Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 948
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Le ministère thaïlandais du Tourisme et des Sports envisage un programme pour percevoir des taxes touristiques sur les arrivées étrangères une fois que les vols et les activités touristiques reprendront dans le pays. Des touristes à Bangkok. Photo : AFP/VNA/CVN Le programme fait partie du plan stratégique de 20 ans de la Thaïlande qui exige que les agences gouvernementales aient des revenus périodiques pour stabiliser l'économie nationale. La redevance sera ajoutée au Fonds du tourisme géré par le ministère du Tourisme et des Sports qui vise à développer les chaînes d'approvisionnement national ainsi qu’à protéger la sécurité des touristes. Selon le ministre thaïlandais du Tourisme et des Sports, Phiphat Ratchakitprakarn, l’idée de taxe sur le tourisme avait été lancée l'année dernière mais avait été retardée en raison de la pandémie de COVID-19. Actuellement, c'est le bon moment pour le faire, a-t-il ajouté. L’Autorité du tourisme de Thaïlande (TAT en anglais) a prévu que le nombre des touristes étrangers en Thaïlande cette année serait de 14-16 millions, soit le niveau le plus bas depuis 14 ans. Le secteur privé appelle un assouplissement du verrouillage national pour freiner l’escalade du chômage et permettre aux secteurs, en particulier celui lié au tourisme et aux chaînes d'approvisionnement, de redémarrer. Selon Thanavath Phonvichai, président de l'Université de la Chambre de commerce de Thaïlande (UTCC), le tourisme et les chaînes d'approvisionnement sont les secteurs les plus touchés par la pandémie de COVID-19, entraînant une baisse de recrutement. Le pouvoir d'achat des consommateurs a diminué. "Nous prévoyons que le nombre de chômeurs augmentera si les entreprises ne sont pas autorisées à rouvrir ce mois-ci", s’inquiète t-il. Le Comité mixte permanent du commerce, de l'industrie et des banques a prévu le mois dernier qu'environ 7 millions de travailleurs perdront leur emploi d'ici juin, en majorité des travailleurs à bas salaire. Le marché du travail thaïlandais emploie environ 38 millions de personnes. On estime que 4,2 millions de personnes travaillant dans le secteur du commerce de détail et des centres commerciaux perdraient leur emploi, outre un million de travailleurs du secteur de la construction, 978.000 dans l'hôtellerie, 250.000 dans la restauration, 200.000 dans les spa et massage et 200.000 dans les usines de confection qui tombent dans la même situation. Au 11 mai, la Thaïlande a signalé 3.015 cas de coronavirus, dont 2.796 guéris et 56 décès. VNA/CVN https://www.lecourrier.vn/la-thailande-reflechit-a-une-taxe-sur-le-tourisme/778171.html
  2. Le Laos va construire sur le Mékong un nouveau barrage hydroélectrique qui sera exploité par la Chine, malgré les critiques des écologistes et des populations locales qui dénoncent l'impact néfaste sur l'environnement et la mainmise grandissante de Pékin sur le fleuve. Le gouvernement laotien a envoyé les plans de construction de cette nouvelle centrale hydroélectrique à la Commission du Mékong (MRC), l'agence intergouvernementale de gestion du fleuve. Le barrage de Sanakham, dont la construction, à 150 kilomètres au nord de la capitale Vientiane, devrait débuter cette année, disposera d'une puissance installée de 684 mégawatts, une fois opérationnel en 2028, d'après la MRC. D'un coût évalué à 1,92 milliard d'euros, il va être exploité par le géant étatique chinois China Datang Corporation. L'objectif est d'exporter de l'électricité en Thaïlande, mais ce "royaume a un excédent massif d'électricité et n'en a donc pas besoin pour assurer sa sécurité énergétique", déplore à l'AFP Pianporn Deetes, de l'ONG International Rivers. Le Laos, un petit pays pauvre et enclavé, compte sur l'énergie hydroélectrique pour se développer. Il ambitionne de devenir "la batterie de l'Asie du Sud-Est" et de consacrer aux exportations quelque 20 000 mégawatts de capacités d'ici à 2030. Sanakham est le sixième d'une série de neuf barrages prévus sur la partie laotienne du Mékong, dont deux ont déjà été mis en service ces derniers mois au grand dam des organisations environnementales. Ces dernières s'inquiètent de l'effondrement des stocks de poissons et du niveau du fleuve particulièrement bas par endroits, accusant la Chine d'altérer son débit naturel. D'après une étude publiée mi-avril par la société américaine Eyes on Earth, les Chinois ont notamment retenu de grandes quantités d'eau l'année dernière grâce à 11 barrages construits sur leur partie du Mékong. Conséquence : les niveaux du fleuve en aval - au Laos, en Thaïlande, au Cambodge et au Vietnam - sont tombés par endroits à leur plus bas en plus de 50 ans. La Chine a rejeté ces accusations, se défendant de toute volonté expansionniste et assurant faire son possible pour garantir un rejet raisonnable de l'eau. Mais dans ce contexte tendu, la construction du barrage de Sanakham fait particulièrement grincer des dents. Le Mékong, long de près de 5 000 kilomètres, "a immédiatement besoin d'un moratoire sur les barrages hydroélectriques (...) et non de structures destructrices qui profiteront à quelques-uns au détriment des communautés" locales, souligne Pianporn Deetes. Refuge, après l'Amazone, de la biodiversité aquatique la plus importante du monde (1 300 espèces de poissons), ce fleuve est vital pour 60 millions d'Asiatiques. https://www.connaissancedesenergies.org/afp/laos-nouveau-barrage-sur-le-mekong-malgre-les-critiques-200512
  3. BANGKOK (Reuters) - La Thaïlande a commencé l'année avec l'interdiction des sacs en plastique à usage unique pour réduire le volume de déchets qui placent le pays parmi les cinq premiers au monde qui étouffent les océans avec du plastique. La pandémie de coronavirus a forcé la fermeture des écoles et les autorités ont dit aux gens de rester à la maison, et loin de chuter, les déchets plastiques de Bangkok ont grimpé de 62% en volume en avril, car de plus en plus de personnes optent pour la livraison de nourriture et de biens à domicile. "Il y a tellement de papier bulle et d'emballages, ou de sacs et barquettes provenant de livraisons de nourriture", déclarent les Thaïlandais qui affirment que le télétravail les prive de temps pour cuisiner. Même si la pandémie s'atténue, les écologistes craignent que la Thaïlande ne soit un indicateur de la situation ailleurs en Asie du Sud-Est, qui abrite quatre des cinq principaux pollueurs - plastiques de l'océan au monde. Le plus grand est la Chine. Pas moins de 3 432 tonnes de plastique ont été jetées chaque jour dans la capitale thaïlandaise en avril, contre 2 115 tonnes en moyenne l'an dernier, selon les données de la ville. Les sacs plastiques, barquettes, bouteilles et tasses, représentent plus de 80%. L'expérience de la Thaïlande