Aller au contenu
BANGKOK 21 January 2019 10:40
Le Modérateur

Trat, ivre de la jungle et des traditions thaïes

Recommended Posts

Par Romaric Haddou

Évasion Malgré ses villages de pêcheurs et ses îles luxuriantes, la province de l'est de la Thaïlande reste épargnée par le tourisme de masse.

 

Du vert partout, ou presque. Le ferry a beau s’approcher du port d’Ao Salad, au nord de Koh Kood, l’île ressemble toujours à une masse végétale et sauvage. Jusqu’aux derniers hectomètres, jusqu’à ce qu’un immense bouddha doré ne vienne rompre l’uniformité de la jungle. La statue surplombe les cabanes de pêcheurs posées sur pilotis et, quelque part au milieu, un débarcadère. Koh Kood n’a presque rien montré mais elle a déjà tout dit. Située au sud-est de la Thaïlande, où celle-ci n’est plus qu’une bande de terre qui borde le Cambodge, la quatrième plus grande île du pays (162 km²) reste propriété de la nature. À l’image de la province de Trat, dont elle fait partie, Koh Kood est épargnée par le tourisme de masse. La région se trouve à une petite heure d’avion de Bangkok, mais elle n’est pas (encore) envahie comme Koh Samui ou Phuket.

209519.png

Sur l’île, la route principale (pour ne pas dire l’unique route) fend la jungle sur les côtes nord et ouest pour desservir les villages de pêcheurs et quelques resorts éparpillés au bord des plages, dont certaines ont l’air d’être privatisées tant elles sont isolées. Les voyageurs qui viennent ici pour la vie nocturne risquent d’êtres déçus, à moins qu’ils apprécient la compagnie des animaux sauvages. En forêt, singes, oiseaux, araignées, grenouilles et serpents sont les véritables maîtres des lieux. Une sangsue parviendra même à nous subtiliser un peu d’hémoglobine. Le tableau peut rebuter mais Koh Kood mérite d’être explorée. Les rivières et les cascades qui rafraîchissent l’île sont d’ailleurs, avec les plages, ses principaux atouts. Klong Chao, par exemple, sa chute d’eau la plus réputée, est accessible par un court itinéraire balisé, et se jette dans une grande piscine naturelle où il est possible de se baigner. Attention tout de même à la météo, une nuit arrosée durant la saison des pluies (mai-octobre) peut déchaîner les flots des cours d’eau et rendre impossible tout plongeon.

Plonger dans les marchés

Mais revenons sur le continent, dans cette province de Trat où bat encore le cœur d’une Thaïlande authentique voire «ancestrale». Une Thaïlande qui vit essentiellement de la pêche et de la cueillette des fruits. Pour s’en imprégner, il faut flâner dans les marchés de la ville de Trat (capitale de la province éponyme). Des allées de petites roulottes et d’étals colorés aux odeurs puissantes qui invitent à goûter les fruits tropicaux comme le durian et le mangoustan ou à se rassasier avec un poulet ou une brochette de poisson frit.

Dans la rue, dans les restaurants de quartier ou chez les chefs réputés, la province regorge d’endroits pour bien manger. À Koh Kood, il faut par exemple dîner chez Benz’s, table en plein air et sur pilotis, accessible par la route ou la mangrove. Bien que rattaché à l’incroyable et très luxueux Soneva Kiri, le restaurant respecte les portefeuilles.

 

Suite de ce très long et excellent article, ici https://www.24heures.ch/vivre/voyages/trat-ivre-jungle-traditions-thaies/story/14859953

 

topelement.jpg.f0940521f505b4f08dfaffc264b9bd03.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×