Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    16 130
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Tout ce qui a été posté par Le Modérateur

  1. BANGKOK (Reuters) - La Thaïlande a déclaré vendredi qu'elle accorderait aux étrangers un délai de grâce jusqu'en septembre pour demander une prolongation de visa (ou pour sortir du pays). Le pays assouplit les règlements au milieu de la pandémie, a déclaré un haut responsable. "La situation dans le pays et à l'étranger s'est améliorée", a déclaré à Reuters un officier du Bureau de l'immigration, Sompong Chingduong. "Nous ne proposons donc pas de prolonger les visas après le 31 juillet, mais autorisons les demandes de visa du 1er août au 26 septembre", a-t-il déclaré, ajoutant que le délai de grâce sera proposé au cabinet pour approbation. Après quoi, si une demande n'a pas été faite et que le visa a expiré, l'overstay sera considéré comme illégal. Jusqu'à présent, la Thaïlande a accordé aux étrangers des prolongations automatiques de visa à deux reprises pour éviter les longues files d'attente à l'immigration. Le pays a passé sept semaines sans transmission du virus localement. Il a signalé 3 239 infections et 58 décès. - - - - REUTERS Le blogueur Richard Barrow précise Aujourd'hui, des sources officielles ont fait allusion à ce qui pourrait se passer après l'expiration de l'amnistie du 31 juillet. Mais pour être clair, ce n'est PAS l'annonce officielle. Il faut attendre la réunion du cabinet mardi. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Natapanu Nopakun, a annoncé vendredi qu'une troisième prolongation automatique du visa serait proposée prochainement au Cabinet. L'article de Reuters est plus intéressant. Il dit: «nous autoriserons les demandes de visa du 1er août au 26 septembre». Cela suggère qu'au lieu d'une prolongation de l'amnistie, les gens pourront acheter de nouveaux visas sans quitter le pays. Thaivisa en français se demande ce qu'il adviendra des gens qui voudront quitter le pays entre le 1er août et le 26 septembre sans être passés par la case immigration. Donc, il est urgent d'attendre des précisions.
  2. La pandémie de COVID-19 accélère la transformation de l’industrie automobile thaïlandaise, l’épine dorsale du secteur automobile en Asie du Sud-Est. Le secteur automobile thaïlandais emploie quelque 900 000 personnes, mais la transition vers l’électrification des véhicules pourrait porter un coup dur aux centaines d’entreprises locales. Les équipementiers, en particulier, pourraient voir leurs effectifs fortement réduits, les véhicules électriques nécessitant bien moins de pièces que les thermiques. Au total, plus de 300 000 emplois seraient menacés. “Nous sommes tous inquiets … il s’agit d’une industrie en déclin”, a déclaré Kasem Tiankanon, directeur de Siam Filter Products. “Nous ne pourrons vraisemblablement pas rester dans le secteur automobile”, a ajouté M. Kasem. “Si vous ne vous adaptez pas, vous mourrez”. La crise causée par la pandémie de coronavirus entraînera une baisse de près de moitié de la production automobile en Thaïlande cette année, à 1,14 million d’unités, estime le cabinet d’études IHS Markit. Les fabricants de pièces, qui représentent environ 80 % des emplois de l’industrie automobile du pays, ont jusqu’ici licencié 20 000 personnes. Ce nombre pourrait atteindre 100 000 d’ici la fin de l’année. En mars, le gouvernement thaïlandais a indiqué que les véhicules électriques devraient représenter 30 % de la production locale à l’horizon 2030, soit 750 000 véhicules. Ces VE seront initialement destinés au marché intérieur afin de réduire la pollution. - - REUTERS
  3. Plus de 4200 personnes à Rayong et Bangkok, qui étaient considérées comme à risque d'infection à Covid-19 suite au cas du soldat égyptien et de la fille de l'ambassadeur du Soudan, ont été testées négatives, a déclaré le Département du contrôle des maladies (DDC). Le directeur du DDC, le Dr Suwannachai Wattanayingcharoen, a fait cette déclaration lors d'une brève conférence de presse après que les deux cas récents impliquant des étrangers ont semé la panique parmi les Thaïs à Rayong et Bangkok. Il a dit que le 14 juillet, 1 336 personnes testées dans des laboratoires mobiles à Rayong étaient toutes négatives, tandis que 267 tests dans un laboratoire mobile à Bangkok avaient également été négatifs. Le 15 juillet, 1 252 personnes de Rayong avaient été testées, dont 1 247 étaient négatives tandis que cinq échantillons étaient encore à l'étude. Le 16 juillet, 1 244 personnes Rayong ont été testées dans des laboratoires mobiles tandis que 97 ont subi un test de dépistage de virus à Bangkok. Les résultats sont attendus. Il a conseillé aux gens de continuer les mesures d'hygiène consistant à porter un masque, à se laver les mains, à éviter de partager des objets personnels avec d'autres et à maintenir une distance physique pour minimiser les risques d'infection. Les commerçants de Rayong et même certains à Pattaya se plaignent d’être boudés par les touristes locaux depuis le célèbre fiasco récent. Ce vendredi, on compte 3 nouveaux cas de rapatriés infectés dans les quarantaines d'état. L'ambassadrice d'Estonie, qui s'est vu refuser l'entrée du condo où elle avait loué un logement, a déménagé jeudi soir au Grand Centralpoint Bangkok Hotel, qui est l'un des hôtels de quarantaine d'État homologués, a déclaré l’administration en charge de covid vendredi. Le porte-parole de la CCSA, le Dr Taweesin Visanuyothin, a déclaré que le centre avait décidé vendredi que tous les ambassadeurs entrant en Thaïlande devraient être en quarantaine alternative payante à leur arrivée pendant 14 jours. https://forum.thaivisa.com/topic/1173325-no-covid-19-cases-after-thousands-of-tests-in-bangkok-rayong-ddc/ https://forum.thaivisa.com/topic/1173327-ambassadors-entering-thailand-will-be-quarantined-ccsa/
  4. La police examine le cas d'un Britannique retrouvé mort sur le sol de la salle de bain Répondant à un appel, la police s'est rendue jeudi 16 juillet dans une maison louée par un Britannique et son épouse thaïlandaise dans le quartier Khanom de Nakhon Si Thammarat pour trouver le locataire Louis E. V., 75 ans, mort sur le sol de la salle de bain. Le corps subira une autopsie. Suwat Worawetchit, le propriétaire de la maison, a déclaré que V. et sa partenaire thaïe louaient la maison depuis plusieurs années. Il y a deux semaines, a-t-il dit, le couple s'est disputé. La femme est sortie et n'a plus été vue depuis. Lorsque Suwat a remarqué que V. n'était pas sorti de sa maison le matin comme d'habitude, il a décidé de vérifier et a trouvé le Britannique mort sur le sol de la salle de bain. https://forum.thaivisa.com/topic/1173180-police-look-into-case-of-briton-found-dead-on-bathroom-floor/
