Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 530
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Une vingtaine de policiers ont mal géré l’affaire de délit de fuite de Vorayuth Sur cette photo d'archive du 5 avril 2017, Vorayuth «Boss» Yoovidhya, dont le grand-père a cofondé la société de boissons énergisantes Red Bull, monte dans une voiture alors qu'il quitte une maison à Londres. Le Premier ministre thaïlandais a répondu mercredi 29 juillet 2020 à la fureur croissante du public en ordonnant une enquête sur l'abandon des accusations criminelles contre l'héritier thaïlandais de Red Bull accusé d'avoir tué un policier dans un accident suivi de délit de fuite il y a des années. (Photo AP / Matt Dunham, dossier) Une vingtaine de policiers, dont un commissaire de police, ont été jugés responsables, par un comité d’enquête de la police, de la mauvaise gestion de l’affaire de délit de fuite de l’héritier Red Bull. Pol Lt-Gen Charuwat Waisaya, le chef de la police adjoint et président du panel, a déclaré mercredi qu'il avait soumis les conclusions, et la liste des 20 officiers, au chef de la police nationale, Pol Gen Chakthip Chaijinda, pour examen disciplinaire ou action en justice à leur encontre. Sur les 20 agents, neuf ont été précédemment jugés coupables par la Commission nationale de lutte contre la corruption il y a plusieurs années sans que cela ne débouche sur quoi ce soit. M. Vicha Mahakhun, qui dirige le comité d’établissement des faits du gouvernement sur l'affaire, a déclaré qu’il avait constaté des irrégularités dans les dossiers. Il a également déclaré qu'il avait convoqué l'ancien chef de la police, le général Pol Somyot Poompunmuang, pour un interrogatoire. Pol Gen Somyot était accompagné du Dr Saiprasit Kerdnihyom, du King Mongkut Institute of Technology, pour rencontrer le chef du Bureau des sciences judiciaires de la police. Saiprasit devrait soumettre une nouvelle estimation de la vitesse de la Ferrari, conduite par Vorayuth Yoovidhya, au moment de l'accident mortel il y a huit ans. M. Vicha a déclaré qu'un officier de la police médico-légale, Pol Col Thanasit Taengchan, qui a révisé son estimation de la vitesse de la voiture, de 177 km / h à moins de 80 km / h, a été interrogé par son panel pendant plus de trois heures, au cours desquelles il a admis qu'il était sous forte pression. "On" l'aurait incité à modifier la vitesse dans son rapport et concomitamment il se soucie désormais de sa sécurité. https://forum.thaivisa.com/topic/1178554-about-20-police-officers-mishandled-vorayuth’s-hit-and-run-case/
  2. Le fossé économique, éducatif et social en Thaïlande s’est encore creusé en raison de l’épidémie de Covid-19, a déclaré le Dr Chaiyuth Punyasavatsut, du Fonds d’éducation équitable, citant la hausse de 17,5% du nombre d’élèves ayant besoin d'un soutien financier cette année. Jusqu'à présent, 1,8 million d'élèves ont demandé une aide contre 1,56 million en 2019. Les candidats sont évalués sur deux critères : - familles dont le revenu est inférieur à 3000 Bt par personne et par an (pour une famille de 5 personnes, le revenu ANNUEL doit être inférieur à 15 000 Bt). - situation familiale en fonction du nombre de personnes à charge, du quartier, du lieu de travail , etc. Habituellement, 300 000 ou 20% des demandeurs relèvent des allocations familiales -symboliques- de 1 337 Bt par personne et par an (3 bahts par jour). Cependant, ce nombre est passé à 600 000 cette année. «On peut confirmer que Covid-19 a aggravé la situation économique et le fossé éducatif. De plus en plus d'enfants se noient dans le système en raison des frais de scolarité élevés », a déclaré Chaiyuth. «Les familles doivent payer des frais de scolarité qui sont trois à quatre fois plus élevés que leur revenu dans les classes supérieures (collège et lycée).» En Thaïlande, l'enseignement public obligatoire est supposé gratuit mais coûte 8000 bahts par an. Les écoles sont cependant compréhensives vis à vis des plus pauvres. Chaiyuth a déclaré qu'une étude avait constaté qu'un soutien financier aidait à lutter contre l'abandon scolaire. La fin de l’abandon scolaire mettra fin au cycle de la pauvreté. https://forum.thaivisa.com/topic/1178471-thailand’s-economic-educational-gap-widens-due-to-covid-19-crisis/
  3. Six jeunes accusés de meurtre après avoir tiré une balle dans le cou d'un garçon de 15 ans Des violences ont éclaté entre des gangs rivaux après un concert à Bang Bua Thong au nord-ouest de Bangkok. À la suite d'une poursuite entre six jeunes dans une Chevrolet et d'autres dans un pickup, un garçon de 15 ans sur une moto a été tué d'une balle dans le cou. Il faisait partie de l'un des gangs rivaux. Le drame s'est produit sur la route de Bang Kruai à Sai Noi. Au total, cinq coups de feu ont été tirés. Les jeunes de la Chevy ont abandonné la voiture à proximité. À l'intérieur, un pistolet .22 a été retrouvé par la police. Les assaillants n'imaginaient pas avoir tué qui que ce soit. Quand ils ont appris plus tard que le garçon de M4 (seconde) était mort, ils se sont livrés à la police de Bang Bua Thong. Cinq sont des mineurs de 17 ans et le sixième a 18 ans. Ils font face à cinq chefs d'accusation, dont le meurtre, les infractions relatives aux armes et la possession d'engins explosifs. Trois autres personnes ont également été blessées dans le drame qui faisait suite à un concert du chanteur Poo Pongsit. Cet artiste maintenant âgé est emblématique du folk thaïlandais pacifique. https://forum.thaivisa.com/topic/1178276-six-youngsters-charged-with-murder-after-15-year-old-boy-shot-in-the-neck/
  4. PHOTO D'archives. REUTERS / Athit Perawongmetha BANGKOK (Reuters) - Le cabinet thaïlandais a approuvé mardi un plan d'emprunt de 214 milliards de bahts (6,87 milliards de dollars) pour le manque à gagner de l'année fiscale en cours (qui finit le 30 septembre), en raison des impacts de la pandémie de coronavirus, a déclaré un responsable gouvernemental. L'emprunt fait partie d'un plan de gestion de la dette qui prévoit désormais une nouvelle dette d'environ 1660 milliards de bahts, contre environ 1500 milliards de bahts a déclaré la porte-parole du gouvernement Rachada Dhnadirek lors d'un briefing. Le gouvernement a retiré la dette de Thai Airways de la dette publique car le transporteur n'est plus une entreprise d'État, a-t-elle déclaré. Avec le nouveau plan, l'encours de la dette publique sera de 8210 milliards de bahts, soit 51,64% du PIB, à la fin de l'année fiscale en cours, a déclaré Rachada. La deuxième économie d'Asie du Sud-Est s'est contractée de 12,2% au deuxième trimestre par rapport à l'année précédente, la plus forte depuis 1998, pendant la crise financière asiatique, alors que l'épidémie a frappé le tourisme et l'activité intérieure. Le ministère des Finances a déclaré plus tôt que le recouvrement des recettes nettes du gouvernement au cours des huit premiers mois de l'exercice (octobre-mai) était de 1500 milliards de bahts, soit 11,2% de moins que l'objectif, en raison de l'impact de l'épidémie et des mesures d'allégement fiscal. Le cabinet a également approuvé des prêts à des conditions favorables d'une valeur de 114 milliards de bahts pour soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) et les particuliers, a déclaré le responsable du ministère des Finances Lavaron Sangsnit dans un communiqué. "Bien que le gouvernement ait introduit des mesures de secours pour atténuer l'impact de l'épidémie, certaines PME n'ont toujours pas accès au financement", a-t-il déclaré. Le gouvernement a introduit un plan de 1900 milliards de bahts (61,19 milliards de dollars) pour atténuer l'impact de l'épidémie, mais son déploiement est lent. - - - - REUTERS