sert d'avertissement à la région, a déclaré Wijarn Simachaya, président du Thailand Environment Institute, un groupe de réflexion. "La forte augmentation est très préoccupante", a déclaré Wijarn à Reuters. "Les progrès que nous avons réalisés dans la campagne contre le plastique à usage unique sont anéantis." La Thaïlande, qui génère environ 2 millions de tonnes de déchets plastiques par an, devrait voir une augmentation des détritus de 30% à l'échelle nationale cette année, a ajouté Wijarn. "Il y a beaucoup de plastiques dans une seule commande de nourriture, qu'il s'agisse de sacs de nourriture chaude, de sacs à sauce ou d'ustensiles en plastique qui sont également emballés individuellement dans du plastique." Le ministre de l'Environnement, Varawut Silpa-archa, a reconnu un revers dans la lutte contre les déchets plastiques, mais a déclaré qu'il gardait espoir que la Thaïlande pourrait encore regagner le terrain perdu. "Ne livrons pas de nombreuses batailles à la fois", a déclaré Varawut à Reuters. "Maintenant, c'est COVID d'abord", a-t-il ajouté. CROISSANCE DE LA LIVRAISON ALIMENTAIRE On estime que le secteur de la livraison de nourriture a augmenté de 33% en un peu plus d'un mois pour atteindre environ 4,5 milliards de bahts (126 millions d'euros), a déclaré Siwat Luangsomboon, du Kasikorn Research Center. "La Thaïlande était sur la bonne voie pour réduire de 30% les plastiques à usage unique cette année avec l'interdiction des sacs, mais avec le changement de comportement des consommateurs vers la livraison de nourriture, ce sera intenable", a déclaré Siwat à Reuters. Le service de livraison de nourriture Line Man, détenu par l'application japonaise Line Corp, a vu le nombre de commandes augmenter de 300% depuis le début du verrouillage de Bangkok en mars, a déclaré à Reuters un représentant de la société. Grab, basée à Singapour, une autre application, a enregistré une croissance de 400% de ses activités de livraison de nourriture dans la semaine après le verrouillage, mais les chiffres sont ensuite tombés légèrement au-dessus de la normale. Foodpanda Thailand a déclaré avoir vu ses commandes augmenter de 50% en mars par rapport à février, avec une hausse de 10% en avril sur le mois, tandis que les transactions hebdomadaires ont atteint un sommet au cours de la première semaine de mai. POLLUTION DE L'OCEAN Selon les écologistes, l'Asie du Sud-Est contribue depuis longtemps aux déchets plastiques terrestres qui polluent les océans du monde. La région aux prises avec une mauvaise gestion des déchets devrait être durement touchée par "l'assaut soudain" des déchets plastiques pendant la pandémie, a déclaré le groupe américain Ocean Conservancy. "Nous prévoyons que les dégâts seront importants dans des endroits déjà vulnérables à la pollution des océans par le plastique, comme l'Asie du Sud-Est", a déclaré Doug Cress, son vice-président pour la conservation. Aucune donnée sur les déchets plastiques durant la pandémie n'a encore été publiée dans d'autres pays que la Thaïlande. La Chine, l'Indonésie, les Philippines, la Thaïlande et le Vietnam, étaient à l'origine de plus de la moitié de la pollution plastique dans l'océan en 2015, a déclaré Ocean Conservancy. La Chine n'a pas publié de données détaillées sur les déchets plastiques causés par l'augmentation des livraisons à domicile, qui ont cru d'un quart en mars et avril. Son ministère de l'Environnement se focalise sur les déchets médicaux. -- -- REUTERS REUTERS/Jorge Silva
  4. suite de cette affaire Le maire du district de Saensuk, en charge de la plage de Bang Saen, a publié un nouveau message agacé sur sa page Facebook car les visiteurs bafouent l'interdiction de se rassembler. La semaine dernière, Narongchai Khunpluem - un membre d'une famille aux bras long qui "tient" Chonburi - a réprimandé ses compatriotes pour avoir saccagé la plage après la réouverture de la route. Cette semaine, Narongchai a déclaré que le message de distanciation sociale n'avait pas été compris malgré les panneaux. Beaucoup de gens se rassemblaient sur le trottoir et mangeaient et buvaient sur des nattes. Daily News les appelle des "touristes"; à priori thaïlandais. De nombreuses photos des mécréants avec leurs visages floutés ont été publiées. Narongchai a déclaré que la police et certains citoyens avaient recommandé que la route de la plage récemment rouverte soit à nouveau fermée. La police a déclaré qu'elle n'avait pas les effectifs nécessaires pour faire appliquer la distanciation sociale et que fermer la route réglerait le problème. Les panneaux clairs sont ignorés, a déclaré le maire. Il a dit qu'il y avait moins de déchets que la semaine dernière, mais encore beaucoup. Il a dit qu'il pourrait être amené à recommander aux autorités de Chonburi de fermer la route à nouveau. Le jogging, le vélo et la marche sont autorisés. Malgré l'échec possible de l'assouplissement des restrictions, le maire a ajouté que le plan était d'ouvrir à nouveau la plage en juin et qu'il en avait informé les commerçants. https://forum.thaivisa.com/topic/1163843-mayor-threatens-to-close-bang-saen-beach-road-again-as-tourists-gather-on-the-sidewalk/
  5. BANGKOK (Reuters) - Le nombre de touristes étrangers en Thaïlande pourrait chuter de près des deux tiers pour atteindre 14 millions cette année, le niveau le plus bas en 14 ans, alors que la pandémie de coronavirus nuit aux voyages dans le monde entier, selon les estimations de la Tourism Authority of Thailand (TAT). La TAT ne prévoit désormais que 14 à 16 millions de visiteurs étrangers cette année, en forte baisse par rapport aux prévisions réalisées en mars, 33,8 millions, qui elles-mêmes étaient loin des prévisions initiales (plus de 40 millions). L'année dernière, les arrivées d'étrangers ont atteint un record de 39,8 millions. Le tourisme est crucial pour la Thaïlande, car les dépenses des touristes étrangers se sont élevées à 1930 milliards de bahts (55 milliards de d'euros), soit 11% du PIB l'année dernière. L'autorité du tourisme espère que les visiteurs étrangers reviendront en Thaïlande en octobre, début de la haute saison touristique du pays, a déclaré à Reuters le gouverneur du TAT, Yuthasak Supasorn. "Notre meilleur scénario est que la situation du tourisme intérieur commencera à s'améliorer en juin ou juillet, tandis que les visiteurs étrangers devraient arriver vers octobre", a-t-il dit. "Les réservations à terme montrent une bonne tendance. Mais cela dépendra également de la situation de l'épidémie et des restrictions de voyage", a-t-il ajouté. La TAT prépare un plan de réhabilitation pour le secteur, a indiqué Yuthasak. La Thaïlande a signalé 3 015 cas et 56 décès depuis le début de l'épidémie dans le pays en janvier, les récentes nouvelles infections quotidiennes sont rares. Le pays a prolongé l'interdiction des vols de passagers entrants, imposée le 4 avril, jusqu'à la fin du mois de mai pour tenter de juguler la pandémie, qui a infecté plus de 4 millions de personnes dans le monde. Au cours de la période janvier-mars, le nombre de touristes étrangers en Thaïlande a chuté de 38% à 6,69 millions, le nombre de visiteurs chinois, la plus grande source de touristes en Thaïlande, plongeant de 60% à 1,25 million. -- -- REUTERS
