Aller au contenu
BANGKOK 24 February 2019 08:06

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    13 551
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    34

Messages posté(e)s par Le Modérateur


  1.  

    TOUS LES observateurs conviennent que le projet de loi sur le riz - la première législation thaïlandaise visant à orienter la gestion globale de la production - a commencé avec de bonnes intentions. Mais maintenant qu’elle a franchi la première lecture de l’Assemblée législative nationale (ALN) et malgré une série d’amendements ces derniers mois, le diable apparaît dans les détails.

    L'ALN a initié le projet de loi à la fin de l'année dernière à la hâte, sous l'impulsion de groupes de représentants d'agriculteurs qui seraient liés à des agences de l’État telles que le Département du riz.

    Le projet de loi initial, qui n’a pas survécu, visait à «développer et stabiliser la production de riz et la chaîne d’approvisionnement et à protéger plus efficacement les droits des agriculteurs».

    Selon les rédacteurs, les six sections principales du projet de loi de 22 pages prévoyaient la création d'un organe directeur chargé de superviser la production et la gestion du riz, regroupant les pouvoirs du Département du riz et d'autres agences concernées et prévoyant des sanctions en cas d'infraction.

    L'élément actuel le plus controversé est la section 5, qui concerne la gestion et la supervision de la production de riz. La production et le commerce de différentes variétés de riz font l’objet de vives discussions.

    Le projet initial traitait de la question à l’article 26, qui proposait d’interdire le commerce de certaines variétés de riz sans certification étatique, mais prévoyait une exception pour la petite agriculture. La clause suscitait une vive opposition en raison de la crainte que les agriculteurs ne soient obligés d’utiliser que des semences vendues sur le marché par des entreprises agricoles, sous peine d’emprisonnement.

    La forte opposition de groupes de défense des agriculteurs a abouti à la suppression de l’article litigieux. D'autres articles ont été modifiés dans la dernière version afin d'être présentés pour la deuxième et la troisième lecture dans l'ALN la semaine prochaine.

    «Le projet de loi a été rédigé avec de bonnes intentions de la part de personnes souhaitant une gestion globale de notre production et de notre commercialisation de riz», a déclaré Witoon Lianchamroon, directeur de Biodiversity-Sustainable Thailand (Fondation BioThai), principal groupe de défense des cultures alternatives.

    «Le vrai problème, c’est que la large participation du public promise n'a pas été mise en place. Certains éléments essentiels ont donc été omis.»

    BioThai travaille avec des agriculteurs de tout le pays depuis des années et affirme que ce sont eux qui continuent à montrer la voie en développant et en améliorant les variétés de riz grâce à leurs compétences en matière de sélection. Des variétés de renommée mondiale telles que Hom Mali, par exemple, dérivent de cette sagesse et de cette habileté bien avant que tout organisme public ne la certifie, a déclaré Witoon.

    Au cours des 10 dernières années, alors que l’intérêt pour les produits biologiques augmentait, de nombreux riziculteurs ont conservé leurs compétences traditionnelles pour devenir des sélectionneurs. Ils ont créé de nouvelles variétés de riz telles que Chor Ratree, une plante aromatique du niveau du Hom Mali et Pathum Thani 1 et le riz jaune cultivé à Yasothon, qui regorge d’acide folique, une aubaine pour les femmes enceintes.

    Ces variétés ont tendance à être échangées entre agriculteurs et commercialisées localement avant d’obtenir la certification de l’État, processus qui peut prendre des années car il nécessite des études scientifiques pour confirmer la stabilité des traits distinctifs de la variété.

    Les conclusions de BioThai sont conformes à celles du Département du riz lui-même, selon lequel 49% des variétés de riz sont celles qui ont été développées et améliorées par les agriculteurs. Cela contraste nettement avec les 6% de variétés développées par les coopératives et les 18% qui viennent de l'industrie.

    Witoon a souligné que tout cela est ignoré dans le projet de loi actuel, qui se concentre sur les moyens de réglementer les variétés certifiées par l'État.

    La loi n'accorde l'aide de l'État qu'aux agriculteurs qui cultivent les variétés certifiées par l'État.

    D’après Witoon, d'autres articles de la loi sont encore pires.

    Witoon pense que le projet de loi va à l’encontre des réalités du terrain et ne corrige pas les erreurs du passé.

    Il considère que l’État, lorsqu’il rédige des lois, donne la priorité au secteur privé tout en annulant les droits des communautés.

    BioThai a demandé aux législateurs de différer les délibérations afin que le public ait plus de temps pour donner son avis.

    «Le riz ne concerne pas uniquement les produits sur le marché», a déclaré Witoon. «C’est le mode de vie, la culture. Ces dimensions doivent être soupesées avant qu'une décision soit prise afin que nous puissions maintenir la diversité qui pourraient nous aider à survivre face aux défis futurs, notamment la sécurité alimentaire et le contrôle exercé par les grandes entreprises.

    Nipon Poapongsakorn, éminent économiste et spécialiste des politiques de développement rural, considère qu'étendre l'autorité au Département du riz semble aller dans la mauvaise direction. Il ne devrait pas jouer le rôle de régulateur, mais plutôt servir d’institut de recherche sur la production de riz.

    La nouvelle loi, a-t-il convenu, devrait être écrite dans le but de relever les défis futurs.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085896-exclusive-what-went-wrong-with-the-rice-bill/

    Le nombre de Thaïlandais dont la vie dépend de la riziculture reste très élevé.

    dbd431fcf6fef024a1831b7eb880646e-sld.jpeg.51229fffddb12ed791e3be13bc42900e.jpeg.e2bc9bc25405a5709ac0c82b947ceac2.jpeg


  2.  

    Thaïlande - Janvier : le nombre d'arrivées de touristes augmente de 4,9% sur un an d'après le ministère du Tourisme

    [BANGKOK] Les arrivées de touristes en Thaïlande ont augmenté de 4,91% en janvier, après une hausse de 7,7% en décembre, a annoncé vendredi le ministère du Tourisme.

    Les 3,72 millions de touristes ont dépensé 196 milliards de bahts (8,46 milliards de dollars) en janvier, en hausse de 2,4% par rapport à l'année précédente.

    Le nombre de visiteurs en provenance de Chine, principale source des touristes en Thaïlande, a bondi de 10,29% en janvier par rapport à l'année précédente.

    Les recettes provenant des touristes étrangers représentent environ 12% du produit intérieur brut de la Thaïlande.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085892-thailand-jan-tourist-arrivals-rise-49-year-on-year-tourism-ministry/

    043a1f2aa2feb180bed777acb113cb87.jpeg.03ac52b76e1e7e6c34e42b99e2ad023c.thumb.jpeg.3df1ba4d536ea3bcf168e8ca3e429077.jpeg


  3. Bien sûr les Thaïlandais sont beaucoup plus nombreux -que les étrangers- à mourir chaque jour sur les routes de leur pays et les médias locaux le relatent.

     

    La police a été appelée Soi 78 sur Petchkasem Road vendredi à 14 heures après qu'un étranger tombé de moto a été écrasé par la remorque d'un camion.

    Sanook et Thaivisa en anglais ont posté des photos épouvantables. Nous nous bornerons au casque de Karl-Heinz Adami, 69 ans qui montre bien qu'il n'a pas pu en réchapper.

    Sa Honda Click était coincée sous un pick-up Ford Ranger.

    Un camion Hino conduit par Nattakrit, âgé de 46 ans, s'est arrêté à une centaine de mètres. Le chauffeur a déclaré qu'il avait fini sa livraison et qu'il rentrait chez lui.

    Il a senti "quelque chose" sous ses roues arrière et s'est arrêté.

    La police étudie les images de vidéosurveillance pour déterminer ce qui s'est passé.

    La victime sera autopsiée.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085899-hua-hin-foreigner-crushed-to-death-in-bike-accident/

     

    dsc07079.jpg.8ec9795f5bdcfb99bb9f2341e2c10cf8.jpg.c74fe6e516e5af6e06a46def7555a415.jpg

     

     

    Très long article d'un journal de Belfast https://www.belfastlive.co.uk/news/belfast-news/travel-insurance-warning-ni-man-15873271 qui raconte le drame subi par un prof d'anglais de Chumphon qui se rétablit à l'hôpital en Thaïlande après que des médecins l'ont l'amputé d'une jambe à la suite d'un accident de moto.

    Mike Johnston, 30 ans, enseignait à Chumphon, dans le sud de la Thaïlande, lorsqu'il a été impliqué dans l'accident survenu plus tôt ce mois-ci.

    Ses parents, Michael Johnston et Jillian Clements, ont pris l'avion pour être aux côtés de leur fils. Il semble que son assurance ait expiré et la famille a dû payer des dizaines de milliers (de livres) pour ses soins médicaux.

    Ils ont exhorté les gens à vérifier qu’ils avaient la bonne assurance pour éviter de tomber dans une situation similaire. Être à jour de cotisation ne certifie pas que l'assurance paiera. La plupart des assurances anglo-saxonnes ne couvrent plus les personnes qui montent sur un deux-roues en Thaïlande tant le risque d'accident est élevé.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085891-travel-insurance-warning-as-ni-man-loses-leg-after-thailand-motorbike-accident/

     


  4.  

    aj_aeroport-bangkok-thai-airways-a340-26

    ©Olivier Nilsson

    par François Duclos
     

    La FAA américaine a signifié à la Thaïlande 26 éléments nécessitant une rectification, avant que son indice de sécurité puisse être reclassé dans la Catégorie I – quatre ans après avoir été rétrogradée.

