Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 733
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Messages posté(e)s par Le Modérateur


  1. PHUKET: Le gouverneur de Phuket, Phakaphong Tavipatana, a publié mercredi un avis appelant tous les touristes de l'île à s'auto-mettre en quarantaine dans leurs chambres d'hôtel de 17h à minuit.

    N'appelant pas l'ordonnance un «couvre-feu», l'avis officiel émis à 18 h 01 mercredi demande à tous les touristes thaïlandais et étrangers de rester dans leur chambre d'hôtel de 17 h à minuit.

    Bizarrement, l'ordonnance appelle les touristes à coopérer spécifiquement le 25 mars, mais n'a pas précisé si le «couvre-feu doux» devait s'appliquer les autres nuits.

    L'avis signé par le gouverneur Phakaphong a «sollicité la coopération» des touristes et est intervenu quelques heures à peine après que le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam a spécifiquement annoncé à la nation qu'il n'y aurait pas de couvre-feu dans le pays.

    L'état d'urgence doit rester en vigueur jusqu'au 30 avril, a confirmé aujourd'hui le vice-Premier ministre Wissanu.

    Le gouverneur de Phuket, Phakaphong Tavipatana, cet après-midi et après une réunion concernant l'état d'urgence a déclaré à The Phuket News: «Nous voulons dire que les gens devraient essayer de rester chez eux. J'ai demandé à plusieurs reprises la coopération des gens à ce sujet. Vous pouvez sortir pour les choses nécessaires, mais n'allez pas dans un endroit où des foules de gens sont rassemblées.

    «Vous pouvez sortir, mais veuillez revenir rapidement à la maison», a-t-il dit.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155870-phuket-governor-’asks’-tourists-to-self-curfew-from-5pm-to-midnight/

     

    le gouverneur

    imageproxy_php.jpg.9e1dfae93c1b5f2d4da3d8e26e97324d.jpg

     


  2. La Thaïlande a fermé toutes ses frontières - terrestres, maritimes et aériennes - aux étrangers qui tentent d'entrer dans le pays.

     

    Cependant, les frontières resteront ouvertes aux Thaïs rentrant de l'étranger et aux étrangers en possession d'un permis de travail valide. Les diplomates pourront également entrer dans le pays.

    On comprend en creux que les étrangers coincés en Thaïlande ont le droit de partir s'ils trouvent un moyen de transport comme un avion qui aurait amené des Thaïlandais coincés à l’étranger.

    La fermeture partielle des frontières était l'une des nombreuses mesures attendues mercredi du gouvernement thaïlandais dans le cadre de son décret d'urgence récemment annoncé.

    Les frontières seront fermées à partir du 26 mars 2020.

    Des entreprises telles que les usines, les hôpitaux, les banques, les agences gouvernementales, les transports et la sécurité peuvent rester ouvertes.

    Les personnes âgées, celles qui ont des problèmes de santé préexistants et les enfants de moins de 5 ans ont été invités à rester à la maison. Donc aucun confinement obligatoire.

    Seuls les déplacements essentiels entre les provinces sont conseillés.

    Aucun couvre-feu n'est encore en place.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155783-thailand-closes-borders-to-foreigners/

    933280288_Thaivisabreakingnewsbanner.png.0ec31656a5531f999bfe01ccd2703e00.thumb.png.162bfc5f3ea20472da0cbe61deb1463b.png


  3. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré aujourd'hui que la Thaïlande avait atteint un tournant dans sa lutte contre la pandémie de coronavirus et qu'il était désormais responsable de "tous les aspects" des efforts de son gouvernement pour lutter contre le virus mortel.

    Il a déclaré que l'état d'urgence, qui entrera en vigueur après minuit mercredi, est nécessaire pour faire face à ce qu'il a qualifié d'aggravation de la situation.

    «À partir de ce moment, je serai en charge de la mission de stopper la propagation du virus. Et je rendrai compte des progrès directement devant le peuple », a-t-il déclaré dans un discours au pays cet après-midi.

    Prayut a appelé à la coopération du public pour se conformer à la série de mesures introduites par le gouvernement, en particulier la directive sur le -possible- confinement à domicile. Il a déclaré que des mesures plus strictes seront bientôt imposées en vertu du pouvoir exécutif spécial accordé par le décret sur l'état d'urgence qu'il a invoqué.

    Prayut n'a pas précisé les mesures spécifiques qui seront imposées mais a déclaré qu'elles seront annoncées par étapes. Donc à ce stade, rien de changé.

    "Nous lutterons contre la pandémie ensemble et triompherons ensemble", a-t-il déclaré.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155775-prayut-i-am-in-charge-of-this-mission/

    imageproxy_php.jpg.741ed97254630f9c581f903e3f6885a5.jpg


  4. Le tribunal de Pathumwan a condamné un Thaïlandais de 32 ans à 15 jours de prison pour comportement insalubre. Il avait été filmé par une caméra de vidéo-surveillance couvrant les boutons de l'ascenseur du stade national BTS avec sa salive.

    La vidéo avait été partagée des millions de fois.

    Il avait également posé sa main sur son pantalon dans des gestes qui ont choqué le public alors que la population tente de maintenir la propreté pendant l'épidémie de coronavirus.

    À la suite du tollé général sur les réseaux sociaux, il a rapidement été placé en détention. Il a été contrôlé et n'a ni maladie mentale ni virus.

    Il sera détenu dans une installation de quarantaine à Pathum Thani au nord de Bangkok plutôt que d'entrer dans le système pénitentiaire.

    Le porte-parole de la police thaïlandaise Pol Col Krissana Pattanacharoen a profité de l'occasion pour rappeler au public de porter des masques, de bien se laver les mains avec du gel ou du savon et de l'eau, d'éviter d'utiliser les mêmes récipients ou couverts, de ne pas se rassembler en public et de pratiquer la distanciation sociale.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155681-thai-who-smeared-saliva-on-bts-lift-ordered-jailed-for-15-days/

    1pm.jpg.9f56bc6999e70902567be0277ece07ae.jpg.24fe0aa493893a61bf9bdb1d75d93256.jpg


  5. On a appris que la Sports Authority of Thailand (SAT) avait demandé au chef du Lumpinee Boxing Stadium de ne pas organiser de matchs publics pendant la crise du Covid-19. La réunion catastrophe a eu lieu le 6 mars.

    Thaivisa en français rappelle que la fédération de football a annulé toutes les compétitions dès le 1er mars.

    Lumpinee a voulu aller de l'avant et a organisé une énorme réunion -très rentable- à laquelle ont participé 5 000 personnes.

    Des dizaines de personnes ont été infectées par le virus lors de la réunion à Bangkok le 6 mars. Ceux-ci ont infecté de nombreux autres, certains affirmant que ce cluster était responsable de la forte hausse des cas en Thaïlande ces derniers jours.

    Un chef de la SAT a déclaré qu'à la suite d'une réunion du gouvernement le 3 mars, une lettre avait été envoyée au Lumpinee le lendemain pour leur demander de coopérer et d'annuler les combats.

    Le Lumpinee n'a pas obtempéré.

    Au lieu de cela, le 6, il y a eu une réunion de 11 combats. Un célèbre animateur sur le ring était infecté.

    Natthawut Reuangwat a déclaré que les autorités du stade doivent désormais travailler avec la SAT et envisager la possibilité d'une compensation.

    Thaivisa note que beaucoup de citoyens blâme le stade de boxe pour avoir mis le profit au-dessus du bien-être du peuple.

    Par la suite, toutes les activités liées à la boxe dans la capitale et dans de nombreuses provinces ont été officiellement arrêtées, avec des peines de prison à la clé.

    Le stade de boxe Lumpinee fait partie des lieux que l'armée possède / possédait sans raison valable et que le chef de l'armée a décidé de rendre aux civils. On ne sait pas si le 3 mars, le stade appartenait encore à l'armée.

    En tous cas, les patrons du stade se sentaient assez fort pour ne pas obéir au conseil des ministres.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155685-covid-19-boxing-stadium-ignored-calls-to-cancel-profitable-event-now-they-should-pay-the-price-say-sat/

     

    2pm.jpg.825ef326a67611a521f92868a94979a7.jpg.e17ad2d7222375e52c03607fe0c27f57.jpg


  6. Des images de vidéosurveillance d'une station-service sur la route Mitraphap (amitié) en direction de Korat à Sikio ont montré un pick-up noir Mitsubishi en marche arrière.

    Le conducteur abandonne un cadavre décapité et repart. Cela s'est produit peu après 3 heures du matin.

    La police et les services de secours de Pak Chong ont découvert qu'il y avait eu une collision mortelle entre une voiture et un piéton au kilomètre 43 du district de Pak Chong à 2 h 15.

    Les piétons paient un lourd tribu au carnage routier car les automobilistes ne leur prêtent aucune attention.

