Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 120
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Messages posté(e)s par Le Modérateur


  1. INN raconte qu'un gang organisait un trafic de drogue international depuis le soï Bua Khao.  La contrebande de marijuana était centrée autour du propriétaire du restaurant Jamjuree, Soi Bua Khao, Pattaya.

     

    La ganja était vendue à des touristes étrangers.

    Trois hommes ont été arrêtés à la suite d'une opération piège menée par un agent étranger.

    On ne sait s'il s'agit un étranger de la police de Pattaya ou d'une police étrangère.

    L'étranger a permis l'arrestation de "Mac", 18 ans, qui a été trouvé en possession de 31 barres de ganja comprimée pesant chacune un kilo et de 39,6 grammes de crystal meth.

    Une Toyota Camry, 277 220 bahts, un collier en or et une amulette en or font partie des pièces à conviction après l'arrestation au restaurant Jamjuree.

    L'opération a conduit à l'arrestation de Wiwat ou "Boy", 53 ans, avec dix blocs de ganja et une Vios au même endroit.

    Plus tard, Somkid ou "Kid", 49 ans, a été arrêté avec des blocs de 66 kilos sur Mitraphap Road à Chonburi avec une Vios et une Cefiro.

    Les drogues venaient du Laos et étaient distribuées aux touristes étrangers à Pattaya, a déclaré INN.

    Les enquêteurs ont nommé plusieurs autres personnes dans la logistique et l'acheminement, mais n'ont signalé que trois arrestations.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1176060-pattaya-international-marijuana-smuggling-gang-operating-out-of-soi-bua-khao-restaurant/

    2pm.jpg.44fcac896cea50b87419183051b314f5.jpg.206615b1c26bc98e4a7d1be080a49f06.jpg

     


  2. Chiang Rai : 18 Chinois ont traversé le Mékong en catimini

    La police thaïlandaise enquête sur un incident au cours duquel 18 Chinois se sont faufilés par le Mékong en bateau.

    Ils ont été trouvés assis et attendant au restaurant "Thai Kitchen" du côté thaïlandais, face au Laos.

    Aucun des hommes n'avait de passeport et ils auraient dit aux enquêteurs qu'ils ne les avaient pas apportés. Ils avaient tous leurs bagages avec eux.

    Un membre des autorités locales a déclaré à 77khaoded que toutes les frontières restaient fermées mais que certains individus essayaient d'entrer en Thaïlande depuis la "zone économique du Triangle d'or" au Laos.

    Les 18 Chinois seront tous expulsés.

    Les Thaïlandais de la région craignent la transmission du coronavirus. Aucun des détenus n'a de fièvre et tous portaient des masques.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1176055-chiang-rai-18-chinese-men-sneaked-across-the-mekong-river/

    1pm.jpg.de0834442f91e0179c5e506d2a8eb569.jpg.084777816805bdb852f80b2d2d22a136.jpg


  3. Un inspecteur de police fait partie des quatre personnes retrouvées abattues dans un immeuble commercial du quartier de Yannawa à Bangkok.

     

    Mardi 4 août vers 00h30, le commissariat de police de Thungmahamek a été informé de la fusillade sur Rama III Soi 66.

    La police a retrouvé quatre cadavres - deux hommes et deux femmes - au rez-de-chaussée de l'immeuble de quatre étages, avec une entrée discrète, utilisé comme tripot . L'une des victimes est le lieutenant-colonel Pol Watthaseth Samniangprasert, inspecteur enquêteur du poste de police de Samaedam.

    La police n'a pas dévoilé les noms des autres victimes et cherche des indices sur le tireur, qui aurait fui les lieux. Les enquêteurs ont également émis l'hypothèse que la cause de la fusillade soit liée à des dettes de jeu.

    Les habitants qui habitent à proximité du bâtiment ont déclaré avoir entendu plusieurs coups de feu depuis vers 22 heures lundi.

    «Le bâtiment était connu pour être un tripot proposant du baccarat et des jeux d'arcade, et il a changé de propriétaire à plusieurs reprises», ont-ils ajouté. «On estime qu'il y avait environ 60 personnes à l'intérieur du bâtiment lorsque la fusillade a eu lieu.»

    L'emplacement des casinos clandestins est connu de tous mais ces établissements restent ouverts, parfois, d'après certains observateurs, avec l'assentiment intéressé de la police.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1176072-four-found-shot-dead-in-bangkok-gambling-den/

    imageproxy_php.jpg.3d2274003893f3993c4845286d2a8749.jpg

     


  4. Selon une étude universitaire, les exportations thaïlandaises devraient diminuer de 13,5% cette année, le pire résultat en une décennie, si un vaccin contre le COVID-19 n'est pas disponible cette année.

     

    Bangkok (VNA) - Selon une étude universitaire, les exportations thaïlandaises devraient diminuer de 13,5% cette année, le pire résultat en une décennie, si un vaccin contre le COVID-19 n'est pas disponible cette année.

    Aat Pisanwanich, directeur du Centre d'études sur le commerce international de l'Université du commerce de Thaïlande, a déclaré qu'un vaccin contre le COVID-19 semblait être la seule réponse non seulement pour les perspectives économiques et commerciales de la Thaïlande, mais aussi pour le monde.

    Selon lui, le pire des scénarios, c'est-à-dire pas de vaccin avant l'année prochaine, voit les exportations thaïlandaises se contracter de 13,5% à 213 milliards de dollars cette année, contre 246 milliards de dollars récupérés en 2019.

    Un tel scénario a une probabilité de 40% de se produire, a déclaré M. Aat. La prévision est également basée sur une contraction économique mondiale de 5%, le baht s'échangeant à 31 pour un dollar américain, une deuxième et troisième vague de COVID-19, des prix du pétrole brut à 40 dollars le baril, une contraction du PIB de 7,7%, et une guerre technologique entre les États-Unis et la Chine.

    Les exportations thaïlandaises au second semestre devraient se contracter plus qu'au premier semestre, car la tendance de l'économie mondiale reste baissière, a-t-il déclaré, prévoyant une baisse de 19,8% sur un an.

    Une économie mondiale tiède, l’absence d’un vaccin contre le COVID-19, la guerre technologique entre les États-Unis et la Chine, les fluctuations frénétiques des devises et le resserrement de la réglementation des droits de l'homme sont des facteurs, a déclaré M. Aat.

    Parmi les autres facteurs de risque au second semestre qui auraient une incidence sur les exportations thaïlandaises, citons la faiblesse économique des partenaires commerciaux, la baisse de la demande d'importation, le bas prix du pétrole et des mesures de verrouillage efficaces.

    Selon les données du ministère thaïlandais du Commerce, les exportations nationales au premier semestre ont atteint 114 milliards de dollars, soit une baisse de 7,1% en glissement annuel, tandis que les importations ont chuté de 12,6%, s’établissant à 104 milliards de dollars, d'où un excédent commercial de 10,7 milliards de dollars.

    M. Aat a déclaré que son université avait prévu une perte de 13,6 à 33,2 milliards de dollars de la valeur des exportations thaïlandaises en raison de la crise du COVID-19.

    Les industries de l'automobile et des pièces détachées sont les secteurs les plus touchés, suivies des appareils électroniques, des granulés plastiques, des carburants et des produits chimiques.

