Aller au contenu
BANGKOK 21 August 2019 16:10

Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    14 461
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    35

Messages posté(e)s par Le Modérateur


  1. La police de l'immigration a arrêté une femme d'affaires russe qui se cachait depuis trois ans. Un mandat d'arrêt était lancé contre elle pour avoir notamment utilisé un prête-nom thaïlandais pour gérer une société immobilière à Pattaya.

    Le lieutenant-général Pol Sompong Chingduang, du Bureau de l'immigration, a déclaré que Natalia Nikiforova avait été arrêtée à Tambon Na Klua, Bang Lamung, en vertu d'un mandat délivré par le tribunal de Pattaya le 29 juin 2016.

    Elle a été arrêtée au sein du groupe Nesta Asia car elle  était une étrangère exerçant des activités interdites aux étrangers.

    Sompong a déclaré que Nikiforova avait utilisé un prête-nom thaïlandais comme façade pour son activité immobilière et n'avait pas payé d'impôt. Au lieu de cela, elle a renvoyé ses revenus dans son pays d'origine, affectant ainsi l'économie thaïlandaise.

    Sompong a déclaré que Nikiforova avait quitté le pays et était revenue avec un nouveau nom et un nouveau passeport, mais que le système biométrique de l'iris de l'immigration l'avait identifiée comme la personne recherchée sur le mandat d'arrêt.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1111389-russian-woman-arrested-for-allegedly-using-thai-nominee-in-business/

    750x422_840507_1562916953.jpg.0e50cc748f3815bfe032f0bf29004920.jpg.fd432f2517aa4c542fd86a9a9b4e9fb0.jpg


  2.  

    Les autorités métropolitaines de Bangkok ont inspecté des parcs thématiques à Bangkok et ont découvert que seuls 33 d'entre eux possèdent les licences requises.
     
    Quinze parcs inspectés depuis avril ne sont pas homologués et ne sont donc pas conformes aux normes établies par la BMA.
     
    Neuf d'entre eux sont en train de faire une demande de licence et six ont reçu un préavis de 7 ou 15 jours sous peine d'une amende de 50 000 bahts et de six mois de prison.
     
    Sur la photo de Daily News, Thaweesak Lertpraphan, de la municipalité BMA et d'autres responsables passent une journée dans l'un des parcs thématiques figurant sur la liste des sites autorisés  Siam Park de Bangkok, un parc à thème établi de longue date dans la capitale.
     
    Tous les parcs inspectés sont des installations autonomes telles que Siam Park ou "Suan Sanuk" ou des parcs de loisirs et autres installations dans les grands magasins de la capitale. Parfois il s'agit de tout petits espaces qui n'ont rien d'un vrai parc.
     
    Daily News a publié la liste des installations entièrement autorisées et approuvées. On n'a pas donné de détails sur ceux qui n'avaient pas encore été approuvés ou qui n'avaient même pas demandé de licence.
     
    Voici la liste approuvée:
     

    1. Siam Park
    2. Kidspace, Chatuchak.
    3. Kiddyland, Chatuchak.
    4. Bouncing (Thailand), Esplanade, Din Daeng.
    5. Skippyland, The Mall, Tha Phra.
    6. Fantasy Lagoon, Bang Khae.
    7. Fantasy (Thailand), Bang Khae.
    8. The Mall Water Park, Bangkapi.
    9. Magic World, Lotus Rama 2.
    10. Magic World, Big C, Rama 2.
    11. Sanuk Game Zone, Big C, Rama 2.
    12. Playspace (Playground) Bang Khun Thian.
    13. An unnamed facility on the 4th floor of Central Rama 2.
    14. Magic World Skippy Land (Bang Prakop) Big C.
    15. Magic World Skippy Land (Rat Burana).
    16. Magic World Skippy Land, Lotus Bang Prakop.
    17. Eon Fantasy, Lat Prao.
    18. Skippy Land, Wattana. 
    19. Bounce, Wattana.
    20. Skippy Wonderland, Nong Khaem.
    21. Magic World, Skippy Land Nong Jork.
    22. Magic World, Kids Soft Play, Lotus Chaeng Wattana.
    23. Family Amusement (Fun Planet) Central Rama 2.
    24. Terminal Extra Entertainment (Asiatique Sky), Bang Khor Laem.
    25. Magic World, Bang Sue.
    26. Saphasinkha, Central Bang Na. 
    27. Kid's Edutainment, Pathumwan.
    28. Magic World, Pathumwan.
    29. Seacon Development (Yo Yo Land) Prawet.
    30. Eon Fantasy, Paradise Park, Prawet.
    31. Seacon Bangkhae (Yo Yo Land), Phasee Charoen.
    32. Skippy Wonderland, Minburi. 
    33. Family Amusement (Fun Planet), Yannawa.  
     
     
    8pm1.jpg.8f5fe45fc57a372329f2907d8c404837.jpg.24b0bf27b31a9e24828e0ec1b630f031.jpg

  3. Bangkok (VNA) - Les autorités de Bangkok accélère la construction de réservoirs d'eau souterrains afin de protéger des zones inondables dans la capitale.

    Cinq réservoirs d'eau souterrains, d’une capacité totale de 27.030 m3, seront construits cette année. Le premier, implanté à Asok-Din Daeng, sera mis en service en août prochain.

    La capitale thaïlandaise subit régulièrement des inondations pendant la saison des pluies et en raison de la marée montante qui affecte les bras septentrionaux des rivières régionales.

    La nouvelle mesure de prévention des inondations, inspirée des réserves d'eau souterraines au Japon, comprend un puits en béton géant qui est utilisé pour retenir l'eau pendant les fortes pluies. Le puits est relié à des tuyaux et à des caniveaux pour recevoir les eaux.

    La construction de réservoir d'eau souterrain à Asok-Din Daeng s’est achevée à 40%, a déclaré le gouverneur adjoint de Bangkok, Jakkraphan Phewngam.

    Quatre autres puits souterrains seront construits dans les zones à haut risque, a-t-il ajouté.

    Les autorités de Bangkok utilisent également d'autres mesures pour faire face aux inondations.

    Le "pipe jacking", une technique d'installation de conduites souterraines avec des vérins hydrauliques, est utilisé sur les petites routes encombrées. En outre, la ville construira cinq réservoirs d'eau de pluie d'une capacité combinée de 141.100 m3 en banlieue.-VNA

     

    Thailand_builds_water_banks_in_Bangkok_tLe Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-ocha (centre) se rend sur le chantier de construction d’une réservoir d'eau souterrain à Bangkok.
     

  4. Un avion à réaction de la Royal Thai Air Force (RTAF) s'est écrasé dans la province de Chiang Mai hier soir, tuant un pilote et blessant un autre.

    Le pilote décédé a été identifié comme étant le chef d’escadron Naruephol Lertkuson, qui était l’instructeur. Le survivant est le lieutenant d'aviation Theerawat Khoonkhunthod, stagiaire.

    Theerawat aurait été légèrement blessé.

    Le porte-parole de la RTAF, Air Marshal Phongsak Semachai, a déclaré qu'une enquête avait été ouverte sur la cause de l'accident, ajoutant que le L-39 biplace, de fabrication tchèque, effectuait un retour vers l'aérodrome 41, où les deux officiers avaient été affectés.

