Aller au contenu
BANGKOK 25 August 2019 13:57

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 476
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    35

Messages posté(e)s par Le Modérateur


  1. L’Indonésie et la Thaïlande ne veulent plus des « begpackers »

     

    Les touristes impécunieux irritent l’Asie. A Bali, ils sont signalés à leurs ambassades respectives. En Thaïlande, les services de l’immigration peuvent demander une preuve de solvabilité avant leur entrée sur le territoire.

     

    Après la Thaïlande, l’Indonésie ne peut plus voir les begpackers en photo. Le terme – qui vient du verbe to beg (« mendier ») et de backpackers, « ceux qui voyagent avec un sac à dos » (bagpack, « sac à dos en anglais ») – désigne ces touristes, souvent de jeunes occidentaux, qui parcourent le monde avec une petite prédilection pour l’Asie, de l’Inde à la Corée du Sud, de la Thaïlande à l’Indonésie en passant par Hongkong ou Singapour. A l’occasion, ils exercent parfois des petits « boulots » : proposant des « free hugs » (« câlins gratuits ») ou jouant de la musique le long des routes pour pouvoir continuer leur voyage. D’autres ont choisi de faire la manche, avec des pancartes demandant, sans sourciller : « Aidez-nous à finir notre tour du monde ».

     

    Du cash ou un billet retour

    Cette année, à Bali, les autorités ont décidé de leur faire la chasse, rapporte le site d’information Detik, repris par The Sun. Dans un communiqué officiel, Setyo Budiwardoyo, du ministère de l’immigration de l’archipel, a déclaré que ces « mendiants » – des « Australiens, Britanniques ou Russes » – sont désormais signalés à leurs ambassades respectives, pour qu’elles les prennent en charge. Les voyageurs sont désormais prévenus : « Un billet retour ou autre justificatif de sortie de territoire sera exigé par les autorités indonésiennes », signale le Quai d’Orsay dans sa page « Conseils aux voyageurs » consacrée à l’Indonésie.

     

    Quelques années avant l’Indonésie, la Thaïlande avait pris des mesures pour se prémunir contre ces touristes impécunieux : « Il peut être demandé, par les services de l’immigration, de présenter en liquide l’équivalent de 20 000 baths (577 euros) par personne », prévient le ministère des affaires étrangères sur la page consacrée à la Thaïlande pour les « Conseils aux voyageurs ». « Les fonctionnaires de l’immigration en Thaïlande peuvent demander aux voyageurs s’ils sont en possession d’un billet retour ou ont des ressources financières suffisantes », rappelle pour sa part le Foreign Office britannique à l’attention de voyageurs voulant se rendre en Thaïlande.

     

    lire la suite de cette excellente analyse  dans Le Monde https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2019/07/10/l-indonesie-et-la-thailande-ne-veulent-plus-des-begpackers_5487825_4832693.html

     

    57rx3rcc9v731.thumb.jpg.255c2124c7e8ce64e5f0e507968163e4.jpg


  2. La police a identifié l'un des quatre suspects qui auraient abattu mardi un couple de mal-entendants alors qu'ils rentraient chez eux à moto depuis un hôpital de Pattani.

    Le chef de la police de Pattani, Piyawat Chalermsri, a déclaré que le suspect, Aseph Jemae, était également recherché pour une attaque à main armée contre une unité de patrouille de la police dans le district de Sai Buri, à Pattani, le 10 mai.

    Ratchawut Kaewsri, 36 ans, et Supassorn Patchiman, 28 ans, ont été tués par quatre insurgés présumés sur deux motos.

    Les assaillants ont rattrapé le couple sur une route du district de Yaring avant que les hommes armés n'ouvrent le feu.

    Piyawat a déclaré que des unités de la police et des militaires avaient lancé une chasse à l'homme dans les districts de Pattar, Yaring et Panare.

    La coopération de tous a été demandée, mais jusqu'à présent, les quatre suspects ont échappé à la capture, a-t-il ajouté.

    Piyawat a déclaré que les quatre assaillants s'étaient retrouvés face aux forces de sécurité avant de s'enfuir dans une forêt, laissant leurs deux motos derrière eux.

    Une des motos aurait été volée à Pattani en 2014, tandis que l'autre appartiendrait à la mère d'Aseph, a-t-il déclaré.

    La police a trouvé l’ADN d’Aseph sur l’une des motos saisies après la fusillade du 10 mai. Un suspect arrêté pour cette attaque impliquait également Aseph.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110971-manhunt-launched-for-killers-of-pattani-mute-couple/

     


  3. Un séminaire organisé à Pattaya par le Département des enquêtes spéciales (DSI) a expliqué aux Thaïlandais comment utiliser la loi de 1979 pour protéger les intérêts des commerces locaux.

    Korawat Panpraphakorn, du DSI a déclaré que depuis l'entrée en vigueur des accords de l'ASEAN, de plus en plus d'étrangers font des affaires en Thaïlande.

    Cependant, même si beaucoup sont légaux, certains agissent sous couverture illégale pour des activités qui nuisent aux intérêts des entreprises thaïlandaises.

    Le séminaire organisé à Nong Prue avait pour objectif d’aider les gens à comprendre la réglementation en vigueur concernant les prêtes noms thaïlandais utilisés par les étrangers.

    Des participants de nombreux domaines ont assisté à la réunion et ont recherché quelles actions pourraient être entreprises à Chonburi, Surat Thai, Khon Kaen et Chiang Mai.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110898-dsi-seminar-shows-thais-how-to-fight-back-against-foreign-nominees/

    s5.jpg.4c00c9d55393abed506bc9a7994f2d2e.jpg.d790d23684d675289a0e65d6460a26d3.jpg


  4. Un média a signalé la dernière action de la police de l'immigration à l'encontre de ressortissants thaïlandais qui avaient omis de signaler des étrangers résidant à leur adresse dans les 24 heures.

    Il n'a pas été précisé s'il s'agissait d'hôtels ou de guest houses, de condo ou de simples particuliers qui doivent tous signaler les étrangers dormant à leur adresse.

    À Surat Thani, Anon Sutsai, 23 ans, a été condamné à une amende de 8 000 bahts. (L’amende est généralement de 1 600 bahts par étranger, fait remarquer Thaivisa).

    L’immigration dans la province méridionale de la Thaïlande a rappelé aux propriétaires l’article 38 et aux étrangers l’article 37 qui stipulent qu'ils doivent se présenter tous les 90 jours.

    À Petchabun, quatre propriétaires ont été condamnés pour ne pas avoir prévenu la police dans les 24 heures (qu'un étranger dormait chez eux).

