Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 530
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Un motocycliste a été assassiné à Bangkok la nuit dernière pour un collier d'un poids d'un baht d'or qu'il portait autour du cou. Un homme qui allait récupérer sa petite amie à Pahonyothin Soi 54/1 a déclaré que deux hommes à moto l'avaient accosté près du pont Duang Manee mais qu'il avait réussi à s'échapper. Malheureusement, la personne qui le suivait à moto n'a pas eu cette chance. Les motocyclistes ne se connaissaient pas. La victime a été poignardée dans le dos et le bras et les bandits ont volé son collier. Les médias ont rapporté que la victime a été transportée à l'hôpital mais est décédée. Les 2 malfrats roulaient sur une Honda Wave sans plaque. Ils étaient tous deux vêtus de noir avec un pantalon long. Le passager portait un casque vert. Les médias ont déclaré que le prix de l'or est élevé en ce moment et que les gens ne devraient pas porter de bijoux lorsqu'ils sortent. Après la pandémie, le prix du baht d'or à Bangkok est désormais d'environ 30 000 bahts, note Thaivisa, contre environ 23 000 bahts en février. La police Sai Mai dans le nord de Bangkok mène une enquête. https://forum.thaivisa.com/topic/1177003-price-of-gold-is-high-price-of-death-is-one-necklace-motorcyclist-murdered-in-bangkok/
  2. TOKYO / BANGKOK - Pour l'opérateur de magasins de proximité FamilyMart, le signe de problèmes en Thaïlande peut être attribué à son déploiement de marmites à ragoût japonaises dans les magasins qui rebutent les clients qui ne connaissent pas. L'offre de ce plat, très populaire sur le marché domestique, n'a jamais gagné beaucoup de terrain à l'extérieur. «Je n'ai jamais essayé cela auparavant», a déclaré un client sortant du magasin. "Je n'aime pas l'odeur du poisson", a commenté un autre. Avec des résultats médiocres FamilyMart a transféré en mai sa participation de 49% dans sa joint-venture thaïlandaise à son partenaire Central Group, actant une sortie effective. Ce retrait n'est que le dernier problème sur les marchés asiatiques. Pourtant, alors que le marché japonais vieillissant continue de se contracter, FamilyMart doit se tourner vers les marchés étrangers pour une croissance à long terme. "Malheureusement, le match est perdu en Thaïlande", a déclaré un cadre de FamilyMart. Les magasins conserveront toujours le nom de l'entreprise. Mais il s'agit en fait d'un retrait complet du marché. FamilyMart a ouvert son premier magasin de proximité thaïlandais en 1993. Mais pendant les décennies suivantes, la chaîne s'est heurtée à des barrières culturelles locales. La chaîne de magasins de proximité japonaise Seven-Eleven, le plus grand rival de FamilyMart, a finalement pris le dessus en Thaïlande en s'associant à Charoen Pokphand, le premier conglomérat du pays. Aujourd'hui, les magasins 7-Eleven sont omniprésents dans le pays avec environ 12 000 points de vente disséminés partout. Seven-Eleven a tiré parti de la taille monstrueuse de Charoen Pokphand dans l'approvisionnement alimentaire et la logistique. En revanche, FamilyMart n'est pas allé au delà d'environ 1 000 magasins de proximité. «Parce que [FamilyMart] n'a pu installer que partiellement l'entreprise, il n'a pas pu capter un large public », a déclaré Kenichi Shimomura, du cabinet de conseil allemand Roland Berger. En Chine, la société a ouvert 2 800 emplacements après s'être installée en 2004. Cette échelle a valu à FamilyMart la distinction de plus grand opérateur étranger de magasins de proximité, surpassée seulement par quatre rivaux locaux. A Taiwan, FamilyMart a intenté une action juridique en 2018 pour dissoudre son partenariat avec le groupe Ting Hsin. En Corée du Sud, FamilyMart avait réussi sa plus grande implantation à l'étranger avec 8 000 sites. Mais cela est parti en fumée en 2014 lorsque la société a quitté le partenariat avec BGF Retail, de Séoul, car leurs liens se sont détériorés. «Une relation avec un partenaire local est l'aspect le plus important à l'étranger», a déclaré un cadre d'une chaîne japonaise rivale. En septembre 2016, le président de FamilyMart, Takashi Sawada, a annoncé l'objectif ambitieux d'avoir plus de 10 000 sites à l'étranger d'ici 2021. Mais le décompte n'est plus que d'environ 8 000 sur sept marchés asiatiques. Le leadership d'Itochu, nouveau partenaire prioritaire de Family Mart, jouera un rôle crucial pour déterminer si le changement stratégique à l'étranger de FamilyMart porte ses fruits. https://forum.thaivisa.com/topic/1176984-familymart-looks-to-halt-asia-losing-streak-after-thailand-retreat/
  3. La Thaïlande fait partie des sept pays et territoires classés dans le dernier avis aux voyageurs américains comme étant à faible risque d'infection au COVID-19. Le professeur Dr Nop Siriruek Songsivilai, secrétaire général du Comité national de recherche, a déclaré dimanche que l'inclusion de la Thaïlande dans la liste des pays à faible risque était une information importante et une bonne nouvelle pour le pays. Les autres endroits à faible risque de la liste sont la Nouvelle-Zélande, les Fidji et des îles des Caraïbes dont Bonorae, Saba et Saint Barthélemy. L'avis de voyage a été préparé par le Département d'État américain et les Centers for Diseases Control (CDC) sur la base d'évaluations périodiques des infections, des incidents de voyage, d'infrastructures de santé de base et de professionnels de la santé, ainsi que de la gestion du contrôle des maladies dans chaque endroit. Sur les 241 pays et territoires du monde, 207 appartiennent au groupe à haut risque, 13 au groupe à très faible risque qui comprend le Brunei, le Laos, Macao, Taiwan, le Timor-Leste. Certains territoires ne sont pas classés car les informations sont insuffisantes pour permettre leur évaluation. https://forum.thaivisa.com/topic/1176930-thailand-listed-in-us-travel-advisory-as-one-of-seven-covid-19-low-risk-locations/
  4. agence gouvernementale - Le Thailand Development Research Institute soutient le projet qui obligeraient les personnes âgées de nouveaux tests de conduite si elles ont un permis de conduire à vie, en particulier les automobilistes âgés de 70 ans et plus, dans un souci de sécurité publique. Le problème ne se pose pas pour les plus jeunes puisqu'ils n'ont pas de permis de conduire à vie et doivent passer un test tous les 5 ans. Sumet Ongkittikul, directeur de recherche de TDRI a déclaré que l’idée du Département des transports terrestres de rappeler les permis de conduire à vie était un sujet de discussion parmi les universitaires depuis longtemps car elle concerne la sécurité routière. La délivrance de permis de conduire à vie s'est arrêtée dans le monde entier. Rappeler les permis "à vie" est aussi une politique des pays qui avaient délivré des permis de conduire à vie, y compris le Japon qui est une société vieillissante, comme la Thaïlande, a-t-il dit. Lorsque les conducteurs japonais sont vieux, ils sont encouragés à rendre leur permis de conduire pour la sécurité publique. Les personnes âgées perdent leurs compétences de conduite et souffrent également de maladies chroniques susceptibles d'entraver la conduite et de provoquer des accidents, a déclaré M. Sumet. Il a suggéré que la nouvelle politique soit d'abord appliquée aux personnes âgées de 70 ans et plus puis évaluée avant d'être étendue aux personnes âgées de 65 ans et plus. Il a déclaré que les conducteurs de moins de 60 ans devraient être épargnés pour réduire les coûts. Les automobiliste de plus de 70 ans ne sont pas responsables du carnage routier thaïlandais mais toute mesure draconienne est un pas de plus vers les vraies décisions toujours attendues. https://forum.thaivisa.com/topic/1176880-tdri-backs-fresh-driving-tests-for-the-elderly/
