Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 106
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Future Forward prêt à créer un autre parti en cas de dissolution Le secrétaire général du Future Forward Party (FFW) Piyabutr Saengkanokkul a démenti samedi 18 janvier l'accusation selon laquelle son parti tentait de renverser le régime thaïlandais. S'exprimant lors du séminaire «L'avenir est maintenant» au campus Rangsit de l'Université de Thammasat, il a souligné que son parti souhaitait seulement remédier à la situation en Thaïlande et que ceux qui tentaient de les cibler avec ce type d'accusations étaient ceux qui avaient violé la Constitution (sous entendu au coup d’état fomenté par l'armée en 2014). Il a déclaré que Future Forward mettra tout en œuvre pour que toute dissolution du parti soit inutile en lançant un nouveau parti. Les cadres ont déjà demandé à environ 60 000 membres de Future Forward de s'inscrire au nouveau parti. Thanathorn et Piyabutr ont tous deux confirmé qu'ils n'abandonneraient pas la politique. La Cour constitutionnelle rendra mardi 21 janvier à 14 heures son verdict sur l'affaire «Illuminati» demandant la dissolution de Future Forward Party et l'interdiction de vie politique pour ses leaders. Les Illuminati sont censés être un groupe anti-monarchie secret. La justice thaïlandaise reproche au FFP d'avoir choisi un logo qui rappelle celui des illuminati, soit un triangle, la pointe en bas. Ce serait la preuve que le FFP fait partie d'une conspiration mondiale. Lors du séminaire, Thanathorn Juangroongruangkit, chef de Future Forward, a présenté un nouveau modèle économique pour lutter contre l'injustice et «l'échec de la nation thaïlandaise à bâtir une société meilleure». Les projets du gouvernement ont conduit à plus de monopoles car ce sont les grands capitalistes qui façonnent les politiques de la Thaïlande, selon Thanathorn. La dépendance à l'égard des investissements étrangers, sous entendu chinois, dans le modèle économique existant et des projets tels que le corridor économique de l'est, les trains à grande vitesse et la Riviera thaïlandaise est susceptible de faire croître la Thaïlande sans développement technologique, a déclaré Thanathorn. «De plus, le pouvoir qui vient des autorités et non la voix du peuple va créer un fossé dans la société, qu'il s'agisse d'un écart économique ou d'un fossé social. "Nous ne pouvons pas compter sur des capitaux étrangers qui considèrent la Thaïlande uniquement comme une base de production", a déclaré Thanathorn. «Et l'industrie électronique et automobile dont nous dépendons ne peut pas croître davantage. » Il a expliqué qu'il fallait d'importantes dépenses publiques et une industrie créée par les Thaïlandais eux-mêmes pour une meilleure valeur ajoutée et plus d'emplois, ce qui équilibrera l'économie et responsabilisera la prochaine génération. L’agence de presse japonaise Nikkei rappelle que la Thaïlande est championne du monde, outre des coups d'état militaires, des dissolutions de partis, surtout s'ils sont opposés à l’establishment organisé autour de l'armée. Nikkei parle de 100 dissolution en 22 ans. Nikkei considère que la justice thaïlandaise est inféodée à l'establishment organisé autour de l'armée. Nikkei conclut en affirmant que la dissolution d'un parti pro-démocratie par la "justice" braquera toute la jeunesse contre l'establishment organisé autour de l'armée. https://forum.thaivisa.com/topic/1144108-future-forward-ready-with-alternative-party-if-it-were-to-be-dissolved/ https://asia.nikkei.com/Politics/Thai-judiciary-on-trial-as-it-weighs-scrapping-pro-democracy-party?fbclid=IwAR1J2dHVZmzwJFyI0sZz5lBzE20u0QmEit-p0oNxGvmR6MVPbOj3zszOf94
  2. Une Espagnole à moto a failli se faire décapitée par un câble qui trainait Thaïlande dangereuse: des câbles qui pendouillent piègent des touristes étrangères à Kanchanaburi Une journée à moto louée s'est transformée en horreur pour deux touristes étrangères à Kanchanaburi, dans l'ouest de la Thaïlande. La conductrice n'a pas remarqué des câbles suspendus et pendouillant sur la route vers la station-service PTT dans le sous-district de Koh Samrong. Mlle Christina venant d'Espagne a été gravement blessée au cou. Mlle Ana Clara d'Argentine passagère a souffert de vertiges provoquant des vomissements. Toutes deux ont été transportés d'urgence à l'hôpital. Les médias thaïlandais ont rapporté qu'elles avaient loué une moto et voulaient profiter du cadre naturel. L'histoire a fait la Une du JT national de Channel 7 ce matin. La police touristique essaie de retrouver l'entreprise responsable des câbles pendouillant pour qu'elle endosse la responsabilité de l'accident. Ce genre d'accident est fréquent. https://forum.thaivisa.com/topic/1144157-dangerous-thailand-hanging-cables-snare-female-foreign-tourists-in-kanchanaburi/
  3. Neuf hôpitaux font face à des pénuries d'eau Selon la porte-parole du ministère de la Santé, Rungrueng Kitphati, neuf hôpitaux des provinces de Surin et Chaiyaphum dans le nord-est risquent de faire face à de graves pénuries d'eau. L'hôpital Prasart de Surin a vu son stockage d'eau s'épuiser. Dans la province de Chaiyaphum, les huit hôpitaux à risque sont Phakdi Chumphon, Kaset Sombun, Nong Bua Daeng, Sap Yai, Phu Khiao, Thep Sathit, Khon San et Ban Thaen. Le stockage d'eau pour la consommation générale est suffisant pour sept jours, ce qui répond aux exigences du ministère de la Santé. Pourtant, le Dr Rungrueng a demandé au public de ne pas paniquer car le ministère a pris des mesures pour lutter contre la pénurie d'eau. "Le ministère creuse des puits pour stocker l'eau souterraine. Il a été conseillé aux cliniques et aux hôpitaux de réserver de l'eau et de se préparer à d'éventuelles graves pénuries d'eau", a-t-il déclaré. Les médecins ont été priés de se méfier des maladies liées à l'eau et de vérifier la qualité de l'eau. Elle a déclaré que le public n'a pas à s'inquiéter de la pénurie qui pourrait affecter la qualité des traitements médicaux, car le ministère fournira de l'eau pour ces besoins. "Habituellement, les hôpitaux ne produisent pas leur propre eau de première qualité pour les traitements médicaux", a déclaré le Dr Rungrueng. "Ils s'approvisionnent en eau de première qualité, par ailleurs. La sécheresse n'affectera donc pas le traitement médical de l'hôpital." Sous entendu, la pénurie concerne l'eau utilisée pour la toilette, le ménage, etc. Par ailleurs, le ministre de l'Agriculture Chalermchai Sri-on a déclaré que le Département royal d'irrigation (RID) a construit 421 dispositifs d'approvisionnement en eau pour fournir l'équivalent à un bassin de 1,2 million de rai. Cette année, l'espace pour stocker l'eau augmentera pour couvrir une superficie de 176 000 rai. Il a déclaré que les puits emmagasineraient les eaux de crue pendant la saison des pluies pour les utiliser en cas de sécheresse. "Les puits nous procurent de nombreux avantages. En saison sèche, l'eau stockée sera suffisante pour tous les besoins", a-t-il déclaré. En outre, a-t-il dit, le département construira 40 000 puits communautaires en dehors des zones d'irrigation, afin de stocker l'eau pour un usage communautaire et pour les activités agricoles pendant la saison sèche.
