Aller au contenu
BANGKOK 22 February 2019 23:16
Le Modérateur

L'une des expertes en sexualité pourrait balancer la Russie dans l'affaire Trump en échange de l'asile politique aux USA

Recommended Posts

Rebondissement. Si ce n'est pas du bluff, c'est du très lourd

 

 

PATTAYA - Une femme russe en garde à vue a déclaré qu'elle allait parler de l'ingérence de la Russie dans les élections américaines de 2016 si les Américains pouvaient l'empêcher d'être expulsée vers la Russie.

Anastasia Vashukevich, dont l'histoire d'amour avec un oligarque russe marié dans l'enquête sur l'ingérence électorale russe a enflammé le Kremlin, a déclaré à Khaosod qu'elle sait des choses. De "première main". Elle parlera si les Américains peuvent aider à la garder hors des griffes des autorités russes.

Vashukevich a été arrêtée dimanche à Pattaya où elle participait à un cours de "sexe avancé" avec un Russe libertin connu sous le nom d'Aleksandr Kirillov, dont le pseudo en ligne est Alexander Lesley. Huit autres Russes ont été arrêtés avec eux et accusés de travailler sans autorisation. L'un d'eux a été accusé d'être en overstay. Corollaire : les neuf autres étaient légaux.

Ils ont fui la Russie il y a trois semaines lorsque le leader de l'opposition russe Alexei Navalny a publié les détails salaces sur l'histoire d'amour de Vashukevich - comme elle l'a évoqué sur Instagram - avec le milliardaire Oleg Deripaska.

Quelques heures après la publication de la vidéo de Navalny, qui montre également des photographies d'un vice-Premier ministre russe lors d'une croisière avec Deripaska et Vashukevich, un tribunal russe a ordonné l'interdiction de la vidéo ainsi que la plupart des sites web de Navalny.

La Russie a menacé d'interdire YouTube et Instagram si tout le contenu n'était pas supprimé.

Dans une interview exclusive avec Khaosod, Kirillov a déclaré qu'ils avaient des informations supplémentaires spécifiques sur l'ingérence russe qu'ils échangeront en échange de la protection américaine.

"La Russie veut nous récupérer à cause de ce que nous savons, à cause de Navalny", a déclaré Kirillov.

Deripaska était proche de l'ancien directeur de campagne de Trump, Paul Manafort, qui fait face à une liste croissante d'accusations portées par le procureur spécial Robert Mueller, qui enquête sur l'ingérence russe et semble vouloir la perte de Manafort. Manafort insiste sur le fait qu'il est innocent.

Le vice-Premier ministre sur le bateau était Sergueï Prikhodko, qui pèse lourdement sur la politique étrangère russe et est accusé d'avoir accepté des pots-de-vin de Deripaska. Deripaska a offert de témoigner sur l'ingérence russe en mai l'année dernière en échange d'une immunité totale du Congrès américain - ce qui lui a été refusé.

"[Anastasia] était avec Diperska et [Sergei] Prikhodko. Nous demandons l'asile politique parce que les Russes veulent nous envoyer en prison », a déclaré Kirillov.

Les 10 Russes ont été emmenés à la Cour provinciale de Pattaya mardi après-midi pour une audience. Bien qu'on leur ait dit de s'attendre à être libérés sous caution, le tribunal a ordonné leur détention. Les faits qui leur sont reprochés sont anecdotiques.

La police à l'extérieur du tribunal a déclaré que l'ordre venait de Bangkok: le visa des Russes a été révoqué et ils devaient être expulsés chez eux. Les gardes à l'extérieur de la salle d'audience ont été étonnés par la forte escouade de plus de 20 policiers qui se sont présentés pour les escorter.

"Pourquoi avons-nous besoin de tant de flics? Avons nous affaire à Khun Sa (le plus grand mafieux de la région au 20ème siècle) ? », A déclaré un officier de sécurité du tribunal.

