Aller au contenu
BANGKOK 18 July 2019 12:17
Le Modérateur

La Thaïlande s'associe à l'OCDE pour mener des réformes internes

Recommended Posts

Communiqué du ministère des affaires étrangères

 

BANGKOK, 30 octobre 2018 /PRNewswire/ -- La Thaïlande a amorcé un nouveau partenariat avec l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) en vue d'améliorer sa gouvernance et sa compétitivité et de rapprocher celles-ci des normes internationales. Le 31 mai 2018, Dr Kobsak Pootrakool, ministre adjoint au cabinet du Premier (BSE: 500540.BO - actualité) ministre et M. Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, ont signé, en marge de la réunion du Conseil ministériel (MCM 2018) à Paris, un mémorandum d'accord établissant un cadre de coopération pour le « programme national » (Country Programme).

Dr. Kobsak Pootrakool, Minister Attached to Prime Minister’s Office, and Mr. Angel Gurria, Secretary-General of the OECD, at the MoU signing ceremony on the Thailand Country Programme during the OECD Ministerial Council Meeting in Paris on 31 May 2018
 
Dr. Kobsak Pootrakool, Minister Attached to Prime Minister’s Office, and Mr. Angel Gurria, Secretary-General of the OECD, at the MoU signing ceremony on the Thailand Country Programme during the OECD Ministerial Council Meeting in Paris on 31 May 2018

Mme Vilawan Mangklatanakul, directrice générale du département des affaires économiques internationales du ministère des Affaires étrangères, a souligné que l'OCDE est parfois appelée « le club des pays riches » parce que ses membres actuels sont dans leur grande majorité des pays développés d'Europe et d'Amérique du Nord. Cependant, cette image a commencé à changer depuis une dizaine d'années. L'OCDE a réorienté son action stratégique mondiale pour devenir une institution plus inclusive en élargissant son partenariat avec d'autres parties du monde, notamment en permettant l'adhésion de plusieurs pays d'Amérique latine à l'OCDE. Selon la vision énoncée lors du 50e anniversaire de l'OCDE, celle-ci « s'est engagée plus récemment dans plusieurs relations flexibles avec des pays et des institutions du monde entier et à différents stades de développement. Un nombre croissant de pays participent à nos débats, partagent des données et les meilleures pratiques, contribuent aux forums mondiaux de l'Organisation, rejoignent ses comités et organes et, dans certains cas, adhèrent à ses normes. Leur participation fait progresser notre objectif commun, qui consiste à apprendre de l'expérience des autres afin d'obtenir de meilleurs résultats pour tous. Nous nous réjouissons de ces liens croissants ».

À l'heure actuelle, l'OCDE est considérée comme un « organisme normatif » mondial en matière de bonne gouvernance et de politique économique. L'OCDE ne se contente pas de faire des recommandations politiques à ses membres sur des questions telles que le commerce et l'investissement, l'environnement, la fiscalité, la finance et la bonne gouvernance en général, mais travaille également avec les pays partenaires pour identifier les bonnes pratiques et trouver des solutions aux défis communs. La Thaïlande participe déjà aux réunions de l'OCDE sur des sujets tels que la fiscalité, l'éducation, le développement, l'énergie, l'économie numérique, la pêche, la lutte contre la corruption et les PME (HKSE: 0379-OL.HK - actualité) . Il y a trois ans, la Thaïlande était l'un des quatre pays (avec le Kazakhstan, le Maroc et le Pérou) identifiés par l'OCDE comme un partenaire potentiel pour travailler sur un nouveau cadre de coopération appelé « programme national » afin d'œuvrer de concert sur le renforcement des capacités et de mener des réformes internes.

Le programme national « Thaï - OCDE » est un projet de coopération d'une durée de trois ans. Selon M. Gurria, le programme « apportera son soutien au calendrier des réformes nationales de la Thaïlande, tout en gommant les distances entre ce pays et la famille de l'OCDE » et « rapprochera la Thaïlande des comités et normes de l'OCDE ». Au total, 16 projets sont décrits dans le programme ; ils concernent les réformes dans des domaines essentiels tels que la gouvernance (gouvernance transparente et responsable, coordination des politiques et meilleures pratiques budgétaires, juridiques et réglementaires), la politique économique tournée vers l'avenir (pratiques favorables aux entreprises, développement de la politique de concurrence, promotion des entreprises responsables, ainsi que technologie et innovation) et le développement des ressources humaines (meilleures pratiques dans l'éducation et la formation).

 

Les projets sont conçus pour mener les réformes internes envisagées dans la stratégie sur vingt ans du gouvernement thaïlandais, développée dans le 12ePlan national de développement économique et social et la « philosophie de l'économie de suffisance » prônée par Sa Majesté le défunt Roi Bhumibol Adulyadej. Par ailleurs, cela soutiendra les efforts déployés par la Thaïlande pour parvenir à une croissance plus inclusive, ainsi que les objectifs de développement durable (ODD). Les activités prévues dans le cadre de ces projets comprennent des examens des politiques effectués par des experts internationaux, la participation d'organismes et de fonctionnaires thaïlandais aux organes et projets de l'OCDE, ainsi que l'organisation de séminaires conjoints qui aideront la Thaïlande à sensibiliser le public et à renforcer les capacités afin de faire avancer ces réformes. Au total, dix organismes gouvernementaux y participent, le ministère des Affaires étrangères et l'Office of the National Economic and Social Development Board (NESDB) - Bureau du Conseil national de développement économique et social - jouant conjointement un rôle de coordination.

Stratégiquement située au cœur de l'Asie du Sud-Est continentale, la Thaïlande est devenue un « agent de connexion » naturel de la sous-région, comme l'a souligné la brillante conclusion du Sommet de l'ACMECS (stratégie de coopération économique Ayeyawady-Chao Phraya-Mékong) au mois de juin, au cours duquel a été lancé le premier plan directeur de la sous-région, qui met en exergue l'aspect multinational de la « connectivité ». Le plan directeur prévoit de combler les chaînons manquants des infrastructures le long du Couloir économique Est-Ouest (EWEC) et du Couloir économique Sud (SEC (Shanghai: 603988.SS - actualité) ) au cours des deux prochaines années. Il souligne également la nécessité de créer un « Fonds ACMECS » pour faire avancer le plan directeur. C'est pourquoi notre priorité sera de nous attacher la confiance des investisseurs. Le programme soutiendra par conséquent ces initiatives et permettra à la Thaïlande de procéder à une auto-évaluation en utilisant la richesse de l'expertise et des meilleures pratiques de l'OCDE dans une approche pangouvernementale, afin de soutenir nos efforts visant à faire passer nos normes à un niveau plus élevé. Par ailleurs, le programme national « Thaï - OCDE » sera également une mise à l'épreuve pour déterminer si la Thaïlande est prête, si elle le décide, à rejoindre le « club des pays riches ».

Information de contact :

Ministère thaïlandais des Affaires étrangères (Thai Ministry of Foreign Affairs)
Tél : +662-203-5000, poste 22050

Photo - https://mma.prnewswire.com/media/751448/Thailand_partners_with_OECD.jpg  

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×