  5. Hier (18 août), le Cabinet a approuvé des règlements sur la délivrance et le renouvellement des permis de conduire comme proposé par le ministère des Transports. Il est convenu que les motocyclistes de «gros cubes» auront besoin d'un permis distinct de celui pour les motos plus petites et moins puissantes. Les candidats devront suivre une formation spéciale et passer un test avant d'obtenir le permis, a déclaré la porte-parole du gouvernement Traisulee Traisoranakul. "Les détails de la formation et du test seront annoncés par le département des transports terrestres", a déclaré Traisulee. «Les objectifs de cette réglementation sont de réduire les accidents de la route et de promouvoir la sécurité des utilisateurs de véhicules ainsi que des piétons, et de mettre à jour les formations et les tests en fonction de la situation actuelle.» Une source du département a déclaré que la réglementation faisait partie de ses efforts pour réduire le nombre croissant d'accidents causés en particulier par les grosses motos, car elles sont plus puissantes que les motos ordinaires et nécessitent un niveau plus élevé de compétences et d'expérience. «L'un des critères pour demander un permis big-bike est que les candidats doivent avoir un certain nombre d'années d'expérience dans la conduite d'une moto normale, afin d'éliminer les conducteurs de gros-cubes inexpérimentés sur la route,» assure notre source. https://forum.thaivisa.com/topic/1178418-big-bike-riders-will-now-need-separate-licence/
  6. Préoccupée par les préjudices potentiels auxquels les jeunes peuvent être confrontés dans le cadre des manifestations en cours en Thaïlande, l’Unicef appelle toutes les parties à respecter le droit des manifestants à la liberté d’expression et à les protéger de toutes les formes de violence et d’intimidation. L’agence des Nations Unies a déclaré que les droits des jeunes à la réunion pacifique et à la liberté d’expression, y compris les manifestations pacifiques, sont inscrits dans la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), le traité des droits de l’homme le plus largement ratifié au monde. La Thaïlande a ratifié la Convention relative aux droits de l'enfant en 1992 et s'est engagée à garantir que les droits des jeunes soient respectés, y compris leur droit d'exprimer leurs opinions de manière pacifique et de faire entendre leur voix. L'UNICEF a également déclaré que toutes les écoles et établissements d'enseignement devraient être des refuges pour les enfants, où ils peuvent exprimer leurs opinions de manière constructive et leurs idées doivent être reconnues. Les écoles et les établissements d'enseignement devraient également offrir aux élèves un espace sûr pour échanger des idées et s'engager dans des discussions significatives, où ils peuvent développer leurs compétences en communication et en négociation et contribuer à trouver des solutions pacifiques aux défis auxquels ils sont confrontés. Tout enfant qui entre en contact avec la loi doit recevoir un soutien en temps opportun et faire l’objet d’une procédure appropriée, sans recours à la violence, à l’intimidation ou aux menaces. https://forum.thaivisa.com/topic/1178306-unicef-reminds-thailand-of-young-people’s-right-to-safety-freedom-of-expression/ Cette mise au point de l'UNICEF a été publiée après la diffusion de photos ou vidéos montrant des professeurs agir de manière "ferme" contre des lycéens faisant le salut à trois doigts. Les autorités ont généralement rappelé aux professeurs qu'ils doivent se contenir mais certains hauts fonctionnaires ont quand même critiquer les jeunes. Par ailleurs, le syndicat des étudiants de l’université Thammasat (TUSU) a publié mardi 18 août sur sa page Facebook la photo d’un homme, soupçonné d’être un fonctionnaire. Il fouillait un dortoir situé près du campus de l’université à Rangsit dans la province de Pathum Thani. TUSU a exhorté les étudiants à enregistrer des clips vidéo et à prendre des photos s'ils voient des personnes fouillant leurs dortoirs. Si les étudiants voient des fonctionnaires présumés, ils doivent demander leur carte d'identité et en prendre des photos, a conseillé TUSU. TUSU a exhorté les étudiants à informer le personnel des dortoirs et à éviter, si possible, de répondre aux questions des fonctionnaires. https://forum.thaivisa.com/topic/1178305-thammasat-students-union-posts-photo-of-official-searching-dormitory/
  7. Buddhipongse Punnakanta, ministre de l'économie et de la société numériques Pas moins de 3083 pages de médias sociaux et sites Web potentiellement en violation de la loi ont été signalés via la page Facebook de DESMonitor, a déclaré mardi 18 août le ministre de l'Économie et de la Société numériques, Buddhipongse Punnakanta. Il a déclaré que du 7 au 17 août, 3 083 pages et sites Web de médias sociaux avaient été signalés, dont 1 395 contrevenaient à la loi sur la criminalité informatique. Sur les 1395 contrevenants, 1014 sont des pages Facebook, 226 clips YouTube, 121 messages Twitter, 25 sites Web et neuf publications TikTok. «Les fonctionnaires du ministère ont recueilli des preuves et les ont soumises au tribunal», a-t-il déclaré. «Le tribunal a jusqu'à présent ordonné la fermeture de 653 pages de réseaux sociaux ou sites Web.» Cependant, a-t-il dit, certaines pages de médias sociaux ont ignoré l'ordonnance du tribunal. "Ceux qui n'obéissent pas à cet ordre seront passibles d'une amende de 200 000 Bt ou 5 000 Bt par jour jusqu'à ce qu'ils améliorent leur contenu conformément à l'article 27 de la loi sur la criminalité informatique", a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1178350-over-3000-websites-social-media-pages-under-ministry’s-eagle-eye/ C'est la raison pour laquelle Thaivisa ne critique jamais les autorités et suggère que les lecteurs curieux de politique locale lisent les médias étrangers. Rappel : les commentaires, souvent ridicules, parfois odieux, sur notre page Facebook ne nuisent pas à Thaivisa mais à Facebook et surtout à la personne qui les rédige. Cependant, pour garder une page Facebook propre, n'hésitez pas à signaler les commentaires qui doivent être supprimés [email protected]
