Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    20 219
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. L'économie thaïlandaise reste fermement engagée sur la voie de la reprise malgré l'incertitude mondiale, et les nouvelles hausses de taux d'intérêt seront progressives pour garantir la poursuite de la reprise, a déclaré mercredi le ministre des finances. La deuxième plus grande économie d'Asie du Sud-Est est stable, avec des taux d'intérêt relativement bas, des liquidités suffisantes et des positions fiscales et financières solides, a déclaré Arkhom Termpittayapaisith lors d'un forum d'affaires. "L'économie thaïlandaise a prouvé une fois de plus qu'elle est très résistante et qu'elle peut affronter les tempêtes", a-t-il déclaré, ajoutant que la croissance annuelle de 4,5 % au troisième trimestre était le rythme le plus rapide depuis plus d'un an. L'économie thaïlandaise devrait connaître une croissance de 3,4 % cette année et de 3,8 % l'année prochaine, le secteur du tourisme étant un moteur essentiel, a déclaré M. Arkhom, citant les prévisions du ministère.
  2. La haine de la population pour sa police ne va pas baisser après qu'un capitaine de police a bloqué délibérément une ambulance avec une passagère inconsciente à l'arrière. Il a payé une amende symbolique de 500 bahts et envoyé des fleurs. Thai Rath a rapporté le cas d'un automobiliste qui a délibérément refusé de s'écarter pour laisser passer une ambulance dont la sirène retentissait avec une vieille femme inconsciente à l'arrière. Le chauffard était un capitaine de police de l'unité de Dan Khun Thot à Nakhon Ratchasima dans le nord-est de la Thaïlande. Il a payé une amende de 500 bahts, c'est à dire rien, mais ne s'est pas présenté dans les bureaux des secouristes ambulanciers pour s'excuser. Il a envoyé un bouquet de fleurs à la place. Le comportement honteux du capitaine RTP – nommé Pol Col Charnchai Bengjantheuk – a été révélé dans une vidéo Facebook accablante dimanche matin. L'hôpital Pak Chong Nana avait demandé aux secouristes de Sawang Wicha Thammasathan de se rendre à Nong Sarai afin de récupérer une femme de 73 ans inconsciente. À son arrivée, l'équipe de secours a déclaré "une alerte rouge" car l'état de la patiente était plus grave que prévu et a commandé un autre véhicule hospitalier. L'urgence était telle que le premier véhicule devait partir devant et rencontrer le véhicule plus équipé à mi-parcours pour effectuer un transfert de brancard et tenter de sauver la dame. Alors que la sirène hurlait pour que la vieille femme arrive à temps, dans la zone du marché de Mitraphap, une Ford a refusé de s'écarter. Les secouristes ont imploré poliment le conducteur de se déplacer en disant par haut-parleur qu'il y avait une personne inconsciente à l'arrière. Le conducteur - on appris plus tard qu'il était un important officier de police - est sorti de son pick-up et a dit au sauveteur : "Tu ne vois pas qu'il y a un feu (rouge) ?" Il est ensuite remonté dans son véhicule et a semblé conduire délibérément lentement pour bloquer l'ambulance. Finalement au feu rouge suivant l'ambulance mieux équipée attendait et les secouristes ont pu charger la patiente à l'intérieur. Mais l'histoire ne se termine pas là. Le flic psychopathe a ensuite suivi le véhicule de l'hôpital de Pak Chong, effrayant le personnel avec ce qui semblait être un comportement menaçant et intimidant. Hier à 14 heures, le chef des secouristes Wichai Maneeratnakun et le personnel ont attendu deux heures pour obtenir des excuses du policier. Il a envoyé des fleurs à la place, sans prendre la peine de se présenter en personne. Son chef à Dan Khun Thot avait dit qu'il irait s'excuser. Le policier au comportement criminel s'est bien rendu à la police de Pak Chong pour payer son amende soit 500 bahts pour avoir bloqué une ambulance. Le montant de l'amende est insultant pour les secouristes et les malades. Il ne risque rien d'autre.
  3. Des festivités de bienvenue se tiendront le 10 décembre dans sept aéroports et deux postes frontière pour remercier tous les touristes et leur confiance en la Thaïlande en tant que destination de vacances. L'Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT) organise les « Incroyables célébrations des 10 millions » car le cap des 10 millions de touristes en 2022 sera déjà atteint. La Thaïlande a enregistré 9,78 millions d'arrivées de touristes étrangers du 1er janvier au 5 décembre 2022 selon le Bureau de l'immigration. La barre des 10 millions d'arrivées est prévue le 10 décembre 2022. M. Yuthasak Supasorn, gouverneur de la TAT, a déclaré : « Atteindre la barre des 10 millions de visiteurs si peu de temps après la réouverture complète de la Thaïlande au tourisme le 1er octobre 2022 est le résultat d'efforts concertés de tous les acteurs de l'industrie du tourisme et de tous les Thaïlandais. Nous adressons nos plus sincères remerciements à tous ces touristes qui nous ont rendu visite cette année. Les "Incroyables célébrations des 10 millions" doivent accueillir avec joie les touristes à cette date dans sept aéroports à Bangkok (Suvarnabhumi et Don Mueang), Phuket, Krabi, Chiang Mai, U-Tapao et Samui, ainsi que deux postes frontière à Sadao et Nong Khai. Le 10 millionième dont on sait déjà qu'il arrivera à l'aéroport Suvarnabhumi de Bangkok recevra des cadeaux. La campagne "Visit Thailand Year 2022-2023: Amazing New Chapters" invite les visiteurs à découvrir les attractions existantes et nouvelles proposées dans tout le royaume. L'accent est mis sur la promotion du soft power avec la nourriture, la mode, la boxe et les festivals. Le royaume offre sa NFT : Nature, Food (Nourriture), Thaïtude.
  4. suite de ces articles La liste annuelle très attendue de la BBC des 100 meilleures femmes de l'année a été publiée et la thaïlandaise Milli en fait partie. Milli, qui vient d'avoir vingt ans, fait tourner les têtes en Thaïlande depuis plusieurs années maintenant et en particulier depuis sa première apparition dans l'émission de téléréalité The Rapper. Elle a rencontré un énorme succès par la suite. Milli a connu une renommée encore plus grande ces dernières années et a été encore plus aimée par les jeunes Thaïlandais en raison de ses critiques contre le gouvernement thaïlandais. Elle est même impliquée dans une affaire de diffamation avec le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-O-Cha après avoir critiqué ses politiques liées à la pandémie de Covid-19. Après que Milli est devenue la première artiste thaïlandaise solo à apparaître sur scène du festival de Coachella (USA) plus tôt cette année, où elle a mangé de la mangue et du riz gluant sur scène, d'un des plats un favoris thaïlandais, le même Prayut a changé d'avis et a félicité la jeune femme pour son soutien à la Thaïlande. Elle fait partie de ces quelques jeunes femmes qui font beaucoup plus pour le softpower de la Thaïlande que les vieux militaires. Or le gouvernent cherche actuellement à améliorer le softpower du pays.
