Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 943
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. Petite manifestation dominicale contre la junte militaire au Monument de la Démocratie Sans un doute un tout petit plus de monde que lors des manifestations récentes au Monument de la Victoire mais cela reste confidentiel. La police a dit aux manifestants que ceux qui seraient encore là à 20:30 seraient arrêtés.
  2. Deux ans après qu'une junte militaire ait fomenté un coup d'état et pris le pouvoir en Thaïlande, The Nation publie un article (que nous ne traduirons pas) au titre amusant en français "Was the coup worth it?", ce qui signifie "Le coup valait-il le coup?" Cette question, l'Université Privée de Rangsit l'a posée à 3500 personnes du 9 au 15 mai. On a demandé aux Thaïlandais de donner une note à leur niveau de bonheur depuis que l'armée a enlevé le pouvoir au gouvernement civil élu il y a exactement deux ans. Les habitants su Nord Est disent qu'ils ont été heureux à 5,84 sur 10 alors que ceux du Centre se sont considérés heureux à 7,39 sur 10. Le sentiment "Pas si mal" correspond à la note 6,65. Les ministères qui ont apporté le plus de bonheur à la population durant ces deux ans sont : le bureau du premier ministre avec 8,25 devant le ministère de la défense avec 8,13 et le ministère de l'agriculture 8,02. http://www.thaivisa.com/forum/topic/919174-ne-people-unhappy-with-life-after-military-take-over/
  3. Deux Japonais décédés : un suicide et un selfie devant le train... de la mort Jayama Tetsuji, 47 ans, professeur de japonais au Paseo Mall s'est suicidé dans son appartement de Lat Krabang. C'est la directrice de l'école qui s'est inquiétée ne ne le voyant pas arriver. La police n'a rien trouvé qui pouvait contredire la thèse du suicide dans l'appartement où Jayama s'est pendu. Alors que tous les jours des Indiens meurent en prenant des selfies dans leur pays, un Japonais s'est pris le "train de la mort" de Kancahanburi en pleine tête ainsi que dans les côtes. Le conducteur du train aurait actionné son avertisseur sonore à plusieurs reprises voyant que Haruhisa Saito, 52 ans voulait absolument se prendre en photo avec le train arrivant. Le train est arrivé... Saito n'a pas bougé. Il est mort. C'était le patron d'une entreprise de Chonburi (Silvec) qui avait amené ses employés à Kanchanaburi. Comme quoi un PDG japonais n'est pas plus malin qu'un ado indien. Le selfie première cause de mortalité en Asie? Allez, encore un effort. http://www.thaivisa.com/forum/topic/919172-47-year-old-japanese-tutor-found-hung-in-bangkok-apartment/ http://www.thaivisa.com/forum/topic/919180-japanese-man-dies-after-being-hit-by-train-while-taking-selfie-on-death-railway/
  4. Ces derniers mois, les travaux effectués par la Chine dans l'archipel des Spratleys, un ensemble d'îles et de récifs de la mer de Chine méridionale, a fait couler beaucoup d'encre. Sur place, toutes les imageries satellites l'ont confirmé, Pékin crée des îles artificielles pour y déployer ses activités, notamment stratégiques et donc potentiellement militaires. Cependant, d'autres images sorties tout récemment illustrent que le Vietnam remblaie lui aussi du sable à moindre échelle. Quelques rappels historiques pour le comprendre. Occuper des « terres sans maître », des terra nullius perdues en mer. Les habiter, les administrer, et enfin les refaçonner, pour agrandir leur superficie, et pour leur faire dépasser clairement le niveau de la mer. C'est ainsi qu'au fil des ans, à l'avenir, il pourrait s'avérer de plus en plus difficile de contester juridiquement que tel ou tel récif corallien de mer de Chine méridionale, transformé en île artificielle, appartient à tel ou tel Etat, offrant au passage à cet Etat les eaux alentours et les ressources qui s'y cachent (hydrocarbures, faune, flore), sur un rayon de 200 milles marins pour chaque île, comme le prévoit en théorie la Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM). La « poldérisation », vieux serpent de mer des conflits territoriaux en Asie du Sud-Est, est donc un moyen d'avoir son mot à dire à long terme, y compris militairement, sur les affaires florissantes d'un carrefour commercial maritime de plus en plus essentiel à l'heure où l'Asie reprend sa place dans la mondialisation ; un bon moyen également de flatter l'égo des nations, le nationalisme étant un facteur non négligeable pour comprendre les situations dans cette partie du monde. Et c'est enfin un moyen de s'assurer des approvisionnements futurs en poisson, ou encore