Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 959
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Messages posté(e)s par Le Modérateur


  1. Mercredi, Surapong Paisitpattanapong, de la section automobile de la Fédération des industries thaïlandaises (FTI), a annoncé que la production automobile avait plongé au plus bas niveau en 30 ans, au mois d'avril, en raison de l'impact de Covid-19.

     

    La FTI a déclaré que seulement 24 711 automobiles avaient été produites en avril, en baisse de 83,55% sur un an.

    Le nombre de véhicules produits pour l'exportation a baissé de 81,76%, tandis que le nombre de véhicules destinés à la consommation intérieure a diminué de 85,35%.

    "La production en avril est tombée au plus bas depuis 1990, lorsque la Thaïlande ne fabriquait que 304 000 automobiles par an", a-t-il déclaré.

    Entre-temps, a-t-il dit, les ventes intérieures de voitures depuis le début de cette année s'élèvent à 30 109, en baisse de 65,02% en glissement annuel en raison de la baisse du pouvoir d'achat des Thaïlandais, tandis que l'exportation d'automobiles a été de 20 326, en baisse de 69,71 % sur un an en raison de la conjoncture économique.

    "La valeur des exportations d'automobiles a chuté de 65,15 %  pour atteindre 12,389 milliards de BT", a-t-il dit, ajoutant que l'objectif de production pour l'industrie automobile était passé de 2 millions à seulement 1 million.

    "Nous ne sommes pas vraiment sûrs que le nouvel objectif sera atteint car personne ne visite les concessionnaires automobiles même si la situation de Covid-19 s'est améliorée", a-t-il déclaré.

    «Nous devons également surveiller la situation pour voir s'il y aura une deuxième vague d'infections. Si cette situation dure plus longtemps que prévu, nous devrons réévaluer les choses. »

    Parallèlement, le président de la FTI, Suphant Mongkolsuthree, a déclaré que l’indice de confiance industrielle en avril était de 75,9, inférieur à celui du mois précédent de 88 %.

    "L'indice est tombé au plus bas depuis avril 2009 en raison de l'incertitude qui suit l'épidémie de Covid-19, les mesures de verrouillage du gouvernement et la sécheresse", a-t-il déclaré.

    «Certaines entreprises, en particulier les petites et moyennes entreprises, ont dû ralentir leur production et leurs investissements, ainsi que licencier des employés en raison de pénuries de liquidités.»

    https://forum.thaivisa.com/topic/1165094-automobile-production-in-april-lowest-in-30-years-says-fti/

    imageproxy_php.jpg.7ad719c9378d3bcecf87c069de35657f.jpg


  2. Airbus a notifié à Thai Airways International (THAI) les dettes qu'elle doit concernant 30 avions loués, le transporteur national s'efforçant de rédiger un plan de redressement financier.

     

    Le vice-ministre des Transports, Thaworn Senneam, a déclaré que les dettes de THAI avaient été contrôlées le 15 mai, lorsque des documents ont montré qu'Airbus tentait de recouvrer des dettes pour la location de 30 avions à l'approche de l'échéance.

    Il a ajouté que le Premier ministre Prayut Chan-o-cha avait ordonné la restructuration de THAI via la loi sur les faillites plutôt qu'en octroyant un énième prêt de 54,7 milliards de Bt garanti par le gouvernement parce que le secteur privé détient 31% des actions de THAI.

    Si le gouvernement avait soutenu financièrement la THAI, il aurait violé la nouvelle loi sur les disciplines fiscales et financières de l'État.

    Le gouvernement a soutenu THAI pendant cinq ans, mais cela n'a pas aidé à résoudre les problèmes financiers récurrents du transporteur, la procédure de mise en faillite est donc désormais la meilleure option, a déclaré Thaworn.

    Après que le ministère des Finances aura vendu les quelques pourcents qui font de sa participation l’actionnaire majoritaire, la THAI ne sera plus une entreprise d'État et pourrait être plus facile à gérer, a-t-il déclaré.

    Le plan de redressement doit également être déposé auprès du tribunal de faillite américain pour empêcher les créanciers américains de reprendre tous les avions ou de récupérer les actifs de THAI.

    Les 53 appareils Airbus "loués" à THAI comprennent six Airbus A380-800, 12 A350-900, 15 A330-300 et 20 A320-200.

    On peut imaginer que l'état catastrophique des finances de THAI et l'impossibilité de gérer correctement cette entreprise a incité AIRBUS à se retirer, au dernier moment, du projet de hub de maintenance à U-Tapao.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1165093-airbus-calls-in-thai-debts-for-30-rented-jets/

    imageproxy_php.jpg.4ae61f3b64b4efff10751ec909b03770.jpg

     


  3.  

    Paris, le mercredi 20 mai 2020

     

    Au cours de l’audition à distance du Ministre de l’Europe et des affaires étrangères par la Commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale mercredi 20 mai, Anne GENETET, députée LREM de la 11ème circonscription des Français établis hors de France, a renouvelé sa demande au Gouvernement en faveur d’un plan pour aider les entrepreneurs français à l’étranger à surmonter les conséquences de la crise sanitaire et économique liée à la pandémie de la Covid-19. Fin avril, si elle s’était félicitée du “plan Marshall” sanitaire, social et éducatif présenté par le Gouvernement pour soutenir les Français de l’étranger, l’élue l’avait déjà interpellé sur les mesures qu’il comptait prendre pour soutenir les entrepreneurs français à l’étranger. 

    La députée de la plus vaste circonscription législative française (49 pays d’Asie, d’Océanie et d’Europe orientale) avait rappelé mardi 19 mai dans une tribune que “près de 3 millions de nos compatriotes ont décidé pour des raisons multiples de vivre à l’international. Ils ont pris des risques, ils ont fait un choix, notamment celui de ne pas bénéficier de tous les filets de sécurité qui profitent à nos concitoyens vivant en France. Beaucoup d’entre eux sont des entrepreneurs, souvent pionniers du rayonnement international de la France.”

    Dans sa réponse, Jean-Yves LE DRIAN a indiqué que Proparco, la filiale de l’Agence française de développement (AFD) qui participe au financement et à l’accompagnement d’entreprises françaises à l’étranger, suite notamment à la précédente intervention d’Anne GENETET, conseille et accompagne les entreprises en les informant sur les dispositifs de soutien spécifiques dont elles peuvent bénéficier dans les pays où elles se trouvent et en mobilisant certains dispositifs financiers.

    Considérant que la France est le 5ème exportateur mondial de biens et de services, que les exportations françaises représentent plus de 31% du PIB, qu’environ un emploi (direct et indirect) sur cinq en France est lié au commerce international du pays et que le déficit commercial 2019 a atteint le record de -73,1 milliards d’€, balance commerciale de loin la plus déficitaire de l’Union européenne, Anne GENETET maintient toutefois sa demande pour un soutien accru : “aider le dernier maillon d’une chaîne de valeur qui commence en France, ce n’est pas aider une économie étrangère, c’est au contraire aider un acteur monté en première ligne sur le front d’une France plus forte - ce faisant plus souveraine - à l’international !


  4. Vidéo : Une collision épouvantable sous la pluie fait quatre morts

    Les images de vidéosurveillance d'une usine-rizerie sur la route entre Surin à Prasat montrent une collision horrible entre un pick-up Toyota blanc et un Mitsubishi Pajero.

    Trois personnes de la Toyota ont été expulsées après que le conducteur a perdu le contrôle et que son véhicule a franchi le terre-plein centrale et a bondi de l'autre côté de la route directement dans la trajectoire du Pajero.

    Personne n'a pu freiner, a rapporté Daily News.

    Le conducteur du pickup, âgé de trente-neuf ans, ainsi que deux passager, un homme et une femme sont morts sur les lieux.

    Ils travaillaient pour une entreprise sucrière.

    Le chauffeur du Pajero, Panya, 49 ans, est décédé à l'hôpital.