  5. Thai Rath a rapporté que la police et les secouristes de Tha Rua se sont rendus à Klong Toey, Bangkok hier matin dans un logement de la communauté de Wat Klong Toey Nai. Au deuxième étage, à l'extérieur d'une chambre louée, ils ont trouvé le corps de Methinee Wetthaisong, 34 ans, de Nong Khai, gisant dans une mare de sang. Elle était enveloppée dans une couverture portant juste un soutien-gorge et un short violets. Son cou avait été lacéré et elle était couverte de contusions. Le responsable était son "mari" Chalerm Raksapetch, 55 ans, ouvrier au port. La police a appris que le couple n'était ensemble que depuis cinq mois et avait loué une chambre. L'épouse une alcoolique notoire ne travaillait pas. De son côté, le mari est un colérique tout aussi notoire. A 16 heures le dimanche, ils étaient allés avec des amis boire du lao khao (alcool blanc) dans un commerce voisin. Ivres, À leur retour à la maison, une dispute a éclaté et le mari a accusé la femme d'avoir regardé un autre homme lors de la soirée. Il l'a agressée avec un cutter qu'il gardait avec lui et ils étaient tous les deux couverts de sang. Quand elle a rendu l'âme, Il a traîné son corps sous les escaliers et est allé chercher une couverture à l'étage pour l'envelopper. Tout cela s'est passé au vu des voisins sans que personne n'intervienne. Plus tard, il a demandé à un voisin de l'aider à la porter à l'étage, mais réalisant qu'elle était déjà morte, il a jeté sa femme à l'extérieur de leur chambre et s'est enfui. La police a obtenu un mandat d'arrêt contre Chalerm tandis que le corps de sa femme a été transporté par les secours de Ruam Katanyu à l'hôpital de Chula pour une autopsie. Un homme a été arrêté après avoir étranglé sa femme à mort lors d'une crise de jalousie dans une chambre de location de Sri Racha, Chonburi. Le drame s'est produit le lundi 5 décembre au soir à Bowin. La police a été contactée par le suspect du meurtre qui a déclaré qu'il voulait se rendre après avoir tué sa femme. La police et les secouristes se sont précipités sur les lieux et ont trouvé une femme morte identifiée comme étant Mme Maliwan Phromsri, 28 ans, à l'intérieur de la chambre. Le suspect, M. Sathien Sriphatchao, 27 ans, attendait la police calmement à l'extérieur de la pièce. Sathien, originaire de Buriram, aurait admis à la police lors de son interrogatoire qu'il avait étranglé et étouffé sa femme dans son sommeil par jalousie. Il a dit qu'il était le mari de la victime depuis 7 ans et qu'il a remarqué que ses comportements avaient commencé à changer récemment. Le suspect était un réparateur de climatiseurs tandis que sa femme était ouvrière dans la zone industrielle de Bowin, selon la police. Le suspect a déclaré avoir surpris sa femme en train de parler avec son ancien petit ami, ce qui a entraîné de nombreuses querelles en avril dernier. Le jour du meurtre, les choses ont empiré lorsque le suspect est rentré chez lui pour constater que sa femme n'était pas encore rentrée. Il l'a ensuite appelée pour qu'elle rentre à la maison et a attendu qu'elle s'endorme pour fouiller son smartphone. Le suspect a déclaré avoir craqué après avoir vu que sa femme parlait à nouveau avec ce potentiel amant. Dans un accès de jalousie, le suspect a déclaré avoir étranglé et étouffé sa femme à mort avant d'appeler sa sœur aînée et la police pour les informer de ce qu'il avait fait. Le corps de la victime a été transporté à l'hôpital de Laem Chabang pour une autopsie. Le suspect a été arrêté, mais on ne connaît pas le détail de charges retenues contre lui.
  6. L'immigration royale thaïlandaise mène actuellement "l'opération X-ray" dans certaines régions dont Pattaya pour débusquer les étrangers en overstay. Même quelques jours vous mènera dans les prisons de l'immigration (les pires du pays) avant expulsion. La campagne se déroule du 1er au 10 décembre et vise à assurer la sécurité pour les prochaines vacances de Noël. L'immigration royale thaïlandaise affirme que ceux qui viendraient expliquer leur situation illégale en personne éviteraient la prison et la publication de leur nom. Au vu du nombre d'arrestations de personnes en overstay, il semble que beaucoup de ceux qui espéraient passer entre les mailles du filet finissent par se faire prendre. Non seulement l'Immigration connaît pertinemment les noms des étrangers en overstay grâce aux systèmes informatiques mais des contrôles inopinés en ville sont effectués. A Pattaya principalement semble-t-il. Par exemple, le 5 décembre au soir, de nombreux lecteurs ont rapporté que des agents de l'immigration dans le complexe de divertissement Treetown, pendant les matchs de la Coupe du monde, demandaient aux clients de fournir une preuve de leur titre de séjour. Des copies de passeport et du cachet avec la date, papier ou sur téléphone, sont acceptées. Ceux qui n'ont pas de preuve sur eux, sont emmenés au poste pour contrôle. Des raids quasi quotidiens dans les bars et les discothèques de Pattaya ont également lieu, les clients sont invités à produire leur passeport et leur tampon ou une copie. Pour l'instant, la répression se poursuit et l'immigration a rappelé à tous les touristes et expatriés d'avoir à tout moment une preuve de leur statut légal dans le Royaume. Au moins sur téléphone. Un Américain de 63 ans a été arrêté dans le district de Tai Mueang à Phang Nga pour 745 jours d'overstay. Il n'avait pas quitté sa maison depuis deux ans. Le chef de l'immigration de Phang Nga, le colonel Phakkapong Boonchana, a déclaré au Phuket Express le 4 décembre que ses officiers avaient arrêté M. Michael Scott Drannan , 63 ans, un ressortissant américain dans une maison de Thung Maprao. M. Drannan a déclaré aux agents qu'il était entré en Thaïlande à son départ en retraite. Il a séjourné dans une maison avec une Thaïlandaise, aujourd'hui sa femme, avant Covid -19. Il cultivait des légumes biologiques sur une parcelle de 30 Rai à proximité, mais a récemment cessé cette activité en raison de problème économique. M. Drannan a déclaré à l'Immigration qu'il savait que son visa avait expiré et qu'il n'a donc pas quitté la maison pendant plus de deux ans de peur d'être pris. Sa femme thaïlandaise a pris soin de lui pendant ce temps et vendait les légumes. Drannan a déclaré au colonel Phakkapong que des problèmes financiers l'empêchaient d'obtenir un visa de retraite approprié. M. Drannan a été emmené au poste de police de Tai Mueang et risque expulsion et liste noire. Une Chinoise de 31 ans a été arrêtée à Surat Thani pour 19 jours de dépassement tandis que cinq autres ont été arrêtées à Chiang Mai dans le cadre de l'opération X-Ray. Un Indien à Chayaphum était en overstay de 974 jours, il a été dénoncé.