    L’Autorité thaïlandaise de l’aviation civile (CAAT) a annoncé qu’une équipe de quatre personnes de l’Administration fédérale de l’aviation (FAA) avait procédé du 11 au 15 février 2019 à un audit de ses systèmes de surveillance, qui avait permis d’identifier les carences. Aucun détail spécifique n’a été fourni, la CAA se contentant de préciser que certains des 26 éléments en question ont déjà été rectifiés et qu’une fois l’opération complété, elle peut demander un nouvel audit – qui permettra au pays de retrouver la Catégorie I, ouvrant à ses compagnies aériennes la possibilité de lancer de nouvelles liaisons vers les Etats-Unis ou de modifier les lignes existantes, ainsi que signer des accords de partage de codes avec des transporteurs américains.

    La FAA américaine avait rétrogradé la Thaïlande en Catégorie II en décembre 2015 pour non respect des règles internationales en matière de sécurité, une décision sans surprise après le drapeau rouge infligé au pays par l’OACI en début d’année. La FAA mettait alors en cause « l’expertise technique, la formation du personnel, les procédures d’inspection et la conservation de la documentation » – les compagnies aériennes thaïlandaises n’étant pas concernées directement. A la fin de son audit, la FAA avait donné 65 jours à la Thaïlande pour remédier aux manquements constatés, des problèmes dérivant principalement du sous-effectif et de la formation. La CAAT a depuis remplacé l’organisation de l’époque (DCA), et tous les transporteurs thaïs opérant à l’international ont été re-certifiés.

    Le passage en Catégorie II n’avait pas eu d’impact sur le trafic, puis qu’aucun transporteur du pays ne se posait aux USA depuis le 25 octobre 2015 et l’abandon par Thai Airways de sa route entre Bangkok-Suvarnabhumi et Los Angeles via Séoul.

    On rappellera que l’AESA (Agence européenne pour la sécurité aérienne) n’avait pas suivi l’exemple américain, remettant en revanche en décembre 2015 sa certification TCO (Third Country Operator, exploitant de pays tiers) à la compagnie nationale. L’AESA et la FAA suivent généralement les mêmes décisions : ce fut le cas pour l’Indonésie (dégradée en 2007 par la FAA et en 2008 par l’AESA) ou les Philippines (dégradée par la FAA en 2008, puis par l’AESA en 2010) – mais pas pour l’Inde (dégradée par la FAA pendant 16 mois sans que l’Europe ne bouge).

    La FAA vient en revanche d’accorder la Catégorie I au Vietnam, tout en précisant qu’elle n’a pas encore évalué « la conformité des autorités de l’aviation civile vietnamienne avec les normes de l’OACI » : le statut de Catégorie 1 est basé sur une « évaluation de la supervision de la sécurité fournie par l’Administration de l’aviation civile du Vietnam par la FAA en août 2018 ».

    https://www.air-journal.fr/2019-02-22-thailande-toujours-pas-assez-bien-pour-la-categorie-i-faa-5210610.html


  5. Les exportations thaïlandaises de janvier baissent de 5,7% sur un an, une baisse plus importante que prévu

    BANGKOK (Reuters) - Les exportations thaïlandaises ont diminué pour un troisième mois consécutif en janvier, enregistrant une baisse plus forte que prévu de 5,65% par rapport à l'année précédente, a annoncé vendredi le ministère du Commerce.

    Les analystes interrogés par Reuters avaient prédit un recul de 1% des exportations, facteur clé de la croissance thaïlandaise.

    En décembre, les exportations avaient déjà diminué de 1,72% par rapport à l'année précédente.

    La baisse des exportations en janvier est due à la baisse des expéditions de riz, de produits électroniques, d'or et de voitures, a annoncé le ministère.

    Les exportations vers les États-Unis ont augmenté de 8,3% en janvier par rapport à l'année précédente, mais celles vers la Chine ont chuté de 16,7%.

    Le baht fort, la devise la plus performante de l’Asie cette année, affecte de plus en plus les exportations, en particulier le riz, a déclaré un responsable du ministère.

    En janvier, les importations ont étonnamment bondi de 13,99% par rapport à l'année précédente, après une baisse de 8,15% en décembre. Les experts prévoyaient une baisse de 1 % en janvier. Les responsables ont déclaré que la hausse des importations était due aux importations d'armes et matériels militaires destinés à des exercices militaires.

    En janvier, le déficit commercial était de 4,03 milliards de dollars, alors qu'un excédent de 320 millions de dollars était prévu. Un excédent de 1,06 milliard de dollars avait été observé en décembre.

    Le ministère prévoit une croissance des exportations de 8% cette année après une hausse de 6,7% en 2018.

    On ne sait pas si ces mauvais chiffres vont enfin faire baisser le baht.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085755-thai-jan-exports-fall-57-percent-year-on-year-a-bigger-drop-than-forecast/

    2019-02-22T041630Z_1_LYNXNPEF1L06Q_RTROPTP_4_THAILAND-ECONOMY-TRADE.JPG.f64c5480ede21a39bf3c151b3436e3d0.JPG.45bc630e2dda17e7ba0808f06c35c673.JPG


  6.  

    Une mère de 19 ans a tranché la gorge de son fils de trois ans à Yasothon, dans le nord-est de la Thaïlande, avec un couteau de cuisine.

    Thairath rapporte que la police de Yasothon a été informée du drame survenu dans le logement de la jeune femme hier soir à 19 heures.

    La police et les secouristes sont arrivés pour trouver du sang partout sur le sol. À proximité, ils ont trouvé une paire de chaussures pour enfants.

    La mère de 19 ans attendait toujours à l'intérieur de la maison. Elle s'était auto-infligée des blessures au cou.

    Le corps de son fils mort, âgé de trois ans, avait déjà été conduit à l'hôpital.

    La mère, qui sanglotait, a déclaré à la police qu'elle avait de nombreux problèmes. Elle voulait se tuer ainsi que son fils pour mettre fin à leur cauchemar.

    Pendant que son fils jouait, elle a utilisé plusieurs fois un couteau de cuisine pour lui trancher la gorge par derrière. Après cela, elle a utilisé le même couteau pour se trancher la gorge dans le but de mettre fin à ses jours, mais elle a échoué.

    Au poste de police local, la mère a tenté de se pendre mais a été arrêtée par la police.

    La police a déclaré que la jeune mère était accusée de meurtre.

    A aucun moment les médias ne mentionnent un petit ami éventuel. Un très grand nombre d'adolescentes tuent leur bébé, non souhaité, à la naissance. L'avortement est interdit en Thaïlande et l'éducation sexuelle quasi inexistante.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085786-19-year-old-mother-slashes-three-year-old-son’s-throat-in-yasothon/

     

    imageproxy_php.jpg.012df86d5fe5afebe9a84d2e8997d414.jpg


  7.  

    Les performances du baht par rapport aux devises asiatiques en 2018 sont sans précédent ni équivalent, à l’exception du yen japonais.

    En commentant l'actualité financière, Bloomberg a souligné qu'en 2019, une croissance de 4% raffermirait encore le baht.

    Curieusement, l’un des facteurs stimulant l’appréciation du baht est la reprise des arrivées de touristes, qui a un impact fondamental sur le PIB du pays. C'est un paradoxe car si ces arrivées raffermissent le baht, les prix vont augmenter et le nombre de ces arrivées va diminuer.

    Bien que les élections restent un souci à cause de l’incertitude afférente, la monnaie n’a pas été touchée comme le yuan chinois, qui a été perturbé par une guerre commerciale et le ralentissement de son économie.

    Malgré des prévisions de l'activité touristique supérieures à celle de 2018, les propriétaires d'hôtels se montrent prudemment optimistes quant aux perspectives pour l'année.

    En réalité, malgré la hausse des prix pour les visiteurs (en raison d'un baht trop fort), le climat économique pousse de nombreux promoteurs à investir dans l’hôtellerie. L’opinion générale est que les fondamentaux du tourisme restent solides.

    Néanmoins, si l’on considère des pays concurrents proches comme le Vietnam, qui passe rapidement d’un lionceau à un tigre du tourisme, la question du rapport qualité / prix est préoccupante. Les fluctuations des taux de change influent sur la demande. Par conséquent, les hôteliers vont continuer de surveiller de près les cours de change en 2019.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085720-strong-baht-a-concern-for-thai-hotel-sector/

     

    imageproxy_php.jpg.f0144f592037c258e899df400f4f200c.jpg


  8.  

    Un autre petit enfant sauvagement mordu par des chiens, il est âgé de trois ans et se trouve dans un état grave à l'hôpital

    Un enfant de trois ans est gravement blessé dans un hôpital de Sri Racha après avoir été attaqué par une meute de dix chiens.

    C'est la deuxième attaque en deux jours en Thaïlande.

    Un voisin a accepté de payer 100 000 bahts.

    Jitpirom Phoonpatanassuk, 65 ans, a déclaré qu'elle avait emmené son petit-fils, Namning, regarder quelques caféiers près de leur maison. Il retournait à la maison lorsque la mamy a entendu Namning hurler. Il a été sauvagement agressé par au moins dix animaux.

    Il a des coupures et des morsures sur tout le corps et était couvert de sang, a rapporté Daily News.

    Il saignait de la tête, de la taille, du dos et des côtés gauche et droit de son corps.

    La mamy l'a emmené à l'hôpital Phayathai Sri Racha, où les médecins ont pris des radios. Il ne peut pas bouger.

    Le voisin a d'abord reproché au bambin d'être entré dans sa propriété, puis a accepté de donner 100 000 bahts.

    Mais la grand-mère a porté plainte à la police de Sri Racha.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085700-another-small-child-savaged-by-dogs-three-year-old-in-serious-condition-in-hospital/

     

    L'autre affaire est plus grave pour la Thaïlande puisque c'est la sacro-sainte industrie touristique qui est en jeu.

    Le Premier ministre Prayut rend visite à un enfant finlandais sauvé d'une attaque de chiens à Krabi

    Le Premier ministre Prayut Chan-ocha a rendu visite hier au jeune Finlandais de cinq ans qui a été attaqué par une meute de chiens errants sur la plage d'Ao Nang mercredi soir.