    Cependant, la crise devrait offrir aux secteurs des aliments transformés, des boissons et des gants en caoutchouc des opportunités d'exportation prometteuses

    https://fr.vietnamplus.vn/thailande-les-exportations-nationales-devraient-reculer-jusqua-135-en-raison-du-covid19/142835.vnp

     

    EIC-views-decelerated-contraction-of-export-in-September-originates-from.thumb.jpg.ff7e10a60a4905b0486160a2d5c256f5.jpg

     


  5. François Duclos
     

    La compagnie aérienne Thai Airways a de nouveau reporté son retour à l’international, à début octobre au plus tôt. Un tribunal doit décider dans les prochaines semaines si son plan de réhabilitation est viable.

    Alors qu’elle est clouée au sol depuis la fin mars pour cause de pandémie de Covid-19 et avait déjà repoussé au mois prochain la relance des ses vols internationaux réguliers, la compagnie nationale thaïe basée à l’aéroport de Bangkok-Suvarnabhumi ne semble pas prête à accueillir de nouveau des passagers. Selon les GDS consultés par Airlineroute, ses vols internationaux ne reprendront pas avant le 1er octobre 2020 au plus tôt. Thai Airways ferait alors son retour à Paris-CDG ce jour là avec trois vols par semaine opérés en Boeing 777-300ER pouvant accueillir 42 passagers en classe Affaires et 306 en Economie. Le même jour, elle repartirait vers Zurich-Kloten (4 fois par semaine en 777-300ER), et le lendemain vers Bruxelles-Zaventem (3 en Airbus A350-900, 32+290)

    Toujours en Europe, la compagnie de Star Alliance relancerait dès le 1er octobre des vols quotidiens vers Francfort en A380 (12+60+435), vers Londres-Heathrow et vers Copenhague en 777-300ER ; Munich aurait droit à cinq rotations hebdomadaires en -300ER. Environ 30 autres routes internationales sont planifiées en octobre, vers l’Asie du Sud-est, la Chine, le Japon, le sous-continent indien, l’Australie ou la Nouvelle Zélande entre autres.

    Thai Airways n’est toutefois pas complètement clouée au sol : de nouveaux vols de rapatriement sont programmés vers Taipei les 5 et 14 aout, vers Londres les 9, 16 et 23 aout, vers Francfort les 10 et 21 aout, et vers Copenhague les 16 et 30 aout. Tous sont vendus en aller-simple, les vols retour devant être organisés via les ambassades locales (avec quarantaine de 14 jours obligatoire et payante à l’arrivée). Sa filiale Thai Smile a de son côté relancé des vols intérieurs.

    พบกับเที่ยวบินพิเศษ เดินทางจากกรุงเทพฯสู่โคเปนเฮเกน ด้วย TG950 (เที่ยวเดียว) ราคาเริ่มต้น:ชั้นประหยัด 17,935 บาท* (ราคารวมภาษี) สำรองที่นั่ง: ตั้งแต่ 31ก.ค.63-30ส.ค.63 เดินทาง: 16, 30 ส.ค.63 สำรองที่นั่ง: https://t.co/CEoqi6FFh0 *เงื่อนไขเป็นไปตามที่กำหนด pic.twitter.com/80fMeUBMKa

    — Thai Airways (@ThaiAirways) July 31, 2020

     

    Rappelons que Thai Airways doit présenter le 17 aout devant le tribunal des faillites son plan de réhabilitation, dans le cadre d’une restructuration lancée en mai qui l’a vue perdre son statut d’entreprise d’Etat. La presse locale avait évoqué le licenciement d’au moins 6000 de ses 20.000 salariés, mais le nouveau président par intérim Chansin Treenuchagron a promis que les suppressions de postes ne dépasseront pas 5% des effectifs.

    Les derniers détails sur la procédure laissent toutefois penser que rien ne presse : selon M. Chansin, Thai Airways ne fera dans quinze jours que présenter les raisons pour lesquelles cette réhabilitation est justifiée, et prouver le sérieux des personnes qui vont la mener. Si le feu vert est donné, une équipe sera nommée pour mettre au point cette réhabilitation, le plan devant être présenté à la cour et aux créanciers l’année prochaine ; la restructuration commencerait alors en mai ou juin 2021 et pourrait « durer jusqu’à 7 ans », selon le conseiller aux affaires légales Kitipong Urapeepatanapon interrogé par le Bangkok Post

    Le montant de la dette que Thai Airways souhaite restructurer atteint 245 milliards de bahts (6,71 milliards d’euros). Nok Air, dont elle détient 13% du capital, vient à son tour de se placer sous protection contre les créanciers, tandis que NokScoot (coentreprise avec la filiale low cost de Singapore Airlines) avait été liquidée à la fin du mois de juin.

    Rappelons que la Thaïlande n’a toujours décidé de rouvrir ses frontières aux touristes, alors que certaines prévisions font état d’une chute à 8 millions de visiteurs cette année contre près de 40 millions en 2019.

    air-journal-thai-airways-premier-A380.jpg.68031e6f9aa95cbd3c9f5c501cd48080.jpg

     

    https://www.air-journal.fr/2020-08-03-thai-airways-pas-de-vol-international-en-septembre-non-plus-5221854.html


  6. La Thaïlande doit accueillir à nouveau les touristes chinois, déclare le chef du tourisme

    Un chef de file du tourisme a déclaré qu'il était temps que la Thaïlande s'ouvre à nouveau aux touristes étrangers et aux touristes chinois en particulier.

    La pandémie a laissé les Chinois isolés et mal aimés dans le monde et il est temps que la "relation spéciale" de la Thaïlande avec les Chinois reprenne.

    Mais il est également temps que les Thaïlandais parviennent à conserver les revenus du tourisme et ne laissent pas l'argent s'échapper du pays.

    Surawat Akaraworamat, secrétaire général du Conseil du tourisme de Thaïlande et vice-président de l'ATTA s'exprimait lors d'un séminaire sur le tourisme et l'économie thaïlandais.

    "La Chine est en difficulté", a-t-il déclaré. "Personne ne veut de touristes chinois mais nous (en Thaïlande) devrions les accueillir de nouveau. Nous avons toujours eu une relation privilégiée avec les Chinois".

    Il a dit que si la Thaïlande ouvrait son espace aérien, les Chinois viendraient en grand nombre. Il n'y a même pas besoin de beaucoup de marketing. Ils connaissent très bien la Thaïlande et y reviendront.

    Surawat a déclaré qu'il était temps que les habitants des zones touristiques se voient demander leur avis sur la réouverture du pays.

    Et il est temps pour l'État et les entreprises de travailler plus étroitement ensemble.

    Les touristes étrangers en général - qui dépensent en moyenne 50 000 bahts chacun par voyage - doivent être encouragés à revenir. Ils dépensent 2000 milliards de bahts par an.

    Mais Surawat a déclaré que la Thaïlande devrait s'assurer que les revenus du tourisme restent dans le pays et ne retournent pas à l'étranger.

    Il faisait référence à des entreprises - dont beaucoup étaient chinoises ou possédées en Thaïlande par l'intermédiaire de prêtes noms - qui sont impliquées dans les voyages organisés.