    Une source du RTAF a déclaré que le survivant était le premier à avoir été éjecté de l'avion et que l'instructeur avait été éjecté lorsque l'altitude était trop basse.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1111217-breaking-one-killed-in-chiang-mai-plane-crash-see-video/?tab=comments#comment-14337769

    imageproxy_php.jpg.d0609ac68b1d6493c69cde8066765f19.jpg


  5. Tourisme à Phuket comme Pattaya : peu de touristes et situation bien pire que l'année dernière
     
    Les médias thaïlandais ont brossé un tableau sombre du tourisme dans le sud de la Thaïlande, en particulier à Phuket.
     
    Citant un hôtelier de premier plan, il est évident que le tourisme à Phuket se détériore.
     
    Il est évident pour tout le monde que le tourisme est en déclin depuis des années, avec moins de touristes et moins de revenus - mais pourquoi?
     
    Les médias se sont tournés vers Kongsak Phupongsakorn pour obtenir des réponses. Il est à la tête de l'Association des hôteliers thaïlandais du sud de la Thaïlande.
     
    Tout en précisant que juin est toujours le pire mois pour le tourisme avec la basse saison, Kongsak a déclaré que cette année était terrible.
     
    Tout comme dans les reportages sur Pattaya hier, lorsqu'un responsable du tourisme avait annoncé une baisse de 20-30% d'une année sur l'autre en juin, Kongsak a publié des chiffres similaires.
     
    "Par rapport à l'année dernière, le tourisme a baissé de 20 à 30%", a-t-il aussi déploré.
     
    Il est à espérer que les voyageurs asiatiques et australiens rattraperont une partie du retard en juillet. Mais c'est tout ce qu'ils ont : de l'espoir. La plupart des gens s'attendent à ce que juillet soit aussi mauvais que juin.
     
    Kongsak a donné un certain nombre de raisons telles que l'économie mondiale morose qui voit les gens voyager moins et dépenser moins.
     
    Les Européens ne sont pas les seuls à ressentir les conséquences de leurs crises économiques, les Asiatiques sont également touchés.
     
    La guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine affecte également les investissements. Les investisseurs et les touristes eux-mêmes ont peur.
     
    Kongsak - c'est assez rare pour le noter - a également imputé la responsabilité de la situation à Phuket de manière juste et directe aux Thaïlandais eux-mêmes.
     
    Il a dit que la situation politique incertaine effrayait les gens. Le long processus de formation d'un nouveau gouvernement a été terrible pour le tourisme.
     
    De plus, cela a conduit à un manque de politique cohérente en matière de tourisme.
     
    Kongsak a déclaré que les préoccupations des touristes en matière de sécurité n'avaient pas été correctement prises en compte, ce qui avait engendré un manque de confiance dans le pays. La tragédie du bateau Phoenix et l'absence de réaction des autorités sont clairement présentes dans son esprit. De même que la sécurité routière n'est jamais prise en compte par les gouvernements successifs.
     
    Pendant des années, le marché touristique de Phuket a connu une croissance soutenue qui a favorisé un boom de la construction d'hôtels. Mais la croissance - qui a vu le tourisme passer de 9 millions de visiteurs par an à 14 millions en cinq ans - a cessé.
     
    Les hôtels dotés de nouvelles installations n'ont pas de clients pour les occuper et les investisseurs ne reçoivent pas les rendements attendus. Plus de chambres et plus de restaurants ont entraîné beaucoup plus de concurrence.
     
    Il a ajouté que pour tenter de séduire le petit nombre de touristes présents, les hôtels à Phuket offrent des chambres jusqu’à 50% moins chères que lors de la basse saison de l’année dernière.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1111308-phuket-tourism-going-down-the-pan-just-like-pattaya-few-tourists-and-much-worse-than-last-year/

    1pm.jpg.9d0ee96e52b98eda04a525a683865b09.jpg.0d427e60adcdf10a56d627404bccf123.jpg


  6. Accusation de meurtre pour une mère de 18 ans qui a jeté son nouveau-né dans un sac poubelle
     
    La police d'Amnat Charoen a porté plainte pour meurtre contre une lycéenne de 18 ans, après son accouchement dans les toilettes d'une clinique, pour avoir placé son bébé dans un sac poubelle et l'avoir jeté.
     
    Elle a été filmée par la vidéosurveillance.
     
    "Nok" a déclaré aux enquêteurs que personne ne savait qu'elle était enceinte et elle est allée à la clinique pour un test sanguin mais a accouché de façon inattendue dans les toilettes.
     
    Elle a dit qu'elle avait coupé le cordon ombilical avec un couteau qu'elle avait sur elle. Elle aurait ensuite laissé tomber le bébé et l'aurait cru mort.
     
    Elle a jeté les restes de cordon et de placenta dans les toilettes et, pensant le bébé mort, était partie à la recherche d'un sac poubelle. Elle a placé le bébé dans le sac poubelle et a fermé celui-ci de manière définitive.
     
    Une autopsie a révélé que le bébé était mort de manque d'oxygène - peut-être pour avoir été enfermé dans le sac poubelle en plastique scellé.
     
    Un membre de la famille a déclaré que Nok vivait avec eux alors que ses parents travaillaient à Bangkok. Ils ne savaient pas qu'elle était enceinte.
     
    Le père est un garçon de 17 ans et Nok avait initialement prévu d'accoucher ailleurs.
     
    Elle a été accusée de meurtre et détenue.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1111123-amnat-charoen-murder-charge-for-18-year-old-mother-who-put-her-newborn-in-a-bin-bag/

    Les autorités ne prévoient rien concernant les grossesses non désirées des adolescentes dont le taux est très élevé en Thaïlande. Les associations considèrent ces jeunes femmes comme des victimes d'une éducation défaillante de la part des adultes mais les autorités les considèrent souvent comme des coupables.

    7pm.jpg.2792a4e69ba6ac5645adb0618938f8bb.jpg.473ff76906fdf3341eb5c6ef2cc4c58f.jpg

     

     


  7. Un Thaïlandais de 23 ans a été condamné à mort par le tribunal de Chonburi pour le viol et le meurtre brutal d'une touriste allemande âgée de 27 ans sur l'île de Koh Si Chang en avril 2019.

    Ronakorn "Pon" Romreun pourrait être exécuté pour avoir frappé Mariam Beelte avec un morceau bois et des rochers et enterré son cadavre sous des pierres dans le but de le dissimuler.

    L’assassinat du 7 avril a choqué la petite communauté de Koh Si Chang dont «Pon» faisait partie. Il a également fait les Unes dans le monde entier.

    La cour a appris comment Pon et Mme Beelte s'étaient rencontrés au pied d'un escalier de pierres menant au drapeau de Rama V sur l'île.

    Elle a garé sa moto louée mais a refusé la drague lourde du Thaïlandais après qu'il lui a acheté des fleurs. Il l'a suivit alors qu'elle montait les 360 marches.

    Près du sommet et fatiguée par la montée, elle a été attaquée et violée par Pon sur les marches. Il l'a ensuite frappée avec un morceau de bois. Elle a riposté et a tenté de s'enfuir en redescendant les marches.

    Il l'a frappée sur la tête avec une pierre, ce qui l'a fait tomber.

