Le Modérateur

Root Administrators
  • Compteur de contenus

    15 943
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    36

Messages posté(e)s par Le Modérateur


  1. Une toute petite manifestation vendredi 5 juin contre l'enlèvement d'un militant thaïlandais au Cambodge a incité la police à rappeler que le rassemblement constituait une violation de l'état d'urgence lié à Covid-19. Aucune arrestation n'a cependant été effectuée.

     

    Vendredi, un groupe de manifestants s'est rassemblé sur le Bangkok Skywalk - MBK à Pathumwan à cause de l'enlèvement de Wanchalearm Satsaksit, 37 ans, critique du gouvernement thaïlandais dirigé par le général Prayut Chan-o-cha. Wanchalearm. Wanchalearm vivait en exil au Cambodge et aurait été enlevé par des inconnus à l'extérieur d'un immeuble à Phnom Penh le 4 juin.

    Il avait quitté la Thaïlande dès 2014 car il exprimait son opposition aux coups d'état militaires.

    Le rassemblement était dirigé par Parit Chiwarak, un ancien président de l'Union des étudiants de Thaïlande.

    La police a conseillé aux manifestants d'éviter les rassemblements publics pour empêcher la propagation de Covid-19 tout en envoyant des agents dans la zone pour surveiller la situation. Les dirigeants de la manifestation se sont relayés pour prononcer des discours et se sont dispersés vers 17 h 45 après avoir placé des roses devant le portrait de Wanchalearm.

    Sitanan Satsaksit, 47 ans, sœur de Wanchalearm, a déclaré à la BBC Thai qu'elle lui avait parlé au téléphone jeudi soir alors que Wanchalearm quittait son appartement pour acheter de la nourriture. "Je ne peux pas respirer" sont les derniers mots du militant avant que la conversation ne se termine brusquement, au moment où, semble-t-il, les agresseurs s'en prenaient à lui.

    Il a donc prononcé les mêmes mots que George Floyd à Mineapolis, tué par la police. Des témoins oculaires auraient affirmé que Wanchalearm aurait été étranglé par ses agresseurs avant d'être poussé de force dans la grande berline, d'où la phrase sibylline.

    Des images de la caméra de sécurité de l'appartement auraient montré une berline Honda Highlander au moment de la disparition de Wanchalearm.

    "Le 13 mai, six policiers ont visité la maison de ma mère à Ubon Ratchathani pour demander où était Wanchalearm", a ajouté la sœur. "Ma mère leur a dit qu'elle ne savait pas où il était, car nous ne lui avons jamais rendu visite au Cambodge depuis son départ de Thaïlande il y a six ans."

    Wanchalearm est recherché en Thaïlande pour avoir prétendument violé la loi sur les délits informatiques en gérant une page Facebook anti-gouvernementale.

    Sitanan a ajouté que son frère avait quitté le pays après le coup d'État de 2014 et avait vécu dans plusieurs pays avant de s'installer au Cambodge où leur famille avait un ami qui pouvait lui donner des conseils pour faire des affaires.

    Sitanan a dit qu'elle avait très peu d'espoir que son frère soit encore en vie.

    Elle fait ici référence à tous les opposants thaïlandais disparus au Laos dont on a retrouvé le corps après des exécutions sommaires par des personnes non-identifiées.

    Les autorités cambodgiennes ont déclaré n'être au courant de rien.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167407-sister-of-abducted-govt-critic-has-little-hope-he-is-alive/

     

    800_9f66f4dbf9100a7.jpg.05698cd6704f6080f7f953b72ba7f13d.jpg.95c38ea67377befe9af7d44baa42d2a3.jpg


  2. Le ministère des Transports a autorisé tous les transports publics, tels que les bus, les trains et les avions, à reprendre pour répondre à la demande de déplacement des populations, à l'exception de certaines provinces qui n'ont pas mis fin aux mesures de verrouillage.

     

    Anon Luangboriboon, le secrétaire permanent du ministère, a déclaré que cette décision faisait suite à la troisième phase de déconfinement.

    "Cependant, la mise en œuvre dépend des autorités qui supervisent chaque moyen de transport, comme le département des Transports terrestres, les chemins de fer d'État et l'autorité de l'aviation civile", a-t-il déclaré.

    Il a dit que sur 19 provinces qui étaient fermées, 12 provinces ont autorisé les gens à voyager mais ils pourraient avoir à subir des mesures préventives supplémentaires lié à Covid-19.

    "Le ministère demande des informations sur les mesures préventives de Covid-19 à huit autres provinces et espère recevoir ces informations prochainement", a-t-il déclaré.

    Il a ajouté que tous les transports publics devaient suivre les mesures préventives Covid-19 du ministère, telles que maintenir la distance sociale, porter un masque facial, fournir des gels désinfectants pour les mains et utiliser la plateforme ThaiChana pour suivre les -éventuels- patients Covid-19.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167230-ministry-authorises-resumption-of-all-public-transport/

    imageproxy_php.jpg.46e8cf7f6cf9cb977b8846b46f12c53d.jpg


  3. Au Cambodge, un militant pro-démocratie thaïlandais en exil aurait été enlevé le 4 juin dans la capitale Phnom Penh, selon plusieurs sources citées par des défenseurs des droits humains. Si l’enlèvement est avéré, il ne s’agirait pas de la première disparition d’opposant politique ou d’activiste en Asie du Sud-Est.

    Wanchalearm Satsaksit se trouvait à proximité de son domicile à Phnom Penh quand un groupe d’hommes armés l’aurait contraint à monter dans un véhicule jeudi 4 juin au soir, rapporte notre correspondante à Phnom Penh,Juliette Buchez.

    Le militant pro-démocratie a fui la Thaïlande en 2014, à la suite du dernier coup d’État militaire mené par l’actuel Premier ministre Prayut Chan-o-Cha. Visé par un mandat d’arrêt thaïlandais depuis juin 2018, Wanchalearm Satsaksit continuait de critiquer son gouvernement avec véhémence depuis le Cambodge.

    Une enquête réclamée

    Dans un communiqué appuyé par plusieurs témoignages, l’organisation Human Rights Watch se dit très inquiète pour l’activiste pro-démocratie et demande l’ouverture d’une enquête au plus vite. Près d’une centaine de manifestants s’est rassemblée à Bangkok après l’annonce de cet enlèvement. Mais les autorités cambodgiennes ne semblent pourtant pas disposées à enquêter.

    Un porte-parole de la police cambodgienne a déclaré à l'agence Reuters ne pas avoir connaissance de l’arrestation ou de la détention de l’activiste thaïlandais et ajoute que la police n’aurait pas assez d’information pour ouvrir une enquête. Interrogé par l’AFP, le ministère de l’Intérieur cambodgien évoque même la possibilité d’une « fake news ».

    L’enlèvement ne serait pourtant pas la première disparition suspecte ces dernières années dans plusieurs pays d'Asie du Sud-Est. Selon les organisations de défense des droits humains, huit activistes thaïlandais auraient ainsi disparu depuis 2014, dont deux retrouvés morts en janvier dernier.