  6. Les autorités sont à la recherche d'un groupe qui a projeté des des messages au laser sur les bâtiments gouvernementaux et les lieux publics à Bangkok lundi soir (11 mai). "Nous ne connaissons pas le but exact de ce groupe, mais il a également diffusé ces messages sur les réseaux sociaux pour gagner un public plus large", a déclaré le porte-parole du ministère de la Défense, le lieutenant-général Kongcheep Tantrawanich. «Il semble qu'ils tentent d'évoquer des événements politiques passés, mais cela pourrait conduire à des malentendus.» Des messages laser avec le hashtag # ตาม หาความ จริง («trouver la vérité») sont apparus sur plusieurs édifices gouvernementaux et dans des lieux publics tels que le ministère de la Défense, la station BTS de Ratchaprasong et le temple Pathumwanaram. Les messages font référence aux événements du Black May 1992 et la répression dans le sang, par l'armée, du rassemblement du Front uni pour la démocratie contre la dictature en 2010 qui fait des dizaines de morts. Les messages au laser suggèrent aux citoyens de «trouver la vérité» derrière les actions de l'armée. «Personnellement, je trouve inapproprié de projeter ces messages sur des bâtiments publics, ce qui pourrait nuire à l'unité nationale pendant la crise à laquelle le pays est déjà confronté. Si le groupe veut rechercher la vérité, il peut la trouver à partir de preuves dans des affaires judiciaires, dont certaines ont déjà été jugées tandis que d'autres attendent de nouvelles procédures », a déclaré Kongcheep. "Les mesures prises par ce groupe pourraient avoir des implications politiques sous-jacentes", a-t-il ajouté. «Les autorités de sécurité nationale envisagent une action en justice contre le groupe et espèrent le retrouver bientôt.» https://forum.thaivisa.com/topic/1163827-authorities-hunt-group-over-political-laser-messages/ Les anciens membres d'un parti politique défunt revendiquent cette action. Progressive Movement, un groupe composé d'anciens membres du Future Forward Party, a révélé hier soir être derrière les messages «Seek the Truth» (recherchez la vérité) diffusés sur plusieurs monuments de Bangkok dimanche soir. Par ailleurs, d’autres évènements se déroulent actuellement mais la censure nous interdit d'en parler.
  7. Confiant qu'un plan de sauvetage budgétaire du gouvernement est en préparation, Thai Airways International, bien qu'assiégée, a publié la liste des vols de juillet - octobre sur les routes du monde entier. Voici les horaires affichés sur les systèmes de réservation et communiqués par Airlineroute. La compagnie aérienne devait rester clouer au sol jusqu'à la fin octobre, lorsque l'horaire d'hiver entre en vigueur. La décision de reprendre les liaisons quotidiennes avec Londres Heathrow le 1er juillet pourrait être réexaminée, le Royaume-Uni ayant instauré une quarantaine de 14 jours pour tous les passagers arrivant dans le pays. Cela pourrait donc aussi s'appliquer à paris. Les destinations en Asie couvertes par un service quotidien incluent Delhi en Inde, Hanoi et Ho Chi Minh-Ville au Vietnam, Yangon au Myanmar, Vientiane au Laos, Phnom Penh au Cambodge, Taipei Taoyuan à Taiwan et Hong Kong. Quant à la Chine, THAI reprendra trois liaisons hebdomadaires vers Pékin, Guangzhou deux fois par semaine et vers Shanghai Pudong également deux fois par semaine. Services du 1er juillet au 24 octobre Bangkok - Auckland 3 par semaine 787-9 Bangkok - Beijing Capital 3 par semaine 777-300ER Bangkok - Brisbane 2 par semaine 777-200ER Bangkok - Bruxelles 3 par semaine A350-900XWB Bangkok - Copenhague tous les jours 777-300ER Bangkok - Delhi tous les jours 777-300 Bangkok - Denpasar 3 par semaine A330-300 Bangkok - Dhaka 5 par semaine A330-300 Bangkok - Francfort A380 quotidien Bangkok - Guangzhou 2 A330-300 par semaine Bangkok - Hanoi quotidien A330-300 Bangkok - Ho Chi Minh City A330-300 quotidien Bangkok - Hong Kong quotidien A330-300 Bangkok - Islamabad 4 par semaine A330-300 Bangkok - Jakarta 3 par semaine A330-300 Bangkok - Karachi 4 A330-300 par semaine Bangkok - Kuala Lumpur 5 A330-300 par semaine Bangkok - Lahore 4 A330-300 par semaine Bangkok - Londres Heathrow tous les jours 777-300ER Bangkok - Manille 4 par semaine 777-300 Bangkok - Melbourne 5 A350-900XWB par semaine Bangkok - Munich 5 par semaine 777-300ER (6 par semaine 16 juillet - 25 août) Bangkok - Nagoya 3 A350-900XWB par semaine Bangkok - Osaka Kansai 3 h par semaine 777-200ER Bangkok - Paris CDG 3 par semaine 777-300ER Bangkok - Perth 3 A330-300 par semaine Bangkok - Phnom Penh A330-300 quotidien Bangkok - Séoul Incheon 6 par semaine A330-300 Bangkok - Shanghai Pu Dong 2 par semaine 777-300ER Bangkok - Singapour 4 A330-300 par semaine Bangkok - Sydney 5 par semaine 777-300ER Bangkok - Taipei Taoyuan tous les jours 777-200ER Bangkok - Tokyo Haneda 4 par semaine A330-300 Bangkok - Tokyo Narita 4 par semaine A330-300 Bangkok - Vientiane quotidien A330-300 Bangkok - A330-300 quotidien Yangon Bangkok - Zurich 4 par semaine 777-300ER https://www.ttrweekly.com/site/2020/05/thai-maps-out-return-to-the-skies/
  8. Le ministère thaïlandais de l'Éducation se prépare à un enseignement via la télévision et en ligne pour éviter que l'enseignement en classe ne soit pas encore sûr au début de la nouvelle année scolaire. Hanoi (VNA) - Le ministère thaïlandais de l'Éducation se prépare à un enseignement via la télévision et en ligne pour éviter que l'enseignement en classe ne soit pas encore sûr au début de la nouvelle année scolaire qui commence le 1 er juillet prochain en raison de l’épidémie de COVID-19. Étant donné que la pandémie de COVID-19 en Thaïlande semble avoir été maîtrisée, le Bureau de la Commission de l'éducation de base (OBEC) a récemment décidé de rouvrir des écoles à partir du 1er juillet prochain. Les écoles seront autorisées à ouvrir leurs portes ou à utiliser la méthode d'enseignement à distance via la télévision et en ligne. L’enseignement à distance permettra aux élèves d'accéder à des programmes d'apprentissage en toute sécurité, par le biais de cours en ligne et à distance sur 17 chaînes de télévision. Dans le même temps, le nouveau programme réduira les examens, évaluations et éliminera les activités non nécessaires pour prolonger les congés. Comme prévu, le ministère thaïlandais de l'Éducation testera le système d'enseignement à distance le 18 mai pour préparer la nouvelle année scolaire. Le 11 mai, la Thaïlande a enregistré 6 nouveaux cas de coronavirus, portant le total des cas dans ce pays à 3.015, dont 2.796 guéris et 56 décès.-VNA https://fr.vietnamplus.vn/la-thailande-prepare-un-plan-denseignement-a-distance-pour-la-prochaine-annee-scolaire/137213.vnp
