Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 155
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. BANGKOK (Reuters) - Une femme a ingéré de la mort aux rats cette semaine devant le ministère des Finances thaïlandais à cause de la lenteur du versement de l'allocation-covid. Pour des millions d'autres Thaïlandais, l'attente continue. La Thaïlande a annoncé le mois dernier qu'elle donnerait 15 000 bahts (462 $ ou 426 €) en 3 versements à ceux dont les emplois ont été affectés par l'épidémie de coronavirus et les mesures de confinement. L'allocation, d'une valeur totale de 7,4 milliards de dollars, n'est pas venu assez vite pour de nombreux Thaïlandais, qui ont perdu tous revenus lorsque les activités économiques ont cessé. La femme qui s'est empoisonnée lundi protestait contre le long processus de demande qu'elle avait soumis il y a un mois, accusant le gouvernement de ne pas tenir compte de son sort. Elle se rétablit à l'hôpital et recevra son paiement mercredi, a déclaré mardi un porte-parole du ministère des Finances. Attachak Sattayanurak, professeur à l'Université de Chiang Mai, dont les recherches universitaires sur les pauvres citadins l'ont amené à rencontrer de nombreux Thaïlandais qui attendent l'allocation, a déclaré que la femme qui avait pris le poison symbolisait un problème beaucoup plus grave. "La tentative de suicide publique reflète le désespoir absolu d'une petite personne essayant d'envoyer un message selon lequel le gouvernement ne prend pas soin des gens ordinaires", a-t-il déclaré. Le Premier ministre Prayuth Chan-ocha a déclaré mardi dans un discours télévisé qu'il était bien conscient des difficultés auxquelles les gens étaient confrontés, en particulier ceux à faible revenu. "Nous prenons soin de tous, qu'il s'agisse d'agriculteurs, d'indépendants, de travailleurs formels ou informels", a-t-il déclaré. Les groupes d'entreprises ont estimé que 10 millions de personnes, soit 26% de la main-d'œuvre du pays, seraient sans emploi si l'épidémie se prolonge sur quelques mois. Au total, 24 millions de personnes ont demandé l'aide d'urgence et, cette semaine, 7,5 millions ont reçu le premier des trois paiements mensuels de 5 000 bahts, a déclaré mardi le ministre des Finances Uttama Savanayana. Un total de 16 millions de demandes ont été jugées conformes aux critères, mais seulement 10,6 millions d'entre elles ont été approuvées, tandis que les autres sont toujours en cours d'évaluation, a déclaré le ministre. Mardi, le gouvernement a relevé le nombre maximum de travailleurs pouvant obtenir des prestations de 14 millions à 16 millions et a également promis une aide à 10 millions d'agriculteurs séparément. Un total de 26 millions de Thaïlandais pourraient recevoir une aide soit la majorité des actifs du pays. L'allocation deviendrait donc une sorte de revenu universel. Au départ, le gouvernement pensait que seuls 2 ou 3 millions de pauvres seraient éligibles à l'allocation. La Thaïlande a promis des mesures d'une valeur d'au moins 2400 milliards de bahts (74,05 milliards de dollars), soit plus de 14% du PIB du pays, pour aider les particuliers et les entreprises touchés par la pandémie. Le professeur d'université Attachak a déclaré que la Thaïlande devait agir rapidement. "L'épidémie de COVID-19 a rendu les inégalités en Thaïlande plus marquées ... Les personnes dans le besoin doivent être aidées de manière rapide", a-t-il déclaré. Les soupes populaires se multiplient dans le pays. Les économistes prévoient une année sombre à venir avec la pire contraction depuis la crise financière asiatique de 1997/98 en raison d'une baisse des exportations et d'un impact prolongé sur le tourisme, un moteur de croissance pour la deuxième économie d'Asie du Sud-Est. "Tout cela sera encore exacerbé par des mesures de verrouillage qui perturbent les activités économiques intérieures", a déclaré l'économiste de Nomura, Charnon Boonnuch. À ce jour, le pays a enregistré 2 938 cas de COVID-19 et 54 décès. https://forum.thaivisa.com/topic/1161863-public-suicide-bid-as-millions-of-thais-wait-for-virus-aid/
  2. Le Premier ministre thaïlandais déclare qu'aucun milliardaire n'a offert d'aide financière au gouvernement Aucun des 20 milliardaires thaïlandais, qui ont répondu à l'appel au secours du Premier ministre Prayut Chan-o-cha à la suite de la pandémie de COVID-19, n'a offert au gouvernement une aide financière. Le Premier ministre a déclaré aux médias aujourd'hui qu'il avait reçu des réponses de plusieurs personnes très riches, qui ont toutes promis de prendre soin de leurs employés en gardant le plus de salariés possible ou en offrant à ceux qui sont licenciés des emplois alternatifs. . Il a déclaré que certains de ces magnats s'étaient inquiétés du fait que, après la fin de la pandémie, certains employés, qui se sont vu offrir des emplois alternatifs, pourraient ne pas retourner travailler pour eux. Le Premier ministre a ajouté qu'ils ont offert également des conseils sur les questions économiques et que la plupart d'entre eux ont exprimé leur préoccupation quant à l'approvisionnement en eau pour la consommation et l'agriculture. Il a également demandé au peuple thaïlandais de mettre de côté ses divergences politiques, affirmant que "ce n'est pas le moment de prendre parti, nous devons tous être du même côté, conformément à l'identité thaïlandaise, pour prendre soin les uns des autres". Partout dans le monde, les pays voient des changements dans leur mode de vie et dans d'autres domaines. Après cette pandémie, chacun accordera plus d'importance à la santé et à l'environnement », a déclaré le Premier ministre. Il a remercié les milliardaires pour leurs conseils et a répété qu'aucun d'entre eux ne lui avait demandé quoi que ce soit en retour. On ne sait d'ailleurs pas en retour de quoi. https://forum.thaivisa.com/topic/1161865-thai-pm-says-no-billionaires-offered-financial-help-to-government/
  3. Un Britannique aurait jeté sa femme thaïlandaise du balcon de leur condo au 8ème étage à Rayong. Des policiers du commissariat de Ban Chang ont été appelés dans un immeuble jeudi après-midi. Ils ont trouvé la femme de l'homme de 56 ans allongée dans une mare de sang sur le balcon de l'appartement du dessous (donc au 7e étage ?). La femme, qui a été gravement blessée, a pu dire aux officiers que son mari l'avait jetée hors de leur appartement. Après que son épouse a été transportée à l'hôpital, le Britannique a été vu sur le balcon de son appartement en position de prière. La police n'a pas pu communiquer avec lui et a demandé l'aide de ses amis pour essayer de lui parler, a rapporté Sanook. Après presque deux heures, l'homme a finalement ouvert la porte de son appartement. Il a dit au directeur de l'immeuble et aux agents de l'immigration de Rayong que sa femme thaïlandaise était tombée du balcon alors qu'ils se disputaient. Sanook a indiqué que des officiers interrogeraient l'épouse une fois que son état se serait amélioré. Elle reste à l'hôpital après une fracture de la hanche et une luxation du bras. Le Britannique aurait déclaré aux officiers qu'il souffrait de stress parce qu'il n'a pas pu retourner au Royaume-Uni en raison de la pandémie de COVID-19. La police continue d'enquêter. https://forum.thaivisa.com/topic/1161876-british-man-accused-of-throwing-wife-from-8th-floor-condo-in-rayong/ On voit sur la photo qu'il n'est pas si facile de tomber de ce balcon
