Aller au contenu
BANGKOK 20 September 2019 14:57
Le Modérateur

La famille de la femme décédée dans un taxi devant sa fille de 12 ans poursuivra un hôpital pour «manque d'éthique»

Recommended Posts

Les proches d'une femme de 38 ans, qui a succombé à ses blessures après que son mari l'a éclaboussée d'acide, vendredi, ont parlé aux journalistes hier.

L'avocat Atchariya Ruangratanapong a amené hier les parents d'une femme de 38 ans - qui, le 9 novembre, a succombé à des blessures causées par les éclaboussures d'acide de la part de son mari jaloux - pour porter plainte auprès du ministère de la Santé afin d'ouvrir une enquête sur l'hôpital Praram 2 (Bangkok) et ses médecins pour un possible «manque de moralité».

Ils prévoient de poursuivre l’hôpital de Bangkok et demander une indemnisation de 10 millions de Bt, et l’avocat a déclaré qu’il ferait également pression pour que l’hôpital privé soit fermé, si possible.

La famille de Cholladda Tharawan a affirmé qu'elle n'a pas reçu, à l'hôpital, le traitement qui lui aurait sauvé la vie. Le personnel de Praram 2 a donné 40 bahts à sa fille de 12 ans qui l'accompagnait, le 9 novembre, pour aller se faire soigner ailleurs. La maman est morte dans le taxi, sous les yeux de sa fille, durant le court trajet entre les deux hôpitaux.

L’hôpital Praram 2 a prétendu que les symptômes de la femme à ce moment n'étaient pas critiques et qu’elle avait exprimé le souhait de se faire soigner à l’hôpital Bang Mod, où elle était abonnée «avec carte d’or» dans le cadre du régime de soins de santé universel. "Nous avons fait de notre mieux", a déclaré hier le directeur de l'hôpital, Wanlapa Chaimanowong.

Le Dr Phira Kananuwat, chirurgien à l'hôpital, a déclaré qu'il y avait des enregistrements de vidéosurveillance liés à l'affaire que les autorités pourraient examiner.

«Le personnel de l’hôpital ne lui a pas demandé de s’inscrire d’abord pour obtenir une carte de patient. Ils ont dit qu'elle pourrait immédiatement se faire soigner (sous entendu en urgence) », a déclaré Phira.

Atchariya a déclaré que la famille avait demandé aux différentes autorités du pays (ministère, ordre des médecins) de punir l'hôpital Praram 2, en particulier les cadres, les médecins et les infirmières en service vendredi, car ils auraient «manqué de moralité (éthique)» pour évaluer l'état de la patiente et se seraient contenter de regarder son abonnement à un programme de santé.

Selon la réglementation du ministère, l’hôpital devait soigner tous les patients urgents, a déclaré l’avocat, ajoutant qu’il était également inacceptable d’avoir permis à une infirmière de poser le diagnostic. On comprend que la femme décédée n'a pas vu de médecin... Lorsqu’il a présenté la plainte au Dr Prapas Jittasirinuwat, du Département des systèmes de santé, l’avocat l'a exhorté à prendre des mesures contre l’hôpital dans un délai de trois jours.

Prapas, présentant ses condoléances à la famille, a déclaré que le département vérifierait si l'hôpital avait adhéré à la loi sur les établissements de santé dans ses actions.

S’il était prouvé que l'hôpital n'a pas fait son maximum, il pourrait être tenu pour responsable d'une violation de la loi, infraction passible d'une peine maximale de deux ans d'emprisonnement et d'une amende maximale de 40 000 Bt, a-t-il expliqué.

Le Dr Akom Pradittasuwan, en charge du dossier, a déclaré qu'il faudrait environ une semaine pour enquêter sur la plainte déposée contre l'hôpital Praram 2. «S'il est reconnu coupable, nous transmettrons également le cas au Conseil médical (l'ordre)», a-t-il déclaré. Thong-art Tharawan, la mère de Chorladda, a demandé à Atchariya d'agir au nom de la famille, car elle souhaitait que le ministère de la Santé publique prenne des mesures à l'encontre de l'hôpital Praram 2 pour avoir refusé de soigner sa fille.

Elle a également déclaré que l'hôpital n'avait pas encore contacté la famille pour fournir de l'aide (financière ?).

Thong-art a également déclaré qu'elle ne pardonnerait pas à son gendre d'avoir jeté de l'acide sur sa fille, son geste étant "trop cruel".

Le mari coupable, Kamtan Singhanart, un homme âgé de 50 ans et originaire de Lop Buri, a été arrêté dimanche soir au domicile d'un ami dans le quartier de Banphot Phisai à Nakhon Sawan.

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1068151-lawyer-seeks-action-against-hospital-for-‘lack-of-morality’-after-woman-dies-following-acid-attack/?tab=comments#comment-13557575

imageproxy_php.thumb.jpg.f59236adfc30d71b416bf50f98203ebc.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×