  9. Le nouveau phénomène du "garde-manger communautaire", également connu sous le nom de "garde-manger de partage", est en vogue alors que les Thaïlandais continuent de donner des articles de première nécessité aux personnes touchées par la pandémie de coronavirus. Des garde-manger communautaires ont été repérés ce lundi dans 43 provinces, contre 21 dimanche. Le nombre est compilé par Supakit Kulchartvijit, qui a demandé aux personnes qui ont installé un placard en bordure de route ou en ont repéré un de prendre une photo et de l'envoyer sur sa page Facebook afin qu'il puisse mettre à jour les chiffres. «Votre province a-t-elle un garde-manger communautaire?» a-t-il demandé lundi sur sa page. Jeudi, il a d'abord lancé l'idée sur sa page Facebook, et son équipe a ensuite installé les cinq premiers meubles - quatre à Bangkok et un à Rayong. La campagne de partage est devenue virale et a inspiré d'autres citoyens. Les articles typiques à l'intérieur sont le riz, les jus de fruits, le lait, les œufs, les nouilles instantanées et l'eau. M. Supakit a déclaré qu'il n'était pas nécessaire que les gens affluent vers les garde-manger créés par son équipe. N'importe qui peut installer un garde-manger dans sa communauté, a-t-il dit. «Le garde-manger communautaire n'a aucun droit de propriété. Une fois installé, il appartient à cette communauté », a-t-il écrit. "Aucun des articles ne nous appartient une fois que nous les avons mis dans le garde-manger." Il a suggéré de ne pas mettre de nourriture fraîche dans un garde-manger car elle se gâte rapidement. Des moines, des policiers et des soldats se sont joints aux gens ordinaires pour installer des garde-manger dans leurs locaux. Internet s'en enflammé lundi matin quand une famille d'Ubon a pris tout ce qui était disponible dans le garde-manger du coin sans en laisser aux autres. Est-ce la logique du geste ou une perversion ? Les Thaïlandais débattent.
  10. BANGKOK: Malgré les effets néfastes de la pandémie de Covid-19 (coronavirus), l'industrie de la pêche thaïlandaise cherche actuellement à embaucher jusqu'à 50000 hommes pour partir en mer à bord de chalutiers, a déclaré un haut responsable du gouvernement dimanche 10 mai. Phithoon Damsakhon, du ministère de l'Emploi à Ranong dans le sud de la Thaïlande, a cité la National Fisheries Association of Thailand selon laquelle environ 50 000 hommes seraient actuellement recherchés en tant que skippers, mécaniciens et autres membres d'équipage à bord de bateaux de pêche basés dans plusieurs provinces côtières du pays. Des dizaines de milliers de travailleurs migrants du Myanmar, auparavant employés par l'industrie de la pêche, sont repartis pour leur pays d'origine et de nombreux autres leur emboîteraient le pas, aggravant ainsi les pénuries de main-d'œuvre dans le secteur de la pêche en Thaïlande, a déclaré Phithoon. Un grand nombre de ces travailleurs migrants ont progressivement sont passés du statut d’employés non qualifiés à celui d'employés qualifiés jusqu’à ce qu’ils cessent de travailler au cours des dernières années, a-t-il dit. Il a suggéré aux Thaïlandais, qui pourraient être actuellement sans emploi en raison de la situation pandémique et économique, d'opter pour les emplois liés à la pêche, disponibles à bord des chalutiers de mer, dont beaucoup sont ancrés "paresseusement" à Ranong et dans d'autres provinces côtières. - Travailler sur les chalutiers thaïlandais s'apparente à de l'esclavage selon les ONG et les migrants qui en réchappent, parfois sans être payés. Même avant le début de la pandémie, les patrons pécheurs, qui assument le côté inhumain du métier, avaient du mal à trouver des bras pour les accompagner en mer. Ceux qui sont revenus après des campagnes de plusieurs années, n'y retournent pas. https://forum.thaivisa.com/topic/1163664-thailand-seeks-50000-men-for-hire-aboard-fishing-boats/
  11. L'opinion publique est sollicitée sur l'assouplissement des mesures de confinement et du couvre-feu L'Administration pour le Covid-19 (CCSA) a publié un questionnaire via Google sur la deuxième phase d'assouplissement des mesures de verrouillage et sur l'état d'urgence. Le centre recueillera les avis et fera des propositions au Cabinet le 17 mai. Les Trois questions clés sont: ▪︎ les mesures que les gens aimeraient voir levées (comme l'interdiction de voyager entre les provinces, la quarantaine de 14 jours, le couvre-feu, etc.); ▪︎ les mesures d'aide que les gens souhaitent après la crise (comme Internet gratuit, remise sur l'eau et l'électricité, transport gratuit, plus de personnes ayant droit à l'allocation Covid-19, etc.) ▪︎ période de couvre-feu appropriée - 22 h à 4 h, 23 h à 4 h, 00 h à 4 h, ou annuler le couvre-feu. https://forum.thaivisa.com/topic/1163655-public-opinion-sought-on-relaxation-of-lockdown-measures-and-curfew/ Une enquête de Nida montre que les gens s'inquiètent de la deuxième vague de Covid-19 Près de la moitié des personnes interrogées ont déclaré craindre que les déplacements à travers les provinces ne provoquent une deuxième flambée de Covid-19, tandis que la plupart sont d'accord avec le relâchement progressif des mesures de verrouillage par le gouvernement. L'enquête de l'Institut national de l'administration du développement (Nida), publiée dimanche, sur les «mesures de déconfinement» a été menée du 4 au 7 mai auprès de personnes âgées de 18 ans et plus, échantillon représentatif. Au total, 1 259 répondants ont répondu aux questions. 34,39% ont répondu qu'ils étaient tout à fait d'accord avec un déconfinement parce que le nombre de personnes infectées était très faible, 49,56% ont dit qu'ils étaient d'accord car moins de personnes sont infectées; 9,93% n'étaient pas d'accord car le virus continue de se propager et nous ne somme pas sortis de la crise et 6,04% ont dit qu'ils étaient totalement en désaccord parce qu'ils voulaient que le virus Covid-19 soit complètement éradiqué et que le déconfinement devrait être reportée d'un mois. 0,08% n’ont pas répondu. En ce qui concerne les inquiétudes du public concernant une deuxième vague d'infections après l'assouplissement des mesures, l'enquête a révélé que 15,33% se déclaraient très inquiets en raison des rassemblements publics et de l'augmentation des voyages car les gens négligent la distance sociale, 47,58% sont inquiets car les voyages entre provinces pourraient propager l'infection. 25,73% ont déclaré ne pas être inquiets car le nombre de personnes infectées diminuait et ils ont confiance dans le travail du gouvernement et du personnel médical. 11,12% ont déclaré ne pas être inquiets du tout parce que le gouvernement avait de bonnes mesures préventives. Si les gens coopèrent le Covid-19 disparaîtra définitivement. 0,24% n’ont pas exprimé d’opinion. https://forum.thaivisa.com/topic/1163657-nida-survey-shows-people-worried-about-second-wave-of-covid-19/
