Le Modérateur

Un officier de l'armée de l'air tue sa femme, militaire également, devant ses enfants

1 message dans ce sujet

Plusieurs crimes passionnels ont lieu chaque jour mais nous n'en parlons pas pour ne pas donner l'impression de critiquer.

 

PHUKET: Un officier de l'armée de l'air thaïlandaise a été accusé de meurtre après avoir frappé son épouse à mort devant leurs enfants à Rawai ce matin (23 avril) car il la soupçonnait de l'avoir trompé.

La famille s'est rendue à Phuket le dimanche 21 avril pour des vacances et séjournait au Smile Residence à Rawai.

La police de Chalong a été informée du drame par le personnel de l'hôtel vers 8 h 30 ce matin et est arrivée pour trouver le chef d'escadron Rassdaporn Mongkolrungsab, âgée de 39 ans, inconsciente dans sa chambre. Elle avait des ecchymoses autour de l'œil gauche, au torse et à la bouche.

Les secouristes sont arrivés et l'ont emmenée à l'hôpital Vachira Phuket où le personnel a tenté de la sauver mais sa mort a été prononcée à 9 heures.

La police a arrêté et conduit le mari, l'adjudant Nopan Mongkolrungsab, âgé de 40 ans, au poste de police de Chalong, où il a avoué le crime.

Il a expliqué qu'il suspectait que sa femme le trompait. Elle passait beaucoup de temps à utiliser l'application de messagerie LINE. Alors qu'il lui parlait de ce sujet, une dispute a éclaté et a dégénéré en violence.
 

Il a admis l'avoir giflée avant de la piétiner alors qu'elle était à terre devant leur fils de huit ans et leur fille de neuf ans.

L'hôpital a confirmé qu'elle avait eu des côtes cassées et la rate éclatée.

Le major Prasit Raaon de la police de Chalong a confirmé que M. Nopanan avait été accusé de meurtre et qu'il serait jugé par un tribunal militaire.

Les enfants ont été pris en charge (par ?).

 

https://forum.thaivisa.com/topic/1096663-air-force-officer-stomped-to-death-by-husband-in-front-of-children/

 

Les nombreux crimes passionnels qu'on obère concerne des hommes qui ayant des maîtresses reviennent vers leur femme légitime. Celle-ci ne veut plus d'eux, ils tuent donc la femme, ses parents et les enfants.

 

 

Le meurtrier qui, on le voit, a toujours son téléphone (la police n'a pas de pouvoir sur les militaires criminels) et ne sera pas jugé par un tribunal civil mais par ses collègues militaires.

1556016323_1-org.jpg.d1900f5ae981d82031d600fa36bbac2b.jpg.92eff1c31d87501f7a7f3188484be568.jpg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

BANGKOK 28 janvier 2020 21:52
Sponsors