  8. La Thaïlande a été classée comme la destination la plus sûre au monde à visiter pendant la pandémie de Covid-19. Le pays arrive en tête de liste en raison de son score élevé grâce à ses Règles sanitaires (note de 85 sur 100), d'une densité de population modérée et d'un très faible nombre de cas de Covid-19. L’agence de presse malaisienne Malay Mail a récemment rapporté qu’une start-up de voyage basée à Berlin, Tourlane, avait mené une étude le 10 août pour déterminer des destinations de vacances sûres pendant l’épidémie. La société a rassemblé des données et analysé diverses mesures, y compris les heures d'ensoleillement par jour pour les activités de plein air ainsi que les annonces des nouveaux cas de Covid-19 publiés par le Centre européen de prévention des maladies. La densité de population de chaque pays a également été pris en compte pour le classement, qui évalue la capacité d'un pays à répondre aux risques de santé publique et aux urgences nationale et internationale. Les 10 destinations les plus sûres au monde sont: la Thaïlande, la Jordanie, la Polynésie française, la Grèce, l'Uruguay, l'Italie, le Cambodge, le Japon, l'Irlande et le Botswana. Au 16 août, le nombre total de cas confirmés en Thaïlande s'élevait à 3 377 (440 en quarantaine d'État) - 125 sont en cours de traitement, 3 194 ont récupéré et ont été libérés, et il y a eu 58 décès. Il n'y a eu aucun cas national de Covid-19 depuis 83 jours. Le cas d'un Malaisien en plein Bangkok est douteux mais pas confirmé. La Thaïlande est reconnu mondialement comme le pays le plus sûr maintenant que la Nouvelle Zélande et le Vietnam avouent de nouveaux cas. https://forum.thaivisa.com/topic/1178086-thailand-ranked-worlds-safest-tourist-destination-amid-covid-19/
  9. Un tsunami de déchets plastiques sur la plage de Phuket PHUKET: MaAnn Samran, chef de l'administration de Cherng Talay Tambon, a déclaré lundi au Phuket News qu'il enverra des agents pour inspecter l'avalanche de déchets plastiques qui a recouvert de vastes zones des plages de Layan et Leypang et pour organiser un nettoyage. Le déluge de déchets a été poussé à terre par la mousson du sud-ouest au cours du week-end et semble s'étendre sur des kilomètres le long de la plage, de Layan Beach à Laypang Beach sur la baie de Bang Tao, sur la côte ouest de Phuket. Après avoir reçu des images des déchets couvrant d'immenses zones de la plage, M. MaAnn a déclaré qu'il avait été surpris de voir autant d'ordures sur le sable. «Un nettoyage a eu lieu mardi dernier (11 août)», a-t-il dit. Il ne connaissait pas l'état de la plage depuis, a-t-il ajouté. «Habituellement, lorsque nous sommes informés de la présence de déchets sur la plage, nous envoyons des agents enquêter. Permettez-moi d'en parler à nos officiers », a-t-il dit. «Je ne pourrai pas l'inspecter moi-même avant mercredi, mais en attendant, nos officiers vont chercher à nettoyer», a-t-il ajouté. «Nous informerons les gens dès que le nettoyage sera organisé», a déclaré M. MaAnn. Une vidéo montrant l'énorme volume de déchets plastiques recouvrant les plages a été envoyée au Phuket News plus tôt dans la journée. «La quantité de déchets plastiques sur la plage de Laypang / Layan est incroyable. C'est là où les tempêtes ont soufflé », a écrit le lecteur dans un e-mail. «J'ai supposé que tout venait de Thaïlande, mais en y regardant de plus près, il est clair que 95% des ordures proviennent de Malaisie et d'Indonésie,certaines étiquettes le prouvent», a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1178194-flood-of-plastic-waste-washes-ashore-phuket-beach/
  10. BANGKOK (NNT) - Le Premier ministre et ministre de la Défense, le général Prayut Chan-o-cha, a rappelé aux autorités de sécurité de faire preuve de patience et de s'abstenir de toute violence contre les manifestants. La porte-parole du gouvernement, Traisuree Taisaranakul, a déclaré que le général Prayut avait remercié les forces de l'ordre, en particulier les policier pour leur attitude pendant les manifestations sur le plan national. Il a offert un soutien moral et leur a rappelé de s'acquitter de leurs tâches honnêtement, de faire preuve de retenue et d'éviter la violence contre les participants à la manifestation. Il est compréhensible que les gens aient des opinions politiques différentes. Les jeunes peuvent exprimer pleinement leurs opinions, mais ils ne doivent pas aller au-delà du cadre juridique. Mme Traisuree a déclaré que le général Prayut avait exprimé son inquiétude à la fois pour les autorités et les manifestants. Il leur a demandé d'éviter une confrontation, qui pourrait conduire à la violence, disant que les Thaïlandais ne veulent pas que cela se reproduise. À l'heure actuelle, de nombreux pays, dont la Thaïlande, doivent faire face aux effets de la pandémie du COVID-19. Pour surmonter la situation, toutes les parties doivent travailler ensemble. Mme Trairuree a déclaré que le général Prayut attache de l'importance au rôle de la nouvelle génération; sa politique est d'établir une compréhension mutuelle, de réduire l'écart entre jeunes et vieux et de promouvoir l'amour et l'unité. Les peuples de toutes les générations pourraient alors ensemble aider le pays à progresser. Le premier ministre a chargé son cabinet de transformer rapidement sa politique en un plan d'action concret. agence nationale de presse https://forum.thaivisa.com/topic/1178150-pm-prayut-authorities-must-exercise-restraint-avoid-violence-against-protesters/ BANGKOK (NNT) - Le Premier ministre a suivi les rassemblements étudiants et a insisté sur le fait qu'il n'avait pas ordonné l'arrestation des militants étudiants. Le général Prayut Chan-O-Cha a déclaré qu'il suivait la situation politique, y compris le rassemblement étudiant. Le Premier ministre espère que le Parlement résoudra les problèmes selon le processus démocratique. Le gouvernement n’ignore pas les revendications des manifestants et se prépare à proposer un projet de modification de la constitution. Il a demandé à tous les membres de la Chambre des représentants de trouver un moyen de sortir de cette situation, car ils sont les représentants du peuple. Il a également déclaré enfin, qu'il n’avait pas ordonné l’arrestation des militants étudiants, car c’était le devoir de la police. agence nationale de presse https://forum.thaivisa.com/topic/1178151-pm-says-he-did-not-order-student-activist-arrest/ Les observateurs ont du mal à croire que la police a opéré de son propre chef. Cependant, il est possible que les autorités qui ont ordonné à la police d'agir ne se trouvent pas au gouvernement. Par ailleurs, les citoyens observeront l'attitude des professeurs qui font parfois preuve d’extrême sévérité pour des peccadilles et qui pourraient vouloir punir les élèves en utilisant la violence à la suite du "signe des trois doigts" hier dans les lycées.