    Le Premier ministre a passé presque une heure à parler à Appo, le père d’Emmi, et à la famille dans une pièce au deuxième étage de l’hôpital international de Krabi Nakharin.

    Il a donné à la famille une somme d'argent, a rapporté Thai Rath.

    Appo a remercié le PM de s'être déplacé et de prendre l'affaire au sérieux.

    Le général Prayut a dit au public de ne pas nourrir les animaux errants et a déclaré que c'était également le souhait des membres de la famille royale thaïlandaise.

    Auparavant, le gouverneur de Krabi, M.L. Kitibadee Prawit avait ordonné qu'on passe à l'action.

    Cinq chiens ont été retiré de la plage et seront surveillés pendant trente jours.

    Thai Rath a indiqué que la plupart des animaux errants sur la plage appartiennent à des ouvriers du bâtiment qui travaillent dans les environs.

    Il y aurait environ 70 chiens à Ao Nang et sur les plages voisines.

    L'état de santé d'Emmi s'est amélioré et les médecins ont indiqué qu'ils surveillaient de possibles infections et s'attendent à ce qu'il reste à l'hôpital deux ou trois jours de plus.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085703-pm-prayut-visits-finnish-boy-savaged-by-dogs-in-krabi/

    Bien que ces articles ne parlent pas de rage, peut-être à cause de la censure, Il faut rappeler que la rage est une maladie mortelle qui tue des Thaïlandais chaque année.

    1pm.jpg.914d26c90b3aa3ae1e042518e4e9e566.jpg.ec2442a6d72f5bd0b1a194c5b77baffa.jpg


  9.  

    PAR Peggy Poletto

    Cécilia Cornu a vécu un cauchermar pendant ses vacances en Thaïlande.

     

     

     

     

     

    Cécilia Cornu a vécu un cauchermar pendant ses vacances en Thaïlande. Photo DR

     

     

     

    Cécilia Cornu a vécu des vacances qui ont viré à l’enfer. Arrêtée le 30 janvier dernier en possession d’une cigarette électronique, elle a passé plusieurs jours dans les geôles de Bangkok.

     

    Révoltée. Choquée. Dans la boulangerie familiale de ses parents à La Farlède, Cécilia Cornu a du mal à retenir ses larmes. A 31 ans, la jeune femme revient d’un voyage en enfer.

    Ce qui devait être les premières vacances partagées avec ses parents, son petit-frère et son fiancé, ont viré au cauchemar en Thaïlande.

    A cause d’une simple cigarette électronique, la jeune femme a été menottée, embarquée dans un commissariat, jugée lors d’un simulacre de procès, condamnée à... 23 euros et placée en détention quatre jours à Bangkok, avant d’être expulsée du pays.

    "Tout cela pour avoir détenu une vapoteuse!, déclare-t-elle aujourd'hui. Ce n’est que par la suite que nous avons appris que c’était interdit..."

    "Tout paraissait si beau..."

    A ses côtés, sa mère relève que, lors d’un premier séjour en 2012 avec son époux dans ce même pays, ce dernier avait acheté sa première vapoteuse dans un commerce thaïlandais.

    Ce voyage était pourtant pour Cécilia un rêve de petite fille. "Notre famille consacre sa vie à la boulangerie"poursuit la jeune fille.

    "Je travaille depuis que j’ai 14 ans. Nous n’étions jamais partis tous ensemble en vacances et nous avons choisi la Thaïlande. Tout paraissait si beau..."

    Aucun paysage ne restera pourtant dans sa mémoire. Seuls souvenirs et sentiments gravés à vie: l’injustice, la corruption, la prison. "Je suis passée du paradis à l’enfer", résume-t-elle.

    menottée devant ses parents

    Mais que s’est-il passé à Karon, coquette station balnéaire de la côte ouest de Phuket? Les Cornu atterrissent le 28 janvier. L’ambiance paradisiaque va durer 48 heures. "J’étais sur un scooter avec mon fiancé, mes parents et mon frère nous suivaient", raconte Cécilia.

    "J’avais à la main ma cigarette électronique. Quatre policiers nous ont arrêtés. Ils m’ont arraché des mains la vapoteuse en nous réclamant 40.000 bahts (soit 1.132 euros, Ndlr) de la main à la main, le tout dans un anglais baragouiné. J’ai refusé de payer."

    Alors que sa mère est en pleurs, et que son père les supplie de ne pas l’emmener, Cécilia Cornu est embarquée, menottée et déposée au commissariat. "Je pensais être dans mon bon droit et j’étais loin de m’imaginer l’ampleur que la situation prendrait", commente-t-elle avec émotion.

    L’heure du jugement

    La Varoise passera sept heures assise sur une chaise, sans bouger, sans boire, sans aller aux toilettes. "Mon père a pu, par le biais de son avocat, joindre l’ambassade de France qui a envoyé un traducteur."

    Premier pot-de-vin à devoir être versé. "Mes parents ont dû payer 43.000 baths pour avoir droit à ce service!", confie-t-il.

    Son passeport est confisqué. Il faut un avocat. D’un coup de baguette magique, le traducteur se transforme en homme de loi. "J’ai vite compris que cet intermédiaire était louche mais ma vie et mon avenir reposaient entre ses mains."

    bakchichs

    "Nous étions soixante femmes à cohabiter dans une pièce sale de soixante-dix mètres carrés, à dormir au sol."
    "Nous étions soixante femmes à cohabiter dans une pièce sale de soixante-dix mètres carrés, à dormir au sol." DR
     

    Les bakchichs s’accumulent pour faire accélérer la procédure, pour les policiers, pour le procureur, pour faire activer l’analyse des empreintes, pour que l’administration tape son procès-verbal et pour la recherche d’absence de drogue dans la cigarette électronique.

    La jeune femme parvient à esquisser un sourire. "Je suis poursuivie pour la détention d’une vapoteuse, pointe-t-elle. Ironie du sort! Dans un pays où cocaïne, héroïne et autres drogues dures coulent à flot à tous les coins de rue..."

    Le procès est fixé au 7 février. La date de retour de ce voyage étant prévu le 12 février. "Les débats ont eu lieu en vidéosurveillance avec un juge qui siégeait à l’étage. J’ai été condamnée à 857 bahts (23 euros). Je suis sortie libre."

    Du moins le pensait-elle... En attendant le jour du départ, la famille vit cloîtrée, écœurée. "Mais je n’avais toujours pas récupéré mon passeport."

    une amende de 23 euros

    Une fois jugée, condamnée à payer l’équivalent de 23 euros, la Varoise n’en est pas au bout de ses peines. Le 11 février, veille programmée du retour en France, la famille se dirige vers le service de l’immigration pour récupérer le passeport de Cécilia.

    On lui annonce alors qu’elle doit être transférée à Bangkok... pour être expulsée. Un déchirement. "Nous avons dû prendre l’avion le lendemain. Nous n’avions pas le choix", explique la mère de famille. "Imaginez ce que j’ai pu ressentir de laisser ma fille seule. C’était terrible."

    Terrible résume aussi la suite des mésaventures de la Farlédoise. Une fois transférée à Bangkok, nulle trace de son dossier. Elle est incarcérée. Pour combien de temps? Pourquoi? Mystère.

    "J’ai été écrouée dans une pièce de soixante-dix mètres carrés encerclée de barreaux, où nous étions soixante femmes à cohabiter avec douze ventilateurs dans une température assommante de quarante degrés", décrit-elle.

    "On dormait par terre sur un sol terreux, très sale, sans matelas, sans draps."

    Cacher le cash

    Dans cette grande pièce, elle doit dissimuler dans son soutien-gorge l’argent destiné à payer le billet retour vers la France. Du cash très convoité par ses co-détenues. Le stress monte. Les angoisses aussi.

    Elle lutte alors pour le pas s’endormir, pour ne pas qu’on lui vole sa chance de rentrer chez elle. Dans ces conditions spartiates, elle ne s’alimente pas de peur des infections, de tomber malade.

    "Les repas étaient constitués de vieilles carcasses de poulet et du riz immangeable. La nourriture était jetée par des fentes à travers le grillage comme dans les cachots du Moyen-Age. Pour boire, c’était dans de vieux pots de peinture."

    quatre jours, trois nuits en prison

    Elle décrit des conditions indignes de détention au milieu de femmes maltraitées, malades, parfois enceintes. Au milieu de l’urine et du vomi. "Chaque nuit, ces images me réveillent en sursaut."

    Après avoir passé quatre jours et trois nuits dans cette prison, Cécilia a embarqué mi-février dans un vol direction la France.

    Désormais, elle aspire à se reconstruire, à surmonter ses moments douloureux et à prévenir. "La Thaïlande, plus jamais!"

     

    https://www.varmatin.com/faits-divers/jai-vecu-lenfer-une-touriste-varoise-emprisonnee-en-thailande-a-cause-de-sa-cigarette-electronique-300674?

     

    Quand nous mettons en garde contre l'usage du vapoteur en Thaïlande, certains nous disent qu'on exagère... Non, nous faisons notre travail, c'est tout.

    Depuis des années nous demandons aux ambassadeurs et consuls de France en Thaïlande de mettre en garde les Français dans les "conseils aux voyageurs" comme le font les autorités anglaises. En vain.

     

    Quant aux conditions qui font de IDC Bangkok la pire prison du monde, rappelons que c'est intentionnel. C'est pour que ces gens qui doivent quitter le territoire n'aient pas envie de rester. Et pourtant certains passent des années dans ce trou à rat.

     


  10. Un design en bois qui, selon la critique, aurait copié les idées d'un architecte japonais a été abandonné pour le nouveau bâtiment du terminal 2 de Suvarnabhumi.