    L'accident s'est produit sur la route 214, au km 11, dans le district de à Surin, dans le nord-est de la Thaïlande.

     

    4pm.jpg.b2677d6c0727d2fdea6e857603739e43.jpg.c3e3e2c146bd0a839e239ac3870290ff.jpg


  5. Suvit Maesincee, ministre des Sciences, a révélé hier (19 mai) des progrès dans la mise au point d'un vaccin contre Covid-19. Des souris ayant reçu un prototype de vaccin à ARNm au Chulalongkorn University Vaccine Center avaient produit des niveaux d'anticorps aussi élevés que 1: 3 000, selon les résultats préliminaires de l'Université de Pennsylvanie.

     

    Le vaccin prototype sera testé sur des singes la semaine prochaine, a déclaré Suvit.

    Des préparatifs sont en cours pour la fabrication du vaccin dans des installations de production aux États-Unis et au Canada, avant les essais sur l'homme.

    Pendant ce temps, l'équipe de recherche s'est associée à la firme thaïlandaise Bionet Asia, qui aidera à fabriquer le vaccin après le transfert de la technologie depuis l'étranger.

    À ce stade, la Thaïlande pourrait produire un vaccin Covid-19 avec la toute dernière technologie d'ARNm pour aider les citoyens à lutter contre l'épidémie.

    Le Premier ministre général Prayut Chan-o-cha a ordonné une accélération des travaux sur le vaccin, qui est développé par le centre de Chula en collaboration avec l'Institut national des vaccins et le Département des sciences médicales. Si la recherche aboutit, la Thaïlande sera l'un des premiers pays à avoir suffisamment de vaccins pour ses citoyens.

    Des pays du monde entier testent actuellement des prototypes de vaccins Covid-19 sur plus de 150 espèces d'animaux. Dix prototypes de vaccins sont déjà testés sur des volontaires humains dans au moins cinq pays - la Chine, les États-Unis, la Grande-Bretagne, l'Allemagne et le Canada.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1165013-thailand says-it-expects-coronavirus-vaccine-next-year-after-tests-in-mice/?tab=comments#comment-15432111

     

    photo d'archive

    index.jpg.a363c6c1ef9ef61ac10ca6425d105614.jpg


  6. BANGKOK (Reuters) - La banque centrale de Thaïlande a abaissé son taux d'intérêt de référence pour la troisième fois cette année, comme prévu, à un niveau record car la pandémie de coronavirus ravage la consommation et le tourisme dans la deuxième économie d'Asie du Sud-Est.

     

    Le comité de politique monétaire de la Banque de Thaïlande (BOT) a voté mercredi à 4 contre 3 pour réduire le taux de base de 25 points à 0,50%, c'est la cinquième réduction depuis août. Les trois "contre" se sont prononcés en faveur d'un changement de politique.

    Dans un sondage Reuters auprès d'économistes, 16 des 18 experts avaient prédit une baisse d'un quart de point.

    Selon la déclaration, quatre des membres ont estimé que des mesures supplémentaires permettraient de protéger davantage l'économie des retombées de la pandémie de coronavirus. Elles s'ajouteront aux mesures fiscales et financières déjà mises en place.

    Le comité a également déclaré qu'il s'attendait à ce que l'économie thaïlandaise se contracte plus que prévu cette année, les exportations, le tourisme, la demande intérieure et l'investissement privé devant tous s'affaiblir plus que prévu.

    En mars, la BOT a prédit que l'économie se contracterait de 5,3% cette année, la pire baisse depuis la crise financière asiatique de 1997-1998. La BOT prévoyait aussi une baisse des exportations de 8,8%.

    Le gouvernement et la banque centrale ont déjà introduit des mesures coûtant des milliards de dollars pour atténuer l'impact du virus.

     

    --  --  REUTERS

     

     

    2020-05-20T072009Z_1_LYNXMPEG4J0HH_RTROPTP_4_THAILAND-ECONOMY-RATES.JPG.632a49f97475f6817643518580c52bdf.JPG.108f0e60d042401c05dec32077b21020.JPG

     


  7. Le ministère de l'Éducation a demandé au ministère de l'économie et de la société numériques (DES) de fournir des connexions Internet aux écoliers défavorisés afin qu'ils puissent étudier en ligne via les canaux fournis par le gouvernement pendant la période de crise Covid-19.

    Le ministère peut fournir des connexions Internet dans les zones où des réseaux TOT et CAT (organismes publics) ont été installés, a déclaré le ministre des DES Buddhipongse Punnakanta.

    Le ministre a également déclaré que les connexions Internet seront fournies gratuitement pendant trois mois dans les foyers non connectés.

    "Ce contrat durera un an, mais les utilisateurs ne seront facturés que 390 bahts par mois pendant neuf mois", a-t-il déclaré, ajoutant que "environ 100 000 appareils Internet ont été préparés".

    Selon les statistiques, 7,7 millions de ménages en Thaïlande sont connectés à Internet, et 200 000 d'entre eux utilisent CAT, 1,5 million TOT, 2 millions Triple T Broadband (3BB), 3 millions True et 1 million AIS.

    Dans les zones où CAT et TOT ne sont pas présents, DES discutera avec la Commission nationale des télécommunications pour voir si un accord peut être conclu avec les fournisseurs d'accès Internet privés.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164946-free-internet-for-poor-students-planned/

    imageproxy_php.jpg.61378d15b74af163f726759452c512a4.jpg


  8. par The Nation, média pro armée et anti-chemises rouges.

    imageproxy_php.jpg.d16eeab70c3ba35c988ee03d23e0fd87.jpg

    Jatuporn Promphan, chef du mouvement des chemises rouges, a conduit certains membres des chemises rouges au Wat Nuan Chan près du Paragon mardi 19 mai. Une cérémonie a eu lieu pour marquer le 10e anniversaire de la répression sanglante des manifestants en chemise rouge sur ordre du gouvernement d'Abhisit Vejjajiva.

    Amnesty International a appelé le gouvernement thaïlandais à traduire en justice les personnes soupçonnées de crimes commis lors des manifestations en chemise rouge, à l'occasion du 10e anniversaire de la répression meurtrière.

    "Alors que les chefs de file des manifestations et les manifestants ont fait l'objet de poursuites pénales, aucune justice n'a été rendue aux familles des personnes tuées lors des violences", a noté le groupe de défense des droits.

    Le 19 mai 2010, les autorités thaïlandaises ont lancé leur dernière opération militaire pour disperser des milliers de manifestants après plusieurs mois de siège à Bangkok. L'opération de "nettoyage" a fait suite à cinq semaines d'affrontements souvent violents qui ont coûté la vie à 94 personnes, tandis qu'au moins 1 283 personnes ont été blessées, a souligné Amnesty International (AI).

    Des manifestants, des journalistes, des passants, des bénévoles soignants, des policiers et du personnel militaire figuraient parmi les personnes tuées, mais la cause du décès reste inconnue pour certaines victimes.

    «À l'occasion du 10e anniversaire du dernier jour des violentes répressions, Amnesty International appelle les autorités thaïlandaises à traduire immédiatement en justice tous les suspects de responsabilité pénale devant des tribunaux civils. Le gouvernement doit fournir aux familles des personnes tuées une possibilité de recours. ", a déclaré AI dans un communiqué.

    Les manifestations ont commencé le 12 mars lorsque le Front uni pour la démocratie contre la dictature (UDD) a organisé plusieurs manifestations à Bangkok et a appelé ses partisans de provinces à les rejoindre immédiatement.

    Deux jours plus tard, l'UDD a exigé que le Premier ministre d'alors Abhisit Vejjajiva dissolve le Parlement et organise des élections générales. Amnesty International note que lorsque les mesures prises par le Centre gouvernemental pour la résolution de la situation d'urgence - dirigé par le vice-Premier ministre Suthep Thaugsuban et le général Prawit Wongsuwan, actuellement vice-Premier ministre - ont échoué, des troupes de l'armée équipées de balles réelles ont été déployées pour disperser les manifestants.