  11. Une Mère et ses deux adolescents retrouvés morts à Trang Une directrice d'agence bancaire et ses deux adolescents ont été retrouvés morts à l'intérieur de leur maison dans la province de Trang vers 11h30 le lundi 17 août. La police a déclaré que les corps de Sathida Tantararattanapong, 45 ans, ainsi que de son fils de 16 ans et de sa fille de 14 ans avaient été retrouvés couchés ensemble sur un lit. La banque où travaillait Sathida a déclaré que la défunte ne s'était pas présentée à une réunion prévue. Comme elle n'a pas pu être contactée, les responsables de la banque ont appelé son mari Peerapat Tantararattanapong, qui a ensuite dit à sa belle-sœur de jeter un œil à la maison. Cependant, quand la belle-sœur n'a pas pu entrer dans la maison, elle a appelé Peerapat qui s'est précipité pour trouver sa femme et ses enfants gisant morts dans la chambre. Le fils adolescent aurait tenu une arme à feu à la main et son visage était gravement endommagé, tandis que les corps de la mère et de la sœur étaient recouverts d'une couverture. La police soupçonne que les trois personnes se sont disputées, ce qui a poussé le fils à tirer sur sa mère et sa sœur, puis à couvrir les corps par remords avant de se suicider. https://forum.thaivisa.com/topic/1178152-mother-her-two-teenage-children-found-dead-in-trang/ PHUKET: Un homme de 48 ans est mort après avoir été poignardé à la poitrine par un ami avec qui il buvait au parc public de Saphan Hin, à la périphérie de la ville de Phuket, le 16 août. Le lieutenant-colonel Rachan Phanwai de la police de la ville de Phuket a été appelé sur les lieux, un pavillon au bord de la piscine où une «fontaine dansante» divertissait autrefois les foules, à 13 h 13. Sur le sol du pavillon se trouvait Theeraphol Wichaidit, 48 ans, avec deux coups de couteau dans la poitrine. Les secouristes ont conduit Theeraphol à l'hôpital Vachira Phuket, mais il a été déclaré mort des suites de ses blessures à 17 heures, a expliqué le lieutenant-colonel Rachan. Theerapong Plongkrathok, 60 ans, attendait sur les lieux. Il a expliqué qu'il avait poignardé Théeraphol avec une lame de couteau qu'il a remise à la police. Le Lt Col Rachan a expliqué que les deux hommes buvaient ensemble dans le pavillon. Une dispute est survenue au sujet de la clé de moto de Theerapong. Theeraphol a jeté la clé dans la fontaine et a dit à Theerapong qu'il pourrait aller la chercher, a déclaré le lieutenant-colonel Rachan. Cela méritait la peine de mort selon Theerapong qui a poignardé son ami, a ajouté le policier. https://forum.thaivisa.com/topic/1178156-man-dies-stabbed-by-drinking-buddy-at-saphan-hin/
  12. Le chef de l'opposition, Sompong Amornvivat, à gauche, et le président de la Chambre Chuan Leekpai L'opposition a présenté lundi une motion d'amendement de la Constitution au président de la Chambre, Chuan Leekpai. Sompong Amornvivat, chef de l'opposition et leader de Pheu Thai, a déclaré que la Constitution actuelle contient de nombreuses lacunes qui doivent être révisées. L'un des objectifs est la révision de l'article 256 pour faciliter le changement de la dite constitution. Par ailleurs, le chef du Parti démocrate et vice-premier ministre Jurin Laksanawisit a déclaré que son parti soutenait le changement de constitution comme moyen de résoudre les tensions politiques actuelles. https://forum.thaivisa.com/topic/1178172-opposition-submit-motion-for-charter-change/
  13. Les élèves de nombreuses écoles secondaires du pays portaient des rubans blancs et faisaient le salut à trois doigts pendant l'hymne national ce matin comme un symbole de résistance contre la dictature. Les vidéos des étudiants ont été mises en ligne lundi 17 août et sont rapidement devenues virales. Ils ont été retweetés sur Twitter à des centaines de milliers de reprises. Le hashtag devrait rapidement dépasser le million. Cependant, les lycéens ont affirmé avoir été ensuite surveillés par des groupes de personnes d'apparence suspecte dont les cheveux étaient courts comme ceux de soldats. Le militant politique Akkharaphon Thongpoon a publié en ligne des informations sur les élèves de l'école Woranari Chaloem dans la province de Songkhla où les élèves ont été dépouillés de leurs rubans blancs avant d'entrer à l'école alors qu'à l'école voisine Mahavajiravudh Changwat Songkhla, l'activité s'est poursuivie sans interférence. L’école PSU Wittayanusorn Suratthani et l’école Hatyaiwittayalai font également l’objet d’un suivi similaire et les élèves auraient été suivis par l’administration de l’école. Pendant ce temps, des élèves de l'école Si Kranuan Witthayakhom de la province de Khon Kaen ont publié des photos de policiers qui seraient venus surveiller la situation et des étudiants de l'école Benjamarachutit de la province de Ratchaburi ont repéré un groupe de personnes à l'air suspect qui surveillaient leur activité. En suivant le hashtag #โรงเรียนหน้าเขาไม่เอาเผด็จการ on se rend compte que le phénomène s'est étendu à de très nombreuses écoles. On peut voir des professeurs sévir et surtout des milliers de jeunes faisant le signe des trois doigts donnant aux lycées thaïlandais des allures de Hunger Games. La présence de force de l'ordre en civil ne fait que renforcer la référence à Hunger Games. Outre la référence à la dystopie bien connue, ce signe est aussi un rappel de "liberté, égalité, fraternité". Il faut noter que les lycéens prennent des risques bien supérieurs à ceux des étudiants qui manifestent en ville car l'emprise des professeurs, toujours terriblement sévères, est très importantes sur les lycéens qui sont facilement identifiés individuellement. https://forum.thaivisa.com/topic/1178123-students-being-watched-as-pro-democracy-movement-spreads-to-schools/
  14. Le PIB de la Thaïlande recule de 12,2% en glissement annuel au deuxième trimestre, pire résultat depuis 22 ans BANGKOK (Reuters) - L'économie thaïlandaise s'est contractée à son rythme le plus rapide en 22 ans au deuxième trimestre, mais moins que prévu. L'épidémie de coronavirus a frappé le tourisme, les exportations et l'activité intérieure. La deuxième plus grande économie d'Asie du Sud-Est a reculé de 12,2% en avril-juin par rapport à avril-juin 2019, selon les données de l'agence de planification nationale apprend-on lundi. Les experts interrogés par REUTERS avaient prévu une baisse de 13,3%. Sur une base trimestrielle, l'économie a reculé de 9,7% désaisonnalisé en avril - juin, le plus mauvais résultat jamais enregistré, a déclaré le Conseil économique et social. C'est cependant mieux que la contraction de 11,4% prévue par les économistes. L'agence a corrigé ses prévisions de baisse du produit intérieur brut cette année. Le conseil s'attend désormais à une contraction de l'économie de 7,3% à 7,8% en 2020, après avoir précédemment projeté une contraction de 5% à 6%. - - - - REUTERS