  4. 2 millions d'affaires judiciaires l'an passé. La drogue toujours en tête L'année dernière, près de 2 millions d'affaires ont été portées devant les tribunaux, les affaires liées à la drogue venant en tête de liste des procédures judiciaires établies par le Bureau des tribunaux judiciaires (COJ). Selon un rapport publié hier par le COJ, un total de 1.963.771 affaires ont été déposées devant les tribunaux en 2019 - une augmentation de 6.206 affaires par rapport à l'année précédente. Sur le total, 1 305 658 ou 66% étaient des affaires civiles, tandis que 658 113 ou 34% étaient des affaires pénales, selon le rapport. Les affaires de vente ou d'utilisation de drogues se classent en tête de liste avec un total de 363 125 cas, suivies des prêts personnels (293 899), des infractions routières (213 888), des cartes de crédit (168 347) et des prêts financiers (134 420 cas). Les affaires de prêts dépasseraient la drogue si on les cumulait ( 427 000 cas) "Nos statistiques montrent que la drogue et les difficultés économiques sont toujours de gros problèmes", a déclaré le secrétaire général du COJ, Sarawut Benjakul. Malgré l'augmentation du nombre de cas, M. Sarawut a déclaré que le gouvernement avait amélioré la transmission des affaires dans le système judiciaire, avec un total de 1 693 587 affaires, soit 85% de toutes les affaires déposées l'année dernière, qui ont abouti à une décision judiciaire l'année dernière. Il a déclaré que les tribunaux appliquent une nouvelle technologie : la notification électronique permet aux avocats de déposer des plaintes dans les affaires civiles sans avoir à se rendre physiquement devant les tribunaux, et un système de dépôt électronique, qui permet aux gens de consulter l'avancement des affaires et déposer des documents en ligne sur le nouveau site Web des tribunaux. Cela vise à aider la gestion des affaires et à améliorer l'accès des citoyens au système judiciaire à moindre coût, selon les observateurs. M. Sarawut a déclaré que le système de dépôt électronique et de notification électronique rend le processus de dépôt des affaires civiles simples "pratique et sans papier", ce qui ne peut que profiter au public. "Les nouveaux systèmes réduisent considérablement le temps et les procédures nécessaires [pour déposer une plainte] et ont permis aux tribunaux d'économiser plus de 100 millions de bahts l'an dernier", a-t-il déclaré. Selon le COJ, 99,97% des affaires déposées devant les tribunaux de première instance l'année dernière ont été classées dans un délai de deux ans, tandis que 98,64% des affaires ont été classées dans un délai de six mois. Pendant ce temps, 86,41% des affaires déposées devant la Cour suprême en 2019 ont été clôturées dans le délai d'un an.
  5. Grave pollution atmosphérique : Le premier ministre avoue son impuissance et assume son inaction Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a déploré lundi combien il est difficile de faire respecter les lois pour réduire la poussière PM2,5 alors que les experts universitaires et les groupes citoyens critiquent les mesures gouvernementales trop clémentes et superficielles. "En réalité, le public est responsable et coupable du problème des PM2,5. Pourtant, nous ne pouvons pas simplement blâmer les gens et pénaliser tous les pollueurs car les sanctions entraîneront d'autres problèmes graves pour la société. Nous ne pouvons que demander la coopération du public", a déclaré le général Prayut aux médias lors d'un conseil des ministres décentralisé à Narathiwat. Le gouvernement est attaqué pour son échec contre la pollution de l'air, en particulier les PM2,5 - particules de poussière ultra-fines de 2,5 micromètres qui peuvent se loger dans les poumons et pénétrer dans les vaisseaux sanguins, entraînant des maladies respiratoires et cardiovasculaires . Lundi, les niveaux de smog sont restés à des niveaux malsains à Bangkok. Mardi la situation ne s'améliore pas, bien au contraire. Cependant, le cabinet sera invité à approuver les mesures à court terme pour améliorer la qualité de l'air proposées par le ministère de l'Environnement. Les mesures comprennent une interdiction des camions entrant dans les centres-villes à des dates impaires, la réduction de la teneur en soufre de l'essence de qualité supérieure, la promotion du covoiturage et des transports publics, et une répression des feux de plein air. Cette répression des feux de plein air pose déjà problème car la saison de l'écobuage a commencé, comme par exemple à Petchabun (photo) sans que les autorités ne lèvent le petit doigt. Les paysans disent qu'ils sont obligés de brûler leurs champs car ils ne reçoivent pas d'aide du gouvernement qui les inciteraient à embaucher des ouvriers pour couper les plants qu'ils brûlent. Les possibles mesures proposées par le ministère de l’environnement entreront en vigueur immédiatement après l'approbation du Cabinet et dureront jusqu'à la fin de février. Cependant, des experts de la pollution de l'air et des militants écologistes affirment que ces mesures ne vont pas assez loin d'autant qu'on a aucune idée de la façon dont les mesures d'urgence seront appliquées. Tara Buakamsri, de Greenpeace Asie du Sud-Est, a déclaré que davantage doit être fait pour s'attaquer aux causes des niveaux excessifs de PM2,5. "Les gens n'ont pas confiance dans la réponse du gouvernement parce qu'ils ne pensent pas que cela soit suffisant pour résoudre le problème", a-t-il déclaré au Bangkok Post. Il a déclaré que le gouvernement devrait rechercher des solutions à long terme telles que l'amélioration des transports publics et la mise en œuvre de politiques pour décourager l'utilisation des véhicules privés. Sonthi Kotchawat, un expert en environnement, a déclaré que le gouvernement avait trop mis l'accent sur les camions diesel alors qu'il devrait sévir contre l'écobuage qui est le véritable coupable. Par ailleurs, le gouverneur de Bangkok, Aswin Kwanmuang, a déclaré lundi que la ville prévoyait de fermer temporairement des écoles dirigées par la municipalité lorsque les niveaux locaux de PM2,5 dépassent 75 µg / m³. Selon Airvisual, ses niveaux dépassent 150 partout. Le gouverneur Aswin n'a pas précisé quand cette politique entrera en vigueur car il a déclaré que les agences concernées doivent d'abord être consultées pour minimiser l'impact sur les horaires des écoles. https://forum.thaivisa.com/topic/1144232-widespread-sugarcane-burning-continues-uninterrupted-by-local-authorities/
  6. Accident de bateau dû à la sécheresse : 5 morts à Uttaradit UTTARADIT: Cinq personnes se sont noyées après qu'un bateau de passagers a heurté un arbre submergé et a chaviré lundi matin dans le réservoir du barrage de Sirikit, dans le district de Tha Pla. Pol Maj Prasert Sithilert, du poste de police de Tha Pla, a déclaré que le bateau avait quitté le village de Huay Ta à Nang Phaya peu après 9 heures du matin avec 10 passagers et le propriétaire du bateau à bord. Le bateau transportait également une cargaison de produits agricoles. À environ deux kilomètres de sa destination de Ban Tha Rua, le bateau a heurté un arbre submergé car la saison sèche a fait baisser le niveau d'eau dans le réservoir. Le bateau a rapidement pris l'eau et a chaviré peu après. Après avoir été informé de l'accident, les sauveteurs de la Fondation Uttaradit Songkroh ont immédiatement commencé une mission de recherche et de sauvetage. Les sauveteurs ont réussi à sortir six personnes de l'eau, mais cinq personnes - Prarian Apiya, 52 ans, le propriétaire et opérateur du bateau, Chan Noikhan, 70 ans, et Sanit Noikhan, Preeda Apiya, 43 ans, et Sunitra Noikhan, 35 ans - sont mortes. Cinq des survivants étaient des hommes tandis que la sixième était une jeune fille nommée Supawadee Thammawong.