  4. La Thaïlande pourrait autoriser les ventes d'alcool pendant deux jours avant l'application d'une nouvelle interdiction L'organisation gouvernementale gérant le Covid-19 (CCSA) a proposé d'accorder à la population une fenêtre de deux jours pour acheter de l'alcool avant qu'une nouvelle interdiction ne soit appliquée. Selon le CCSA, un délai de grâce de deux jours pourrait être instauré les 1er et le 2 mai pour permettre aux gens de s'approvisionner en alcool. Une nouvelle ordonnance interdisant la vente d'alcool entrerait alors en vigueur le 3 mai. L'interdiction pourrait courir jusqu'au 31 mai. La proposition a été rapportée dans les médias thaïlandais mardi soir. L'interdiction nationale actuelle de vente d'alcool devrait expirer le 30 avril et, à cette minute, aucune décision officielle n'a été prise quant à la prolongation ou non de l'interdiction. L'interdiction de la vente d'alcool a été initialement introduite pour empêcher les gens de se rassembler pendant Songkran (12 - 15 avril) afin d'empêcher la propagation du COVID-19. L'industrie de l'alcool et la population thaïlandaise souhaite que la prohibition cesse puisque le nombre de nouvelles infections est proche de zéro. https://forum.thaivisa.com/topic/1161882-thailand-could-allow-alcohol-sales-for-two-days-before-new-ban-is-enforced/
  5. Le Premier ministre évoque l'assouplissement des restrictions alors que certaines entreprises de Bangkok rouvrent Les restrictions de verrouillage seront assouplies en quatre étapes, séparées de 14 jours, et cela sera appliqué à l'échelle nationale, selon le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha après la réunion du cabinet d'aujourd'hui. Il a insisté sur le fait que la gestion de la sécurité et de la santé publiques sont les éléments clés pour déterminer ce qui sera autorisé à rouvrir. Il a cependant averti que ceux qui reprennent leurs activités pourraient être fermés à nouveau s'il y avait une nouvelle vague d'infections au COVID-19. Une décision sera prise à l'issue de chacune des périodes de 14 jours. Le cabinet a approuvé aujourd’hui la proposition du Comité ad-hoc de prolonger l’état d’urgence, y compris le couvre-feu, jusqu’à la fin mai, mais n’a pas décidé quelles entreprises seraient autorisées à rouvrir. Pendant ce temps, l'Administration métropolitaine de Bangkok (BMA) a élaboré une liste d'entreprises et de lieux qui seront autorisés à reprendre leurs activités le 1er mai. Le gouverneur de Bangkok, Aswin Kwanmuang, a déclaré que, bien que les restrictions de verrouillage pour certains endroits et entreprises sont assouplies, certaines mesures devront être observées par leurs opérateurs, ainsi que par ceux qui utilisent leurs services. Dans la capitale, les restrictions devraient être assouplies pour : Restaurants et magasins d'alimentation: bien que les clients peuvent dîner, les sièges doivent être séparés d'au moins 1,5 mètre. Aucune boisson alcoolisée n'est autorisée. Marchés aux puces et marchés de frais : tous les produits habituels peuvent être vendus. Centres sportifs et de jeunesse: Aucun sport de contact ne sera autorisé, seuls les sports tels que le badminton, le tennis et le tennis de table sont autorisés. Le football, le futsal, le basket-ball, le volley-ball ou le softball ne sont pas autorisés. Salons de coiffure, salons de beauté: uniquement pour les services de coupe, de lavage et de séchage des cheveux. Le salon doit être désinfecté toutes les deux heures et les clients ne peuvent pas attendre leur tour dans le magasin. Les barbiers et coiffeurs doivent porter des masques faciaux. Cliniques vétérinaires et toiletteurs pour chiens (sic !) : un seul chien est autorisé par client et le site doit être désinfecté toutes les deux heures. Hôpitaux et cliniques. Terrains de golf et practice. Les opérateurs de ces sites doivent déployer des précautions antivirales strictes pour leurs clients, telles que des contrôles de température et du savon ou un désinfectant pour le lavage des mains. Tous les clients et visiteurs doivent porter des masques faciaux et observer strictement la distance sociale ou la fermeture du visage. Le comité de contrôle des maladies de Bangkok examinera la liste des lieux proposés par la municipalité. https://forum.thaivisa.com/topic/1161792-emergency-extended-for-one-more-month-night-curfew-to-remain/page/7/?tab=comments#comment-15351029 La vente d’alcool n'est pas mentionnée. On parle d'une vente avec livraison à domicile.
  6. Le chef de la division 4 de la police métropolitaine a été muté à la suite d'une descente dans un tripot dans le quartier de Bang Chan à Bangkok, où 47 personnes ont été arrêtées. Le lieutenant-général Pol Pakkapong Pongpetra, chef de la police métropolitaine, a signé lundi l'ordre de transfert du chef de division 4, le major-général Theerapong Wongratpitak, au quartier général. Le major-général Pol Somprasong Yentuam, chef adjoint de la police de la ville, a été nommé chef par intérim de la division 4, ont rapporté mardi les médias thaïlandais. L'ordre est venu après que les polices de plusieurs agences gouvernementales ont fait une descente dans un magasin de billard utilisé comme lieu de jeu d'argent entre Ram Khamhaeng Soi 148 et Soi 150 à Saphan Sung le 22 avril. Au total, 47 joueurs ont été arrêtés et 49 300 bahts en espèces placés sous forme de paris saisis, ainsi que des paquets de cartes et du matériel de jeu. La zone est sous la juridiction du poste de police de Bang Chan, qui est sous la division 4. Le chef de la police de Bangkok avait précédemment transféré cinq officiers de police supérieurs du poste de police de Bang Chan au quartier général après le raid du 22 avril. Les policiers sont mutés soit parce qu'ils "protègent" soit parce qu'ils n'ont pas su voir les tripots dans leurs juridictions. Qu'on se rassure, après un mois au "placard", ils retrouvent leurs postes.
  7. Pattaya: "Nous vous avons prévenu de ne pas aller sur la plage!" Onze étrangers emmenés au poste de police Les autorités de Pattaya en ont assez des étrangers et des Thaïlandais bafouant les règlements liés au Covid-19. Hier, un contingent de policiers dirigé par le lieutenant-colonel Somboon Wuasamanmaitri de la police touristique s'est rendu sur les plages à partir de 17 heures. Globalement, les gens obéissaient aux règles, n'étaient pas à la plage et ne se rassemblaient pas. Cependant, onze étrangers et douze Thaïlandais ont été arrêtés et placés en garde à vue. Ils faisaient de l'exercice, s'asseyaient sur des nattes et nageaient comme si de rien n'était. Un étranger ne s'est pas éloigné tranquillement, ont déclaré les médias. Il a refusé de quitter la plage et a déclaré qu'il était lié à la mafia locale. Il a rapidement été trouvé en possession d'un couteau. La télévision nationale chaîne 7 affirme que le maire de Pattaya, Sontaya Khunpluem, avait averti les touristes qu'ils seraient condamnés à une amende s'ils bafouaient le règlement qui interdit d'aller à la plage et interdit les rassemblements. La page "tessakit" (police municipale) sur Facebook a montré des photos de certaines des arrestations et a également déclaré: Vous avez été averti! https://forum.thaivisa.com/topic/1161752-pattaya-we-warned-you-about-not-going-on-the-beach-eleven-foreigners-taken-to-police-station/ Pour complétez, voici ce que vous dit l'excellent club français "Ensemble à Pattaya" (...) Restez à l'écart des espaces publics, qui comprennent les parcs, les réservoirs, les plages et la promenade de la plage. Le message est clair de l'application de la loi ... restez loin des plages locales. Les sanctions vont jusqu'à 100 000 bahts et plusieurs années de prison, selon les forces de l'ordre. Tous les détenus ont été placés en garde à vue et incarcérés dans la prison locale.