    Au cours de ces opérations qui ont commencé le 10 avril, l'armée a fait usage d'une force inutile et excessive et a illégalement tué des manifestants, dont trois enfants et deux médecins non armés portant des uniformes médicaux avec une croix rouge, a déclaré AI.

    Des soldats auraient également tiré à balles réelles sur et au-dessus de la foule dans les «zones à tir réel» adjacentes aux sites de protestation. Les manifestants auraient également utilisé des armes à feu pour attaquer des opposants politiques et les forces de sécurité et auraient été accusés d'incendie criminel et de vandalisme par les autorités, a noté le groupe de défense des droits.

    Suite aux violences, le gouvernement a annoncé le 21 mai 2010 qu '«une enquête indépendante sur tous les événements survenus lors des manifestations» serait menée «de manière transparente».

    Amnesty International souligne qu'à ce jour, aucun des responsables gouvernementaux, des commandants de l'armée ou des militaires impliqués dans les opérations n'a été poursuivi, malgré les efforts du Département des enquêtes spéciales pour porter plainte contre l'ex-Premier ministre Abhisit et son adjoint Suthep auprès du procureur. L'accusation se base sur un décès confirmé par munitions militaires.

    Les victimes ont également déposé une plainte pour malversation contre Abhisit, Suthep, le général Anupong Paochinda, alors commandant de l'armée qui est actuellement ministre de l'Intérieur, et d'autres auprès de la Commission nationale de lutte contre la corruption, mais l'affaire a été classée en 2015. Cinq policiers impliqués dans le dépôt de plainte ont été condamnés à quatre ans d'emprisonnement, réduit à deux, par la Cour d'appel pour faute non précisée.

    Certains chefs de file des manifestants ont été acquittés d'infractions liées au terrorisme par le tribunal correctionnel en août 2019, mais ont fait face à de graves accusations pénales et civiles dans au moins cinq autres affaires, dont l'une a entraîné une amende de plus de 20 millions de Bt.

    «Lorsque des violations des droits de l'homme sont commises, toutes les personnes soupçonnées de responsabilité pénale doivent être traduites en justice devant des tribunaux civils. Si des représentants de l'État sont reconnus coupables de violations des droits de l'homme, les recours purement disciplinaires ou administratifs sont inadéquats et non conformes au droit international », a déclaré AI.

    AI ajoute que depuis 2010, les familles et les amis des victimes ont constamment demandé justice, mais en réponse, certains ont fait l'objet d'intimidations de la part des autorités gouvernementales.

    "Phayaw Akkahad, mère d'une infirmière bénévole Kamonkade Akkahad, qui a été abattue au temple Pathum Wanaram de Bangkok, a porté plainte pour meurtre contre des militaires auprès du Département des enquêtes spéciales en 2010.

    En mai 2019, elle a appris que le procureur militaire avait prononcé un non-lieu.

    En juillet 2019, Phayaw a été condamnée à une amende pour avoir omis d'informer les autorités de la célébration souvenir et avoir manifesté pour que justice soit rendue à sa fille. 

    «Plus récemment, le 11 mai 2020, la police de la Branche spéciale a passé plusieurs appels téléphoniques la nuit pour l'interroger sur ses projets pour l'anniversaire de la mort de sa fille. "

    Le groupe des droits de l'homme note qu'un témoin clé de la mort de l'infirmière Kamonkade - Nathathida «Waen» Meewangpla - fait face à des accusations « pour terrorisme» liées à une attaque à la grenade contre le tribunal pénal de Ratchada.

    Pour marquer le 10e anniversaire du massacre et réclamer justice, les militants ont projeté des messages laser "Searching for the Truth" et "Killing Fields in Central Bangkok" sur des sites liés à la répression, notamment le temple Pathum Wanaram, le ministère de la Défense, la Démocratie Monument, centre commercial CentralWorld et intersection de Ratchaprasong. Le ministère de la Défense a qualifié cet acte de «politiquement motivé» et a menacé de poursuivre en justice le Mouvement progressiste, qui a mené la campagne même si ces messages n'étaient pas insultants et les projections n'ont pas dégradé de bâtiments.

    Dans la nuit du 13 mai 2020, des chemises rouges se sont rassemblées à l'entrée du parc Lumpini de Bangkok en mémoire du général Khattiya Sawatdiphon, connu sous le nom de «Seh Daeng», conseiller militaire des manifestants qui a été tué par un sniper alors qu'il donnait une interview à un journaliste américain, lors des manifestations de 2010.

    Après la dispersion de la foule, le 13 mai 2020, la police a arrêté Anurak «Ford» Jeantawanich, un militant bien connu qui avait organisé l'événement, et l'a accusé d'avoir violé l'interdiction des rassemblements prévue par le décret d'urgence lié au Covid-19. Anurak encourt deux ans de prison et une amende de 40 000 Bt en plus d'un certain nombre de poursuites pénales en instance contre lui en raison de son activisme habituel.

    Amnesty International a précédemment demandé aux autorités thaïlandaises de veiller à ce que les pouvoirs d'urgence pour lutter contre Covid-19 ne soient pas utilisés arbitrairement pour restreindre les droits humains.

    L'absence de justice, de vérité et de réparation du gouvernement pour les personnes tuées et blessées lors des manifestations de 2010 met en évidence l'impunité persistante pour les violations des droits de l'homme, ainsi que le non-respect par le gouvernement du droit international et des normes relatives à la dispersion des foules et au recours à la force, a déclaré AI. L'incapacité des autorités à répondre à ces violations crée un climat de peur dans la population et laisse la possibilité que de futures violations et abus restent impunis, a-t-il ajouté.

    «Les autorités thaïlandaises doivent immédiatement poursuivre en justice tout fonctionnaire ou ancien fonctionnaire ou individu soupçonné de responsabilité pénale, y compris les responsables, avec la garantie du droit à un procès équitable. Une réparation intégrale doit être effectivement fournie aux proches des victimes et des survivants conformément au droit et aux normes internationales. »

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164948-ai-calls-for-justice-from-thai-government-10-years-after-deadly-crackdown/

     

     


  9. Les pubs, bars et lieux de divertissement seront autorisés à rouvrir dans les semaines à venir si le nombre quotidien de nouveaux cas de Covid reste inférieur à 10, a annoncé mardi l'Administration en charge de Covid (CCSA).

     

    Le porte-parole du CCSA, le Dr Taweesin Visanuyothin, a déclaré que le nombre de personnes fréquentant les centres commerciaux avait bondi dimanche alors que les entreprises à faible risque et à risque modéré (respectivement «blanches» et «vertes») rouvraient. Ceci est lié à la deuxième phase du déconfinement.

    Par ailleurs, la plate-forme de recherche de contacts / traque des clients ThaiChana est déployée. Chaque centre commercial a sa propre politique en la matière souvent basée sur un QR code.

    Taweesin a ajouté que la distance sociale avait été mieux respectée lundi que dimanche.

    Le Dr Taweesin a déclaré que les entreprises «rouges» (à risque élevé) pourraient rouvrir au cours de la quatrième phase de déconfinement, en fonction du nombre de cas quotidiens.

    Il a rapporté que la situation de Covid-19 s'améliore, avec moins de 10 nouveaux cas quotidiens au cours des 22 derniers jours. Le CCSA évaluera la situation tous les 14 jours. Si la bonne tendance se poursuit, la réouverture des entreprises «rouges» devrait se produire plus rapidement, a-t-il ajouté.

    Taweesin a souligné que tout le monde devrait continuer à être prudent pour maintenir ce faible taux d'infection, ce qui aiderait le retour à la vie normale et renforcerait la confiance des clients dans les entreprises «rouges».