  7. L'affaire qui passionne la Thaïlande : Un homme détenu après que des centaines d'os ont été retrouvés dans un étang Le cas d'Apichai "Ice" Ongwisit continue de faire la une des médias thaïlandais alors que la police entame sa troisième semaine d'enquête. Plusieurs cas de personnes disparues ont été rouverts. Une jeune femme qui avait été enfermée dans un cercueil en métal, par le criminel, a déjà été retrouvée enterrée dans un parc derrière chez Ice à Petchkasem 47, Thonburi à l'ouest de Bangkok. Quelque 200 parties du corps - lestées par des objets comme des roches et une lourde porte en fer - ont été retrouvées dans un étang. On pense qu'ils appartiennent à au moins trois autres personnes. La police a trouvé des cachettes de méthamphétamine chez Ice. Ice est le fils d'un riche propriétaire de marché qui a lui-même purgé une peine de prison pour avoir assassiné une petite fille. Cet homme riche avait été obligé de tuer la fillette car elle l'ennuyait en tapant sur son précieux aquarium. Les parties du corps ont été éparpillées dans le quartier de Bang Khae. Le père de Ice a été assassiné à sa sortie de prison. La mère de Ice s'est enfuie aux États-Unis. Dans l'émission "No Censor" de Nation TV le présentateur Seri Wongmontha a interviewé le criminologue de l'Université de Rangsit, le Dr Krisapong Phuttrakun. Le Dr Krisapong pense qu'Ice copiait le comportement criminel de son père mais a déclaré qu'il n'y avait aucune preuve définitive que "l'ADN du tueur" pouvait être transmis. Il a laissé entendre qu'Ice avait eu besoin d'aide pour dissimuler les corps. Il sera probablement passible de la peine de mort, mais la question de savoir si les éventuels complices le seraient aussi est une autre affaire. La paranoïa induite par les drogues fait partie de l'affaire, a-t-il déclaré. Il a dit que tuer était devenu une chose normale à faire, comme une évidence, pour Ice. Bien que les mots "tueur en série" n'aient pas été utilisés, le cas correspond à de nombreux critères pour une telle désignation, note Thaivisa. Le Dr Krisapong a déclaré que le sadisme et la torture faisaient clairement partie de cette affaire. La victime enfermée dans un cercueil aurait crié et appelé à l'aide avant de mourir. Ice a affirmé qu'elle était morte d'étouffement et que c'était un accident, mais quelle personne normale enfermerait une femme dans une boîte en métal sans penser que cela pourrait lui nuire, a-t-il demandé de façon rhétorique. Ice sera détenu pour des accusations liées à la drogue pendant toute la durée de l'enquête. Sous entendu, il n'y a pas assez de preuves pour l'inculper pour les affaires d'homicides. https://forum.thaivisa.com/topic/1144313-man-held-after-hundred-of-bones-found-in-pond-as-murder-case-grips-thailand/
  8. Carnage routier en Thaïlande : peut-être 1000 morts de plus en 2019 qu'en 2018 Les médias révèlent que près de 1 000 personnes de plus sont mortes l'année dernière sur les lieux d'un accident Les statistiques effroyables des accidents de la route en Thaïlande n'ont montré aucun signe d'amélioration l'année dernière - en fait, elles sont bien pires malgré la rhétorique officielle selon laquelle les autorités font ou vont faire quelque chose, sans que l'on sache quoi. Daily News a rapporté que les décès sur les lieux des accidents en 2018 (du 1er janvier au 31 décembre) étaient de 13956 tués Or en 2019, ce chiffre est passé à 14 907 (01/01 au 31/12) soit 1000 de plus en 2019 qu'en 2018. Les statistiques pour 2017 (du 1er janvier au 25 décembre) faisaient état de 13 426 morts sur les lieux des accidents. Les médias rappellent toujours qu'il ne s'agit que des morts sur les lieux d'accidents. Lorsqu'une personne accidentée meurt sur le chemin des hôpitaux et dans les hôpitaux eux-mêmes, les autorités ne la comptent pas (sous entendu, elle peut très bien être morte d'une autre pathologie). Mais les experts thaïlandais indépendants et les étrangers incluent ces morts, alors, les chiffres deviennent bien pires. De hauts responsables du gouvernement thaïlandais, dont DPM Prawit Wongsuwan, ont admis l'année dernière que le vrai chiffre dépassait les 20 000. Les défenseurs thaïlandais de la sécurité routière et l'OMS le situent entre 24 000 et 26 000 par an, note Thaivisa. Cependant, 2020 s'annonce aussi épouvantable. Daily News - dans sa campagne en cours pour sensibiliser et essayer de réduire le carnage - a déclaré que 73 personnes sont mortes hier seulement. Cela a porté le nombre de morts pendant les 20 premiers jours de janvier à 840 personnes. Le discours du premier ministre concernant le carnage routier est le même qu'au sujet de la pollution : on ne peut rien faire car des mesures coercitives déplairaient trop à la population. L'automobiliste a toujours raison, les piétons le savent bien. L'un de ceux qui ont perdu la vie hier était Phaiboon, âgé de 48 ans, à moto, qui a été écrasé par un camion à dix roues, Kalasin dans le nord-est de la Thaïlande. Photo. https://forum.thaivisa.com/topic/1144354-thailand%C2%A0road-carnage-media-reveal-nearly-1000-more-died-last-year-at-the-scene-of-accidents/
  9. Phuket : une Thaïlandaise vole son propre véhicule qu'elle avait loué à une Chinoise Cette histoire fait référence à une arnaque supposée commune en Thaïlande. Le loueur de véhicule est aussi le voleur puisqu'il possède une clé. Dans la réalité, ce genre de cas est rarissime et relève plutôt de la légende urbaine. Sauf ici. PHUKET: Une Thaïlandaise de 38 ans a été accusée de vol et de fraude après avoir loué une voiture (à un tiers), puis loué la même voiture à une Chinoise vivant sur l'île. La Thaïlandaise a volé la voiture confiée à la Chinoise, alors que la voiture contenait des objets personnels d'une valeur supérieure à 100 000 B. La Thaïlandaise, originaire de Phuket, Rungthiwa Khummit, 38 ans, s'est présentée au poste de police de Wichit à 10 heures le 21 janvier, a expliqué le lieutenant-colonel Narong Muangdueng de la police de Wichit. Le lieutenant-colonel Narong a déclaré que la police avait entendu parlé de l'affaire le vendredi 17 janvier lorsque la Chinoise, Zhen Xiaoxian, a porté plainte à la police de Wichit car une Toyota Yaris grise enregistrée à Phuket qu'elle louait depuis quatre mois avait été volé. La voiture a été volée alors qu'elle était garée devant sa maison du lotissement Phanason sur Thep Anusorn Rd, Wichit, a déclaré le lieutenant-colonel Narong. Mme Zhen a indiqué qu'à l'intérieur de la voiture se trouvaient six objets personnels d'une valeur de 108 500 B, a-t-il ajouté. Après avoir visionné les images de vidéosurveillance de la zone, la police a confirmé que la personne qui avait volé la voiture n'était autre que Rungthiwa, qui avait loué la voiture à Mme Zhen pendant un an pour 65 000 B (soit 5000 bahts par mois ?). "Nous avons appelé Rungthiwa pour qu'elle se présente au poste de police et nous avons demandé que Mme Zhen soit également présente", a déclaré le lieutenant-colonel Narong. Rungthiwa a confirmé qu'elle avait loué la voiture à Mme Zhen pour un an, à partir du 23 septembre de l'année dernière. Elle a également avoué avoir volé la voiture devant la maison de Mme Zhen vendredi vers 17 heures, a indiqué le lieutenant-colonel Narong. "Après avoir volé la voiture, Rungthiwa a pris la voiture pour la louer à un nouveau client, alors que les affaires de la Chinoise étaient toujours dans la voiture", a expliqué le lieutenant-colonel Narong. Le lieutenant-colonel Narong a confirmé que Rungthiwa avait été accusée de vol et de fraude. Aujourd'hui, au poste de police, Mme Zhen a récupéré ses objets volés. https://www.thephuketnews.com/phuket-woman-arrested-for-stealing-car-she-rented-to-chinese-woman-74478.php
  10. Grand Sud : Les autorités thaïlandaises reprennent le dialogue de paix avec le groupe d'insurgés le plus radical BANGKOK (Reuters) - Un haut responsable thaïlandais a rencontré un envoyé du principal groupe d'insurgés combattant dans le sud largement musulman du pays dans ce que les deux parties ont décrit comme une étape positive vers un processus de paix, a déclaré mardi le gouvernement thaïlandais. La réunion à Kuala Lumpur, la capitale malaisienne, prouve que le Barisan Revolusi Nasional (BRN) a repris les pourparlers alors qu'il s'était retiré d'un dialogue de paix antérieur en 2014. L'insurrection de longue date du sud de la Thaïlande a tué quelque 7 000 personnes au cours des 15 dernières années. Le conflit se poursuit depuis des décennies car des groupes d'insurgés comme le BRN poursuivent une guérilla pour exiger l'indépendance des provinces de Yala, Pattani et Narathiwat, qui faisaient partie d'un sultanat malais indépendant avant d'être annexées par les Thaïlandais en 1909. Les gouvernements thaïlandais successifs ont toujours refusé d'octroyer un quelconque degré d'autonomie à la région. Le général Wanlop Rugsanaoh, le chef du groupe thaïlandais de dialogue pour la paix, a rencontré lundi Anas Abdulrahman, un représentant du BRN pour une discussion organisée par le gouvernement malaisien, selon un communiqué du gouvernement thaïlandais. Un haut responsable du BRN, Abdul Aziz Jabal, a qualifié la réunion de "premier cycle de dialogue de paix officiel". Il a déclaré lors d'une conférence de presse à Kuala Lumpur