Aller au contenu
BANGKOK 22 February 2019 04:42
Le Modérateur

Un enseignant, violeur d'enfant présumé, n'a pas pu "acheter" la famille

Recommended Posts

Selon la police de Chai Nat, il est impossible pour un enseignant accusé d'avoir violé une collégienne de 12 ans d'acheter sa liberté avec un paiement en espèces aux parents, car l'infraction est trop grave et qu'elle ne peut être réglée que par une procédure pénale.

 

Les parents de la collégienne de Mathayom 1 (5e) dans le district de Wat Sing ont déposé le 3 janvier une plainte contre le professeur d’éducation physique, âgé de 40 ans, dont le nom n’a pas été dévoilé, au Damrongtham (médiateur) créé pour recevoir les plaintes des citoyens.

Les parents allèguent que l'enseignant a agressé et violé à deux reprises leur fille. Elle ne leur en a pas parlé la première fois, 26 septembre, mais s'est confiée, après le second viol, à un autre enseignant, qui a contacté les parents.

Apprenant que l'enseignant avait simplement été transféré à la division de l'éducation du bureau municipal de Wat Sing dans l'attente d'une enquête disciplinaire, les parents ont demandé au centre Damrongtham de veiller à ce qu'il soit poursuivi.

La mère de la jeune fille a déclaré aux journalistes que l’enseignant avait proposé 200 000 bahts à la famille, si elle retirait la plainte. Mais l’argent a été refusé.

"L'agression a marqué ma fille à vie", a-t-elle déclaré. «Notre famille est pauvre, mais l’argent ne permet pas d’acheter notre dignité et, ce qui est plus important, l’enseignant ne semble pas avoir le moindre remords, alors la famille poursuivra.»

Le colonel Chatethachai Chatesiri, a déclaré hier que le professeur aurait prétendu qu'il pourrait en finir avec la police et les procureurs si la famille acceptait cet argent.

"La tentative de règlement du cas (par un don) serait vaine, car il s'agit d'une infraction pénale et les enquêteurs continueront quoiqu'il arrive, en se basant sur les preuves et sans aider qui que ce soit (sous entendu : le suspect) ", a-t-il déclaré.

Chatethachai a déclaré que la famille pouvait accepter ou refuser les 200 000 Bt à titre d’indemnisation, mais que cela n’affecterait pas l’enquête ni les poursuites.

Il a ajouté que toute tentative de corruption d’enquêteurs serait considérée comme une infraction pénale supplémentaire.

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1076898-alleged-chai-nat-child-rapist-‘cannot-buy-his-way-out’/

On comprend que le suspect est en liberté.

222.jpeg.b85090176ed48c90ef3d32a5f4ba5669.jpeg.2e6963caa2f14cc4ed89cad469da12e9.jpeg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×