    La voiture, dont la plaque d'immatriculation est inconnue, a fui les lieux puis le pickup est passé sur le corps, croit-on.

    Le pickup a ensuite traîné le corps sur 49 kilomètres jusqu'à la station-service de Lat Bua Khao.

    Il y a donc deux véhicules impliqués, celui qui a percuté le piéton et celui qui l'a traîné.

    Plus tard, après avoir appris que son véhicule était impliqué, Sittisak, 23 ans, de Mahasarakham s'est rendu. C'est le conducteur du pickup.

    Il a dit qu'il pensait qu'il avait accroché une carcasse de porc qui était tombée à l'arrière d'un camion. Il faisait noir, dit-il. Il ne s'est pas arrêté.

    Quelqu'un lui a fait des signes à un moment, mais il a simplement supposé qu'il avait commis une erreur de conduite.

    Il a déclaré à la police qu'il s'était arrêté pour utiliser les toilettes de la station-service, puis avait passé la marche arrière. Il a l'impression de rouler sur quelque chose mais ne s'est pas inquiété plus que ça. C'est à ce moment que le cadavre a dû se détacher du châssis de la voiture.

    Aucune accusation n'a encore été portée contre Sittisak alors que la chasse à la voiture qui aurait tué le piéton se poursuit.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155696-pick-up-driver-drags-corpse-for-49-kilometers-leaves-it-at-gas-station-driver-says-he-thought-it-was-a-pig/

    5pm1.jpg.e14f4526ea133ee1d29afd5f26c87af9.jpg.af47022004ac311b0ff1a47084e78840.jpg


  7. L'exemple de Phuket est sans doute similaire à ce qu'il se passe dans d'autres provinces

     

    Le gouverneur de Phuket a admis que de nombreuses personnes travaillant dans le quartier rouge de Soi Bangla, Phuket sont positives au coronavirus.

    Il y a neuf nouveaux cas à ajouter aux 17 déjà diagnostiqués - l'un est une prostituée qui a eu de nombreux contacts avec des étrangers provenant de pays à risque. Les prostituées ne peuvent pas pratiquer le télétravail.

    Un autre cas est une serveuse qui a eu des contacts avec de nombreux étrangers en travaillant.

    Un autre encore est un "pigiste" qui a fait de fréquentes visites à Soi Bangla. Un autre cas est une danseuse de 27 ans et un autre est un videur de club masculin de 28 ans.

    Tous ont découvert qu'ils avaient des symptômes la semaine dernière après avoir mené une vie normale à leur travail les jours et les semaines précédents.

    Plusieurs étrangers ont également été diagnostiqués parmi les derniers cas, dont une hôtesse de l'air suédoise qui s'était rendue en Espagne.

    Toutes les personnes infectées sont hospitalisées, bien que les autorités aient tenté de minimiser l'épidémie en disant que leurs symptômes étaient tous bénins.

    Le gouverneur Pakrapong Thawiphat a maintenant fermé les lieux de divertissements dans sa province, notamment à Soi Bangla, Patong, l'un des centres les plus connus de la vie nocturne et de la prostitution en Thaïlande.

    Les neuf derniers cas à Phuket sont les suivants:

    Cas 18: Une serveuse de 33 ans à Soi Bangla qui a eu des contacts avec de nombreux étrangers et a commencé à manifester des symptômes le 16 mars.

    Cas 19: Un ingénieur français de 56 ans qui est arrivé à Phuket avec sa femme le 15 et a commencé à montrer des symptômes le 18.

    Cas 20: une hôtesse de l'air suédoise de 25 ans qui avait récemment séjourné en Espagne et en Suède. Elle est arrivée sur un vol en provenance de Suède le 20 et a commencé à montrer des symptômes ce jour-là.

    Cas 21: une prostituée thaïlandaise de 35 ans qui a eu des contacts avec de nombreuses personnes de pays à risques. Elle a montré des symptômes le 20.

    Cas 22: Une personne décrite comme un travailleur "indépendant" qui se rendait fréquemment Soi Bangla et présentait des symptômes le 20.

    Cas 23: Une danseuse de 27 ans Soi Bangla qui a eu des symptômes le 22.

    Cas 24: Un Thaïlandais de 28 ans qui est gardien de sécurité dans un club de Soi Bangla.

    Cas 25: une femme d'affaires thaïlandaise de 62 ans qui est revenue à Phuket après avoir développé des symptômes en Suisse.

    Cas 26: Un moniteur de golf français de 62 ans qui avait voyagé en Espagne et en Allemagne et qui a développé des symptômes à Phuket.

     

    Les autorités sanitaires de Phuket ont déclaré que les derniers cas se répartissaient clairement en deux catégories: ceux qui avaient attrapé le virus en Europe et ceux qui ont développé la maladie dans les bars et clubs de Phuket après avoir exercé leurs activités normales sans savoir qu'ils étaient infectés.

    Il a été souligné que leurs symptômes étaient légers et que leur état à l'hôpital n'était pas grave.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155687-phuket-bar-girl-dancer-waitress-and-bouncer-all-infected-with-coronavirus-at-soi-bangla-foreigners-infected-too/

     

    4pm1.jpg.63439c31bac2ba0f2b6fe487ea89a320.jpg.86bb950f186ccd9cd6fc68611371a733.jpg


  8. Thai Airways (TG) se prépare à immobiliser sa flotte pour combattre COVID-19

    Dans un message en thaï, la société a annoncé sur sa propre page Facebook une réduction spectaculaire de ses services

     

    BANGKOK: Thai Airways International Public Company Limited (THAI) a annoncé: «En raison de l'épidémie mondiale de COVID-19 en cours, plusieurs pays d'Europe et d'Asie ont intensifié leurs mesures de prévention, notamment le dépistage par les ministères locaux de la santé publique et les organisations de l'aviation civile cela revient à un verrouillage national.

    Par conséquent, THAI a modifié ses plans et suspendu temporairement ses opérations sur les vols suivants:

     

    1. À partir du 25 mars 2020: Hong Kong, Taipei, Tokyo (Narita et Haneda), Osaka, Nagoya, Séoul, Phnom Penh, Vientiane, Ho Chi Minh, Hanoi, Yangon, Singapour, Jakarta, Denpasar, Kunming, Xiamen, Chengdu, Pékin, Shanghai, Guangzhou, Karachi, Katmandou, Lahore, Dacca, Islamabad et Colombo. Les vols intérieurs vers Chiang Mai, Phuket et Krabi seront transférés et exploités par THAI Smile.

     

    2. À partir du 27 mars 2020: Brisbane, Sydney, Melbourne et Perth

     

    3. À partir du 1er avril 2020: THAI annulera la plupart de ses vols vers l'Europe : Londres, Francfort, Paris, Bruxelles, Copenhague, Oslo, Moscou et Stockholm

    La THAI a déjà précédemment suspendu ses vols vers Sendai, Sapporo, Fukuoka, Busan, Manille, Kuala Lumpur, Rome, Milan, Vienne, New Delhi, Mumbai, Kolkata, Chennai, Bengaluru, Hyderabad, Muscat, Dubaï et Auckland.

    Pour aider les clients, THAI permet aux passagers détenteurs de billets THAI et THAI Smile en partage de code, émis avant le 25 mars 2020 avec dates de voyage suivantes, de convertir les billets inutilisés en bon de voyage valable un an sans frais et surtaxes:

     

    • Routes asiatiques du 25 mars au 31 mai 2020

    • Itinéraires européens, australiens et néo-zélandais du 1er avril au 31 mai 2020

     

    Les membres de Royal Orchid Plus (ROP) détenant des billets primes émis pour voyager du 25 mars au 31 mai 2020 peuvent créditer à nouveau intégralement les miles ou modifier la date du voyage sans aucun frais jusqu'au 30 septembre 2020.

    Les passagers peuvent vérifier les horaires des vols et apporter eux-mêmes des modifications aux itinéraires sur le site www.thaiairways.com. Pour les ajustements de billets ou plus d'informations, les membres du ROP peuvent contacter les bureaux de vente THAI ou visiter www.thaiairways.com/rop.

    THAI exploite toujours un service de fret sur certaines routes et assurera des vols charters s'il y a des passagers bloqués ou si les agences gouvernementales concernées le demandent. La Compagnie informera les passagers s'il y a un ajustement de vol. »

    image11.jpg.70e927fc8857f2a587aa7afc713adc93.jpg.bf235a4d8b94da3a6d0a53a67ca60bc8.jpg


  9. Thai Airways International Plc (THAI) prévoit une réduction drastique de ses vols de janvier à octobre 2020 en raison de la diminution du nombre de passagers due au coronavirus (Covid-19), a révélé une source.

    Le plan vise à annuler jusqu'à 22 948 vols.

