Aller au contenu
BANGKOK 19 November 2019 14:59
Le Modérateur

Jean-Marie Colonna présentera son dernier livre jeudi 25 à l'Alliance

Recommended Posts

Parmi les dix auteurs qui présenteront leurs ouvrages jeudi à l'Alliance, Jean-Marie Colonna évoquera le second tome de ses mémoires "Insensé, cocasse et bouleversant" qui fait suite à "Passeport Numéro 1". Pour qu'il n'y ait pas méprise, voici les résumés des deux livres.

Ils sont disponibles à la librairie Carnets d'Asie / Alliance (Thaïlande), sur Amazon (France) https://www.amazon.fr/dp/1790728762 ou par correspondance auprès de l'éditeur [email protected]

Si vous aussi vous avez écrit des livres que vous voudriez faire connaître : [email protected]

 

 

 

 

 

Passeport Numéro Un par Philippe Jean-Marie Colonna

C'est l'un des ouvrages qui ont été présentés lors de la conférence - rencontre avec des écrivains francophones un Sud-Est Asiatique le 30 juin à l'Alliance.

 

 

couv7.jpg

 

 

 

Né en 1925, Philippe Jean-Marie Colonna a fait trente-quatre fois le tour du monde, a rencontré Nikita Khrouchtchev en Birmanie, "connu" la vraie Emmanuelle à Bangkok, fréquenté Saint Germain-des-prés, fut secouriste pour la Croix-Rouge, encore adolescent, sous les bombardements de Paris, etc. C'est à un voyage dans des contrées encore terriblement exotiques dans les années cinquante qu'il nous convie. C'est à la rencontre de tous ces personnages célèbres ou pas qu'il nous invite. Il nous livre ici ses souvenirs illustrés de nombreuses photos qui rappellent combien la vie a été généreuse avec lui. Mais le plus important pour lui, c'est de transmettre, à travers ces pages, le message de tolérance et d'amour reçu de sa chère maman.

 

 

Ce livre est disponible à l'Alliance

ou par correspondance 400 thb en version papier, 180 thb en epub, envoyez nous un email à [email protected]

ou en version epub ici à 6 €

 

 

 

 

Petite préface

 

 

 

 

 

Que demander de plus au destin ? Il est né prince et comte, d’une famille riche de son industrie de luxe, d’une beauté à faire fondre ces dames ; il a vécu la guerre dans la Croix-Rouge ( ce qui ne veut pas dire sans risque ), a fait le tour du monde à trente-quatre reprises ( c’est plus que ne le chante le ténor des Cloches de Corneville ), homme de toutes les professions -aviateur, infirmier, acteur, athlète, photographe, voyageur et agent de voyage, homme d’affaires diverses-  il a connu tout ce que le grand monde avait de grands noms, a échappé par trois fois à des catastrophes de bateaux ou d’avions qu’il avait élégamment ratés, s’est toujours trouvé au bon endroit au bon moment, et comme si tout cela n’était pas suffisant, il est encore très vif à l’âge vénérable de quatre-vingt-dix ans.

 

 

 

  Il offre ici à sa famille et à ses innombrables amis le récit des grands moments de sa somptueuse vie – une sorte de conte de fée narré par un prince charmant, donation précieuse qu’il vient ajouter à toutes ses générosités légendaires. Tout ne s’y trouve pas, bien sûr, et on aurait aimé lire aussi par le détail la narration de ses séjours dans les pays fabuleux qu’il a visités. Un vieux manuscrit de plus de deux cents pages, retrouvé récemment, en faisait état, mais n’aura tout au plus ici à peine servi qu’à étoffer quelques passages, rien de plus. La brièveté aussi est un noble don.

 

 

 

  Il ne faut donc pas y chercher Saint-Simon ou Chateaubriand (deux autres nobles), car le mémorialiste a choisi dans ces pages le mode qui convenait pour entretenir des proches : le ton intime de la conversation, parfois à bâtons très rompus. Ce choix ne retient pas le style d’être alerte et vigoureux, sans effets recherchés comme sans images rhétoriques vaines ; les familiers reconnaîtront sans hésitation sa voix. La mélodie ainsi conférée au récit n’y est pas toujours linéaire ou chronologique, et on se plaît ici aux modulations ingénieuses, aux retours en arrière ou aux anticipations mesurées. L’unité qui en ressort est toutefois manifeste, elle tient à la qualité la plus puissante de tout mémorialiste, qui se ressent fort dans ces pages : la satisfaction d’avoir vécu avec passion.

 

 

 

  Pour tout dire, même le lecteur qui ne serait pas du cercle familial ou du club des amis prendra ici plaisir à découvrir une des figures les plus singulières que j’aie connue.

 

 

 

Jean MARCEL

 

 

+++++++++

 

L'histoire de Madame Cécile n'est que l'une des nombreuses anecdotes racontées dans le livre de Jean-Marie Colonna, célèbre expatrié de Bangkok, dont le titre est "Insensé, Cocasse et bouleversant".

 

Le Prince Colonna nous offre ici la suite de ses mémoires dont le premier tome était paru sous le titre : Passeport Numéro Un. Toujours aussi amusant, l’alerte nonagénaire nous raconte de nouvelles anecdotes insensées et cocasses. Comme dans l’opus précédent, Philippe Jean-Marie nous emmène en Polynésie. Il nous parle d’un faux curé et de son vieil ami Paul-Émile Victor. Il continue avec son Asie bien-aimée et l’arbre à bites de Bangkok ou la traversée risquée du Laos et les toilettes chinoises. Le périple passe aussi par la France, ses mines de charbon et ses dîners mondains. Mais cet ouvrage est enfin l’occasion de brosser les portraits de femmes hors du commun : la richissime comtesse d’Uribarene, puis la sulfureuse mère maquerelle francophone de Bangkok, madame Cécile et l’aventurière absolue, Marga d’Andurain surnommée la reine de Palmyre. Pour conclure, le Prince Colonna rend un hommage bouleversant à Consuello qui est restée sa plus fidèle amie pendant plus de 60 ans.

Philippe Jean-Marie Colonna est né à Paris en 1925. Il vit actuellement à Bangkok, en Thaïlande.

Pour en savoir plus sur Madame Cécile et la prostitution enfantine chez les riches expatriés des années 60, il faudra lire l'ouvrage. Il est en vente à Carnets d'Asie / Alliance ou par correspondance auprès de l'éditeur [email protected] au prix de 240 bahts.

Ainsi que sur Amazon https://www.amazon.fr/dp/1790728762

 

couver14ok.thumb.jpg.f7fa5c5ea25a14b66cf5a959c9a3caee.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sponsors
×