devraient être épargnés pour réduire les coûts. Les automobiliste de plus de 70 ans ne sont pas responsables du carnage routier thaïlandais mais toute mesure draconienne est un pas de plus vers les vraies décisions toujours attendues. https://forum.thaivisa.com/topic/1176880-tdri-backs-fresh-driving-tests-for-the-elderly/
  20. Anon Nampa, à gauche, un éminent avocat des droits de l'homme, et Phanuphong Chatnok, membre de Eastern Youth for Democracy Le tribunal pénal de Ratchadaphisek Road à Bangkok a accordé samedi la liberté provisoire sous caution à deux militants - Anon Nampa, un éminent avocat des droits de l'homme, et Phanuphong Chatnok, membre de Eastern Youth for Democracy. Karom Polpornklang, député de Move Forward Party, qui est également l'avocat des deux militants, a déclaré que la mise en liberté provisoire était conditionnée à ce que les deux ne répètent pas les activités qui ont conduit à leurs accusations, c'est à dire : cessent de manifester. La libération a eu lieu après que la police a demandé au tribunal de les maintenir en détention en attendant la fin de l'enquête. Ils sont inculpés de sept chefs d'accusation. Les accusations comprenaient la provocation de troubles, le rassemblement illégal de plus de 10 personnes pour organiser des activités qui ont causé des troubles, la tenue d'activités qui exposent le public à une contagion, le blocage des voies publiques, l'obstruction de la circulation, le placement d'objets dans les rues et l'utilisation de haut-parleurs électriques sans préalable approbation. Anon a insisté sur le fait qu'il n'avait pas provoqué de troubles. Il a ajouté que le gouvernement devrait écouter ceux qui ont des opinions différentes. Anon, 35 ans, est l'une des figures clés du rassemblement anti-gouvernemental depuis le 18 juillet. Phanuphong, 23 ans, avait tenu une pancarte pour protester contre le Premier ministre Prayut Chan-o-cha lors de sa visite à Rayong. Anon et Panupong semblaient en bonne santé lorsqu'ils sont sortis du tribunal et se sont engagés à continuer de protester. «Nous nous joindrons à des manifestations conformes à la constitution, a déclaré Anon. Il a dit qu'il avait toujours agi pacifiquement conformément à la constitution et que le gouvernement devrait cesser son harcèlement. Leur libération n’a toutefois pas apaisé plus de 1 000 manifestants qui ont organisé un rassemblement antigouvernemental dans le quartier commerçant de Bangkok. «Ne harcelez pas les citoyens», ont crié les manifestants sur un pont devant le centre commercial MBK malgré les appels de la police à se disperser. Le colonel de police Patikorn Sornchai a déclaré que les manifestants enfreignaient clairement la loi d'urgence après avoir reçu l'ordre de se disperser et qu'ils feraient l'objet d'une enquête. https://forum.thaivisa.com/topic/1176889-two-pro-democracy-activists-given-conditional-bail/
  21. L'administration en charge de Covid (CCSA) et divers ministères étudient une nouvelle étape de déconfinement, a déclaré le porte-parole du CCSA, le Dr Taweesin Visanuyothin. Les questions en suspens : 1. Cours à 100% à l'école, donc fin de l'enseignement en ligne à mi-temps. 2. Transport public sans limite. 3. Compétitions sportives avec spectateurs. 4. Restauration dans les avions. 5. Prolongation de l'heure de fermeture des lieux de divertissement de minuit à 2 heures du matin. Le comité, qui envisage une nouvelle phase de déconfinement, a accepté de permettre aux spectateurs d’assister à des événements sportifs et d’autoriser les commerçants chinois à entrer en Thaïlande pour acheter des fruits thaïlandais pour l’exportation. Le président du panel, le général Somsak Rungsita, qui est également secrétaire général du Conseil de sécurité nationale, a déclaré vendredi que son panel avait convenu, en principe, que les spectateurs seraient autorisés à assister à tous les événements sportifs, mais les mesures à appliquer pourraient différer, selon que les sports se déroulent à l'intérieur ou à l'extérieur. Il a déclaré que le panel attendra de recevoir plus de détails, sur les différentes mesures et les limites du nombre de spectateurs pour chaque événement sportif, de la part de l'Autorité sportive de Thaïlande. Il a déclaré