    Selon la source, en janvier 28 vols, soit 0,4%, du total des vols par mois ont été annulés alors qu'en février 454 vols (7,5%) ont été annulés. En mars, 2 115 vols (33,3%) seront annulés.

    Les annulations ont été relativement peu nombreuses jusqu'à maintenant mais leur nombre va augmenter de manière importante dès le mois prochain pour culminer en octobre.

    La compagnie prévoit d'annuler 3 318 vols (55,2%) en avril, 3 179 vols (54,7%) en mai, 2 840 vols (51,6%) en juin, 2 609 vols (46,3%) en juillet, 2 601 vols (46,1 en août, 2 505 vols (46,4%) en septembre et 3 299 vols (58,6%) en octobre.

    THAI et sa filiale THAI Smile Airways fermeront temporairement certains "stations" dans le monde entier pour réduire les coûts d'exploitation. Une station domestique à Phuket sera fermée à partir du 29 mars tandis que 25 stations internationales fermeront progressivement jusqu'en octobre 2020. Parmi celles qui seront fermées, citons Milan, Rome, Vienne, Sendai, Fukuoka, Busan, Chongqing, Zhengzhou, Hong Kong et Kuala Lumpur.

    Il est bien sûr trop tôt pour savoir ce qu'il se passera sur l'exercice qui commence en novembre.

    Plus tôt lundi (23 mars), THAI Smile a suspendu tous les vols internationaux jusqu'à nouvel ordre, tout en offrant un remboursement complet aux clients. Ceux qui souhaitent modifier leur itinéraire de voyage peuvent le faire sans payer de frais, bien que des conditions générales s'appliquent.

    https://www.nationthailand.com/news/30384725

    800_6e9ee278e59df70.jpg.d1e79772154fb337d80f5e06b6749595.jpg


  10. Les Thaïlandais sont avertis, la prochaine amende est pour eux.

    Le gouverneur de la province de Buriram, dans le nord-est de la Thaïlande, a annoncé qu'un étranger revenant rendre visite à sa femme en provenance d'un pays à risques a été condamné à une amende de 20 000 bahts pour ne pas avoir correctement suivi sa quarantaine pendant 14 jours.

    Même si l'étranger a dit qu'il était resté dans sa voiture de location et qu'il avait un certificat médical de son pays assurant qu'il n'était pas infecté, il a été verbalisé.

    Maintenant, le gouverneur et le personnel médical de la province ont averti que les Thaïlandais de retour de Bangkok - désormais considéré comme une zone à risque elle-même - risquent 20 000 bahts d'amende pour ne pas rester en quarantaine.

    L'étranger dans le Daily News n'a pas été nommé mais d’autres médias affirment qu'il est Coréen du Sud. Ce pays a longtemps été stigmatisé alors que l'Europe est en réalité beaucoup plus touché.

    Les résidents du lotissement Jira Nakhon s'étaient plaints de la rupture de la quarantaine par un étranger après son arrivée pour rendre visite à sa femme.

    L'étranger a reconnu qu'il était sorti de la maison mais a dit qu'il n'était pas sorti de la voiture.

    L'application "Buriram Healthy Passport" a montré les déplacements du contrevenant.

    Le gouverneur Thatchakorn Hatthathayakul a déclaré qu'il était arrivé à Suvarnabhumi à 9 heures le 19 mars.

    Il est ensuite allé à Pattaya pour une nuit où il a loué une voiture.

    Le lendemain, il a quitté Pattaya à 6 heures du matin et s'est rendu à Buriram, arrivant à 13 heures. Il est resté dans l'appartement de sa femme.

    Le 22 il est sorti de la maison mais n'est pas sorti de la voiture.

    Tout cela contrevient aux termes de sa quarantaine. Même s'il a un certificat médical du pays où il a commencé son voyage, ce n'est pas suffisant pour lui éviter une amende de 20 000 bahts.

    Le gouverneur a dit qu'il était désolé pour les étrangers. Il ajoute que les hôteliers et assimilés qui ne signalent pas les infractions de quarantaine commises par leurs clients seront condamnées à une amende similaire.

    Il est allé plus loin : les Thaïs revenant de Bangkok et des provinces environnantes doivent observer une quarantaine de 14 jours lorsqu'ils se rendent à Buriram, sinon ils seront condamnés à une amende de 20 000 bahts.

    Le Dr Withit Saritdeechaikul qui était également présent à la réunion au poste de police de Buriram a fait écho à ces déclarations.

    Il a en outre souligné que les certificats médicaux n'étaient pas pris en compte.

    Thaivisa note que des dizaines de milliers de Thaïlandais et de travailleurs migrants ont quitté Bangkok - beaucoup dans des bus et des trains bondés - après que de nombreuses activités de la ville ont été interdites.

    Ces foules se dirigent vers les provinces et les frontières où elles trouvent portes closes. Les observateurs les appellent des bombes à retardement.

    Par ailleurs, de nombreuses provinces se protègent des provinces voisines. Par exemple, on contrôle la fièvre pour entrer dans la province de Ranong. Image ci-dessous.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155480-covid-19-foreigner-fined-20k-for-breaking-quarantine-health-certificate-didnt-help-him-thais-warned-they-are-next/

     

    ET1z1TxU8AARmjs.jpg.f3f7c46fda7ad0e9bf3cd23c3c40e99e.jpg


  11.  

    PHUKET: L'immigration à Phuket a confirmé que des amendes de 500 bahts par jour sont imposées à toute personne qui reste dans le pays après l'expiration de son permis de séjour.

    Le chef de l'immigration à Phuket, le lieutenant-colonel Udom Thongchin, a déclaré à The Phuket News en fin d'après-midi (23 mars) que son bureau n'avait aucune autorité en la matière.

    «Tout dépend du Bureau de l'immigration de Bangkok», a-t-il déclaré.

    Le lieutenant-colonel Udom a exhorté les étrangers qui ne pouvaient pas rentrer chez eux, d'obtenir une lettre de leur ambassade demandant au bureau thaïlandais de l'immigration de leur permettre de prolonger leur séjour dans le pays.

    Si l'étranger ne peut pas obtenir une telle lettre, Phuket Immigration ne peux pas l'aider, a-t-il déclaré.

     

    Cependant, REUTERS fait remarquer que :  En Thaïlande, le principal bureau d'immigration de la capitale était bondé lundi de centaines de touristes et d'autres ressortissants étrangers essayant de prolonger les visas avant leur expiration.

    "Je suis ici depuis 8h30 !" un homme pleurait en apprenant que les fonctionnaires ne pouvaient pas traiter sa demande cet après-midi-là.
     
    Une longue file d'attente serpentait à travers le bâtiment, et beaucoup ont été invités à revenir un autre jour.

    "Le jour suivant", c'est à dire, ce mardi, les visiteurs éconduits du lundi vont se retrouver avec les visiteurs normaux du mardi. Donc, même avec un lettre de l'ambassade, l'overstay est inévitable.

     

     

    "Nous ne pouvons qu'attendre de nouvelles politiques du bureau de l'immigration de Bangkok", a déclaré le responsable à Phuket.

    Le lieutenant-colonel Udom a également précisé que la question des personnes devant quitter le pays en raison de l'expiration de leur permis de séjour ne s'applique pas aux étrangers qui renouvellent leur prolongation d'un an.

    "Celles-ci sont traitées comme d'habitude", a-t-il déclaré.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155455-trapped-in-paradise-tourists-stranded-by-virus-seek-visa-extensions/

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155400-phuket-immigration-confirms-b500-a-day-overstay-fines-are-being-levied/

     

    1584966384_1-org.jpg.deee17687cf2097b9cda69f5ccf5d261.jpg.3378bf02b3b8fc6be644e83ede6ff9c4.jpg


  12. Dans sa nouvelle investigation publiée le 23 mars 2020, Amnesty International dévoile que l’armée en Thaïlande soumet régulièrement les nouveaux conscrits à toute une série d’humiliations, de coups et de sévices sexuels qui s’apparentent souvent à des actes de torture.

    Ce nouveau rapport intitulé "We were just toys to them" expose une pratique généralisée établie de longue date qui consiste à infliger aux appelés des violences, y compris des viols.

    Les atteintes aux droits humains infligées aux nouveaux conscrits dans l’armée thaïlandaise sont un secret de Polichinelle. Ce que montrent nos recherches, c’est que ces mauvais traitements ne sont pas l’exception mais la règle.
    Clare Algar, directrice générale de la recherche, du plaidoyer et des politiques à Amnesty International

    « Les atteintes aux droits humains infligées aux nouveaux conscrits dans l’armée thaïlandaise sont un secret de Polichinelle. Ce que montrent nos recherches, c’est que ces mauvais traitements ne sont pas l’exception mais la règle, et sont délibérément  étouffés au sein de l’armée, a déclaré Clare Algar, directrice générale de la recherche, du plaidoyer et des politiques à Amnesty International.