  5. Anon Nampa, à gauche, un éminent avocat des droits de l'homme, et Phanuphong Chatnok, membre de Eastern Youth for Democracy Le tribunal pénal de Ratchadaphisek Road à Bangkok a accordé samedi la liberté provisoire sous caution à deux militants - Anon Nampa, un éminent avocat des droits de l'homme, et Phanuphong Chatnok, membre de Eastern Youth for Democracy. Karom Polpornklang, député de Move Forward Party, qui est également l'avocat des deux militants, a déclaré que la mise en liberté provisoire était conditionnée à ce que les deux ne répètent pas les activités qui ont conduit à leurs accusations, c'est à dire : cessent de manifester. La libération a eu lieu après que la police a demandé au tribunal de les maintenir en détention en attendant la fin de l'enquête. Ils sont inculpés de sept chefs d'accusation. Les accusations comprenaient la provocation de troubles, le rassemblement illégal de plus de 10 personnes pour organiser des activités qui ont causé des troubles, la tenue d'activités qui exposent le public à une contagion, le blocage des voies publiques, l'obstruction de la circulation, le placement d'objets dans les rues et l'utilisation de haut-parleurs électriques sans préalable approbation. Anon a insisté sur le fait qu'il n'avait pas provoqué de troubles. Il a ajouté que le gouvernement devrait écouter ceux qui ont des opinions différentes. Anon, 35 ans, est l'une des figures clés du rassemblement anti-gouvernemental depuis le 18 juillet. Phanuphong, 23 ans, avait tenu une pancarte pour protester contre le Premier ministre Prayut Chan-o-cha lors de sa visite à Rayong. Anon et Panupong semblaient en bonne santé lorsqu'ils sont sortis du tribunal et se sont engagés à continuer de protester. «Nous nous joindrons à des manifestations conformes à la constitution, a déclaré Anon. Il a dit qu'il avait toujours agi pacifiquement conformément à la constitution et que le gouvernement devrait cesser son harcèlement. Leur libération n’a toutefois pas apaisé plus de 1 000 manifestants qui ont organisé un rassemblement antigouvernemental dans le quartier commerçant de Bangkok. «Ne harcelez pas les citoyens», ont crié les manifestants sur un pont devant le centre commercial MBK malgré les appels de la police à se disperser. Le colonel de police Patikorn Sornchai a déclaré que les manifestants enfreignaient clairement la loi d'urgence après avoir reçu l'ordre de se disperser et qu'ils feraient l'objet d'une enquête. https://forum.thaivisa.com/topic/1176889-two-pro-democracy-activists-given-conditional-bail/
  6. L'administration en charge de Covid (CCSA) et divers ministères étudient une nouvelle étape de déconfinement, a déclaré le porte-parole du CCSA, le Dr Taweesin Visanuyothin. Les questions en suspens : 1. Cours à 100% à l'école, donc fin de l'enseignement en ligne à mi-temps. 2. Transport public sans limite. 3. Compétitions sportives avec spectateurs. 4. Restauration dans les avions. 5. Prolongation de l'heure de fermeture des lieux de divertissement de minuit à 2 heures du matin. Le comité, qui envisage une nouvelle phase de déconfinement, a accepté de permettre aux spectateurs d’assister à des événements sportifs et d’autoriser les commerçants chinois à entrer en Thaïlande pour acheter des fruits thaïlandais pour l’exportation. Le président du panel, le général Somsak Rungsita, qui est également secrétaire général du Conseil de sécurité nationale, a déclaré vendredi que son panel avait convenu, en principe, que les spectateurs seraient autorisés à assister à tous les événements sportifs, mais les mesures à appliquer pourraient différer, selon que les sports se déroulent à l'intérieur ou à l'extérieur. Il a déclaré que le panel attendra de recevoir plus de détails, sur les différentes mesures et les limites du nombre de spectateurs pour chaque événement sportif, de la part de l'Autorité sportive de Thaïlande. Il a déclaré que le panel a également discuté de la réouverture complète des écoles, qui dépendra de la préparation et de la volonté de chaque école, ajoutant que si une école préfère l'apprentissage en ligne, elle peut utiliser cette option. L'enseignement en ligne n'a pas donné satisfaction aux différents acteurs. Les restrictions sur les transport publics, seront encore assouplies en permettant aux bus et aux bateaux de fonctionner à pleine capacité, mais les passagers doivent porter des masques faciaux, et quelques autres mesures seront imposées pour assurer la sécurité, a déclaré le général Somsak. Il a poursuivi en disant que le panel avait également accepté d'autoriser les commerçants chinois à retourner en Thaïlande, à acheter des fruits thaïlandais pour l'exportation, afin d'aider les producteurs, mais qu'ils doivent être examinés à leur arrivée et soumis à une quarantaine d'État alternative de 14 jours à leurs propres frais. Le panel n'a cependant pas discuté de l'extension des heures d'ouverture des lieux de divertissement nocturnes, de minuit à 2 heures du matin. Le général Somsak a noté qu'il serait inutile que les bars soient autorisés à rester ouverts jusqu'à 2 heures du matin si la vente d'alcool est interdite après minuit. Le comité demandera l'approbation de ces changements au CCSA, présidée par le premier ministre Prayut Chan-ocha, lors d'une réunion prévue le 21 août. https://forum.thaivisa.com/topic/1176755-ccsa-panel-to-allow-sport-spectators-and-entry-of-chinese-fruit-traders/ https://forum.thaivisa.com/topic/1176665-ccsa-discusses-further-relaxation-of-lockdown-measures/
  7. Un plan de sauvetage de 100 milliards de bahts pour le tourisme thaïlandais envisagé - des touristes étrangers attendus avant la fin de l'année Les médias thaïlandais ont rapporté que le chef de l'Association des hôteliers thaïlandais a appelé le gouvernement à créer un fonds de 100 milliards de bahts pour sauver l'industrie du tourisme dévastée par la pandémie de coronavirus. Suphawan Thanomkiatphum s'exprimait après que l'Autorité du tourisme de Thaïlande a rencontré le secteur privé hier, a rapporté TPBS. Elle a déclaré que 1,6 million de travailleurs dans les hôtels, autres hébergements, restaurants et voyagistes avaient été licenciés, soit 30% de la main-d'œuvre. 10 milliards de prêts à bas taux devrait également être mis en place, a-t-elle déclaré. Le chef de l'Association des agents de voyages thaïlandais (ATTA), Wichit Prakopkoson, a fait la promotion du plan de voyage «Save and Sealed». Thaivisa en anglais note que les autorités touristiques ont fait une grave faute d'orthographe dans le slogan, il faut lire "safe" et non "save". Des vacances "safe" signifient qu'elles se déroulent en toute sécurité, "save" a de nombreuses significations mais qui ne sont pas forcément rassurantes. Dans le cadre de ce plan, seuls les ressortissants de pays ayant vaincu le virus seraient autorisés à entrer et seraient alors soumis à la quarantaine et à de sévères restrictions quant à l'endroit où ils sont autorisés à se rendre. On ne sait pas en quoi ces genres de vacances sont attirantes. Wichit a déclaré que c'était mieux et plus sûr que la "bulle de voyage" évoquée précédemment. Les pays qui seraient éligibles : la Chine, Taiwan, les États-Unis et ceux d'Europe, a rapporté TPBS. On ne voit pas en quoi les USA ou l'Europe ont vaincu la pandémie. Il souhaite voir les touristes étrangers autorisés au quatrième trimestre, bien avant la fin de 2020. La nouvelle intervient alors que Reuters a rapporté jeudi que les autorités thaïlandaises avaient abandonné leurs projets d'accord de «bulle de voyage» avec certains pays. https://forum.thaivisa.com/topic/1176594-100-billion-baht-rescue-package-for-thai-tourism-mooted-foreign-tourists-wanted-before-years-end/