    Une grande partie de l'argent finit à l'étranger et non entre les mains des Thaïlandais.

    Cela doit être abordé, a-t-il déclaré lors du séminaire, en particulier en ce qui concerne les réservation de l'hébergement.

    Ce problème va s’amplifier car les Thaïlandais en manque de liquidités cherchent à vendre leurs hôtels à des Investisseurs dont la plupart sont chinois.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175916-thailand-must-welcome-back-chinese-tourists-now-says-leading-tourism-chief/

     

    6pm.jpg.47f2d7ef5f84b0de8aa05482fbe877b4.jpg.d8d599932611af1c49673539d5d87066.jpg


  7. PHUKET: Un enseignant de 29 ans a été tué après que des vents violents ont abattu un arbre sur les logements du personnel dans une école de Kathu la nuit dernière (2 août).

    La police et les secouristes ont été appelés à l'école de Thairatwithaya vers 20 h 25, a rapporté le lieutenant-colonel Somchai Nuboon de la police de Kathu.

    Le gouverneur de Phuket, Narong Woonciew, était également présent sur les lieux pour superviser les secouristes de Kusoldharm et les agents du Département de prévention et des catastrophes (DDPM).

    Un grand arbre était tombé sur l'une des six maisons du personnel de l'école. Dans la chambre de la maison, les sauveteurs ont trouvé le corps du professeur de sciences Thanachart Teanwattanakun, 29 ans, écrasé par le plafond tombé sur lui.

    Siriporn Borna, une enseignante résidant dans l'une des autres maisons, a déclaré à la police que son mari avait entendu le bruit épouvantable de l'arbre qui tombait et avait couru pour voir ce qui s'était passé.

    Son mari a appelé M. Thanachart, mais n'a entendu aucune réponse, et a rapidement appelé la ligne d'urgence DDPM 1669, a déclaré Mme Siriporn.

    Mme Siriporn a également déclaré à la police qu'une branche du même arbre était déjà tombée sur la maison à côté de celle de M. Thanachart auparavant, mais personne n'avait été blessé lors de cet incident précédent.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175925-teacher-killed-as-storm-fells-tree-onto-school/

    imageproxy_php.jpg.ff9e71a5b2fb265fd0249afd42055caa.jpg


  8. Prayuth ordonne l'autopsie d'un témoin dans l'affaire de délit de fuite de Vorayuth tué dans un "accident ''

    Le Premier ministre général Prayut Chan-o-cha, a ordonné une autopsie après que Jaruchat Madthong, un témoin clé dans l'affaire très médiatisée de délit de fuite impliquant Vorayuth "Boss" Yoovidhya, a été tué dans un accident de moto, A déclaré dimanche la porte-parole du gouvernement Traisuree Taisaranakul.

    Le Premier ministre s'est engagé à poursuivre l'enquête, obtenir la justice dans l'affaire et à punir tout officier qui aura commis une faute, a déclaré Traisuree.

    Des juristes pro-droits de l'homme affirment que, contrairement à ce que prétendent la police et la justice, il est possible de rouvrir l'affaire qui ne serait donc pas close.

    Saman et Ta Wang-Moon, les parents adoptifs de Jaruchat, ont été contactés par des représentants du gouvernement. Le couple a accepté de libérer le corps pour l'autopsie, mais a demandé que des cérémonies religieuses organisées dimanche puisent allées à leur terme.

    Jaruchat a été tué dans un accident de moto aux premières heures de jeudi. Somchai Tavino, 50 ans, impliqué dans l'accident mortel avec Jaruchat, a déclaré à la police de Chiang Mai qu'il ne connaissait pas le défunt auparavant.

    Cependant, une étude policière des images de vidéosurveillance a montré samedi (1er août) que les deux hommes s'étaient rencontrés avant l'accident. La police a alors convoqué Somchai pour l'interroger à nouveau.

    Confronté aux preuves, Somchai a révélé qu'ils s'étaient rencontrés dans un débit de boisson et avaient décidé de continuer à boire dans un endroit, avant de repartir à moto. Somchai a affirmé qu'il avait initialement menti à la police car il était ivre.

    Jaruchat, originaire de Chiang Rai, était l'un des deux témoins clés dans l'affaire contre Vorayuth. Jaruchat avait témoigné que la Ferrari roulait à environ 50-60 km / h lorsque sa voiture a percuté une moto conduite par un policier, causant sa mort. Ce témoignage miracle pour Vorayuth arrive après 8 ans et on ne sait pas pourquoi Jaruchat ne s'est pas exprimé avant.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175839-pm-prayut-orders-body-of-key-witness-in-“boss”-to-be-kept-for-further-examination/

     

    imageproxy_php.jpg.33e2d40982d991c4fa7a9564a501e8c5.jpg


  9. suite de cet accident

     

     

    Recherche de trois personnes disparues dans un accident de bateau, deux corps retrouvés

    Une équipe de secours a retrouvé dimanche deux corps alors que trois personnes étaient toujours portées disparues dans le naufrage de Samui samedi.

    Vers midi dimanche, des membres de l'équipe de secours ont trouvé deux cadavres. L'un était le capitaine du bateau, retrouvé sans gilet de sauvetage sur l'île de Mod Dang, à environ 1,8 km du lieu de l'accident, et l'autre était un vendeur dont le corps a été retrouvé sur l'île de Koh Tan, adjacente à l'île de Mod Dang.

    Plus tôt dans la matinée, deux personnes vivantes ont été secourues.

    L'équipe de plongeurs continuait son travail dans les eaux  difficiles pour retrouver trois personnes disparues au milieu de vents violents.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175874-search-on-for-three-people-in-samui-boat-accident-two-bodies-retrieved/

    imageproxy_php.jpg.e13591db46baa4e8f7d87114de192640.jpg


  10. La réaction rapide du capitaine d'un bateau a été saluée car elle a sauvé la vie de 75 touristes thaïlandais et étrangers après le naufrage d'un bateau de plaisance à trois étages sur un quai privé de la rivière Chao Praya la nuit dernière.

    Le "High Season 1" avait précédemment quitté le quai d'un hôtel du quartier Rama 3 plus au sud.

    Lorsqu'il atteignit le quai Phra Pokklao (Rama 7), le capitaine réalisa que quelque chose n'allait pas.

    Il a accosté, en catastrophe, à un quai privé à proximité du Soi Somdej Chao Praya.

    Un responsable local Jakree Sriraksa, 31 ans, a déclaré que le navire était toujours à flot lorsqu'il est arrivé et que tous les passagers et membres d'équipage ont été évacués.

    Le bateau s'est ensuite couché lors du naufrage qui aurait été bien plus grave s'il avait eu lieu en pleine mer ou en pleine rivière.

    L'accident semble avoir été provoqué par une voie d'eau sur le côté droit. Une enquête est en cours. La police de Pak Klong San était sur les lieux.

    Daily News a déclaré que le navire appartient au High Season Resort à Koh Kud dans la province de Trat, à l'est de la Thaïlande.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175901-bangkok-seventy-five-tourists-evacuated-as-sightseeing-boat-sinks-in-the-chao-praya/

    1pm.jpg.d1e6800a352a502e0a1cbf52e7c4ea7f.jpg.33f99943e79cb4bcba4793f1a6266ab7.jpg


  11. La Banque de Thaïlande (BOT) a ordonné aux banques commerciales et aux institutions financières de réduire de 2 à 4% les taux d'intérêt maximums, facturés aux clients sur leur carte de crédit et leurs prêts personnels, à compter d'hier, dans un effort pour apaiser les petits débiteurs touchés par la pandémie de COVID-19.