    Il l'a ensuite retournée et lui a fracassé la tête et le visage à plusieurs reprises jusqu'à ce que mort s'en suive.

    Il l'a ensuite traînée dans le sous-bois où il l'a recouverte de cailloux.

    Le corps a été vite découvert, la police a procédé à une arrestation rapide et Pon a reconnu le crime.

    Il était drogué au moment du viol et du meurtre.

    Le tribunal a prononcé la peine de mort.

    Thaivisa note que la Thaïlande a procédé à la première exécution d'un condamné à mort depuis neuf ans en juin 2018.

    Teerasak Longji, 26 ans, a été tué par injection à la prison de Bang Kwang à Bangkok. Il avait été reconnu coupable de meurtre aggravé.

    Des centaines de prisonniers sont dans le couloir de la mort, mais la peine est rarement appliquée. L'exécution précédente avait eu lieu en 2009.

    Thaivisa en français remarque la rapidité de la procédure dans le cas présent. On ne sait pas si le condamné fera appel. Il pourrait être exécuté pour faire passer un message clair quant à la sécurité des touristes.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1111100-thai-man-given-death-sentence-for-horrific-rapemurder-of-german-tourist/

    2pm.jpg.b2b29709c8525d7f78e0a7166d65c8b2.jpg.5f9d38013b86acaef921be228acce68f.jpg

     


  8. Tourisme "de divertissement" : Pattaya, pour les Européens, c'est terminé. Moins 30% cette année

    Un haut responsable du tourisme a confirmé ce que nombre de résidents de Pattaya soupçonnaient depuis longtemps.

    Le temps des Européens qui visitent Pattaya en grand nombre pour l'industrie du divertissement (euphémisme pour "sexe" ?) est révolu.

    La force du baht, les alternatives dans d'autres pays et la montée du tourisme chinois et maintenant indien ont marqué un changement marqué en ce qui concerne ceux qui viennent à Pattaya et ce qu'ils y font.

    Mais tout n'est pas négatif, Pattaya a le potentiel de rebondir.

    Damrongkiat Phinitkarn, secrétaire de l'Association du tourisme du divertissement de Pattaya, a fourni à Sophon TV des statistiques franchement accablantes concernant la basse saison à Pattaya cette année.

    Il a dit que par rapport à l'année dernière, il y a entre 20 et 30% de touristes en moins en cette basse saison.

    Il a dit que c'était évident pour tout le monde - les bars à bière, les discothèques, les pubs et "autres endroits" sont presque déserts.

    Les Européens ne viennent plus en raison de la force du baht et d'autres facteurs tels que la concurrence d'autres destinations.

    Damrongkiat a déclaré que même les groupes de touristes chinois pourraient bouder.

    Des événements tels que le naufrage d'un bateau à Phuket et l'agression d'un Chinois à l'aéroport de Don Muang se sont révélés désastreux. Le tourisme chinois est également en baisse à Pattaya.

    En revanche, le nombre de Chinois voyageurs indépendants aurait augmenté.

    Les exploitants qui souhaitent rester à flot ces jours-ci devront compter sur ces indépendants et ne pas se baser uniquement sur les groupes. Compter uniquement sur les groupes est une stratégie risquée.

    Les Russes et les Européens ne sont plus en nombre suffisant pour maintenir l'industrie du divertissement à flot.

    Thaivisa note que les Chinois ne sont pas de grands partisans de l'industrie du divertissement, en particulier des bars à bière et des clubs. Certains doutent que les Indiens puissent remplacer tous ceux qui boudent Pattaya.

    Damrongkiat reste toutefois optimiste pour l'avenir. La proximité de Pattaya avec les aéroports de Suvarnabhumi et U-Tapao et son expérience dans l’organisation de festivals est positive.

    Et le développement de la CEE (corridor économique de l'Est) aiderait Pattaya à conserver sa place dans le paysage touristique de la Thaïlande, même si sa clientèle a été considérablement modifiée.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1111095-entertainment-tourism-pattaya-for-europeans-is-over-30-down-this-year-official/

    1pm1.jpg.17b828062e60f7de715802c141f07f4a.jpg.23a314c282b763cd9394c08e94ebdc1c.jpg


  9. Les exportations de riz de la Thaïlande touchées par un baht fort. Peu probable que l'objectif de 2019 soit atteint

     

    BANGKOK (Reuters) - Les exportations de riz de la Thaïlande ont diminué de 12% au premier semestre de 2019, pénalisées par un baht fort, et seront probablement inférieures à l'objectif de 9,5 millions de tonnes fixé pour cette année, a déclaré mercredi un groupe d'exportateurs.

    Le pays a du mal à exporter du riz à un moment où le baht thaïlandais est la devise la plus performante de l’Asie et se négocie au plus fort de ses six dernières années à 30,81 contre le dollar américain.

    La Thaïlande, deuxième exportateur de riz du monde après l'Inde, a expédié 4,2 millions de tonnes de riz entre janvier et juin, les commandes des deux derniers mois ayant chuté à 600 000 tonnes par mois. Ce chiffre était inférieur à la moyenne mensuelle cible de 800 000 tonnes.

    "Le riz thaï est très cher à cause de l'échange de devises", a déclaré à Reuters Chookiat Ophaswongse, président de l'Association des exportateurs de riz thaïlandais.

    "Si le baht continue de se renforcer jusqu'à moins de 30 pour un dollar, nous aurons perdu la partie." dans un pays où le nombre de riziculteurs est encore très importants.

    Le riz thaïlandais coûte 404 dollars par tonne, soit un niveau nettement supérieur à celui des concurrents indiens et vietnamiens, à 372,5 et 332,50 dollars respectivement.

    L’association a déclaré plus tôt cette année qu’elle avait pour objectif d’exporter 9,5 millions de tonnes de riz, soit déjà une baisse par rapport aux 11 millions de tonnes en 2018.

    Mais à présent, atteindre 9 millions de tonnes sera difficile, a déclaré Chookiat.

    "Avec un tel écart de prix, il est évident que les acheteurs choisiront du riz vietnamien", a-t-il déclaré.

     

    APPROVISIONNEMENT EN CHINE

    La Thaïlande doit également faire face à la concurrence de la Chine. Premier importateur de riz au monde et troisième acheteur de la Thaïlande, la Chine s'est libéré de ses propres stocks l'année dernière.

    La Chine a ralenti ses échanges avec ses deux plus grands partenaires, la Thaïlande et le Vietnam, en raison de ses importantes réserves, et vend ses stocks de "vieux riz", qui se sont retrouvés sur les marchés africains jusque-là dominés par la Thaïlande, a déclaré M. Chookiat.

    "Parce que la Chine n'achète pas au Vietnam cette année, le Vietnam a beaucoup de riz pour nous faire concurrence sur tous les marchés. Parallèlement, la Chine s'approprie nos marchés africains", a-t-il déclaré.

    De janvier à mai, la Thaïlande a exporté pour 3,7 milliards de bahts de riz (120,1 millions de dollars) en Chine, soit une baisse de 45% par rapport à la même période de l'année dernière, selon les données du ministère du Commerce thaïlandais.

    L'accord entre gouvernements conclu par la Thaïlande avec COFCO, un négociant en produits alimentaires appartenant à l'État chinois, a également stagné en raison de l'abondante offre de riz chinois.

