Le Modérateur

Arthur Ange, disparu depuis un an en Birmanie, en route pour la Thaïlande

1 message dans ce sujet

Suite de ce mystère

 

 

Un an quasiment jour pour jour après le dernier signe de vie d'Arthur Ange, 29 ans, sa famille continue d'espérer. Elle se bat pour que cette affaire de disparition inquiétante ne sombre pas dans les oubliettes du temps qui passe. En janvier 2017, ce jeune étudiant en architecture de 29 ans et globe-trotteur averti, s'est mis en tête de franchir la frontière fermée entre le Bangladesh et la Birmanie pour rejoindre ensuite la Thaïlande. Sur une carte c'est une évidence absolue mais sur les routes, et pire encore dans les sentiers de la jungle, c'est une autre affaire.

 

«La dernière fois que nous avons des nouvelles de son existence, c'est le 31 janvier 2017. Ce jour-là il a été contrôlé puis arrêté par les policiers de la ville d'Ukhya au sud du Bangladesh. Puis, il a été remis en liberté. Trois jours auparavant, il a fait des photos avec d'autres voyageurs qu'on a retrouvées ensuite sur Facebook. Et le 26 janvier, pour nous c'était son dernier mail. Depuis ? plus rien. Comme évaporé. Mais pour autant, cela ne veut pas dire qu'il soit mort. Je crois qu'il peut être encore vivant quelque part dans la jungle birmane», explique Mireille Daligault, la maman d'Arthur installée près de Béziers (Hérault). Depuis sa maison, elle continue quotidiennement le combat pour retrouver sa trace même si les autorités birmanes n'ont pas donné beaucoup d'informations précises.

«On se sent un peu abandonné, comme si plus personne dans les autorités françaises ne s'occupait de ce qui est arrivé à Arthur», ajoute Maeva la cousine du jeune voyageur. «Le silence du Quai d'Orsay notamment, il faut espérer qu'ils continuent un travail sur lequel ils ne veulent surtout pas communiquer dans cette affaire. Et que ce silence n'est pas celui des oubliettes», poursuit la maman qui se raccroche au fait qu'on n'a jamais retrouvé de corps ni réclamé de rançon. «Je ne vais pas vous dire qu'on se réveille tous les matins optimistes. Mais on continue à y croire et à se battre. On ne baisse pas les bras» ajoute encore Mireille Daligault qui ne fait pas mystère de la dangerosité d'un voyage à Birmanie avec les bandes et les rebelles qui sillonnent la jungle.

Christian Goutorbe
 
 
APPEL A TEMOIN
201801290333-full.jpg.5e4399f69ae01f50077329044d955670.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Join the conversation

You can post now and register later. If you have an account, sign in now to post with your account.

Invité
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Your link has been automatically embedded.   Display as a link instead

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.


BANGKOK 06 décembre 2021 12:44
Sponsors