  8. suite de cette affaire Des caméras de vidéosurveillance retirées de la scène de la fusillade mortelle dans un tripot de Bangkok sur Rama III Road ont été retrouvées dans un bâtiment en face du casino illégal. Ce qui est réellement sur les images, cependant, n'a pas encore été révélé par la police. L'affaire a fait grand bruit dans le pays, minant la confiance du public dans la police royale thaïlandaise (RTP). Les médias locaux ont rapporté hier que le général Pol Chakthip Chaijinda s'était engagé à transférer le chef de la police métropolitaine, le lieutenant général Pol Phakkhaphong Phongphetra, à un poste inactif si tous les coupables impliqués dans la fusillade n'étaient pas arrêtés. Ce chef de la police métropolitaine a pris soin de préciser que tout ce pataquès était de sa propre responsabilité et de celle de la police de la ville et non de celle de la police nationale ni de l'armée. Le colonel Pol Pitak Suttikul, surintendant par intérim du commissariat de Thung Mahamek, a déclaré que la police avait trouvé les caméras de vidéosurveillance ainsi que du matériel de jeu et des disques durs après qu'un employé du casino les aurait déplacés dans une maison à 10 mètres de la scène du crime. Au total, trois disques durs, trois enregistreurs de CD, huit caméras de surveillance, six tables de jeu et d'autres équipements de jeu ont été confisqués dans le cadre de l'enquête. Quatre personnes ont été abattues dans le casino illégal lundi, l'un d'entre eux Pol Maj Watthanaset Samniangprasert était un policier local. On ne sait pas ce qu'il faisait là. Le tueur présumé du policier a été abattu par un homme identifié comme "Boy Ban Khrua", qui a par la suite fui les lieux. Le tribunal pénal du sud de Bangkok a émis un mandat d'arrêt contre Boy Ban Khrua, 61 ans, de son vrai nom Niphit Srisuwan, pour meurtre. Des sources policières ont déclaré que le suspect avait contacté la police et lui avait dit qu'il se rendrait. Il a également affirmé qu'il avait jeté l'arme "dans l'eau". Cependant, le général Pol Maj Saharath Saksilapachai, chef adjoint de la RTP et enquêteur en chef dans l'affaire, a déclaré hier que M. Niphit ne s'était pas présenté. Le général Pol Maj Jirapat Phumji, un autre adjoint, pense qu'il y avait plusieurs tireurs impliqués dans le crime, et qu'ils ont dissimulé et détruit des preuves. Les enquêteurs de la police rassemblent plus de preuves pour obtenir davantage de mandats d'arrêt, a déclaré le général Pol Maj Jirapat. Pol Maj Gen Saharath a déclaré que l'enquête était divisée en trois sous-cas: la fusillade qui a tué quatre personnes, le retrait ou la destruction de preuves et le jeu illégal. La police attend les résultats médico-légaux, une mise à jour sur les images de caméra manquantes et que le propriétaire du bâtiment et le gérant du casino se présentent après avoir été convoqués. On ne sait pas pourquoi ces personnes n'ont pas encore été interrogées par la police. https://forum.thaivisa.com/topic/1176641-arrest-warrant-sought-for-killer-of-gambling-den-shooter/
  9. La Thaïlande, le premier pays à avoir annoncé des cas du nouveau coronavirus en dehors de la Chine au début de la pandémie, affiche actuellement 70 jours consécutifs sans nouvelles contaminations locales au COVID-19 sur son territoire. Les seuls cas recensés ces derniers jours concernent des "cas importés" de thaïlandais rapatriés de l’étranger et aussitôt mis en quarantaine à leur arrivée dans le pays, indique-t-on auprès du Centre for COVID-19 Situation Administration (CCSA). Durant les dernières 24 heures, il s’agit une femme de 26 ans et d’un homme de 43 ans, des thaïlandais rapatriés des Emirats arabes unis. Ils ont été testés positifs à leur arrivée et ont été confinés dans un centre de quarantaine désigné par les autorités. Malgré ces bons résultats sur le plan sanitaire, l’état d’urgence entré en vigueur en Thaïlande depuis le 26 mars a été prolongé d’un mois, jusqu’au 31 août. Le décret instituant l’état d’urgence avait déjà été prolongé à quatre reprises depuis sa première entrée en vigueur le 26 mars. La réponse globale de la Thaïlande et sa capacité à lutter contre l’épidémie ont conduit l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à désigner la Thaïlande, aux côtés de la Nouvelle-Zélande, comme un exemple de réussite dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Pour préserver cet acquis, obtenu au prix d’un grand sacrifice économique avec les mesures de confinement, les autorités thaïlandaises maintiennent le strict verrouillage de ses frontières qui paralyse son secteur touristique qui représente environ 20% du PIB du pays. Un secteur pilier de l’économie de ce pays d’Asie du Sud-Est qui a accueilli près de 40 millions de touristes étrangers en 2019. APS/VNA/CVN https://www.lecourrier.vn/la-thailande-affiche-70-jours-sans-nouvelles-contaminations-locales-au-covid-19/833679.html
  10. Une grande opération de police a commencé vendredi pour arrêter les dirigeants derrière les manifestations anti-gouvernementales, avec au moins deux militants déjà en détention. Arnon Nampha et Panupong Jadnok ont été arrêtés à Bangkok dans la journée et accusés d’insurrection pour leur rôle dans les manifestations appelant à la réforme du gouvernement, a déclaré l’avocat des droits de l’homme Yaowalak Anuphan, ajoutant qu’au moins 31 personnes seraient arrêtées en tout. Le porte-parole de la police Kissana Phattanacharoen a refusé de confirmer les chiffres, mais a déclaré que tous les suspects seraient traités conformément aux procédures judiciaires. "Il n'y aura pas deux poids deux mesures", a déclaré le colonel Kissana. Les deux personnes arrêtées ont passé la nuit en prison et demanderont à sortir sous caution. Il semble que la police et la justice les laisseront sortir si elles s'engagent à ne plus manifester. Le militant étudiant Parit «Penguin» Chiwarak a déclaré au téléphone qu'il avait été informé par son avocat qu'il faisait partie de la liste des personnes recherchées. Les arrestations font suite à une série de rassemblements qui exigeaient une nouvelle élection et une Constitution plus démocratique. Les autorités ont déclaré à plusieurs reprises que les manifestations