    « Les recrues racontent que les sergents et les formateurs les frappent violemment à coups de bâtons et de crosses de fusils, les soumettent à des violences sexuelles et les contraignent à faire des exercices jusqu’à ce qu’ils s’évanouissent.

    « Toute la chaîne de commandement porte la responsabilité de cette culture de la violence et de l’humiliation. Les autorités thaïlandaises doivent prendre sans délai des mesures pour stopper ces pratiques abusives et dégradantes avant la prochaine conscription militaire annuelle et nommer une commission chargée d’enquêter sur ces crimes. »

    Amnesty International a réalisé 26 entretiens avec des conscrits et des commandants, anciens ou toujours en poste, dont des officiers. Outre les châtiments corporels, les appelés qui ont fait ou font leur service ont décrit tout un éventail de brimades visant à les humilier, notamment le fait d’être obligés de sauter dans des fosses septiques et de manger « comme des chiens », uniquement avec la bouche.

    De très nombreuses informations font état de violences sexuelles et d’humiliations. Les personnes interrogées ont raconté avoir été forcées par leurs supérieurs à se masturber et à éjaculer devant d’autres, et plusieurs ont subi des agressions sexuelles ou en ont été témoins. Les conscrits homosexuels et ceux considérés comme tels ont expliqué qu’ils étaient fréquemment choisis comme cibles d’actes de violence sexuelle, de harcèlement et de discrimination.

    Des coups, des exercices dangereux et des humiliations à titre de sanctions

    Les conscrits ont raconté qu’ils étaient souvent punis par des gifles, des coups de pied et d’autres types de coups, leurs supérieurs se servant de leurs mains, de bâtons, de bottes de combat, de casques et, parfois, de crosses de fusils.

    Chaque fois, les formateurs trouvent une excuse pour nous punir : vous ne chantez pas assez fort, vous êtes trop lents sous la douche, vous n’avez pas suivi les ordres scrupuleusement, vous avez fumé.
    Une personne interrogée par Amnesty International

    « Pas un seul jour ne passe sans châtiment, a déclaré l’un d’entre eux à Amnesty International. Chaque fois, les formateurs trouvent une excuse pour nous punir : vous ne chantez pas assez fort, vous êtes trop lents sous la douche, vous n’avez pas suivi les ordres scrupuleusement, vous avez fumé. »

    Un autre a ajouté : « Un conscrit [...] s’est fait prendre en train de boire [de l’alcool]. Il a été frappé violemment et j’ai vu du sang couler de sa bouche. »

    En outre, les appelés sont obligés de faire des entraînements physiques dépassant largement leur endurance, à titre de sanction. Ils sont notamment contraints de se tenir debout dans des positions et, généralement, s’évanouissent ou sont blessés.

    D’après un témoignage, « trois à quatre personnes s’évanouissaient chaque jour. Ils ont un centre de soins où ils les emmènent. » Un autre a déclaré : « Ceux qui perdaient généralement connaissance étaient soignés, puis revenaient, devaient recommencer l’entraînement, et perdaient de nouveau connaissance. »

    Des violences sexuelles, visant particulièrement les conscrits homosexuels

    Les nouvelles recrues subissent des violences sexuelles généralisées et régulières de la part de leurs supérieurs. Une nette majorité de conscrits a déclaré qu’ils avaient subi eux-mêmes ou avaient été témoins de sévices sexuels ou avaient entendu les victimes en parler. Ce n’était pas le cas pour seulement deux d’entre eux.

    Une forme de violence sexuelle collective baptisée « le train » a été citée par neuf appelés entraînés dans neuf provinces différentes durant cinq cycles de formation différents. Se déroulant habituellement dans le secteur des douches, elle consiste à obliger les conscrits, pendant qu’ils sont nus, à tenir le pénis de leur voisin, et à rester debout ainsi, ou à marcher en colonne ou en cercle.

    Huit conscrits, entraînés au cours de quatre cycles différents dans des camps situés dans huit provinces différentes, ont déclaré qu’ils avaient été, comme des dizaines d’autres, forcés collectivement par des supérieurs à se masturber et à éjaculer en public.

    Ces jeunes appelés sont la proie de supérieurs qui leur infligent des violences sexuelles, y compris le viol et d’autres formes de torture. Il s’agit de crimes graves aux termes du droit thaïlandais et du droit international et les responsables de ces agissements doivent être traduits en justice.
    Clare Algar

    Ceux qui s’identifient en tant qu’homosexuels, ou sont perçus comme tels, sont souvent la cible de sévices sexuels en raison de leur orientation sexuelle et de leur identité ou expression de genre. Ils sont notamment contraints de divertir leurs supérieurs et de leur faire des massages, dans des situations qui entraînent parfois d’autres violences sexuelles.

    Amnesty International a recensé trois cas de viol, un cas de tentative de viol, un cas de simulation de viol et deux cas dans lesquels les conscrits ont été forcés d’offrir à des supérieurs des « faveurs sexuelles », pouvant constituer un viol. La plupart des conscrits victimes de viol, sinon tous, s’identifiaient comme homosexuels ou étaient considérés comme tels.

    « Ces jeunes appelés sont la proie de supérieurs qui leur infligent des violences sexuelles, y compris le viol et d’autres formes de torture, a déclaré Clare Algar.

    « Il s’agit de crimes graves aux termes du droit thaïlandais et du droit international et les responsables de ces agissements doivent être traduits en justice. »

    Il faut agir de toute urgence en amont de la conscription annuelle

    La conscription militaire se déroule début avril dans les centres locaux de recrutement à travers la Thaïlande. Les hommes jeunes sont tenus de passer des tests de forme physique et psychologique avant leur enrôlement. Les femmes ne sont pas concernées par la conscription.

    En 2018, 104 734 jeunes hommes ont été enrôlés sur les 356 978 initialement convoqués. La plupart des appelés sont recrutés dans l’armée et débutent leur service lors de deux cycles chaque année, d’avril à mai et d’octobre à novembre. Le 13 mars, les autorités ont annoncé que la conscription militaire devant démarrer début avril était reportée de plusieurs semaines en raison de l’épidémie de Covid-19.

    Tous les appelés effectuent de 10 semaines à trois mois de formation basique générale avant de rejoindre des unités spécifiques, qui peuvent ou non nécessiter une formation supplémentaire.

    Il faut des mesures immédiates et une commission d’enquête

    Dans une réponse écrite adressée à Amnesty International lors de ses recherches, le général de l’armée de l’air, responsable adjoint du personnel, Chalermchai Sri saiyud, a indiqué que l’armée suit une politique consistant à « traiter les nouveaux conscrits comme des membres de la famille et des amis ».

    Ces propos ne coïncident guère avec les conclusions de notre rapport et les précédents tollés suscités au sein de la population par des informations faisant état de conscrits victimes d’atteintes aux droits humains – et notamment des cas de morts suspectes – n’ont jamais amené les autorités à agir en vue d’y remédier.

    À très court terme, Amnesty International recommande vivement à l’armée de mettre en place des mesures de prévention, notamment de publier des directives interdisant explicitement toutes les formes de violences détaillées dans le rapport, de veiller à ce que les formateurs soient placés sous la supervision constante d’officiers supérieurs et d’instaurer des inspections nocturnes effectuées par des officiers.

    Afin que les causes profondes de ces atteintes aux droits humains très répandues soient examinées de manière approfondie et transparente, Amnesty International invite l’Assemblée nationale de Thaïlande à mettre sur pied une commission d’enquête chargée de rendre compte du traitement réservé aux conscrits et de proposer les mesures requises afin de mettre un terme à tous ces agissements et à la culture de déshumanisation des conscrits au sein de l’armée thaïlandaise.

    Cette commission d’enquête devra être indépendante, professionnelle et dotée des ressources suffisantes, et jouir des pouvoirs requis pour interroger une personne si elle l’estime nécessaire – y compris des conscrits et des commandants en service ou non – et obtenir les documents pertinents.

    « Après le tragique massacre de Korat le mois dernier, le général Apirat Kongsompong, commandant en chef de l’armée thaïlandaise, a reconnu que l’armée doit ouvrir des canaux de plaintes pour les militaires subalternes. Afin de donner corps à ces promesses, l’armée thaïlandaise doit créer une nouvelle unité habilitée, formée et équipée pour traiter les plaintes des soldats et y faire suite, a déclaré Clare Algar.