  8. La BMA déploie des cuisines mobiles pour nourrir Bangkok L'Administration métropolitaine de Bangkok (BMA) a lancé une cuisine mobile afin de préparer 500 repas par jour pour les personnes en détresse financière pendant la pandémie de virus. La secrétaire permanente de la BMA, Silapasuay Raweesangsoon, a déclaré que la décision de mettre en place la cuisine gratuite, située sous la station MRT Tao Poon dans le district de Bang Sue, était conforme à la politique du Premier ministre de soulager le fardeau des personnes pendant l'épidémie. «Le ministère du Développement social a commencé à exploiter la cuisine mobile le 25 avril», a-t-elle déclaré. «Nous avons également mis en place un point de contrôle pour mesurer la température corporelle et distribuer des numéros de file d'attente, des masques en tissu et du gel pour le lavage des mains. Ceux qui font la queue pour se nourrir doivent porter un masque et se tenir à distance les uns des autres pour leur sécurité et pour prévenir la propagation de la maladie. » Elle a ajouté que la BMA lancerait plus de stations alimentaires pour couvrir l'ensemble de Bangkok. "Mardi [28 avril], nous lançons une cuisine mobile à l'école Phet Thanom dans le district de Ladprao", a-t-elle ajouté. «De plus, nous avons préparé des sacs de produits de secours pour aider les personnes qui souffrent pendant la pandémie.» nombreuses photos en suivant le lien https://forum.thaivisa.com/topic/1161715-bma-rolling-out-mobile-kitchens-to-feed-bangkok/ Des centaines d'initiatives publiques ou privées de restos du cœur fleurissent partout en Thaïlande. Les autorités voient d'un mauvais œil les initiatives privées car il s'agit souvent de distributions sauvages où la distanciation sociale n'est pas respectée. Certains organisateurs dont des occidentaux ont été arrêtés. Malgré tout, ces distributions sont à saluer. On ne sait pas comment cela évoluera si des pans entiers de l'économie thaïlandaises restent au point mort pendant des mois.
  9. Les États-Unis ont suspendu les privilèges tarifaires dans le cadre du Système généralisé de préférences (SGP) sur 573 produits thaïlandais à partir du 25 avril comme prévu initialement malgré la tentative de la Thaïlande de faire appel au représentant américain au commerce (USTR), a déclaré le directeur général du Département du commerce extérieur, Keerati Ratchano, Lundi (27 avril). "Il y a quelques semaines, le vice-Premier ministre et ministre du Commerce, Jurin Laksanawisit, a écrit à l'USTR et au président [Donald] Trump pour demander de reporter la suspension car la Thaïlande, comme la plupart des pays, a été fortement touchée par l'épidémie de Covid-19", a-t-il déclaré. "Ils ont rejeté notre appel et ont mis en place le 25 avril leur plan initial, ce qui fait que 573 produits thaïlandais ne bénéficient plus d'aucun privilège SPG et sont désormais soumis à une moyenne de 4,7% de taxe au lieu de 0%." Keerati a déclaré que la suspension du SPG ne signifiait pas que la Thaïlande perdrait 40 milliards de dollars américains (1300 milliards de bt) de vente avec les États-Unis. «Cela signifie seulement que nous devrons payer des taxes à un taux normal comme le font d'autres pays. Selon les estimations du ministère du Commerce, cela devrait se situer entre 1,5 et 1,8 milliard de thb. " L’année dernière, les exportations totales de la Thaïlande vers les États-Unis se sont élevées à 31,19 milliards de dollars, comprenant les produits qui relevaient du SPG ainsi que ceux qui ne l’étaient pas. Sur les 573 produits qui ne bénéficieront plus du privilège SPG, la Thaïlande n'en exporte que 315 aux États-Unis, pour un montant de 1,5 milliard de dollars. Cela comprend les aliments instantanés, les appareils électriques et la céramique. https://forum.thaivisa.com/topic/1161750-us-rejects-thai-request-gsp-suspension-takes-effect/ Pour mémoire, les USA punissent la Thaïlande pour sa courageuse décision d'interdire les pesticides américains considérés comme des poisons pour l'environnement. La France est aussi sujette à des sanctions de la part des USA.
  10. Les organisations professionnelles liées à l'industrie de l'alcool ont demandé au Premier ministre de lever l'interdiction de vendre de l'alcool, imposée dans le cadre de mesures visant à freiner la propagation de Covid-19. La demande vient de sept organisations - dont la Thai Fruit Wine and Local Spirit Producer Association, la Thailand Bartender Association et la Thai Wine Association. Les associations ont demandé au gouvernement de ne pas prolonger l'interdiction de vente au-delà du 30 avril et d'autoriser la vente de bière et d'alcool via des services à emporter et de livraison. Ils ont également demandé au gouvernement d'alléger leur fardeau fiscal et d'aider à gérer la destruction d'alcool qui s'est gâté pendant la crise de Covid-19, puisque les lieux de divertissement ont été fermés. Par ailleurs, les associations souhaitent que le gouvernement lève l'interdiction du commerce de gros, qui, selon elles, empêche les producteurs de transporter leurs produits chez les détaillants où les bouteilles peuvent être stockées en toute sécurité dans des conditions réfrigérées. Ils ont également demandé aux autorités de les informer à l'avance avant d'annoncer de futures ordonnances liées à l'alcool. Jusqu'à présent cette année, le Département des accises a collecté 132,236 milliards de Bt de taxe sur l'alcool, dont 70,090 milliards de Bt sur la bière et 62,146 milliards de Bt sur les spiritueux. https://forum.thaivisa.com/topic/1161659-booze-industry-urges-govt-to-lift-prohibition/ Comme toutes les prohibitions, celle-ci entraîne des comportements à risque. Des petits commerçants fabriquent du whisky maison à base d'alcool frelaté et des "consommateurs" sont déjà tombés malades. Sans levée de cette interdiction, des drames sont à prévoir. Par ailleurs, le gouvernement perdra encore en popularité s'il interdit le plaisir de boire un petit verre à ses concitoyens alors qu'il a très bien contenu l'épidémie dans le pays.