  7. Une bombe placée en bord de route a tué mardi trois cheminots qui réparaient une ligne de chemin de fer endommagée par une autre explosion samedi, dans le Sud rebelle de la Thaïlande, a indiqué la police thaïlandaise. L'incident s'est passé à Sadao, dans la province de Songkhla, frontalière de la Malaisie, une région en proie à un conflit armé séparatiste qui, ces dernières semaines, subit une montée des violences. Une première bombe a explosé samedi sur la ligne de chemin de fer reliant Padang Besar (Malaisie) à Hat Yai, provoquant le déraillement d'un train de fret. C'est 200 mètres plus loin qu'a explosé une seconde bombe mardi, faisant trois morts et quatre blessés légers, tous des employés de la compagnie nationale des chemins de fer (SRT) venus effectuer des réparations. «Nous pensons que la bombe était là depuis samedi», a indiqué le colonel de police Chartchai Chanasit, en ajoutant qu'aucun autre engin explosif n'a été retrouvé dans les environs. Aucun groupe n'a revendiqué ces attaques. Un conflit sévit dans le Sud de la Thaïlande, fortement surveillé par les forces de sécurité, où les rebelles de cette région à majorité musulmane luttent pour accéder à une plus grande autonomie vis-à-vis de l'État bouddhiste. Selon les chiffres de l'organisation Deep South Watch, plus de 7.300 personnes sont décédées depuis 2004 dans ce conflit qui s'enlise. Les insurgés visent le plus souvent des symboles de l'autorité centrale thaïlandaise, comme la police ou les voies ferrées. Fin novembre, l'explosion d'une voiture piégée devant un bâtiment de la police a tué une personne, dans la province de Narathiwat, également dans le Sud.
  8. Le gouverneur de Bangkok, Chartchart Sittipunt, prévoit de percevoir des taxes provinciales sur l'essence, le tabac et l'industrie hôtelière, une décision qui augmenterait probablement les prix de l'essence déjà élevés. "Aucune décision finale n'a encore été prise sur cette question", a déclaré Chadchart à Thai Enquirer, tout en admettant que la BMA avait besoin de davantage de sources de financement, car les 79,71 milliards de bahts qui lui sont alloués chaque année sont insuffisants. Le budget pour 2023 devrait être utilisé principalement pour atténuer les plus gros problèmes de la ville - les inondations et les embouteillages. Selon le média - Pracharat Thurakij , l'administration métropolitaine de Bangkok (BMA) souhaite collecter 5 Baht par paquet de cigarette, 5 Satang sur chaque litre d'essence et 2% du prix des chambres d'hôtel. La décision de la BMA intervient après avoir réussi à trouver une échappatoire permettant aux autorités locales de percevoir les taxes. Cette décision contribuerait à générer environ 1,4 milliard de bahts. Selon le plan de décentralisation de 1999, les organes locaux ont le pouvoir de percevoir des impôts, bien que la BMA ne l'ait jamais fait car elle n'avait pas modifié ses propres règles. La plus grande partie des taxes proviendrait des plus de 160 000 chambres d'hôtel de Bangkok. Les données de Krungsri indiquent que le nombre de chambres continue d'augmenter à Bangkok malgré la période de pandémie avec la construction d'hôtels comme Four Seasons, Capella Bangkok et autres. Puttachard Lunkam, de Krungsri précise qu'à fin 2019 (dernières données disponibles), le marché national comptait 784 000 chambres d'hôtel, en hausse de 5,1% par rapport à 2018. L'offre était la plus forte dans le Sud (dont Phuket) qui, avec 226 000 chambres (+6,7%) abrite 29% de toutes les chambres d'hôtel du pays. 20% des chambres d'hôtel se trouvaient à Bangkok avec 160 000 chambres (en hausse de 4,6%). Selon les plans de la BMA, la taxe hôtelière rapporterait environ 1 milliard de bahts. Cette décision serait probablement combattue par les hôteliers qui se remettent à peine de la pandémie qui a failli faire disparaître de nombreux opérateurs. Les chaînes telles que Minor, Erawan Group entre autres atteignent à peine le seuil de rentabilité après plus de 2 ans de pertes. La deuxième taxe la plus génératrice de revenus serait d'imposer 5 Baht par paquet de cigarette. Cette décision contribuerait à générer 200 millions de bahts pour la BMA. Par ailleurs, augmenter le prix du tabac peut toujours être vu comme un geste vertueux de santé publique. Et le dernier mais non le moindre serait que 200 millions de bahts supplémentaires viendraient de la «taxe sur les carburants» de 10 satangs par litre (actuellement 5 satangs, donc une augmentation de 5 satangs). Là aussi, on peut y voir un geste vertueux pour inciter les Bangkokiens à utiliser les transports en commun alors que des lignes de métros sont sur le point d'ouvrir et que des bus électriques seront mis en service. Cependant, Les prix du carburant seraient, pour certains, la cause de tous les maux de l'économie, de la hausse du coût de la vie et du ralentissement de la reprise. Chartchart Sittipunt qui bénéficie toujours d'un état de grâce a hérité de la dette colossale de la BMA envers les opérateurs du BTS. Une dette de 37 milliards de bahts qui si elle devait être remboursée empêcherait toute dépense d’infrastructure en ville. Personne ne songe à taxer les centres commerciaux de super-luxe aussi nombreux que redondants.