que les deux parties avaient convenues de plusieurs engagements mutuels, comme un cadre établissant les règles de base pour les négociations futures. Le responsable du BRN a ajouté que les pourparlers ont été suivis par "des observateurs étrangers", sans plus de détails. Le BRN faisait partie de plusieurs groupes d'insurgés ayant participé à des pourparlers de paix officiels avec le gouvernement thaïlandais jusqu'à un coup d'État militaire de 2014. La junte militaire a repris les pourparlers avec d'autres groupes d'insurgés -Mara Patani- deux ans plus tard, mais le BRN n'a pas rejoint ce processus, qui s'est arrêté en 2018. Ce qui a fait dire aux observateurs que les négociations entre la junte et Mara Patani étaient totalement inutiles car BRN serait el grupe le plus violent parmi les insurgés. Depuis lors, le BRN et le gouvernement thaïlandais ont eu plusieurs contacts, dont une réunion secrète en août dernier à l'extérieur de la Thaïlande. Mara Patani, un groupe parapluie représentant d'autres factions insurgées, a salué la réunion de lundi comme une étape positive pour le processus de paix au point mort. "Il est bon que le BRN ait finalement accepté de s'asseoir à la table. Nous l'attendions depuis longtemps et ils se dérobaient", a déclaré à Reuters Abu Hafez Al-Hakim, un porte-parole de Mara Patani. "J'espère que le gouvernement thaïlandais s’engagera plus sérieusement à partir de maintenant." -- REUTERS
  11. Permis à points : il faudra griller 50 feux rouges pour un retrait Les propositions envoyées par le ministre des Transports Saksayam Chidchob aux responsables du DLT (Dpt des transports) et à la police indiquent que les conducteurs thaïlandais ne seront privés de volant que lorsqu'ils auront perdu 100 points sur leur permis de conduire, prétendent des médias thaïlandais. On ne sait pas si leur source est totalement fiable tant l’information surprend. Selon le barème proposé, cela signifierait qu'il faudra 25 "conduites en état d'ivresse" avant de quitter la route pendant un an. Alternativement, vous pouvez griller 50 feux rouges ou rouler en sens interdit 50 fois avant de perdre votre permis. Vous devrez effectuer 34 délits de fuite après accident pour perdre votre permis Les conducteurs devront regarder leur téléphone 100 fois en conduisant ou les motocyclistes devront rouler 100 fois sur le trottoir ou ne pas porter un casque 100 fois avant d'être obligés de ranger leurs clés pendant un an. MThai.com a déclaré que cela encouragera les Thaïlandais à être de meilleurs conducteurs. Saksayam a envoyé ses propositions au ministère des Transports terrestres et à la police thaïlandaise, ont affirmé les journalistes thaïlandais. Les médias ont également déclaré que lorsque les 100 points sont atteints, un conducteur peut repasser son permis et obtenir un nouveau permis. Mais s'il perd à nouveau 100 points, ce sera l'interdiction de conduire à vie. Les procédures d’obtention du permis allemandes et suisses sont également à l'étude pour améliorer le test de conduite thaïlandais, ont-ils rapporté. MThai.com a déclaré que le système de points suivant s'appliquerait: Un point: utiliser un téléphone portable en conduisant, ne pas porter de ceinture de sécurité ou de casque, rouler sur le trottoir Deux points: griller des feux rouges ou prendre un sens interdit / rouler à contresens Trois points: organiser des courses de rue, fuir le lieu d'un accident ou conduire sous l'influence de drogues Quatre points: conduite en état d'ébriété avec 200 mg d'alcool dans le sang et causant des blessures ou la mort Thaivisa note que ces articles - et leur interprétation - contredisent de manière choquante les propositions précédentes parlant de retrait de permis après seulement 12 points perdus. L'allégation selon laquelle on perd 4 points pour 200 mg d'alcool semble étrange car la limite en Thaïlande est de 50 mg pour les conducteurs expérimentés. Ce qui signifie qu'on ne perd pas de point avec 1,7 mg même si c'est interdit. Thaivisa en français considère que les articles de la presse thaïlandaise sont farfelus et qu'il faut attendre confirmation par le Dept des transports puis par le conseil des ministres et, peut-être, par le législateur. https://forum.thaivisa.com/topic/1144521-driving-points-system-drivers-banned-after-reaching-100-points-report/
  12. Frénésie médiatique autour de l'arrestation du tueur de Lopburi. Il aurait cherché à se faire abattre par la police Il est enseignant et expert en armes à feu Les médias thaïlandais se bousculaient pour obtenir des informations alors que le chef de la police nationale, le général Chakthip Chaijinda, a informé la presse à la suite de l'arrestation d'un suspect dans l'affaire du cambriolage dramatique de la bijouterie de Lopburi le 9 janvier. Les médias affirment que l'agresseur présumé s'appelle Prasittichai Khaokaew. Il serait le directeur de l'école Wat Pho Chai à Singburi, une province voisine du lieu du crime. Les médias thaïlandais affirment que la police a trouvé des preuves ADN telles de la sueur sur les lieux : la boutique d'or Aurora, Robinson. D'autres médias ont cité un collègue enseignant incrédule et choqué. Le suspect est décrit comme un homme sympathique qui s'entendait avec tout le monde. Un enfant en bas âge et deux autres personnes ont été abattus dans le casse qui a choqué la nation. Le suspect a également été décrit comme un expert en armes à feu. Des photos sur une page Facebook ont montré le suspect en train de dîner avec sa / son partenaire deux jours seulement après le crime comme si de rien n'était. Un haut responsable du ministère de l'éducation a déclaré que le suspect serait renvoyé de son poste si les accusations étaient prouvées devant le tribunal. La police de Lop Buri affirme que Prasittichai Khaokaew, arrêté le mardi 21 janvier suite à l'attaque à main armée d'une boutique d'or a avoué le crime, affirmant que le stress l'avait poussé à chercher un moyen de se faire tirer dessus et d'être tué par la police. Mais, le jour du vol, il n'y avait pas de policier près de la boutique, aurait-il dit. La police a déclaré qu'il avait affirmé avoir jeté tout l'or volé dans une rivière à Sing Buri. Un ami proche du suspect, s'exprimant sous couvert d'anonymat, a déclaré que Prasittichai, malgré son attitude douce, se mettait facilement en colère et était très endetté à force de parier sur le football. https://forum.thaivisa.com/topic/1144553-media-frenzy-as-alleged-lopburi-gold-shop-robber-named-he%E2%80%99s-a-teacher-and-firearms-expert/?tab=comments#comment-14980478
  13. Une enquête montre que les Thaïlandais se sentent «moins en sécurité» Une récente enquête de l’Université Suan Dusit Rajabhat, le Suan Dusit Poll, montre que les Thaïlandais sont plus préoccupés que jamais par leur sécurité, citant les problèmes économiques du pays comme raison de ce phénomène. Le sondage a été mené du 15 au 18 janvier auprès de 1 365 personnes à travers le Royaume. L'enquête survient après une série de crimes graves, de viols, de vols, de fusillades et de trafics de drogue, qui ont culminé avec l'attaque de la bijouterie Aurora dans la province de Lop Buri où trois personnes sont mortes. 67,6% des personnes interrogées affirment qu’elles sont devenues plus inquiètes au sujet de leur sécurité personnelle au cours de l’année écoulée en raison de la crise économique, de la détérioration des conditions sociales et de l'absence de moralité de leurs concitoyens. En août, le gouvernement a révélé que l’économie du pays avait progressé à son rythme le plus lent depuis cinq ans au deuxième trimestre de 2019. Le gouvernent parle du ralentissement des exportations, du secteur agricole en difficulté et des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine qui ont nui à la Thaïlande. Le gouvernement a également imputé une partie de la crise au baht fort. Le baht thaïlandais était l'une des devises les plus performantes d'Asie en 2019, ce qui a nui aux exportations et au secteur touristique, qui génère plus de 20% du produit intérieur brut du Royaume. Pour aggraver les choses, le secteur agricole est actuellement en proie à la pire sécheresse depuis des décennies. Lorsqu'on demande aux Thaïlandais quels sont les facteurs qui nuisent, par ricochet, à leur sécurité personnelle, 53,8% parlent de l'économie en crise; 24,4% citent «la détérioration des conditions sociales, les inégalités et un faible niveau de vie»; 21,3% citent l’incapacité du gouvernement à résoudre les problèmes économiques, forçant les gens à se débrouiller; 18,2% citent la baisse de la morale dans le pays, et 14,5% citent une mauvaise application des lois. Lorsqu'on leur demande ce qu'ils craignaient le plus, 67,5% parlent des vols et des bandits; 32,7% ont peur de la violence avec armes telles que des fusils et des couteaux; 25,1% citent la propagation des drogues; 21,3% craignent les délits sexuels et 15,1% craignent le smog toxique. La question de savoir si un marasme économique entraîne inévitablement une augmentation de la criminalité est encore à débattre, mais le récent sondage montre que de nombreux Thaïlandais pensent que c'est le cas. Comme partout dans le monde, on parle ici de la perception de l'insécurité et non de l'insécurité. La Thaïlande reste un pays sûr et si 370 000 Thaïlandais sont en prison c'est souvent pour des motifs qui ne méritent pas la détention en occident (usage de drogue ou dettes non payées). https://thethaiger.com/news/national/survey-shows-that-thais-feel-less-safe