violaient la loi d'urgence qui interdit les grands rassemblements pour prévenir l'épidémie de coronavirus. Le gouvernement thaïlandais doit protéger le droit de manifester pacifiquement, déclare Amnesty International Les autorités thaïlandaises arrêtent des manifestants pacifiques dans «ce qui semble être une nouvelle répression de la liberté d'expression», a déclaré Amnesty International le 7 août. Répondant à l’arrestation de deux militants de premier plan aujourd’hui et à de nouveaux mandats d’arrêt contre d’autres manifestants avant les manifestations antigouvernementales prévues ce week-end, Piyanut Kotsan, directeur d’Amnesty International Thaïlande, a déclaré: «C'est une nouvelle réponse tout à fait disproportionnée de la police thaïlandaise à l'activisme pacifique, clairement destinée à intimider et dissuader les manifestants de descendre dans la rue ce week-end. «Ayant enduré des mois de harcèlement, Anon Nampa et Phanuphong Jadnok font maintenant face à des poursuites pénales répressives simplement pour avoir exercé leur droit de manifester.» AI a appelé le gouvernement thaïlandais à assurer la protection et la sécurité des manifestants. La police a arrêté l'avocat Anon Nampa devant sa résidence à Bangkok et le militant étudiant Phanuphong «Mike» Jadnok à l'Université Ramkhamhaeng. Ils sont actuellement détenus au tribunal pénal de Bangkok. Un autre militant étudiant Parit Chiwarak, membre de l'Union des étudiants de Thaïlande, a également un mandat d'arrêt contre lui. Anon et Phanuphong risquent jusqu'à sept ans de prison. Les accusations portées contre eux comprennent la sédition, le rassemblement destiné à commettre un acte de violence et la violation du décret d'urgence. Les rapports indiquent que cinq autres manifestants sont visés par des mandats avec les mêmes accusations. Amnesty a déclaré que depuis que la loi d'urgence a été imposée le 26 mars, les autorités ont systématiquement déposé des plaintes pénales contre des personnes engagées dans des manifestations et des activités pacifiques. Les manifestants ont également signalé de nombreuses intimidations de la part de policiers uniquement pour leur implication dans des manifestations pacifiques qui réclament une nouvelle constitution, la démission du gouvernement et la fin du harcèlement policier de l'opposition. Plusieurs manifestations d'opposants étaient prévues ces jours-ci. L'avenir dira si ces arrestations vont dissuader les rassemblements ou, au contraire, les fortifier. Sur Internet, des millions de Thaïlandais soutiennent, ce samedi matin, les dissidents arrêtés. https://forum.thaivisa.com/topic/1176738-thai-govt-must-protect-right-to-peaceful-protest-says-global-watchdog/
  11. Le Premier ministre mécontent du traitement de l'affaire de l'héritier Red Bull Le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha a déclaré aujourd'hui qu'il n'était pas satisfait de la façon dont le cas de délit de fuite de l'héritier Red Bull avait été traité par la police et les procureurs publics et a promis de prendre des mesures, une fois qu'il aura reçu le rapport du groupe d'enquête indépendant dirigé par Vicha Mahakhun. Il a fait ces remarques après avoir prononcé un discours lors d'un événement commémorant le 74e anniversaire de la fondation du journal Bangkok Post, au Centara Grand Central Plaza Lat Phrao jeudi matin. Le Premier ministre a déclaré que l’intérêt du public pour le cas Vorayuth montre l’importance des médias dans la société thaïlandaise. «C'est la raison pour laquelle je pense que les médias en Thaïlande doivent être indépendants et forts», a-t-il déclaré, ajoutant que l'affaire de délit de fuite remet en cause le système judiciaire et la confiance du public dans l'ensemble du système de l'État thaïlandais. Il répète ainsi ce que clament les jeunes depuis quelques semaines. «Par conséquent, ma position sur le cas de l'héritier Red Bull est que je ne suis pas satisfait des réponses à plusieurs questions. Ce n'est pas clair. Je veux de la transparence et je suivrai cette affaire de près », a déclaré le Premier ministre. https://forum.thaivisa.com/topic/1176447-pm-prayut-dissatisfied-with-the-handling-of-red-bull-heir-case/ Le Téléphone du témoin clé de l’affaire «Boss» détruit, selon la police La police a déclaré que le téléphone d'un témoin clé dans l'affaire de délit de fuite impliquant Vorayuth "Boss" Yoovidhya a été volé et détruit après la mort du témoin dans un incident de la circulation à Chiang Mai la semaine dernière. Jaruchat Madthong est décédé mercredi soir la semaine dernière après un accident de moto, mais son téléphone a disparu. La population pense qu'il a été volé pour détruire des preuves vitales. Les enquêteurs ont interrogé hier l’employeur de Jaruchat, l’ancien sénateur de Chiang Mai Chuchai Lertpongadisorn. Ils ont découvert que l’assistant de Chuchai, «Lan», avait volé le téléphone et l’avait détruit, a déclaré le général de division Pol Prachuap Wongsuk, chef de la division des enquêtes de Chiang Mai. Cependant, Lan avait retiré la carte SIM du téléphone et l'a laissée à l'extérieur de la maison de Jaruchat, ont-ils ajouté. Lan a affirmé qu'il était proche de Jaruchat et qu'il avait volé le téléphone parce qu'il ne voulait pas être lié à l'affaire de délit de fuite alors qu'il se présentait à une élection locale, a déclaré la police. Il a affirmé avoir volé le téléphone à l'hôpital où Jaruchat a été emmené après l'accident. La mère de Jaruchat a été appelée pour écouter ce témoignage, après quoi la police a accusé Lan de vol. L’enquête initiale sur Lan et les antécédents financiers de sa famille n’a rien trouvé de suspect, a déclaré la police. La carte SIM sera examinée pour toute information qui relie Lan à l'affaire, ont-ils ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1176515-phone-of-key-‘boss’-case-witness-destroyed-say-police/
  12. suite de cette information La Thaïlande, dépendante du tourisme, range son plan de `` bulle de voyage '' alors que les cas de virus en Asie augmentent Par Chayut Setboonsarng aéroport international Suvarnabhumi de Bangkok pendant coronavirus (COVID-19), Thaïlande, 3 juin 2020. REUTERS / Athit Perawongmetha / File photo BANGKOK (Reuters) - La Thaïlande retarde à nouveau les projets d'accord appelés "bulle de voyage" avec certains pays alors que le nombre de nouveaux cas de coronavirus augmente dans certaines régions d'Asie. Cette décision met la pression sur son industrie touristique vitale et complique les efforts pour relancer son économie en difficulté. La Thaïlande a proposé pour la première fois l'idée en juin d'autoriser les déplacements entre certains pays ayant un faible nombre d'infections, sans que les voyageurs aient besoin de se soumettre à une quarantaine. Mais cela a été mis de côté, ont déclaré des autorités, au milieu des deuxième et troisième vagues dans les pays d'Asie de l'Est qui avaient auparavant contrôlé l'épidémie. "Nous retardons pour l'instant la discussion sur les bulles de voyage étant donné la situation de l'épidémie dans d'autres pays", a déclaré à Reuters le porte-parole du groupe de travail thaïlandais sur les coronavirus, Taweesin Wisanuyothin. Malgré plus de deux mois sans transmission locale confirmée