Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 530
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Le chef de l'immigration, le lieutenant-général Pol Sompong Chingduang, a ordonné aujourd'hui aux agents des postes de contrôle aux frontières d'arrêter sur le champ Yoovidhya Vorayuth s'il essayait de retourner en Thaïlande. Bien sur, il est probable que Vorayuth ne prendra pas ce risque. L'ordre intervient après que le tribunal a accepté trois nouvelles accusations contre l'héritier de Red Bull après la mort d'un policier suivie de fuite en 2012: conduite imprudente causant la mort, non-assistance à une victime après un accident et consommation de drogue. Sompong a ajouté que la police de l'immigration surveillait de près les développements depuis l'annonce en juillet de l'abandon de l'affaire initiale contre Vorayuth. «Je voudrais affirmer à tout le monde que son mandat d'arrêt est entré dans le système», a déclaré Sompong. «Chaque point de contrôle d'immigration du pays a reçu mon ordre. Si vous voyez Vorayuth, vous l'arrêtez immédiatement. La police de l'immigration subit la pression du chef de la police nationale Chakthip Chaijinda pour clore l'affaire. Vorayuth a fui à l'étranger en 2017 et a depuis été photographié en train de vivre sa meilleure vie de jet-setter à l'étranger. Un ordre pour arrêter Vorayuth avait déjà circulé au sein de l'immigration en 2017. https://forum.thaivisa.com/topic/1180864-‘if-you-see-vorayuth-arrest-him-immediately’-immigration-chief/
  2. Un Britannique tué dans un accident suivi d'un délit de fuite à Nakhon Ratchasima La police enquête sur la mort d'un Britannique dans un accident suivi d'un délit de fuite à Nakhon Ratchasima mercredi soir. L'accident s'est produit juste après 23h30 mercredi à une intersection près de la porte Phon Lan en ville. L'homme de 43 ans (nom non divulgué) a été retrouvé couché face contre terre sur la route avec sa moto gravement endommagée à proximité. L'homme avait subi de graves blessures à la tête, au cou et aux jambes et n'a pas pu être réanimé malgré les efforts des secouristes. Un témoin a déclaré à Thairath que l'homme avait été heurté par un camion qui avait ensuite fui les lieux. La police étudiera les images de vidéosurveillance de la zone afin d'essayer de localiser le camion. On ne sait pas qui du motard ou du chauffeur est responsable de l'accident. https://forum.thaivisa.com/topic/1180925-british-man-killed-in-hit-and-run-in-nakhon-ratchasima/
  3. Un prisonnier est testé positif et devient le premier cas thaïlandais de Covid-19 depuis 100 jours. Tous les autres cas étaient importés. Le département de contrôle des maladies (DDC) a confirmé jeudi 3 septembre qu'un homme de 37 ans détenu pour drogue avait été testé positif à Covid-19. Il s'agit du premier cas de Covid-19 transmis localement en Thaïlande en plus de 100 jours. Le Dr Suwanchai Wattanayingcharoenchai, directeur du DDC, a déclaré que le prisonnier avait récemment été transféré à l'établissement pénitentiaire central de Bangkok. L'homme vivait dans un condo dans le quartier de Bang Mod à Bangkok et travaillait comme DJ dans les quartiers de Rama III et Rama V avant d'être arrêté. Le prisonnier a été envoyé à l'hôpital, tandis que les 34 détenus qui se trouvaient dans la même cellule sont mis en quarantaine. Les autorités médicales ont appris que l'homme était entré en contact avec cinq proches (quand ?), dont deux vivent en province. On ne sait ni où ni quand cet homme a contracté la maladie. Les autorités ont toujours dit qu'il était illusoire de penser que la Thaïlande n'aurait jamais plus de cas. Il est donc normal de voir ce cas arriver. Les prisonniers étant systématiquement contrôlés, il est plus facile d'identifier les cas positifs à COVID dans les prisons que dans le pays "normal". https://forum.thaivisa.com/topic/1180832-prisoner-may-have-tested-positive-for-covid-19-ccsa/page/2/?tab=comments#comment-15778337
  4. suite de cette affaire Hua Hin: le chef de la police a été transféré pour avoir autorisé les jeux d'argent et les paris lors de la fête "Wua Laan" où un homme a été assassiné Le chef de la police provinciale de Prachuap Khiri Khan a signé l'ordre de révocation - mutation du chef de la police de Hua Hin jusqu'à nouvel ordre. Le colonel Pol Phaitoon Phromkhian sera transféré à des fonctions de bureau au QG provincial pendant que la chasse à l'homme se poursuit pour arrêter le meurtrier. Le général Pol Surasak Suksawaeng a déclaré que le chef de Hua Hin avait autorisé les jeux d'argent lors de la journée Wua Laan à Hua Hin Soi 6 la semaine dernière. On ne sait pas en échange de "quoi" le chef de la police a fermé les yeux. Le jeu est peut-être la raison pour laquelle un homme a été abattu et est mort. Krissada Reuangthap, 30 ans, qu'un média local a déclaré être un chef du tessakit de Cha-Am (police municipale), a été abattu de deux coups de feu lors de la fête qui est une sorte de rodéo pour les cow-boys de la région. De nombreux témoins ont vu la fusillade, dont le motif est encore inexpliqué. Krissada a été abattu avec un pistolet de 9 mm et un mandat d'arrêt a été émis contre un homme du nom de Natthawut, 39 ans, de Kuiburi, qui est toujours en fuite. Le chef adjoint de la province Pol Col Kittipong Liangcheep succédera au chef de Hua Hin au moins jusqu'à ce que le meurtrier soit retrouvé. Les policiers mutés retrouvent généralement leur poste rapidement, le temps que l’émotion se calme, et ne sont que rarement condamnés. Par ailleurs, on a appris que Natthawut, le meurtrier présumé avait déjà tué quelqu'un à Sam Roi Yot en 1999. Il avait purgé sa peine. https://forum.thaivisa.com/topic/1180762-hua-hin-police-chief-transferred-for-allowing-gambling-at-wua-laan-event-where-man-was-murdered/
  5. Le département des Transports terrestres exhorte les conducteurs de camions à éviter d'utiliser les autoroutes pendant les vacances à venir pour éviter les embouteillages et les accidents. Le directeur général Yongyut Nakdaeng a déclaré que les 4 et 7 septembre étant fériés pour compenser les vacances annulées à Songkran en avril, le long week-end verrait de nombreuses personnes voyager dans le pays. «Le département s'attend à un trafic intense pendant cette période et a demandé aux opérateurs de camions et aux entreprises de transport de s'abstenir d'utiliser les autoroutes pour réduire les embouteillages et les risques d'accidents de la route», a-t-il déclaré. «Les entreprises qui doivent transporter leurs marchandises pendant les longues vacances sont invitées à vérifier l'état de leurs véhicules, de leurs équipements d'attelage et des harnais pour assurer la sécurité», a déclaré Yongyut. «Tous les véhicules devraient être équipés de dispositifs de repérage GPS pour minimiser les embouteillages», a-t-il déclaré. «Les chauffeurs doivent se reposer suffisamment avant de conduire et essayer de ne pas dépasser le nombre d'heures de conduite limite mentionné par la loi. Plus important encore, les conducteurs doivent posséder un permis de conduire valide (sic) », a déclaré Yongyut. «Si vous êtes témoin de conduite dangereuse de camions ou de tous véhicules, veuillez contacter le centre d'appels du département au 1584, par LINE @ 1584dlt, http://ins.dlt.go.th/cmpweb/ ou par e-mail: dlt_1584complain @ hotmail.com avec des détails, tels que des preuves photographiques et le numéro de plaque d'immatriculation », a-t-il ajouté. «Ceux qui dénoncent auront droit à 50% de l'amende payée par le délinquant.»