    Les propriétaires deviennent de plus en plus réticents à louer à des étrangers car comment peuvent ils avoir que leur locataire rentre de voyage ? En effet,après un voyage, surtout en dehors de Thaïlande, un propriétaire doit prévenir la police que l'étranger est revenu. Si le locataire reçoit des amis, le propriétaire doit aussi en informer la police.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110901-more-thais-fined-for-not-reporting-foreigners-at-their-addresses/

    s6.jpg.66dc9ebc5fe61ce69020726f50787768.jpg.157636b825f82863584c56759b543f6b.jpg


  5. Citation: "Toutes les juridictions de police doivent travailler avec toutes les parties concernées pour assurer la sécurité sur les routes et limiter les dommages qui pourraient en résulter" Pol Gen Chakthip Chaijinda, chef de la police royale thaïlandaise.

    Tous les trois mois depuis 40 ans, les chefs de la police font cette déclaration sans que cela n'ait le moindre impact sur les policiers ou les automobilistes.

    On dit souvent en Thaïlande que l’une des choses les plus folles que l’on puisse faire dans la rue est de supposer que les passages pour piétons sont sans danger.

    La plupart des personnes ayant une expérience quelconque de la Thaïlande sauront que peu de voitures - voire aucune - s’arrêtent pour les piétons qui attendent au bord des rues.

    Les conducteurs sont censés s'arrêter conformément à la loi, mais la police fait rarement quoi que ce soit sauf peut-être en cas d'accident.

    Le code de la route précise même que, comme partout ailleurs dans le monde, les piétons ont la priorité même en dehors des passages. Or, en Thaïlande, les piétons n'ont la propriété nulle part et sont "persona non gratta".

     

    Maintenant, la police thaïlandaise tente de remédier à cette situation. Le porte-parole, Krissana Pattanacharoen, a déclaré que la police entendait œuvrer pour la sécurité sur les passages pour piétons en Thaïlande, en particulier ceux situés près des écoles, des temples, des hôpitaux, des bâtiments importants, des zones commerciales et touristiques. Mais la police ne précise comment elle "œuvrera".

    INN a indiqué que tout cela faisait partie de mesures formulées par le chef de la police royale thaïlandaise, le général Chakthip Chaijinda, au sujet de la sécurité routière.

    Les médias ont déclaré que la police travaillera avec de nombreuses parties intéressées pour promouvoir la sécurité de tous sur les routes.

    La police travaillera avec le ministère de l'Intérieur, l'Autorité métropolitaine de Bangkok (BMA), le ministère de l'Éducation, le ministère de la Santé publique, le ministère des Communications et le ministère du Tourisme et des Sports.

    Krissana a déclaré que tout le monde devait se mettre d'accord pour améliorer la situation en matière de sécurité, notamment en respectant les limites de vitesse.

    Thaivisa note que le nombre de victimes sur les routes thaïlandaises est d'environ 25 000 personnes par an, ce qui en fait l'un des deux pays les plus dangereux du monde.

    Cela étant dit, le colonel Pol Krissana a ensuite avoué "Tout est une question d'application". Et il n'a donné aucune piste pour que ses hommes fassent respecter les passages pour piétons qui continueront d'être une cible de choix pour les automobilistes.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110916-zebra-crossings-to-be-made-safe-in-thailand-says-royal-thai-police/

    10pm.jpg.35d69eafa23acd879a70f0fb7c506c46.jpg.427ca565b03d87c0151c56af2971a5f5.jpg

     


  6.  

     

    09072019.jpgLe Premier ministre thaïlandais ordonne la fin du pouvoir de l'armée. Photo: www.thaipbsworld.com

    Bangkok (VNA) - Le Premier ministre thaïlandais, Prayut Chan-o-cha, a ordonné le 9 juillet de mettre fin au régime militaire avant que son nouveau gouvernement civil ne soit assermenté.

    Depuis son pouvoir en 2014, il a émis plus de 500 ordres en vertu de l'article 44 qui lui ont permis de contourner les lois thaïlandaises.

    Le roi de Thaïlande, Rama X, a officiellement désigné Prayut Chan-o-cha comme Premier ministre, après la réélection de ce dernier en tant que chef du gouvernement lors d'une réunion conjointe des deux chambres du Parlement en juin dernier.

    Il a obtenu 500 voix alors que son adversaire, Thanathorn Juangroongruangkit, n'en a recueilli que 244.

    L’ordre donné mardi par Prayut Chan-o-cha a mis fin aux restrictions imposées aux médias et transféré les affaires civiles des tribunaux militaires aux tribunaux civils.

    Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha continuera à prendre son pouvoir pendant quatre ans supplémentaires, mais il ne dispose d'aucun pouvoir spécial d'immunité à l'égard de ses actions passées, présentes et futures.

    Le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO en anglais) dirigé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha sera dissout lors que son nouveau gouvernement civil soit assermenté.

    Le NCPO a publié des déclarations et ordonnances visant à faciliter la réforme du gouvernement et du pays, en promouvant l’unité et la réconciliation entre les peuples. La mise en œuvre de certaines déclarations et ordonnances est maintenant achevée, ne répondant plus aux exigences, a annoncé dans la soirée du 9 juillet le Journal Officiel du royaume. -VNA

     

    https://fr.vietnamplus.vn/le-premier-ministre-thailandais-ordonne-la-fin-du-pouvoir-de-larmee/123851.vnp

     


  7. Répression ! Les touristes à Pattaya risquent la prison pour conduire des motos sans permis

    La police de Pattaya sévit contre les touristes qui louent des motos sans permis.

    Ils risquent un mois de prison ou une amende de mille bahts.

    Les magasins de location sont également dans le collimateur avec des amendes allant jusqu'à 2 000 bahts pour ceux qui louent à des touristes qui ne présentent pas de permis.

    Pol Maj Arut Sathanon a déclaré qu'il suivait les ordres du QG de la RTP, enfin pris au sérieux par le nouveau chef de la police de Pattaya, Pol Col Prawit Chorseng.

    On peut s'attendre à des patrouilles tous les soirs et les magasins de loueurs seront inspectés.

    Sophon a parlé de "bandes ou gangs de touristes" sur des motos bruyantes circulant dans la station balnéaire agaçant les autres usagers de la route, les autres touristes et les résidents.

    Thaivisa note qu'il semble s'agir d'une réponse à un accident impliquant des touristes arabes, faisant partie d'un groupe important, qui ont conduit à la mort d'une touriste russe, il y a quelques semaines.

    Un autre grave accident qui vient de se produire ce matin a vu deux étudiants thaïlandais gravement blessés dans un accident avec un touriste à moto.

    Pol Maj Arut a déclaré que tous les touristes doivent être en possession d'un permis de conduire international (ou d'un autre permis légal) pour louer et conduire une moto à Pattaya.

    Les délinquants pourraient être condamnés à un mois de prison et à une amende pouvant aller jusqu'à 1 000 bahts, voire les deux.