et n'enregistrant que 3300 cas, la deuxième économie d'Asie du Sud-Est est confrontée à sa pire crise depuis plusieurs décennies. Les arrivées de voyageurs étrangers ont chuté de 66% au cours des six premiers mois de l'année, à 6,69 millions. L'industrie touristique a averti que 1600 milliards de baht (51,50 milliards de dollars) de revenus pourraient être perdus cette année. En comparaison, la Thaïlande avait enregistré un nombre record de 39,8 millions de touristes en 2019, ils avaient dépensé 1930 milliards de bahts. "Le Japon, Hong Kong et la Corée du Sud figuraient parmi les pays considérés (pour une bulle de voyage) parce qu'ils avaient un faible nombre de cas, mais maintenant leur situation s'est détériorée, donc les discussions ont été suspendues", a déclaré Taweesin. La relance des discussions dépendra de la situation dans chaque pays, que le groupe de travail évalue quotidiennement, a-t-il dit, ajoutant que cette politique fait consensus. Pourtant, L'île de Phuket avait proposé de recevoir des vols directs de ces pays, les touristes et les chefs d'entreprise faisant des quarantaines de deux semaines dans leurs hôtels avant de sortir. "Nous demandons des vols charters à destination de Phuket", a déclaré à Reuters le président de l'Association touristique de Phuket, Bhummikitti Ruktaengam. Bien que la demande de longs séjours (s'il faut passer deux semaines en quarantaine, les séjours doivent être obligatoirement plus longs) soit plus faible, ce serait un début, avec une occupation de 40% à 50% suffisante pour que les hôtels survivent et évitent les pertes d'emplois, a ajouté Bhummikitti. -- -- REUTERS
  13. L'administration métropolitaine de Bangkok (BMA) a confirmé qu'aucun stock de nitrate d'ammonium n'était présent dans la ville, mais a admis que certaines entreprises possèdent des produits chimiques à risque qui doivent être surveillés. Après les destructions massives et les décès causés par la terrible explosion chimique à Beyrouth, de nombreuses personnes à Bangkok se demandaient si des produits chimiques similaires étaient stockés dans la capitale thaïlandaise. Le porte-parole de la BMA, Pongsakorn Kwanmuang, s'est exprimé pour apaiser les craintes et calmer la population à propos de ce produit chimique particulier. Il a également exprimé ses condoléances aux Libanais pour la perte de leurs proches. Pongsakorn a déclaré catégoriquement qu'aucun nitrate d'ammonium n'était stocké à Bangkok. Cependant, il a déclaré qu'il y avait environ 5 000 entreprises qui utilisent des substances dangereuses. Il a assuré aux résidents que la BMA surveillait les produits chimiques ou les substances à risque et avait également organisé des formations pour éduquer ces entrepreneurs sur la sécurité. Le porte-parole du ministère de la Défense, le lieutenant-général Kongcheep Tantrawanich, a également déclaré lors d'une conférence de presse que le nitrate d'ammonium ne pouvait pas être importé dans le pays sans l'approbation du ministère. «La majeure partie du nitrate d'ammonium dans notre pays est utilisée dans l'industrie des moulins à pierre, qui doit obtenir l'approbation avant que le produit chimique ne soit importé et utilisé en vertu de certaines lois. Il y a des agents qui vérifient la quantité de produits chimiques qui est stockée ou utilisée. Les opérateurs doivent déclarer la quantité qu'ils utilisent à chaque fois et la quantité restante », a déclaré Kongcheep. https://forum.thaivisa.com/topic/1176426-no-ammonium-nitrate-stored-in-bangkok-bma-confirms/
  14. suite de cette histoire Un homme du nom de «Boy BanKrua» s’est rendu à la police jeudi 6 août. Il avoue avoir abattu une et une seule personne dans un casino clandestin du quartier de Yannawa à Bangkok. Il a également remis l'arme utilisée. Le suspect a déclaré qu’il avait abattu Taworn Sisot, 61 ans, qui avait tiré sur trois autres personnes, dont un policier, car il craignait que Taworn ne fasse un massacre. Le suspect se donne ainsi le beau rôle en affirmant que Taworn continuait de tirer à tout va. Son témoignage est conforme à l’examen médico-légal, qui a conclu que la trajectoire des tirs du pistolet de Taworn était erratique. Cependant, le nombre de tireurs impliqués dans le drame de lundi soir fait toujours l'objet d'une enquête. En ce qui concerne le clip montrant des hommes déplaçant des caméras de surveillance et d'autres objets hors de la salle de jeux après la fusillade, le chef de la police métropolitaine Pakapong Pongpetra a déclaré que les suspects seraient recherchés et inculpés pour avoir caché, falsifié ou détruit des preuves. On ne sait pas pourquoi la police n'a pas empêché ces hommes d'agir peu après les faits. Tard dans la nuit de lundi, la police a reçu un appel au sujet d'une fusillade sur Rama III Soi 66 et est arrivée pour trouver quatre cadavres, dont deux femmes. L'un des morts était le lieutenant-colonel Pol Watthaseth Samniangprasert, inspecteur du commissariat de Samaedam. Les habitants qui vivent près du bâtiment ont déclaré avoir entendu plusieurs coups de feu dans le bâtiment vers 22 heures. https://forum.thaivisa.com/topic/1176454-bangkok-killer-of-yannawa-gambling-den-shooter-surrenders/
  15. Le nom des nouveaux ministres révélés dans un cabinet remanié La nouvelle composition du Cabinet approuvée par SM le roi a été révélée par la Royal Gazette. Le ministre sortant des affaires étrangères, Don Pramudwinai, a été nommé vice-premier ministre. Il conserve son poste aux Affaires Étrangères où tout le monde reconnaît qu'il fait du bon travail Supattanapong Punmeechaow s'est vu confier les postes de vice-Premier ministre et de ministre de l'Énergie. Supattanapong est l'ancien directeur de PTT Global Chemical. L'ancien président de la Kasikornbank, Predee Daochai, a été nommé ministre des Finances. C'est lui que les observateurs attendent au tournant car il a la lourde tâche d’organiser le re-décollage du pays. Anek Laothamatas a été nommé ministre de l'Enseignement supérieur, de la Science, de la Recherche et de l'Innovation. Il est membre exécutif de l'Action Coalition for Thailand Party. Le secrétaire général du parti Palang Pracharath, Anucha Nakasai, a été nommé ministre du cabinet du Premier ministre. Le député de Chonburi, Suchart Chomklin, a été nommé ministre du Travail. L'ancienne porte-parole du gouvernement Narumon Pinyosinwat prend le poste de vice-ministre du Travail. Le controversé vice-ministre de l’Agriculture, Thammanat Prompao, reste au cabinet malgré les appels à sa destitution. Il a été nommé après les élections de l’année dernière, bien qu’il ait été emprisonné en Australie pour trafic d’héroïne. Il est un acteur politique majeur dans le nord de la Thaïlande pour le parti au pouvoir Palang Pracharath. https://forum.thaivisa.com/topic/1176540-new-ministers-revealed-in-reshuffled-cabinet/