  12. La forêt de mangroves thaïlandaise «stable» après des années de déclin c'est ce qu'annonce Thon Thamrongnawasawat, écologiste bien connu, sur sa page Facebook pour célébrer la Journée nationale de la mangrove dimanche 10 mai. La forêt de mangroves couvrait 2 millions de rai (320 000 hectares) il y a 40 ans, a-t-il dit. La déforestation et l'élevage de crevettes ont contribué au déclin de la couverture des mangroves à 1,5 million de rai aujourd'hui, a-t-il déploré. Cependant, la bonne nouvelle est que la zone de mangroves est stabilisée depuis plusieurs années, a-t-il déclaré. Dans l'ensemble, la déforestation des mangroves en Thaïlande est d'environ 40 000 à 50 000 rai par an, et la même surface est reboisée. Les plus grandes forêts de mangroves se trouvent à Phang-nga, Ranong. Sur le golfe du Siam, de grandes forêts de mangroves se trouvent à Chanthaburi, Trat et Surat Thani, et Bangkok compte également environ 4 000 rai de mangroves, a-t-il déclaré. Les population capturent 90 types d'animaux aquatiques dans une forêt de mangrove et la valeur des poissons, du crabe et des crevettes récoltés pour un rai de mangrove est estimée à environ 5000 Bt par an, a-t-il déclaré. Il a déclaré que la nourriture provenant des mangroves est plus importante dans le contexte de l'épidémie de Covid-19, car les gens en ont davantage besoin. Les mangroves peuvent également absorber le dioxyde de carbone deux à trois fois plus que les arbres ordinaires. Lorsque les organisations internationales mettront en place des "crédits carbone", les pays qui ont de vastes superficies de mangroves bénéficieront grandement de l'accord à venir, a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1163654-thai-mangrove-forestation-stable-after-years-of-decline/
  13. Le gouvernement lancera bientôt une application de recherche de contacts liée au Covid-19 dans le cadre de ses efforts pour contenir la propagation du coronavirus, et le gouvernement organisera régulièrement des tests Covid-19 pour six groupes à risque, a déclaré le Dr Taweesin Visanuyothin, porte-parole de l'administration en charge du virus (CCSA), dimanche 10 mai. La Chine, la Corée du Sud et d'autres pays ont introduit des applications de recherche des contacts dans le cadre de leurs efforts pour ralentir la propagation du virus. La Chine a réussi car le gouvernement a lancé une application qui permet de retrouver ceux qui ont été en contact avec une personne porteuse du coronavirus, a-t-il déclaré. Le gouvernement thaïlandais lancera bientôt une application. Plus de détails seront fournis lors de la conférence de presse de ce lundi sur la situation de Covid-19, a-t-il dit. "Nous avons l'intention de surveiller ceux qui ont été en contact avec le virus et nous ne visons que ces personnes pour traitement", a-t-il déclaré. Il répondait aux préoccupations concernant la vie privée. Il a exhorté les gens à télécharger l'application, qui devrait être présentée bientôt. La nouvelle approche pour lutter contre le virus vise à passer du ciblage géographique au dépistage des groupes à haut risque, a-t-il déclaré. Le test régulier ciblera six groupes à risque: le personnel médical, les personnes nouvellement suspectées ou en quarantaine d'État, les conducteurs dans les transports publics, les livreurs de colis, les travailleurs immigrés et ceux qui travaillent dans les pubs, bars ou autres lieux de divertissement. La Thaïlande passera du ciblage du virus dans les provinces au ciblage des groupes à haut risque, a-t-il ajouté. Dimanche, il y a eu cinq nouveaux cas, portant le total à 3 009 - 159 restent sous traitement dans les hôpitaux, les décès restent à 56 et les autres personnes se sont rétablies. La Thaïlande a moins de 10 nouveaux car par jour depuis presque 2 semaines. https://forum.thaivisa.com/topic/1163650-thai-govt-to-launch-covid-19-contact-tracing-app/ Thaweesin
  14. Une grand-mère basée à Mukdahan a récemment déposé une plainte à la police, affirmant que sa petite-fille de 14 ans avait été violée plusieurs fois depuis mars 2019 par sept hommes, dont des enseignants, à l'école. La femme de 57 ans a déclaré qu'un enseignant avait emmené la fille dans son bureau et l'avait violée deux fois par mois, ajoutant qu'il avait également laissé ses collègues et ses étudiants se joindre à lui. Cependant, d'autres étudiants disent n'avoir rien vu. Mayuree Uengtrakul, du Département des enfants, a rendu visite à la famille et lui a donné des conseils sur la façon de faire face au traumatisme. La police a également ouvert une enquête sur sept personnes, dont cinq enseignants et deux anciens élèves âgés de 21 ans. Hier, la police a porté plainte contre ces sept hommes - cinq enseignants et deux anciens élèves d'une école de la province de Mukdahan - pour des agressions sexuelles présumées contre une élève de 14 ans au cours de l'année écoulée. Tous ont nié les accusations et ont demandé une sortie sous caution qui leur a été accordée, selon Pol Col Namchai Sriwiang, chef du poste de police de Phueng Daet qui supervise l'affaire. Les agressions auraient eu lieu à plusieurs endroits, notamment dans les salles de classe de l'école et dans les maisons des suspects. La jeune fille a déclaré à la police qu'une autre élève de 16 ans, une fille de 10e année, avait également été agressée par le groupe. Dans sa déclaration à la police, la jeune fille a déclaré que les hommes avaient également filmé les agressions et l'ont menacée de divulguer les films si elle parlait à la police. Dans le cas de la deuxième victime présumée, le porte-parole de la police Pol Col Krisana Phathanacharoen a déclaré aux médias hier qu'une enquête est en cours et que la police est prête à poursuivre. La deuxième fille a apparemment fait une déclaration. Le colonel Pol Krisana a déclaré que le chef de la police nationale Chakthip Chaijinda avait ordonné à une équipe médico-légale de rassembler des preuves sur les scènes des crimes présumés ainsi qu'aux domiciles des suspects. Entre-temps, le ministère de l'Éducation a lancé une enquête disciplinaire contre les cinq enseignants accusés, selon Amnat Wichayanuwat, du bureau de l'éducation de base. Les hommes ont été transférés dans un bureau en attendant les résultats de l'enquête et si les accusations s'avèrent valables, ils s'exposeront à de lourdes sanctions. Pour l'instant, le ministère a retiré leur licence d'enseignant en raison de la gravité des allégations, selon M. Amnat. https://forum.thaivisa.com/topic/1163374-woman-claims-granddaughter-sexually-assaulted-in-school-several-times/?tab=comments#comment-15389931