  6. Les investisseurs évitent la Thaïlande alors que la croissance s'affaiblit et que les manifestations politiques s'intensifient SINGAPOUR / HONG KONG (Reuters) - Des ventes massives de bahts thaïlandais, des actions en berne et la pression sur le marché obligataire reflètent l'inquiétude croissante des investisseurs mondiaux face à l'instabilité politique et aux tristes perspectives de croissance dans la deuxième plus grande économie d'Asie du Sud-Est, selon les analystes. La Thaïlande a subi sa plus forte contraction économique en deux décennies le trimestre dernier et le chemin vers la reprise s'annonce bien long alors que la pandémie de COVID-19 a mis KO son industrie touristique. Dans le même temps, le gouvernement est confronté à un mouvement de protestation étudiante qui prend de l'ampleur et à la démission surprise du ministre des Finances Predee Daochai mardi, après moins d'un mois en poste ce qui perturbe sa politique économique. "Je pense qu'aucun autre pays ne cumule ces problèmes, comme si la situation du COVID-19 n'était pas assez mauvaise", a déclaré Howie Lee, économiste d'OCBC Bank. Le Premier ministre Prayuth Chan-ocha a déclaré que le départ de Predee n'affecterait pas les plans économiques du gouvernement, mais il n'a pas défini de calendrier pour la nomination d'un nouveau ministre. Le baht a chuté d'environ 0,6% par rapport au dollar depuis mardi. Il retrouve ses niveaux de juin malgré une baisse du billet vert au cours des derniers mois. L'indice boursier de référence de la Thaïlande est en baisse de 17% pour l'année, après avoir subi des sorties de capitaux étrangers. L'indice se trouve loin derrière les gains de 5% des marchés asiatiques. "Les seuls étrangers qui restent dans les actions thaïlandaises sont vraiment les investisseurs passifs. Les gestionnaires actifs sont partis", a déclaré Jeep Chatikavanij, fondateur du Ton Poh Fund qui gère 150 millions de dollars. Les investisseurs exigent une prime plus élevée pour les prêts aux entreprises thaïlandaises, ce qui montre un risque de défaut rampant, a déclaré Arup Raha, responsable de l'ASEAN Economics chez BNP Paribas. "L'inflation globale étant désormais négative depuis plusieurs mois, la croissance des revenus est faible. Cela provoque un certain stress dans le secteur des entreprises." (Reportage de Tom Westbrook à Singapour, Scott Murdoch à Hong Kong, Chayut Setboonsarng et Orathai Sriring à Bangkok et Patturaja Murugaboopathy à Bengaluru, édité par William Maclean) - - - - REUTERS
  7. Bangkok Insight a rapporté que la couverture d'assurance thaïlandaise pour les étrangers a été élaborée après des réunions entre divers ministères et les autorités de Covid-19 alors que la Thaïlande se prépare à accueillir à nouveau les visiteurs étrangers. Les visiteurs pourront souscrire une police auprès de 16 compagnies en ligne avant de voyager. Les primes dépendront de la provenance du touriste. Une couverture pour un étranger arrivant d'un pays à haut risque pourrait coûter jusqu'à 43 200 bahts, soit environ 1 100 à 1 200 euros pour un an. Le Dr Suthiphon Thaweechaikarn, représentant les assureurs, a déclaré que pour obtenir une police d'assurance, les visiteurs doivent d'abord se conformer à toutes les autres certifications requises telles que le certificat d'entrée, l'aptitude à voler et les certificats de santé. La couverture sera divisée en deux sections : les dépenses liées au décès découlant de Covid-19 et les traitements dans les hôpitaux et les cliniques. La couverture en cas de décès pour les frais funéraires et le rapatriement des corps s'élève à 3,2 millions de bahts. Les frais médicaux sont couverts pour la même somme. Les primes dépendront de la provenance du voyageur et de la durée de la couverture - le minimum est d'un mois et le maximum est d'un an. Les touristes des pays jugés à faible risque devront payer de 1 600 bahts à 14 400 bahts (on suppose pour un mois / un an). La prime pour les voyageurs arrivant de pays à risque moyen est de 2560 bahts à 23040 bahts. Pays à haut risque : 4 800 bahts à 43 200 bahts. La couverture est conforme à toutes les réglementations émises par le gouvernement. On ne sait pas si les assurances qui couvrent déjà les touristes (la CFE, celle liée à leur carte bancaire, toute autre assurance souscrite à l'étranger) seront jugées suffisantes concernant COVID ou s'il faudra obligatoirement souscrire aux assurances "spécial COVID" mentionnées ci-dessus, en plus. https://forum.thaivisa.com/topic/1180724-thai-insurance-companies-offering-covid-19-coverage-as-foreign-tourists-prepare-to-return/
  8. BANGKOK, 2 septembre (TNA) - agence gouvernementale - Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a insisté sur le fait que la Thaïlande n'avait pas encore ouvert ses portes pour accueillir les touristes étrangers et que les Thaïlandais n'avaient pas de raison de paniquer. Il a déclaré que le Center for Economic Situation avait discuté de nombreuses mesures pour aider les citoyens à lutter contre les effets de la maladie à coronavirus. Les mesures comprennent un budget de relance de 400 milliards de bahts, dont 100 milliards de bahts ont déjà été dépensés. Le Premier ministre a déclaré que le centre envisageait de dépenser le reste du budget. Le plan comprend des prêts à des conditions avantageuses pour les petites et moyennes entreprises et de l'argent pour créer des emplois pour les étudiants qui obtiendront leur diplôme cette année et pour les personnes qui ont perdu leur emploi récemment . Le général Prayut a déclaré que le gouvernement dépenserait également les budgets de nombreux ministères, y compris celui du ministère du Travail, à ces fins. Il a assuré que le gouvernement dépenserait soigneusement ses budgets. En ce qui concerne la promotion du tourisme, le Premier ministre a déclaré que le gouvernement se concentrait sur le tourisme intérieur. Le nombre de chambres d'hôtel réservées par des Thaïlandais augmente ces derniers temps mais cela ne compense pas la disparition des touristes étrangers, a déclaré le Premier ministre. Cependant, a-t-il dit, le gouvernement n'autorise pas l'entrée de touristes étrangers et les Thaïlandais ne doivent pas paniquer (à l'idée de voir entrer des personnes malades) car le général premier ministre donne la priorité à la santé publique. Le Premier ministre remercie tout le monde pour avoir suivi les mesures de lutte contre la maladie qui ont permis à la Thaïlande d'être indemne d'infection locale à COVID-19 depuis 100 jours. (TNA) https://forum.thaivisa.com/topic/1180653-pm-foreign-tourists-not-welcome-yet/