  15. Un enfant de deux ans est resté toute la journée dans un minibus : un chauffeur et un enseignant font face à une accusation de négligence entraînant la mort Le porte-parole de la police (RTP), le colonel Pol Krissana Pattanacharoen, a déclaré que le chauffeur du minibus et l'enseignant de service ont été accusés de négligence causant la mort suite au décès de Kongbin, deux ans, samedi. Le garçon a été oublié et laissé dans un minibus presque toute la journée dans une école du sud de la Thaïlande. Sa mère l'avait emmené au minibus de l'école comme d'habitude à 7h14 mardi de la semaine dernière. À 13 h 30, elle s'est inquiétée de ne pas le voir faire des activités de classe dans les (photos des) messages sur l'application LINE. Elle a demandé où il était et l'enseignant lui a dit que son fils n'était pas venu à l'école ce jour-là. Il a été retrouvé dans le minibus dans le coma. Il a été emmené à l'hôpital Phipoon de Nakhon Sri Thammarat puis transféré à l'hôpital Maharat où il est décédé quatre jours plus tard. Les deux responsables encourent une peine de 10 ans de prison et 200 000 bahts d'amende. Il y a quelque temps, le chef de la RTP, le général Pol Chakthip Chaijinda, a lancé un projet intitulé "N'oubliez pas les petits dans le bus" après d'autres drames de cette nature. Le projet était censé sensibiliser à la nécessité de multiples contrôles et de procédures appropriées pour s'assurer qu'il n'y aurait plus de telles tragédies. Malgré cela, des cas comme celui-ci se multiplient, note Thaivisa. Thaivisa en français ajoute que ce qu'on appelle "enseignant de service" est parfois une personne lambda qui n'a aucune formation, ni aucun soucis des enfants et qui d'ailleurs est payée comme tel. https://forum.thaivisa.com/topic/1178078-two-year-old-left-all-day-in-a-van-driverteacher-on-duty-face-negligence-causing-death-charges/
  16. Les forces gouvernementales, qui sillonnaient une rizière dans le district de Yarang, dans la province de Pattani, à la frontière sud de la Thaïlande, ont retrouvé les corps de trois insurgés présumés, apparemment tués lors d’affrontements (avec les forces de l'ordre) qui ont débuté vendredi. Des sources des forces de sécurité bien informées affirment que sept insurgés présumés ont été tués au cours d'une opération qui a duré trois jours pour rechercher et éliminer les insurgés opérant à Tambon Korlum dans le district de Yarang, qui a débuté vendredi. Les sources ont ajouté que des officiers médico-légaux avaient pris les empreintes digitales des trois corps pour identification. Les fusils d'assaut saisis sur les lieux des affrontements sont également en cours d'analyse, pour savoir où et quand ils ont été utilisés pour commettre des crimes. https://forum.thaivisa.com/topic/1178047-bodies-of-three-suspected-insurgents-found-in-rice-field-in-pattani/
  17. Malgré des résultats impressionnants dans le contrôle du COVID-19, la Thaïlande n'est pas à l'abri d'une deuxième vague d'infections, préviennent les experts. De nombreux facteurs pourraient déclencher une nouvelle vague d'infections dans tout le pays, selon le professeur Dr Thiravat Hemachudha, de la Croix-Rouge thaïlandaise. «D'abord et avant tout, les Thaïlandais sont convaincus que le pays est complètement exempt de cas de COVID-19 et baissent la garde. En ne portant pas de masque facial, en ne se lavant pas fréquemment les mains et en ne conservant pas les distances sociales, ils ont créé des risques », a souligné l'expert. La Thaïlande n'a pas vu de transmission locale du virus depuis environ 80 jours, selon les données de l' Administration en charge. Cependant, Thiravat a averti qu'il était impossible pour la Thaïlande d'être complètement exempte de cas locaux de COVID-19 six mois seulement après le début de la propagation du virus dans le monde et alors que de nombreux pays connaissent encore des taux d'infection élevés. Il peut sembler que le coronavirus a été éradiqué du pays, mais uniquement parce que les personnes infectées sont asymptomatiques, a-t-il déclaré. «Les jeunes qui sont encore en bonne santé peuvent ne présenter aucun symptôme après avoir contracté le virus. Mais bien qu'asymptomatiques, ils peuvent propager la maladie », a-t-il expliqué. Il a ajouté que l'utilisation des transports en commun augmentait le risque d'infection. Permettre aux jeunes enfants de retourner en classe est également un gros risque car il est difficile de les séparer, a-t-il déclaré. «En ce qui concerne les personnes qui arrivent de l'étranger, un contrôle et une quarantaine stricts doivent rester en place. Le Dr Tanarak Plipat, du département de contrôle des maladies, a reconnu que les chances pour la Thaïlande de faire face à une deuxième vague de COVID-19 sont élevées. «Mais nous espérons que la propagation du coronavirus, si elle se produit, sera limitée», a-t-il déclaré. Les deux médecins s'expriment à un moment où de nombreuses entreprises en Thaïlande souffrent des retombées de COVID-19. Le virus a, à ce jour, infecté 21 millions de personnes dans le monde et tué au moins 745 000 personnes. Tanarak a déclaré que l'objectif de la Thaïlande n'était pas zéro cas de coronavirus, mais de contrôler sa propagation aussi efficacement que possible. «Si nous détectons des infections COVID-19 en Thaïlande, nous devons essayer de nous assurer que l'épidémie est contrôlée et ne se propage pas largement», a-t-il déclaré. Cependant, pour y parvenir, le public devra changer d'attitude. Il a dit qu'il était temps que les gens réalisent qu'ils pourront sortir même si le COVID-19 circule. «En fait, même après la mise à disposition d'un vaccin COVID-19, la maladie existera toujours. Les précautions et les vaccinations empêcheront simplement COVID-19 de submerger les hôpitaux », a-t-il ajouté. De nouvelles poussées à l'étranger Il a souligné que la Thaïlande devrait apprendre du Vietnam, qui avait réussi à contrôler l'épidémie de COVID-19 jusqu'à ce que des cas locaux commencent soudainement à émerger dans la ville touristique de Danang. La ville a subi au moins 355 cas et 11 décès depuis que l'épidémie a frappé à la fin du mois dernier. "On ne sait toujours pas comment COVID-19 a soudainement refait surface au Vietnam", a déclaré Tanarak, ajoutant que le virus aurait pu rester sous le radar pendant des semaines avant d'exploser à nouveau lorsque les gens ont baissé la garde. Une autre cause possible était la mise en quarantaine défectueuse des personnes revenant de l'étranger ou des migrants illégaux qui traversent la frontière, a-t-il déclaré. Hong Kong, qui a été saluée dans le monde entier pour sa lutte efficace contre COVID-19 plus tôt cette année, a depuis été frappée par une deuxième et une troisième vague d'infections. La Nouvelle-Zélande a été touchée par une deuxième vague et devra bientôt décider si elle doit maintenir son confinement compte tenu de l'énorme coût économique et du fait que le virus ne peut pas être définitivement supprimé. Deuxième vague potentielle Tanarak a déclaré que les précautions prises par les personnes et les organisations, ainsi que la détection précoce des cas de COVID-19, étaient cruciales pour contenir la deuxième vague. Il a insisté