    « Il y a eu des cas similaires au Laos, notamment, rappelle un journaliste thaïlandais. On a retrouvé deux corps, 6 autres ont disparu, personne ne les a jamais revus, n’a plus jamais entendu parler d’eux. On n’a peut-être pas retrouvé tous les corps mais il est évident qu’ils ont été assassinés… »

    Deux corps avaient en effet été retrouvés dans le le fleuve Mékong il y a quelques mois, remplis de ciment. Des disparitions semblables ont eu lieu au Laos, au Vietnam et au Cambodge. Le sujet est ultra sensible, évoquer ces disparitions dans les médias thaïlandais est déjà une prise de risque, souligne notre correspondante à Bangkok, Carole Isoux

    Les organisations de défense des droits humains critiquent par ailleurs fréquemment les extraditions d’opposants politiques et de demandeurs d’asile organisées entre les États d’Asie du Sud-Est.

    https://fr.news.yahoo.com/opposant-thaïlandais-enlevé-au-cambodge-145416890.html

    EZyg2whVAAADkTg.jpg.96d40539735c14b5d8f5899c5f13e128.jpg


  4. Thai Airways International (THAI) sollicite le soutien du gouvernement dans quatre domaines, allant de la négociation avec des créanciers étrangers à la révision de contrats précédemment signés avec d'autres entreprises d'État.

     

    Prapas Kong, du bureau des entreprises d'état (dont THAI ne fait plus partie), a déclaré jeudi 4 juin que la compagnie aérienne demandait l'aide du gouvernement après que le Central Bankruptcy Court a accepté son appel pour une restructuration.

    La THAI souhaite également que le gouvernement examine ses créneaux horaires afin de renforcer sa compétitivité ainsi que celle de ses compagnies aériennes alliées, a déclaré Prapas, qui est également secrétaire du comité gouvernemental formé pour suivre le plan de restructuration de la compagnie aérienne.

    Le comité est présidé par le vice-Premier ministre Wissanu Krea-ngam, qui a déclaré que THAI ne volera pas avant la fin de ce mois.

    Prapas a déclaré que le transporteur national souhaitait que le gouvernement coordonne les négociations en ce qui concerne les créanciers étrangers, car THAI souhaite qu'ils acceptent son plan de réhabilitation devant le tribunal de faillite de Thaïlande. Sous entendu, la même démarche devant des tribunaux étrangers pourraient se traduire par des avions immobilisés à l'étranger.

    La compagnie aérienne souhaite également que le gouvernement aide à négocier des transactions financières avec d'autres entreprises d'État, telles que PTT et les aéroports de Thaïlande.

    Maintenant que le ministère des Finances a ramené sa participation dans la compagnie aérienne à moins de 50%, THAI a perdu son statut d'entreprise d'État et souhaite réviser les contrats qu'elle a conclus avec les agences d'État, a déclaré Prapas.

    Par ailleurs, le ministre de l'Agriculture, Mananya Thaiset, a déclaré que 86 coopératives doivent trouver un terrain d'entente en ce qui concerne les 43 milliards de bahts que la THAI leur doit.

    Le transporteur a une dette totale de 300 milliards de Bt, et si les coopératives ne réclament pas conjointement, elles pourraient ne pas obtenir une compensation raisonnable car les créanciers étrangers pourraient confisquer tous les actifs de la THAI, a averti le ministre.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167190-thai-seeks-govt-help-in-keeping-foreign-creditors-at-bay/

    imageproxy_php.jpg.139b8ea03b74e8ed2130213e3a3471b4.jpg


  5. Daily News a rapporté qu'une réunion s'est tenue hier pour parler du projet "Green Bangkok 2030" qui vise à rendre la capitale plus habitable et plus respectueuse de l'environnement au cours de la prochaine décennie.

    Présidée par Silapa-suay Raweesaengsoon, la réunion qui a eu lieu à Din Daeng a réuni des environnementalistes et des représentants du Big Trees Project et de We Park.

    Dans un rapport optimiste, des progrès ont été signalés dans les principaux parcs de la ville.

    Les jardins Piyaphirom à Bangkapi ont déjà ouvert. Les jardins de Santiporn dans le district de Phra Nakhon seront prêts en août et un projet de 18 rai à Rom Klao près de l'aéroport de Suvarnabhumi devrait ouvrir en septembre.

    De plus, les jardins communautaires de Bang Rak, un projet à Viphavadee Soi 18, et les jardins de Bang Khun Thian seront achevés en 2021.

    Neuf autres projets seront proposés et examinés en 2021/22.

    Le groupe We Park a parlé du "New Normal" pour les habitants de Bangkok et de nouveaux projets dans trois domaines.

    1- transformation des terrains inutilisés en zones de production de nourriture pour la consommation publique, 

    2- piétonisation de zones ombragées où les véhicules ne seront pas les bienvenus

    3- introduction de "Pocket Parks" - de petites zones dont les communautés locales peuvent profiter.

    Ces trois éléments sont des collaborations entre le gouvernement et les citoyens, ont déclaré les représentants de We Park.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167212-the-greening-of-bangkok-continues-new-parks-opening-more-environmentally-friendly-use-of-land/

    8pm.jpg.bf66c96d161eebca84ca5722ca51763b.jpg.bd0539430c9c2d90bfb565739b9a77ff.jpg


  6. L'Université de Mahidol a été classée la meilleure université du pays dans le Times Higher Education Asia University Rankings 2020 publié récemment.

    En Asie, Mahidol se classe 122e parmi les 500 meilleures universités de 30 pays asiatiques.

    "Le classement était basé sur plusieurs critères allant de l'efficacité de l'enseignement et de la recherche à l'intégration régionale", a déclaré jeudi 4 juin le professeur Dr Banjong Mahaisawiriya, président de l'Université Mahidol. «L'organisme a utilisé les  cinq indicateurs de performance [KPI] suivants : enseignement 25%, recherche 30%, citations des recherches 30%, perspectives internationales 7,5% et revenus de l'industrie 7,5%.»

    Mahidol a obtenu le meilleur score KPI du pays, devant l'Université Mae Fah Luang et l'Université Chulalongkorn.

    «Les résultats du Times Higher Education Asia University Rankings 2020 indiquent que l'université a atteint son objectif de devenir la meilleure université de Thaïlande en termes de capacité d'enseignement et de recherche. Nous continuerons de progresser dans cette voie pour assurer un meilleur classement parmi les universités asiatiques à l'avenir », a ajouté Banjong.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167198-mahidol-ranked-top-thai-university-and-122nd-in-asia/

    imageproxy_php.jpg.a58be77456c5ea125d5aeaa49d192d78.jpg


  7. Une inspection du stade de boxe de Lumpini, qui a été identifié comme l'épicentre de l'épidémie de Covid-19 dans le pays, a révélé de graves défauts dans les mesures de sécurité sanitaire du site. Les conclusions ont été révélées jeudi 4 juin par le major-général Burin Thongpraphai, qui dirige le bureau juridique.