  5. L'immigration thaïlandaise exhorte les étrangers à faire leur rapport des 90 jours par la poste ou en ligne pour réduire la congestion due à Covid-19 dans ses bureaux Naew Na, un média proche de la police, a indiqué que l'immigration thaïlandaise conseillait aux étrangers qui doivent déclarer leur adresse ou faire des rapports de 90 jours de le faire par la poste ou en ligne. Cela aidera à alléger la pression dans les bureaux d'immigration où il pourrait y avoir de la congestion et des problèmes à cause de la situation du coronavirus, sous entendu : des "touristes" bloqués qui doivent régulariser leur situation avant le 31 juillet vont se précipiter et encombrer dans les bureaux. Naew Na a profité de l'occasion pour citer les noms d'un grand nombre d'agents d'immigration dirigés par le Col Pol Phakkhrapong Sai-ubon, de Bangkok, qui se préoccupent du bien-être des expatriés en Thaïlande. Neaw Na a décrit les méthodes habituelles par lesquelles les expatriés vivant dans le pays peuvent accomplir leurs rapports. L'article de Neaw Na était accompagné d'une photo de personnes faisant le queue qui semblaient se trouver à l'extérieur du bureau temporaire des visas de Muang Thong Thani, Pak Kret, Nonthaburi qui vient d'être rouvert pour traiter les rapports aux 90 jours et les prolongations de visa touristique à court terme. Pendant ce temps à Chiang Mai, les autorités ont annoncé la réouverture du bureau d'immigration du centre commercial Promenada le 23 juillet. https://forum.thaivisa.com/topic/1173302-thai-immigration-urge-foreigners-to-do-90-dayaddress-reports-by-post-or-online-to-ease-covid-19-congestion/ Il semble illusoire de vouloir faire son rapport aux 90 jours en ligne car le site fonctionne rarement. Quant au système par la poste, il ne fonctionne pas correctement à Bangkok : soit, même en s'y prenant longtemps à l'avance, le récépissé arrive bien après la date butoir ce qui est anxiogène, soit le dossier se perd carrément. Pour l'instant, les témoignages indiquent que 1- le site ne fonctionne pas 2- le système par la poste fonctionne en province Partager vos expériences à [email protected]
  6. Le projet "tourisme médical" ira de l'avant, mais sous contrôle strict Taweesin Visanuyothin, porte-parole de l'administration en charge de covid (CCSA), a déclaré jeudi 16 juillet que les programmes de tourisme médical et de bien-être de la Thaïlande continueraient malgré la découverte de deux cas de Covid-19 cette semaine. Le ministère de la Santé publique devrait annoncer la liste des hôpitaux qui répondent à ses critères la semaine prochaine, et le premier groupe de touristes médicaux atterrira en Thaïlande dans les deux prochaines semaines. Le porte-parole a déclaré que ce programme serait géré selon des directives strictes, telles que 1- la garantie que les autres patients sont en sécurité et 2- les touristes médicaux ne sont pas autorisés à entrer dans les espaces publics. Les visiteurs, arrivant avec un visa spécial, bénéficieront de services de massage et de spa, de programmes de remise en forme, de repas sains et de produits à base de plantes. Selon une annonce du 3 juillet, plus de 1 700 touristes médicaux se sont inscrits au programme. Le premier lot proviendra de 17 pays, dont le Myanmar, le Laos, le Vietnam, la Chine, les Émirats arabes unis, Oman, le Koweït, le Qatar et l'Arabie saoudite. Donc le tourisme médical n'est pas accessible aux francophones actuellement. Ces touristes ne seront autorisés à voyager en Thaïlande qu'une fois leur quarantaine et traitement de 14 jours terminés. Les touristes médicaux dont le test est positif au Covid-19 seront traités pour le virus dans des zones spéciales préparées pour les étrangers dans des hôpitaux privés. Les touristes médicaux subiront trois tests Covid-19: avant de partir pour la Thaïlande, à l'arrivée et avant de rentrer chez eux. Seuls les touristes médicaux voyageant par avion seront autorisés à entrer en Thaïlande, et ils doivent tous avoir un certificat d'entrée délivré par une ambassade de Thaïlande. https://forum.thaivisa.com/topic/1173110-medical-tourism-package-will-go-ahead-but-under-strict-control/
  7. Le ministre thaïlandais des Finances annonce sa démission pendant la refonte de l'équipe économique du gouvernement Uttama Savanayana, chef du Parti Palang Pracharat, tient une conférence de presse après les élections générales à Bangkok, en Thaïlande, le 27 mars 2019. REUTERS / Soe Zeya Tun BANGKOK (Reuters) - Le ministre thaïlandais des Finances, Uttama Savanayana, a remis sa démission jeudi, ce qui ajoute de l'incertitude à l'élaboration des politiques économiques à un moment où l'économie la moins performante d'Asie du Sud-Est peine à se remettre de l'impact du COVID-19. Le départ d'Uttama, qui a confirmé sa démission lors d'un briefing ce matin, intervient alors que le gouvernement déploie des milliards d'euros pour des mesures de relance dans le but de soutenir une économie frappée par la pandémie en particulier dans les secteurs du tourisme et des exportations. Selon les médias, Predee Daochai, président de la Thai Bankers 'Association, devrait être choisi comme prochain ministre des Finances. Le journal financier Than Settakij a rapporté mercredi après-midi que Somkid et trois ministres avaient remis leur démission au Premier ministre Prayuth Chan-ocha. Uttama, un civil, était le chef du parti politique Palang Pracharat qui a permis au général Chan-o-cha de se maintenir au pouvoir après les élections de 2019. Uttama a perdu la tête du parti aux dépens du général Prawit, 74 ans, qui a placé ses hommes aux commandes. - - REUTERS - -
  8. Transfert de tout le personnel de lutte contre les maladies à l'aéroport d'U-tapao L'image de vidéosurveillance montre un groupe de la délégation égyptienne dans un centre commercial de la province de Rayong. Photo de la page Facebook Infectious1234 L'ensemble de l'unité de contrôle des maladies de l'aéroport d'U-tapao, y compris son chef, ont été transférés pour leur prétendu échec à contrôler correctement l'hôtel de Rayong où la mission militaire égyptienne séjournait la semaine dernière, ce qui a permis aux soldats de faire des achats sans entrave. Le Dr Suwanchai Wattanayingcharoenchai, du Département national de contrôle des maladies, a déclaré aujourd'hui que les enquêteurs ont contrôlé l'hôtel D Varee Diva Central Rayong et ont constaté qu'il n'était pas équipé de systèmes de contrôle d'accès ou de suivi des clients. Il a déclaré qu'il était nécessaire de transférer tous les fonctionnaires de l'unité de contrôle des maladies pendant l'enquête, en les remplaçant par du personnel de santé de la province de Chon Buri. Le Dr Suwanchai a déclaré que les mesures de sécurité dans tous les hôtels de Rayong, qui sont utilisés comme installations de quarantaine, seront renforcées, pour s'assurer que ceux qui sortent de la quarantaine sont correctement contrôlés. Prayut jure de rétablir la confiance à Rayong après le fiasco Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a promis mercredi 15 juillet à la population de Rayong que son gouvernement fera de son mieux pour rétablir la confiance dans la sécurité sanitaire de la province. Le Premier ministre, accompagné du ministre de la Santé publique Anutin Charnvirakul et du ministre adjoint de la Santé Satit Pitutecha, s'est rendu dans la province pour remonter le moral des gens après qu'un soldat égyptien infecté par Covid-19 a été autorisé à se déplacer librement à Rayong. Les pilotes et équipages qui entrent en Thaïlande, même en mission, doivent avoir des horaires de départ clairs et doivent être contrôlés à l'arrivée puis mis en quarantaine dans un lieu enregistré. Ils doivent également utiliser une application qui peut suivre leur