  14. L'arrestation du -possible- ennemi public numéro un est le résultat d'une enquête exemplaire L'arrestation d'un suspect de meurtre dans une bijouterie résulte d'un effort conjoint L'appréhension du directeur d'école Prasitthichai Khaokaew, suspect dans les meurtres de la bijouterie, par l'unité spéciale Hanuman de la police crimelle, est le résultat d'un vaste effort conjoint de la police et des experts médico-légaux, qui ont analysé les images de vidéosurveillance de la scène du crime et le long du trajet du suspect. Des sources policières informées ont déclaré à Thai PBS que les experts avaient étudié les vêtements du voleur, y compris son pull noir à manches longues avec des taches grises sur les épaules et ses baskets noires, qui fournissaient des indices sur son goût pour ces vêtements particuliers. Des experts médico-légaux ont analysé la position et la démarche du voleur qui les a incité à penser que le voleur était une personne qui avait subi une opération au genou droit. Puis ils ont observé le pistolet qu'il a utilisé et ont conclu qu'il pourrait s'agir d'un CZ SP75-01 de 9 mm de fabrication tchèque. Ils ont ensuite fouillé dans les dossiers des propriétaires enregistrés de ce modèle et ont découvert qu'il appartenait à un policier. Le lieutenant-général de police Amphon Buarupporn, de la région 1, a déclaré que la police s'était appuyée sur des preuves médico-légales pour retrouver le suspect. En ce qui concerne le trajet de la fuite du voleur, la police a examiné la vidéosurveillance du centre commercial de la province de Lop Buri, où le crime a été commis et où le voleur a été vu en train de conduire une moto Yamaha blanche et rouge pour s'éloigner. Le voleur est passé devant Wat Dong Noi, a tourné à droite dans la voie du Motel 111 en direction de Ban Mai Khun Nuan, puis a tourné à droite, a traversé le Tambon Tha Sala pour arriver sur l'autoroute Pahonyothin. Il a ensuite fait demi-tour devant l'école Thai Rath Wittaya 1 pour bifurquer Chompon Road, puis à gauche sur Erawan Road avant d'entrer dans le lotissement de Lop Buri View, où M. Prasitthichai a une maison. L'arrestation de Prasitthichai, directeur d'une école dans la province de Sing Buri, a été effectuée par l'unité de police d'élite, Hanuman, créée par la police criminelle en novembre dernier pour remplacer son unité de commandos qui a été transférée à Sa Majesté le Roi au sein de sa garde spéciale Ratchawallop. Il a fallu 14 jours à la police pour appréhender le suspect. La police criminelle a trouvé le vendeur d'armes à feu, qui a immédiatement reconnu le silencieux comme étant le même modèle que celui qu'il avait vendu précédemment à M. Prasittchai, a déclaré la source du CSD. Le fournisseur basé à Samut Sakhon est également le seul marchand du pays de ce modèle de silencieux fabriqués localement. Il a déclaré avoir reçu des commandes de clients dans tout le pays, mais une seule commande de Lop Buri, émanant de M. Prasittichai, selon la source. Cela explique pourquoi les autorités ont concentré leur enquête sur M. Prasittichai depuis le début, a-t-il déclaré. La police a utilisé le logo de la marque du silencieux pour remonter au vendeur, a indiqué la source. Le vendeur s'est souvenu de l'autocollant, a déclaré la source, ajoutant que l'indice offrait ainsi aux enquêteurs les preuves dont ils avaient besoin pour procéder à une arrestation. L'équipe du CSD a demandé mardi soir un mandat d'arrêt contre le directeur de l'école, a indiqué la source. Une équipe du CSD suivait le suspect, attendant le feu vert, a indiqué la source. Hier matin, l'équipe a suivi M. Prasittichai alors qu'il conduisait sa voiture BMW Série 5 immatriculée à Bangkok de son domicile à Lop Buri à l'école de Sing Buri, a déclaré la source. M. Prasittichai a été arrêté et arrêté alors qu'il roulait route n ° 311 à tambon Tha Wung, Lop Buri, a indiqué la source. Face à une équipe de policiers armés, M. Prasittichai s'est rendu pacifiquement, a déclaré la source, ajoutant que plusieurs cartouches du même type de munitions de 9 mm utilisées lors du braquage du 9 janvier ont été trouvées dans sa voiture, mais pas d'arme à feu. Lors de l'interrogatoire, M. Prasittichai a avoué être le voleur du 9 janvier motivé par le désir d'excitations dans sa vie, a indiqué la source. Il s'attendait à l'arrestation et a déclaré que l'arme SP-01 CZ qu'il avait utilisée lors du vol avait été empruntée à son père, un ancien policier, tandis que le scooter rouge Yamaha Fino sur lequel il avait fui la scène du crime avait été emprunté à son beau père, a déclaré la source. L'arme et la moto ont été rendues à leurs propriétaires après le vol, a indiqué la source. Prasittichai semblait vivre en couple avec son épouse de manière harmonieuse. Certains médias en thaï affirment que le butin a été retrouvé chez Prasittichai et non dans un étang où il l'aurait jeté comme il l'a prétendu. https://www.thaipbsworld.com/gold-shop-murder-suspects-arrest-a-result-of-joint-effort/
  15. Le vote par procuration met en péril le projet de loi de finances pour 2020 Le vote par procuration des députés de Bhumjaithai, lors du récent débat sur le projet de loi de finances du gouvernement pour 2020, menace d'annuler le projet de loi ou, du moins, de retarder la mise en place du budget, déjà retardée jusqu'en mai ou juin. Les années budgétaires commence en octobre de l'année précédente. Si le budget 2020 est mis en place en juin 2020, il faudra dépenser les budgets en 4 mois. Le Sénat a adopté à l'unanimité le projet de loi de finances mardi, après son approbation par la Chambre des députés le 11 janvier. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha est si préoccupé qu'il a convoqué une réunion urgente avec les vice-premiers ministres Prawit Wongsuwan et Wissanu Krea-ngarm, et le directeur du Bureau du budget, lors de la réunion décentralisée du cabinet dans la province de Narathiwat mardi. Des sources gouvernementales informées ont déclaré que le Premier ministre craignait que si la question du vote par procuration était soumise à la Cour constitutionnelle, le décaissement du budget serait tellement retardée que cela affecterait les investissements du gouvernement. Au moins deux cas de vote par procuration ont été découverts et impliquent tous deux des députés de la coalition gouvernementale, parti Bhumjaithai, à savoir le député de Phatthalung Chalong Thoedveerapong et la députée (élue à la proportionnelle) Mme Nathee Ratchakitprakarn. Chalong a admis qu'il avait laissé sa carte d'identité électronique au lecteur de cartes alors qu'il était chez lui dans la province de Phatthalung pour assister à des funérailles. Mme Nathee, quant à elle, était en Chine, avec une délégation de la province de Krabi lorsque le vote a eu lieu et quelqu'un a utilisé sa carte pour voter. Un comité, créé sur ordre du président de la Chambre, Chuan Leekpai, pour enquêter sur le vote par procuration, a conclu que cette allégation était fondée. Le comité a recommandé à M. Chuan de suspendre le projet de loi de budget pendant trois jours, afin de permettre à une séance commune du Parlement de décider si l'affaire devrait être soumise à la Cour constitutionnelle pour déterminer le statut juridique du projet de loi. Les votes de 75 membres des deux chambres (10%) sont nécessaires pour entériner le projet de loi de finances. On comprend donc que si l'on retire les deux votes par procuration, il n'y a plus le quorum. Le vote par procuration a été dévoilé par l'ancien député démocrate de Phatthalung Nipit Intharasombat, qui a été battu par M. Chalong lors des élections du 24 mars 2019. Le vote par procuration a déjà été examiné par la Cour constitutionnelle lorsqu'elle a invalidé un projet de loi du gouvernement Yingluck Shinawatra, en 2014 en raison d'un vote par procuration illégal. https://www.thaipbsworld.com/proxy-voting-puts-2020-budget-bill-at-risk/
  16. Pattaya: un octogénaire suisse qualifié de "paranoïaque" retrouvé mort par inhalation de fumée Les médias thaïlandais ont rapporté que la police et les pompiers ont assisté impuissants à un incendie dans un bungalow du lotissement La Bella Case à Bongkot Soi 7 à 6 heures du matin ce jeudi. La maison numéro 414/26 était envahie par beaucoup de fumée. Un Philippin de 49 ans, appelé Angel, courait à l'extérieur avec des chiens de race pour les mettre en lieu sûr. À l'intérieur de la maison se trouvait Henry H., un ressortissant suisse de 81 ans, qui a été évacué inconscient. Il a été rapidement déclaré mort par inhalation de fumée. Amporn, 56 ans, une voisine semble-t-il, a déclaré que le Suisse et le Philippin vivaient ensemble. Elle avait reçu un appel du Philippin affirmant qu'il ne pouvait plus respirer. Elle a dit que le Henry souffrait de paranoïa et était convaincu que tout le monde lui en voulait. Elle pense qu'il a ouvert le gaz puis allumé le feu ce qui aurait alors déclenché un incendie à l'intérieur dont les fumées auraient tué Henry, a rapporté 77kaoded. La police enquête.