  9. Yuthasak Supasorn, le gouverneur de l’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT), a partagé l’objectif de la Thaïlande qui vise à atteindre 10 millions d’arrivées de visiteurs internationaux en 2022, lors d’un discours qui a eu lieu lors du 22e Sommet mondial du Conseil mondial du voyage et du tourisme (WTTC) à Riyad, en Arabie saoudite. En tant que l’un des orateurs du panel portant sur « La reprise des voyages en Asie et dans le Pacifique », M. Yuthasak a partagé les stratégies que le TAT utilisait pour atteindre ces objectifs. Le TAT vise un retour à 80 % des recettes touristiques globales de l’ère prépandémique. M. Yuthasak a également indiqué que la Thaïlande souhaitait mettre l’accent sur un tourisme plus durable, plus inclusif et plus respectueux de l’environnement. Il a noté que les fermetures et les restrictions de voyage liées au COVID-19 avaient créé une forte demande refoulée de voyages, et que la Thaïlande, qui est maintenant ouverte au tourisme, voyait les arrivées de visiteurs en provenance des marchés du monde entier « rebondir ». Un rebond exceptionnel à date et qui pourrait perdurer si les visiteurs actuels sont satisfaits de leur expérience. L’absence de groupes de touristes chinois rend les vacances en Thaïlande actuellement plus agréables et assure un meilleur respect de l'environnement. Le retour des Chinois ferait augmenter le nombre de touristes de manière radicale mais pourrait faire fuir d'autres touristes qui trouvent ces milliers de groupes bruyants, "bas de gamme". Par ailleurs et malgré les efforts des autorités contre les "zéro dollar tours", les millions de touristes chinois dépensaient dans des commerces, in fine, détenus par des ressortissants chinois, on le voit avec l'arrestation récente de quatre gros bonnets de la mafia chinoise en Thaïlande. M. Yuthasak a déclaré : « Le TAT accueille à nouveau les voyageurs du monde entier avec sa campagne de marketing « Visit Thailand Year 2022-2023 : Amazing New Chapters », dans laquelle les visiteurs sont invités à découvrir la richesse des expériences touristiques existantes et nouvelles proposées dans tout le royaume. »
  10. La rage s'est développée en 2018 en raison d'une pénurie de vaccins à partir de 2016 et d'une explosion de la maladie parmi les chiens errant du pays. Le plan proposé actuellement se concentre sur la vaccination des animaux dans toutes les localités du royaume avec l'aide de volontaires locaux. La Thaïlande met donc en place un programme de 3 ans pour éliminer la rage avec l'aide de 8 600 «volontaires» dans chacun des cantons du pays pour s'assurer que tous les chiens et chats, dans la rue ou à la maison, sont entièrement vaccinés contre la rage qui a tué 5 personnes en 2021 et une vingtaine en 2018. Le ministre de l'Agriculture Chalermchai Sri-on, et son administration rappellent qu'il existe un vaccin disponible pour tous en Thaïlande. Si la menace d'attraper la rage en Thaïlande provient à 7 % des chauves-souris, et 1 % des chats, les chiens représentent 92% des cas. La rage est une maladie zoonotique mortelle qui ne peut se propager que par la morsure d'un animal. La maladie, si elle n'est pas traitée rapidement, est mortelle dans la plupart des cas, les chiffres de 2018 montrant qu'un être humain meurt sur la planète de la rage toutes les 10 minutes. Le risque de rage en Thaïlande a régulièrement diminué au cours des dernières décennies grâce à une action constante de l'administration, notamment l'éradication (par castration) des chiens errant des zones urbaines et la vaccination des animaux domestiques. Il y a trois décennies, 100 personnes mouraient de la maladie par an, un chiffre qui a été réduit avec zéro décès en 2019 et 2020 et 5 décès seulement en 2021. Cependant, les objectifs pour éradiquer la maladie n'ont jusqu'à présent pas été atteints, tandis que la Thaïlande est devenue un pays où la menace de la maladie est considérée comme "modérée" et non "élevée". La Thaïlande a connu une épidémie de rage en 2018 lorsque 20 personnes sont décédées à la suite d'un problème d'approvisionnement en 2016 qui a entraîné une pénurie de vaccins. Le plan présenté lundi a fixé un objectif de vacciner 80% de tous les chiens et chats du pays avec la nomination de 8 600 « inspecteurs des animaux » à raison de 2 ou 3 par canton qui recevront une carte d’accréditation . Les personnes intéressées peuvent appeler le 02-653-4444. Les propriétaires d'animaux domestiques seront sensibilisés à la maladie et se verront rappeler leur responsabilité de contrôler les déplacements et le comportement de leurs animaux dans les lieux publics. Actuellement, il est obligatoire pour tous les propriétaires d'animaux de compagnie de les faire vacciner contre la rage avec une amende de 200 ฿ à la clé. Des plans plus radicaux, au cours des dernières années, notamment l'utilisation de puces (électroniques) sur tous les chiens et animaux, ont été proposés, mais ils ont été rejetés par le bureau du Premier ministre car trop chers pour la plupart des Thaïlandais. La prévalence de la rage en Thaïlande est liée à l'importante population de chiens errants dans les provinces environnant Bangkok ainsi que dans les provinces du nord-est, de l'extrême nord et du grand sud. Pattaya où la population de chien errants est importante a connu récemment des cas de rage. En 2018, à la suite d'une importante épidémie de rage dans le pays, le gouverneur de Bangkok, Aswin Kwanmuang, a lancé un programme pour prélever un grand nombre de chiens errants de la capitale et les déplacer vers un établissement de la province d'Uthai Thani où ils pourraient être vaccinés et castrés. Les experts ont montré qu'entre 5% et 10% des chiens errants en Thaïlande pourraient être porteurs de la rage.
  11. Un policier de la BORDER PATROL (police des frontières) a abattu un collègue dans les bureaux de l'unité à Khon Kaen le 5 décembre au matin. Il a ensuite reçu une balle dans la cuisse et a été transporté à l'hôpital car il refusait de se rendre à d'autres policiers, a déclaré Sanook.com. Le Pol. Le major-général Noppakao Somanat, commandant de la police provinciale de Khon Kaen qui a conduit une équipe de policiers sur les lieux du meurtre, a déclaré le Pol. sergent major Chuchart Pluakkhiao, 49 ans, qui est attaché au bureau de police de la patrouille frontalière de la région 2, avait utilisé un pistolet de 9 mm pour tirer cinq coups de feu sur le Pol. sergent major Pichit Saenkan, 44 ans, attaché à la même unité, au poste de garde. Pichit est mort sur les lieux. Après avoir tué son collègue, Chuchart a sorti un fusil M16 et s'est promené dans l'enceinte avec. L'équipe de police qui cherchait à l'appréhender lui a alors tiré une balle dans la cuisse pour empêcher de nouvelles effusions de sang et il a été emmené à l'hôpital de Khon Kaen pour y être soigné. Le scénario qui veut que des policiers ou des soldats s'emparent d'armes de guerre dans le râtelier de leur unité pour ensuite commettre une tuerie de masse a déjà été observé en Thaïlande. Les deux policiers de la patrouille frontalière ont eu un désaccord et, n'ayant pas été en mesure de le résoudre, Chuchart a tué son collègue. La police enquête maintenant sur les détails de ce désaccord.