localisation et leurs symptômes. Les étrangers arrivant pour de courts voyages en Thaïlande dans le cadre "d'arrangements de voyage spéciaux" devront rester dans un logement enregistré et ne seront pas autorisés à sortir jusqu'à ce qu'ils soient confirmés indemnes d'infection par Covid-19. Ils seront également étroitement surveillés par le personnel médical et devront voyager dans des véhicules pré-réservés sur les itinéraires prévus. Il leur sera également interdit de visiter les lieux publics. Le Premier ministre a également visité l'hôtel D Varee Diva Central Rayong, où le soldat infecté était resté avec 30 autres membres de l'armée égyptienne entre le 8 et le 11 juillet. L'hôtel a dû fermer ses portes pendant au moins 14 jours à partir du 14 juillet et doit désinfecter ses locaux. Prayut a également visité le centre commercial Passione où le soldat infecté était allé le 10 juillet. Le directeur du centre commercial a cependant déclaré au PM que le soldat n'avait rien touché ni enlevé son masque. Un groupe de personnes, prétendant représenter des entrepreneurs et des citoyens la province de Rayong, a demandé au gouvernement de révoquer le privilège d'exemption de quarantaine. La demande était contenue dans une lettre adressée au Premier ministre Prayut Chan-o-cha. Mme Tatya Juangsantod, une dirigeante du groupe, a déclaré aux médias que les habitants de Rayong sont désormais considérés comme étant à risque, malgré le fait qu'ils ont pleinement coopéré dans la lutte contre COVID-19 et que la province est indemne de nouvelles infections depuis plus de 100 jours. «Nous avons été très patients, même si nous sommes sans revenus depuis près de 5 mois. Mais, le gouvernement a autorisé des personnes à entrer en Thaïlande sans être mises en quarantaine. C'est inacceptable. Nous voulons savoir pourquoi ils ont ce privilège », a déclaré Mme Tatya, exigeant que quelqu'un soit tenu responsable. Hier les internautes se sont déchaînés contre l'armée, le gouvernement et leurs privilèges. Devant l'agressivité des messages, au départ motivés par les deux cas isolés de Rayong et de Bangkok, on peut se demander si ces messages n'expriment pas une rancœur plus ancienne. https://forum.thaivisa.com/topic/1172939-all-disease-control-personnel-at-u-tapao-airport-transferred/ https://forum.thaivisa.com/topic/1173014-prayut-vows-to-rebuild-confidence-in-rayong-after-egyptian-soldier-fiasco/
  9. Selon Airports of Thailand (AOT), l'expansion de la deuxième phase de l'aéroport de Suvarnabhumi est terminée à 88% après la livraison de sa première navette automatisé (APM) cette semaine. Le premier APM de Siemens sera d'abord testé. A terme, il transportera des passagers entre le terminal existant et le nouveau terminal satellite 1 (SAT-1) en construction. Siemens fournira un total de six navettes APM au cours de cette année. Chaque APM aura deux voitures pouvant accueillir 210 passagers par voyage ou 6 000 par heure. L'APM fonctionnera sous terre jusqu'à 80 km / h, couvrant la distance d'un kilomètre qui sépare les deux terminaux en moins de deux minutes. Avec la structure du nouveau terminal maintenant en place, les travaux ont commencé sur l'architecture, les intérieurs, le paysage et l'installation de systèmes de manutention des bagages, les sanitaires et le système d'information, a déclaré AOT. Cependant, l'impact de Covid-19 a modifié la date de l'inauguration de SAT-1 qui a été reportée de fin 2020 à avril 2022. AOT prévoit également que les vols et le nombre de passagers à l'aéroport de Suvarnabhumi reviendront aux niveaux de 2019 d'ici octobre 2022, lorsque le nouveau terminal sera opérationnel. https://forum.thaivisa.com/topic/1172937-new-suvarnabhumi-terminal-gets-first-unmanned-train/
  10. Dix-huit cliniques communautaires de Bangkok qui ont détourné de l'argent du budget de la couverture de santé universelle seront punies, a annoncé aujourd'hui le National Health Security Office (NHSO). L'annonce intervient après qu'une enquête sur 86 établissements de santé a révélé des irrégularités dans les traitements des titulaires de soins de santé universels (carte d'or). Il a été constaté que 63 des cliniques avaient signalé des traitements imaginaires pour toucher des remboursements de soins fictifs, tandis que les responsables de 18 cliniques sont accusés de détournement de fonds. Les 18 cliniques ont vu leur budget suspendu et ont été condamnées à verser une indemnité d'un montant total de 74 millions de bahts. Le bureau a reçu 60 millions de Bt d'indemnisation depuis le 30 juin, tandis que le Conseil médical enquête sur de possibles irrégularités dans les cliniques. Le NHSO a demandé au Département des enquêtes spéciales (DSI) d'engager des procédures judiciaires. Les 63 cliniques accusées d'avoir signalé des traitements fictifs ont été condamnées à verser 2,4 millions de Bt (chacune ?) d'indemnisation mais 11 d'entre elles font appel. Le secrétaire général du NHSO, Sakchai Kanjanawatana, a déclaré que les enquêteurs ont trouvé peu de preuves pour étayer les déclarations des cliniques qui affirment avoir traité un nombre extravagant de patients. Le comité de santé de Bangkok demande ce 16 juillet une compensation et inspectera les 63 cliniques du 30 juillet au 11 août. Le secrétaire général du NHSO, Karoon Kuntiranont, a déclaré que le nombre d'irrégularités trouvées dans les 63 cliniques indiquait qu'elles pouvaient être intentionnelles, et si le comité trouvait des preuves de corruption, cela aurait de graves conséquences (non précisées). Les inspections seront étendues aux 193 cliniques communautaires restantes à Bangkok et dans ses environs pour éviter toute nouvelle corruption, a-t-il ajouté. Le budget du gouvernement destiné au traitement de 52 pathologies (pour les nécessiteux) sera suspendu jusqu'à ce que toutes les comptabilités des cliniques de Bangkok soient inspectés, a-t-il déclaré. https://forum.thaivisa.com/topic/1173012-hundreds-of-bangkok-community-clinics-probed-for-embezzlement/
  11. PHUKET: Le ministre du Tourisme, Phiphat Ratchakitprakarn, a confirmé que Phuket devait être l'une des destinations pilotes proposées au Cabinet pour devenir «bulle de voyage». Les touristes autorisés dans une bulle de voyage seront exemptés des quarantaines de 14 jours, mais seront limités à la visite de zones spécifiques, a déclaré M. Phiphat le 14 juillet, à l'agence gouvernementale de presse. Les trois zones pilotes qui seront proposées au Cabinet seront toutes les provinces du sud de la Thaïlande: Phuket; Krabi, en particulier l'île de Phi Phi; et Surat Thani, en particulier les îles de Koh Samui et Koh Pha-ngan. Afin de pouvoir bénéficier d'une «Travel Bubble», les touristes étrangers doivent être testés pour le COVID-19 avant de venir en Thaïlande et à nouveau lors de leur arrivée dans les aéroports, a déclaré M. Phiphat. Les touristes étrangers souhaitant rester plus de 14 jours seront autorisés à visiter d'autres régions du pays après avoir séjourné dans leur zone de destination initiale pendant 14 jours sans montrer de signes d'infection, a-t-il ajouté. M. Phiphat a également noté que la campagne pour le tourisme national, «Nous voyageons ensemble» dans le cadre de l'initiative gouvernementale «Tiew Pan Suk» (Voyager partage le bonheur), devrait «prendre environ la moitié du budget de 18 milliards de thb donné par le Cabinet. " «Nous proposerons que la phase 2 de ce projet utilise le reste du budget», a-t-il ajouté. "L'objectif de l'industrie du tourisme pour cette année est de générer environ 6-7% du PIB, soit environ 1230 milliards de bahts", a déclaré M. Phiphat. "Nous prévoyons de générer 700 milliards de bahts du tourisme intérieur au cours du dernier trimestre de cette année, et 596 milliards de baht supplémentaires de touristes étrangers", a-t-il ajouté. "Cependant, les décisions (oui / non, quand) concernant de telles bulles de voyage échappe à mon autorité", a noté M. Phiphat. "Cela dépend si le Premier ministre et le ministre de l'Intérieur choisissent la sécurité des personnes ou la reprise économique", a-t-il dit. La réponse semble être dans la question. https://forum.thaivisa.com/topic/1173019-tourism-minister-confirms-phuket-phi-phi-samui-to-be-proposed-for-‘travel-bubbles’/ Phiphat