  9. Le conflit autour du nouveau chef du Département des accises (impôts indirects) entraîne la démission du ministre des Finances Le Ministre thaïlandais des finances, Pridi Daochai, n’a pas démissionné en raison de problèmes de santé, comme il l’a affirmé dans sa lettre de démission, mais en raison d’un conflit avec son adjoint, Santi Prompat, au sujet de la personne choisie pour diriger le Département des accises. Adjoint qui est prêt à prendre la place. Des sources gouvernementales bien informées ont déclaré que le désaccord s'est transformé en conflit ouvert lors de la réunion décentralisée du cabinet dans la province de Rayong le 25 août, lorsque la question de la nomination a été discutée. Selon la liste soumise au Cabinet par M. Pridi, le directeur du Bureau du budget, M. Lawan Saengsanit, a été proposé pour le poste. Lors de la réunion, cependant, le nom de M. Praphas Kong-aid, actuel directeur du Bureau des entreprises d'État, a été proposé à la place. Cela a suscité une objection du Vice-Premier Ministre Wissanu Krea-ngarm, qui a souligné que ce n’était pas recevable, car le nom de M. Praphas n’était pas celui figurant sur la liste soumise par le Ministre des finances. M. Wissanu a suggéré que la nouvelle nomination proposée soit retirée par le ministère des Finances pour réexamen. Les sources ont déclaré que M. Pridi était très "frustré" de ne pas avoir été en mesure, en tant que ministre des Finances, de choisir le candidat au poste de nouveau chef du Département des accises. Les mêmes sources ont affirmé que le nom de M. Praphas avait été proposé au Vice-Ministre des finances Santi par une grande entreprise et transmis au Vice-Premier Ministre Prawit Wongsuwan pour soumission au Cabinet lors de la réunion de Rayong. Prawit avait déjà fait démissionner le précédent ministre des finances en prenant la direction du parti pro-armée au pouvoir. M. Pridi a toutefois présenté à nouveau hier son choix de candidat initial au Cabinet, réaffirmant sa préférence pour la nomination de M. Lawan au poste de nouveau directeur général du Département des accises. Le Cabinet a approuvé la liste sans changement, mais M. Pridi avait déjà démissionné, avec effet aujourd'hui, mettant fin à ses 26 jours au gouvernement. Comme pour confirmer la main mise de Prawit sur le gouvernement, Le Vice-Ministre des finances, Santi Prompat a déclaré «Je suis prêt à travailler pour le pays, si tel est le souhait du Premier ministre et du général Prawit.", Santi s'est dit convaincu qu’il possède l’expertise et l’expérience nécessaires pour devenir le prochain Ministre des finances libéré par la démission soudaine de Pridi Daochai. Lorsqu'un journaliste lui a demandé s'il était prêt à assumer le portefeuille des finances, Santi a déclaré qu'une telle décision appartenait au Premier ministre et au vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan, chef du parti Palang Prachara. https://forum.thaivisa.com/topic/1180617-conflict-over-new-chief-of-excise-department-prompts-finance-minister’s-resignation/ https://forum.thaivisa.com/topic/1180619-santi-prompat-ready-to-be-thailand’s-new-finance-minister/ Santi
  10. Un mari thaïlandais jaloux met sa femme à mort après seulement deux mois passés ensemble Sanook a rapporté qu'il n'a pas fallu longtemps à un Thaïlandais jaloux maladif pour tuer sa nouvelle épouse. En fait, "Jong" et Pensri, 40 ans, n'étaient ensemble que depuis deux mois. La police de Thung Song, Pak Praek à Nakhon Sri Thammarat, dans le sud de la Thaïlande, a trouvé Pensri au lit dans une maison à un étage. Elle avait été blessée d'un coup de hache à la tête. Elle était morte. Jong, connu uniquement sous son surnom, avait fui les lieux. Des témoins et des proches attristés ont déclaré à la police que le nouveau mari de Pensri était un homme très jaloux et que le couple se chamaillait constamment. Lorsqu'une dispute a éclaté lundi soir, personne n'a pensé à intervenir. Lorsque Pensri n'est pas sorti mardi matin, l'alarme a été déclenchée. Le chef de la police de Thung Song, le colonel Pol Sompong Thipaphakun, a confirmé que Jong était le seul suspect et que les officiers le recherchaient. Nakhon Sri Thammarat est statistiquement la province la plus violente du pays. https://forum.thaivisa.com/topic/1180566-jealous-thai-husband-axes-his-wife-to-death-after-only-two-months-together/
  11. SYDNEY (Reuters) - La compagnie aérienne low cost à court d'argent AirAsia Group Bhd a déclaré mardi qu'elle commencerait à facturer aux clients des frais d'enregistrement aux comptoirs de l'aéroport, en partie pour les encourager à minimiser les contacts physiques avec le personnel pendant la pandémie de coronavirus. Les voyageurs qui ne s'enregistrent pas via le site Web de la compagnie aérienne, l'application mobile ou le kiosque d'aéroport seront facturés 20 ringgit malais (150 bahts) pour les vols intérieurs et 30 ringgit (225 bahts) pour les vols internationaux, bien que certaines exceptions s'appliquent. On ne sait pas THAI Air Asia est aussi concerné par cette mesure. Javed Malik, directeur des opérations du groupe AirAsia, a déclaré que la mesure inciterait les voyageurs à utiliser l'investissement de la compagnie aérienne dans la technologie numérique. L'enregistrement virtuel est bien évidemment gratuit et aisé. "Compte tenu de la pandémie de COVID-19, ces applications d'auto-enregistrement sont devenues cruciales pour minimiser les contacts physiques entre nos clients et le personnel", a-t-il déclaré dans un communiqué. AirAsia a signalé le mois dernier la plus grosse perte trimestrielle de son histoire en raison de l'impact dévastateur de la pandémie sur la demande de voyages, avec des revenus en baisse de 96%. La compagnie aérienne a déclaré qu'elle avait demandé des prêts bancaires et avait reçu des propositions de banquiers, de prêteurs et d'investisseurs potentiels pour lever des capitaux. Les nouveaux frais d'enregistrement d'AirAsia sont bien inférieurs à 55 euros (2000 bahts) de la compagnie aérienne "low" cost européenne Ryanair Holdings pour l'enregistrement à l'aéroport, qui a été mis en place avant la pandémie. La compagnie aérienne à bas prix américaine Spirit Airlines facture 10 $ (310 bahts) pour les cartes d'embarquement à imprimer à l'aéroport, selon son site Web. - - - - REUTERS
  12. Les demandes d'arrestation de deux plongeurs étrangers qui se sont filmés en train de toucher des créatures marines pour s'amuser au large de Koh Phangan, dans le sud de la Thaïlande, viennent du "sommet". Thai PBS raconte que le ministre de l'Environnement, Varawut Silpa-Archa, a exigé une action et est heureux de l'avoir obtenu après que des informations provenant d'écologistes et de locaux ont annoncé à la capture des deux étrangers. L'un est un instructeur de plongée qui verra son permis d'enseigner révoqué. Il est également restaurateur à Koh Phangan. L'autre est un chef qui aime emmener les gens faire des excursions de plongée dans son hors-bord. Ils risquent un an de prison ou une amende de 100 000 bahts ou les deux après qu'il a été déterminé qu'ils se trouvaient dans une zone protégée. Ils ont également été accusés d'avoir omis de prévenir l'immigration dans les 24 heures pour avoir découché. La femme de l'un d'eux pourrait avoir des ennuis à cet égard (sous entendu pour les avoir hébergés sans prévenir la police). Thai PBS a rapporté que les deux hommes s'étaient filmés en train de manipuler des animaux marins pour s'amuser. Ils auraient également asticoté les poissons avec un bâton à selfie pour les réveiller (car c'était la nuit) Ils ont été confrontés à une tempête de critiques sur les réseaux sociaux, notamment de la part de l'écologiste de premier plan, le Dr Thon Thamrongnawasawat de l'Université de Kaset, qui a condamné leurs actions. Certains sur le forum Thaivisa, prétendument des plongeurs, ont en partie défendu les étrangers en disant qu'ils manipulaient des animaux communs (donc pas des espèces protégées) et ont rejeté les vues du Dr Thon sur le caractère inapproprié de la plongée de nuit. Sophon Thongdee, le chef du département des ressources marines, a, en revanche, déclaré que deux hommes avaient été arrêtés. Il s'agit de M. Attila O. un instructeur de plongée et M. Francesco S. un chef, de Phangan qui possède un hors-bord et aime emmener les clients de son restaurant en excursion de plongée, note Thai PBS. Sophon a expliqué les détails de l'affaire: "Ces deux hommes ont témoigné à la police de Koh Phangan et ont admis qu'ils étaient ceux apparaissant sur la vidéo de Salat Beach publiée sur YouTube. Nous avons