en guano, mais aussi en gaz et en pétrole, si cette mer abrite réellement ces ressources en quantité, comme on le suppose depuis un demi-siècle. Ces derniers temps, au cœur de l'archipel particulièrement disputé des îles Spratleys, dans le sud de la mer de Chine méridionale, c'est Pékin qui s'est fait le plus remarquer, construisant à tout-va des structures aux quatre coins du chapelet, dans une sorte de stratégie du « fait accompli ». La présence de Pékin dans l'archipel se traduit désormais par une chaîne d'installations civiles, mais également potentiellement militaires, puisqu'il est question de phares, de ports, mais aussi de radars ou encore de pistes d'atterrissage de 3 000 mètres de long. Illustration. ici http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160521-spratleys-vietnam-chine-polders-iles-artificielles-recifs-sable-terre-strate La Chine, ce géant qui fait peur à ses voisins La République populaire de Chine revendique une souveraineté sans partage sur la quasi intégralité de la mer de Chine méridionale, des îles Paracels aux îles Spratleys. Elle met en avant ses droits historiques et sa pêche traditionnelle, dans les pas de sa grande histoire maritime, dont les faits et gestes sont partiellement connus grâce aux écrits anciens. Certes, la CNUDM traite de ces aspects, dans ses articles 15, 51 et 298. Mais pas assez clairement, et non sans contradictions. L'ambition territoriale chinoise, jugée démesurée, n'a donc jamais, on l'imagine, emporté l'adhésion de ses voisins. D'autant que les pêcheurs et les gardes-côtes chinois s'aventurent partout où la Chine se croit chez elle, et même au-delà. Alors, lorsque les Chinois ont planifié leur grand retour dans les Spratleys, à la fin des années 1980, ils ont préféré s'appuyer sur une décision de la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO, et avancer l'idée de créer un poste d'observation de la vie marine sur place. Incognito. Néanmoins, cela n'a pas suffi non plus à calmer plusieurs rivaux de Pékin qui, à l'époque, revendiquaient déjà tout ou partie de l'archipel, eux aussi. Car à la fin des années 1980, des pays comme le Vietnam et les Philippines, sans même parler de Taïwan, en attendant Brunei et la Malaisie, occupaient déjà de longue date des îles et récifs dans l'archipel des îles Spratleys. Mieux que cela : certains avaient déjà modifié la configuration des lieux qu'ils contrôlaient depuis belle lurette. La « poldérisation », version Ferdinand Marcos la suite ici http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20160521-spratleys-vietnam-chine-polders-iles-artificielles-recifs-sable-terre-strate
  5. Image: Daily News Un très jeune homme de l'ethnie Hmong arrêté avec 240 000 pilules de yaba. L'article ne dit pas si Chanchai Sae-tor, 19 ans, est de nationalité thaïlandaise, laotienne ou apatride. Un barrage de police a été placé sur la route de Ban Wiang Nua, Chiang Rai. Quand le jeune conducteur l'a aperçu il a tenté de fuir mais fini sa course dans le fossé et a été arrêté. Chanchai Sae-tor a déclaré avoir été payé 50 000 thb pour transporter la drogue vers une destination de la province de Chiang Rai. Les paquets de drogues indiquaient déjà leur destination finale : Kamphaeng Phet, Ayuthaya et Bangkok. On pense que le drogue a été fabriquée dans un pays voisin. Sa valeur à la revente s'élève à 25 millions de thb. La police assure tenter de remonter la filière. http://www.thaivisa.com/forum/topic/919001-hill-tribe-man-arrested-with-25-million-baht-of-ya-ba-in-chiang-rai/
  6. Photo: Kritsada Mueanhawong Les bateaux des voyagistes locaux sont priés de laisser les dauphins tranquilles. Un important banc de dauphins a été repéré au large de Koh Mai Thon près de la côte sud est de Phuket. Suchat Rattanaruengsri, chef de la Marine and Coastal Resources Conservation Division a déclaré que "23 dauphins ont été vus à 500 - 800 mètres de la côte de Koh Mai. On n'en n'avait jamais vu autant à cet endroit. Notre inquiétude, c'est que le bruit des bateaux ne dérangent les mammifères et que certaines embarcations à touristes ne les approchent de trop pour mieux voir. C'est la raison pour laquelle nous leur avons demandé de laisser les dauphins tranquilles." http://www.thaivisa.com/forum/topic/919005-tour-boats-warned-to-steer-clear-of-dolphins-off-phuket/
  7. Encore du buzz grâce à des images de vidéosurveillance. Les piétons traversant la rue échappent de peu au pire lorsque les freins d'un camion lâchent et engendrent un carambolage. Samuth Prakhan. Vidéo Rachathaewa .