  11. Voici les mesures qui devraient être prises par le conseil des ministres de ce mardi 1- l'état d’urgence est maintenu jusqu'au 31 mai 2- les avions avec passagers n'ont pas le droit d’atterrir en Thaïlande d'ici le 31 mai 3- couvre-feu sur tout le territoire jusqu'au 31 mai 4- des restrictions sur les voyages entre provinces 5- interdiction des rassemblements de plusieurs personnes 6- incitation au télétravail 7- pas de rentrée scolaire avant le 1er juillet 8- report des 4 jours fériés de mai (1, 4, 6 et 11) mais à partir du 4 mai et pour 14 jours seulement (prolongation sous condition) 9- ouverture des petits restaurants (sans doute ceux de la rue) 10- marché de frais autorisés 11- marchés aux puces ou marchés divers autorisés 12- coiffeurs autorisés 13- les petits centres commerciaux pourront rouvrir 14- les parcs publics pourront rouvrir Toujours interdits 15- salles de spectacles et de divertissement 16- ring de boxe (et sans doute de football)
  12. Une entreprise franco-thaïlandaise affirme que le développement d'un vaccin pour le Covid-19 est à un stade avancé, et que des essais sur les humains devraient commencer dans les prochaines semaines. La société Bio-tech BioNet-Asia teste actuellement si le vaccin candidat est efficace chez la souris. Si tel est le cas, la société commencera à mener deux essais de vaccins sur l'homme, a déclaré le fondateur de l'entreprise Vitoon Wonghanku. Le ministère de la Santé publique supervise le développement du vaccin Covid-19, tandis que les résultats du projet sont transmis à l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a-t-il ajouté. Le vaccin candidat a été injecté à des souris le 9 avril. Il faudra environ cinq semaines aux scientifiques pour mesurer s'il a été efficace, les résultats de l'essai sur les animaux étant attendus en mai. Jusqu'à présent, entre 100 et 200 millions de thb ont été investis dans le projet. De 500 millions à 1 milliard supplémentaires seront dépensés pour les prochaines phases, y compris les essais sur l'homme et l'enregistrement des produits. Les conseillers de cette entreprise sont français http://www.bionet-asia.com/about-us/company/advisors/ Les dirigeants de plusieurs nationalités http://www.bionet-asia.com/about-us/company/executive-management/ http://www.bionet-asia.com/about-us/company/scientific-advisory-board/ https://forum.thaivisa.com/topic/1161636-thai-firm-set-to-test-covid-19-vaccine-candidate-on-humans/
  13. L'Autorité de l'aviation civile de Thaïlande (CAAT) prévoit de prolonger son interdiction des vols entrants de 15 jours supplémentaires pour empêcher une éventuelle augmentation rapide des infections à Covid-19, alors que plus de 1000 Thaïlandais devraient rentrer dans le pays cette semaine. Les autorités évaluent généralement la situation tous les 15 jours et "nous devrons peut-être encore interdire aux avions de passagers d'entrer en Thaïlande, mais le dernier mot sera donné par le ministère de la Santé publique", a déclaré lundi le chef de CAAT, Chula Sukmanop. Cependant, a déclaré M. Chula, les autorités ne peuvent pas faire preuve de complaisance car les taux d'infection à l'étranger, y compris dans les pays voisins, restent élevés, ce qui rend la situation volatile. Au début de ce mois, le CAAT a prolongé l'interdiction des vols jusqu'au 18 avril après la fin de la première interdiction le 6 avril. Il a ensuite prolongé l'interdiction du 18 avril à ce jeudi, invoquant la nécessité de poursuivre les mesures pour contrôler l'entrée dans le pays. Pour être plus précis, les avions peuvent atterrir à vide et repartir avec des passagers. Ainsi, il est possible de se rendre en Europe par KLM entre autre puis de rejoindre la France. Certains Thaïlandais sont encore rapatriés. Ce processus est très dangereux car nombre d'entre eux sont porteurs du virus. Ils sont donc mis en quarantaine sérieuse en arrivant de même que les quelques étrangers autorisés (diplomates par exemple). Les avions cargos sont autorisés. La dernière interdiction a été annoncée alors que plus de 1 000 Thaïlandais de six pays devraient rentrer cette semaine. Le vice-ministre de la Défense, Chaichan Changmongkol, a demandé à l'armée, à la marine et aux forces aériennes de soutenir pleinement le gouvernement dans les aéroports, les postes de contrôle frontaliers, les zones de quarantaine de l'État et les hôpitaux alors que le pays se prépare à leur arrivée du 26 au 30 avril. La plupart des rapatriés (601) proviendront d'Inde, suivis de 207 d'Australie, 168 de Nouvelle-Zélande, 42 d'Espagne, 35 du Japon et 25 des Pays-Bas. Tous les passagers, dont une cinquantaine d'enfants, doivent subir des contrôles de santé stricts et être maintenus en isolement pendant 14 jours. Le Center for Covid-19 Situation Administration (CCSA) a signalé qu'environ 9 000 Thaïlandais qui se sont inscrits auprès des ambassades et consulats thaïlandais dans les pays d'outre-mer retourneront en Thaïlande après le 30 avril. Les autorités de la santé examinent de près tous les rapatriés, en particulier les travailleurs de Malaisie. http://www.nationthailand.com/news/30386832
  14. Thaïlande confinée : le nombre des morts sur les routes divisé par 10 Le Daily News a rapporté que seulement SIX personnes sont mortes dans des accidents de la route samedi. Six morts en 24 heures, cela n'a pas dû arriver depuis les années 70, voire 60. Bien que les chiffres des décès sur les lieux des accidents ne soient pas encore officiels, on peut voir que les chiffres d'avril - alors qu'une grande partie du pays est sous état d'urgence et couvre-feu - sont bien en deçà de la normale. Presque tous les jours en avril, le nombre de morts sur les routes thaïlandaises a été inférieur à la moyenne normale. Du 1er au 25 avril, 575 personnes sont décédées, portant le bilan annuel à 4 578. Daily News publie chaque jour les chiffres ainsi qu'un récit édifiant basé sur l'un des accidents. Dimanche, le média a mentionné un semi-remorque à 18 roues qui transportait un conteneur d'orge en provenance de l'aéroport de Bangkok. Une personne est décédée après que le camion est tombé d'une route surélevée sur l'autoroute Route 7 entre Sri Nakharin et Bang Pakong. En temps normal, le nombre de morts sur les routes thaïlandaises - parmi les plus dangereuses au monde - serait de plus de 20 000 et peut-être de 24 000 à 26 000 personnes. https://forum.thaivisa.com/topic/1161563-thailand-in-lockdown-road-deaths-a-fraction-of-normal/
  15. Les femmes accro au jeu sont les «plus grands contrevenants aux pratiques de distanciation sociale» Dimanche 26 avril, le Dr Taweesin Visanuyothin, porte-parole de l'administration gouvernementale pour le Covid-19, a déclaré que les femmes âgées qui jouent aux cartes sont les plus grands violateurs de la distanciation sociale. Il a exhorté les maris à dissuader leurs femmes d'aller dans les tripots (sic!). Selon les statistiques de la police 87 personnes se sont réuni durant le couvre-feu, en hausse de 47 par rapport à la veille, tandis que 568 ont quitté, seuls, leurs maisons pendant les heures de couvre-feu, en baisse de 27 sur une période de 24 heures, a-t-il déclaré. Ceux qui se rassemblent pour boire et consommer des drogues illicites sont des personnes de 11 à 40 ans, la majorité étant des hommes. Cependant, la majorité des contrevenants dans le groupe d'âge 51-60 sont des femmes, principalement celles qui visitent les tripots, a-t-il déclaré. "Les maris devraient informer leurs femmes des dangers de la contagion de Covid-19", a averti Taweesin. Le 26 avril, des violations des distances sociales et du couvre-feu ont été principalement constatées dans les provinces de Pathum Thani, Rayong, Bangkok, Phuket et Samut Prakan. https://forum.thaivisa.com/topic/1161524-women-addicted-to-gambling-biggest-violators-of-social-distancing-practice/
  16. Selon la Tourism Authority of Thailand (TAT), un vaccin contre le nouveau coronavirus est nécessaire pour inverser le plongeon du secteur touristique thaïlandais. Le nombre de visiteurs devrait chuter de 60% à 16 millions cette année, réduisant de près de moitié les revenus du tourisme étranger, mais ces chiffres pourraient encore baisser si une deuxième vague d'infections survient, selon le TAT. "Tout le monde attend un vaccin", a déclaré vendredi le gouverneur du TAT, Yuthasak Supasorn. "Les gens s'attendent à ce que cela prenne au moins 18 mois - ce qui signifie que nous resterons inquiets tout ce temps. " Un an et demi nous mène à fin 2021. La Thaïlande était particulièrement dépendante des recettes touristiques, en particulier des visiteurs chinois, et la situation actuelle annonce les perspectives économiques les plus sombres. M. Yuthasak a déclaré que l'industrie devra rétablir la confiance dans la sécurité des voyageurs, ajoutant que les vacanciers chinois ne reviendront pas avant octobre 2020 au plus tôt. "Nous devons tous entrer dans la fameuse -nouvelle normalité- après Covid-19", a-t-il déclaré, estimant que les recettes du tourisme étranger cette année pourraient s'élever à 1000 milliards de bahts, contre 1900 milliards de bahts en 2019. Les îles thaïlandaises qui étaient confrontées à la surpopulation et à la dégradation de l'environnement devront plutôt mettre en œuvre une distanciation sociale. Les tortues de mer sont retournées sur les plages pour pondre des œufs parce que les touristes ont disparu, a-t-il dit.