     

    Le chef de l'armée Apirat Kongsompong a ordonné que tous les membres du comité en charge du stade géré par l'armée soient transférés à d'autres postes à titre de punition. Plus tôt, Apirat a ordonné le transfert du directeur du stade, le général de division Rachit Arunrungsee.

    Dans ce stade s'est déroulée une soirée de boxe le 6 mars, deux jours après que le confinement avait été ordonné en Thaïlande. L'événement a entraîné un cluster d'infections qui a ensuite engendré des contagions dans plusieurs provinces du pays. C'est le plus gros cluster du pays.

    Rachit a été transféré au quartier général de la fonction publique de l'armée et devrait prendre sa retraite en septembre.

    Pour mémoire, ce stade fait partie des nombreuses installations civiles gérées par l'armée.

    Le chef des armées avait promis de les remettre toutes au ministère des finances. A priori le Lumpini est toujours dans le giron de l'armée.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167131-army-chief-fires-boxing-stadium-committee-over-covid-19-outbreak/

     

    800_713cb46a56cd826.jpg.6c254f27fd00a9819bb35d5c9529ea61.jpg.8f6db77133f0f57813fd6ab1a7626757.jpg


  8. BANGKOK (Reuters) - L'indice global des prix à la consommation (IPC) de la Thaïlande a chuté de 3,44% en mai par rapport à l'année précédente, sa plus forte contraction en près de 11 ans et plus que prévu, selon les données du ministère du Commerce présentées jeudi.

     

    Bien qu'il y ait un risque de déflation si l'économie patine, la Thaïlande n'est pas actuellement en déflation de manière officielle car le taux d'inflation est négatif depuis seulement trois mois, a déclaré Don Nakornthab de la banque centrale, dans un communiqué.

    La déflation entraînerait une période prolongée d'inflation négative ainsi que des baisses de prix dans plusieurs secteurs, a-t-il déclaré.

    Il a ajouté que la banque centrale, qui suit la situation de près, s'attend à une inflation négative pour le reste de l'année avant de devenir positive l'année prochaine.

    3,44 %, c'est plus que les prévisions des économistes collectées par Reuters à 2,95% et c'est aussi plus que la baisse de 2,99% en avril (par rapport à avril 2019). La banque centrale visait une inflation globale de 1% à 3% sur l'année

    -- -- REUTERS

     

    2020-06-04T033244Z_1_LYNXMPEG5308W_RTROPTP_3_THAILAND-ECONOMY-CPI.JPG.996a4e7d83e641f57fdbe79cbfc62e91.JPG.80d57bf425ab545a7d6e1c4a0be06246.JPG


  9. La Lettre de votre conseiller consulaire

    Claude Bauchet

    THAÏLANDE

    -3 juin 2020 -


    SOMMAIRE

    1/ Aide sociale exceptionnelle COVID 19

    2/ Notre enquête « santé et assurances »

    3/ Aide au réseau des écoles françaises internationales

    _____________________________________________________________

    1/ Aide sociale exceptionnelle COVID 19

    Après l'envoi du questionnaire adressé à tous les français résidants en Thaïlande et inscrits sur le registre des français de l’étranger, le service social de l’Ambassade a produit un travail très apprécié en contactant toutes les personnes ayant déclaré des difficultés.
    Mais cette belle action locale ne peut cacher les limites de cet exercice compte tenu des directives gouvernementales.
    L’aide exceptionnelle décidée par l’Etat français est liée aux conséquences sociales du Corona. Le candidat à une aide “ponctuelle exceptionnelle” est éligible uniquement s’il est considéré comme appartenant à la catégorie des Français les plus démunis et les plus vulnérables et si ses revenus ont baissé suite aux effets économiques de la pandémie. Si ce n’est pas le cas, l’administration considère que la requête n’est pas recevable pour cette catégorie d’aide. Le service social peut alors orienter la demande vers la solidarité familiale et pour quelques cas vers l’association la BIENFAISANCE.
    Je précise que malgré les démarches des élus, en particulier FRANÇAIS DU MONDE au niveau national, les conseillers consulaires ne sont pas consultés pour l’attribution de cette aide.

    Lors de la dernière réunion des conseillers consulaires avec l’Ambassadeur ,réalisée en vidéo conférence, j’ai donc émis une sérieuse interrogation sur l’usage des fonds d’aide. Le budget d’aide sociale “spéciale Covid” est d’un montant global de 50 millions d’euros pour une population d’environ 1,5 million de français expatriés inscrits sur le registre des français de l’étranger. Représentant sur la Thaïlande environ 1% de cette population, nous pourrions donc estimer l’enveloppe d’aide à attribuer à environ 500 000 euros.
    Ce système d’aide dit « ponctuelle et exceptionnelle” permet uniquement de distribuer une seule fois un montant d’environ 125 euros adulte (avec un supplément d’environ 83 € par enfant). Ainsi nous n’allons utiliser qu’une infirme portion des sommes mobilisables alors que la situation sociale de nombreuses familles est telle, qu’un nombre significatif d’entre elles songent à quitter la Thaïlande, que plusieurs retraités ne peuvent plus assurer leurs dépenses de santé et que plusieurs entrepreneurs français mettent les clefs de leur petite ou moyenne entreprise sous la porte !
    Cette procédure d’attribution des aides semble complètement aberrante aussi bien en ce qui concerne le périmètre des personnes a aider que dans la méthode de décisions sans aucune prise des élus et des associations locales représentatives des français de Thaïlande.
    Le gouvernement doit revoir sa copie sous peine que l’aide annoncée à grand renfort de publicité n’apparaisse comme un énième effet publicitaire sans effet suffisant pour atteindre un réel objectif social.

    2/ Notre enquête « santé et assurances »

    Les retours inquiétants de plusieurs de nos compatriotes face à leurs problèmes d’assurance de santé me conduisent ,en collaboration avec la section locale de notre association FRANÇAIS DU MONDE, à vous proposer un questionnaire.
    Cette démarche constitue une première étape pour mieux connaître votre situation et les difficultés éventuelles que vous rencontrez pour bénéficier d’une bonne assurance santé.
    Nous souhaitons la plus large participation à cette enquête pour nous donner le maximum d’informations. Vos réponses participeront à insuffler l’élan indispensable pour mieux peser sur les caisses d’assurance mais aussi pour susciter et accompagner les démarches que nos autorités consulaires pourraient décider d’entreprendre.
    Nous ne manquerons pas de consulter les associations des Français vivant en Thaïlande à toutes les étapes de ce processus (favoriser un nombre conséquent de réponses, analyse des résultats et actions à entreprendre...).
    Je vous invite donc dès maintenant à cliquer sur le lien suivant :

    bit.ly/3046HYm

    et à répondre à notre questionnaire simple et rapide

    Je rendrai compte bien entendu des résultats de notre enquête dans une prochaine Lettre de votre conseiller consulaire.