    À la fin de 2018, la Thaïlande avait fourni 700 000 tonnes de riz à la Chine dans le cadre de l'accord annoncé portant sur 1 million de tonnes conclu en 2015.

    "Entre-temps, il n'y a pas eu de nouvelles commandes.", a déclaré Chookiat.

    On ne sait pas quand prendra fin la politique du baht fort.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1111066-thailand rice-exports-hit-by-strong-baht-unlikely-to-meet-2019-goal/

    2019-07-10T104016Z_1_LYNXNPEF690NL_RTROPTP_4_THAILAND-RICE.JPG.63d00c1cb9c81d4c259d5935c6ace826.JPG.8d49f2bcd22aadb49b32a11692235f3d.JPG

     


  10. La nomination de nouveaux membres du Cabinet dirigés par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a été approuvée par Sa Majesté le Roi.

    La liste du nouveau cabinet de 36 membres a été annoncée dans la Gazette royale mercredi et contresignée par Prayut, qui a été renommé Premier ministre le 9 juin.

    M. Prayut sera également ministre de la Défense, un poste clé actuellement occupé par le général Prawit Wongsuwan, son adjoint dans le gouvernement sortant.

    Prawit conservera son poste de vice-Premier ministre et devrait également être en charge des affaires de sécurité.

    Le nouveau Cabinet compte également huit autres ministres qui ont travaillé avec Prayut et Prawit dans le gouvernement issu du coup d'État qu'ils avaient fomenté : Somkid Jatusripitak, Wissanu Krea-Ngam, le général Chaichan Changmongkol, Uttama Savanayana, Don Pramudwinai, Suvit Maesincee, Sontirat Sontijirawong et le général Anupong Paojinda. .

    Somkid, Wissanu, Chaichan, Don et Anupong ont conservé leurs sièges au sein du Cabinet. Somkid et Wissanu ont également été nommés vice-premiers ministres dans le nouveau gouvernement. Anupong sera à nouveau ministre de l'Intérieur, Don ministre des Affaires étrangères et Chaichan ministre adjoint de la Défense.

    Uttama, Sontirat et Suvit ont quitté le gouvernement Prayut fin 2018 pour former le parti Phalang Pracharat, qui a ensuite nommé Prayut au poste de Premier ministre.

    Sontirat, secrétaire général du principal parti de la coalition, Phalang Pracharat, est devenu ministre de l'Énergie, une position ministérielle convoitée qui aurait également été recherchée par Suriya Juangroongruangkit, chef d'une faction importante du parti. Suriya a plutôt été nommé ministre de l'Industrie.

    Uttama, le dirigeant de Phalang Pracharat, est le nouveau ministre des Finances, bien que les politiciens de l'opposition aient reproché à cet homme de ne pas être qualifié pour le poste en raison de son implication présumée dans un scandale de prêt en 2003 concernant la banque d'État Krungthai dont il était cadre supérieur. Uttama, cependant, a déclaré qu'il n'avait rien eu à faire avec l'approbation des prêts accordés à des sociétés immobilières en difficulté financière.

    D'autres personnalités clés de Phalang Pracharat sont également devenues ministres. Somsak Thepsuthin, qui devient le ministre de la Justice, Buddhipongse Punakanta, le nouveau ministre de l’économie et de la société numériques; Ittipol Khunpluem, nouveau ministre de la Culture et Nataphol Teepsuwan, nouveau ministre de l'Education.

    Les chefs des principaux partis de la coalition : démocrate et Bhumjaithai occuperont deux autres postes de Premier ministre adjoint: le leader démocrate Jurin Laksanawisit a été nommé ministre du Commerce et l'important leader du Bhumjaithai Anutin Charnvirakul, ministre de la Santé publique.

    Les sièges du Cabinet attribués aux partenaires de la coalition du Phalang Pracharat sont pratiquement inchangés par rapport aux prévisions.

    Les principaux représentants du parti démocrate nommés ministres sont le secrétaire général Chalermchai Sri-on, qui deviendra ministre de l'Agriculture, et Juti Krairiksh, qui sera ministre du Développement social et de la Sécurité humaine.

    Chalermchai aura trois adjoints de trois partis politiques différents: Mananya Thaiset de Bhumjaithai, Thammanas Phromphao de Phalang Pracharat et Praphat Phothasuthon de Chart Thai Pattana.

    Saksayam Chidchob du parti Bhumjaithai devient le nouveau ministre des Transports et son collègue du parti, Phiphat Ratchakitprakarn, sera le nouveau ministre du Tourisme et des Sports. Son épouse, Natee, avait été pressentie pour le poste, mais un tribunal l'a déclarée inéligible pendant cinq ans.

    L'ancien gouverneur de la Banque de Thaïlande, MR Chatu Mongol Sonakul, qui dirige le Parti de la coalition d'action pour la Thaïlande, deviendra le nouveau ministre du Travail.

    Les membres du nouveau Cabinet entreront officiellement en fonction après avoir prêté serment devant Sa Majesté le Roi. L'audience de ce dernier devrait avoir lieu prochainement.

    Le nouveau gouvernement est dirigé par Phalang Pracharat, qui a terminé deuxième aux élections générales du 24 mars, mais a réussi à réunir une courte majorité à la Chambre des représentants et à former une coalition de 18 partis. Dans le passé, ce genre de coalition extrêmement fragile ne durait pas très longtemps. Par ailleurs RFI affirme que les militaires qui forment l'actuel gouvernement "souhaitent aujourd’hui se détacher du reste de l’armée, où d’autres factions militaires sont désormais plus influentes.". Ces deux éléments additionnés pourraient donner des envies à certains de fomenter un nouveau coup d'état en Thaïlande où les coups d'état ont lieu en moyenne tous les 7 ans. https://forum.thaivisa.com/topic/1111067-pm-prayut-doubles-as-defence-minister-in-new-cabinet/ imageproxy_php.jpg.2225e5f9616300d14279ec3e1c36a247.jpg


  11. L’Indonésie et la Thaïlande ne veulent plus des « begpackers »

     

    Les touristes impécunieux irritent l’Asie. A Bali, ils sont signalés à leurs ambassades respectives. En Thaïlande, les services de l’immigration peuvent demander une preuve de solvabilité avant leur entrée sur le territoire.

     

    Après la Thaïlande, l’Indonésie ne peut plus voir les begpackers en photo. Le terme – qui vient du verbe to beg (« mendier ») et de backpackers, « ceux qui voyagent avec un sac à dos » (bagpack, « sac à dos en anglais ») – désigne ces touristes, souvent de jeunes occidentaux, qui parcourent le monde avec une petite prédilection pour l’Asie, de l’Inde à la Corée du Sud, de la Thaïlande à l’Indonésie en passant par Hongkong ou Singapour. A l’occasion, ils exercent parfois des petits « boulots » : proposant des « free hugs » (« câlins gratuits ») ou jouant de la musique le long des routes pour pouvoir continuer leur voyage. D’autres ont choisi de faire la manche, avec des pancartes demandant, sans sourciller : « Aidez-nous à finir notre tour du monde ».