  17. Les employeurs ont été instamment priés de surveiller de près leurs travailleurs étrangers concernant les symptômes de Covid-19, suite à une flambée de nouveaux cas parmi les immigrants illégaux dans la province de Songkhla samedi. Les autorités ont été proactives dans la conduite des tests, mais la meilleure précaution consiste à ce que les employeurs conçoivent des mesures dans les usines et signalent aux autorités s'ils trouvent des cas suspects de Covid-19, a déclaré le Dr Taweesin Visanuyothin, porte-parole de l'Administration gouvernementale pour le Covid-19, Dimanche 26 avril. Il répondait aux préoccupations concernant la propagation du virus parmi les travailleurs étrangers exprimées par un résident de la province de Samut Sakhon, qui abrite un grand nombre de travailleurs migrants. Taweesin a fait référence à la découverte d'un cas actif par les autorités sanitaires, qui a conduit à se rendre compte que 42 immigrants d'un centre de détention étaient infectés par le coronavirus. La Thaïlande a vu une poussée inhabituelle de patients de Covid-19 avec 53 nouveaux cas samedi, alors que le nombre de ces deniers jours tournait autour de 15, selon Taweesin qui tient un briefing quotidien sur la situation de Covid-19 dans le pays. Sur les 53 nouveaux cas, 42 sont des immigrants illégaux au centre de détention des immigrants au point de contrôle de Sadao, à la frontière de la Malaisie dans la province de Songkhla, sept à Yala, deux à Bangkok, un à Chonburi et un à Phuket. Sur les 42 immigrants illégaux, 34 sont originaires du Myanmar, trois sont vietnamiens, deux sont malaisiens et un de chacun des pays suivants : Yémen, du Cambodge et d'Inde. La plupart des immigrants illégaux du centre de détention de Songkhla sont des Rohingyas. Les autorités thaïlandaises ont assuré à la population locale que ces immigrants ne sont pas autorisés à sortir du centre de détention afin de ne pas propager le virus à la population locale. Taweesin a déclaré que la Thaïlande apprendrait des leçons de Singapour en se focalisant sur les travailleurs migrants qui ont contracté Covid-19. Singapour qui maîtrisait bien la situation n'a pas jugé bon de s'intéresser à ses travailleurs migrants légaux vivant dans des conditions difficiles où la distanciation est impossible. Des logements pour migrants sont devenus des clusters du virus à Singapour et ont relancé l'épidémie. Selon les autorités thaïlandaises, il existe environ 10 centres de détention dans les provinces frontalières ainsi qu'à Bangkok. Les responsables de l'immigration doivent réorganiser la gestion des détentions afin d'empêcher ceux qui vivent dans des locaux surpeuplés d'entrer en contact avec le virus, a déclaré Taweesin. La prison de l'immigration de Suan Phlu à Bangkok est réputée comme l'une des pires du monde. https://forum.thaivisa.com/topic/1161522-govt-asks-employers-to-watch-foreign-workers-for-covid-19-symptoms/ Taweesin
  18. Les dommages causés à l'économie thaïlandaise par Covid-19 sont estimés à 1300 milliards de bahts, et 10 millions de personnes devraient perdre leur emploi si la pandémie persiste au cours des prochains mois. Alors que les infections et les décès liés au Covid-19 continuent d'augmenter dans le monde, de nombreux milliardaires se mobilisent pour aider à soulager le sort des personnes les plus pauvres. Les contributions des magnats du monde vont de l’aide à leurs employés et aux personnes vulnérables, à l’achat d’équipements médicaux pour les hôpitaux et au financement de la recherche sur les vaccins. En Thaïlande, de riches magnats font des dons aux personnes les plus touchées par la fermeture temporaire d'entreprises pour freiner la propagation du virus. Le patriarche du Charoen Pokphand Group Dhanin Chearavanont, l'homme le plus riche de Thaïlande avec 14,1 milliards de dollars américains (456,8 milliards de bahts), a dépensé 100 millions de Bt pour construire une usine fabriquant 100 000 masques chirurgicaux par jour, gratuits pour les travailleurs de la santé. Plusieurs des riches pairs de Dhanin ont également fait don d'équipement médical coûteux pour le traitement des patients de Covid-19, en particulier des ventilateurs et des salles d'isolement à pression négative. Le Premier ministre Prayut a récemment écrit une lettre ouverte aux 20 personnes les plus riches du Royaume, leur demandant leurs «contributions et idées» pour sortir la Thaïlande de sa pire crise depuis des générations. Les critiques n'ont pas tardé à affirmer que le gouvernement « mendiait », mais les milliardaires thaïlandais sont désireux d'aider. Né en Allemagne, le président et propriétaire de B Grimm, Harald Link, qui se classe 12e parmi les plus riches de Thaïlande avec 2,5 milliards de dollars (81 milliards de bahts), a déclaré qu'il était "très heureux et très excité" de recevoir la lettre du Premier ministre. Il a déclaré que B Grimm, qui a fait don de plus de 46 millions de bahts pour lutter contre l’impact de l’épidémie, était «prêt» à rejoindre la lutte dirigée par le gouvernement contre Covid-19. Le président de Muangthai Capital, Chuchat Petaumpai, le 10e plus riche du pays avec 3,1 milliards de dollars (100 milliards de bahts), s'est dit "heureux et prêt à apporter son aide". Sa société de nano-financement a mis de côté 110 millions de bahts d'aide, faisant don de 200 000 kits de secours aux chômeurs et de 50 millions de bahts pour acheter du matériel pour les hôpitaux. En outre, le milliardaire a déclaré que les 400 succursales de la société dans tout le pays serviraient pour la distribution de secours aux nécessiteux. Pendant ce temps, le Dr Prasert Prasarttong-Osoth, propriétaire de Bangkok Airways et Bangkok Dusit Medical Services, regarde au-delà de la crise de Covid-19. Il a promis de dépenser 100 millions de bahts pour creuser des étangs et des puits artésiens dans la province de Sukhothai pour aider les gens à lutter contre la sécheresse après la pandémie. «Pour la Thaïlande, le prochain problème sera la pénurie d'eau. Donc, je veux aider le gouvernement dans cette affaire », a déclaré Prasert, qui se classe au 11e rang des Thaïlandais les plus riches avec 2,7 milliards de dollars (87,5 milliards de bahts). https://forum.thaivisa.com/topic/1161529-thai-billionaires-dip-into-deep-pockets-to-fight-covid-19/