  12. La police de Bangkok a arrêté un ressortissant français de 41 ans pour avoir prétendument escroqué deux millions de bahts, une somme fort modeste, dans le cadre d'un investissement frauduleux. Le suspect, M. Jacouel Clemen (cela peut très bien être Jacques Clément), a été arrêté à l'hôtel Aspira Ten Ekamai Suites, Khlong Tan Nuea, district de Wattana le 5 décembre. Clemen était recherché par mandat d'arrêt n° 196/2022 émis le 2 décembre 2022 pour escroquerie. Le suspect s'est lié d'amitié avec la victime non identifiée et lui aurait menti en lui disant qu'il pouvait importer des produits de marque de luxe tels que des sacs à main, des parfums et des chaussures de France en Thaïlande pour les vendre, a déclaré la police de Bangkok. Après avoir investi deux millions de bahts auprès de lui, la victime anonyme n'a cependant jamais reçu les objets alors que le suspect a disparu. Le terme "investi" pourrait être remplacé par "confié". Le suspect est entré légalement dans le pays le 24 octobre 2022 et son visa, toujours valide, devait expirer le 7 décembre 2022. La police de Bangkok a ajouté que le suspect aurait trompé de nombreuses victimes avec la même arnaque à "l'investissement" et qu'aucune victime n'a jamais obtenu les produits commandés. Le suspect a été transféré au tribunal municipal du sud de Bangkok et sera poursuivi en justice. M Clemen n'a pas cherché à se justifier à date. Il peut le faire en écrivant à [email protected]
  13. Une morte, cinq blessés quand des motos s'enchevêtrent lors d'une course à côté de l'aéroport de Bangkok. Thai Rath a rapporté que la police de l'aéroport de Suvarnabhumi s'est rendue sur les lieux d'une collision entre un groupe d'adolescents qui participaient à une course de rue sur une route en direction de l'autoroute Bang Na - Trad à côté d'une piste de l'aéroport à 1 heure du matin ce lundi. Sur les lieux, ils ont trouvé deux Honda gravement endommagées, dont une sans plaques. "A", 15 ans, a été légèrement blessé mais "B", 14 ans, sa passagère gisait morte sur la route. Le mot casque n'est pas mentionné. Quatre autres scooters étaient endommagées sur les lieux et au total cinq personnes ont été blessées. Les services de secours de Ruam Katanya les ont emmenés à l'hôpital Chularat. La défunte a été emmenée dans un autre hôpital pour une autopsie alors que la police étudiait les images de vidéosurveillance pour comprendre ce qui s'était passé. Un témoin a déclaré avoir vu 20 "motos" au départ de la course. Les motos se sont enchevêtrées pendant la course. Les autres adolescents ont courageusement fui la scène en abandonnant leurs amis. La police tentent d'agir contre ces courses récurrentes mais n'osent pas appliquer la seule sanction qui porterait : la confiscation définitive des engins.
  14. Les entrepreneurs ont afflué pour investir dans le segment des aliments surgelés, le nombre d'enregistrements de nouvelles entreprises ayant augmenté de 84 % au cours des neuf premiers mois, tirés par la hausse de la demande intérieure et d'exportation. Selon le vice-ministre du Commerce, Sinit Lertkrai, les nouvelles immatriculations entre janvier et octobre se sont élevées à 92, contre 42 à la même période l'année dernière, avec un capital social en hausse de 284 % à 299 millions de THB. Le segment des aliments surgelés a prospéré au cours des dernières années pendant la pandémie de COVID-19, qui a touché la plupart des entreprises, a déclaré le responsable. Il a déclaré que les aliments surgelés prêts à consommer, à la fois pour la consommation intérieure et l'exportation, ont un potentiel de croissance élevé grâce à leur longue durée de conservation et à l'avantage de l'expansion via les dépanneurs. Les principaux produits parmi eux comprennent les fruits surgelés, les légumes frais, les crevettes fraîches, les calmars frais, le poisson frais réfrigéré et congelé, le crabe cuit à la vapeur et bouilli, le poulet congelé et frais et le canard congelé. La valeur marchande annuelle du secteur en Thaïlande a été estimée à 300 milliards de THB ces trois dernières années. Les aliments surgelés thaïlandais étaient évalués à 304 milliards de bahts en 2021, contre 284 milliards en 2020 et 307 milliards en 2019.
  15. Le média thaïlandais Daily News raconte que les habitants de Koh Samui, dans le sud de la Thaïlande, ont été très impressionnés par trois Françaises qui ont ramassé des ordures apportées par la mer sur la plage de Mae Nam. Le propriétaire du resort d'Anong Villa, Phumin Nakpetchphun, a alerté les médias sur cet acte d'altruisme. "Je suis de Samui", a-t-il dit, "et j'ai été très impressionné. Cela m'a fait pleurer". Bien qu'il ait admis que si les détritus pas d'abord été jetés à la mer avant d'être rapportés sur la côte, il n'y aurait pas besoin de nettoyage. Les trois Françaises ont été, de leur côté, impressionnées après avoir été récompensées pour leurs efforts avec du lait de coco bien frais. Une gentillesse qui a engendré des "wais" de la part des dames. Parmi leur butin figuraient des bouteilles en plastique, des contenants d'huile de moteur, des bouteilles de boissons toniques et bien d'autres déchets. Elles ont dit que la plage en Thaïlande était charmante avec son eau claire et qu'elles voulaient que cela reste ainsi. Elles aiment particulièrement Koh Samui et Koh Phangan et espèrent que leurs compatriotes viendront également. On notera que ces jeunes femmes font remonter la cote des occidentaux pas toujours au top. On remarque également que si les Françaises se décarcassent, les Français restent prudemment à l'ombre avec leur bière.