  12. Les Français de l’étranger attendent d’être mieux défendus sur le “nouveau chemin” du quinquennat Paris, le mercredi 15 juillet 2020 Anne GENETET, députée LREM de la 11e circonscription des Français établis hors de France, s’inquiète du traitement réservé aux Français de l’étranger dans les politiques de gestion des conséquences socio-économiques de la crise sanitaire et demande au nouveau Gouvernement de mieux incarner et défendre leurs intérêts sur le “nouveau chemin” du quinquennat. La députée rappelle que les Français de l’étranger vivent depuis mars 2020 des situations familiales et professionnelles tout particulièrement difficiles, parfois dramatiques, du fait des conséquences socio-économiques de la crise sanitaire et des entraves soudaines - mais durables - à leur mobilité. Dans certains pays, la perte de l’emploi et du titre de séjour afférent ne leur laisse d’autre choix qu'un retour en France en catastrophe. Si le 3e projet de loi de finances rectificative pour 2020 (PLFR n°3) prévoit bien un dispositif de soutien aux Français de l’étranger, Anne GENETET regrette : que le plan de soutien ne soit pas déployé et évalué au plus près du terrain et des réalités concrètes de la vie quotidienne des Français à l’étranger - par exemple, certaines écoles, comme dans la capitale birmane de Rangoon, ne reçoivent toujours pas l’aide promise et attendue ; que toujours rien ne soit prévu pour les acteurs économiques et les entrepreneurs français à l’étranger ; que plusieurs amendements au collectif budgétaire aient fait l’objet de “tirs de barrage” visant à ralentir voire empêcher les parlementaires d’améliorer la situation de certains Français de l’étranger en grave difficulté et même d’exercer leur fonction, pourtant traditionnelle, de contrôle de l’action du Gouvernement via la demande d’un rapport d’information et d’évaluation ; que “l’amendement Proparco” (la filiale de l’Agence française de développement qui participe au financement et à l’accompagnement d’entreprises à l’étranger), porté par le Gouvernement sur le PLFR n°3 et adopté par l’Assemblée nationale, n’ait renforcé la capacité de l’État à mobiliser des ressources publiques au bénéfice des entrepreneurs que dans la seule Afrique, alors que 7 des 8 représentants spéciaux du Ministre pour la diplomatie économique se trouvent en Asie. La députée déplore enfin vivement le manque de proactivité du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères dans le recueil et le suivi chiffrés des besoins des Français de l’étranger : Combien de compatriotes sont en difficulté par pays ? Combien de bourses scolaires d’urgence ont été octroyées par pays et par établissement ? Quels montants budgétaires ont déjà été engagés par la Proparco pour aider les entreprises à l’étranger ? Anne GENETET demande donc au Gouvernement de ne pas laisser les Français de l’étranger sur le bord du “nouveau chemin” du quinquennat en incarnant et en défendant mieux leurs intérêts. Au-delà de la nomination d’un Secrétaire d’État dédié, qui aurait aussi le mérite d’incarner symboliquement les Français de l’étranger dans l’architecture gouvernementale, elle demande au nouveau Ministre délégué en charge du commerce extérieur et de l’attractivité, Franck RIESTER, qu’elle assure par ailleurs de son plein appui parlementaire, de prévoir sans délai un plan de soutien complémentaire en faveur des entrepreneurs français à l’étranger, avec notamment la création d’un fonds de soutien au commerce extérieur doté de 10 M€ de crédits budgétaires. La députée tient à le souligner : “C’est précisément parce qu’ils sont parfois loin des yeux des pouvoirs publics que les Français de l’étranger ne doivent pas être loin du cœur du Gouvernement !”.
  13. Les normes de sécurité qui seront en vigueur au Salon serviront peut-être à établir des normes pour la tenue de futurs événements Par Daniel Rufiange Depuis l’annulation du Salon de l’automobile de Genève en février dernier (l’événement devait se tenir au début du mois de mars), les rassemblements automobiles sont tombés comme des mouches un peu partout à travers la planète en raison de l’épidémie de coronavirus. Pourtant, cette semaine, la capitale thaïlandaise, Bangkok, vient d’ouvrir son salon automobile qui avait été reporté deux fois en raison de la COVID-19. Comment est-ce que cela est possible ? C’est simple. La Thaïlande est un des endroits sur terre où la lutte contre le virus a été des plus efficaces, si bien qu’avec l’ouverture du salon, les organisateurs ont déclaré qu’il mettait à l’avant-scène le succès du pays dans la lutte contre le coronavirus. Concrètement, la Thaïlande n’a pas eu de cas de COVID-19 transmis localement depuis environ sept semaines et a assoupli les restrictions imposées pour lutter contre l’épidémie, cherchant à relancer son économie. « C’est plus que le salon de l’automobile, mais c’est aussi la réputation de la Thaïlande, car les autres organisateurs de l’événement seront à l’affût », a déclaré Prachin Eamlumnow, directeur général de l’événement qui prend le nom de Grand Prix International. La Thaïlande est le premier pays à accueillir un salon de l’automobile de cette ampleur depuis le début de la pandémie, a-t-il déclaré aux journalistes. Ce pays d’Asie du Sud-Est est un important centre régional de production automobile. Ses précédents salons ont enregistré plus d’un million de visiteurs. Les organisateurs se sont engagés à limiter les foules cette année et à contrôler l’entrée. Au total, 25 marques de voitures, dont Ford et Subaru, ainsi que 22 fabricants de motos, exposent leurs produits. Voici Shopicar ! Tous les modèles de l’année et toutes les promotions en cours. Photo : Reuters À l'intérieur du Salon de l'automobile de Bangkok Les stands de chaque compagnie ont des points d’entrée et de sortie et les visiteurs doivent scanner un code QR, une sorte de code-barres, avec leur téléphone portable lorsqu’ils entrent et sortent, contrairement aux salons précédents où ils pouvaient circuler librement. Le personnel des kiosques porte également des masques ou des écrans faciaux pendant le salon qui se déroulera du 15 au 26 juillet. « Le gouvernement nous a permis de le tenir, mais nous devons encore être très prudents », a déclaré Prachin Eamlumnow. Ce qui est intéressant, c’est de voir de quelle façon le tout va se dérouler. On assiste peut-être à une répétition de ce qui pourra se faire pour d’autres événements tant et aussi longtemps que le virus est une menace. https://www.auto123.com/fr/actualites/salon-automobile-bangkok-thailande-coronavirus/67210/