  8. Le secrétaire général du Parti communiste vietnamien, Nguyen Phu Trong, avec le président américain, Barack Obama, à Washington, le 7 juillet 2015. Evan Vucci / AP Preuve supplémentaire d’un rapprochement graduel mais constant entre les Etats-Unis et le Vietnam, Barack Obama arrive à Hanoï, dimanche 22 mai, pour une visite exceptionnelle de quatre jours sur fond de tensions avec Pékin en mer de Chine du Sud. Le président américain veut « rééquilibrer » la politique américaine vers l’Asie, pour des raisons économiques mais aussi stratégiques à l’heure de l’émergence de ce véritable « imperium » chinois. La rencontre à la Maison Blanche, en juillet 2015, entre le secrétaire général du Parti communiste vietnamien (PCV), Nguyen Phu Trong, et M. Obama avait déjà marqué une nouvelle étape : c’était la première fois que le numéro un du PCV conversait avec un président américain dans le bureau Ovale. Cette visite a fait office de reconnaissance par les Etats-Unis de la légitimité du Parti communiste vietnamien. Depuis, les tensions n’ont pas faibli en mer de Chine. Les Chinois ne cessent de consolider leurs positions sur les Spratleys – en y construisant notamment des pistes d’atterrissage –, archipel également revendiqué par le Vietnam. Ménager les susceptibilités chinoises Cette convergence est toutefois un processus délicat qui consiste, tant pour Hanoï que pour Washington, à ménager les susceptibilités chinoises. Elle n’est pas une alliance, loin de là : au sein des hautes instances du pouvoir vietnamien, certains voient encore avec méfiance tout réchauffement... En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2016/05/20/barack-obama-en-visite-au-vietnam-pour-faire-contrepoids-a-la-chine_4923267_3216.html#xcgtJSE4cJRGVCpL.99
  9. Portrait d'une jeunesse cambodgienne entre mirage d'ascension sociale et émois amoureux. Un joli film impressionniste, découvert à la Semaine de la critique. Ils sont à peine sortis de l'adolescence, triment le jour dans la poussière des chantiers et traînent le soir en scooter, en regardant des édifices à peine achevés qui scintillent très haut dans le ciel. On est sur la presqu'île de Koh Pich, au sud de Phnom Penh, mirage bien réel de la modernité en marche, un quartier investi par des promoteurs immobiliers chinois. C'est là que que Bora, 18 ans, a débarqué avec son petit frère, quittant la campagne reculée, en quête d'ascension sociale et de tremplin pour aller plus loin encore, aux Etats-Unis pourquoi pas. Sur place, Bora déchante vite. Le travail est minant, dangereux, certains tombent des échafaudages. Heureusement, il y a la grâce des filles, qui luisent comme des lucioles, la nuit venue. Davy Chou, jeune cinéaste français d'origine cambodgienne de 32 ans, procède par petites touches délicates pour capter les signes d'un moment de transition, tant pour une poignée de garçons et de filles graciles, au seuil de l'âge adulte, qu'à l'échelle du Cambodge, pays qui s'est transformé à la vitesse de l'éclair, passant de Pol-Pot au libéralisme brillant comme un miroir aux alouettes. Sur les cendres pas tout à fait éteintes du passé, le présent brutal et un peu irréel, le futur plus qu'incertain, le film dessine de jolies métaphores. Entre drague timide et rendez-vous manqué, l'histoire est minimaliste, les portraits sont des esquisses. Ce n'est pas grand chose, pourtant Diamond Island parvient à distiller beaucoup de charme impressionniste. Question de contrastes entre la lumière blanche du jour et les guirlandes de néon colorées dans la nuit, d'état de mélancolie toute musicale. Avec une simplicité de moyens, Davy Chou montre une jeunesse qui a déjà le sentiment d'avoir vieilli. Jacques Morice http://www.telerama.fr/cinema/cannes-2016-diamond-island-de-davy-chou-d-amour-et-de-neons,142425.php
  10. Image: Thairath Un chauffeur de taxi qui s'endort, c'est quatre Américains à l'hôpital, la photo parle d'elle-même Les 4 touristes venaient de l'aéroport en route pour leur hôtel. Le chauffeur de 62 ans s'est endormi, comme il l'a avoué à la police. Il a heurté un camion de service garé sur le bas-côté, à Lat Krabang, son véhicule s'est retourné. Les touristes et le chauffeur ont été emmenés d'urgence à l'hôpital Wipharam. La police a confirmé que le camion de service n'était pas là par erreur. Le chauffeur de taxi est mis en examen pour conduite dangereuse et l'enquête continue. http://www.thaivisa.com/forum/topic/918972-bangkok-four-us-tourists-injured-when-taxi-overturns-after-driver-fell-asleep-at-wheel/