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164883-bars-allowed-to-open-sooner-if-case-count-stays-low/

     

    imageproxy_php.jpg.794b40c21ce8331931165d98cfc35bcf.jpg


  10. Neuf Thaïlandais sont revenus de Londres avec une forte fièvre lundi 18 mai, tandis que trois autres de Singapour ont été mis en examen pour Covid-19.

     

    Kittiphong Kittikhajorn, un responsable de l'aéroport de Suvarnabhumi, a déclaré mardi 19 mai que le personnel de l'aéroport avait contrôlé hier les passagers arrivés à Londres sur le vol EVA Air BR068. "Sur 264 passagers, neuf souffraient de forte fièvre et ont été transportés d'urgence à l'hôpital", a-t-il déclaré.

    «Les autres ont été emmenés vers des installations de quarantaine désignées par le gouvernement, notamment le Jomtien Palm Beach Hotel à Chonburi, le Movenpick Hotel et le Qiu Hotel à Bangkok.»

    Le Royaume-Uni est le plus durement touché par Covid-19 en Europe, avec 246 406 cas confirmés et 34 796 décès mardi.

    Lundi soir, 130 Thaïlandais sont revenus de Singapour à bord du vol SQ976 de Singapore Airlines.

    "Le personnel a séparé trois passagers des autres, car ils présentaient des symptômes de type coronavirus, et les a envoyés à l'hôpital pour enquête", a déclaré Kittiphong. "Les autres ont été transportés à l'hôtel Ambassador Jomtien pour terminer la quarantaine obligatoire de 14 jours."

    Le contrôle et le transport des passagers ont été effectués par le personnel de l'aéroport, les fonctionnaires du Département du contrôle des maladies et la police de Samut Prakan. Le chef de la police de la région 1, le lieutenant-général de police Amphol Buarabporn, s'est également rendu à l'aéroport lundi pour superviser le processus et offrir un soutien moral ainsi que des fournitures aux fonctionnaires en service.

    Dans tous les pays du monde les rapatriés posent un problème crucial aux autorités. Beaucoup des derniers cas enregistrés en Thaïlande sont des Thaïlandais rapatriés. Certains se sauvent de leur quarantaine.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164869-nine-thais-arrive-back-from-london-with-high-fever/

    imageproxy_php.jpg.d2f0a35fc999cf0d329b5ce073777775.jpg


  11. Le ministère de l'Enseignement supérieur embauche plus de 40 000 employés pour aider les personnes touchées par Covid-19 qui ont perdu leur travail.

    Un budget de 800 millions de Bt a été approuvé pour payer des salaires de 9 000 Bt par mois de juillet à septembre -après l'ouverture du processus de candidature en juin- à des personnes actuellements au chômage.

    Le ministre de l'Enseignement supérieur, Suwit Mesinsee, a déclaré que l'âge, la formation et l'expérience du demandeur n'auraient pas d'importance, car le ministère veut aider tout le monde.

    Plus de 100 organisations à l'échelle nationale relevant du ministère de l'Enseignement supérieur sont prêtes à embaucher des employés qui ont une bonne aptitude. On ne sait pas précisément quels emplois sont à pourvoir.

    Toute personne intéressée peut contacter le ministère de l'Enseignement supérieur au (02) 610 5330 31.

    https://www.nationthailand.com/news/30388115

    800_317c93a66ea011b.jpg.271090764187ef6533d8618582c146fa.jpg


  12. Une deuxième enquête médico-légale découvre des preuves d'agression sur le corps de l'enfant enlevée

     

    L'Institut thaïlandais de médecine légale a trouvé des signes d'agression sur le corps de la fillette de trois ans, portée disparue dans un village du district de Dong Luang, dans la province de Muk Dahan, dans le nord-est de la Thaïlande, le 11 mai.

    Après trois jours, le corps nu de Nong Chompoo a été retrouvé dans la forêt du mont Phu Lek Fai, dans le parc national de Phu Pha Chon, à environ deux kilomètres du domicile de ses parents.

    Une source bien informée a déclaré que l'équipe médico-légale avait prélevé des échantillons de tissus et de sang, pour aider à déterminer la cause réelle du décès et les résultats sont attendus dans environ 30 jours.

    La police du district de Dong Luang a interrogé plusieurs suspects, mais aucun n'a été inculpé ou détenu.

    Le résultat de l'autopsie de l'Institut de médecine légale basé à Bangkok semble contredire le rapport médico-légal de l'hôpital Sappasitprasong d'Ubon Ratchathani, qui n'avait trouvé aucune trace d'agression sur la fillette.

    Le chef du district, Chatchawan Thongchon, a déclaré vendredi 15 mai que les parents de la fillette avaient alerté les autorités locales car leur fille avait disparu de la maison alors qu'ils travaillaient dans une plantation d'hévéa le 11 mai.

    "Nous avons envoyé plus de 70 fonctionnaires du district de Dongluang, des policiers ainsi que des gardes forestiers du parc national de Phuphayon, province de Nakhon Phanom, pour fouiller la zone autour de leur maison, qui est située dans une zone montagneuse", a-t-il déclaré.

    "A 16h30 jeudi, les autorités ont découvert les empreintes d'un enfant sur une montagne, ce qui les a conduits au corps nu de la fillette avec ses vêtements éparpillés à proximité", a-t-il ajouté.

    «En raison de difficultés à se déplacer dans la zone, les autorités ont dû d'abord descendre son corps de la montagne pour qu'un médecin légiste détermine la cause du décès. Nous devrions connaître le résultat bientôt. »

    La sœur aînée de la fillette aurait déclaré à la police qu’elle et sa sœur faisaient la sieste dans leur maison pendant que leurs parents étaient partis travailler. "Quand je me suis réveillée, ma sœur était partie et je ne l'ai pas trouvée dans le coin, alors j'ai appelé mes parents pour informer la police", a-t-elle expliqué.

    Les autorités ont émis l'hypothèse que, comme la petite fille ne pouvait pas monter seule sur la montagne, cela pourrait être un cas d'enlèvement et de viol puis d’homicide.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164293-body-of-girl-3-found-on-mukdahan-mountain/?tab=comments#comment-15426174

    imageproxy_php.jpg.c20958483f5f4b72fe14a8fb62ed4528.jpg

     


  13. Les exportations thaïlandaises d'ordinateurs et de composants au cours du premier trimestre de 2020 ont atteint près de 4 milliards de dollars (128 milliards de BT), ce qui place le pays au premier rang des pays de l'Asean, a déclaré le directrice du Département des négociations commerciales, Auramon Supthaweethum.

     

    «La demande croissante d'ordinateurs et de composants provient de l'augmentation des activités en ligne durant lié confinement lié à Covid-19 dans le monde entier. L'année dernière, la Thaïlande s'est classée au 6e rang mondial des exportateurs d'ordinateurs, après la Chine, l'Union européenne, les États-Unis, le Mexique et Hong Kong et le royaume a été le premier exportateur de l'Asean », a-t-elle déclaré lundi 18 mai.

    «De janvier à fin mars, nous avons exporté pour plus de 3,94 milliards de dollars d'ordinateurs et de composants principalement vers les États-Unis (37%), Hong Kong (16%), l'Asean (14%), l'UE (14%) et la Chine (11%) », a-t-elle déclaré. «Par rapport à l'année dernière, les exportations d'ordinateurs et de composants ont augmenté de 14%. Les disques durs ont connu la plus forte expansion à + 23%, la valeur totale des exportations étant de 2,96 milliards de dollars. »

    La Thaïlande est le deuxième exportateur de disques durs après la Chine.

    "L'accord de libre-échange [ALE] est une autre raison qui a aidé à promouvoir les exportations thaïlandaises", a ajouté Auramon. "La Thaïlande a signé des ALE avec 18 pays et a rejoint l'Organisation mondiale du commerce qui autorise les exportations en franchise de droits des produits liés aux technologies de l'information vers plus de 50 pays membres."