    Les magasins qui louent des deux-roues à des touristes peuvent être condamnés à une amende pouvant aller jusqu'à 2 000 bahts pour avoir enfreint la réglementation.

    Celles-ci seront strictement appliquées, a-t-il déclaré, sans possibilité d'y échapper.

    La police réprime également des motos et des voitures illégalement modifiées. La police ne stipule pas si le permis peut être "auto" ou s'il doit être "moto"" ni si la cylindrée doit être prise en compte.  https://forum.thaivisa.com/topic/1110891-crackdown-tourists-in-pattaya-face-jail-for-riding-motorcycles-without-a-licence/ s2.jpg.148369aa9d975ef7e77a6daab7992d3e.jpg.dca626ecf3ca054dcdbe12019a6be7ba.jpg


  8. Un rapport accablant d'un universitaire éminent ne prend pas de gants pour affirmer que la corruption fait partie intégrante du système éducatif thaïlandais et que tous les hommes politiques, hommes et femmes, détournent des dizaines de millions de bahts du budget des écoles.

     

    Le Dr Pornamarin Phromkert de l'Université de Khon Kaen a rédigé un rapport détaillé sur deux ans concernant les provinces de Kalasin, Khon Kaen et Mahasarakham.

     

    Tous les membres de la hiérarchie, les directeurs d'école et le personnel scolaire avaient les doigts dans le pot de confiture.

    Les fonds destinés aux cantines scolaires, aux achats de livres et aux fournitures scolaires étaient systématiquement siphonnés.

    Il y avait également une corruption endémique en matière de paiement des frais d'entrée à l'école.

    Quelque 30% des projets de construction d'écoles ont été corrompus d'une manière ou d'une autre.

    Les fonds pour les projets ont été détournés dans les poches des fonctionnaires et des politiciens corrompus du ministre jusqu'aux directeurs d'école. Les dons aux écoles étaient systématiquement volés.

    De plus, il existait des pratiques de corruption entourant les projets de coopérative d'enseignants et notamment l'achat de terrains de football pour les écoles.

    Le Dr Pornamarin a cité comme exemple un cas de corruption dans un magasin qui a écrit une facture de 50 000 bahts alors que l’école n’avait payé que 5 000 bahts de fournitures.

    Le reste est allé dans la poche de quelqu'un.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110704-corruption-rampant-in-thai-education-circles-report/

    5pm1.jpg.7fd2bc77ded8670988f7a87461bf64d2.jpg.9a8b8d664fe8d8a01458305811548de6.jpg


  9. suite de ce drame

     

    Un septième accusé dans l'assassinat d'une famille de huit personnes dans le sud de la province de Krabi, il y a presque exactement deux ans, a été condamné à mort mardi, alors que la même peine était confirmée pour le cerveau responsable du crime et pour cinq complices.

    La cour d'appel de Krabi a également confirmé la peine de 12 mois de prison prononcée contre Chalita Sangchote, épouse du chef de file condamné, Surifath «Bang Fath» Bannopwongsakul.

    Le tribunal a également ordonné aux sept hommes condamnés à mort de verser conjointement 5 millions de Bt à titre d’indemnisation aux proches des victimes.

    Tawatchai Boonkong, le septième accusé condamné à mort, âgé de 38 ans, avait été condamné en première instance à 13 mois de prison. Chalita et lui avaient déjà purgé leur peine au moment de l'audience en appel.

    L'année dernière, la première instance a étudié les faits concernant l'assassinat du chef du village de Ban Khao Ngam, Worayuth Sunglung, et de sept membres de sa famille, commis le 10 juillet 2017 à leur domicile dans le district de Khao Leuk.

    En mars 2018, Surifath, 43 ans, Komsan Wiangnon, 42 ans, Prajak Boontoy, 37 ans, Abdulloh Doloh, 31 ans, Arun Thongkham, 30 ans, et Thanachai Jamnong, 42 ans, ont été condamnés à mort et incarcérés à la prison de Nakhon Si Thammarat.

    Surifath a été reconnu coupable d'avoir ordonné que Worayuth et sa famille soient exécutés à la suite d'un conflit concernant une propriété foncière. Worayuth a donné des titres de propriété à Surifath en garantie d'un prêt et a finalement remboursé la dette, mais Surifath a refusé de rendre les titres.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110800-death-sentence-for-seventh-man-in-worayuth-family-slaughter/

    famille des victimes

    800_2279eda9f5a2e86.jpg.7963109a0128cb5a8ae02c45fa0b3600.jpg.385819ee657b1af8bc7d99a30f2ad176.jpg


  10. Le Comité thaïlandais pour la promotion et la préservation de la sagesse culturelle ajoute 18 nouveaux articles à la liste du patrimoine culturel national, a annoncé lundi la ministre de la Culture, Vira Rojpojchanarat.

    Il a ajouté qu'un événement célébrant l'inclusion de ces 18 articles - comme

    la souche de fruit durian propre à la province de Nonthaburi,

    la poterie de Koh Kret à Nonthaburi

    ainsi que le poisson gourami à peau de serpent Bang Bor de Samut Prakan -

    aura lieu au Centre culturel de Thaïlande à Bangkok le 28 août.

    L'événement comportera également des expositions, des séminaires et des démonstrations des traditions, ainsi que la remise de prix à des individus et à des groupes exceptionnels.

    Les autres traditions considérées pour la liste du patrimoine sont

    la légende Khao Sap Ya Ya de Chai Nat;

    la légende raconte la fondation de la capitale Lop Buri;

    Le xylophone «Pong Lang» de la province de Kalasin;

    Le baril "Klong Eud" de Tak;

    La danse de Pathum Thani; Bangkok, Nakhon Pathom et

    le rituel «Atthami Bucha» d’Uttaradit;

    Si Sa Ket et la danse «Ram Trot» de la province de Surin;

    Les représentations traditionnelles de «Mor Lam Maeng Tab Tao Thai Luey» de Loei;

    Le rituel Jolmamuad de Surin;

    Le festival «Hae Nang Dan» de Nakhon Si Thammarat;

    Le stuc de Phetchaburi;

    La céramique «Dan Kwian» de Nakhon Ratchasima;

    Le sarong «Sin Mee Kan Noy» de Petchabun;

    Les arts martiaux «In Kon Fon Kaen» de Nakhon Pathom;

    et le combat de cerfs-volants «Dui Dui» de Chanthaburi.