  16. Channel 7 News a rapporté hier qu'un occidental non identifié avait été retrouvé échoué sur la plage de Hat Yao dans la zone de Ban Pak Ra à Krabi, dans le sud de la Thaïlande, mardi soir. L'homme est costaud, âgé d'environ 40 à 45 ans, mesurant 170 cm, portant un maillot de bain noir. Il est mort depuis trois jours. Il y avait des ecchymoses sur la poitrine et les deux bras, mais il n'avait pas blessures par ailleurs. On comprend que la police considère que les ecchymose sont dues à la forte houle mais qu'il n'a pas été frappé. Il a un tatouage sur sa poitrine. Sa nationalité est inconnue mais il est blanc, ont indiqué les médias. Il y a eu une mer agitée dans la région avec des vagues de 2 à 3 mètres dues à la mousson, ces derniers jours. On pense qu'il est entré dans l'eau sur une autre plage et a été transporté à cet endroit par la mer agitée. Le présentateur du journal télévisé a répété les avertissements valables dans de nombreuses régions de Thaïlande : il faut éviter d'aller en mer ou de se baigner en ce moment. La police locale étudie les dossiers des personnes disparues. On peut considérer que cette information est en elle-même un appel à signaler toute personne dont on n'a pas de nouvelles. https://forum.thaivisa.com/topic/1176398-body-of-unidentified-foreigner-found-on-krabi-beach/
  17. Plus de 100 coursiers de Grab Food ont protesté hier sur Pattaya Tai, disant que leur entreprise ne les payait pas assez. Ils menacent de faire grève dans la ville si leurs revendications pour une meilleure rémunération ne sont pas satisfaites. Ils veulent que le montant de la prime pour chaque voyage change, car pour le moment, ils ne sont pas suffisamment payés pour travailler avec leur moto de manière viable. Certains portaient des pancartes disant "Grab naa leuat" - langue thaïe qui signifie "Grab, l'avare". Un porte-parole des coursiers a déclaré que certains gagnaient 1000 bahts auparavant, mais que des changements font qu'ils ne gagnent plus que 400 bahts par jour. On ne sait pas si le mot "changement" se réfère à la politique de Grab ou au fait que les consommateurs commandent moins. Narongsak Suksanguan a déclaré qu'au moins, la prime minimale pour chaque course devait être augmentée de 30 à 35 ou 40 bahts. Auparavant, un ajustement avait déjà été effectué mais il s'est avéré insuffisant pour satisfaire les coursiers. Alors que de plus en plus de gens retournent au restaurant, les motocyclistes voient leurs salaires chuter par rapport à la période de confinement due à la pandémie quand presque tout le monde mangeait à la maison, note Thaivisa. Thaivisa en français ajoute que les Thaïlandais au chômage se tournent vers Grab et consort -avec de grandes espérances- ce qui implique toujours plus de coursiers pour moins de clients. Ce problème n'est pas particulier à la Thaïlande. https://forum.thaivisa.com/topic/1176385-pattaya-greedy-grab-riders-protest-that-company-is-not-paying-them-enough/
  18. Lors d'une prise de parole, mercredi 5 août pour le 133e anniversaire de l'Académie militaire royale de Chulachomklao, le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, a expliqué aux jeunes cadets que les gens peuvent se remettre de Covid-19, mais pas de «la haine de la nation». Il était à l'académie basée à Nakhon Nayok avec le Premier ministre et d'autres hauts gradés. Tout en vérifiant les uniformes des cadets, le général leur a rappelé que le virus Covid-19 n’était pas aussi effrayant que la maladie qui consiste à critiquer son propre pays et qu’il n’y avait pas de vaccin contre ça. Le chef de l'armée, le général Apirat Kongsompong, a critiqué mercredi des individus non identifiés qui continuaient de critiquer leur propre pays, affirmant qu'ils avaient une «maladie incurable». Apirat a dit aux cadets qu'ils ne devraient pas avoir peur des «ennemis de la nation», un terme fréquemment utilisé par les personnalités pro-établissement pour décrire les militants pro-démocratie. Le général a également refusé de répondre à la question d’un journaliste sur la manière de guérir la «maladie de la haine de la nation», bien qu’il ait dit aux cadets qu’il était possible de l’éviter en cultivant le patriotisme dès l'enfance. Bien qu'Apirat n'ait nommé personne en particulier, la remarque est intervenue deux jours après une manifestation pro-démocratie au Monument de la démocratie au cours de laquelle les militants se sont exprimés de manière étonnement libre. https://forum.thaivisa.com/topic/1176281-no-vaccine-against-virus-of-nation-hatred-warns-army-chief/?tab=comments#comment-15685244
  19. suite de cette affaire Daily News a rendu compte des derniers développements dans la fusillade mortelle du casino clandestin Rama 3 à Bangkok. Les journalistes présents sur les lieux ont noté que des dizaines de caméras de vidéosurveillance autour du bâtiment avaient été retirées, ne laissant que des câbles nus. Deux policiers du commissariat de Thung Mahamek étaient de garde et trois portes ont été fermées à clé. De plus, les tables tachées de sang du jeu de baccarat qui avaient été stockées à l'arrière du bâtiment ont aussi mystérieusement disparu. Tout cela malgré la surveillance des deux policiers. Les habitants, qui eux ont vu quelque chose, ont déclaré que tout avait été emmené par des inconnus - mais pas des policiers. Pendant ce temps, le chef du commissariat de Thung Mahamek, par intérim, le colonel Pol Phithak Sutthikun, a parlé à la presse en disant que son premier travail consistait à mettre en place une équipe d'enquête et à trouver le tueur en fuite. Il ne dit pas quand les enquêteurs commenceront leur travail. Il est le chef par intérim parce que l'ancien titulaire et trois adjoints ainsi qu'un commandant de région métropolitaine ont tous été transférés à des fonctions inactives en attendant une enquête, note Thaivisa. Lorsque des policiers sont mutés c'est qu'ils sont très fortement soupçonnés d’avoir "laissé faire" ou même d'être complices. Ils ne sont presque jamais inquiétés par la justice, ni sanctionnés par leur chef et retrouvent leur poste après un mois. Le premier ministre général Chan-o-cha a déclaré que les enquêtes iraient au bout mais ce n'est ps la première fois qu'il promet cela... https://forum.thaivisa.com/topic/1176405-casino-shooting-latest-cctv-removed-and-bloodstained-baccara-tables-go-missing/
  20. Le cabinet thaïlandais a approuvé le 4 août un budget de 884,62 millions de bahts, soit 28,5 millions de dollars, destiné à financer 157 projets de relance économique dans 57 des 77 provinces et villes. Pour la première fois depuis 2014, l'économie thaïlandaise au premier trimestre de 2020 a diminué de 1,8% par rapport à la même période de l'année dernière. Photo : CTV/CVN Le cabinet thaïlandais a approuvé le 4 août un budget de 884,62 millions de bahts, soit 28,5 millions de dollars, destiné à financer 157 projets de relance économique dans 57 des 77 villes et provinces du pays après les effets de la pandémie de COVID-19. La porte-parole adjointe du gouvernement thaïlandais, Rachada Dhnadirek, a déclaré que ce montant serait alloué pour soutenir de nombreuses entreprises agricoles, notamment celles opérant dans l'agriculture biologique, les fermes caprines et les fermes de fraises. En outre, le budget sera également utilisé pour soutenir les entreprises liées au tourisme. Pour la première fois depuis 2014, l'économie thaïlandaise au premier trimestre de 2020 a diminué de 1,8% par rapport à la même période de l'année dernière et de 2,2% par rapport au trimestre précédent. La Banque centrale de Thaïlande (BoT) a estimé que la deuxième économie d'Asie du Sud-Est pourrait connaître un recul record de 13% au deuxième trimestre 2020 à cause des perturbations des activités économiques en raison de mesures de confinement visant à prévenir la propagation de la pandémie de COVID-19. VNA/CVN https://www.lecourrier.vn/la-thailande-approuve-un-budget-pour-soutenir-des-projets-de-relance-economique/833550.html
