Aller au contenu
BANGKOK 24 July 2019 02:43
Le Modérateur

La Thaïlande voudrait envoyer des policiers en Allemagne pour en savoir plus sur le réseau de prostitution germano-thaïlandais

Recommended Posts

suite de cette affaire

 

Les Thaïlandaises raflées dans la plus grande action contre des réseaux criminels en Allemagne, soupçonnés d'avoir fait passer clandestinement des centaines de femmes et de transsexuels de Thaïlande pour se prostituer, risquent d'être accusées en premier lieu de travailler comme prostituées sans permis de travail.

Le chef de la police nationale adjoint, Pol General Srivara Rangsibhramanakul, a déclaré jeudi que si la prostitution est légale en Allemagne, les travailleurs du sexe doivent avoir un permis de travail.

Srivara a demandé aux agences de la police concernées plus d'informations sur les raids de mercredi.

Ces départements ont également reçu l'ordre d'examiner tous les aspects pour savoir qui était impliqué. Les coupables (sous entendu en Thaïlande car il a bien fallu recruter) seront sévèrement punis, a dit Srivara.

Par ailleurs, le général Pol Thammasak Witchayara, en charge de la lutte contre la traite des êtres humains, a déclaré que la partie thaïlandaise contacterait l'Allemagne pour connaître les détails de l'affaire.


Les polices thaïlandaise et allemande ont coopéré pour lutter contre la traite des êtres humains, a indiqué M. Thammasak, ajoutant qu'il envisageait d'envoyer des policiers en Allemagne, des Thaïlandais étant détenus dans l'affaire.

On ne sait pas encore combien de Thaïlandais ont été arrêtés lors des raids, qui ont impliqué un nombre record de 15 000 officiers dans plus de 60 maisons closes et appartements dans 12 des 16 états allemands. Les procureurs comptent 56 suspects, dont 41 femmes.

Parmi les personnes arrêtées figuraient sept personnes soupçonnées d'avoir été des leaders du réseau, dont une Thaïlandaise de 59 ans qui aurait introduit clandestinement en Allemagne des femmes et des transsexuels thaïlandais avec des visas frauduleux afin de prostitution forcée.

La femme et son partenaire allemand de 62 ans ont été placés en détention. Les autres détenues pourrait être traitées comme des victimes.

Les femmes amenées en Allemagne «devaient verser 100% de leur salaire aux opérateurs des salons de massage pour rembourser leur taxe de contrebande», allant de 16 000 euros (640 000 Bt) à 36 000 euros, selon la police allemande. Il a dit qu'outre la traite des êtres humains, la prostitution forcée et le détournement des salaires, les dirigeants du réseau sont également accusés d'évasion fiscale.

Certains des suspects pourraient faire face à 15 ans de prison.

Le ministre allemand de l'Intérieur Horst Seehofer a déclaré que plusieurs centaines de femmes et d'hommes étaient à la merci de la cupidité inhumaine et sans limite des passeurs de clandestins.

Il a déclaré que si les victimes thaïlandaises savaient qu'elles étaient emmenées dans des maisons closes allemandes, elles étaient dupées au sujet des "conditions, y compris le fait qu'elles ne recevraient pratiquement aucune rémunération".

Elles ont été amenées en Europe avec des visas touristiques qui interdisaient explicitement le travail et ne parlaient pas allemand, ce qui les rendait particulièrement vulnérables à l'exploitation.

Les autorités de l'immigration examineraient maintenant le statut juridique des victimes pour déterminer combien de temps elles pourraient rester en Allemagne.

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1034485-thai-sex-workers-in-germany-may-be-charged-with-not-having-work-permit/

82c444ce8fa3a6ea1f6fdf10b510363f.jpeg.0b067e7c22bb3086b20e4b9514f2cb4f.jpeg.4ca1ccb08cb9a23ab42765c60411d633.jpeg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×