  11. Image: Thairath Sept filles d'Udon Thani attirées malgré elles dans un réseau de prostitution au Bahrain libérées et de retour au pays C'est un peu le même système que les Thaïlandais infligent aux marins Cambodgien ou Birmans ou aux jeunes Laotiennes : on fait payer les victimes (ici 300 000 thb), on leur promet un travail (ici massage traditionnel) puis, arrivé sur place, on en fait des esclaves (ici des esclaves sexuelles à Manama, Barhain). L'une des filles est parvenue à prévenir une amie qui a elle-même prévenu la mère d'une des victimes qui a ensuite prévenu les autorités thaïlandaises en Thaïlande qui ont contacté le consul de Thaïlande à Barhain qui a fait son travail. Neuf filles ont été libérées dont sept sont arrivées cette nuit, les deux dernières vont suivre. Elles étaient entré à Barhain avec un visa de touriste étendu de 15 jours. Le ministère du travail rappelle que les Thaïlandais qui veulent aller travailler à l’étranger doivent passer par ses services pour éviter d'être flouer. Numéro d'urgence pour ce genre cas 1191. La police va enquêter pour retrouver l'agent malhonnête. http://www.thaivisa.com/forum/topic/918966-udon-girls-tricked-into-bahrain-sex-trade-returned-to-thailand/
  12. Volley féminin, exploit de la Thaïlande qui bat la Corée Pour comprendre il faut regarder le classement AVANT le match La Thaïlande a gagné après avoir été menée 2 sets à rien 19-25, 22-25,29-27,26-24,15-12. Il faudrait d'autres exploits comme celui-ci pour espérer une qualification car la Thaïlande a un déficit de 2 défaites (maintenant une seule) par rapport aux 4 pays actuellement virtuellement qualifiés.
  13. Le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej, âgé de 88 ans et hospitalisé depuis des mois, souffre de nouveau d'hydrocéphalie, a indiqué le Palais, tard vendredi soir. « Après avoir détecté des mouvements irréguliers de ses muscles faciaux, (...) les médecins ont contasté qu'il y avait un excédent anormal de liquide au niveau de la colonne vertébrale et du cerveau », explique le Palais. Les médecins ont ajusté le traitement, obtenant des « résultats satisfaisants », est-il encore précisé. Plus vieux monarque en exercice, le roi Bhumibol Adulyadej, qui est dans son pays l'objet d'un culte de la personnalité le présentant comme le ciment d'une nation très divisée, n'a pas été vu en public depuis près de six mois. Culte de la personnalité Il s'agit du deuxième communiqué concernant la santé du roi en une semaine. Samedi dernier, le Palais avait annoncé qu'il souffrait d'une infection pulmonaire et des genoux. Ces dernières années, le roi a été hospitalisé à plusieurs reprises pour divers problèmes de santé, notamment pour des troubles cardiaques et respiratoires et déjà pour de l'hydrocéphalie. Dans un pays très divisé politiquement, le sujet de sa succession est extrêmement sensible et les informations sur sa santé très limitées. Le culte de la personnalité a été renforcé depuis le coup d'État du 22 mai 2014, lancé au nom de la défense de la monarchie. http://www.ouest-france.fr/monde/thailande/thailande-deja-hospitalise-le-roi-est-soigne-pour-de-lhydrocephalie-4241474
  14. Deux objectifs. « Promouvoir l’idée de vivre en harmonie parmi les différentes religions » et » entreprendre des actions efficaces contre ceux qui essayent de perturber ce contexte d’entente ». Le gouvernement considère à nouveau une loi abandonnée en 2013 destinée à protéger l’harmonie religieuse. Le ministre birman de la Culture et des Affaires religieuses a rencontré des groupes interconfessionnels à Mandalay et Rangoun pour discuter d’une législation qui assurera des droits égaux pour toutes les religions. Récemment les nationalistes bouddhistes ont alimenté les tensions inter-religieuses, multipliant les manifestations anti-rohingya. Selon le moine bouddhiste U Parmaukkha, le concept du projet de loi est une bonne initiative. Il souligne néanmoins qu’une loi ne suffit pas à mettre fin aux tensions religieuses. LA SUITE ICI ABONNEZ VOUS A ASIALYST https://asialyst.com/fr/2016/05/20/birmanie-la-lnd-prepare-une-loi-sur-l-harmonie-religieuse/
  15. Image: Thairath Buzz du jour : un chauffeur de bus ivre s'embrouille avec un automobiliste Un clip vidéo montre un conducteur de bus Manat Makhamthong et un automobiliste qui se traitent de tous les noms après un accrochage. Les passagers toujours dans le bus 17. L'automobiliste demande "Vous êtes ivre?". Le chauffeur répond "non" mais arrache le téléphone des mains de son interlocuteur qui filmait la scène. Indice... Et tempête sur les réseaux sociaux. Plus tard le BMTA (RATP locale) enquête et Manat avoue qu'il était bourré durant son travail et qu'il est le responsable de l'accrochage. Il a aussi concédé avoir utilisé un langage ordurier durant l’altercation. Le BMTA a demandé la suspension immédiate de Manat par l'entreprise qui est en charge de la route 17. Compagnie qui aura des comptes à rendre au BMTA. http://www.thaivisa.com/forum/topic/918901-drunk-and-disorderly-foul-mouthed-bangkok-bus-driver-caught-on-tape-after-accident/