sur le fait que les gens devraient continuer à porter des masques faciaux, se laver fréquemment les mains, manger des plats chauds bien cuits et éviter les endroits bondés. Il a recommandé aux entreprises de pratiquer le télétravail autant que possible, ou au moins d'organiser des horaires de travail flexibles pour éviter la surpopulation. Il a souligné que des mesures de distanciation physique doivent également être en place. «Les endroits fermés et climatisés sont 19 fois plus dangereux que l'extérieur», a-t-il déclaré. Les établissements médicaux, quant à eux, doivent continuer à rechercher activement les cas de COVID-19, a-t-il ajouté. «N'attendez pas qu'un cluster se produise», a-t-il déclaré. Tanarak a révélé que les efforts de traçage et de test étaient opérationnels. Par exemple, lorsqu'un soldat égyptien visitant Rayong s'est avéré positif à COVID-19, environ 1000 échantillons par jour ont été rapidement collectés à l'aide d'un véhicule médical pour déterminer si des personnes vivant dans les environs avaient été infectées. Les autorités se sont également préparées à une éventuelle nouvelle éruption de COVID-19. Par exemple, il y a maintenant 1,12 million de masques N95 et 511 000 équipements de protection individuelle en stock pour le personnel médical. «Nous avons également 11 000 respirateurs disponibles», a déclaré Tanarak. Il a ajouté que tous les rapatriés d'outre-mer étaient soumis à des tests COVID-19 obligatoires, à un isolement immédiat et à un traitement médical s'ils étaient infectés. «Être sur le qui-vive et réagir rapidement devrait nous aider à contenir la deuxième vague, quand elle se produira», a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1178081-can-thailand-escape-a-second-wave-of-covid-19/
  18. Des militants thaïlandais mettent au défi la police de les arrêter suite aux manifestations Anon Nampa, l'un des leaders des récentes manifestations antigouvernementales, se présente à un officier lors d'un rassemblement pour demander au gouvernement de démissionner, de dissoudre le parlement et de tenir de nouvelles élections en vertu d'une constitution révisée, à Bangkok, Thaïlande, le 16 août , 2020. REUTERS / Jorge Silva BANGKOK (Reuters) - Un groupe de militants thaïlandais s'est présenté dimanche à un poste de police de Bangkok et a mis au défi les policiers de les arrêter pour avoir organisé des manifestations ces dernières semaines, ont indiqué des témoins. Les opposants avaient défilé en groupe depuis les lieux de la plus grande manifestation antigouvernementale depuis des années à Bangkok, où plus de 10 000 personnes s'étaient rassemblées. «Si vous avez un mandat, arrêtez-nous», ont scandé les militants au poste de police. Trois militants ont déjà été arrêtés à la suite des récentes manifestations et libérés sous caution, mais la police a déclaré qu'il y avait des mandats d'arrêt contre 12 autres personnes. D'autres sont sous enquête. La police du commissariat a déclaré qu'elle vérifierait la liste des mandats d'arrêt contre ceux qui avaient défilé. - - REUTERS Thaivisa respecte à la lettre les lois du pays et les instructions gouvernementales. Aussi, nous pratiquons l'auto-censure, comme tout le monde. Pour avoir le détail des revendications de certains opposants, il faut lire les médias étrangers, en particulier en anglais. Le meilleur média est Twitter où quelques comptes en anglais sont pertinents et peuvent s'exprimer plus librement que le site d'un journal officiel. Par ailleurs, si les manifestations sont modestes, des millions de Thaïlandais expriment leur soutien aux manifestations sur les réseaux sociaux. Articles en français https://www.lemonde.fr/international/article/2020/08/16/thailande-manifestation-massive-a-bangkok-contre-le-gouvernement-et-pour-une-reforme-de-la-monarchie_6049066_3210.html https://www.dhnet.be/dernieres-depeches/belga/thailande-une-manifestation-pro-democratie-reunit-10-000-personnes-a-bangkok-5f393616d8ad5862197d73ce https://fr.euronews.com/2020/08/16/le-mouvement-pro-democratie-continue-a-prendre-de-l-ampleur-en-thailande
  19. Le tribunal pénal a accordé samedi la liberté sous caution au militant étudiant Parit Chiwarak à la condition qu'il ne répète pas les infractions présumées. Un professeur adjoint de l'Université Thammasat, Adisorn Chantarasuk, est le garant. Parit a été arrêté le 14 août pour huit chefs d'accusation: provocation de troubles, tenue d'un rassemblement illégal de plus de 10 personnes pour des activités qui ont provoqué des troubles, tenue d'activités exposant le public au risque de contagion, blocage de la voie publique, obstruction de la circulation, placement d'objets dans les rues, utilisation de haut-parleurs sans autorisation préalable et utilisation de la force contre d'autres personnes mais sans nuire à leur corps ou à leur esprit. Samedi, le tribunal pénal aurait émis des mandats d'arrêt contre 15 autres personnes pour des raisons de sécurité liées à des rassemblements politiques. Les enquêteurs de la police rassemblent également des preuves pour demander des mandats pour arrêter 16 autres personnes. Parit, tous comme ses deux camarades arrêtés puis libérés la semaine dernière ne compte pas se taire. Une manifestation est prévue ce dimanche. On attend quelques milliers de jeunes. Une contre manifestation est prévue également. On attend quelques dizaines de personnes plus âgées. 32 députés du parti Pheu Thai se sont engagés à soutenir les manifestants étudiants pro-démocratie et ont proposé de fournir une caution en cas d'arrestation. https://forum.thaivisa.com/topic/1177925-32-pheu-thai-mps-vow-to-stand-by-student-protesters/ https://forum.thaivisa.com/topic/1177926-court-grants-bail-to-student-activist-parit/
  20. Bangkok (VNA) - Le gouvernement thaïlandais prévoit de dépenser 100 milliards de bahts (environ 3,2 milliards de dollars) pour creuser un canal de 240 kilomètres reliant la province de Chai Nat au golfe de Thaïlande afin d'éviter les inondations dans le centre du royaume, selon l'Office des ressources nationales en eau (Office of National Water Resources - ONWR). La construction de l'ouvrage devrait commencer l'année prochaine et il faudrait 10 ans pour l'achever, a déclaré le 14 août Somkiat Prajamwong, secrétaire général de l'ONWR. Il s'agit de l'un des neuf projets d'infrastructure de gestion de l'eau du gouvernement visant à empêcher la répétition des inondations catastrophiques de 2011 dans le royaume qui avait fait plus de 800 morts et entraîné le déplacement de millions de personnes. Le plan directeur, baptisé "Plans de gestion des inondations pour le bassin du fleuve Chao Phraya", a été rédigé par des agences gouvernementales en collaboration avec l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA). L'ONWR a déclaré que ce canal de 240 km est le plus grand projet en termes d'investissement, ajoutant qu'il devrait être construit à l'écart de zones d'habitations. Le 12 août, le cabinet thaïlandais a approuvé 11,8 milliards de bahts supplémentaires (387,9 millions de dollars) pour lutter contre la sécheresse et les inondations dans tout le pays. -VNA https://fr.vietnamplus.vn/la-thailande-prevoit-de-creuser-un-canal-de-240-kilometres-contre-les-inondations/143412.vnp