que le panel a également discuté de la réouverture complète des écoles, qui dépendra de la préparation et de la volonté de chaque école, ajoutant que si une école préfère l'apprentissage en ligne, elle peut utiliser cette option. L'enseignement en ligne n'a pas donné satisfaction aux différents acteurs. Les restrictions sur les transport publics, seront encore assouplies en permettant aux bus et aux bateaux de fonctionner à pleine capacité, mais les passagers doivent porter des masques faciaux, et quelques autres mesures seront imposées pour assurer la sécurité, a déclaré le général Somsak. Il a poursuivi en disant que le panel avait également accepté d'autoriser les commerçants chinois à retourner en Thaïlande, à acheter des fruits thaïlandais pour l'exportation, afin d'aider les producteurs, mais qu'ils doivent être examinés à leur arrivée et soumis à une quarantaine d'État alternative de 14 jours à leurs propres frais. Le panel n'a cependant pas discuté de l'extension des heures d'ouverture des lieux de divertissement nocturnes, de minuit à 2 heures du matin. Le général Somsak a noté qu'il serait inutile que les bars soient autorisés à rester ouverts jusqu'à 2 heures du matin si la vente d'alcool est interdite après minuit. Le comité demandera l'approbation de ces changements au CCSA, présidée par le premier ministre Prayut Chan-ocha, lors d'une réunion prévue le 21 août. https://forum.thaivisa.com/topic/1176755-ccsa-panel-to-allow-sport-spectators-and-entry-of-chinese-fruit-traders/ https://forum.thaivisa.com/topic/1176665-ccsa-discusses-further-relaxation-of-lockdown-measures/
  22. Un plan de sauvetage de 100 milliards de bahts pour le tourisme thaïlandais envisagé - des touristes étrangers attendus avant la fin de l'année Les médias thaïlandais ont rapporté que le chef de l'Association des hôteliers thaïlandais a appelé le gouvernement à créer un fonds de 100 milliards de bahts pour sauver l'industrie du tourisme dévastée par la pandémie de coronavirus. Suphawan Thanomkiatphum s'exprimait après que l'Autorité du tourisme de Thaïlande a rencontré le secteur privé hier, a rapporté TPBS. Elle a déclaré que 1,6 million de travailleurs dans les hôtels, autres hébergements, restaurants et voyagistes avaient été licenciés, soit 30% de la main-d'œuvre. 10 milliards de prêts à bas taux devrait également être mis en place, a-t-elle déclaré. Le chef de l'Association des agents de voyages thaïlandais (ATTA), Wichit Prakopkoson, a fait la promotion du plan de voyage «Save and Sealed». Thaivisa en anglais note que les autorités touristiques ont fait une grave faute d'orthographe dans le slogan, il faut lire "safe" et non "save". Des vacances "safe" signifient qu'elles se déroulent en toute sécurité, "save" a de nombreuses significations mais qui ne sont pas forcément rassurantes. Dans le cadre de ce plan, seuls les ressortissants de pays ayant vaincu le virus seraient autorisés à entrer et seraient alors soumis à la quarantaine et à de sévères restrictions quant à l'endroit où ils sont autorisés à se rendre. On ne sait pas en quoi ces genres de vacances sont attirantes. Wichit a déclaré que c'était mieux et plus sûr que la "bulle de voyage" évoquée précédemment. Les pays qui seraient éligibles : la Chine, Taiwan, les États-Unis et ceux d'Europe, a rapporté TPBS. On ne voit pas en quoi les USA ou l'Europe ont vaincu la pandémie. Il souhaite voir les touristes étrangers autorisés au quatrième trimestre, bien avant la fin de 2020. La nouvelle intervient alors que Reuters a rapporté jeudi que les autorités thaïlandaises avaient abandonné leurs projets d'accord de «bulle de voyage» avec certains pays. https://forum.thaivisa.com/topic/1176594-100-billion-baht-rescue-package-for-thai-tourism-mooted-foreign-tourists-wanted-before-years-end/