  14. Le gouvernement thaïlandais a annoncé le 14 juillet autoriser les étrangers (surtout les migrants des pays voisins) à déposer leur demande de prolongation du permis de travail sur internet. Hanoi (VNA) – Le gouvernement thaïlandais a annoncé le 14 juillet autoriser les étrangers à déposer leur demande de prolongation du permis de travail sur internet, en vue d’endiguer la propagation de l’épidémie de Covid-19. La Thaïlande réforme la délivrance du permis de travail pour les étrangers. Photo: toutelathailande.fr Selon une annonce du ministère thaïlandais du Travail, depuis le 13 juillet, les travailleurs venus du Myanmar, du Cambodge et du Laos dont leur leur permis de travail a été expiré depuis le 31 mars dernier peuvent les renouveler sur internet. Le ministère thaïlandais du Travail annoncera la date et l’heure leur permettant d’y venir recevoir leur carte de séjour, pour éviter le rassemblement des personnes. Pour les dossiers de demande de visas, les travailleurs étrangers doivent toujours présenter leur certificat médical délivré par les hôpitaux thaïlandais. La Thaïlande est à 50 jours sans transmission locale confirmée du nouveau coronavirus. Les conséquences des mesures sanitaires sur l’économie semblent faire beaucoup plus de dégâts que le Covid-19 lui-même qui a infecté 3.227 personnes et causé 58 décès en 6 mois dans le royaume. Bangkok a inauguré le 14 juillet son 41e salon de l’automobile, événement annuel qui avait été reporté deux fois en raison de l’épidémie de Covid-19, comme d’autres événements du genre un peu partout dans le monde. La Thaïlande est le premier pays dans le monde à accueillir un salon de l'automobile de cette ampleur depuis l’épidémie de Covid-19. Les organisateurs se sont engagés à limiter le flot de visiteurs et à effectuer des contrôles à l'entrée du salon qui finira le 26 juillet. Aux Philippines, le ministre philippin des Travaux publics et des Autoroutes, Mark Villar est devenu le 3e haut officiel du gouvernement de ce pays à atteindre le Covid-19. Les Philippines sont l’un des pays en Asie du Sud-Est touchés fortement par le Covid-19, avec plus de 57.545 cas et 1.603 décès. Les chercheurs prévoient que le nombre total de cas pourrait dépasser 80.000 d'ici la fin de juillet. A Singapour, des experts ont averti la 2e prochaine vague de Covid-19 avec la reprise des activités économiques dans ce pays. Jusqu’au 14 juillet, Singapour a signalé 46.630 cas de Covid-19. -VNA https://fr.vietnamplus.vn/covid19-la-thailande-reforme-la-delivrance-du-permis-de-travail-pour-les-etrangers/142003.vnp
  15. Un garde-forestier a été abattu alors qu'il rentrait après avoir inspecté une exploitation forestière illégale dans le parc, a déclaré Somchai Wichiankanlayarat, chef du parc national Klong Wang Chao, province de Tak, mardi 14 juillet au matin. "Les gardes forestiers avaient trouvé des billes de bois et du matériel d'abattage mais aucun délinquant n'était présent. Les fonctionnaires ont donc confisqué les preuves et ont fait demi tour pour rentrer au bureau du parc national", a-t-il expliqué. «Ils ont rapporté qu’ils avaient entendu un coup de feu tiré derrière eux et ont vu le garde forestier Krissada Kabbua tomber, après avoir été touché à l’arrière de la tête par des balles qui avaient traversé le pare-brise arrière du camion. Ils ont essayé de l'emmener à l'hôpital, mais Krisada a succombé à ses blessures. » Plus tard, vers 19 heures, la police de Wang Chao a arrêté Suchat Saejow, 48 ans, un résident de la province de Tak, quand il a croisé les fonctionnaires qui recherchaient le suspect dans la zone. La police aurait trouvé un fusil de chasse dans sa voiture. Suchat aurait avoué que le matériel d'exploitation forestière qui avait été confisqué auparavant lui appartenait et qu'il avait tiré sur le camion des gardes du parc pour se venger. Il a été accusé d'abattage illégal (d’arbres) et de meurtre. «Le parc national a exprimé ses condoléances à la famille de Krissada décédé dans l'exercice de ses fonctions et accordera des indemnités pour frais funéraires ainsi que d'autres prestations requises par la loi», a déclaré Somchai. https://forum.thaivisa.com/topic/1172860-man-arrested-for-allegedly-killing-tak-national-park-ranger/
  16. BANGKOK - Plusieurs ambassades à Bangkok ont déclaré mardi qu'elles n'émettront plus de lettres pour prolongation de visa à leurs citoyens lorsque l'amnistie liée à coronavirus expirera le 31 juillet. Dans une annonce publiée la semaine dernière par l'ambassade des États-Unis à Bangkok, les touristes américains ont appris qu'ils n'auront pas droit à La lettre obligatoire pour les étrangers qui souhaitent prolonger leur séjour de 30 jours supplémentaires. "Les citoyens ont entre aujourd'hui et le 31 juillet 2020 pour retourner aux États-Unis ou dans leur pays de résidence permanente, ou pour obtenir le type de visa approprié pour un séjour de longue durée en Thaïlande », a indiqué l'ambassade. «L'ambassade des États-Unis n'est pas en mesure de donner des conseils sur les questions de visas individuels. Veuillez vous adresser directement à l'immigration. » Le porte-parole de l'immigration, Phakkhaphong Saiubon, a déclaré mardi qu'une prolongation de l'amnistie était «peu probable». Il a également recommandé aux étrangers dont les ambassades refusent de délivrer les documents requis de quitter le pays avant le 31 juillet pour éviter d'être condamnés à une amende ou d'être arrêtés. "La Thaïlande a montré suffisamment de clémence pour les étrangers", a déclaré le colonel Phakkhaphong. «Cela fait déjà près de quatre mois. Si vous avez une lettre, vous êtes prêt à rester, mais si vous ne pouvez pas en obtenir une, nous ne pouvons pas faire grand-chose. " L'ambassade britannique à Bangkok a déclaré sur son site Internet que les demandes de prolongation de visa ne seraient pas possibles. L'ambassade allemande a fait de même. On imagine mal les autres ambassades occidentales, comme celles des pays francophones, délivrer le document car, d'une part, la démarche ne se justifie pas (il y a des avions qui décollent vers l'occident) et ce service désorganise complètement les consulats. "La Thaïlande n'a rien à voir avec cela", a déclaré Phakkhaphong. «Si une ambassade étrangère refuse de fournir le service à ses citoyens, personne d'autre ne le peut. Nous avons fait de notre mieux pour aider les étrangers. » L'amnistie, approuvée par le gouvernement en avril, a permis aux étrangers dont le visa expire entre le 26 mars et le 31 juillet de rester dans le pays sans avoir à demander une prolongation dans les bureaux d'immigration. La mesure a été introduite après qu'un grand nombre de touristes et voyageurs étrangers se sont retrouvés bloqués en Thaïlande au milieu de la pandémie mondiale de coronavirus. Les amendes pour overstay et les exigences de rapport de 90 jours reprendront après le 31 juillet si le gouvernement décide de ne pas la prolonger.