  15. Il est interdit aux propriétaires d'entreprises de fermer leur entreprise pendant que l'état d'urgence est en vigueur, tandis que le personnel n'a pas le droit de faire grève, a annoncé le ministère du Travail par le site Internet de la Gazette royale. L'annonce est effective depuis le 8 mai. Elle a également ordonné aux propriétaires qui avaient fermé leur entreprise avant la publication du décret, de rouvrir leur entreprise. De même, les employés qui s'étaient mis en grève (il n'y en a pas à notre connaissance) ont été sommés de reprendre le travail. L'annonce a enjoint aux employeurs et aux employés de travailler strictement en conformité avec la loi sur les relations de travail. Les différends en matière de travail seront tranchés par le comité des relations du travail. https://forum.thaivisa.com/topic/1163585-company-owners-banned-from-closing-down-business-during-emergency/
  16. Un Espagnol a été arrêté après avoir assassiné un Chilien à Koh Phangan. La police a déclaré avoir été appelée dans une maison de Ban Tai à 1 heure du matin dans la nuit de vendredi à samedi. À l'intérieur, ils ont trouvé des signes de lutte et le corps de l'homme chilien de 41 ans, qui avait subi plusieurs coups de couteau. Il avait toujours avec un couteau dans la poitrine, a rapporté un média. La police a bouclé les lieux pour interdire à quiconque d’entrer dans la propriété et a utilisé un interprète pour parler à la femme chinoise du défunt qui vivait avec lui dans la maison. L'épouse, en état de choc, a déclaré qu'elle et son mari dormaient quand ils ont été réveillés par quelqu'un qui frappait à la porte d'entrée. Son mari a ouvert et s'est trouvé nez à nez avec le suspect qui l'a agressé d'emblée. Il se sont battus et l'Espagnol a poignardé le Chilien à plusieurs reprises avant de s'enfuir à moto. L'épouse du défunt a déclaré qu'elle ne savait pas si les deux hommes avaient eu des désaccords antérieurs. Le suspect a ensuite été arrêté après que sa moto est tombée dans un fossé lors de la poursuite avec la police. Le média a indiqué que lors de l'interrogatoire, le suspect avait fait des déclarations confuses au sujet du meurtre. L'Espagnol a été inculpé de meurtre, de possession d'une arme en public et de vol. La police a déclaré que l'homme était également impliqué dans trois autres affaires concernant des vols de motos sur l'île. La police a déclaré qu'elle attendait les résultats des tests ADN dans le cadre de son enquête. Koh Phangan est cette île où se déroule, en temps normal, la Full Moon Party qui attire des milliers de jeunes touristes chaque mois. https://forum.thaivisa.com/topic/1163581-spanish-man-charged-with-murdering-chilean-on-koh-phangan/ Thairath
  17. suite de cette histoire L'histoire se termine dans la confusion la plus totale pour les observateurs mais à la satisfaction de tous les protagonistes. Seul le son de cloche du Français pourrait nous éclairer. Naew Na, le média lié à la police, a fait le point sur le cas d'un Français de 80 ans qui a été arrêté avec un groupe d'amis après avoir marché sur la plage en violation des restrictions lié au Covid-19. Il a été affirmé que la police avait extorqué 2 000 bahts pour avoir ramené 4 personnes à la maison pendant le couvre-feu car l’enquête s'est prolongée jusqu'à 1 heure du matin. De plus, une caution de 50 000 bahts a été remise. Thaivisa en anglais parle d'un simulacre d'enquête. Naew Na a déclaré que Pim, 42 ans, l'épouse du Français (qui avait auparavant fait appel à la députée de sa circonspection) a rencontré le chef de la police de Pattaya, le Col Col Khemmarin Phitsamai, avec l'avocat de la députée, jeudi soir. Le policier avait précédemment déclaré qu'il était occupé mais a quand même trouvé du temps pour elle. Après environ une heure de réunion, Naew Na a déclaré que la femme de l'étranger avait dit qu'on lui avait rendu merveilleusement justice avec des explications complètement claires. Elle a admis que tout cela n'avait été qu'un gros malentendu. En ce qui concerne l'argent de la caution, elle se sent maintenant complètement "sabai jai" (heureuse) et elle n'a plus aucun problème avec les agissements de la police. Après avoir échangé des "wais", le chef Khemmarin a déclaré que ses hommes étaient totalement irréprochables dans cette affaire et n'auraient à répondre d'aucune accusation. Il a évoqué, pour le long terme, le devoir de diligence de la police et des ajustements à apporter aux procédures sans donner plus de détails. Il a présenté des excuses pour l'expérience malheureuse vécue par l'épouse thaïlandaise. Naew Na n'a donné aucun détail sur l'extorsion présumée, l'argent de la caution ou ce qui est arrivé au Français. Plus précisément, on ne sait toujours pas si les 50000 bahts étaient pour un avocat ou pour une caution laissée à la police ou les deux. On ne sait pas si le groupe de promeneurs délinquants est toujours poursuivi par la justice. Et surtout, on ne sait pas ce qu'il est advenu du passeport. L'histoire en elle-même est anecdotique mais c'est toujours intéressant de savoir comment ça se passe lorsqu'on marche là où l'on ne devrait pas. Cela peut arriver à tout le monde, ce Français n'est pas un monstre. https://forum.thaivisa.com/topic/1163455-alleged-extortion-of-elderly-frenchman-arrested-on-pattaya-beach-just-a-big-misunderstanding/
  18. Vendredi 8 mai, quinze victimes d'un gang de kidnappeurs, qui comprendrait des policiers, auraient témoigné au commissariat de Klongdan, dans la province de Samut Prakarn. Atchariya Reungrattanaphong, avocat et président de la Crime Victim Assistance Association, a déclaré: "Les victimes ont contacté l'association après avoir été kidnappées par un gang comprenant six policiers et quatre civils". «J'ai informé le chef de la police nationale, le général Pol Jakthip Chaichinda, des incidents et je l'ai exhorté à suspendre les officiers accusés jusqu'à la fin de l'enquête.» L'une des victimes, Nanthawat Op-orm, 36 ans, a déclaré qu'il avait été arrêté par un groupe de policiers alors qu'il arrivait de Rayong dans le district de Bangphlee à Samut Prakarn. "Ils ont fouillé ma voiture mais n'ont rien trouvé d'illégal, après quoi ils m'ont amené, ma femme et nos trois enfants dans un stade de football", a-t-il dit. «Ils m'ont torturé, moi et ma femme, menaçant de nous arrêter pour trafic de drogue et ont exigé que je leur donne 100 000 Bt en échange de la liberté de ma famille.» "Comme je n'avais pas d'argent, ils nous ont enfermés tous les deux dans deux chambres d'un complexe de Sukhumvit Road", a-t-il ajouté. «Deux jours plus tard, ils nous ont laissé partir après que j'ai réussi à trouver 52 500 Bt que je leur ai donné.» Atchariya a ajouté que le gang était actif dans le district de Bangbo, Samut Prakarn et le district de Bangpakong, Chachoengsao, où ils utilisaient le complexe sur Sukhumvit Road comme base. https://www.nationthailand.com/news/30387562 Atchariya