  17. Le gouvernement va appliquer 12 mesures pour lutter contre la pollution atmosphérique agence gouvernementale BANGKOK (NNT) - Le gouvernement appliquera 12 mesures pour lutter contre la crise de la pollution atmosphérique. Le Premier ministre a déclaré que le gouvernement n'avait pas été négligent sur la question, mais que la solution à ce problème doit arriver étape par étape et recevoir la coopération de tous les secteurs. Le Premier ministre, le général Prayut Chan-o-cha, a révélé que les plans du gouvernement pour lutter contre la pollution atmosphérique couvriront des actions à court terme et des solutions à long terme, adaptées aux conditions de chaque région. Ces mesures seront appliquées en fonction de la gravité de la pollution de l'air au moment T, en commençant par des mesures générales lorsque les poussières en suspension dans l'air PM 2,5 sont mesurées en dessous de 50 microgrammes par mètre cube, donc avant la crise. Des mesures et des règlements spéciaux seront appliqués par les gouverneurs provinciaux une fois que le niveau de poussière sera mesuré de 51 à 75 microgrammes par mètre cube, début de crise. Chaque fois que le niveau de poussière atteint 76 à 100 microgrammes par mètre cube, des restrictions de circulation seront imposées pour réduire les émissions d'échappement. Des mesures drastiques, telles que l'interdiction de tous les véhicules privés, ou uniquement de ceux de plus de 10 ans, peuvent être appliquées si le niveau de poussière dépasse 100 microgrammes par mètre cube. L'organisme du gouvernement annonce des chiffres deux fois moins importants que ceux des organismes indépendants (Airvisual) ou de tout un chacun. En effet, Airvisual permet à tous ceux qui ont un compteur de pollution de poster en temps réel et en toute transparence le niveau de pollution mesuré chez eux. Le Cabinet, lors de sa réunion décentralisée, a approuvé le principe de 12 mesures pour réduire la pollution atmosphérique. Ces questions seront examinées plus avant lors d'une réunion présidée par le vice-Premier ministre, le général Prawit Wongsuwan. Les 12 mesures consistent en 1. L'extension des zones sans camion à Bangkok, du périphérique de Ratchadaphisek au périphérique externe de Kanchanapisek. 2. L'interdiction à tous les camions d'entrer dans le centre de Bangkok les jours impairs en janvier et février de cette année. 3. Contrôle des gaz d'échappement de tous les véhicules de tourisme (non bus), en augmentant les unités d'inspection à 50, desservant 50 districts de Bangkok. 4. Contrôle des gaz d'échappement sur tous les véhicules de transport de passagers (bus) et de marchandises pour interdire ceux qui émettent une pollution excessive. 5. L'inspection des usines. Les usines polluantes auront ordre d'effectuer les travaux de maintenance pour faire baisser la pollution ou seront fermées. 6. Réglementation des chantiers de construction du métro, ainsi que d'autres projets, pour assurer le respect des réglementations anti-pollution et une bonne gestion du trafic. 7. L'interdiction de brûler (écobuage) à l'extérieur à Bangkok et dans les provinces voisines. Les contrevenants seront sanctionnés. 8. L'autorisation sera donnée aux bureaux provinciaux de l'administration locale de réglementer le brûlage extérieur (écobuage), les véhicules, les usines et les chantiers de construction pendant la période de pollution. 9. Un rabais sur le prix des carburants contenant moins de 10 ppm de soufre, qui émettent moins de particules en suspension dans l'air après la combustion. 10. Campagnes décourageant l'utilisation de véhicules privés et inspection obligatoire de la fumée noire pour tous les véhicules appartenant à des fonctionnaires. 11. Campagnes encourageant les vidanges d'huile moteur pour les moteurs diesel de plus de 5 ans afin de réduire les émissions de particules. 12. Campagnes de sensibilisation du public sur la question de la pollution atmosphérique. Outre ces 12 mesures, de nombreuses réglementations existent déjà qui, si elles étaient observées, éviteraient la pollution. On ne sait pas qui sera chargé de mettre en place puis de contrôler les 12 mesures. https://forum.thaivisa.com/topic/1144709-govt-to-enforce-12-air-pollution-reduction-measures/
  18. Des Thaïlandais manifestent contre l'inaction du gouvernement quant à la pollution atmosphérique BANGKOK (Reuters) - Des dizaines de militants ont organisé jeudi une rare manifestation contre la pollution de l'air à Bangkok, un jour après que les autorités thaïlandaises ont fermé des écoles pour faire baisser les niveaux de pollution. Les niveaux de pollution de l'air dans la capitale, la ville la plus visitée au monde, se sont maintenus à des niveaux insalubre au cours du dernier mois - plus de 100 selon l'indice de la qualité de l'air. L'indice a franchi le seuil de 151, considéré comme dangereusement malsain pour la population à la fin de la semaine dernière, et a continué de grimper jusqu'à atteindre 163 lundi, selon AirVisual. Les écoles ont été fermées pour la journée de mercredi et, jeudi, l'indice est retombé à 121. Les militants, portant des masques anti-pollution, ont déclaré qu’ils se rendaient au Siège du gouvernement en raison de l’inaction des autorités. "La pollution de l'air affecte tout le monde ... c'est une question de vie ou de mort pour nous tous", a déclaré Tara Buakamsri, directrice thaïlandaise de Greenpeace, alors que les voitures et les motos roulaient alentour en émettant de la fumée de manière insolente. Les particules présentes dans la poussière, la suie et la fumée et suffisamment petites pour se loger profondément dans les poumons et pénétrer dans la circulation sanguine, connues sous le nom de PM 2,5, ont été mesurées à des niveaux insalubres pendant 23 des 30 derniers jours à Bangkok, selon AirVisual. Plus tôt cette semaine, le Premier ministre Prayuth Chan-ocha a déclaré que les personnes en bonne santé comme lui pouvaient le supporter et que les membres des groupes à risque devraient porter des masques. Son commentaire cynique a mis en colère certains des militants. Tara a déclaré que la protection de l'environnement et de la santé ne nuit pas au développement économique, lors de la manifestation. Lorsque les écologistes sont arrivés au siège du gouvernement, un haut fonctionnaire du ministère de l'Environnement, Nopadol Phonsen, est venu leur parler, leur disant que les autorités se réunissaient pour discuter des mesures à prendre pour résoudre le problème. "Nous sommes tous sous le même ciel. Nous voulons que l'air que nous respirons soit propre et sain », a-t-il déclaré. Ce vendredi l'air est respirable à Bangkok. Selon les observateurs, la raison n'en est pas l'action du gouvernement mais un simple coup de vent marin dans le golf de Thaïlande. Avant ce vendredi, le dernier jour de qualité de l'air tolérable en ville remonte au 4 janvier. Le gouvernement a annoncé un train de 12 mesures qu'il dit vouloir mettre en place dans un futur proche. Les mesures décidées l'an passé n'ont jamais été appliquées. Ainsi, le problème est sans doute plus du côté du respect de la loi que du côté de la rédaction de nouvelles législations. La preuve en est la véritable guerre de tranchées qui fait rage entre les paysans qui continuent de pratiquer l'écobuage et les autorités qui tentent, en vain, de les en empêcher. Les agriculteurs affirment qu'ils ne se soucient pas de la santé de leurs compatriotes mais uniquement de leur portefeuille et arguent que bruler est gratuit alors que le traitement des champs par d'autres moyens est onéreux. Les autorités ont pourtant trouvé une méthode vertueuse : infliger des amendes aux paysans qui brulent pour redistribuer des subventions à ceux qui ne brulent pas. En vain. https://forum.thaivisa.com/topic/1144797-thai-protesters-demand-action-as-air-pollution-clouds-bangkok/ https://forum.thaivisa.com/topic/1144826-farmers-burning-sugarcane-face-additional-fees-for-milling-their-crop/