porté plainte conformément à la loi car il s'agit d'une zone protégée. "Toucher la faune là-bas entraîne une amende de 100 000 bahts ou un an de prison ou les deux". Il a également déclaré aux médias qu'il avait ordonné aux autorités locales d'examiner leurs permis et autres documents. Il a dit qu'un permis d'instructeur de plongée serait révoqué pour "ce comportement inacceptable". Il a également déclaré qu'il avait fait des démarches auprès de Wichawut Jinto, le gouverneur de la province de Surat Thani qui comprend Phangan, pour aider à porter plainte contre les deux hommes. Au départ, Francesco n'avait pas signalé son changement d'adresse dans les 24 heures et sa femme Kristiyaporn se verra infliger une amende pour cela. Attila, en sa qualité de propriétaire d'un établissement où les gens séjournent, fait également face à des accusations pour ne pas avoir signalé les clients dans les 24 heures. Thaivisa en français rappelle que la loi oblige les propriétaires de logement à déclarer un étranger lorsqu'il dort chez eux (TM30). Le TM28 (l’étranger se désigne à la police lorsqu'il découche) n'est plus obligatoire. Thaivisa rappelle également que d’autres étrangers ont déjà été condamnés pour avoir touché de la faune marine (100 000 bahts mais sans prison si ce n'est une procédure longue, dispendieuse et compliquée) et qu'il faut faire preuve d'une grande naïveté pour poster une vidéo de soi s'exhibant avec des animaux sous-marins. https://forum.thaivisa.com/topic/1180544-foreign-divers-face-jail-and-100k-fines-for-underwater-selfies-they-posted-on-youtube/
  13. Hua Hin sourit à nouveau après la crise : les touristes sont de retour - 70% en milieu de semaine, 90% durant les longs week-ends, d'après la TAT Hua Hin montre des signes précoces de rétablissement, après le déconfinement a rapporté le site d'information thaïlandais Ejan. L'article a souligné un présent merveilleux et un avenir apparemment encore meilleur pour la station. Selon Ejan - et le représentant local de la TAT qu'elle a cité - Hua Hin sourit à nouveau : après l'orage, le soleil brille. On est passé de «tout est vide" à "tout est plein" et les commerçants sont heureux d'accueillir tant de monde. La journaliste d'Ejan a déclaré qu'elle avait visité Hua Hin hier, le 1er septembre, une journée normale en milieu de semaine, et que même si ce n'était pas plein, presque tous les magasins, hôtels et restaurants étaient ouverts. Elle a été accueillie partout par des habitants heureux. Elle a confirmé cette impression avec "Phee Gift" de la TAT qui a déclaré: «Nous sourions à nouveau. C'est une image complètement différente de celle au plus fort de la pandémie. "Il n'y avait pas du tout de touristes et maintenant nous revenons à 100%". Elle a dit que les jours de milieu de semaine, on était revenu à 60-70% des niveaux précédents. Le week-end c'est encore mieux, «C'est 90% sur les longs week-ends», s'est enthousiasmé Gift, citant la proximité de la station avec Bangkok, la facilité de voyage depuis la capitale et l'abondance des attractions locales comme raisons de la reprise. Ejan a déclaré qu'il n'y avait pas d'étrangers pour grossir les rangs pour le moment, mais que les habitants souhaitaient tous promouvoir la province et pouvaient à nouveau sourire. https://forum.thaivisa.com/topic/1180542-hua-hin-smiling-again-after-the-crisis-tourism-is-back-70-midweek-90-long-weekends-tat/
  14. Le ministère des Finances a reçu des preuves de mauvaise gestion et de corruption à la THAI Une commission du ministère des Transports sur la corruption a déposé, mardi, 18 documents contre Thai Airways International (THAI) auprès du ministère des Finances, dans l'attente d'une enquête sur la mauvaise gestion de la compagnie aérienne endettée. On ne sait pas si le ministère des finances donnera suite. En tant qu'agence d'État, THAI a accumulé environ 250 milliards de Bt de dettes avant de demander une restructuration supervisée par le tribunal des faillites plus tôt cette année. La commission du ministère des Transports a constaté que THAI avait vendu des billets à prix réduit à des agents, entraînant des pertes qui se comptent en milliards par an. Selon Komkit Wongsomboon, qui dirige la commission, la corruption implique des incitations pour les agents à vendre des billets acquis à un prix anormalement bas créant ainsi une "marge" . On ne sait pas à qui a profité cette manœuvre. D'autres preuves de malversation ont été trouvées dans le service de maintenance, où le taux d'heures supplémentaires de 1 500 bahts de l'heure a été gonflé à 2,000-3,000 thb pour 200 à 300 travailleurs, entraînant des pertes totalisant 2 milliards de Bt par an. On imagine que ces sommes ne restaient pas dans la poche des travailleurs. Le nombre d’heures supplémentaires étaient parfois extravagant (3354 heures pour un seul employé). La commission a également souligné la décision désastreuse d'acheter 10 Airbus 340 pour environ 100 milliards de Bt à partir de 2004. La hausse des coûts de maintenance a fait perdre de l'argent à la société sur les 10 jets, dont neuf ont perdu de la valeur après avoir été mis hors service et stockés à l'aéroport U-Tapao. Les primes pour les cadres semblaient outrageusement généreuses. Tous ces phénomènes ne sont pas nouveaux et ont été maintes fois exposés ces dernières décennies même si on a observé une accélération ces dernières années. Jamais rien n'a été fait pour y mettre fin ou pour traduire des fautifs devant la justice. THAI a toujours été considéré par l'establishment comme une vache à lait. Une rumeur dit que les VIP ne payaient que rarement leurs billets de première classe. L'un des derniers présidents de THAI a humblement demandé à ces VIP de payer leurs billets mais il a ensuite démissionné. On ne sait pas si les multiples affaires de corruption ont joué un rôle ou pas dans la décision du ministre des finances de démissionner hier. https://forum.thaivisa.com/topic/1180527-finance-ministry-sent-evidence-of-thai-mismanagement-corruption/
  15. Corruption, complot dans l’affaire «Boss» : affirme l’enquête Une enquête indépendante ordonnée par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a conclu que la corruption et la conspiration entre les enquêteurs ont probablement aidé Vorayuth "Boss" Yoovidhya à échapper aux accusations liées à un accident mortel avec délit de fuite en 2012. Prayut a promis aujourd'hui de prendre des mesures contre au moins 10 personnes impliquées dont le nom est mentionné dans le rapport de Vicha Mahakun qui lui a été remis. Les 10 "ripoux" comprendraient à la fois des policiers et des procureurs. Le Premier ministre a également déclaré à la presse qu’une autre commission d’enquête serait mis en place pour étudier cinq points mis en évidence par la commission de Vicha. En présentant le rapport, Vicha a confirmé la suspicion largement répandue selon laquelle l'affaire avait été entachée de corruption et liée à un complot visant à innocenter l'héritier Red Bull, Vorayuth. «Les preuves indiquent clairement que les enquêteurs n'ont pas travaillé de manière professionnelle car certaines allégations ont été omises du rapport d'enquête en 2012. », a déclaré Vicha. L'enquête de 2020 a révélé que la police avait mis environ six mois pour enquêter sur l'affaire, en 2012, mais n'avait pas renvoyé l'accusé devant le tribunal, comme l'avait ordonné le parquet. L'enquête de 2020 a trouvé des preuves de corruption et de complot parmi les fonctionnaires, allant de la production de fausses preuves à la collusion entre les procureurs, les représentants du gouvernement et les