Le Modérateur

Les critiques contre le gouvernement feraient bien de se tenir à carreau sur Internet

1 message dans ce sujet

Article du pro-govt THE NATION

Les CRITIQUES EN LIGNE ont été avertis de faire attention à ce qu'ils disent des performances du gouvernement, alors que le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a ordonné hier à tous les fonctionnaires d'intensifier leur surveillance des commentaires sur Internet et d'appliquer les lois les concernant.

Prayut leur a dit d'appliquer strictement la nouvelle loi sur la criminalité informatique, qui punit la diffusion en ligne d'informations «jugées controversées pour la sécurité nationale». L'infraction est passible d'une amende de 20 000 à 200 000 Bt et / ou d'une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à 10 ans.

Le projet de loi permet également aux agents de l'État de fermer les sites Web.

Prayut a affirmé que la décision s'appuyait sur un rapport publié par l'Institut du Roi Prajadhipok, qui suggère que les titres de articles pourraient induire le public en erreur. Mais on ne sait rien de précis sur ce rapport.

"Parfois, certains méchants doivent être punis", a déclaré Prayut lors de son briefing hebdomadaire. "Il y a des "fake news" et des discours de haine partout. Nous voulons juste garder la société en ordre. "

Le porte-parole du gouvernement, le général Sansern Kaewkamnerd, a ajouté que le premier ministre avait ordonné à tous les organismes gouvernementaux de poursuivre les procédures judiciaires s'ils trouvaient dans les réseaux sociaux des messages qui «portent atteinte au govt».

L coup de semonce de Prayut vient quelques jours après qu'il a critiqué les médias qui ont parlé de son remaniement ministériel. C'est à dire tous. "Ils devraient attendre jusqu'à ce qu'une annonce officielle soit faite sans tenter de deviner", a déclaré Prayut, cité par Sansern.

Depuis que Prayut est arrivé au pouvoir en 2014, beaucoup de personnes ont été arrêtées pour avoir violé le projet de loi sur la criminalité informatique et la loi sur la diffamation ou la loi sévère de lèse-majesté.

En 2015, un ouvrier a été arrêté pour avoir partagé une infographie élaborant un prétendu «réseau» gouvernemental lié au scandale de corruption du parc royal Rajbhakdi.

La même année, une page Facebook "Nous aimons Gen Prayut" a été fermée pour du contenu se moquant du chef de la junte.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1012456-online-critics-of-govt-to-face-stricter-monitoring-prayut/

 

Peut-être que dire qu'on n'a pas le droit de dire de mal, c'est déjà dire du mal, donc les médias sont tous coupables ce matin.

imageproxy_php.thumb.jpg.bec1344cd4618aa90177ca2350fa8860.jpg

 

 

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 26 juin 2022 12:33
Sponsors