  19. LA LETTRE DE VOTRE CONSEILLER CONSULAIRE CLAUDE BAUCHET 25 AVRIL 2020 Le gouvernement français annonce un plan d’urgence d’environ 110 milliards d’euros. Les expatriés ne doivent pas être les laissés pour compte de ce plan pour aider nos compatriotes en difficultés sociales. Il est urgent de prendre en compte les difficultés financières des écoles et lycées français sur le globe et voir comment aider nos entreprises en particuliers les PME qui contribuent au-delà de leur activité propre au rayonnement de notre pays dans le monde. Ce sujet des aides aux entreprises ou à nos entrepreneurs français en Thaïlande sera prochainement évoqué lors d’une réunion avec notre Ambassadeur. La situation dans nos écoles Les demandes formulées par les élus de Français du Monde que j’ai relayées ici en Thaïlande ont un début de réponse favorable vu les dispositions prises par l’Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger (AEFE). Il s’agit donc d’une avancée mais celle-ci ne sera réelle que lorsque le gouvernement français acceptera d’accorder une rallonge budgétaire significative pour satisfaire aux demandes des bourses complémentaires des familles mais également des besoins de trésoreries des écoles qui se trouvent en grande difficulté pour boucler leur budget de cette année scolaire. Les élus doivent se mobiliser car à cette heure l’incertitude demeure ! Quelles sont ces mesures exceptionnelles appliquées ici en Thaïlande ? Pour bénéficier des aides boursières je rappelle que les familles doivent être inscrites au registre des Français établis hors de France. Les familles qui connaissent une baisse importante de leurs revenus compte tenu de la crise sanitaire peuvent déposées des demandes de bourse ou la révision de leur bourse. * Pour ce troisième trimestre de cette année scolaire en cours, la famille fait une demande sous forme de « recours gracieux » adressée au directeur de l’AEFE par l’intermédiaire du service social de l’Ambassade de France à Bangkok. La famille doit produire une lettre expliquant son changement de situation avec copie des relevés bancaires du foyer couvrant la période de janvier à avril, tout document de l’employeur relatant la situation de détresse financière ou une attestation sur l’honneur pour tout autre cas. Les familles non encore boursières peuvent également demander l’attribution d’une bourse. Un formulaire de demande de bourse est alors à remplir en le complétant par les pièces justificatives réclamées. (Voir site de l’Ambassade) * Pour la prochaine année scolaire 2020-2021 les dossiers doivent être envoyés impérativement avant le 01/05/2020 uniquement par email à l’adresse suivante : [email protected] Les familles ayant déjà déposé leur dossier de demande de bourse peuvent le compléter en produisant les justificatifs suivants : une lettre explicative sur le changement de situation ; copie des relevés bancaires du foyer (comptes en Thaïlande et à l’étranger) couvrant la période de janvier à avril 2020 ; tout document émanant de l’employeur ou de l’administration thaïlandaise expliquant la situation de détresse financière ou attestation sur l’honneur pour toute autre situation. * Les familles non encore boursières peuvent également demander l’attribution d’une bourse. Un formulaire de demande de bourse est alors à remplir en le complétant par les pièces justificatives réclamées. (Voir site de l’Ambassade). Je conseille à toute famille souhaitant recevoir une aide ou des précisions pour savoir comment présenter ou amender un dossier de demande de bourse de prendre contact avec l’établissement scolaire de leur(s) enfant(s). Comme chaque année la révision des dossiers de bourse déposés en janvier et février sera toujours possible à partir du mois d’août prochain afin de tenir compte d’une dégradation éventuelle de la situation financière de la famille Aides sociales ou sanitaires aux français résidant en Thaïlande Compte tenu de l’importance de la mise en place d’une aide sociale spécifique vers nos concitoyens touchés par la crise sanitaire du Covid19 et des conséquences, il me semble utile à la lumière de certaines interrogations exprimées de revenir sur l’objectif de cette enquête lancée par notre Ambassade. Tout d’abord je précise que cette question de l’aide à nos compatriotes en difficulté a été évoquée lors d’une vidéo conférence qui a réuni les quatre conseillers consulaires avec notre Ambassadeur et notre Consule. Cette initiative répond au souci de solidarité que j’avais exprimé lors de la précédente réunion. En effet les conséquences sociales de cette pandémie sont évidentes. Malheureusement de nombreux français résidant en Thaïlande se retrouvent sans travail ou plusieurs de nos entrepreneurs sont obligés de fermer leur entreprise. En répondant à ce questionnaire ; il sera donc possible à tout français se sentant en grande difficulté de demander une aide sociale qui sera examinée d’abord en Conseil Consulaire localement. Les besoins seront ainsi quantifiés et cela nous permettra au niveau du Consulat et du Conseil Consulaire d’argumenter la nécessité d’abonder des sommes supplémentaires au budget d’aide sociale de l’Ambassade afin de mettre en place concrètement une aide significative auprès de nos compatriotes en réelle difficulté. Cette action est donc une première étape indispensable de recensement des besoins mais son résultat ne sera bien entendu probant là aussi que si l’Etat français décide de prendre en compte dans le cadre du budget exceptionnel les problèmes de ses non-résidents. À suivre donc ! Avec ce questionnaire y voir une volonté d’inquisition dans la vie privée de chacun d’entre nous serait une grave erreur d’interprétation. Tout à chacun est absolument libre d’y répondre ou non, de renseigner toutes les questions ou non. Aussi, j’invite vraiment toute personne rencontrant des problèmes financiers ou de santé et inscrite au registre des français de l’étranger de Thaïlande à prendre en compte cette proposition. Cette pandémie montre avec encore plus d’acuité la nécessité pour nous tous, expatriés de bénéficier d‘une couverture de santé efficace. La réflexion engagée avec la CFE doit être poursuivie et approfondie. Les négociations de la CFE avec les assurances locales pour la question de l’octroi des visas retraites devront reprendre dès que possible quand l’Etat Thaïlandais aura précisé ses exigences à la suite des enseignements de cette crise sanitaire. La transition écologique plus que jamais d’actualité Il serait par ailleurs complètement irresponsable que l’Etat français soutienne coûte que coûte les grandes entreprises sans conditionner ces aides publiques à des plans précis et rigoureux en faveur du Climat et de la biodiversité. Sans des mesures très significatives dans ce domaine la santé de l’humanité est en danger extrême ! Le Haut Conseil pour le Climat rappelle lui-même à l’Etat français qu’il est indispensable d’engager la sortie des énergies fossiles pour faire face au choc sanitaire et climatique. Les 13 experts de cette instance indépendante appellent nos gouvernants à placer la transition écologique et l’égalité sociale au cœur de la relance économique. C’est une exigence qui nous concerne tous que nous résidions en France ou à l’étranger. L’action économique de nos Ambassades, les chambres de commerce installées à travers le Monde doivent prendre en compte cette urgence sans tarder ! Les élus consulaires doivent là aussi jouer leur rôle. Restant à votre écoute. Claude BAUCHET Conseiller Consulaire Téléphone : 08 1844 77 47 Email : [email protected]