  16. Image: Daily News Deux Ukrainiens arrêtés pour usage de fausses cartes bancaires peu avant de reprendre leur avion Les deux hommes étaient entrés dans le royaume il y a dix jours et on commencé à utiliser des fausses cartes ATM surtout pour retirer de l'argent. Cela a déclenché des signaux d'alarmes au service de sécurité de l'association nationale des ATM, d'autant que les retraits avaient lieu dans le même quartier de Thonburi. L'examen des images des vidéos de surveillance a aidé et hier vendredi alors que l'un d'entre eux, Andrei Leschinski, était déjà en train d'attendre son avion à l'aéroport, Oleg Kachmaryk a été pris "la main dans le sac" à un ATM de la Kasikorn proche de Rat Burana. Oleg aurait balancé Andrei à la police et ce dernier a été arrêté. Les deux hommes possédaient 81 fausses cartes et 100 000 thb en liquide. En fait, ils utilisaient les cartes pour payer les dépenses de leurs vacances (plusieurs centaines de milliers de thb). Ils avaient bien pensé à limiter leur séjour mais 10 jours c'était déjà trop compte tenu de la sagacité des services de sécurité des banques locales. http://www.thaivisa.com/forum/topic/918898-ukrainian-skimmers-rounded-up-in-bangkok-police-operation
  17. Les frontières en alerte au cas où le bonze veuille fuir la justice Escalade dans la lutte entre la DSI et le moine accusé de malversations : les 118 postes frontières du pays ont été prévenus et doivent empêcher la fuite de Phra Dhammachayo à l'étranger. Rebondissement hier : une source interne au DSI a révélé que le directeur de l'hôpital militaire de Ratchaburi avait informé le DSI que la lettre rédigée par son hôpital disant que le moine était malade -et ne pouvait se rendre à la convocation de la police- était un faux puisque ce dernier n'a jamais été soigné dans le dit hôpital. Hier le DSI a réaffirmé que si le bonze ne se présentait pas avant la date butoir, il y aurait arrestation. Mais on imagine que les disciples du saint homme ne laisseront pas faire. http://www.thaivisa.com/forum/topic/918895-border-checkpoints-tightened-up-to-prevent-dhammachayo-from-escaping/
  18. Les services de la météo confirme l'arrivée de Roanu pour demain Quand on commence à donner de noms aux coups de vents, c'est mauvais signe. Roanu est le nom du cyclone qui va s'abattre sur le Bangladesh et la Birmanie -pays habitués aux catastrophes naturelles- et accessoirement pourrait toucher la Thaïlande. Presque toutes les régions : Mae Hong Son, Chiang Mai, Chiang Rai, Phrae, Nan, Uttradit, Phitsanuloke, Phichit, Tak Petchabun, Loie, Udon Thani, Nong Khai, Bung Karn, Sakhon Nakhon, Nakhon Phanom, Muk Dahan, Chaiyaphum, Nakhon Ratchasima, Buri Ram, Ubon Ratchathani, Suphan Buri, Kanchana Buri, Ratchaburi, Rayong, Chanthaburi et Trat. Pluies importantes, vents violents, mer agitée côté Golf et côté Andaman. Prudence donc http://www.thaivisa.com/forum/topic/918894-weatherman-warns-of-cyclone-roanu/
  19. Le décès a été annoncé ce vendredi. Les territoires d'Outre-Mer font preuve d'une vigilance accrue face au virus, qui avait déclenché une épidémie en Polynésie en 2013-2014. Pierre Jova - Le virus a encore frappé. Un octogénaire en est mort en Martinique, a indiqué, ce vendredi, l'Agence régionale de santé (ARS) de l'île. Selon un communiqué de l'organisation, «le patient, âgé de 84 ans, était hospitalisé depuis une dizaine de jours en réanimation pour un syndrome de Guillain-Barré». Cette maladie qui provoque des troubles neurologiques est véhiculée par les moustiques porteurs du virus. Pour l'heure, c'est le seul décès enregistré en Martinique depuis le début de l'épidémie, en décembre 2015. Dix-neuf autres patients atteints par le même syndrome sont actuellement soignés en Martinique. Au total, 25.000 cas ont été détectés sur l'île depuis le débur de la circulation du virus, selon l'ARS, qui évoque une «stabilité» dans l'évolution de l'épidémie. Le précédent polynésien Bien avant que Zika ne défraie la chronique, le virus avait ravagé la Polynésie française. Parti de Micronésie, où une première épidémie avait été décrite en 2007, Zika atteint les îles polynésiennes en octobre 2013. Pendant toute la durée de la circulation du virus, jusqu'en début 2014, 32.000 personnes ont consulté un médecin pour ce motif, selon les autorités sanitaires. Soit 11 % de la population de Polynésie française. D'autres estimations évoquent 60 % des 280.000 Polynésiens, selon Pierre-Marie Girard, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de hôpital Saint-Antoine, à Paris, interrogé en février dernier par Sciences et Avenir. Peu évoquée en métropole, l'épidémie a été jugulée par les efforts sanitaires. Après s'être diffusé dans le Pacifique, en 2014 et 2015, touchant la Nouvelle-Zélande, la Nouvelle-Calédonie, les îles Cook, Salomon et Vanuatu, le virus s'est propagé au Brésil en mai 2015. Un premier décès y est survenu en novembre dernier. Aux États-Unis, un premier patient est mort de Zika fin avril sur l'île de Porto Rico. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2016/05/20/24997-premier-deces-lie-virus-zika-martinique?