  23. suite de cette affaire Des caméras de vidéosurveillance retirées de la scène de la fusillade mortelle dans un tripot de Bangkok sur Rama III Road ont été retrouvées dans un bâtiment en face du casino illégal. Ce qui est réellement sur les images, cependant, n'a pas encore été révélé par la police. L'affaire a fait grand bruit dans le pays, minant la confiance du public dans la police royale thaïlandaise (RTP). Les médias locaux ont rapporté hier que le général Pol Chakthip Chaijinda s'était engagé à transférer le chef de la police métropolitaine, le lieutenant général Pol Phakkhaphong Phongphetra, à un poste inactif si tous les coupables impliqués dans la fusillade n'étaient pas arrêtés. Ce chef de la police métropolitaine a pris soin de préciser que tout ce pataquès était de sa propre responsabilité et de celle de la police de la ville et non de celle de la police nationale ni de l'armée. Le colonel Pol Pitak Suttikul, surintendant par intérim du commissariat de Thung Mahamek, a déclaré que la police avait trouvé les caméras de vidéosurveillance ainsi que du matériel de jeu et des disques durs après qu'un employé du casino les aurait déplacés dans une maison à 10 mètres de la scène du crime. Au total, trois disques durs, trois enregistreurs de CD, huit caméras de surveillance, six tables de jeu et d'autres équipements de jeu ont été confisqués dans le cadre de l'enquête. Quatre personnes ont été abattues dans le casino illégal lundi, l'un d'entre eux Pol Maj Watthanaset Samniangprasert était un policier local. On ne sait pas ce qu'il faisait là. Le tueur présumé du policier a été abattu par un homme identifié comme "Boy Ban Khrua", qui a par la suite fui les lieux. Le tribunal pénal du sud de Bangkok a émis un mandat d'arrêt contre Boy Ban Khrua, 61 ans, de son vrai nom Niphit Srisuwan, pour meurtre. Des sources policières ont déclaré que le suspect avait contacté la police et lui avait dit qu'il se rendrait. Il a également affirmé qu'il avait jeté l'arme "dans l'eau". Cependant, le général Pol Maj Saharath Saksilapachai, chef adjoint de la RTP et enquêteur en chef dans l'affaire, a déclaré hier que M. Niphit ne s'était pas présenté. Le général Pol Maj Jirapat Phumji, un autre adjoint, pense qu'il y avait plusieurs tireurs impliqués dans le crime, et qu'ils ont dissimulé et détruit des preuves. Les enquêteurs de la police rassemblent plus de preuves pour obtenir davantage de mandats d'arrêt, a déclaré le général Pol Maj Jirapat. Pol Maj Gen Saharath a déclaré que l'enquête était divisée en trois sous-cas: la fusillade qui a tué quatre personnes, le retrait ou la destruction de preuves et le jeu illégal. La police attend les résultats médico-légaux, une mise à jour sur les images de caméra manquantes et que le propriétaire du bâtiment et le gérant du casino se présentent après avoir été convoqués. On ne sait pas pourquoi ces personnes n'ont pas encore été interrogées par la police. https://forum.thaivisa.com/topic/1176641-arrest-warrant-sought-for-killer-of-gambling-den-shooter/
  24. La Thaïlande, le premier pays à avoir annoncé des cas du nouveau coronavirus en dehors de la Chine au début de la pandémie, affiche actuellement 70 jours consécutifs sans nouvelles contaminations locales au COVID-19 sur son territoire. Les seuls cas recensés ces derniers jours concernent des "cas importés" de thaïlandais rapatriés de l’étranger et aussitôt mis en quarantaine à leur arrivée dans le pays, indique-t-on auprès du Centre for COVID-19 Situation Administration (CCSA). Durant les dernières 24 heures, il s’agit une femme de 26 ans et d’un homme de 43 ans, des thaïlandais rapatriés des Emirats arabes unis. Ils ont été testés positifs à leur arrivée et ont été confinés dans un centre de quarantaine désigné par les autorités. Malgré ces bons résultats sur le plan sanitaire, l’état d’urgence entré en vigueur en Thaïlande depuis le 26 mars a été prolongé d’un mois, jusqu’au 31 août. Le décret instituant l’état d’urgence avait déjà été prolongé à quatre reprises depuis sa première entrée en vigueur le 26 mars. La réponse globale de la Thaïlande et sa capacité à lutter contre l’épidémie ont conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à désigner la Thaïlande, aux côtés de la Nouvelle-Zélande, comme un exemple de réussite dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Pour préserver cet acquis, obtenu au prix d’un grand sacrifice économique avec les mesures de confinement, les autorités thaïlandaises maintiennent le strict verrouillage de ses frontières qui paralyse son secteur touristique qui représente environ 20% du PIB du pays. Un secteur pilier de l’économie de ce pays d’Asie du Sud-Est qui a accueilli près de 40 millions de touristes étrangers en 2019. APS/VNA/CVN https://www.lecourrier.vn/la-thailande-affiche-70-jours-sans-nouvelles-contaminations-locales-au-covid-19/833679.html