  16. L'armée qui bénéficie d'une impunité de fait en Thaïlande attire l'attention en ce jour de fête nationale. Daily News a fait suite à une publication sur les réseaux sociaux concernant une violente altercation dans un pub de Nonthaburi au cours de laquelle un colonel ivre a menacé de tuer des personnes à une autre table. On ne sait pas comment cela a commencé outre l'alcool ingurgité par le colonel. Mais à minuit, heure de fermeture de "Saeb Charoen", route Ngam Wong Wan, le 2 décembre, le militaire a appelé à sa table une personne d'un groupe de dix jeunes. L'intéressé a refusé, ce qui a rendu fou furieux le soldat qui a également exigé qu'un homme fasse des "pompes". Il a commencé à jurer alors que ses compagnons l'emmenaient dehors, mais il a insulté tout le monde et a répété qu'il "les" tuerait tous. À un moment donné, il a crié "Tu ne sais pas qui je suis?" selon une témoin Pat, 33 ans. C'est le cri de ralliement des puissants / voyous en Thaïlande. Le colonel est ensuite revenu et a tiré sur le collier et la chaîne en or d'un homme appelé Ekthai, 33 ans et répétant "Si je vous vois encore ici, je vous tue". Il s'est éloigné en disant qu'il était ami avec "Pock" sans doute un puissant militaire encore plus puissant que lui. Pat et Ekthai veulent que le soldat soit retrouvé et puni et ils ont porté plainte à la police de Rattanathibet. Ils craignent des représailles promises. Daily News a déclaré que le colonel appartenait à la classe 32 (1989). Cependant, tout ceci est vain car les militaires ne peuvent jugés que par la "justice" militaire. Le commandant de la 4e région militaire a ordonné une enquête après que 17 étudiants de la défense territoriale, dans la province méridionale de Narathiwat, ont été envoyés à l'hôpital souffrant de déshydratation sévère, dont certains ont dû être dialysés Une publication sur Facebook, par un certain "Sariman", a demandé pourquoi les étudiants de 1e année de la défense territoriale (peut être donc des élèves de 2e des lycées concernés par la préparation militaire) sont soumis à une formation trop dure et si cela en valait la peine. L'urine de certains étudiants avait même viré au brun, signe de déshydratation. Le même internaute a publié une mise à jour le lendemain, exprimant sa gratitude au gouverneur de la province, aux médecins et à certains officiers de l'armée pour avoir rendu visite aux étudiants à l'hôpital. Le général Santi Sakuntanark, commandant la 4e région, a déclaré que l'armée s'était bien occupée des 17 étudiants et qu'ils étaient tous sains et saufs, ajoutant toutefois qu'une enquête avait été ordonnée. Il a déclaré qu'il faisait extrêmement chaud et il n'y avait pas assez d'eau potable pendant la formation. Il a souligné que les étudiants de première année ne connaissaient peut-être pas les conditions météorologiques extrêmes et que leur corps était incapable de «s'adapter» (sic !).
  17. agence chinoise de presse Un train chargé de 25 conteneurs de fruits en provenance de Thaïlande et du Laos est arrivé samedi à la gare de Mohan par le chemin de fer Chine-Laos, dans la province chinoise du Yunnan (sud-ouest). Il s'agit du premier train direct de fruits importés vers le marché chinois et expédié par voie ferroviaire jusqu'à Mohan avant d'être distribué dans toute la Chine. Selon la China Railway Kunming Bureau Group Co., Ltd, ces fruits importés, d'un total de 543 tonnes, comprennent 351 tonnes de bananes du Laos, ainsi que 154 tonnes de longanes et 38 tonnes de durians de Thaïlande. Ces fruits, qui ont été chargés à Vientiane, capitale laotienne, sont passés par le tunnel de l'Amitié à la frontière Chine-Laos le 1er décembre, avant d'arriver au port ferroviaire de Mohan pour inspection et mise en quarantaine. Ces fruits sont ensuite partis de la gare de Mohan vers d'autres destinations à travers le pays. Le chemin de fer Chine-Laos, long de plus de 1.000 km, est entré au service en décembre 2021, reliant Kunming, capitale de la province chinoise du Yunnan, à Vientiane. Au 2 décembre 2022, ce train avait transporté un total de 8,5 millions de passagers et 11,2 millions de tonnes de marchandises. L'agence de presse chinoise ne dit pas pas si ce train de marchandise roulait "à grande vitesse". Par ailleurs on notera que les quantités de fruits thaïlandaise (moins de 200 tonnes) sont fort modestes. Enfin, on remarque que c'est seulement la première cargaison alors qu'on nous parle de ce train depuis des années. photo du site chinois sur ce sujet
  18. suite de cette affaire Fureur à l'extérieur de la prison de Ranong après une demande de libération sous caution déposée par un homme qui a tiré sur une école. Le Daily News a rapporté que 100 parents d'enfants d'une école de Ranong, dans le sud de la Thaïlande, se sont rassemblés pour s'opposer à la libération d'un homme qui a tiré plusieurs fois sur l'école où étudiaient leurs enfants dimanche. Plus tôt cette semaine, l'homme a été arrêté après avoir tiré 18 fois depuis sa propriété adjacente sur l'école Ming Sin. Il était irrité par le bruit provenant de l'école qui enseigne à des enfants d'origine chinoise. Il a été accusé d'avoir utilisé une carabine à air comprimé et d'avoir provoqué l'alarme. Les parents se sont réunis après que l'avocat du suspect aurait déposé une demande de libération sous caution. Les parents ont déclaré qu'ils craignaient que leurs enfants ne soient à nouveau attaqués, certains affirmant qu'ils garderaient leurs enfants à la maison la semaine prochaine s'il était libéré. On s'attend à ce que davantage de parents se postent à l'entrée de la route menant à la prison alors que la manifestation prenait de l'ampleur la nuit dernière. La loi sur les libérations sous cautions permet à des criminels ou des délinquants riches de ne pas être incarcérés en attendant leur procès. Le suspect en question est le fils du propriétaire d'un immeuble donc riche donc susceptible de sortir facilement sous caution. Les tueries de masse dans les écoles sont rarement appréciées par les parents d'élèves.
  19. Un incendie s'est déclaré au centre commercial Central World à Bangkok cet après-midi (samedi), mais il a été rapidement éteint, a indiqué la société dans un communiqué. Selon l'entreprise, il a fallu environ dix minutes aux agents de sécurité du centre commercial pour éteindre le feu et les affaires ont repris comme d'habitude sans qu'aucun blessé ne soit signalé. La zone du centre commercial où l'incendie s'est déclaré a été temporairement fermée, car le personnel devait gérer la fumée à l'intérieur du bâtiment. Certains acheteurs ont par la suite publié sur leurs comptes Twitter qu'ils n'avaient entendu aucune alarme incendie lors de l'incident, se demandant si le système d'alarme fonctionnait correctement. Un client a twitté qu'il se trouvait à environ cinq mètres de l'endroit où l'incendie s'est déclaré et a vu les flammes, sans quoi il n'aurait pas su qu'il y avait un incendie, car il n'y avait pas d'alarme incendie. Un autre tweetos a écrit qu'il a compris qu'il y avait un incendie lorsqu'il a vu plusieurs acheteurs fuir les locaux.