     

    Ces 18 éléments ont été choisis parmi une liste de 168 proposés par les comités culturels provinciaux et seront ajoutés à l'inventaire national du patrimoine culturel riches de 336 éléments.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110604-18-traditions-shortlisted-for-national-cultural-heritage-list/

    800_52adab4315def5b.jpeg.48ba085013d7a7b6f435be07801771f8.jpeg.5205a05f319cb4a10ab250b9624bd460.jpeg


  11. Un kamnam d'un village situé dans la province de Sa Kaew, à la frontière avec le Cambodge, a été accusé d’avoir aidé à exploiter un site de stockage illégal de déchets dans des forêts protégées. Une montagne de déchets industriels et électroniques a été déversée dans cette forêt.

    Le suspect a été identifié par une équipe de sécurité forte de 100 personnes ayant inspecté lundi le terrain de 20 rai de la forêt classée "Zone C" du district de Wang Nam Yen.

    Le kamnan "inconnu" est accusé d’avoir dirigé les ordures vers le site mais insiste sur le fait qu’il est innocent.

    Dans le même temps, Boonyeun Noicharoen, un chauffeur de camion, a déclaré aux policiers qu'il avait été engagé pour transporter les déchets depuis une usine du district de Sri Racha à Chon Buri, a précisé la source.

    Les fonctionnaires du département de contrôle de la pollution ont inspecté le site lundi et travaillent pour déterminer s'il est dangereux pour la santé et l'environnement.

    Le directeur du bureau de l'environnement de Sa Kaew, Anucha Krajaisri, a déclaré que des piles de déchets industriels et électroniques avaient été découvertes sur le site, qui se trouverait dans le complexe forestier protégé de Khao Chakan, Noen Sao Ae, Khlong Huai Krai et Phra Sateung. La forêt est désignée "zone C" interdite à toute activité industrielle.

     

    Un gardien thaïlandais sur le site, identifié comme Sathit Thoopthong, ainsi que 40 Cambodgiens qui travaillaient à la récupération de pièces automobiles, de câbles et de circuits, ont été arrêtés pour violation présumée de la loi sur les forêts réservées et de la loi sur les eaux souterraines. Cette dernière accusation découle de la découverte qu'un puits avait été creusé sur le site, a déclaré Anucha.

    Les patrons, propriétaires et responsables ne sont, en revanche, pas inquiétés pour l'instant.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110591-e-waste-mountain-discovered-in-protected-forest-kamnan-suspected/

    800_709f725f05b57a9.jpg.e4c9ff674d19198250cf132584c28116.jpg.d04cb27e9f245c9cc06567aa691715d4.jpg


  12.  
    Un rituel de bizutage laisse un collégien thaïlandais dans le coma à l'hôpital.

    Le bizutage est la coutume : des élèves plus âgés accueillent de jeunes élèves de manière "virile".
     
    Un article sur Facebook a déclaré qu'un élève de M3 (3e en France) a reçu un coup de pied à la poitrine et a cessé de respirer.
     
    Il a également un hématome au cerveau après avoir été frappé et est maintenant dans le coma.
     
    Les responsables de l'attaque auraient fui dans une province de l'est du pays, a déclaré Sanook.

    Le Col Pol Krissana Pattanacharoen, porte-parole de la police royale thaïlandaise, a confirmé que trois étudiants de M3 avaient été hospitalisés après le bizutage effectué par des élèves de M6 lors d'une cérémonie tenue le 29 juin à 1 heure du matin dans le sous-district de Wat Khae.

    Les étudiants étaient tous dans une école Nakorn Pathom.
     
    La police de Nakhorn Chaisri enquête avec l'aide d'autres autorités et la cour pourrait lancer des mandats d'arrêt. Les parents ont porté plainte.
     
    Krissana a appelé à l'arrêt des bizutages sous une forme violente. Cette demande est récurrente, sans effet, pour l'instant.
     
    Thaivisa note que le bizutage a souvent causé des problèmes au fil des ans et une violence excessive entraînant des drames n'est pas rare.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110681-student-left-fighting-for-his-life-after-hazing-ritual-at-thai-school/

    1pm.jpg.9393a9b04f20949fc4b8adb18dd62c27.jpg.ae9057c225145a2ad1d4fcda77ab4042.jpg

     


  13.  

    Le vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Prawit Wongsuwan, a déclaré lundi que la confiance dans le gouvernement n’allait probablement pas être affectée par un éventuel recours devant la Cour constitutionnelle au sujet de la qualification de Prayut Chan-o-cha pour le poste de Premier ministre.

    Le général Prawit a déclaré qu'il ne craignait pas que le président de la Chambre, Chuan Leekpai, transmette à la Cour constitutionnelle un recours adressé par des députés du parti d'opposition Pheu Thai.

    Les députés de l'opposition allèguent que le général Prayut n'a pas le droit d'être Premier ministre à la suite des élections de mars, car il devrait être considéré comme un fonctionnaire et la Constitution interdit aux fonctionnaires d'occuper quelque poste que ce soit au sein du Cabinet.

    "Je ne suis pas inquiet", a déclaré Prawit. «[Prayut] peut toujours exercer ses fonctions. Je ne pense pas que cette question affectera la confiance dans le gouvernement. "

    Il a ajouté que le bureau du médiateur avait étudié la question et n’avait rien trouvé à redire aux qualifications de Prayut.

    Dans le même temps, le président du Sénat, Pornpetch Wichitcholchai, a déclaré lundi que Chuan, qui est également président du Parlement, s'était simplement conformé à la Constitution en transmettant la plainte à la cour.

    «Nous devrons attendre un jugement de la Cour constitutionnelle», a-t-il déclaré. "Le processus est conforme aux dispositions de la Constitution."

    La députée Ladawan Wongsriwong, porte-parole du parti d'opposition Pheu Thai, a appelé lundi Prayut à cesser volontairement de s'acquitter de ses fonctions pendant l'examen du recours

    Par ailleurs, Le ministère de la Justice n’est peut-être pas sous les feux de la rampe à l’heure actuelle, mais le transfert des principales agences d’enquête sous la supervision directe du Premier ministre ne devrait pas passer inaperçu. Les observateurs considèrent que Prayut a l'intention de concentrer entre ses mains encore plus de pouvoirs.

    http://www.nationthailand.com/news/30372575

     

    800_ad43ce9d7e885fc.jpg.5c1810d3bf60e93166fc3185de50fbed.jpg


  14. Les touristes venus visiter le célèbre temple d’Angkor Wat n’auront plus la possibilité de le faire à dos d’éléphant. Les pachydermes cambodgiens seront désormais protégés de toute exploitation par l’homme.

     

    Stéphane Cugnier

     

    En avril 2016 une vague d’indignation avait accompagné le décès par épuisement d’une éléphante d’une quarantaine d’années, alors qu’elle transportait deux touristes au cœur du temple d’Angkor Wat sous une chaleur écrasante. Plusieurs pétitions visant à mettre fin aux « manèges d’éléphants » avaient alors circulé à travers le monde.