avocats pour nuire au processus judiciaire. Vicha a comparé la corruption à un arbre vénéneux qui produit des fruits vénéneux. «Nous avons proposé une nouvelle enquête, partant de zéro», a-t-il déclaré. Il a également suggéré que le délai de prescription des charges soit suspendu pour les suspects qui fuient la justice. La prescription a toujours été la stratégie de Vorayuth depuis le début puis celle des ripoux. Les hauts responsables gouvernementaux impliqués dans l'affaire devraient également faire l'objet d'une enquête, a-t-il déclaré. Vicha a déclaré qu'il se coordonnerait désormais avec la Commission anti-corruption du secteur public (PACC) et la Commission nationale anti-corruption (NACC) pour une enquête plus approfondie sur l'affaire. Vorayuth a été initialement accusé d’avoir percuté, avec sa Ferrari, le policier à motocyclette Sgt Maj Wichian Klanprasert dans le quartier de Thong Lor à Bangkok et de l’avoir tué. Cependant, il a fui le pays en 2017 et l'affaire a été abandonnée en juin de cette année sans que Vorayuth ne se soit jamais présenter au tribunal. Ce scandale a ému les Thaïlandais car elle prouvait de manière éclatante que les riches étaient intouchables dans ce pays. Ce n'est pas la première fois que la corruption est prouvée dans cette affaire mais jusqu'à maintenant, ces commissions d'enquête n'ont jamais débouché sur rien. https://forum.thaivisa.com/topic/1180474-corruption-conspiracy-in-‘boss’-case-inquiry-report/ Vicha
  16. Le ministre thaïlandais des Finances, Predee, démissionne BANGKOK (Reuters) - Le ministre thaïlandais des Finances récemment nommé, Predee Daochai, a présenté sa démission, mais le Premier ministre ne l'a pas encore acceptée, ont déclaré mardi quatre sources gouvernementales. La nouvelle de sa démission a fait baisser l'indice boursier jusqu'à 0,9% avant de se redresser quelque peu. L'expert de la banque a pris ses fonctions le mois dernier lors d'un grand remaniement de l'équipe économique alors que la Thaïlande se débat avec les dommages causés par la pandémie de coronavirus qui a dévasté son industrie touristique cruciale. "Le ministre voulait démissionner, mais on ne sait pas si le Premier ministre le lui permettra", a déclaré une source du ministère des Finances, qui a demandé l'anonymat parce qu'il n'était pas autorisé à parler aux médias. Finalement, vers 18h00, la démission a été acceptée. On ne sait pas immédiatement pourquoi Predee a démissionné. Les médias thaïlandais ont déclaré qu'il souhaitait arrêter pour des raisons de santé... Un porte-parole du gouvernement a déclaré qu'une annonce serait faite plus tard. La deuxième économie d'Asie du Sud-Est pourrait reculer de 8,1% cette année, la plus forte contraction jamais enregistrée, selon la banque centrale. Predee n'est en fonction que depuis 26 jours. Sa nomination a été officiellement approuvée le 6 août. Predee, 61 ans, était coprésident de la Kasikorn Bank avant de rejoindre le cabinet. Bien que la Thaïlande n'ait jusqu'à présent signalé que 3417 infections à coronavirus et 58 décès et ait levé la plupart des restrictions, son économie a été durement touchée, en particulier son secteur du tourisme. - - - - REUTERS Selon des sources de Channel News Asia, l’une des raisons pour lesquelles il a démissionné réside dans les désaccords sur les nominations de personnel clé au sein du ministère des Finances. Les démissions de l’équipe précédentes étaient éminemment liées aux bisbilles à l’intérieur du parti pro-armée au pouvoir, les militaire prenant le pas sur le civils du gouvernement. Predee, un civil, était une caution de sérieux au sein du gouvernement. Son départ fragilise encore un peu la politique économique du gouvernement. Predee
  17. Deux incendies distincts ont fait rage hier soir à Pattaya. L'un a eu lieu dans deux chambres d'un hôtel-résidence près de Walking Street dans le sud de Pattaya, l'autre fut un incendie massif qui a fait rage toute la nuit dans un dépôt, un restaurant et une maison de luxe de six étages dans le nord de Pattaya. Les dégâts dans ce dernier ont été estimés à plus de 100 millions de bahts. Les causes des deux incendies sont sous enquête. Un incendie s'est déclaré dans la chambre 301 du Pattaya Inn Hotel, près de Walking Street, vers 22 heures. Siam Chon News a rapporté qu'il s'agit d'un bâtiment de trois étages avec 25 chambres. L'incendie s'est propagé à la chambre 302. Les deux pièces ont été complètement détruites, causant environ 500 000 bahts de dégâts. Les services d'incendie étaient sur les lieux alors que les touristes de Walking Street regardaient Le sinistre . Il a été maîtrisé en 30 minutes et quatre camions de pompiers ont été utilisés. Jaiphong, un membre du groupe ethnique Lawa a sonné l'alarme. Il a dit que les personnes dans la chambre 301 étaient un couple qui étaient absents car ils travaillaient. Le mari fait payer le stationnement sur Beach Road. Le propriétaire de l'hôtel a déclaré qu'il s'agissait probablement d'un court-circuit bien qu'une enquête soit en cours. Pendant ce temps, un incendie beaucoup plus important à fait rage à partir d'une heure du matin dans le nord de Pattaya. Cela se déroulait dans un entrepôt de meubles, un ancien restaurant appelé "Nai Peun" et une maison de luxe attenante de six étages appartenant au propriétaire de l'entrepôt. La maison de luxe dispose de bureaux, de chambres et d'un espace fitness au dernier étage. Même à six heures ce matin, de la fumée émanait toujours de l'incendie qui a fait rage toute la nuit. Tout a été complètement détruit. Aucun blessé n'a été signalé dans les deux incendies. Les dégâts dans l'incendie du nord de Pattaya sont estimés à au moins 100 millions de bahts. Une enquête est en cours là aussi. https://forum.thaivisa.com/topic/1180395-pattaya-more-than-100-million-baht-in-damage-in-two-separate-fires/ autres photos en suivant le lien
  18. BANGKOK (Reuters) - L'économie thaïlandaise s'est améliorée en juillet, aidée par les dépenses publiques et le déconfinement mais le tourisme souffre toujours de la fermeture des frontières, a déclaré lundi la banque centrale. La consommation privée de juillet a augmenté de 2,7% par rapport à juin avec la reprise de l’activité, tandis que les exportations annuelles ont diminué à un rythme plus modeste de 11,9%. «Pour l'avenir, il y a encore de fortes incertitudes», a déclaré Don Nakornthab, de la Banque de Thaïlande (BOT), lors d'un briefing. Le plus incertain est le nombre de touristes étrangers. Le pays pourrait rater la projection de 8 millions de la banque centrale, a-t-il déclaré. La Thaïlande pourrait au mieux accueillir 6,7 millions de visiteurs étrangers cette année, comme prévu le ministère des Finances, soit 1,3 million de touristes de moins que les prévisions de la BOT, affectant le PIB de 0,5%, a-t-il déclaré. Le gouverneur de la BOT, Veerathai Santiprabhob, a déclaré à Reuters vendredi que les prévisions de la BOT concernant une contraction économique record de 8,1% cette année pourraient être «optimistes». La BOT examinera cela le mois prochain. Le pays dépendant du tourisme a accueilli 6,69 millions de touristes étrangers en janvier-mars, mais l'afflux a pris fin le 4 avril lorsque la Thaïlande a interdit aux vacanciers étrangers d'entrer. A comparer au record de 39,8 millions de visiteurs de l’année dernière, dont les dépenses représentaient 11,4% du PIB. A partir d'octobre, la Thaïlande autorisera les touristes étrangers sur l'île de Phuket pour de longs séjours, avec une quarantaine. En juillet, la Thaïlande affichait un excédent du compte courant de 1,79 milliard de dollars car son excédent commercial a atteint un sommet depuis cinq mois à 4,11 milliards de dollars, en raison de la hausse des exportations d'or. La banque centrale a déclaré que les ventes d'or encourageaient la hausse du baht. Veerathai a déclaré que la BOT devrait "très bientôt" assouplir les règles sur les dépôts en devises "pour s'assurer que le commerce de l'or n'aura pas un impact néfaste sur les taux de change". «L'utilisation de dépôts en devises étrangères dans le commerce de l'or en dollars américains est un exemple de mesures possibles», a-t-il déclaré, ajoutant que les Thaïlandais pourraient également conserver leurs économies en devises. -- -- REUTERS
