Le Modérateur

Guide Michelin Thaïlande : les occidentaux peuvent-ils juger la cuisine thaïe ?

Recommended Posts

 

Les grands chefs thaïs et les gourmets se sentent modestes, réservés mais curieux de l’arrivée tant attendue du Guide Michelin prévue pour le mois prochain dans la capitale.

Le 6 décembre sortira le premier Guide des restaurants de Bangkok. Les chefs des restaurants les plus fréquentés s’entendent pour maintenir les standards les plus avantageux, recommandant au personnel d’être vigilant et de porter la plus grande attention au plus petit détail au cas où un « inspecteur » passerait. « Ils ne s’identifient jamais », avoue Nooror, chef du restaurant haut-de-gamme de l’Eléphant Bleu, parlant de ces inspecteurs anonymes du Michelin.  Elle a recommandé à son personnel d’être très vigilant sur les fourchettes tombées d’une table d’un dîneur – ce pourrait être le signe d’un test sur la qualité du restaurant. Récemment un Occidental accompagné d’une Thaïe dînant au célèbre restaurant ont avoué travailler pour  le non moins célèbre Guide français.

« Nous n’espérons pas des étoiles mais voir reconnaître que tout est bon. »

Au JOK Kitchen, une table modeste du Quartier Chinois, il faut normalement réserver 20 jours à l’avance. On n’y reçoit que 20 personnes à la fois. On peut imaginer l’émotion du chef lorsqu’il entend le mot « Michelin », même si ce restaurant a déjà la reconnaissance de la BBC et du National Geographic pour l’excellence de sa cuisine.

La parution de ce Guide est le 6e en Asie après celui du Japon, de la Corée du Sud, de Singapour, de Chine et de Hong Kong.  Mais contrairement à la mésaventure du Guide pour le Japon il y a dix ans – snobé par les chefs nippons qui prétendaient que les étrangers manquaient d’expertise pour évaluer la cuisine du Soleil Levant – les Thaïs sont beaucoup plus réceptifs…

A Bangkok, les préposés sont plus ouverts aux Occidentaux, particulièrement aux Français, en matière de reconnaissance de la cuisine thaïe. Ils estiment que la venue de ce Guide sera une véritable flambée pour la cuisine thaïe et une véritable élévation de ses standards internationaux déjà reconnus.

Le TAT (Tourist Authority of Thailand) s’est associé au Guide Michelin pour 144 millions de bahts afin d’assurer une édition pendant cinq ans, d’abord sur Bangkok, puis sur toute la Thaïlande. Le but en est d’informer les amateurs de cuisine thaïe, de hausser le profil des restaurants et de ressourcer l’économie du pays.

Cette association du TAT et du Guide Michelin est reconnue par tous les chefs interrogés comme bénéfique.

Les établissements ont un bel avenir s’ils sont cités dans le Michelin.

http://www.khaosodenglish.com/life/food/2017/11/07/thai-chefs-starry-eyed-michelin-guide-bangkok/

 

michelin-696x696.jpg.0379f750ea745549ffb78c4238f4a0b9.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

BANGKOK 20 novembre 2017 00:25
Sponsors