  25. Une grande opération de police a commencé vendredi pour arrêter les dirigeants derrière les manifestations anti-gouvernementales, avec au moins deux militants déjà en détention. Arnon Nampha et Panupong Jadnok ont été arrêtés à Bangkok dans la journée et accusés d’insurrection pour leur rôle dans les manifestations appelant à la réforme du gouvernement, a déclaré l’avocat des droits de l’homme Yaowalak Anuphan, ajoutant qu’au moins 31 personnes seraient arrêtées en tout. Le porte-parole de la police Kissana Phattanacharoen a refusé de confirmer les chiffres, mais a déclaré que tous les suspects seraient traités conformément aux procédures judiciaires. "Il n'y aura pas deux poids deux mesures", a déclaré le colonel Kissana. Les deux personnes arrêtées ont passé la nuit en prison et demanderont à sortir sous caution. Il semble que la police et la justice les laisseront sortir si elles s'engagent à ne plus manifester. Le militant étudiant Parit «Penguin» Chiwarak a déclaré au téléphone qu'il avait été informé par son avocat qu'il faisait partie de la liste des personnes recherchées. Les arrestations font suite à une série de rassemblements qui exigeaient une nouvelle élection et une Constitution plus démocratique. Les autorités ont déclaré à plusieurs reprises que les manifestations violaient la loi d'urgence qui interdit les grands rassemblements pour prévenir l'épidémie de coronavirus. Le gouvernement thaïlandais doit protéger le droit de manifester pacifiquement, déclare Amnesty International Les autorités thaïlandaises arrêtent des manifestants pacifiques dans «ce qui semble être une nouvelle répression de la liberté d'expression», a déclaré Amnesty International le 7 août. Répondant à l’arrestation de deux militants de premier plan aujourd’hui et à de nouveaux mandats d’arrêt contre d’autres manifestants avant les manifestations antigouvernementales prévues ce week-end, Piyanut Kotsan, directeur d’Amnesty International Thaïlande, a déclaré: «C'est une nouvelle réponse tout à fait disproportionnée de la police thaïlandaise à l'activisme pacifique, clairement destinée à intimider et dissuader les manifestants de descendre dans la rue ce week-end. «Ayant enduré des mois de harcèlement, Anon Nampa et Phanuphong Jadnok font maintenant face à des poursuites pénales répressives simplement pour avoir exercé leur droit de manifester.» AI a appelé le gouvernement thaïlandais à assurer la protection et la sécurité des manifestants. La police a arrêté l'avocat Anon Nampa devant sa résidence à Bangkok et le militant étudiant Phanuphong «Mike» Jadnok à l'Université Ramkhamhaeng. Ils sont actuellement détenus au tribunal pénal de Bangkok. Un autre militant étudiant Parit Chiwarak, membre de l'Union des étudiants de Thaïlande, a également un mandat d'arrêt contre lui. Anon et Phanuphong risquent jusqu'à sept ans de prison. Les accusations portées contre eux comprennent la sédition, le rassemblement destiné à commettre un acte de violence et la violation du décret d'urgence. Les rapports indiquent que cinq autres manifestants sont visés par des mandats avec les mêmes accusations. Amnesty a déclaré que depuis que la loi d'urgence a été imposée le 26 mars, les autorités ont systématiquement déposé des plaintes pénales contre des personnes engagées dans des manifestations et des activités pacifiques. Les manifestants ont également signalé de nombreuses intimidations de la part de policiers uniquement pour leur implication dans des manifestations pacifiques qui réclament une nouvelle constitution, la démission du gouvernement et la fin du harcèlement policier de l'opposition. Plusieurs manifestations d'opposants étaient prévues ces jours-ci. L'avenir dira si ces arrestations vont dissuader les rassemblements ou, au contraire, les fortifier. Sur Internet, des millions de Thaïlandais soutiennent, ce samedi matin, les dissidents arrêtés. https://forum.thaivisa.com/topic/1176738-thai-govt-must-protect-right-to-peaceful-protest-says-global-watchdog/