    Un conseil d'administration réuni mercredi à l'AoT (Airports of Thailand PCL) a décidé d'abandonner la conception du célèbre architecte thaïlandais Duangrit Bunnag et de son consortium D-BALP.

    Le concept "forêt" a été critiquée en septembre de l'année dernière car considéré comme un plagiat du "musée du petit pont de bois" de l'architecte japonais Kengo Kuma dans le sud du Japon.

    Les critiques ont également déclaré que ce n'était pas approprié pour un aéroport.

    Maintenant, AoT dit vouloir concevoir le bâtiment en interne.

    Ce qui est advenu au budget consacré à la conception (329 millions de bahts) n'a pas été expliqué dans les articles de Siam Rath ou d'INN.

    Le projet avec la construction coûte 4,2 milliards de bahts au total.

    Les deux sources d'informations se sont concentrées sur les modifications à apporter aux points de vente et aux boutiques hors taxes dans le nouveau terminal. King Power n'aura plus l'exclusivité et d'autres acteurs pourraient obtenir des boutiques.

    Thaivisa en anglais note que, en septembre également, une controverse avait éclaté lorsqu'il avait été annoncé que Duangrit Bunnag - un membre d'une des familles les plus "influentes" de Thaïlande - et sa D-BALP avaient gagné l'appel d'offre après s'être classés seulement deuxième.

    L'entreprise gagnante a été disqualifiée pour ne pas avoir fourni le formulaire de devis officiel...

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085550-copied-forest-design-of-new-bangkok-airport-terminal-abandoned/

    Thaivisa en français rappelle qu'une association de lutte contre la corruption suspecte AoT de vouloir profiter de la période électorale pour faire passer des projets qui, en tant normal, seraient bloqués par le gouvernement, quel qu'il soit.

    9pm.jpg.c9f02d652a2982f1c060044a3bb4cf00.jpg.93c728e6e0ce852d505fce0fc2eeba14.jpg


  11. L'ASFE existe depuis des années. Vous n’en aviez pas encore entendu parlé ? C’est normal. Jusqu’à présent, nous travaillions exclusivement avec vos élus de proximité : les conseillers et délégués consulaires, à qui nous proposons notre aide juridique et administrative au quotidien.

    A plusieurs, nous avons fondé l’ASFE, mouvement politique indépendant dédié exclusivement aux Français de l’étranger, en partant du constat suivant : les Français de l’étranger sont une immense richesse pour la France qu’elle a tendance à négliger. 

    2019 est pour l’ASFE une nouvelle étape : nous avons en effet décidé d’amplifier notre mouvement, d'être plus nombreux pour mieux nous faire entendre. Peut-être avez vous été ou êtes encore aujourd’hui proche d'un parti politique national. Ou bien, au contraire, vous êtes dans un moment de rejet total de la politique française. Quelle que soit votre position ou votre sensibilité, à l’ASFE, nous considérons que les clivages partisans n’ont pas réellement lieu d’être : un Français qui vit à l’étranger rencontre toujours les mêmes problèmes et a toujours les mêmes besoins.  

    Si l’on veut être considéré, il est nécessaire de se faire entendre : rappeler tous les jours que les Français de l’étranger sont des Français à part entière et qu’ils ont des droits. C’est ce que vous propose l’ASFE, que je vous invite à découvrir et à venir enrichir de toutes vos idées. Ce mouvement, c’est le vôtre !

    Jean Pierre Bansard

     

    Qu'est ce que l'ASFE ?
    L’Alliance Solidaire des Français de l’Etranger (ASFE) est un mouvement politique indépendant dédié aux Français de l’étranger.
    Entre deux et trois millions et demi de Français sont établis à l’étranger. C’est considérable : plus que le nombre d’habitants à Paris.
    Ces Français ont des besoins et des aspirations légitimes et variés : l’école de leurs enfants, leurs retraites, la santé et la sécurité de leur famille… le besoin de s’informer facilement de leurs droits, la possibilité de savoir qu’ils peuvent toujours rentrer, ou être accueillis pour la première fois lorsqu’ils ont toujours vécu à l’étranger.
    L’Alliance Solidaire des Français de l’Etranger (ASFE) a fait le constat que ces droits ne sont pas correctement compris, ni défendus dans le paysage politique français.
    Les Français de l’étranger sont une immense opportunité pour notre pays, bien souvent ignorée. Notre objectif avec l’ASFE est triple :
     Devenir le relai privilégié des intérêts des Français de l’étranger dans les instances de décisions nationales, et en premier lieu le Sénat, où nous avons une élue, Evelyne Renaud-Garabedian ;
     Inciter les Français de l’étranger à participer à la vie publique française, en s’inscrivant sur les listes électorales et en votant aux élections consulaires et nationales ;
     Devenir la principale « plateforme » de diffusion d’informations sur les Français de l’étranger.
    L’ASFE entend porter une image positive des Français de l’étranger, fidèle à leur dynamisme et à leur engagement. Pour cela, nous utilisons la voie d’un mouvement politique indépendant. Notre conception de la politique est la suivante : un travail assidu et des actions concrètes au service de l’autre. Cet autre, pour l’ASFE, ce sont les Français de l’étranger.

     

    https://alliancesolidaire.org/quest-ce-que-lasfe/


  12. Notice rouge d'Interpol pour un suspect grec concernant le meurtre d'une esthéticienne à Phuket

    PHUKET: La police de Cherng Talay a demandé à Interpol d'émettre une notice rouge pour l'arrestation du ressortissant grec Dimitrios Chairopoulos, âgé de 42 ans, recherché pour le meurtre de Niramon Aewkaew, esthéticienne à Phuket.

     

    La demande a été présentée hier à Bangkok à la Division des affaires étrangères de la police et au bureau du Procureur par le chef de la police de Cherng Talay, le colonel Serm Kwannimit.

    "Je souhaite que la police royale thaïlandaise demande à Interpol d'émettre une notice rouge pour l'arrestation de Chairopoulos", a ajouté le colonel Serm.

    La demande de notice rouge d'Interpol suit un avis de la Cour provinciale de Phuket, lundi 18 février, qui a émis un mandat d'arrêt contre Chairopoulos, a expliqué le col Serm.

    Ce mandat d’arrêt a été lancé après que Chairopoulos a été vu en train de quitter la chambre d’un hôtel à Bang Tao où le corps de Mme Niramon a été retrouvé samedi 16 février.

    Mme Niramon, âgée de 43 ans, originaire de Phattalung, avait été battue à mort.

    Lorsque sa sœur a découvert le corps de Mme Niramon, ses mains et ses pieds étaient toujours liés et elle avait un tissu noir dans la bouche.

    La police a confirmé qu'elle attendait les résultats d'un examen post mortem pour déterminer si Mme Niramon avait été agressée sexuellement.

    Le Col Serm a confirmé au Phuket News que Mme Niramon et Chairopoulos étaient mariés au moment de son décès.

    «Leur mariage a été enregistré au bureau de district de Thalang en 2017», a-t-il déclaré.

    Toutefois, le col Serm a également noté qu'un an auparavant, en 2016, Mme Niramon avait déposé plainte au commissariat de police de Cherng Talay. Elle affirmait que Chairopoulos, dans une crise de jalousie, avait menacé de la tuer si elle le quittait.

    Quoi qu’il en soit, Mme Niramon a épousé Chairopoulos l’année suivante.

    Le col Serm a déclaré que la police avait obtenu des images de vidéosurveillance montrant le couple quittant la chambre dans l'après-midi du 11 février - la dernière fois que Mme Niramon a été vue en vie.

    Le couple est rentré dans la chambre ce soir-là, mais on a vu Chairopoulos quitter à nouveau la chambre, cette fois, seul, a expliqué le col Serm.

    Chairopoulos aurait quitté le pays par l'aéroport international de Phuket à 22h14 le même soir.

    "Il avait acheté un billet de Phuket à Dubaï", a déclaré le Col Serm.

    Selon les registres d'immigration de Phuket, Chairopoulos a embarqué à bord du vol Emirates EK0379 à destination de Dubaï, partant de Phuket à 2 heures du matin.

    «Nous travaillons à faire en sorte que Chairopoulos soit arrêté», a déclaré le Col Serm.

    «Nous avons demandé à l'ambassade de Grèce à Bangkok de coopérer pour l'arrêter. Nous leur avons déjà envoyé une copie du mandat d'arrêt », a-t-il ajouté.

    Toutefois, à ce stade, on ne sait pas ce que fera l'ambassade grecque, a-t-il noté.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085431-interpol-red-notice-sought-for-greek-suspect-over-phuket-beautician-murder/

    Dimitrios au guichet de l'immigration alors qu'il quitte Phuket

    1550659324_1-org.jpg.f49ccf8e082c7a87207f070885eecf88.jpg.8d0418bf02cb63cbae5ccaeb4e5f366d.jpg


  13. Un Russe accusé d'avoir fraudé 28 millions de dollars sera envoyé aux États-Unis à la demande du FBI

    Un tribunal thaïlandais a décidé mercredi d'extrader aux États-Unis, Dmitry Ukrainsky, un russe soupçonné de cybercriminalité, accusé d'avoir volé 28,5 millions de dollars (886 millions de Bt) sur des comptes bancaires de plusieurs pays.

    Le verdict, lu devant le tribunal pénal de Ratchadapisek à Bangkok, a révélé que M. Ukrainsky était accusé de fraude financière, passible de peine de prison de 12 mois ou plus.

    Les faits ne pouvant pas être qualifiés de politiques et leur délai de prescription n’étant pas encore expiré, l’affaire répondait donc aux critères permettant son extradition, comme demandé par les autorités américaines. Le tribunal a déclaré qu'Ukrainsky avait déjà purgé une peine d'emprisonnement pour s'être rendu coupable de blanchiment d'argent en Thaïlande.

