Le Modérateur

Après celle du TRC, vers une dissolution du FF et du Pheu Thai pour éliminer toute opposition ?

1 message dans ce sujet

 

La campagne électorale est de plus en plus rude : un avocat cherche à dissoudre le parti Pheu Thai alors que la junte a porté de nouvelles accusations à l'encontre de Future Forward.


Anat Chang-in, un avocat basé dans la province de Loei, a déposé vendredi une plainte auprès de la commission électorale provinciale, accompagnée d'un clip vidéo en guise de preuve.


Khunying Sudarat Keyuraphan, chef du parti et candidate au poste de Premier ministre, s’exprimant devant la foule lors d’un rassemblement à Loei le 24 février, a induit en erreur les gens sur sa popularité et sur celle de son parti.
Le délit est punissable en vertu de la loi électorale.


"Khunying Sudarat a annoncé que si les gens votaient pour Pheu Thai, M. Lertsak Pattanchaikul serait député, elle-même serait Premier ministre, et Mme Sukklai Chansawang, conseillère provinciale, serait députée sur la liste proportionnelle", a déclaré M. Anat.


«Après vérification, je n’ai pas trouvé Mme Sukklai sur les 97 membres du parti Pheu Thai. Cela montre que Khunying Sudarat et Pheu Thai ont simplement essayé de miser sur la popularité de Mme Sukklai, conseillère provinciale et personnalité respectée dans la province, pour induire les gens en erreur. "


M. Anat a demandé à la CE d'envisager la dissolution du Pheu Thai, qui devrait à nouveau remporter plus de sièges que tout autre parti le 24 mars.


Vendredi également, le Conseil national de la paix et de l'ordre (NCPO ou junte) a déposé une nouvelle plainte auprès de la police judiciaire en charge de la criminalité informatique contre le parti Future Forward. Cette fois, son webmaster est accusé d'avoir mis en ligne un clip vidéo qui, selon le régime, contiendrait de fausses informations susceptibles de porter atteinte à la sécurité nationale ou d'effrayer des personnes.


Le clip montre le secrétaire général du parti, Piyabutr Saengkanokkul, en train de lire une déclaration sur la dissolution du parti Raksa Chart Thai, qui a eu lieu jeudi.


Thai Raksa Chart est le troisième parti politique affilié à l'ancien Premier ministre fugitif, Thaksin Shinawatra, à être dissout par la Cour constitutionnelle depuis mai 2008.


Selon la déclaration lue par M. Piyabutr, un parti politique, qui permet aux personnes ayant les mêmes idées d’acquérir le pouvoir par le biais de politiques choisies par les électeurs, est un élément important en démocratie.


Cependant, continue le communiqué, des efforts ont été déployés au cours des 13 dernières années pour utiliser les lois en tant qu'outil politique, ce qui amène les citoyens à s'interroger sur l'indépendance de la Cour constitutionnelle et ce qui aboutit à une impasse.


"La dissolution d'un parti 17 jours avant l'élection aura une incidence sur le scrutin", poursuit le communiqué. « Cela sape également la confiance des gens dans le fait que l’élection sera libre et juste."


«L’utilisation du pouvoir judiciaire pendant plus d’une décennie n’a pas atténué les conflits.


"Future Forward estime qu'il est important de modifier la constitution pour rééquilibrer les relations entre toutes les institutions et exhorte les citoyens à voter le 24 mars pour résister au pouvoir du NCPO".

Cette déclaration a été jugée illégale par la junte.

 

 

Piyabutr

846e7d3f2afcec5388a06cc820834da6.thumb.jpeg.2e8ca0405f7080d84023b6e33f29672d.jpeg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 21 mai 2022 13:35
Sponsors