    La valeur des investissements dans les industries de fabrication informatique et électronique en Thaïlande est actuellement de 18,17 milliards de dollars, ces industries ayant généré plus de 300 000 emplois.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164820-thailand-no-1-exporter-of-computers-components-in-asean/

     

    imageproxy_php.jpg.f7253c65d5adc916013bf7e2372a7046.jpg


  14. Le Cabinet devrait donner le feu vert à la restructuration de Thai Airways International (THAI) conformément à la procédure du tribunal responsable des faillites lors de sa réunion d'aujourd'hui (19 mai). Cela pourrait entraîner la perte du statut d'entreprise d'État de THAI.

    Le Comité des entreprises de l'État, présidé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha, a décidé lundi de forcer le transporteur national à déposer le bilan et à procéder à une restructuration dans le cadre de la procédure judiciaire.

    THAI est coté en bourse et a des problèmes financiers depuis de nombreuses années, et maintenant, avec la crise de Covid-19, les choses ont empiré.

    Le vice-Premier ministre Anuthin Charnvirakul a déclaré que le THAI pourrait perdre son statut d'entreprise d'État une fois qu'il aura entamé les procédures de restructuration fixées par le tribunal. A ce moment-là, le Comité des entreprises d'État n'aura plus d'autorité sur le transporteur, le directeur de la restructuration aura alors le pouvoir de gérer le plan de restructuration de la compagnie aérienne.

    La compagnie aérienne pourra continuer à fonctionner pendant la restructuration et elle n'aura pas à rembourser ses dettes pendant cette période.

    Narumon Pinyosinwat, porte-parole du gouvernement, a déclaré qu'il n'était toujours pas clair si le dossier de faillite de la compagnie aérienne serait déposé auprès d'un tribunal thaïlandais ou à l'étranger.

    Cependant, une source bien informée du ministère des Transports a déclaré que l’affaire devrait être portée devant un tribunal thaïlandais, même si 30% de la dette de 200 milliards de Bt de la compagnie aérienne est due à des étrangers.

    Certaines sources ont suggéré que le gouvernement dépose le dossier aux États-Unis afin d'empêcher les créanciers étrangers de saisir des avions THAI lorsqu'ils atterrissent sur un sol étranger.

    La source du ministère des Transports a toutefois déclaré que ce problème ne devrait pas se poser si la THAI peut négocier avec ses créanciers étrangers.

    Pendant ce temps, Nares Puengyam, dirigeant de syndicat, a fait part de ses inquiétudes quant à la possibilité que la compagnie aérienne perde son statut d'entreprise d'État.

    "Le syndicat est d'accord avec le plan passant par le tribunal de faillite, mais nous ne sommes pas d'accord avec la proposition de réduire la participation du ministère des Finances de 2 pour cent", a-t-il déclaré.

    Le ministère des Finances détient actuellement une participation de 51,03% dans la compagnie aérienne, mais si sa participation est réduite à moins de 50%, THAI ne sera plus une entreprise d'État.

    Nares a déclaré qu'il craignait que cela n'affecte négativement la cote de crédit de l'entreprise et ne fasse augmenter le coût des futurs emprunts.

    Les autorités, cependant, disent qu'une fois que THAI deviendra une entité privée, il sera plus facile de la restructurer en supprimant le personnel redondant, en réduisant les salaires ainsi qu'en annulant les avantages offerts à l'élite locale (qui ne paie jamais ses billets de première) et en gérant efficacement ses coûts dans son ensemble. THAI est ingérable par l'état car il entrerait en conflit direct avec l'establishment qui bénéficie de la gabegie de THAI et qui a aidé ce gouvernement à arriver au pouvoir.

    Un article récent a suggéré que le ministère des Finances pourrait vendre une partie de sa participation au Vayupak Fund, un organisme d'investissement mis en place par le ministère, qui injectera de nouveaux fonds dans la compagnie aérienne.

    Initialement, la direction de THAI avait proposé que le ministère des Finances emprunte 50 milliards de BTB pour financer la compagnie aérienne en difficulté, mais le plan a été rejeté par le gouvernement qui a constaté que THAI était un trou sans fond.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164797-thai-airways-faces-privatisation-if-it-declares-bankruptcy/

     

    imageproxy_php.jpg.4a4c63a7031364a84ef0864e6a49e27a.jpg


  15. Prayut dit que les enfants doivent étudier en ligne jusqu'à ce que la pandémie s'atténue

    Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a souligné que les élèves doivent étudier en ligne jusqu'à ce que la situation de Covid-19 s'améliore et que les écoles puissent rouvrir, a déclaré la porte-parole du gouvernement Narumon Pinyosinwat lundi 18 mai.

    Elle a ajouté que le gouvernement tentait de résoudre les problèmes d'accessibilité et de prix du matériel.

    «Dans un premier temps, nous nous concentrerons sur la réduction du temps d'étude en classe. Cela devrait soulager les parents de ne pas avoir à envoyer les enfants à l'école. Cela contribuera également à réduire les embouteillages. », a-t-elle déclaré avouant ainsi que la priorité du gouvernement est le bien être des automobilistes.

    Mais de nombreux enfants thaïlandais se sont trouvés dans l'impossibilité de commencer leur nouveau trimestre scolaire, ce lundi matin, car ils n'ont ni smartphone ni Internet pour accéder aux cours en ligne.

    Le problème a mis le feu à Internet après que des cas sont apparus dans la province de Nakhon Ratchasima d'enfants empêchés de suivre des cours en ligne. Bien sûr, la fracture numérique concerne bien d’autres provinces.

    Samran, 54 ans, a déclaré que ses petits-fils étudiaient en Prathom 2 et Prathom 6 (CE1 et 6e), mais que leur famille était si pauvre qu’ils ne pouvaient pas utiliser Internet.

    Bien évidemment il faut autant d'écrans que d'enfants.

    Pendant ce temps, Pat, 60 ans, a déclaré que ses quatre petits-enfants étudiaient en Prathom 1, 4, 6 et Mathayom 1, (CP, CM1, 6e, 5e), mais n'avaient également aucun moyen de commencer leur semestre. Elle a dit que depuis l'épidémie de Covid-19 et le confinement, sa famille avait à peine assez d'argent pour les dépenses quotidiennes.

    Au delà du problème matériel, cette télé-scolaire, très 20e siècle, est pédagogiquement très limitée.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164752-prayut-says-kids-must-study-online-until-pandemic-eases/

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164725-concern-grow-over-poor-kids-‘locked-out’-of-online-school/

    imageproxy_php.png.52843c262cd2fc0119197113b4e4b9bc.png


  16. BANGKOK (Reuters) - L'économie thaïlandaise s'est contractée de la pire des manière en huit ans au premier trimestre, poussant la deuxième économie d'Asie du Sud-Est en récession plus tôt que prévu. La pandémie de coronavirus a frappé le tourisme et la consommation intérieure.

     

    L'agence d'État, qui a publié lundi les données de janvier à mars, a ajusté ses prévisions concernant le produit intérieur brut (PIB) 2020 à une contraction de 5,0 à 6,0% alors qu'une croissance de 1,5% à 2,5% était encore envisagée en février.

    Ce serait la pire baisse depuis 1998, lorsque la crise financière asiatique a frappé l'économie.

    L'économie a reculé de 1,8% au premier trimestre par rapport à l'année précédente, la contraction la plus importante depuis le quatrième trimestre de 2011, année de graves inondations.

    "L'impact de l'épidémie au 2e trimestre sera beaucoup plus important qu'au premier", a déclaré Phacharaphot Nugtramas, économiste à la Krung Thai Bank, qui prévoit que l'économie reculera de 8,8% cette année.

    L'impact du confinement, bien qu'il soit quelque peu atténué, continuera à affecter les dépenses des ménages et l'investissement privé pour le reste de l'année, a-t-il ajouté.

    L'économie est techniquement entrée en récession.