    Bien qu'Ukrainsky ait maintenu son innocence dans les accusations de fraude et de blanchiment d'argent, la cour a déclaré avoir pris en compte le fait qu'un tribunal américain avait émis des mandats d'arrêt à son encontre et à l'encontre de sa complice, une Ouzbèke, Olga Komova, 28 ans.

    Les deux accusés ont été arrêtés en Thaïlande il y a trois ans à la demande du FBI et accusés d'avoir envoyé des programmes malveillants dans des courriers électroniques à leurs victimes. Le logiciel malveillant a ensuite renvoyé les noms d'utilisateur et les mots de passe des comptes bancaires en ligne des victimes.

    Le FBI a retracé les transactions et a découvert qu'elles avaient été effectuées depuis la Thaïlande. Il a donc demandé à la police thaïlandaise d'appréhender le couple. Ukrainsky a été arrêté dans la ville de Pattaya, où il dirigeait plusieurs entreprises louant des yachts à des touristes, tandis que Komova a été appréhendée dans un hôtel de Koh Chang, où elle travaillait.

    Après son arrestation, Komova avait accepté d'être extradée vers les États-Unis, où elle a été condamnée pour le même chef d'accusation.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085429-russian-accused-of-28m-fraud-to-be-sent-to-us-at-fbi-request/

    Les autorités russes essaient régulièrement d'empêcher l'extradition de leurs ressortissants vers les USA, comme l'inverse est sans doute vrai aussi. Dans le cas présent, soit les Russes ont laissé faire, soit ils ont échoué à récupérer leur propre délinquant.

    2ec6949ed66b10d62de6d88430c57e9c.jpeg.b0369d7fa5b268df5dc7c812ed96c040.jpeg.a71b10bdd9429d8ecdc5525357e87f3f.jpeg

     


  14. La Division des tremblements de terre du Département de météorologie surveille de près une série de séismes dans le district de Wang Nua, province de Lampang, craignant un séisme majeur imminent.

    Le premier tremblement, de 2,1 sur l’échelle de Richter, a été détecté à 12 h 01 avec son épicentre dans le district de Wang Nua à Lampang. Il y a eu alors 10 secousses sismiques dans les deux heures suivantes: magnitude 3,3 à 12h17, magnitude 2,4 à 12h28, magnitude 2,1 à 12h29, magnitude 2,6 à 12h54, magnitude 2,0 à 12h57, magnitude 2,3 à 13h17, intensité 3,0 13h51, 2,4 magnitude à 15h55, magnitude 3,1 à 14h00 et magnitude 2,6 à 14h19.

    Le service de prévention des catastrophes a indiqué que l'épicentre du séisme se trouvait à environ huit kilomètres sous terre et que rien n'avait été ressenti par les habitants du district ou d'ailleurs.

    M. Suwit Kuosuwan, directeur de la recherche sur les lignes de faille au département des ressources minérales, a cependant déclaré à Thai PBS que le public ne devrait pas paniquer, ajoutant que rien d'inhabituel ne s'était produit sur la ligne de faille de Phayao.

    Le 5 mai 2014, le dernier séisme majeur sur la ligne de faille a été un événement de magnitude 6,3 dans le district de Pan province de Chiang Rai et a provoqué des dégâts considérables aux habitations et autres structures.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085477-major-quake-feared-in-lampang-following-minor-tremors/

     

    la.jpg.8d31c8c736afcd88125bea0156f0d3cd.jpg.edb54bba91f49104f73fd56f268e58da.jpg


  15. BANGKOK (Reuters) - La police thaïlandaise a déclaré mercredi qu'elle cherchait à poursuivre le célèbre chef du nouveau parti politique pour un discours prononcé sur Facebook, critiquant la junte au pouvoir, juste un mois avant les élections générales.

    L'action en justice contre Thanathorn Juangroongruangkit, 40 ans, et deux de ces collègues du parti Future Forward, populaire chez les jeunes électeurs, ajoute à l'inquiétude que l'armée soit déterminée à maintenir son emprise sur la politique, même après le 24 mars.

    "Nous allons renvoyer les suspects au procureur général", a déclaré à Reuters le lieutenant-colonel la police Krit Seneewong Na Ayutthaya, enquêteur de la division de la cybercriminalité de la police.

    Thanathorn, milliardaire dans le secteur de l'automobile et nouveau venu sur la scène politique, et ses deux collègues pourraient être condamnés à cinq ans de prison en vertu de la loi sur la criminalité informatique pour avoir "diffusé de fausses informations" dans un discours publié sur Facebook en juin dernier.

    Krit a déclaré que l'affaire serait renvoyée la semaine prochaine aux procureurs, qui décideront s'il faut juger ou non.

    Le parti Future Forward a démenti cette accusation, affirmant que les arguments avancés dans son discours constituaient une information publique.

    "Il est évident qu'à l'approche des élections, certains accélèrent l'affaire ... Nous sommes prêts à faire face aux défis qui nous attendent", a déclaré Thanathorn à la presse lors d'un rassemblement à Bangkok.

    Des centaines de jeunes, dont beaucoup d'étudiants, se sont rendus au rassemblement. La plupart ont pris des photos et des vidéos de Thanathorn et certains ont fait la queue pour prendre des selfies avec lui.

    Le hashtag "#SaveThanathorn" était tendance sur le Twitter thaïlandais.

    Les élections générales du mois prochain sont les premières depuis le coup d'État militaire de 2014.

    Tandis que le vote est très attendu par les partis politiques et les électeurs, certains reprochent à la nouvelle constitution, élaborée sous la supervision de l'armée, de garantir que les généraux conserveront un rôle important en politique.

    Thanathorn a lancé son parti l'année dernière, en le présentant comme une alternative à la politique actuelle de la Thaïlande, qui oppose depuis des années les loyalistes de l'ex-Premier ministre renversé, Thaksin Shinawatra, aux partis de l'establishment soutenant l'élite militaro-royaliste.

    Thanathorn a critiqué le régime militaire et s'est récemment engagé à poursuivre les coupables qui ont fomenté des coups d'état et à modifier la nouvelle constitution.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085473-thai-police-seek-to-prosecute-leader-of-anti-junta-party-popular-with-young/

     

    Il existe trois partis anti-junte : Le Thai Raksa Chart qui devrait être dissous ces prochains jours, le Future Forward mentionné ici dont le chef charismatique pourrait être condamné à 5 ans de prison pour avoir critiqué la junte et le Pheu Thai qui pourrait être dissout si l'on prouve qu'il est lié au Thai Raksa Chart.

    Le parti démocrate se dit opposé aux coups d'état mais a tout fait pour que l'armée prenne le pouvoir en 2014 (et 2006) et devrait se rallier à Prayut après les élections.

     

    2019-02-20T130202Z_1_LYNXNPEF1J0XD_RTROPTP_4_THAILAND-ELECTION.JPG.454da01d54b38e6846178588aabeb78c.JPG.040978b2061455c694a67bd693d35e73.JPG

     


  16.  

    Un Finlandais de 5 ans sauvagement attaqué sur la plage d'Ao Nang par une meute de chiens sauvages - on craint la rage

    Un garçon finlandais de cinq ans est dans un état grave à l'hôpital après avoir été sauvé d'une meute de chiens errants sur la plage d'Ao Nang, Krabi, Thaïlande.

    Les animaux ont agressé le petit garçon à la gorge et il était couvert de sang lorsque son père, affolé, l'a emmené dans une ambulance.

    On a compté dix blessures. Il venait juste d'aller dans la mer chercher du sable avant de rentrer à l'hôtel avec son père et son frère.

    Les médecins ont peur que le garçon ait contracté la rage.

    C'est la dernière d'une série d'attaques, en particulier contre les jeunes enfants.

    Le chef de l'administration locale a déclaré qu'il avait tout essayé. Maintenant, les chiens sont sur le point d'être entièrement éradiqués de la plage, prétend-il.

    Ao Nang, dans le sud de Krabi, est l'une des plages les plus réputées de la Thaïlande, notamment chez les touristes scandinaves.

    Thaivisa en anglais note que ce n'est qu'une question de temps avant que de nouvelles attaques de ce type nuisent sérieusement au tourisme dans la région.

    Thaivisa en français rappelle qu'un petit Français mordu de la même façon au Sri Lanka est mort. Les médecins français n'ayant rien pu faire contre la rage, une maladie presque toujours mortelle.

    https://www.lci.fr/sante/rage-maladi-rhone-l-enfant-mordu-au-sri-lanka-mort-ce-que-l-on-sait-sur-cette-maladie-grave-2066984.html

    Selon le Daily News, le père Appo Nikula, âgé d'environ 30 ans, a emmené son garçon dans l'ambulance après avoir été aidé par des habitants et des touristes.

    Une meute de 4 ou 5 chiens l'attaquait encore alors qu'il transportait son fils blessé et ensanglanté en lieu sûr. Le garçon avait deux entailles à la gorge, des lacérations au dos et une blessure de cinq centimètres à la jambe. On a compté dix blessures après l'attaque de mercredi.

    Appo était avec ses deux enfants. Le garçonnet de cinq ans était retourné dans la mer chercher du sable avant de rentrer à l’hôtel. C'est à ce moment-là que les chiens ont agressé cet enfant de cinq ans qui s'est mis à hurler.

    Les médecins de l'hôpital de Krabi Nakharin ont déclaré s'inquiéter de deux choses. Les entailles à la région centrale de la gorge et la possibilité que le garçon contracte la rage.

    Il fait l'objet d'une surveillance étroite.

    Le chef des autorités locales, Phankham Kittithornkun, est exaspéré par la situation et a déclaré que la stérilisation, la rafle (des chiens) et la vaccination avaient toutes été tentées.

    Mais les gens laissent toujours traîner leurs chiens à la plage.

    Il a ordonné une action plus décisive. Une réunion et une enquête sont prévues pour aujourd’hui. Elles pourraient permettre de ramasser tous les animaux et de leur trouver un gîte ailleurs.

