Aller au contenu
BANGKOK 18 November 2019 14:05
Le Modérateur

Au Cambodge, la France restaure un temple du XIe siècle situé au milieu des eaux

Recommended Posts

 

Par Bernadette Arnaud

 

cover-r4x3w1000-5a71b5ac8a6ec-mebon-reel.jpg.7b46dfa3aba5ce2554ba3eca7b9d6db8.jpg

 

Le temple du Mebon au coeur du bassin artificiel du Baray occidental à Angkor, au Cambodge.

Crédits: EFEO

Entre ciel et eau, sur le site d’Angkor, l’ancienne capitale de l’empire khmer (IXe-XVe siècle), une équipe franco-cambodgienne redonne vie au Mebon, un temple du XIe siècle.

 

Le sanctuaire sacré semble flotter sur l'eau. Situé sur un tertre au centre du réservoir artificiel du Baray occidental creusé à main d'homme au XIe siècle -le plus grand d'Asie avec 8km de long sur 2,3km de large- le temple du Mebon ceinture lui-même un bassin intérieur. Ce bâtiment cultuel de 100m de côté, qui appartient au célèbre complexe archéologique d'Angkor (Cambodge), est en cours de sauvetage par des équipes françaises. La mission a en effet été confiée à l'Ecole Française d'Extrême-Orient (EFEO) en coopération avec l'Autorité pour la Protection du Site et l'Aménagement de la Région d'Angkor (APSARA). Ce sauvetage du Mebon constitue un véritable défi.

w453-87545-mebon-occidental.jpg

Image satellite du parc archéologique d'Angkor (Cambodge) avec la localisation du bassin artificiel du Mebon occidental. ©EFEO

Il fait suite à l'impressionnante réhabilitation, par la prestigieuse institution française, du temple-montagne du Baphuon, travail considérable mené pendant quinze ans par l’archéologue de l’EFEO Pascal Royère, disparu en 2014, dont avait rendu compte Sciences et Avenir (N°733).  Maric Beaufeïst, une architecte française du patrimoine rencontrée sur les lieux en décembre 2017 par Sciences et Avenir, participe à ce nouveau challenge. L'eau est en effet partout, y compris dans les sols où elle tente en permanence d'attaquer la digue artificielle construite par l'APSARA et qui permet de travailler pendant les périodes d'inondation de septembre à avril. En outre, il ne restait pratiquement rien de la superstructure du temple, construit au XIe siècle, hormis quelques-uns des douze pavillons, sortes de tours ajourées et sculptées.

 

La suite -passionnante-  gratuitement dans Sciences et Avenir

https://www.sciencesetavenir.fr/archeo-paleo/archeologie/au-cambodge-la-france-restaure-un-temple-du-xie-siecle-situe-au-milieu-des-eaux_120387

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×