    Question très préoccupante concernant l’assurance obligatoire pour les visas retraités OA:
    Comme vous l’avez vous même malheureusement constaté les négociations entre la CFE et les assurances locales n’ont pour l’instant pas abouti.
    Il me semble indispensable que la CFE revienne en Thaïlande pour rouvrir les négociations avec les autorités thaïlandaises dès que les frontières du royaume seront ré ouvertes ...Affaire très importante que je suis jour après jour !

    3/ Aide au réseau des écoles françaises internationales

    Le budget supplémentaire de 50 millions d’euros octroyé par l’Etat répond ,à ce stade, à nos attentes. Cet effort de l’Etat a permis la réouverture de la campagne des bourses pour l’année scolaire prochaine. Cette mesure devrait satisfaire les familles en difficultés qui se sont manifesté pour obtenir une bourse exceptionnelle pour ce dernier trimestre difficile.
    En complément de cette campagne de bourses il était indispensable d’examiner la situation financière des établissements français (Cinq en Thaïlande) car la trésorerie de plusieurs écoles est fortement dégradée suite à la crise sanitaire.
    Le gouvernement a abondé l’AEFE (Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger) d’une avance de 100 millions d’euros pour permettre à nos écoles de passer un cap difficile.
    Il est demandé à l’AEFE de ventiler ces prêts entre des établissements fragilisés par la crise. Certains seront dans l’impossibilité de les rembourser dans les délais impartis sauf à augmenter des frais de scolarité qu’on leur demande par ailleurs de maîtriser afin de ne pas provoquer le départ de familles. C’est une situation ingérable qui ne peut qu’exacerber la colère des familles et fragiliser l’AEFE tenue pour responsable du flou sur la nature des 100M€ d’aides promises par les ministres.
    Avec les élus français du Monde, je réclame une position claire et ferme du gouvernement sur sa politique envers l'enseignement français à l'étranger et les moyens précis qu'il compte mettre en place et transformer ce prêt en subvention.

    N’hésitez pas à revenir vers moi pour toutes questions concernant votre vie d’expatrié en Thaïlande.
    Merci encore de participer à notre enquête " santé et assurances "
    Rappel du lien :

    bit.ly/3046HYm

    Restant à votre écoute,

    CLAUDE BAUCHET

    Conseiller Consulaire

    Thaïlande/ Birmanie

    Tel : 081 844 77 47 mail [email protected]


  10. Palang Pracharat coupé en deux après le départ de nombreux dirigeants

    Par The Nation, pro-armée

    Le parti de Palang Pracharat (PPRP) devrait maintenant s'effondrer après la démission de 18 membres de son conseil exécutif, qui soutiendraient tous, semble-t-il, la faction dirigée par le vice-Premier ministre Prawit Wongsuwan.

    Des rumeurs selon lesquelles les membres de Palang Pracharat ne sont pas satisfaits de leur actuel dirigeant, le ministre des Finances Uttama Savanayana, circulent depuis des mois et ont été confirmées il y a quelques jours. La démission massive a déclenché un processus de sélection d'un nouveau conseil d'administration et d'un nouveau dirigeant, qui doit être achevé dans les 45 jours.

    Le PPRP serait déchiré par des luttes intestines entre plusieurs groupes différents, la faction militaire dirigée par le stratège en chef du parti, Prawit, cherchant à évincer Uttama et ses technocrates économiques du Cabinet.

    Cette décision intervient alors que les ministres se préparent à se disputer des tranches du budget de 1 000 milliards de Bt allouée à la reprise économique après la crise du virus.

    Les observateurs politiques disent que la plupart des membres du parti veulent Prawit comme chef de leur parti, tandis que le secrétaire général du PPRP Sontirat Sontijirawong sera remplacé par le vice-ministre des Finances Santi Promphat.

    Le Parti Palang Pracharat a toujours été considéré comme un parti militaire, car il a été formé comme un véhicule politique pour les généraux, à savoir Prawit, Prayut Chan-o-cha et Anupong Paochinda. Ceux qui avaient fomenté le coup d'état de 2014 qui les a menés au pouvoir.

    Son objectif est similaire à celui d'un ancien parti militaire, le Parti de l'unité pour la justice, qui a été créé en 1992, au moment d'émeutes populaires réprimées dans le sang par l'armée, mais a fini par s'effondrer après la démission de ses membres.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166941-palang-pracharat-tipped-to-crack-apart-after-execs-quit/

    Doit-on comprendre que l'armée souhaite remplacer les quelques ministres civils par davantage de généraux ?

     

    imageproxy_php.jpg.f286f075afe43eb93442ac2ad36e2342.jpg


  11. Une équipe d'enquêteurs dirigée par le chef de l'immigration de Prachuap Khirikhan, le Pol Col Sutthipong Phutthipong, a arrêté un Allemand de 64 ans du nom de Michael. H. au Moo 4 du sous-district de Koh Lak à Prachuap.

    Il était en overstay d'environ sept ans - 2 528 jours.

    Talk News Online a déclaré que l'homme avait un visa de retraité et était entré pour la première fois en Thaïlande en juillet 2011 avec la permission de rester pendant un an.

    Le Pol Col Sutthipong a détaillé les peines encourues en rappelant que les contrevenants figurent sur liste noire en cas d'overstay. Cet Allemand, ne pourra pas entrer en Thaïlande pendant dix ans.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167035-prachuap-german-retiree-caught-on-2528-day-overstay/

    Même si ces cas sont régulièrement médiatisés, ils restent rares et les occidentaux en Thaïlande se comportent plutôt bien.

     

    5pm.jpg.39b95b6c8afda91ebca1815cb760d6b8.jpg.078c2ce84420c2cbb70f064dad308719.jpg


  12. La plage de Bang Saen attire environ 5 000 visiteurs

    Des milliers de visiteurs se sont pressés sur la plage de Bang Saen dans la province de Chonburi mercredi 3 juin, jour férié pour célébrer l'anniversaire de SM la Reine Suthida.

    L'attraction touristique qui attire les Bangkokiens a été rouverte au public lundi 1 juin après plus de deux mois de verrouillage pendant l'épidémie de Covid-19.

    Des policiers ainsi que des fonctionnaires locaux ont été dépêchés pour réguler la circulation près de la plage qui était bondée. La zone s'est transformée en un immense embouteillage sur plus de 2 kilomètres. On estime qu'il y avait au moins 5 000 visiteurs mercredi.

    La police de Saen Suk a déclaré que les vendeurs de nourriture et les transats ne sont toujours pas autorisés sur la plage, mais les gens sont arrivés avec leurs propres tapis et paniers de pique-nique. La vente et la consommation d'alcool sont également interdites. "Nous avons envoyé des fonctionnaires pour conseiller les visiteurs de la plage afin de maintenir une distance sociale et porter des masques pour empêcher la propagation de Covid-19", a déclaré l'un des policiers. Il n'est pas certain que les fonctionnaires ont été écoutés.

    Chonburi n'a signalé aucun cas de Covid-19 depuis 40 jours.

    Hier, le chef du district de Saensuk qui gère la plage de Bang Saen à Chonburi a annoncé sur Facebook des fermetures de routes à la suite de ces énormes embouteillages.