  20. Une majorité de répondants à un sondage d'opinion Super Poll (généralement considéré proche de l'armée) apprécie que le ministère de l'Énergie a décidé de réduire les prix de l'électricité et du carburant. Noppadon Kannika, directeur du Super Poll Research Center, a déclaré samedi 25 avril que le sondage a interrogé 1 358 personnes dans tout le pays du 20 au 24 avril sur ce qui a plu à la population dans la gestion de l'épidémie de Covid-19. Lorsqu'on leur a demandé ce qui avait plu du point de vue social pendant l'épidémie de Covid-19, 70,8% des répondants ont mentionné le rôle des médecins, des infirmières et des volontaires de santé du village et leurs efforts pour prendre soin des patients de Covid-19, tandis que 48,7% des répondants ont aimé le soutien du ministère de la Santé publique dans la fourniture de matériel médical et 8,5% ont apparécié des équipes de secours. Lorsqu'on leur a demandé ce qui avait plu sur le plan économique, 53,8% des répondants ont apprécié la décision du ministère de l'Énergie de réduire les prix de l'électricité et du pétrole, tandis que 44,6% des répondants ont apprécié l'allocation mensuelle du ministère des Finances et 37,8% ont apprécié la décision du ministère de l'Intérieur de réduire prix de l'eau du robinet. Interrogé sur les efforts du gouvernement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 par rapport à d'autres pays, 67,3% des personnes interrogées ont déclaré que le gouvernement était dévoué à cette tâche, tandis que 32,7% n'étaient pas impressionnés. Lorsqu'on leur a demandé de comparer les efforts du Premier ministre Prayut Chan-o-cha avec les dirigeants d'autres pays, 63,3 des personnes interrogées ont déclaré que le Premier ministre faisait du bon travail alors que 36,7% n'étaient pas impressionnés. «Le problème de l'allocation mensuelle (qui n'est pas plébiscitée) peut résulter de la communication (du ministère des finances) et de la gestion de la base de données (puisque les intéressés doivent s’inscrire en ligne). », a déclaré Noppadon. https://forum.thaivisa.com/topic/1161426-energy-ministry-wins-hearts-with-price-cut-move-poll/
  21. Le ministère du Commerce lance la 2e phase de sa campagne pour vendre des produits de consommation à bas prix du 25 avril au 30 juin pour aider à alléger le fardeau financier des Thaïlandais pendant la crise de Covid-19, a déclaré samedi le vice-Premier ministre et ministre du Commerce, Jurin Laksanawisit. (25 avril). "La phase pilote de cette campagne se déroule à partir du 16 avril, avec 72 produits et jusqu'à 58 % de réduction", a-t-il déclaré. "Dans la deuxième phase, qui a commencé samedi, 3025 produits seront ajoutés à la campagne avec des remises pouvant atteindre 68%." Jurin a déclaré que les produits qui bénéficieront de rabais importants sont le riz, les boissons, les huiles de cuisson, les aliments surgelés, les assaisonnements, les produits de soins personnels, le papier hygiénique, le liquide vaisselle et les détergents. «Vous pouvez acheter ces produits dans les magasins Blue Flag du ministère à l'échelle nationale et dans les succursales de 13 détaillants partenaires - Big C Supercenter, Ekachai Shop, Siam Makro, Foodland, CJ Express, Saha Lawson, CP All (7-Eleven), The Mall , Maxvalue, Tops, Gourmet Market, Home Fresh Mart et Family Mart », a déclaré Jurin. «Nous espérons que cette campagne contribuera à réduire le coût de la vie des Thaïlandais de plus de 1 milliard de Bahts. https://forum.thaivisa.com/topic/1161427-consumer-goods-to-be-sold-at-discounted-prices-to-help-people-amid-covid-19-crisis/
  22. Jean-Raphaël Chaponnière Autant la performance du Vietnam dans la crise du coronavirus surprend, autant celle de la Thaïlande pouvait être anticipée. en 2019, au classement mondial de la sécurité sanitaire établie par l’université américaine de Johns Hopkins, le Royaume figurait en 6ème position, devant la Corée (9ème) et la France (11ème). Le Vietnam, lui, pointait à la 50ème place. Cependant, l’excellence des hôpitaux ne suffit pas à rendre compte du succès thaïlandais dans la lutte contre le Covid-19. L'épidémie de coronavirus en Asie du Sud-Est, en Corée du Sud et en France, par million de personnes. (Source : Worldometers) Dès le 2 février, le ministre de la Santé Anutin Charnvirakul encourageait les Thaïlandais à fabriquer eux-mêmes leur propre désinfectant pour les mains et des masques pour freiner la propagation du nouveau coronavirus. À cette date, le Covid-19 avait contaminé 25 personnes, contre 20 000 en Chine. Alertée, la population thaïe s’est montrée très prudente. Peu fréquentés, cafés et restaurants étaient encore ouverts au début de la troisième semaine de mars. Si la Thaïlande a tardé à interdire l’entrée de touristes chinois – une posture mal vécue par la population -, l’interdiction par Pékin de voyager en groupe avait fait déjà chuter les départs depuis la Chine vers le Royaume, l’une des destination préférée des Chinois. Fin février, le pays ne comptait officiellement que 42 cas décelés. Un rapport confidentiel du ministère de la Santé cité par Kavi Chongkittavorn évoquait plusieurs scénarii de pandémie et les mesures qui s’imposaient : quarantaine, tests, confinement partiel, gestes barrières, arrêt des entrées dans le Royaume et, à Bangkok, prise de température et gel antiseptique à l’entrée de tous les magasins. L’usage des masques, déjà utilisés une partie de l’année au moins contre la pollution de l’air, dans la capitale et à Chiang Mai notamment, relève du réflexe en Thaïlande. Il s’est instantanément généralisés dans le courant du mois de mars. La création le 12 mars du Centre for Covid-19 Situation Administration (CCSA) a signalé la volonté du gouvernement de lancer la lutte contre la pandémie. Des mesures barrières ont été instaurées dont l’obligation de porter un masque dans les transports publics. La Thaïlande a joué la transparence. Le CCSA publie chaque jour à 11h30 les données sur l’état de la pandémie en s’appuyant sur les chiffres des hôpitaux, des centres de santé et également des volontaires de santé au niveau des villages. Alors que Singapour a ignoré les travailleurs immigrés, la Thaïlande prend en compte la situation des migrants venus de Birmanie, du Laos et du Cambodge. Entre le 20 et le 23 mars, le nombre de cas a triplé. L’accélération a fait redouter une explosion de l’épidémie. Le doyen de la faculté de Médecine de l’université de Mahidol est alors intervenu pour lancer un avertissement : en l’absence de mesures drastiques, le nombre de cas dépasserait les 350 000 et le pays déplorerait 7 000 morts à la mi-avril. Le 27 mars, le gouvernement a donc déclaré l’état d’urgence sanitaire. Il devrait être levé le 30 avril. À cette occasion, le Premier ministre Prayut Chan-ocha a précisé que lui