  20. Jamais il n'avait fait 51° en Inde Le précédent record datait de 1956, à Alwar dans le Rajasthan avec un petit 50,6°. Le record atteint cette année, 51°, l'a aussi été dans le Rajasthan mais dans la ville de Phalodi, entourée de déserts. Les mois les plus chauds, en Inde, sont mai et juin durant lesquelles les température peuvent dépasser les 40° mais atteignent très rarement les 50. Déjà 300 personnes sont mortes cette année à cause de la sécheresse. En 2015, 2000 personnes était mortes à l'issue d'une canicule dans le sud du pays. On attend de fortes chaleurs les deux prochains jours.
  21. Le premier ministre attend le bon moment pour que les partis politiques s'expriment Le Gen Prayut Chan-ocha dit qu'il a envisagé depuis longtemps un forum où les partis politiques et les militant pourraient donner leur avis sur le projet de constitution mais qu'il avait attendu le bon moment pour donner son feu vert. La remarque du premier ministre vient au lendemain d'un forum qui a eu lieu jeudi (non public) à la commission électorale et auquel ont participé le parti démocrate, le Pheu Thai et des groupes comme l'UDD et où ils ont pu donner leur avis sur le projet de constitution et sur le référendum. Parlant aux journalistes en Russie où il se trouve actuellement, Prayuth explique que ce forum permet au gouvernement de connaitre l'avis des partis sur tous les sujets importants du moment. Cependant, le premier ministre dit que le gouvernement doit aussi écouter le point de vue de la majorité de la population car seule une poignées de personnes doivent faire face à la justice pour raisons politiques (sous entendu les partis ne représentent pas le peuple). Le premier ministre affirme qu'il n'a jamais donné d'ordre pour que la constitution soit acceptée ou rejetée par le référendum. Il a ajouté "Mais je ne peux pas donner de réponse si vous me demandez s'il y aura des élections ou pas après que la constitution ait passé le référendum car nous n'en sommes pas encore là." http://englishnews.thaipbs.or.th/content/164085
  22. Arrivé en chaise roulante, le corps sans vie de cet homme a fichu une sacrée trouille aux passagers et au personnel de l’aéroport. En voilà un passager pour le moins inhabituel ! À l’aéroport d’Atlanta, les contrôleurs de sécurité ont été médusés à la vue d’un cadavre déboulant vers eux en chaise roulante. Un cadavre comme passager ? Oui, mais pas un vrai ! Sous rayons X Autant vous dire que le cadavre n’a bénéficié d’aucun traitement de faveur. À l’heure où les mesures de sécurité ont été renforcées dans les aéroports, le drôle de passager est non seulement passé par le portique de sécurité mais aussi sous rayons X. Mais qui est cet homme ? La TSA, l’agence nationale américaine de sécurité dans les transports, qui a souhaité immortaliser la drôle de rencontre, a publié le cliché du cadavre expliquant que le cadavre n’est qu’un simple mannequin pour films d’horreur : « Cette vieille croûte est en fait un mannequin utilisé pour le film ‘Massacre à la tronçonneuse’. Il est arrivé à un check-point de l’aéroport international d’Atlanta où, comme vous pouvez le voir, elle a été passée aux rayons X et envoyée vers son joyeux chemin ». Capture d’écran Instagram http://www.lesoir.be/1215973/article/soirmag/actu-soirmag/2016-05-20/passagers-d-un-avion-voyagent-aux-cotes%E2%80%A6-d-un-cadavre
  23. La nouvelle présidente taïwanaise Tsai Ing-wen a appelé vendredi à “un dialogue positif” avec Pékin en prenant officiellement les rênes du pouvoir dans l‘île, adoptant un ton conciliant face à une Chine de plus en plus hostile. Mme Tsai, 59 ans a prêté serment pour devenir la première femme chef de l’Etat de Taïwan. Elle avait remporté en janvier une victoire écrasante face au Kuomintang (KMT), qui sous l‘égide du président sortant Ma Jing-jeou, avait opéré pendant huit ans un rapprochement spectaculaire avec Pékin. Mais les électeurs ont été nombreux à considérer que Ma Jing-jeou avait été trop loin; que sa politique, plus que de servir les intérêts de Taïwan, avait surtout mis en péril la souveraineté