    La distanciation sociale n'a pas été observée, obligeant le chef Narongchai "Tui" Khunpluem à annoncer la fermeture du rond-point de Bang Saen et tous les sois menant à la plage jusqu'à ce que la situation soit sous contrôle.

    https://www.nationthailand.com/news/30389027

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167027-huge-crowds-descend-on-bang-saen-local-district-chief-orders-roads-and-sois-closed/

     

    1pm.jpg.c5e60e0c9e7cad885765e32e25898baf.jpg.78ff2853a2d02aa4a6f5f9f76aa78200.jpg


  13. suite de cette saga

    vous trouverez tous les articles concernant l'affaire ici

     

    https://www.google.com/search?q=jenphop+en+français+site:fr.thaivisa.com&client=firefox-b-d&channel=crow2&sxsrf=ALeKk00EuNPHZLiRr58RL5U8V4juHZbWZA:1591235880486&sa=X&ved=2ahUKEwim1aPLh-fpAhWHIbcAHYsgCKAQrQIoBDAAegQIBBAM&biw=1600&bih=767

     

     

     

    La Cour suprême a confirmé la peine de 4 ans de prison prononcée par un tribunal d'appel à un homme d'affaires qui, sous l'influence de méthamphétamines, a percuté, avec sa Mercedes Benz, l'arrière d'une autre voiture, ce qui l'a incendiée et a tué ses 2 étudiants diplômés à l'intérieur.

    En confirmant le verdict de la Cour d'appel, la Cour suprême a rejeté un appel à la clémence de la part du défendeur, M. Jenphob Veeraporn, qui prétendait être diplômé d'un Master de l'université à l'étranger, était cadre de plusieurs sociétés et avait apporté de nombreuses contributions à la société. Il a également affirmé qu'il s'est fait moine pendant deux mois après l'accident mortel, qui s'est produit sur Pahonyothin à Bang Pa-in, Ayutthaya le 13 mars 2016.

    Veeraporn conduisait sa Mercedes à très grande vitesse (plus de 200 km/h) et a percuté l'arrière d'une Ford, avec les deux étudiants, M. Krisana Thavorn et Mme Thanthapat Horsaengchai. La force de l'impact a déclenché l'incendie du véhicule Ford, les deux jeunes gens sont morts brûlés vifs.

    Le tribunal de première instance a reconnu Veeraporn coupable de conduite imprudente ayant entraînée la mort d'autrui, le condamnant à deux ans et six mois de prison. Les procureurs ont fait appel de la peine devant la Cour d'appel, qui l'a reconnu coupable de conduite sous l'influence de la drogue, causant la mort d'autres personnes, et l'a condamné à six ans, commué en quatre ans en raison de son témoignage utile.

    Cette affaire avait défrayé la chronique pour de multiples raisons.

    Jenphop avait commis ce jour là de nombreuses infractions. Il avait par exemple brisé la barrière de péage en ne s'arrêtant pas.

    Il avait soudoyé des policiers pour échapper à une prise de sang. Cet aspect des choses (corruption active pour Jenphop et passive pour la police) n'a donné lieu à aucune poursuite.

    Habituellement, ce genre d'affaire ne va pas jusqu'au procès. Un règlement à l’amiable a lieu entre la famille riche du coupable et les victimes pauvres sur la base de quelques milliers de bahts. Dans le cas présent, sans être riches, les familles des victimes sont des gens éduqués qui connaissent leurs droits et n'ont pas besoin de l’aumône des riches.

    Malgré de nombres frasques durant les premières années après l'accident, les familles n'ont pas cédé. Jenphop pensait que ses deux mois dans un temple solderait l'affaire. Il n'en est rien.

    On remarquera qu'à aucun moment on ne parle d'incarcération. Jenphop n'a jamais mis les pieds en prison.

    Cette affaire a été considéré par les Thaïlandais comme emblématique de l'impunité dont jouissent les riches. Il sera donc intéressant de voir si Jenphop effectue sa peine de prison en prison.

    imageproxy_php.png.ed053734d6954ce99153e336041447d7.png

     


  14. Le 2e juin, le cabinet thaïlandais a approuvé un contrat avec le joint-venture BBS pour mettre en œuvre un projet de développement de l'aéroport international d'U-tapao d’une valeur de 290 milliards de baths (plus de 9 milliards d'USD).

     
     
    Le projet de développement de l'aéroport international d'U-tapao sera destiné à la construction du troisième terminal de passagers à l'aéroport international d'U-tapao,  d'un centre de transport aérien et d'un centre de maintenance aérien...

    Auparavant, la première rédaction dudit contrat de développement de l'aéroport international d'U-tapao géré par la la Marine thaïlandaise  a été approuvée lors d’une réunion tenue vers la fin du mois de mai du Comité des politiques du Couloir économique de l’Est (EEC en anglais) de la Thaïlande présidé par le Premier ministre Prayut Chan-o-cha.

    Le projet de l'aéroport d'U-tapao est l'un des cinq méga-projets dans le cadre du développement des infrastructures du gouvernement thaïlandais dans le Couloir économique de l'Est.

    Le projet générera pour le gouvernement un revenu de 305 milliards de bahts provenant de la location de terrains et du partage des revenus sans compter 62 milliards de bahts provenant de l'impôt. En plus, le projet créera 15.600 emplois au cours des cinq premières années.

    Selon Kanit Sangsubhan, secrétaire général du bureau du Couloir économique de l’Est, le projet serait achevé en 2023 avec le chemin de fer à grande vitesse reliant trois aéroports clés (Don Mueang, Suvarnabhumi et U-tapao).

    Une fois achevé, cet aéroport pourra desservir 60 millions de passagers par an.
     
     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166870-bbs-set-to-sign-contract-after-winning-bid-for-u-tapao-and-airport-city/?tab=comments#comment-15479754

     

    imageproxy_php.jpg.7250ee4c765903c35f56cd41b118c6f7.jpg


  15.  
    Le Cabinet thaïlandais a autorisé les travailleurs migrants du Cambodge, du Laos et du Myanmar à travailler dans le Royaume jusqu'au 31 juillet 2020, pour aider à réduire la propagation de l'épidémie de COVID-19 et maintenir une main-d'œuvre jusqu'à ce que la situation s'améliore progressivement.

    802526080646436a76fef0aefff0188f_small.jpg.eb80a0a8a780534ffd2c30633c890f98.jpg.5390d9f5c816c1bfe47137311701b3cf.jpg
     

    Auparavant, les ministères thaïlandais de l'Intérieur et du Travail avaient permis aux travailleurs migrants du Cambodge, du Laos et du Myanmar de rester et de travailler dans le Royaume jusqu'au 31 mai de cette année.

    Les travailleurs migrants comprennent deux groupes de travailleurs. Le premier groupe est composé de travailleurs cambodgiens, laotiens et birmans titulaires d'un permis de travail délivré en vertu d'un protocole d'accord sur les questions de travail. Le deuxième groupe est constitué de travailleurs cambodgiens et birmans munis d'un laissez-passer frontalier.