    Il demande de l'aide aux autorités des parcs nationaux.

    Il a laissé entendre qu'il ne pouvait pas faire ce qu'il voulait en raison des lois strictes sur la cruauté envers les animaux.

    Par ailleurs, un plagiste a déclaré au Daily News que de nombreux touristes européens et chinois avaient été attaqués sur la plage.

    Et les victimes étaient souvent des enfants âgés de 4 à 8 ans.

    C'était un problème de longue date.

    Krabi est connue pour être l'une des nombreuses régions du pays où la rage sévit.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085501-finnish-boy-5-savaged-on-ao-nang-beach-by-pack-of-wild-dogs-rabies-feared/

     

    1pm.jpg.629aee17b8d3302679bf4ef06b751805.jpg.97a80ab30e4c5ad1eadc62d85d7b9e5b.jpg


  17.  

    Bangkok, 20 février (VNA) - Plus de 1,5 million de personnes se sont inscrites au vote par anticipation avant les élections générales du 24 mars en Thaïlande, tandis que 85.000 personnes se sont officiellement inscrites en tant qu'électeurs expatriés, a déclaré le secrétaire général de la Commission électorale thaïlandaise (CE), Jarungvith Phumma.

    photo.1452682_w430.jpg.1d575766ae528c2ef89f0d6dd9e53aad.jpgLes Thaïlandais expatriés voteront du 4 au 16 mars à l'ambassade ou au consulat le plus proche dans leur pays de résidence. Ici Paris.

    Les électeurs thaïlandais d'outre-mer peuvent voter du 4 au 16 mars au siège des ambassades ou des consulats généraux de la Thaïlande dans les pays hôtes, selon M. Jarungvith.

    Les électeurs ont commencé à s’inscrire le 28 janvier et le 19 février était le dernier jour d’inscription. En outre, ils ont pu s'inscrire en ligne jusqu'à minuit du 19 février.

    M. Jarungvith a déclaré que la CE ne pouvait pas repousser cette échéance car il lui fallait du temps pour calculer les chiffres exacts afin de déterminer combien de bureaux de vote seraient nécessaires pour le vote par anticipation.

    Le nombre d'électeurs inscrits cette année est supérieur à celui de la dernière élection, a-t-il fait savoir.

    Cette élection sera la première en Thaïlande depuis le coup d'État militaire de 2014. Au total, 500 députés seront élus, dont 350 députés indépendants et 150 autres des partis.

    Au début de ce mois-ci, 11.181 personnes au total avaient soumis leur candidature et 389 candidats ont été disqualifiés, selon la CE.

    Soixante-huit candidats avaient été vérifiés pour concourir au poste de Premier ministre. Y figurent notamment le Premier ministre sortant Prayut Chan-o-cha et l'ex-Premier ministre Abhisit Vejjajiva. -VNA

     

    https://fr.vietnamplus.vn/thailande-15-million-de-personnes-inscrites-au-vote-par-anticipation/117276.vnp


  18. Un chauffeur de bus d'excursion a été arrêté pour avoir volé de l'argent à un Australien et à deux Britanniques alors qu'ils se rendaient à Kanchanaburi mardi.

    Le lieutenant-colonel Suebsak Phansueb, inspecteur de la police touristique de Kanchanaburi, a déclaré que Seksit Saikaew, âgé de 34 ans, avait été arrêté mardi soir après que les touristes ont porté plainte.

    Harry Stephen, Anthony Robert et Carol Susan ont déclaré que leurs sacs avaient été fouillés et des objets volés alors qu'ils étaient sortis de l'autobus pour se rendre au mémorial de guerre de Chongkhao Khat.

    Alors que les officiers interrogeaient d'autres touristes, ils ont remarqué que Seksit avait l'air gêné. Les officiers l'ont donc fouillé et ont retrouvé 8 800 Bt, 82 US $ et 20 £.

    Seksit a déclaré qu'un autre chauffeur, Kanchit Kaewmanee, lui avait demandé de l'aider à rechercher des objets de valeur dans des sacs de voyage pendant la visite du mémorial.

    Les policiers ont déclaré que Kanchit s'était enfui et qu'ils le cherchaient. Seksit a affirmé que c'était Kanchit qui avait fouillé les sacs pendant que lui surveillait les touristes.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085387-bus-driver-arrested-over-theft-from-british-and-australian-tourists-in-kanchanaburi/562000001841901.jpg.b9223c1dba0a3bef10393a61879863be.jpg.16acb37368ce55c21699974e00b7d46b.jpg

     


  19. Vietnam : le visa électronique va évoluer

    et s'ouvrira plus au Monde

    Actuellement accessible aux ressortissants de 46 pays et avec 28 postes-frontières éligibles, l'e-Visa vietnamien s’apprête à se développer.

    Avec plus de 15 millions de touristes en 2018 et 20% d'augmentation du nombre de voyageurs par rapport à 2017, le Vietnam connait une croissance touristique remarquable ces dernières années.

    Cette dynamique est alimentée par le développement rapide des infrastructures, des compagnies aériennes à bas coûts et d'une politique de visas qui se libéralise au fil des années.

    Concernant les conditions d'entrée, le pays souhaite, depuis longtemps, rivaliser fraternellement avec ses voisins de la région de l'ASEAN qui disposent, pour un grand nombre, de politiques en matière de visas moins restrictives que celle du Vietnam : procédure de délivrance de visa à l'arrivée simplifiée, exemption de visa ou visa électronique pour de nombreuses nationalités,...
     
    Le Vietnam propose actuellement: une exemption de visa pour 24 pays, dont la France pour des séjours de 15 jours jusqu'au 30 Juin 2021; un visa à l'arrivée sur présentation d'une autorisation ministérielle impliquant des démarches avant le départ; depuis Février 2017, un visa électronique aux citoyens provenant de 46 pays, dont la France.

    Souhaitant donc surfer sur ce bel exercice 2018, où le pays s'est notamment vu décerné le prix de "Meilleure destination 2018 en Asie" lors des World Travel Awards, le gouvernement vietnamien s’apprête à développer son e-Visa.

    Deux ans, jour pour jour, après sa mise en service, c'est par le décret 17/2019/NĐ-CP, daté du 1er Février 2019, que les autorités vietnamiennes annoncent que 35 nationalités seront ajoutées aux 46 déjà éligibles à l'obtention du visa électronique et que 5 postes-frontières additionnels seront proposés aux usagers.
     
     

    35 nouveaux pays éligibles

    Les 35 nouvelles nationalités prochainement éligibles sont:

    Andorre, Autriche, Belgique, Bosnie-Herzégovine, Brésil, Chine (y compris Hong-Kong et Macau; à l'exception des titulaires d'e-Passport), Chypre, Croatie, Estonie, Fidji, Géorgie, Iles Marshall, Iles Salomon, Islande, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Macédoine, Malte, Mexique, Micronésie, Moldavie, Monaco, Monténégro, Nauru, Palau, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Portugal, Qatar, Samoa, San Marin, Serbie, Slovénie, Suisse et Vanuatu.
     
     

    5 nouveaux postes-frontières

    Les 5 postes-frontières prochainement utilisables sont:

    - Poste-frontière terrestre international de Tay Trang (province de Dien Bien - frontière avec le Laos)
    - Poste-frontière terrestre international de Na Meo (province de Thanh Hoa - frontière avec le Laos)
    - Poste-frontière terrestre international de La Lay (province de Quang Tri - frontière avec le Laos)
    - Poste-frontière maritime international de Duong Dong (province de Kien Giang)
    - Poste-frontière maritime international de Chan May (province de Thua Hue)

    Le décret prend effet pour une période de deux ans, à compter du 1er Février 2019 jusqu'au 1er Février 2021, car rappelons que la période test de délivrance du visa électronique prend, pour le moment, fin à cette date. Le pays terminant actuellement les festivités du Nouvel An Lunaire, célébrant l'année du cochon de terre, ces évolutions devraient entrer en vigueur dans les prochains jours.
     

     

    L'e-Visa pour le Vietnam, dont le prix est de 25 US$, est actuellement accessible aux ressortissants des pays suivants:

    France, Allemagne, Argentine, Arménie, Australie, Azerbaïdjan, Bulgarie, Biélorussie, Brunei, Canada, Chili, Chine, Colombie, Corée du Sud, Cuba, Danemark, Émirats Arabes Unis, Espagne, Finlande, Grèce, Hongrie, Inde, Ireland, Italie, Japon, Kazakhstan, Luxembourg, Myanmar, Mongolie, Norvège, Nouvelle-Zélande, Panama, Pays-Bas, Pérou, Philippines, Pologne, République Tchèque, Roumanie, Royaume-Uni, Russie, Slovaquie, Suède, Timor-Leste, Uruguay, USA et Venezuela.

    Le visa électronique permet actuellement une arrivée et une sortie du Vietnam via ces postes-frontières:

    - Aéroports: Cam Ranh International Airport, Cần Thơ International Airport, Cat Bi International Airport (Hải Phòng), Đà Nẵng International Airport, Nội Bài International Airport (Hà Nội), Phú Bài International Airport, Phú Quốc International Airport et Tân Sơn Nhất International Airport (Hồ Chí Minh-Ville).
    - Ports maritimes: Port de Đà Nẵng, Port de Hải Phòng, Port de Hồ Chí Minh-Ville, Port de Hon Gai/Hạ Long, Port de Nha Trang, Port de Quy Nhơn et Port de Vũng Tàu.
    - Frontières terrestres: Bo Y (frontière avec le Laos), Cau Treo (frontière avec le Laos), Cha Lo (frontière avec le Laos), Ha Tien (frontière avec le Cambodge), Huu Nghi (frontière avec la Chine), Lao Bao (frontière avec le Laos), Lao Cai (frontière avec la Chine), Moc Bai (frontière avec le Cambodge), Mong Cai (frontière avec la Chine), Nam Can (frontière avec le Laos), Song Tien (frontière avec le Cambodge), Tinh Bien (frontière avec le Cambodge) et Xa Mat (frontière avec le Cambodge).
     