  21. Deux travailleurs migrants du Myanmar condamnés à mort en Thaïlande pour le meurtre en 2014 de deux routards britanniques ont vu leur peine commuée en prison à vie vendredi suite à un décret royal, a déclaré leur avocat. Les deux Birmans, Zaw Lin et Win Zaw Htun, ont été condamnés à mort pour le meurtre de David Miller et le meurtre et le viol de Hannah Witheridge, dont les corps ont été découverts sur une plage de l’île touristique de Koh Tao en septembre 2014. Les deux hommes ont été reconnus coupables et condamnés en 2015 et le verdict a été confirmé par une cour d’appel en 2017 et la Cour suprême en août 2019. Les condamnations ont largement suscitées la controverse. Les partisans des deux hommes faisant valoir qu’ils avaient été piégés, condamnés à priori et qu’ils avaient initialement avoué les crimes sous la contrainte de la police. Leurs peines sont réduites à la réclusion à perpétuité après la publication d’un décret de grâce royale vendredi, a déclaré à Reuters leur avocat Nakhon Chompuchat. « Tous les deux sont éligibles en vertu du décret de grâce royale. Leur peine de mort est commuée en réclusion à perpétuité », a déclaré Nakhon. «Ils auront également la possibilité de réduire davantage leurs peines grâce à un bon comportement.» L'avocat fait ici référence à une possible sortie de prison après quelques décennies de détention. Le décret publié vendredi indique que les grâces royales avaient été accordées à l'occasion de l’anniversaire du roi le 28 juillet et pour «illustrer la clémence du roi». On ne sait pas exactement combien de détenus vont bénéficier d’une grâce ou d’une réduction de peine selon les différents critères énumérés dans le décret. Les remises de peines ne sont pas spécialement accordées à ces deux Birmans mais ce sont les plus célèbres des détenus qui bénéficieront de la grâce royale. On devrait donc compter des dizaines de milliers de libérations immédiates pour des condamnés à des peines courtes. Les prisons thaïlandaises sont plus que pleines avec 350 000 détenus pour 200 000 places. - - - - REUTERS
  22. Le nombre total de chômeurs dans le pays est d'environ 2 à 3 millions, selon le Conseil économique et social, alors qu'on en redoutait 7 à 8 millions, a déclaré vendredi 14 août le ministre du Travail Suchart Chomklin. Il a dit qu'il surveillerait lui-même la situation du chômage des nouveaux diplômés arrivant sur le marché du travail. Le ministre a ajouté qu'il s'adresserait aux ministères concernés tels que l'éducation, le commerce et l'industrie. En outre, Suchart a pour objectif de créer un centre national du travail dans son ministère, intégrant différents départements pour un fonctionnement plus efficace. Le ministre a dit qu'il serait à la tête de ce centre et qu'il surveillerait lui-même l'ensemble de son fonctionnement. Suchart a déclaré qu'il avait demandé au département de l'Emploi d'enquêter sur le nombre de chômeurs, ainsi que sur la situation du marché du travail. https://forum.thaivisa.com/topic/1177703-unemployment-figures-better-than-expected-says-labour-minister/
  23. THAI Airways enregistre au premier semestre une perte de 28 milliards de bahts Le transporteur national thaïlandais à court d'argent cherche à organiser une restructuration par le biais du tribunal des faillites du royaume, avait déclaré le 19 mai 2020 le Premier ministre Prayut Chan-O-Cha. Thai Airways International a subi environ 28 milliards de bahts de pertes pour le premier semestre de cette année, principalement attribuables à la pandémie COVID-19, qui a gravement affecté ses opérations. Le président par intérim de la THAÏ, Charnsin Treenuchagron, a déclaré aujourd'hui que la pandémie de COVID-19 avait conduit de nombreux pays à imposer des mesures de confinement et des restrictions de voyage. THAI, a-t-il dit, a dû réduire ses vols en fonction de la réduction du nombre de passagers. Pour le premier trimestre de cette année, M. Charnsin a révélé que la compagnie aérienne nationale et ses sociétés affiliées avaient enregistré 38 milliards de bahts de revenus, soit une baisse de 23,7 milliards par rapport à la même période de l'année dernière, en grande partie en raison de la forte réduction de passagers et fret. Les dépenses du premier trimestre se sont élevées à 42,61 milliards de bahts, soit environ 8,09 milliards de bahts de moins que les dépenses de la même période l'an dernier, entraînant une perte de 22,676 milliards de bahts. Au deuxième trimestre, la pandémie du COVID-19 s'est intensifiée, affectant l'industrie du transport aérien dans le monde entier, forçant l'Autorité de l'aviation civile thaïlandaise à interdire temporairement tous les vols entrants, a déclaré M. Charnsin, ajoutant que THAI avait été contraint de suspendre complètement ses opérations à titre temporaire. Malgré l'interdiction des vols entrants, il a ajouté que THAI continuait de se serrer la ceinture, de maintenir sa liquidité et, dans le même temps, d'opérer des vols charters et de rapatriement, révélant que le nombre de passagers pour le premier semestre avait baissé de 98,6% pour atteindre environ 80 000 passagers. Pour le deuxième trimestre, THAI a réalisé un chiffre d'affaires de 2,492 milliards de bahts, contre 40,017 milliards de bahts pour la même période l'année dernière. La réduction volontaire des salaires de la direction et du personnel d’avril à décembre a réduit les dépenses de l’entreprise pour le deuxième trimestre à 16,193 milliards de bahts, soit environ 67,4% de moins que l’année précédente. Par comparaison les pertes d'Air France - KLM s'élèvent à 4 milliards d'euros pour la même période soit 146 milliards de bahts. https://www.thaipbsworld.com/thai-airways-registers-first-half-loss-of-28-billion-baht/
