Le Modérateur

En Thaïlande, une « ancienne prison secrète de la CIA » s’ouvre au public

3 messages dans ce sujet

 

On a assisté à l'inauguration de l’attraction touristique la plus étrange de Thaïlande, aux côtés d’un groupe d'anciens soldats et de danseurs travestis.

« Il n'y a jamais eu ni CIA ni camp secret ici », affirme le lieutenant-colonel Ratkrik Daengthaisong dans le café de la gare de Ramasun, à neuf kilomètres au sud de la ville d'Udon Thani, dans le nord-est de la Thaïlande. « Les médias ont inventé cette histoire de toutes pièces », ajoute-t-il en sirotant un café frappé pour lutter contre la chaleur estivale. Dit-il la vérité ? Difficile à dire. Mais une chose est sûre : les rumeurs autour de Ramasun profitent à l’attraction touristique la plus récente et la plus improbable du pays.

 

La station Ramasun, fondée en 1964 par l’armée américaine, a toujours été entourée de mystères. Pendant la guerre du Vietnam, elle servait de base d'espionnage pour surveiller les mouvements des troupes ennemies et intercepter les potentielles tentatives de coups d'État au Laos et au Cambodge.

1537348073489-Thailand-Prison-2
Un soldat retouche son maquillage camouflage sous les yeux d'un enfant. Photo : Jamie Fullerton

« Nous avons surveillé tout le monde : des amis, des ennemis, mais aussi des personnes qui n’étaient ni l’un ni l’autre », m'a raconté par téléphone un ancien combattant américain affecté à Ramasun entre 1969 et 1971. Il a d’ailleurs écrit un livre sur l'endroit, sous le nom de plume MH Burton. « Les interceptions prioritaires étaient appelées "critiques" ou "celles qui réveillent le président". Elles désignaient le renversement d'un gouvernement, une bataille majeure, l'assassinat d'un chef d'État ... »

Pour ce travail, Burton et ses collègues utilisaient d’énormes antennes en forme de missile dépassant du sol dans une vaste formation en forme d’œuf. Une fois leur garde terminée, ils s’allumaient des joints et se dirigeaient vers Udon Thani, qui, selon Burton, était « la ville des bordels, des bars bruyants et des groupes thaïlandais jouant des reprises inintelligibles de rock américain ».

1545390910775-Capture-decran-2018-12-21-a-121449
Les bâtiments austères de Ramasun où les prisonniers de la CIA étaient détenus. Ou pas. Photo : Jamie Fullerton

Près de 30 ans après le prétendu abandon de la base en 1976, après la fin de la guerre, des rumeurs selon lesquelles il se tramait quelque chose d’obscur à Ramasun ont commencé à circuler. Vers 2003, il a été dit que le site était en fait une prison secrète de la CIA, dans laquelle des terroristes avaient été interrogés à la suite de l’attentat du 11-Septembre orchestré par Al-Qaïda à New York.

En 2014, la Thaïlande a nié l'existence de prisons secrètes sur son territoire, mais des documents divulgués suggèrent le contraire. La nouvelle patronne de la CIA, Gina Haspel, aurait supervisé un « site noir » quelque part en Thaïlande à partir de 2002, juste avant que des rumeurs ne circulent au sujet du terroriste Riduan Isamuddin, connu sous le nom de Hambali. Ce membre de l’organisation Jemaah Islamiyah, soupçonné d’être à l’origine des attentats à la bombe de Bali en 2002, aurait été interrogé à Ramasun avant d’être envoyé à Guantanamo.

lire la suite https://www.vice.com/fr/article/7xjbaq/en-thailande-une-ancienne-prison-secrete-de-la-cia-souvre-au-public

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 12 décembre 2019 18:57
Sponsors