     

    La banque centrale a évoqué le fait que l'économie ne s'est pas encore redressée et que le moratoire sur la dette, précédemment instauré, devait expirer.

    Des sources bancaires bien informées affirment que le nouveau taux maximal sur les soldes de cartes de crédit sera désormais de 16% par an, contre 18%, alors que le taux d'intérêt sur les prêts personnels sera de 25% par an, contre 28%, à l'exception de la location de véhicules (leasing), qui sera désormais plafonnée à 24%, également en baisse par rapport à 28%.

    La banque centrale a ordonné aux banques d’augmenter les limites des prêts sur cartes de crédit et prêts personnels, aux bons clients qui gagnent moins de 30 000 bahts par mois. La limite passe de un mois de revenu à 1,5 ou 2 mois, du 1er août jusqu'à la fin de l’année.

    Les sources ont déclaré que les banques ont également été invitées à aider les clients qui ne sont pas en mesure d'effectuer les remboursements prévus, en allongeant la durée du prêt ou en les faisant passer d'emprunteurs à court terme à emprunteurs à long terme, et en réduisant les taux d'intérêt facturés à ces clients.

    Le président de la Krung Thai Bank, géré par l'État, M. Rathian Srimongkol, a déclaré que la banque était prête à suivre les instructions de la banque centrale et avait déjà réduit les taux de ses clients de 10% à 5%, à compter d'avril, ajoutant que le taux repassera progressivement à 8% en 2022 et 10% en 2023.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175782-bot-cuts-interest-rates-on-credit-cards-and-loans-by-2-4/

    5A8E7F96-480C-4A55-AC3D-D78B72872F49.jpeg.182f77a244dcea6e92cbe6c1e3339e24.jpeg.9bb0863d2016079857203bce37569252.jpeg


  12. La Thaïlande a enregistré aujourd'hui deux nouveaux cas de COVID-19, tous deux sont des étrangers arrivant d'Europe et maintenant en quarantaine.

    Selon l'administration en charge de COVID, CCSA, l'un est un footballeur serbe, arrivant sur un vol spécial de Serbie qui a atterri à l'aéroport de Buri Ram le 19 juillet. Il a été autorisé à entrer par les autorités sanitaires thaïlandaises à son arrivée et emmené dans un centre de quarantaine local dans la province du nord-est. Un deuxième test, effectué le 27 juillet, a confirmé qu'il était infecté et il a été admis à l'hôpital provincial pour traitement.

    L'autre cas est un ingénieur finlandais, arrivé en Thaïlande le 27 juillet en provenance du Danemark et mis en quarantaine à Bangkok. Il a été déclaré négatif en mai et le 24 juillet, avant de s'embarquer au Danemark pour son vol vers la Thaïlande. Le 30 juillet, cependant, il a été testé positif au virus et a été admis dans un hôpital privé de Bangkok.

    Ils n'auraient infecté aucun Thaïlandais.

    Les deux nouveaux cas font augmenter le nombre des infections cumulées en Thaïlande, à ce jour : 3 312, avec 3 135 guérisons et 58 décès. Dix autres se sont rétablis aujourd'hui, laissant 119 personnes toujours à l'hôpital.

    Dans le même temps, le professeur agrégé Dr Thira Woratanarat, de l’université de Chulalongkorn, a exprimé sa profonde préoccupation face au projet du gouvernement de lever l’interdiction des arrivées étrangères, permettant aux touristes de revenir en Thaïlande grâce au plan de bulles de voyages.

    Dans son message Facebook de samedi, il a déclaré que le projet était dangereux et avait causé de graves dommages à plusieurs pays, dont le Royaume-Uni, qui a tenté d'utiliser des «ponts aériens» pour permettre des arrivées et des départs internationaux spécifiques vers et depuis des lieux considérés sains comme le Vietnam, le Japon, Singapour, l'Australie et Hong Kong.

    Au Vietnam, il a déclaré que 50 nouvelles infections ont été enregistrées en une journée, ainsi que le premier décès, tandis que le Japon signalait environ 1300 nouveaux cas.

    Le gouvernement ne semble pas pressé d'accepter les bulles de voyages tout en demandant aux travailleurs migrants et aux hommes d’affaires de revenir dès ce mois d’août.

    Le cas des migrants est intéressant car ils sont indispensables pour faire tourner le pays mais les autorités  thaïlandaises sont terrorisées à l'idée de les voir arriver tout en oubliant que les étrangers positifs connus sont un militaire égyptien, un ingénieur finlandais et un footballeur serbe.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175734-two-new-covid-19-cases-in-state-quarantine/

     

    B46CF6C3-1F4E-45B3-8E32-6BA2B3F98E5A.jpeg.f4c8532868bd5e51e0bbac5b1bb84d01.jpeg.f465f4451ad803219085611aff6a3296.jpeg


  13. Sept personnes sont portées disparues après le chavirage d'un ferry au départ de Koh Samui samedi soir.

     

    Le ferry, exploité par Raja Ferry Co, a rencontré des difficultés vers 22 heures alors qu'il se dirigeait vers la jetée de Donsak.

    Le traversier transportait une remorque à 10 roues, 3 camions-poubelles et deux pickup. On ne connaît pas le nombre exact de personnes à bord.

    Thairath déclare ce dimanche qu'un total de 9 personnes avaient été secourues tandis que 7 autres étaient toujours portées disparues.

    Les autorités ont déclaré qu'une enquête complète serait lancée sur le drame, mais il est probable que le ferry a rencontré des difficultés à cause des fortes vagues.

    Vendredi, le Département météorologique thaïlandais a mis en garde contre les tempêtes et les intempéries dans tout le pays.

    "A suivre" car cette nouvelle est importante quant la campagne lancée par le ministère du tourisme qui met l'accent sur la sécurité garantie en Thaïlande.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175802-seven-people-missing-after-koh-samui-ferry-capsizes/

    sami.JPG.2a07c21ce00ae361da9d19749837788d.JPG.86dbc6948bb789c34f3dcd89a6a59411.JPG


  14.  
    Le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-O-Cha a ordonné aux commandants militaires de renforcer les mesures de sécurité le long des frontières du pays pour empêcher les entrées illégales, lors d’une réunion avec les commandants militaires de haut rang tenue le 31 juillet au ministère de la Défense.

    1930482121.jpg
    Les forces de sécurité thaïlandaises arrêtent les personnes pour entrée illégale sur le territoire thaïlandais. Photo : BusinessBD/CVN

    En particulier, Prayut Chan-O-Cha, également ministre thaïlandais de la Défense, a conseillé de renforcer les mesures de sécurité le long des frontières naturelles du pays à travers lesquelles toute personne indésirable peut pénétrer à travers un pays voisin, a annoncé le lieutenant-général Kongcheep Tantrawanich, porte-parole du ministère.