  19. Le Ministère thaïlandais de l’environnement envisage de fermer les 157 parcs nationaux du pays pendant trois mois chaque année, afin de permettre à l’environnement de se régénérer naturellement et sans perturbation humaine. Le ministre de l'Environnement, Varavuth Silpa-archa, a déclaré aujourd'hui que l'idée découle de la réapparition de nombreuses espèces sauvages au cours des deux derniers mois, depuis que tous les parcs ont été déclarés interdits aux visiteurs dans le cadre des mesures de semi-confinement liées au COVID-19. La faune terrestre et marine s'est réveillée et s'est aventurée plus loin que d'habitude. On a vu des animaux broutant et gambadant dans leurs habitats naturels d'avant l'invasion touristique, et ce, plus souvent et en plus grand nombre. Il s'agit notamment des bantengs ou tembadau, des éléphants sauvages, des chèvres de montagne, des tigres, des requins de récif à pointe noire, des épaulards, des dauphins et des tortues de mer. Il a déclaré que les autorités élaboraient des calendriers appropriés pour la fermeture échelonnée des parcs. https://forum.thaivisa.com/topic/1163427-thailand’s-national-parks-may-be-closed-for-three-months-each-year/
  20. La sécheresse à l'Est sera atténuée par l'eau transportée dans une conduite d'eau de 36 km L'Office of National Water Resources (ONWR) supervisera la construction d'un réseau de 36 kilomètres de canalisations pour atténuer la sécheresse dans les provinces orientales de la Thaïlande, en particulier le corridor économique oriental (CEE) s'étendant sur Rayong, Chonburi et Chachoengsao, a annoncé le secrétaire général de l'ONWR, Somkiat Prachamwong jeudi (7 mai). Le projet est une collaboration entre la Industrial Estate Authority of Thailand, East Water, le Royal Irrigation Department, la Provincial Waterworks Authority et les citoyens en général, a-t-il ajouté. Le réseau de canalisations d'eau CEE de 36,2 km de long sera divisé en trois sections de la station de traitement d'eau de Phan Thong à la Zone industrielle de Bang Pakong, Chachoengsao. La pose des tuyaux pour le réseau sera terminée d'ici la fin de juin, a déclaré Somkiat. https://forum.thaivisa.com/topic/1163249-eastern-drought-to-be-eased-by-36km-water-pipeline/
  21. Très peu de petites entreprises peuvent accéder aux prêts à taux réduit de la banque centrale car les banques commerciales exigent davantage de garanties. Ronadol Numnonda, de la Banque de Thaïlande, a déclaré jeudi 8 mai que les fonds destinés à soutenir les petites entreprises touchées par les retombées de Covid-19 étaient toujours disponibles. Deux semaines après le lancement du programme d'aide de 500 milliards de thb, la banque centrale n'a approuvé que 36 milliards de thb de prêts, a-t-il déclaré. Jusqu'à présent, 22 000 petites entreprises ont contracté en moyenne 1,6 million de thb chacune. Les banques commerciales qui ont sollicité des prêts auprès de la banque centrale sont la Bangkok Bank, la Bank for Agriculture & Cooperatives, la Krung Thai Bank et la Siam Commercial Bank. Ronadol a déclaré que le petit nombre de prêts bonifiés contractés jusqu'à présent pouvait être dû au fait qu'il y avait eu de nombreux jours fériés au cours des deux dernières semaines et également parce que les banques commerciales mettaient beaucoup trop de temps à enregistrer les garanties de prêts. Il a déclaré que la banque centrale souhaite que les banques commerciales accélèrent le processus et n'imposent pas de frais supplémentaires ni n'obligent les emprunteurs à souscrire des polices d'assurance. Il est conseillé aux entreprises confrontées aux lenteurs du processus d'appeler leurs banques ou la hotline BOT 1213, a-t-il déclaré. Ces prêts bonifiés sont accordés à un taux d'intérêt annuel de seulement 2%, avec une période de grâce de six mois et une période de remboursement de deux ans. 13,3 millions de personnes ont vu leur dossier accepté par le gouvernement et elles recevront l'allocation Covid. Mercredi 7 mai, pas moins de 13,3 millions de candidats ont été sélectionnés pour le programme d’aide gouvernemental de 5 000 Bt / mois pendant 3 mois, a déclaré Lavaron Sangsnit, en charge du projet. Les 13,3 millions comprennent 4,4 millions de candidats qui avaient été approuvés dès le départ, 5,1 millions dont les demandes étaient en attente en raison d'informations manquantes et 3,8 millions qui ont été initialement rejetées mais ont maintenant été approuvées. Parmi les candidats approuvés, 11 millions seront payés immédiatement, tandis que les 2,3 millions restants seront payés dans la semaine. Le ministère des Finances a déclaré qu'il avait l'intention de terminer la sélection de 99% des candidats d'ici le 17 mai. Au cours des dernières semaines, le ministère a reçu des plaintes de 1,7 million de personnes dont le dossier a été rejeté par le site Web du gouvernement en raison de problèmes techniques, de noms qui ne correspondent pas ou de numéros de carte d'identité incorrects, etc. Le ministère des Finances réfléchit aux moyens d'aider davantage ce groupe de personnes touchées par les répercussions économiques du Covid-19. https://forum.thaivisa.com/topic/1163206-very-few-small-businesses-able-to-access-soft-loan-offer-from-central-bank/ https://forum.thaivisa.com/topic/1163168-millions-make-resubmission-for-cash-handout/?tab=comments#comment-15386071 Ronadol
  22. Elle n'était ouverte que depuis une journée! Le maire déplore que les visiteurs ont laissé la plage de Bang Saen couvertes de déchets Le maire de Saensuk, Narongchai Khunpluem, s'est plaint de ses compatriotes sur Facebook car ils saccagent la plage de Bang Saen. La plage a été transformée en tas d’ordures un jour seulement après la levée des restrictions sur la route de la plage. Il a posté des photos du personnel essayant de nettoyer avec une pelleteuse. La colère du maire était dirigée contre les commerçants qui, selon lui, parlaient de vouloir une plage propre mais qui sont partis sans ramasser leurs ordures. Certains avaient suivi une formation mais sont revenues à leurs anciennes habitudes de jeter les détritus n'importe où. Il a averti que la zone pourrait être à nouveau fermée et a promis des amendes. "Les gens n'ont toujours pas changé leurs mauvaises habitudes", a-t-il dit. "Ils prétendent aimer la propreté mais leurs actions montrent l'inverse. ". Il a également mentionné le cas de personnes dégoûtantes qui déposent des ordures dans des canaux qui se jettent dans la mer. Il pourrait les boucher pour que la pollution ne se retrouve pas dans l'océan mais cela ne résoudra pas le problèmes à long terme. Pour lui, le drame c'est que les gens continuent à jeter leurs poubelles dans les canaux qu'ils soient reliés à la mer ou pas. Il en va de même pour toutes les ordures qui sont ramenées du large vers la terre. Il a dit de ne pas blâmer la mer, ce sont les gens qui en sont la cause car ce sont bien eux qui ont jeté les ordures dans la mer. Le maire - connu sous le surnom de Lek est de la même famille au bras long que le maire de Pattaya Sontaya. https://forum.thaivisa.com/topic/1163289-it-was-only-open-for-one-day-mayor-bemoans-visitors-who-left-bang-saen-beach-covered-in-trash/
