Aller au contenu
BANGKOK 17 September 2019 15:18
Le Modérateur

La petite fille thaïo-suisse tombée du balcon a succombé à ses blessures

Recommended Posts

suite de ce drame absolu, lire tous les articles, tous liés

 

Après le petit garçon, c'est au tour de la petite fille a n'avoir pas survécu.

Ainsi deux des quatre frères et sœurs qui sont tombés du balcon de l'appartement du quatrième étage de leur famille à Bangkok le mois dernier sont décédés.

Chanida Borel, sept ans, était dans le coma depuis la chute du 1er mai dans le district de Bang Kapi et son état s'est aggravé lundi au point où son cœur a cessé de battre. Malgré les tentatives des médecins pour la sauver, elle a été déclarée morte à 8h du matin mardi à l'hôpital Ram Khamhaeng.

La mort de Chanida suit celle de son frère cadet Khanatcha Borell, 5 ans, qui a succombé à une blessure à la tête le jour de l'accident.

Les deux autres enfants ont récupéré.

Le père des enfants, Marcel Borel, ressortissant suisse qui enseigne l'anglais, vivait séparément de son ex-épouse thaïlandaise et des quatre enfants et aurait été en conflit sur la garde des enfants depuis leur séparation il y a quatre ans. Il était en visite à l'hôpital de Chanida et serait tombé à terre sous le choc et le chagrin quand il a été informé de la mort de la petite, selon une source.

Selon la police, le balcon de l'appartement avait été prolongé avec des planches de bois pour ranger la vaisselle et les attaches ont cédé.

Les quatre enfants vivaient avec leurs grands-parents et leur mère thaïlandaise, Rattikarn Prakaikaew, dans l'appartement.

La police soupçonne que les enfants étaient assis ou debout sur le prolongement quand il a cédé.

L'accident s'est produit lorsque les grands-parents dormaient et Rattikarn travaillait de nuit.

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1042734-second-sibling-dies-after-fall-from-balcony-collapse-last-month/

D'après les informations de nombreuses sources collectées par Thaivisa, la mère et les grand-parents s’occupaient très mal de ces pauvres enfants, ne pensant qu'à l'argent et, encore pire, ont fait obstruction à toute action du père pour améliorer la situation.

Il n'y a plus qu'à souhaiter que M Borel rentre en Suisse avec ses deux plus grands enfants et qu'ils oublient le cauchemar vécu à Bangkok. Les autorités semblent reconnaitre, off the record, que M Borel mérite la garde de ses enfants mais, de facto, les pères étrangers irréprochables ont rarement gain de cause contre les mères thaïlandaises au comportement contestable.

43498f61bc232284845bff2a2a499c16.jpeg.d637fa110accf102f4b4d8f71bb669f8.jpeg.f986a404368d548afa7c7a39ee0d4e60.jpeg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×