    Trois ans après cette disparition qui avait fait le tour des réseaux sociaux, la mobilisation des associations a porté ses fruits et conduit à la suppression des visites du site archéologique à dos d’animal. Le groupe de quatorze éléphants utilisé autour des temples d’Angkor Wat sera bientôt transféré vers un centre de conservation, a confirmé le comité du groupe des éléphants d’Angkor.

    Situation alarmante

    Directeur du comité du groupe des éléphants d’Angkor, Oan Kiry, a annoncé ce changement au mois de juin et précisé qu’il entrerait en vigueur dès l’année prochaine : « Au début de 2020, notre association prévoit de mettre fin à l’utilisation des éléphants pour transporter les touristes. Ils pourront toujours regarder les éléphants et les prendre en photo dans notre centre de conservation et d’élevage. Nous voulons que les éléphants vivent de la manière la plus naturelle possible. »

    La situation des pachydermes est alarmante dans ce pays ravagé par la guerre et les exactions des Khmers Rouges. À l’heure actuelle, environ 70 éléphants domestiqués subsistent encore au Cambodge. Les activistes environnementaux estiment quant à eux qu’il n’en reste plus que 500 à l’état sauvage, parmi lesquels une centaine d’individus vivant dans le sanctuaire de faune de Keo Seima et près de 200 dans les montagnes des Cardamomes.

    https://www.ouest-france.fr/monde/cambodge/cambodge-les-promenades-dos-d-elephant-vont-etre-supprimees-dans-le-temple-d-angkor-6434643

     

    aed734ab611bffc95f77fb59f0e4ad6a-cambodge-les-promenades-dos-d-elephant-vont-etre-supprimees-dans-le-temple-d-angkor.thumb.jpg.66ba91361d83e27aac84a2d3164b5c54.jpg


  15. Trop c'est trop ! Répression à Pattaya alors que le nouveau chef de la police rétablit la loi

    Les médias thaïlandais ont annoncé que le nouveau chef de la police de Pattaya avait légiféré pour les pubs et les discothèques.

    Lors d'une réunion avant le week-end, 100 opérateurs ont été prévenus :

    Aucun client de moins de 20 ans .

    Aucune arme ou drogue dans les locaux.

    Aucun trafic d'êtres humains (prostitution organisée)

    Aucune ouverture en dehors des heures prévues

     

    Pol Col Prawit Chorseng a pris le commandement après que Pol Col Pongphanmaneethet et quatre adjoints ont été transférés à la suite de la découverte de prostitution Soi 6 il y a quelques semaines. Le précédent chef a aussi été muté pour n'avoir pas découvert de prostitution dans la rue chaude lors d'une descente de police.

    Un média a écrit que le nouveau chef agissait sur ordre du Conseil national pour l'ordre et la paix - la junte, qui a pris le pouvoir dans le pays par un coup d'État en 2014 et le garde après les élections nationales.

     

    Thaivisa en anglais note que le libellé de l'article suggère que Pattaya sera autorisée à être Pattaya mais que la prostitution des mineurs ne sera pas tolérée.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110456-no-more-crackdown-in-pattaya-as-new-police-chief-lays-down-the-law/

    2pm.jpg.447b8b6176b49ba0b18943a5590c932b.jpg.b8c885cba42b9b3e2a868b4d3e36c6d6.jpg


  16.  

    Deux volontaires de la défense affectés à un barrage routier à Yala, dans le sud de la Thaïlande, ont été abattus, tandis qu'un troisième volontaire et un villageois ont été blessés lors d'une attaque par des insurgés présumés dimanche après-midi.

    Selon des témoignages, six insurgés présumés, sur trois motos, se sont approchés du poste de contrôle de Tambon Lampaya et les trois passagers des motos ont ouvert le feu sur les volontaires du poste de contrôle.

    Abdulloh Waedoloh et Suriya Rakmuang ont été tués, tandis qu'un autre volontaire non identifié et un civil ont été blessés.

    Les assaillants ont ensuite saisi deux des fusils d’assaut des victimes et se sont enfuis tous les six.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110444-two-volunteers-killed-by-suspected-insurgents-in-yala/

    imageproxy_php.thumb.jpg.e40f42c64f83d4f83fef7cc3b3cf1f60.jpg


  17. Une ordonnance du Premier ministre demande une enquête sur une affaire de corruption présumée dans le programme de cantines scolaires. Ses appels antérieurs n'ont pas empêché les récidives.

     

    Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a ordonné aux ministères de l'Éducation et de l'Intérieur d'examiner le programme de repas gratuits pour les enfants de la maternelle et du primaire après que des allégations de corruption ont refait surface dans certaines écoles.

    Le porte-parole du gouvernement, le général Werachon Sukondhapatipak, a déclaré aujourd'hui que le Premier ministre avait reçu un rapport de la Commission nationale anti-corruption faisant état d'une corruption présumée concernant le programme dans la province de Nakhon Ratchasima, dans le nord-est du pays.

    Il a déclaré que le Premier ministre attachait une grande importance à la qualité de la nourriture fournie aux écoliers, car il considérait les étudiants comme l'avenir du pays. Malgré cette "grande importance", ces scandales sont récurrents et les fautifs sont rarement poursuivis.

     

    Dans certains cas, la direction de l’école n’a dépensé qu’une partie du budget alloué à l’école et n’a pas pu expliquer où le reste de l’argent était passé.

    La corruption généralisée dans le programme de repas gratuits pour écoliers a été révélée l’année dernière, menant à une enquête de la commission et à la fin des mauvaises pratiques. La corruption présumée a refait surface récemment dans certaines écoles de la province de Nakhon Si Thammarat, dans le sud du pays, avec des clips vidéo montrant des portions faméliques sans viande constitué d'une simple soupe de légumes publiés sur les médias sociaux.

    Mme Amporn Dankongrak, directrice d'une école municipale à Nakhon Si Thammarat, a été mutée brusquement après avoir posté un message sur sa page Facebook, se plaignant de déjeuners de qualité médiocre à l'école. Comme souvent, c'est le lanceur d'alerte qui est sanctionné.

    Un fonds de 37 millions de bahts aurait été alloué pour un programme de repas gratuits dans 10 écoles municipales de Nakhon Si Thammarat. Chaque école est habilitée à lancer des appels d’offres auprès de traiteurs privés pour offrir des déjeuners gratuits à ses élèves.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110442-pm-orders-probe-into-alleged-corruption-in-school-lunch-program/

    Werachon

    imageproxy_php.jpg.9385e2ed6ec18156c9a22df56b441549.jpg


  18. lee-yeol-eum-une-actrice-sud-coreenne-de-23-ans-poursuivie-en-thailande-pour-avoir-peche_6196414.jpeg.d0fdcdb4aabae2b6ab3f33951530250c.jpegBangkok | Une actrice sud-coréenne risque d’être condamnée jusqu’à cinq ans de prison en Thaïlande pour avoir pêché des bénitiers géants – une espèce protégée de mollusques – en tournant une émission de téléréalité, a-t-on appris samedi auprès des autorités.