    La directive faisait suite aux informations faisant état d'un certain nombre de ressortissants du Myanmar et du Cambodge qui ont été arrêtés par les autorités thaïlandaises pour entrée illégale sur le territoire thaïlandais par des frontières naturelles au cours des dernières semaines.

    Le gouvernement thaïlandais craint que ces personnes soient infectées par le coronavirus, a déclaré Kongcheep.

    Le 29 juillet, le gouvernement thaïlandais a décidé de prolonger l'état d’urgence jusqu'à la fin du mois d'août pour empêcher la propagation du COVID-19, bien qu'au cours des deux derniers mois, ce pays n'a pas de cas d'infection dans la communauté. Actuellement, la Thaïlande a signalé 3.298 cas de COVID-19, dont 58 décès.

    En même temps, le Centre thaïlandais pour l'administration de la situation de COVID-19 (CCSA) a récemment assoupli les mesures permettant à quatre groupes d’étrangers de retourner en Thaïlande, dont des patients nécessitant un traitement médical ou ceux qui ont rejoint le programme gouvernemental de médecine et de bien-être.

    Les patients souhaitant venir en Thaïlande pour un traitement médical doivent d'abord être testés négatifs au coronavirus, puis mis en quarantaine à l'hôpital pendant 14 jours avec les personnes qui les accompagnent. Ils seront également testés pour le COVID-19 durant la période de quarantaine.

    Chaque patient est autorisé à emmener seulement trois parents et amis, qui ne seront autorisés à voyager en Thaïlande qu'après la quarantaine.

    Suwannachai Wattanayingcharoenchai, chef du Département de contrôle des épidémies, a déclaré que les étrangers nécessitant un traitement médical immédiat seront autorisés à entrer dans le pays à tout moment. Les hôpitaux privés sont tenus de fournir les noms des patients et de se coordonner avec le ministère des Affaires étrangères, a-t-il déclaré.

    Le ministère thaïlandais de la Santé a vérifié 98 hôpitaux et 26 cliniques en tant que sites de quarantaine qui seront ouverts aux Thaïlandais et aux étrangers.

    Le tourisme médical est l'une des principales sources de revenus de la Thaïlande. Le ministère de la Santé prévoit 160.000 cas de traitement médical pour les visiteurs étrangers au cours des trois prochains mois, générant un revenus de 18 milliards de bahts (environ 580 millions d'USD).

     
    VNA/CVN
     

  15. Thaïlande : plus de 700 familles cambodgiennes pourront poursuivre une usine de sucre

     

    Le 31 juillet, le tribunal civil de Bangkok, la capitale de la Thaïlande, a accordé à plus de 700 familles cambodgiennes le droit de se joindre à une action collective, une action en justice collective, contre Mitr Phol, le plus grand producteur de sucre de Thaïlande, dont les activités au Cambodge ont conduit à l’expulsion forcée de familles en 2008 et 2009.

    Après une décennie de batailles, le premier pas est donc franchi : sur un continent, l’Asie, où la responsabilité des entreprises en matière de violations des droits humains n’est pratiquement jamais prise en compte, un tribunal d’un État décide que les personnes d’un autre État peuvent intenter une action en justice.

    Le 17 juillet, Amnesty International est intervenue en tant qu’amicus curiae ou tierce partie devant le tribunal de Bangkok, en présentant une déclaration sur le droit de plus de 700 familles à engager une action en justice.

     

    https://www.pressenza.com/fr/2020/08/thailande-plus-de-700-familles-cambodgiennes-pourront-poursuivre-une-usine-de-sucre/

     

    cambogia_azione-legale-720x540.jpg.c9c0c8019896378803a47631b4efe6b2.jpg


  16. Aucune cocaïne n'a été utilisée dans la dentisterie thaïlandaise depuis 100 ans, a déclaré un chef de la santé publique, pourtant la police n'a pas inculpé Vorayuth «Boss» Yoovidhya d'infraction liée à la drogue dans son affaire de délit de fuite en 2012.

    Le Dr Piyada Prasertsom, directeur du Bureau de la santé publique dentaire, répondait aux informations selon lesquelles la police savait que de la cocaïne avait été trouvée dans le sang de Vorayuth à la suite de l’accident, mais avait accepté l’excuse selon laquelle elle avait été administrée lors d’une intervention dentaire.

    Il a déclaré que les dentistes thaïlandais n'avaient pas utilisé de cocaïne depuis le siècle dernier suite au développement d'anesthésiques plus efficaces.

    Vorayuth, héritier de l’une des familles les plus riches de Thaïlande, a été accusé d’être au volant d’une Ferrari en excès de vitesse qui a tué le policier à moto Pol Sgt-général Wichian Klanprasert, 47 ans, avant de prendre la fuite. L'accusation a été abandonnée le mois dernier, déclenchant l'indignation des citoyens face à l'impunité perçue dont jouissent les riches dans ce pays.

    Peu de temps après l'accident du 3 septembre, Vorayuth a subi des tests à l'hôpital de Ramathibodi et à l'hôpital de la police judiciaire. Les tests se seraient révélés positifs pour les substances provoquées par la décomposition de la cocaïne et les substances résultant de l'utilisation de cocaïne avec de l'alcool.

    Un dentiste a affirmé plus tard avoir administré un médicament à Vorayuth pendant le traitement cinq jours avant le délit de fuite. Ce dentiste mystère affirme maintenant que le médicament ne contenait pas de narcotique. Il sera interrogé à nouveau par les commissions d'enquête mais dit avoir besoin de temps pour retrouver les documents datant de 8 ans.

    Par ailleurs, le lieutenant-général Pol Sattawat Hiranburana, qui mène une enquête, a rapporté que les médecins des deux hôpitaux avaient déclaré que les résultats des tests de Vorayuth pouvaient avoir été contaminés par des antibiotiques, provoquant des faux positifs. Ils ont donc décidé de ne pas accuser Vorayuth de délit lié à la drogue.

     

    Le chef de la commission d'enquête de la police a demandé aujourd'hui à la police impliquée de révéler toute faille ou problème dans l'enquête.

    Le lieutenant-général Pol Sattawat Hiranburana a également déclaré que la mort d'un témoin clé dans l'affaire n'affecterait pas son travail.

    Pendant ce temps, l'ancienne sénatrice Rosana Tositrakul a exhorté le Parlement à révéler les détails d'une précédente enquête sur l'affaire menée par le Comité législatif national (l'assemblée nationale nommée par la junte du général Chan-o-cha -qui a fomenté un coup d'état en 2014- qui a siégé entre 2014 et 2019)

    Le comité d'enquête de la police a été mis en place après que la dernière accusation contre Vorayuth pour le meurtre d'un policier à motocyclette en 2012 a été abandonnée le mois dernier, provoquant l'indignation des Thaïlandais face à une culture d'impunité perçue pour les riches et les personnes bien connectées. Vorayuth est un petit-fils du cofondateur milliardaire de Red Bull, Chaleo Yoovidhya.

    Sattawat a déclaré que le panel examinait l'équipe qui a enquêté sur l'affaire, ainsi que les procureurs qui sont à l'origine de la décision d'abandonner la dernière accusation de conduite imprudente causant la mort.

    Par ailleurs, la mort de Jaruchart Madthong, un témoin dont le nouveau témoignage a été essentiel pour abandonner les charges contre Vorayuth, n'affecterait pas l'enquête.