     

    Du cash ou un billet retour

    Cette année, à Bali, les autorités ont décidé de leur faire la chasse, rapporte le site d’information Detik, repris par The Sun. Dans un communiqué officiel, Setyo Budiwardoyo, du ministère de l’immigration de l’archipel, a déclaré que ces « mendiants » – des « Australiens, Britanniques ou Russes » – sont désormais signalés à leurs ambassades respectives, pour qu’elles les prennent en charge. Les voyageurs sont désormais prévenus : « Un billet retour ou autre justificatif de sortie de territoire sera exigé par les autorités indonésiennes », signale le Quai d’Orsay dans sa page « Conseils aux voyageurs » consacrée à l’Indonésie.

     

    Quelques années avant l’Indonésie, la Thaïlande avait pris des mesures pour se prémunir contre ces touristes impécunieux : « Il peut être demandé, par les services de l’immigration, de présenter en liquide l’équivalent de 20 000 baths (577 euros) par personne », prévient le ministère des affaires étrangères sur la page consacrée à la Thaïlande pour les « Conseils aux voyageurs ». « Les fonctionnaires de l’immigration en Thaïlande peuvent demander aux voyageurs s’ils sont en possession d’un billet retour ou ont des ressources financières suffisantes », rappelle pour sa part le Foreign Office britannique à l’attention de voyageurs voulant se rendre en Thaïlande.

     

    lire la suite de cette excellente analyse  dans Le Monde https://www.lemonde.fr/big-browser/article/2019/07/10/l-indonesie-et-la-thailande-ne-veulent-plus-des-begpackers_5487825_4832693.html

     

    57rx3rcc9v731.thumb.jpg.255c2124c7e8ce64e5f0e507968163e4.jpg


  12. La police a identifié l'un des quatre suspects qui auraient abattu mardi un couple de mal-entendants alors qu'ils rentraient chez eux à moto depuis un hôpital de Pattani.

    Le chef de la police de Pattani, Piyawat Chalermsri, a déclaré que le suspect, Aseph Jemae, était également recherché pour une attaque à main armée contre une unité de patrouille de la police dans le district de Sai Buri, à Pattani, le 10 mai.

    Ratchawut Kaewsri, 36 ans, et Supassorn Patchiman, 28 ans, ont été tués par quatre insurgés présumés sur deux motos.

    Les assaillants ont rattrapé le couple sur une route du district de Yaring avant que les hommes armés n'ouvrent le feu.

    Piyawat a déclaré que des unités de la police et des militaires avaient lancé une chasse à l'homme dans les districts de Pattar, Yaring et Panare.

    La coopération de tous a été demandée, mais jusqu'à présent, les quatre suspects ont échappé à la capture, a-t-il ajouté.

    Piyawat a déclaré que les quatre assaillants s'étaient retrouvés face aux forces de sécurité avant de s'enfuir dans une forêt, laissant leurs deux motos derrière eux.

    Une des motos aurait été volée à Pattani en 2014, tandis que l'autre appartiendrait à la mère d'Aseph, a-t-il déclaré.

    La police a trouvé l’ADN d’Aseph sur l’une des motos saisies après la fusillade du 10 mai. Un suspect arrêté pour cette attaque impliquait également Aseph.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110971-manhunt-launched-for-killers-of-pattani-mute-couple/

     


  13. Un séminaire organisé à Pattaya par le Département des enquêtes spéciales (DSI) a expliqué aux Thaïlandais comment utiliser la loi de 1979 pour protéger les intérêts des commerces locaux.

    Korawat Panpraphakorn, du DSI a déclaré que depuis l'entrée en vigueur des accords de l'ASEAN, de plus en plus d'étrangers font des affaires en Thaïlande.

    Cependant, même si beaucoup sont légaux, certains agissent sous couverture illégale pour des activités qui nuisent aux intérêts des entreprises thaïlandaises.

    Le séminaire organisé à Nong Prue avait pour objectif d’aider les gens à comprendre la réglementation en vigueur concernant les prêtes noms thaïlandais utilisés par les étrangers.

    Des participants de nombreux domaines ont assisté à la réunion et ont recherché quelles actions pourraient être entreprises à Chonburi, Surat Thai, Khon Kaen et Chiang Mai.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110898-dsi-seminar-shows-thais-how-to-fight-back-against-foreign-nominees/

    s5.jpg.4c00c9d55393abed506bc9a7994f2d2e.jpg.d790d23684d675289a0e65d6460a26d3.jpg


  14. Un média a signalé la dernière action de la police de l'immigration à l'encontre de ressortissants thaïlandais qui avaient omis de signaler des étrangers résidant à leur adresse dans les 24 heures.

    Il n'a pas été précisé s'il s'agissait d'hôtels ou de guest houses, de condo ou de simples particuliers qui doivent tous signaler les étrangers dormant à leur adresse.

    À Surat Thani, Anon Sutsai, 23 ans, a été condamné à une amende de 8 000 bahts. (L’amende est généralement de 1 600 bahts par étranger, fait remarquer Thaivisa).

    L’immigration dans la province méridionale de la Thaïlande a rappelé aux propriétaires l’article 38 et aux étrangers l’article 37 qui stipulent qu'ils doivent se présenter tous les 90 jours.

    À Petchabun, quatre propriétaires ont été condamnés pour ne pas avoir prévenu la police dans les 24 heures (qu'un étranger dormait chez eux).

    Les propriétaires deviennent de plus en plus réticents à louer à des étrangers car comment peuvent ils avoir que leur locataire rentre de voyage ? En effet,après un voyage, surtout en dehors de Thaïlande, un propriétaire doit prévenir la police que l'étranger est revenu. Si le locataire reçoit des amis, le propriétaire doit aussi en informer la police.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110901-more-thais-fined-for-not-reporting-foreigners-at-their-addresses/

    s6.jpg.66dc9ebc5fe61ce69020726f50787768.jpg.157636b825f82863584c56759b543f6b.jpg


  15. Citation: "Toutes les juridictions de police doivent travailler avec toutes les parties concernées pour assurer la sécurité sur les routes et limiter les dommages qui pourraient en résulter" Pol Gen Chakthip Chaijinda, chef de la police royale thaïlandaise.

    Tous les trois mois depuis 40 ans, les chefs de la police font cette déclaration sans que cela n'ait le moindre impact sur les policiers ou les automobilistes.

    On dit souvent en Thaïlande que l’une des choses les plus folles que l’on puisse faire dans la rue est de supposer que les passages pour piétons sont sans danger.

    La plupart des personnes ayant une expérience quelconque de la Thaïlande sauront que peu de voitures - voire aucune - s’arrêtent pour les piétons qui attendent au bord des rues.

    Les conducteurs sont censés s'arrêter conformément à la loi, mais la police fait rarement quoi que ce soit sauf peut-être en cas d'accident.

    Le code de la route précise même que, comme partout ailleurs dans le monde, les piétons ont la priorité même en dehors des passages. Or, en Thaïlande, les piétons n'ont la propriété nulle part et sont "persona non gratta".

     

    Maintenant, la police thaïlandaise tente de remédier à cette situation. Le porte-parole, Krissana Pattanacharoen, a déclaré que la police entendait œuvrer pour la sécurité sur les passages pour piétons en Thaïlande, en particulier ceux situés près des écoles, des temples, des hôpitaux, des bâtiments importants, des zones commerciales et touristiques. Mais la police ne précise comment elle "œuvrera".