  19. PHUKET: Un homme recherché pour trafic de drogue à Phuket a été tué dans une fusillade avec la police au domicile de sa famille à Nakhon Sri Thammarat le matin du 31 août. Un policier de Phuket et un volontaire de la défense territoriale de Phuket ont été blessés dans la fusillade, et un deuxième policier de Phuket a été blessé au cou lorsqu'il a été attaqué par le père du fugitif tué, qui brandissait une faux. Des agents du poste de police de Kamala avaient retrouvé Udom ‘Ae’ Rattanamanee, 46 ans, à son domicile familial Tambon Kamlon, district de Lan Saka, a expliqué le chef de la police de Lan Saka, le colonel Somkit Damklieng. Udom avait fui Phuket en 2018 pour son rôle dans la tentative de contrebande à Phuket de 39820 comprimés de méthamphétamine (ya bah) cachés dans des voitures télécommandées qui ont été livrées à Phuket depuis Bangkok par un service de colis privé. Ce matin, des policiers armés ont encerclé la maison de la famille d’Udom vers 6 heures du matin et ont demandé à Udom de se rendre pacifiquement, a expliqué le Col Somkit. Cependant, Udom a ouvert le feu sur la police avec un fusil d'assaut. Il a ensuite tiré avec un pistolet de calibre .45 sur la police pour empêcher les policiers d'avancer. Après avoir échangé des coups de feu pendant environ 15 minutes, Udom a fui la maison, mais a été abattu par la police alors qu'il tentait de s'échapper. Udom est mort sur les lieux, a-t-il confirmé. Le Maj Phramoon Chukong et le Sgt Maj Wattana Kanchana étaient présents lors de la fusillade, tous deux du poste de police de Kamala. Thanomsak Wisutsak, de l'unité des volontaires de la défense territoriale, a aidé la police de Kamala. Le maj Phramoon et M. Thanomsak ont été blessés au cours de la fusillade. Les deux hommes ont été transportés à l'hôpital de Lan Saka pour des soins médicaux, a-t-il ajouté. Après la fusillade alors que les officiers examinaient la scène, le père d'Udom, Preecha Rattanamanee, a attaqué le Sgt Maj Wattana avec une faux, a expliqué le Col Somkit. Le Sgt Maj Wattana a subi une grande entaille à la nuque et a également été transporté à l'hôpital, a-t-il déclaré. La petite amie d'Udom, Areeya Phanthip, également recherchée par mandat d'arrêt, a été retrouvée à l'intérieur de la maison, a noté le col Somkit. On a également trouvé dans la maison de la drogue et beaucoup de munitions, a-t-il ajouté. Nakhon Sri Thammarat est statistiquement, la province la plus violente du pays. https://forum.thaivisa.com/topic/1180363-phuket-drug-suspect-killed-in-police-shootout/
  20. Pour rappeler que, même si l'on en parle très peu, les routes thaïlandaises continuent de tuer. Plus de morts en 24 heures dans ce carnage que par Covid en 8 mois. Une femme enceinte parmi trois morts sur l'autoroute Petchkasem La police de Ratchaburi a été appelée après que le conducteur d'un pick-up a perdu le contrôle de son véhicule à Don Krabuang sur l'autoroute Petchkasem hier. Il faisait partie d'une famille de six personnes de Bangkok partant en vacances. Des témoins et les images de la caméra de bord montrent que le conducteur était sur la voie de droite. Il a soudainement viré vers le terre plein central avant d'essayer de corriger sa trajectoire. Le véhicule a tangué, aurait traversé toute la chaussée avant de verser dans le fossé sur la gauche. Là, il a heurté un tuyau de drainage, a volé dans les airs et s'est retrouvé à l'entrée d'un magasin d'électricité. Les morts sur les lieux s'appellent Bunmee, 65 ans, et Saithip, 24 ans, enceinte de six mois. Le bébé est également mort. Le conducteur Saman, 48 ans, Saifon, 18 ans, Thippawan, 41 ans, et une femme non identifiée sont morts à l'hôpital de Potharam. Ils étaient tous de la même famille. Un chien et une aigrette blanche ont également été retrouvés morts sur les lieux. Un écureuil dans une cage semble être encore vivant Les vêtements de la famille et autres biens qui se trouvaient dans le coffre de la voiture étaient éparpillés partout. https://forum.thaivisa.com/topic/1180384-thai-road-carnage-pregnant-woman-among-three-dead-on-petchkasem-highway/ Un célèbre streamer de jeu pour adolescents meurt dans un accident de moto. Un streamer joue en direct sur Youtube, parage son écran et les adolescents regardent la partie depuis leur ordinateur. Le populaire Chanon Chuchart, 17 ans, est mort dans un accident de moto dans la province de Nakhon Nayok. Des témoins ont déclaré aux journalistes qu'un groupe d'une vingtaine de motards roulait sur la route Rangsit-Nakhon Nayok lorsqu'un motard a perdu le contrôle et a percuté le terre-plein central avant de s'écraser contre un arbre. Les secouristes ont tenté de sauver Chanon mais il avait subi de graves blessures et est décédé plus tard. Chanon était un streamer de jeu populaire avec plus de 100 000 abonnés. Il avait dit sur Facebook la veille de l'accident qu'il suspendait les vidéos pendant un moment pour partir en voyage avec des amis. Le 14 août, il avait posté une annonce, pour vendre une moto Ducati à 450 000 Bt, celle sur laquelle il est mort. Un certain nombre d'internautes ont visité sa page Facebook et ont publié leurs condoléances. https://forum.thaivisa.com/topic/1180391-famous-teen-game-streamer-dies-in-bike-crash-in-nakhon-nayok/
  21. Le gouvernement thaïlandais est sur le point d'offrir 24 milliards de bahts (645 millions d'euros) de prêts à sept compagnies aériennes locales pour les aider à surmonter le choc de l'épidémie de coronavirus, alors que les autorités affermissent leurs plans pour relancer le tourisme en assouplissant progressivement les restrictions de voyage. Des avions de Thai Airways International à l'aéroport de Suvarnabhumi à Bangkok, le 25 mars. Photo : AFP/VNA/CVN Les prêts dits à taux bonifié devraient suffire à aider les compagnies aériennes à survivre à la pandémie et à éviter de licencier 20 000 travailleurs, a déclaré le président de Thai AirAsia Co., Tassapon Bijleveld, aux journalistes après une réunion avec le Premier ministre Prayuth Chan-Ocha à Bangkok vendredi 28 août. Les transporteurs peuvent obtenir des prêts des banques d'État, dirigées par l'Export-Import Bank of Thailand, pour une période de cinq ans, a-t-il dit. La Thaïlande lance une bouée de sauvetage financier à ses transporteurs, alors que les compagnies aériennes du monde entier ont demandé des renflouements, réduit les salaires et licencié du personnel dans un contexte de quasi-fermeture du secteur des voyages internationaux. Le gouvernement du Premier ministre Prayuth Chan-Ocha intensifie également ses efforts pour relancer l'économie du tourisme et du commerce, qui est sur le point de connaître la pire crise de son histoire. "Le gouvernement envisage de nombreuses mesures d'aide et cherche à trouver des moyens d'alléger les restrictions de vol, ainsi que des mesures pour permettre le tourisme dans le pays", a déclaré Prayuth Chan-Ocha dans une déclaration à l'issue