    Jaruchart est décédé hier après un accident de moto à Chiang Mai qui, selon la police, était un bien accident.

    De plus, l'ancienne sénatrice Rosana Tositrakul a demandé au président du Parlement, Chuan Leekpai, d'autoriser la divulgation du travail d'une précédente enquête parlementaire réalisée par un comité lié à l'Assemblée législative nationale (l'assemblée nationale nommée par la junte du général Chan-o-cha -qui a fomenté un coup d'état en 2014- qui a siégé entre 2014 et 2019).

    Cette enquête est sous le feu des projecteurs après que des informations ont été publiées selon lesquelles elle a poussé le bureau du procureur général à lancer le complément d’enquête qui a finalement conduit à l’abandon de l’inculpation. Deux membres de l'enquête de l'ALN ont émis des opinions différentes sur ce qui s'est passé à l'époque, ce point est important car il est devenu la clé de l'abandon de l'affaire.

    Le témoin miracle qui innocentait Vorayuth était un militaire comme tous les membres de l'ALN nommée par la junte.

    Rosana a déclaré que la confusion devrait être dissipée en divulguant les preuves, car l'affaire a des répercussions importantes à la fois pour le pouvoir judiciaire et le Parlement. La méfiance du public face au manque de transparence et à la possible corruption dans l’affaire affectent l’image de la Thaïlande, a-t-elle ajouté.

    Les répercussions existent aussi sur le plan politique puisque les étudiants utilisent cet argument et la population condamne elle aussi la possible corruption de la police et de la justice, ce qui crée une convergence objective.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175686-dentists-sniff-at-cops’-cocaine-story-in-‘boss’-case/

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175677-panel-grills-‘boss’-case-investigators-ex-senator-asks-parliament-to-probe-nla/

     

    800_afc844c65087dde9689f823b0a9209c3.jpeg.485f995b40ff7c44a3cdd1e0ba7fd57f.jpeg.7db626c647c69a10eb6622332f6004cd.jpeg


  17. Cha-Am: le patron d'un restaurant de fruits de mer bien connu assassiné dans son lit - la pointure des chaussures (10) seul indice

    La police de Cha-Am a été appelée dans une chambre derrière le restaurant Thip Seafood, Soi Lookrang Saphan Pla dans le centre-ville de Cha-Am pendant la nuit.

    Le propriétaire du restaurant Amphan Tokaew, 50 ans, avait été abattu dans son lit alors qu'il dormait.

    Il a été touché quatre fois au front, à la poitrine, à la hanche et au bras.

    Certains employés birmans qui mangeaient à proximité ont entendu les coups de feu et ont pensé que quelqu'un tirait sur un serpent qui était entré dans la maison.

    Personne n'a vu personne entrer ou sortir.

    La police a trouvé trois empreintes de tongs de taille dix sur une clôture métallique derrière la maison.

    Aucune douille n'a été trouvé sur les lieux.

    La police pense que trois personnes sont impliquées.

    A suivre

    ++++


     Deux hommes accusés du meurtre d'un moto taxi à Pattaya

    La police de Pattaya a rapidement résolu le cas d'un motocycliste abattu plus tôt dans la semaine par des agresseurs sur une autre moto.

    Prathum Sa-artnak, quarante-sept ans, a été touché à la tête par une arme de 11 mm quelques instants après avoir déposé, près d'une école Soi 17, une cliente qui venait du port de Bali Hai .

    Manat, 39 ans, et Niphon, 45 ans, ont été arrêtés à Bang Saen.

    Ils ont été arrêtés à un ATM de cette ville.

    Ils ont admis le crime en disant qu'ils s'étaient disputés avec la victime qui les avait insultés. Ils ont tous deux été inculpés de meurtre, d'infractions relatives aux armes et de tirs dans un lieu public.

    Le chef de la police de Pattaya, le colonel Pol Khemmarin Phitsamai, et ses collègues ont emmené les suspects pour la reconstruction à Bali Hai, où les deux hommes guettaient Prathum qui a pris sa passagère puis sur les lieux du crime, soi 17, et enfin dans un immeuble où ils ont changé de vêtements et laissé leur arme avant de fuir vers Bang Saen.

    Le colonel Pol Khemmarin a déclaré que le mobile du crime était : vengeance après insultes et manque de respect sans expliquer en quoi la victime avait manqué de respect aux criminels. Ce n'est pas lié à la drogue.

    La fille de la victime qui a demandé à ne pas être nommée a confirmé que son père ne se mêlait pas de drogue. Elle a dit que c'était un "gars sympa".

    Elle a remercié la police de Pattaya pour son travail rapide dans la résolution de l'affaire et a déclaré que les funérailles de son père auraient lieu à Prachuap Khiri Khan.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175571-cha-am-well-known-seafood-restaurant-boss-murdered-in-bed-size-ten-footwear-the-only-clue/

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175559-two-men-charged-with-murder-of-motorcycle-taxi-driver-in-pattaya/

     

    6pm.jpg.9493be8134f4d6fdd5c37767586dd42e.jpg.a1e92e27d80a361bc16fd265c88eb7d8.jpg


  18. Coronavirus : Le PIB français chute de 13,8 % au deuxième trimestre

     

    PLONGEON Les conséquences du confinement se font bien sur encore lourdement sentir sur la période qui couvre avril, mai et juin.

    https://www.20minutes.fr/economie/2832315-20200731-coronavirus-pib-francais-chute-138-deuxieme-trimestre

    L'économie thaïlandaise au deuxième trimestre a probablement reculé de 12% à 13% d'une année sur l'autre d'après la banque centrale. Un record.

    BANGKOK (Reuters) - L'économie thaïlandaise pourrait avoir reculé de 12% à 13% au deuxième trimestre par rapport à l'année dernière en raison des effets de la pandémie, a déclaré vendredi la banque centrale, dans ce qui pourrait être un recul jamais vu.

    Cependant, l'économie s'était améliorée en juin par rapport au mois précédent à la suite du déconfinement.

    "L'économie a dû toucher le fond. Le deuxième trimestre a été le pire de l'histoire", a déclaré Don Nakornthab, directeur de la Banque de Thaïlande (BOT), lors d'un briefing.

    "À ce stade, nous observons toujours une contraction à deux chiffres, peut-être moins 12%  ou moins 13%", a-t-il déclaré.

    La Thaïlande a enregistré une contraction économique record de 12,5% au deuxième trimestre de 1998, pendant la crise financière asiatique.

    Don a déclaré que les données officielles du produit intérieur brut (PIB) pour avril-juin, qui sont attendues le 17 août, pourraient être meilleures que les estimations du BOT étant donné les améliorations constatées dans les derniers indicateurs économiques.

    "Si les données réelles sont meilleures que prévu, il y a une chance que le BOT révise ses estimations pour l'année", a-t-il déclaré.

    Le BOT a prévu que la deuxième économie d'Asie du Sud-Est se contracterait de 8,1% sur l'année, un record.

    En juin, la consommation des ménages a augmenté de 6% par rapport au mois précédent, tandis que l'investissement augmentait de 5,7%.