    INN a indiqué que tout cela faisait partie de mesures formulées par le chef de la police royale thaïlandaise, le général Chakthip Chaijinda, au sujet de la sécurité routière.

    Les médias ont déclaré que la police travaillera avec de nombreuses parties intéressées pour promouvoir la sécurité de tous sur les routes.

    La police travaillera avec le ministère de l'Intérieur, l'Autorité métropolitaine de Bangkok (BMA), le ministère de l'Éducation, le ministère de la Santé publique, le ministère des Communications et le ministère du Tourisme et des Sports.

    Krissana a déclaré que tout le monde devait se mettre d'accord pour améliorer la situation en matière de sécurité, notamment en respectant les limites de vitesse.

    Thaivisa note que le nombre de victimes sur les routes thaïlandaises est d'environ 25 000 personnes par an, ce qui en fait l'un des deux pays les plus dangereux du monde.

    Cela étant dit, le colonel Pol Krissana a ensuite avoué "Tout est une question d'application". Et il n'a donné aucune piste pour que ses hommes fassent respecter les passages pour piétons qui continueront d'être une cible de choix pour les automobilistes.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110916-zebra-crossings-to-be-made-safe-in-thailand-says-royal-thai-police/

    10pm.jpg.35d69eafa23acd879a70f0fb7c506c46.jpg.427ca565b03d87c0151c56af2971a5f5.jpg

     


  16.  

     

    09072019.jpgLe Premier ministre thaïlandais ordonne la fin du pouvoir de l'armée. Photo: www.thaipbsworld.com

    Bangkok (VNA) - Le Premier ministre thaïlandais, Prayut Chan-o-cha, a ordonné le 9 juillet de mettre fin au régime militaire avant que son nouveau gouvernement civil ne soit assermenté.

    Depuis son pouvoir en 2014, il a émis plus de 500 ordres en vertu de l'article 44 qui lui ont permis de contourner les lois thaïlandaises.

    Le roi de Thaïlande, Rama X, a officiellement désigné Prayut Chan-o-cha comme Premier ministre, après la réélection de ce dernier en tant que chef du gouvernement lors d'une réunion conjointe des deux chambres du Parlement en juin dernier.

    Il a obtenu 500 voix alors que son adversaire, Thanathorn Juangroongruangkit, n'en a recueilli que 244.

    L’ordre donné mardi par Prayut Chan-o-cha a mis fin aux restrictions imposées aux médias et transféré les affaires civiles des tribunaux militaires aux tribunaux civils.

    Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha continuera à prendre son pouvoir pendant quatre ans supplémentaires, mais il ne dispose d'aucun pouvoir spécial d'immunité à l'égard de ses actions passées, présentes et futures.

    Le Conseil national pour la paix et l'ordre (NCPO en anglais) dirigé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha sera dissout lors que son nouveau gouvernement civil soit assermenté.

    Le NCPO a publié des déclarations et ordonnances visant à faciliter la réforme du gouvernement et du pays, en promouvant l’unité et la réconciliation entre les peuples. La mise en œuvre de certaines déclarations et ordonnances est maintenant achevée, ne répondant plus aux exigences, a annoncé dans la soirée du 9 juillet le Journal Officiel du royaume. -VNA

     

    https://fr.vietnamplus.vn/le-premier-ministre-thailandais-ordonne-la-fin-du-pouvoir-de-larmee/123851.vnp

     


  17. Répression ! Les touristes à Pattaya risquent la prison pour conduire des motos sans permis

    La police de Pattaya sévit contre les touristes qui louent des motos sans permis.

    Ils risquent un mois de prison ou une amende de mille bahts.

    Les magasins de location sont également dans le collimateur avec des amendes allant jusqu'à 2 000 bahts pour ceux qui louent à des touristes qui ne présentent pas de permis.

    Pol Maj Arut Sathanon a déclaré qu'il suivait les ordres du QG de la RTP, enfin pris au sérieux par le nouveau chef de la police de Pattaya, Pol Col Prawit Chorseng.

    On peut s'attendre à des patrouilles tous les soirs et les magasins de loueurs seront inspectés.

    Sophon a parlé de "bandes ou gangs de touristes" sur des motos bruyantes circulant dans la station balnéaire agaçant les autres usagers de la route, les autres touristes et les résidents.

    Thaivisa note qu'il semble s'agir d'une réponse à un accident impliquant des touristes arabes, faisant partie d'un groupe important, qui ont conduit à la mort d'une touriste russe, il y a quelques semaines.

    Un autre grave accident qui vient de se produire ce matin a vu deux étudiants thaïlandais gravement blessés dans un accident avec un touriste à moto.

    Pol Maj Arut a déclaré que tous les touristes doivent être en possession d'un permis de conduire international (ou d'un autre permis légal) pour louer et conduire une moto à Pattaya.

    Les délinquants pourraient être condamnés à un mois de prison et à une amende pouvant aller jusqu'à 1 000 bahts, voire les deux.

    Les magasins qui louent des deux-roues à des touristes peuvent être condamnés à une amende pouvant aller jusqu'à 2 000 bahts pour avoir enfreint la réglementation.

    Celles-ci seront strictement appliquées, a-t-il déclaré, sans possibilité d'y échapper.

    La police réprime également des motos et des voitures illégalement modifiées. La police ne stipule pas si le permis peut être "auto" ou s'il doit être "moto"" ni si la cylindrée doit être prise en compte.  https://forum.thaivisa.com/topic/1110891-crackdown-tourists-in-pattaya-face-jail-for-riding-motorcycles-without-a-licence/ s2.jpg.148369aa9d975ef7e77a6daab7992d3e.jpg.dca626ecf3ca054dcdbe12019a6be7ba.jpg


  18. Un rapport accablant d'un universitaire éminent ne prend pas de gants pour affirmer que la corruption fait partie intégrante du système éducatif thaïlandais et que tous les hommes politiques, hommes et femmes, détournent des dizaines de millions de bahts du budget des écoles.

     

    Le Dr Pornamarin Phromkert de l'Université de Khon Kaen a rédigé un rapport détaillé sur deux ans concernant les provinces de Kalasin, Khon Kaen et Mahasarakham.

     

    Tous les membres de la hiérarchie, les directeurs d'école et le personnel scolaire avaient les doigts dans le pot de confiture.

    Les fonds destinés aux cantines scolaires, aux achats de livres et aux fournitures scolaires étaient systématiquement siphonnés.

    Il y avait également une corruption endémique en matière de paiement des frais d'entrée à l'école.

    Quelque 30% des projets de construction d'écoles ont été corrompus d'une manière ou d'une autre.

    Les fonds pour les projets ont été détournés dans les poches des fonctionnaires et des politiciens corrompus du ministre jusqu'aux directeurs d'école. Les dons aux écoles étaient systématiquement volés.

    De plus, il existait des pratiques de corruption entourant les projets de coopérative d'enseignants et notamment l'achat de terrains de football pour les écoles.

    Le Dr Pornamarin a cité comme exemple un cas de corruption dans un magasin qui a écrit une facture de 50 000 bahts alors que l’école n’avait payé que 5 000 bahts de fournitures.

