Aller au contenu
BANGKOK 15 October 2019 20:30
Le Modérateur

Cambodge. Deux anciens dirigeants khmers rouges condamnés à la perpétuité pour «génocide»

Recommended Posts

Quarante ans après la chute d'un régime qui a fait deux millions de morts, le tribunal parrainé par l'ONU a reconnu pour la première fois le "génocide" subit par les Vietnamiens et les minorités religieuses et condamné à perpétuité deux anciens dirigeants Khmers rouges.

 

Le tribunal international parrainé par l'ONU a jugé pour la première fois ce vendredi que les exactions commises entre 1975 et 1979 au Cambodge par les Khmers rouges constituaient « un génocide » au regard du droit international. Les deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie ont ainsi été condamnés à la prison. 

L'idéologue du régime Nuon Chea, 92 ans, et le chef de l'Etat  du « Kampuchéa démocratique » Khieu Samphan, 87 ans, avaient déjà été condamnés à la perpétuité en 2014 pour « crimes contre l'humanité »

La chambre a jugé que « le crime de génocide était établi » à l'égard des Vietnamiens, de la communauté musulmane cham et d'autres minorités religieuses et qu'il visait à « établir une société athée et homogène (en) supprimant toutes les différences ethniques, nationales, religieuses, raciales, de classe et culturelles ». Une décision historique plus de quarante ans après les faits. 

Deux dirigeants Khmers rouges sur le banc des accusés

Le tribunal international rend ce vendredi un verdict historique au Cambodge contre les deux plus hauts dirigeants khmers rouges encore en vie, poursuivis cette fois pour génocide. 

Ce jugement conclut un procès qui sera probablement le dernier intenté contre d'ex-membres du régime ultra-maoïste. 

Bien que les exactions aient été perpétrées à très grande échelle entre 1975 et 1979, le Premier ministre Hun Sen, lui-même ancien cadre khmer rouge, a demandé à plusieurs reprises qu'aucun autre suspect ne soit renvoyé devant le tribunal, insistant sur le fait que cela pourrait provoquer des troubles dans le royaume. 

Les deux accusés, l'idéologue du régime Nuon Chea, 92 ans, et le chef de l'Etat du « Kampuchéa démocratique » Khieu Samphan, 87 ans, seront présents, a indiqué à l'AFP Neth Pheaktra, porte-parole des Chambres extraordinaires au sein des tribunaux cambodgiens (CETC), l'appellation officielle du tribunal. 

Un procès historique

 

Ils comparaissent depuis 2011 devant cette juridiction. Mais pour tenter d'accélérer la procédure afin d'obtenir au moins un verdict avant leur mort et au vu de l'étendue des charges, les débats ont été scindés en plusieurs procès. 

A l'issue du premier, qui se concentrait sur « les crimes contre l'humanité », les deux hommes ont été condamnés en 2014 à la prison à perpétuité, une peine confirmée en appel en 2016. 

Le second procès, dans lequel un verdict est attendu ce vendredi, porte principalement sur des accusations de « génocide » à l'encontre des Vietnamiens et de la minorité musulmane cham. 

Il ne concerne pas les massacres, fussent-ils de masse, des Khmers par les Khmers qui ne sont pas considérés par les Nations unies comme un génocide. 

Autodafés de Corans, noyades collectives : entre 100.000 et 500.000 chams, sur un total de 700.000, ont été tués entre 1975 et 1979 par le régime de Pol Pot. 

Quelque 200 membres de la minorité musulmane devraient assister à la lecture du jugement, d'après Neth Pheaktra. 

https://www.ouest-france.fr%2Fmonde%2Fcambodge%2Fcambodge-le-genocide-khmer-rouge-reconnu-pour-la-premiere-fois-par-le-tribunal-international-6072715&usg=AOvVaw07KvRGLGA1yCVzhVrHy-K_

s2.reutersmedia_net.thumb.jpg.cbd4909f44bd29aac5cdb3a60b0b849e.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×