    « Il importe tout autant que les appelés et les soldats en général puissent porter plainte en toute sécurité et confidentialité auprès de la Commission nationale des droits humains. Les autorités doivent encourager une culture qui respecte la dignité de chacun, quels que soient son ancienneté, son grade, son orientation sexuelle et son identité de genre. »

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155438-thai-military-conscripts-face-harassment-beatings-sexual-abuse-amnesty-alleges/

    imageproxy_php.jpg.7289df54ceee3ca353b5e721f77e3deb.jpg


  13. Chers compatriotes,

     

    Dans la situation tout à fait exceptionnelle que nous connaissons, j’entends les préoccupations qui sont les vôtres depuis le début de cette crise sanitaire sans précédent.

     

    Le ministère de l’Europe et des affaires étrangères ainsi que nos plus hautes autorités, soucieuses de préserver la continuité du service public, ont demandé à toutes les ambassades et consulats dans le monde de mettre en œuvre des plans de continuité de l’activité diplomatique et consulaire : cela signifie, à Bangkok comme ailleurs, qu’une partie importante de nos agents est désormais placée en position de télétravail à domicile.  Les autres sont divisés en deux « équipes » qui se relaient à l’ambassade une semaine sur deux, l’objectif étant de ne pas avoir à fermer l’ambassade si un cas positif était enregistré.

     

    Ce nouveau dispositif, ainsi que les exigences sanitaires liées au contexte actuel, ont des conséquences inévitables sur nos capacités d’accueil du public et dès lors sur les modalités d’exercice des services consulaires.

    Le mot d’ordre, à cet égard, est de se concentrer, pendant cette période de crise sur les démarches présentant un caractère d’urgence et ne pouvant être assurées par correspondance ou de façon dématérialisée.

     

    En premier lieu, l’ambassade opère un suivi quotidien des cas de Français infectés par le coronavirus présents sur le territoire thaïlandais.

     

    L’ambassade agit au service des Français résidents :

    - une extension de la durée des visas de court séjour de 7 jours a été accordée par les autorités thaïlandaises ; nous effectuons des démarches pour obtenir une extension plus importante.

    - de même, grâce à l’intervention du ministère de l’Europe et des affaires étrangères, le GIP Union Retraite a mis en place les mesures suivantes concernant les certificats de vie : le report sine die des prochaines campagnes de contrôle (envoi aux pensionnés des certificats de vie) initialement prévues aux mois d’avril et de mai ; le délai pour renvoyer son certificat de vie rempli et signé, habituellement de deux mois, est augmenté de deux mois pour les trois campagnes de contrôle en cours (janvier, février, mars) ; les pensionnés qui ont reçu un certificat de vie au cours des mois de janvier, février ou mars, auront donc 4 mois au lieu de 2 pour renvoyer leur certificat de vie ou le télécharger sur le site info-retraite. Concrètement, un pensionné qui aura reçu son formulaire au début du mois de janvier aura jusqu’au début du mois de mai (et non mars), pour le renvoyer rempli et visé.

     

    Elle vient également en aide à nos compatriotes qui cherchent une solution de retour vers la France. Nous avons ouvert une cellule de réponse téléphonique qui fonctionne tous les jours de 8h00 à 22 h00 du lundi au dimanche avec  une capacité horaire élargie (24h00/24) si la situation l’exige. Plusieurs centaines d’appels et autant de courriers électroniques sont traités chaque jour : grâce à un suivi extrêmement précis des vols en partance de Bangkok – et la situation à cet égard évolue en permanence – nous pouvons guider les nombreux Français dont les vols ont été annulés ou qui souhaitent anticiper leurs retours. Beaucoup ont pu ainsi rejoindre la France ces derniers jours, en particulier par les vols directs de Thai Airways et d’Air France. Afin d’avoir une vue d’ensemble précise sur les besoins des Français de passage qui rencontrent toujours des difficultés à organiser leur retour, chacun est invité à remplir le formulaire d’accompagnement, consultable depuis la page d’accueil du site de l’ambassade.

     

    Je vous recommande enfin de consulter régulièrement la fiche conseils aux voyageurs Thaïlande et le site internet de l’ambassade pour vous tenir informés de l’évolution de la situation.

     

    Vous pouvez compter sur l’entière mobilisation de l’ambassade.

     

     

    Jacques Lapouge

    Ambassadeur de France en Thaïlande

    French Ambassador to Thailand

    Tel +66(0)2 657 5101

    http://www.ambafrance-th.org/

     


  14. Le gouverneur de Chonburi a mis en place plus de restrictions -douces- afin de lutter contre la propagation du coronavirus COVID-19.

    Une ordonnance, publiée lundi, comprend la fermeture d'une grande variété de lieux de divertissement et de lieux où des groupes de personnes pourraient se rassembler.

    Tous les parcs aquatiques et piscines publiques, parcs d'attractions, terrains de jeux publics, café Internet, boutiques de jeux et arcades, pistes de bowling, patinoires et rollers, salles de billard et marchés d'amulettes bouddhistes figurent parmi les sites fermés indéfiniment.

    En ce qui concerne les piscines privées, le gouverneur a déclaré que les condos et les hôtels devaient décider eux-mêmes s'ils souhaitaient garder les piscines ouvertes tout au long de la pandémie de COVID-19.

    Dans les marchés les clients et les marchands doivent maintenir une "distance sociale". Chaque marché doit avoir un point d'entrée et de sortie dédié, ainsi que des postes de désinfection des mains.

    Alors que les terrains de golf ont été autorisés à rester ouverts, les tournois doivent être annulés. Des mesures de précaution doivent également être mises en place mais on ne sait pas lesquelles.

    Pendant ce temps, le gouverneur a également demandé aux gens "d'éviter" de se rassembler sur les plages publiques de 20h à 6h.

    En effet, des centaines de personnes sont arrivées sur la plage de Baeng Saen dimanche soir, ce qui a suscité des inquiétudes. Les autorités ont dit que la population traitait le verrouillage partiel comme une sorte de fête. Ce réflexe fait penser à celui des Parisiens le dimanche 15 mars.

    Pendant la journée, la distance sociale (1,50 m) doit être respectée entre les chaises ou les transats.

    Alors que les restaurants sont autorisés à rester ouverts pour servir de la nourriture, ils devraient envisager de passer à un service à emporter uniquement.

    Le conseil officiel à la population est de rester à l'intérieur lorsque cela est possible et de ne sortir que si cela est absolument nécessaire mais il n'y pas vraiment de mesure coercitives à Chonburi.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155322-covid-19-prevention-in-chonburi-restrictions-on-visiting-beaches-further-closures-announced/

    Voici comment certains Thaïlandais conçoivent la distance sociale à Bang Saen.

    cb.jpg.391cb618ad95e5bad5a09fd920d5e7c4.jpg.814e932c6ad38c5c7f2390c3b70888f8.jpg


  15. Un grand médecin thaïlandais alerte : la souche italienne mortelle de Covid-19 va maintenant faire des ravages en Thaïlande.

    Un médecin éminent dans la lutte contre Covid-19 a sonné l'alarme sur la propagation du virus en Thaïlande.

    Il a dit que jusque récemment, la Thaïlande n'était affectée que par une souche plus douce du virus. Mais maintenant, la souche qui a dévasté l'Italie et submergé ses services médicaux est arrivée en Thaïlande.

    Le virus a infecté un "super propagateur" après qu'un parent soit revenu d'Italie. Soudain, 50 personnes ont été infectées lors d'une soirée de boxe et celles-ci ont provoqué une augmentation vertigineuse des cas en Thaïlande.

    La souche virale italienne a le pouvoir de tuer bien plus de personnes que les souches asiatiques, a-t-il dit, suggérant que huit fois plus de personnes pourraient mourir, dont beaucoup de maladies respiratoires.

    Le Dr Manoon Leechawengwong est basé à l'hôpital Vichaiyut de Bangkok, district de Phayathai. Il est l'un des principaux experts des maladies respiratoires.

    Sur sa page Facebook personnelle, il a brossé un tableau inquiétant de l'évolution future potentielle de l'épidémie en Thaïlande et a indiqué que des mesures pour contenir sa propagation n'avaient pas été introduites à temps.

    Il a expliqué qu'au début la Thaïlande n'avait que 30 à 40 cas et qu'il y avait eu peu de changement pendant plusieurs semaines, a rapporté Thai Rath. Les Thaïlandais infectés avaient contracté la souche "douce", celle du Japon,  de la Corée du Sud et de Hong Kong.

    Mais tout cela a changé après un événement de boxe au Lumpinee Stadium à Bangkok le 6 mars.

    Un parent d'un organisateur de boxe qui avait été en Italie a commencé la propagation de la souche italienne du virus.

    Ce fan de boxe est un "super propagateur" qui a infecté 50 personnes au Lumpinee et ceux-ci ont continué à en infecter d'autres, ce qui a entraîné une augmentation rapide des cas en Thaïlande.