  17. Le cabinet a décidé de supprimer les frais de péage sur deux autoroutes à partir de 0 h 00 le 24 juillet jusqu'à 23 h 59 le 29 juillet, a déclaré mardi 14 juillet le porte-parole du gouvernement Narumon Pinyosinwat. Les frais de péage ne seront pas perçus sur l'autoroute n ° 7 qui relie Bangkok à Chonburi et l'autoroute n ° 9 qui relie Bang Pa-in à Bang Phli et Phra Pradaeng. Le Cabinet a décidé que le 27 juillet serait un jour férié en remplacement de Songkran, qui a ajouté à l'anniversaire de Sa Majesté le 28 juillet permet un week-end de quatre jours. https://forum.thaivisa.com/topic/1172793-two-motorways-to-be-free-for-six-days-from-july-24/
  18. Un jeune élève de l’école Chumchonbanmai de Lampang a succombé à ses blessures lundi 13 juillet après avoir été électrocuté par une boîte de connexion Internet haute tension qui avait été installée sur le campus par les autorités gouvernementales. Bien que les policiers soient arrivés dès qu'ils ont été informés de l'accident, ils n'ont pas pu sauver le garçon de huit ans. Son corps a été envoyé à l'hôpital de Lampang pour autopsie et les médecins ont confirmé qu'il était mort d'électrocution. Les parents du garçon exigent que l'école prenne la responsabilité du drame et enquête sur la véritable raison de la mort de leur fils. https://forum.thaivisa.com/topic/1172763-eight-year-old-boy-electrocuted-to-death-in-school/
  19. Un officier de l'armée a été tué dans l'explosion d'une bombe dans la province de Pattani le 14 juillet. Le chef de la force spéciale, le major général Piyapong Wongchan a ordonné le blocage des routes à proximité pour éviter un autre drame. Une équipe de démineurs, qui a été dépêchée pour sécuriser la zone après l'explosion, a trouvé le corps de l'officier Mujarintee Srikaew, atteint par de nombreux éclats d'obus, à deux mètres de l'explosion. Une enquête a révélé que six soldats patrouillaient dans la région pour permettre aux instituteurs de circuler en toute sécurité lorsqu'un groupe d'insurgés a déclenché un détonateur. La bombe de cinq kilos qui était cachée dans le sol a explosé, tuant instantanément l'officier. Le chef de la police de Pattani, le major-général Jirawat Payuntham, a déclaré que les soldats viennent normalement tous les jours pour sécuriser la zone. Les insurgés auraient pu observer leurs mouvements avant de cacher la bombe sous la route et de la faire exploser plus tard. https://forum.thaivisa.com/topic/1172746-army-officer-killed-in-pattani-blast/
  20. Mardi 14 juillet, les médias sociaux thaïlandais étaient remplis de messages critiquant l'administration en charge de Covid (CCSA), l'armée et le gouvernement pour avoir autorisé des infectés par Covid-19 à entrer dans le pays simplement parce qu'ils sont privilégiés. Plus de 30 membres de l'armée de l'air égyptienne ont été autorisés à entrer en Thaïlande le 8 juillet pour trois nuits, et l'un d'eux s'est révélé positif lundi. L'incident a déclenché la colère alors que l'homme infecté a été autorisé à quitter son hôtel et à visiter les lieux publics de la province de Rayong car la loi commune ne s'applique pas aux militaires. La Royal Thai Air Force aurait autorisé le personnel de la Force aérienne égyptienne à entrer en Thaïlande en raison des liens militaires entre les deux pays. Les internautes ont également critiqué les autorités pour avoir autorisé les familles des diplomates à s'isoler dans les ambassades ou en ville au lieu d'insister pour qu'elles soient mises en quarantaine dans des installations gérées par l'État. Plusieurs personnes ont également attaqué les autorités pour leur insouciance et la priorité accordée au plaisir des privilégiés avant la sécurité des citoyens thaïlandais. Phumtham Wechayachai, de l'opposition, a déclaré que les déclarations déroutantes des organisations étatiques au cours des derniers jours ne font que prouver leur manque de professionnalisme. Il a également déclaré que le gouvernement ne devrait pas utiliser cet incident pour susciter la peur et prolonger l'état d'urgence. Par ailleurs, le député du parti Palang Pracharath au pouvoir, Sira Jenjaka, a déclaré que les efforts des autorités sanitaires et du peuple ne devaient pas être vains. "Si les mesures gouvernementales ne sont pas suffisamment efficaces, il faut se remettre au travail.", a-t-il déclaré. Les hôtels et autres entreprises de la province de Rayong souffrent des retombées du fiasco. Pradchaya Samalapa, président de la Chambre de commerce de la région Est, a déclaré que l'incident avait fait des ravages dans les entreprises locales. "Les hôtels et les centres de villégiature ont été durement touchés car les voyageurs ont annulé leurs réservations après l'annonce de la nouvelle", a-t-il déclaré mardi 14 juillet. Le gouvernement thaïlandais a resserré la réglementation concernant l'entrée d'étrangers mardi, après que deux nouveaux cas de coronavirus importés susceptibles d'être en contact avec le public ont soulevé des inquiétudes concernant une deuxième vague d'infections comme si les responsables de la situation étaient les étranges et non les autorités thaïlandaises. La Thaïlande a passé 50 jours sans transmission locale confirmée du coronavirus, mais deux cas d'étrangers cette semaine ont conduit à l'auto-isolement de plus de 400 Thaïlandais et à la crainte d'une nouvelle contagion. Les personnes isolées ont peut-être été exposées à un aviateur égyptien de 43 ans à Rayong et à une fille de 9 ans ou un membre de sa famille, celle d'un diplomate soudanais à Bangkok. Les deux personnes étaient exemptés de la quarantaine obligatoire de 14 jours supervisée par l'État requise pour les rapatriés car faisant partie des privilégiés tels que définis par l’armée et le gouvernement. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a présenté ses excuses pour le cas d'un soldat égyptien en visite qui a été autorisé à parcourir la ville de Rayong avant d'être identifié comme infecté par le virus Covid-19. Il a ajouté qu'en tant que chef de l'administration en charge de Covid, il regrettait cet incident et en assumait l'entière responsabilité. Les autorités sanitaires ont apporté un laboratoire mobile COVID-19 pour tester les personnes devant un centre commercial où le soldat égyptien s'est rendu, à Rayong. M. Sathit Pitutecha, vice-ministre de la santé publique, s'est rendu dans la province de Rayong pour assister à une réunion et obtenir une mise à jour. Jusqu'à 274 écoles à Rayong ont dû fermer parce que leurs enseignants se sont rendus dans des lieux où ils risquaient de contracter Covid-19 et le ministère de l'Éducation a déclaré qu'il allait reprendre les cours en ligne. Les 274 établissements qui doivent fermer comprennent 11 écoles professionnelles, 223 écoles publiques, 32 écoles privées et huit instituts éducatifs informels. De son côté, l'école Samsenwittayalai de Bangkok fermera ses portes mercredi parce qu'un de ses étudiants a visité l'hôtel à Rayong où le soldat égyptien qui a été testé positif pour Covid-19 a séjourné. L'étudiant, quant à lui, doit se mettre en quarantaine à la maison pendant 14 jours. https://forum.thaivisa.com/topic/1172853-rayong-businesses-hit-hard-by-egyptian-covid-scare/ https://forum.thaivisa.com/topic/1172769-thailand-changes-entry-rules-after-new-covid-19-cases-spark-second-wave-fear/ https://forum.thaivisa.com/topic/1172825-deputy-minister-of-public-health-visits-rayong/ https://forum.thaivisa.com/topic/1172761-govt-condemned-for-putting-people’s-lives-at-risk-for-comfort-of-‘privileged’-foreigners/ https://forum.thaivisa.com/topic/1172826-most-schools-in-rayong-close-as-teachers-went-to-places-egyptian-soldier-did/