    Le reste est allé dans la poche de quelqu'un.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110704-corruption-rampant-in-thai-education-circles-report/

    5pm1.jpg.7fd2bc77ded8670988f7a87461bf64d2.jpg.9a8b8d664fe8d8a01458305811548de6.jpg


  19. suite de ce drame

     

    Un septième accusé dans l'assassinat d'une famille de huit personnes dans le sud de la province de Krabi, il y a presque exactement deux ans, a été condamné à mort mardi, alors que la même peine était confirmée pour le cerveau responsable du crime et pour cinq complices.

    La cour d'appel de Krabi a également confirmé la peine de 12 mois de prison prononcée contre Chalita Sangchote, épouse du chef de file condamné, Surifath «Bang Fath» Bannopwongsakul.

    Le tribunal a également ordonné aux sept hommes condamnés à mort de verser conjointement 5 millions de Bt à titre d’indemnisation aux proches des victimes.

    Tawatchai Boonkong, le septième accusé condamné à mort, âgé de 38 ans, avait été condamné en première instance à 13 mois de prison. Chalita et lui avaient déjà purgé leur peine au moment de l'audience en appel.

    L'année dernière, la première instance a étudié les faits concernant l'assassinat du chef du village de Ban Khao Ngam, Worayuth Sunglung, et de sept membres de sa famille, commis le 10 juillet 2017 à leur domicile dans le district de Khao Leuk.

    En mars 2018, Surifath, 43 ans, Komsan Wiangnon, 42 ans, Prajak Boontoy, 37 ans, Abdulloh Doloh, 31 ans, Arun Thongkham, 30 ans, et Thanachai Jamnong, 42 ans, ont été condamnés à mort et incarcérés à la prison de Nakhon Si Thammarat.

    Surifath a été reconnu coupable d'avoir ordonné que Worayuth et sa famille soient exécutés à la suite d'un conflit concernant une propriété foncière. Worayuth a donné des titres de propriété à Surifath en garantie d'un prêt et a finalement remboursé la dette, mais Surifath a refusé de rendre les titres.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110800-death-sentence-for-seventh-man-in-worayuth-family-slaughter/

    famille des victimes

    800_2279eda9f5a2e86.jpg.7963109a0128cb5a8ae02c45fa0b3600.jpg.385819ee657b1af8bc7d99a30f2ad176.jpg


  20. Le Comité thaïlandais pour la promotion et la préservation de la sagesse culturelle ajoute 18 nouveaux articles à la liste du patrimoine culturel national, a annoncé lundi la ministre de la Culture, Vira Rojpojchanarat.

    Il a ajouté qu'un événement célébrant l'inclusion de ces 18 articles - comme

    la souche de fruit durian propre à la province de Nonthaburi,

    la poterie de Koh Kret à Nonthaburi

    ainsi que le poisson gourami à peau de serpent Bang Bor de Samut Prakan -

    aura lieu au Centre culturel de Thaïlande à Bangkok le 28 août.

    L'événement comportera également des expositions, des séminaires et des démonstrations des traditions, ainsi que la remise de prix à des individus et à des groupes exceptionnels.

    Les autres traditions considérées pour la liste du patrimoine sont

    la légende Khao Sap Ya Ya de Chai Nat;

    la légende raconte la fondation de la capitale Lop Buri;

    Le xylophone «Pong Lang» de la province de Kalasin;

    Le baril "Klong Eud" de Tak;

    La danse de Pathum Thani; Bangkok, Nakhon Pathom et

    le rituel «Atthami Bucha» d’Uttaradit;

    Si Sa Ket et la danse «Ram Trot» de la province de Surin;

    Les représentations traditionnelles de «Mor Lam Maeng Tab Tao Thai Luey» de Loei;

    Le rituel Jolmamuad de Surin;

    Le festival «Hae Nang Dan» de Nakhon Si Thammarat;

    Le stuc de Phetchaburi;

    La céramique «Dan Kwian» de Nakhon Ratchasima;

    Le sarong «Sin Mee Kan Noy» de Petchabun;

    Les arts martiaux «In Kon Fon Kaen» de Nakhon Pathom;

    et le combat de cerfs-volants «Dui Dui» de Chanthaburi.

     

    Ces 18 éléments ont été choisis parmi une liste de 168 proposés par les comités culturels provinciaux et seront ajoutés à l'inventaire national du patrimoine culturel riches de 336 éléments.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110604-18-traditions-shortlisted-for-national-cultural-heritage-list/

    800_52adab4315def5b.jpeg.48ba085013d7a7b6f435be07801771f8.jpeg.5205a05f319cb4a10ab250b9624bd460.jpeg


  21. Un kamnam d'un village situé dans la province de Sa Kaew, à la frontière avec le Cambodge, a été accusé d’avoir aidé à exploiter un site de stockage illégal de déchets dans des forêts protégées. Une montagne de déchets industriels et électroniques a été déversée dans cette forêt.

    Le suspect a été identifié par une équipe de sécurité forte de 100 personnes ayant inspecté lundi le terrain de 20 rai de la forêt classée "Zone C" du district de Wang Nam Yen.

    Le kamnan "inconnu" est accusé d’avoir dirigé les ordures vers le site mais insiste sur le fait qu’il est innocent.

    Dans le même temps, Boonyeun Noicharoen, un chauffeur de camion, a déclaré aux policiers qu'il avait été engagé pour transporter les déchets depuis une usine du district de Sri Racha à Chon Buri, a précisé la source.

    Les fonctionnaires du département de contrôle de la pollution ont inspecté le site lundi et travaillent pour déterminer s'il est dangereux pour la santé et l'environnement.

    Le directeur du bureau de l'environnement de Sa Kaew, Anucha Krajaisri, a déclaré que des piles de déchets industriels et électroniques avaient été découvertes sur le site, qui se trouverait dans le complexe forestier protégé de Khao Chakan, Noen Sao Ae, Khlong Huai Krai et Phra Sateung. La forêt est désignée "zone C" interdite à toute activité industrielle.

     

    Un gardien thaïlandais sur le site, identifié comme Sathit Thoopthong, ainsi que 40 Cambodgiens qui travaillaient à la récupération de pièces automobiles, de câbles et de circuits, ont été arrêtés pour violation présumée de la loi sur les forêts réservées et de la loi sur les eaux souterraines. Cette dernière accusation découle de la découverte qu'un puits avait été creusé sur le site, a déclaré Anucha.

    Les patrons, propriétaires et responsables ne sont, en revanche, pas inquiétés pour l'instant.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110591-e-waste-mountain-discovered-in-protected-forest-kamnan-suspected/

    800_709f725f05b57a9.jpg.e4c9ff674d19198250cf132584c28116.jpg.d04cb27e9f245c9cc06567aa691715d4.jpg


  22.  
    Un rituel de bizutage laisse un collégien thaïlandais dans le coma à l'hôpital.

    Le bizutage est la coutume : des élèves plus âgés accueillent de jeunes élèves de manière "virile".
     
    Un article sur Facebook a déclaré qu'un élève de M3 (3e en France) a reçu un coup de pied à la poitrine et a cessé de respirer.
     
    Il a également un hématome au cerveau après avoir été frappé et est maintenant dans le coma.
     
    Les responsables de l'attaque auraient fui dans une province de l'est du pays, a déclaré Sanook.