  23. Un contingent de la police de l'immigration sous le commandement du chef de l'immigration de Prajuab Khirikhan, le colonel Pol Col Sutthipong Phutthipong, a présenté un mandat d'arrêt à un Belge pour conduite dangereuse. Marc W., 59 ans, est actuellement détenu par la police de Hua Hin. Il aurait conduit avec négligence, causant des blessures et des dommages. Le mandat a été délivré par le tribunal de Hua Hin le 28 janvier 2020. On ne sait pas précisément de quoi il s'est rendu coupable ni quand exactement il a commis ces infractions ni quelles ont été les possibles victimes. Il est extrêmement rare qu'un chauffard soit interpelé des mois après un accident. Sutthipong a déclaré à Naew Na (le média en ligne qui relate les faits et gestes de la police de l'immigration, tout comme la page Facebook de la police) que cela faisait partie de la politique du chef de l'immigration, le lieutenant-général Sompong Chingduang, de débarrasser la Thaïlande des étrangers qui enfreignent la loi. Naew Na a exhorté la population à appeler le 1178 pour signaler toute activité illégale. https://forum.thaivisa.com/topic/1163280-prachuap-immigration-arrest-belgian-for-dangerous-driving/
  24. Le ministre de la Santé, Anutin Charnvirakul, a proposé que la Chine et la Corée du Sud soient retirées de la liste des pays à haut risque de l'infection par Covid-19 en Thaïlande après que leur nombre de cas quotidien est tombé à moins de 10. Cette décision, visant à rétablir progressivement les liens économiques et sociaux, a été provisoirement approuvée par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha lors d'une réunion sur la politique étrangère, jeudi 7 mai, selon le Dr Taweesin Visanuyothin, porte-parole du gouvernement pour les dossiers liés au Covid -19 (CCSA). "Le Premier ministre et le CCSA sont d'accord [avec la proposition d'Anutin]", a déclaré le Dr Taweesin. "Cependant, diverses mesures doivent être prises avec soin, en particulier celles liées aux voyages à l'étranger. Si un pays est retiré de la liste, nous devons gérer l'accès de es ressortissants plutôt que d'autoriser la liberté de circulation. La question sera examinée plus avant avant de prendre une décision [sur le retrait des pays de la liste]. " Le Dr Suwannachai Wattanayingcharoen, du Département du contrôle des maladies, a déclaré qu'il était juste de retirer la Chine et la Corée du Sud de la liste noire, car la contagion y avait ralenti. Mais cela ne signifie pas que leurs ressortissants seront immédiatement autorisés à entrer en Thaïlande, car le royaume est toujours en état d'urgence. Il a ajouté que les autres pays sur la liste à risque (dont la France et sans doute la Belgique) n'ont pas été évoqués lors de la réunion car ils sont toujours considérés comme des hotspots de Covid-19. Taweesin a également fait le point sur la bataille de la Thaïlande contre le coronavirus. Au 4 mai, environ 230 000 personnes avaient été testées pour Covid-19, soit un ratio de 3 421 par million d'habitants. Le département a ciblé un taux de test de 6 000 par million, soit 400 000 personnes au total, ce qui signifie que 170 000 autres personnes à l'échelle nationale seront testées. "Ce test de surveillance proactive est mené pour détecter les cas asymptomatiques de Covid-19", a déclaré le Dr Suwannachai. «Le but de ces tests n'est pas de diagnostiquer et de traiter la maladie mais de renforcer la confiance du public. Si une personne asymptomatique est atteinte du Covid-19, elle sera isolée pour un traitement. Les infections asymptomatiques ont tendance à disparaître en 10 jours en moyenne, mais cela dépend aussi de la personne. Ces tests permettront de freiner la propagation de l'infection dans le cadre des préparatifs visant à assouplir les restrictions imposées aux entreprises «vertes» [à faible risque] lors de la prochaine phase de déconfinement [le 17 mai]. " https://forum.thaivisa.com/topic/1163247-china-south-korea-to-be-removed-from-thai-list-of-covid-hotspots/
  25. suite de cette affaire Le Français de 80 ans arrêté sur la plage de Pattaya - sa femme en appelle à sa députée, le chef de la police dit qu'il est trop occupé L'épouse thaïlandaise d'un Français de 80 ans qui a été emmené au poste de police de Pattaya après avoir violé l’interdiction de plage liée au Covid-19 a demandé à sa députée de l'aider. Dao Duangpim, 42 ans, a déclaré qu'elle avait été interrogée très sérieusement pendant quatre heures lors d'une enquête sur l'affaire ordonnée par le chef de la police de Chonburi. Mais elle considère qu'elle n'a obtenu aucune justice. Elle a admis que son mari avait tort, mais elle s'inquiète du fait que le passeport a été confisqué et elle n'a pas été autorisée à en obtenir une photocopie. Elle a dit à la députée de la région de Chonburi 7, Kawinnat Takhee, que les flics avaient été impolis envers elle et qu'elle n'avait pas eu d'explication appropriée sur la raison pour laquelle ils lui avaient facturé 2 000 bahts pour les ramener chez eux pendant le couvre-feu. Elle voulait que la députée et son équipe juridique aident à faire avancer l'affaire car elle est très insatisfaite. La députée a déclaré que cette histoire donnait une bien mauvaise image de Pattaya et elle a accepté de s'en occuper auprès du chef de la police de Pattaya. La députée l'a appelé mais le policier a dit qu'il était occupé. Néanmoins, elle a l'intention d'y aller et d'obtenir des réponses cette semaine, a rapporté Pattaya Update News. Conserver le passeport d’un étranger est possible mais c'est une démarche grave. Voici ce que dit l'administration française : dans les limites de la protection consulaire, la France, via son ambassade, interroge par Note Verbale les autorités du pays d’accueil quant aux motifs qui ont conduit au retrait du passeport d’un Français. Dans le cas présent, on imagine mal le ministère des affaires étrangères de la Thaïlande prendre le parti de la police de Pattaya mais est-ce que l'ambassade enverra une Note verbale ? Dao prend cette affaire à cœur. Il serait intéressant de connaître la version du principal intéressé, son époux. Et, bien sûr, il serait intéressant d'avoir la version de la police de Pattaya qui semble considérer ce monsieur comme un délinquant suffisamment dangereux pour qu'on confisque son passeport. https://forum.thaivisa.com/topic/1163136-eighty-year-old-frenchman-arrested-on-pattaya-beach-wife-goes-to-her-mp-police-chief-says-hes-busy/