  21. Faux visas pour expatriés: la responsable du Thai Visa Centre arrêtée. Son mari américain cultivait de la ganja à l'étage. La police de l'immigration a annoncé avoir arrêté une Thaïlandaise qui a admis avoir fourni de faux visas à des expatriés dans une entreprise bien connue de Bang Na. Quand les officiers sont allés chez elle à Khannayao, Bangkok, ils ont fait d'une pierre deux coups - son mari américain cultivait de la ganja à l'étage, semble-t-il pour la distribution et la vente. Le chef de l'immigration, le lieutenant-général Sompong Chingduang, a déclaré que son bureau avait enquêté sur le Thai Visa Centre à Bang Na, car il était bien connu dans la communauté des expatriés. La rumeur disait que c'était l'endroit idéal pour les fausses extensions de visa et les tampons. Les prix du service variaient au cas par cas. Un mandat de perquisition a été obtenu par le tribunal de Chachoengsao pour une maison du village Minera, Soi Seri Thai 73. Les policiers ont arrêté une Thaïlandaise de 34 ans portant un nom de famille occidental (non divulgué ici). Elle aurait admis avoir fourni de faux visas en utilisant de faux documents. Elle a été retrouvée en possession de 55 faux tampons en caoutchouc et de faux documents. À l'étage de la maison, la police de l'immigration a été surprise de trouver 60 plants de marijuana dans une installation de culture biologique. Le mari américain de la Thaïlandaise a également été arrêté. Sept paquets de ganja séchée d'un poids total de 99 grammes ont été pris comme pièce à conviction avec de l'huile de cannabis, une machine d'extraction d'huile, des balances, du matériel d'emballage sous vide, des sacs en plastique et des bangs. La femme a dit qu'ils habitaient cette maison depuis trois ans. Elle avait mis en place le Thai Visa Center. Son mari a admis cultiver de la ganja, mais a déclaré que c'était pour un usage personnel. La police n'y croit pas et a accusé le couple d'avoir cultivé et distribué une drogue de classe 5. Ils sont entre les mains de la police de Bang Chan. Daily News a déclaré que la femme était à l'origine connue sous le nom de Sirintara Kiratikanyarat et que sous ce nom en 2017, elle est apparue à la télévision nationale au nom de The Voice Foundation, un groupe de protection des animaux. Il s'agissait d'une histoire très médiatisé dans laquelle un chien avait été écrasé. https://forum.thaivisa.com/topic/1176235-fake-visas-for-expats-thai-visa-centre-woman-arrested-and-us-husband-was-growing-ganja-upstairs/
  22. Les expatriés pourraient aider l’industrie du tourisme thaïlandaise en ces temps troublés, la fin du double prix est évoquée Les chefs du tourisme thaïlandais se tournent vers les expatriés travaillant en Thaïlande et les étrangers vivant dans le pays pour sauver le tourisme thaïlandais en ces temps difficiles. La crise du tourisme en Thaïlande a été assimilée au krach financier de 1997. Aujourd'hui, «deux millions» d'expatriés sont encouragés à voyager davantage afin d'aider à stimuler le tourisme intérieur et les autorités tentent de proposer une série de mesures pour lever la morosité causée par la pandémie. Le gouverneur du TAT, Yuthasak Suphasorn, a révélé à Thai Rath que son organisation rencontrerait Pipat Ratchakitprakarn, le ministre du Tourisme et une foule d'autres organisations du secteur. Il a décrit la réunion de crise comme une approche concertée et une nouvelle vision du tourisme en Thaïlande, après la pandémie. Il a dit que tout le monde dans l'industrie souffrait et qu'une nouvelle vision claire était nécessaire pour aller de l'avant. Yuthasak a déclaré que la crise financière asiatique de 1997 (qui avait ses racines en Thaïlande) fut un désastre pour les banques. Aujourd'hui, 2020 est une catastrophe pour le tourisme. Il fait des propositions, notamment en offrant des jeudis gratuits dans les hôtels et en travaillant avec le ministère des Finances sur une réduction de 40 à 60% des prix des voyages. Les mesures seront annoncées en détail plus tard ce mois-ci. Il a l'intention de cibler trois groupes - - 12 millions de Thaïlandais qui partent normalement à l'étranger, - les séminaires et voyages-récompenses, et - les «deux millions d'expatriés» qui travaillent, ont des familles et vivent en Thaïlande. Pour encourager le marché thaïlandais, il envisage de faire appel aux célébrités thaïlandaises Weir Sukollawat et Bella Ranee. Pipat a fait écho à la nécessité de convaincre les expatriés de sauver le pays dans le cadre de la promotion «Explorez la Thaïlande invisible». Il a noté que les expatriés adorent visiter de nouveaux endroits, explorer le mode de vie thaïlandais et sont prêts à découvrir de nouvelles destinations. Son idée est de cibler le nombre élevé d'étrangers vivant à Bangkok et sur la côte Est en particulier. Mais, Pipat a également évoqué des plans visant à mettre fin à la double tarification punissant les étrangers dans certains hôtels du pays, en veillant à ce que les expatriés soient facturés de la même manière que les locaux lors de la réservation d'un hébergement. La nouvelle vient après que le gouverneur de la TAT pour le marketing, M. Tanes Petsuwan, a également appelé à la fin de la double tarification en Thaïlande. S'exprimant au Club des correspondants étrangers plus tôt ce mois-ci, à la question du célèbre blogueur Richard Barrow, M. Tanes a déclaré que «cela n'a pas de sens» de facturer plus aux étrangers qu'aux Thaïlandais. M. Tanes a ajouté que pendant que le pays attend le retour des touristes, "c'est un très bon moment pour la Thaïlande de réformer la structure de l'industrie du tourisme". La pratique de la double tarification en Thaïlande oblige les étrangers, même les expatriés qui vivent et paient des impôts en Thaïlande, à payer beaucoup plus que les Thaïlandais pour entrer dans des lieux tels que les parcs nationaux, les musées et les sites historiques. La double tarification est souvent contre productive car nombreux sont les expatriés qui font demi tour lorsqu'ils se rendent compte qu'ils doivent payer 10 fois plus que les Thaïlandais. Le sujet de la tarification à deux niveaux a également été récemment mis en avant par le mouvement en ligne 2PriceThailand, dirigé par le blogueur Richard Barrow. Le mouvement vise à dénoncer les lieux qui pratiquent le double prix. 2PriceThailand peut être suivi sur Facebook et Twitter, où les expatriés sont encouragés à partager leurs expériences. https://forum.thaivisa.com/topic/1176098-expats-sought-to-help-thailand’s-tourism-industry-in-its-hour-of-need-end-to-dual-pricing-mooted/#comments