  21. Le Dr Taweesin, porte parole de l'administration en charge de Covid a expliqué ce mardi que 31 officiers militaires égyptiens ont été exemptés de quarantaine et ont logé dans un hôtel à Rayong du 8 au 11 juillet et où l'un d'eux a été testé positif. L'ambassade d’Égypte en Thaïlande avait soumis une demande d'entrée au MAE thaïlandais. Le MAE a ensuite consulté l'armée qui a donné son accord. Selon les règles actuelles, les groupes militaires sont exemptés de quarantaine d'État et de tests COVID19. On ne sait pas pourquoi. L'hôtel D Varee Diva à Rayong, où 31 officiers militaires égyptiens ont logé ferme ses portes pendant deux semaines et met son personnel en isolement. Tous les clients qui ont réservé pendant cette période seront remboursés. Le premier ministre, général Chan-o-cha qualifie «d'inutile» l'incident sanitaire à Rayong impliquant un officier militaire égyptien infecté et présente ses excuses au peuple thaïlandais. Il note que le pays en général "baisse la garde" dans la lutte contre la pandémie # COVID19. Prayut insiste sur le fait que la réglementation actuelle pour les étrangers qui reviennent en Thaïlande est en cours de révision. Il ne veut pas parler d'une "interdiction" totale. "Cela dépend de beaucoup de gens", dit-il. Le Dr Tassawin affirme que dorénavant les diplomates devront passer en quarantaine d'État ou en quarantaine d'État alternative (quarantaine en hôtel de luxe payée par le diplomate) pendant 14 jours. Il ajoute que toutes les arrivées prévues de l'armée de l'air égyptienne sont suspendues (8 prévues au total, 17-20 et 25-29 juillet). Toutes les entrées autorisées par exemptions spéciales (passe-droits), les diplomates et autres visites à court terme spécialement organisées (par exemple les hommes d'affaires) sont également suspendues pour le moment car les protocoles d'entrée sont en cours de révision. Le Dr Taweesin s'excuse auprès des habitants de Rayong. "Nous ne sommes pas contents et nous devrons nous améliorer." Le Cabinet vient de décider que le gouverneur de Rayong sera transféré à Nakhon Pathom le 1er octobre, à la suite de la panique due à COVID19 car un officier égyptien est allé dans un centre commercial. Selon l'administration en charge de Covid, le gouverneur n'était pas directement impliqué dans l'incident. En effet, les décisions ont été prises par le ministère de la santé, le MAE et l'armée. L'armée pointe du doigt le ministère de la santé en oubliant que ce sont le MAE et l’armée qui ont autorisé les militaires égyptiens à faire escale en Thaïlande alors qu'il avaient une réunion en Chine. Près de 400 personnes qui se trouvaient dans le centre commercial en même temps que l’Égyptien infecté doivent se mettre en auto quarantaine. Tous les vols en provenance d'Égypte seront interdits d'atterrissage en Thaïlande, car une mission militaire égyptienne a défié les règlements thaïlandais en ne se confinant pas à l'hôtel. Plusieurs écoles ont été fermées aujourd'hui, par mesure de précaution, car les responsables de la santé tentent de retrouver des personnes qui auraient pu être en contact étroit avec les Égyptiens. Le général Nataphol Narkpanich, en sa qualité de chef adjoint du comité de déconfinement, a déclaré aujourd'hui (mardi) que son comité proposera au gouvernement de bloquer l'atterrissage de tous les vols en provenance d'Égypte pour le moment. En outre, le comité proposera un réexamen des privilèges accordés aux diplomates étrangers, aux missions militaires et à leurs familles, qui les exonèrent de la quarantaine obligatoire de 14 jours imposée à tous les autres arrivants étrangers. Le général Nataphol a déclaré que le cas de la mission militaire égyptienne n'était pas une erreur du système, car tous les fonctionnaires thaïlandais avaient correctement rempli leurs fonctions. Le problème est plutôt survenu parce que les soldats égyptiens ont enfreint les règles. En fait, si tous les fonctionnaires font bien leur travail et que l'erreur survient quand même, il s'agit bien d'un problème systémique. En plus de s'aventurer à faire du shopping pendant leur bref séjour à Rayong, la délégation aurait également refusé d'être testée pour COVID-19 par les autorités sanitaires thaïlandaises et il aurait fallu demander à l'ambassade d'Egypte d'intervenir pour les convaincre de coopérer. La chef du Parti Pheu Thai, Khunying Sudarat Keyuraphan, a accusé le gouvernement de négligence en permettant à une mission militaire égyptienne d'entrer et de rester en Thaïlande sans être surveillée ou mise en quarantaine. Dans son message Facebook aujourd'hui, Khunying Sudarat a déclaré que le fiasco de Rayong était la dernière d'une série de bévues commises par des agences gouvernementales, qui ont contribué à la propagation de la contagion et à de graves dommages à l'économie. Elle rappelle le match de boxe organisé par l'armée, le 6 mars au stade de Lumpini, qui était clairement en violation de la résolution du Cabinet interdisant toutes activités rassemblant une foule dans un espace clos. L'incident du stade de boxe, a-t-elle dit, a provoqué de nombreuses infections "et, jusqu'à présent, aucune personne n'a été tenue pour responsable ou punie". Apirat, Le chef d'état major a promis des sanctions mais Sudarat affirme que cela n'a débouché sur rien. En conclusion, le docteur Tessawin garantit que si aucun cas n'est découvert à Rayong d'ici 14 jours, l'incident sera clos. Même chose avec la petite soudanaise infectée qui habite Condo One X Sukhumvit 26. https://forum.thaivisa.com/topic/1172730-all-flights-from-egypt-to-be-barred-from-landing-in-thailand/ https://forum.thaivisa.com/topic/1172727-pheu-thai-chief-strategist-demands-answers-about-lax-control-over-egyptian-military-mission/ https://forum.thaivisa.com/topic/1172742-ccsa-spokesman-apologises-over-case-of-infected-egyptian-soldier-reports-full-timeline/