    Les exportations, un moteur clé de la croissance, ont chuté de 24,6% en juin par rapport à l'année précédente, après une baisse de 23,6% en mai.

    -- --  REUTERS

     

    2020-07-31T072920Z_1_LYNXNPEG6U0HY_RTROPTP_4_THAILAND-ECONOMY-TRADE.JPG.0fccb27d996ce9516d29d4143498d6d5.JPG.f41e84fc518a597bf6d8642f570f7b76.JPG


  19. Un groupe de manifestants se faisant appeler «Démocratie du 24 juin» s'est réuni devant le palais du gouvernement jeudi 30 juillet pour laver symboliquement la vaisselle, les assiettes portant différents messages.

     

    Le dernier plat, avec la photographie du Premier ministre Prayut Chan-o-cha, a finalement été mis en pièces lorsque les manifestants n’ont pas pu le nettoyer.

    Le chef du groupe, Somyot Prueksakasemsuk, a déclaré que la manifestation visait à exprimer le mécontentement (de la population) face au "deux poids, deux mesures" du gouvernement, citant le cas de Vorayuth Yoovidhya - un descendant de l'une des familles les plus riches de Thaïlande - dont les accusations criminelles portées contre lui ont été abandonnées par le procureur général.

    «Pendant ce temps, le gouvernement menace les gens ordinaires en appliquant des lois telles que la prolongation de l'état d'urgence et pratique la « disparition » d'activistes comme Wanchalearm Satsaksit», a-t-il dit. Le militant a été enlevé dans une rue de Phnom Penh début juin et n'a plus été vu depuis. Les observateurs pensent qu'il a été exécuté.

    Le groupe a ensuite soumis une lettre exigeant que le gouvernement introduise des réformes dans le système judiciaire du pays. Les demandes sont:

    • Relancez le cas de Vorayuth maintenant que de nouvelles preuves, telles que la présence de drogues dans le système du suspect, sont apparues.

    • Passez en revue le rôle joué par les policiers et les enquêteurs dans cette affaire et voir s'ils ont manqué à leurs fonctions causant ainsi des dommages au processus judiciaire.

    • Séparez les enquêteurs des policiers, enquêtez pour savoir s'il y a eu une intervention extérieure et utilisez la preuve dans l'affaire.

    • Faire passer les projets qui sont toujours bloqués dans le système, tels que la loi sur la police nationale, la loi sur les enquêtes criminelles et la loi modifiant la procédure pénale. Note de Thaivisa en français : après le coup d'état fomenté par le général Chan-o-cha, ce dernier avait promis de réformer la police soupçonnée de corruption importante et endémique. Un comité a été mis en place et les projets semblaient aller dans le bon sens puis... silence radio.

    "Si le gouvernement continue d'ignorer ces demandes, il perdra toute crédibilité auprès du peuple", a averti Somyot.

    Par ailleurs un poignée de légalistes s'est réunie près du monument de la démocratie pour protester contre les étudiants.

    D'après certains experts, cette petite manifestation a été organisée par les mêmes personnes qui ont créé des troubles en 2014 pour inciter l'armée à fomenter un coup d'état.

    Le général premier ministre Chan-o-cha a demandé à ses partisans de ne pas manifester pour ne pas envenimer la situation.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175515-demonstrators-try-to-‘scrub-away’-govt’s-double-standards/

    imageproxy_php.thumb.jpg.5616110fe09b76e96618b07894d78053.jpg

     


  20. La dernière de l'héritier Red Bull : la police affirme sérieusement que la cocaïne, retrouvée dans le corps de Vorayuth provient d'un traitement dentaire et que le suspect l'a ingérée APRÈS le délit de fuite.

    La police a déclaré à un comité de la Chambre enquêtant sur le cas de l'héritier Red Bull Vorayuth Yoovidyha qu'un dentiste leur avait dit que la cocaïne trouvée dans son système provenait d'un médicament pour une douleur dentaire. Le nom du médicament reste inconnu.

    Le député de Songkhla, Natchanon Srikorkeua, porte-parole du panel, a déclaré hier à la presse thaïlandaise que c'était la raison pour laquelle la police n'avait pas poursuivi l'homme connu sous le nom de Boss pour usage de stupéfiants.

    Le Daily News a également rapporté que Boss avait été testé pour l'alcool dix heures après l'incident au cours duquel il avait percuté, avec sa Ferrari, le Sen Sgt Wichian Klanprasert du commissariat de Thong Lo. Il a montré un taux d'alcoolémie de 60 milligrammes.

    Thaivisa note que 50 est la limite.

    Vorayuth a apparemment expliqué cela en disant qu'il avait bu APRÈS l'accident en raison du stress.

    Il a nié avoir bu avant de prendre le volant.

    La police pense toujours qu'il a mangé après l'accident dans le but d'abaisser son taux d'alcool.

    Il n'est pas certain que le fait que la police essaie de faire croire à cette histoire de cocaïne à usage médical apaise la colère des Thaïlandais.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175532-red-bull-boss-latest-police-claim-cocaine-was-from-dental-treatment-and-suspect-drank-after-hit-and-run-incident/

     

    1pm.jpg.cec5e075183148ee842e54d2a0e73937.jpg.68927f1942df5cc2d9aa226cb3aa9f55.jpg


  21.  
    Mercredi 29 juillet, le gouvernement thaïlandais a décidé de prolonger l'état d’urgence jusqu'à la fin du mois d'août pour empêcher la propagation du COVID-19, bien qu'au cours des deux derniers mois, ce pays n'a pas de cas d'infection dans la communauté.

    102202454vna_potal_covid-19_cap_nhat_tinh_hinh_dich_benh_sang_257_4910684.jpg
    Les gens portent des masques pour prévenir la contagion du COVID-19 à Bangkok, en Thaïlande, le 8 mai. Photo : AFP/VNA/CVN


    L'état d'urgence a été décrété en Thaïlande depuis la fin du mois de mars et continuellement renouvelé pour se terminer fin juillet. Par ailleurs, le gouvernement thaïlandais a continué de prolonger l'ordonnance après que le Centre de lutte contre l’épidémie de COVID-19 du pays a confirmé qu'il devait toujours maintenir une situation d'urgence, alors que le pays se préparait à ouvrir ses frontières aux étrangers.

    Un décret d'urgence publié fin mars oblige les résidents à rester chez eux, évitant ainsi les grandes foules pour empêcher la propagation du virus. Un couvre-feu nocturne a également été décrété mais a pris fin en juin. Actuellement, la Thaïlande a enregistré un total de 3.298 cas de COVID-19, dont 58 décès.

    Au Cambodge, le 28 juillet, le ministre cambodgien de l'Intérieur, Sar Kheng, a ordonné aux provinces et aux villes du pays de préparer des mesures pour prévenir la propagation de l'épidémie de COVID-19 avant l'heure du congé compensatoire pour la célébration du Nouvel An khmer, du 17 au 21 août.

    Le ministère cambodgien de la Santé a annoncé mardi 28 juillet que le pays avait enregistré sept nouveaux cas, portant le nombre total de cas au Cambodge à 233 personnes.