de cette île que Pékin considère toujours comme faisant partie intégrante de son territoire, susceptible d‘être reprise par la force le cas échéant. Mme Tsai est issue des rangs du Parti démocratique progressiste (PDP), mouvement aux positions traditionnellement indépendantistes. Cette ancienne universitaire a mis de l’eau dans le vin du discours du PDP mais fait campagne pour rétablir la fierté de Taïwan, un message qui est bien passé auprès de Taïwanais las de vivre dans l’ombre de la Chine. L’ancienne Formose suit sa propre destinée depuis 1949, année où les nationalistes du KMT s’y étaient réfugiés après avoir été vaincus par les communistes de Mao Tsé-toung. Après la mort de Chiang Kaï-shek en 1975, Taïwan s‘était démocratisée progressivement. Devant une foule jubilatoire de 20.000 personnes rassemblées devant la présidence, Mme Tsai a cherché à présenter Taipei comme une force de paix. – “Statu quo” – “Les deux parties gouvernantes sur les deux rives du détroit (de Formose) doivent laisser de côté le poids de l’Histoire et s’engager dans un dialogue positif, pour le bénéfice du peuple de part et d’autre”, a-t-elle dit dans son discours inaugural. Les relations se sont déjà rafraîchies depuis sa victoire électorale. La Chine pousse pour que Mme Tsai endosse le consensus tacite conclu en 1992 entre Pékin et Taipei: il n’y a qu’“une seule Chine” et chaque partie peut interpréter cela comme elle l’entend. La nouvelle présidente, comme le Parti démocratique progressiste (PDP) dont elle est issue, refusent de reconnaître ce consensus de 1992. Elle a répété à maintes reprises qu’elle maintiendrait le “statu quo”. Mme Tsai n’a pas divergé de sa ligne mais a souligné l’importance du dialogue. “Les relations bilatérales sont devenues partie intégrante de la construction de la paix régionale et de la sécurité collective”, a-t-elle dit. “Dans ce processus, Taïwan sera une +gardienne de la paix ardente+ qui participe activement et n’est jamais absente”. Sans mentionner la Chine expressément, elle a souligné que l‘île devait mettre un terme à sa dépendance commerciale envers le continent et “dire adieu à notre surbordination passée à un seul marché”. – Blackout médiatique chinois – D’après les analystes, la nouvelle présidente a été aussi loin que possible pour apaiser Pékin, sans rien proposer de concret ou s’aliéner des Tawaïnais méfiants envers la Chine. “Elle a tenté de parvenir à un ton conciliant, compte tenu du manque de confiance entre les deux parties”, a souligné Tang Shao-cheng, politologue à l’Université nationale de Chengchi à Taipei. “Elle lance la balle dans le camp de Pékin”. Mais sans engament sur le principe +une seule Chine+, il est peu probable que Pékin soit satisfait. “Je crois que la Chine ne vas pas accepter ce discours facilement”, a dit Yang Kai-huang, analyste à l’université Ming Chuan de Taipei. “C’est difficile d‘être optimiste au sujet des relations bilatérales”. En attendant, les médias officiels chinois sont restés extrêmement discrets sur son intronisation tandis que les mots “Taïwan” et “Tsai Ing-wen” étaient bloqués sur le réseau social Sina Weibo, populaire plateforme de microblog. http://fr.euronews.com/depeches/3196051-taiwan-la-nouvelle-presidente-appelle-a-un-dialogue-positif-avec-pekin/ Le Global Times, journal d’Etat anglophone proche du Parti communiste chinois, a cependant estimé que l’arrivée au pouvoir de Tsai Ing-wen marquait le début d’“une nouvelle ère caractérisée par l’incertitude”. La cérémonie d’intronisation a célébré la culture et l’histoire singulières de Taïwan tandis que de faux manifestants ont simulé une “marche de la démocratie taïwanaise” pour rappeler au nouveau gouvernement qu’il faut écouter l’opinion. Mme Tsai a réitéré à cet égard l’attachement de Taïwan à sa culture démocratique. La Chine a mis en garde Mme Tsai contre toute mesure qui irait dans le sens d’une déclaration indépendance officielle. Récemment, les tensions sont montées d’un cran avec l’expulsion vers la Chine de Taïwanais soupçonnés de fraude, à partir de la Malaisie et du Kenya.