seul, ou une personne nommée par lui, renseignerait le public sur l’évolution de la situation. En prenant ce décret, il a de facto restauré les pouvoirs qu’il s’était donnés en instaurant la loi martiale en 2014. Ce cadre exceptionnel a permis d’arrêter Danai Ussama, un artiste de Phuket qui avait critiqué sur Facebook l’attitude laxiste des autorités à l’aéroport Suvarnabhumi. Il risque cinq ans de prison et une amende de 3 045 dollars pour avoir posté des « fausses informations ». L’état d’urgence sanitaire a étendu à toutes les provinces les mesures instaurées à Bangkok, dont la fermeture des grands centres commerciaux. La stratégie thaïlandaise de lutte contre le Covid-19 a épargné le secteur manufacturier, qui représente 30 % du PIB. Les autorités ont préféré ne pas instaurer de confinement généralisé, qui aurait handicapé les activités du secteur informel. Seules les personnes jugées à risque (moins de cinq ans et plus de 70 ans) ont été obligées de rester à la maison. Un dispositif de contrôle a été mis en place dans les transports interrégionaux, avec 250 check-points gérés par l’armée. Le 4 avril, un couvre-feu nocturne a été introduit au niveau national pour contraindre les Thaïlandais à rester chez eux. Les mesures restrictives sont également devenues plus prégnantes dans les destinations touristiques comme Phuket, Koh Samui et Pattaya, touchées par le coronavirus. L’administration de la métropole de Bangkok a par ailleurs interdit durant presque tout le mois d’avril la vente d’alcool pour « réduire les échanges sociaux et la diffusion du Covid-19 ». Aujourd’hui, la Thaïlande a jugulé la pandémie. Entre le 27 mars et 20 avril, si le nombre de cas a doublé, il s’est stabilisé à 40 personnes pour un million, soit cinq fois moins qu’en Corée du Sud et cinquante fois moins qu’en France. Le nombre de décès est également devenue stable. Des cas ont été détectés dans les 68 provinces mais sans que l’apparition d’un cluster. Ce qui suggère que le virus circule à travers le Royaume. Dans le Bangkok Post du 15 avril, le docteur William Aldis ancien représentant de l’OMS en Thaïlande, s’interroge sur la levée de l’état d’urgence. Attendue par une partie de la population, elle présente des risques, selon lui. La stabilisation du nombre de personnes infectées pourrait ainsi créer une attitude complaisante. William Aldis plaide pour une généralisation des tests, qui restent encore peu pratiqués – 2 043 pour un million d’habitants. lire la suite de cet excellent et long article sur ASIALYST https://asialyst.com/fr/2020/04/25/coronavirus-comment-thailande-jugule-pandemie/
  23. Daily News pense que le gouvernement thaïlandais pourrait lever certaines restrictions lors de sa réunion sur la situation de Covid-19 lundi. Le Premier ministre Prayut Chan-ocha et son équipe de conseillers examineront l'efficacité des mesures introduites en vertu du décret d'urgence pour limiter la propagation du coronavirus. Que le décret soit prolongé est une évidence, ont déclaré les médias. Mais ce qui sera autorisé dans l'immédiat est sur la table - cela inclut des activités qui peuvent être menées en toute sécurité en fonction de l'éloignement social. Les médias ont déclaré que les restrictions à l'ouverture de restaurants, de cafés, de marchands de nouilles et de salons (de coiffure ?) non climatisés pourraient être levées, mais qu'elles seraient accompagnées de mesures concernant les tables et les chaises espacées et le gel pour les mains. En ce qui concerne les activités sportives, il est probable que les sports sans contact et qui ne nécessitent pas de grands groupes pourraient être autorisés. Cela pourrait inclure le tennis, le golf et le badminton par exemple. Les médias ont déclaré que quelle que soit la décision prise, les gens peuvent être sûrs que la réglementation sera strictement appliquée. https://forum.thaivisa.com/topic/1161334-covid-19-restaurants-salons-coffee-shops-and-sports-some-restrictions-could-be-lifted-monday/
  24. La "nouvelle normalité" dans le quotidien de la population continuera même après la fin de la pandémie, a prédit le Dr Taweesin Visanuyothin, porte-parole de l'administration gouvernementale pour le Covid, lors de sa conférence de presse quotidienne, vendredi 24 avril. Il a cité Bill Gate qui pense que les nouveaux comportements tels que le port de masques et le travail à domicile resteront longtemps dans la société. Les entreprises changeront également leurs façons d'interagir avec leurs clients après que le gouvernement aura assoupli les restrictions. Certaines personnes ont demandé que les entreprises soient autorisées à rouvrir après que le nombre quotidien de nouveaux cas est tombé en dessous de 20 cette semaine. Mais le porte-parole a déclaré que les gens ne devraient pas baisser la garde et a ajouté que les agences gouvernementales collectaient des données sur l'épidémie pour que le cabinet les examine la semaine prochaine. Taweesin a noté que la «nouvelle norme» de la Thaïlande comprend le port de masques médicaux en public conformément à la directive gouvernementale sur l'hygiène. Il a déclaré que le nombre de patients dans les pays voisins avait récemment augmenté, en particulier à Singapour où le nombre total de cas confirmés a dépassé 10 000 dans un pays de seulement 5,7 millions de personnes. En ASEAN, l'Indonésie et la Malaisie ont prolongé leur confinement pendant le Ramadan ce mois-ci. Taweesin a ajouté que la Thaïlande pourrait faire quelque chose de similaire, selon l'évolution de la situation Covid-19. On ne sait pas si la référence au ramadan signifie que la Thaïlande va interdire l'alcool pendant tout le mois de mai. Par ailleurs, le nombre de personnes arrêtées pour non-respect du couvre-feu a chuté de façon spectaculaire, passant de 832 le 16 avril à 482 le 23 avril. C'est une bonne nouvelle pour réduire la propagation du virus, a déclaré Taweesin. https://forum.thaivisa.com/topic/1161276-thailand’s-‘new-normal’-will-last-beyond-lockdown-says-taweesin/
  25. La Fédération des industries thaïlandaises a décidé de réviser à la baisse l'objectif de production de véhicules cette année, passant de 2 millions à 1 million / 1,4 million si la crise de Covid-19 se prolonge jusqu'en juin, a déclaré le porte-parole, Surapong Paisitpatanapong. Sur le total de 1,4 million d'unités visé, la moitié sera réservée au marché intérieur et le reste aux exportations. De nombreux constructeurs automobiles étrangers ont suspendu leurs opérations en Thaïlande en raison de l'épidémie, qui pourrait toucher plus de 700 000 travailleurs de l'industrie. La production totale de voitures en mars s'élevait à 146 812 unités, en baisse de 26,16% sur un an, tandis que la production au premier trimestre s'élevait à 453 682, en baisse de 19,2%. https://forum.thaivisa.com/topic/1161315-auto-production-target-for-2020-revised-down-in-wake-of-covid-19-crisis/