    Il a dit que cette souche est beaucoup plus sévère et a un taux de mortalité beaucoup plus élevé en raison de sa capacité à provoquer l'apparition de maladies respiratoires graves et même de problèmes cardiaques.

    Il a souligné qu'en Italie, il y avait eu 47 021 cas et 4 032 décès, soit 8,6%.

    Il a admis qu'il y a beaucoup de personnes âgées et donc plus vulnérables en Italie, mais il a réfuté cet argument en disant que le Japon, où le vieillissement de la population est très similaire, a pu maintenir les décès à un niveau bien inférieur à celui de l'Italie, car la souche virale est différente.

    La Thaïlande est aussi un pays vieillissant.

    Il a déclaré que la fermeture d'endroits comme les rings de boxe - maintenant en vigueur à Bangkok et dans d'autres régions de Thaïlande - est arrivée trop tard pour éviter que le pays ne soit infecté par la souche virulente d'Italie.

    Thaivisa en français note que la fédération de football a été plus sérieuse puisque le dernier match a eu lieu le 1er mars.

    Si des fermetures de rings avaient été ordonnées comme pour le foot, les propagations auraient pu être évitées. De même, si toutes les personnes présentes à la boxe - 5 000 - avaient été mises en quarantaine, cela aurait pu être contenu.

    Il ressort clairement de ses commentaires que trop peu a été fait et trop tard. La Thaïlande est maintenant confrontée aux conséquences d'une explosion dans les cas d'une souche de Covid-19 beaucoup plus grave qu'auparavant.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155313-leading-thai-doctor-in-dire-warning-deadly-italian-strain-of-covid-19-now-set-to-wreak-havoc-in-thailand/

    Thaivisa en français fait cependant remarquer que le nombre de mort n'a pas bougé en Thaïlande.

     

    5c764a4e1e010_IMG_3628-1.thumb.jpg.860b26f51912f0b23f497a879437ffd7.jpg


  16. Le prix des paquets de riz suivra une tendance à la hausse au deuxième trimestre de cette année après que les prix du riz dans le pays ont augmenté de 20 à 30% depuis le début de l'année en raison de la sécheresse et de la demande croissante sur les marchés étrangers à cause du Covid-19.

     

    Somkiat Makcayathorn, de la Thai Rice Packers Association (TRPA), a déclaré que le prix du riz avait atteint 15 Bt le kilogramme, contre 12,50 Bt en janvier, soit environ plus 20 à 30 pour cent.

    "Les prix du riz auront tendance à augmenter jusqu'à ce qu'une nouvelle saison de production de riz commence entre août et septembre de cette année", a-t-il déclaré.

    Il a expliqué qu'un paquet de riz blanc de cinq kilogrammes coûtait entre 70 et 120 thb et avait tendance à augmenter vers 90 - 150 thb le paquet, en hausse d'environ 20 à 30 pour cent selon la marque du produit.

    "Le prix d'un paquet de riz Hom Mali de cinq kilogrammes est resté inchangé entre 160 Bt et 250 Bt par paquet", a-t-il déclaré.

    Il a en outre expliqué que la pire crise de sécheresse depuis 40 ans avait provoqué une augmentation des prix du riz, car les agriculteurs avaient dû renoncer à exploiter quatre à cinq millions de rai de terres lors de la morte saison.

    "Nous prévoyons une baisse de la production de riz d'environ 1,5 à 2 millions de tonnes", a-t-il déclaré. "En outre, la demande du marché d'exportation a également augmenté pendant l'épidémie de Covid-19."

    Il a dit qu'il n'était pas nécessaire que les gens amassent des stocks car la Thaïlande ne fera pas face à une pénurie de riz.

    "La grande distribution a pour politique de stocker les produits puis ils distribuent à chaque succursale, il faudra donc du temps pour le  réassort", a-t-il déclaré.

    Il a ajouté que la demande de consommation de riz dans le pays n'augmenterait pas par rapport à l'année précédente et pourrait même diminuer car le nombre de touristes a diminué.

    «La demande de riz au cours de l'année précédente était de 7,5 millions de tonnes, en hausse par rapport à 2018 d'environ 8% en raison de l'augmentation du nombre de touristes. Cette année, la Thaïlande pourra produire 17,5 millions de tonnes de riz », a-t-il ajouté.

    "Le marché thaïlandais du riz a eu une valeur d'environ 30 milliards de thb l'année dernière, mais cette année, la valeur devrait augmenter en raison de la hausse des prix."

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155289-rice-price-increasing-due-to-drought-covid-19/

     

     

    photo d'archive

    67.jpg.bbdd82a7ccaacf41d4267bd6d95a9c81.jpg


  17. La gare routière de Mo Chit était bondée de personnes rentrant dans les provinces hier soir.

    La TNA a indiqué qu'il y avait 8 000 personnes, les compagnies de transports parlent de 80 000 - dont beaucoup de travailleurs retournant dans les pays voisins.

    Les quais attribués au bus vers le nord-est ou région "Isaan" étaient particulièrement pleins de monde.

    Les scènes ressemblaient à ce qui se passe chaque année alors que les gens rentrent chez eux pour Songkran en avril, note Thaivisa. Hier, peu de gens avaient réservé à l'avance et des queues se formaient devant les guichets où on achète les billets.

    Cette année, ce ne sont pas les vacances en Thaïlande qui ont provoqué l'exode massif, mais le fait qu'une grande partie des activités de Bangkok sont fermées pendant 22 jours (au moins) pour tenter de limiter la propagation du coronavirus.

    Une Laotienne a parlé avec un journaliste de Sanook pour lui dire qu'elle n'avait pas de travail et que son père était malade, il était donc temps de rentrer au Laos.

    Les responsables de Mo Chit - la gare routière la plus fréquentée de Thaïlande - contrôlaient la température des passagers à l'entrée, désinfectaient les mains avec du gel et donnaient des conseils, en particulier sur le port de masques.

    Mais les passagers se sont entassés sur les quais avec peu de considération pour la distance sociale. De nombreuses contamination ont pu se produire.

    Beaucoup d'observateurs craignent que l'épidémie, ressentie jusqu'à présent surtout à Bangkok, ne se déplace désormais vers les provinces, note Thaivisa.

    Les autorités vont tout faire pour que cet exode cesse, comme, par exemple, fermer les frontières.

    Mais quid des travailleurs pauvres en chômage technique en raison du blocage de la capitale ? Ils ne pourront pas rester à Bangkok.

    Quid des migrants qui vont se trouver coincés devant des frontières fermées ? Le gouverneur d'Ubon a maintenu les frontières ouvertes ce lundi pour permettre aux migrants agglutinés de pouvoir passer.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155253-covid-19-mass-exodus-from-bangkok-thousands-pack-mo-chit-bus-station-last-night/

     

    4pm2_VI.jpg.639a7d79c592630af559a662aa6a6d84.jpg.ed7a44f29355f5420a9a132a15bd0faf.jpg


  18. imageproxy_php.jpg.471c01f85943a7073ba6d7046443f572.jpg

     

    Le gouverneur de la banque centrale, Veerathai Santiprabhob, troisième à gauche, des hauts fonctionnaires du ministère des Finances et des représentants des marchés financiers tiennent une conférence de presse d'urgence dimanche 22 mars pour annoncer un plan visant à injecter des liquidités de plus de mille milliards de bt sur le marché obligataire, à cause du virus.

     

    La Banque de Thaïlande (BOT) s'est engagée à injecter plus de 1 000 milliards de Bt pour sauver les marchés financiers tandis que le ministère des Finances a promis des secours économiques supplémentaires pour soutenir les personnes touchées par les retombées de Covid-19.

    La BOT permettra aux banques de lui emprunter de l'argent si les investisseurs vendent des fonds communs de placement obligataires, a déclaré dimanche le gouverneur du BOT, Veerathai Santiprabhob.

    Veerathai, des hauts fonctionnaires du ministère des Finances et des représentants des marchés financiers ont tenu une conférence de presse d'urgence dimanche 22 mars pour annoncer des mesures visant à soutenir le marché obligataire, qui souffre d'une crise potentielle de liquidité car les investisseurs veulent détenir des liquidités dans l'incertitude liée au virus.

    Virathai a déclaré que les banques commerciales pouvaient utiliser des obligations de qualité supérieure comme garantie pour emprunter de l’argent auprès de la banque centrale, pour une valeur de plus de 1 000 milliards de bt.

    Les investissements dans les fonds du marché monétaire et les fonds à revenu fixe sont estimés à plus de 1600 milliards de bahts. Mais la liquidité du marché est devenue faible, les investisseurs s'inquiétant de l'impact grave de l'épidémie de Covid-19.

    Veerathai a déclaré que la banque centrale se coordonnerait avec les banques commerciales, la Banque d'épargne du gouvernement, les compagnies d'assurance et la Caisse de retraite du gouvernement pour créer un fonds de transition compris entre 70 et 100 milliards de bahts.