     
    30871182-29301609.jpg.4e90220767ff921879b5ff54c1affa72.jpg

  20. Ces 26 lacunes dans les normes de l’aviation thaïlandaises doivent être corrigées

    La Federal Aviation Administration (FAA) des États-Unis a identifié 26 lacunes dans les normes de l’aviation thaïlandaises au cours de sa récente inspection et a recommandé qu’elles soient corrigées si la Thaïlande veut retrouver sa place en "première catégorie".

    Le directeur de l'Autorité de l'aviation civile de Thaïlande (CAAT), M. Chula Sukmanop, a déclaré que certaines des 26 failles récemment identifiées étaient déjà connues et en cours de correction. Celles-ci incluent le nombre de personnes affectées à la sécurité aérienne, qui doit être adapté aux normes aéronautiques.

    Il a ajouté que la FAA américaine soumettrait son rapport d’inspection officiel à la CAAT dans un délai de 60 jours par l’intermédiaire de l’ambassade des États-Unis à Bangkok. Après cela, la CAAT apportera les rectifications recommandées avant de demander à la FAA de procéder à une nouvelle inspection.

    Si la Thaïlande réussit les vérifications standard de la FAA, le pays passera au statut de catégorie 1, ce qui signifie que les compagnies aériennes thaïlandaises pourraient ouvrir de nouvelles routes aux États-Unis ainsi que dans d’autres pays qui suivent les normes de la FAA en matière d’aviation, comme la Corée du Sud.

    La Thaïlande a été déclassée dans la catégorie 2 en 2015 par la FAA et, la même année, l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) a donné un carton rouge à la Thaïlande en raison de ses inquiétudes en matière de sécurité. Les normes de l'aviation thaïlandaise étaient jugées insuffisantes. Deux ans plus tard, le carton rouge a été levé après que l’OACI a été satisfaite des améliorations apportées.

    https://www.thaipbsworld.com/faa-lists-26-flaws-in-thailands-aviation-standards-that-need-rectification/

    1938471383_-Eng13.png.2f2d5b40466b08013e4dc8cc769b95a0.png


  21. Surachet déclare : "Un étranger à la peau sombre" a attiré des garçons pré-adolescents dans une camionnette pour y avoir des relations sexuelles orales rétribuées 200 bahts.

    On ne sait pas pourquoi Surachet précise que ce Néerlandais est "de couleur sombre".

    En Thaïlande, les unités de police qui travaillent sur les crimes contre les enfants et sur les crimes en ligne ont annoncé qu'un ressortissant néerlandais attirait des garçons âgés de neuf ans à Bangkok et dans les environs.

    Ghyslain Sebelon, âgé de 23 ans, attirait des enfants dans son fourgon ou les emmenait dans sa chambre après s'être lié d'amitié avec eux dans des endroits tels que des salles de jeux.

    Ses crimes ont été révélés après que des images montrant son visage sont apparues sur un site de partage de photos homosexuelles en Australie.

    Il attirait les garçons et les payait 200 bahts pour du sexe oral.

    Il a rencontré l'un des garçon, "Bas", près de Rat Burana en 2016. Bas est allé dans la chambre de Sebelon et a reçu de l'argent en échange de relations sexuelles orales.

    L'agence nationale de presse dit que le suspect a déjà été condamné à 19 ans de prison en 2016. On comprend qu'il est actuellement en prison et que les accusations portées contre lui hier par Surachet ne font que s'ajouter aux précédentes.

    Ces dernières accusations annoncées par le général Surachate "Big Joke" Halparn, ont été rendues publiques après le travail de deux groupes qui pourchassent la cybercriminalités appelés (à dessein) TITAC et TACTICS.

    Lors de la conférence de presse, une affiche dit que les enfants victimes avaient entre 9 et 11 ans et que le suspect était un "étranger à la peau sombre".

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085304-big-joke-dark-skinned-foreigner-lured-pre-teen-boys-into-van-for-200-baht-oral-sex/

     

    2pm.jpg.a65c0b7f5259071ee5c7bd4117b618d1.jpg.1dd957fd15139c3fbcd8246c370203fc.jpg


  22. Deux articles du pro-junte The Nation qui s'inquiète des dérives d'un membre très influent de la présente junte : Aprirat, le chef des armées.

    Les coups d'états ont toujours été fomenté par le chef des armées. Prayuth était chef des armées en 2014 et pourrait être qualifié de colombe si on le compare à Apirat.

     

     

     

    Les POLITICIENS ont revendiqué hier le droit de proposer des programmes aux électeurs, en réponse ferme à la réaction agressive du chef de l'armée lundi aux propositions de réduction du budget de la défense.

    Le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, avait déclaré lundi que les politiciens qui proposaient de réduire le budget de la défense devaient écouter la chanson ultra patriotique «Nak Paendin» (traduction : qui ne vaut rien).

    Les politiciens des principaux partis politiques ont riposté hier, affirmant qu'ils avaient le droit de présenter leurs politiques aux électeurs et ont également conseillé au général de rester politiquement neutre.

    Le chef du parti démocrate Abhisit Vejjajiva a déclaré hier que tous les partis politiques avaient le droit de proposer des politiques, y compris celles qui touchaient l'armée, soulignant que les politiques proposées étaient normales et ne devaient pas conduire à des conflits.

    Il a ajouté que son parti évoquaient également la conscription volontaire, et la réduction du budget de la défense.

    Quant à l’invocation par le chef de l’armée de l’hymne qui pourrait inciter à la haine et à la violence contre les critiques de l’armée, M. Abhisit a déclaré que le général, en tant que serviteur d’État, devait rester non partisan.

    Il a également conseillé à Apirat de présenter ses arguments s'il estimait être touché par les propositions. Abhisit a déclaré que tout le monde devrait faire son travail.

    Chaturon Chaisang, du parti Raksa Chart, a fait écho à Abhisit, affirmant qu’il n’était pas du ressort du chef de l’armée d’exprimer son opposition à des partis politiques.

    "Il n’a pas le droit de dire ça", a déclaré Chaturon, évoquant les remarques de M. Apirat exhortant les politiciens à écouter "Nak Paendin".

    "De telles remarques sont complètement illégales." oubliant qu'Apirat faisait partie du quarteron de généraux qui a fomenté un coup d'état par nature illégal en 2014.

    Les employés de l’État doivent rester politiquement neutres, ce qui est particulièrement important dans la perspective des élections, a-t-il ajouté. En plus de ne pas être neutre, Chaturon a déclaré que la réaction du général témoignait de son ignorance des relations entre la politique, le gouvernement et les agences étatiques.

     

    D’autres politiciens et critiques ont déclaré que la réponse du général ne faisait que montrer que l’Armée avait besoin d’une refonte totale.

    Pour Pannika Wanich, du parti "Future Forward", l'armée doit rester neutre, mais dans de nombreux cas, la réalité est bien différente.

    "Il est clair qu'ils abusent de leur pouvoir pour ajouter de la pression ou même s'immiscer dans la politique", a-t-elle déclaré. «Ils semblent avoir envie de lancer un autre coup d’État pour s'emparer du pouvoir. C’est précisément pour cette raison que l’armée doit être réformée. "

    L'expert en sécurité Wanwichit Boonprong a confié à The Nation hier que le changement de la chaîne de commandement était une option envisageable pour la Thaïlande, dans la mesure où cela réduirait le pouvoir de l'armée.

    Dans ce système, a-t-il déclaré, il n'y aura qu'un seul commandant suprême, appelé président des chefs d'état-major, qui relèvera directement du chef du gouvernement. Le commandant ne jouera qu'un rôle de soutien et n'aura pas le droit de fournir de s’immiscer dans la politique, a-t-il ajouté.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085268-politicians-tell-the-army-chief-to-remain-neutral/

     

     

    L'armée en proie à la stratégie de la «haine»

    Le chef de l'armée s'inspire de la rhétorique ultra-nationaliste de l'époque la plus sombre de la Thaïlande

    Le chef de l'armée, Apirat Kongsompong, n'a jamais parlé avec une telle fureur. La colère s’explique facilement par le fait que la proposition de Khunying Sudarat Keyuraphan représentait également une menace sérieuse pour le rôle de l’armée en politique.

    D’autres partis, notamment Future Forward, ont également des politiques ciblant les dépenses militaires, mais les propos de Suradat sont plus puissants puisque son parti Pheu Thai a le potentiel de remporter les prochaines élections et de respecter ses engagements politiques.

    La réaction du chef de l'armée fut à la fois rapide et inquiétante.

    Soutenu par son chef, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha et le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, il a ordonné à Suradarat et à d'autres hommes politiques d'écouter la chanson d'extrême droite «Nak Phaendin», diffusée dans le but de répandre la haine nationale contre les étudiants dans les années 1970

    Apirat aurait ordonné aux radios militaires de jouer la chanson et des hymnes tels que "La Marche de l'Armée" trois fois par jour pour rallier ses troupes et le peuple thaïlandais contre ce qu'il considérait comme une menace pour la sécurité.

    Quelques heures plus tard, l’ordre a été résilié - bien que les chansons continuent à être jouées dans les casernes militaires pour exprimer l’attitude des plus hautes autorités contre la population de ce pays (sic).

    Les mots "Nak Phaendin" ou "Fardeau au pays" dictent que les "sans valeur" et les "ennemis de la nation" doivent être éliminés. Cette chanson de haine a été composée en 1975 par un officier de l'armée et est devenue une partie intégrante de la propagande d'ultra droite contre le mouvement communiste en Thaïlande pendant la guerre froide.