  24. Dejà fréquente les rings depuis qu'il a sept ans. Issu d'une famille thaïlandaise pauvre, il gagnait au départ deux dollars par combat. Trente ans plus tard, devenu champion de MMA (arts martiaux mixtes) avec un salaire à six chiffres, il revient dans son pays pour défendre son titre. Dejdamrong Sor Amnuaysirichoke à l'entraînement © AFP "Je n'ai pas combattu en Thaïlande depuis des années", raconte à l'AFP ce boxeur de petite taille lors de son entraînement dans un gymnase de Bangkok. Aujourd'hui basé à Singapour, Dejdamrong Sor Amnuaysirichoke, dit "Dej", s'apprête à défendre son titre de champion poids paille pour le ONE Championship, le principal organisateur en Asie de MMA. Dejdamrong Sor Amnuaysirichoke © AFP Avant de découvrir les arts martiaux mixtes, Dej a été triple champion de boxe thaïe. Comme pour de nombreux enfants pauvres, initiés dès le plus jeune âge à cet art martial omniprésent dans le pays, la boxe a été pour Dej un moyen de sortir de la pauvreté. Beaucoup ne continuent pas une fois adulte. Mais pour ceux qui percent, la gloire et la fortune sont souvent au rendez-vous. Aujourd'hui, le développement mondial du MMA attire de plus en plus de combattants de boxe thaïe. Cette évolution agace les puristes de la boxe thaïe, qui regardent d'un mauvais oeil ces combats dans une cage et craignent que cela finisse par éclipser leur sport. "De coeur, je reste un combattant de boxe thaïe, donc je suis très heureux de boxer ici", affirme Dej. Le MMA a peiné pour arriver jusqu'en Thaïlande En quelques décennies, le MMA est devenu une industrie qui draine des milliards de dollars et représente l'un des sports qui progressent le plus dans le monde, l'Asie ne faisant pas exception. Et ce, avec des rémunérations bien supérieures aux matchs de boxe thaïe, qui plafonnent entre 100 et 5.000 dollars pour une grande affiche. Entraînement de MMA © AFP Beaucoup de combattants sont au départ formés en boxe thaïe, une technique où l'on se sert des poings, des coudes, des genoux et où on donne des coups de pied. Mais jusqu'ici, le circuit international de MMA n'avait pas réussi à venir jusqu'en Thaïlande, notamment en raison de la levée de boucliers des ligues de boxe thaïe. La situation est en train de changer: le 27 mai, ONE Championship organise à Bangkok une nuit de combat dans une salle de 10.000 places, une première en Thaïlande. Pour Dej, qui a opté il y a seulement deux ans pour le MMA, c'est un retour aux sources. Devant un public acquis à sa cause, il va devoir défendre son titre contre le Japonais Yoshitaka Naito, ancien adepte du shooto, un sport de combat japonais. Ce dernier est pour l'instant invaincu après 10 combats. la suite de long article ici: http://sportmagazine.levif.be/sport/autres-sports/les-boxeurs-thailandais-attires-par-la-gloire-et-l-argent-du-mma/article-normal-502681.html
  25. On ne peut pas raconter tous les crimes passionnels, ce ne serait pas passionnant et il y en a trop mais ce qui étrange ici c'est qu'à chaque fois, la police pense que le garçon tue la fille puis se suicide. L'une étudiante, vivant à Din Daeng, Bangkok, avait rompu avec son petit ami ce que que dernier n'acceptait pas trop. Elle a été retrouvée percée de 15 coups de couteaux. Quand la police s'est présentée chez le garçon, il s'était pendu. http://www.thaivisa.com/forum/topic/918745-bangkok-uni-student-dead-in-stabbing-frenzy-suspected-knifeman-hangs-himself/ Au même moment mais à Korat, une femme a été retrouvée morte dans une chambre d'hôtel avec son amant, mort aussi. Arme à feu dans ce cas. Le mari de la femme a expliqué qu'elle lui avait raconté un bobard pour retrouver son amant. Il n'aurait pas été au courant de la relation bien que l'amant était un copain de beuverie du couple. D'après la police, les deux amants se seraient disputés, l'homme tue sa maitresse puis se suicide. La police ferait bien de s'intéresser à l'alibi du mari... http://www.thaivisa.com/forum/topic/918708-love-triangle-sees-two-shot-dead-at-korat-resort/