    Le fonds relais fournira des prêts à court terme pouvant aller jusqu'à 270 jours. Il se rechargera lorsque les établissements ne pourront pas lever des fonds sur le marché financier pour remplir leurs obligations.

    Veerathai a également promis de fournir plus de liquidités sur le marché des obligations d'État après que la banque centrale a récemment acheté pour 100 milliards de Bt d'obligations d'État.

    Prasong Poontaneat, secrétaire permanent du ministère des Finances, a déclaré que le ministère soumettra mardi au Cabinet un autre paquet de mesures économiques pour soutenir les personnes et les travailleurs touchés par l'impact de l'épidémie de coronavirus. Il n'a pas révélé de détails mais a déclaré que la sécurité sociale soutiendra ceux qui perdent leur emploi tandis que le ministère fournira un soutien à ceux qui n'ont pas droit à la sécurité sociale.

    Veerathai a assuré aux marchés que la Thaïlande avait beaucoup de liquidités. "Cette situation est différente de la crise financière asiatique de 1997, lorsque le pays était à court de réserves, les banques n'avaient pas suffisamment de capitaux et les entreprises avaient une dette extérieure élevée, mais cette fois, les réserves internationales sont élevées et les banques ont une base de capital solide, »A ajouté Veerathai.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155214-bot-ready-to-pump-bt1-trillion-into-ailing-financial-markets/

     


  19. Agence gouvernementale de presse

    BANGKOK (NNT) - Le Département de médecine traditionnelle et alternative thaïlandaise du ministère de la Santé publique, suggère à la population de renforcer son immunité en
    mangeant cinq types d'aliments,
    en faisant régulièrement de l'exercice,
    en se reposant suffisamment
    et en mangeant trois groupes d'herbes locales recommandées.

    Le docteur Marut jirasetasiri, directeur général du département de médecine traditionnelle et alternative thaïlandaise, a déclaré aujourd'hui que pendant l'épidémie de Covid-19, il est important que tout le monde s'entraîne quotidiennement, mange les cinq groupes alimentaires et se repose de 6 à 8 heures tous les jours.

    Cependant, le directeur général a également suggéré trois groupes d'herbes qui contiennent des éléments essentiels qui peuvent aider à renforcer le système immunitaire.

    Premièrement, dans le groupe de renforcement de l'immunité, on trouve les champignons, Terminalia bellirica,   https://en.wikipedia.org/wiki/Terminalia_bellirica   Termimalia chebula  https://en.wikipedia.org/wiki/Terminalia_chebula   et groseille à maquereau indienne.

    Le deuxième groupe contient de la vitamine C et des antioxydants, y compris la casse du Siam  https://fr.wikipedia.org/wiki/Senna_siamea   , la groseille étoilée, les feuilles de Baegu, le margousier, la courge amère, le fruit gac   https://fr.wikipedia.org/wiki/Gac  , le chou frisé, le moringa  https://fr.wikipedia.org/wiki/Moringa_oleifera  et la groseille à maquereau indienne.

    Le troisième groupe contient des éléments essentiels uniques qui peuvent aider à prévenir la contagion par le Covid-19. Ce groupe comprend les oignons, les échalotes thaïlandaises, le basilic, la pomme, les feuilles de mûrier et d'autres agrumes.

    Le directeur général a déclaré que ces herbes figurent souvent dans les recettes de plats thaïlandais. Leur utilisation peut varier des collations, des soupes et des plats principaux tels que les enveloppements de feuilles et le Tomyum.

    Les herbes peuvent également être mélangées en jus et peuvent être adaptées pour une utilisation dans d'autres menus. Ils vous aideront à vous protéger contre l'infection. En cas d'infection, cela peut aider à traiter les symptômes afin qu'ils soient moins graves.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1155220-thai-traditional-doctor-suggests-eating-thai-herbs-to-increase-immunity/

     

    Il faudrait que le ministère donne les noms en thaï afin qu'on puisse en acheter au marché

     

     

     

    groseille à maquereau indienne

    index.jpg.87b74fd04327be88029659e26a75bb53.jpg


  20. Les centres commerciaux et les marchés de Bangkok fermés à partir du dimanche 22 mars.

    Seuls les supermarchés et les pharmacies seront autorisés à rester ouverts.

    Tous les autres magasins doivent rester fermés jusqu'au 12 avril.

    Les restaurants ne peuvent offrir qu'un service de plats à emporter / livraison à domicile, tandis que les restaurants des hôtels sont uniquement autorisés à servir de la nourriture aux clients.

    L'annonce a été faite samedi par le gouverneur de Bangkok, Aswin Kwanmuang.

    M. Aswin a souligné que les supermarchés resteront ouverts, il n'était donc pas nécessaire de paniquer ni de stocker.

    Les entreprises qui doivent rester fermées comprennent:

        Spas de santé
        Cinémas
        Bars
        Cliniques d'amaigrissement
        Salons d'épilation
        Patinoires ou patins à roulettes
        Instituts de beauté
        Parcs d'attractions, pistes de bowling, arcades
        Internet cafés et jeux
        Terrains de golf, practice
        Piscines publiques
        Salons de tatouage
        Garderies / centres de garde d'enfants
        Services de soins aux personnes âgées
        Marchés d'amulettes bouddhistes
        Arènes de combat de coqs
        Lieux de réunion et d'exposition
        Marchés de frais
        Garderies et centres d'éducation
        Tous les établissements d'enseignement

     

    Les aires de restauration du centre commercial peuvent rester ouvertes, mais la plupart ne proposeront que de la nourriture à emporter.

    Entre-temps, le secteur privé a été invité, dans la mesure du possible, à permettre à tous les employés de travailler à domicile. Les gens sont également encouragés à éviter de voyager dans des zones peuplées et à utiliser des services tels que le BTS et le MRT.

    La nouvelle intervient alors que la Thaïlande a annoncé samedi 89 nouveaux cas d'infections à coronavirus, le plus grande augmentation en une seule journée, portant le nombre de cas à plus de 400.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1154851-malls-and-markets-in-bangkok-ordered-to-close-until-12-april/

    90653668_147125549943603_9135663405896564736_n.thumb.jpg.b010d8a348134ff496f83129b929d476.jpg


  21. Les médias thaïlandais ont rapporté que la main de la Thaïlande était en grande partie forcée par les autorités des pays limitrophes fermant leurs frontières en réponse à la crise des coronavirus.

    La Malaisie, le Laos et le Myanmar ont tous introduit des restrictions d'une sorte ou d'une autre et les liens entre la Thaïlande et le Cambodge sont de plus en plus scrutés.

    Les gouverneurs provinciaux des postes frontaliers du pays ont reçu des pouvoirs spéciaux pour fermer les frontières, avec un seul poste frontalier terrestre par province autorisé à rester ouvert.

    À Chiang Rai, seul un passage international principal vers le Laos et le Myanmar sont disponibles pour les voyageurs, tandis que la frontière de Mae Sot restera ouverte.

    La chaîne 7 a déclaré que les étrangers visitant le Laos devraient demander un visa à Bangkok pendant la période du 20 mars au 20 avril (sous entendu : plus de visa à la frontière), tandis que le pont d'amitié numéro 1 entre la Thaïlande et le Laos à Nong Khai est un point de passage restreint.

    Les personnes se déplaçant entre la Thaïlande et le Cambodge à Had Lek, Klong Yai, Trat font face à des mesures de dépistage strictes.

    À Sa Kaeo, seul le poste frontière d'Aranyaprathet reste ouvert.

    À Kanchanaburi, la frontière de Phu Nam Ron a également été fermée, tout comme le poste frontière de Sinkhorn à Prachuap Khiri Khan.

    À Ranong, la frontière avec Ko Song (communément appelé Andaman Club) a également été fermée après que le gouverneur de la province s'est inquiété du fait que les joueurs revenant du casino situé au club pourraient augmenter la propagation du COVID-19 dans la province.

    Dans le sud de la Thaïlande, de nombreux postes de contrôle frontaliers ont été fermés après que le gouvernement malaisien a ordonné la fermeture des frontières plus tôt cette semaine.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1154778-border-provinces-asked-to-close-or-limit-access/?tab=comments#comment-15186850

    unnamed.jpg.325288bd0dc4658c6d0534996f4796f9.jpg.afd703092d1dda249ca64df97b96ea79.jpg


  22. Des adolescents de Phuket arrêtés pour avoir volé une moto dans un poste de police

    PHUKET: Deux adolescents ont été arrêtés pour avoir volé une moto saisie au poste de police de Wichit dans les premières heures de vendredi dernier. La moto n'a pas été signalée disparue jusqu'à ce que son propriétaire vienne la récupérer mercredi, mais la police a constaté que la moto était introuvable.