    La chanson et un film du même nom qualifiaient d'ennemis du pays ceux dont les idées différaient du nationalisme d'extrême droite promu par l'État. Les paroles disent que ces personnes ne sont pas légitimement thaïlandaises et ne méritent pas de vivre dans un "royaume de sujets loyaux".

    Ce discours de haine parrainé par l'État était diffusé plusieurs fois par jour, entraînant une montée de l'opposition contre le mouvement étudiant, les gauchistes et les communistes dans les années 1970. La haine a finalement débouché sur le massacre d'étudiants à l'Université Thammasat le 6 octobre 1976, une tache sombre sur l'histoire de la Thaïlande qui refuse de s'estomper. Aucune réponse n'a jamais été trouvée pour expliquer pourquoi de jeunes innocents ont été tués simplement pour avoir appelé à la justice sociale et à l'égalité dans le pays.

    En tant que chef de l’armée et âgé de 59 ans Apirak connaît les implications historiques de cette chanson, il n’a aucune excuse (dixit The Nation) pour attiser cette haine et entretenir de nouvelles tensions dans un pays déjà divisé dangereusement.

    Dans un pays où l'idéologie communiste est pratiquement vaincue, Apirat dépeint les hommes politiques comme des ennemis de l'État sans valeur et même dépourvus d'humanité. Ce sont des fardeaux qui devraient être éliminés, suggère-t-il, afin de nettoyer la terre. L'écho des mots utilisés pour diaboliser les étudiants de Thammasat il y a plus de 40 ans est aussi direct que terrifiant.

    Apirat a choisi la voie de la division, de la haine et du pouvoir, alors qu'en vérité, la réconciliation est le seul moyen de parvenir au développement national et à la paix.

    Le fossé politique de la Thaïlande se creuse, alimenté par une stratégie cynique et calculatrice mise en œuvre par les élites et les pouvoirs en place. L'armée affirme que deux coups d'État en moins de dix ans ont été organisés pour apporter la réconciliation; le chef de l'armée devrait se demander comment son discours de haine peut rassembler les gens et non appeler à un nouveau coup d'état.

    La vraie réconciliation dont notre pays a si désespérément besoin ne peut être forgée par le dictat, la haine et la peur.  https://forum.thaivisa.com/topic/1085276-rattled-military-resorts-to-‘hate’-strategy/  imageproxy_php.thumb.jpg.f10cd78b0d878fdac681870ed8d4d8c2.jpg



  23. Deux ambulances ont été vues sur le site touristique de Bangkaew Adventure, à Phangnga, après que deux touristes italiens et un cornac ont été blessés par un éléphant mardi.


    Deux touristes italiens et un cornac ont été blessés, dont un sérieusement, lorsqu'un éléphant est devenu fou furieux dans une attraction touristique de Phangnga, jetant trois hommes à terre et attaquant l'un deux à coups de défense.


    L’incident s’est produit sur le site touristique de Bangkaew Adventure à Song Phraek, a déclaré la police alertée mardi vers 10h30.


    Kanchanapong Karnwichit, un cornac de 26 ans, emmenait deux touristes - Francesco Di Megu, 32 ans, et Trofa Manuel, 30 ans, de nationalité italienne - pour une promenade. Ils montaient Thanwa, un éléphant mâle âgé de 8 à 9 ans.


    Thanwa est soudainement devenu fou jetant les trois hommes à terre. Il a ensuite enfoncé une défense dans l'estomac de M. Di Megu. Le cornac a ensuite pu éloigner l'éléphant des deux touristes.


    L'autre touriste a été blessé à la jambe gauche et à la poitrine à la suite de la chute, tandis que le cornac a été légèrement blessé.


    M. Kanchanapong a déclaré à la police que l'éléphant avait commencé à se secouer sur environ 50 mètres. Le cornac a déclaré qu'il avait essayé de contrôler la bête avec son crochet, mais Thanwa s'est secoué plus vigoureusement, éjectant finalement tout le monde.

    Le cornac a déclaré avoir entendu l'un des touristes crier et a sauté du sol pour l'aider. Il a ensuite appelé d'autres membres du personnel pour obtenir de l'aide.

    Les deux touristes ont été conduits à l'hôpital, où ils ont été déclarés hors de danger.

    On ne sait pas ce qui a déclenché la colère de l'éléphant, bien que Thairath ait signalé qu'une canette de bière avait été trouvée à proximité, spéculant que l'odeur de la bière était responsable.

    La police a accusé M. Kanchanapong d'imprudence pour avoir causé de graves blessures à autrui, sans que l'on sache ce que le cornac avait fait de mal. Les officiers ont prévu d'interroger le propriétaire du site avant d'envisager de porter d'autres accusations.

    De très nombreuses ONG se battent contre l'exploitation des animaux sauvages et des touristes naïfs à des fins pécuniaires en Thaïlande. Aucun citoyen conscient ne devrait payer pour être complice de ces attractions dégradantes pour les animaux comme pour les humains.

     

     


  24. La marijuana, ou «ganja», comme on l'appelle en Thaïlande, peut désormais être cultivée légalement et utilisée dans des applications médicales et scientifiques avec le consentement des autorités concernées.

    La loi sur les stupéfiants B.E. 2562, qui vise à modifier des dispositions de la loi sur les stupéfiants de 1979 afin de permettre l'utilisation de la marijuana pour le traitement de patients, les études, la recherche et le développement ainsi que pour des utilisations agricoles, commerciales et industrielles à des fins médicales, a été publié dans le Gazette royale.

    Cependant, l'usage légal de la marijuana sera placé sous le contrôle d'un comité dirigé par le secrétaire permanent à l'agriculture et composé de responsables de plusieurs départements médicaux, industriels, etc.

    La loi autorise également l'utilisation légale du «kanchong», ou chanvre, avec le consentement du comité.

    La loi permet maintenant d'importer et d'exporter de la marijuana en quantités suffisantes. Un traitement médical est désormais possible, mais une ordonnance doit être délivré par un médecin agréé. Toutefois, l'importation ou l'exportation de plus de 10 kg de marijuana n'est pas autorisée, car cela sera considéré comme un trafic de stupéfiants.

    C'est la première fois en Thaïlande que la marijuana peut être utilisée légalement à des fins médicales ou scientifiques, en dépit du fait que la plante possède depuis longtemps des qualités médicinales.

    L'utilisation contrôlée de la marijuana à des fins médicales et scientifiques est considérée comme une étape initiale qui conduira à une utilisation plus large et à d'autres fins. Le parti thaïlandais Bhumjai a utilisé le débat sur la marijuana comme stratégie principale de sa campagne, promettant une utilisation légale plus facile et diversifiée.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085164-law-to-legalize-marijuana-for-medical-purposes-takes-effect/

     

    imageproxy_php.jpg.0a6b9a20dd57902be323e3dc65c704e1.jpg


  25. Un Slovène de 54 ans résidant à Kalasin, s'est retrouvé en difficulté avec les autorités ce week-end pour avoir découpé huit affiches électorales. La raison ? sa petite amie thaïlandaise a manqué leur rendez-vous pour la Saint-Valentin, au cours duquel il avait prévu de la demander en mariage. Ce soir là, elle était occupée à faire campagne.

    Le suspect Zvonimir Nard (orthographe non officielle) a été arrêté dans un appartement après que des images de vidéosurveillance du Soi Pimpanit Pattana ont capturé un étranger à moto qui lui ressemblait en train de détruire une affiche électorale dans la nuit du 16 février.

    Après son arrestation, au cours de laquelle la police a confisqué le couteau qu'il avait utilisé lors des actes de vandalisme, le Slovène a avoué qu'il avait utilisé un couteau pour détruire huit affiches du candidat du parti Palang Pracharath de la circonscription de Kalasin, Chalong Maralert, dont une affiche sur laquelle Chalong est photographié avec le général Prayut Chan-o-cha.

    Le front du premier ministre dans l’affiche est également troué, comme par une blessure par balle, mais il s’est avéré que cela avait été causé par une pierre lancée sur l’affiche.

    Le suspect a déclaré qu’il était en colère parce que sa petite amie, qui fait partie de l’équipe de campagne de Chalong, était occupée à travailler pendant la Saint-Valentin et a donc manqué le rendez-vous avec lui.

    Il était particulièrement enragé car il avait prévu de lui offrir un cadeau et de lui demander de l'épouser pendant le dîner.

    Samedi, après avoir tenté en vain de la contacter par téléphone, il s'est saoulé et a décidé de partir à moto pour détruire les affiches, afin de soulager sa colère.

    L’homme a initialement été accusé d’avoir endommagé une "propriété", mais lorsque le candidat a abandonné la plainte, la police lui a donné un avertissement et l’a libéré.

    Lors de la conférence de presse, le Slovène est arrivé avec une guirlande de fleurs pour présenter ses excuses à Chalong, qui a ensuite affirmé qu'il avait pardonné à l'étranger.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1085042-slovenian-finds-himself-in-hot-water-after-girlfriend-puts-politics-before-romance/

     

    L'histoire est idiote mais permet de rappeler que les étrangers ne doivent pas interférer dans la politique thaïlandaise. Les médias en Thaïlande (comme nous) s'autocensurent et ne critiquent jamais l'armée. Si vous voulez de vraies analyses, il faut lire par exemple Channel News Asia (pourtant média d'un pays aussi peu libre que la Thaïlande : Singapour) qui a publié un article puissant ce matin.

    Il vaut mieux ne pas parler de politique avec les Thaïlandais car le pays est terriblement divisé et vous pourriez critiqué le parti favori de votre interlocuteur et, surtout, sans le savoir, commettre un crime de lèse-majesté.

    2.jpeg.42f809e29c0e660a2f6d7c9255295f1c.jpeg.dbf698d2f2bb56fedc40d806c46f58c3.jpeg

×