    LE PIRE EST ENCORE À VENIR

    L'économie sera plus durement touchée au deuxième trimestre à cause du confinement, a déclaré Thosaporn Sirisumphand, du Conseil économique et social (NESDC), lors d'un point de presse.

    "Il devrait y avoir une reprise en U", a-t-il dit, ajoutant que les touristes étrangers pourraient être autorisés à revenir au troisième ou quatrième trimestre.

    Dimanche, la Thaïlande a ouvert des centres commerciaux et des grands magasins pour la première fois depuis mars dans sa deuxième phase de déconfinement alors que le nombre de nouveaux cas de coronavirus ralentissait.

    Le gouvernement a prolongé l'interdiction des vols passagers -internationaux- jusqu'à fin juin pour tenter d'enrayer la propagation, qui a infecté plus de 4 millions de personnes dans le monde et 3 031 personnes dans le pays.

    L'agence a réduit ses prévisions concernant les exportations de cette année et le nombre de touristes étrangers, les principaux moteurs de la croissance thaïlandaise.

    L'agence s'attend maintenant à une baisse des exportations de 8% cette année, plutôt qu'à une hausse de 1,4%, et a réduit ses prévisions quant au nombre de touristes étrangers cette année à 12,7 millions, contre 37 millions espérés il y a peu et contre 39,8 millions l'année dernière.

    Cependant, l'emprunt du gouvernement de 1000 milliards de bahts (31,22 milliards de dollars) aidera, a déclaré Thosaporn, à atténuer l'impact de l'épidémie.

    La plupart des économistes s'attendent à ce que la banque centrale abaisse encore son taux directeur cette semaine.

    "Avec des perspectives de croissance à court terme et une reprise très médiocre, la Banque de Thaïlande devrait encore assouplir sa politique mercredi à un niveau record de 0,5%", a déclaré Capital Economics .

    "Dans l'ensemble, nous pensons que l'économie se contractera de 9% cette année, ce qui serait même pire que pendant la crise financière asiatique."

    Au premier trimestre, le nombre de touristes étrangers a chuté de 38% par rapport à l'année précédente, tandis que l'investissement privé a chuté de 5,5% et l'investissement public a chuté de 9,3%.

     

    -- -- REUTERS

     

    2020-05-18T072248Z_1_LYNXMPEG4H0KW_RTROPTP_4_THAILAND-ECONOMY-GDP.JPG.eedba48a52c7d9f000ddab2c47b178f4.JPG.848fdc1cbf62866e3ed9fbe77ebc06ff.JPG



  17.  Un sondage de Nida affirme que les Thaïlandais, craignant une deuxième vague de cas de coronavirus, souhaitent farouchement que les bars et les pubs restent fermés.
     
    En fait, plus des trois quarts des personnes interrogées veulent qu'ils restent fermés et moins de 20 % sont en faveur de l'ouverture.
     
    Le sondage a demandé à 1 259 personnes dans tout le pays leurs opinions sous le slogan "Liberté contre Santé". Le sondage a été mené du 11 au 13 mai avant qu'un certain déconfinement ne soit adopté.
     
    78,87% préfèrent la santé à la liberté dans les bars, les pubs, les clubs et les discothèques.
     
    Ils ont cité ces endroits comme des repères dangereux, nids à maladies où une grande proximité conduirait à une résurgence de l'épidémie du virus avec des problèmes de santé potentiels pour les personnes qui n'y vont pas.
     
    Seuls 18,03% ont déclaré qu'il faut ouvrir à nouveau les bars.
     
    Interrogés sur la fin du décret d'urgence, 35,98% sont tout à fait d'accord pour y mettre fin en invoquant la liberté de circulation.
     
    Mais 15,17% pensent qu'il devrait rester en place.
     
    En ce qui concerne le couvre-feu, 41 % pense qu'il devrait rester en place mais les horaires devraient être modifiés.
     
    Ils veulent voir l'éradication de la pandémie à 100% en premier.
     
    Quelque 33,68% - dont beaucoup de travailleurs de nuit - souhaitaient que des restrictions cessent.
     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164683-covid-19-keep-the-dangerous-pubs-and-bars-shut-say-the-majority-of-thais-in-poll/

    6pm.jpg.a580666fef80261c0c4561825ffdcea0.jpg.647b669759252173b806bc80026d3b5d.jpg


  18. Maya Bay restera fermée car la réhabilitation de la célèbre plage se poursuit toujours après que d'énormes quantités de coraux ont été détruites par des hordes de touristes.

     

    Le ministère de l'Environnement a déclaré qu'à l'avenir, les navires ne seront pas autorisés à entrer dans Maya Bay, sauf par une autre anse.

    Les coraux ne se rétablissent pas comme prévu, a déclaré le ministre de l'Environnement, Varawut Silpa-archa.

    Le 16 mai, le ministre s'est rendu à Maya Bay pour inspecter les progrès du rétablissement de l'écosystème terrestre et marin.

    Le Département des parcs nationaux du ministère de l'Environnement a annoncé la fermeture de Maya Bay le 1er juin 2018, interdisant le tourisme et les entreprises connexes.

    "Maya Bay s'est ressourcée au cours de la dernière année, et il y a eu de grands progrès", a déclaré Varawut. "Sur terre, de nombreuses plantes - même le liseron d'eau jamais vues sur Maya Bay auparavant - poussent bien. Mais sous la mer, les coraux sont toujours dans un état critique. De nombreuses espèces de coraux croissent à un rythme de seulement 3 à 5 centimètres en un an, tandis que pour d'autres ce n'est que de 1 à 2 centimètres. »

    Le ministre s'est penché sur l'idée de construire un port à l'arrière de Maya Bay dans la baie de Loh Samah. Une équipe d'universitaires et d'environnementalistes inspectent la zone. Les navires ne seront pas autorisés à entrer directement dans Maya Bay.

    «Maya Bay ne sera pas fermée définitivement. Lorsque la croissance des coraux sera terminée, cet endroit sera ouvert aux touristes du monde entier ", a assuré Varawut.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164628-maya-bay-to-remain-closed-until-rehabilitation-is-complete/

     

    imageproxy_php.jpg.4787ec9c837b082ac7f2282e7f8a90fc.jpg


  19. Des hôteliers thaïlandais demandent au Premier Ministre de les aider car un grand voyagiste n'a pas payé 2 milliards de bahts pour ses séjours passés.

    Des organisations représentant 173 hôtels à Phuket, Phangnga, Krabi et Surat Thani ont écrit au Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-ocha pour obtenir de l'aide car des dettes s'élevant à 2 milliards de bahts sont restées impayées.

    Daily News, citant des sources de l'industrie du tourisme, a déclaré que l'affaire concernait le grand voyagiste TUI Group, l'un des plus importants au monde et basé en Allemagne.

    De janvier à mars de cette année, TUI a amené de nombreux Européens en vacances en Thaïlande. Les touristes venaient d'Allemagne, de Suisse, des Pays-Bas, de Grande-Bretagne, de France, de Belgique, d'Autriche et de Pologne et d'autres pays.

    Mais les voyages ont dû être raccourcis en raison de la pandémie de Covid-19 et maintenant, certains prétendent que la société renie les accords de paiement, laissant de nombreux hôtels dans une situation de trésorerie désastreuse.

    Les médias ont rapporté que Tui Group avait tenté de renégocier les conditions et souhaite payer 25% maintenant et le reste à un moment non précisé.

    Et ce malgré le fait que la société a reçu près de deux milliards d'euros pour évite la faillite (de la part de son gouvernement ?).

    Douze organisations touristiques ont ajouté leur nom à la lettre à Chan-o-cha pour exiger que la moitié de l'argent soit payée ce mois-ci et le reste d'ici la fin octobre.

    Ils considèrent la renégociation des contrats comme inacceptable.