    Le Col Pol Krissana Pattanacharoen, porte-parole de la police royale thaïlandaise, a confirmé que trois étudiants de M3 avaient été hospitalisés après le bizutage effectué par des élèves de M6 lors d'une cérémonie tenue le 29 juin à 1 heure du matin dans le sous-district de Wat Khae.

    Les étudiants étaient tous dans une école Nakorn Pathom.
     
    La police de Nakhorn Chaisri enquête avec l'aide d'autres autorités et la cour pourrait lancer des mandats d'arrêt. Les parents ont porté plainte.
     
    Krissana a appelé à l'arrêt des bizutages sous une forme violente. Cette demande est récurrente, sans effet, pour l'instant.
     
    Thaivisa note que le bizutage a souvent causé des problèmes au fil des ans et une violence excessive entraînant des drames n'est pas rare.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110681-student-left-fighting-for-his-life-after-hazing-ritual-at-thai-school/

    1pm.jpg.9393a9b04f20949fc4b8adb18dd62c27.jpg.ae9057c225145a2ad1d4fcda77ab4042.jpg

     


  23.  

    Le vice-Premier ministre et ministre de la Défense, Prawit Wongsuwan, a déclaré lundi que la confiance dans le gouvernement n’allait probablement pas être affectée par un éventuel recours devant la Cour constitutionnelle au sujet de la qualification de Prayut Chan-o-cha pour le poste de Premier ministre.

    Le général Prawit a déclaré qu'il ne craignait pas que le président de la Chambre, Chuan Leekpai, transmette à la Cour constitutionnelle un recours adressé par des députés du parti d'opposition Pheu Thai.

    Les députés de l'opposition allèguent que le général Prayut n'a pas le droit d'être Premier ministre à la suite des élections de mars, car il devrait être considéré comme un fonctionnaire et la Constitution interdit aux fonctionnaires d'occuper quelque poste que ce soit au sein du Cabinet.

    "Je ne suis pas inquiet", a déclaré Prawit. «[Prayut] peut toujours exercer ses fonctions. Je ne pense pas que cette question affectera la confiance dans le gouvernement. "

    Il a ajouté que le bureau du médiateur avait étudié la question et n’avait rien trouvé à redire aux qualifications de Prayut.

    Dans le même temps, le président du Sénat, Pornpetch Wichitcholchai, a déclaré lundi que Chuan, qui est également président du Parlement, s'était simplement conformé à la Constitution en transmettant la plainte à la cour.

    «Nous devrons attendre un jugement de la Cour constitutionnelle», a-t-il déclaré. "Le processus est conforme aux dispositions de la Constitution."

    La députée Ladawan Wongsriwong, porte-parole du parti d'opposition Pheu Thai, a appelé lundi Prayut à cesser volontairement de s'acquitter de ses fonctions pendant l'examen du recours

    Par ailleurs, Le ministère de la Justice n’est peut-être pas sous les feux de la rampe à l’heure actuelle, mais le transfert des principales agences d’enquête sous la supervision directe du Premier ministre ne devrait pas passer inaperçu. Les observateurs considèrent que Prayut a l'intention de concentrer entre ses mains encore plus de pouvoirs.

    http://www.nationthailand.com/news/30372575

     

    800_ad43ce9d7e885fc.jpg.5c1810d3bf60e93166fc3185de50fbed.jpg


  24. Les touristes venus visiter le célèbre temple d’Angkor Wat n’auront plus la possibilité de le faire à dos d’éléphant. Les pachydermes cambodgiens seront désormais protégés de toute exploitation par l’homme.

     

    Stéphane Cugnier

     

    En avril 2016 une vague d’indignation avait accompagné le décès par épuisement d’une éléphante d’une quarantaine d’années, alors qu’elle transportait deux touristes au cœur du temple d’Angkor Wat sous une chaleur écrasante. Plusieurs pétitions visant à mettre fin aux « manèges d’éléphants » avaient alors circulé à travers le monde.

    Trois ans après cette disparition qui avait fait le tour des réseaux sociaux, la mobilisation des associations a porté ses fruits et conduit à la suppression des visites du site archéologique à dos d’animal. Le groupe de quatorze éléphants utilisé autour des temples d’Angkor Wat sera bientôt transféré vers un centre de conservation, a confirmé le comité du groupe des éléphants d’Angkor.

    Situation alarmante

    Directeur du comité du groupe des éléphants d’Angkor, Oan Kiry, a annoncé ce changement au mois de juin et précisé qu’il entrerait en vigueur dès l’année prochaine : « Au début de 2020, notre association prévoit de mettre fin à l’utilisation des éléphants pour transporter les touristes. Ils pourront toujours regarder les éléphants et les prendre en photo dans notre centre de conservation et d’élevage. Nous voulons que les éléphants vivent de la manière la plus naturelle possible. »

    La situation des pachydermes est alarmante dans ce pays ravagé par la guerre et les exactions des Khmers Rouges. À l’heure actuelle, environ 70 éléphants domestiqués subsistent encore au Cambodge. Les activistes environnementaux estiment quant à eux qu’il n’en reste plus que 500 à l’état sauvage, parmi lesquels une centaine d’individus vivant dans le sanctuaire de faune de Keo Seima et près de 200 dans les montagnes des Cardamomes.

    https://www.ouest-france.fr/monde/cambodge/cambodge-les-promenades-dos-d-elephant-vont-etre-supprimees-dans-le-temple-d-angkor-6434643

     

    aed734ab611bffc95f77fb59f0e4ad6a-cambodge-les-promenades-dos-d-elephant-vont-etre-supprimees-dans-le-temple-d-angkor.thumb.jpg.66ba91361d83e27aac84a2d3164b5c54.jpg


  25. Trop c'est trop ! Répression à Pattaya alors que le nouveau chef de la police rétablit la loi

    Les médias thaïlandais ont annoncé que le nouveau chef de la police de Pattaya avait légiféré pour les pubs et les discothèques.

    Lors d'une réunion avant le week-end, 100 opérateurs ont été prévenus :

    Aucun client de moins de 20 ans .

    Aucune arme ou drogue dans les locaux.

    Aucun trafic d'êtres humains (prostitution organisée)

    Aucune ouverture en dehors des heures prévues

     

    Pol Col Prawit Chorseng a pris le commandement après que Pol Col Pongphanmaneethet et quatre adjoints ont été transférés à la suite de la découverte de prostitution Soi 6 il y a quelques semaines. Le précédent chef a aussi été muté pour n'avoir pas découvert de prostitution dans la rue chaude lors d'une descente de police.

    Un média a écrit que le nouveau chef agissait sur ordre du Conseil national pour l'ordre et la paix - la junte, qui a pris le pouvoir dans le pays par un coup d'État en 2014 et le garde après les élections nationales.

     

    Thaivisa en anglais note que le libellé de l'article suggère que Pattaya sera autorisée à être Pattaya mais que la prostitution des mineurs ne sera pas tolérée.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1110456-no-more-crackdown-in-pattaya-as-new-police-chief-lays-down-the-law/

    2pm.jpg.447b8b6176b49ba0b18943a5590c932b.jpg.b8c885cba42b9b3e2a868b4d3e36c6d6.jpg

×