  19. PHUKET: Un petit ferry opérant entre Phuket et Koh Yao Yao, au large de la côte est de Phuket, a été suspendu après qu'un pickup non attaché est tombé du bateau au large de Koh Siray le 22 janvier. Le ferry, appelé «Koh Yao», est parti pour Koh Yao Yai à 14 heures, a déclaré le directeur du bureau maritime de Phuket, Wiwat Chitchertwong, au Phuket News. L'accident s'est produit vers 15 heures alors que le ferry revenait à Phuket, a-t-il ajouté. «Rien n'empêchait le véhicule de tomber à l'eau. Le propriétaire du pickup n'a pas serré le frein à main, et il n'y avait pas d'attaches pour l'empêcher de bouger », a déclaré M. Wiwat. La loi de la physique est dure mais c'est la loi ainsi le véhicule a rouler doucement avant de basculer. "Le propriétaire n'était pas dans le camion quand il est tombé, il va donc bien", a-t-il ajouté. Le bateau a été mis en fourrière, jetée de Jian Wanit à Rassada, pour être inspecté par des autorités, a déclaré M. Wiwat. "Le propriétaire du traversier achètera un nouveau véhicule au propriétaire du pickup et sera responsable de récupérer celui qui a coulé", a assuré M. Wiwat. "Je demande à tous les pêcheurs locaux et organisateurs d'excursions d'éviter la zone jusqu'à ce que le véhicule soit repêché", a ajouté M. Wiwat. https://www.thephuketnews.com/phuket-ferry-suspended-after-pickup-truck-rolls-off-the-deck-into-the-sea-74512.php
  20. Corruption : la Thaïlande perd deux places dans le classement mondial mais la note reste la même Le classement de la Thaïlande dans l'indice de perception de la corruption de Transparency International a reculé de deux places par rapport à il y a un an, selon le rapport publié jeudi. La Thaïlande se classe désormais au 101e rang des pays les plus corrompus au monde selon la perception du groupe d'experts et de businessmen de Transparency International. Bien que le pays ait perdu deux places, son score global reste le même à 36 sur 100 sur l'échelle de l'indice de corruption, zéro étant très corrompu et 100 très propre. Cela place la Thaïlande au-dessus de pays comme l'Albanie et le Brésil, mais au-dessous du Pérou et de voisins comme le Vietnam et Singapour. La Chine et l'Inde sont aussi mieux classées que la Thaïlande. La Thaïlande n'a jamais obtenu un score supérieur à 38 sur l'échelle de l'indice, ce résultat a été atteint en 2015 un an après un coup d'État militaire. Sous la junte, la corruption perçue a augmenté, mais pas de manière significative. Sous le dernier gouvernement démocratique incontesté de la Thaïlande en 2013, le gouvernement n’a obtenu que 35 sur l’échelle de l’indice, mais, à l'époque le pays était bien mieux classé classé : 85e. Ce qui tendrait à prouver que le niveau de corruption de la Thaïlande ne change pas mais que les autres pays parviennent petit à petit à vaincre le fléau. Dans le rapport de 2019, Transparency International a noté que si l'Asie était «souvent considérée comme un moteur de l'économie mondiale, en termes d'intégrité politique et de gouvernance, la région ne fonctionne que légèrement mieux que la moyenne mondiale». Les pays francophones se classent entre la 4e place de la Suisse et la 23e place médiocre de la France. Cependant la France obtient une note de 69 / 100 correcte (Canada 77 et Belgique 75). https://www.transparency.org/cpi2019
  21. Les exportations baissent pour un cinquième mois consécutif Les exportations de la Thaïlande ont chuté pour le cinquième mois consécutif, soit sans interruption d'août à décembre. Au final, les exportations ont diminué de 2,65% sur toute l'année 2019, selon les données du ministère du Commerce. Le centre de recherche de Kasikorn s'attend maintenant à ce que la valeur des exportations du pays se contracte de 1% cette année en raison du ralentissement de la demande mondiale et d'un baht thaïlandais trop fort que la Banque de Thaïlande ne parvient pas à faire baisser. La valeur totale des exportations de la Thaïlande s'élevait à 246 milliards de dollars américains en 2019, soit une baisse de 2,65% par rapport à 2018. Les importations ont également diminué de 4,7% pour s'établir à 237 milliards de dollars, créant un excédent commercial de 9,6 milliards de dollars. Le Bureau des politiques commerciales, une unité du ministère du Commerce, a déclaré que la contraction de la valeur des exportations en décembre était principalement due à une situation commerciale mondiale incertaine, à la baisse des exportations des principaux produits industriels et à des prix relativement bas pour les produits agricoles. Les exportations de riz (moins 41,14%), de pommes de terre (moins 24,03%), de véhicules et de ses composants (moins 14,58%), de produits chimiques (moins 22,37%) et de billes en plastique (8,91%) se sont toutes contractées en décembre par rapport à la même période en 2018. Fait intéressant, les exportations thaïlandaises vers la Chine et les États-Unis ont augmenté de 7,3% et de 15,6% en glissement annuel en décembre. Le centre de recherche a toutefois déclaré que cela était dû à des facteurs temporaires. Pour le marché chinois, l'augmentation provient des produits exportés vers la Chine en préparation du nouvel an chinois ce mois-ci. Les exportations de fruits frais, de fruits surgelés et de fruits secs ont augmenté de 110% en glissement annuel. Le centre de recherche de Kasikorn a prédit que les exportations totales continueront de se contracter de 1,0% en 2020, avec une fourchette de moins 2,0% à plus 1,0%. Cela est dû au ralentissement de l'économie mondiale et à un baht fort par rapport aux partenaires commerciaux. Cette projection est conforme à l’estimation du Conseil national thaïlandais des transporteurs (TNSC) qui voit une toute petite croissance de 1% cette année. Cependant, le ministère du Commerce estime toujours qu'une croissance des exportations de 1,5 à 2% est encore possible cette année. Le taux moyen du baht en janvier 2020 était de 30,28 bahts pour un dollar américain, contre une moyenne de 31,05 bahts pour l'ensemble de l'année dernière.
  22. Vous allez pouvoir consommer du kratom légalement. Mais pas partout L'Organe de contrôle des stupéfiants prévoit d'assouplir l'interdiction du kratom et d'autoriser la consommation de la plante dans certaines zones. On suppose que ces zones sont les provinces où la consommation est traditionnelle soit le sud du pays. Cette décision fait partie des efforts déployés par le ministère de la Justice pour reclasser cette plante considérée comme stupéfiant de type 5 au cours des 78 dernières années. L'initiative a été soutenue par 95% des participants des auditions publiques sur le sujet. La majorité de la population considère qu'il faut légaliser le kratom. Environ 5% ont exprimé des inquiétudes concernant l'impact de la légalisation sur les jeunes, a déclaré jeudi le ministre de la Justice Somsak Thepsutin. "Les autorités sont susceptibles de proposer la légalisation du kratom dans des endroits désignés en temps voulu", a-t-il déclaré. L'avis des autorités locales consultées sur le nouveau statut du kratom correspond à celui du ministère. Outre le plan de zones pilotes, le "conseil" soutiendra le retrait du kratom de la liste des stupéfiants. Les propositions seront transmises au cabinet pour un dernier mot avant d'être transmises pour débat et adoption au Parlement, a déclaré M. Somsak. Une tentative antérieure de légalisation du kratom avait échoué à cause des inquiétudes concernant le cocktail illicite à base de kratom connu sous le nom de "4x100". La plante est également un ingrédient clé d'un "sirop contre la toux spécial", qui est considéré comme illégal. Jeudi, les autorités ont saisi 17 400 bouteilles de ce sirop cachées dans une maison à Nakhon Si Thammarat. M. Somsak a souligné jeudi que des mesures strictes étaient nécessaires pour prévenir les abus de kratom. Cependant, le ministre a déclaré que les inquiétudes concernant ses abus ne devraient pas entraver la reclassification du kratom, ce qui entraînerait des avantages à la fois médicaux et économiques. La plante, connue scientifiquement sous le nom de Mitragyna speciosa, est utilisée depuis longtemps comme médicament traditionnel pour traiter la douleur, la fièvre, la dysenterie et la diarrhée. La poursuite des personnes qui utilisent ou vendent du kratom coûte actuellement au gouvernement environ 20 000 bahts pour chaque affaire, ce qui pèse sur les coffres de l'État, a déclaré M. Somsak.