    Lee Yeol-eum, âgée de 23 ans, a été filmée en train de plonger pour aller s’emparer de bénitiers géants, le plus gros mollusque bivalve connu, dans un parc sous-marin thaïlandais sur le tournage en avril d’un épisode diffusé fin juin de La Loi de la jungle, une émission de téléréalité populaire en Corée du Sud.  

    Après avoir arraché deux énormes coquillages au milieu des coraux, elle est revenue les brandir à la surface en criant: «Ça y est!»

    Le bénitier géant est une espèce en danger, protégée par la loi thaïlandaise. 

    L’attention des autorités a été attirée par une photographie circulant sur les réseaux sociaux montrant la jeune actrice en train d’attraper les coquillages. 

    Narong Kongaid, le directeur du parc national Hat Chao Mai où a eu lieu le tournage, a déclaré à l’AFP avoir porté plainte mercredi auprès de la police contre l’actrice pour violation de la réglementation des parcs nationaux et de la Loi sur la protection de la vie sauvage. Le procureur doit encore décider d’éventuelles poursuites. 

    «Elle risque cinq ans de prison» et une amende de 20 000 bahts (650 dollars), a précisé M. Narong. L’actrice ne se trouve plus en Thaïlande, mais la police pourra la rechercher, a-t-il assuré. 

    Même si le producteur de l’émission s’est excusé, a-t-il ajouté, «il s’agit d’une affaire criminelle et nous ne pouvons retirer notre plainte». 

    Dans un communiqué publié vendredi, le producteur de l’émission sud-coréenne a présenté «ses sincères excuses» pour avoir ignoré la réglementation thaïlandaise sur la protection de la nature, promettant d’être plus attentif à l’avenir. 

    https://www.journaldemontreal.com/2019/07/06/thailande-en-prison-a-cause-dune-telerealite

     

     


  19.  

    Bangkok (VNA) – Le gouvernement thaïlandais a débuté un projet ambitieux visant à construire un réseau ferroviaire reliant la Thaïlande à d’autres pays aussi éloignés que Singapour et la Chine.

    railway_bangkokpost.JPGSource: www.bangkokpost.com

     

    "Les Thaïlandais seront en mesure de prendre des trains à grande vitesse pour se rendre à Pékin et à Singapour depuis une gare de Bang Sue, à Bangkok, dans l’avenir", a déclaré le vice-ministre thaïlandais des Transports, Pailin Chuchottaworn.

    Ce sera possible une fois que la construction de quatre lignes pour les trains Shinkansen sera terminée.

    Dans le cadre du plan visant à faire de la Thaïlande le hub logistique de l’ASEAN, les officiels ont convenu que les trains à grande vitesse (TGV) seraient au cœur du nouveau système d’infrastructure dont le pays a tant besoin.

    Ce sera la première fois que la Thaïlande disposera d’un réseau de transport aussi moderne, qui couvrira 3.193 kilomètres pour un coût d’environ 2,07 billions de bahts.

    La voie ferrée reliera Bang Sue, une grande gare ferroviaire appelée à devenir la plus grande dans l’ASEAN, à Chiang Mai au nord, au Laos au nord-est, au Cambodge à l’est et à la Malaisie au sud.

    Les lignes faciliteront les transports et devraient faire progresser l’économie nationale à long terme, a-t-il déclaré.

    La première ligne, un projet sino-thaïlandais reliant Bangkok et Nong Khai dans l’extrême nord-est, est actuellement en construction et devrait être achevé d’ici 2023.

    La ligne, qui couvrira 608 km, constituera le principal système de transport vers le Laos, voisin de Nong Khai. 

    Une liaison de 414 km entre Vientiane et Mohan est désormais achevée à 55%. Le gouvernement laotien est également en train de construire une autre section ferroviaire reliant sa capitale à Nong Khai.

    Ratthaphum Parichatpricha, ingénieur en chef à l’Institut d’ingénierie de Thaïlande, a estimé que l’ASEAN pouvait passer d’un utilisateur à un développeur de la technologie du train à grande vitesse si le bloc régional continuait à soutenir le transport ferroviaire et les activités connexes.

    Le gouvernement thaïlandais prépare actuellement un nouvel accord sur les normes de l’industrie ferroviaire avec la Malaisie, le Vietnam et l’Indonésie, car ils dépensent également des sommes énormes pour la construction de divers modes de transport ferroviaire, des systèmes à grande vitesse aux métros, a-t-il indiqué.

    Ces pays sont actuellement capables de fabriquer certains produits liés aux chemins de fer, mais un manque de normalisation les empêche de les exporter, comme le Japon, l’Allemagne et la Chine. Un accord peut également réduire les coûts globaux de construction et d’entretien des chemins de fer. – VNA

    https://fr.vietnamplus.vn/un-tgv-transaseanien-reliera-la-thailande-au-laos-et-a-la-chine/123748.vnp


  20. La police a averti les Thaïlandais d'une nouvelle escroquerie capable de vider le compte bancaire d'une victime quelques minutes après avoir cliqué sur "oui". Un message demande si la victime souhaite lier son compte à un portefeuille électronique.

    Un récent message en ligne de la police thaïlandaise sur la répression de la criminalité liée aux technologies (Tactics) via facebook.com/tacticspolice/ indique que la plupart des victimes sont des particuliers qui vendent des marchandises en ligne et qui rendent souvent leurs numéros de compte bancaire publics.

    Le malandrin prétend être un client souhaitant acheter des biens et demande le numéro de carte d'identité thaïlandaise du vendeur, son numéro de téléphone et d'autres informations personnelles, qui seront utilisés pour ouvrir un portefeuille électronique. Le brigand lierait ensuite ce portefeuille au compte bancaire du vendeur et celui-ci recevrait une longue notification par téléphone lui demandant s’il souhaite lier son compte bancaire au e-portefeuille.

    Malheureusement, beaucoup de gens ne prennent pas la peine de lire les détails en supposant que la notification est inoffensive et appuient sur "accepter" ou sur "oui".

    Cela lie le compte bancaire de la victime au e-portefeuille du bandit, lui permettant ainsi de vider le compte bancaire en quelques minutes, a déclaré la police.

    L'annulation du lien (entre les deux comptes) ne peut pas être effectuée en ligne ou via une application. Les victimes ne peuvent donc le faire que dans la boutique du prestataire de services de porte-monnaie électronique, a déclaré la police.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110027-new-e-wallet-scam-empties-bank-accounts-in-minutes-police-warn/

     

    scam.jpg.559c4e7fa67bae1840b2349978e97a8e.thumb.jpg.a37470b2759f744474141cfc566feb70.jpg


  21. Le réseau BTS de Bangkok devient trop coûteux pour beaucoup de Thaïlandais et plus cher que ses équivalents internationaux.