  20. Citant l'inflation mais une "traction" constante vers une croissance économique nationale encore meilleure, le comité de politique monétaire de la Banque de Thaïlande (BoT) a relevé mercredi son taux directeur de 0,75 % à 1 %. La banque centrale du pays a prédit que la croissance du produit intérieur brut (PIB) de la Thaïlande allait s'accélérer dans les années à venir. "L'économie thaïlandaise devrait continuer à croître à un taux de 3,2 % en 2022, de 3,7 % en 2023 et de 3,9 % en 2024", a déclaré la BoT. L'économie thaïlandaise, qui dépend du tourisme, a été durement frappée par les interdictions de voyage internationales pendant la pandémie de COVID-19. En 2019, avant la pandémie, près de 40 millions de voyageurs étrangers ont visité la Thaïlande, un nombre qui a baissé jusqu'à devenir négligeable en 2021. Cependant, en 2022, la Tourism Authority of Thailand a signalé plus de 7 millions de visiteurs étrangers jusqu'en octobre, un nombre qui devrait augmenter fortement dans les années à venir. La consommation privée devrait également rebondir en 2023 et 2024, ce qui stimulera l'économie du pays, selon la BoT. Dans un récent rapport, l'agence de notation S&P Global a grossièrement approuvé les perspectives de croissance de la BoT. "Nous prévoyons un taux de croissance moyen du PIB réel (de la Thaïlande) de 3,2 % entre 2022 et 2025, bien que la Thaïlande soit exposée à des risques économiques mondiaux, notamment le potentiel d'un ralentissement significatif en 2023, stimulé par des conditions monétaires strictes et une inflation élevée", a déclaré S&P Global à la mi-novembre. Cependant, comme de nombreuses autres nations, la Thaïlande est aux prises avec des taux d'inflation des prix à la consommation supérieurs aux objectifs. "L'inflation globale devrait être de 6,3 % en 2022, avec un pic au troisième trimestre, avant de baisser à 3,0 % en 2023 et à 2,1 % en 2024", a déclaré la banque centrale. La BoT a ajouté qu'elle s'attendait à ce que l'inflation "revienne dans la fourchette cible d'ici la fin de 2023." La BoT a une fourchette cible d'inflation de 1 % à 3 % sur l'indice des prix à la consommation de la nation. Les perspectives de la BoT pour une inflation de 3 % en 2023 sont supérieures aux 2,6 % prévus lors du dernier rapport du comité de politique monétaire de la BoT fin septembre, a noté la société de courtage Goldman Sachs dans une note de recherche. La BoT "reconnaît les risques sous-jacents" dans ses perspectives d'inflation, en raison de l'évolution possible des prix de l'énergie et de la répercussion des coûts dans l'économie thaïlandaise, a déclaré la société de courtage. Pour lutter contre l'inflation, la BoT augmentera son taux d'intérêt directeur de 0,25 % par paliers réguliers, jusqu'à atteindre un taux de 2,5 % au troisième trimestre de l'année prochaine, a prédit Goldman Sachs.
  21. Thai Rath a rapporté que le ministre thaïlandais de la Santé Anutin Charnvirakul appelle tous les Thaïlandais – et par extension les étrangers vivant dans le royaume – à s'assurer qu'ils avaient bien reçu les quatre injections de vaccins Covid. Ceci est particulièrement important pour le fameux "groupe 608" de personnes vulnérables atteintes d'autres maladies comme les problèmes cardiaques et le diabète. Il a dit que Covid devenait de plus en plus répandu parmi les non-vaccinés et a demandé à tout le monde de se faire vacciner pour éviter des symptômes graves et une mort possible. Il a également déclaré qu'avec l'arrivée de touristes étrangers pour la haute saison, davantage de Thaïlandais pourraient être infectés. Et les Thaïlandais voyageant à l'étranger, en particulier les personnes vulnérables, étaient également à risque depuis que la plupart des mesures ont été assouplies dans de nombreux pays malgré la prévalence de la maladie. Le ministre controversé et d'autres personnalités de premier plan tenaient la dernière réunion de l'année au siège du ministère à Nonthaburi. Il a profité de l'occasion pour remettre des récompenses au personnel médical qui a œuvré lors de la fusillade de Nong Bualamphu début octobre lorsqu'un ex-policier a massacré 37 personnes, dont beaucoup de bambins.
  22. agence gouvernementale de presse Le gouvernement a approuvé six applications de téléphonie mobile permettant de commander des taxis en toute sécurité à des tarifs raisonnables. La porte-parole du gouvernement, Rachada Dhnadirek, a déclaré que pour fournir aux citoyens un accès à des services de taxi sûrs et à des prix équitables, le ministère des Transports a certifié les six applications de téléphonie mobile avec des tarifs raisonnables qui informent les clients des tarifs à l'avance, garantissent la confidentialité des passagers et les assurent comme c'est requis par la loi. Les six applications sont Grab, Robinhood, Hello Phuket Service, Bonku, Asia Cab et Airasia Super App. "Le gouvernement voit les avantages à introduire du choix de transports pratiques, sûrs et adaptés aux modes de vie numériques. Cela fournit emplois et revenus supplémentaires aux travailleurs entrepreneurs. Le gouvernement invite donc les citoyens à commander les taxis via ces applications certifiées », a déclaré Mme Rachada.