    VNA/CVN

     

     

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167017-cabinet-allows-migrant-workers-to-work-in-thailand-until-july-31-2020/


  16. Le Kasikorn Research Centre (K-Research) prévoit désormais une contraction de l’économie thaïlandaise de 6% en 2020, au lieu d’une chute de 5% prévue en avril dernier, dans un contexte économique mondial très incertain.

    imageproxy_php.thumb.jpg.d27da70b5783e0d6e25ac8df255f7f47.jpg
     

    Nattaporn Triratanasirikul, adjointe du directeur général de K-Research, a dit que bien que le PIB de la Thaïlande au premier trimestre ait été meilleur que prévu, l'économie devrait connaître une forte contraction pendant le reste de l'année, avec une hausse du chômage.

    Le tourisme, l'automobile et l'immobilier sont trois secteurs importants qui auront besoin de plus de temps pour se rétablir que d'autres, a déclaré Kevalin Wangpichayasuk, également adjointe du directeur général de K-Research. Selon elle, en termes d'emploi, le gouvernement devra peut-être concentrer ses mesures sur l'industrie du tourisme, car le secteur emploie jusqu'à 4 millions de personnes. Dans l'ensemble, les grandes entreprises thaïlandaises pourraient prendre plus d'un an pour retrouver leur niveau d'avant-COVID-19.

    La politique monétaire de la Banque de Thaïlande est un outil important qui pourrait s’avérer utile en cas d’aggravation de la situation, et il existe une marge de manœuvre pour une nouvelle réduction du taux directeur. Néanmoins, la situation actuelle n'a pas encore atteint un niveau qui nécessiterait la mise en œuvre d'une politique de taux d'intérêt négatifs, a ajouté K-Research.

    VNA/CVN

    https://forum.thaivisa.com/topic/1167012-kasikorn-research-centre-adjusts-2020-growth-forecast-down-to-6/


  17. Pattaya : la ville dévoile des plans pour la Walking Street - une métamorphose majeure de style "centre commercial" pour la "station balnéaire de classe mondiale"

    Des photos sur le site Facebook de la ville de Pattaya ont révélé des plans pour une refonte majeure de l'un de ses sites les plus emblématiques - Walking Street

    Finie la rue chaotique, les trottoirs de guingois et les façades années 60 - on pourra maintenant marcher facilement dans un environnement familial.

    La conception futuriste et le nouveau look lumineux font que le célèbre quartier rouge ressemblera à une rue commerçante - certaines critiques en ligne ont déclaré que cela ressemblait à un centre commercial comme les autres.

    Mais Il n'y a pas de fil qui pendouille en vue !

    Hier, les projets ont été présentée par l'équipe d'ingénieurs de la ville au maire Sontaya Khunpluem et à ses adjoints.

    En lisant entre les lignes, on comprend que le maire n'est pas enthousiasmé.

    Il a fait remarquer que Walking Street doit être «adaptée à son usage» et ne pas nuire aux moyens de subsistance (sous entendu, il faut que les commerçants si influents de la zone continuent de gagner de l'argent).

    Il a souligné que toute cure de jouvence doit garantir la pérennité de "l'odeur et la saveur spéciales" de Walking Street.

    Cependant, il semble être d'accord pour dire que la zone doit être adaptée à la journée ainsi qu'à la vie nocturne.

    Après tout, a déclaré le maire, Pattaya est une station balnéaire de renommée mondiale qui doit pouvoir générer des revenus importants.

    Il a demandé aux ingénieurs de corriger leur copie avant la prochaine réunion.

    Les commentaires thaïlandais et étrangers sont nombreux mais mitigés.

    Beaucoup conviennent qu'il est temps de faire une cure de jouvence, mais les opinions différent sur la façon exacte de procéder. https://forum.thaivisa.com/topic/1166893-pattaya-city-reveals-plans-for-walking-street-major-mall-style-makeover-for-thailands-world-class-resort/  11pm1.jpg.6a902f8463b8836d909d49323655964f.jpg.dfc67c11aa966470671accb153cc627c.jpg


  18. Anecdotique. Juste pour rappeler que les accidents de la route font en un jour autant de morts que COVID-19 en 5 mois.

     

    La police enquête après qu'un chef de village se rendant à une réunion à Nakhon Sawan a été tué dans une collision à grande vitesse avec un train.

    Dokruk Meemuk, 44 ans, chef du Moo 11 dans le district de Phayuha Khiri, a été retrouvé mort sur le siège avant de son pickup écrasé à un passage à niveau de Sathale après un accident à 9 heures le mardi 2 juin. La police est arrivée sur les lieux pour trouver son pickup Isuzu retourné à côté des voies et détruit par l'impact avec le train.

    Des témoins ont déclaré aux policiers qu'ils avaient vu le pickup s'approcher de la voie ferrée au passage à niveau, qui n'a ni barrière ni feu clignotant (ni signal sonore), lorsque le train diesel n ° 4501 en direction de Phitsanulok est arrivé à grande vitesse.

    Les proches de Dokruk ont déclaré à la police que la victime avait quitté sa maison ce matin-là et se rendait à une réunion avec d'autres maires au bureau du district de Phayuha Khiri. Un délégué à la réunion a appelé Dokruk -en vain- pour lui demander pourquoi il n'était pas encore là.

    Les autorités ont passé environ une demi-heure à débarrasser la voie des débris automobiles avant de permettre au train, qui a subi des dommages mineurs, de se rendre à la gare suivante où les autorités attendaient pour enquêter sur l'accident.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166819-nakhon-sawan-headman-killed-as-truck-smashed-by-train/

    800_8cb2a59ae4bd3b9.jpg.3767535ff7207239e0894a258b465eb5.jpg.24533f3f23422d1ad79e86442d75ea10.jpg


  19. Les plages de Pattaya ont rouvert tranquillement lundi pour les loisirs, la baignade, les bains de soleil et la location de chaises longues, avec peu de touristes et pas de parasols.

    Malgré les plaintes nombreuses des expatriés et des plagistes concernant la fermeture des plages depuis plusieurs semaines on n'a pas constaté de foules se précipiter en bord de mer le 1er juin.

    Les autorités de Pattaya ont déclaré que les plagistes devraient tous revenir d'ici le 7 juin lorsque de nouvelles règles seront en place pour prévenir le risque de propagation du coronavirus. Beaucoup avaient quitté la ville, a expliqué la mairie.

    La distanciation sociale sera imposée, les chaises de plage étant espacées d'au moins 1 à 1,5 mètre. Cela réduira efficacement le nombre de chaises.

    À leur retour, les plagistes devraient pouvoir travailler plus longtemps. Pattaya prévoit d'augmenter les heures d'ouverture de la plage de 6 h à 20 h au lieu de 18 heures habituellement.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166831-pattaya-beaches-quietly-reopen/

     

    Pattaya-News-1-03-n-J-01-05-Pty-beaches-quietly-opened-pic-1.jpg.df29503707f30cc74aae1467cb280f57.jpg.5979c5391154947314566f1a760ad2a6.jpg


  20. Le média thaïlandais Naew Na proche de la police raconte qu'une Thaïlandaise sirotait un café sur un canapé dans une maison de luxe à Jomtien Park Villa quand elle a remarqué une odeur étrange hier.

