Aller au contenu
BANGKOK 23 April 2019 15:00
Le Modérateur

L'annonce d'un coup d'état est une "fake news" assure Prayut mais l'opposition s’inquiète

Recommended Posts

Le PREMIER MINISTRE Prayut Chan-o-cha a démenti hier les rumeurs selon lesquelles une ordonnance de la junte militaire destituait les commandants en chef de l'armée. Il s'agirait de "fausses nouvelles", et Prayut affirme que l'armée reste unie.


«Si c'était vrai, j'aurais informé [le public]. Il existe une procédure pour destituer tout officier [militaire]. Ce n’est pas comme si je pouvais utiliser l’article 44 [pour ordonner un renvoi] ", a déclaré le général Prayut en réponse à la rumeur.

La rumeur (de destitution du chef de l'armée, que l'on dit très proche du roi) a coïncidé avec des rumeurs similaires sur un possible "contre coup d’État" liée à l’incertitude quant à la situation politique. La nomination de la princesse Ubolratana, la sœur aînée de SM le roi Maha Vajiralongkorn, au poste de Premier ministre a été proposée par le Thai Raksa Chart Party, allié du puissant clan Shinawatra.

Quelques heures après que sa candidature a été soumise à la Commission électorale, un ordre royal sembla mettre un frein à ses aspirations politiques sans précédent. Le message du roi dit que la monarchie était au-dessus de la politique et a qualifié la candidature de sa sœur de "hautement inappropriée".

Le porte-parole du ministère de la Défense, Kongcheep Tantravanich, a déclaré que le ministre de la Défense, Prawit Wongsuwan, avait insisté pour dire qu'il n'y aurait pas de contre-coup d'état, comme certains le pensent.

L’armée est unie à 100% et constitue une institution majeure pour la sécurité nationale, a-t-il ajouté.

Entre-temps, le secrétaire général du conseil des ministres, Savitri Chamnarnkit, a déposé plainte auprès de la Division de la lutte contre la criminalité technologique (TCSD) à l'encontre de personnes qui auraient posté une ordonnance de la junte falsifiée. Pol Colonel Siriwat Deepor, le porte-parole de la TCSD, a accepté la plainte et a déclaré qu'il constituerait une équipe chargée d'enquêter et de trouver les coupables.

Les personnes impliquées dans la propagation de fausses données informatiques (fake news) susceptibles de porter atteinte à la sécurité du pays ou de semer la panique dans le public sont passibles d'une peine d'emprisonnement de cinq ans ou d'une amende de 100 000 Bt. ou les deux.

La fausse ordonnance, qui indiquait que les commandants en chef de l'armée, de la marine et de l'aviation devaient être démis de leurs fonctions, s'était répandue dans les réseaux sociaux au cours du week-end.

Le faux document affirmait également que les mutations avaient été promulguées dans la Gazette royale.

Parallèlement, le Conseil national de la paix et de l'ordre a mis en place une cellule de guerre pour surveiller de près les évènements et rumeurs susceptibles de semer le chaos dans le pays, a déclaré une source de la junte.

http://www.nationmultimedia.com/detail/politics/30363951

 

 

BANGKOK - Thanathorn Juangroongruangkit, chef du parti "Future Forward", a déclaré lundi qu'il était prêt à s'opposer à un coup d’État militaire après que des rumeurs se sont répandues sur Internet.

Bien que le régime militaire ait rapidement dissipé la rumeur dimanche soir, Thanathorn - candidat au poste de Premier ministre - a déclaré vers 13 heures lundi qu'il avait chargé l'équipe du renseignement de son parti de surveiller de près la situation politique. Certains craignent que des élections prévues le 24 mars n'aient pas lieu.

"L’équipe du renseignement du parti suit et évalue de près les informations", a déclaré Thanathorn, ajoutant qu’il était encore trop tôt pour dire comment une résistance se créerait en cas de coup d'État. «Nous pensons qu'un coup d'état ou contre coup d'état est possible parce qu'avant le coup d'État du 22 mai 2014, le général Prayuth Chan-ocha [chef de l'armée à l'époque] avait toujours insisté pour dire qu'il n'en fomenterait pas, mais il a ensuite annoncé à Time Magazine qu'il avait commencé à préparer son coup d'état six mois à l'avance. ” (c'est à dire au moment où les manifestations anti gouvernement élu ont commencé)

Il a ajouté que la solution pour la Thaïlande consistait à organiser des élections et à rétablir un système démocratique.

Thanathorn n'est pas le seul à craindre un possible coup d'État. Un groupe d'étudiants et de militants devait tenir une veillée à 18 heures à l'université de Thammasat pour insister sur le fait que le pays avait besoin d'élections.

 

https://forum.thaivisa.com/topic/1083759-future-forward-leader-says-hes-ready-to-oppose-a-military-coup/

 

 

 

626cf809bfdc58be72b14738527d0ee8.thumb.jpeg.bd8cd9890de57bc0464af984a426ed75.jpeg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×