Les reporters de Khaosod ont suivi le convoi de la police jusqu'au bureau local de l'immigration, où les Russes ont tenté de faire passer une lettre à un ami mais la missive a été interceptée par la police de l'immigration.


Une copie de la lettre a été plus tard obtenue par Khaosod et est en cours de traduction.

L'ambassade de Russie à Bangkok a refusé de répondre aux questions des journalistes. Un homme qui a répondu au téléphone a dit qu'il ne pouvait pas commenter l'affaire.

Une porte-parole de l'ambassade américaine a déclaré que les Russes arrêtés pourraient demander de l'aide "par les canaux appropriés".

Bien qu'il soit impossible de vérifier leurs affirmations, traiter les Russes arrêtés comme des opportunistes est difficile car la réaction furieuse de Moscou, qui a décidé de fermer la plus grande partie de la présence en ligne de Navalny et a rendu sa vidéo illégale pour les Russes apporte de l'eau au moulin des "experts". Les médias russes suivent de près l'histoire de Vashukevich et de Kirillov en Thaïlande.

Mardi, Vitaly Milonov, un membre de la Douma d'Etat, a déclaré que Kirillov et tous ceux qui étaient arrêtés avec lui devraient être punis au maximum en Thaïlande.

"Si possible, il ne devrait pas être libéré. J'espère qu'il restera dans la prison thaïlandaise la plus effrayante, couchée avec des vers pourris parce qu'il est diabolique. Il a enfreint la loi avec ses actions psychotiques. Si la Russie ne peut pas cadrer cette personne, alors laissez-le pourrir dans une prison thaïlandaise ", a déclaré Milonov à la chaîne de télévision russe 5.

Milonov a poursuivi en disant que tous les gens qui fréquentent les cours de Lesley
devraient également être poursuivis sans l'aide d'un avocat.

"Toutes sont des prostituées stupides et folles. Ne les laissez pas avoir accès à un avocat, peu importe les circonstances. Les procureurs devraient les contrôler pour la drogue et agir selon la loi thaïlandaise ", a déclaré Milonov.

La nuit dernière, les Russes devaient être emmenés dans un centre de rétention de l'immigration.

Le commandant de l'immigration de Chonburi, Songpoad Sirisuka, a déclaré que les visas de ces Russes en Thaïlande avaient été révoqués parce qu'ils avaient été surpris en train de travailler sans permis. Il a dit que la nature "immorale" des cours devrait être prise en compte.

Travailler sans permis en Thaïlande est passible d'une peine maximale de cinq ans d'emprisonnement, mais le tribunal suspend généralement la peine, permettant aux autorités d'expulser immédiatement les étrangers condamnés.

Leur avocat, Thana Siwadonwanit, a protesté contre cette décision d'expulsion immédiate.

"Bullshit!" a crié Thana quand il a entendu parler de cet ordre mardi soir.

Il a précisé mercredi matin que ses clients ont droit à un procès équitable et que leurs visas ne devraient être révoqués que s'ils sont reconnus coupables. Thana soupçonne que la police pourrait avoir un agenda caché derrière ces mesures immédiates prises contre le groupe.

"Ils utilisent la loi comme ils veulent. Ils révoquent maintenant des visas sans raisons valables ", a déclaré Thana. "Je veux savoir quelle raison ils ont vraiment donnée. Je n'ai pas encore vu le document. "

Donc prochain épisode : qu'y a t il dans la lettre en russe ? De quoi intéresser les Américains ou bien ? La réaction du député Milonov montre bien que ces Russes ne sont pas ordinaires.

photos de lien en lien https://www.thaivisa.com/forum/topic/1027061-khaosod-english-exclusive-russians-in-thai-jail-offer-secrets-on-trump-election-for-us-asylum/

Anastasia est au centre

imageproxy_php.jpg.6c1f03886c91f860c4e844a8448c2600.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×