d'une réunion avec les opérateurs aériens. "Je demande au secteur aérien de coopérer davantage pendant cette période, de cesser de concurrencer les prix mais plutôt les services, et de ne pas augmenter la dette et procéder à des licenciements". L'effondrement de l'industrie touristique thaïlandaise, dû aux restrictions frontalières internationales et au verrouillage mondial, a aggravé les pertes de Thai Airways International Pcl et du transporteur à bas prix Nok Airlines Pcl, ce qui les a incités à demander une restructuration dans le cadre de la loi sur les faillites du pays. Les arrivées de touristes étrangers en Thaïlande devraient chuter à 8 millions cette année, contre environ 40 millions l'année précédente. Parmi les sept compagnies aériennes qui devraient recevoir une aide financière du gouvernement, citons Thai AirAsia du groupe AirAsia Bhd. et son unité long-courrier, Thai AirAsia X, Bangkok Airways Pcl, Nok Airlines, Thai Smile Airways Co. Ltd, Thai Lion Air et Thai Vietjet Air. Les compagnies aériennes ont également demandé une prolongation de la réduction des droits d'accises sur le carburant pour avions, a déclaré M. Tassapon de Thai AirAsia. Le gouvernement a accepté de prolonger jusqu'en mars 2022 la réduction des taxes liées aux compagnies aériennes, qui comprend les frais de stationnement et d'atterrissage, a-t-il dit. VNA/CVN https://www.lecourrier.vn/la-thailande-va-offrir-645-millions-deuros-de-prets-aux-compagnies-aeriennes/835149.html
  22. ©Youtube/NAKARA whocamefromthesky Publié le 31 août 2020 à 10h00 par Thierry Blancmont En attendant son passage devant le tribunal des faillites dans quinze jours, Thai Airways met en place des vols spéciaux supplémentaires en septembre, notamment vers Paris. Et s’il fallait une preuve de la corruption ayant régné au sein de la compagnie aérienne, les heures supplémentaires obtenues en un an par un salarié de la maintenance, pour l’équivalent de 419 jours de travail, devraient suffire. Les 17 et 29 septembre 2020, la compagnie nationale thaïlandaise a programmé deux vols spéciaux entre sa base à Bangkok-Suvarnabhumi et l’aéroport de Paris-CDG, vendus uniquement dans ce sens. Thai Airways affiche un tarif quelque peu exorbitant de 36.090 bahts en Economie et 98.290 bahts en classe Affaires sur ces allers simples, qui sont cependant ouverts aux voyageurs disposant déjà d’un billet d’avion vers la capitale française. La Thaïlande figure dans la liste de l’Union européenne des pays dont les ressortissants sont autorisés à venir sans justificatif, mais ses propres frontières restent fermées aux voyageurs lambda – sans date affichée de réouverture. Les vols entrant restent en plus réservés à un nombre limité de personnes, et sont gérés par l’ambassade des pays concernés (en fonction entre autres du nombre de places disponibles dans les hôtels de quarantaine). Quelque 600 personnes entrent chaque jour en Thaïlande actuellement, et nul ne sait dans quelles conditions les deux vols de Paris à Bangkok seront opérés – ni combien de personnes en liste d’attente pourront en profiter. Paris ne sera pas la seule ville européenne à disposer de vols spéciaux en septembre : la compagnie de Star Alliance a programmé des vols vers Londres-Heathrow (3), Francfort (2), Munich (1), Copenhague (2), et d’autres sont déjà prévus pour octobre. La reprise de ses vols internationaux réguliers n’est à ce jour pas attendue avant novembre au plus tôt. Sa filiale Thai Smile a de son côté relancé des vols intérieurs. ออกเดินทางสู่ปารีสอย่างมั่นใจด้วยเที่ยวบินพิเศษของการบินไทย TG932 ออกเดินทางวันที่ 17, 29 ก.ย.63 ราคาเริ่มต้นชั้นธุรกิจ 98,290 บาท* ชั้นประหยัด 36,090 บาท* (ราคารวมภาษี) สำรองที่นั่งตั้งแต่วันนี้-29ก.ย.63 👉 https://t.co/CEoqi6FFh0 *เงื่อนไขเป็นไปตามที่บริษัทฯกำหนด pic.twitter.com/YHhicM1sMe — Thai Airways (@ThaiAirways) August 28, 2020 Côté finances, après la mise en pseudo-faillite en mai dernier et la perte du statut d’entreprise publique, le 14 septembre est la date fixée pour le jugement du « tribunal de faillite » sur le plan de réhabilitation (ou de restructuration selon qui en parle) de Thai Airways – qui devra ensuite être approuvé par les créanciers, puis par les administrateurs de la compagnie aérienne. Mais un rapport d’enquête qui sera officiellement rendu ce lundi étale une série d’accusations de malfaisance et de corruption impressionnante. A commencer par les employés et dirigeants, via le versement d’heures supplémentaires et d’indemnités au montant incroyable : les dépenses de personnel ont largement augmenté alors que le nombre de salariés baissait. Ainsi un employé de la maintenance aurait ainsi réclamé – et obtenu – en une année 3354 heures supplémentaires, soit 419 jours, pour 2,9 millions de bahts (78.000 euros), contre un plafond annuel légal de 1500 heures ; son salaire était d’environ 1970 euros par mois. Au total, 567 employés MRO ont dépassé l’année dernière le plafond légal de 1500 heures supplémentaires, coûtant à la compagnie aérienne plus de 16 millions d’euros. Chez les hauts dirigeants, un président par intérim (non nommé) aurait reçu une « compensation spéciale » en espèces de 5400 euros par mois. Un montant triplé en 9 mois, en violation d’une résolution du cabinet et d’une interdiction du ministère des Finances à l’encontre des cadres par intérim des entreprises d’État. Au total, a déclaré le comité d’enquête, la « rémunération excessive » des dirigeants aurait coûté à l’entreprise 270 millions d’euros (elle affichait au premier semestre une perte nette de 757,53 millions d’euros). Les accusations envers Thai Airways ne s’arrêtent pas aux années récentes : l’acquisition en 2004 de dix Airbus A340-500 et -600, notamment pour lancer des vols directs vers New York, a entrainé des pertes dès le premier vol un an plus tard, mais ils n’ont été retirés du service qu’en 2013… https://www.air-journal.fr/2020-08-31-thai-airways-2-vols-vers-paris-419-jours-dheures-supplementaires-5222402.html
  23. Un homme aurait tué sa mère accidentellement dans une bagarre avec sa femme Un homme aurait tué sa mère par accident dimanche 30 août alors qu'il menaçait sa femme avec une arme à feu dans la province de Chachoengsao. Le poste de police de Wang Koo a été informé d'une bagarre dans une maison située dans le district de Sanam Chai Khet. La police a retrouvé le corps d'une femme allongée sur le sol, morte, avec une balle vers la clavicule. Elle a été identifiée comme étant Samlee Buakam, âgée de 60 ans. À côté de son corps se trouvait son fils, Apichat Viriyatham, âgé de 31 ans, qui l'aurait abattue avec une arme de poing. Selon l'interrogatoire de la police, Apichat s'est disputé avec sa femme, Angkana Payakka, 29 ans, qui a couru vers sa belle-mère pour se protéger. Le fils aurait accidentellement tiré sur sa mère, causant sa mort. Apichat aurait dit à la police qu'il avait seulement voulu menacer sa femme avec son arme et qu'il avait accidentellement appuyé sur la détente, tuant sa mère. https://forum.thaivisa.com/topic/1180256-man-allegedly-kills-mum-accidentally-in-brawl-with-wife/ Un tué, 4 blessés dans une fusillade dans un pub d'Ang Thong Une vive dispute dans un pub a fait quatre blessés par balle tandis qu'une personne a succombé à ses blessures plus tard à l'hôpital. Le poste de police d'Ang Thong a été informé d'un drame de tir dans un pub / restaurant à Ang Thong - Phosa vers 1 heure du matin dimanche. Sur les lieux du crime, la police a retrouvé cinq personnes blessées, dont l'une était dans un état critique. Il a ensuite succombé à ses blessures. Le défunt a été identifié comme étant Prasert Sawek, 42 ans, un habitant d’Ang Thong qui travaillait comme fonctionnaire municipal dans le district de Phra Nakhon à Bangkok. Les quatre autres blessés ont été envoyés à l'hôpital d'Ang Thong et sont désormais stables. Les autorités auraient trouvé une arme de poing de 9 mm et cinq douilles de balles sur les lieux. L'une des victimes blessées aurait déclaré à la police que le défunt avait bu au pub avec deux amis jusqu'à l'heure de fermeture, quand ils ont eu une vive dispute qui a abouti à la fusillade. Toutes les personnes blessées, à l'exception du défunt, sont des employés du restaurant, tandis que les deux amis du défunt ont été vus fuyant les lieux après le crime. La police aurait voulu regarder les images de vidéosurveillance de l'établissement et aurait découvert que le disque dur avait été retiré. les enquêteurs interrogent des témoins pour reconstituer la séquence des événements qui ont conduit au crime. https://forum.thaivisa.com/topic/1180240-one-killed-4-injured-in-ang-thong-pub-shootout/ la maman tuée par son fils
