Aller au contenu
BANGKOK 26 May 2019 00:59
Le Modérateur

Manque de clarté quant à l'abandon du projet du dynamitage des rapides dans le Mékong

Recommended Posts

 

Les spécialistes de l’environnement et les populations locales riveraines du Mékong en Thaïlande restent dubitatives vis à vis des projets de destruction des rapides du Mékong, en dépit de l’assurance du ministère des Affaires étrangères que le projet du creusement du chenal de navigation avait été abandonné.
 

Ils ont exhorté le gouvernement à rendre public le document écrit déclarant la fin officielle de ce projet controversé, qui vise à élargir le chenal de navigation du Mékong en faisant sauter des roches, des dunes de sable et des rapides dans la partie du Mékong située du district de Chiang Saen à Chiang Rai jusqu'à Luang Prabang.

Plus tôt samedi, le ministre des Affaires étrangères, Don Pramudwinai, avait déclaré que le gouvernement chinois était au courant des préoccupations du public concernant les éventuels effets néfastes sur les écosystèmes du fleuve et les populations locales de la destruction des rapides dans le Mékong. Il a ajouté que la Chine avait promis d'arrêter le projet.

"J'ai récemment discuté du projet d'amélioration du chenal de navigation du Mékong avec le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, et lui ai fait part des préoccupations de la population concernant les impacts environnementaux, qui pourraient nuire aux écosystèmes et à leurs moyens de subsistance", a déclaré Don. La déclaration officielle ne mentionnait que la question litigieuse de la mer de Chine méridionale.

C'était la deuxième fois que Don affirme que sa rencontre avec Wang entraînait la suspension du projet. Don avait fait une demande similaire en décembre 2017 dans la ville chinoise de Dali.

«J'ai également informé le ministre Wang qu'il existait de nombreuses options de transport alternatif entre la Thaïlande et la Chine, telles que les autoroutes transnationales, le transport ferroviaire et le transport aérien. Il n'était donc plus urgent de faire sauter les rapides du Mékong et d'élargir le chenal de navigation du fleuve."

Don a dit qu'il avait également dit au ministre chinois des Affaires étrangères que ce projet controversé pourrait affecter les frontières nationales incertaines dans le Mékong entre la Thaïlande et le Laos, dans la mesure où la suppression des rapides du fleuve modifierait le cours du Mékong.

"Je suis heureux d'informer tout le monde que nous sommes parvenus à un consensus avec la Chine sur l'annulation du projet d'amélioration du chenal de navigation du Mékong, la partie chinoise ayant compris les conséquences possibles de ce projet, elle a promis de l'abandonner définitivement, dit-il.

Jirasak Inthayot, coordinateur du groupe environnementaliste local Rak Chiang Khong et de la population du district de Chiang Khong à Chiang Rai, a toutefois déclaré ne pas être complètement soulagé après avoir appris la nouvelle.

«C'est la deuxième fois que le ministre des Affaires étrangères, Don, fait une promesse similaire. Nous doutons donc encore de l'annulation du projet d'amélioration du chenal de navigation du Mékong. Nous voulons des preuves crédibles de cette annonce », a déclaré Jirasak.

Il a exhorté le ministère des Affaires étrangères à rendre public le document sur la mise au rebut du projet afin de prouver ses dires.

Pianporn Deetes, de International Rivers, a également appelé à la divulgation de preuves fiables pour confirmer l'arrêt officiel du plan de suppression des rapides vitaux du Mékong.

«C’est un réel bonheur, s’il était vrai que les gouvernements thaïlandais et chinois commencent à se préoccuper de l’environnement et des moyens de subsistance des populations locales le long du cours inférieur du Mékong [et à mettre fin au projet d’amélioration du canal de navigation fluviale] , car les populations locales font campagne depuis plus de 20 ans contre ce projet », a déclaré Pianporn. "S'ils veulent vraiment annuler ce projet, il devrait exister des preuves confirmant leur sincérité à ce sujet."

Elle a souligné que les rapides sur le fleuve Mékong sont essentiels au maintien des écosystèmes et des moyens de subsistance des riverains, car ils constituent l’habitat des poissons, ce qui permet aux pêcheurs locaux de gagner leur vie. La fiabilité des revenus de la pêche garantit la sécurité alimentaire de toutes les communautés.

Pianporn a révélé que le projet d'amélioration du chenal de navigation sur le Mékong avait débuté il y a 19 ans, lorsque la Chine, le Laos, le Myanmar et la Thaïlande ont signé pour créer le Comité mixte de coordination de la navigation commerciale sur le fleuve Lancang-Mékong. Des rochers, dunes de sable et rapides du Mékong, en Chine, ont déjà été retirés pour permettre aux grands navires de fret de se déplacer.

La partie du Mékong comprise entre Chiang Sean et Luang Prabang reste indemne, en raison de la forte opposition du public thaïlandais concernant l'impact de la suppression des rapides sur l'environnement, des habitants et des frontières nationales .

En 2017, le gouvernement thaïlandais avait autorisé les efforts visant à améliorer le chenal du Mékong entre Chiang Rai et la province de Bokeo au Laos. Le Cabinet a autorisé la société chinoise CCCC Second Harbour à effectuer une enquête sur les 96 km du Mékong et à tenir des audiences publiques dans trois districts - Chiang Sean, Chiang Khong et Vieng Kaen - situés le long du Mékong en Thaïlande.

https://forum.thaivisa.com/topic/1088710-lack-of-clarity-on-scrapping-mekong-rapids-blasting-raises-concerns/

imageproxy_php.jpg.ac55dd8eb8a36d163c10f5ba9531c2fe.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

Sponsors
×