    La lumière était allumée dans la chambre de Damien M., âgé de 66 ans et lorsque Pawanee, 41 ans, a ouvert la porte, elle l'a trouvé mort dans son lit habillé uniquement d'un short noir.

    Lorsqu'elle a retrouvé son calme, elle a appelé les autorités qui ont déterminé que M. Damien était décédé depuis au moins 24 heures.

    Il n'y avait aucun signe de lutte ou de vol dans la maison qui, selon Naew Na, était luxueusement décorée.

    Pawanee a expliqué qu'elle vivait avec le défunt depuis cinq ans. Il souffrait de goutte et de problèmes cardiaques.

    Tout récemment, elle a dit qu'il avait été pris de tremblements et qu'il pouvait à peine marcher lors d'une sortie en ville, alors ils sont rentrés chez eux. Il n'a pas consulté de médecin et s'est couché.

    Elle a dit qu'elle prenait tranquillement un café et a vu la lumière allumée dans sa chambre et a imaginé qu'il devait faire une (longue) sieste.

    Cependant, une odeur a rapidement envahi la maison et elle est allée ouvrir sa porte et a découvert ce qui s'était passé.

    La police a trouvé beaucoup de médicaments dans la chambre et a ordonné une autopsie à l'hôpital de police.

    Naew Na a déclaré que la victime venait d'Islande. Thaivisa rappelle que les médias thaïlandais confondent souvent l'Islande avec l'Irlande.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166899-pattaya-foreigner-found-dead-in-luxury-jomtien-house/

    2pm.jpg.3838285710e66f837457fcfa4db21c16.jpg.60559d8bb9d6eaff173cfd2d73a0a620.jpg


  21. Le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a semblé ne pas croire que les touristes internationaux seraient autorisés à revenir en Thaïlande le mois prochain.

     

    Le gouvernement thaïlandais avait précédemment fixé provisoirement au 1er juillet la levée de toutes les restrictions mises en place afin de lutter contre la propagation du COVID-19.

    La levée des restrictions signifierait que les voyages internationaux vers la Thaïlande reprendraient le 1er juillet.

    Mais mardi, le Premier ministre a déclaré que la Thaïlande avait encore un long chemin à parcourir dans sa lutte contre COVID-19 avant que les touristes étrangers soient autorisés à revenir.

    Le Premier ministre a déclaré que la question n'avait pas encore été discutée par le Cabinet.

    Il a ajouté que seuls les touristes de certains pays pourraient être autorisés à visiter la Thaïlande - à savoir les pays où l'épidémie de COVID-19 est sous contrôle, ce qui exclut de facto les pays francophones.

    Et tous les touristes autorisés à entrer en Thaïlande ne pourront le faire qu'avec un certain nombre de restrictions.

    Il faudra en passer par des «bulles de voyage» en utilisant des accords bilatéraux avec d'autres pays pour aider à limiter toute nouvelle flambée potentielle.

    "Une fois la situation améliorée, nous autoriserons les voyages entre les pays avec lesquels nous aurons un accord", a déclaré le Premier ministre Prayuth Chan-Ocha à Bloomberg.

    L'idée est similaire à celles mises en place ailleurs.

    Deux exemples : Le mois dernier, une bulle de voyage, ou «couloir de voyage», a permis aux gens de voyager entre Séoul et 10 régions de Chine, dont Shanghai, tandis qu'en Europe, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie ont créé leur propre bulle de voyage le 15 mai.

    L'Australie et la Nouvelle-Zélande ont également discuté de plans de reprise des voyages entre les deux pays, potentiellement à partir de septembre.

    De toute façon, le gouverneur de la Tourism Authority of Thailand (TAT), Yuthasak Supasorn, a déclaré la semaine dernière qu'il ne s'attendait pas à ce que les touristes internationaux reviennent en Thaïlande avant la fin de l'année.

    "Cela dépend toujours de la situation de l'épidémie, mais je pense qu'au plus tôt, nous pourrions voir le retour des touristes au quatrième trimestre de cette année", a-t-il déclaré à CNN.

    Et il y aura probablement des restrictions en place pour déterminer où ils peuvent voyager.

    "Nous n'allons pas ouvrir tout en même temps", a-t-il déclaré.

    "Nous sommes toujours en état d'alerte, nous ne pouvons pas encore baisser la garde. Nous devons prendre en compte le pays d'origine [des voyageurs] pour voir si leur situation s'est vraiment améliorée. Et enfin, nous devons voir si nos propres opérateurs commerciaux sont prêts à recevoir des touristes dans le cadre de la «nouvelle norme». "

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166886-no-confirmation-on-when-international-tourists-can-return-to-thailand-pm/

     

    R1.jpg.8cc0f2cef2e2a238cfadca4ff68e0e39.jpg.670c9efbf698235655d6b83ff8cdcb45.jpg


  22. Le ministère thaïlandais de la Culture proposera à l'administration en charge de COVID-19 (CCSA) de déclarer des jours fériés spéciaux, du 4 au 9 juillet, pour les célébrations tardives de Songkran, annulé à la mi-avril en raison de la pandémie de coronavirus. .

     

    Le ministre de la Culture, Itthiphol Khunpluem, a déclaré mardi que la période était appropriée car le 4 et le 5 juillet sont un week-end et le 5 juillet c'est Asalha Puja, ainsi les 6 et 7 juillet sont déjà fériés. Il suffirait d'ajouter les 8 et 9.

    En déclarant les "vacances spéciales de Songkran", les Thaïlandais auront un total de six jours de congé pour s'éclabousser avec de l'eau, a déclaré le ministre.

    Alternativement, les célébrations pourraient avoir lieu à la fin du mois de juillet, au moment de l'anniversaire de Sa Majesté le Roi, a-t-il ajouté.

    Le ministre de la Culture a toutefois ajouté que la question doit être discutée avec les responsables de la santé au CCSA et que les résultats de la troisième phase du déconfinement devront être évalués.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166821-culture-ministry-proposes-holidays-from-july-4th-to-9th-for-songkran-celebrations/

     

    n8.thumb.jpeg.9f61fedaa24c6311767f8cbb8932b388.jpeg


  23. Alors que 2020 avance vaille que vaille, chacun se demande «Où investir?». En tant qu'investisseur, vous devez vous soucier de la stabilité économique et politique lorsque vous choisissez où investir votre argent.

    La pandémie actuelle de COVID-19 a inquiété de nombreux investisseurs. Et ils ont raison. Le Congressional Research Service affirme que la pandémie pourrait réduire la croissance économique mondiale de 2%. Même JP Morgan a prédit qu'il y a 60% de chances qu'une récession se produise en 2020. Et donc, la réponse à "Où investir?" n'a jamais été aussi incertaine.

    La vérité est que tous les pays ne seront pas touchés en cas de récession mondiale. Certains pays sauront résister à un krach économique. Ils ont des moteurs de croissance interne peu liés avec les marchés mondiaux. Ils seront les moins touchés. Les meilleurs pays pour investir en 2020 sont ces pays fortifiés.