  23. Près de 80% des PDG souhaitent que le nouveau Cabinet soit opérationnel immédiatement : enquête Près de 80% des PDG de grandes entreprises en Thaïlande espèrent que le nouveau Cabinet sera en mesure de commencer à travailler immédiatement et avec une compréhension approfondie des économies locales et étrangères, selon un sondage réalisé par le journal Krungthep Turakit auprès de 100 PDG de divers secteurs. Les PDG s'attendent également à ce que le nouveau Cabinet soit en mesure de travailler en étroite collaboration avec le secteur privé. La plupart d'entre eux souhaitent voir une équipe économique forte et professionnelle. Environ 45,5% s'attendent à ce que le remaniement ministériel améliore la mise en œuvre des politiques économiques, tandis que 38,4% pensent que la situation restera inchangée. Près des trois quarts (71%) des PDG souhaitent que le nouveau Cabinet mette en place immédiatement des plans de relance à court et à long terme pour maintenir la dynamique économique. Interrogés sur une éventuelle deuxième vague de Covid-19 en Thaïlande, plus de 77,8% ont déclaré que le gouvernement devrait avoir un plan pour faire face à une poussée via une collaboration avec le secteur privé, des mesures renforcées dans les attractions touristiques et les centres commerciaux, et le développement de vaccins. Près de 50 pour cent des PDG pensent que la situation du secteur des entreprises empirera au cours des cinq derniers mois de cette année car il n'y aura pas de vaccin avant 2021. Plus de 50 pour cent pensent que l'économie thaïlandaise va reculer de 10 pour cent cette année. Les PDG sont divisés sur la question de savoir si l'état d'urgence doit rester en place. 49 % sont pour le maintien, tandis que 49 % pensent qu'il n'est pas nécessaire. Plus de 50% ont déclaré que l'état d'urgence avait un léger impact sur leurs entreprises, tandis que 14% ont déclaré qu'il avait un impact majeur. Sur l'ensemble des PDG interrogés, 21 % proviennent du secteur financier, 17 % du secteur de l'énergie, 16 % du secteur de la production, 16 % du secteur des communication, information et technologie, 15 % du secteur du tourisme et le reste des secteurs exportation, immobilier, automobile, biens de consommation, vente au détail, agriculture et médias. https://forum.thaivisa.com/topic/1176155-almost-80-of-ceos-want-new-cabinet-to-get-up-and-running-immediately-survey/
  24. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déclaré que le gouvernement rencontrera ce mois-ci des représentants de la jeune génération pour écouter leurs opinions et leurs visions de l’avenir de la Thaïlande. Cependant, il a dit qu'il avait besoin de plus de temps pour décider s'il se joindrait aux réunions en personne. Cette décision intervient au milieu d'une série de rassemblements de groupes anti-gouvernementaux et d'activistes étudiants appelant le gouvernement à modifier la Constitution et à cesser d'intimider les dissidents. Prayut a déclaré que toutes les parties devaient respecter la loi. Le Premier ministre a également nié avoir menacé ceux qui avaient des opinions différentes. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a promis de faire pression pour des amendements constitutionnels, affirmant que le gouvernement présentera sa propre version d'un projet de nouvelle constitution lors de la prochaine session parlementaire. S'exprimant après une réunion du cabinet, le premier ministre a déclaré que sa position consistait à soutenir le comité de la Chambre chargé d'étudier les modifications de la charte. Si l'opposition soumet un projet de modification de la charte au parlement, le gouvernement présentera également sa version, a déclaré le général Prayut. "Nous devrons attendre les propositions du comité. Le gouvernement prépare déjà sa propre version du projet. J'espère que les amendements constitutionnels seront examinés lors de la prochaine session parlementaire. Le gouvernement est prêt à coopérer pleinement", a déclaré le général Prayut. La décision du premier ministre intervient au milieu des appels croissants à des changements dans la charte controversée, en particulier de la part de l'opposition et des militants étudiants. Il a ajouté qu'il avait appuyé les modifications de la charte. Il discutera des propositions de modification de la charte avec le comité de la Chambre, et le parti au pouvoir, Palang Pracharath, et ses partenaires de la coalition travailleront ensuite ensemble à la rédaction de leur propre projet de loi. "C'est le bon mécanisme. Alors ne créez pas trop de problèmes pour le moment. Nous essayons de travailler sur plusieurs dossiers en même temps", a déclaré le général Prayut. Il a également déclaré que le gouvernement organisera ce mois-ci des forums pour que les "personnes de la nouvelle génération" expriment leurs opinions. Le Conseil national de développement économique et social et les ministères concernés seront responsables de l'organisation de ces forums, a déclaré le général Prayut. Pour montrer sa sincérité à soutenir les amendements constitutionnels, le Premier ministre doit être plus précis sur les propositions de changement de charte, déclare l'opposition. Des personnalités du Pheu Thai ont déclaré lors d'un point de presse lundi que les amendements à la charte devraient être conclus rapidement et sans référendum une fois les changements finalisés. M. Sompong du Pheu Thai a déclaré que la section 256 devrait être modifiée afin qu'une assemblée puisse être établie pour rédiger une nouvelle constitution, avec ou sans le soutien du Sénat. Le dirigeant de Pheu Thai a déclaré que d'autres moyens de procéder aux modifications prendraient trop de temps et qu'il serait également trop coûteux d'organiser un référendum. Premier point qui doit être débattu : la nomination du Sénat est perçue comme favorable au gouvernement car actuellement uniquement composé de militaires, ce qui garantit le pouvoir au parti pro-armée. https://forum.thaivisa.com/topic/1176203-pm-announces-talks-with-young-gen-activists-on-thailands-future/
  25. Le Cabinet approuve une nouvelle loi pour faire avancer l'industrie du cannabis médical Le Cabinet a approuvé un amendement à la loi sur les stupéfiants permettant aux patients enregistrés, aux entreprises de médecine traditionnelle thaïlandaise et aux agriculteurs d'accéder au cannabis médical, a déclaré le porte-parole du gouvernement Narumon Pinyosinwat. Ils recevront des certificats pour produire, exporter, importer, vendre et posséder de la marijuana dans le but de développer des connaissances médicales en collaboration avec le gouvernement. La nouvelle loi confie également la responsabilité de la marijuana saisie (par la police) au ministère de la Santé publique, qui peut détruire ou conserver la drogue confisquée comme bon lui semble. Le projet sera examiné par le Conseil d'État et un comité de la Chambre avant d'être présenté à la Chambre. Le ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul a déclaré que la nouvelle loi avait été examinée par la Commission des stupéfiants et tous les secteurs concernés. Elle mettra en évidence tout le potentiel du cannabis médical. En vertu de la nouvelle loi, les fabricants de médicaments pourront également exporter davantage de médicaments dérivés du cannabis, augmentant ainsi la compétitivité de la Thaïlande sur le marché et stimulant le développement au profit de tous. https://forum.thaivisa.com/topic/1176184-cabinet-approves-new-law-to-unlock-medical-cannabis-industry/