  24. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a décidé de reporter à l'année prochaine un accord de 22,5 milliards de Bt pour acheter des sous-marins à la Chine en raison de l'inquiétude de la population concernant l'économie au milieu de la pandémie de Covid-19. Le porte-parole du gouvernement, Anucha Burapachaisri, a déclaré lundi 31 août que l'achat des deuxième et troisième sous-marins, qui devaient être acquis prochainement, serait reporté. De plus, la commission du budget national pour l'exercice 2021 a demandé que le processus soit examiné par la Royal Thai Navy qui pourrait en rediscuter avec la Chine. Le chef d’état-major de la marine, l’amiral Sittiporn Maskasem, qui s’est joint à la réunion du comité des situations d’urgence, n’a révélé aucune information aux médias et s’est rendu au bureau du Conseil national de sécurité. https://forum.thaivisa.com/topic/1180251-purchase-of-submarines-from-china-deferred-to-next-year/
  25. Les résultats d'un sondage mené la semaine dernière ont révélé que 82,4% des personnes interrogées pensent que des étrangers travaillent avec des politiciens thaïlandais pour saper la sécurité nationale pendant la crise actuelle, tandis que 77,1% accusent les manifestants de harceler la population. Le professeur Noppadon Kannika, considéré comme proche de l'armée, directeur du Super Poll Research Center, a déclaré que l'enquête sur le harcèlement avait été menée du 20 au 28 août auprès de 5 962 répondants via les médias sociaux et 1 121 par contact direct. Lorsqu'on leur a demandé quelles actions devraient être considérées comme du harcèlement public, 97,3% ont décrit des actions extrêmes de la part des émeutiers telles que les incendies vus à Hong Kong (et à Paris) 95,6% ont évoqué l’empêchement d'aller à l'école et le fait de forcer les élèves à se joindre à la manifestation; 92,3 % ont mentionné que des personnes ayant un point de vue politique opposé étaient «haineux de la nation»; 91,7% ont parlé de cyberintimidation via les médias sociaux de personnes ayant des opinions politiques différentes; 91,4% ont cité des manifestants faisant pression sur les autorités pour qu'ils libèrent les contrevenants; 91,4 % ont cité des élèves qui enfreignaient les règles de l'école pendant les cours; 90,7% ont mentionné que des manifestants bloquaient les routes; 90,5 % ont parlé de l'annulation, par des marques, des publicités dans des médias ayant des opinions politiques différentes; et 89,8 % ont mentionné le licenciement des animateurs de télévision ayant des opinions politiques différentes. Noppadon a ajouté que le centre a surveillé les utilisateurs des médias sociaux en Thaïlande lors de la manifestation du 16 août et a constaté que 178 034 utilisateurs en Thaïlande avaient pris part à la manifestation virtuels, mais combiné avec des utilisateurs étrangers, le nombre de participants est passé à 7 928 482 utilisateurs. Il ne donne aucune preuve. «Cela révèle que la situation politique en Thaïlande pourrait être plus pacifique s'il n'y avait pas d'ingérence de l'étranger, ce qui donne une illusion de chaos et suscite l'émotion de la jeune génération de Thaïlandais», a-t-il déclaré. «Je voudrais donc exhorter les Thaïlandais à digérer les informations avec soin et à ne pas devenir la proie de ces agitateurs qui ne veulent clairement pas voir la Thaïlande devenir plus forte.» Cependant, un sondage mené par NIDA donne une toute autre vision du pays. Seuls 0,91 % des Thaïlandais voient la main des étrangers. Une majorité de personnes sont d'accord avec les étudiants qui saluent à trois doigts et portent des rubans blancs, affirmant qu'ils ont le droit à la liberté d'expression, selon les résultats d'une enquête menée par l'Institut national de l'administration du développement, ou Nida Poll. Le sondage a été mené du 25 au 27 août auprès de 1 317 personnes âgées de 15 ans et plus de différents niveaux d'éducation et de professions à travers le pays. Invités à donner leur avis sur l'utilisation du salut à 3 doigts et des rubans dans une campagne symbolique, chaque répondant étant autorisé à donner plus de réponse: 51,25% ont déclaré que les étudiants avaient le droit à la libre expression; 21,18% ont dit qu'il était inapproprié de faire cela dans les écoles; 16,17% ont déclaré que c'était une manifestation de soutien à la démocratie et d'opposition à la dictature; 15,79% ont dit que c'était une démonstration d'innocence et de pureté; 13,67% ont déclaré que les étudiants ne suivaient que les tendances des médias sociaux; 11,77% ont déclaré qu'ils exprimaient leur souhait pour l'avenir du pays; 9,26% ont déclaré que les groupes / partis politiques étaient derrière eux; 6,99% ont déclaré que les étudiants voulaient voir la chute du gouvernement de Prayut Chan-o-cha; 3,80% ont déclaré que cela pourrait entraîner des divisions dans les écoles; 3,11% croit qu'il y avait un objectif caché; 1,97% ont déclaré que cela causait des conflits familiaux; 0,91% pensent qu'il y a des étrangers impliqués derrière la campagne. Lorsqu'on leur a demandé s'ils étaient d'accord avec ce que faisaient les élèves, 34,78% ont dit qu'ils étaient tout à fait d'accord avec cela, tandis que 17,23% étaient en accord modéré. pour un total de 52 % De l'autre côté, 25,82% y sont totalement opposés, tandis que 15,41% s'y opposent quelque peu. Le reste, 6,67%, n'a fait aucun commentaire. Lorsqu'on leur a demandé s'ils pensaient que la campagne indiquait désormais des conflits entre des personnes de différents groupes d'âge en Thaïlande, 57,94% ont répondu «oui» - 29,31% ont déclaré que les étudiants de 2020 avaient une grande confiance en eux, et 28,63% disent que les étudiants, influencés par les médias sociaux, sont devenus plus agressifs. D'un autre côté, 24,75% ne pensaient pas que la campagne conduirait à de tels conflits et 14,88% pensaient qu'il ne s'agissait que de l'expression d'opinions différentes. Le reste, 2,43%, n'a fait aucun commentaire. Lorsqu'on leur a demandé s'ils pensaient qu'il y avait maintenant des conflits idéologiques dans la politique thaïlandaise, 79,50% ont répondu «oui», affirmant que les différences idéologiques étaient très claires dans la situation politique actuelle, tandis que 17,54% ne le pensaient pas. Le reste, 2,96%, n'a fait aucun commentaire. Une manifestation, dans un gymnase, de 1200 personnes, plutôt âgées, a eu lieu à Bangkok pour soutenir l'establishment. https://forum.thaivisa.com/topic/1180236-nexus-of-foreigners-and-politicians-trying-to-weaken-country-poll/