    Ils veulent que Prayut contacte le gouvernement allemand ou une autre autorité en Allemagne pour les aider.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164670-thai-hoteliers-appeal-to-pm-for-help-after-major-tour-group-fails-to-pay-up-2-billion-baht-for-trips/

     

    7784774-12062452.jpg.b10822cdc8d14767f587682d89994fd9.jpg


  20. suite de cette affaire


     

    NAKHON SAWAN : La cour provinciale a condamné à mort le propriétaire d'une école privée de cadets militaires. Sa femme et sa belle-mère sont condamnées à la réclusion à perpétuité. Ils avaient tabassé à mort un élève de 15 ans.

    Le tribunal a rendu son jugement le 12 mai, prononçant la peine capitale pour Natthaphol Thavornphibun, le propriétaire de l'école de préparation militaire Ban Phi Nat à Wat Sai, Nakhon Sawan.

    Le tribunal a condamné l’épouse de Natthaphol, Phiraya Phalasaen, et la belle-mère Nonglak Phalasaen à la réclusion à perpétuité pour complicité de sévices physiques. Les femmes ont assisté au crime.

    Natthaphol, 28 ans, a admis avoir frappé Thapakorn "Nong Chaidaen'' Sapsin, alors âgé de 15 ans, avec une batte de baseball au moins 20 fois le 12 juin de l'année dernière dans son école de cadets.

    Les coups ont causé de graves blessures, notamment le pancréas éclaté, qui ont entraîné la mort du garçon à l'hôpital deux jours plus tard. Les blessures sur son corps indiquaient qu'il avait été frappé avec un objet dur sur le dos et les jambes.

    Natthaphol a déclaré avoir battu Thapakorn en guise de punition car il avait dit un gros mot lorsque sa belle-mère avait refusé de rendre le téléphone portable du garçon quand il l'avait demandé.

    Lors des interrogatoires de police, Natthaphol a nié avoir tué le garçon. Il a dit qu'il n'avait pas l'intention de tuer le garçon, seulement le punir - comme un enseignant punit un élève (sous entendu, en Thaïlande)

    Le tribunal a déclaré que les preuves montraient clairement les actes répréhensibles de Natthapol. Il ne s'est pas repenti et a continué de nier. Le tribunal a prononcé la peine de mort.

    Les accusés ont 30 jours pour faire appel. On ne sait pas si les trois condamnés sont détenus. En vertu des libertés sous caution, ils peuvent attendre l'appel en liberté.

    Les parents du garçon décédé, Phitsanu et Suwanna Sapsin, sont satisfaits du jugement, affirmant que le tribunal avait rendu justice à Nong Chaidaen.

    Cependant, ils sont toujours dévastés. Nong Chaidaen était leur unique enfant.

    Le 12 juin étant le premier anniversaire de la mort de leur fils, ils déplaceront son corps de l'hôpital Somdetphrajaotaksin Maharaj vers un temple de la province de Tak pour les rites funéraires.

    https://www.nationthailand.com/news/30387952

    800_445817d91481b98.jpg.f18b81283c6ea1d64ad85647327be9da.jpg


  21. Le Premier ministre soutient un programme de restructuration de la THAI sanctionné par un tribunal

    A la dérive, Thai Airways International est susceptible de demander sa mise en faillite et devra entamer un processus de restructuration sanctionné par un tribunal, a annoncé aujourd'hui le vice-Premier ministre Anutin Charnvirakul.

    M. Anutin, le ministre des Transports Saksayam Chidchob et le vice-ministre des Transports Thaworn Senneam ont rencontré le Premier ministre Prayut Chan-o-cha pendant environ une demi-heure pour discuter de l'avenir immédiat de la compagnie nationale fortement endettée.

    M. Anutin a déclaré que le Premier ministre était d'accord pour dire que le plan de "mise en faillite" offrait les meilleures chances de sauver la compagnie nationale, qui est considéré comme «la façade de la Thaïlande», et il a admis qu'une injection d'argent du contribuable, ou même autoriser le ministère des Finances garantir un prêt de 50 milliards de bahts, recherché par la THAI, pourrait être difficile.

    Il a déclaré que le Premier ministre demandait à toutes les parties prenantes de prendre du recul "afin que nous puissions faire cinq pas en avant".

    Le vice-Premier ministre affirme que THAI était engagée dans une réorganisation interne différente d'une restructuration sanctionnée par un tribunal. Dans ce dernier cas, les créanciers et les débiteurs de la compagnie aérienne seront convoqués pour négocier des accords avec des administrateurs nommés par le tribunal.

    Il a exhorté toutes les parties prenantes, y compris le personnel de la THAI, à coopérer et à soutenir le plan de restructuration proposé par le tribunal, faute de quoi la compagnie aérienne serait abandonnée (par le gouvernement).

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164395-pm-supports-court-sanctioned-rehabilitation-programme-for-thai/

    G0DL5oPyrtt5HBAi4sJbrkm4sVeJV9Vt3jHJwb8zjmolH0QU94yrQm.jpg.41e82753a23eb202d1f01f360c98e8ef.jpg.75912308231b81525d689fbb32744315.jpg


  22. La Thaïlande assouplit le couvre-feu et autorise la réouverture des centres commerciaux

    Le gouvernement thaïlandais a donné son feu vert pour raccourcir le couvre-feu actuellement en place, ainsi que de permettre la réouverture des centres commerciaux.

    A partir du dimanche 17 mai, un nouveau couvre-feu sera en place de 23h à 4h jusqu'à nouvel ordre.

    Vendredi, Taweesin Wisanuyothin, porte-parole de l'administration pour le COVID-19, a officiellement annoncé l'assouplissement de certaines restrictions mises en place en raison de la pandémie de COVID-19.

    Les centres commerciaux peuvent rouvrir à partir du dimanche, bien que des mesures strictes de distanciation sociale et de filtrage soient en place.

    Les cinémas doivent rester fermés, mais les aires de restauration dans les centres commerciaux peuvent rouvrir.

    Les heures d'ouverture des centres commerciaux seront de 10h à 20h.

    D'autres points de vente au détail sont également autorisés à rouvrir, notamment les librairies, les marchands de meubles, tous commerces liés à l'électricité, les fournitures de bureau, les cosmétiques, les magasins de sport et les lave-autos. Les magasins d'informatique peuvent rouvrir, ainsi que les magasins de gros et les marchés frais.

    Les salons de massage doivent rester fermés.

    Les frontières de la Thaïlande resteront fermées jusqu'à nouvel ordre, à l'exception des rapatriements et du transport de marchandises, a déclaré M. Wisanuyothin.

    Les voyages inter-provinciaux sont découragés.

    «Les gens ont dit qu'ils devaient aller chez le dentiste. Maintenant, ils le peuvent », a déclaré Taweesin.

    Les salles de réunion, les galeries, les bibliothèques, les musées et la production cinématographique et télévisuelle peuvent également reprendre, bien que seulement 50 personnes puissent être sur le plateau.

    Les sites sportifs peuvent autoriser les sports d'équipe sans contact avec moins de 3 membres par équipe, et il ne doit pas y avoir de public. Les sports de cette catégorie comprennent le badminton, le sepak takraw, le yoga, le squash et l'escalade.

    Dans les centres de fitness, les exercices de groupe ou l'utilisation d'équipements de gymnastique tels que les vélos d’appartement et les tapis roulants sont interdits; seuls les poids sont autorisés. Dans les piscines, les visiteurs peuvent nager pendant une heure et doivent rester dans des couloirs séparés.

    Les cinémas, les salles de jeux, les parcs aquatiques, les salles de boxe, les cliniques de beauté liées au visage et les salons de massage resteront fermés.

    Les entreprises qui doivent rester fermées incluent aussi les bowlings, les karaokés, les zoos, les écoles - cours supplémentaires, les centres de congrès.

    Dans la catégorie sportive, les activités suivantes doivent rester fermées: stade de boxe, école d'arts martiaux, ski nautique, bateau banane, etc.

    Concernant la réouverture des piscines, certains propriétaires de condos peuvent choisir de les maintenir fermées et il faut un sauveteur.