  24. PHUKET: Le général Natthapol Nakpanit, qui préside le comité chargé du déconfinement au sein de l'administration en charge de Covid (CCSA), a déclaré que les bulles de voyage à Phuket pourraient commencer dès le début du mois prochain avec un petit groupe d'essai arrivant via Bangkok. Le général Natthapol a annoncé la nouvelle après une réunion à Phuket le 13 août. Il était à Phuket pour entendre les habitants de l'île quant à leur disposition à recevoir des touristes. Le général Natthapol a souligné que le Premier ministre Prayut Chan-o-cha était particulièrement préoccupé par l'état de préparation de Phuket et l'avait chargé de se rendre personnellement à Phuket afin d'obtenir des informations claires. Dans son discours à la réunion, en présence du gouverneur de Phuket Narong Woonciew, le général Natthapol a expliqué que pour ouvrir Phuket aux bulles de voyage, les touristes devraient respecter des règles strictes. L'aéroport international de Phuket devrait appliquer les mêmes pratiques sanitaires que l'aéroport Suvarnabhumi de Bangkok. Cependant, a-t-il ajouté, «ceux qui viennent de l'étranger doivent être contrôlés dans des lieux de quarantaine d'État, et non à l'aéroport, afin d'éviter la congestion.» La Dr Walairat, du CCSA, a expliqué que l'aéroport doit avoir des zones spéciales désignées pour de telles arrivées. Les touristes doivent être rassemblés et directement emmenés vers leurs sites de quarantaine d'État. «Les véhicules doivent avoir des cloisons entre conducteurs et passagers», a-t-elle déclaré. «Sur les sites de quarantaine, les touristes devront rester seul dans leur chambre, à moins qu'ils ne viennent en famille. Ce sera à la discrétion des officiers. Ils seront testés pour COVID deux fois au cours des 14 jours de quarantaine », a ajouté le Dr Walairat. «Les zones où ils peuvent aller doivent être limitées et clairement séparées des autres touristes afin que les hôtels puissent également être ouverts pour recevoir d'autres clients», a-t-elle déclaré. Des ALSQ (Alternative à la quarantaine d'état) efficaces et suffisants doivent être disponibles et approuvés par le ministère de la Santé publique, et les zones touristiques que les visiteurs peuvent visiter doivent être clairement définies afin que les mesures anti-COVID-19 puissent être appliquées. «Il doit y avoir un contrôle strict sur l'observation des personnes qui entrent et sortent de Phuket par voie terrestre et maritime pour le bien-être des résidents de Phuket également», a-t-il ajouté. Il est également essentiel que les autorités provinciales disposent du personnel médical et de l'équipement en cas de nouvelle épidémie. «Concernant l'assouplissement [des mesures de protection contre le COVID-19] pour permettre aux étrangers, en particulier aux touristes, de venir à Phuket, le secteur privé doit être prêt et le secteur public doit être prêt. Si Phuket n'est pas prêt, cela ne sera pas autorisé », a déclaré clairement le général Nattapol. Le chef du bureau de santé publique de Phuket (PPHO), Thanit Sermkaew, a expliqué Phuket dispose déjà d'une équipe pour prendre en charge les personnes venant de l'étranger. Il a également souligné que Phuket avait déjà des hôtels qui avaient demandé à être approuvés en tant qu'établissements alternatifs de quarantaine d'État locale (ALSQ). «À ce stade, 51 hôtels ont demandé à être approuvés comme lieux ALSQ, mais jusqu'à présent, seuls deux ont été approuvés», a-t-il déclaré. Le président de la Chambre de commerce, Thanusak Phungdet, a expliqué que la plupart des habitants de Phuket étaient d'accord avec la réouverture pour accueillir les étrangers. Bhumikitti Ruktaengam, président de l'Association du tourisme de Phuket, a souligné que les touristes pourraient ne venir que de pays jugés «sûrs». «Nous les sélectionnerons en fonction de leur taux d'infection. Nous pouvons choisir des personnes provenant de pays qui sont à l'abri du COVID-19, comme la Suède (sic !), la Corée du Sud, Taïwan, etc. », a-t-il déclaré. "Nous pouvons également promouvoir et mettre en place des vols charters depuis les pays sûrs", a déclaré M. Bhumikitti. Lorsqu'on lui a demandé si les bulles de voyage commenceraient le 1er septembre, Le général Natthapol a déclaré: «Nous devons réfléchir. Nous pouvons commencer par laisser venir de petits groupes d'étrangers, car je pense qu'il sera facile pour les agents de les contrôler. «Le groupe pilote doit comprendre moins de 100 personnes afin de tester notre processus et l'état de préparation des officiers concernés. Nous devons penser aux sentiments de ceux qui sont toujours préoccupés par la pandémie », a-t-il ajouté. «Le premier groupe pilote peut arriver la semaine prochaine afin de tester le processus et les agents, car à ce stade, Phuket dispose déjà de lieux alternatifs de quarantaine d'État locale (ALSQ) qui sont prêts à les accueillir. », a déclaré le général Natthaphol. «Un groupe pilote, d'environ cinq personnes, pourrait être composé de rapatriés arrivés à Bangkok puis amenés à Phuket. «Le groupe pilote pourrait être des étudiants étrangers qui étudient à Phuket, car ils doivent de toute façon venir à Phuket. », a-t-il ajouté. Cependant, le général Natthaphol a soutenu qu'à ce stade, tout nouvel arrivant doit d'abord être autorisé à entrer dans le pays à Bangkok. «Avant de venir à Phuket, ces personnes doivent être autorisées par la CCSA. Nous n'autorisons pas les arrivées directes à Phuket [sans avoir été préalablement contrôlés]. », a assuré le Gén Natthaphol. Le général Natthaphol a également répété la position du gouvernement selon laquelle les bulles de voyage ne seront pas mises en place tant que le gouvernement ne sera pas convaincu que les précautions appropriées sont en place. «Si tout le monde est d'accord et soutient les bulles de voyage, alors nous pouvons commencer rapidement. Mais si certaines personnes ne sont toujours pas d'accord, cela peut prendre du temps. », a-t-il déclaré. Le général Natthaphol a également exprimé son approbation pour que la CCSA ouvre un bureau à Phuket. «J'ai déjà dit au gouverneur de Phuket que si Phuket veut assouplir certaines mesures, il doit y avoir des agents du gouvernement central qui viennent ici pour donner des conseils. Par conséquent, je pense qu'il devrait y avoir un bureau du CCSA à Phuket », a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1177675-phuket-travel-bubbles-to-begin-with-test-group/
  25. Un "tueur à gage" a déclaré à la police de la province de Phang Nga, dans le sud de la Thaïlande, qu'il n'avait reçu que 2500 bahts pour commettre un meurtre. L'argent provenait d'une personne à qui la victime devait de l'argent. Ce commanditaire affirmait avoir été poignardé en tentant de la récupérer son du. Leuang, 38 ans, une pêcheur de crabes, originaire de Buriram, a été retrouvée samedi dans le fossé d'une plantation de palmiers à huile dans la juridiction de police de Takuathung. Elle avait reçu une balle dans la tête. La police a rapidement arrêté Phakorn, 26 ans, le tueur à gages, dans une maison de la ville et a saisi un fusil de chasse et des munitions comme pièces à conviction. Après l'interrogatoire du suspect, un mandat d’arrêt a été lancé contre le commanditaire du crime. Phakorn - accusé de meurtre et d'infractions liées aux armes - a tout admis, a déclaré hier le chef de la police provinciale Pol Maj-Gén Tharatcha Thomphat. Le tueur a déclaré qu'il s'était rendu à la palmeraie le 3 août et avait eu une brève conversation avec sa cible. Il lui a ensuite tiré une balle dans la tête et a fui la scène de crime. Il a dit qu'il ne connaissait pas le montant de la dette. Il affirmé que le commanditaire prétendait avoir été poignardé par Leuang quand il a voulu récupérer ses sous. Le général de division Tharatcha a confirmé les détails en disant qu'il s'agissait d'un cas de vengeance. Un mandat d'arrêt contre la personne qui avait embauché Phakorn, à 2500 bahts par tête, a été demandé. https://forum.thaivisa.com/topic/1177673-price-of-a-life-hired-gunman-said-he-was-paid-2500-baht-for-murder/