    L'Indonésie a annoncé mercredi 29 juillet 2.381 nouveaux cas supplémentaires de COVID-19, portant le nombre total  dans le pays à 104.432. Jakarta a enregistré le plus grand nombre de nouveaux cas dans le pays en une journée, avec 577 cas. Le nombre de décès dus à la maladie en Indonésie a également augmenté de 74 pour atteindre un total de 4.975 cas. À ce jour, les 34 localités d'Indonésie ont signalé des cas.

    Le nombre de cas aux Philippines est également passé à 85.486 cas après que 1.874 nouveaux cas supplémentaires aient été enregistrés mercredi 29 juillet. Le nombre de décès a également augmenté de 16 pour un total de 1.962 cas. Actuellement, les Philippines comptent 26.996 patients atteints de COVID-19 qui ont été guéris.

     

    https://www.lecourrier.vn/la-thailande-renouvelle-letat-durgence-jusqua-fin-aout/823152.html


  22. L'ancien Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra a été condamné à cinq ans de prison après avoir été reconnu coupable, par la Cour suprême pour les titulaires de postes politiques, de possession illégale d'actions dans une compagnie de téléphone avec des contrats gouvernementaux et pour conflit d'intérêts en modifiant les taxes d'accise au profit de sa société familiale, Shin Corp.

     

    Le tribunal a appris que Thaksin détenait la majorité des actions, par procuration, dans Shin Corp, qui a obtenu une concession par l'État, en violation de la Constitution.

    L'affaire a été suspendue après qu'il a fui le pays, mais a été relancée après la promulgation d'une loi organique qui permet au tribunal d'entendre l'affaire par contumace.

    Le tribunal a également appris que Thaksin, alors qu'il accomplissait son deuxième mandat de Premier ministre, avait approuvé la publication d'un décret qui réduisait les droits d'accise des opérateurs de téléphonie mobile, de 50% à 10%, au profit de deux opérateurs de téléphonie mobile, Advance Info Service et Digital Phone Company, tous deux affiliés à Shin Corp.

    Les deux opérateurs de téléphonie mobile ont été remboursés de la taxe d'accise qu'ils avaient payée, causant des dommages à l'État. 000_1F16Y6.thumb.jpg.891cb10aca494e25928692e92539e1ba.jpg

    À la majorité, le tribunal a condamné Thaksin à 2 ans de prison pour participation illégale et à 3 ans pour conflit d'intérêts sur la baisse de la taxe d'accise.

    Auparavant, Thaksin avait été condamné à 3 ans pour le prêt de la banque Exim au Myanmar et à 2 ans supplémentaires pour le projet de loterie à deux et trois chiffres.

    Le total de la peine de prison qu'il devrait effectuer s'il revenait en Thaïlande s'élève donc à 10 ans. Il vit en exil.

    https://www.thaipbsworld.com/thaksin-gets-5-years-for-illegal-shareholding-and-excise-cut-for-mobile-operators/

     


  23. Un témoin clé dans l'affaire impliquant l'héritier de Red Bull Vorayuth Yoovidhya aurait été tué la nuit dernière dans un accident de moto.

    Jaruchart Maadthong, 40 ans, était l’un des deux principaux témoins de la défense dans l’affaire contre Vorayuth.

    M. Maadthong est décédé à la suite d'un accident à Chiang Mai, ont rapporté les médias thaïlandais.

    Des images de vidéosurveillance partagées par le site d'information thaïlandais Daily News sont très difficiles à interprétées et posent de nombreuses questions.

    Thai PBS a cité la police qui affirme que M. Maadthong est décédé à la suite de l'accident, si accident il y a.

    Ces informations sont à prendre avec des pincettes tant elles sont étonnantes.

    Selon ce média, M. Maadthong était l’un des deux principaux témoins dont les déclarations ont abouti à l’abandon des charges contre Vorayuth par le Bureau du procureur général et la police nationale, sans donner de raison.

    L'abandon des charges a déclenché une violente réaction de la part des Thaïlandais sur les réseaux sociaux.

    M. Maadthong avait déclaré que Vorayuth ne conduisait pas à plus de 60 km / h et que le policier maintenant décédé avait coupé la route à  la Ferrari.

    Vorayuth avait été accusé d'avoir fui les lieux de l'accident. Il a ensuite fui la Thaïlande, où il n'est pas encore rentré. Il a ensuite été vu au Royaume-Uni, où il résiderait depuis l'accident.

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175463-key-witness-in-fatal-hit-and-run-by-red-bull-‘boss’-killed-in-motorbike-accident/

     

    1917771897_Screenshot(293).png.a240d81e34fa1d436bcfe5acfb962e3c.png


  24. Le corps d'un ressortissant ukrainien âgé de 49 ans a été retrouvé à l'extérieur d'un hôtel abandonné du centre-ville de Surat Thani, jeudi 30 juillet. On pense qu'il s'est suicidé en sautant du toit.

     

    Les autorités ont identifié le corps comme étant celui du ressortissant ukrainien Tomak Myokola et ont également trouvé un sac à dos marron, une veste grise à manches longues et deux bouteilles de bière vides sur le toit de l'hôtel. Le sac à dos contenait une clé de chambre d'hôtel, une sauce assaisonnée et une clé de moto.

    La police pense que le touriste était peut-être stressé par les restrictions liées à Covid-19 qui l'ont empêché de rentrer chez lui.Il a donc décidé de pénétrer par effraction dans le bâtiment abandonné, de boire de la bière sur le toit avant de sauter vers cette mort, semble-t-il désirée.

    Les agents se rendront à l'hôtel où l'homme séjournait et vérifieront les images de vidéosurveillance pour plus d'informations.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175445-stranded-ukrainian-jumps-to-his-death-in-surat-thani/

    imageproxy_php.jpg.610f059b9f37d6e7225b3dbdae72f394.jpg


  25. Quatorze Thaïlandais qui se sont faufilés à travers la frontière pour éviter la quarantaine ont été libérés pour 40 000 bahts chacun par le tribunal.

    Alors que les autorités Thaïlandaises ne cessent d'ostraciser les travailleurs migrants, ce sont des Thaïlandais qui se sont fait prendre.

    Le média thaïlandais 77khaoded a rapporté que 14 Thaïlandais avaient été arrêtés mardi en traversant la frontière cambodgienne à un point d'entrée naturel.

    459376.jpg.edd7fdcf3620acb8a3cdc26db8200705.jpg.c7accfad389ced27059690bedf5f3312.jpg

    Ils travaillent tous dans un casino de PoiPet et voulaient éviter d'avoir à faire une quarantaine d'État de 14 jours.

    Les travailleurs ont déclaré qu'ils étaient au Cambodge depuis 2 mois et qu'ils voulaient rentrer chez eux et rendre visite à des proches.

    Le tribunal provincial de Sa Kaeo les a tous libérés sous caution de 40 000 bahts chacun. Ils ont été inculpés en vertu de la réglementation Covid-19.

    Des sources affirment qu'ils sont tous liés à une "figure influente du jeu" appelée "Sia Po" qui aurait tenté de convaincre les autorités de fermer les yeux et d'autoriser les travailleurs à ne pas effectuer la quarantaine. Cette demande a été rejetée.

    Les travailleurs ont maintenant accepté de se mettre en quarantaine.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1175409-fourteen-thais-who-sneaked-across-border-to-avoid-quarantine-bailed-at-40k-each-by-court/