Aller au contenu
BANGKOK 22 February 2019 21:13
Le Modérateur

Un appel à l'aide de WEEBOON pour une famille de réfugiés détenus en Thaïlande

Recommended Posts

Texte rédigé par F. proche du dossier
 
Merci de soutenir et de venir en aide à cette famille de réfugiés détenus en Thaïlande
 
 

Fadi et sa famille se sont installés en Thaïlande il y a 4 ans près avoir du quitter la Syrie, leur terre natale. 

Les raisons étaient simples et évidentes : le pays est en guerre et son épouse enceinte de jumeaux, il faut partir afin d’offrir un réel avenir aux enfants.

Cet ancien champion national de Judo a pu bénéficier d’un visa grâce au sport qu’il pratiquait a un niveau professionnel en Syrie. Il avait ainsi pris la décision de partir afin de s’installer légalement et librement en Thaïlande. 

La pratique sportive n’étant pas considéré comme un métier pour les étrangers vivant en Thaïlande, il avait simplement pu obtenu un visa d’étudiant (en sport) d’un an au sein d’une université Thaïlandaise. 

Dès son arrivée à Bangkok, sa femme donna naissance à deux jumeaux (qui ont aujourd’hui 4 ans). Très vite, Fadi avait compris qu’il fallait sacrifier sa passion et sa profession de judoka pour trouver un travail et subvenir aux besoins de sa famille. Les horaires était loin des 35h à la française… il travaillait 12h par jours avec seulement 2 jours de congés par mois au sein d'une petite échoppe qui commercialise du parfum et des encens à destination des touristes du Moyen Orient visitant la Thaïlande. 

Au cours de sa 3ème année séjournant a Bangkok, il saisit une opportunité rêvée… professeur de judo et d’arts martiaux dans une salle de sport avec des horaires plus souples et tous les weekends de congés. Fadi et son épouse laissent entrevoir l’idée du nouvelle vie et ainsi pouvoir passer plus de temps en famille. Et une autre bonne nouvelle ne venant jamais seule, Fadi et son épouse attende un nouveau bébé. 

La seule contrepartie a été de faire appel a un avocat thaïlandais afin de transférer son visa travail obtenu au cours de son précédent emploi et ainsi pérenniser l’avenir de sa famille.  

La communication avec l’avocat est difficile dès le début… La différence de culture et la barrière de la langue semblaient être les principales raisons a cette collaboration fastidieuse. Mais très vite, le couple se rend compte qu’après d’importantes sommes d’argents versées à ce dernier et quelques mois s’étant déjà écoulés, leurs passeports n’est toujours pas tamponnés. 

Pire encore, l’avocat les sollicite pour un nouveau versement mais cette fois ci, le couple refusent de verser le moindre centime et Fadi arrive tant bien que mal à récupérer leurs passeports… Mais le mal est fait, aucun visa n’est présent sur leurs passeports: ils entrent donc dans l’illégalité au yeux des lois d’immigration thaïlandaise. Au même moment, l’épouse de Fadi donne naissance a une petite fille (leur 3eme enfant), il est déjà trop tard pour envisager quoique ce soit. 

La famille se retrouve donc dans le besoin d’un point de vue financier. L’ambassade de Syrie ferme ses portes à Bangkok (2017). Il est donc impossible de certifier les actes de naissances des enfants auprès du ministère des affaires étrangères thaïlandaise faute de validité de visa. De ce fait, les enfants se retrouvent sans passeport ni carte d’identité.  

En Octobre 2018, la petite dernière a 6 mois, les petits jumeaux ont 4 ans… L’immigration fait une descente dans le quartier ou la famille réside. Après une vérification des passeports des parents par la police, la famille est en état d’arrestation et emmenée en détention. 

Cela fait maintenant presque 1 mois que la famille se retrouve en détention au bureau de l’immigration de Thaïlande. Les hommes et les femmes sont séparées dans différentes cellules (non mixtes) et contenant 10 à 15 personnes. La maman se retrouve avec sa petite fille (de 6 mois) derrière les barreaux. Je vous laisse imaginer l’état d’insalubrité et les conditions sanitaires déplorables et non adaptées à une maman et son bébé. Aucune intimité ou mème possibilité de se reposer correctement afin d’allaiter. Les jumeaux ont du être séparés de leurs parents et confiés a des amis proches résidents à Bangkok. 

Nous avons besoin de votre aide ainsi que de votre soutien afin d’aider cette famille qui fait face à différentes dépenses qui continuent de s’accumuler: amende/ contravention, nourriture et vêtement pour les enfants, démarches administratives auprès de l’ambassade de Syrie en Malaisie afin obtenir des passeports pour les enfants, billets d’avions afin de pouvoir partir de Thaïlande, etc. 

 

N’hésitez pas a faire un don en cliquant sur le lien ci-dessous: https://www.weeboon.com/en/campaign/help-amp-support-this-refugee-family-to-travel-out-of-thailand 

Merci, Franck

 

 

Tous les réfugiés syriens que Thaivisa a rencontré sont des gens très bien, éduqués et honnêtes.

Les conditions de détention à Suan Phlu sont intentionnellement les pire du monde afin que les prisonniers aient envie de partir. En effet, certains préfèrent rester en prison en Thaïlande plutôt que de rentrer chez eux où les attend le pire.

 

Rappel : WEEBOON est le seul organisme de financement participatif que nous certifions.

 

c_65475143.jpg.049989076eaa5c3c14ae2ba94f748e4c.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×