    Le lieutenant-colonel Thammasan de la police de Wichit a expliqué que la police avait saisi la moto de Paranchai Wattanawet vers 16 heures le 18 février.

    La moto a été saisie car elle n'avait ni plaque d'immatriculation ni rétroviseurs latéraux, et Paranchai n'était pas en mesure de présenter une preuve de propriété de la moto à l'époque.

    Mercredi 18 mars, Paranchai s'est présenté au commissariat de police de Wichit pour payer son amende et récupérer sa moto.

    Cependant, une fois les procédures terminées, Paranchai s'est rendu dans la zone où sont entreposées les motos saisies mais n'a pas pu trouver son véhicule.

    Les officiers n’ont pas non plus pu trouver la moto de Paranchai.

    Les agents ont dû regarder les images de vidéosurveillance au poste de police jusqu'à vendredi dernier (13 mars) pour se rendre compte que deux jeunes adolescents étaient arrivés au poste de police vers 4 heures du matin et avaient simplement poussé la moto hors du parking. .

    La police a retrouvé les voleurs dans une maison de Moo 1, Saphan Hin, à la périphérie de la ville de Phuket, où ils ont été arrêtés vers 13 h 30 le 19 mars, a indiqué le lieutenant-colonel Thammasan.

    Les deux voleurs sont des adolescents, a-t-il ajouté. L'un avait 16 ans, l'autre 14 ans, a-t-il dit.

    Le colonel Thammasan a ajouté que les deux adolescents sont accusés d'avoir volé un objet dans un lieu officiel pendant la nuit.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1154708-phuket-teens-arrested-for-stealing-motorbike-from-police-station/

    1584699326_1-org.jpg.99b9f2c6205b9106fd1d4174d3631d9f.jpg.6c9efcff94da6243565b803858a81bb4.jpg


  23. Deux hommes thaïlandais sont en garde à vue après avoir avoué le viol d'une touriste américaine à Koh Phangan.

     

    La police a indiqué qu'un homme de 26 ans de Surat Thani et un homme de 23 ans de Songkhla avaient été arrêtés jeudi.

    La police a déclaré que les deux hommes travaillaient sur l'île pour installer des meubles et qu'ils habitaient dans le même bloc de bungalows que la victime.

    La police a déclaré que les hommes avaient vu la victime plus tôt dans la journée et attendu que son petit ami ait quitté le bungalow avant d'entrer chez elle. L'un des hommes a ensuite fait le guet pendant que l'autre menait l'agression.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1154724-two-thai-men-arrested-for-raping-american-tourist-on-koh-phangan/

    ghty.PNG.36787788af63585f2c108d25cc337e95.PNG.c1f9a95f7234756ced14fc727b6f1cfa.PNG


  24. La Banque de Thaïlande procède à une baisse d'urgence de son taux de base de 25 points à 0,75%, à compter du lundi 23 mars, en réponse à l'impact économique de Covid-19.

     

    Le Comité de politique monétaire (MPC) a voté à l'unanimité, vendredi 20 mars, pour réduire le taux directeur de 0,25 point de pourcentage, passant de 1,00 à 0,75%, à compter du 23 mars pour réduire le fardeau des intérêts des emprunteurs touchés par le Covid-19 et atténuer les tensions sur les marchés financiers.

    Le MPC de la Banque de Thaïlande (BOT) a tenu une réunion spéciale pour évaluer l'impact de l'épidémie sur les perspectives économiques et les marchés financiers nationaux.

    Le MPC a estimé que les retombées de l'épidémie au cours de la période à venir étaient plus graves que prévu et la situation prendrait un certain temps avant de revenir à la normale. Cela affectera gravement l'économie thaïlandaise. Le comité a également noté que l'épidémie avait suscité des inquiétudes parmi les marchés financiers mondiaux, affectant la liquidité et le fonctionnement des marchés financiers thaïlandais malgré la stabilité globale du système financier.

    Les membres du comité pensent que la baisse des taux atténuera l'impact sur l'économie et renforcera également les mesures fiscales déjà mises en œuvre et à venir.

    Le MPC a estimé que les baisses de taux directeurs bénéficieront à l'économie si les institutions financières jouent un rôle actif pour résoudre les problèmes de liquidité des emprunteurs, en particulier les petites et moyennes entreprises et les ménages, ainsi que pour accélérer la restructuration de la dette.

    La BOT devrait surveiller étroitement l’assistance de chaque institution financière aux emprunteurs. En outre, la BOT devrait garantir une liquidité suffisante, ainsi que le bon fonctionnement et la stabilité des marchés financiers.

    Le MPC doit tenir sa réunion "habituelle" le 25 mars.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1154775-bot-cuts-key-rate-by-25-basis-points-in-sudden-move/

     

    800_425526b6e4ee578.jpg.a8e83120b0a10fadbbb577c7c4c68b87.jpg.420526a6817de7258ec7e14edb375e66.jpg


  25. BANGKOK (Reuters) - La confusion suscitée par les nouvelles barrières anti-coronavirus de la Thaïlande a incité les voyageurs à paniquer vendredi. Les citoyens thaïlandais faisaient la queue dans les ambassades à l'étranger pour obtenir des documents de voyage spéciaux et les étrangers devaient relever le défi de produire un test négatif à la maladie.

    Les kits de test sont limités dans la plupart des pays, en particulier pour les personnes qui semblent en bonne santé - ce qui signifie que les règles thaïlandaises équivalent à une interdiction de facto pour tous les étrangers à voyager.

    Le règlement, qui entre en vigueur dimanche, a été annoncé jeudi, mais un document de clarification de l'Autorité de l'aviation civile de Thaïlande (CAAT) plus tard dans la nuit a déclenché une vague de confusion pour les ressortissants thaïlandais et pour les étrangers.

    La déclaration officielle indiquait que les citoyens thaïlandais avaient besoin d'un certificat médical disant qu'ils étaient «aptes à voler» mais également d'une lettre d'une ambassade thaïlandaise certifiant qu'ils étaient citoyens thaïlandais.

    Cela a envoyé des centaines de personnes devant l'ambassade de Thaïlande à Londres et des légations dans d'autres villes, selon des témoins et des publications sur les réseaux sociaux.

    "Oh mon Dieu, c'est un cauchemar. Les choses ne sont pas claires », a déclaré un étudiant en médecine thaïlandais qui avait du mal à obtenir des papiers pour sa petite amie thaïlandaise à Londres. Le jeune homme a demandé à ne pas être nommé par crainte de représailles.

    Pendant ce temps, un écart de traduction n'a pas permis de savoir pendant la majeure partie de vendredi si les étrangers cherchant à entrer en Thaïlande devaient présenter un test négatif pour le virus COVID-19.

    La version thaïlandaise de l'ordonnance des CAAT indiquait que les passagers étrangers avaient besoin d'un certificat indiquant "un test confirmant qu'ils n'avaient pas le COVID-19" tandis que la version anglaise disait que le document doit simplement dire que les passagers "ne présentent aucun risque d'être infectés".

    Vendredi après-midi, les autorités de l'aviation et le ministère de la Santé ont confirmé qu'un test négatif était nécessaire pour les voyageurs étrangers.

    «Le certificat médical doit inclure les résultats d'un test COVID-19 avec des résultats négatifs. La méthode de test variera d'un pays à l'autre », a déclaré une porte-parole du ministère de la Santé publique.

    Ce certificat est évidemment impossible à fournir.

    La voyageuse américaine Lilly de Jong, qui est en Asie depuis un mois avec son mari, a déclaré qu'elle avait passé tout le vendredi à essayer de savoir si elle pouvait embarquer sur un vol d'Indonésie à Bangkok afin de prendre leur vol de correspondance.

    «Il n'y a pas aucune clarté et les changements de règles incessants déroutent tout le monde», a-t-elle déclaré. «Aucune personne en bonne santé ne peut passer un test COVID-19. Si l’intention est de fermer les frontières, les Thaïlandais devraient le faire franchement, au lieu de dérouter les voyageurs déjà désespérés. »

    Vendredi, la Thaïlande a signalé 50 nouvelles infections, portant son nombre à 322. Le pays d'Asie du Sud-Est a signalé un décès dû à la pandémie respiratoire.

     

    --  --  REUTERS

     

    Outre les règles qui sont incompréhensibles il faut aussi intégrer le fait qu'elles ne sont pas forcément appliquées à l'arrivée et que, lorsqu'elles le sont, elles peuvent l'être de manière différentes suivant le moment de la journée, l'officier en charge et d'autres facteurs impossibles à connaître.

     

     

    des Thaïlandais faisaient la queue devant l'ambassade de Thaïlande à Londres

    ARRIVAL3_Header-696x464.jpg.a78f63a6dc35994ced435e74a70602f4.jpg