  22. Un prototype de vaccin Covid-19 pourrait être testé sur des humains au cours du mois prochain, après que l'université de Chulalongkorn a annoncé le succès de son essai sur des singes. L'équipe de Chula met au point un vaccin à ARNm et fait partie des sept équipes de scientifiques thaïlandais qui ont demandé l'autorisation de mener des essais sur le vaccin Covid-19 sur l'homme, a déclaré le secrétaire général de la Food and Drug Administration (FDA), Paisarn Dunkum, lundi 13 juillet. . Les derniers résultats du projet de la faculté de médecine de Chulalongkorn montrent que des singes auxquels on a injecté le vaccin ont développé une immunité élevée contre Covid-19. Le chef de la FDA a déclaré que si l'équipe de Chula envoie des informations sur ses recherches dès que possible, l'approbation de la FDA pour les essais sur l'homme ne prendra pas plus d'un mois. «Nous discutons et envisageons des essais sur l'homme. Cependant, la sécurité, la qualité et l'efficacité des essais doivent être examinées par des experts en Thaïlande et à l'étranger », a déclaré le Dr Paisarn. Les données des candidats vaccins étrangers utilisant la même technologie que les candidats thaïlandais seront également prises en compte, a-t-il déclaré. Parallèlement au développement national de vaccins, la FDA se prépare également à importer des vaccins contre Covid-19 de l'étranger, a ajouté Paisarn. https://forum.thaivisa.com/topic/1172606-vaccine-trial-on-humans-‘within-next-month’/
  23. Le DSI enquête sur un cas de corruption lié au projet de de condos The Peaks, affirme le député Sira PHUKET: Le député de Bangkok, Sira Jenjaka, qui est également président du comité des droits de l'homme, a révélé hier que le département des enquêtes spéciales (DSI) avait déposé une demande officielle auprès de la Commission nationale anti-corruption ( NACC) pour poursuivre les autorités de Phuket pour la construction du projet de condos The Peaks Residences à Kata, sur la côte sud-ouest de Phuket. Le NACC invitera les parties concernées à fournir des informations supplémentaires, a déclaré le député Sira lors de sa visite sur l'île le 12 juillet. Hier matin, le député Sira a inspecté le site, surplombant la baie de Kata Noi, pour savoir si la construction avait été interrompue, conformément à l'interdiction de continuer les travaux jusqu'à ce que les enquêtes sur le projet de condos soient terminées. Ce n'était pas le cas. La construction se poursuit sur le site malgré l'interdiction, a déclaré le député Sira, ajoutant ce cas à la longue liste des charges auxquelles le développeur du projet doit désormais faire face. Hier, le député Sira a raconté l'histoire du projet à la presse, en commençant par le fait que le tribunal administratif régional de Nakhon Sri Thammarat a déjà révoqué le document foncier NorSor 3 Kor n° 1863 utilisé pour lancer le projet. «Le NorSor 3 Kor a été délivré illégalement et a été révoqué par le cadastre. À ce stade, l'appel est actuellement entendu par la Cour administrative suprême », a-t-il déclaré. Le député Sira a ajouté que le DSI avait mené sa propre enquête sur l'authenticité du document foncier et avait également constaté qu'il avait été délivré illégalement. "La municipalité de Karon était responsable de la suspension de la construction sur le site et de l'annulation du permis de construire", a-t-il déclaré. «La municipalité de Karon n'a rien fait. Au lieu de cela, elle a renouvelé le permis de construire sur la base d'une caution de 3 millions de dollars. La municipalité n'avait aucune autorité pour le faire », a déclaré le député Sira. Le député Sira a également souligné que le projet a été construit sur des zones où la pente de la colline est supérieure à 35°, ce qui en soi est illégal. "Par conséquent, l'action des autorités locales, en particulier la municipalité de Karon, peut être considérée comme un acte répréhensible", a-t-il déclaré. Le député Sira a également souligné qu'il avait été informé par des voisins vivant en dessous du site que la construction du projet avait augmenté le risque d'inondation de leurs maisons pendant les fortes pluies. "Lorsqu'il y a de fortes précipitations, il n'y a pas d'arbres pour ralentir la vitesse de l'eau qui descend en cascade et atteint les rues et la plage en contrebas", a-t-il ajouté. «Au cours de notre inspection, nous avons trouvé des preuves de glissements de terrain et d'inondations. Certaines briques du chantier ont même été retrouvées en bas », a déclaré la députée Sira. Plus tôt ce mois-ci, le député Sira a été acquitté des accusations affirmant qu'il interférait avec les autorités de l’île dont la réputation en matière de corruption n'est plus à faire. La semaine dernière, sept juges sur huit de la Cour constitutionnelle ont jugé que M. Sira n'avait commis aucun acte répréhensible en enquêtant sur la possible corruption liée au projet. Pourtant, 57 députés avaient déposé une demande de révocation du statut de député de M. Sira. Ils l'accusent d’interférence avec le travail de fonctionnaires. Les noms des 57 députés qui ont signé la plainte (rejetée par la cours constitutionnelle) n'ont pas été rendus public. https://forum.thaivisa.com/topic/1172560-dsi-pursuing-corruption-charges-over-the-peaks-condo-project-says-mp-sira/
  24. "Je roulais seulement à 80 km / h et je ne l'ai pas vue" - une motocycliste innocente coupée en deux au comble de l'horreur. Des images horribles de la vidéosurveillance prises à l'extérieur d'un magasin de proximité à Chonburi samedi matin ont montré le moment où une Honda Civic a percuté le dos d'une femme sur une moto Yamaha Fino qui était sur le point de faire demi-tour (surnommés la "roulette thaïlandaise" tant ils sont mal conçus). Elle ne saura jamais ce qui lui est arrivé. Le conducteur de la voiture n'a été que légèrement blessé, mais deux de ses passagers ont été grièvement blessés. La femme sur le deux-roues est morte sur les lieux, coupée en deux. La voiture a également été coupée en deux. A L'arrière de la Civic qui a heurté un lampadaire se trouvait un passager blessé. Il a fallu une demi-heure pour le désincarcérer. A l'avant, à 10 mètres, une femme blessée était assise à côté du conducteur. Aucune des deux personnes n'a pu être identifiée. Le conducteur, Pongphon, 20 ans, n'a été que superficiellement blessé. Ils ont tous été emmenés à l'hôpital universitaire de Burapha. L'accident s'est produit à Saensuk, Chonburi sur la route Sai Khao Lam. À une dizaine de mètres de l'épave de la voiture se trouvaient les restes totalement détruits du scooter Fino et les restes non moins abîmés du corps de Supphatra, âgé de 47 ans. Sanook a rapporté tous les détails macabres de ce qui lui est arrivé, mais nous ne les reproduiront pas. Pongpon a dit qu'il était en route pour l'université. Il a dit qu'il ne roulait qu'à 80 km / h et qu'il n'a pas vu la motocycliste qui semblait sortir de nulle part. On ne sait pas quelle est la limite de vitesse à cet endroit. La police a arrêté Pongpon et visionne maintenant les images de vidéosurveillance. Les chauffards ne risquent pas grand chose en Thaïlande s'ils paient les frais de crémation. Les médias parleront moins des accidents quand la mortalité épouvantable due au carnage routier baissera vraiment. https://forum.thaivisa.com/topic/1172543-i-was-only-doing-80-kmph-and-i-didnt-see-her-innocent-motorcyclist-cut-in-two-in-horror-smash/