    Le système de BTS Skytrain est trop coûteux par rapport aux salaires de base en Thaïlande, selon un récent rapport de l'Institut de recherche en développement de Thaïlande.

    Il indique que les personnes à faible revenu ne peuvent se permettre que de payer 11,7 bahts par voyage, ce qui est nettement inférieur au tarif de base du BTS, qui est de 16 bahts. C'est encore moins que le prix du ticket moyen de 28,3 bahts pour les passagers de Bangkok.

    Sur la base des tarifs actuels, on pourrait atteindre 100 bahts pour un trajet entre le MRT Bang Yai de Purple Line, dans le district de Bang Bua Thong, dans la banlieue ouest, jusqu'au centre-ville. En termes de coût par kilomètre parcouru, le tarif moyen à Bangkok est de 14,8 bahts, contre 12,4 bahts à Londres, 2,3 bahts à Singapour et 4,08 bahts à Hong Kong.

    Le rapport signale également des incohérences entre le BTS (Skytrain) et le MRT (Underground). Un passager du BTS doit payer 37 bahts de Sala Daeng à Asok, contre 23 baht pour le MRT entre les stations Silom et Sukhumvit, un trajet de longueur équivalente.

    En raison des tarifs élevés, le rapport indique que moins de passagers pourraient utiliser le BTS et que les opérateurs devront supporter des coûts d'exploitation élevés et in fine faire faillite.

    Il existe actuellement trois systèmes traversant la capitale: le BTS Skytrain, les liaisons MRT et SRT Airport. Ils sont exploités par des conglomérats privés dans le cadre de concessions lucratives accordées par le gouvernement thaïlandais.

    Aucun gouvernement du pays, aucun gouverneur de Bangkok ne s'est jamais intéressé au problème des transports en commun dans la capitale. Alors que Bangkok est une ville qui respire la richesse, les pauvres doivent toujours emprunter des autobus antédiluviens et sales. La régie possède des centaines de bus neufs qu'elle préfère parquer sur ses parkings plutôt que de les mettre en service pour les pauvres.

    Le métro est réservé aux classes moyennes supérieures et les riches roulent en voiture jusqu'à créer des embouteillages. 

    Certains bus étaient gratuits mais depuis "l'après 2014", ils n'existent plus. Le service ne s'est pas amélioré, bien au contraire.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1109884-bangkok’s-bts-becoming-too-expensive-for-thai-passengers/

    BTS-Skytrain-Bangkok.jpg.b912d653f4935ffdb5d0186a6df066e1.jpg.ddc268baf37539845f42b1573a290835.jpg


  22. Le service des douanes mettra en service des scanners d’ici la fin de l’année, ce qui lui permettra d’analyser tous les bagages à la recherche d’articles illicites et de produits de marque introduits en fraude afin d’éviter de payer des taxes et de revendre.

    Le directeur général du département des Douanes, Krissada Jinawicharana, a déclaré vendredi que son agence venait de recevoir et d'installer 23 appareils à l'aéroport international de Suvarnabhumi, qui seront utilisés plus tard cette année.

    Les appareils peuvent numériser tous les bagages enregistrés et aider les fonctionnaires à détecter des articles illégaux tels que des stupéfiants ou des marchandises introduites en fraude pour éviter de payer des taxes. Jusqu'à présent, les bagages étaient contrôlés de manière aléatoire, a-t-il déclaré.

    L’agence développera également un système d’intelligence artificielle pour relier les images de rayons X à celles de leurs homologues des pays de l’Asean afin de renforcer l’efficacité, a-t-il ajouté.

     

    Par ailleurs, Krissada a déclaré que les autorités thaïlandaises interdiraient l'importation de voitures d'occasion d'autres pays afin de réduire la pollution atmosphérique et de combler le vide juridique dans lequel certaines personnes évitent de payer les taxes lors de l'importation de voitures de luxe.

    Il a ajouté que les douanes et les organismes concernés discutaient d'un plan d'action avant que l'interdiction ne prenne effet. Quelque 1 000 voitures d'occasion ont été saisies et doivent être vendues aux enchères.

    Si le Dpt des Transports terrestres refuse d’enregistrer ces voitures, la douane devra peut-être rembourser les vainqueurs des enchères, faire don des voitures, les vendre en pièces détachées ou les détruire.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110025-luggage-to-be-x-rayed-at-airports-by-year-end-used-car-imports-to-be-banned-customs/

    l.jpg.45d20c7a8d0c1502e4ad2bc66a19d4fa.jpg.ed79373d84614f3a3ba14819863018e3.jpg


  23.  
    Alors qu’en Europe les jeunes sont inspirés par la Suédoise de 15 ans Greta Thunberg, en Thaïlande, Lilly, une petite fille de 11 ans, milite auprès des grandes entreprises du pays pour les convaincre de supprimer le plastique jetable de leurs enseignes. Le pays du Sud-Est asiatique est le sixième plus gros contributeur mondial à la pollution des océans. Il produit 1,03 million de tonnes de déchets plastiques par an. Selon le gouvernement, les Thaïlandais utiliseraient en moyenne huit sacs plastiques par jour.
     
    « Bye bye plastic bags. » Du haut de ses 11 ans, Ralyn « Lilly » Satidtanasarn pourrait faire rougir de nombreux défenseurs de l’environnement. Depuis quatre ans, cette jeune Thaï-Américaine qui vit dans le centre de Bangkok, se bat pour en finir avec le plastique jetable. Début juin, elle a remporté une grande victoire : après avoir convaincu Central, l’un des plus importants supermarchés de Bangkok, de supprimer les sacs plastiques jetables plusieurs fois par mois, l’entreprise a annoncé qu’elle ne donnerait plus systématiquement de sacs à la caisse.
     
