Aller au contenu
BANGKOK 17 October 2019 17:13
Le Modérateur

Les commerçants du marché de Don Muang en ont assez d'être rackettés.

Recommended Posts

CERTAINS DES 500 commerçants du marché moderne de Donmuang à Bangkok prétendent qu'ils ont payé entre 500 et 10 000 Bt par mois pour la "protection de la police" parce que certains des produits qu'ils vendent sont illégaux. On pense que ces produits sont des cosmétiques.

 


Le Grand Flic, Surachet Hakpan, a déclaré hier que ses officiers examinaient les allégations.

Une commerçante qui a demandé à ne pas être nommée a déclaré qu'en plus de payer le loyer de ses locaux, elle a également payé "l'argent de la protection" afin que les autorités ferment les yeux sur ses affaires.

Elle a refusé de nommer les personnes qu'elle a payées par souci de sa sécurité. "Les journalistes reçoivent des informations et s'en vont, la police (sous entendu honnête) reste 30 jours et s'en va, mais nous les vendeurs sommes toujours là", a-t-elle dit.

"Où en Thaïlande les vendeurs ne sont-ils pas rackettés pour une supposée protection? Tu peux me dire ? "dit-elle.

Un autre marchand, qui a également demandé à ne pas être identifié, a déclaré que ceux qui avaient signé un contrat de location directe avec les propriétaires du marché payaient entre 500 et  3000 Bt par mois pour la protection. Ce deuxième marchand a également refusé de dire qui a demandé l'argent de la protection.

Surachet a assisté hier à une réunion avec des représentants du Département du Trésor, du Bureau de lutte contre le blanchiment d'argent pour discuter des actes répréhensibles sur le marché.

Il a indiqué que la police engagerait une action en justice contre les vendeurs liés aux 300 000 produits saisis lors de cinq raids récents et contre la société Donmuang Pattana pour avoir modifié des bâtiments sans autorisation et pour avoir empiété sur le canal Prem Prachakorn. Cette dernière infraction pourrait également entraîner une accusation de blanchiment d'argent, a ajouté M. Surachet.

Par ailleurs, le Premier ministre Prayut Chan-o-cha a défié le colonel Santhana Prayoonrat, ancien de la DSI, qui est maintenant le conseiller du propriétaire du marché, de révéler un «conflit d'intérêts de plusieurs millions "Qui aurait impliqué un militaire du gouvernement.

Prayut a déclaré que la divulgation permettrait au militaire accusé de donner sa version et il a averti que Santhana serait tenu responsable si l'accusation était fausse.

Santhana a affirmé qu'il avait des informations et que c'était la raison derrière les récents raids dans ce marché, bien que la police a déclaré qu'ils faisaient partie d'une répression en cours contre les cosmétiques illégaux.


 https://www.thaivisa.com/forum/topic/1037341-claims-of-widespread-extortion-racket-at-bangkok-market/

imageproxy_php.thumb.jpg.d5e2d88756d13c928dafde063323d399.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×