  23. Le scandale et l'enquête connus sous le nom de " lampadairegate " ont refait surface à Ratchathewa, district de Bang Plee, à Samut Prakan, près de Bangkok. Les observateurs affirment que des conseils municipaux corrompus dépensent l'argent du contribuable en commandant des lampadaires d'apparence contestable et surtout très chers. Certains toucheraient une rétrocommission au passage. De tels lampadaires particuliers peuvent être vus dans de nombreux endroits en Thaïlande, parfois dans des sites complètement isolés, sans même une rue dans les parages. Par ailleurs, les critiques considèrent que des lampadaires normaux suffiraient. Or, dans le village même où l'affaire a commencé et où une enquête est en cours depuis 9 ans, au lieu de faire profil bas, le conseil municipal a décidé d'installer 727 lampadaires "Kinaree" supplémentaires. Les Kinarees sont des créatures mythiques thaïlandaises. La facture s'élève à 69 millions de bahts. Dix membres du conseil ont voté pour et quatre contre, donc le projet du maire Songchai Nokkham se fera. On notera que certaines municipalités installent des lampadaires sans chichis mais avec un petit panneau solaire qui les rend autonomes. Bien sûr, des rétrocommissions sont possibles même dans l'achat de produits écoresponsables mais au moins, les objets ne sont pas laids et ne consomment pas d'électricité. La Commission nationale thaïlandaise de lutte contre la corruption (NACC) n'interférera pas avec la décision de l'Organisation administrative de Racha Thewa de se procurer 727 lampadaires "fantaisies" de plus. Le secrétaire général de la NACC, Niwatchai Kasemmongkol, a déclaré jeudi que le conseil de Racha Tewa a le pouvoir mettre en place le projet de lampadaires, même si une enquête est en cours depuis 2013 concernant l'achat de centaines de lampadaires similaires à des prix gonflés auparavant.
  24. Un mort, dix blessés alors qu'un minibus de transport public heurte une grue à Chonburi Siam Rath a rapporté qu'une personne est morte et dix autres personnes ont été blessées lorsqu'un minibus a percuté le crochet d'une grue sur la route de Ban Bung à Chonburi en direction de Chonburi la nuit dernière. Le minibus faisait le trajet Bangkok-Trat et l'accident s'est déroulé à 20h30. Phannipha, 32 ans, qui a succombé à ses blessures, a reçu une CPR sur les lieux où le minibus s'est renversé. Les autres passagers ont été transportés à l'hôpital avec des blessures mineures. Thongchai, 51 ans, le grutier a déclaré qu'il s'engageait sur la route principale pour retourner au parking de son entreprise de Bang Saen lorsque le crochet de sa grue se serait "détaché" et se serait mis à se balancer. Le minibus l'a heurté, ce qui a fendu le toit du véhicule. La grue s'est également couchée sur le sol. La police de Ban Bung étudie la vidéosurveillance et interroge les deux conducteurs pour bien comprendre ce qui s'est passé. On ne sait pas si le décès est dû au fait que le minibus s'est couché ou si c'est le choc entre le crochet de la grue et le toit du minibus où se trouvait la passagère.
  25. Le sida a coûté la vie à 9 300 personnes en Thaïlande l'année dernière, malgré la disponibilité de soins gratuits pour les personnes vivant avec le VIH. Bien que ce chiffre soit inquiétant, ce qui est encore plus inquiétant, c'est que près des deux tiers des nouvelles infections VIH concernent des jeunes. «Le pourcentage d'infections parmi la jeune génération est bien supérieur à la moyenne mondiale », a déclaré la Dr Cheewanan Lertpiriyasuwat, Division du sida du Département de contrôle des maladies, s'exprimant avant la Journée mondiale du sida le 1er décembre. Elle pense que le pourcentage croissant d'infections chez les jeunes Thaïlandais reflète une baisse de la sensibilisation au sida. Certaines personnes ont peut-être oublié que le sida existe, a-t-elle déclaré. La Fondation M Plus et des médecins ont récemment déclaré que sur les 250 nouvelles infections à VIH détectées à Phitsanulok, plus de 60 % concernaient des étudiants. S'exprimant sous couvert d'anonymat, un homme de 24 ans a déclaré qu'il n'aurait jamais imaginé qu'il contracterait le VIH après être resté fidèle à son partenaire. "Mais je ne savais pas que mon partenaire couchait avec d'autres hommes", a-t-il dit. Il n'avait jamais pensé qu'il risquait de contracter le sida parce qu'il faisait confiance à son petit ami. Il y a deux ans, il a décidé de passer un test après avoir commencé à souffrir de diarrhée inexpliquée, de fièvre et de vertiges pendant un certain temps. Le test est revenu positif. Cheewanan a déclaré que les applications de rencontres favorisent la propagation du sida. Selon les études, environ 6 500 ressortissants thaïlandais ont probablement contracté le VIH l'année dernière. Parmi les nouvelles infections, 62 % proviennent de rapports sexuels non protégés entre hommes, 23 % de rapports sexuels avec des partenaires séropositifs, 11 % de rencontres occasionnelles, 3 % de partage de seringues et 1 % de rencontres avec des travailleuses du sexe. L'ONUSIDA veut "l’égalité", pour cela les pays doivent accroître la disponibilité du traitement, du dépistage et de la prévention du VIH. L'ONUSIDA appelle également les gouvernements à réformer les lois pour lutter contre la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH. La couverture maladie universelle (CSU) de la Thaïlande a reçu des éloges internationaux. En vertu de ce programme, les personnes vivant avec le VIH peuvent obtenir gratuitement des médicaments antirétroviraux et deux tests sanguins gratuits par an. Actuellement, des antirétroviraux sont fournis à 450 000 personnes dans le pays. Cependant, Apiwat Kwangkaew, du Réseau thaïlandais de séropositifs, a déclaré que malgré la bonne couverture médicale, le nombre élevé de décès dus au SIDA indique des lacunes dans le système. « De nombreuses personnes figurent sur la liste des « perdus de vue » », a-t-il dit à propos des personnes séropositives. "Nous avons besoin d'un système de suivi solide pour obtenir plus d'antirétroviraux." Apiwat pense que certaines personnes ont cessé de venir chercher des antirétroviraux parce qu'elles s'inquiétent de la stigmatisation. Certains peuvent également souffrir de difficultés financières, ce qui les empêche de se déplacer pour récupérer les médicaments gratuits, a-t-il déclaré. La Thaïlande poursuit l'objectif "Get to Zero" d'ici 2030, qui vise une réduction des infections à 1 000 par an et des décès liés au sida à 4 000. « Plus de 90 % des 450 000 personnes qui se sont inscrites pour des médicaments antirétroviraux gratuits sont maintenant dans le groupe indétectable », a déclaré Cheewanan donc elles ne devraient plus avoir à subir la stigmatisation. Apiwat s'est toutefois plaint de graves discriminations, soulignant que plusieurs entreprises continuent de tester leurs nouvelles recrues pour le VIH. "Nous faisons maintenant pression pour une loi anti-discrimination", a déclaré Apiwat. Comme première étape vers l'éradication de la discrimination, le ministère de la Santé publique a mis en place un site Web pour recevoir les plaintes de discrimination à l'encontre des personnes vivant avec le VIH.