    « Le directeur de Central a été le premier à m’écouter, raconte Lilly tout sourire. L’année dernière, il a accepté de mettre en place des « journées sans plastique », une fois par mois, pendant lesquels il ne distribue aucun sac jetable. Maintenant, ces « journées sans plastique » auront lieu une fois par semaine et l’enseigne ne donnera plus systématiquement de sac à la caisse. C’est génial ! » Dans la foulée de cette annonce, fin mai, d’autres grandes enseignes ont pris le pas comme Big C ou Villa. La petite fille ne compte néanmoins pas s’arrêter là. « Mon objectif maintenant, c’est de les convaincre de supprimer les sacs plastiques complètement ! »
    Quiconque est déjà entré dans un magasin en Thaïlande sait à quel point le plastique y est omniprésent. On souhaite acheter une simple boisson pour se rafraîchir, on ressort avec un soda dans un gobelet plastique, lui-même mis dans un sac, avec une paille en prime. D’après une étude réalisée par le gouvernement en 2017, chaque Thaïlandais utilise en moyenne huit sacs en plastique par jour, soit un total d’environ 198 milliards par an. Le pays produit ainsi 1,03 million de tonnes de déchets plastiques chaque année dont plus de 3 % se retrouvent dans la mer, selon des données communiquées par Greenpeace Thaïlande. Malgré plusieurs scandales, dont les images de tortues et baleines mortes après avoir avalé des sacs plastiques qui ont fait le tour du monde, le gouvernement asiatique n’a, pour l’heure, pris aucune mesure radicale.
     
    LIRE LA SUITE SUR ASIALYST
    ABONNEZ-VOUS
     
    photo2-682x1024.thumb.jpeg.9900803ffc20a88b8700774925d6e4ae.jpeg
     

  24.  
     
     
    Energy Absolute Somphote Ahunai
     
     

    AUTOMOBILE – Le milliardaire thaïlandais et magnat de l’électricité, Somphote Ahunai, a annoncé qu’il va mettre 5000 véhicules électriques (VE), localement fabriqués, sur les routes de Thaïlande d’ici l’an prochain. 

    La société du magnat «Energy Absolute» prévoit dans une première phase la mise en circulation de 5.000 VE l’année prochaine, ainsi que 700 stations de recharge, précise-t-on auprès de l’entreprise. Elle prévoit également la construction d’une usine de fabrication de batteries lithium-ion pour un investissement de 3 milliards de dollars.

    “Il est temps pour la Thaïlande de cesser de se reposer sur ses lauriers et de se tourner vers les technologies de pointe pour stimuler la croissance économique. La Thaïlande sera le leader de la technologie des VE dans cette région (Asie du Sud-Est). Nous sommes les premiers et cela devrait nous donner une longueur d’avance pour développer cette technologie”, a déclaré Somphote.

    Moins chère qu’une Nissan Leaf ou une Kia Soul EV

    Energy Absolute prévoit trois modèles d’EV. Son principal modèle, la Mine Mobility, a été présenté au Salon de l’automobile de Bangkok cette année et a immédiatement reçu plus de 4 500 commandes. Son prix est d’environ 1,2 million de baht (environ 34.300 euros), soit moins cher qu’une Nissan Leaf ou une Kia Soul EV, des véhicules de la même catégorie.

    La société thaïlandaise de VE se lance alors que les constructeurs étrangers commencent à arriver dans le pays. BMW AG, Nissan Motor Co. et l’unité Mercedes Benz de Daimler AG ont tous annoncé leur intention de produire et d’assembler des VE en Thaïlande, un pays considéré comme une plaque tournante de l’industrie automobile délocalisée.

    Quant au leader Tesla, il n’a pas encore de point de vente en Thaïlande et les quelques modèles présents dans le pays sont livrés à partir de pays voisins comme Hong Kong.

    Energy Absolute rivalise avec Tesla en essayant d’intégrer toutes les étapes du cycle de vie des VE : production d’électricité, production de batteries, construction automobile et installation de points de charge.

    L’Asie du Sud-Est a été lente à adopter les VE essentiellement en raison de prix élevés. Le gouvernement thaïlandais envisage les VE comme un moyen de réduire la pollution record dans le pays et de renforcer l’industrie automobile qui génère environ 12% du produit intérieur brut.

    https://industries.ma/la-thailande-met-sur-les-routes-5000-exemplaires-de-sa-propre-voiture-electrique/



  25. Le Parti Palang Pracharath (PPRP), qui a dirigé la formation du nouveau gouvernement, avait été confronté à des conflits internes en particulier de la part de la puissante faction "Sam Mitr".


    "Je confirme que le nouveau gouvernement sera formé et prêtera serment [devant le roi Rama X] vers le milieu de juillet", a déclaré le général Prayut, après avoir accueilli plus de 200 enfants de la diaspora thaïlandaise aux États-Unis à la Maison du gouvernement.


    Dans cette version "finale" de la composition du cabinet, Suriya Jungrungreangkit, membre clé de la faction Sam Mitr, obtiendra le poste de ministre de l'Industrie.


    Un peu plus tôt, il avait été choqué par la nomination du secrétaire général du PPRP, Sontirat Sontijirawong, au poste de ministre de l'Énergie, ce qui a incité Sam Mitr à menacer de quitter le parti.


    En fin de compte, M. Suriya a été contraint de céder sa place à M. Sontirat.


    Somsak Thepsuthin, un autre membre clé de Sam Mitr, devrait devenir le prochain ministre de la Justice, en dépit de ses précédentes demandes de portefeuille de l'Agriculture.


    Le projet de cabinet présente des noms familiers étroitement liés au général Prayut et à ses adjoints.
    Parmi ceux-ci figurent ses trois adjoints - Somkid Jatusripitak, Wissanu Krea-ngam et le général Prawit Wongsuwon,- qui conservent leurs postes actuels.


    Le général Anupong Paochinda, l'autre frère d'armes du général Prayut, semble également prêt à conserver son poste au ministère de l'Intérieur.


    Pendant ce temps, le Capt Thammanat Prompao, proche du général Prawit et considéré comme un personnage influent, doit devenir le prochain ministre du Travail.
    "Le Capt Thammanat a été choisi pour occuper ce poste afin de résoudre les conflits entre les factions du parti, puisqu'il est un homme courageux", a déclaré la source. On ne sait pas s'il s'occupera aussi de son ministère.


    Une source au PPRP a déclaré que le général Prawit avait joué un rôle majeur dans l'organisation du gouvernement, qui devait être "relativement durable", la coalition dirigée par le PPRP ne disposant que d'une majorité infime, sur le bloc d'opposition.


    Cet arrangement est censé atténuer les conflits internes entre diverses factions.


    "La composition du cabinet sera soumise au roi pour approbation", a déclaré M. Wissanu.

    Bien qu'il n'y ait pas de délai pour la présentation de la liste des membres du Cabinet, "plus vite sera mieux, mieux", a-t-il dit.


    Le vice-Premier ministre a refusé de commenter lorsqu'on lui a demandé si le nouveau gouvernement serait au pouvoir pendant longtemps.
    "Ne spéculez pas sur des choses qui ne sont pas arrivées", a-t-il déclaré.
    Selon le vice-premier ministre, même si le gouvernement ressemble à un navire en acier, il peut rouiller et couler.
    "Tout le monde dans le bateau doit aider", a-t-il déclaré.

     

    imageproxy_php.thumb.jpg.91c39485df55ed35b12786ea5a1a94e6.jpg

×