    Selon le Groupe de la Banque mondiale, quatre facteurs motivent un individu ou une entité commerciale à investir dans un pays. Ce sont les ressources naturelles, les marchés, l’efficacité et les atouts stratégiques du pays (comme ses technologies et ses marques).

    En utilisant ces quatre déterminants, nous avons compilé le classement des 2020 meilleurs pays pour investir sur la base d'une large liste de dix critères : indice de corruption, environnement fiscal, stabilité économique, liberté entrepreneuriale, caractère innovant, main-d'œuvre qualifiée et expertise technologique, infrastructure , la protection des investisseurs, les formalités administratives et la qualité de vie.

    Voici le classement des 10 meilleurs pays à investir en 2020.

    1- Croatie

    2. Thaïlande

    La Thaïlande occupe la deuxième position du classement 2020 des meilleurs pays dans lesquels investir. Le pays a largement profité de la tension commerciale entre les États-Unis et la Chine. De nombreux investisseurs en ont assez de tout ce drame. Ils ont maintenant tourné leur attention vers la Thaïlande. Vous le devriez aussi. Au cours des neuf premiers mois de 2019, le pays a enregistré une augmentation de 69% de la valeur totale des demandes d'investissement étranger direct par rapport à 2018. 65% de ces demandes étaient dirigées par les secteurs de l'automobile, de l'électronique et de l'électricité et du numérique. La croissance du marché thaïlandais et ses indicateurs de dynamique sont restés stables et forts. Forbes a classé le pays comme le 8e meilleur marché émergent de 2020.

    3- Royaume Uni

    4- Indonéesie

    5- Inde

    6- Italie

    7- Australie

    8- Vietnam

    9- Lettonie

    10- Singapour

    https://london-post.co.uk/best-countries-to-invest-in-2020/

     

    Certains de ces classements sont sérieux (comme ceux de la Banque Mondiale), d'autres moins

    where-invest-overseas.jpg.9306fcb450c911976c7157d3517995b4.jpg


  24. Huit policiers du commissariat de Nong Chok à Phetchaburi ont été mutés après qu'une vidéo scandaleuse les montre dans leurs œuvres. On les voit demander de l'argent à une femme en échange de quoi, ils ne l'enverrons pas faire un test de dépistage de drogue.

     

    Des images de la vidéo, publiées sur Internet le 31 mai, montrent les policiers qui demandent 40 000 Bt à la femme, mais on la voit affirmer qu'elle ne peut payer que 33 000 Bt.

     

    Le chef de la police provinciale, Tianchai Kama-Paso, a ordonné aujourd'hui (2 juin) la mutation des huit policiers apparaissant dans la vidéo - un lieutenant-colonel, un capitaine, trois lieutenants, un sous-lieutenant et deux sergents principaux.

    Les policiers ont été transférés au centre des opérations de police de Phetchaburi et feront l’objet d’une enquête.

    Qu'on se rassure les policiers mutés sont très rarement virés ou poursuivis. Ils retrouvent leur poste après un mois.

    L'extorsion n'est pas rare dans la police thaïlandaise.

    Un ancien ministre des affaires étrangères "chemises jaunes" donc anti Thaksin et pro armée, Kasit Piromya, estime dans le média Thaienquirer que la corruption est encore plus répandue sous le régime actuel de généraux à des postes ministériels que sous Thaksin.

    Une affaire mettant en cause le numéro deux de la junte, actuel vice premier ministre Prawit Wongsuwan, a été classée sans suite par le Comité de Lutte contre la Corruption hier.

    Prawit Wongsuwan est par ailleurs en train de faire main basse sur le parti au pouvoir Palang Pracharat après que 18 membres du comité directeur ont démissionné, afin que le ministre des finances  Uttama Savanayana perde la tête de ce parti.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166767-8-policemen-dismissed-after-allegedly-demanding-bt40000-from-woman/

     

     

    imageproxy_php.png.7fc92e9f7ac2b02bb8277e42e3306032.png

     


  25. BANGKOK, 2 juin 2020: des centaines d'hôtels dans des stations balnéaires en Thaïlande sont en vente selon un article en langue thaïlandaise de Prachachat.net.

    Affirmant que le secteur hôtelier du pays est maintenant en chute libre en raison du verrouillage dû au Covid-19, il a rapporté qu'une flopée d'hôtels de trois à quatre étoiles sont sur le point de fermer, car les propriétaires immobiliers manquent de ressources financières pour rembourser leurs prêts bancaires.

    La plupart des propriétés à vendre se trouvent dans les trois principales provinces touristiques de Phuket, Krabi et Samui.

    L'article affirme que les acheteurs opportunistes de Singapour et de Chine sont en tête de la liste des étrangers qui sont prêts à saisir des aubaines immobilières à des prix qui ont chuté d'environ 50% de leur valeur d'avant Covid-19.

    Une source de l'hôtellerie a déclaré à "Prachachat Business" que des centaines d'hôtels sont désormais la cible de fonds immobiliers qui ont les ressources pour acheter pendant la crise lorsque les prix sont impactés.

    Mais la plupart des "requins" immobiliers ne sont prêts à acheter qu'à des prix bien inférieurs à ceux évalués avant Covid-19. Les sites Web de ventes de propriétés ont répertorié des hôtels à Phuket, Samui, Surat Thani, Krabi et même Pattaya avec des prix catalogue de 1 à 10 milliards de THB, des propriétés trois étoiles de taille moyenne se vendaient moins d'un milliard de THB et des petits hôtels à des prix de 50 à 100 millions.

    La vente à prix cassés se poursuivra sans arrêt car la plupart des stations balnéaires du sud de la Thaïlande ne peuvent pas compter sur le marché intérieur qui est actuellement le seul qui sauvera des stations balnéaires proches de Bangkok telles que Hua Hin et Pattaya.

    Un expert immobilier a averti que la vente à prix cassés de l'immobilier hôtelier finirait par s'étendre à Chiang Mai, Lamphun et Chiang Rai dans le nord de la Thaïlande.

    Dans de nombreux cas, les prix chuteront de 20 à 30% de moins que le prix du marché, et les investisseurs étrangers sont prêts à se lancer pour profiter de bonnes affaires.

    Tant que les mesures de verrouillage et l'interdiction des vols continueront, l'industrie hôtelière thaïlandaise restera vulnérable aux prises de contrôle hostiles. Si les hôtels ne peuvent pas redémarrer rapidement leurs opérations, ils manqueront de ressources pour traverser la tempête jusqu'à ce que le marché européen des voyages d'agrément retrouve de la vigueur, probablement pas avant 2021. Reste à savoir si on  parle de janvier ou de décembre 2021.

    https://forum.thaivisa.com/topic/1166750-thai-hotels-on-the-chopping-block/

    chaweng-beach-696x497.jpg.71f0e59de2ae4f0607a26ced68c28785.jpg.841e2fdce5cde954fd5383f27c16a726.jpg