  23. Les exportations de pierres précieuses et de bijoux au cours des 11 premiers mois de 2019 ont augmenté de 34,73% sur un an pour atteindre 14,97 milliards de dollars américains (453,6 milliards de BTB), grâce à un boum dans le domaine de d'or et à la forte demande de pierres précieuses colorées sur les marchés étrangers, a déclaré Le vice-ministre du Commerce, Weerasak Wangsupakitkosol "Si nous devions retirer l'or du décompte la valeur totale en joaillerie serait de 7,61 milliards de dollars (236,16 milliards de bahts,) en hausse de 6,60%", a-t-il ajouté. Weerasak a expliqué que parmi les facteurs qui ont stimulé les exportations dans ce secteur, il y a la spéculation sur l'or, qui a attiré des étrangers à la recherche de gains rapides. Les exportations d'or ont augmenté de 85,35%. "Une autre raison des exportations élevées est la forte augmentation de la demande de pierres précieuses colorées sur les marchés étrangers", a-t-il déclaré. «La demande de pierres en morceaux, précieuses et semi-précieuses a augmenté de 295,05 / 7,07 et 11,29% respectivement.» Les exportations vers les pays de l'Asean ont augmenté de 198,09% en moyenne - avec des pics de 295% à Singapour et de 238% au Cambodge - suivies de l'Inde avec 93,23%. Cependant, le principal marché d'exportation de la Thaïlande - Hong Kong - a vu le marché baisser de 4,64% en raison des protestations politiques en cours, qui ont contraint de nombreux détaillants à fermer. "Les exportations vers les États-Unis et la Chine ont également baissé de 5,88 et 23,48% respectivement en raison de l'impact du différend commercial entre les deux pays, tandis que les exportations vers le Japon ont diminué de 6,59% en raison d'une hausse de la taxe à la consommation", a ajouté Weerasak. Il a averti que les exportations en 2020 pourraient faire face aux effets des guerres commerciales et du renforcement du baht. Weerasak a conseillé aux exportateurs de surveiller la situation de près et d'utiliser une technologie moderne pour suivre la demande du marché en temps réel. «En 2020, la tendance de la couleur bleue classique devrait dominer le marché (des pierres précieuses colorées). La Thaïlande a de nombreux produits dans cette catégorie comme le saphir, le lapis-lazuli et la tanzanite », a-t-il ajouté. https://forum.thaivisa.com/topic/1143198-gems-and-jewellery-exports-dazzle-in-2019/
  24. Une nouvelle étude révèle que des familles désespérées recherchent à l'étranger des soins abordables pour leurs proches atteints de ces maladies Selon de nouvelles recherches, un nombre croissant de personnes âgées atteintes de démence sont envoyées en Thaïlande par des familles qui ne parviennent pas à couvrir les coûts des soins au Royaume-Uni. Le Guardian rapporte que des chercheurs visitant des maisons de soins privées pour patients atteints de démence à Chiang Mai ont trouvé «huit établissements où des citoyens du Royaume-Uni vivent à des milliers de kilomètres de leur famille». La majorité de ces patients ont été envoyés dans ce pays d'Asie du Sud-Est parce que «des soins appropriés dans leur pays d'origine étaient impossibles à trouver ou à payer», explique le journal. Des chiffres récents de la Société Alzheimer suggèrent qu'il y a actuellement environ 850 000 personnes atteintes de démence au Royaume-Uni - un nombre qui devrait atteindre 1,6 million d'ici 2040. On estime que 225 000 développeront une démence cette année, ce qui équivaut à environ une toutes les trois minutes. Les soins résidentiels des administrations locales pour les patients atteints de démence au Royaume-Uni peuvent coûter jusqu'à 700 £ par semaine, tandis que les soins dans le privé coûtent environ 1000 £. «Il n'y a pas de ratio personnel / malade prescrit au Royaume-Uni mais, avec un roulement annuel du personnel supérieur à 30% et 122 000 postes vacants, les niveaux dans les établissements publics et privés ont tendance à être d'environ 1 soignant pour 6 malades», rapporte The Guardian. "En Thaïlande, en revanche, les soins résidentiels sont de 1 soignant par malade, 24h / 24 avec un personnel qualifié - dans des installations qui ressemblent à des hôtels quatre étoiles. Il en coûte environ 750 £ par semaine." Thaivisa en français ajoute que le personnel thaïlandais est particulièrement dévoué, efficace, aimable et surtout naturellement respectueux pour les vieillards et les malades. Le document indique qu'un certain nombre d'établissements sont gérés par des Britanniques, tandis que d'autres sont «gérés par des Thaïlandais mais avec des investissements britanniques, et certains sont gérés par des Suisses». Tous auraient «le soutien du gouvernement thaïlandais». De nombreux Suisses ont choisi la Thaïlande comme hébergement pour des parents atteints de démence. Le Dr Caleb Johnston, de l'Université de Newcastle, a déclaré: «La Thaïlande a déjà une longue histoire du tourisme médical et elle est en train de devenir un centre international pour les soins de la démence. «Le gouvernement et les investisseurs privés sont très actifs pour cultiver cela dans le cadre de leur développement économique.» Bien qu'il n'y ait pas de chiffres officiels concernant le nombre de personnes envoyées du Royaume-Uni en Thaïlande pour recevoir des soins, Johnston pense que c'est "probablement une option que de plus en plus de personnes envisagent". Cette opinion est partagée par Paul Edwards, directeur des services cliniques de Dementia UK. «Je peux bien comprendre que les gens choisissent cette option, étant donné l'état d'anxiété au sujet des soins au Royaume-Uni», a-t-il déclaré. «C'est un marché populaire parce que notre système défaillant - pour lequel aucun politicien n'essaie même de trouver une solution - fait peur à ceux dont les proches doivent l'utiliser.» Thaivisa en français note que le système de santé français est aussi à l'agonie et que le gouvernement encouragerait sans doute volontiers qu'on le débarrasse des malades atteints de démence. Cependant, le problème des visas n'est pas abordé ici. La Thaïlande n'est pas une poubelle et l'immigration thaïlandaise pourrait très bien refuser le visa à une personne atteinte de démence. https://www.theweek.co.uk/105184/why-british-dementia-patients-are-being-sent-to-thailand
  25. Les automobilistes qui empruntent la voie de droite d'une autoroute, avec plus de quatre voies de circulation, et qui roulent à une vitesse inférieure à 90 km / h seront verbalisés à même hauteur que ceux qui roulent trop vite en vertu d'un nouveau règlement ministériel envisagé par le ministère des Transports. Le ministre des Transports Saksayam Chidchob a déclaré aujourd'hui que l'idée de fixer une vitesse minimale de conduite sur la voie de droite sera examinée, ainsi qu'une proposition visant à augmenter la limite de vitesse sur les autoroutes à 120 km / h et autres lois. Il a affirmé que le règlement sur les vitesses de conduite maximales et minimales vise à assurer une meilleure sécurité et à réduire les encombrements. Il s'attend à ce que la nouvelle réglementation de la circulation entre en vigueur en février. Le département des autoroutes a souligné la nécessité de fixer des limites de vitesse différentes pour les différentes voies de circulation, ce qui, selon lui, contribuera à réduire les changements de voie et les accidents causés par des changements de voie soudains. Les accidents causés par des changements de voie soudains représentent 30% des accidents de la route, soit 5 000 par an. https://forum.thaivisa.com/topic/1143158-driving-at-under-90kph-in-the-right-lane-of-highways-may-become-an-offence/ Le code de la route stipule comme partout que les véhicules doivent rouler à gauche (ou à droite suivant les pays) et qu'on ne doit utiliser les autres voies qu'en cas de dépassement. Il est donc interdit pour un véhicule lent de s'installer sur une voie du milieu ou de droite. Le code de la route thaïlandais est bien fait mais peu d'automobilistes le connaissent et certains policiers l'ignorent.