    L'opérateur de bus Transport Co, géré par l'État, reprendra les services entre Bangkok et le nord et le nord-est le 18 mai (lundi), un mois après avoir été suspendu pour limiter la contagion de Covid-19. Les services vers le Sud débuteront le 1er juin.

    Les services reprendront vers le Nord sur sept routes: Bangkok-Chiang Mai, Bangkok-Chiang Rai, Bangkok-Uttaradit, Bangkok-Sarachit, Bangkok-Mae Sot, Bangkok-Lom Kao et Bangkok-Khlong Lan.

    Neuf routes vers le nord-est et l'est rouvriront: Bangkok-Nong Bua Lamphu, Bangkok-Sakon Nakhon, Bangkok-Chiangkhan, Bangkok-Surin, Bangkok-Buri Ram, Bangkok-Kantharalak, Bangkok-Si Sa Ket, Bangkok-Surin (Rattanaburi) et Bangkok-Chanthaburi.

    Les services vers le Sud reprendront sur trois lignes de bus à partir du 1er juin: Bangkok-Koh Samui, Bangkok-Phuket et Bangkok-Trang

    La réouverture de l'aéroport de Phuket a été reportée indéfiniment. Le directeur du CAAT a annoncé l'annulation de l'annonce précédente permettant à l'aéroport de Phuket de reprendre ses services demain, afin de stopper la propagation de COVID19.

     

    imageproxy_php.jpg.e8fc9fc8b3c31aacd0ce3648d2891824.jpg


  23.  

    BANGKOK (Xinhua) - L'administration en charge de COVID-19 (CCSA) a déclaré jeudi qu'une application de traçage, nommée Thai Chana (Thai Victory), a été développée et sera présentée à tous les commerces qui reprendront leurs activités le 17 mai lors de la deuxième phase du déconfinement.

    Le porte-parole du CCSA, le Dr Taweesin Visanuyothin, a déclaré que les entreprises peuvent s'inscrire en ligne pour l'application et recevront un QR code, qui sera affiché à la porte pour que les clients le scannent en entrant et sortant.

    Avec le système de traçage en ligne, les clients peuvent être suivis et des messages texte leur seront envoyés au cas où ils auraient besoin d'être testés, si par exemple un client visitant le même site s'est révélé positif à COVID-19.

    Tous les opérateurs commerciaux, même les vendeurs de rue, peuvent s'inscrire au système.

    En outre, l'application Thai Chana est également en mesure d'informer les clients si les magasins qu'ils envisagent de visiter sont bondés ou non.

    Taweesin a déclaré que l'application Thai Chana concernerait 70 à 80% des personnes qui utilisent des téléphones portables.

    L'application permettra au gouvernement de (tenter de) suivre rapidement les personnes infectées par COVID-19 et leurs proches.

    Le ministère de la société numériques a annoncé que l'application Thai Chana sera lancée ce vendredi.

    Taweesin a également déclaré que les clients pouvaient également utiliser l'application pour informer le gouvernement si les magasins qu'ils visitent respectent les mesures de sécurité COVID-19.

    Il a assuré que la vie privée des clients - citoyens serait protégée.

    Seul le département de contrôle des maladies aurait accès aux informations des clients, a déclaré Taweesin.

    1376-N1-Mar-29-01-Police-ready-to-make-Pty-safe-again-3.jpg.b157640ae1ecdd305be76b1eddb5ad90.jpg


  24. Hier, la police de la province du nord-est de Mukdaham a annoncé la saisie de 616 kilogrammes de marijuana, d'une valeur de plus de 6 millions de bahts.

    Selon les autorités, 5 suspects sont en détention : Boonchu Sittithong, 46 ans, Wilawan Lapphu, 20 ans, Kittiphong Uttaprom, 22 ans, Keng Sae Song et Somboon Chindalert, 34 ans, âgés de 43 ans.

    La police a appris que 3 voitures allaient faire passer de la marijuana en contrebande dans la province et a tendu une embuscade. Vers 5 heures ce vendredi matin, les officiers ont remarqué les 3 voitures suspectes entrant dans Mukdaham, par le carrefour de Nong Ian. Un pick-up Isuzu noir immatriculé à Chon Buri était suivi par une Nissan blanche immatriculée à Bangkok et un autre pick-up Isuzu noir, également de Chonburi.

    L'équipe de policiers à tendu une embuscade dans une station-service et a reçu le feu vert pour procéder aux arrestations, mais 2 des voitures les ont repérées et se sont enfuis dans des directions différentes.

    La police a poursuivi les voitures des suspects et arrêté Boonchu, le conducteur du pick-up noir. Ils ont inspecté le véhicule et trouvé 14 sacs de marijuana pesant 616 kilogrammes.

    Interrogé, Boonchu a admis que la marijuana était destinée au district de Bang Na à Bangkok. Il aurait reçu 50 000 bahts à la livraison. Les agents ont embarqué Boonchu avec la marijuana au poste.

    Les autres officiers ont intercepté le deuxième pick-up noir Isuzu, conduite par Kittiphong avec Wilawan et Somboon comme passagers. La voiture et les passagers ont été fouillés, mais rien d'illégal n'a été trouvé.

    Interrogé, Kittiphong a admis qu'il était guide et qu'ils se rendaient à Bangkok.

    Les cinq suspects ont été détenus au poste de police de Khamcha-i et accusés de possession et de vente illégales d'une drogue de catégorie 5 (marijuana). Kittipong s'est avéré positif pour la consommation de méthamphétamine. Tous les suspects sont en détention provisoire dans l'attente d'une procédure judiciaire.

    On comprend que Keng Sae Song conduisait le 3e véhicule et que rien ne s'y trouvait.

    La marijuana à usage récréatif même si elle ne fait partie que de la catégorie 5 reste illégale en Thaïlande. Et son trafic est évidemment absolument interdit.

    https://thethaiger.com/hot-news/marijuana-valued-at-over-6-million-baht-seized-in-mukdahan

    15-5-2.jpg.430d8ffc363a541c3afc3b3dbc9b6062.jpg


  25. Par The Nation

    Dans le sillage des messages projetés dimanche 10 mai sur les murs des bâtiments et des sites liés au massacre de l'armée contre les chemises rouges en 2010, les autorités surveillent désormais de près tous les groupes pro-démocrates.

    Le message projeté, «trouver la vérité», est également devenu un hashtag viral sur les réseaux sociaux.

    Bien que la police garde les sites où les messages ont été projetés, aucune mesure n'a été prise pour poursuivre les responsables de cette campagne médiatique.

    Le chef de la police métropolitaine, le lieutenant-général Pakkapong Pongpetra, a déclaré que la police collectait des preuves pour voir si de tels messages violaient les droits d'autrui. On ne sait pas quelle loi pourrait être invoquée puisqu'il n'y a rien d'insultant dans les messages qui n'ont dégradé aucun bâtiment.

    Pendant ce temps, les autorités traquent une quarantaine de personnes qui ont assisté à la cérémonie commémorative pour Khattiya «Seh Daeng» Sawasdipol - un major-général de l'armée qui soutenait le mouvement des chemises rouges et a été assassiné d'une balle dans la tête par un sniper le 13 mai 2010 en pleine interview avec un journaliste du New York Times. Il se trouvait sur une scène d'où il allait prononcer un discours.

    Les participants à cérémonie mémorielle seront poursuivis pour avoir prétendument violé le décret d'urgence.

    Le militant chemise rouge Anurak Jeantawanich, 51 ans, a été arrêté pour avoir prétendument organisé la cérémonie, mais il a nié l'allégation et a été libéré sous caution de 30 000 Bt.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1164232-pro-democracy-groups-back-in-focus-after-projected-messages/

    Des évènements liés à la Thaïlande dont la censure nous interdit de parler continuent de se dérouler ici ou là.

     

    1589202760_3.jpg.ce94e74f451ab1df70e376c2ba14c6c8.jpg