Aller au contenu
BANGKOK 18 February 2019 16:00
Le Modérateur

Les autorités n'aiment pas que les élèves du Christian Collège s'habillent comme ils veulent

Recommended Posts

 

SEULEMENT UN JOUR, après que des étudiants du prestigieux Christian College ont été autorisés à porter des vêtements décontractés en classe pour la première fois, le Bureau de la commission de l'enseignement privé (Opep) a envoyé hier une lettre demandant à la première école de garçons privée du pays de reconsidérer la pertinence de sa mesure.

Le secrétaire général de l'Opec, Chalam Attham, a déclaré qu'il s'inquiétait de l'ordre et de la discipline des étudiants, de l'impact négatif sur les dépenses de certains parents et de plusieurs facteurs pouvant créer des désordres dans la société thaïlandaise en général.

Le Bangkok Christian College doit discuter de ce projet pilote avec son conseil scolaire et communiquer le plus rapidement possible le résultat de cette réunion à l'Opep, a déclaré Chalam, soulignant que le code vestimentaire des élèves des écoles privées était toujours régi par la loi de 2008 sur l'uniforme des étudiants.

«On a dit à l'Opec que cela faisait partie d'une recherche, mais les administrateurs d'école et les enseignants, ainsi que le ministère de l'Éducation, doivent examiner de plus près l'impact sur la dégradation (de la société) créés. Si d'autres écoles privées veulent suivre cet exemple, elles doivent également y penser », a déclaré Chalam, qui, la veille encore, avait déclaré qu'il croyait que l'expérience du "vêtement libre" ne constituait pas une violation de la réglementation.

Le ministre de l'Education, Teerakiat Jareonsettasin, qui avait également déclaré mardi que l'école était en droit de mettre en œuvre cette mesure, est allé plus loin dans ce sens hier, affirmant qu'il estimait personnellement que le projet ne créait pas problème, car il n'a apparemment aucun effet sur les résultats scolaires des élèves.

Teerakiat a cité un discours du roi Rama VI, qui avait déclaré que l'objectif d'un uniforme scolaire était d'imposer la discipline et de réduire les écarts sociaux. Il a également déclaré que le directeur du Bangkok Christian College avait reconnu les avantages de l'obligation de porter des uniformes pour les étudiants, d'où la raison pour laquelle les vêtements décontractés ne sont autorisés que 1 jour par semaine. En conclusion, Teerakiat a déclaré qu’il reconnaissait les bonnes intentions de l’école privée et qu’il ne donnerait aucune instruction pour interrompre le projet.

D'autre part, il a déclaré que les écoles relevant du mandat de l'Office de l'éducation de base (Obec) -public- imposaient aux étudiants de porter des uniformes - les vêtements décontractés n'étant jamais autorisés - conformément aux règles en vigueur.

Le Bangkok Christian College mène son projet pilote tous les mardis de ce semestre afin que les élèves puissent exprimer leur personnalité et leur créativité.

Il a été mis en œuvre pour la première fois mardi et a suscité un débat, mais son directeur, Suphakit Jitklongsub, a promis que si le projet avait un impact négatif sur les performances scolaires des étudiants (c'est à dire que les élèves étudieraient moins bien le mardi ?), il serait abandonné.

 

https://www.thaivisa.com/forum/topic/1077395-not-so-fast-bangkok-christian-college-asked-to-review-casual-clothes-experiment/

 

L'argument économique n'est recevable que si les jeunes veulent porter "des marques". En effet, les uniformes coûtent cher ! Plus cher que les vêtements habituels. Il serait intéressant de connaître les entreprises qui bénéficient de ce juteux business. Le tissu est de bonne qualité mais la couleur blanche de la chemise fait qu'après quelques mois, soit l'enfant porte une chemise grisâtre, soit il faut racheter. L'uniforme de scout est lui très cher mais il est d'excellente qualité et de couleur sombre, on peut donc le conserver plusieurs années car les enfants ne le portent qu'une fois par semaine. L'uniforme de sports (une fois par semaine aussi) possède un bas sombre mais le haut (couleur pastelle) est très salissant.

Le gouvernement rembourse dans une certaine mesure l'achat de l'uniforme dans le public.

La broderie du nom est obligatoire et n'est pas très bon marché pour les familles pauvres.

 

imageproxy_php.jpg.afab47abcba9774eb74fef82ff2bdd01.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×